Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/06/2018

SAINT MARTIN DE CRAU *AVENIR*

Samedi 2 Juin 2018

LES ENVOLÉES D'ÉTOURNEAUIMG_3345.jpg

Grande action aux planches d'Etourneau (La Galère) sur Damien Moutet

Entrée: 1/20ème Organisateur: CTPR Présidence: P Gibert Droitiers: Bressy, Moine, Montésinos, Moutet Gauchers: Allam, Deslys, Ferriol Tourneurs: J Dumas, Fadli, Sagnier, Solera.

Les arènes sonnent creux avec une petite entrée mais les absents ont tort. Boucanier démarre fort puis Étourneau termine en trombe. Les autres s'avèrent plaisants avec une équipe travailleuse menée par Damien Moutet en chef de file.

BOUCANIER (Guillierme n°258) Franc, il se lance d'entrée à l'abordage sur Montésinos (boum) et brise une planche après Moutet. Volontaire et spectaculaire, il frappe sur Allam (2) même s'il a une préférence droitière après Moutet, Montésinos et Moine. Un jeune premier très intéressant qui aurait pu prétendre à une place plus en accord avec ses principes. Il conserve une ficelle en musique jouée huit fois.

ULLIN (Plo n°812) Décidé, il se fait ravir les attributs en deux minutes trente. Pourtant il envoie les cornes au contact et à l'arrivée. Il  se tourne prestement et brille dans les séries mais rejoint parfois le centre. Il reste disponible et se bat jusqu'à rentrer ses ficelles. 5 Carmen et rentrée.

BOULAGNE (Félix n°016) Mobile, il court beaucoup aux rubans et se donne par à-coups. Classique mais plus assidu aux ficelles il se rapproche des bois et devient plus menaçant. Il s'améliore et termine fort même s'il perd une ficelle à la quatorzième. 6 Carmen et retour.

ANDY (Chapelle-Brugeas n°152) Il joue de ses grandes cornes et d'un coup de revers. Il s'évade seul dans le pourtour puis se lance dans des poursuites dangereuses au ras des planches jusqu'à percuter Deslys. Aux ficelles il perd un peu de son influx et ramène ses bobines au toril sans forcer. 3 Carmen et silence.

GAUGUIN (Lautier n°889) Il défend ses ficelles en moins de deux coups de pinceaux (minutes). Il anticipe fortement Montésinos. Plaisant, il se livre des deux côtés sans retenue dans les séries mais sans difficulté pendant ses douze minutes. 4 Carmen et rentrée.

ÉTOURNEAU (La Galère n°016) débute par un grand coup de barrière en bascule après Moutet son principal challenger. Vif, le vainqueur des courses de ligues 2017 offre un final hautement spectaculaire dans douze minutes ponctuées d'une nuée de coups de barrières ou envolées puissantes qui comblent la petite assistance des gradins. 8 Carmen dont rentrée.

Saint Martin de Crau 02 06 003.JPG

Boucanier (Guillierme) à l'abordage sur Gabriel Montésinos

Saint Martin de Crau 02 06 009.JPG

Faycal Allam à la tête de Ullin (Plo)

Saint Martin de Crau 02 06 015.JPG

Boulagne (Félix) termine après Ludovic Bressy

Saint Martin de Crau 02 06 017.JPG

Andy (Chapelle-Brugeas) en duo avec Damien Moutet

Saint Martin de Crau 02 06 019.JPG

Gauguin (Lautier) enferme Gabriel Montésinos

Saint Martin de Crau 02 06 029.JPG

Percussion d'Etourneau (La Galère) sur Damien Moutet

*******************************************************

Saint Martin de Crau 02 06 030.JPG

Saint Martin de Crau 02 06 032.JPG

Saint Martin de Crau 02 06 036.JPG

Saint Martin de Crau 02 06 039.JPG

Le show Etourneau (La Galère)

****************************************************

Texte et photos Éric AUPHAN

VENDARGUES *AS*

Lundi 4 juin 2018 - Course du dimanche 3 juin

97 ans du CT La Muleta - Royale de Cuillé

Mignon souffle les bougies

vendargues,ct la muleta,mignon,cuillé,course camarguaise

Mignon inquiète Zekraoui aux planches

Pour ses 97 ans, le CT La Muleta sort le grand jeu, en invitant la Royale de la manade Cuillé et son triple Biòu d’Or qui ont offert un spectacle de qualité, malgré une pluie qui tout le long de la course arrose le sable, sans pour autant perturber le travail, et ce jusqu’au dernier pour 8 mn de course. Une belle présentation des juments et poulains de la manade Vinuesa, Arlésiennes du club taurin pour la capelado. Chez les hommes, Zekraoui jusqu’au 5e (il sort sur blessure) fait étalage de sa classe, Rassir travailleur et courageux, Katif qui doucement revient en forme, Vic toujours dans le coup, Robert brouillon mais présent, Bruschet obstiné dans le travail, Oudjit, Laurier, Jourdan, offrent une bonne répartie, un travail parfois limite mais bien canalisé par une présidence compétente. Chez les biòu avec Mignon en chef de file, l’ensemble est de qualité.

Coubertin (N.951).- Rugueux combattant, il sélectionne en venant finir avec la corne, saute après Roux pour calmer les ardeurs. Zekraoui dans les cornes. Il ne se laisse pas enfermer. Placé au toril, se montre lunatique mais pousse méchamment chaque répartie jusqu’aux planches. Zekraoui encore.Les ficelles au toril. 6 Carmen, bon premier.

Coquet (N.706).- Malgré la déferlante, le biòu se montre combatif, de bonnes séries un peu coquines... Zekraoui encore dans la longueur. Coquet se sort de l’étreinte, élargit le cercle, inquiète Rassir. Bonne prestation, rentre ses ficelles. 5 Carmen.

Massena (N.856).- Hargneux, se donne avec conviction sur les cites cornes au ras des bois. Aux ficelles, se place et donne le change. Après Zekraoui, Katif, Laurier, c’est puissant. Il promène les hommes, se montre présent. Belle lutte pour la 1re ficelle à la trompette. 8 Carmen et les bravos.

Mignon (N.349).- Tour de piste, se place et attend les attaques, chasse les hommes. Oudjit doit rompre, grosse anticipation sur Zekraoui, longe les planches avec la corne. Attaqué, il fait parler le métier, la joue distrait sur les spectateurs. Il a la classe, chasse les hommes, vision, anticipation. Les ficelles à Générac. 6 Carmen et l’ovation du public.

Apache (N.954).- Sous un aspect lourd, ses anticipations et sa vitesse font sensation. Malgré la galère, il répond présent sur Robert, Bruschet, Katif, déclenchant le disque. Durcit son jeu et conserve ses ficelles. 9 Carmen et les bravos.

Aptel (N.015).- Magnifique présentation. Se montre sauteur, se dresse sur Katif, casse du bois sur Oudjit, Laurier, Rassir, c’est puissant ! Bonne série en fin de course. 6 Carmen.

Marapan (N.086, pour 12 minutes, hp).- La pluie se fait plus dense. Marapan montre son potentiel. Finit sur Rassir avec puissance au-dessus des planches. Spectaculaire mais, dommage, sa prestation est abrégée par la pluie, à la 8e minute. A revoir avec intérêt. Rentre ses ficelles. 5 Carmen.

VENTADOUR
Texte et photo

Course du dimanche 3 juin. Entrée : plein. Org. : CTPR La Muleta.Président : Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers : Vic, Katif, Bruschet, Oudjit, Jourdan. Gauchers : Robert, Rassir, Zekraoui (sort au 5e), Laurier. Tourneur : Lopez F, Roux, Jockin, Esteve.

Trophée des As : Robert, 13 points ; Rassir, 12 ; Katif, 9 ; Bruschet, 7 ; Zekraoui, 6.

Trophée Honneur : Vic, 16 ; Oudjit 2.

SOMMIERES *AS*

Lundi 4 juin 2018 - Course du dimanche 3 juin

En souvenir de Gilles Arnaud

sommières,gilles arnaud,course camarguaiseDepuis ce dimanche 3 juin, les arènes de Sommières portent le nom de Gilles Arnaud,  Sommiérois tombé tout petit dans la marmite bouvine qu’il ne quittera plus jusqu’à sa disparition, le 15 septembre 2013 à l’âge de 54  ans.

Vice-Président fondateur de l’Ecole de raseteurs, puis président, exportateur et rapporteur de la Camargue et de ses traditions de par la création de bouteilles personnalisées, de calendriers et d’ouvrages camarguais, chroniqueur taurin à Midi-Libre et La Provence, Gilles vivait pleinement sa passion. Mais,  « c’est en tant qui Président du Club Taurin « Lou Carmen » alors que les Arènes entre promenade et Vidourle venaient d’être mises en Régie Municipale qu’il a contribué et en fait  la renommée  en y montant des affiches dignes des plus grands leur permettant de se la jouer à guichets fermés », dira Guy Marotte, maire, qui a rendu un bien bel honneur à ce passionné de la Camargue et de ses traditions, en présence des frères de sœur de Gilles, de proches et d’aficiona.

sommières,gilles arnaud,course camarguaise

CYRIL DANIEL
Texte et photos

A l'issue de la courses, les prix ont été remis
à Marquis de Ricard et Chekade

sommières,gilles arnaud,course camarguaise

Marquis fracasse après Allouani

Voilà, c’est fait, les arènes de Sommières sont baptisées au nom de Gilles Arnaud. A cette occasion, le CT Lou Carmen remet un prix à la manade Ricard pour son taureau Marquis et à Chekade au titre de raseteur de l’après-midi.

Santen (Les Baumelles).- 5 Carmen et retour. Un premier dissuasif, des poursuites serrées avec expérience après l’homme. Il met en danger à la planche Marignan, Allouani (2) et Ayme. Perd sa 1re ficelle à la 8e. Conserve la 2e.

Omega (Blatière-Bessac).- Baroule beaucoup, ne se fixe que très rarement et passe à côté de sa course. Un jour sans pour le pensionnaire des Iscles.

Gaura (Ribaud).- 4 Carmen et retour. Vite dépourvu de ses pompons, une fois placé contre les planches, il défend ses ficelles avec tonus et joue de ses cornes avec intelligence. Aliaga et Marignan nous servent des rasets de qualité. Gaura évolue dans le bons sens et enferme ses pelotes avec métier.

Attila (Lautier).- 6 Carmen et retour. Rapide, il enchaîne dans les premières séries où il perd ses attributs en 3 minutes. Anticipe Martin avec puissance. Constant dans ses efforts, il suit ses proies avec sa corne menaçante. Sa vitesse d’exécution fait mouche après Martin pour des rencontres émotionnelles. Chekade lui ravit sa 2e ficelle. 13 minutes.

Ourazi (Blanc).- 8 Carmen et retour. Une course pleine et régulière avec de très bonnes séries, un placement opportun et des finitions aux barrières convaincantes. Chekade pour la 1re ficelle.

Marquis (Ricard).- 5 Carmen et retour. D’emblée saute allègrement les barrières, poursuit les hommes en contre-piste. Frappe très fort après Allouani (deux fois). Il se tient devant le toril et fait le large autour de lui. Il défend son 2e gland, les hommes ne s’aventurent pas et sont méfiants car les arrivées sont avec lui risquées.

Ajax (Occitane, hp).- 5 Carmen et retour. Ça rasète vite, le taureau répond et va au bout, frappe fort après l’homme 4 fois. Chekade pour la cocarde et un gland, suivi de Martin pour le 2e. Et une dernière conclusion sur Allouani.

JEANNOT
PHOTO LAURENT SONZOGNI

Trophée des As : Chekade, 12 ; J. Martin, 11 ; Aliaga, 9 ; Marignan, 6 ; Errik, 6 ; Ayme, 4 ; Ouffe, 3 ; Allouani, 3.

Course du dimanche 3 juin. Entrée : 1/2 arène. Org. : CT Lou Carmen. Présidence : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Marignan (sort au 6e), Allouani, Chekade, Ayme, Aroca. Gauchers : Ouffe, Errik, Aliaga (sort au 5e), J. Martin. Tourneurs : Cuallado, Moulin, Ull, Bensalah.

 

BEAUCAIRE *AS*

Lundi 4 juin 2018 - Course du dimanche 3 juin

Finale du Muguet d'Or - Souvenir François-Canto

Charrade, le bon tempo aux As

beaucairescipionphGM.JPG

Le raseteur récolte le prix
avec Scipion de Saumade, meilleur cocardier

Le temps menace mais finalement tient et les spectateurs ont pu suivre jusqu’au bout cette finale du Muguet d’Or, Souvenir François-Canto. Charrade fait un beau parcours récompensé du prix, 2e Ciacchini, 3e Bouhargane. Un trio qui a tenu la course aux côtés de Cadenas qui reprenait après blessure.

En noir, beaucoup d’inégalité dans les comportements, certains peu servis par la pression constante des blancs. On retient la prestation sérieuse de Dardailloun, la générosité de Melgueil, la maîtrise de Scipion qui s’adjuge le prix et les qualités spectaculaires de Nîmois au final. A la capelado, honneur aux anciens raseteurs, notamment la famille Rado représentée par Georges. Remise des prix avec les groupes folkloriques, la Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur et la municipalité.

Aramis (Saint-Antoine, N.633).- Quand il se place, il sélectionne rudement. Aux ficelles, demande de l’investissement, change de position, déclenche aux invites rapprochées de Cadenas. Mais manque de conviction et rentre ses ficelles.

Dardaillon (Lafon, N.004).- Fait parler sa vitesse, les cornes suivent jusqu’au ras des planches. Pourchasse Gros pour 2’20 les rubans. Toujours placé, tient les tourneurs à distance, sort en force sur Cadenas, fuse après Deslys, anticipe Bouhargane. Complique le jeu en sélectionnant ses adversaires sans se laisser distraire et en emboîtant l’homme.Méchante enfermée sur Cadenas, fuse après Bouhargane et Deslys. Rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.

Melgueil (Rouquette, N.005).- Honore tous les cites jusqu’aux planches. Se laissant parfois prendre dans l’étau blanc, il défend 3’20 ses rubans. Reste dans le terrain des planches, s’engage généreusement et avec franchise et allonge de belle manière après Cadenas, Charrade, Ciacchini. Ficelle ouverte, la pression s’accroît, il laisse passer l’orage pour bien finir après Charrade et Bouhargane. 13 pétillantes minutes. 4 Carmen et retour.

Triton (Plo, N.7118).- Au grand galop, il parcourt tout l’espace, part en chasse et se fait chiper ses rubans. Décalé, il faut l’intéresser sinon il repart en vadrouille. En revanche, bien cité, il s’engage fort, les cornes frôlent Bouhargane, tamponne après Ciacchini, quiche Allam. Se chauffe par intermittence puis, se décale, et subit pour la 1re ficelle à Charrade à la limite du temps. 4 Carmen et retour.

Scipion (Saumade, N.625).- Auteur de finitions tonitruantes dès le départ, placé, il choisit ses hommes. Utilise toute la piste, belle longueur avec Cadenas. Cul aux planches, les candidats ne sont pas légion. Une petite série, un beau tête-à-tête avec Charrade. Gère avec expérience alors que les primes montent (1000 €), Gros tente, une longueur émotionnante avec Cadenas, conclut sur Deslys et, se faisant respecter, garde ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Frisé (Ricard, N.868).- Imprévisible dans ses sauts, ses déplacements ou ses attaques, il se disperse un peu et balade les hommes. En revanche, quand la cible est en vue, les coups aux planches sont violents (Deslys, Dunan, Naïm), celui sur Bouhargane est énorme, en musique. Rentre ses ficelles en silence.

Nîmois (Fabre-Mailhan, hp pour 10 minutes).Se livre puis s’envoie dans de grandes envolées notamment après Naïm (3), Cadenas ou Deslys.Monte en puissance après Bouhargane, catapulte Deslys et Ciacchini. Ne laisse que sa 1re ficelle. 7 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
Photo GEORGES MARTIN

Trophée des As : Ciacchini, 24 points ; Charrade, 23 ; Cadenas, 16,5 ; Allam, 6 ; Dunan, 6 ; Naïm, 3.

Trophée Honneur : Aliaoui, 4 points.

Course du dimanche 3 juin.

Entrée : 1/2 arène. Org. : mairie. Président : Joris Alvarez. Raseteurs droitiers : Cadenas, Ciacchini, Charrade, Dunan, Gros. Gauchers : Allam, Bouhargane, Deslys, Naïm, Aliaoui. Tourneurs : Dunan, Kerfouche, Dumas, Beaujard, A. Benafitou.

 

03/06/2018

CASTRIES *NIVEAU AS HT*

Dimanche 3 juin 2018 - Course du samedi 2 juin

Le 12e Trophée des Brasérades
à Dunan et Bayle

Sur le thème de la transmission, anciens raseteurs et jeunes élèves défilent à la capelado

CASTRIESBAYLEZEKRAOUIPHMALI.jpg

Bayle un sacré client qui sait qu'il a des cornes

Si l’on était taureau, hier à Castries, il valait mieux avoir le cuir bien tanné face à l’appétit d’ogre des raseteurs. Les plus jeunes Grasilho et Barcarin ont montré des qualités mais n’ont pu offrir que leur bravoure, ce sont donc les vieux briscards qui s’en sont le mieux tirés. Beleu en première partie se bat avec ferveur, Bayle et ses difficultés s’adjugent le prix tandis que Saint-Eloi tamponne à tout va. Kouros mettant du panache au final. Dunan prend le 12e Trophée des Brasérades, au sein d’une équipe d’où sont ressortis Zekraoui qui a trouvé un peu de place pour de belles rencontres et Katif pour son envie. A la capelado, avec Régine Pascal et les Arlésiennes, les anciens raseteurs transmettent le relais aux jeunes élèves et leur offrent un diplôme.
Tailleur (Raynaud).- Attaqué sur un train d’enfer, il passe d’un raset à l’autre sans se poser. Puis trouve l’angle et prend de l’envergure pour écarter Aliaga, Marignan. C’est moins la cohue à sa tête mais ça repart à la 1re ficelle dans des séries au rythme trépidant. Finalement, dans la précipitation, les deux rentreront. 5 Carmen et retour.
Beleu (Lou Pantaï).- Vite fait les rubans, il fait parler l’expérience, se positionne pour des poursuites au ras des planches et au besoin conclues (Marignan). Bien campé sur ses positions, il attend les blancs, trouve Zekraoui pour de beaux tête-à-tête. Ficelle ouverte c’est la ruée, Beleu, se bat, cloue les planches, se cabre et livre au beau combat. 11 très bonnes minutes. 5 Carmen et retour.
Grasilho (Rouquette).- Ce magnifique étalon se lance bravement dans la bataille. Des séries avec cœur, au bout après Aliaga, bien avec Zekraoui qui allonge. Quand les hommes lui laissent le temps, il s’exprime avec bravoure pour 10’30 et trois de plus pour l’élastique. 6 Carmen et retour.
Les affaires se corsent avec Bayle (Vinuesa). Le premier raset d’Aliaga finit en éclat. Prend position, frappe méchamment (Zekraoui, Katif), choisit ses adversaires et joue des cornes. Katif insiste, Zekraoui pour de grosses ripostes. Enorme coup après Dunan, ses deux faucilles en avant. Se réserve un peu et les hommes capitulent pour 2 ficelles au toril. Une dizaine de Carmen et retour.
Barcarin (Fabre-Mailhan).- Les rubans volent vite. Aux ficelles, ce valeureux partenaire se livre plein pot, en toute franchise et s’emporte en finition. Sa générosité est mise à rude épreuve. Aux ficelles, sans égards, sans répit, pour 7 minutes épuisantes. 7 Carmen et retour.
Saint-Eloi (La Galère).- Attaque par une rafale incessante de coups aux planches. Sous les sollicitations pressantes, il fait jouer son expérience, en laisse passer quelques-uns pour mieux reprendre en énormes éclats (Katif, Zekraoui, Dunan). Défend sa 1re ficelle 9’30. Et livre 12 minutes tonitruantes pour autant de Carmen et retour.
Kouros (Fabre-Mailhan).- Avec la fougue de sa jeunesse, il s’envoie en force (Ouffe, Zekraoui, Aliaga), bascule après Dunan. Se pose le temps qu’il peut et si les séries lui sont dures, il exprime toute sa bravoure et rentre une ficelle. 7 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA
Texte et photos


Course du samedi 2 juin. Entrée : 2/3 d’arènes. Org : ATC Les Manades. Président : Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers : Allouani, Dunan, Katif, Marignan, Chekade. Gauchers : Aliaga, Errik, Ouffe, Zekraoui. Tourneurs : Estève, Ull, F. Lopez, Kerfouche.

01/06/2018

ENTRETIEN

Vendredi 1er juin 2018

Après s'être blessé en janvier

Joachim Cadenas :
"J'ai hâte d'y être"

Le raseteur reprend le crochet ce dimanche à Beaucaire

IMG_2082.JPGBlessé depuis janvier (à une course d’entraînement), Joachim Cadenas retrouve le chemin des pistes, ce dimanche à Beaucaire. Mercredi nous avons rencontré le jeune homme de 23 ans lors d’une de ses séances d’entraînement. L’occasion de connaître un peu mieux ce raseteur qui transmet tant d’émotions aux gradins.

Joachim, où avez-vous commencé à vous intéresser aux taureaux ?

J’habitais un petit village près d’Arles, Mas Thibert, Tout jeune, j’allais aux courses camarguaises avec mes copains, mes oncles, j’allais en manades, aux ferrades. J’ai commencé à raseter chez les manadiers (Laurent, Bon, Chapelle, Fabre-Mailhan, etc.) et aussi quelques vaches emboulées. Et surtout voir les taureaux en pays. Après, j’ai fait l’école de raseteurs d’Arles, les Ligues, l’Avenir puis les As depuis 2016.

Vous avez été blessé cet hiver, quels ont été les dégâts et comment avez-vous géré votre convalescence ?

J’ai été blessé le 23 janvier 2018, une rupture des ligaments croisés postérieurs au genou et distension du ligament latéral. Ce fut très douloureux et j’ai eu peur pour la suite de ma carrière. Je suis resté trois semaines couché, puis commencé la rééducation sur Arles, un mois et demi à Cap Breton plus des soins spécifiques et très pointus auprès de docteurs à Lyon et Perpignan. J’ai repris l’entraînement depuis peu.

Comment se présente cette course de dimanche ?

Dimanche, j’attaque direct sur une finale (Le Muguet d’Or à Beaucaire), avec certains taureaux à découvrir à ce niveau. J’ai hâte de retrouver les sensations, de prendre du plaisir et bien sûr de transmettre aux spectateurs. Après j’essaie de me couper un peu de tout ce qu’on me dit, je sens l’attente du public et je le comprends. Ça rajoute une pression en plus de celle que je me mets moi-même. Mais c’est de la bonne pression. J’essaie de ne pas faire la course avant la course, les taureaux même ceux que tu connais bien, n’ont parfois pas le même comportement d’une fois à l’autre.

Vos ambitions sur la saison ?

Je vais faire attention, préserver mon physique, raseter les plus grandes courses, surtout le dimanche...

Vous faites équipe cette année avec Didier Dunan, pourquoi lui ?

Je le connais bien et depuis longtemps. Déjà à l’école taurine, il nous conseillait. Il est super gentil et il a une grande connaissance. Avec lui, je suis en confiance.

En règle générale, comment voyez-vous la course camarguaise ?

Il faut évoluer dans le bon sens, être positif. Que le public se régale. Il faut qu’il y ait de l’émotion aux arènes. La compétition peut créer l’émotion et le spectacle. Et donner une bonne image.

Propos recueillis
par Martine Aliaga

* Dimanche, à Beaucaire, finale du Muguet d’Or.