Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/11/2017

MANADE NICOLLIN

Vendredi 3 novembre 2017

Olivier, sang pour sang Nicollin

manade nicollin,olivier nicollin,course camarguaise

La ressemblance avec Louis Nicollin, décédé le 29 juin, est saisissante. Jusque dans le verbe et le ton. Vif, incisif, volontiers rieur, Olivier le fils aîné reçoit au Mas Saint-Gabriel - « dans le bureau de mon père ».
Aux côtés de Jeoffrey Barbeyrac (en charge de l’élevage), le nouveau pelot parle de la manade Nicollin, affirme son identité héraultaise et son envie de s’impliquer.
Louis Nicollin avait organisé sa succession pour les entreprises et le club de football MHSC, qu’en est-il pour la manade ?
Vous n’avez pas vu... Il y avait des Chinois devant la porte pour acheter la manade... (rires). Non, rien de prévu en particulier, de toute façon la manade tournait, mon père s’en occupait et la gérait avec Jeoffrey (Barbeyrac). Maintenant c’est moi. Je ne changerai rien. Ce sera en continuité. Jeoffrey a des avis clairs, après, il a des directives limpides sur le fait qu’il y ait une seule entité la manade Nicollin avec deux races différentes (Lafont et Baroncelli via Cuillé et Saint-Gabriel, NDLR). La manade ne sera pas dispersée aux quatre vents... On a un morceau du patrimoine camarguais, il n’y a pas de raison de le disperser... On ne vendra pas....
manade nicollin,olivier nicollin,course camarguaiseQuelle suite alors pour les deux branches de votre élevage ?
On a la chance d’avoir ces deux familles chez nous, mais il ne faut pas avoir les yeux fermés et essayer des choses. Il y a des gens compétents sur le terrain, comme Guillaume Granchi, sans oublier le travail qu’avait fait Luc Lopez (manade Saint-Gabriel), il y a aussi Christophe Merle qui s’occupe des chevaux. Les mystères de l’élevage, c’est compliqué, il n’y a pas la recette miracle.
Quel est votre lien avec la bouvine ?
Mon père était Lyonnais et il avait eu un coup de cœur en allant aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Les chevaux blancs et les taureaux noirs... Tout le monde connaît l’histoire. Mais mon frère et moi sommes nés à Montpellier, ma mère et ma grand-mère sont de Marsillargues, nous sommes de purs Héraultais. Les chevaux et les taureaux font partie de notre génétique. Mais plus que cela, nous avons un lien avec ce « pays », cette région et ses traditions. Nous avons la chance d’avoir certains moyens pour contribuer à être partie prenante des traditions et de choses qui se font dans le coin. L’idée a toujours été de garder notre patrimoine.
Alors Olivier Nicollin manadier ?
On le fait à notre manière, on n’est pas non plus impliqués quotidiennement mais on tient et on aime énormément nos taureaux. On est un peu en retrait des autres manadiers, des raseteurs mais on a aussi nos avis et tout est dirigé par l’amour pour nos bêtes. Manadier c’est un atout pour notre pays de taureaux. Des gens viennent de l’Europe entière alors il faut essayer de le faire bien, de le faire beau, de le faire propre... Du bétail en état, du travail représentatif...
Votre vision de la course camarguaise ?
Dans la société (SMN) nous avons un cadre important, Pierre Cuillé, j’échange souvent avec lui comme avec Jeoffrey, je lis Midi Libre, et je côtoie des gens qui vont aux courses plus que moi. Depuis plus de vingt ans, j’entends « Il y a moins de monde dans les arènes, il n’y a que des vieux, etc... » Moi, je pense que c’est normal ! Les plus jeunes sont dans l’arène et autour pour faire la fête et les plus âgés sur les gradins, quand les jeunes prennent de l’âge, ils montent dans les étagères, ainsi va la vie ! Les courses c’est quand même un joyeux bazar, non ? Mais peut-être que c’est bien comme ça aussi. Il ne faut pas tout changer. Je pense qu’on peut faire évoluer les traditions sans faire de révolution. Mais le personnage central c’est le taureau, laissons un peu de souffle aux taureaux...
Vous faites partie d’un des groupes qui a répondu à l’appel d’offres de la mairie de Lunel pour l’organisation des courses. Pourquoi ?
C’est pour s’impliquer dans les courses camarguaises. L’idée de se dire qu’on est capable de faire des choses chouettes. Les nouvelles arènes vont être magnifiques, on peut en profiter pour faire de beaux spectacles taurins. C’est un beau challenge... C’est lié au fait que les taureaux ne partiront pas en Chine (rires), autant s’y intéresser de plus près. Mais on est nombreux à concourir, on n’en est pas là encore.
La saison 2017 se termine avec quels résultats pour la manade Nicollin ?
(Avec Jeoffrey) De bons résultats avec les jeunes taureaux, reste à confirmer. Toute la difficulté est là. Cela fait 2, 3 ans que ça va mieux. Nous avons une race de taureaux généreux et volontaires et aujourd’hui ce sont ceux qui pâtissent le plus. Les raseteurs de cette génération sont tous plus forts que n’importe quel taureau. Ce n’est plus à armes égales... La difficulté c’est de garder le moral des taureaux.
Traditionnellement la complète de Nicollin sort à Marsillargues en novembre (ce dimanche 5 novembre). Serez-vous dans les gradins ?
Je vais essayer...Quels taureaux Jeoffrey ? Boumian, Homère, Jourdan, Landié, Mousquioun, Sabran, Boa... Ah ce Landié, je l’ai vu le 15 août au Grau-du-Roi, je lui souhaite une carrière aussi belle que ce qu’il est laid...
Fifty fifty Lafont, Saint-Gabriel pour cette course ?
Ne cherchez pas c’est du 100/100 Nicollin !


PROPOS RECUEILLIS
PAR MARTINE ALIAGA


* Louis Nicollin a créé la manade Saint-Gabriel en 1987. En 1997, il acquiert la manade Jean Lafont. En 2012, les deux élevages sont réunis sous un seul nom, manade Nicollin.

Course de ce dimanche 5 novembre 2017, à Marsillargues

14 h 30, 10 €, CT Lou Bajan, dél. Dumas. Chr. JEANNOT. Niveau Avenir HT. Complète de Nicollin : BOUMIAN - SABRAN - BOA - LANDIE - HOMERE - JOURDAN - MOUSQUIOUN. Groupe 3. Raseteurs : Fouque, Vacaresse, Y. Martin, Ameraoui, Méric, J.Martin, Sanchez.

 

Les commentaires sont fermés.