Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/02/2014

ACTO

Samedi 1er février 2014 - Mas d'Anglas

Les clubs taurins organisateurs pas contents !

acto,mas d'anglas,course camarguaise

Le bureau :  Alain Laget, Sébastien Gonfond
Christian Garrido, Jacques Servière

acto,mas d'anglas,course camarguaiseMais pas contents du tout les membres de l’Association des clubs taurins organisateurs ! Réunis en assemblée générale le samedi 1er février, au Mas d’Anglas, la cinquantaine de présents et le bureau ont listé les raisons de leur colère. Et une discussion très ouverte s'est engagée entre la salle et la table des élus de l'asso. (Sébastien Gonfond président (► photo), Alain Laget membre du  CA, Christian Garrido trésorier, Jacques Servière secrétaire adjoint). Raymond Querel, présent représentant la  FFCC, malgré sa bonne volonté, n'a pas pu répondre aux attentes de l'ACTO.
Les griefs : en priorité le manque d’écoute de la part d’une FFCC qu’ils ont soutenue lors des dernières élections. Et ce ne sont pas les réponses fédérales  (reçues la veille de l’AG) aux questions posées par les clubs taurins qui mettront de l’huile dans les rouages.
Alors les bénévoles réitèrent leurs demandes. D’abord, pour un calendrier bouclé plus tôt. La Fédé promet de le mettre à disposition en novembre pour la saison 2015.
Raseteurs de Ligue : actuellement deux raseteurs confirmés doivent être alignés. L’ACTO demande que du 1er mars au 15 juin et du 16 septembre à la fin de saison, il n’y ait que des stagiaires en piste. A quoi la fédé oppose le nombre pas assez élevé d’élèves et la difficulté de mettre en adéquation leur nombre et celui des courses. Quant à faire monter plus de jeunes en Ligue, la Fédé répond qu’un jeune ne peut accéder à la catégorie supérieure que s’il en a les qualités.
Les organisateurs demandent également que les taureaux “classés” As sortent au tarif Avenir pour les courses de cette catégorie. Réponse fédérale: les taureaux “classés” ont pour vocation de sortir aux As.
Autres vœux : moins de gratuité pour les raseteurs et les pseudo-photographes.
L’ACTO n’est pas d’accord non plus pour une augmentation du prix des attributs même en Ligue.
Contribution fédérale : les organisateurs des courses aux As vont subir une augmentation de leur contribution  alors que les grandes arènes ont un forfait.
Subvention : la Région Languedoc-Roussillon verserait une subvention à certains club taurins et quelques manadiers pour organiser des courses gratuites. L’ACTO demande que la subvention aille à la FFCC pour aider les clubs taurins. Une lettre a été préparée pour les maires et le Conseil régional en ce sens pour dénoncer cette subvention non équitable. Serge Denis (CT Le Trident Saint-Georges-d’Orques) : “L’argent pourrait servir à des courses pédagogiques pour les écoliers”.
acto,mas d'anglas,course camarguaiseArnaud Fesquet (► photo) de résumer “Toute les propositions fédérales sont à la charge des clubs taurins, maintenant il faut se faire entendre. L’ACTO représente 70% des spectateurs. Et en plus nos adhérents font de la qualité. Alors...”.  Alain Laget : “Les membres de l’UCTI (Union des clubs taurins indépendants) ont les mêmes demandes”... Serge Hermet : “De toute façon le but de la FFCC est de faire baisser le nombre de courses”.
Et vu “la difficulté de dialoguer avec la FFCC”, Jacques Servière propose d’en demander un organigramme.
Et le ton de monter : “La saison commence dans un mois, il faut être conscient de notre force. Il faut que ça bouge”.
Sébastien Gonfond : “On n’a même pas le droit d’assister aux comités directeurs. C’est usant. Il faut se battre. Le respect des bénévoles est primordial”.
Des moyens de lutter :“On n’a qu’à refuser de payer les cotisations... Il faut prendre des mesures collectives, être solidaires...” 
Et Alain Laget de conclure : “Signez les pétitions, nous allons demander un rendez-vous à la FFCC, si les réponses sont les mêmes, il faudra passer à l’action”.
Pour l’instant donc la discussion est toujours ouverte... mais jusqu’à quand ?

MARTINE ALIAGA

* Autres points : le bureau se réunira prochainement pour élire son président. L'organigramme de l'ACTO a été modifié pour un poste de président, deux vice-présidents, un trésorier, un secrétaire, plusieurs membres. Le tiers sortant a été renouvelé. Entrent au conseil d'administration Alain Laget, Francis Trinquier, David Cotelli. Les finances sont saines avec un sole créditeur de 1759,84€. La carte de membre est à 20€/club taurin.

 acto,mas d'anglas,course camarguaise

*****************************

 

 

JURY DES AFECIOUNA DE COURSE CAMARGUAISE

Dimanche 9 février 2014

Les prix de la saison 2013

 jury des afeciouna,course camarguaiseses

Le Jury des afeciouna de course camarguaise est une association taurine indépendante, créée en 2010 par Benjamin Cluchier, Marie-Josée Querel et Corentin Carpentier. Son objectif est d'encourager les acteurs traditionnels de la course camarguaise en les récompensant par un ensemble de prix. Entre 30 et 60 membres impliqués dans la course camarguaise ou afeciouna passionnés décernent depuis trois ans ces récompenses et la remise des prix donne lieu à une soirée.
jury des afeciouna,course camarguaisesesL'association a communiqué le compte rendu et les photos de cette soirée: 

"C'est la manade Paulin qui a accueilli ce dimanche 9 février 2014 le Jury des Afeciouna de course camarguaise pour la troisième remise de ses grands prix. Les  différents vainqueurs, cette année tous Languedociens, ont apporté avec eux la simplicité et la gentillesse qu'on leur connaissait, et la cinquantaine d'afeciouna ayant fait le déplacement a été honorée de leur présence.

jury des afeciouna,course camarguaisesesAu cours de la cérémonie, différents courts-métrages ont été projetés pour mettre à l'honneur les lauréats, qui furent rappelons-le la régie municipale du Grau du Roi (meilleur organisateur), la manade Paulin (meilleure manade), Ziko Katif (meilleur raseteur de moins de 23 ans) et Icare de Paulin (meilleur quart d'heure de l'année d'un taureau de huit ans pour sa prestation lors de la finale des As).

A l'issue de celle-ci, tout le monde s'est d'ailleurs retrouvé autour d'une collation conviviale où les afeciouna n'ont pas attendu le lancement officiel de la saison taurine pour lancer des débats passionnés.

On aura noté enfin l'entrée de Magali Nouveau comme référente pour les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse, aux côtés de Marie-José Querel (référente pour l'Hérault) et de Corentin Carpentier (réferent pour le Gard). Benjamin Cluchier conservant néanmoins la présidence du Jury".

 jury des afeciouna,course camarguaiseses

********************************

 

10/02/2014

UCTPR

Samedi 25 janvier 2014 - Méjanes

Voyage en terre d'aficion

uctpr,mejanes,corrida,course landaise,course camarguaise

▲ Les récompensés camarguais : Jean Mathieu (gardians professionnels),
Joël Paulin (manadier),
Ziko Katif et Romain Bruschet (raseteurs),
entourés de Dominique Perron (à droite) et Hubert Hugon (à gauche)

▼ La salle

uctpr,mejanes,corrida,course landaise,course camarguaise

 350 clubs taurins représentés sur 384... Les adhérents de l’Union des clubs taurins Paul-Ricard n’ont pas manqué leur rendez-vous à Méjanes. Et sous l’impulsion de l’énergique Dominique Perron, la grand-messe a été menée avec allegria, sans temps morts,  dans un souci d’équité entre toutes les tauromachies.

uctpr,mejanes,corrida,course landaise,course camarguaise“La plus grande association d’Europe et la plus belle du monde grâce à vous“, s’est exprimé le président, mettant en préambule la défense de la corrida et appelant la communauté des  aficionados à être soudée autour de l’Observatoire national des cultures taurines.

uctpr,mejanes,corrida,course landaise,course camarguaisePrenant le relais, Arnaud Fesquet, secrétaire général, invitait à un “voyage en terre d’aficion” tandis que le trésorier Bernard Melchior exposait la comptabilité de l’asso., forte du soutien de 156 000€ de la Société Ricard, pour un résultat 2013 à 76€. Rapports moral et financier adoptés à l’unanimité. 

uctpr,mejanes,corrida,course landaise,course camarguaiseLa course camarguaise ouvrait le bal des rapports des commissions et Jérémy Serrano de retracer la saison 2013, les satisfactions (notamment des courses à l’Avenir), quelques couacs et les problèmes récurrents tels que le calendrier démesuré, les raseteurs et les manadiers qui se renvoient les responsabilités, la frustration du public, la qualité moindre chez certains organisateurs.
Aussi les motions suivantes ont été déposées à la FFCC : 
course de Ligue, priorité aux raseteurs stagiaires. Pas de changement de catégorie de course (Avenir/As) durant la saison. Interdiction des courses gratuites d’écoles taurines les samedis et dimanches. Aux élus, juste répartition des subventions. Abolition totale des entrées gratuites aux pseudo photographes ou chroniqueurs, aux raseteurs d’un jour et resquilleurs en tout genre.  Mais la fe des bénévoles est la plus forte. “La bouvine c’est notre culture, notre identité, notre liberté”, en terminera notre jeune représentant.
Après un hommage à Patrick Castro, place aux récompensés accueillis par Hubert Hugon :  trophée du courage et du talent à Romain Bruschet au sommet de l’élégance en ce jour, montant sur scène en costume. Et si Ziko Katif  est appelé à recevoir un trophée, Hubert Hugon englobe la promotion de l’Avenir 2013... “Ils ont donné envie au public de retourner aux arènes”. Joël Paulin est honoré pour “son sérieux, sa rigueur de la gestion de son élevage au sang Baroncellien”.Le coup de cœur est allé aux gardians professionnels présidés par Patrick Alarcon. Leur représentant Jean Mathieu, bayle-poète, défenseur  de  “ces hommes de l’ombre de la tauromachie”,  réitérait sont credo :  “Il faut préserver la race, honorer le taureau - toro, ce Dieu qui combat”.

Après les récompenses des autres catégories (lire ci-desssous) et les hommages à Nicolas Vergonzeanne (course landaise) et Alain Bonijol (éleveur de chevaux de tercio de piques), Dominique Perron pouvait convier l’assistance au verre de l’amitié. 

En conclusion, nous n’irons pas jusqu’à qualifier la matinée de “FOR-MI-DA-BLE” à l’instar de Guillaume Marsan, délégué régional - quoique -, mais disons tout de même que l’exercice n’étant pas facile et s’avérant vite fastidieux, il aurait été difficile de faire plus intéressant,  plus rythmé, plus imagé. Peut-être en 2015 pour les 60 ans de l’UCTPR...

MARTINE ALIAGA

Photos C. ITIER

uctpr,mejanes,corrida,course landaise,course camarguaise

Astrid Giraud, Reine d'Arles
et Angélique Marignan, demoiselle d'honneur

Les récompenses

Course camarguaise : raseteur espoir, Ziko Katif ; raseteur As, Romain Bruschet ; manade Paulin ; coup de cœur Patrick Alarcon (gardians professionnels).

Corrida sud-ouest : novillada sans picador, Mathilde, Paul et Jérôme Bonnet ; novillada Valdellan ; novillero sans picador LOuis Husson.

Course landaise écarteurs : champion des jeunes Louis Navarro ; champion de France Mathieu Nogues.

Course landaise sauteurs : champion des jeunes Etienne Grenet ; champion de France David Laplace.

Corrida sud-est : novillero Francisco José Espada ; matador Juan 

*********

UCTPR : domaine Paul-Ricard, Méjanes, 13200 Arles.
Tél. 04 90 97 16 66.

Site : www.uctpr.com

Délégué régionaux : Bernard Planchon, Guillaume Marsan, Hubert Hugon, Arnaud Fesquet

**********

.

05/02/2014

AMIS DE LA DEVISE ROUGE ET VERT

Journée des voeux au Mas d'Anglas

Le dimanche 19 janvier 2014, les amis de la devise « Rouge et vert » partageaient avec leurs invités la traditionnelle journée des vœux au Mas d’Anglas.

Si la visite de la manade a du être annulée pour cause de pluie, le reste de la journée s’est déroulé dans une ambiance toute d’amitié et de passion.

Le discours du président, Fernand Toulouse, en prélude aux agapes prévues fut à la fois chaleureux et rempli d’émotion à l’évocation de la disparition récente d’amis appréciés de tous.

La suite de la journée, autour de bonnes tables réjouit les participants et les discussions allèrent bon train. Chacun est prêt pour la prochaine «temporada ». Puis vint le moment de désigner l’espoir de la manade à partir d’une liste préétablie au  vu de la saison précédente. Ce qui fut fait avec le plus grand sérieux. Nous ne donnerons pas l’identité de « l’heureux » élu afin de lui éviter toute pression inutile.

En résumé une agréable journée ou rien ne manquait : amitié, passion, aficioun, espoir… mais un peu de soleil n’aurait pas été de trop !

 

Avant de se séparer tout ce beau monde ne manqua pas de se projeter vers le prochain printemps,  synonyme d’ouverture de la nouvelle saison taurine... donc de plaisir.

Communiqué des Amis de la devise rouge et vert

01/02/2014

AIMARGUES

Dimanche 2 mars 2014 - Journée Fanfonne Guillierme

Un premier rendez-vous royal

aimargues,journée fanfonne-guillierme,royale,course camarguaiseLa journée Fanfonne-Guillierme à Aimargues marque chaque année l'ouverture de la saison avec sa matinée vouée à l'hommage à la demoiselle, ses défilés, abrivado, roussataïo et course de la marque.

Et si habituellement ce sont plutôt les espoirs "azur et or" qui sont proposés, le comité des fêtes mené par Jacques Servière tape cette année un grand coup. C'est en effet la Royale avec toutes ses vedettes qui est proposée. Jugez-en :

LOU CRAN
COUTE NEGRE
GASTO BOÏ
ESTEPOUS
AROUJO
BESSOUN

15h15, 10€
Raseteurs : Auzolle, Poujol, Belgourari
Bruschet, Guyon, Sanchez, Marquis

**********

31/01/2014

CONFERENCE

nation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaisesnation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaisesNoves : soirée
à l'Eden Cinéma

Héritières
de grands visionnaires


L'Antico coufrarie
    et la Nacioun font encore signal

 nation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaises

Quelle est la différence entre la Confrérie des Gardians et la Nacioun Gardiano ? Hormis les plus initiés, c'est-­à­-dire les moins nombreux, beaucoup d'entre nous sont incapables d'y répondre correctement. Que ce soit pour l'une ou l'autre. Pour le grand public, ce sont des cavaliers en costume traditionnel sur leurs chevaux blancs tenant trident, porteur de leurs drapeaux respectifs, qui défilent lors des grands rendez-­vous. Alors dernièrement à Noves, Jean-­Pierre Pascal responsable de l'Office du Tourisme, au­-delà de se poser la question, a voulu la faire partager publiquement en organisant une conférence à l'Eden Cinéma.

Pour ce faire, il s'est attaché les services et les compétences de deux des représentants de ces entités. A savoir Jean­-Jacques Jonin, secrétaire de la Confrérie, et Guy Bourneton, membre de la Nacioun, lesquels durant plus de deux heures ont réussi à captiver l'assistance de leur récit.
La Confrérie est née en 1512 et des documents en attestent. "Dès le début, elle fonctionne comme "une association loi 1901" sauf qu'ils (les gardians) avaient anticipé ? Grâce à cette évolution, et aux auteurs tels Joseph d'Arbaud et Frédéric Mistral - ayant permis de donner une autre image exotique que celle des valets de fermes et leurs petits taureaux noirs-, le métier existe encore. Une évolution permanente qui n'est en fait que l'adaptation de notre société" commente Jean­-Jacques Jonin. Une société dans laquelle la Confrérie, outre sa vocation première de la défense de la tradition taurine, aide également ses membres professionnels en cas de besoin. "La seule rentrée d'argent en est la fête des gardians le 1er Mai en Arles" précise Jean­-Jacques.
nation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaisesLa Nacioun Gardiano, elle, a vu le jour en 1909, et qui dit Nacioun dit obligatoirement le Marquis Folco de Baroncelli­-Javon. "Homme  visionnaire, disciple aimé de Frédéric Mistral, directeur avec le Mèstre du journal l'Aïoli, majoral du Félibrige, et dont la devise était lorsqu'on a un idéal  on y sacrifie tout"  indique Guy Bourneton qui poursuit toujours sur le Marquis "Dans sa pensée, Lou Coumitat Vierginen créé en 1904 n'était qu'une première étape, une action nationale plus large. En 1909, Lou Coumitat Vierginen prend le nom de Nacioun Gardiano et précise ses buts: maintenir et glorifier le costume d'Arles, les us et coutumes de la Camargue et des pays taurins".
Deux structures donc, la Confrérie et la Nacioun, qui se sont adaptées à leur époque et qui associent (puisque nombre de personnes font partie des deux) leurs efforts pour maintenir les traditions. Le relais sera pris par la jeune génération, comme Emmanuel Lescot (prieur en 2012) se faisant un devoir et un honneur de répondre à l'invitation des ses deux aînés. Manadier de génération en génération de par sa mère Magali Saumade, et également de par son père Frédéric Lescot vice président de la Confrérie, Emmanuel  représente l'avenir de cette culture taurine. Celle du terroir camarguais tenant, Provençaux et Languedociens, à coeur et guidée journalièrement par l'emblème qu'est le taureau Camargue. "S'il faisait vivre les manadiers, on ne serait pas obligé d'être aussi agriculteurs. Mais sans les hectares consacrés au fourrage à nourrir les bêtes, et sans la riziculture, la Camargue ne serait pas ce qu'elle est. Et si le Toro mène à la gloire le ganadero, pour le Taureau c'est le manadier qui le mène" exprime justement Emmanuel.
Le Marquis est mort, morte est la Nacioun Gardiano disait-­on au décès du Marquis en 1943. Force est de constater qu'il n'en est rien grâce aux disciples d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Et les drapeaux de la Confrérie et de la Nacioun, portés par les capitaines et prieurs respectifs, flotteront encore longtemps pour la défense de leurs valeurs, au gré des rassemblements pour l'éthique de leur idéaux. A ce titre Jean­-Jacques Jonin et Guy Bourneton d'en être de dignes porte-­parole, Emmanuel Lescot la continuité, quant à Jean Pierre Pascal comme les présents, ils sont à féliciter pour cette initiative. 

PATRICK PONS

A SAVOIR

Les fondamentaux de la Confrérie: resserrer les liens de camaraderie professionnelle ; venir en aide aux gardians ; maintenir et défendre l'intégrité du territoire dans le cadre des traditions ; maintenir les us et coutume corporatifs.

Le bureau: président Hubert Yonnet. Vice-présidents Jacques Mailhan et Frédéric Lescot. Trésorière: Anne Lambert. Trésorier adjoint: Georges Portalès. Secrétaire: Jean­Jacques Jonin. Secrétaire adjointe:Catherine Sautecoeur. Archiviste: Rémi Venture. Notaire de la Confrérie: Maître Jean­Pierre Gilles.

Les fondamentaux de la Nacioun: maintenir et glorifier le costume d'Arles ;  maintenir les us et coutumes de la Camargue et des Pays taurins ; poursuivre l'épanouissement de la langue d'Oc ; propager la doctrine félibréenne contenue dans les oeuvres de Frédéric Mistral et de ses disciples.

Le bureau: Capitaine depuis 2004 Guy Chaptal. Trésorier: Jean-­Luc Bouis. Trésorier adjoint: Robert Combes. Secrétaire: Bernard Hyacinthe. Secrétaire adjointe: Anne Marie Erruz.

Les capitaines: à la Confrérie, le premier, Louis Daumergue, remonte en l'an 1807 et l'actuel est Marcel Raynaud. Au décompte 94 capitaines, le 95e sera désigné le jeudi 1er mai 2014.

A la Nacioun: M. Jules Grand de 1904­ à 1919. Jean Grand de 1919­1924. Jean Berard de 1924­-1930. Alphonse Arnaud de 1930­-1964. Henri Aubanel de 1964­-1990. André Dupuis de 1990-­2004 et depuis 2004, Guy Chaptal.

En nombre: la Confrérie des Gardians comprend pratiquement 300 membres et la Nacioun Gardiano entre 450 et 500.  

Les deux drapeaux:  Confrérie: l'actuel date de 1933, il est bordeaux représentant Saint-­Georges terrassant le dragon symbolisant la victoire du bien sur le mal.

De la Nacioun: l'actuel date des années 1950, d'un côté la barque des Saintes-­Maries­-de­-la­-Mer surmontée de l'étoile à sept rayons, et de l'autre côté la croix du Languedoc sang et or et le cri de guerre des Albigeois "Toulouso, Prouvenço e Avignoun".

Les festivités: la Confrérie organise la cérémonie du 1er Mai et depuis 1984, tous les trois ans, la fête des gardians est associée à l'élection de la Reine d'Arles. A l'issue de la messe de Saint Georges, les petits pains bénis sont distribués aux autorités: la corporation des Notaires, Les petites soeurs des pauvres, la sous-préfecture, la Mairie...

nation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaisesAvec la Nacioun: historiquement, la Nacioun est toujours organisatrice des Fèsto Vierginenco se déroulant aux Saintes­-Maries­-de-­la-­Mer le dernier dimanche de juillet, et tous les deux ans du pèlerinage de Lourdes.

Saint Georges: c'est l'un des saints des plus populaires que les gardians ont choisi comme saint patron à la création de leur confrérie le 2 janvier 1512. Il repose dans sa niche dans la collégiale Notre-­Dame la Major (celle des gardians) et il est porté par les prieurs, entrants et sortants, chaque 1er mai au milieu de son peuple.

La gardienne: Magali Dunant est la gardienne de Saint Georges et elle y veille depuis 1968.

Président: Hubert Yonnet est président de la Confrérie depuis 1972, il transmet le drapeau de la confrérie au nouveau capitaine chaque année en piste d'Arles.

nation gardiane,confrérie des gardians,courses camarguaisesCommémoration: le 2 janvier 2012, en lieu et place de la signature de l'acte fondateur une plaque commémorative a été dévoilée... 500 ans plus tard sur le mur d'enceinte du théâtre antique d'Arles.

Jeux et costume: c'est au Marquis Folco de Baroncelli­-Javon que l'on doit les jeux de gardians et de lacodification du costume.

*****************

 

28/01/2014

LE CRES : CT JOUJOU

2014, un nouveau président

Suite à sa dernière assemblée générale, le CT Joujou du Crès a changé son organigramme.

- Président : Guy VERGNES.
- Vice-président : Louis  SERVIERE
- Trésorier : Yves SENEGAS.
- Trésorier adjoint : Sylvie VERGNES.
- Secrétaire : Monique SUQUET.
- Secrétaire adjoint : Yves SUQUET.
- Membres du Bureau : Jean-Pierre MOLERO, Gérard BATIFORT et Stéphane MACHACEK.

24/01/2014

AGNS

Lundi 12 janvier 2014
Rencontre à la FFCC avec Serge Evesque et Jean-Louis Vaquette

Le blues de l’AGNS

agns,gardians amateurs,courses camarguaisesAprès une assemblée générale décevante, samedi 11 janvier  – seulement 30 personnes présentes à Bellegarde -  le président des gardians non salariés se dit « démoralisé ». Serge Evesque, à la tête de l’AGNS depuis une dizaine d’années, regrette : « les adhérents ne s’intéressent qu’à la  licence et surtout à l’assurance. Sur 300 gardians à cheval et une trentaine à pieds, seuls 10% se sont déplacés ». Piètre récompense pour ceux qui ne ménagent pas leur peine pour gérer les licences et les dossiers au mieux avec les assurances (AXA en l’occurrence) quand surviennent les accidents. Le président ne baisse pourtant pas les bras : « Heureusement, en 2013, il n’y a eu que 5 ou 6 accidents peu importants. Les assureurs sont difficiles à trouver et à conserver car ils craignent les gros dommages, notamment en abrivado, et surtout les risques corporels. D’où les augmentations de tarif surtout chez les gardians et les raseteurs ». Malgré ce, Serge Evesque maintient l’idée qu’il « faut que tout le monde soit licencié. On sait que 20% des cavaliers d’abrivado ne le sont pas. Un grand nombre de gardians sur les torils non plus ». Suivant en cela la ligne fédérale même si les rapports avec celle-ci et notamment son président Gérard Batifort, « sont un peu difficiles ».

Depuis Saint-Gilles en 2010 où, l’AGNS avec ses 800 amateurs (environ) avait fait capoter les votes au Congrès de la FFCC, sous la présidence d'Henri Itier, l’association a été montrée du doigt et a régulièrement perdu des adhérents. Trop de poids, trop de pouvoir ont estimé les autres licenciés. « Il y a eu la pression pour que l’AGNS ne s’occupe plus de rien », se souvient Serge Evesque. Jean-Louis Vaquette, membre du bureau poursuit : « Les manadiers pensent que l’AGNS s’occupe uniquement des manadiers d’abrivado. C’est faux ou du moins ce n’est pas que cela. Des gardians et non des moindres sont chez nous comme Jean-Pierre Durrieu depuis sa retraite ou Jeoffrey Barbeyrac ». D’autre part « Aujourd’hui, deux membres seulement de l’AGNS (4 antérieurement) siègent au comité directeur, on s’en accommode mais on l’a mal vécu. Pourtant j’avais travaillé sur les statuts… Donc nous sommes un peu amer ».

Pourtant, fort de son compte rendu financier « Mes comptes sont nickels, on ne peut rien me reprocher. Et nous continuons à tenir nos permanences », Serge Evesque garde pourtant le cap « J’essaie toujours d’aller dans le bons sens dans le droit fil de la FFCC. On attend le Congrès, on verra bien… ».

Malgré ce, restent plus de 300 amateurs à gérer,  alors, la foi toujours bien chevillée au cœur, le bureau de l’AGNS poursuit son chemin. Demain sera un jour meilleur.

MARTINE ALIAGA

Le bureau de l’AGNS : Serge Evesque président, Jean-Marie Domenech trésorier, vice-président Denis Rocarpin, secrétaire Pierre Richard. Trois nouveaux membres au bureau : Joël Dijon, Patrick Jacquelot, Fabrice Marquis.

L’AGNS donne rendez-vous le 13 avril à Méjanes, le matin, pour son concours de ferrades.

L’AGNS rappelle que la validité de la licence et donc de l’assurance court du 1er février au 31 janvier de l’année suivante.

La licence des cavaliers amateurs  : 202 € (dont 8€ pour l’AGNS, 15€ pour la FFCC, 179€ pour l’assurance). Gardians amateurs « à pied » : 119€ (dont 8€ pour l’AGNS, 15€ pour la FFCC, 95€ assurance).

22/01/2014

LA GRANDE-MOTTE - AG DU CT LOU GREGAU

Samedi 18 janvier 2014

Prêts pour la saison 2014

la grande-motte,ct lou gregau,courses camarguaises

Le bureau avec le président de la FFCC

 

la grande-motte,ct lou gregau,courses camarguaisesIl ne fallait pas arriver en retard, samedi soir, au Domaine de Haute-Plage, pour l’assemblée générale du CT Lou Gregou. Vite fait bien fait, le président Marcel Lautier et son bureau ont fait le bilan de l’année passée, après les traditionnels vœux et les remerciements d’usage aux adhérents, municipalité et sponsors. Le temps de revenir sur la bonne participation aux différentes sorties, ferrades, manifestations diverses et courses camarguaises du club taurin, la bonne marche des toro-piscine, une baisse de fréquentation au spectacle Cavadelis, pour un nombre total de 14 300 spectateurs aux arènes. Un aperçu du bilan financier (déficitaire à 4 920€) « mais avant comptabilisation des sponsors, aide municipale et adhésions », explique le président. Donc pas de problème pour ce club en bon état de marche avec sa bonne centaine d’adhérents pour attaquer la saison 2014 et qui  affiche son dynamisme par un programme de qualité. La photo pour la presse, quelques mots avec le président de la FFCC Gérard Batifort et « le bar est ouvert », de lancer le président face à une salle copieusement garnie. La soirée ne faisait que commencer…

MARTINE ALIAGA

 

la grande-motte,ct lou gregau,courses camarguaises

 

* Suivez le CT Lou Gregou sur son site internet  lougregau.fr

PROGRAMME

Samedi 24 mai, ferrade à la manade Boch.

Sortie le 21 juin, journée à la manade Raynaud.

Les journées camarguaises des 29 et 29 juin : festivals d’abrivado bandido, défilé, roussetaïo, animations autour des arènes Juan-Bautista. Course à l’Avenir (Souvenir Michel-Severac) le samedi avec Lou Beu du Grand Salan, Rouget de Cavallini, Burano de l’Aurore, Quentin de l’Occitane, Iroko du Brestalou, Cerbère de Lautier, Noirlac de Michel. Dimanche aux As, Trophée de la Ville avec Fanfaron de rousseau, Renard du Brestatlou, Boer de l’Occitane, Escamillo de Raynaud, Gardoun de Lautier, Fétiche du Joncas et un 7e.

Du 1er juillet au 28 août, les mardi, jeudi et dimanche, toro-piscine à 21h30.

En septembre, participation au Boulevard des Associations.

21 septembre, ferrade de fin de saison à la manade Robert Michel à Lattes.

17/01/2014

AETCC ASSEMBLEE GENERALE

Samedi 11 janvier 2014

Des éleveurs dynamiques et motivés

 AETCC2.jpg

Autour de la présidente Françoise Peytavin, les éleveurs

19 h au Mas du Pont de Rousty, l’assemblée générale des éleveurs de taureaux de course camarguaise se termine au terme d’une grosse après-midi de travail. 29 manades présentes sur 31 adhérentes, Françoise Peytavin se félicite de la motivation de ses troupes. Rejointe par un des trois vice-présidents, Francis Caillan, pour le point avec la presse,  la présidente passe en revue les différents sujets abordés en assemblée.

Avoir raison avant les autres c’est une grande satisfaction ! Précurseurs dans l’idée de ne faire courir «  en pointe » que des taureaux nés et élevés à la manade (adopté dans ses statuts dès 2013), les manadiers de l’AETCC ont été rejoins par les manadiers de Raço di biou lors de leur dernière assemblée générale et ont rencontré également l’assentiment de la FFCC pour une application en 2015. « Tous ont jugé intolérable, l’idée de taureaux achetés/vendus comme pour un mercato. Le métier de manadier, dont de naisseur-éleveur, s’en trouve défini et revalorisé, exprime sans détour Françoise Peytavin, on ne peut que s’en réjouir, tout ça va dans le bon sens et dans l’intérêt de la course camarguaise. Il faudra maintenant que les organisateurs favorisent ces taureaux-là… ».

Autre initiative bénéfique, le Trophée des jeunes pousses (courses de taureaux et vaches jeunes et d’écoles de raseteurs) qui permet aux manades d’étalonner leurs bêtes.  La 3e édition est prête à être lancée. Mais la difficulté de faire courir des taureaux jeunes est toujours là. Alors  pour suivre les meilleurs de ces jeunes cocardiers,  l’AETCC va ouvrir la discussion avec le Trident d’Or afin peut-être d’accéder plus facilement à ces courses  formatrices pour les taureaux.

Restent les problèmes sanitaires. La vigilance et la rigueur sont toujours de mise même si seulement une bête par ci ou par là est positive à l’interferon (sans pour cela être porteuse de lésions, donc pas de tuberculose avérée). « Il ne faut pas baisser la garde », avertit tout de même la présidente.

Les trophées et victoires récompensant des membres de l’AETCC n’ont pas manqué en 2013 et globalement, des taureaux et vaches sortent chez chaque manadier de l’Assoc. aux As et à l’Avenir, plus quelques manades qui peuvent maintenant aligner des complètes. « C’est notre but, notre bonheur, se réjouit Francis Caillan, on veut des taureaux pour les faire courir ».

Il n’en faut point oublier un volet important : la commercialisation de la viande de taureau, complément indispensable à l’équilibre financier de l’élevage. Aussi, l’AETCC a installé une commission « Produits dérivés à base de viande de taureau ». Il s’agit, en lien avec l’AOP et d’autres organismes qui aident la filière, de promouvoir ce produit d’excellente qualité car issu d’un élevage extensif et bio. Créer un logo spécifique, être présent sur les marchés ou manifestations (Provence prestige, Camagri…), etc. Les idées ne manquent pas. Et si l’Ecotaxe est en statu quo, les manadiers restent vigilants à leurs comptes. Celui de l’association, tout comme  son moral, sont d’ailleurs au beau fixe, témoins d’une bonne gestion… participative, entreprenante et dynamique. Il y a pire pour démarrer une année !

MARTINE ALIAGA

AETCC,  le bureau : présidente Françoise Peytavin. Vice-présidents : Francis Caillan, Magalie Renaud, Rogé Andréo. Secrétaire : Sandrine Salmeron. Trésorier : Jean-Pierre Chazot.

AETCC 34 : en début d’après-midi, l’AETCC 34 s’est réunie en assemblée générale extraordinaire pour  changer ses statuts et son appellation pour devenir AETCC Languedoc-Roussillon représentant les éleveurs du Gard, Hérault et Aude.

AETCC : 31 manades adhérentes. 2 excusées à l'AG (Layalle, Lopez), 29 présentes. 1 nouvelle adhésion, la manade Orgonens (2 ans probatoires). 1 démission pour raisons familiales, manade La Galante.

21/12/2013

Gardians professionnels

Samedi 14 décembre 2013

L'Assemblée générale de l'association des gardians professionnels de taureaux de Provence et Languedoc s'est tenue ce samedi 14 décembre à "La siete de la tarde".
A l'issue de leurs travaux, règlement des cotisations, vote de subventions et secours aux blessés pendant la saison écoulée, les gardians et leurs invités se sont retrouvés en compagnie de leurs épouses et compagnes autour d'une bonne table.
Dans l'après-midi, sous la houlette de leur président, Patrick Alarcon, mayoral de la ganaderia Blohorn quelques-uns se sont "accampés" devant les tombes de leurs confrères Julo Lopez et Joseph Boudoux, chevilles ouvrières des manades Lafont et Blatière pour y déposer une plaque commémorative en présence des manadiers et famille des disparus.
Répondant à l'invitation des manadiers Jacques Blatière de ses neveux Pierre et Laurent Bessac, c'est aux Iscles que se sont remémorés les bons souvenirs vécu avec Joseph l'ancien bayle gardian de la manade.
A l'heure où nous écrivons ces quelques lignes, nous apprenons "l'espélido" dans ce monde de la bouvine du petit Théo, fils de Delphine et Christophe Merle, à qui nous souhaitons tous nos vœux de bonheur et de passion qui anime sa famille.
En conclusion, bonne saison à tous et que 2014 soit le théâtre de grands moments et d'aficion partagé par tous les acteurs du monde Taurin.

Le bureau de l'Association des gardians professionnels

19/12/2013

ARLES

Mardi 17 décembre 2013

La commission taurine décerne ses prix

 arles,commission taurine,patrick pons,courses camarguaises

Comme dirait l’autre, ça fait toujours plaisir... Les lauréats 2013 de la Commission taurine extra municipale d’Arles se sont trouvés fort aise d’être distingués mardi soir dans la belle salle d’honneur de l’hôtel de ville arlésien en présence d’Hervé Schiavetti. Un maire attaché à la culture camarguaise qui n’a pas manqué de se réjouir de la bonne teneur des courses en Arles, tout comme Daniel Richard, président de la commission taurine et créateur il y a une dizaine d’années de ce moment qui récompense les meilleurs acteurs locaux. Et l’élu de se trouver « très heureux de la course incluse dans la feria de Pâques. L’essai de la Sté Jalabert a été concluant, il faut que les Camarguais soient présents dans ces grands événements ».

arles,commission taurine,patrick pons,courses camarguaisesLa manade Ribaud, victorieuse du Trident d’Or (pour la 8e fois) et son challenger la manade Lautier ont été les premiers cités. Puis Loïc Auzolle pour sa victoire au Trophée des As avait préparé un petit discours bien tourné : « Après 10 ans de piste, je suis toujours un enfant qui vit son rêve.... Notre génération arrive au bout de son histoire, il faut évoluer pour être reconnus, les compétences doivent être mises à contribution. Il faut tous parler de la même voix et être fiers de ce que nous sommes ».

Romain Gros même en convalescence, garde toujours le côté impulsif et attachant qu’on lui connaît en piste : « J’ai toujours plaisir à fouler le sable de toutes les arènes mais Arles c’est spécial. Mon but est de faire plaisir aux gens et de faire parler de moi ».

arles,commission taurine,patrick pons,courses camarguaisesJacques Mailhan et Hélène Fabre, quant à eux, représentaient Daudet, 13 ans, mis à l’honneur pour ses superbes prestations à la Cocarde d’Or et à la finale du Trophée des As. Et si Hélène saluait le cocardier avec humour «j’espère que je vais vieillir aussi bien que Daudet avec autant d’intelligence et de pêche », Jacques tenait à associer ses amateurs Jean-Marie Londez et Alain Lebret.

 arles,commission taurine,patrick pons,courses camarguaises

Venait le moment des coups de cœur. Le premier pour notre confrère Patrick Pons (photo ci-dessus), chef de chronique à la Provence. A sa grande surprise - le secret avait été bien gardé - Patrick s’est vu honorer en particulier pour sa pertinente rubrique “L’œil sur la course”, et pour marquer son statut d’Arlésien puisque récemment installé au Sambuc. Le groupe folklorique l’Etoile de l’Avenir par ses capelades originales a aussi gagné le cœur de la commission taurine qui ne pouvait laisser partir son président Daniel Richard sans le fêter et le remercier pour le travail accompli.

Une cérémonie simple et chaleureuse qui a permis aussi à Marc Jalabert de souligner : « la grande qualité des acteurs des courses d’Arles », d’affirmer en connaisseur : « la vérité de toutes les tauromachies, c’est l’homme face au taureau » pour finir en félicitant la manade Raynaud pour le Biòu d’Or de Ratis. Et pour déjà donner envie de la prochaine saison, Gérald Rado annonçait l’affiche de la course d’Arles du 20 avril 2014 en matinée : Django de Saumade, Varadero de Guillierme, Bendor de Ricard, Garlan des Baumelles, Ratis de Raynaud et Icare de Paulin face aux meilleurs raseteurs du moment.

Rendez-vous est déjà pris.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

 

arles,commission taurine,patrick pons,courses camarguaises

Sous les ors de la magnifique salle d'honneur
de l'hôtel de ville d'Arles

un public attentif  et d'avance conquis.

**********************


ANNIVERSAIRE

Dimanche 15 janvier 2013 - Saint-Laurent-d'Aigouze

Les 25 ans de la manade Vidourlenque :
une fête bien partagée

manade vidourlenque,thierry et pascaline teyssier,saint-laurent-d'aigouze,courses camarguaises

En toute simplicité avec beaucoup de spontanéité et de bonne humeur, les Teyssier ont fêté leurs 25 ans à la tête de la manade Vidourlenque sur leurs installations à Saint-Laurent-d’Aigouze. Thierry, Pascaline et les enfants ont reçu chaleureusement leurs invités et partagé avec eux ce quart de siècle de dur travail récompensé ces dernières années par la carrière de Mithra, l’étoile de l’élevage, désormais accompagné par Camaï, Apollon et leurs congénères. Une complète de qualité qui a fait le bonheur des spectateurs cette saison à Aigues-Vives, Remoulins et Gallargues.
Peu habitué aux discours, Thierry Teyssier s’est tout de même fait violence pour expliquer son parcours, remercier ses amateurs, mettre sa femme à l’honneur... Son émotion à fleur de mots, sa complicité touchante avec Pascaline... ont conquis tous les présents. Et la flopée de fidèles autour comme une vraie famille.

 manade vidourlenque,thierry et pascaline teyssier,saint-laurent-d'aigouze,courses camarguaises

▲Mithra la vedette de l'élevage trône aux murs de la salle

▼ Famille et amis autour du bouaou

manade vidourlenque,thierry et pascaline teyssier,saint-laurent-d'aigouze,courses camarguaises

▼ Un manadier au four, au moulin.... et à la brasucade

manade vidourlenque,thierry et pascaline teyssier,saint-laurent-d'aigouze,courses camarguaises

▼ Scotchés devant l'écran pour suivre les exploits des cocardiers
et la vie à la manade

manade vidourlenque,thierry et pascaline teyssier,saint-laurent-d'aigouze,courses camarguaises

manade vidourlenque,thierry et pascaline teyssier,saint-laurent-d'aigouze,courses camarguaises

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

13/12/2013

AG DES MANADIERS RACO DI BIOU

Vendredi 6 décembre 2013

Valoriser les manadiers "naisseurs"

Les éleveurs de taureaux de la Raço di biou restent vigilants quant à la déontologie, la responsabilisation et l'éthique de leur profession.

manadiers raço di biou,manade raynaud,grand radeau,course camarguaise

Ambiance détendue entre les manadiers après une matinée en assemblée générale

Faire courir “cornes nues” uniquement les cocardiers nés et élevés dans sa manade, ce sera bientôt la seule possibilité pour les manadiers de course camarguaise, l’achat et la vente de bêtes restant libre. Porté par Jean-Pierre Clauzel au sein de l’Association des manadiers de la raço di biòu, le projet a mis quelques années à mûrir et à se concrétiser pour aujourd’hui envisager la date d’application en janvier 2015.

Pour cela il a fallu modifier et dépoussiérer le règlement intérieur. Se mettre en adéquation avec l’autre association de manadiers, l’AETCC (tout aussi convaincue du bien fondé de ce changement et y travaillant également depuis plusieurs années), et avec la Fédération française de la course camarguaise qui établit les licences de manadier et donc de tout nouveau candidat. Cette dernière, par son président Gérard Batifort, se montrant tout à fait favorable à ce nouveau dispositif.

« S’entendre et parler d’une même voix, résumait Jean-Pierre Clauzel, pour valoriser le métier de “naisseurs” et d’éleveurs de taureaux ». La modification de l’article 5 (lire ci-dessous) du règlement des manadiers de Raço di biòu a donc été l’élément majeur du rassemblement des éleveurs vendredi dernier sur les terres de la manade Raynaud au Grand Radeau.

L’autre sujet d’échanges - récurrent celui-là - est la protection des taureaux jeunes « qui ne devraient être rasetés que par de jeunes raseteurs », on parle là des courses à l’Avenir. Sujet qui touche à la quadrature du cercle taurin car amenant maintes questions. Jusqu’à quel âge un cocardier doit-il être protégé ? Tous les taureaux ne sont pas mature à une date donnée... Quel organisateur ne proposerait à l’affiche que de jeunes éléments en blanc et en noir ? Le public suivrait-il ? La discussion reste ouverte et petit à petit fait son chemin dans la tête de tous les observateurs ou parties prenantes de la course camarguaise. « Je ne donne pas de règle, juste le doigt sur le problème mais en général jusqu’à 7 ans un taureau doit être protégé, explique Jacques Mailhan poursuivant, Il manque aussi des courses pour les taureaux jeunes. Comment peuvent-ils apprendre leur “métier”. Pour faire de bons cocardiers, sauf exception pour les surdoués, il faut les faire courir souvent... ».

Reste que l’état sanitaire du bétail, après les efforts d’assainissement de ces dernières années, est satisfaisant, même si la vigilance est toujours de mise ainsi que l’a rapporté le directeur du GDS des Bouches-du-Rhône, Sébastien Attias.

L’aide du Conseil Général des Bouches-du-Rhône et de la MSA 13 est bienvenue pour permettre l’acquisition de couloirs de contention facilitant la tâche des manadiers et des vétérinaires lors des manipulations des taureaux.

Au final, une assemblée générale « formelle dans un climat serein » pour des avancées qui ont fait l’unanimité.

 

MARTINE ALIAGA

 

Les anciens mettent l'ambiance

manadiers raço di biou,manade raynaud,grand radeau,course camarguaisePrenez Albert Chapelle, Pierre Aubanel, Jacques Blatière, Henri Laurent et Marcel Raynaud... Et que l’un d’entre eux - Bébert bien sûr le premier - prenne la parole pour un poème et entonne “Le chant des gardians”, tout cela parsemé de bons mots... Alors chacun des anciens de se lever pour raconter la sienne. manadiers raço di biou,manade raynaud,grand radeau,course camarguaiseL’assemblée attablée est “tout ouïe” sur des histoires de vaches qui “portent” 7 ans, de chroniqueur qualifié d’âne par Fernand Granon, de veau perdu/trouvé, de gazes rocambolesques... rapportées avec délectation par ces conteurs-nés. L’auditoire jubile et l’ambiance est au rendez-vous.

Serait-ce la quiétude de ce lieu protégé du Grand Radeau et de ses habitants les Raynaud... une certaine sérénité et beaucoup de bonne humeur ont présidé à cette journée entre éleveurs.

 

En détail

Création : l’association des manadiers éleveurs de la “Raço di Biòu” a été créée en 1954.

Le bureau : président : Jacques Mailhan. Trésorier : Jean-Claude Blanc. Secrétaire : Sophie Chapelle-Brugeas. Ne se représentent pas : Magali Saumade, Eugène Guyot, Pierre Cuillé. Entrants : Olivier Blanc, Guillaume Linsolas, Emmanuel Lescot. En début d’année prochaine, le bureau se réunira pour établir les tâches de chacun.

Article 5 - Achat-Vente : la vente ou l’achat de bêtes est totalement libre, toutefois ne pourront courir en pointe que les animaux bouclés et marqués de l’élevage du propriétaire. L’essai de vaches reproductrices ou autres pourra se faire dans des courses d’emboulés, ainsi que pour les mâles reproducteurs. Toutefois les manadiers ayant acheté des taureaux à des tiers avant le 1er janvier 2014, pourront les faire courir jusqu’à leur retraite.

04/12/2013

PRESIDENTS DE COURSE

Dimanche 24 novembre 2013 - AG à la manade Occitane

Le difficile exercice d'être président de course

 apcc,courses camarguaise
Le bureau de l'APCC

Pris en tenaille en étant affilié à la fédération et aux organisateurs, il n'est pas toujours aisé de pouvoir prendre la juste décision

 

« Quand on fait partie d'une association c'est pour, en cas de coup dur, être solidaires et défendre un de nos membres, sinon ce n'est pas la peine d'en faire partie ». Voilà ce qu'a exprimé le président de l'APCC Marc Moucadel à sa troupe réunie dimanche passé à la manade Occitane au cours de leur assemblée générale.

Un appel donc à l'unité et à la solidarité suite à la condamnation (Voir ci­-dessous) de Jacques Valentin après la course du 15 août au Grau du Roi, qui, sans surprise, laisse des traces pas prêtes de s'effacer : « C'est une sanction démesurée et nous espérons qu'elle sera levée au plus tôt ».
Du coup on  peut s'interroger sur les réels pouvoirs des présidents de course camarguaise et leur marge de manoeuvre ? Là est toute la subtilité et la controverse de la situation. Etre ou ne pas être en somme. En effet  qu'ils soient bénévoles ou pas, qu'ils officient dans une petite ou grande arène, il ne faut pas oublier les organisateurs (présidents de Clubs Taurins, organisateurs privés ou responsables de régies municipales), qui veillent au bon déroulement de leur course.
Pour en connaître (un peu) sur le sujet en étant au plus près des acteurs, certes on grossit l'image, mais dans les cas extrêmes (et celui du Grau-du-Roi en est un) le patron donne les ordres et l'employé s'exécute. Fût­-ce au détriment du règlement.
La solution passerait­-elle alors par la désignation des présidents par la Fédération ? « Nous y sommes totalement opposé » fait entendre Marc Moucadel. Et, pour le coup, nous sommes assez d'accord puisque d'autres présidents ne faisant pas partie de l'APCC, et se trouvant devant des problèmes à régler, en reste très souvent à l'intention sans pour autant passer à l'action.
Malgré ce, si la critique est plus facile que l'art d'excercer, la très grande majorité des présidents de course, comme ceux de l'association, ne se voilent pas la face et veulent continuer d'assumer leur tâche, avec toutefois la totalité des cartes en main. A commencer par une connaissance indéniable du règlement et une communication de la part de la FFCC dont il dépende.

A cet effet, Marc Moucadel avait convié aux débats Jean Claude Paponneau, président de la Commission des arbitres au sein de la Fédération, pour lui soumettre les doléances, entre autres sur l'utilité des juges de piste. Et Jean Claude de répondre : « Je ne sais pas à ce jour si les juges de pistes repartiront l'an prochain mais j'enregistre toutes vos demandes que je ne manquerai pas de transmettre au président fédéral Gérard Batifort ».
« Un  président qui m'a promis que je ferai partie de la Commission d'arbitre » prolongea Marc Moucadel. Alors, en attendant un fascicule (promis et réactualisé) où sera retranscrite la marche à suivre des présidents, il leur a été remis (à l'initiative de l'association) une feuille de course pratique et bien détaillée.
« Lorsque un taureau est en piste il n'appartient plus au manadier et encore moins au gardian, mais uniquement à la présidence »
dixit Claude Chevalier devant les dérives de ceux cités à vouloir commander à la place de la présidence.
Un exemple parmi tant d'autres de la difficulté, notamment pour les courses du Trophée des As, à donner la meilleure image de marque de la course camarguaise. « Personne ne peut être parfait et s'il y a des erreurs de commises on essaie de les améliorer. L'intelligence humaine fonctionne et je ne vois pas pour quoi cela ne le serait pas en course camarguaise » s'exprima le conseiller général du Gard Patrick Bonton.

Devant donc ces états de fait, reste malgré tout la question essentielle : à savoir si la course camarguaise, avec ses différents intérêts particuliers, est apte à supporter et à faire appliquer un règlement - ou plutôt tous ses règlements - sans état d'âme ? La réponse est dans la question.

 

PATRICK PONS
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

 

1) Jacques Valentin : suspension de sa licence pendant un an et interdiction d'exercice de toutes fonctions pendant la même durée et cela à compter du 1er janvier 2014. Précisons que, comme Sabri Allouani suspendu deux ans, Jacques Valentin interjette appel de cette décision.

L'ASSEMBLEE EN BREF

 Côté moral : au cours de son rapport, le secrétaire Nicolas Manchon a mis en exergue le manque de tenue des raseteurs lors des capelado. Que les adhérents sont 14 dans le Gard, 6 dans l'Hérault et 5 dans les Bouches du Rhône. Sans oublier d'avoir une pensée pour leur collègue Georges Garcin décédé en cours d'année.

Côté finance : le trésorier Claude Chevalier avec des comptes au centime d'euros près, fait ressortir un solde positif de 219, 20€ dans les caisses.

Le saviez vous : lorsqu'un raseteur blessé est remplacé par un autre raseteur n'ayant pas effectué la capelado, si ce même raseteur se blesse ou est gravement blessé, la responsabilité de l'avoir autorisé à entrer en incombe au président et peut se retourner contre lui. "Il faut très rapidement clarifier ce point du règlement pour cette prochaine temporada" a exprimé à juste titre Marc Moucadel.

Porte ouverte :  avec 24 ­présidents­ de recenser au sein de l'APCC, le président Marc Moucadel n'a pas manqué au cours de la réunion de bien préciser que la porte reste ouverte à tous ceux qui voudraient les rejoindre. L'union faisant la force.

Travailler ensemble : demande est faite de travailler ensemble avec la Fédération pour la formation des nouveaux présidents de course.

Une seule course : sur 90 présidents licenciés à la FFCC une bonne soixantaine n'ont effectué qu'une seule course dans la saison.

Piège de cristal : "les taureaux sont des verres de cristal qu'il faut protéger et ne pas les casser. C'est vous les présidents de course qui avaient la possibilité de l'éviter notamment chez les taureaux jeunes. Ensuite une fois confirmés, certes il y a les arbitres, le règlement, mais pensez aussi à l'éthique de la course camarguaise" de dire Etienne Villiet le manadier de l'Occitane.

 apcc,courses camarguaise

*****************

28/11/2013

ANCIENS RAZETEURS

Dimanche 24 novembre 2013

Noël Daniele à l'honneur

RAZETEURS2013.jpg

Avec un dynamisme qui ne faiblit pas, les anciens razeteurs se sont retrouvés plus de 150, autour de leur président Roger Pascal, à Méjanes, dimanche dernier. L’occasion de fêter l’un des leurs, Noël Daniele et donc de rappeler sa - longue - carrière. 31 ans en piste, ce ne doit pas être loin d’un record pour ce raseteur débutant en 1968 puis, à partir de 1985, tourneur  de Jean Garnès, Luc Mézy et David Meseguer. Aujourd’hui, l’ancien footballeur, raseteur, tourneur, doté d'un beau talent d'écriture, s’investit dans la langue provençale avec deux distinctions décernées par l’Académie : un titre de Mestre d’Obro et Cigale d’Argent. Aux côtés d’Arielle, peintre renommée, son épouse, Noël Daniele a reçu de ses pairs un tableau de Marignan le figurant sur un coup de barrière de Boumian d’Aubanel... Souvenirs, souvenirs... 

Un brin de nostalgie, un zeste d’histoires camarguaises et beaucoup de bonne humeur étaient de mise pour cette journée festive qui s’est poursuivie tard dans l’après-midi.

 

razeteurs2.jpg

MARTINE ALIAGA
PHOTOS JEANNOT RIBOT 

 

21/11/2013

LES AMIS DE LA DEVISE "ROUGE ET VERT"

 

Mas d'Anglas.JPGLe dimanche 17 novembre, l’association "Les Amis de la devise rouge et verte" a réuni ses adhérents et amis au Mas d’Anglas, fief de la manade Nicollin.

En fin de matinée, une visite aux cocardiers aimablement conduite par Jean-Pierre Gelly, fut très appréciée par les participants.

L’apéritif qui suivit permit maints échanges et un retour sur la saison réalisée par les bious "rouge et Vert" mais également sur l’ensemble de la temporada 2013.

Suivit le traditionnel repas servi par le Traiteur du Littoral qui régala l’ensemble des convives.

L’après midi, une projection de films de Mathieu Arnaud et Jean-Pierre Delon permit à tous un retour dans le passé bien agréable et empreint de beaucoup d’émotions.

La nuit tombait sur le "pays" lorsque chacun reprit sa route non sans avoir noté la première rencontre 2014 fixée au 19 janvier. Une journée où chacun sera le bienvenu (adhérent ou pas),

Tous les renseignements seront donnés en temps voulu par le président de l’association, Fernand TOULOUSE  à l’adresse MAIL suivante :  jacquot.fernand@wanadoo.fr

 

19/11/2013

THEATRE - SAINT-GEORGES-D'ORQUES

Samedi 23 novembre 2013, 21h

LA MANADE DES GENS HEUREUX

THEATRE.jpg

Le CT Le Trident et "Cigales et Responchous" présentent
samedi 23 novembre, à 21h, salle Michel-Colucci
 10€, enfant 5€

la comédie La Manade des gens heureux
avec Benoît Labannierre, Pierre du Tremblay et Philippe Francou

La pièce sera suivie d'une soirée dansante
Petite restauration sur place
Vente des places, permanence aux arènes
vendredi 22 novembre (18h-19h30)

Tél. Elodie : 06 48 21 95 46 - Régine : 07 87 05 85 55

17/11/2013

SAINT-MARTIN-DE-CRAU - 15e PATATE D'OR

Samedi 16 novembre 2013

LES ALIAGA ONT LA PATATE !

Jean-Marie s'octroie le précieux trophée de la Patate d'Or

PATATE1.jpg

saint-martin-de-crau,patate d'or,jean-marie aliaga,course camarguaise

saint-martin-de-crau,patate d'or,jean-marie aliaga,course camarguaise

Un temps superbe, beaucoup de monde sur les gradins et autant en piste, du rire, de la bonne humeur, une multitude d’arrivées aux barrières plus ou moins cocasses, une - “barulade” - sans conséquence (ouf), et le président du CT Saint-Martinois Jérôme Dumas au top de sa forme au micro. Bref la 15e édition de la Patate d’Or a tenu samedi passé toutes ses promesses. Car gagner un trophée, fut-il une pierre de la Crau couleur Or, fait qu’on se laisse inévitablement prendre au jeu. D’autant plus quand ces raseteurs d’un jour se nomment Jean-Marie Aliaga, Eric Gaillardet et Jean-Paul Favier, et sont les géniteurs, pardon les paternels, des raseteurs Jérémy Aliaga, Johan Gaillardet et Maxime Favier. Alors tels fils tels pères ? A tout seigneur tout honneur avec le Languedocien Jean-Marie Aliaga qui avait annoncé, en aparté : « Ça fait trois semaines que je m’entraîne avec footing et régime alimentaire, car je vais en Provence pour gagner la Patate d’Or ». Des paroles aux actes, Jean-Marie par ses rasets d’anthologie, son style et son coup crochet à faire pâlir le fiston, a tenu son pari. Et ses collègues l’ont bien aidé. D’abord Eric Gaillardet au physique de jeune premier qui a mis son expérience de vieux briscard à son service. Quant au Serpico de Salin-de-Giraud alias Jean-Paul Favier, sa première participation a marqué et lui vaut à juste titre le prix du meilleur animateur. Et si vous ne nous croyez pas, demandez donc à Jérémy, Johan et Maxime, lesquels au plus près de l’action en contre-piste se sont fait un plaisir, avec leur i-phone, de filmer les exploits de leur idole. Et il paraît qu’ensuite, chez Michou, tard dans la nuit provençale, les patatos avaient encore la frite.

PATRICK PONS

▲Photos GEORGES MARTIN
▼ PHOTO HERVE BERNON

 

saint-martin-de-crau,patate d'or,jean-marie aliaga,course camarguaise

************************************

 

15/11/2013

LE CAILAR

Samedi 9 novembre 2013

RATIS ET LOÏC AUZOLLE FETES PAR LOU SENGLIÉ

le cailar,ct lou senglié,ratis,loïc auzolle,courses camarguaises

La salle du Peuple a bien failli être trop petite samedi dernier à l’invitation du CT Lou Senglié, pour fêter la victoire de deux familles aux attaches cailarènes dont les trophées étaient exposés en fond de salle. Loïc Auzolle pour sa victoire au Trophée des As, pour la 4e fois. Puis la famille Raynaud pour son Biòu d’Or, Ratis.
Le président du Senglié Frédéric Floutier ne pouvait que se réjouir de recevoir le raseteur et les Raynaud au grand complet. Entouré de sa sœur, ses filles, sa nièce portant le costume, Frédéric Raynaud ne cachait pas sa joie d’évoquer son Biòu d’Or : « Le CT Lou Senglié est le premier à fêter Ratis et nous les en remercions. Pour être manadier, il faut avoir de la patience car nous avons attendu cette consécration 56 ans. Mais ça valait le coup... à la finale, rentrer dans les arènes d’Arles pleines des gens qui sont restés pour la remise des prix, j’en avais les jambes qui tremblaient... ».
Le manadier évoque cette saison de tous les espoirs où la famille a ressenti l’amour du public pour son taureau : « A Châteaurenard, il a été applaudi dès l’annonce de l’ordre de sortie des cocardiers ; au Grau, les gens se sont levés quand il est entré au toril... Nous avons reçu aussi beaucoup de félicitations de l’ensemble de la profession... C’est une satisfaction, car depuis qu’on travaillait et que rien ne venait...».
Depuis quelques temps, tout de même, les Raynaud sentaient le vent tourner : « Avec Marcomau, Escamillo et Ratis qui s’est fait remarquer dès l’âge de 4 ans. Et la suite avec Léo, Criquet... ».
Ratis auréolé de sa couronne profite maintenant d’un repos bien mérité après ses 8 courses. « En pays, il est calme comme tout, raconte le manadier, je le trie au pas, il ne bouge pas à l’encocardement. Il n’y a qu’au retour de course qu’il est énervé. C’est un cocardier intelligent qui se livre bien sur les raseteurs gauchers... Mais, attention, à droite il est très dangereux... ».
Mais pour le moment, il faut savourer et les félicitations à Loïc et aux Raynaud de pleuvoir encore autour du buffet. « D’habitude l’hiver on est au calme, plaisante Frédéric, mais j’ai l’impression que cette année, la fête ne fait que commencer ».


MARTINE ALIAGA