Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/04/2018

MANADE RAYNAUD

Lundi 30 avril 2018

Bienvenue chez les Raynaud

Le livre "Des gardians en Camargue"
rassemble
plus de 110 d'histoire de la manade

raynaud,course camarguaiseEn Camargue, les Raynaud sont une référence. Et qui a la chance de «passer» au Grand Radeau aux Saintes-Maries-de-la-Mer, n’en revient jamais tel qu’il y était arrivé. Magie d’un lieu préservé, d’une certaine façon de vivre... Proximité avec les taureaux, les chevaux en pleine nature... Accueil simple mais tellement chaleureux. Et puis ces gens. Terriens, solides, vrais... De Mathieu le fondateur (1904) à Aude et Aurélie, en passant par Joseph, Casimir, Jacques puis Jean et Marcel et Frédéric. Aujourd’hui, l’héritage est entre les mains d’Aude et d’Aurélie qui ont décidé de le raconter dans un livre qui aurait pu s’intituler «Bienvenue chez nous ».
Au fil des pages on retrouve certes l’Histoire et les histoires mais surtout on entre de plain-pied dans l’intimité d’une famille vouée à l’élevage des taureaux au sein d’une Camargue rude et sauvage. Tous les membres ont d'ailleurs tous participé à ce bel ouvrage qui fourmille d’anecdotes, de détails, de personnages hauts en couleur, de témoignages, de lieux mythiques. Le ton est alerte, le style direct, la parole vraie, cash sans artifice, le sourire jamais loin, l’émotion sous-jacente. Que l’on parle des peines et de la dureté de la vie ; des anciens qui ont assuré la transmission de leur métier et de leur passion ; d’un cheval compagnon de tous les jours ; d’un taureau bon ou mauvais qui a marqué ; de la famille toujours présente ou des gardians ... Que l'on soit au Grand Radeau ou au Sauvage, aux arènes ou en pays. Le lecteur est invité à la table des Raynaud où - imaginons - par une journée pluvieuse, chacun se serait mis à raconter la sienne.
« De modestes souvenirs pour savoir d’où l’on vient et éclairer notre chemin » ont écrit Aude et Aurélie, merci a elle de nous faire partager leur petit trésor.


MARTINE ALIAGA


« Des gardians en Camargue » d’Aude et Aurélie Raynaud, 20€. Disponible auprès de la famille Raynaud.

 

 

29/04/2018

VALLABREGUES *1re j. du Souvenir Jeannot-Cambi*

Dimanche 29 avril 2018 - Course du samedi 28 avril 

Du spectaculaire et du classique

vallabreguesphgm.jpg

Apache déséquilibre Tristan Castell

Excellente après-midi où le spectacle était au rendez-vous devant des gradins bien garnis. Le public s’est régalé avec une bonne équipe de raseteurs où tous ont fait le maximum. L’ami Robert avait retrouvé le sourire après la réussite du vendredi (Ligue, 1re journée du Luc-Pero). Les spectateurs se sont retirés satisfaits.
Provençal (Navarro, N.981).- Coopère dès la sortie en changeant de terrain pour quelques séries bien comptées avec coups de barrière après Fouque et Castell. Quand on fait le pas, il vient fort surtout sur les droitiers mais quelquefois aussi à gauche. Un monumental coup de barrière pour terminer sur Bressy. Ses ficelles à la maison. 5 Carmen et rentrée.
Apache (Raynaud, N.060).- Démarre avec une puissance inouïe et un envol sur Bressy, puis Fouque. Percute à gauche du toril de nombreuses fois, il mestrège par moments.Enorme envolée sur Castell qui s’échappe dans le burladero (plus de peur que de mal). Un quart d’heure brillant, 6 Carmen et rentrée.
Hugo (Blatière-Bessac, N.210).- Tours de piste au début puis il visite la contre-piste de nombreuses fois.Positive quand il se calme. Mais nombre de sauts inutiles trop importants où il se gaspille. Quart de d’heure longuet.
Vacqueyras (Allard, N.053).- Se jette dans la bagarre dès la sortie. Puis surveille et agrandit le cercle. Commence un festival devant le toril avec cornes pointées.Un énorme tampon après Bressy. Termine a mas avec ses ficelles, 6 Carmen plus rentrée et applaudissements.
Séverin (Cavallini, N.626).- Une rafale au début pour les pompons.Il vient des deux côtés en pointant. Grosse bagarre à la 1re ficelle attribuée à Bernard. Deux coups de barrière simultanés sur Fouque, énorme série à la 2e ficelle qui tombe à la sonnerie. 6 Carmen et rentrée.
Robin (Ribaud, N.223).- Un tau bien présenté, qui prend une grosse rafale pour cocarde et glands. Aux ficelles, le ton baisse car il refuse pas mal. Se soulève pour terminer après Bressy. Garde une ficelle, 1 Carmen plus rentrée.
Manduellois (Blanc, N.239).- Beaucoup de jus à la sortie, le cercle s’agrandit. Mais ensuite, il saute un nombre incalculable de fois. Quelquefois après l’homme (Bernard, Bressy). Encore un peu vert, à revoir. 3 Carmen plus rentrée.


REMY MARTIN
PHOTO GEORGES MARTIN


Course du samedi 28 avril. Niveau Avenir HT. Entrée : presque plein.
Organisateur : CT Lou Vincen. Président : D. Eymonet. Raseteurs droitiers : Bressy, Castell, Fouque. Gauchers : Bernard, El Mahboub, J.Martin. Tourneurs : Guyon, Toureau, Cuallado.

GALLARGUES-LE-MONTUEUX

Dimanche 29 avril 2018 - Course du samedi 28 avril

Fort intéressant pour la 1re journée
du Trophée Jean-Cathary

gallarguesL'ASCLAPHMALI.jpg

Un formidable coup de barrière de L'Ascla 
sur Victor Jourdan

Jolie course pour cette 1re journée du Trophée Jean-Cathary, avec de belles promesses chez les plus jeunes des taureaux, les deux Raynaud un peu verts, les deux Guillierme pétillants, la vaillance extrême du Vitou, et les très honnêtes prestations du premier de la Vidourlenque et du 5e, du Cougourlier, plus âgés. Les blancs au diapason participent à la bonne ambiance.
Eros (Vidourlenque, N.604).- Des ripostes honnêtes avec des accélérations bien placées, plus la vaillance. Pour une mise en route agréable. 5 Carmen et retour.
Rouet (Raynaud, N.143).- Bravet, ne trouve pas la bonne place et se laisse raseter à la traverse. Quand il prend l’angle, il appuie ses ripostes. Pas trop attaqué, rentre ses ficelles presque entières.
Amistadou (Guillierme,N.172).- Dissipé et râleur, met de la vivacité dans ses poursuites pour 5 minutes les rubans. Asticoté, il se chauffe, il bisque et d’un coup s’envoie violemment et haut après Vacaresse qu’il coince aux tubes. De là, il conclut sur Ameraoui et bascule après Fougère. Rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.
Armurier (Raynaud, N.330).- Remuant, sauteur, ce tout jeune élément a du mal à se mettre au travail. Une jolie anticipation sur Bruschet, une paire de séries conclues mais finit épuisé. 2 Carmen.

IMG_1202.JPG

▲ Une finition bien placée de Brando sur Gougeon

Brando (Cougourlier, N.902).- Une belle motivation, de l’assiduité dans de jolies réponses jusqu’aux planches. Vacaresse, Clarion, Ameroaui, Bruschet l’embarquent et il va au bout, parfois se cabre. Classique et cocardier, il laisse ses ficelles à la 12e mais garde son élastique. 9 Carmen et retour.

IMG_1214.JPG

▲ Quelquefois légèrement anticipateur
Felibre montre du coeur à l'ouvrage
Ici sur Zelphati


Felibre (Vitou, N.217).- Le jeune Felibre a du cœur, du placement, les hommes tardent à l’attaquer. Rapide dans ses interventions, il multiplie les séries avec bravoure. Il se laisse parfois couillonner encore, mais ses qualités cocardières sont déjà bien présentes. 4 Carmen et retour avec une ficelle.
L’Ascla (Guillierme, N. 212, pour 10 minutes).- Pas trop attaqué au départ, une fois au travail, livre de grosses séries qu’il conclut magnifiquement avec tout le poids de son beau physique. Trois actions tonitruantes (Jourdan, Ameraoui), 4 Carmen, et une ficelle qui rentre en musique.


Texte et photo
MARTINE ALIAGA


Course du samedi 28 avril. Niveau Avenir HT. Entrée : 2/3 d’arène. Org. : CT Lou Cleda. Président : T. Tosas. Raseteurs droitiers : Bruschet, Fougère, Vacaresse, Jourdan, Ameraoui. Gauchers : Clarion, Gougeon, Zelphati. Tourneurs : Arnel, Joseph, Fargier.

▼ Amistadou donne du fil à retordre à son pelot
Hubert Espelly

IMG_1166.JPG

28/04/2018

FFCC

Samedi 28 avril 2018

Le président Poujol démissionne

Contestations et blocages ont eu raison de la détermination de l'ancien raseteur

CHATOHADRIENPHHB.jpgElu le 17 février 2017 à la tête de la Fédération française de la course camarguaise, Hadrien Poujol en a démissionné jeudi soir. Membre du comité de pilotage qui, lors de la crise fin 2015, avait œuvré pour le redressement de la Fédération, puis aux côtés du président Jacques Mailhan en 2016 jusqu’à son élection, l’ancien raseteur a jeté l’éponge face aux désaccords avec notamment les manadiers et les raseteurs. Comme le précise le communiqué fédéral : « Les contestations de nombreux acteurs de la course camarguaise concernant la mise en œuvre du projet de réforme de la compétition et du code disciplinaire voté le 23 mars en comité directeur bloquent le lancement de la compétition. (...) A ce jour, le climat pesant ne permet pas la mise en application du projet. Il est donc inconcevable pour le bureau fédéral de continuer dans ces conditions. Le président Hadrien Poujol, pleinement engagé dans la mise en œuvre d’une réforme de fond qui ne peut aboutir, a annoncé sa démission de la FFCC ».
Vendredi dernier déjà la reprise de la compétition prévue le 22 avril était reportée et l’association des raseteurs annonçait la non participation des tourneurs en Ligue. Depuis les réunions se sont succédé jusqu’au blocage et la démission du président.
Face à cela, l’association des manadiers Raço di biòu a réagi par son président Jacques Mailhan : « La décision d’Hadrien Poujol est navrante. Ce manque de concertation et de communication entre les parties prenantes de la course camarguaise est une catastrophe. C’est un véritable coup d’état. Nous avions sauvé la Fédération de la déroute financière et enclenché de nombreux projets. Mais il ne faut pas baisser les bras, il est impératif de professionnaliser le système. Tout le monde doit se parler, trouver des compromis et avancer.L’état d’esprit est parfois difficile et nous ne pouvons pas tout accepter. Beaucoup de manadiers m’ont apporté leur soutien et m’ont confirmé leur solidarité pour trouver ses solutions et sortir de l’impasse ».
L’Association des raseteurs s’est aussi exprimée : « Il est important de vous notifier notre regret suite à ce désistement récent car nous nous sommes battus, aux côtés d’Hadrien Poujol mais également pour lui dans un projet commun : présents et volontaires pour redresser la FFCC ainsi que ses finances en 2016, avec Mme Florence Clauzel et M. Jacques Mailhan. Nous avons tous soutenu et participé à son élection. Néanmoins, une fois l’élection finie et son objectif réussi, l’intérêt personnel du Président ainsi que sa reconversion professionnelle ont pris le dessus sur l’intérêt collectif et plus précisément sur l’intérêt des raseteurs, protagonistes essentiels de la course camarguaise. Les raseteurs ont combattu contre la suppression du Trophée Taurin, contre la mise en place de nouveaux codes disciplinaires et d’une nouvelle compétition puisque ces décisions ainsi que d’autres ont été prises sans l’avis des raseteurs, les principaux concernés. Notre souhait était simplement d’être concertés, de manière collégiale avec les différentes parties prenantes. Notre combat ne révèle pas la volonté de boycotter les règlements fédéraux, nous souhaitons juste, par respect pour notre métier et passion, mais aussi au regard des risques que nous prenons à chaque course, être respectés comme nous le méritons et concertés avant chaque décision. Enfin, nous avons conscience que seule l’union de tous, fédération, raseteurs, manadiers, organisateurs permettra le bon déroulement de notre chère course camarguaise »
Le bureau fédéral va donc gérer les affaires courantes jusqu’au prochain comité directeur du 14 mai. Et les courses programmées se dérouleront « normalement », si l’on peut dire.


MARTINE ALIAGA

PHOTO HERVE BERNON

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *1er mai*

Samedi 28 avril 2018

Les 10 ans de la manade Rambier

Manade Rambier,Saint-Geniès-des-Mourgues,course camarguaise

Pierre Rambier et Arnaud Rouquairol

«C’est une journée d’amitié avec la famille, les amis, les proches, le village et le club taurin», estime Pierre Rambier pour présenter ce mardi 1er mai à Saint-Geniès des Mourgues, où pour les 10 ans de son élevage, il sortira en complète. «10 ans c’est une bonne occasion pour valoriser cette manade qui travaille bien, mérite d’être mise en valeur et qui est capable de présenter sept taureaux. En plus, elle est située sur notre village, explique Rémi Dumas, président du CT Le Trident. Du coup, avec la mairie, nous avons organisé une journée complète autour de la course».

« Un manadier fêté dans son village, c’est une grand plaisir, reprend Pierre Rambier, nous mènerons la complète, sans prétention... Avec les taureaux il faut rester humble et modeste. Mais je pense que la course devrait être intéressante, gaie, à tendance spectaculaire...».  Bien sûr, il y aura Pescaïre (4e, 9 ans), l’étalon Margasse, lui qui a fait connaître la devise gris et blanc (5e, 11 ans) et Dexter (1er, 12ans), les plus expérimentés. Puis les 7 ans, Facteur (2e) un peu fantasque ; Mirabeau (3e) vaillant ; Briscard (6e), brillant et prometteur ; Sansouïre (7e) qui avait fait la finale des Ligues 2016 à Aimargues, puis blessé, il n’avait plus couru. « C’est leur première course, informe le manadier, alors on verra bien... Et puis il faut profiter des bons moments et cette journée en sera un, c’est l’essentiel ».

La fête débutera dès le matin au déjeuner sur le terres du Mas de Nabrigas où se déroulera ensuite la ferrade. Vers midi, départ des près pour l’abrivado de sept taureaux par la route de Lunel-Viel, enfermée au village. De là, direction l’apéritif au Café de France, puis repas (sur réservations, tél. Rémi Dumas, 06 14 48 86 42) à la Maison pour tous. 16h, capelado avec les Arlésiennes et les gardians puis place aux biòu et aux raseteurs.

Dans cette belle ambiance, familiale et festive, on devrait se régaler sous les platanes du petit plan saint-geniérois.

MARTINE ALIAGA

LE GRAU-DU-ROI

Samedi 28 avril 2018

Un 1er mai prometteur

IMG_0730.JPGPour la quatrième course de la saison et deuxième de niveau As, Le Grau-du-Roi devrait ce mardi trouver l’affluence des grands jours , celle qui mène vacanciers et afeciouna aux arènes sur le chemin des plages.

Pour cette course traditionnelle du 1er mai, la SAS Ribera a bâti une affiche forte basée sur des taureaux rompus aux grandes pistes et tous potentiellement percutants.

A commencer par Monro de Bon, volontaire et polyvalent. Brennus d’Occitane, fort caractère et dangereusement finisseur quand la colère le prend. Léo de Raynaud, lui, se montre généreux avant de se chauffer et d’aller au bout. Quarante Sous de Saint-Antoine tiendra la place du cocardier. Il en a les qualités et s’il demande de l’investissement pour briller, une fois à température, il peut appuyer ses finitions. Beleu du Pantaï, en 5e place pour sa vaillance et sa force offensive. Absolut de Ricard, c’est la force de ses engagements puissants qui font sa réputation. Quant à Tyrion, il fait partie de « l’écurie » prolifique de la manade Lautier avec ses généreuses nourrides de taureaux de 8 et 9 ans. Leste, véloce, ce specimen sait se faire respecter et s’envoyer aux planches pour parachever son œuvre. Voilà pour les promesses de ces sept combattants.

Face à eux, malgré les nombreux blessés, l’équipe Ribera a invité huit raseteurs à même de relever le défi : à droite Ciacchini, Chekade, Félix, Charrade et les gauchers Aliaga, Errik, Robert et Gaillardet.

Capelado à 16 h 30.

MARTINE ALIAGA

Réservations : 04 66 51 12 12

Tridbull qu'es aco

C’est un jeu proposé aux spectateurs pour la première fois, ce mardi, au Grau-du-Roi. Avec votre smartphone ou sur un ordinateur, il faut se connecter sur tridbull.fr et noter taureaux et raseteurs. Une personnalité de la bouvine donnera son évaluation et si la vôtre est identique, vous gagnez. C’est facile !

27/04/2018

SAINT-GILLES

Vendredi 27 avril 2018

Anniversaires à Saint-Gilles

80 ans des arènes et 50 ans de la manade Pierre Aubanel

SAINT-GILLES.jpg1938-2018 : 80 ans s’alignent pour marquer l’histoire des arènes qui portent le nom de leur manadier local Emile Bilhau. L’ancien raseteur et Saint-Gillois Joël Passemard connaît bien la longue tradition taurine de cette piste qu’il foula bien des fois : « Parmi quelques-uns des grands taureaux, on peut citer Segren de Guillierme, la Royale de Lafon avec Ventadour que nous avions raseté Gérard Barbeyrac et moi, la Royale de Blatière avec Gandar et Mécano, Jeannot de Bilhau et la Royale complète en 1952, raseté entre autres par Gérard Martin, des taureaux comme Petit Lancier d’Aubanel-Baroncelli, Paco de Cuillé, plus récemment Andalou d’Espelly-Blanc, Fournelet de Blanc, les Biòu d’Or Mathis et Ratis et il y a en bien d’autres. Et bien sûr, à chaque époque, les plus grands raseteurs ont tous été présents...».

En témoignage, des photos ont été collectées auprès de particuliers et d’anciens raseteurs et font l’objet d’une expo visible aux arènes samedi (à partir de 11 h) et dimanche. Autre anniversaire associé à ce week-end festif, les 50 ans de la manade que Pierre Aubanel a implantée au Mas du Petit Barjac. Le manadier étant décédé en février, ce sont ses fils Béranger et Réginald qui, samedi après-midi aux arènes, présenteront le spectacle « La Camargue de Pierre Aubanel ».

Dimanche, c’est le Souvenir Emile-Bilhau qui sera évoqué. Et le spectacle avant-course chorégraphié par Patrice-Blanc ne manquera pas de suggérer les grands personnages et événements saint-Gillois. A 16 h, la trompette retentira pour la sortie de Métis de Daumas suivi de Fétiche du Joncas, Pedro de Lautier, Quintilien du Ternen, Cettori d’Aubanel-Baroncelli, Moka du Rousty et Milhaudois de Lagarde travaillés par une bonne équipe de raseteurs (voir grille ci-contre). Plusieurs prix seront attribués aux raseteurs, celui de la Biche d’Or aux points, le Clavel Médical au meilleur animateur et le meilleur cocardier recevra le Souvenir Emile-Bilhau.

Expo, spectacles, abrivado, bandido, bodega et course camarguaise rythmeront donc le week-end où estrambord et fe di biòu devraient être les maîtres-mots.

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

Au programme

Samedi 28 avril 

11 h, inauguration de l’exposition de photos « Les arènes de Saint-Gilles, 80 ans d’histoire » et apéritif aux arènes.

16 h, 5 €, spectacle équestre « La Camargue de Pierre Aubanel », et deux taureaux emboulés d’Aubanel pour l’école d’Arles. 19 h, abrivado bandido manade Aubanel. 20 h 30, 5 €, soirée bodega des arènes avec Gipsy Soy et Yannis Alonzo, salle polyvalente. Restauration sur place avec food truck.

Dimanche 29 avril

Souvenir Emile Bilhau. Journée animée par la peña L’Occitane. 9 h 30, dépôt de gerbe sur la tombe d’Emile-Bilhau (ancien cimetière). 11 h 30, festival d’abrivado 3 manades Rousty, Thibaud, Agnel. 15 h 30, spectacle d’avant-course « La fe di biòu aux arènes de Saint-Gilles » par Patrice Blanc. Capelado avec les anciens raseteurs. 16 h, 13 €, course niveau As, Trophée de la Biche d’Or, Clavel Médical et Souvenir Emile-Bilhau. 19 h, abrivado bandido, manade du Rousty.

Information et réservations au 06 42 49 97 75

24/04/2018

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *AVENIR HT*

Mardi 24 avril 2018 - Course du Dimanche 22 avril

Des Mailhan classiquement excellents

saint-laurent-d'aigouze,fabre-mailhan,course

Un final tonique avec Fangassier, ici sur Vacaresse

Une très bonne entrée pour cette 6e course du Printemps des Royales où le CT Lou Bandot présentait les cocardiers de la manade Fabre-Mailhan. A la sortie tout le monde se montrait satisfait de la prestation des pensionnaires du Mas des Bernacles. Un ensemble homogène, vaillance, moral, un classicisme parfait, récompensé en fin de course par un bravo général, englobant le travail des hommes, avec en chef de file l’inoxydable Clarion. Charrade, Vacaresse se distinguent mais l’ensemble des acteurs est à féliciter.
Canesteu (N.149).- Se donne au coup par coup pour la cocarde, sort de l’étreinte en changeant de terrain, il alterne la puissance de ses charges et un placement aléatoire. Il faut le rentrer pour avoir le change. Un premier pas facile, conserve ses ficelles avec 1 Carmen.
Felibre (N.0106).- Rapide sur les attaques donne de la force dans ses finitions pour cocarde et glands. Bien placé impose son jeu aux ficelles. Clarion, Charrade, Vacaresse, dans les cornes, c’est plaisant ! Jourdan se fait peur à la planche (sans mal). Malgré le travail sauve une ficelle avec brio et 8 fois le disque.
Jougaire (N.0105).- Plus franc dans les séries, cède les premiers attributs avec générosité. Son moral le lance dans de belles séquences. Avec Vacaresse, Clarion, la lutte est agréable, un peu de repos et les poursuites s’enchaînent. Vacaresse encore dans les cornes. 12 minutes et 8 Carmen mérités.
Arlequin (N.0148).- Porteur de la devise, il se tourne prestement, anticipe en baissant la tête, frappe sur Jourdan. Aux ficelles se disperse en tapant dans les planches. Charrade, Vacaresse le citent à merveille pour de bonnes conclusions. Rentre une ficelle. 3 Carmen.
Fielou (N.0130).- Rapide, se dédouble dans les ripostes pour de grandes séries. Attentif gère les espaces. Clarion dans les cornes, saute après Charrade qui ne s’accroche pas… Emotion ! Rugueux, batailleur, il se livre avec panache pour sauver ses ficelles. 8 fois le disque.
Madrigan (N.111).- Sous un aspect chétif, il cache un cœur immense, sa course va a mas, ses poursuites finissent au ras des bois, toute sollicitation est honorée avec ferveur, conserve 1 ficelle. 3 Carmen et les bravos.
Fangassier (N.1167, 10 minutes).- Même maille qui se chauffe pour cocarde et glands. Vacaresse sort le grand jeu et régale le public, avec Clarion et Charrade dans un final tonique. Garde une ficelle avec 7 Carmen et les bravos.


Texte et photos
VENTADOUR


Course du 22 avril. Entrée : presque plein. Organisateur : CT Lou Bandot. Président de course : Thierry Cure. Raseteurs droitiers : Charrade, Vacaresse, Jourdan, Soler. Gauchers : F. Lopez (sort à l’entracte), Clarion, Brunel (sort au 2e), Pinter. Tourneurs : Joseph, Arnel, Lebrun.

23/04/2018

VENDARGUES *MAIN D'OR 4e j.* As HT

Lundi 23 avril 2018 - Course du dimanche 22 avril

Rubicon, LE cocardier

vendargues,course camarguaise

Rubicon ne lâche rien
jusqu'aux planches. Ça passe juste pour Zekraoui !

Pour cette 4e journée de la Main d’Or, la course est plaisante avec un Rubicon très cocardier, Vaccarès bon 1er, Fougueux le bien nommé, Jazz imposant, Ursin prometteur, Fino va a mas pour conclure agréablement. Côté raseteurs, Zekraoui est le chef de file d’un bon ensemble.
Vaccarès (Ricard).- Une minute pour les rubans, placé, pour la 1re ficelle, il faut aller la chercher car il ne vient pas à tous les coups. Elle résiste 11 mn. Défend sa 2e jusqu’à la dernière minute. 3 Carmen plus rentrée.
Fougueux (Les Termes).- Vite fait pour cocarde et glands, mais se montre toujours autant décidé pour la 1re ficelle qu’il défend avec ardeur. Effectue de belles séries, la cède a la 11e. Attentif, ne laisse rien passer. Il s’est bien battu et conserve sa 2e ficelle. 4 Carmen et rentrée.
Mouflet (Hervas).- Entrepris durant 2 minutes sans refus, il perd ses rubans. Il défend sa première ficelle, sans trop de pression, et ne la perd qu’au terme d une belle série avec de belles ripostes à la dernière minute. 2e ficelle au toril. 1 Carmen et retour.
Rubicon (Cuillé).- Il se livre, vient fort des 2 côtés pour sa cocarde, il défend ses glands avec de belles enfermées après Zekraoui et Aliaga. Cul aux planches pour les ficelles, il serre Zekraoui qui léve la 1re a la 10e. Conserve sa 2e ficelle au terme d’un quart d’heure très cocardier. 7 Carmen et rentrée.
Jazz (Hervas).- Surpris, on arrive rapidement aux ficelles. Tranquille, il passe les planches après Zekraoui. Il effectue des séries ponctuées de belles finitions, saute encore après Zekraoui, il conserve ses ficelles. 5 Carmen et rentrée.
Ursin (Plo).- Moins d’une minute pour les rubans. Aux ficelles, il surveille les départs, répond à des séries, saute après Zekraoui, défend ardemment sa 1re ficelle jusqu’à la 10e. Il tamponne après Robert, Ciacchini, la 2e est levée par Zekraoui à la dernière minute. 7 Carmen et rentrée.
Fino (Lautier).- Un peu délaissé au début, il vient fort après Robert, Zekraoui, pour ses glands. Il saute après Marignan, a cédé son 2e gland à la 9e. Pour la 1re ficelle, il serre Robert, termine fort, retourne au toril porteur de ses ficelles. 5 Carmen et rentrée.


SAINT-HILAIRE
PHOTO CHRISTIAN ITIER


Course du 22 avril. Entrée : le plein. Organisateur : CT La Muleta. Raseteurs droitiers : Bruschet, Ciacchini, Marignan. Gauchers : Aliaga, Robert, Zekraoui, Sabde, Errik. Tourneurs : Beaujard, Moulin, Jockin, Ull, Lopez.

GRAU DU ROI - HT - NIVEAU AVENIR

MITRON, DOUANIER, ESCAPA

LE PETIT PLUS POUR L’AVENIR

IMG_9367.JPG

Une activité constante, parfois soutenue, et sans reproche des blancs entrainés par Fouque, a permis aux noirs de se mettre en valeur notamment Douanier et Mitron alors qu’Urubu bien que trop bref et Escapa, trop délaissé, ne laissent pas indifférents.
IMG_9380 - LAZARE (Cyr) sur.JPGLazare (Cyr 804) : Coriace et placé aux planches il doit être serré et bousculé pour enclencher. Sa fin de course plus soutenue lui vaudra le Carmen final porteur d’un gland.IMG_9406 - TOSCAN (Raynaud) sur.JPG

Toscan (Raynaud 162) : Des passages à vide mais aussi percutants dans des finitions engagées - Fouque 3, El Mahboub – et des trajectoires allongées. 5 Carmen plus retour avec un gland.
IMG_9432 - DOUANIER (Occitane).JPGDouanier (Occitane 103) : À l'assaut de tout ce qui se présente, il saute et part sur tout. Calé et provoqué sa combativité et sa vaillance sont soutenues et bien menées. 6 Carmen plus retour ficelles en place.IMG_9449 - URUBU (Plo).JPG
Urubu (Plo 894) : Pris au vire-vire une minute et place aux ficelles ou, ses ripostes assorties d'une légère anticipation ne poseront guère de problèmes aux hommes qui le plient en 7 minutes pour autant de Carmen  retour inclus.
IMG_9474 - MITRON (Lautier).JPGMitron (Lautier 043) : A la vitesse de l'éclair et vite retourné, les échanges sont serrés notamment derrière Fouque avec qui la complicité est ancrée.  A l’arrivée, les cornes sont une véritable menace. Son placement fait régner l'ordre. Rentre une ficelle avec le disque entendu 7 fois.IMG_9506 - COUREJAU (Blatière Béssac) sur.JPG
Courejau (Blatiere 912) : Franc, il part sur les sites pour bien les raccompagner sans pour autant conclure. Il subit le rythme des hommes dans 12 minutes récompensées par les honneurs entendus 5 fois.
IMG_9535 - ESCAPA (Vinuesa) sur.JPGEscapa (Vinuesa 065) : Met en valeur ses qualités barricadière après Fouque, Castell et Laurier. Souvent décollé des planches il ne facilite pas la tâche aux Hommes qui ne peuvent pas toujours s’engager. Carmen, joué 4 fois le reconduit au toril.

 

Entrée : 1/3 - Organisateur : SAS RIBERA - Présidence : J Valentin
Raseteur Droitiers : T Castell, L Faure, R Fouque, P Laurier,  J Vic Gauchers : E Bernard,  E Chebaiki, Y El Mahboub, Y Martin
Tourneurs : C Castell, R Guyon, T Tourreau

Texte et Photos Cyril Daniel