Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/02/2012

ACTO : ASSEMBLEE GENERALE

Samedi 4 février 2012 à la manade Raynaud

Pas si "Bisounours" que ça !

 acto,assemblée générale,course camarguaise

Le bureau de l'ACTO :
Rémi Dumas, Aurélien Laget, Sébastien Gonfond et Christian Garrido

Il y a des réunions où l’on tourne autour du pot sans oser aborder le fond des choses. Pas à l’ACTO. Au nom des 39 clubs taurins qui la composent, le président Sébastien Gonfond, tout en prônant toujours le dialogue avec toutes les parties prenantes de la course camarguaise, a listé les questions qui font débat, lors de l’AG de l’ACTO, dernièrement  à la manade Raynaud. Un président conciliant mais pas si “bisounours” que ça.
Après les comptes rendus moral et financier d’Aurélien Laget et Christophe Garrido, le débat s’est largement ouvert. Laurent Hénin n’occultant aucun point.  Le secrétaire de la FFCC se montrant très disponible, pédagogue mais pas convaincu ni convaincant sur tous les sujets et avouant parfois ses limites : “Le Ministère des Sport veut de la stabilité... Nous risquons de perdre son agrément. Depuis 1975, des accords ont été signés (notamment sur l’URSSAF)... C’est compliqué. On ne pourra pas tout résoudre en un an”.
Premier sujet : Ça coince entre les clubs taurins et les grandes arènes... Le dialogue a été rompu, il y a des problèmes de concurrence (Ligues, courses gratuites...) et surtout de contribution financière. En effet, si les CT reversent 0,20€ sur un billet d’entrée à la FFCC, les grandes arènes, elles, ont négocié un forfait qui leur est très favorable.
Laurent Hénin: “Les grandes arènes demandent la baisse des attributs en contrepartie de l’annulation du forfait. La FFCC propose de réunir tous les organisateurs... Si la Fédé demande un effort au CT, il sera demandé aux grandes arènes un effort équivalent”
Effectivement, confrontée à des problèmes de trésorerie, la Fédé a demandé aux clubs taurins une augmentation des licences. Mais “Où est passé l’argent de la Fédé?, demande Sébastien Gonfond, nous sommes prêts à payer plus mais nous voulons savoir le pourquoi?”
Laurent Hénin: “Nous avons perdu la subvention de la Région qui a été reversée à une école taurine... (à Barcelone semble-t-il, ndlr). On a aussi perdu 10 000€ du Ministère car on ne s’est pas entendu... Mais nous avons rendez-vous fin mars à la Région”.
- Et pour la “Fe di biou”, l’appel d’offres a-t-il été lancé?
- L. H.: “Non, mais cette année, nous allons économiser 7 000€ sur la Fe di biou, elle va être excédentaire...”
Autre point d’achoppement, le poids de l’AGNS sur la Fédé.
Sébastien Gonfond: “Les gardians amateurs aident certes les manadiers mais n’apportent rien à la course camarguaise... Nous devrions demander la dissolution de cette association, qu’ils se retirent ou qu’ils restent à leur place”.
Laurent Hénin : “Serge Evesque est d’accord pour diminuer l’importance de son vote”.
Reste que les modifications de statuts de la Fédé doivent passer par une assemblée générale et qu’on ne voit pas comment ils pourraient changer (sous entendu au détriment de l’AGNS) si celle-ci, forte de plus de 400 licenciés, est la seule à pouvoir faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre...
L’ACTO poursuit donc son dialogue avec les raseteurs, les manadiers, le Trophée Taurin, les présidents de course..., regrette que les clubs taurins soient scindés en deux associations, espère renouer avec les grandes arènes, et si elle ne se positionne pas contre la FFCC, elle ne signera pas un chèque en blanc.
Réaliste et optimiste, Sébastien Gonfond renvoyait l’assemblée au verre de l’amitié en concluant: “Il y a encore des bons taureaux, de bons raseteurs et des spectateurs qui payent leur place...”
Ouf !

Texte et photos
Martine ALIAGA

acto,assemblée générale,course camarguaise

****************************

03/02/2012

ASSOCIATION DES GARDIANS NON SALARIÉS

Assemblée générale le 21 janvier, à Vestric

Serge Evesque prêt à faire des concessions

 

agns,serge evesque,courses camarguaises

L'an dernier, à pareille époque, lors de leur assemblée générale à Lunel, les gardians de l'AGNS Association des gardians non salariés) avaient brillé par leur absence (à peine une dizaine). Avec 500 membres, une impression de grand vide était ressentie par le président Serge Evesque et son bureau. Mais cette fois, la tendance s’est inversée avec une quarantaine de cavaliers présents à la salle polyvalente de Vestric. Une mobilisation sans surprise, car il faut dire que depuis ça galope du côté des amateurs.
Alors, aprés les bilans moral et financier retracés et approuvés de Nicolas Reynes et Jean-Marie Domenech, le président Serge Evesque de rentrer à bride abattue dans le vif du sujet. Celui où l'on reproche à l’AGNS (434 licenciés à ce jour ), par le biais du statut du mode électoral, de faire pencher les pouvoirs réglementaires de la course camarguaise au sein de la Fédération. Passant la 1re, Serge Evesque de rappeler que "Avant les élections fédérales la 2e liste d'opposition nous a contacté mais pas écouté. Du coup on s'est organisé autrement et nous sommes restés avec Henri Itier. Voilà pourquoi cette rancoeur s'est établie, entre autres, entre manadiers et nous, et cette haine perdure du fait qu'on n'a pas voulu les suivre pour monter la 2e liste”.
Une fois (résumé) ceci dit, Serge de passer la 2e “Dans toutes les associations, manadiers, raseteurs, tourneurs, ce sont les conseils d'administrations qui prennent les décisions. Nous également. Je rappellerai que 30 clubs taurins se sont abstenus, 60 ont voté contre eux, et que je ne leur tenais pas la main à voter. Moi je ne tenais que celle de l'AGNS”.
C'est justement sur ce cas précis que cela coince sévèrement. Et lors de la présidence par intérim à la fédération du trio Brunot Pécout, Benjamin Villard et Jacques Mailhan, Serge d'enclencher la 3e “Jacques Mailhan m'a demandé de lui faire une proposition écrite sur le mode électoral. Je l'ai fait, il m'a dit c'est bon et au moment de le soumettre en comité il y a eu recul. Pourquoi? Je ne sais toujours pas”.
Puis une fois les chevaux lancés à bride abatue de passer la 4e “Il y en a marre de taper sur l'AGNS car il n'y a aucune animosité entre gardians et manadiers (chez qui tous nous montons). D'ailleurs ceux-ci nous remercient sans arrêt aux remises des prix, alors il faut cohabiter, vivre et discuter ensemble. Quant au mode électoral je vous le dit je suis prêt à faire des concessions”.
Des propositions, en fait, qui rejoignent celles de Laurent Hénin, secrétaire général de la FFCC, lequel dans la ligne droite en vue de l'arrivée passa la 5e “Les problèmes de l'an dernier (2011) n’étaient qu'une histoire d'hommes avec des règlements de comptes. Une fois ceux-ci terminés (il y a eu des démissions depuis), on a entamé des discussions avec toutes les associations. Démocratiquement le mieux c'est une licence-une voix où tout le monde s'exprime. On a étudié par là même 12 licences = 1 voix (qui correspond aux critères du vote actuel des clubs taurins), et Serge devrait trouver 30 personnes pour aller voter avec 12 pouvoirs. Cela a été retenu en comité directeur mais pas approuvé par le Ministère des Sports qui ne l'a donc pas validé car il semblerait que 12 pouvoirs est un peu trop. Juridiquement c'est compliqué, on y retravaille”.
Evidemment. Puisque, apparemment, ce ne serait pas tout à fait le désidérata des manadiers et raseteurs. A suivre donc.

Patrick PONS

 
Côté finances:
L'AGNS c'est 409 cavaliers et 25 à pieds, soit 434 adhérents. Entre les dépenses, concours de ferrades, paiement cartes, diverses factures de fonctionement, cotisations reversées à la FFCC.... puis des recettes, le nouveau solde est de 5 109, 17€. Un bilan stable.
Côté activités:
Comités directeurs, réunions de bureau, commissions administrative, juridique et règlement, puis commissions des finances plus le congrés aux Saintes-Maries-de-la-Mer, les responsablesont participé à 23 réunions fédérales. Plus des participations à : l’inscription de la course camarguaise au patrimoine immatériel de l'UNESCO; la sécurité des abrivado des plages; aux réunions de l'ACTO et des Vaches Cocardières. Satisfaction du concours de ferrades à Méjanes au domaine Paul-Ricard, mais qui ne sera pas reconduit par son coût élevé. Par contre le festival d'abrivado d'Alès qui a été un franc succès est maintenu.
Sur le point “assurances”, notons une baisse du nombre et de la gravité des sinistres: 12 de déclarés, 5 ne sont pas couverts et sur les 7 tous n'ont pas renvoyé les justificatifs demandés. Néamoins il y a eu de grosses sommes de remboursées: 11 000€ pour un véhicule endommagé par un cheval échappé suite à une ouverture malveillante; 12 000€ à une dame mordue au pouce en donnant du pain; 17 000€ pour une dame bousculée par un cheval et 215 000€ pour le jeune gardian dans le coma.

01/02/2012

MÉJANES : L'UCTPR EN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

 BLOG2.jpg

De l'humour... de l'amour à partager

BLOG5.jpgOn avait failli l’oublier... la tauromachie est aussi faite de partage et de fête. Les problèmes, les crises, le pessimisme, les aigreurs... ras les cornes. Samedi dernier, à Méjanes, Dominique Perron, président de l’Union des clubs taurins Paul-Ricard, a mis de la rondeur dans ses propos - j’ai dit dans ses propos -, beaucoup d’humour et d’humanisme... de l’amitié à partager et du “bien vivre ensemble”. Musique et images des trois tauromachies ont accompagné les orateurs qui, tous, sans occulter les problèmes inhérents à chaque discipline (course landaise, camarguaise, corrida), ont laissé parler la passion.
Bonhomie ne rimant pas avec naïveté, le président Perron a rappelé que si la corrida était passée au patrimoine immatériel français, “c’est une victoire fragile” et la vigilance contre les “anti” est de mise. Du coup, il sollicitera les élus “disponibles en cette période électorale... un peu moins par la suite...”. Et pan! Tout comme, il reste persuadé que “les tauromachies landaises et camarguaises auraient dû se joindre à nous”. Re-pan!
BLOG6.jpgArnaud Fesquet, secrétaire, a décerné son triple A à l’Union, triple A “que nous ne sommes pas près de perdre”: triple A comme “Accent, celui des origines, de la terre... , Amitié, forte, sincère, indispensable... , Aficion qui réuni au-delà des frontières géographiques”.
Après que Gérard Suberchicot, dans son style fleuri ait tiré “la substantifique moëlle de la course landaise”, Jérémy Serrano livrait son analyse sur la saison camarguaise. Le p’tit jeunot se permettant dans cette ambiance détendue de faire remarquer la sveltesse de son tour de taille face au noble embonpoint de ses aînés... vous l’avez compris, poids lourds/poids plumes, c’était BLOG7.jpgle gimmick du jour, repris par tous les intervenants. Revenons à nos taureaux... Bien sûr Jérémy n’a pas listé que des satisfecit pour la saison 2011 et à juste titre, mais le positif, l’espoir et l’estrambord l’ont emporté, tout autant que son appel au peuple “Soyons fier de notre culture”.
Paul Hermé pour les comptes rendus des corrida du Sud Est et Marcel Garzelli pour le Sud Ouest ont complété les informations sur la temporada.
Entre-temps, chaque discipline honorait ses héros de l’année et  la Confrérie des Gardians pour ses 500 ans...
Ce fut rythmé et animé, lucide et festif, grave sans être lourd, touchant parfois et fédérateur tout du long.

MARTINE ALIAGA
Photos Christian ITIER


LES RECOMPENSES
Course landaise: Julien Guillé, Baptiste Cissé, Mathieu Nogues, Guillaume Vergonzeanne et Didier Laplace.
Corrida Sud-Est: Sanchez Mejia, la ganaderia Tierra d’Oc et Thomas Dufau.

BLOG.jpg

▲Course camarguaise: Rémi Guyon, la manade Blatière-Bessac (Jacques Blatière et Laurent Bessac) et Jérôme Martin.
Corrida Sud-Ouest: ganaderias Giraud et Alma Serena et le picador Gabin Rehabi;
Les médailles d’honneur ont été attribuées à Philippe Savinel, P-DG de la société Ricard, alors que celle-ci célèbre son 80e anniversaire, et à Marcel Garzelli.

BLOG4.jpg

▲ Hommage a été rendu à la Confrérie des gardians qui fête en 2012 ses 500 ans d’histoire et d’entraide (Jean-Pierre Durrieu, Frédéric Lescot, Hubert Yonnet, Jacques Mailhan).
LES CHIFFRES

BLOG3.jpg

353 sur 388 clubs taurins Paul-Ricard représentés à l'assemblée générale

Union des clubs taurins Paul-Ricard: 15 652 membres - 388 clubs taurins dont 353 représentés à l’assemblée générale.
- Plus de 1 250 événements par an.
- Plus de 100 000 affiches à disposition des organisateurs.
- Première association taurine d’Europe : clubs taurins à Val Thorens, en Alsace, Bretagne, Paris, Chambéry, Belgique, Madrid, etc....
LES FINANCES
Avec une subvention de la Sté Ricard de 156 000€ et un nombre de membres en hausse (+1,8%), pour un nombre constant de clubs taurins, le trésorier Bernard Melchior rend des comptes positifs à 7 898€. Et un prix d’adhésion inchangé, 5€
LES BONNES PHRASES
“Il ne faut pas pleurer comme une femme ce que nous n’avons pas su défendre comme un homme”
“Nous ne serions rien les uns ans les autres”
“La substantifique moëlle de la course landaise”
“Nous ne sommes pas prêts de perdre notre triple A”

 

BLOG8.jpg

***********

27/01/2012

ACTO - UCTI : DES CLUBS TAURINS MOBILISÉS

Après les réunions hivernales des deux associations de manadiers, des raseteurs, des clubs taurins organisateurs de l'ACTO,  les rendez-vous consultatifs et autres comité directeurs de la nouvelle équipe fédérale,  l’heure semblait plutôt à la discussion ouverte. Chacun à l’écoute des autres dans un climat un peu plus apaisé ? L'UCTI dans sa dernière réunion avance sur une autre chemin moins consultatif. Les deux associations de clubs taurins (ACTO-UCTI) restent mobilisées, chacune a listé ses propositions, choisi son ton et sa manière d'argumenter.
Voilà ci-dessous de quoi vous faire une idée. 

ACTOBURO.jpgFin 2011, à Méjanes, l’ACTO avait réuni ses adhérents et invité manadiers, Trophée Taurin, présidents de course et raseteurs, pour décortiquer le questionnaire soumis à ses clubs taurins (36). De là, des discussions très ouvertes ont étayé des réponses… parfois contradictoires. Pas facile de cerner la course camarguaise.
Extraits : le constat, si les trois-quarts des CT voient leurs entrées baisser, pour un quart il y a une augmentation du nombre des spectateurs.  Conseil est donc donné d’être vigilant sur la qualité des plateaux proposées, « Il ne faut pas faire des courses au rabais ». Il faut limiter la concurrence déloyale en se concertant davantage (ne faire des taureaux emboulés qu’en semaine ou le matin). Au niveau des Ligues : les limiter dans les grandes arènes… Difficulté d’élaborer un calendrier cohérent. Tout le monde veut restreindre le nombre de courses mais –presque- personne ne veut en enlever… Trop d’entrées gratuites aux arènes… Retour à la ficelle blanche… Etablir un calendrier de courses de Ligue avec organisateurs, manadiers et raseteurs…

ACTO PUBLIC.jpg


Les manadiers sont intervenus, Nicolas Noguera, président des raseteurs, a fait part des propositions de son association (lire AG des raseteurs) et  n’a pas été avare d’explications.
Frédéric Bon : « Les manadiers ont de plus en plus de charges, les organisateurs pourraient louer les taureaux par 2 ou 3 ». Eugène Guillot : « Au sein de l’association des manadiers, il y aura une commission pour cerner le métier de manadier » (pour éviter les dérives). Jacques Mailhan, président des manadiers « les professionnels qui veulent s’engager à la FFCC sont à la merci d’amateurs (sous entendu les gardians amateurs), il faut faire réétudier les statuts. Je propose que chaque corporation soit représentée par des collèges qui éliront leurs représentants, manadiers, raseteurs, organisateurs, Trophée Taurin, gardians salariés, etc. »
Du grain à moudre pour Sébastien Gonfond, président de l’Acto qui souhaite « travailler tous ensemble » et pourquoi pas éditer une charte de qualité pour tirer la course camarguaise vers le haut.  La concertation et le rassemblement doivent primer ».

 

Le 20 janvier, à Manduel, c’était au tour de l’UCTI de rassembler ses adhérents pour une assemblée générale.

 UCTIBURO.jpg

Un ton un peu plus « belliqueux » dixit Gilles Roccia qui a réaffirmé en préambule que la création de l’UCTI s’était justifiée par les clubs taurins ne se reconnaissant pas dans l’ACTO et pour élire des membres au comité directeur fédéral, après « la mascarade des raseteurs aux Saintes » (Ndlr : au congrès 2011). Raymond Vendrel a listé les nombreuses réunions tenues pour défendre au mieux les intérêts des clubs taurins. Le secrétaire de l’UCTI a rappelé que 8 sièges sur 9 avaient été obtenus pour siéger au comité directeur FFCC mais qu’il y avait « quelques difficultés avec la nouvelle équipe fédérale ». Le trésorier Raymond Querel donnait le bilan financier à 328,71 € en solde créditeur pour 47 adhérents.

UCTIPUBLIC.jpg

Joël Dijon passait en revue les propositions retenues : à savoir la vérification de l’encocardement par l’organisateur ; le retour à la ficelle blanche et reconnaît « qu’on se rejoint souvent dans les propositions avec l’autre association de CT ». En revanche, certaines demandes de l’UCTI n’ont pas été retenues en comité directeur (sur le site  ffcc.info, la fédé communique qu’un autre comité directeur se tiendra pour rediscuter de plusieurs points) : comme la baisse des prix des attributs ; la révision du nombre de raseteurs dans les petites pistes ; le choix des groupes (1, 2, 3) par des gens neutres… ; une commission de discipline donnant des sanctions par amendes pour les raseteurs ; et un peu plus de transparence quand un raseteur sort pendant la course ; trop de places gratuites aux entrées, etc...
Restent des prises de position internes à l’UCTI : le président de course reste maître de ses décisions (ndlr : par rapport aux juges de piste)… ; il faut s’entendre entre clubs taurins pour les dates ; proposition de 6 taureaux pour toutes les courses, 7 uniquement aux finales… ; liste les présidents de course bénévoles pour aider les clubs taurins...
Laurent Hénin, représentant la FFCC, présent à l'AG, remercie l’UCTI, «  C’est grâce à vous que nous avons été élus… Il y a 1 880 licenciés dans les clubs taurins… ».  Quant à la Fédé : « On essaie de calmer la tempête, on a risqué la perte de l'agrément ministériel et on a perdu des subventions. Malgré tout, depuis septembre, on a commencé à réunir tout le monde. Il y a encore des points à discuter avec les manadiers et les raseteurs, les organisateurs, c’est pourquoi, différents points n’ont pas été votés au comité directeur…. Chacun doit être responsable.. »
La conclusion revenait à Gilles Roccia : « L’UCTI a su rester à sa place à l’inverse d’une association que je ne nommerais pas... Sous l’égide de la FFCC nous sommes prêts à discuter mais nous ne ferons que peu de concessions. Nous sommes les vaches à lait de la course camarguaise. Il faut que nous soyons reconnus et respectés »… Belliqueux… donc.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA

23/01/2012

CASTRIES : 4e RENCONTRE DE CULTURES TAURINES

Samedi 21 et dimanche 22 janvier 2012

LE CHOIX DU JURY

1JURY.jpg

1er prix film Camargue : LOU BIOU de Roger-Pierre Auguste

2 : UNE PALME D'OR de Bernard Porras

3 : AVISE LE BIOU de René Domergue

**

Diaporama : 1 : AUX SAINTES-MARIES-DE-LA-MER de Benjamin Alcon

2 - ADIL POUR LA BEAUTE DU GESTE de Sylviane Boulet

3 - JOURNEE AU CAMPO de Christian ITIER

**

1er prix film Espagnol et Landes : GANADERIA DU MAYNUS de Francis Vidal

2 : GANADERIA MEYNADIER de Jacques Fournier

3 : AU FIL D'UNE RENCONTRE de Christian Lauze

**

Coup de Coeur : FALCOR de Nicole et Gérard Osty

************

PRIX DU PUBLIC

LA GAZE DE SOMMIERES de Yves Algoudo

1SALLE.jpg

 

DEUX RENCONTRES MARQUANTES

castries,4e rencontre de cultures taurines,courses camarguaisesDans ce week-end dédié aux images de toutes les tauromachies faisant la part belle aux amateurs vidéastes et photographes, la passion du taureau a crevé l'écran. Le public nombreux a reçu avec bienveillance tous ces témoignages, plus ou moins élaborés certes, mais célébrant tous les terres, les coutumes, les hommes, la vie autour du taureau-roi. Spontanés, émouvants, pédagogiques, poétiques, documentaires... les films et diaporamas ont exprimé l'engouement, le respect, l'affection des afeciouna et aficionados. Le travail du Cercle taurin de Castries et de Jean Roumajon (► photo) a permis, dans une ambiance bon enfant, de réunir toutes les familles tauromachiques.

Cette 4e manifestation restera marquée par deux rencontres fortes. Le père Yannick, ancien curé de Castries, et Jean Barrere, Landais pur jus. Deux registres différents pour deux aficionados qui ont captivé l'auditoire...

castries,4e rencontre de cultures taurines,courses camarguaises◄ Le premier a fait partager sa foi dans les taureaux et les toros. Dans un entretien posé et érudit sur fond d'images, le père Yannick s'est positionné en tant qu'aficionado. Le public a communié à ce moment d'élégance.

castries,4e rencontre de cultures taurines,courses camarguaisesAutre tempo... Sur l'air de La marche cazérienne, Jean Barrere (►photo) a fait une entrée fracassante sur ses échasses. Hâbleur et irrésistible raconteur d'histoire, l'éleveur a offert un historique festaïre à la sauce landaise.  D'une démonstration de tumade au Salon de l'Agriculture en passant par Napoléon III via les bergers et l'épopée du meuble de l'échassier, le Landais a tenu l'auditoire en haleine. Avec un faux air de Frédéric Lescot et la gouaille d'un Bébert Chapelle, Jean Barrere, ravi de partager sa passion coursayre, a conquis le public.

castries,4e rencontre de cultures taurines,courses camarguaisesOn retiendra aussi la vidéo sur la manade Janin qui de Pénélope à Sparagus en passant par Saint-Geniès, Saint-Hilaire, Sangar, Louxor... a fait revivre l'épopée de la discrète mais réputée manade héraultaire. Toujours juste et pondéré, Yves Janin a rappelé qu'"Il faut beaucoup d'humilité pour être manadier". Fort de son expérience et loin des propos pessimistes entendus ici ou là, le manadier juge qu'"il ne manque pas grand chose pour que la course camarguaise redémarre et qu'elle ne se porte pas si mal que ça". Des paroles pleines de sagesse et d'espérance.

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER

 

20/01/2012

CASTRIES : RENCONTRE TAURINE

Samedi 21 et dimanche 22 janvier 2012

TAUREAUX ET TOROS SUR GRAND ECRAN

castries,festival de films taurins,courses camarguaisesAfeciouna ou nouvel arrivant dans la région, il y a un rendez-vous à ne pas manquer au mois de janvier, celui du Festival de cultures taurines de Castries. Les uns pour communier dans le culte du taureau qu’il soit camarguais ou espagnol... Les autres pour s’imprégner de l’identité culturelle érigée en mode de vie dans nos départements taurins.
Jean Roumajon, instigateur de la manifestation en partenariat avec le Cercle taurin Le Trident et la ville, prépare intensément ce week-end tout en images : «Toutes les tauromachies seront présentées. Bien sûr très largement la course camarguaise et la Camargue mais aussi les Landes, les traditions espagnoles, la corrida à pied et à cheval, le folklore... ».
Pour ce 4e festival, des films et des diaporamas d’amateurs seront en concours le samedi. Le jury présidé par Philippe Brochier mélange les genres : le raseteur Hadrien Poujol, Bruno Pascal président de courses, Cyril Daniel président de la FFCC, des représentants des arènes de Béziers, des manadiers, des organisateurs de courses landaises, des journalistes taurins, etc. Et un aficionado reconnu le père Yannick Casajus, aumônier des toreros et ancien curé de Castries. Il serait même l’objet d’un film dit-on en coulisse.
6.jpgHors concours, Jacques Roumajon s’est assuré de belles collaborations avec, entre autres, des images de TV Sud, d’Aqueduc Vidéo. En tout plus d’une trentaine de films à découvrir.
Pour le côté festif, les deux troubadours de la Camargue, Bernard Porras et Régine Pascal donneront la note, entourés des Arlésiennes de Castries.
Voilà, tout est en place pour, après les fêtes, replonger de bon cœur au pays des biòu.


Martine ALIAGA


* Samedi 21 janvier, à partir de 14h, puis 21h. Dimanche, à partir de 10h, puis 14h. Remise des prix, dimanche vers 18h, au foyer Hippolyte-Paulet à Castries

* Vous pouvez visionner la bande annonce du festival (ainsi que de nombreuses vidéos de courses, d'abrivado, etc.), ici www.youtube.com/watch?v=nWCKrwq3PCo&lr=1

12/01/2012

AETCC : ASSEMBLEE GENERALE

Samedi 7 janvier 2012

Des éleveurs vigilants
et droits dans leurs bottes

aetcc,assemblée générale,course camarguaise

Au Mas de Rousty, il est une rencontre annuelle où l’on se rend presque que pour le plaisir. Dernièrement, les manadiers de l’Association des éleveurs de taureaux de course camarguaise rencontraient la presse taurine pour dresser le bilan de la saison 2011 et établir leurs prochaines pistes de travail. Accueillants et ouverts, Françoise Peytavin, Francis Fassi et Rogé Andréo ont listé les thèmes abordés lors de leur longue après-midi avec les autres membres de l’AETCC.
La priorité… l’état sanitaire du cheptel: « Les règlements mis en place sont suivis, les gens sont plus sérieux et plus vigilants donc les résultats sont meilleurs. Grâce à une bonne collaboration avec les Services vétérinaires, les petits problèmes par ci par là sont vite résolus. Au niveau national des zones touchées, nous sommes aussi sur la bonne voie ».
La saison des courses 2011: « Beaucoup de nos manades sortent maintenant régulièrement aux As, et d’autres ont fait leurs premiers pas à l’Avenir. On sent que la machine est en route ». Et la qualité des taureaux et vaches du très le bel anniversaire des 25 ans au Grau-du-Roi en juin dernier en a attesté. Tout comme la place de finaliste du Trident d’Or de la manade Saliérène.
Malgré la réglementation des camions de transports d’animaux de plus en plus contraignante et le prix de location des taureaux trop souvent à la baisse, l’AETCC positive avec des projets où elle s’investit.
aetcc,assemblée générale,course camarguaisePour exemple, celui porté avec enthousiasme par Rogé Andréo (◄ photo) pour promouvoir les jeunes taureaux et vaches (3 à 5 ans) des membres de l’Association. Un Trophée des jeunes pousses est en cours de création avec des courses de sélection (avril mai) qui se dérouleront au Crès rasetées par les écoles taurines de Vendargues et Baillargues. Les meilleurs des élevages se produiraient en ouverture de la fête d’été de Baillargues. Bétail né et marqué de l’élevage évidemment, c’est le cheval de bataille de l’AETCC.

Au niveau économique, l’association travaille aussi sur les achats de matériel groupés pour de meilleurs prix, le développement et la valorisation de la vente directe de viande de taureau.
Et si deux nouvelles manades entrent à l’AETCC (Les Termes et Tournebelle), l’association reste vigilante sur le métier d’éleveur et naisseur et se méfie des dérives. Professionnalisme et dynamisme, voilà les caractéristiques que le trio Peytavin, Fassi, Andréo (réélu dans ses fonctions par ses pairs) entend bien défendre. 

Texte et photos
MARTINE ALIAGA


Le juste prix

Lors des discussions, Françoise Peytavin souligne une dérive sur le prix de location des taureaux. « Certains organisateurs diminuent de plus en plus les tarifs ». « Avec des échéances très très longues », renchérit Francis Caillan. Conséquence : l’équilibre fragile des comptabilités des élevages est mis en danger. « Nous  demandons que notre travail de manadier soit respecté. Il faut que nous soyons payés correctement et rapidement ». « Même si certains petits clubs taurins font des efforts », l’AETCC veille sur une plus juste rémunération vu les efforts conséquents de ses élevages à mener des taureaux de qualité. Dont acte.

aetcc,assemblée générale,course camarguaise

**********************************************



24/12/2011

GARDIANS PROFESSIONNELS

 

gardians professionnels,course camarguaise

ACCAMPADO des GARDIANS PROFESSIONNELS
de TAUREAUX et TOROS


Ce samedi "fresquet" s’est tenue l’assemblée générale des gardians professionnels. Cette association regroupant les professionnels au service des élevages Camargue et Combat s’est retrouvée dans l’ambiance et le cadre andalous de la "Siete de la Tarde" chez l’ami Momo à Saint-Laurent d’Aigouze, berceau de l’aficion et des traditions.

Dès 19h, le président Alarcon a ouvert la séance de travail, entouré de son bureau et devant  la presque totalité des membres venus de Provence, Camargue et Languedoc. Après les incontournables rapports du trésorier Frédéric Fabre laissant apparaître  une gestion saine et efficace, vient celui du secrétaire Guillaume Granchi qui brossa les faits marquants de la saison écoulée, qui a vu malheureusement quelques gardians blessés et plus particulièrement l’ami Thierry Boudoux présent ce soir, encouragé par ses confrères à continuer le combat dans sa pénible convalescence.

L’accueil des nouveaux gardians présentés par le président a été salué comme il se doit par l’assistance. Ainsi ont intégré le cercle assez fermé des professionnels Rodolphe Bantze de la manade des Baumelles, entrainant son titre de Bayle gardian du Biou d’Or 2011,  Justin Guillot au sein de la manade Paul Ricard et Cédric Robert au service de la manade Vellas.

2012 vivra l’anniversaire de la fondation de l’Antico Confrarié des Gardians  puisque faut-il le rappeler c’est en 1512, le 2 janvier exactement que la plus ancienne "société de Secours Mutuel" fut créee par une poignée de gardians, afin d’aider et d’assister les gens de métier et leur famille. De nombreuses manifestations marqueront cet événement mais déjà ce soir les équipes se sont formées pour participer aux ferrades, courses de Satin et Tayolle en Arles.

La position de l’association auprès de la FFCC fut évoquée, les démarches suivront.

Une fois que les questions diverses  furent débattues et le paiement des cotisations encaissées, le président Alarcon leva la séance vers 21 h en invitant les participants et leur épouses à honorer le verre de l’amitié, offert par les fidèles Arnaud Fesquet et Hubert Hugon, ambassadeurs de l’Union des Clubs Taurins Paul Ricard.

Après un copieux repas, concocter par le chef Laurent et le maître des lieux, chacun se sépara en se souhaitant une excellente « temporade et saison taurine ».

Compte rendu
de l'Association des gardians professionnels

***********************

gardians professionnels,course camarguaiseLa Confrérie des gardians de Saint-Georges propose un CD réalisé par Gabriel Brun, recueil en lengo nostro, de poèmes à la gloire du cheval, du taureau de Camargue et du métier de gardian. “Lou cant de la coupo” de Frederi Mistral, “Lou Malartre” de Bernat de Mountaut-Manse, “Lou Dountaire” de Marius Jouveau sont quelques uns des titres enregistrés. Les intervenants : Jan Matieu, président des gardians de métier, Gui Chaptal, capitaine de la Nacioun gardiano ainsi que Noël Daniele, Michel Falguières.
Pour plus d’informations et pour les commandes:
Jean Mathieu, tél. 06 15 65 56 42, gb.boca@orange.fr, confreriegardians@bbox.fr, guillaumegranchi@sfr.fr, festivarles@club-internet.fr, ainsi qu’auprès des membres du bureau et à Confrérie des gardians, 5, rue des Capucins, 13200 Arles.

17/12/2011

RASETEURS : ASSEMBLEE GENERALE

SUR LES TERRES DE GARLAN

 DISCOURS2.jpg

BLOG4.jpgLoin de la saison des courses et des tensions de la piste, les raseteurs affichent une franche camaraderie et un joyeux moral. Mais avant de faire la fête, ils ont sérieusement participé à leur assemblée générale, dernièrement, à la manade des Baumelles. Leur président Nicolas Noguera se fait le porte-parole de leurs préoccupations, après une saison débutée houleusement (au Congrès des Saintes-Maries-de-la-Mer) mais qui s’est poursuivie « tranquillement et sans souci. Je crois qu’on a bien travaillé. Ne faut-il pas un bon désordre pour un bon ordre. Les raseteurs ne sont pas les méchants et tiennent à apporter leur pierre à l’édifice ». Nicolas Noguera signale au passage leur avoir « passé un savon suite aux capelado désastreuses lors de certaines courses ».
Les propositions de l’association
Voici les principales propositions et pistes de réflexions que les raseteurs défendent.
Le système des rentrants ne convient plus ni aux raseteurs ni aux organisateurs. Ceux-ci devraient pouvoir adapter le nombre des invités à leur arène et aux taureaux qu’ils ont choisis. Aussi, tout en gardant un entrant, les organisateurs pourraient inviter - par exemple pour les pistes à huit raseteurs - cinq, six, sept, ou huit, il y aurait donc respectivement 3, 2 ou 1 entrants.
Pour les courses de Ligue et taureaux jeunes, les raseteurs verraient bien fusionner les deux catégories. La FFCC nommant 4 jeunes stagiaires par course, l’organisateur invitant 2 raseteurs confirmés, un droitier, un gaucher. Forts de leur expérience, ceux-ci encadreraient les jeunes pour leur donner conseils et confiance.
Les raseteurs ont aussi noté un nombre important de courses uniques au Trophée des As qui pose un problème d’équité pour la compétition.
Le nombre de tourneurs a aussi été évoqué. Nicolas Noguera trouve « qu’il n’est pas normal d’avoir autant de tourneurs dans une grande que dans une petite piste. On pourrait équilibrer en ôtant un tourneur d’un côté et en rajoutant un de l’autre... ». Quant à l’encocardement, « Il faudrait qu’un tourneur, un délégué et l’organisateur aillent au toril avant la course et annoncent ce qu’il en est au micro. Les spectateurs ne seraient ainsi pas pris en otage en cas de problème ».
D’autres idées seront proposées : le retour à la ficelle blanche, la suppression du groupe 4 totalement obsolète et un point sur les infirmeries dans certaines arènes...
Bref, « les raseteurs restent ouverts à la discussion et ont commencé à rencontrer les parties prenantes de la course camarguaise ».
Solidarité, respect et fierté de la tenue

Les discours, à l’heure des mises à l’honneur, tant de la part de Jacques Roumajon représentant les anciens raseteurs, de la famille Linsolas, de Nicolas Noguera, d’Hadrien Poujol, de Khaled ou de Loïc Auzolle, ont prôné la solidarité en et hors piste, le respect des manadiers, des taureaux et du public, la fierté de porter la tenue...
Dans les discussions hivernales qui ne manquent pas pour préparer la saison, les raseteurs se veulent force de propositions.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA

AMBIANCE

 

BLOG8.jpg

BLOG7.jpg

 

BLOG2.jpg

BLOG1.jpg

BLOG3.jpg

 

BLOG9.jpg

BLOGLOIC.jpg

BLOG6.jpg

BLOGESPONTANEO.jpg

*******************************


14/12/2011

VENDARGUES

14 décembre 2011

RICHARD TRAVAILLE AVEC TAMARIS

 BLOGB.jpg

Après Quignon, le cheval de trait, pour le ramassage scolaire
Tamaris fait équipe avec Richard à l'entretien des rues.

A deux pas de Montpellier, Vendargues revendique depuis toujours sa tradition taurine et équine. Notamment par l'inlassable travail du CT La Muleta et l'équipe de cavaliers de l'Association AVEEC : courses camarguaises, spectacles de rues ou en pays à l'Espace La Cadoule. Cet art de vivre à la camarguaise et plus près de la nature se retrouve dans la volonté municipale. Notamment avec des employés communaux pas ordinaires.

Dans les lotissements de Vendargues, trottine un drôle d’équipage. Richard, casquette vissée sur la tête et tenue d’employé communal, balai en main. A ses côtés, Tamaris, joli âne bâté, attendant sagement les pelletées de feuilles mortes qui rempliront les charmants paniers dont il est pourvu. « On fait équipe depuis lundi, explique Richard,  il est facile de caractère. On se découvre mais il m’est déjà attaché et me renvoie une belle affection ». Attentif, Richard surveille les bruits qui pourraient effrayer Tamaris « A part les bus, il tolère bien les mobylettes, les voitures… » Le binôme a en charge la propreté des placettes et des rues des quartiers de villas et suscite l’intérêt des habitants « Les gens et surtout les enfants sortent pour nous voir et parfois lui donnent du pain sec ».
Pour le maire de Vendargues, Pierre Dudieuzere, amateur de bouvine et de chevaux, le but est atteint : « Au-delà d’utiliser des méthodes plus écologiques, comme nous l’avons déjà fait avec « Quignon » le cheval de trait qui transporte les enfants à l’école, cela permet de tisser des liens avec les habitants et privilégier ainsi la convivialité ».

Richard, lui, cabossé par une vie compliqué, intègre ainsi une équipe de travail, retrouve un statut social et un regard sympathique de la population posé sur lui. Sans compter la responsabilité du bien être et du bien travailler de Tamaris. Entre eux la complicité est évidente : « Il est coquin, il aime attraper les sacs plastiques qui sont dans les paniers, parfois, il mange les feuilles que je mets en tas. Et quand il m’a attendu patiemment, il a droit à une petite récompense ». Mais ce que Richard préfère : « C’est quand je suis occupé et qu’il vient poser sa tête sur moi… ». Un souffle de tendresse dans ce monde difficile.

 

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

02/12/2011

PRESIDENTS DE COURSE : AG

Dimanche 27 novembre 2011

UN COUP DE BLUES ET BEAUCOUP D'ESTRAMBORD

B1.jpg

 Le bureau de l'APCC : de g. à d.
Philippe Gibert, Claude Chevalier, Marc Moucadel, Jacques Valentin
Raymond Arnaud.  A droite, Norbert Nesti, représentant la FFCC

Face aux adhérents de l'Association des présidents de courses camarguaises, les membres du bureau ont la tête des mauvais jours. Jacques Valentin vient d'annoncer sa démission du poste de secrétaire;
Au fil de la discussion, débat viril mais correct et très ouvert
Jacques Valentin : "Tout va pour le mieux mais il y a eu quelques dysfonctionnements qui ne me plaisent pas. Je reste dans l'association quand même. Il n'y a pas eu assez de réunions de l'APCC cette année et il il n'y a plus de représentant à la FFCC".
Marc Moucadel, président, se défend : "J'ai quand même participé à quatre réunions du calendrier (fédéral). Je reconnais que cette année, il y a eu dysfonctionnement mais j'ai une activité professionnelle chargée et je me suis investi dans les élections de la FFCC. C'est peut-être une erreur de ma part, je n'ai pas été assez disponible pour l'Asso. Au comité directeur (FFCC), j'ai démissionné  pour une seule raison, on n'a pas voulu m'intégrer dans le bureau fédéral. Et pour cause, il n'y a pas eu de vote. De plus, je n'ai jamais été invité à la FFCC... alors que des points ont été soumis au vote et que j'étais représentant de l'Asso des présidents. Je me suis senti exclu. Je ne suis pas un homme de paille.
Après, il est arrivé une nouvelle équipe, un bureau interimaire où il y a 4 présidents de course. Ces gens-là feront en sorte des défendre les intérêts des présidents".

Norbert Nesti, représentant la FFCC, en tant que vice-président : "On est là jusqu'en 2013 pour rassembler le maximum de monde. On est huit au bureau, on veut faire avancer les choses. Je vous propose une réunion".
Marc Moucadel : "On n'est pas opposé à la FFCC... il y a aussi les autres parties prenantes manadiers, raseteurs..."
Norbert Nesti a mal supporté les T-shirts anti Fédé à la finale : "Il y a une nouvelle équipe, il faut bosser ensemble".
Philippe Gibert : "Pour l'instant, la nouvelle équipe n'a jamais rencontré ni les présidents de course, ni le Trophée Taurin..."
Norbert Nesti : "En ce moment, peu de monde joue le jeu"...
Et la conversation de s'élargir aux adhérents
Le président de course peut-il influer sur la présentation des raseteurs à la capelado ?
Marc Moucadel : "Il faut demander aux organisateurs de gérer les raseteurs..."
La salle réagit : "Les raseteurs se doivent d'être présents à la capelado c'est un signe de respect du public...", "L'éducation doit commencer dans les écoles de raseteurs"..., "Aux capelado de la Palme d'Or et de la finale du Pescalune de Lunel, c'est un comble, ils sont arrivés en vrac", "Il ya des arènes, comme au Grau, où ça se passe bien..."...
Marc Moucadel : "Nicolas Noguera, président des raseteurs (excusé, pour cause de journée des anciens raseteurs à Méjanes) en est très conscient..."

D'autres problèmes sont évoqués : l'encocardement... le rôle des délégués "qui sont là pour noter et faire un rapport en cas de problème et pour vérifier l'arrivée du docteur..".
Et Claude Chevalier, trésorier, de relativiser : "Déjà à Vauvert, il y a 30 ans,  c'étaient les mêmes réflexions...
Eternelle bouvine qui ressasse son passé sans fin et n'en tire jamais les leçons... mais qui toujours est sauvée par l'enthousiasme et la passion de ses parties prenantes et qui, finalement, a foi en l'avenir.
Petit à petit le sourire revient sur les visages et tous de se diriger vers les charrettes pour aller visiter les taureaux. Les taureaux... ceux qui rassemblent.

Texte et photos
Martine ALIAGA

CR du trésorier Claude Chevalier : solde positif 2011, 505€.
L'APCC donne rendez-vous le dimanche 5 février à la manade Allard pour la remise des cartes d'adhérents.
Le remplacement du secrétaire Jacques Valentin se fera en bureau en février 2012

 

3B.jpg

**************

L'ACCUEIL CHALEUREUX ET FAMILIAL DES CUILLÉ

 4B.jpg

L'apéritif "à la cale" sur la terrasse du mas

 

1TAUREAUXbl.jpg

Visite des taureaux

5CUILLE.jpg

La bonne humeur retrouvée

*********************************



01/12/2011

JOURNÉE DES ANCIENS RAZETEURS AVEC UN "Z"

Dimanche dernier au domaine de Méjanes

 club des anciens razeteurs,méjanes,courses camarguaises

« Vous mettrez bien un “z” à razeteur, pas un “s”, les anciens y tiennent » me recommande Jeannot, en envoyant la photo illustrant la journée du club des razeteurs à Méjanes. Message reçu.  « La journée a réuni 157 personnes, se félicite le président Roger Pascal, et nous avons bien profité des installations de Méjanes par un beau soleil. Notamment les 80 qui sont partis en petit train, après le déjeuner, faire le tour de la propriété ».
En présence des personnalités (Jacques Bourbousson maire de Beaucaire, Dominique Perron président de l’UCTPR, Hicham Fadli pour l’Association des raseteurs...), les nombreux raseteurs présents (Daniele, Boulaire, Séguier, Dureau, Pascal, Roumajon, Marchand, Jouanet, etc.), les adhérents et les sympathisants de l’association ont mis à l’honneur un des leurs : Jeannot Lacroix, de Vallabrègues à qui a été offert un tableau du peintre camarguais Jean Marignan. Et le razeteur Lacroix de se remémorer cette action de Tamarisso de Guillierme aux arènes de Mouriès. Le trésorier du club Vincent Ferris et son épouse ont reçu une sculpture sur bois pour leur dévouement. Et bien sûr, l’indispensable loterie a fait monter l’ambiance.
Roger Pascal en a profité pour annoncer les prochains rendez-vous : à Beauvoisin pour le gâteau des rois le 5 février en attendant la ferrade le 2 juin à la manade des Baumelles. Toujours prêts à se retrouver, gageons que les razeteurs s’y presseront !

 

club des anciens razeteurs,méjanes,courses camarguaises



MARTINE ALIAGA
Photos Sacripan

***********************

09/11/2011

COURSE DU 11 NOVEMBRE SAINT REMY DE PROVENCE

Mercredi 9 novembre 2011

LE VOTE DU PUBLIC

Vendredi 11 Novembre c'est la clôture de la temporada à Saint Rémy de Provence (avec le retour attendu de l'espoir Esméro de la manade Caillan). A cette occasion, la section taurine et le comité des fêtes ont decidé de faire voter le public pour l'élection du meilleur taureau et du meilleur raseteur de la course. Aucun amalgame avec le vote du public de la célèbre émission "qui veut gagner des millions" de Jean-Pierre Foucault mais une idéé originale dont voici pour les futurs spectacteurs le principe.

Après la sortie du dernier taureau les membres du comité des fêtes ramasseront les tickets d’entrée sur lesquels les spectacteurs payants auront écrit au dos le nom du meilleur taureau et celui du meilleur raseteur. Sur tous les tickets ramassés, 50 seront tirés au sort et les résulats seront proclamés dans la foulée.

Amis aficionas n'oubliez pas vos stylos si vous vous rendez à Sain-Rémy-de-Provence le 11 novembre.

Eric AUPHAN

02/11/2011

VENDARGUES : JOUR DE DELUGE

Mardi 1er novembre : le 17e Trophée des Vignerons noyé

 SERGE HERMET :  “DÉÇU D'ANNULER AUJOURD'HUI
MAIS SATISFAIT DE LA SAISON DE LA MULETA”

vendargues,ct la muleta,serge hermet,courses camarguaises

Serge Hermet (2e en partant de la gauche) et les membres du CT La Muleta


Après les pluies du matin (mardi), à l’heure de la course, des trombes d’eau s’abattaient encore sur Vendargues. Trophée annulé, l’occasion de converser avec le président de La Muleta, retranché à l’Espace Armingué avec son équipe, les amis et la grande famille du club taurin.

 

Le programme varié de la journée du 17e Trophée des Vignerons n’a pas résisté à la météo, pas trop déçu ?
Déçu bien sûr car nous avions prévu le défilé des attelages, l’école taurine et une belle course. Hier soir (lundi) nous avons travaillé et bâché la piste, mais cela n’a pas suffi... Dommage !
Un petit retour sur la saison qui se termine ?
Le CT La Muleta est satisfait de l’ensemble de la saison. Tant au niveau du nombre de spectateurs en augmentation, que pour la qualité des cocardiers présentés.
Effectivement les deux courses des Révélations ont été particulièrement intéressantes, c’est nouveau à Vendargues ?
Ces deux courses des Révélations ont été un concours de circonstances. La FFCC n’ayant pas organisé les finales des courses de Ligue, cela nous a donné l’idée de creuser du côté des taureaux jeunes. Faire découvrir aux spectateurs des cocardiers en devenir, c’est une bonne idée et ça a marché.
Allez-vous suivre le filon des taureaux espoirs l’an prochain ?
Oui en début de saison, nous allons programmer les courses complètes des manades Paulin, Bon, Cuillé, Laurent, Saumade. Nous garderons, bien sûr, nos rendez-vous traditionnels aux As. Et nous attendons aussi, le nombre de courses de Ligue que nous accordera la FFCC. Car nous avons à l’Ecole taurine de Vendargues, des jeunes capables maintenant de raseter en pointe et nous aimerions les voir se produire dans nos (leurs) arènes. Cela serait un bon retour des choses pour tous les gens qui se sont investis dans leur formation.
Prochain rendez-vous aux arènes de Vendargues ?
Il y aura le 20 novembre, une course de bienfaisance en emboulés. Nous espérons tous que ce jour-là, il fera beau.


Propos recueillis
par MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

 

vendargues,ct la muleta,serge hermet,courses camarguaises

Vu l'importance des pluies,
la bâche n'a pas suffi à maintenir la piste en état. 

************************************


21/09/2011

UNE STATUE POUR BARRAIE

 

le crès,école taurine,course camarguaiseLa souscription pour ériger une statue au cocardier Barraïe à Saint-Christol suit son bonhomme de chemin. Au lundi 19 septembre 2011, 6350 € ont été transmis à la Fondation du Patrimoine ou au Club Taurin Lou Ferri, soit un peu plus de 42 % de la somme necessaire.
Le club taurin Lou Ferri remercie les donateurs et invitent les personnes qui souhaitent participer à prendre contact les organisateurs de la soucription.
Un blog dédié à la souscription est disponible à l'adresse suivante : http://unestatuepourbarraie.blogs.midilibre.com/

08/08/2011

SOMMIERES EN FETE

Samedi 6 août 2011

IMMENSE SUCCES POUR LES GASES DU VIDOURLE

Le lit du fleuve-roi, les remparts et les ponts de Sommières, sont un prestigieux écrin aux fêtes sommiéroises. Samedi, une foule immense se pressait pour assister aux gases. Chevaux, juments, poulains et taureaux ont assuré le spectacle. On parle de 25 000 visiteurs...

REPORTAGE PHOTOS DE CHRISTIAN ITIER

somgazeA.jpg

SOMGAZE1A.jpg

SOMGAZE8A.jpg

SOMGAZE2A.jpg

SOMGAZE3A.jpg

SOMGAZE4A.jpg

SOMGAZE5A.jpg

SOMGAZE6A.jpg

SOMGAZE7A.jpg

**************

23/07/2011

VENDARGUES JOURNEE A L'ANCIENNE

DEJEUNER AU PRÉ - FERRADE - ABRIVADO - ROUSSATAIO

Reportage photo de CHRISTIAN ITIER

ANCIENNEA.jpg

ANCIE2A.jpg

ANCIE4A.jpg

ANCIEN5A.jpg

ANCIEN6A.jpg

ANCIE8A.jpg

ANCIE9A.jpg

ANCIE10A.jpg

ANCIE12.jpg

ANCIE13A.jpg

ANCIE14A.jpg

***********************************

24/06/2011

UNE STATUE POUR BARRAIE

BARRAIE3.jpgLa "Route des cocardiers" s’étoffe d’une nouvelle halte. Après Muscadet de Rouquette à Mauguio, Pascalet de Rébuffat à Lunel, Le Sanglier de Granon au Cailar, Gandar de Blatière à Vauvert, Goya de Laurent et Le Clairon de Granon  à Beaucaire, Camarina de Chauvet à Sénas, Vovo d’Aubanel aux Saintes-Maries, voilà que le Biou d’Or des Biou d’Or aura sa statue à Saint-Christol (Hérault). Barraïe, emblématique cocardier de la manade Jean Lafont, posera pour l’éternité dans l’enceinte du pole oenotouristique que la communauté des communes du Pays de Lunel élabore à Saint-Christol.

A l’origine de l’idée, le club taurin Lou Ferri qui, depuis 1921, voue un culte à la devise rouge et verte. Une fidélité qui a perduré au-delà des propriétaires successifs de l’élevage : Combet, Granon, Delbosc, Lafont et Nicollin. Alors même si le grand Barraïé n’a jamais connu les arènes saint-christolaises, les vedettes de la marque ont couru là : Ourrias, Ventadour, Joinville, Cailaren, Montago et Virat…

Barraïé - 3 fois Biou d’Or (1988, 1989, 1992), sacré Biou d’Or des Biou d’Or du Trophée Taurin Midi Libre – La Provence – est une légende. A travers la statue le représentant, c’est le symbole de l’amour que les gens de bouvine portent aux taureaux et la transmission d’une culture qui sont recherchés. L’artiste Ben K requis pour créer l’œuvre, représentera Barraïé en mouvement. Posé à même le sol, la sculpture permettra aux visiteurs de se mesurer à l’animal, tel le raseteur en piste.

barraie.jpgLes afeciouna sont appelés à participer pour réunir les 15 000€ nécessaires. Pour cela le CT Lou Ferri soutenue par la Fondation du patrimoine a ouvert une souscription publique pour recueillir les dons (tous les détails pratiques ci-dessous).

Alors pour que les grands taureaux ne disparaissent jamais et que la route des cocardiers s’enrichisse de nouvelles étapes à la gloire de la fe di biou, participez !


MARTINE ALIAGA
(photo Eds Arnaud
"La légende des Biou d'Or")


Tous les renseignements sur la souscription
Liens :
http://unestatuepourbarraie.blogs.midilibre.com/

BARRAIE VERSION COULEUR dif.pdf

14/06/2011

AETCC *25e ANNIVERSAIRE*

Pentecôte au Grau-du-Roi

BLOG.jpg

 

FOLCO.jpgL'Association des éleveurs de taureaux de course camarguaise a fêté son quart de siècle, tout le week-end dans et autour des arènes graulènes. Un des moments forts, le lundi, quand, autour de leur présidente Françoise Peytavin, les filles et petites-filles des manadiers ont ouvert la capelado, après l'entrée en piste de Folco Salmeron (manade de l'Aurore) porteur du nouvel emblème de l'AETCC entouré des amazones camarguaises dont la Reine d'Arles Astrid Giraud.
Au centre Faustine entourée de ses grands-mères Françoise Peytavin et Nicole Lafisca, Manon Benabent (Le Grand Salan), Audrey Ruas (Le Brestalou), Manon Chaballier, Sandrine (l'Argentière), Carole (Chazot), Ludivine (Mogador).
Et si la fête a été écourtée par un orage violent au 4e taureau, l'AETCC et les organisateurs du Grau peuvent se féliciter de la qualité des spectacles présentés.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA
Tous les articles sur l'anniversaire
sont regroupés dans la catégorie
AETCC manadiers
sur la gauche de l'écran

 

L'AETCC LANCE SA JEUNE GENERATION

aetcc,grau-du-roi,courses camarguaisesLundi, Faustine, petit bout de chou bien en selle sur son Camargue, est entrée en piste aux côtés de ses grands-mères Françoise Peytavin et Nicole Lafisca. Porteur du nouvel étendard de l'Association des éleveurs de taureaux de course camarguaise, le jeune Folco Salmeron (manade de l'Aurore) a ouvert la capelado. Bientôt rejoints par les filles de la nouvelle génération des manadiers de l'Association. Un beau clin d'oeil plein de promesses d'avenir.

Ce week-end anniversaire des 25 ans, festif autour de l'arène et sérieux en piste, avec un décorum folklorique de qualité, a offert une belle vitrine aux manades de l'AETCC.

aetcc,grau-du-roi,courses camarguaisesMême si la course du lundi a été écourtée par un violent orage. Le déluge après la prestation cocardièrement convaincante du 4e taureau Colombus de l'Aurore. Avant lui, Opale du Brestalou avait fait la loi par une course intelligente et autoritaire. Ah la vache ! Igor de l'Argentière (2e) armé d'une vaillance à toute épreuve, et Tamaris de Chazot (photo à gauche avec Oudjit), un premier un peu trop intermittent, avaient eu les honneurs de la grande piste graulène.

aetcc,grau-du-roi,courses camarguaises

Opale a fait une démonstration de caractère.
Placement, anticipations, enfermées...
un régal..

 Le concours du samedi a tenu la route aux As (lire compte rendu du Luc Pero dans la catégorie Trophée des As à gauche de l'écran) prouvant malgré le manque d'expérience de certains à ce niveau, que leur place n'était pas usurpée. Face aux raseteurs travailleurs et opiniâtres mais toujours dans le bon esprit Petit Lou a fait parler l'expérience, Satin un peu vert, Crespin au niveau mais peu encocardé. Idem pour Hébus qui aurait pu, avec quelques tours de ficelle en plus, sortir un quart d'heure plus dense. Casanova a été l'heureuse surprise à ce niveau, à revoir. Quant à Estreloun et Ménélas ils ont barricadièrement et avec panache conclu l'après-midi.

La course du dimanche - dévolue aux autres manadiers mais avec un Caillan et pas n'importe lequel, Coyote auteur d'un grand quart d'heure - a permis en ouverture de passer un joyeux moment avec deux emboulés de Quet et Cyr rasetés avec envie et bravoure par des élèves des écoles taurines.

Au soir de cette Pentecôte réussie, ils peuvent être fiers de leur boulot, tous ces manadiers que - sérieusement - on ne peut plus qualifier de "petits".

M. A.
Photos Monique ROGGI

12/06/2011

25e ANNIVERSAIRE DE L'AETCC *AS*

Samedi 11 juin 2011 : Le Grau-du-Roi

ESTRELOUN (Caillan) POUR LE PRIX
MENELAS (Le Ternen) POUR LE FUN
ALLOUANI POUR LA DEMONSTRATION

G1.jpg
La Présidente Françoise Peytavin présente le nouvel étandard
en présence de tous les manadiers du concours.

G1B.jpg
Les lauréats, Sabri Allouani, Françis Caillan, Bernard Andréo, Gérard Agu
et la Présidente de L'AETCC.

G2.jpgQue du beau monde en piste pour ce concours anniversaire : Allouani, Auzolle, Alarcon, Ayme,  Adil Benafitou, Gros, Outarka, Martin-Cocher, Poujol et cinq tourneurs. Une opposition bien difficile pour les bons petits cocardiers qui ont donné tous ce qu'ils pouvaient... mais ! G2B.jpgSabri Allouani► de retour aux affaires et aux commandes a donné une autre dimension aux débats en surclassant adversaires noirs et blancs (22 points aux attributs). Le " Boss" a survolé le concours avec toute sa classe et sa soif de victoires retrouvées. La Présidente Françoise Peytavin▲ pouvait avoir le sourire au final de cette sympathique aprés-midi.

PETIT LOU de Chaballier, a 14 ans c'est le métier qui lui permet de fournir huit minutes dédiées à Sabri Allouani qui lui cueille tous ses attributs sauf la seconde ficelle. Deux Carmen.
SATIN du Cougourlier, un peu léger face à l'adversité. volontaire au début il cale à la dixième minute et enferme ses ficelles. Trois Carmen.
CRESPIN du Brestalou, s'il perd rapidement ses pompons, il affiche par la suite de belles qualités mais ne peut que resister que six minutes bien prometteuses toutefois. Trois Carmen.
HEBUS de Agu, un encocardement bien trop fragile ne lui permet de prouver sa réèlle valeur ! dommage il a du potentiel avec de fortes poussées sur Gros, Allouani, Poujol. Quatre Carmen.
CASANOVA de la Saliérène, une minute pour les attributs et aux ficelles les anticipations rapides sur les longues trajectoires lui permettent de tenir huit minutes. A revoir. Quatre Carmen.
ESTRELOUN de Caillan, le prix du jour pour ses grosses actions aux planches notamment sur Poujol et Benafitou. Douze minutes et de nombreux Carmen.
MENELAS du Ternen, il a du mettre un peu de soleil dans le coeur de ses pélots durement attristés par la récente perte (accidentelle à Montfrin)de leur cocardier vedette PRIAM. Ce jeune barricadier bien raseté, a percuté de nombreuses fois les planches pour un bon petit final que Carmen honore à plusieurs reprises.

Texte et Photos Luc PERO
Tous les articles sur l'anniversaire
sont regroupés dans la catégorie
AETCC manadiers
sur la gauche de l'écran

LE PALMARES 

ESTRELOUN de Caillan meilleur cocardier
Sabri Allouani meilleur raseteur
Manade Agu meilleur lot de taureaux jeunes

*********************

G3.jpg
HEBUS serre Gros

G4.jpg
ESTRELOUN - Auzolle

MENELAS.jpg
MENELAS

PETITLOU LOULOU.jpg 2.jpg
Le geste, la technique, l'envie... la classe !!!