Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/02/2015

UNION DES CLUBS TAURINS PAUL-RICARD à MEJANES

Samedi 31 janvier 2015

Affluence pour le 60e anniversaire

 uctpr,60 ans,courses camarguaises

 

uctpr,60 ans,courses camarguaisesLa grande salle de Méjanes trop petite pour accueillir tous les Ricardiens (356 clubs taurins représentés sur 378), plus de 1000 repas servis à midi, (ou plutôt à 14h), l’orchestre “Chicuelo” dirigé par Rudy Nazy pour rythmer l’assemblée générale... Les 60 ans de l’UCTPR ont été dignement marqués avec de nombreux représentants des familles Ricard et Thiers ainsi que le pdg de la Sté Ricard Philippe Savinel, tous mis à l’honneur au final.

uctpr,60 ans,courses camarguaisesEn maître de cérémonie expérimenté, Dominique Perron, président de l’UCTPR a insisté sur la tolérance, le respect et la liberté d’expression tout en martelant les principes de l’Union, dynamisme, amitié, convivialité.

Et s’il a pressé les “rapporteurs” des différentes commissions à être concis, via les interviews du journaliste taurin Vincent Bourg dit Zocato, force est de constater que notre représentant pour la course camarguaise Jérémy Serrano s’est totalement fait “vampirisé” par les maîtres des mots et des formules que sont Paul Hermé (corrida sud-est), Marcel Garzelli (corrida sud-ouest) et Gérard Suberchicot (course landaise).

Dommage car les récompensés camarguais avaient belle allure que ce soient les manadiers Daniel et Guillaume Gillet, Youssef Zekraoui ou encore Maxime Favier, la manade Ricard quant à elle recevant le coup de cœur, normal en cette année anniversaire.

Un bref moment d’amertume donc pour les Camarguais vite repris par l’ambiance festive et - comme le soulignait Dominique Perron, « Le bonheur d’être ensemble pour partager notre passion ». Et le président de conclure : « 60 ans de vie commune et un mariage réussi... l’avenir est devant nous ».

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

DANS LA SALLE

 

uctpr,60 ans,courses camarguaises

 

 

uctpr,60 ans,courses camarguaises

 

EN BREF

Compte rendu moral par Arnaud Fesquet, secrétaire général. En 2014, 378 clubs taurins adhérents pour 15 561 membres, nombre stable. L’UCTPR a soutenu plusieurs centaines de manifestations (1 200) tout «en ne faisant pas de différence entre les tauromachies dans notre combat de défense de nos traditions».

Compte rendu financier par Bernard Melchior, dont c’était la dernière intervention avant la retraite. Quelques chiffres : subvention de la Sté Ricard, 156 000€. Résultat pour l’exercice 2014, excédentaire à 18 017€.

Bilan moral et financier adoptés à l’unanimité et quitus donné au conseil d’administration.

LES RECOMPENSES

Corrida sud-est: novillero, non piquée, Andy Younes. Novillero, piquée, Joaquim Galdos. Novillada, piquée : ganaderia Blohorn et son majoral Patrick Alarcon. Novillada, non piquée, ganaderia La Paluna et ses propriétaires Michel et Vincent Fare. Ganaderia Rehuelga et Rafael Buendia.

Corrida sud-ouest : novillada, sans picador, ganaderia du Lartet, représentée par Paul et Jérôme Bonnet. Novillada, non piquée, Pablo Aguado. Ganadero Luis Uranga de la ganaderia Pedraza de Yeltes.

▼ PHOTO ci-dessous - Course camarguaise : raseteur Avenir, Youssef Zekraoui. Raseteur As, Maxime Favier. Manade Gillet représentée par Guillaume et Daniel Gillet. Coup de cœur de la commission, manade Ricard représentée par Eugène et Xavier Guillot et la famille.

 uctpr,60 ans,courses camarguaises

 Course landaise : écarteurs, champion des jeunes Rémi Lapos, champion de France Mathieu Nogues. Sauteurs, champion des jeunes Etienne Grenet ; champion de France Fabien Napias. Hommage à Elodie Poulitou.

▼ Photo ci-dessous - Au final, hommages à la famille Ricard représentée par Michèle Ricard, président du club Méjanes et à la Sté Ricard représentée par Philippe Savinel, président directeur général.

 uctpr,60 ans,courses camarguaises

 **************

03/02/2015

MONTPELLIER PIERREVIVES

Vendredi 30 janvier 2015

Soirée réussie !

BLOG1.jpgPas facile d'amener les citadins montpelliérains aux sports traditionnels languedociens et si l'amphithéâtre affiche le plein en début de soirée, il faut bien reconnaître que ce sont les "convaincus" et les élèves raseteurs qui l'ont principalement rempli.

 

BLOGVIANES.jpgChapeau au Conseil général de l'Hérault, via Hérault Sports, de subventionner et prêter ses installations aux représentants des joutes, tambourins et courses camarguaises. Les richesses de la région sont multiples mais parfois trop confidentielles.

► PHOTO : Jean Claude Vianes et Christian Bénézis.

Ce vendredi à Pierrevives les projecteurs étaient tournés vers la course camarguaise et les intervenants ont fait parler leur expérience et leur coeur pour expliquer leur passion du taureau. En préambule après quelques mots de Jean-Claude Vianes président de l'ODCC 34,  Christian Bénézis, vice-président du CG, chargé des sports s'est "réjoui de recevoir les écoles de raseteurs et leur encadrement. Vous êtes de vrais bénévoles pour l'amour des taureaux et des hommes. La course camarguaise est un sport à part entière, quand je vois la condition physique des raseteurs... Un sport qui est resté amateur tout en se professionnalisant. Soyez positif, continuez à travailler, le département sera à vos côtés. J'espère que la nouvelle assemblée (élections dans deux mois) continuera à vous aider".

Place à la signature de la convention liant les écoles de raseteurs et le conseil général de l'Hérault par Jean-Claude Vianes, Gérard Barbeyrac responsable à la FFCC, et Christian Benezis.

BLOGFRANCOISKARINE.jpgEt pour rentrer pleinement dans la course camarguaise quoi de mieux que des images... Et notamment celles de l'équipe de François de Luca (PHOTO : François et Karine Vianes présentent les films) du Festival de Saint-Geniès-de-Malgoirès qui avait choisi quatre films convaincants : Barraïé, les raseteurs actuels, le sublime "La rage de vaincre" (Cocarde d'Or) et Sabri Allouani.

BLOGBARRAIE.jpgSi je ne devais retenir qu'une émotion, ce serait celle de Jean-Pierre Durrieu et Gérard Barbeyrac, les larmes dans la voix pour évoquer le grand Barraïé. Pleurer pour un taureau, s'émouvoir sur les grands moments de bonheur procurés par un cocardier, évoquer avec respect sa carrière, ses mauvais jours et sa fin... Pas que des mots, juste la force d'un amour difficile à expliquer mais tellement puissant à ressentir.

BLOGRASETEURS.jpgQuant aux raseteurs si Sabri Allouani a acquis beaucoup de maturité dans ses propos quand il évoque sa carrière et surtout quand il appelle les élèves raseteurs au sérieux, les Katif, Zekraoui ou Aliaga, ont dû faire des efforts pour vaincre leur timidité. Mais leur présence à tous, encadrement, raseteurs et public est un témoignage que cette soirée a été réussie. 

MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER

LES ECOLES DE RASETEURS

Ils sont l'avenir de la course camarguaises. Vendredi à Pierrevives, ils se sont déplacés en nombre aux côtés de leurs éducateurs, prouvant leur motivation.

 BLOGECOLE1.jpg

BLOGECOLE2.jpg

BLOGECOLE3.jpg

BLOGSALLE.jpg

****************************

 

 

 

26/01/2015

ASSOCIATION DES ELEVEURS DE TAUREAUX DE COURSE CAMARGUAISE

Réunion du samedi 10 janvier 2015

Défendre la spécificité de l'élevage camarguais

 aetcc,courses camarguaises

Le bureau de l'AETCC au Mas du Pont de Rousty

L'ambiance bon enfant de l'après-midi de travail des éleveurs de taureaux de course camarguaise en ce samedi n’a pas empêché les manadiers d’aborder toutes les questions liées à leur profession. Et si les bonnes notes sont nombreuses, l’inquiétude se fait jour du côté de la nouvelle PAC (politique agricole commune) décidée par l’Europe et gérée par la France et son ministère de l’Agriculture. A savoir que ces directives ne vont pas dans le sens d’un l’élevage extensif de bovins sauvages. Exemple avec, pour le décompte des primes, certains zones humides (marais, roselières) qui ne sont pas prises en compte dans le calcul des surfaces à paître ou encore, un taux de rentabilité de naissances demandé pour les vaches allaitantes. En clair comment mettre en parallèle un élevage de bovins classique avec celui des biou vivant en semi-liberté ? Le nouveau combat que mène l’AETCC se déroulera plus dans les cabinets parisiens à savoir demander des aménagements adaptés à la spécificité de l’élevage camarguais. On peut compter sur la ténacité de la présidente Françoise Peytavin et de son bureau pour faire avancer le dossier.

Malgré ce problème qui pèse sur la rentabilité des élevages, L’AETCC se félicite de la bonne santé des manades de l’association. Les problèmes sanitaires, après le triste épisode des abattages pour cause de tuberculose, sont passés. « La situation s’est améliorée, grâce au travail et au respect des règles, expliquent Françoise Peytavin et Francis Fassi, lors du point presse. Il n’y a plus de conséquences dramatiques majeures, mais il faut rester vigilants ».

« En piste, les taureaux et vaches de l’AETCC mènent bon train, avec des représentants de nos manadiers présents à tous les niveaux des compétitions, les résultats des sélections sont bien là. Et nous avons un an pour préparer les 30 ans de l’association en 2016 ».

En ce qui concerne l’encierro à l’Eyraguaise, l’association soutient par principe sa pérennité. « Si on touche à l’encierro, le reste va suivre. L’AETCC défend les cultures taurines ».

Gérard Batifort, invité par l’association, a listé les propos tenus lors des différents ODCC à savoir les tours de ficelle à plat pour les encocardements, les courses de promotion, les licences bientôt obligatoires (en 2016) pour les amateurs ou gardians qui font courir les taureaux. A la question « depuis 2014 l’AETCC impose à ses manadiers que les bêtes qu’ils font courir soient nées et marquées de leur fer, est-ce que la FFCC l’a pris en compte dans son règlement ? Gérard Batifort : « Cela sera fait lorsque les trois associations de manadiers seront d’accord ». Affaire à suivre…

Christian Vallat, invité au titre de président du comité du Trident d’Or, a expliqué comment faire noter les taureaux pour s’insérer dans cette compétition.

Après que l’AETCC Languedoc Roussillon dont la compétition des Jeunes Pousses affiche un joli succès,  se soit réunie pour tenir son assemblée générale, place était laissée à la partie plus festive.

MARTINE ALIAGA

AETCC LR

Après une autre réunion de son bureau, l’AETCC LR a élu son nouveau bureau. Rogé Andréo étant démissionnaire, Magalie Renaud (manade Sylvéréal) étant la nouvelle présidente.

BUREAU DE L’AETCC

Présidente Françoise Peytavin, vice-président Francis Caillan et Bernard Andréo, trésorier Jean-Pierre Chazot, secrétaire Sandrine Salmeron. 28 manadiers sur 31 membres étaient présent à l’AG au siège de l’association Mas du Pont de Rousty.

 

 

 

 

23/01/2015

ASSOCIATION DES PRESIDENTS DE COURSE

Dimanche 11 janvier 2015 - A la manade Raynaud

Bilan après 8 ans d’existence

 apcc,manade raynaud,courses camarguaises

De g. à d. : Philippe Gibert, Nicolas Manchon, Marc Moucadel,
Claude Chevalier, Frédéric Raynaud

 

apcc,manade raynaud,courses camarguaises« L’Association des présidents de course camarguaise se porte bien après 8 ans d’existence, tels ont été en préambule de l’assemblée générale, les propos de Marc Moucadel, président des présidents. Notre objectif de rassembler se confirme avec, cette année six nouveaux adhérents. Tout n’est pas parfait, on peut améliorer l’implication de tous dans l’amélioration des règlements. Aujourd’hui, la FFCC est à l’écoute, chacun doit faire un effort ».

Et Marc Moucadel de re-demander à Gérard Batifort, présent, « nous devons avoir une réflexion sur la reconnaissance officielle de notre association par la FFCC, que l’APCC soit représentée officiellement au comité directeur ».

L’association prouve son implication par des propositions :

Pour exemple : demander aux raseteurs stagiaires de participer dans la saison à 2 ou 3 courses à côté d’un président pour avoir une idée du fonctionnement et de sa complexité : de réfléchir sur la formation des jeunes à la présidence de course, en plus de l’examen on pourrait les intégrer aux côtés d’un président. Ces deux points sont déjà dans les tuyaux de la FFCC, précise Gérard Batifort.

L’APCC poursuit son rôle auprès de ses adhérents en leur fournissant et en leur expliquant lors de réunions, les documents suivants : règlement FFCC, Trophée Taurin, fiche de préparation de course.

Le président de la FFCC apportait son concours en précisant : « Les présidents de course ont toute la responsabilité de la course. De nouvelles mesures ont été prises : les raseteurs et tourneurs vous laisseront leur licence en début de course. En cas de blessure, la licence sera donnée au délégué à charge pour le raseteur de la récupérer à la Fédé avec certificat médical. Vous pouvez aussi demander leur licence aux manadiers et aux gens qui interviennent sur les torils ou en contre-piste. En cas de problème, la Fédé ne peut intervenir que si les acteurs des litiges sont licenciés ».

La discussion s’engage sur le fait de récupérer les licences. Marc Moucadel : « Je verrai plus les délégués récupérer les licences… ». Gérard Batifort : « Les délégués sont les observateurs, les présidents de course en tant que licenciés FFCC sont chargés de faire appliquer les règlements… ». Claude Chevalier : « Comment récupérer les licences à la Cocarde d’Or ? ». Marc Moucadel : « Sur les grandes courses, le délégué peut donner un coup de main… ».

Puis sur l’application du règlement.  Frédéric Raynaud : « en tant que manadier, je demande de faire respecter les règlements. Par exemple, faire reprendre un taureau fatigué, surtout en début de saison… ». Gérard Batifort : « lors de la table ronde, manadiers-raseteurs, l’encocardement a été prévu « à plat » pour limiter les blessures aux taureaux ». Frédéric Raynaud : « Il faudra bien l’expliquer aux spectateurs, car l’encocardement « à plat » sera visuellement plus large sur les cornes… »

Au bilan de ses huit années d’existence, l’Association se montre toujours offensive dans ses propositions, à l’écoute des problèmes de ses adhérents et prête à s’investir davantage pour la bonne marche de la course camarguaise. L’homme au micro, par ses décisions et sa voix, est un acteur majeur de la bonne tenue et de la réussite d’une course. Améliorer sa formation est primordiale, reste qu’étant défrayé par les organisateurs et ayant obligation de faire respecter les règlements, il lui faut beaucoup d’expérience, d’intégrité, de souple autorité sur les acteurs, de connaissance et de passion des taureaux, pour assurer ce poste difficile. Nos présidents ne manquent pas de ces qualités mais, il faut bien reconnaître, que ce n’est pas facile tous les jours.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

PARTICIPATION

apcc,manade raynaud,courses camarguaisesUne soixantaine de convives ont participé à la journée, un chiffre conséquent pour cette 8e assemblée générale.

BILAN FINANCIER

Le trésorier Claude Chevalier a listé recettes et dépenses pour un solde positif à 860,17€.

BILAN MORAL

Le secrétaire Nicolas Manchon a retracé les travaux 2014 de l’APCC. L’AG à la manade Occitane. Sur 96 présidents de course licenciés à la FFCC, 40 sont menbres de l’APCC. Participation à des sessions de formation. Remise de cocuments. Diverses réunions : du bureau, à la FFCC.

MANADE RAYNAUD

 

apcc,manade raynaud,courses camarguaises

 

C’est toujours un grand plaisir de prendre la route du Grand Radeau et de ses espaces privilégiés entre mer, petit Rhône, étangs et roubines. L’accueil de la famille Raynaud est chaleureux, direct. Les convives se sentent bienvenus et un peu chez eux. Les deux grandes charrettes ont permis la visite des bêtes et le privilège de serrer de près les vedettes. Ratis bien sûr, tranquille et majestueux, mais aussi Rabino, Escamillo et consort. Un large tour dans les terres avant d’attaquer les agapes.

REMERCIEMENTS

 

apcc,manade raynaud,courses camarguaises

 

apcc,manade raynaud,courses camarguaisesL’APCC n’a pas omis de remercier ses hôtes. L’artisan-artiste Michel Cassagne avait été requis pour travailler sur des couteaux personnalisés répliques du couteau détaillé par Carle Naudot. Des couteaux de manadiers uniques, siglés au nom de chacun des Raynaud, Frédéric, Marcel et Jean.
Un bouquet à Maguy, l’âme bienveillante de la manade. Et un tableau de l’artiste Jany.
Clin d’œil à Didier Penant, l’ami 51, aujourd’hui retraité et bien décidé à vivre sa passion de la Camargue. Sa présence en atteste.

Et Muscat de Frontignan pour tous !

Une belle journée en terres saintoises et, au retour dans le rétroviseur, la magie des couleurs de la Camargue, le coeur léger et l'âme sereine.C'est ça aussi l'effet Grand Radeau...

 

apcc,manade raynaud,courses camarguaises

Photo MARTINE ALIAGA

*****************

 

14/12/2014

RETRAITE

Vendredi 12 décembre 2014 à Salin-de-Giraud


A très bientôt Major Favier

jean-paul favier,courses camarguaises


La carrière de Jean-­Paul Favier prend fin au 31 décembre 2014, il pourra désormais se consacrer entièrement à sa passion camarguaise.
Quel est le point commun entre la famille bouvino et celle de la gendarmerie? Le major Jean­-Paul Favier évidemment ! Lequel, outre d'être un féru de la Camargue est également le père du raseteur du Trophée des As Maxime Favier. Et ces deux tranches de vie se sont retrouvées, en fin de semaine dernière, à la salle de la mairie annexe de Salin-de-Giraud pour fêter le départ à la retraite de celui qui, depuis 1999, est aux commandes de la brigade salinière. "Un pays et un village où il a autant appris du braconnier que du garde chasse, du député que du bénévole associatif, du malfaisant que de l'honnête citoyen" dit-­il. Mais qui l'ont nourri de leurs connaissances et leurs différences". Sans avoir oublié de rendre hommage à deux  personnages Antoine Perez et Hubert Yonnet.
"Une retraite ni ardemment souhaitée, ni
particulièrement redoutée car c'est tout simplement un chapitre qui s'achève", s'exprima le tout jeune retraité (58 ans). Le chef d'escadron d'Arles, le commandant Baraldi dressa, alors, le portrait de son collègue en faisant l'éloge d'une carrière exemplaire au fil de ses diverses affectations. Il a pris soin de mettre en exergue la passion du métier et du terroir, dont l'attachement à cette terre de Camargue.
"Respect, courtoisie, passion, vous avez
su faire marcher votre équipe dans vos pas" argumentèrent ensuite Philippe Martinez adjoint spécial du Sambuc et délégué à Camargue Sud et Nicolas Juan adjoint spécial des Salins. "C'est une grande chance que de vous avoir eu sur la commune car vous avez su jouer sur toutes les cordes de la sensibilité et faire l'unanimité", s'exprima à son tour le maire d'Arles Hervé Schiavetti, avant de lui décerner la médaille de la ville sous les applaudissements d'une assistance nombreuse.
Parmi elle bien évidemment
ses amis gendarmes côtoyés ici et là au gré de son parcours. Mais aussi ceux de la bouvino, les manadiers camarguais Guy Allard, Jean­Claude Blanc et la famille Laurent au grand complet, et le ganadero Jacques Giraud représentant les fers espagnols. Les deux clubs taurins locaux, Lou Salinié et Prouvenço Aficion, le tourneur Eric Cuallado (qui gagna le trophée de l'Avenir en 1995), des Arlésiennes dont Anaïs Bernard demoiselle d'honneur de la reine d'Arles.
"Merci à ces dames d'honneur nous avons
cela en commun que nous portons fièrement notre costume", dixit le major Favier. Cette Camargue qui lui tient à coeur a été immortalisée sur un tableau de Jean Marignan, un raset de son fils Maxime au taureau Yvan de la manade Lou Pantaï (photo). Des paroles qu'a su apprécier le président de la FFCC Gérard Batifort présent car, pour l'occasion, il avait le double ­képi­. Le signe avant coureur d'un futur engagement Jean­-Paul ?
Et après avoir souhaité pleine réussite à celle qui lui succède, le major
Christelle Franchini, avec son épouse Ariane, ses fils Maxime, Alexis et Jérémy, il ne restait plus à Jean-Paul Favier qu'à inviter ­ses convives­ à partager le verre de l'amitié.
Nous souhaitons une bonne retraite à celui qui rejoindra,
en début d'année 2015, la cité du bon roi René, c'est à dire Tarascon d'où il est originaire. "Mais je reviendrais promis"...


Texte et photo
Patrick PONS

REUNION ET INFORMATION

Vendredi 12 décembre 2014


POUR LA COHERENCE DES SPECTACLES DE RUE

ABRIVADO MAILLANE.jpg

                A Maillane, le point a été fait sur les spectacles de rue.

C'est en septembre pendant les fêtes du Grau du Roi que la bonne nouvelle est tombée pour Enry Bernard-Bertrand et Jean Spalma: tous deux venaient d'être relaxés par la Cour d'appel de Montpellier, suite à la bandido mortelle de 2006 dans la cité graulène. Nous les avions croisés au Grau lors d'une course camarguaise et ils nous confessaient alors: "Il y avait un malaise parmi les organisateurs ils se faisaient du souci et ils doivent se sentir soulagés d'une telle décision". Et au delà des deux élus ce jugement a eu un très grand écho entendu jusqu'au fin fond des Bouches-du-Rhône. Et les deux élus de souligner "Surtout n'oubliez pas de remercier nos amis provençaux qui depuis 8 ans sont à nos côtés".
Effectivement depuis le début de l'affaire les Provençaux se sont mobilisés avec à leur tête Jean-Pierre Pascal de Noves, non pas dans une association mais à titre individuel et privé, vite rejoint par d'autres ­passionnés­ et défenseurs des traditions. "Malgré cette excellente nouvelle et conclusion pour Enry et Jean, il nous faut rester vigilant en étant dans les clous réglementaires. Pour la continuité et le bon déroulement des manifestations de rues, dont évidemment les abrivado et bandido", commente en ouverture de la réunion Jean­-Pierre.
"De même qu'il est toujours très recommandé de
prendre des manades licenciées et assurées. Je tire la sonnette d'alarme vers les organisateurs car je constate beaucoup d'entorses à ce sujet" insiste Sophie Brugeas-­Chapelle (ex-présidente des manadiers d'Abrivado voir ci­-dessous). Dans la salle Frédéric-Mistral de Maillane, les élus de la région ou leurs représentants n'ont pas pas manqué l'occasion de poser les bonnes questions pour trouver les réponses adéquates. Celle principalement, tout en sachant que le risque zéro n'existe pas - d'autant plus avec les animaux-  de respecter la marche à suivre, en ce qui concerne la charte éditée pour le bon déroulement des manifestations taurines. "Si le maire donne délégation à un organisateur ou à un élu, ces derniers sont responsables. Et s'il ne donne pas de délégation c'est lui le responsable" exprime Michel Giovanetti du Comité des fêtes de St-Rémy-de-Provence. Au final de ce côté-­ci du Rhône, on ne relâche nullement les brides pour la cohérence des spectacles de rue. Et la 18e réunion de travail prévue sur le sujet est programmée en février 2015 à Mouriès.

Texte et photo
Patrick PONS



Lors de cette soirée quand Sophie Brugeas est intervenue elle était encore la présidente du Groupement des Manadiers d'abrivado, bandido et Tradition Camargue, mais depuis peu c'est Béranger Aubanel qui lui a succédé.

11/12/2014

ASSOCIATION MANADIERS DE LA RACO DI BIOU

Jeudi 11 décembre 2014

Les manadiers au pays de Virat

MANADIERS2.jpg

 La parole a été libre, lors de cette assemblée des manadiers de la Raço di biòu, hier, à la manade Nicollin. Et le président Jacques Mailhan, s’en est réjoui : « Il y a eu une bonne ambiance de travail, et toutes les composantes de la course camarguaise nous ont rejoint en fin de matinée, que ce soit la FFCC, le Trophée Taurin, les raseteurs... ». Propos repris par Gérard Batifort, président de la FFCC et Lucien Palix, secrétaire : « Il y a des bonnes volontés partout, on peut discuter. Depuis un an et demi, on arrive à tous se réunir et ça c’est déjà important » ainsi que par les directrices du Trophée Taurin Julie Zaoui et Domynique Azema: « Il faut travailler tous ensemble »...

Mais avant ces conclusions, Sébastien Attias, directeur du GDS (Groupement de défense sanitaire) et intervenant pour la Chambre d’Agriculture, avait largement expliqué la future PAC qui, par les subventions allouées, aide les agriculteurs et les éleveurs. « Les dossiers à établir sont tellement compliqués qu’il nous faut l’aide de techniciens. S’il y a des erreurs, les primes peuvent être supprimées mettant en danger l’élevage », explique Jean-Pierre Clauzel.

La crise économique frappe aussi les éleveurs

« La crise actuelle est ressentie par toute la profession qui vit une période difficile, complète Jacques Mailhan, et les primes nous sont indispensables même si cela ne valorise pas notre travail. Nous préférerions que nos locations de taureaux soient suffisantes, mais même si certains organisateurs font des efforts, les prix n’ont, dans l’ensemble, pas augmenté depuis des années ».

Autre sujet d’importance de cette matinée de travail, la protection des jeunes cocardiers. « Les taureaux de 7-8ans sont très souvent rasetés au Trophée de l’Avenir par des raseteurs confirmés. Nous aimerions que les points ne soient comptés que pour les jeunes raseteurs que ce soit au Trophée Taurin ou pour les trophées locaux. Cela enlèverait la pression sur nos taureaux ».

Bien sûr le problème récurrent des tourneurs a été évoqué : trop nombreux, mauvais comportement... Tout comme les blessures des cocardiers, « très nombreuses cette année », selon le comptage de la FFCC. Jacques Mailhan : « Il est inadmissible qu’on blesse les taureaux, mais en contrepartie, il ne faut pas encocarder de trop, ça ne sert à rien ». Les raseteurs présents (Loïc Auzolle et Icham Fadli) promettent que samedi, lors de leur assemblée générale, ils sensibiliseront les raseteurs sur ce problème.

Des courses de promotion pour tester de jeunes taureaux

Quant aux présidents de course, il leur est instamment demandé d’appliquer le règlement fédéral notamment dans les grandes courses où, souvent, les manadiers notent que les mauvais comportements ne sont pas dénoncés. La Fédération organisera d’ailleurs une réunion avec les speakers des arènes.

Une nouveauté : la création avec la FFCC de courses de promotion pour permettre aux éleveurs de tester les taureaux de plus de 6 ans, trop vieux pour les Ligues et pas assez aguerris pour les autres courses. 20 sont d’ores et déjà programmées en 2015, hors week-end, fériés, ni juillet-août, ce qui permettra de passer en revue 160 taureaux. Des courses spécifiques dont le déroulement sera prochainement affiné (raseteurs, tourneurs, etc.)

Il ne restait plus qu’à poser devant la statue de Virat qui trône à l’entrée du Mas d’Anglas avec une superbe vue sur le Vistre et les marais alentours.

 

MARTINE ALIAGA

 

manadiers raço di biou,courses camarguaises

 

De droite à gauche : Sébastien Attias du GDS, Olivier Blanc (manade Blanc), les manadiers Robert Michel, J.-C. Blanc, Sophie Chapelle-Brugeas, Jacques Mailhan, le président FFCC Gérard Batifort, les manadiers Frédéric Bon, Guillaume Linsolas, Patrick Laurent, Frédéric Raynaud, Emmanuel Lescot, le secrétaire fédéral Lucien Pallix.

************

06/12/2014

VAUCLUSE *Comité départemental*

Vendredi 5 décembre 2014


LA BOUVINO REGAGNE DU TERRAIN EN VAUCLUSE

comité du vaucluse,courses camarguaises

Les récipiendaires des prix


Comme on n'est jamais aussi bien servi que par soi­-même, le Comité départemental du Vaucluse a décidé fin 2008 de prendre le taureau par les cornes. Entendez par là qu'afin de promouvoir la course camarguaise dans le département, le président Gérard Périno sonna le rassemblement des troupes vauclusiennes composées du Regain de Montfavet, du Club Taurin Cavaillonnais, de Lou Cavare de Cavaillon et de Lou Touréou de Pernes-les-Fontaines. Cet appel entendu et l'élan aficiouna sur les terres du Comtat Venaissin en marche, la campagne taurine commença d'abord avec un stand tenu à la foire exposition d'Avignon grâce au CTPR Le Regain de Montfavet. Ensuite en 2012 une soirée-débat camarguaise organisée à Pernes-les-Fontaines avec le manadier Christian Espelly, puis à Cavaillon avec les manadiers Henri Laurent et Françis Fassi (manade Caillan). De même que des interventions le dimanche sur les ondes de France Bleu Vaucluse.

Toutefois ce même Comité se devait, après le hors piste, de sauter les barrières pour accéder à la piste, et depuis 2012 il organise le Trophée Vauclusien qui se déroule sur deux journées et deux courses (emboulées). "Elles se déroulent dans les pistes de Pernes  (26 avril) et de Cavaillon (26 juillet) rasetées par les élèves de deux écoles taurines Châteaurenard et Saint-Rémy-de-Provence. Au cours de celles-­ci l'accent est mis sur la pédagogie. L'occasion est belle, notamment à Pernes-les-Fontaines qui bénéficie en été d'un apport touristique non négligeable, d'expliquer la différence qui existe avec la corrida : le fait que nos taureaux regagnent les près après la course, le rôle du raseteur, etc. Bref de répondre aux questions que posent les non initiés sur notre tauromachie. Et, le président Gérard Perino : "de souligner le rôle préponderant de la presse en communiquant à l'attention des spectateurs".

Les prix ont été remis à la manade Lautier, élevage arlésien, pour son taureau N.882 baptisé Charmentoun, ainsi qu'au jeune élève raseteur de l'école de Châteaurenard Joey Deslys.

Mais en bouvino, que ce soit sur les deux rives du Rhône ou celle de La Durance, le déroulement d'une remise des prix en manade est identique. A savoir qu'après avoir pris le petit déjeuner accompagné d'un rosé, très à la mode ou d'un authentique rouge du terroir, le Comité pris place sur la charrette pour une balade en pays, accompagné de Frédéric et Vivette Lautier et de Maguelone pour aller rendre visite aux cocardiers et constater que Mathis le Biou d'Or 2006 se porte comme un charme.

Par ces actions, le Comité du Vaucluse essaie de rallier tous les organismes ou organisateurs publics ou privés de festivités taurines dans le Vaucluse (voir ci­-dessous). Et pour le trophée Vauclusien 2015, rendez-­vous est pris le samedi 23 mai à Pernes et le samedi 25 juillet à Cavaillon.

Patrick PONS



Le palmarès

En 2012 Saint Vincent de Saint-Antoine.

En 2013 Sortéo de la manade Agu.

En 2014 Charmentoun de Lautier.

Révélations
Ce trophée a permis de voir en plus des taureaux qui ont montré du potentiel: tels Ursin de
Plo, Galopin de J­.-C. Blanc
Padilla du Rhône et Parigot de Lautier.


Les Clubs taurins

Lou Touréou Pernen:
Président André Lauzier: Trophée des Fontaines
sur 3 courses au trophée de
l'Avenir.

CT Cavaillonnais: Président Denis Rocarpin
Trophée Li Doulaou
et 5 courses au trophée de l'Avenir
 2 de
Ligue et une d'Etalons.

CTPR de Cavaillon: Président Jean­-Pierre Grand
Trophée du Melon d'Or
et 3 courses au trophée de
l'Avenir

Journées taurines

En 2014 les communes de Morières-les-Avignon
Saint Saturnin les Avignon
Bédarrides, Malaucène, Isles-s
ur-Sorgue
et Montfavet
ont organisé des journées taurines
(abrivado, courses de vaches, encierro, jeux de
gardians).

Arènes disparues

Celles d'Avignon de la Bagatelle
avec des courses jusqu'en 1948


Celles de Châteauneuf du Pape jusqu'en 1967

Celles d'Aubignan jusqu'en 1974

*******************

PERNES-LES-FONTAINES

Pernes-les Fontaines



POUR UN BAIN DE JOUVENCE

 pernes-les-fontaines,courses camarguaises

 La pluie n'a pas permis à la finale du Trophée des Fontaines d'avoir lieu le 19 août dernier, et de surcroit la remise des prix. Alors sous la houlette du Club Taurin Lou Touréou, celle­-ci s'est effectuée en fin de semaine dernière aux arènes, et à l'abri, dans la toute nouvelle salle fraichement terminée dans le prolongement de la buvette.

Un club dont le président André Lauzier et ses membres ne cachait pas leur double satisfaction: "Etant donné les intempéries de l'été, je vous remercie d'être venus et pour ne rien vous cacher la salle a été finie in extremis hier soir".
Il passait ensuite la parole à Pierre Gobert, maire
: "ça y est nous y sommes enfin dans cette salle. Les peintures sont faites, le chauffage marche, et effectivement on a mis la pression pour preuve le carrelage a été posé hier soir." Rien de tel pour répandre la bonne humeur et l'humour, d'autant plus qu'à Pernes-lesèFontaines personne n'en manque.
Du coup les récompenses et l'apéro confortaient cette chaleureuse et douce
ambiance, et la photo souvenir sera la 1ère à être apposée en bonne place sur les murs de la salle. "Tenez essayez de lui trouver un nom de baptême" lança à l'assistance le premier magistrat. Oui, décidément à Pernes-les-Fontaines avec son trophée des Fontaines, l'aficion et les biou coulent des jours heureux dans un bain de jouvence.

PATRICK PONS
PHOTO BERNON



Trophée des Fontaines 2014

1er prix au raseteur David Maurel.

2e au raseteur Joffrey Ferriol (absent cause travail)

Trophée Paul Jean:

Au taureau Pierrounet de la manade Richebois.

Les coups de coeur:

Au raseteur Anthony Gautier
qui depuis son accession à l'Avenir
est un fidèle de Pernes
(représenté par ses parents car grippé)

Au président de course Luc Allemand
qui officie au micro depuis 2002

Au chroniqueur taurin de La Provence
Patrick Pons

**************

20/11/2014

AETCC LR

Vendredi 14 novembre 2014  - Association des Eleveurs de taureaux de course camarguaise

Les fruits prometteurs des Jeunes pousses

 aetcc,jeunes pousses,courses camarguaises

 Au terme de la 3e édition du Trophée des Jeunes Pousses, l’AETCC LR ne peut que se féliciter de cette idée germée en 2011, semée en 2012 et dont les premiers fruits commencent à sortir après les moissons 2013 et 2014. Car l’intention de ce concours d’élevage d’évaluer des taureaux jeunes et une vache dans de bonnes conditions et de donner l’opportunité aux manades de l’AETCC de faire courir leurs cocardiers, fait ses preuves. Des exemples : la manade du Ternen, récompensée au terme de la 1re édition (2012), avec dans son lot de cocardiers, le N.950. Lequel passe par les Ligues en 2013, puis, baptisé Quintillien, court à l’Avenir depuis août 2014. Ou encore la manade des Termes, récompensée en 2013, dont son N.903, Docard court aujourd’hui à l’Avenir.

Aussi vendredi dernier, à la manade de l’Aurore où la famille Salmeron recevait, Gérard Batifort, Rogé Andréo et Magalie Renaud, les fondateurs, avaient le sourire en remettant les trophées 2014. Gérard Batifort rappelait quelques points fondamentaux à savoir la mise à disposition gracieuses des arènes par les municipalités ainsi que leur aide logistique. Il remerciait également les clubs taurins, les écoles de raseteurs, les sponsors, la presse écrite... Le président Andréo : listait les « points positifs, toutes les courses ont eu lieu, le bétail a été noté très consciencieusement et les meilleurs taureaux d’il y a trois ans font carrière aujourd’hui. Je rappelle que les bêtes (2 taureaux, 1 vache) doivent avoir 5 ans et non 6 ans ce qui a disqualifié deux manades cette saison ». Et le dirigeant d’affiner la compétition : « Pour que les taureaux soient jugés dans les mêmes conditions, en 2015, les sélections auront toutes lieu au Crès avec les écoles de raseteurs de l’Agglo de Montpellier, Vendargues et Baillargues où se dérouleront aussi les deux demi-finales. Les deux meilleurs allant au Crès en ouverture de la course des As de la fête ».

Restait à attribuer les trophées réalisés par Colette Espié, en présence des élus du Crès, de Vendargues et Baillargues, de la présidente de l’AETCC Françoise Peytavin, Lucien Pallix de la FFCC, des éducateurs et des élèves des écoles de raseteurs, de nombreux manadiers de l’AETCC... Le palmarès 2014 : 3es ex aequo, les manades Pagès et Grand Salan. 2es ex aequo, Caillan et L’Aurore. 1re, manade du Ternen. Meilleure vache N.009 de Sylvéréal.

Un dernier mot pour saluer le passage au Trophée de l’Avenir de Marvin Méric de l’école de raseteurs de Baillargues et de François Martin de celle de Vendargues et l’assistance de trinquer à l’édition 2015.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

 

SAINT-MARTIN-DE-CRAU *PATATE D'OR*

Samedi 15 novembre 2014

Une Patate d’Or très convoitée 

saint-martin-de-crau,patate d'or,course camarguaise

saint-martin-de-crau,patate d'or,course camarguaise

Ils sont arrivés le sourire en coin, le sac sur l’épaule... Motivés mine de rien, voire un peu stressés. « Je suis aux taquets », dira même Jacques Estevan. « J’ai fait des footings toute l’année pour être au top », explique le vainqueur 2013, Jean-Marie Aliaga.

► PHOTO : Jean-Marie Aliaga, avec 10 points de handicap, et malgré son entraînement intensif et son free-style, n'a pu réitérer son exploit 2013.

Après trois entraînements et une sévère sélection parmi les candidats, le CNIPO (comité national et international de la Patate d’Or) alignait 24 raseteurs et 4 clowns-tourneurs, prêts à veiller au grain. Aux prises avec le bétail joueur de Chapelle-Brugeas, et motivés par Jérôme Dumas au micro, les hommes ont rivalisé avec courage, grand cœur et sens artistique certain pour s’octroyer le trophée préparé par Edgar Dumas, frère d’Emile Dumas.

saint-martin-de-crau,patate d'or,course camarguaise◄ PHOTO : Tatawine, malgré sa belle forme physique, n'a pu éviter la blessure.
Les spectateurs venus de toute la zone taurine ont supporté leurs candidats préférés. Notamment Jérémy et Maxime ne ménageant pas leurs encouragements à Jean-Marie et Jean-Paul ou encore cette équipe très en voix venue du Languedoc supporter Jimmy.

Place à la course : les cocardières choisies par la manade Chapelle-Brugeas (Saint-Martinoise, Pepita, Caphanaise, Pimprenelle, Nabila, Shakira, Roussette) s'en sont donné à coeur joie. Pour les raseteurs ce fut un peu plus compliqué et ils ont multiplié les gamelles, les baroulages, les sauts en avant, en arrière, de lourds atterrissages en contre-piste, le raset le plus long de la course camarguaise de l’homme qui ne sautait jamais les planches... Des bleus, des coups, des bosses... Quelques frayeurs et beaucoup de rires.

Samedi dernier, la 16e Patate d’Or a tenu sa réputation. Mention à Didier Laurent cumulant la 2e place (déterminée au nombre de cocardes, glands levés puis à l'âge), son jubilé, et ses 60 ans. Bravo ! Félicitations aux Languedociens Rémy et Jimmy, respectivement 3e et meilleur animateur. L’histoire retiendra le nom de Stéphane Dumas (vainqueur pour la 2e fois)... Dumas ? Encore un ? Y’a rien là...

MARTINE ALIAGA

PHOTOS HERVE BERNON

 

14/11/2014

MARSILLARGUES

Vendredi 14 novembre 2014

Lou Bajan met tous les atouts de son côté

 MARSI16.jpg

La piste a été entièrement bâchée

Dimanche dernier, la météo a amputé le week-end prévu par le CT Lou Bajan, en rendant la piste impraticable. Alors pour se prévenir de tous risques, les organisateurs ont décidé de bâcher le sable.

MARSI16B.jpgLes jeunes ont travaillé jusqu'à la nuit, jeudi pour installer les protections. "Nous ne les enlèverons qu'au dernier moment car un peu de pluie est encore annoncé samedi", explique le jeune président Thibaud Servière qui espère bien finir sa temporada sur une bonne note. D'autant que l'affiche proposée est à la hauteur avec Pavoun, Mesrine et Greffier de Renaud Vinuesa ; Queribus, Petrus et Ajax côté manade occitane. Les raseteurs quant à eux ont prouvé samedi dernier leur envie de bien faire. Ce sont les mêmes que les spectateurs retrouveront ce dimanche : Auzolle, Clarion, Fougère, Katif, Martin, Rassir, Sanchez. Auzolle, Clarion, Fougère, Katif, Martin, Rassir, Sanchez.

De quoi clôturer avec bonheur !

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CT LOU BAJAN

* Marsillargues, ce dimanche 16 novembre, 14h30 (arènes ouvertes à 13h30), 9€. Vinuesa : PAVOUN - MESRINE - GREFFIER - Occitane : QUERIBUS - PETRUS - AJAX. Raseteurs : Auzolle, Clarion, Fougère, Katif, Martin, Rassir, Sanchez. *

13/11/2014

GRANDES ARENES

Vendredi 14 novembre 2014

BEAUCAIRE - SIMEON : C’est signé !

beaucairearènesPH CI.jpg

Aux arènes Paul-Laurent, le renouveau est attendu

La saison 2014 aux arènes Paul-Laurent ne restera pas dans les mémoires et le public l’a fait savoir en boudant son assiduité. Cela n’a pas échappé à la nouvelle municipalité. « Nous avons constaté que ça s’essoufflait un peu cette année, explique Julien Sanchez, maire, et nous avons voulu donner une dimension plus importante à ces arènes historiques pour la course camarguaise. Après avoir débattu avec Mireille Fougasse, adjointe en charge des affaires taurines, et Maurice Mouret, conseiller municipal, nous avons réuni les présidents des clubs taurins de Beaucaire à deux reprises, tout cela nous a menés à Daniel Siméon ». Trois noms avaient été évoqués au préalable, Gérald Rado, Joël Passemard et Daniel Siméon.

« Le choix s’est porté sur ce dernier, pour ses qualités de sérieux, de professionnalisme et son sens artistique. Il interviendra en tant que prestataire de service », ajoute l’édile. Nous restons en régie municipale, l’organisateur soumettra aux élus ses choix, taureaux et raseteurs, et s’en tiendra au budget imposé par la ville, le même que l’an dernier. Le contrat court pour un an ».

Après 27 ans de présence au Grau-du-Roi, Daniel Siméon voit donc s’ouvrir à lui l’un des fleurons de la course camarguaise et en mesure la difficulté : « Etre à la hauteur des arènes de Beaucaire c’est un vrai défi ! C’est un challenge difficile car c’est Beaucaire ! Ne serait-ce que par la piste compliquée pour les taureaux et franchement, en ce moment, nous n’avons pas beaucoup de “grands” taureaux... » Fort de ce qui a fait la réussite du Grau-du-Roi, l’organisateur va donc tabler sur « les nouveaux taureaux qui ont marché en 2014. C’est un pari qu’il faut expliquer au public, on va sortir des sentiers battus... Notamment pour les trois courses du Muguet d’Or, on partira à la découverte de nouveaux noms. Bien sûr, je mettrai le paquet sur la Palme d’Or sur trois journées, une Palme d’Argent relevée puis une course en septembre. Un an c’est court pour s’installer, il faut faire fort dès le début ! ».

La tête déjà plongée dans les prochaines affiches à monter, Daniel Siméon n’en oublie pas pour autant son équipe « Oui bien sûr “la dream team” du Grau va me suivre, je ne pourrais pas travailler sans eux » et la collaboration de Jacky Siméon, son frère, ancien raseteur : « Beaucaire n’est pas le Grau-du-Roi, instinctivement j’ai ressenti le besoin d’un ancrage plus historique, plus institutionnel... Il me faut aussi convaincre le public provençal... Jacky peut faire le lien. De toute façon, quoi que je fasse, je lui en parle et nous collaborons parfaitement... ». 

De cette collaboration naîtra la saison 2015 beaucairoise. Les afeciouna ont hâte de la découvrir... Ce sera fait fin février.

MARTINE ALIAGA

 

10/11/2014

MARGUERITTES * JUBILE CHARLES CHANAT *

Samedi 8 novembre 2014

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

 Un jubilé à l'image d'une carrière

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesCharles à l’entrée des arènes accueillant les spectateurs, Charles à la capelado surveillant le protocole, à la présidence rajoutant des annonces sur la feuille de Christian Privat, en piste gérant les différentes équipes de crocheteurs et rasetant avec son jumeau Jean tous les cocardiers, Charles en contre-piste taillant la bavette avec les amis, Charles n’oubliant personne dans son discours, distribuant les bouquets de fleurs et remerciant tous ceux qui l’ont accompagné depuis ses premiers pas à la tête des taureaux, en 2000. Attentionné, généreux, spontané, pour son jubilé comme pour sa carrière, samedi à Marguerittes, le gaucher Charles Chanat a tout donné. Jusqu’à son dernier raset avec Fonfon où, quiché et manquant de jambes plus l’émotion, il chute lourdement en contre-piste. Sur le coup, son épaule se trouvait à nouveau déboîtée. Clin d’œil - certes douloureux - à une carrière où le raseteur ne s’est jamais économisé. Heureusement, le docteur Romieux de remettre le solide Charles et son épaule dans le droit chemin, et le jubilé de reprendre son cours. Car si les rasets étaient terminés, il n’en était rien de la fête.

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesRetour en piste pour la sortie de Mithra de la Vidourlenque (taureau, aujourd’hui à la retraite, qui avait gravement blessé le raseteur en 2008) s’adressant à Charles par l’entremise de Jérémy Serrano : « Tu étais à ma dernière course, je me devais d’être à la tienne, au nom de tous les taureaux que tu as fait briller... ». Et les cadeaux de se succéder tout comme les belles phrases. Jean Chanat : « Tu n’as jamais triché... ». Luc Jeanjean, tourneur : « En tauromachie espagnole, on dirait que tu es un “tremendiste”, kamikaze, fou fou. Je te disais “Calme Charles, calme...” et toi “Appelle le taureau, appelle... Je veux le prix du meilleur animateur” ». Claude Dumas, tourneur : « Tu as toujours respecté les autres, tu étais intrépide, gonflé, surmotivé... »

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesDes anecdotes de piste mais au-delà de vrais liens d’amitiés. Au milieu de tous les siens, Charles Chanat pouvait savourer. Le raseteur a beaucoup donné aux organisateurs, aux taureaux, aux spectateurs, mais l’homme a aussi reçu. Du respect et beaucoup d’affection.

 

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI - ERIC MARC

 

LES ACTEURS DE L'APRES-MIDI

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesLe CT La Bouvina de Marguerittes, les cavaliers de la manade Martini, le groupe La Souleïado de Marguerittes, les écoles de raseteurs de Bouillargues et Portiragnes, les amis Landais, Les présidents de course Christian Privat, Didier Gaillard et xxx, les raseteurs et tourneurs : Aubaterre, Jeanjean, Dumas, D. Martinez, Ménargues, J. Chanat, Bini, Oudjit, Bournel, Ouffe, Castel, Belgourari, Soler, Carrasco, Borego, etc. Un bon choix de taureaux, emboulés pour l’occasion, très participatifs, vaillants et super agréables : N.817 de Nicollin, 915 de Saint-Pierre, Braco de Martini, Manolo de La Galère, 1 jeune vache de la Vidourlenque rasetée par les “arpètes”, Letino de Fabre-Mailhan, Givalon de Cuillé, Que Navo du Grand Salan, Fonfon de la Vidourlenque, Mithra en présentation... Les clubs taurins Lou Bandot de Saint-Laurent, Lou Pougaou de Montfrin, l'Union taurine d'Aigues-Vives, le CT de Remoulins, Portiragnes, Bouillargues... et certainement quelques autres...

DES CLINS D'OEIL A...

Benjamin Bini avec Fonfon

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ Jérémy Serrano, "arpète" N.1

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ LES DERNIERS RASETS DE CHARLES

Avec Manolo de La Galère

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ Avec Fonfon de la Vidourlenque

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

***************************

06/11/2014

MARGUERITTES *JUBILE CHANAT*

Ce samedi 8 novembre 2014

Charles : "Ce qui m'a plu, c'est faire le spectacle"

charles chanat,jubile,marguerittes,courses camarguaises« C’est surtout pour dire merci à tous ceux qui m’ont soutenu…, insiste Charles Chanat. Moi, j’ai fait mon chemin. Je n’ai aucun regret. Mais je veux rassembler tous ceux qui m’ont supporté durant ma carrière… mon jumeau Jean et ma famille, mes amis, les clubs taurins qui m’ont fait confiance durant toutes ces années ». Il est comme ça Charles. A l’heure de poser définitivement le crochet, l’important pour lui c’est de faire plaisir aux autres. Et ils seront tous là, ce samedi, à Marguerittes pour faire la fête avec lui. Ceux de Bouillargues, où il a commencé, en 2002, ses potes de Ligues cuvée 2003, ceux de l’Avenir groupe qu’il intègre en 2004, à 17 ans, ceux du groupe 2 avec qui il a raseté jusqu’à sa dernière course en pointe. C’était à Aigues-Vives en septembre 2013 où son épaule l’a lâché (luxation).

CHARLESCHANAT1.jpgUn parcours tissé par des liens d’amitié indéfectibles en fil rouge d’une carrière dont le raseteur se souvient de chaque course, de chaque taureau. « Mon jubilé à Marguerittes ? Parce que c’est là où j’ai raseté la première fois à l’Avenir (NDLR : le 21 mars 2004), la complète de La Galère avec Nénuphar. Et puis c’est chez moi ». Et dès le départ, les chroniqueurs de noter ce gaucher volontaire et culotté qui fait briller les cocardiers. « En piste, avec les taureaux, j’étais content. J’avais envie de faire plaisir aux gens des gradins, aux manadiers… Envie qu’ils se régalent ». Les clubs taurins ne s’y trompent pas et Saint-Laurent-d’Aigouze, Montfrin, Aigues-Vives, Bellegarde et tant d’autres adoptent vite ce jeune plein de spontanéité, s’offrant aux taureaux et cherchant en retour l’attention voire l’affection des spectateurs. La Cigale d’Or en 2007, Le printemps des Royales en 2008, meilleur de la finale du Gland d’Or, la Clairette d’Or, meilleur raseteur de la saison pour l’Union des CT Paul-Ricard… sont ses Trophées de référence, parmi tant de récompenses de meilleur animateur. Comme à Béziers où distingué par l’UCT Biterrois, il se trouva aux côtés de Castella (le matador) pour recevoir son prix. « Un grand moment ! »
CHARLESCHANAT2.jpgCasse cou, spontané, sincère, les qualités d’un raseteur qui n’a pas ménagé son physique et privilégié les liens avec ses collègues de raset et les organisateurs. Comme avec le CT de Portiragnes qui lui permit de se refaire une santé, en 2006, après une blessure. « Notre amitié est partie de là, c’est un raseteur que j’estime beaucoup, exprime Gérard Massol, un petit gentil, plein de sympathie. Il est resté proche de l’école de raseteurs de Portiragnes et de Jean-Henri (Oudjit) ».

« J’ai toujours préféré l’ambiance des pistes moyennes ou petites, mais j’ai raseté tous les taureaux, tient à préciser Charles, j’ai pris beaucoup de coups mais un seul coup de corne, à Aigues-Vives, le 26 juin 2008 par Mithra de la Vidourlenque ». Le raseteur ne s’éternise pas sur cette grosse blessure. Il préfère évoquer des anecdotes qui l’ont marqué et qui résument un peu son état d’esprit : « C’était à Saint-Laurent, je m’échauffais dans la rue, puis je me suis retrouvé tout seul, les autres étaient déjà en piste. Quand je suis entré, les gens chantaient “Chanat! Chanat! Chanat!” J’étais intimidé mais tellement content… »

« Une autre fois, je rasetai avec Mathieu Schuller qui faisait briller… Moi, j’avais raseté tous les taureaux, ça m’a énervé. Alors quand Brechu, dernier de la course, est rentré, j’ai voulu ma part de bravo, je voulais que le public se souvienne de moi. J’ai fini sur la tête du taureau, ensemble aux planches. Moi c’est ça qui m’a toujours plu… Faire le spectacle ».

Alors quand en mars 2014, il a repris l’entraînement pour préparer son jubilé en cornes nues, et que l’épaule a à nouveau lâché, il a pris sa décision. En même temps, Charlène, sa compagne, lui avait offert le plus beau des cadeaux, Gabriel, aujourd’hui âgé de 8 mois. A 28 ans, il était temps d’arrêter. « Aujourd’hui, je suis membre du CT la Bouvina de Marguerittes, je reste au contact des taureaux en pays, dans les manades et aux courses aussi ».

Mais nul doute que samedi, Charles mettra tout son cœur dans cette après-midi spectacle entouré de tous ses amis. Et pour peu que le public scande son nom, les taureaux trouveront sur leur trajectoire, ce toujours jeune raseteur intrépide et tellement attachant. «Chanat! Chanat! Chanat!»

MARTINE ALIAGA
PORTRAIT DE CHARLES : LUDOVIC NIGUES
PHOTOS DE COURSE :  ARCHIVES MIDI LIBRE

*****************

PROGRAMME SAMEDI 8 NOVEMBRE
A MARGUERITTES

charles chanat,jubile,marguerittes,courses camarguaisesA partir de 14 h, 5€, course spectacle,
avec les cavaliers de la manade Martini, la Souleïado de Margarido, les taureaux emboulés de Cuillé, Fabre-Mailhan, Vidourlenque, Grand-Salan, Saint-Pierre, La Galère, Nicollin, Martini.

Animé par les amis-raseteurs  de Charles, les écoles de raseteurs de Bouillargues, Portiragnes, etc.
Apéritif après la course.
20 h, soirée salle La Friande à Marguerittes, 20€.
Réservations : tél. 06 18 59 46 68 - 06 68 26 25 40 - 06 16 79 52 12.

31/10/2014

MAUGUIO REND HOMMAGE A FREDERIC MISTRAL

Samedi 8 novembre 2014


100 ans d’héritage d’un bien immatériel


MISTRAL3.jpgNé à Maillane au Mas du Juge, le 8 septembre 1830, au foyer de François Mistral et de Marguerite-Adélaïde Poulinet, le jeune Frédéric après avoir fréquenté l’école communale de Maillane, le pensionnat de Saint-Michel de Frigolet et le collège Royal d’Avignon et obtenu son baccalauréat avec mention, poursuit ses études à la Faculté d’Aix en Provence d’où il sort à 21 ans licencié en droit. Il revient au mas paternel aider son père devenu aveugle.

Passionné par l’histoire de son pays il prend alors la résolution de "relever, de raviver en Provence le sentiment patriotique…. De rendre la vogue au provençal par le souffle et la flamme de la divine poésie".

C’est ainsi que le 21 mai 1854 au Château de Font-Ségugne à Châteauneuf-de-Gadagne, en compagnie de six poètes amis, Théodore Aubanel,  Jean Brunet, Paul Giera, Anselme Mathieu, Alphonse Tavan et Joseph Roumanille, il fonde le Félibrige. A 29 ans, il publie "Mireille" qu'il dédie à Lamartine. Ce poème est aujourd’hui traduit dans cinquantaine trois langues dont 1 en braille. Viennent ensuite : Calendal, Nerte, la Reine Jeanne, les Iscles d’or, le poème du Rhône, les Olivades … et l’énorme travail de sa vie, un dictionnaire : le Trésor du Félibrige où chaque mot est traduit dans les différentes graphies du pays d’Oc. Il est également l’instigateur du journal L’Aioli.
Le 14 octobre 1894, il participe avec Folco de Baroncelli à la grande manifestation à Nîmes, lors de la course dite de la contestation, suite à une circulaire du Ministre de l’Intérieur visant à interdire les courses de taureaux.

Avec l'aide du docteur Marignan de Marsillargues, il s'investit dans la création d'un  musée ethnographique, véritable arche de Noé de l'art de  vivre en provence "Le Museon arlaten", inauguré en 1899 lors du congrès de la Sainte Estelle.


Sensible à la gente féminine et voyant avec tristesse l'abandon des fichus et chapelles portés par les femmes de son pays au profit de la mode parisienne, il prend le défi de glorifier le costume traditionnel au travers de la jeunesse et crée le 17 mai 1903 en Arles la Fèsto Vierginenco, véritable succès.

En 1904, il reçoit le prix Nobel de Littérature conjointement avec José Echegaray et emploie la totalité des fonds reçus dans le Museon Arlaten réinstallé dans l'hôtel de Laval.

MISTRAL.jpgIl s’éteint à Maillane le mercredi 25 mars 1914. Marié à Marie-Louise Rivière et sans descendance, il lègue par testament ses biens à la commune de Maillane. Leur demeure, véritable temple du souvenir est  devenue le « Museon Frédéric Mistral » et la maison du « Lézard », la bibliothèque municipale.

Nous retiendrons de lui cette grandeur et cette fierté d'âme paysanne, l'amour inconditionnel qu'il voue à sa patrie, son génie et son rayonnement littéraire qui, bien au-delà de la capitale française, l'a fait connaître dans le monde entier.

Empreints de cette fierté, en dignes héritiers, notre devoir est de saluer dignement sa mémoire et de transmettre son oeuvre à travers les générations.

ANNE MARIE ERRUZ-THERON

MAUGUIO
PROGRAMME DE LA JOURNEE

DU SAMEDI 8 NOVEMBRE

11 h 30  : rassemblement des groupes et cavaliers sur la place de la Libération et hommage à Folco de Baroncelli

11 h 50  : défilé jusqu’aux arènes

12 h     : hommage et dévoilement de la plaque commémorative
place Frédéric Mistral (arènes)


12 h 30 : Vernissage de l’exposition
« Sur les pas de Frédéric Mistral »


    (Ouvert du 8 au 15 novembre, lundi au samedi 14h-16h30, mardi et jeudi : 10 h-12 h et 14 h-16 h 30)

15 h 15 : Animations folkloriques, place de la Libération

16 h : Spectacle gratuit
« Bèn lou bon-jour Moussu Mistral »
au Théâtre Bassaget.


   ********************************

30/09/2014

JEAN MATHIEU EST DECEDE

L'emblématique défenseur de la Camargue et des gens de bouvine nous a quittés. Jean Mathieu, président d'honneur des gardians professionnels, est décédé hier, à 66 ans.

Ses obsèques se dérouleront jeudi 2 octobre. A partir de 14h30, hommage aux arènes de Saint-Laurent-d'Aigouze puis aux arènes du Cailar avant l'inhumation au caveau familial du Cailar.

Nos plus sincères condoléances à la famille de Jean et à ses proches.

31/08/2014

TEYRAN

La Saint-Louis 2014

Trente ans, ça se fête !

teyran,luc vellas,courses camarguaises

teyran,luc vellas,courses camarguaisesDans le cadre des 4 jours de fête de la Saint-Louis de la fête de Teyran, le Club Taurin Lou Biou, a présenté un programme, une fois  de plus riche et varié avec outre ses abrivado, bandido ou encore encierro ( à 21h15 et 1h tous les jours) qui ont fait la renommée de fêtes de Teyran, ses courses d’étalons ou de ligue qui ont permis aux petites arènes de se remplir du premier au dernier jour.
Entre le vendredi 23 une course d’étalons d’où sont ressortis les pensionnaires n°121 et 112 de la manade de L’ Aurore, le lundi une course de ligue où se sont distingués les taureaux n°030 et 059 de manade Paulin, n°117 de Vellas, le grand boum, le grand évènement réside le dimanche avec une course d’étalons servant pour support au Grand Prix de la Ville de Teyran.
A cette occasion  en ce dimanche 24 août, les membres du Club Taurin, la Municipalité avaient tenu à honorer un homme qui est à l’origine des traditions taurines (camarguaises ou autre) dans cette commune de quelque 500 âmes située à une dizaine de kilomètres au nord de Montpellier et à quelques enjambées du Pic-Saint-Loup.
Cet homme - Luc Vellas - président depuis 30 ans du Club Taurin « Lou Biou », est entre autre à la base de cet engouement pour la culture tauromachique. En présence de la pena « Lou Paty », des Arlésiennes, du Président de la Fédération Française de la Course Camarguaise (qui lui a remis le diplôme du mérite fédéral), des gardians de la manade Vellas, et de ses amis raseteurs, Luc Vellas, ému aux larmes, a été félicité par son frère, Didier Vellas au nom du Club Taurin et par Eric Bascou, maire de la commune.
Homme dévoué, homme de passion, il a su, avec certes des moments difficiles voire dramatiques, surmonter les obstacles pour que les biou, à toutes le sauces et pour le plaisir de tous, se fassent une place dans la programmation de la fête. Luc est aussi à l’origine de la journée des péquelets organisée le lundi où avec des jeux d’eau, la gratuité des manèges, un apéro- mousse pour enfants mais également des tours de poneys, des tours de calèches, une journée où les bambins trouvent plaisir à venir en cette veille de rentrée scolaire.
teyran,luc vellas,courses camarguaisesLuc Vellas est aussi à l’origine  de la création du Grand Prix de La ville de Teyran qui année après année,  a vu la victoire de l’étalon n°133 de Robert Michel. Ceux de la manade Occitane (n° 122 et 116) et Cavallini (n°139) n’ont pas dû arriver loin derrière. Face à une équipe entreprenante, c’est le raseteur Cyril Castel qui en sortira vainqueur.  
► PHOTO le N.133 de Robert Michel après Cyril Castel.
Que souhaiter de plus, si ce n’est que toutes nos villes, aux portes des grandes métropoles aient quelqu’un qui ressemble à Luc !
Bon vent au Club Taurin  « Lou Biou » et à l l'an que ven !

 

CYRIL DANIEL

 

21/06/2014

ASSOCIATION DES ANCIENS RAZETEURS

Manade Raynaud – Samedi 14 juin 2014

Raseteur un jour, raseteur toujours

manade raynaud,anciens razeteurs,courses camarguaise

Joël Passemard (au centre) mis à l'honneur
par le président Roger Pascal, au micro Jacques Roumajon

Raseteurs ils ont été, raseteurs ils sont toujours. Les cocardiers ont marqué leur chair et leur âme d’une empreinte indélébile.  Et quand ils se retrouvent, très vite, cocarde, glands et ficelles sont au centre des conversations. Souvenirs de piste, d’attributs levés, de trophées gagnés, d’entraide entre les hommes en blanc, tout cela passé au tamis des années, pour n’en garder que le meilleur.

Samedi dernier, réunis à la manade Raynaud, les membres de l'associations des anciens razeteurs n’ont pas manqué de refaire les courses mais sans oublier le plaisir d’être ensemble. Après une matinée à visiter les cocardiers du Grand Radeau, la bonne centaine de convives a poursuivi les festivités sous la loupio et dans la salle de la manade Raynaud. Là le bureau de l’association créée en 1987 -  Roger Pascal, président, et sa fidèle garde rapprochée Roger César vice-président, Vincent Ferris trésorier, Jeannot Ribot, secrétaire – s’est démultiplié pour que chacun profite de l’ambiance.

Au tableau d’honneur, cette année, le raseteur Saint-Gillois, Joël Passemard à qui un tableau peint par Jean Marignan, le représentant avec Ventadour, a été offert. Jacques Roumajon, chargé du discours d’accompagnement, retraçait sa carrière : « Il avait du talent, ce petit, pour raseter les Pascalet, Goya, Ventadour… Il fallait beaucoup de talent pour raseter aux côtés des Castro, Dumas, Jouanet, Pellegrin… Tu as remporté de nombreux trophées (Muguet d’Or, Palme d’Or avec Meneghini, Margueritte d’Or, Damour à Lunel, etc.). A 18 ans, tu rasetais au Trophée des As et tu n’as pas été épargné par les blessures (Vallespir, Santiago ou Pernen…) Tu as fait ton  jubilé à Marguerittes, puis tu t’es consacré au comité des fêtes de ta ville de Saint-Gilles. Je le dis avec fierté, tu a été mon parrain pour entrer à l’Association des raseteurs… » Et Jacques Roumajon de saluer « ton épouse Bernadette qui a su te supporter dans les bons et les mauvais moments, ainsi que tes deux filles ». Toujours aussi discret,  Joël Passemard se disait très heureux de cette distinction.

Maître de cérémonie, Roger Pascal ne manquait pas de remercier Guy Marchand d’avoir officier à la grillade du déjeuner et congratulait Gérard Martin, 85 ans, adversaire de Vovo pour la postérité, toujours prêt à dégainer les photos de ses exploits. N’empêche que ces anciens des pistes sont captivants quans ils évoquent leurs jeunes années. Tel Roger César se souvenant qu’il partait raseter en stop, en vélo puis, les premiers francs aidant, en mobylette avant d’accéder à la voiture… Qu’il dormait au plus près de chez un qui le véhiculait le lendemain… Que les attributs levés lui ont permis de s’élever socialement. Et surtout « quand on marchait ensemble, on partageait tout, tourneurs compris, même avec les plus titrés. Et si l’un avait été blessé, il recevait aussi sa part ». L’ancien raseteur lansarguois, toujours au fait de la course camarguaise, d’analyser : « Cela a bien changé, ils ne s’entendent pas assez entre eux… quand je vois des ficelles rentrer à 1 000€ … Mais il y a toujours de bons taureaux, des raseteurs et des spectateurs pour les voir, c’est la société qui a évolué ».

Et pour débrider un peu plus l’ambiance, Régine Pascal entrait en scène pour quelques extraits de son nouvel album « Femmes de Camargue », un très punchy « fête votive » mettant le feu à la salle et  « Que la Camargue est belle » repris à la cantonade. Le président Roger pascal pouvait conclure en demandant une standing ovation pour Régine, les Raynaud et la Camargue, sans oublier de saluer la manadière Nicole Rébuffat.

Texte et photos (d'autres photos à venir)
MARTINE ALIAGA

ASSOCIATION DES PRESIDENTS DE COURSE

Au Cailar, le 30 mai 2014

LES VOIX OFF A LA MECQUE

presidentsjuin2014.JPG

Au Cailar petit village gardois, mais grand par la renommée de ses fameux prés vivifiants, où nombre de manades font paître leurs taureaux, il y a une église, une arène et un bar, celui de l'Avenir. Siège de l'APCC dont le président Marc Moucadel a convoqué les membres afin de leur remettre un règlement condensé de la Fédération, puis celui du Trophée Taurin ainsi qu'un petit fascicule, une sorte de guide pratique à tous présidents de courses. "Peut-être que la date et le jour - en plein week-end de l'Ascension - n'était pas bien choisi, mais ce n'est pas évident" commente Marc en présence d'une petite poignée de ses collègues. Toutefois, quitte à avoir fait le déplacement, parfois lointain comme Michel Cassagne de Frontignan, autant garder la marche à suivre. Alors, dans l'arrière salle du Bar, discussions et questions à Jean-Claude Paponneau représentant la Fédération, sur quelques points importants.
Exemple : "au cas où un raseteur blessé, demande à être mené à un autre hôpital plus éloigné que celui le plus proche, et que pendant son transport son état se dégrade, qui est responsable? "
"C'est le raseteur qui est responsable en cas de pépin et non les organisateurs ou le président de course", précise Jean-Claude.

Pour le Trophée Taurin, Patrick Pons (La Provence), demande de rester vigilant et de ne pas cautionner l'attitude des raseteurs As ou Groupe 2 lorsqu'ils ne sont pas concernés par les points (notamment aux courses du samedi), qui donnent leurs attributs levés à ceux de l'Avenir : "Les spectateurs ne comprennent pas, ça donne une mauvaise image du Trophée et ça vous décrédibilise aussi."  

Quant au maire, Joël Tena il s'est réjoui et félicite Marc pour avoir domicilier son association dans ce haut lieu taurin, surnommé la Mecque de la bouvine. Ne restait plus qu'à prolonger la soirée autour d'un buffet, de commenter le tiers déjà passé de la temporada, quant aux absents le bureau de l'APCC se chargera de leur faire passer les trois documents. 

 PATRICK PONS