Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/10/2018

TROPHEE TAURIN

Mercredi 2 octobre 2018

67e Trophée Taurin
Midi Libre  - La Provence

Le fil rouge-passion
de la course camarguaise

comttphmali.jpg

2018 : une partie de la Commission du Trophée Taurin

Créer une compétition entre les raseteurs, reconnaître les grands cocardiers, valoriser et médiatiser la course camarguaise, ce fut le credo des trois « inventeurs » du Trophée Taurin. Georges Thiel, journaliste ; Marius Gardiol, greffier de justice et chroniqueur taurin (Mario) et Paul Laurent, manadier et organisateur. Une idée de génie qui accompagne depuis 1951 le monde de la bouvine, tel un fil rouge-passion.
Avec les grandes courses historiques (Cocarde d’Or et Palme d’Or), Le Trophée devenait une vitrine pour la course camarguaise d’hier et d’aujourd’hui. 67 années sans discontinuer pour célébrer le raseteur vainqueur du Trophée des As (depuis 1952) et les Biòu d’Or (en 1954, à la Royale de Bilhau, à partir de 55 à un seul taureau, deux en 67). 67 ans d’articles et de comptes rendus dans la presse, d’abord le Provençal (devenu La Provence en 1997) puis avec Midi Libre en 1967. La première finale, au terme de 44 courses, se déroulera à Beaucaire, le 5 octobre 1952. Devant l’affluence, il est décidé que les finales iraient en alternance à Nîmes et Arles.
Une fois le Trophée Taurin installé, une commission est vite mise en place - présidé par Charles Triaire jusqu’en 1963 - pour élaborer le règlement, élire de Biòu d’Or et gérer les affaires courantes. Sa devise : « Amitié, indépendance, tradition ». Après Charles Triaire, Yves Bouniol présidera l’instance de 64 en 1991, Pierre Sarguet en sera le vice-président ; François Fabre, secrétaire, Marius Gardiol, secrétaire, accompagnés de 21 membres, tous connaisseurs voire experts. Bernard Fesquet prendra la présidence de 92 à 2007. Les quotidiens Midi Libre et La Provence voulant s’impliquer dans les décisions prises, la présidence passera aux journalistes Jean-Claude Jourdan et Domynique Azema, puis Julie Zaoui. Tout cela menant à un fonctionnement équitable : aux journaux, les décisions, la promotion et la ligne rédactionnelle ; à la commission, le côté technique, l’œil sur la compétition et sur les cocardiers.
Ces 67 années ne furent pas qu’une croisière sur le lac de la quiétude. Les divergences entre afeciouna, organisateurs, raseteurs et manadiers ; la création d’une FFCC structurée en 1975, en même temps que le Trophée de l’Aficion (75-85) ; les caractères bouillants et personnages hauts en couleur ; l’évolution même de la course camarguaise et de la société a donné lieu à des querelles parfois picrocholines mais souvent homériques...
Malgré ce, dans ce bouillonnement d’idées et cet amour fou du taureau, toujours l’intérêt de la course camarguaise est resté dans le viseur.
Les rapprochements avec la FFCC - dès 1997, chaotiques et passionnels à leurs débuts, écrits sur un accord-cadre en 2010, plus ou moins bien digéré mais fonctionnant ; puis, cette année, avec une répartition des tâches - étant inéluctables, chaque partie a fait un bout de chemin. C’est difficile parfois et les risques d’inflammation sont nombreux. Mais la cause du taureau est belle à défendre, ardemment, passionnément. Les membres de la commission en sont assurés, hier comme aujourd’hui pour préparer les lendemains.
 
MARTINE ALIAGA
Texte et photo

* A lire : "Les vainqueurs du Trophée des As" de René Trouillet et Gilles Arnaud. Editions Gilles Arnaud. Parution 2011 *

02/10/2018

BLOG

Mardi 2 octobre 2018

Le blog Bouvine en ligne c'est fini !

Vendredi 5 octobre, le blog Bouvine en ligne s'auto-détruira. La plateforme d'hébergement ferme. C'est la fin de 12 ans d'échanges, de comptes rendus, de magazine, d'annonces... De plaisir à partager. Quand en février 2006, avec mon compère Luc Pero, nous ouvrions les premières pages, c'était juste pour mettre des mots (et des images) sur notre passion des biòu. D'autres chroniqueurs aussi prolixes - Cyril Daniel, Eric Auphan - ont rejoint le navire. Nous nous sommes pris au jeu et vous avez été nombreux à nous suivre durant toutes ces années. Merci !

Aujourd'hui, une autre page s'ouvre sur midibilibre.fr (tradition, course camarguaise). Ce sera différent, certes, mais toujours avec la même volonté de partage. Il y a tant de chose à raconter.  Ce n'est que le début, et - je vous l'avoue - je patauge un peu techniquement dans ce nouveau mode de communication. Un peu de patience, et si vous avez aimé le blog, ce sera dans le même esprit que nous poursuivrons l'aventure.

MARTINE ALIAGA

 

Manade

Mardi 2 octobre 2018

Manade Salvini, les 10 ans !

manade salvini,course camarguaise

Frédéric Salvini, saint-christolien pure souche, a toujours eu la passion des biòu. Amateur à la manade Rebuffat, il rêve de posséder sa propre manade. Avec obstination et un brin de folie, il se lance dans le grand bain en 2008. Le soutien de sa famille, les conseils de ses amis le confortent dans son ambition : être manadier. La chose n'est pas simple dans ce milieu mais le garçon a les idées bien en place. Il franchit le Rubicon, rencontre le manadier Guy Allard et avec les conseils de celui-ci fait l'acquisition d'un lot de vaches. Du travail, des amis, une volonté à toute épreuve, nous voilà 10 plus tard au pied de la stèle qu'il a lui-même  imaginée avec l'aide d'un fidèle amateur, sur ses terres situées aux alentours de son village natal, Saint-Christol. Il œuvre pour ce feu sacré de l'aficion. Ferrades, location de salle, sélection de biòu pour les écoles taurines, courses de nuit, et bien sûr le but essentiel de tout éleveur, voir un cocardier briller dans les arènes. L'homme et ses amateurs sont ambitieux, sérieux... Pour les dix ans de l'élevage, on leur souhaite la réussite qu'ils méritent.

VENTADOUR
Texte et photo

01/10/2018

LUNEL *ESPACE ARENE*

Lundi 1er octobre 2018

Le premier biòu des nouvelles arènes

lunellepremierPHMALI.JPG

IMG_9616.JPG

IMG_9598.JPG

IMG_9601.JPG

Trois taureaux de la manade Cyr ont inauguré la piste ce lundi 1er octobre pour une répétition en live  suivie par les gens de la profession et quelques afeciouna                                

01.10.18 - AIMARGUES - ESPOIRS DE NICOLLIN

Course du samedi 29.09

LES ESPOIRS ROUGE ET VERT

EN APPRENTISSAGE

IMG_9743.JPG

Pour le souvenir Denis Serviere,  fidèle supporter de le devise Rouge et Verte de la Tour d'Anglas, la Manade Lafont, devenue Manade Nicollin, alignait aujourd'hui 7 de ses pensionnaires de la même nourrie, tous âgés de cinq ans.

De par ses qualités, Major est un espoir né.  Benvengu, David et Belori demandent à être revus avec plus de maturité.
Chez les hommes, peu avantagés par une piste sablonneuse, le travail soutenu fait parfois défaut mais dans l’ensemble rien à redire. Bourghane est récompensé pour son mérite alors que Miralles est honoré pour sa dernière.
IMG_9767 - BENVENGU (Nicollin) sur M SANCHEZ.JPG
Benvengu (388) - D'aspect tendre il prend peu à peu de la bouteille en accompagnant sèchement Laurier, Bouhargane et Sanchez. Défend ses ficelles avec bravoure et en sauve une. 5 Carmen plus rentrée.
Afouga (331) - 8 minutes pour se mettre dans le coup avec plus d'à-propos dans sesIMG_9800 - AFOUGA (Nicollin) sur T CASTELL.JPG répliques et finitions. Pas facile à manœuvrer surtout qu'il baisse la tête il conserve ses principaux attributs près de 12 minutes. De bons passages, d'autres plus légers. Il n'a que cinq ans. 5 Carmen plus retour ficelles en place.
IMG_9854 - DAVID (Nicollin) sur P LAURIER.JPG
Dario (328) - N'affiche pas une coopération dés plus soutenue,  alternant la retenue, les évasions et un manque d'entrain sur les sites.
David (304) – Entrepris, affiche bravoure. Sans vice, il prend les invites. A la 9ème, serre Miralles avant de tamponner derrière Laurier et se dresser après Miralles. IMG_9923 - BELORI (Nicollin) sur C MIRALLES.JPGA partir de là le ton monte, les rasets s’enchaînent et sans baisser, il tient pied. Rente en musique, entendu 6 fois, une ficelle.
Daudet (331) – Quel petit fou ! 2 envolées à blanc, des tours en contrepiste et dès son retour en piste se cale au point que les portes ne peuvent pas toujours être refermées. Un raset à la tête de Castell qui lui ravit d’un seul coup les 2 glands. Rien de plus. A revoir.
Belori (369) – Cet étalon d’aspect calme s’est bien prêté au travail servi par les hommes. Des allonges appliquées, des sauts certes, mais certains dans l’élan. A la 10ème, belle offensive  derrière Bouhargane qui se conclue par un engagement ou le bois craque.  4 Carmen plus retour.
IMG_9957 - MAJOR (Nicollin) sur MIRALLES.JPG
Major (362) - Energie canalisée, une maîtrise parfaite de la piste et du suivi dans ses échanges avec des arrivées cornes menaçantes avant de sauter derrière Laurier que le secouer quelque peu. S’envoie derrière Castell, Bouhargane, Sanchez et Miralles (2). Le disque entendu  fois le raccompagne. IMG_9938 - MAJOR (Nicollin) sur T CASTELL.JPG

Entrée : 180 pers
Organisateur : CTPR La Ballestilla
Présidence : J. Serviere
Raseteurs Droitiers : P Laurier, T Castell, C Miralles Raseteurs Gauchers : Y Martin, J Bouhargane, M Sanchez
Tourneurs : C Castell, H Kerfouche, L Esteve

Texte et Photo Cyril Daniel

VENDARGUES *AVENIR HT*

Course du dimanche 30 septembre 2018

De vraies révélations

vendarguespagnoletphci.jpg

Pagnolet de Boch aux trousses de Yannick Martin

Une équipe de raseteurs complices, menés par Katif, Rassir et Y.Martin, pour de jeunes taureaux (de 5 à 7 ans) aux qualités prometteuses. Voilà une bonne après-midi passée sous le soleil vendarguois. Course d’arrière-saison avec de jolis pics d’intérêt.
Gustavo (Caillan, N.303).- Direct cul aux planches, râle tout ce qu’il peut, mais ne refuse aucune invite. Droite-gauche avec la même ardeur pour des finitions au ras ou cabré. Conserve sa 2e ficelle avec énergie. 2 Carmen et retour.
Pecari (Hervas, N.104).- Mobile, offre son frontal et sa vaillance et pousse dès qu’il en a l’occasion. Se disperse un moment mais reprend du mordant en se soulevant après Rassir, Méric. Balade les hommes qui n’insistent pas. Une ficelle au toril, 4 Carmen et retour.
Arzacq (Sauvan, N.229).- Rapide et attentif, il déclenche à tous mouvements, raccompagnant prestement. Serre les Martin (Yannick et François). Séries bien menées, cornes présentes.Ponctue après Rassir et, sans ralentir l’enchaînement, va au bout sur Katif. Sa vigilance et son potentiel ne faiblissent pas et il reste maître du jeu et de ses ficelles. 9 Carmen et retour.
Priam (La Galère, N.286).- Une longue série pour lever rapidement les rubans. Toujours un poil décalé, mais vite retourné, il n’est pas trop titillé. Emboîte Yannick Martin qui traverse toute la piste entre les cornes. Du coup, il prend l’ascendant. Finit crescendo par de belles enfermées et conclusions tapantes. Rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Pagnolet (Boch, N.318).- Il porte le renouveau de la manade, fait preuve de placement et de vivacité à fermer la porte.L’œil affûté pour déjouer les départs. Mange le terrain à Y.Martin et ne manque pas les finitions avec bascule. Montre du caractère et met les hommes en panne. Quelques sauts et une anticipation sur Rassir pour ramener ses ficelles. 4 Carmen et retour.
Rivage (Saint-Antoine).- Puissant, brutal, méchant ! Se jette après Rassir (3 fois), Katif (2) après qui il brise et passe les planches. Chaque cite est conclu avec autorité. Il donne du fil à retordre. Craint, garde ses ficelles. 3 Carmen et retour.
Galaad (Lagarde).- Le meilleur taureau du Printemps des Royales 2018 se fait une promenade de santé. Leste, vif, surveille tout. Peu sollicité, il part en chasse ou se poste, prêt à faire feu. Comme après Rassir, Katif ou Michelier pour 9’50 les rubans. Une dernière intervention battante (Katif), pour la route et retour avec ses ficelles. 6 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA
Photo CHRISTIAN ITIER


Course du dimanche 30 septembre. Entrée : demi-arène environ. Organisateur : CT La Muleta. Président : Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers : F. Martin, Katif, Jourdan, Michelier. Gauchers : Y. Martin, Méric, Rassir. Tourneurs : Estève, Daniel.

AIMARGUES *AVENIR HT*

Course du samedi 29 septembre 2018

Complète de Nicollin :
espoirs en apprentissage

Pour le Souvenir Denis-Serviere, fidèle supporter de le devise Rouge et Verte de la Tour d’Anglas, la manade Lafont, devenue manade Nicollin, alignait aujourd’hui 7 de ses pensionnaires de la même nourrie, tous âgés de cinq ans. De par ses qualités, Major est un espoir né. Benvengu, David et Belori demandent à être revus avec plus de maturité. Chez les hommes, peu avantagés par une piste sablonneuse, le travail soutenu fait parfois défaut mais dans l’ensemble rien à redire. Bourghane est récompensé pour son mérite alors que Miralles est honoré pour sa dernière.
Benvengu (N.388).- D’aspect tendre, il prend peu à peu de la bouteille en accompagnant sèchement Laurier, Bouhargane et Sanchez. Défend ses ficelles avec bravoure et en sauve une. 5 Carmen plus rentrée.
Afouga (N.331).- 8 minutes pour se mettre dans le coup avec plus d’à-propos dans ses répliques et finitions. Pas facile à manœuvrer surtout qu’il baisse la tête il conserve ses principaux attributs près de 12 minutes. De bons passages, d’autres plus légers. Il n’a que 5 ans. 5 Carmen plus retour ficelles en place.
Dario (N.328).- N’affiche pas une coopération des plus soutenue, alternant la retenue, les évasions et un manque d’entrain sur les sites.
David (N.304).- Entrepris, affiche sa bravoure. Sans vice, il prend les invites. A la 9e, serre Miralles avant de tamponner derrière Laurier et se dresser après Miralles. A partir de là, le ton monte, les rasets s’enchaînent et sans baisser, il tient pied. Rentre une ficelle. 6 Carmen et rentrée.
Daudet (N.331).- Quel petit fou ! 2 envolées à blanc, des tours en contrepiste et dès son retour en piste, se cale au point que les portes ne peuvent pas toujours être refermées. Un raset à la tête de Castell qui lui ravit d’un seul coup les 2 glands. Rien de plus. A revoir.
Belori (N.369).- Cet étalon d’aspect calme s’est bien prêté au travail servi par les hommes. Des allonges appliquées, des sauts certes, mais certains dans l’élan. A la 10e, belle offensive derrière Belgourari qui se conclut par un engagement où le bois craque. 4 Carmen plus retour.
Major (N.362).- Energie canalisée, une maîtrise parfaite de la piste et du suivi dans ses échanges avec des arrivées cornes menaçantes avant de sauter derrière Laurier et le secouer quelque peu. S’envoie derrière Castell, Bouhargane, Sanchez et Miralles (2). Le disque entendu maintes fois le raccompagne.


CYRIL


Course du samedi 29 septembre. Entrée : 180 personnes. Organisateur : CT La Ballestilla. Présidence : J. Servière. Raseteurs droitiers : Laurier, Castell, Miralles. Gauchers : Martin, Bouhargane, Sanchez. Tourneurs : Castell, Kerfouche, Esteve