Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/12/2014

PERNES-LES-FONTAINES

Pernes-les Fontaines



POUR UN BAIN DE JOUVENCE

 pernes-les-fontaines,courses camarguaises

 La pluie n'a pas permis à la finale du Trophée des Fontaines d'avoir lieu le 19 août dernier, et de surcroit la remise des prix. Alors sous la houlette du Club Taurin Lou Touréou, celle­-ci s'est effectuée en fin de semaine dernière aux arènes, et à l'abri, dans la toute nouvelle salle fraichement terminée dans le prolongement de la buvette.

Un club dont le président André Lauzier et ses membres ne cachait pas leur double satisfaction: "Etant donné les intempéries de l'été, je vous remercie d'être venus et pour ne rien vous cacher la salle a été finie in extremis hier soir".
Il passait ensuite la parole à Pierre Gobert, maire
: "ça y est nous y sommes enfin dans cette salle. Les peintures sont faites, le chauffage marche, et effectivement on a mis la pression pour preuve le carrelage a été posé hier soir." Rien de tel pour répandre la bonne humeur et l'humour, d'autant plus qu'à Pernes-lesèFontaines personne n'en manque.
Du coup les récompenses et l'apéro confortaient cette chaleureuse et douce
ambiance, et la photo souvenir sera la 1ère à être apposée en bonne place sur les murs de la salle. "Tenez essayez de lui trouver un nom de baptême" lança à l'assistance le premier magistrat. Oui, décidément à Pernes-les-Fontaines avec son trophée des Fontaines, l'aficion et les biou coulent des jours heureux dans un bain de jouvence.

PATRICK PONS
PHOTO BERNON



Trophée des Fontaines 2014

1er prix au raseteur David Maurel.

2e au raseteur Joffrey Ferriol (absent cause travail)

Trophée Paul Jean:

Au taureau Pierrounet de la manade Richebois.

Les coups de coeur:

Au raseteur Anthony Gautier
qui depuis son accession à l'Avenir
est un fidèle de Pernes
(représenté par ses parents car grippé)

Au président de course Luc Allemand
qui officie au micro depuis 2002

Au chroniqueur taurin de La Provence
Patrick Pons

**************

20/11/2014

AETCC LR

Vendredi 14 novembre 2014  - Association des Eleveurs de taureaux de course camarguaise

Les fruits prometteurs des Jeunes pousses

 aetcc,jeunes pousses,courses camarguaises

 Au terme de la 3e édition du Trophée des Jeunes Pousses, l’AETCC LR ne peut que se féliciter de cette idée germée en 2011, semée en 2012 et dont les premiers fruits commencent à sortir après les moissons 2013 et 2014. Car l’intention de ce concours d’élevage d’évaluer des taureaux jeunes et une vache dans de bonnes conditions et de donner l’opportunité aux manades de l’AETCC de faire courir leurs cocardiers, fait ses preuves. Des exemples : la manade du Ternen, récompensée au terme de la 1re édition (2012), avec dans son lot de cocardiers, le N.950. Lequel passe par les Ligues en 2013, puis, baptisé Quintillien, court à l’Avenir depuis août 2014. Ou encore la manade des Termes, récompensée en 2013, dont son N.903, Docard court aujourd’hui à l’Avenir.

Aussi vendredi dernier, à la manade de l’Aurore où la famille Salmeron recevait, Gérard Batifort, Rogé Andréo et Magalie Renaud, les fondateurs, avaient le sourire en remettant les trophées 2014. Gérard Batifort rappelait quelques points fondamentaux à savoir la mise à disposition gracieuses des arènes par les municipalités ainsi que leur aide logistique. Il remerciait également les clubs taurins, les écoles de raseteurs, les sponsors, la presse écrite... Le président Andréo : listait les « points positifs, toutes les courses ont eu lieu, le bétail a été noté très consciencieusement et les meilleurs taureaux d’il y a trois ans font carrière aujourd’hui. Je rappelle que les bêtes (2 taureaux, 1 vache) doivent avoir 5 ans et non 6 ans ce qui a disqualifié deux manades cette saison ». Et le dirigeant d’affiner la compétition : « Pour que les taureaux soient jugés dans les mêmes conditions, en 2015, les sélections auront toutes lieu au Crès avec les écoles de raseteurs de l’Agglo de Montpellier, Vendargues et Baillargues où se dérouleront aussi les deux demi-finales. Les deux meilleurs allant au Crès en ouverture de la course des As de la fête ».

Restait à attribuer les trophées réalisés par Colette Espié, en présence des élus du Crès, de Vendargues et Baillargues, de la présidente de l’AETCC Françoise Peytavin, Lucien Pallix de la FFCC, des éducateurs et des élèves des écoles de raseteurs, de nombreux manadiers de l’AETCC... Le palmarès 2014 : 3es ex aequo, les manades Pagès et Grand Salan. 2es ex aequo, Caillan et L’Aurore. 1re, manade du Ternen. Meilleure vache N.009 de Sylvéréal.

Un dernier mot pour saluer le passage au Trophée de l’Avenir de Marvin Méric de l’école de raseteurs de Baillargues et de François Martin de celle de Vendargues et l’assistance de trinquer à l’édition 2015.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

 

SAINT-MARTIN-DE-CRAU *PATATE D'OR*

Samedi 15 novembre 2014

Une Patate d’Or très convoitée 

saint-martin-de-crau,patate d'or,course camarguaise

saint-martin-de-crau,patate d'or,course camarguaise

Ils sont arrivés le sourire en coin, le sac sur l’épaule... Motivés mine de rien, voire un peu stressés. « Je suis aux taquets », dira même Jacques Estevan. « J’ai fait des footings toute l’année pour être au top », explique le vainqueur 2013, Jean-Marie Aliaga.

► PHOTO : Jean-Marie Aliaga, avec 10 points de handicap, et malgré son entraînement intensif et son free-style, n'a pu réitérer son exploit 2013.

Après trois entraînements et une sévère sélection parmi les candidats, le CNIPO (comité national et international de la Patate d’Or) alignait 24 raseteurs et 4 clowns-tourneurs, prêts à veiller au grain. Aux prises avec le bétail joueur de Chapelle-Brugeas, et motivés par Jérôme Dumas au micro, les hommes ont rivalisé avec courage, grand cœur et sens artistique certain pour s’octroyer le trophée préparé par Edgar Dumas, frère d’Emile Dumas.

saint-martin-de-crau,patate d'or,course camarguaise◄ PHOTO : Tatawine, malgré sa belle forme physique, n'a pu éviter la blessure.
Les spectateurs venus de toute la zone taurine ont supporté leurs candidats préférés. Notamment Jérémy et Maxime ne ménageant pas leurs encouragements à Jean-Marie et Jean-Paul ou encore cette équipe très en voix venue du Languedoc supporter Jimmy.

Place à la course : les cocardières choisies par la manade Chapelle-Brugeas (Saint-Martinoise, Pepita, Caphanaise, Pimprenelle, Nabila, Shakira, Roussette) s'en sont donné à coeur joie. Pour les raseteurs ce fut un peu plus compliqué et ils ont multiplié les gamelles, les baroulages, les sauts en avant, en arrière, de lourds atterrissages en contre-piste, le raset le plus long de la course camarguaise de l’homme qui ne sautait jamais les planches... Des bleus, des coups, des bosses... Quelques frayeurs et beaucoup de rires.

Samedi dernier, la 16e Patate d’Or a tenu sa réputation. Mention à Didier Laurent cumulant la 2e place (déterminée au nombre de cocardes, glands levés puis à l'âge), son jubilé, et ses 60 ans. Bravo ! Félicitations aux Languedociens Rémy et Jimmy, respectivement 3e et meilleur animateur. L’histoire retiendra le nom de Stéphane Dumas (vainqueur pour la 2e fois)... Dumas ? Encore un ? Y’a rien là...

MARTINE ALIAGA

PHOTOS HERVE BERNON

 

14/11/2014

MARSILLARGUES

Vendredi 14 novembre 2014

Lou Bajan met tous les atouts de son côté

 MARSI16.jpg

La piste a été entièrement bâchée

Dimanche dernier, la météo a amputé le week-end prévu par le CT Lou Bajan, en rendant la piste impraticable. Alors pour se prévenir de tous risques, les organisateurs ont décidé de bâcher le sable.

MARSI16B.jpgLes jeunes ont travaillé jusqu'à la nuit, jeudi pour installer les protections. "Nous ne les enlèverons qu'au dernier moment car un peu de pluie est encore annoncé samedi", explique le jeune président Thibaud Servière qui espère bien finir sa temporada sur une bonne note. D'autant que l'affiche proposée est à la hauteur avec Pavoun, Mesrine et Greffier de Renaud Vinuesa ; Queribus, Petrus et Ajax côté manade occitane. Les raseteurs quant à eux ont prouvé samedi dernier leur envie de bien faire. Ce sont les mêmes que les spectateurs retrouveront ce dimanche : Auzolle, Clarion, Fougère, Katif, Martin, Rassir, Sanchez. Auzolle, Clarion, Fougère, Katif, Martin, Rassir, Sanchez.

De quoi clôturer avec bonheur !

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CT LOU BAJAN

* Marsillargues, ce dimanche 16 novembre, 14h30 (arènes ouvertes à 13h30), 9€. Vinuesa : PAVOUN - MESRINE - GREFFIER - Occitane : QUERIBUS - PETRUS - AJAX. Raseteurs : Auzolle, Clarion, Fougère, Katif, Martin, Rassir, Sanchez. *

13/11/2014

GRANDES ARENES

Vendredi 14 novembre 2014

BEAUCAIRE - SIMEON : C’est signé !

beaucairearènesPH CI.jpg

Aux arènes Paul-Laurent, le renouveau est attendu

La saison 2014 aux arènes Paul-Laurent ne restera pas dans les mémoires et le public l’a fait savoir en boudant son assiduité. Cela n’a pas échappé à la nouvelle municipalité. « Nous avons constaté que ça s’essoufflait un peu cette année, explique Julien Sanchez, maire, et nous avons voulu donner une dimension plus importante à ces arènes historiques pour la course camarguaise. Après avoir débattu avec Mireille Fougasse, adjointe en charge des affaires taurines, et Maurice Mouret, conseiller municipal, nous avons réuni les présidents des clubs taurins de Beaucaire à deux reprises, tout cela nous a menés à Daniel Siméon ». Trois noms avaient été évoqués au préalable, Gérald Rado, Joël Passemard et Daniel Siméon.

« Le choix s’est porté sur ce dernier, pour ses qualités de sérieux, de professionnalisme et son sens artistique. Il interviendra en tant que prestataire de service », ajoute l’édile. Nous restons en régie municipale, l’organisateur soumettra aux élus ses choix, taureaux et raseteurs, et s’en tiendra au budget imposé par la ville, le même que l’an dernier. Le contrat court pour un an ».

Après 27 ans de présence au Grau-du-Roi, Daniel Siméon voit donc s’ouvrir à lui l’un des fleurons de la course camarguaise et en mesure la difficulté : « Etre à la hauteur des arènes de Beaucaire c’est un vrai défi ! C’est un challenge difficile car c’est Beaucaire ! Ne serait-ce que par la piste compliquée pour les taureaux et franchement, en ce moment, nous n’avons pas beaucoup de “grands” taureaux... » Fort de ce qui a fait la réussite du Grau-du-Roi, l’organisateur va donc tabler sur « les nouveaux taureaux qui ont marché en 2014. C’est un pari qu’il faut expliquer au public, on va sortir des sentiers battus... Notamment pour les trois courses du Muguet d’Or, on partira à la découverte de nouveaux noms. Bien sûr, je mettrai le paquet sur la Palme d’Or sur trois journées, une Palme d’Argent relevée puis une course en septembre. Un an c’est court pour s’installer, il faut faire fort dès le début ! ».

La tête déjà plongée dans les prochaines affiches à monter, Daniel Siméon n’en oublie pas pour autant son équipe « Oui bien sûr “la dream team” du Grau va me suivre, je ne pourrais pas travailler sans eux » et la collaboration de Jacky Siméon, son frère, ancien raseteur : « Beaucaire n’est pas le Grau-du-Roi, instinctivement j’ai ressenti le besoin d’un ancrage plus historique, plus institutionnel... Il me faut aussi convaincre le public provençal... Jacky peut faire le lien. De toute façon, quoi que je fasse, je lui en parle et nous collaborons parfaitement... ». 

De cette collaboration naîtra la saison 2015 beaucairoise. Les afeciouna ont hâte de la découvrir... Ce sera fait fin février.

MARTINE ALIAGA

 

10/11/2014

MARGUERITTES * JUBILE CHARLES CHANAT *

Samedi 8 novembre 2014

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

 Un jubilé à l'image d'une carrière

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesCharles à l’entrée des arènes accueillant les spectateurs, Charles à la capelado surveillant le protocole, à la présidence rajoutant des annonces sur la feuille de Christian Privat, en piste gérant les différentes équipes de crocheteurs et rasetant avec son jumeau Jean tous les cocardiers, Charles en contre-piste taillant la bavette avec les amis, Charles n’oubliant personne dans son discours, distribuant les bouquets de fleurs et remerciant tous ceux qui l’ont accompagné depuis ses premiers pas à la tête des taureaux, en 2000. Attentionné, généreux, spontané, pour son jubilé comme pour sa carrière, samedi à Marguerittes, le gaucher Charles Chanat a tout donné. Jusqu’à son dernier raset avec Fonfon où, quiché et manquant de jambes plus l’émotion, il chute lourdement en contre-piste. Sur le coup, son épaule se trouvait à nouveau déboîtée. Clin d’œil - certes douloureux - à une carrière où le raseteur ne s’est jamais économisé. Heureusement, le docteur Romieux de remettre le solide Charles et son épaule dans le droit chemin, et le jubilé de reprendre son cours. Car si les rasets étaient terminés, il n’en était rien de la fête.

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesRetour en piste pour la sortie de Mithra de la Vidourlenque (taureau, aujourd’hui à la retraite, qui avait gravement blessé le raseteur en 2008) s’adressant à Charles par l’entremise de Jérémy Serrano : « Tu étais à ma dernière course, je me devais d’être à la tienne, au nom de tous les taureaux que tu as fait briller... ». Et les cadeaux de se succéder tout comme les belles phrases. Jean Chanat : « Tu n’as jamais triché... ». Luc Jeanjean, tourneur : « En tauromachie espagnole, on dirait que tu es un “tremendiste”, kamikaze, fou fou. Je te disais “Calme Charles, calme...” et toi “Appelle le taureau, appelle... Je veux le prix du meilleur animateur” ». Claude Dumas, tourneur : « Tu as toujours respecté les autres, tu étais intrépide, gonflé, surmotivé... »

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesDes anecdotes de piste mais au-delà de vrais liens d’amitiés. Au milieu de tous les siens, Charles Chanat pouvait savourer. Le raseteur a beaucoup donné aux organisateurs, aux taureaux, aux spectateurs, mais l’homme a aussi reçu. Du respect et beaucoup d’affection.

 

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI - ERIC MARC

 

LES ACTEURS DE L'APRES-MIDI

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesLe CT La Bouvina de Marguerittes, les cavaliers de la manade Martini, le groupe La Souleïado de Marguerittes, les écoles de raseteurs de Bouillargues et Portiragnes, les amis Landais, Les présidents de course Christian Privat, Didier Gaillard et xxx, les raseteurs et tourneurs : Aubaterre, Jeanjean, Dumas, D. Martinez, Ménargues, J. Chanat, Bini, Oudjit, Bournel, Ouffe, Castel, Belgourari, Soler, Carrasco, Borego, etc. Un bon choix de taureaux, emboulés pour l’occasion, très participatifs, vaillants et super agréables : N.817 de Nicollin, 915 de Saint-Pierre, Braco de Martini, Manolo de La Galère, 1 jeune vache de la Vidourlenque rasetée par les “arpètes”, Letino de Fabre-Mailhan, Givalon de Cuillé, Que Navo du Grand Salan, Fonfon de la Vidourlenque, Mithra en présentation... Les clubs taurins Lou Bandot de Saint-Laurent, Lou Pougaou de Montfrin, l'Union taurine d'Aigues-Vives, le CT de Remoulins, Portiragnes, Bouillargues... et certainement quelques autres...

DES CLINS D'OEIL A...

Benjamin Bini avec Fonfon

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ Jérémy Serrano, "arpète" N.1

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ LES DERNIERS RASETS DE CHARLES

Avec Manolo de La Galère

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ Avec Fonfon de la Vidourlenque

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

***************************

06/11/2014

MARGUERITTES *JUBILE CHANAT*

Ce samedi 8 novembre 2014

Charles : "Ce qui m'a plu, c'est faire le spectacle"

charles chanat,jubile,marguerittes,courses camarguaises« C’est surtout pour dire merci à tous ceux qui m’ont soutenu…, insiste Charles Chanat. Moi, j’ai fait mon chemin. Je n’ai aucun regret. Mais je veux rassembler tous ceux qui m’ont supporté durant ma carrière… mon jumeau Jean et ma famille, mes amis, les clubs taurins qui m’ont fait confiance durant toutes ces années ». Il est comme ça Charles. A l’heure de poser définitivement le crochet, l’important pour lui c’est de faire plaisir aux autres. Et ils seront tous là, ce samedi, à Marguerittes pour faire la fête avec lui. Ceux de Bouillargues, où il a commencé, en 2002, ses potes de Ligues cuvée 2003, ceux de l’Avenir groupe qu’il intègre en 2004, à 17 ans, ceux du groupe 2 avec qui il a raseté jusqu’à sa dernière course en pointe. C’était à Aigues-Vives en septembre 2013 où son épaule l’a lâché (luxation).

CHARLESCHANAT1.jpgUn parcours tissé par des liens d’amitié indéfectibles en fil rouge d’une carrière dont le raseteur se souvient de chaque course, de chaque taureau. « Mon jubilé à Marguerittes ? Parce que c’est là où j’ai raseté la première fois à l’Avenir (NDLR : le 21 mars 2004), la complète de La Galère avec Nénuphar. Et puis c’est chez moi ». Et dès le départ, les chroniqueurs de noter ce gaucher volontaire et culotté qui fait briller les cocardiers. « En piste, avec les taureaux, j’étais content. J’avais envie de faire plaisir aux gens des gradins, aux manadiers… Envie qu’ils se régalent ». Les clubs taurins ne s’y trompent pas et Saint-Laurent-d’Aigouze, Montfrin, Aigues-Vives, Bellegarde et tant d’autres adoptent vite ce jeune plein de spontanéité, s’offrant aux taureaux et cherchant en retour l’attention voire l’affection des spectateurs. La Cigale d’Or en 2007, Le printemps des Royales en 2008, meilleur de la finale du Gland d’Or, la Clairette d’Or, meilleur raseteur de la saison pour l’Union des CT Paul-Ricard… sont ses Trophées de référence, parmi tant de récompenses de meilleur animateur. Comme à Béziers où distingué par l’UCT Biterrois, il se trouva aux côtés de Castella (le matador) pour recevoir son prix. « Un grand moment ! »
CHARLESCHANAT2.jpgCasse cou, spontané, sincère, les qualités d’un raseteur qui n’a pas ménagé son physique et privilégié les liens avec ses collègues de raset et les organisateurs. Comme avec le CT de Portiragnes qui lui permit de se refaire une santé, en 2006, après une blessure. « Notre amitié est partie de là, c’est un raseteur que j’estime beaucoup, exprime Gérard Massol, un petit gentil, plein de sympathie. Il est resté proche de l’école de raseteurs de Portiragnes et de Jean-Henri (Oudjit) ».

« J’ai toujours préféré l’ambiance des pistes moyennes ou petites, mais j’ai raseté tous les taureaux, tient à préciser Charles, j’ai pris beaucoup de coups mais un seul coup de corne, à Aigues-Vives, le 26 juin 2008 par Mithra de la Vidourlenque ». Le raseteur ne s’éternise pas sur cette grosse blessure. Il préfère évoquer des anecdotes qui l’ont marqué et qui résument un peu son état d’esprit : « C’était à Saint-Laurent, je m’échauffais dans la rue, puis je me suis retrouvé tout seul, les autres étaient déjà en piste. Quand je suis entré, les gens chantaient “Chanat! Chanat! Chanat!” J’étais intimidé mais tellement content… »

« Une autre fois, je rasetai avec Mathieu Schuller qui faisait briller… Moi, j’avais raseté tous les taureaux, ça m’a énervé. Alors quand Brechu, dernier de la course, est rentré, j’ai voulu ma part de bravo, je voulais que le public se souvienne de moi. J’ai fini sur la tête du taureau, ensemble aux planches. Moi c’est ça qui m’a toujours plu… Faire le spectacle ».

Alors quand en mars 2014, il a repris l’entraînement pour préparer son jubilé en cornes nues, et que l’épaule a à nouveau lâché, il a pris sa décision. En même temps, Charlène, sa compagne, lui avait offert le plus beau des cadeaux, Gabriel, aujourd’hui âgé de 8 mois. A 28 ans, il était temps d’arrêter. « Aujourd’hui, je suis membre du CT la Bouvina de Marguerittes, je reste au contact des taureaux en pays, dans les manades et aux courses aussi ».

Mais nul doute que samedi, Charles mettra tout son cœur dans cette après-midi spectacle entouré de tous ses amis. Et pour peu que le public scande son nom, les taureaux trouveront sur leur trajectoire, ce toujours jeune raseteur intrépide et tellement attachant. «Chanat! Chanat! Chanat!»

MARTINE ALIAGA
PORTRAIT DE CHARLES : LUDOVIC NIGUES
PHOTOS DE COURSE :  ARCHIVES MIDI LIBRE

*****************

PROGRAMME SAMEDI 8 NOVEMBRE
A MARGUERITTES

charles chanat,jubile,marguerittes,courses camarguaisesA partir de 14 h, 5€, course spectacle,
avec les cavaliers de la manade Martini, la Souleïado de Margarido, les taureaux emboulés de Cuillé, Fabre-Mailhan, Vidourlenque, Grand-Salan, Saint-Pierre, La Galère, Nicollin, Martini.

Animé par les amis-raseteurs  de Charles, les écoles de raseteurs de Bouillargues, Portiragnes, etc.
Apéritif après la course.
20 h, soirée salle La Friande à Marguerittes, 20€.
Réservations : tél. 06 18 59 46 68 - 06 68 26 25 40 - 06 16 79 52 12.

31/10/2014

MAUGUIO REND HOMMAGE A FREDERIC MISTRAL

Samedi 8 novembre 2014


100 ans d’héritage d’un bien immatériel


MISTRAL3.jpgNé à Maillane au Mas du Juge, le 8 septembre 1830, au foyer de François Mistral et de Marguerite-Adélaïde Poulinet, le jeune Frédéric après avoir fréquenté l’école communale de Maillane, le pensionnat de Saint-Michel de Frigolet et le collège Royal d’Avignon et obtenu son baccalauréat avec mention, poursuit ses études à la Faculté d’Aix en Provence d’où il sort à 21 ans licencié en droit. Il revient au mas paternel aider son père devenu aveugle.

Passionné par l’histoire de son pays il prend alors la résolution de "relever, de raviver en Provence le sentiment patriotique…. De rendre la vogue au provençal par le souffle et la flamme de la divine poésie".

C’est ainsi que le 21 mai 1854 au Château de Font-Ségugne à Châteauneuf-de-Gadagne, en compagnie de six poètes amis, Théodore Aubanel,  Jean Brunet, Paul Giera, Anselme Mathieu, Alphonse Tavan et Joseph Roumanille, il fonde le Félibrige. A 29 ans, il publie "Mireille" qu'il dédie à Lamartine. Ce poème est aujourd’hui traduit dans cinquantaine trois langues dont 1 en braille. Viennent ensuite : Calendal, Nerte, la Reine Jeanne, les Iscles d’or, le poème du Rhône, les Olivades … et l’énorme travail de sa vie, un dictionnaire : le Trésor du Félibrige où chaque mot est traduit dans les différentes graphies du pays d’Oc. Il est également l’instigateur du journal L’Aioli.
Le 14 octobre 1894, il participe avec Folco de Baroncelli à la grande manifestation à Nîmes, lors de la course dite de la contestation, suite à une circulaire du Ministre de l’Intérieur visant à interdire les courses de taureaux.

Avec l'aide du docteur Marignan de Marsillargues, il s'investit dans la création d'un  musée ethnographique, véritable arche de Noé de l'art de  vivre en provence "Le Museon arlaten", inauguré en 1899 lors du congrès de la Sainte Estelle.


Sensible à la gente féminine et voyant avec tristesse l'abandon des fichus et chapelles portés par les femmes de son pays au profit de la mode parisienne, il prend le défi de glorifier le costume traditionnel au travers de la jeunesse et crée le 17 mai 1903 en Arles la Fèsto Vierginenco, véritable succès.

En 1904, il reçoit le prix Nobel de Littérature conjointement avec José Echegaray et emploie la totalité des fonds reçus dans le Museon Arlaten réinstallé dans l'hôtel de Laval.

MISTRAL.jpgIl s’éteint à Maillane le mercredi 25 mars 1914. Marié à Marie-Louise Rivière et sans descendance, il lègue par testament ses biens à la commune de Maillane. Leur demeure, véritable temple du souvenir est  devenue le « Museon Frédéric Mistral » et la maison du « Lézard », la bibliothèque municipale.

Nous retiendrons de lui cette grandeur et cette fierté d'âme paysanne, l'amour inconditionnel qu'il voue à sa patrie, son génie et son rayonnement littéraire qui, bien au-delà de la capitale française, l'a fait connaître dans le monde entier.

Empreints de cette fierté, en dignes héritiers, notre devoir est de saluer dignement sa mémoire et de transmettre son oeuvre à travers les générations.

ANNE MARIE ERRUZ-THERON

MAUGUIO
PROGRAMME DE LA JOURNEE

DU SAMEDI 8 NOVEMBRE

11 h 30  : rassemblement des groupes et cavaliers sur la place de la Libération et hommage à Folco de Baroncelli

11 h 50  : défilé jusqu’aux arènes

12 h     : hommage et dévoilement de la plaque commémorative
place Frédéric Mistral (arènes)


12 h 30 : Vernissage de l’exposition
« Sur les pas de Frédéric Mistral »


    (Ouvert du 8 au 15 novembre, lundi au samedi 14h-16h30, mardi et jeudi : 10 h-12 h et 14 h-16 h 30)

15 h 15 : Animations folkloriques, place de la Libération

16 h : Spectacle gratuit
« Bèn lou bon-jour Moussu Mistral »
au Théâtre Bassaget.


   ********************************

30/09/2014

JEAN MATHIEU EST DECEDE

L'emblématique défenseur de la Camargue et des gens de bouvine nous a quittés. Jean Mathieu, président d'honneur des gardians professionnels, est décédé hier, à 66 ans.

Ses obsèques se dérouleront jeudi 2 octobre. A partir de 14h30, hommage aux arènes de Saint-Laurent-d'Aigouze puis aux arènes du Cailar avant l'inhumation au caveau familial du Cailar.

Nos plus sincères condoléances à la famille de Jean et à ses proches.

31/08/2014

TEYRAN

La Saint-Louis 2014

Trente ans, ça se fête !

teyran,luc vellas,courses camarguaises

teyran,luc vellas,courses camarguaisesDans le cadre des 4 jours de fête de la Saint-Louis de la fête de Teyran, le Club Taurin Lou Biou, a présenté un programme, une fois  de plus riche et varié avec outre ses abrivado, bandido ou encore encierro ( à 21h15 et 1h tous les jours) qui ont fait la renommée de fêtes de Teyran, ses courses d’étalons ou de ligue qui ont permis aux petites arènes de se remplir du premier au dernier jour.
Entre le vendredi 23 une course d’étalons d’où sont ressortis les pensionnaires n°121 et 112 de la manade de L’ Aurore, le lundi une course de ligue où se sont distingués les taureaux n°030 et 059 de manade Paulin, n°117 de Vellas, le grand boum, le grand évènement réside le dimanche avec une course d’étalons servant pour support au Grand Prix de la Ville de Teyran.
A cette occasion  en ce dimanche 24 août, les membres du Club Taurin, la Municipalité avaient tenu à honorer un homme qui est à l’origine des traditions taurines (camarguaises ou autre) dans cette commune de quelque 500 âmes située à une dizaine de kilomètres au nord de Montpellier et à quelques enjambées du Pic-Saint-Loup.
Cet homme - Luc Vellas - président depuis 30 ans du Club Taurin « Lou Biou », est entre autre à la base de cet engouement pour la culture tauromachique. En présence de la pena « Lou Paty », des Arlésiennes, du Président de la Fédération Française de la Course Camarguaise (qui lui a remis le diplôme du mérite fédéral), des gardians de la manade Vellas, et de ses amis raseteurs, Luc Vellas, ému aux larmes, a été félicité par son frère, Didier Vellas au nom du Club Taurin et par Eric Bascou, maire de la commune.
Homme dévoué, homme de passion, il a su, avec certes des moments difficiles voire dramatiques, surmonter les obstacles pour que les biou, à toutes le sauces et pour le plaisir de tous, se fassent une place dans la programmation de la fête. Luc est aussi à l’origine de la journée des péquelets organisée le lundi où avec des jeux d’eau, la gratuité des manèges, un apéro- mousse pour enfants mais également des tours de poneys, des tours de calèches, une journée où les bambins trouvent plaisir à venir en cette veille de rentrée scolaire.
teyran,luc vellas,courses camarguaisesLuc Vellas est aussi à l’origine  de la création du Grand Prix de La ville de Teyran qui année après année,  a vu la victoire de l’étalon n°133 de Robert Michel. Ceux de la manade Occitane (n° 122 et 116) et Cavallini (n°139) n’ont pas dû arriver loin derrière. Face à une équipe entreprenante, c’est le raseteur Cyril Castel qui en sortira vainqueur.  
► PHOTO le N.133 de Robert Michel après Cyril Castel.
Que souhaiter de plus, si ce n’est que toutes nos villes, aux portes des grandes métropoles aient quelqu’un qui ressemble à Luc !
Bon vent au Club Taurin  « Lou Biou » et à l l'an que ven !

 

CYRIL DANIEL

 

21/06/2014

ASSOCIATION DES ANCIENS RAZETEURS

Manade Raynaud – Samedi 14 juin 2014

Raseteur un jour, raseteur toujours

manade raynaud,anciens razeteurs,courses camarguaise

Joël Passemard (au centre) mis à l'honneur
par le président Roger Pascal, au micro Jacques Roumajon

Raseteurs ils ont été, raseteurs ils sont toujours. Les cocardiers ont marqué leur chair et leur âme d’une empreinte indélébile.  Et quand ils se retrouvent, très vite, cocarde, glands et ficelles sont au centre des conversations. Souvenirs de piste, d’attributs levés, de trophées gagnés, d’entraide entre les hommes en blanc, tout cela passé au tamis des années, pour n’en garder que le meilleur.

Samedi dernier, réunis à la manade Raynaud, les membres de l'associations des anciens razeteurs n’ont pas manqué de refaire les courses mais sans oublier le plaisir d’être ensemble. Après une matinée à visiter les cocardiers du Grand Radeau, la bonne centaine de convives a poursuivi les festivités sous la loupio et dans la salle de la manade Raynaud. Là le bureau de l’association créée en 1987 -  Roger Pascal, président, et sa fidèle garde rapprochée Roger César vice-président, Vincent Ferris trésorier, Jeannot Ribot, secrétaire – s’est démultiplié pour que chacun profite de l’ambiance.

Au tableau d’honneur, cette année, le raseteur Saint-Gillois, Joël Passemard à qui un tableau peint par Jean Marignan, le représentant avec Ventadour, a été offert. Jacques Roumajon, chargé du discours d’accompagnement, retraçait sa carrière : « Il avait du talent, ce petit, pour raseter les Pascalet, Goya, Ventadour… Il fallait beaucoup de talent pour raseter aux côtés des Castro, Dumas, Jouanet, Pellegrin… Tu as remporté de nombreux trophées (Muguet d’Or, Palme d’Or avec Meneghini, Margueritte d’Or, Damour à Lunel, etc.). A 18 ans, tu rasetais au Trophée des As et tu n’as pas été épargné par les blessures (Vallespir, Santiago ou Pernen…) Tu as fait ton  jubilé à Marguerittes, puis tu t’es consacré au comité des fêtes de ta ville de Saint-Gilles. Je le dis avec fierté, tu a été mon parrain pour entrer à l’Association des raseteurs… » Et Jacques Roumajon de saluer « ton épouse Bernadette qui a su te supporter dans les bons et les mauvais moments, ainsi que tes deux filles ». Toujours aussi discret,  Joël Passemard se disait très heureux de cette distinction.

Maître de cérémonie, Roger Pascal ne manquait pas de remercier Guy Marchand d’avoir officier à la grillade du déjeuner et congratulait Gérard Martin, 85 ans, adversaire de Vovo pour la postérité, toujours prêt à dégainer les photos de ses exploits. N’empêche que ces anciens des pistes sont captivants quans ils évoquent leurs jeunes années. Tel Roger César se souvenant qu’il partait raseter en stop, en vélo puis, les premiers francs aidant, en mobylette avant d’accéder à la voiture… Qu’il dormait au plus près de chez un qui le véhiculait le lendemain… Que les attributs levés lui ont permis de s’élever socialement. Et surtout « quand on marchait ensemble, on partageait tout, tourneurs compris, même avec les plus titrés. Et si l’un avait été blessé, il recevait aussi sa part ». L’ancien raseteur lansarguois, toujours au fait de la course camarguaise, d’analyser : « Cela a bien changé, ils ne s’entendent pas assez entre eux… quand je vois des ficelles rentrer à 1 000€ … Mais il y a toujours de bons taureaux, des raseteurs et des spectateurs pour les voir, c’est la société qui a évolué ».

Et pour débrider un peu plus l’ambiance, Régine Pascal entrait en scène pour quelques extraits de son nouvel album « Femmes de Camargue », un très punchy « fête votive » mettant le feu à la salle et  « Que la Camargue est belle » repris à la cantonade. Le président Roger pascal pouvait conclure en demandant une standing ovation pour Régine, les Raynaud et la Camargue, sans oublier de saluer la manadière Nicole Rébuffat.

Texte et photos (d'autres photos à venir)
MARTINE ALIAGA

ASSOCIATION DES PRESIDENTS DE COURSE

Au Cailar, le 30 mai 2014

LES VOIX OFF A LA MECQUE

presidentsjuin2014.JPG

Au Cailar petit village gardois, mais grand par la renommée de ses fameux prés vivifiants, où nombre de manades font paître leurs taureaux, il y a une église, une arène et un bar, celui de l'Avenir. Siège de l'APCC dont le président Marc Moucadel a convoqué les membres afin de leur remettre un règlement condensé de la Fédération, puis celui du Trophée Taurin ainsi qu'un petit fascicule, une sorte de guide pratique à tous présidents de courses. "Peut-être que la date et le jour - en plein week-end de l'Ascension - n'était pas bien choisi, mais ce n'est pas évident" commente Marc en présence d'une petite poignée de ses collègues. Toutefois, quitte à avoir fait le déplacement, parfois lointain comme Michel Cassagne de Frontignan, autant garder la marche à suivre. Alors, dans l'arrière salle du Bar, discussions et questions à Jean-Claude Paponneau représentant la Fédération, sur quelques points importants.
Exemple : "au cas où un raseteur blessé, demande à être mené à un autre hôpital plus éloigné que celui le plus proche, et que pendant son transport son état se dégrade, qui est responsable? "
"C'est le raseteur qui est responsable en cas de pépin et non les organisateurs ou le président de course", précise Jean-Claude.

Pour le Trophée Taurin, Patrick Pons (La Provence), demande de rester vigilant et de ne pas cautionner l'attitude des raseteurs As ou Groupe 2 lorsqu'ils ne sont pas concernés par les points (notamment aux courses du samedi), qui donnent leurs attributs levés à ceux de l'Avenir : "Les spectateurs ne comprennent pas, ça donne une mauvaise image du Trophée et ça vous décrédibilise aussi."  

Quant au maire, Joël Tena il s'est réjoui et félicite Marc pour avoir domicilier son association dans ce haut lieu taurin, surnommé la Mecque de la bouvine. Ne restait plus qu'à prolonger la soirée autour d'un buffet, de commenter le tiers déjà passé de la temporada, quant aux absents le bureau de l'APCC se chargera de leur faire passer les trois documents. 

 PATRICK PONS

23/05/2014

AIGUES-VIVES *AVENIR*

Dimanche 18 mai 2014

L'Union taurine très satisfaite
de la 2e journée de la Cigale d'Or

 aigues-vives,avenir,cigale d'or,courses camarguaises

Le redoutable Camaï

Comme le dit le président de l'UTCPR Aigues-Vivoise : "Ce n'est pas tous les jours que nous avons une course de ce niveau". Aussi Jérémy Serrano tient à revenir sur cette 2e course de la Cigale d'Or, Trophée de l'Avenir où Camaï de la Vidourlenque a placé la barre très haut. Le compte rendu très consistant ci-dessous raconte donc ce bon moment sur les gradins des arènes gardoises.

"Cette 2e journée de la Cigale d’Or menée par Didier Gaillard au micro fut une réussite. Il faut dire que côté cocardier, l'affiche était de grande qualité. Pour commencer un très bon 1er Sorbier, un 4e d’excellence - Camaï - mais aussi le fantasque Patou sans oublier Calisse qui finit cette course sur une très bonne note. Seul bémol les blessures physiques de certains raseteurs: tout d’abord Bini, suivi de Ortiz qui revenait de blessure et enfin Zekraoui ( Clarion sera autorisé a rentré au 3e ).
Mais si le public a pu repartir satisfait c’est avant tout grâce à deux hommes qu’il faut féliciter: Dimitri Fougere qui a su se donner jusqu’à l’épuisement et qui failli payer de sa personne puis Marc Sanchez qui à gauche a pris la course à son compte répondant face aux difficultés du jour. Bravo a vous messieurs! Caizergues, Soler, Gaillardet et Clarion complètent l’équipe. Un carmen général sera attribué pour les prestations des taureaux et des hommes.

Sorbier (Cuillé) avait la lourde tâche d’ouvrir les débats. Il va les ouvrir et de quelle manière! Assailli de rasets de toute part, il répond à tout en venant offrir au public de magnifiques ripostes après les hommes, corne pointée ou en se dressant après le raseteur. Et malgré la bourre il défendra avec brio sa première ficelle et rentrera la seconde avec brio. Sous les applaudissements et accompagné de la musique entendue a plusieurs reprise auparavant.

Lorca (Saumade) en impose par sa stature comme bon nombre de Saumade. La trompette sonne, on réfléchit à comment l’aborder. Chaque tentative est raccompagnée au ras des bois. Aux ficelles, quelques temps morts dus à différentes blessures des hommes. Mais Lorca continue sa course tout en venant sauter après l’homme. Dimitri Fougère en grande forme s’offre sa 1re ficelle, c'est mérité vu son travail. La 2e bobine retourne en musique au toril.

Balourd (Félix).- Sûrement le plus abordable du jour mais qui compensera par sa noblesse en offrant de belle séries qu’il n’hésitera pas à venir conclure en passant la tête après l’homme. Une préférence pour les gauchers avec une petite anticipation  Rentre nu avec Carmen pour une course honorable.

 

aigues-vives,avenir,cigale d'or,courses camarguaisesCamaï  (Vidourlenque) : Voilà un cocardier qui mériterait de grandes pistes mais pour aujourd’hui c’est dans son pays et une arène qui l'a vu éclore et où il continue de s’affirmer. Du brio pour une prestation qui tutoie l’excellence où il mettra les hommes à l’heure. D’entrée vient se placer cul aux planches où il va attendre les hommes sans se laisser berner par les tourneurs. Dominateur et compliqué il obligera les hommes à user de reprised pour arriver à s'octroyer ses rubans. Aux ficelles, la musique est toujours la même et Marc Sanchez en l’espace de 2 rasets fait frissonner le public pour de magnifiques anticipations conclues au ras des bois. Trompette et c’est sous les applaudissements d’un public unanime que Camaï réintègre le toril porteur fièrement de ses couleurs et de ses 2 ficelles sous l’air de Carmen entendu de nombreuse fois.

Apparicio (Rouquette).- Dur de passer après une telle prestation et pourtant Apparicio va offrir un quart d’heure plein. Doté d’un très bon placement, il anticipe a gauche mais vient finir au dessus des bois. A droite, Fougère ne dira pas le contraire pour une arrivée "collé-serré".  Excellent sur les séries il gérera sa course à merveille ses 2 ficelles pourtant fortement primées avec le disque pour la énième fois.

Patou (Occitane).- La fatigue se fait sentir et Patou n'est pas un tendre. Compliqué en ce jour, il attend les hommes au milieu de la piste. Fougère après plusieurs tentatives fera la coupe. La musique est jouée pour une belle arrivée après Fougère, Clarion à blanc est raccompagné sous le bruit d’une planche brisée. Caizergues en fin de course lui ravit cocarde et son premier gland pour une envolée monumentale où les planches céderont. Ouf ! Quelle action. Trompette et Patou retourne au toril avec la musique entendue a 3 reprises porteur de son second gland. Le public est conquis.

aigues-vives,avenir,cigale d'or,courses camarguaisesCalisse (Sylvéreal, hp).- Ce n’est pas un tendre pourtant hors points, on s’attend à ce qu’il soit délaissé vu la fatigue des hommes qui se sont donnés. Il n’en sera rien. Cocardier, il étalera toute la panoplie d’un taureau promis à un bel avenir avec de belles anticipations conclues au ras des bois avec la corne. Les arrivée seront même conclues méchamment les cornes pointées en avant lorsqu’il sent l’homme devant lui. Fougère offre la dernière émotion de cette très bonne course pour un dernier raset conclut en catastrophe au dessus des bois, la corne dans le pantalon, le caleçon déchiré, Calisse en bascule,  Fougere au sol. Ouf! Calisse retombe en piste. Quelle action messieurs-dames! Le disque retentit une nouvelle fois pour le retour au toril sous les applaudissements."

 

29/04/2014

PERNES-LES-FONTAINES

 pernes-les-fontaines,ct lou toureou pernen,courses camarguaises

La journée camarguaise du Toureou pernen 

pernes-les-fontaines,ct lou toureou pernen,courses camarguaisesCette année, la Journée Camarguaise du club taurin pernois a bénéficié d'une metéo parfaite. Le matin, dès 11 h, une première "bombe" annonçait le début de l'abrivado. Les taureaux ont donné du mal aux "attrapaires" par leur puissance et... aux gardians par leur caractère frondeur. Mais si leurs échappées provoquaient quelques galopades, le savoir-faire des gardians les ramenaient rapidement dans le rang. pernes-les-fontaines,ct lou toureou pernen,courses camarguaisesComme chaque année, pour la photo, le maire et le président du club prenaient la pose auprès du taureau... après s'être assurés qu'il était bien maintenu par une bonne douzaine d'attrapaires ! Tout ça en musique avec la peña Fet'aposta de Jonquières qui animait la manifestation.
L'après-midi, les choses devenaient plus sérieuses avec la course de taureaux emboulés des manades Lautier et Chauvet. Les écoles de raseteurs de St Rémy et Châteaurenard s'affrontaient pour le trophée du Vaucluse organisé par le Comité départemental de la FFCC.
pernes-les-fontaines,ct lou toureou pernen,courses camarguaisesAffrontement très correct mais avec beaucoup d'engagement, à la hauteur des jeunes cocardiers très prometteurs. Première alerte : un taureau arrive à s'engager dans un "sauvadou" et reste coincé. Les gardians et les raseteurs bataillent quelques minutes pour l'en sortir ! L'engagement des élèves raseteurs s'est soldé, pour le jeune Ariaoui, par une forte contusion: jambe coincé contre la planche au moment du saut. La planche a volé en éclat mais pas de fracture pour le jeune homme  qui a reçu les premiers soins par les "Ambulances de la Nesque" avant d'être évacué par les pompiers pour des examens supplémentaires. Cela n'a pas entamé le moral de nos jeunes qui nous ont offert un spectacle de qualité avec la complicité chaleureuse et efficace du président de course Luc Allemand.

Une journée donc où les nombreux spectateurs ont pu apprécier l'attachement aux traditions camarguaises dans le respect et la passion du taureau qui anime les Provençaux. Un grand bravo aussi aux membres du "Toureou Pernen" qui ont beaucoup oeuvré pour la réussite de cette journée.

Texte et photos
envoyés par Henri Giraud
CT de Pernes

31/03/2014

CENTENAIRE DE LA MORT DE FREDERIC MISTRAL

Mardi 25 mars 2014 - Vendargues

Un boulevard pour Frédéric Mistral

_DSC0261.JPG

Le Capoulié du Felibrige Jacques Moutet
devant la pierre du Balouard Frederi-Mistral

En cette année 2014 marquant les cent ans de la disparition du poète Frédéric-Mistral, le 25 mars (jour de son décès) avait été choisi par le Félibrige pour honorer tous les lieux où le nom de Mistral était indiqué. 

A Vendargues, la cérémonie  a eu lieu en fin d’après-midi, en présence de Jacques Mouttet, Capoulié du Felibrige, à peine revenu avec le Capitaine de la Nacioun Gardiano Guy Chaptal de la journée d’hommage sur les terres du Maître, à Maillane.

En présence de la Nacioun gardiano,  Arlésiennes, groupes folkloriques, l’association AVEEC, le club taurin La Muleta, la municipalité, Jacques Mouttet a  donc dévoilé l’inscription sur  la pierre flanquée de deux oliviers symboles de paix: balouard Frederi-Mistral (1830-1914).  

Vendargues, terre de traditions et de bouvine, honore donc le poète avec la stèle et le boulevard Frédéric-Mistral, auquel aboutissent  perpendiculairement, souligne Guy Chaptal, les  rues Joseph-Roumanille et Théodore-Aubanel, deux des fondateurs avec Mistral,  du Félibrige, le 21 mai 1854.

 

blogmistralstele.JPG

 

MARTINE ALIAGA

PHOTO CHRISTIAN ITIER

 

25/03/2014

MAUGUIO *COURSE DE SOLIDARITE*

MAUGUIO

Prévue samedi dernier, la course n'a pas pu se tenir à cause de la pluie. Les clubs taurins qui organisent des courses de Ligue, samedi, et la FFCC ont donné leur accord à Romain Mondy et son équipe pour reporter cette course de solidarité contre la maladie de Blackfan Diamond et la petite Gabrielle à ce samedi 29 mars.

Toutes les parties prenantes sont re-mobilisées pour que cette après-midi soit une réussite.

GABI.jpg

GABRIELLE29.gif

07/03/2014

PALAVAS-LES-FLOTS

 palavas2014.jpg

17e Feria de la Mer - 30 avril au 11 mai 2014

RICHESSE ET QUALITE AU PROGRAMME

Beaucoup de monde en ce samedi 1er mars 2014 à la Salle Bleue de Palavas-Les-Flots malgré la présence de très peu de manadiers (une demi douzaine sur une vingtaine programmés) et d’aucun raseteur, pour assister à la présentation de la 17e Féria qui, une fois de plus sera marquée par la diversité.

Un programme varié, riche, comme cette soirée de présentation où  à l’issue de l’annonce « des cartels », une becerrada  se déroula dans les arènes portatives montée pour l’occasion à l’intérieur de la salle. Laquelle se transformera très vite en bodega au rythme des guitares du groupe Los Ninos de La Noche et du groupe de danse Palavas Sevillane.

PALAVAS2014B.jpgA l’initiative de trois hommes, Christian Jeanjean maire la Commune, son 1er adjoint Albert Edouard en charge des traditions et Vincent Ribera, directeur des Arènes, cette 17e année de programmation de la Féria qui prend « d’une année sur l’autre plus d’ampleur et qui s’affirme comme devenant incontournable sur les plans tauromachiques », ne devrait pas décevoir. Si, comme le souligne son 1er Magistrat « depuis 1880, les taureaux espagnols et camarguais foulent le sable de la cité balnéaire », 2014 ne va pas faillir à la réputation.

PALAVAS2014C.jpgAu programme : quatre courses camarguaises  comptant pour les As ou l’Avenir et des courses d’Ecoles de Raseteurs qui s’articuleront autour de 4 journées dont la première sera le Samedi 3 mai dans le cadre d’une journée destinée à la Bouvine. Dès 11h une course d’école de raseteurs avec le bétail de la manade Des Baumelles suivie à 16h30 de la Royale de la manade Saumade comptant pour le Trophée de l’Avenir composée de Castor, Libert, Médoc, Béchet, Caruso, Coutard et Eos. Jeudi 8 mai dans le cadre de la journée du toros, 16h30, un grand concours de manades comptant pour le Trophée des As  avec Sisley (Blatière Bessac), Litec (Cuillé), Chicot (Lautier) Garlan (Les Baumelles), Scipion (Saumade), Greco (Saint Antoine) et Saint Rémois (Fabre Mailhan). Le lendemain, vendredi 9 mai, Journée Camarguaise : 11h une course d’école de raseteurs avec le bétail de la manade Lautier et à 16h30, comptant pour le Trophée de l’Avenir la Royale de la manade Cuillé avec Mandarin, Givalon, Sorbier, Ozoir, Poulidet, Dalloz et Joaillier.

Cette Féria se terminera pour la partie camarguaise le dimanche 11 mai dans une journée dédiée aux Traditions en matinée (11h) la Royale de la manade Laurent avec Sisco, Cyrano, Troubadour, Cassius, Bizet et Jupiter. L’après midi étant réservé à une corrida de rejon.

Sont programmés en alternance  aux As  les raseteurs Allouani, Katif , Chekade, Outarka,  Belgourari, Ayme, Aliaga, Bouhargane, Four, Rassir, Auzolle, Favier et à l’avenir Pradier, Ciachini, Ayme, Allam, Bouhargane, Cadenas....

Durant ces 10 jours, abrivado, bandido viendront compléter le programme avec pour point fort le Jeudi 1er mai , le 14e Grand Concours d’Abrivado de la ville de Palavas (manades Robert Michel, Jean Lafont, Briaux, Vellas, Combe Douce, Chaballier, Du Soleil et Du Levant).

D'autres tauromachie viendront s’inviter dans le cadre de cette 17ème Féria de La Mer comme la Course Landaise en matinée du dimanche 4 mai et la corrida de toros l’après-midi (mano a mano Antonio Ferrera – Manuel Escribano face à 6 toros de la Ganaderia Robert Margé)  ou encore samedi 10 mai (face à 6 toros de Juan Pedro Domecq, Juan Bautista, Sébastien Castella et Miguel Angel Perera). Sans oublier la grande Corrida de Rejon du dimanche 11 mai avec, 6 toros de Hermanos San Pedro pour les vedettes Pablo Hermoso de Mendoza, Andy Cartagena et Manuel Manzanares.

Le cheval sera également à l’honneur aux arènes, le Jeudi 1er mai avec le spectacle « Cavalegria » proposé par l’association « Cheval Palavasien » et le Vendredi 2 mai avec un spectacle de « Doma Vaquera »..

Une fois de plus, la cité balnéaire de Palavas-Les-Flots, avec ce programme diversifiée et alléchant, devrait  s’attirer tous les regards durant cette Féria de la La Mer 2014 et devenir le rendez-vous incontournable des aficiouna et aficionados.

CYRIL DANIEL

27/02/2014

AIMARGUES

Dimanche 2 mars 2014

La Royale Azur et or pour la XXVe journée Fanfonne

aimargues,journée fanfonne-guillierme,royale de guillierme,courses camarguaise

Fanfonne là-haut doit être très fière. Tout d’abord parce que 25 ans après son départ, les gens de bouvine participent avec ferveur chaque année à cette journée commémorative. Le déroulement en est immuable. Venus de toute la Provence et du Languedoc, les gardians et les Arlésiennes colorent le parcours pavoisé d’azur et d’or. Du parvis de l’église Saint-Saturnin à la place du Château puis aux arènes, les rues sont investies par les chevaux, les attelages et les taureaux que la foule suit pas à pas. Un vrai succès qui ne se dément pas d’année en année.

Autre satisfaction pour l’illustre manadière, cette Royale programmée à 15h15, et qui présage, au vu de la saison 2013, d’un excellent niveau. Une vraie Royale avec chaque cocardier - dont la renommée est établie - bien à sa place. Deux premiers solides (Coute Negre et Lou Cran), le bombardier Gasto Boï, troisième. Et une seconde partie époustouflante avec le redoutable Estepous (meilleur taureau de la finale des Raseteurs à Mouriès), le dangereux voltigeur Aroujo, le menaçant et volontaire Bessoun. 

Alors bien sûr, il est bien tôt dans la saison pour tirer des plans sur la comète, mais ces taureaux-là (âgés entre 11 et 7 ans) ont les atouts pour jouer un grand rôle en 2014. 

Résultat du travail de sélection du jeune manadier Hubert Espelly et avant lui son père Christian, les taureaux actuels de Guillierme mettent leur manade au tout premier plan. 

Héritier de Jacques et Armand, Hubert mène l’élevage de la grande dame de la bouvine sur la bonne “draille”. De cela aussi, c’est sûr, Fanfonne aurait été très fière.

MARTINE ALIAGA

aimargues,journée fanfonne-guillierme,royale de guillierme,courses camarguaiseLA COURSE : 15h15, 10€, Comité des fêtes, dél. Eymonet. Royale de la manade Guillierme. Niveau As.

Coute Nègre, Lou Cran, Gasto Boï, Estépous, Aroujo, Bessoun. 

Groupe 1. Raseteurs invités : Auzolle, Belgourari, Bruschet, Guyon, R. Marquis, Poujol, Sanchez.

Tourneurs :  C. Galibert, Lizon, Noguera, S. Sanchez, Ull.

 

VALLABREGUES : CT LOU VINCEN

Une brochette de canards sauce Robert

vallabregues,ct lou vincen,courses camarguaisesDe grosses pincées d’amis proches, quelques doses de membres du Trophée Taurin, des clubs taurins à la louche, un saupoudrage d’élus sur un nappage de gens de bouvine... Voilà la recette de Robert Lacroix pour accommoder sa brochette de canards sauvages offerte en partage à l’assemblée. L’occasion également pour le président et les membres du CT Lou Vincen de motiver ces belles tablées en vue de la saison. Notamment de promouvoir le Trophée Jeannot-Cambi (Trophée de l’Avenir, courses les 26 avril, 10 mai, 4 et 10 juillet) et le Souvenir Luc-Pero (Ligues les 18 et 25 septembre, 2 et 15 octobre). Une loterie menée tambour battant par le président-fin chasseur a conclu ces réjouissantes agapes.

vallabregues,ct lou vincen,courses camarguaises

************************

20/02/2014

MARGUERITTES : CT LA BOUVINA

Vendredi 7 février 2014

Discussion et soirée pour ouvrir la saison

 marguerittes,ct la bouvina,courses camarguaises

marguerittes,ct la bouvina,courses camarguaisesChaque club taurin a son style pour présenter sa saison. A Marguerittes, le CT La Bouvina présidé par Chantal Bourrely (► photo), ouvre désormais sa soirée par une discussion autour de la course camarguaise. 

Cette année, le thème était “Razeter hier, raseter demain”. Bien mené par Francis Trinquier, le débat n’a jamais été “rasant” et ses interlocuteurs Gérald Rado et Loïc Auzolle, se sont montrés honnêtes et généreux dans leurs réponses.

Morceaux choisis.

Gérald, fort de son histoire familiale « cinq oncles du côté de mon père presque autant de ma mère », a remonté le temps évoquant son père. Loïc, natif du Cailar,  a trouvé naturellement sa voie auprès des bious : «C’est devenu une passion, j’en ai fait un métier».

Question : Les jeunes raseteurs aujourd’hui

Loïc : « Certains commencent dans les rues. Et les jeunes un peu plus citadins viennent après à la piste ».

Gérald : « En tant qu’éducateur, je vois des jeunes qui viennent des encierros. Ils font le sens inverse de nous. Une fois qu’ils rasètent, ils vont en pays. Nous, c’était souvent aux “vache-apéritif” qu’on trouvait notre place en piste.

Question : les rasets...

Gérald : « Aujourd’hui les rasets sont stéréotypés. Mon oncle Georges me diait chacun à son style, laisse-les raseter....»

Loïc : « Les taureaux aussi ont évolué. Beaucoup sont plsu gais, plus spectaculaires, ça modifie aussi notre comportment. Il y a moins de taureaux solides, qui sse tiennent. Il y a donc une évolution du raset ».

Question : préparation physique

Gérald : « Les anciens disent qu’ils étaient en pleine forme fin juin, début juillet. Le début de saison c’était leur entraînement. Et puis ils faisaient la fête...

Loïc : « Il y avait beaucoup plus de courses aux As. En 2013, j’ai fait 38 courses mais que dans des grandes arènes. Donc il faut se préparer et s’entraîner pour profiter des taureaux surtout les plus exigeants ».

Question : la compétition

Loïc :  « Aux As, il y a des société privées et des régies municipales qui ont le souci de faire des bénéfices... ou du moins de rendre des comptes.... On ne pourrait pas revenir à ce qu’une ou plusieurs personnes gèrent l’ensemble des courses ».

Gérald : « Peu de raseteurs entrent en piste quand il reste des places. Ils ne veulent courir que quand ils sont invités. Dommage car plus tu rasètes, plus tu es en forme... »

Question : les apoderado

Gérald : « A l’école taurine, on les aid la première année, après ils doivent apprendre à se gérer. Nous on avait une parole... ».

Loïc : « D’apoderado j’en ai pas. Je m’occupe de mon calendrier avec mon père. Le problème des entrants, c’est qu’ils vont raseter gratuitement (sans invitation) à certains endroits .... C’est un cercle vicieux...»

Question : les tourneurs

Loïc : « C’est un gros débat. L’évolution du travail des tourneurs par rapport à avant où les taureaux se tenaient davantage.Et puis il n’y avait pas la limitation du nombre de raseteurs en piste. Chacun avait son tourneur qui se levait du milieu une fois son raseteur passé. Aujourd’hui, un tourneur peut agir pour plusieurs raseteurs. Là aussi c’est à double tranchant».

Gérald : «J’ai un genou qui m’embête. Je ne serai pas à 100% en 2014, j’ai préféré ne pas m’engager auprès d’Hadrien Poujol.... Le problème de nos jours c’est que le raseteur n’est pas patron de son tourneur... Pour ma part, non, c’est le raseteur qui doit prendre sa responsabilité...».

Question : évolution de la course camarguaise

Gérald : «A Arles pour la Cocarde d’Or, on est revenu 30 ans en arrière (piste ouverte à tous les raseteurs). D’autres compétitions mériteraient peut-être cette ouverture. Mais avant les taureaux se battaient devant 30 ou 40 raseeurs. Aujourd’hui, il est devant huit. Aussi je comprends les manadiers qui ne veulent pas mettre leurs grands taureaux à la C. O....».

Loïc : «Je pense qu’on devrait professionnaliser le Trophéedes As pour responsabiliser tout le monde. Il faut vraiment lui rendre sa vitrine par un grand pas en avant.... Il y a beaucoup de très bons raseteurs».

Conclusion très sage de Francis Trinquier : «Il faut de l’éthique pour un comportement basé sur le respect de chaque partie prenante ». 

Et après la présentation de la saison, l’autre débat pouvait  commencer autour d’un fin et délicieux buffet concocté par les petites mains féminines du CT La Bouvina. Bravo les filles!

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

PROGRAMME 2014

30 mars : complète de La Galère.

7 mai : Ligue Plo, Ricard, Gillet.

8 mai : Souenir Pierre-Linarès, concours.

6 juin : Ligue Blanc, Baumelles, Richebois.

7 juin : concours de manades

8 juin : 60 ans de la manade Fabre-Mailhan, complète. Le soir bodega aux arènes.

9 juin : concours

24 juillet : Ligue Lautier, Bon, Le Rhône.

25 juillet : Ligue Fabre-Mailhan, Didelot, Fournier.

26 juillet : Marguerite d’Or, concours.

27 juillet, Trophée Achille-Luc, Marguerite d’Or 2e, concours.

28 juillet : tau neufs.

Mardi 30 juillet : finale de la 52e Marguerite d’Or, 28e Trophée Rami, 12e Souvenir Marcel-Mailhan, concours.

31 juillet : Ligue Guillierme, Ribaud, Les Chanoines.

6 septembre : Ligue La Galère, Raynaud, Nicollin.

19 octobre, course complète de Guillierme. 

Raseteurs invités en alternance : Gaillardet, Allam, Marquis, Chanat, Zbiri, Pradier, Roig, Oudjit, Cadenas, Santelli, Bouhargane.