Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/10/2016

VENDARGUES *Révélations 2016*

Course du dimanche 16 octobre 2016


Andreloun, l’os du jour

vendargues,révélations,course camarguaise

Andreloun avec Jérémy Aliaga


Ambiance sympathique sous des cieux couleur automne et une humidité tenace malgré le soleil de la veille. La piste est encore par endroit gorgée d’eau bien que la Muleta a travaillé d’arrache-pied et, en première partie, taureaux et raseteurs ont du mal à trouver leurs appuis. A l’entracte, à nouveau damé, le sable tient davantage et chacun retrouve ses facultés.
Les trois premiers malgré leurs qualités pâtissent de la piste glissante mais Vagari se fait respecter, Fougueux tient pied de belle manière, Vieto passe bien. Andreloun, 4e, donne du fil à retordre et garde ses glands. Arlésien abordable, Testasse surprend par ses coups droit dans les planches, et Hélias envoie quelques boulets bien sentis. Aliaga et Katif mènent la course, I. Benafitou plus inégal et les jeunes complètent sur un rythme allégé de fin de saison.
Vagari (Lagarde).- 6 ans. La piste dangereusement glissante rend les hommes prudents. Du coup Vagari domine sans forcer et malgré quelques dérapages, rentre tranquillement ses ficelles en bon premier. Fougueux (Les Termes).- 9 ans. Le long du pourtour, pousse fort après l’homme jusqu’au ras des planches. Tient pied partout, écarte Montesinos, I. Benafitou. Par des enfermées de belle facture, il prend le dessus pour plus de 8 minutes les rubans. Aux ficelles qu’il rentre, bien campé, garde son peps et se cabre après I. Benafitou. 1 Carmen et retour.
Vieto (Bon, remplace Dubaï boiteux).- 6 ans. Physiquement balèze, il se montre abordable dans le raset et plus fantasque aux planches. Remuant et sauteur, il garde sa cocarde jusqu’à 6’50. S’envoie après Errik, tape après Katif. Il enchaîne de bon cœur et conclut après Benafitou, après quelques sauts et des séries. Sauve 1 gland. 5 Carmen plus retour.

vendargues,révélations,course camarguaise
Photo
Aurélie Raynaud
aux prises avec
un Andreloun sauteur

Andreloun
(Raynaud).- 7 ans. Prend possession de la piste en roumégant méchamment. Plein de fougue, il pousse jusqu’aux planches où il peut basculer seul ou après l’homme. Des anticipations (Aliaga), des conclusions (I. Benafitou). Cul aux planches, il durcit son jeu, saute par surprise. Méchant au possible, il donne du fil à retordre et garde ses glands. Un peu trop de sauts encore mais un bel espoir. 6 Carmen et retour.

Arlésien (Chapelle-Brugeas).- 7 ans. Plus abordable, il cavale dans toute la piste prenant tout ce qu’on lui propose. S’enfile de multiples séries, se soulève après I. Beanfitou (2). Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

vendargues,révélations,course camarguaise

Testasse vaillant et finisseur
avec Ziko Katif


Testasse d’Hervas.- 6 ans. Un biais tout particulier pour ce jeune élément qui tape en biais ou droit devant en oubliant de lever la tête. Remuant, à son rythme, il conclut à de multiples reprises, vaillant et entêté. 11’50, 10 Carmen et retour.
Hélias (Blatière-Bessac).- 6 ans. En mouvement et avec des manières brutales, il se montre aussi disponible pour enchaîner. Ilias Benafitou se charge de faire briller cet homonyme qui conclut après lui cinq reprises. 10 minutes un peu brouillonnes, 5 Carmen et retour.

vendargues,révélations,course camarguaise

Les deux -presque- homonymes en pleine action

 

Texte et photos
MARTINE ALIAGA


Entrée : 3/4 d’arène. Org. La Muleta. Président : Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Katif, Montesinos. Gauchers : Aliaga, Errik, Méric, Y. Martin. Tourneurs : Grando, Daniel.

BELLEGARDE

Course du samedi 15 octobre 2016

A F. MARTIN et RUSCASSIER LE PRIX DE LA VILLE

DANS UNE TRES BONNE COURSE

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaise

Entrée : 2/3 - Organisateurs : Commission des Festivités

Présidence : Bruno Pascal

Raseteurs Droitiers : V Marignan (sort au 5), S Dunan, J Soler, F Martin

Raseteurs Gauchers : N Benafitou, H Poujol, F Allam, Y Zekraoui, M Sanchez

Tourneurs : B Joseph, F Jockin, D Dunan, B Khaked

La piste des arènes bâchée avant les intempéries de l’avant-veille et de la veille, de la graisse de coude pour les bénévoles le matin pour les dernières retouches et c’est parti pour le Trophée de la Ville.  

Plus d’enjeux chez les hommes si ce n’est pour le prix du jour, et pourtant ça rasète sous l’emprise de  F Martin, Y Zekraoui, S Dunan, V Marignan Soler et N Benafitou par passages. Des taureaux qui ont du répondant et qui donnent de bonnes répliques  avec un petit plus pour Ruscassier et malgré la course faussée de Valat et la prestation d’Agassin qui nous a laissé sur notre faim.

Il n’en fallait pas plus pour passer un bon après-midi au pied de la Madone qui surplombe le village. Merci aux membres de la commission des festivités qui ont permis aux aficionas de passer l’après-midi sur les gradins sous un soleil radieux et pour leur plus grand plaisir : Celui de voir courir des biou.

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseNoirlac (Michel) : Surpris aux pompons il se reprend aux ficelles. Ses réponses sont régulières, les plus étirées jusqu’aux planches où il se dresse. Acquérant un coup de tête, il rentre en musique, jouée 3 fois sa 2de ficelle. Il fallait un premier, il fut avec aisance.

  ⇑ Photo : Départ sur V. Marignan

Folco (Bon) : Malgré sa grosse carcasse, ilbellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaise répond à chaque site  et pousse jusqu’à la limite où il s’écrase contre les planches (Soler 3, N Benafitou, Zekraoui 2, Dunan, Allam) ou les franchit (Zekraoui et Dunan. Ficelles autour des cornes joue le Carmen final qui avait retenti 7 fois.

Photo : Engagement tout en puissance sur S Dunan

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseRuscassier (Caillan) : Vif, dès le 2d raset, coince Marignan aux planches. Puis cocardièrement parlant, il est au top. Consenti dans de bonnes conditions, ses réparties se concluent par des cornes menaçantes qui frôlent les planches ou il peut se lever (N Benafitou, Dunan, Zekraoui). 13’30 de qualités allouées par les honneurs à 5 reprises.

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseMetis (Daumas) : Placé d’entrée, il répond promptement  en baissant la tête. 4 minutes pour cocarde et glands puis, les hommes hésitant ont moins d’activité. Il prend un raset, change de terrain et se replace. Tape derrière N Benafitou, Marignan et menace Zekraoui (Photo)  A 350 euros, il reste maître de sa 1 ere  ficelle. 7 Carmen plus rentrée.

Valat (Blanc) : Volontaire, il sort de son positionnement aux planches pour s’élancer dans une réplique qui peut être franche ou élancée (Soler, Dunan, Zekraoui, Martin). Les rasets s’intensifiant, il enchaîne mais hélas, l’humidité de la piste nuira à sa fin de course. Retour en musique qui avait résonné 5 fois.

Agassin (Les Baumelles) : Caractériel, il peut ignorer comme s’engager fortbellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaise et conclure aux bois (Dunan, Martin 3, Allam et N Benafitou 2). Il sait le faire, il l’a prouvé, mais l’irrégularité a primé. 5 carmen plus rentrée ficelles intactes.

Photo : Puissant engagement derrière S Dunan ⇒

Persée (Lagarde) : Dès la sonnerie, sur un départ hésitant scotche Zekraoui contre les tubes. Vulnérable sur les rasets authentiques, il est plus bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseincisif sur ceux dont l’homme à sa portée. Tamponne Allam, s’envole derrière F. Martin, Dunan, Soler 2. Epuisé, il ne rend pas les armes et sauve ses ficelles au retenti du disque qui avait tourné 5 fois.

Action derrière J. Soler

 

                                 Texte et Photos Cyril Daniel

 

27/09/2016

SAINT REMY DE PROVENCE *TAU D'OR*

Mardi 27 Septembre 2016

L'OR POUR LE TALENT D'ARTISTE…

IMG_0698.jpg

François Martin s'applique à la tête d'Artiste (Nicollin)
taù d'or 2016

Entrée: Plein Organisateur: Comité des Fêtes Présidence: F Fassi Droitiers: F Martin, Marignan, Moutet, Sabatier Gauchers: Bernard, Deslys, Ouffe, Zékraoui Tourneurs: Dunan, Jockin, Kerfouche, Lieballe.

Un temps idéal et des arènes remplies (alléchés par la présence de taùs neufs) pour la 28ème édition qui consacre pour la deuxième fois Artiste (Nicollin) taù d'or ce qui est une première depuis la création de la compétition. Cicéron (Cuillé) excellent et classique est taù d'argent tandis que la manade Nicollin double les prix avec le bronze de Derrick spectaculaire. Chez les hommes, l'équipe travaille en osmose et le jeune Joey Deslys à l'origine des actions spectaculaires (dont son superbe duo avec Artiste) s'adjuge le prix du meilleur animateur mérité. Un hommage sincère est rendu au raseteur local David Sabatier pour l'ensemble de sa carrière lui qui va bientôt fêter son jubilé à Mouriès.

Bien charpenté, ARAGON (Blanc) affiche une vaillance intéressante se livrant sur chaque cite. Aux ficelles, s'il manque de vélocité, il continu à donner le change durant neuf minutes classiques. 1 Carmen. Coureur, DARDO (Plo) neuf est perdu. Il visite le pourtour seul à de nombreuses reprises et s'il fait preuve d'un moral énorme, le physique à du mal à suivre. Il garde une ficelle de façon méritante sous les applaudissements. POISON (Le Joncas) n'a pas le temps de se diffuser sur la piste qu'il défend ses ficelles non sans percuter Deslys. Mieux placé, il affiche de la combativité aux trousses des blancs qui ne lui laissent que peu de répit mais ses poursuites sont abouties jusqu'à se terminer par un saut après Deslys. 5 Carmen et rentrée. Enquête difficile pour les blancs face à un DERRICK (Nicollin) qui sème le doute par son râle, sa puissance et ses sauts après les hommes (3). À mi-course, il devient plus accessible tout en restant vigilant. Il percute Deslys et termine par une somptueuse envolée sur Martin. 4 Carmen dont retour.

Difficile d'aborder l'attentif CICERON (Cuillé). Rapide et véloce, il s'engage avec conviction jusqu'aux barrières. Musique sur des séries appuyées et sur des percussions après Zekraoui et Marignan. Il termine à mas sur une bonne note cocardière.  3 Carmen et rentrée. D'entrée, CERCO GARRAIO (Lagarde) sème la panique haut sur les tubes mais accuse le choc. Après une série il reprend sa marche en avant cornes menaçantes aux bois avec des sauts ou coups de barrières. Il perd du tonus mais ne s'incline que sur la sonnerie. Rapide, GRASILHO (Rouquette) se tourne rapidement et change intelligemment de terrain. Au fil des minutes il prend du volume surtout après les gauchers dont Zekraoui qui reste accroché dans la ficelle. Il en conserve brillamment une. 3 Carmen et retour. Revoilà l'ARTISTE (Nicollin) vainqueur 2015 pour un récital de poursuites limpides avec des arrivées percutantes au-delà des planches. Une palette de qualités cocardières et barricadières qui se sont affinées depuis l'année dernière dont une émotionnante poursuite après Joey Deslys terminée par un grand coup de barrière où ils ne forment plus qu'un. Un final excitant et brillant qui ravit les arènes. 5 Carmen et rentrée.

Saint Rémy de Provence 27 09 002.JPG

David Sabatier en duo avec Aragon (Blanc)

Saint Rémy de Provence 27 09 006.JPG

Beaucoup de sauts pour Dardo (Plo) ici avec Damien Moutet

Saint Rémy de Provence 27 09 014.JPG

Saut de Poison (Joncas) aux trousses de Joey Deslys

Saint Rémy de Provence 27 09 022.JPG

Engagement de Derrick (Nicollin) sur François Martin

Saint Rémy de Provence 27 09 030.JPG

Anticipation de Cicéron (Cuillé) sur Joey Deslys

Saint Rémy de Provence 27 09 035.JPG

Décollage de Cerco Garraio (Lagarde) avec François Martin

Saint Rémy de Provence 27 09 038.JPG

Attitude de Damien Moutet avec Grasilho (Rouquette)

Saint Rémy de Provence 27 09 057.JPG

Une des percussions d'Artiste (Nicollin) avec Youssef Zekraoui

Texte et photos Eric AUPHAN

24/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *ETALONS*

Course du samedi 24 septembre 2016

Huit étalons à la Feria d'automne

blogetalon.jpg

Le tout jeune étalon de Rouquette
dans l'action du jour après Icham Oufdil

Tout frétillants, tout naïfs et bruts de décoffrage, les huit jeunes étalons (entre 2 et 5 ans) ont montré leurs qualités naissantes pour la Feria d’automne. Les huit raseteurs jouent pianissimo dans cette grande piste mais l’ensemble se laisse regarder. Le Cavallini (7e) et Layalle (3e) allient esprit bagarreur et vaillance ; Le Levant (5e), le Lautier (1er) s’améliorent en s’intéressant au jeu ; le Fabre-Mailhan (2e) et le Saumade (6e) passent leur trop plein d’énergie en de multiples sauts ; le Nicollin (4e) reste inconstant tandis que le Rouquette (8e) gratifie Oufdil et les gradins de la plus belle action de l’après-midi. Le public moitié festejaïres moitié bouvinaïres a apprécié.

Difficile de juger des qualités futures de ces cocardiers tout jeunes et "entiers", au vu de la grandeur de l'ovale, et face à des raseteurs expérimentés. Alors juste quelques lignes sur chacun d'eux pour une vision d'ensemble de la teneur de la course.

Le N.065 de Lautier allie le placement et une belle vaillance, plus une finition corne pointée après Miralles. Une jolie série rythmée sur la fin.

Le N.333 de Fabre-Mailhan affiche des velléités d'évasion contante. Il se disperse et passe beaucoup de temps en contre-piste.

Le N.334 de Layalle surprend. Placé ou le long des planches, il se montre bagarreur et peut se dresser en finition. Ne refuse rien, enchaîne de bon coeur et se soulève. 9'30 de qualité.

Le N.326 de Nicollin sort, tout vibrant de rage. Quelques rasets et saute, se promène, se disperse, se cabre dans l'action; 1 finition avec bascule après Miralles, un peu plus de stabilité sur la fin mais reste trop inconstant.

Le N.129 du Levant se laisse facilement distraire et séduire par la contre-piste au début. Entrepris, se prête au jeu, se livre. Petit à petit, trouve du placement et s'intéresse. 

Le N.333 de Saumade, véloce et sauteur, les hommes se méfient. Pas attaqué, il multiplie les évasions. Sur le raset, il reste en dedans et ne se livre pas. 

Le N.340 de Cavallini, gros gabarit, attentif et fonceur, les blancs passent au large. Quatre rasets un peu secs mais l'étalon repart de plus belle, se place, et vient avec fougue sur chaque cite. De la tenue, des enchaînements avec conviction permettant de bons échanges. 9'30.

Le 411 de Rouquette, leste et vif, il saute allègrement d'autant qu'il n'est pas submergé de travail. Oufdil part à l'aventure, pleine piste, le jeune étalon le rattrape et s'envoie après. Dommage qu'il passe trop de temps dans le pourtour. Mais bon, c'est de son âge.

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

17/06/2016

17 Juin 16 - CODOGNAN, Course Mixte Manade Blatière-Béssac

LE SEXE DIT FAIBLE, S’IMPOSE SANS DIFFICULTÉ

CHEZ LES ORANGE ET VERT

codognan,mixte de blatière,course camarguaise

⇑ Héléna tamponne derrière Nabil Bénafitou ⇑

Vendredi de Fête Votive, le Comité des Fêtes proposait une course de mixte de la manade Blatière-Béssac qui élisait par là-même domicile dans le village gardois jusqu’à la fin de la semaine puisque demain il y aura (samedi) une course complète de la devise orange et verte comptant pour le trophée de l’avenir et dimanche une course de taureaux neufs.

Si les gradins sans être combles sont copieusement garnis (gratuit), le quota en piste (7 + 2) en est  de même mais le manque de travail par moment s’est fait ressentir… Malgré ce, aux comportements différents mais ne laissant pas indifférents, les Vaches Cocardières (au nombre 5) s’imposent sans difficulté.

En meneur, Tom Vacaresse, bien secondé par Jérémy Soler, Marvin Méric et Nabil Bénafitou font le maximum, rejoints par étape par Radouane Errik. Les deux vétérans, Olivier Ruiz et Sylvain Salinesi

Taureau Jeune n°010 : Sans se fixer ni conclure ses réparties, il prend tous les rasets à la traverse. A la 6ème saute derrière Jean-René légèrement éraflé  à la fesse. Progressivement acquiert un coup de tête et se montre attiré par la contre piste.

Hélèna (n°745): Pour sa deuxième course en 7 jours dans cette piste, ses répliques sont sèches et conclues derrière Salinesi (2), Ruiz (2), Vacaresse, N. Benafitou et Soler. Avec une maîtrise parfaite de la situation, elle impose son rythme. 3 Camen plus rentrée.

Printemps (n°919) : Sans passer la vitesse supérieure ce taureau jeune va répondre tout en poussant jusqu’aux planches derrière les rasets les plus allongés ou il peut passer la corne en conclusion (Errik, Salinesi, Vacaresse, Ruiz. Carmen le raccompagne avec une ficelle. 

codognan,mixte de blatière,course camarguaiseCora (n°547) : Pétillante, bouillonnante, et avec un placement irréprochable,  elle ne va pas avoir grand-chose à faire si ce n’est observer des blancs très hésitants. Saute derrière N. Benafitou mais aussi seule (6 fois) avant de serrer M. Meric de prés et de taper derrière Ruiz… Sa fin de course plus intense lui vaut 3 Carmen renouvelé à sa rentrée avec sa cocarde.    ⇐  Cora sur Marvin Meric

 

Noelle (n°407) : Rapide, toute tentative d’approche se transforme vite en défaite. Les hommes essaient de la prendre par défaut, mais rien n’y fait. Elle demeure imperturbable avant de s’envoler à la dernière minute avec N. Benafitou. Cocarde intacte, elle regagne le toril avec son 4ème Carmen.

Fielouse (n°964) : Débordante d’énergie, elle va se « gaspiller » en sautant une vingtaine de fois… Néanmoins, quelques réactions et signes en fin de course laissent entrevoir un petit quelque chose qui ne demande qu’à s’affirmer. Photo sur Jérémy Soler ⇓

codognan,mixte de blatière,course camarguaise

Pour conclure avec la gente féminine, Thérésa (n°748) se montre véloce et disponible. Sans rechigner, elle s’élance avec rythme pour poursuivre codognan,mixte de blatière,course camarguaise

jusqu’aux planches, qu’elle  va taper selon l’engagement de la tenue blanche. Ainsi, Errick, Vacaresse (3), Soler et Meric (2) vont se faire agresser aux planches…. Anticipatrice par instant, sa course demeure ainsi complète. 6 Carmen plus rentrée.                                      Photo sur Tom Vacaresse  ⇒

codognan,mixte de blatière,course camarguaiseEn dernier, le Taureau Neuf (n°314) après un début tout feu tout flamme va rendre les armes et se montrer volontaire au point d’y laisser les ficelles, dans les crochets de O. Ruiz et S. Salinesi……codognan,mixte de blatière,course camarguaise

Sur Olivier Ruiz

       Sur Sylvain Salinesi  ⇒

 

 

Texte et Photos Cyril Daniel

15/06/2016

FOURQUES *LIGUE*

Mardi 14 Juin 2016

Une Terre d’Argence agréable...

IMG_9963.jpg

Enfermée du n° 227 (Chauvet) sur le local Charly Zelphati

La terre d’Argence autrefois territoire situé entre Beaucaire et Saint Gilles a été remise par l’archevêque d’Arles Raimon de Montredon au comte de Toulouse Alphonse Jourdain en 1143. A Fourques, quelques siècles plus tard (hier) la course de terre d’argence reçoit la bénédiction du terroir pour une course menée par Norbert Nesti et suivie par un public de connaisseurs. Elle s’avère au final intéressante. La satisfaction se lit sur les visages à la sortie. On le doit en grande partie par le jeune Florent Jaubert (esthétique et stylé) au-dessus du lot de stagiaires composé de Magid Aliaoui (combatif), Bastien Courgeon (volontaire), Néhémie Longuet (adroit), le local Charly Zelphati (travailleur mais pas toujours appliqué) et Zbiri Moustapha (discret). Ils sont aidés des tourneurs Dunan et Lévy.

Le n° 140 (Chauvet) ouvre les débats timidement mais se prend au jeu et finit fort cornes contre les planches. Le suivant n° 117 (Lagarde) est bondissant, méchant jusqu’à se retrouver sur le dos de Jaubert. Ensuite le n° 160 (Saint Germain) beau et imposant est en dessous de ses précédentes prestations difficile à tenir concentré en ce jour. Avant la pause, le n° 144 (Chauvet) s’avère sauteur puis assagi il paie ses efforts en voulant tout prendre et finit par manquer de pattes.

Après l’entracte le n° 120 (Lagarde) est un élément diablement spectaculaire avec un festival de coups de barrières ou d’envolées dont une monumentale après Aliaoui. Le n° 297 (Saint Germain) est neuf. Il tord le tube après Dunan et quelques envolées plus tard se donne des deux côtés sans refuser et sera à revoir. Le suivant n° 227 (Chauvet) est le plus sérieux de la course. Placement, finitions et maîtrise de la piste, il en sait déjà beaucoup. Pour terminer le n° 116 (Lagarde) un petit gabarit se défend comme il peut et avec bravoure mais les hommes en prennent trop facilement la mesure.

 IMG_9838.jpg

Le n° 140 (Chauvet) avec Florent Jaubert

IMG_9847.jpg

Arrivée fracassante du n° 117 (Lagarde)
sur le dos de Florent Jaubert

IMG_9857.jpg

Florent Jaubert précise
avec le n° 160 (Saint Germain)

IMG_9871.jpg

Le n° 144 (Chauvet)
en duo avec Néhémie Longuet

IMG_9884.jpg

Le spectaculaire n° 120 (Lagarde)
sur Charly Zelphati

IMG_9902.jpg

mais aussi sur Florent Jaubert 

IMG_9945.jpg

Le style de Florent Jaubert
avec le n° 297 (Saint Germain)

IMG_9953.jpg

Arrivée menaçante du n° 227 (Chauvet)
derrière Magid Aliaoui

IMG_9979.jpg

Le n° 116 (Lagarde) termine difficilement
ici avec Néhémie Longuet

Texte et photos
Eric AUPHAN

************************

 IMG_9918.jpg

IMG_9919.jpg

IMG_9920.jpg

IMG_9921.jpg

IMG_9922.jpg

IMG_9923.jpg

La spectaculaire envolée du n° 120 (Lagarde)
sur Magid Aliaoui

***************************

01/06/2016

Vestric-et-Candiac *Vaches Cocardières - 5e Course de Sélection*

Mercredi 1er juin 2016

Une der génératrice d'espoirs !

vaches cocardières,vestric-et-candiac,trophée Ph. Thiers,course camarguaise

N°945 (La Galère) sur Axel MAZZOLENI

Pour sa dernière course de sélection, le Trophée Philippe Thiers avait réuni 8 nouvelles manades. Si la course fut intéressante, à une petite exception près, elle fut relevée par la prestation des vaches des manades La Galère, Les Baumelles et Aubanel-Baroncelli, tandis que celle de Saint-Louis laisse entrevoir un bon potentiel.

Chez les stagiaires, M. Abbal continu sa progression, A. Mazzoleni est égal à lui-même, V. Laurent, S. Courgeon et A. Fabre réalisent de belles choses…  Seul J. Ortega sera en demi-teinte jusqu’à son retrait sur ennui musculaire.

1/ La Clapière – N°923 : Elle n’affiche pas de réelle motivation pour ce qui se passe en piste, préférant se réfugier dans le couloir et s’y attarder une dizaine de fois. Une envolée derrière M. Abbal pour 1 Carmen.

vaches cocardières,vestric-et-candiac,trophée Ph. Thiers,course camarguaise2/ Aubanel-Baroncelli – N°063 : Avec pétard et surtout détermination, elle suit jusqu’aux planches ou elle se dresse ou saute. C’est ainsi que B. Courgeon (2), M. Abbal (2), J. Ortega et A. Mazzoleni (2) l’amèneront avec eux dans de belles finitions. 7 Carmen plus rentrée avec ses ficelles.

⇐   Photo sur Sébastien COURGEON

3/ Les Baumelles – N°122 : Du jus, de l’agressivité avec d’entrée, une envolée à blanc avant une petite série (Carmen). On décèle alors chez elle un côté barricadier et spectaculaire inné (V. Laurent 2 -  M. Abbal – A. Mazzoleni 2 dont un entre les cornes)… Une course très sérieuse malgré des sauts volontaires (7).. 6 Carmen plus retour avec ses ficelles. 

                                        Photo sur Axel Mazzoleni⇒vaches cocardières,vestric-et-candiac,trophée Ph. Thiers,course camarguaise

4/ Lafisca  - N°234 : Classique, elle réalise de jolies poursuites stoppées à l’approche des planches où elle glisse à leur approche. Une petite série et une longueur serrée derrière V. Laurent et A. Fabre et retour au toril avec ses ficelles, et le disque entendu 3 fois.

 

5/ Saint-Louis – N°204 : A son rythme, elle prend tout en baissant légèrement la tête. Davantage secouée, elle passe la vitesse supérieure pour honorer tous les sites, mettant ainsi à son actif des échanges vivants avant d’y laisser une ficelle et réintégrer le toril avec son 7e Carmen. Photo sur Vincent Laurent ⇓

vaches cocardières,vestric-et-candiac,trophée Ph. Thiers,course camarguaise

vaches cocardières,vestric-et-candiac,trophée Ph. Thiers,course camarguaise6/ Cavallini – N°020 : De son placement irréprochable, elle s’engage fort en faisant parfois le pas mais a tendance à ralentir sur la trajectoire, fait qui s’intensifie au fil du temps, baissant ainsi d’intensité. 2 Carmen plus rentrée avec une ficelle. ⇐ Photo sur Mathieu ABBAL

7/ Félix – N°216 : Après un début en toute vivacité, elle va accuser le coup et baisser un peu de régime ce qui va la rendre vulnérable avec ce coup d’éclat où elle vient taper derrière A. Fabre avant de retourner au toril dépouillée avec le disque, joué 3 fois.

8/ La Galère – N° 945 : Que demander plus, si ce n’est que ça dure et qu’elle ne se fasse pas mal. D’un tempérament calme de chez calme, avec les yeux en mirette, elle épie  tout ce qui se passe. Quand le raset se présente, elle démarre comme une furie et ne lâche prise qu’après s’être écrasée dans les planches une bonne dizaine de fois derrière B. Courgeon (2) V. Laurent, A. Mazzoleni (4), A. Fabre (3)… Moment de frayeurs en fin de course, alors de V. Laurent, fortement enfermé, chute et se fait malmener contre les  planches. La vache détournée, il se relève sans mal. Ouf ! Des Carmen en continu, renouvelés à son retour porteuse de ses ficelles… 

************

A l’issue de cette dernière course, les membres du Trophée Philippe-Thiers ont sélectionné dans l’ordre de sortie pour la Finale des Courses de Sélection 2016 qui se tiendra le Mercredi 15 Juin à 15h30 à Vestric et Candiac :

1/ N°122 (Lafon) pour sa course du 3 mai à Saint-Georges-D ‘Orques

2/N° 128 (Saint-Pierre) pour sa course du 18 mai à Vestric et Candiac

3/ N°206 (Brestalou) pour sa course du 25 mai à Vestric et Candiac

4/ N°279 (Nicollin) pour sa course du 25 mai à Vestric et Candiac

5/ N°945 (La Galère) pour sa course du 1er juin à Vestric et Candiac

6/ N°922 (Les Baumelles) pour sa course du 1er juin à Vestric et Candiac

7/N°941 (Pagès) pour sa course du 18 mai à Vestric et Candiac

8/ N°063 (Aubanel-Baroncelli) pour sa course du 1er juin à Vestric et Candiac

Et comme remplaçantes :

En 1ère partie : N°001 (Briaux) pour sa course du 27 avril à Saint-Chaptes

En 2ème partie : n°081 (Ternen) pour sa course du 03 mai à Saint-Georges-D ’Orques

                                           Texte et Photos Cyril Daniel

07/05/2016

NOVES *LIGUE*

Vendredi 06 Mai 2016 

025 LAUTIER ET 239 BLANC
DEUX JOLIS POTENTIELS…

Noves 06 05 30.jpg

Le n° 239 manade Blanc après Florent Jaubert

Très belle entrée pour cette course de ligue menée de main (voix) de maître au micro par Arnaud Fesquet rappelant au passage que les hommes comme les taureaux sont en apprentissage. Il rappelle quand il le faut le règlement (la cocarde doit être faite avant le gland) histoire d’apprendre les bonnes manières dès maintenant. Nul besoin pour lui de calmer les hommes quand la difficulté est là mais quand la facilité emporte les jeunes dans une frénésie de rasets, il sait calmer le jeu : «les gars ne faites pas n’importe quoi». En somme, les bonnes décisions au bon moment comme celle de rajouter une minute à chaque taureau suite à la blessure d’un taureau des Baumelles au débarquement. Une course donc de sept taureaux dont deux affichent de réelles dispositions à savoir le n° 025 de la manade Lautier et le n° 239 de la manade Blanc.

L’équipe composée de quatre raseteurs de chaque côté fourni un travail assez soutenu dans cette grande piste. Jawad Bakloul après un accrochage sans gravité au second fait preuve d’un beau tempérament de combativité et d’abnégation. Avec lui Florent Jaubert s’illustre à tous les taureaux, Romain Fouque et Vincent Laurent sont assidus. Mazzoleni Axel, Johan Bréau, Anthony Fabre et El Mahboub Youssef sont plus intermittents.

On débute timidement avec le n° 008 (Les Baumelles) qui sous la pression s’engage mieux avec les gauchers mais c’est léger. En second, le volontaire n° 070 (Blanc) d’abord sauteur se prend au jeu dans les séries et enferme Bakloul qui trébuche avant la planche et se fait légèrement bousculer sans mal avant de sauter en contre piste. 3 Carmen et rentrée. Avec ses longues cornes inspirant la crainte le n° 025 (Lautier) impressionne et ne se disperse pas. Sérieux, le premier raset engagé de Fouque se termine au ras des planches. Méchant, il fait le vide et peu touchent la tête. Il concède seulement sa cocarde et frappe aux planches après Jaubert. Sur la fin les jeunes prennent confiance et le final est excellent. 4 Carmen et retour.

Après la pause, le corpulent n° 114 (Blanc) s’avère vaillant et se livre des deux côtés sans rien négliger pendant sept minutes. 2 Carmen et retour. Suit le n° 2026 (Les Baumelles) brave et facile dont les hommes prennent la mesure en sept minutes également mais sans musique. Avant dernier le n° 173 (Lautier) est plaisant et volontaire mais les hommes face à sa bravoure ne le rasètent pas toujours à son avantage. On termine avec le dangereux n° 239 (Blanc) qui annonce la couleur aux planches. Du sang, de la percussion et des sauts après les hommes qui offrent un final très prometteur...

Noves 06 05 02.jpg

Le n° 008 manade des Baumelles après Jawad Bakloul 

Noves 06 05 05.jpg

Florent Jaubert main sur le frontal du n° 070 Blanc

Noves 06 05 08.jpg

Romain Fouque poursuivi au ras de planches par le n° 025 Lautier

Noves 06 05 16.jpg

Le n° 114 Blanc se soulève derrière Jawad Bakloul

Noves 06 05 17.JPG

Le n° 2026 Les Baumelles avec Vincent Laurent

Noves 06 05 19.JPG

Envolée du n° 173 Lautier aux trousses de Florent Jaubert

Noves 06 05 25.jpg

Spectaculaire action du n° 239 Blanc avec Florent Jaubert

Texte et photos Eric AUPHAN

25/03/2016

ARLES

BLOGCAPELADO.jpg

Vendredi 25 mars 2016

Coup double pour le boss

BLOGGRECOALLOUANI.jpg

Sabri remporte le Trophée Lucien Volle
et le 1er Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin
(en photo avec Greco)

Décidément le boss est toujours bien présent. Sabri Allouani attaque dès le premier taureau avec l'envie d'un jeune loup et affiche une belle présence toute la course. L'affiche de cette ouverture de la Feria était superbe, sur le terrain elle manque de panache malgré de bons moments.
A déplorer la blessure de Ratis sur un dur raset de Loïc Auzolle. Marcias fait un très bon premier. Baryton un peu léger pour cette 2e place. Banaru passe à côté. Mignon dans son style classique se montre sérieux. Ratis offre 10 belles premières minutes avant de se blesser. Greco manque de nerf mais produit des coups d'envergure aux planches. Optimus fait un excellent septième et prend le prix Rami.

Sabri Allouani fait la course en tête, Ziko Katif, actif, mais pas encore dans le tempo, très bonne course du jeune François Martin. De bons passages avec Four, Favier, Aliaga, Chekade en première partie.

A noter que le public a répondu présent remplissant grosso modo un tiers d'arène pour cette course de début de saison intéressante. Blancs et noirs cherchent leurs marques en ce mois de mars, rien de plus normal.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

La capelado met à l'honneur les professionnels camarguais. Défilent en piste portant la Reine d'Arles et ses demoiselles d'honneur Frédéric Lescot, Patrick Alarcon, Pierre Vitou, Pascal Mailhan, Patrick Lautier, Aurélien Peytain, Thierry Trazic, Bérenger Aubanel, Louis Galeron.

Les raseteurs droitiers : Dunan, F. Martin, Ayme, Chekade, Katif, Auzolle, Allouani. Gauchers, M. FAvier, Aliaga, Four, Zekraoui. Tourneurs: Ull, C. Garcia, Estève, Bensalah, Fouque.

BLOGMARCIASALLOUANI.jpgMarcias de Fabre-Mailhan a la rude tâche d'ouvrir la course. Très sollicité, il fonce dans le tas et se rebelle à grands coups de tête à la rencontre des avant-bras. Bacèle après Chekade. Le cocardier se déplace opportunément, frappe après Allouani pour trois minutes les premiers attributs. Réticent à gauche, c'est sur les droitiers qu'il s'illustre par de méchants engagements Chekade, Allouani, Ayme. Les ficelles sont travaillées, Marcias les garde. Bon premier. 6 Carmen et retour

Baryton de Lautier prend toutes les invites comme ça vient. Aux ficelles, F. Martin et Zekraoui allongent les trajectoires, Baryton affiche beaucoup de coeur, de franchise et se montre régulier dans ses ripostes mais un peu léger. Environ 10 minutes. 1 Carmen et retour.

Banaru du Rhône promène longuement et se désintéresse. Difficile de capter son attention, il laisse beaucoup passer. Quelques jolies tentatives d'Aliaga, F. Martin, Allouani, Four pour des réactions épidermiques de Banaru. Pousse après Zekraoui, s'encagne sur F. Martin. Aliaga fait le premier gland à la 9e, Chekade, la cocarde à 14'30. Décevant.

BLOGMIGNONZEKRAOUI.jpgphoto Mignon avec Zekraoui
Toujours aussi beau avec son port de tête royal, Mignon de Cuillé est vite en place. Avec fougue, il raccompagne les hommes. Prend un raset ou deux et se replace. Belle trajectoire avec Four pour 7 minutes les premiers attributs. Au diapason avec Ziko, un début d'anticipation sur Allouani, Four pour 2 Carmen. Sérieux, rentre se ficelles. J'ai pas entendu la musique au retour (?).

Toujours chouchou du public, Ratis de Raynaud fait une entrée explosive. Un peu dans le désordre, les hommes lui subtilise ses pompons. Se déplaçant le long des planches, Ratis laisse parler son agressivité après Auzolle, Aliaga (2). Tient sérieusement ses positions et explose superbement après Allouani. Sur le raset d'Auzolle, pris à contre-pied, il se blesse à la patte arrière et boîte méchamment. Quel dommage !

Greco de Saint-Antoine entre calmement et laisse ses pompons sur les rasets de passage. Katif essaie de renouveler son duo de la finale des As et l'embarque pour une belle riposte. Pas trop attaqué, Greco jauge froidement les blancs. Encore deux beaux engagements après ZiKo mais ça manque d'enthousiasme autant du taureau que des blancs. Les primes montent, les hommes s'affolent et Greco sanctionne durement à la planche Allouani, F. Martin, Katif et un coup aux planches d'envergure après Allouani. Rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

Il n'a pas une grosse carcasse Optimus des Baumelles, mais son enthousiasme aux planches libère le public. Avec volonté, il s'efforce de répondre à tout et ponctue de belles envolées. Auzolle, Allouani, Ayme, Favier, à plusieurs reprises, sont gratifiés aux barrières. Toujours disponible, Optimus offre son coeur sur le rythme intense proposé. Sauve une ficelle dans une belle prestation récompensée du prix Rami. 7 Carmen et retour.

▼ RATIS ET ALIAGA

BLOGRATISALIAGA.jpg

▼ GRECO ET KATIF

BLOGGRECOZIKO.jpg

▼ OPTIMUS AVEC MAXIME FAVIER

BLOGFAVIEROPTIMUS.jpg

▼ OPTIMUS ET BASTIEN FOUR

BLOGOPTIMUSFOUR.jpg

Il manquait une photo de François Martin,
c'est l'ami Norbert Raynaud
qui vous l'offre, avec Banaru

arles,feria,course camarguaise

▼ LES PHOTOS DE GEORGES MARTIN

▼ Mignon et Aliaga

arles,feria,course camarguaise

▼ Optimus et Katif

arles,feria,course camarguaise

****************

 

LES PRIX

Le Souvenir Lucien Volle décerné aux points à Sabri Allouani.
Le prix Rami, meilleur taureau, à Optimus des Baumelles
Le prix du 1er Grand Rendez-Vous au meilleur raseteur, à Sabri Allouani

BLOGPUBLIC.jpg

Le public a répondu présent

***********************

DES NOUVELLES DE RATIS

Aujourd'hui, samedi, Aude Raynaud a donné des nouvelles du taureau sur facebook : au chevet de Ratis, le vétérinaire a diagnostiqué une entorse du boulet (juste au dessus du sabot). Le Biou d'Or 2013 est au repos jusqu'à nouvel ordre.

****************

 

24/03/2016

ARLES *PAQUES*

arles,grand rendez-vous,course camarguaise

Vendredi 25 mars 2016


La Feria s’ouvre
sur un Grand Rendez-Vous
du Trophée Taurin


arles,grand rendez-vous,course camarguaiseLe Biòu d’Or 2015 Mignon de la manade Cuillé, le Biòu d’Or 2013 Ratis de Raynaud, le meilleur taureau de la finale des As 2015 et son historique quart d’heure, Greco de Saint-Antoine, le grand espoir Optimus des Baumelles, et pour corser l'affaire Banaru du Rhône, récompensé du prix de la Feria arlésienne l’an passé... Accompagnés de Marcias de Fabre-Mailhan, et Baryton de Lautier...
► Photo : les récompensés 2015, Banaru et Maxime Favier

Le dernier vainqueur du Trophée des As Ziko Katif, son dauphin Bastien Four, le haut du panier des raseteurs et une paire de jeunes loups... Voilà l’affiche brillantissime de l’ouverture de la Feria d’Arles. Le Trophée Taurin Midi Libre - La Provence ne s’y est pas trompé et tous les critères requis étant présent, a inscrit l’après-midi en 1er Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin.
Séduire les afeciouna
et le public de la feria
SAS Ludi Organisation, empresa des arènes explique: «La course camarguaise faisait déjà partie de la feria d’Arles, mais cette année, nous avons voulu la placer en ouverture du week-end. Un jour important - le premier - pour cet art taurin majeur. La tauromachie du terroir qui ouvre la Feria c’est un magnifique symbole».
Une opportunité pour le milieu camarguais d’étaler ses qualités, ses performances, son panache et toute sa vivacité. «Nous avons voulu cette affiche de très haut niveau pour combler les afeciouna mais aussi conquérir le public de la feria dans son ensemble...», reprend l’empressa. Et pour profiter du chatoiement des traditions, un défilé partira de la place de la mairie pour rejoindre les arènes et introduire la capelado. En ambassadeurs à cheval, les présidents des associations de maintenance dont Frédéric Lescot, pour la Confrérie des gardians, Mandy Graillon, Reine d’Arles, et ses demoiselles d’honneur.
En récompense pour les acteurs de la course, les traditionnels prix Volle au meilleur raseteur animateur, prix Rami au meilleur cocardier. Dans le cadre des Grands Rendez-Vous, un jury composé de membres de la commission et de personnalités attribuera le prix au meilleur raseteur. Une après-midi à ne rater sous aucun prétexte. Que la fête commence !


MARTINE ALIAGA


L’AFFICHE
Vendredi 25 mars, 16 h, 14 €
Fabre-Mailhan : MARCIAS
Le Rhône : BANARU
Lautier : BARYTON
Cuillé : MIGNON
Raynaud : RATIS
Saint-Antoine : GRECO
Les Baumelles : OPTIMUS
Raseteurs : Aliaga, Allouani, Auzolle, Dunan, M. Favier, Katif, F. Martin, Four, Zekraoui. Tourneurs : Elberack, Estève, Fouque, Garcia, Ull.
15 h 30, mairie, départ du défilé vers les arènes.
Réservations : 08 91 70 03 70

22/03/2016

MARGUERITTES *AVENIR HT*

Dimanche 20 mars 2016

NOIRS ET BLANCS EN ANALOGIE

marguerittes,ct la bouvina,course camarguaise

Murano de Fournier avec Robert

Entrée : 1/5e d'arène. Organisateurs : Club Taurin La Bouvina. Présidence : Christian Privat. Raseteurs droitiers : V. Félix, Y. Pradier, JH Oudjit. Gauchers : C Clarion, J Gaillardet, L Garcia, J Robert. Tourneurs : M. Arnel, P. Rado, A. Duran.

Les hommes sont déjà en forme et les taureaux sortent de l’hiver. Mais lorsque les premiers s’adaptent aux seconds, la mayonnaise prend…. A l’arrivée,  le Duo (Brigand et Murano) de la Famille Fournier est en ce jour légèrement supérieur, El Paso (La Galère) n’est pas en reste alors qu’Elégant (Lautier) fait un bon premier.  Oudjit à droite et Robert à gauche sont les plus chanceux alors que le jeune Félix prend ses marques. Mais, chacun apporté sa pierre à l’édifice…

Elégant (Lautier) : Un premier qui va pousser ses répliques sur les rasets allongés. Anticipatif par moment, abordable dans d’autres, Robert (2) et Gaillardet (2) créeront l’émotion pour autant de Carmen rejoué à son retour porteur d’une ficelle.

El Paso (La Galère) : D’entrée, enferme Félix et s’illustre dans des séries rondement menées et sévèrement conclues. Secoué, avec hargne, il répond au coup par coup avant de se dégager. Termine derrière Félix et Pradier. 4 Carmen + Rentrée

Brigand (Fournier) : Calmement, il défend ses principaux attributs en se mettant en évidence derrière Robert, Gaillardet et Garcia où il tape. Sans quitter le périmètre, il défend son 2sd gland récalcitrant jusqu’à la dernière minutes sans flancher. 6 Carmen + Rentrée.

Couteron (Lautier) : Sérieusement, mais en toute franchise, même si ces réactions vives et se font cornes pointées en avant,  les hommes en viendront en bout en 11 minutes récompensées par le disque joué 2 fois.

Murano (Fournier) : Chaque provocation va trouver réponse et sera raccompagnée jusqu’au fil des planches. A l’aise dans les séries où il s’échauffe  et accélère sur les longueurs, il affiche une bravoure à toute épreuve, et conclut avec  la corne à l’arrivée. 13 minutes menées tambour battant pour 4 Carmen.

Farfadet (La Galère) : Abordé avec parcimonie il arpente la piste. Positionné, c’est à grandes foulées qu’il se jette sur le raset, pour conclure les plus serrés, tête sur les planches derrière Clarion, Pradier (2), Félix et Garcia.  Secoué, il répond jusqu’à bout de souffle jusqu’à en perdre pattes. 6 Carmen + Rentrée avec sa 2nde ficelle.

Texte et photo
CYRIL

21/03/2016

ALLEINS *AVENIR*

Samedi 19 Mars 2016

UNE REPRISE TRANQUILLE SANS ÉTINCELLES.....

IMG_9214.jpg

Gusto (Lautier) derrière Joey Deslys

Entrée: ¼ Organisateur: CT Le Bastidon. Présidence: C Crouzatier. Droitiers: Félix, Maurel, Moine, Pradier. Gauchers: Deslys, Martin, Matéo, Zbiri. Tourneurs : Arnel, Dumas, Duran, Lebrun.

Course de début de saison avec des taureaux volontaires et des raseteurs travailleurs mais il manque l'étincelle et le final nécessaire. La première partie est vaillante et le seconde plus âpre avec Marinet sérieux et Laos dangereux mais Moritus rate le final. La manière pour Pradier, l'expérience pour Martin et l'efficacité pour Zbiri mais au final beaucoup de reprises. Pour la manade Lautier, GUSTO (1er) me plait surtout avec les gauchers sans négliger les droitiers. Il défend âprement ses rubans et ne baisse pas la garde venant conclure nombre de rasets tête aux planches. Rentre une ficelle en musique jouée à 5 reprises. A vouloir tout prendre, PARIGOT (3ème) subit la tourmente même s'il se cabre sur Deslys. Joey se retrouve dans les cornes mais s'en sort bien. S'ensuivent des séries rythmées durant lesquelles il se livre sans rechigner jusqu'à rentrer une ficelle. 3 Carmen et rentrée. Calme, LAOS (5ème) envoie une corne dangereuse à l'arrivée sans s'éloigner des planches. Au fil des rasets s'améliore et brille dans les séries venant pointer derrière Martin qui a trébuché et coincer le pied de Zbiri. Un bon potentiel et 2 Carmen et retour avec une ficelle. Pour la manade Allard, GACHOLE (2nd) perd ses rubans en quatre vingt secondes. Il prend tous les cites sans difficulté. Il enferme Deslys et fait preuve de combativité en brisant les planches après ce dernier. Il parvient à conserver une ficelle vaillamment. 3 Carmen dont retour. Rapide, MARINET (4ème) s'engage tête baissée avec beaucoup de détermination au ras des planches. Bien placé, il surveille les départs et perd son second gland après dix minutes. Aux ficelles, cocardier et expérimenté, il domine et les conserve. 3 Carmen et rentrée. Vaillant, MORITUS (6ème) manque de jus et de pattes. Un peu plus de dix minutes  durant lesquelles il boit les rasets sans soif et s'engage sans trop de mordant. Un final qu'on aurait espéré plus enjoué. 1 Carmen et retour généreux tout comme le Carmen général du président. 

IMG_9211.jpg

 Gusto (Lautier)  pointe les cornes sur Zbiri

IMG_9220.jpg

Galoche (Allard) à la poursuite de Félix

IMG_9228.jpg

David Maurel à la tête de Parigot (Lautier)

IMG_9238.jpg

Marinet (Allard) serre de près Smaïn Zbiri

IMG_9252.jpg

         Laos (Lautier) dangereux aux trousses de Smaïn Zbiri  

IMG_9266.jpg

                    Moritus (Allard) au petit trot avec Joey Deslys         

                                                                                          Texte et phoptos Éric AUPHAN

 

20/03/2016

VENDARGUES *AVENIR HT*

Dimanche 20 mars 2016

Une bonne première Main

vendargues,main d'or (1),course camarguaise

Magistrale anticipation de Laos sur Rassir

Sous une pluie fine jusqu’au quatrième taureau, les spectateurs, les raseteurs et les organisateurs ont tenu bon et finalement, le temps s’est un peu levé ensuite. Le choix des cocardiers aux caractères divers est bon, et si les hommes s’emballent au début, chacun redevient vite raisonnable. Dans les difficultés, Katif et Rassir sont aux commandes. Laos est nettement au-dessus, les deux jeunes Melgueil et Saint-Loup se reverront avec plaisir.


Sourire (Blatière-Bessac).- Il a le mérite de supporter l’hyperactivité des blancs et, sans être fracassant, il tient la distance par sa bonne volonté et de beaux engagements après Rassir. Rentre ses ficelles.4 Carmen et retour.
Pharmacien (Cuillé) ne s’arrête pas de courir la moitié de son temps où il prend les rasets de passage. Quand il se pose, il demande de l’investissement, “monte” sur les hommes. Pas facile à gérer avec ses réactions intempestives, décourageant côté gauche, il garde ses ficelles en musique (1 Carmen en course).
vendargues,main d'or (1),course camarguaisePHOTO Dalloz pousse après Rassir
Plein de jus, Dalloz (Cuillé) attaque au grand galop et saute dans la foulée. Mais il donne du jeu dans les échanges qu’il peut conclure (Rassir). Indiscipliné mais toujours motivé, les hommes le délaissent. Il rentre avec ses ficelles après s’être dressé après Katif et Rassir. 
4 Carmen et retour.


vendargues,main d'or (1),course camarguaise► Photo Laos et Katif
Laos
(Cyr), la difficulté majeure du jour. De suite en place, il déjoue la première tentative de Rassir par une sèche anticipation. Les hommes le craignent. Il est patron et tient tout le monde à carreau, tourneurs compris. Belle trajectoire avec Katif puis prend le pas sur le Vendarguois, et sur I. Benafitou. Totalement dominateur et fin prêt pour le haut niveau, il rentre tous ses attributs. 3 Carmen et retour.

Melgueil (Rouquette).- Tout feu, tout flamme, ce jeune élément encore vert a de bons principes et beaucoup de coeur. Il ponctue aux planches avec fougue, saute... Vif dans les séries, il bascule après Rassir, Katif l’embarque jusqu’aux planches tout comme Rassir et I. Benafitou. La fatigue joue sur la fin tant il s'est dépensé mais il rentre une ficelle, 7 Carmen et retour.
Omega (Blatière-Bessac).- Agressif, indiscipliné, sauteur, s’excite après les planches... S’il prend bien le raset, il lâche trop souvent la sortie notamment avec les droitiers. S’éternise en contre-piste et rentre une ficelle.
vendargues,main d'or (1),course camarguaiseSaint-Loup (Vellas).- Leste, il se joue des planches dans les deux sens, saute seul ou après l’homme et déploie beaucoup d’énergie. Certes, il se gaspille mais quand on l’intéresse, il répond présent. Et par quelques anticipations, séries et actions aux planches, il déploie de bien belles qualités. A revoir. Rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Saint-Loup : et hop... retour en piste

vendargues,main d'or (1),course camarguaise

16/11/2015

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE

Dimanche 15 novembre 2015

Les Bajans marsillarguois
clôturent à Saint-Laurent-d'Aigouze

saint-laurent-d'aigouze,marsillargues,ct les bajans,manade occitane,course camarguaise

Ajax a conclu en force
cette belle complète de la manade Occitane

Il a fallu aux jeunes du Bajan une bonne dose de passion pour pouvoir clôturer leur saison après la fin de non recevoir de la mairie de Marsillargues. Heureusement, la solidarité a joué à plein et les voisins saint-laurentais, leur maire Laurent Pellissier et le CT Lou Bandot leur ont ouvert leurs portes. C'est donc la piste gardoise voisine qui a profité de l'affluence des spectateurs à l'heure de la capelado. L'intérêt pour les pensionnaires de la manade Occitane toute proche n'y est pas étranger, mais aussi l'envie de voir les derniers cocardiers de la saison, et le contexte tout particulier de ces journées post-attentats de Paris. 

L'Occitane a présenté sept cocardiers de qualité, notamment des jeunes plein de fougue. Prévoir les taureaux pour la grande piste de Marsillargues et se retrouver dans un espace moindre à Saint-Laurent, c'était la difficulté du jour. Mais le pelot Etienne Villiet n'avait pas besoin de se ronger les sangs à la terrasse contre l'église, la complète a tenu la route, finissant en apothéose avec Achille et Ajax. Dans l'équipe blanche, deux hommes se détachent - Cadenas et Bouhargane - et Clarion se démultiplie surtout sur la fin.

Bel Ami, c'est une force de la nature. Ses engagements brutaux en témoignent. Bien meilleur bien sûr quand il garde le terrain des planches comme ces actions poussées après Bouhargane et Cadenas. Solide premier comme il se doit, un peu raide sur la fin, rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.

Le jeune Boxer (6 ans) montre sa volonté et se livre bravement dans de longues séries (2 Carmen) avec un placement flottant certes mais beaucoup d'envie. 11'30.

A grandes foulées, Patou repousse les hommes qu'il balade et tient à l'oeil. Ne reste pas longtemps en place, mais bien emmené, il s'engage comme un bolide aux trousses de Cadenas et bascule. Quelques enfermées époustouflantes (Cadenas, Bouhargane). Il surprend les blancs par ses départs intempestifs, attentif à tous mouvements. Très intéressant. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

Brenus affiche d'entrée une grosse autorité. Offensif, il termine au minimum cabré. Trouve vite le bon placement et de là anticipe les départs. Une série furieuse et les hommes calculent. Brenus s'impose même s'il semble manquer de place par moments. Les blancs ne lui font pas de cadeaux. Mais lui s'engage méchamment après Vic, Bouhargane, puis cette formidable et pétante action après Bouhargane raccompagné haut et fort sur les tubes. Très bon, rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Fougueux et brouillon, le jeune Castillan (5 ans) se disperse beaucoup mais ne rate pas le cite de Bouhargane qu'il conclut vigoureusement (8e minute). Il perd beaucoup d'énergie en contre-piste, mais serre encore Bouhargane de près. 1 Carmen et retour avec une ficelle.

Avec Achille, la première tentative de Clarion termine en tampon monumental. Fier, tête haute, brutal... Il se joue des planches qu'il explose volontiers au terme des enchaînements prudents des raseteurs. Mais Cadenas, Bouhargane et Clarion vont le défier. Cadenas passe en force, Ulysse conclut méchamment. Clarion s'élance, la sentence est au bout. Après Cadenas, il traverse les planches ; après Bouhargane, il explose, encore après Vic, Méric. Des coups à l'ampleur allant crescendo pour un quart d'heure de haute tenue. Les ficelles à la maison. 7 ans et beaucoup de domination, on a hâte de le revoir. Des Carmen à la hauteur de ses qualités.

Attendu en vedette, Ajax n'a pas déçu. Dès sa sortie, il surveille tout et maîtrise piste et contre-piste. Une tour de contrôle où les hommes sont priés d'ajuster leur sortie de raset. Peu osent le défier. Clarion met ses dernières forces dans les duels, Ajax traverse après lui, Cadenas pas en reste le sent passer près, un en biais après J. Martin, ça passe juste ! Cadenas et Clarion pour les derniers essais. Ajax signe Furax et justifie au mieux sa réputation. Les glands au toril pour 10 minutes excitantes. Des Carmen.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

Entrée : plein. CT Lou Bajan. Président : Aurélien Laget. Raseteurs  droitiers : Cadenas, Roig, Vic. Gauchers : Bouhargane, Clarion, Méric, J. Martin. Tourneurs : Ull, Grando, Lopez.

 

15/11/2015

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Samedi 14 novembre 2015

La dernière enfermée de Garlan

les saintes-maries-de-la-mer,course camarguaise

Lucas Faure a eu beaucoup de chance de s'en sortir sans trop de mal

Les Saintes-Maries-de-la-Mer, le CT Boisset et la manade des Baumelles ont mis le paquet pour que la dernière course de Garlan soit un hommage rendu à son extraordinaire carrière et un souvenir impérissable. Dès le matin, la foule se pressait aux Baumelles pour le tri de la course, tout comme les spectateurs faisant la queue aux arènes dès 12h30. Et sous les températures estivales, ce sont des gradins pleins qui accueillaient la pena La Gardounenque, les groupes folkloriques et l'équipe de Renaud Vinuesa, les couleurs blanc, gris, rouge flottant en devises géantes. Beaucoup d'émotion dans les discours retraçant les années "Garlan", et dans les paroles d'un manadier - Joël Linsolas - toujours émerveillé par "Ce taureau pas comme les autres" et pour qui en ce jour "le spectacle est terminé".  La belle histoire entre ces deux-là n'est, elle, pas finie mais elle se poursuivra désormais dans l'intimité de la manade. Belle retraite Garlan !

La course

Regain.- Au petit trot sans forcer, distribue quelques séries, pousse quelquefois aux planches. Un petit rythme, rentre ses ficelles. 1 Carmen et retour.

Artemis.- Offensif, il part souvent en chasse. Utilise tout le pourtour et suit jusqu'au ras des planches. Cadenas pleine piste pour une trajectoire trépidante. Jusqu'au bout avec Ouffe. Comme Regain, il balance souvent les cornes à la rencontre surtout à droite. En revanche, s'engage fort avec les gauchers (Four, Ouffe). 13 minutes, 5 Carmen et retour.

Attila.- Se livre, suit jusqu'aux planches sur les rasets engagés avec conclusions mais de nombreux sauts lui font rendre une copie brouillonne. Rentre une ficelle. 

Rodin se joint à la fête pour reformer quelques minutes son duo avec Sabri Allouani. Le bougre, à 16 ans, il sonne la charge sur une longueur. Applaudissements nourris.

Garlan se laisse admirer le temps de lire son palmarès long comme trois bras. Prend vite position, renvoie Auzolle, Four au loin. Mais à la 4', anticipe Faure, le bouscule, et le malmène, heureusement sans mal. L'animal a encore frappé. Dans la foulée, Cadenas se fait embarquer à la limite de l'accrochage. Garlan c'est Garlan, à 15 ans, il est toujours maître sur son terrain. Faure encore, Allouani, Four... S'il ne démarre pas à tous les coups, sa sortie sur Cadenas est impressionnante, tout comme ses ripostes sur les derniers rasets du jeune raseteur. Et l'air du cocardier joue longtemps pour accompagner son dernier retour au toril, sous les applaudissements du peuple de bouvine debout.

Aioros.- Des poursuites serrées (Faure, Aliaga, Cadenas), des séries conclues (Allouani), Faure obligé de rentrer les reins. Cadenas et sa façon de rester dans le berceau des cornes fait passer le frisson. Aioros enchaîne à vive allure, Sabri passe de justesse, Cadenas idem. Cornes pointées sur Aliaga. 10' les rubans. Domine et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

Optimus.- Début un peu décousu vu les circonstances (malaise en contre-piste, puis chute dans les gradins). Un peu esseulé, Optimus baroule, saute. Mais quand ça démarre, les ripostes sont pleines de fougue. Tour à tour Four, Auzolle, Cadenas, Ciacchini, Allouani sont énergiquement expédiés au-delà du pourtour pour un final tout en musique, les glands à la maison.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER

CONTINUER

courses camarguaises

Dimanche 15 novembre 2015

Continuer !


Les événements tragiques de la veille à Paris embrumaient encore toutes les têtes, samedi vers 12h30, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, quand les spectateurs attendaient déjà l’ouverture des arènes. Petit moment de flottement, la course était-elle maintenue? Oui, le maire Roland Chassain, en avait pris la décision. Et sous ce soleil estival - de novembre (?) - les gradins se remplissaient petit à petit, tandis que sur les terrasses bondées des restaurants, les convives accéléraient la cadence. Vite un café et l’addition! Surtout ne rien rater du spectacle. Surtout ne rien changer aux habitudes. Surtout ne pas céder face à la menace. Mais honorer la mémoire des victimes. Ce qui fut fait par une poignante minute de silence englobant le jeune élève raseteur Steven Lieballe accidentellement décédé mercredi. Le même scénario se déroulant à Gallargues-le-Montueux, Saint-Laurent-d’Aigouze, Jonquières Saint-Vincent où les courses prévues se déroulaient samedi et dimanche.
Ce fut plus compliqué, hier, à Marsillargues, où le CT Les Bajans n’était pas autorisé par la municipalité à tenir son dernier rendez-vous de la saison. Branle-bas de combat. Solution de rechange. Saint-Laurent-d’Aigouze, son maire Laurent Pellissier et le CT Lou Bandot accueillaient de bon cœur leurs voisins. Bouche à oreille, blogs et réseaux sociaux... à l’heure de la capelado, les arènes étaient pleines. Au micro, Aurélien Laget, président de course s’exprimait: «Les événements ne doivent pas nous cloîtrer dans nos maisons...».
Et si La Marseillaise entonnée ensuite fut un peu timide en décibels, elle était bien chargée d’émotion.


MARTINE ALIAGA

11/11/2015

GALLARGUES-LE-MONTUEUX

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

Mercredi 11 novembre 2015

Cartagène fait monter les degrés

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

Tout en haut perchées, penchées et pentues, les petites arènes gallarguoises font le plein pour la Saint-Martin. L’entrée est gratuite, l’ambiance bon enfant et, dans ce pays de tradition, la course des Guillierme est sérieuse avec une équipe blanche travaillant correctement. Mention aux deux petits jeunes : le volontaire et expressif Cartagène (6 ans) baptisé l’an dernier dans ces arènes pour marquer l’intermède liquoreux offert aux spectateurs par la famille Granier. Tous les 11 novembre depuis 10 ans. Tchin Tchin à l’entracte ! Puis le pétillant Bourg Negre (5 ans) qui une fois passé à la vitesse supérieure, montre son caractère explosif.
Pour débuter, deux “7 ans” déterminés. D’abord Rigau, tout frétillant qui se livre avec de bons principes. Puis, un peu plus sélectif mais toujours sur le qui-vive montre sa détermination dans les enchaînements pour 2 ficelles qui rentrent. 4 Carmen et retour.
Rageur, Lou Linge enchaîne à grande vitesse, il veut tout prendre mais délaisse souvent la sortie du raset. Le travail des hommes est bien rythmé, Sanchez l’embarque et Lou Linge se soulève. Combatif, rentre 1 ficelle. 3 Carmen et retour.
Le plus expérimenté de la bande, Beu Caire (N.605) manque d’un peu de pétard et peut-être de place. N’empêche qu’il attend les hommes dans son terrain, attentif et ne lésine pas sur les conclusions. En bon cocardier finisseur, il place plusieurs grosses frappes en 13’30 plus 1’pour l’élastique. 5 Carmen et retour.
Pas trop attaqué, Cartagène se positionne et choisit le terrain devant le toril. De là, il ferme la porte aux tentatives hasardeuses. Mais les raseteurs insistent, lui se chauffe, serre de près et frappe. De belles sorties sur Gougeon, Ortiz, Sanchez. Sérieux et brillant à la fois, il domine et rentre un gland et sa cocarde juste coupée. 8 Carmen et retour.
Le jeune Bourg Negre se livre franchement sans retenue. Bien emmené, il pousse en finition (Miralles, Jourdan). Vers la 6e minute, il enclenche le turbo, se chauffe et renvoie avec autorité Miralles, Ortiz, Sanchez au-delà des barrières. Bien concentré dans les séries, conclut violemment après Ortiz, (3 fois) dans une prestation prometteuse dont il sort avec une ficelle. 10 Carmen et retour.
Praviel participe sans trop appuyer. Il balade les hommes qui ont levé le pied. Sur les trajectoires, il peut se soulever. D'ailleurs, il pousse Bruschet aux fesses, tape après Sanchez. 7 minutes les rubans. Le tempo a baissé, mais Praviel passe la corne après Jourdan, conclut sur Bruschet. Dernières séries et Praviel rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Bourg Mestre sur Jourdan ▼

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

▼ sur Ortiz

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

*****************

Les 10 ans de l'instant Cartagène de la famille Granier

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

Tchin Tchin et merci !

*******

Entrée: plein. Organisateur: comité des fêtes. Président: Thierry Tosas.
Raseteurs droitiers: Bruschet, Miralles, Jourdan, Ortiz.
Gauchers: Sanchez, Gougeon. Tourneurs: F. Garrido, Arnel, Fargier.

******************

08/11/2015

VENDARGUES

 vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

La carreta à Catou, le clou du défilé des attelages

Samedi 6 novembre

Rien à jeter

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

 Les vainqueurs du jour : Doriano de Michel et Sofiane Rassir

Vendargues clôture en beauté avec le 20e Trophée des Vignerons et la 9e course du Trophée Montpellier Méditerranée Métropole avec un panel de cocardiers dont les qualités sont transcendées par une équipe blanche de luxe. Le tout serti dans l’écrin des traditions, un retour de 50 ans en arrière, du temps où le cheval de trait était roi, les Arlésiennes, les cavaliers et une remise des prix où personne n’est oublié, Sofiane Rassir et Doriano de Michel en tête. Félicitations à toutes les tenues blanches où Katif, encore handicapé par la frappe de Pourpier à Lunel, a raseté jusqu’au dernier taureau. Bref le nombreux public s’est régalé et le Carmen général de mise.

Canio (Blatière-Bessac).- A la trompette, il explose déjà les planches. Agressif et volontaire, il va au bout sur chaque raset. Des séries des deux côtés, et des conclusions pour 8 minutes trépidantes. 4 Carmen et retour.

Dardaillon (Lafon).- Pose problème et ne se laisse pas manœuvrer. Il balade les blancs, saute par surprise, affiche sa méchanceté en jouant des cornes. Zèbre la fesse de J. Martin, menace Allouani, « daille » après Rassir. Il choisit ses adversaires, se fait respecter et rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaisePhoto
Rassir-Colbert
un duo explosif

Colbert (Paulin) tient la forte cadence imprimée par les blancs. S’engouffre dans les rasets avec envie et peut se soulever à l’arrivée. Pousse sur les multiples longueurs proposées par Rassir, I. Benafitou, enchaîne à grande vitesse et frappe en envoyant la corne. Rentre une ficelle au terme d’une excellente prestation. 10 Carmen et retour.

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaisePhoto:
Magistrale enfermée
de Laos
sur Ilias Benafitou

Avec Laos (Cyr), les affaires se compliquent. Tient en respect les hommes et gère idéalement ses positions. Exerce une stricte surveillance, tourneurs compris. Quelques anticipations et chaudes poursuites. Sélectif sur les gauchers et intransigeant avec les droitiers qui s’en méfient à juste titre. Voit le départ d’I. Benafitou pour une brûlante enfermée. Les raseteurs calculent, lui maîtrise. Et rentre ses glands. 7 Carmen et retour.

Doriano (Michel). Leste, le petit jeune de la course (5 ans), se fait surprendre aux rubans. Navigue, s’évade… Imprévisible et un peu brouillon, il rentre dans la course à la 6e et se place. Daille sur les cites et se balance en finition. Pétillant, explosif pour de nombreux coups de semonce (Katif, Rassir, Aliaga, Vic, I. Benafitou), il ramène ses ficelles et le prix du jour à Fangouse. 9 Carmen et retour.

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaisePhoto:
Sultan traverse
les planches
après Katif
Sultan (Vellas).- Bouillonnant, il trépigne sur place. 6 ans et du sang à revendre. Rassir se pose en meneur et l’embarque pour de magnifiques mouvements violemment conclus. Ça pète dans tous les sens. Explose après I. Benafitou, catapulte Allouani, riposte méchamment après Rassir, brise les planches. Une débauche d’énergie qui l’éprouve mais même éreinté il riposte encore. Un méchant coup sur le pilier écourte un peu sa prestation mais quel bel espoir ! 9 Carmen et retour avec ses ficelles.

Bandol (Ricard) fait le show. Des sauts, des retours en piste seul, totalement imprévisible, brise les planches… peu convaincant sur un  raset classique mais ô combien spectaculaire. La rage le prend pour un final où les hommes se prêtent à son caractère fantasque. Rassir multiplie les passes et se fait catapulter dans les spectateurs aux anges. Les ficelles rentrent. Un final en fanfare !

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER ET MALI

Entrée : plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Katif, Vic. Gauchers : Aliaga, J. Martin, Méric, Rassir. Tourneurs : Estève, Daniel, Jockin, Grando.

*********

LES PRIX

 vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

Trophée des Vignerons et Trophée 3 M. 

Meilleur raseteur de la course, Sofiane Rassir.
Meilleur taureau : Doriano de Michel.
Coups de cœur : Ziko Katif et Sabri Allouani.
Et des cadeaux pour tous les participants.

*************

ATTELAGES

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

Retour au temps où le cheval de trait était roi, 50 ans en arrière : char à banc, pastières, phaeton, break de chasse et la carreta à Catou, tirés par de magnifiques chevaux lourds, comtois, mule, et l'indispensable vendarguois Quignon, avec les meneurs de la Montagnette, Jean Clopès et autres.

 vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

*****************

Souriez vous êtes filmés

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

Au-dessus des arènes, un drone
pour des images aux angles inhabituels

***************

 

 

02/11/2015

LUNEL *FINALE DU TROPHEE PESCALUNE*

 lunel,32e trophée pescalune,chekade,katif,pourpier,course camarguaise

Dimanche 1er novembre 2015

LES GUERRIERS CHEKADE ET POURPIER

lunel,32e trophée pescalune,chekade,katif,pourpier,course camarguaise

 

lunel,32e trophée pescalune,chekade,katif,pourpier,course camarguaiseArènes pleines sous un doux soleil d’automne, affiche à la hauteur, la finale du 32e Trophée Pescalune s’annonçait sous un excellent jour. Après une première partie un peu âpre, l’intérêt montait crescendo jusqu’au bouquet final donné par un excellent Pourpier. Entretemps, l’hommage à Garlan pour sa der à Lunel profitait d’un beau decorum et la course que le Seigneur de Camargue donnait ensuite, confirmait si besoin était, les qualités et l’incroyable longévité du chouchou de Joël Linsolas. A 15 ans, le pensionnaire des Baumelles impose encore et toujours le respect et inspire la crainte. 

Le Biòu d’Or en titre, Mignon de Cuillé, par son style  classique, sûr de lui, et une “grinta” retrouvée livre une prestation sérieuse  et fait honneur à son titre. Quant à Pourpier, à l’agressivité ravageuse, il arbitre le duel entre Katif et Chekade, et, après avoir blessé Ziko,  offre la victoire à Amine après l’avoir sérieusement menacé. L’ensemble des blancs a travaillé sur un bon tempo, chacun s’impliquant comme Katif, bien sûr, Four jusqu’à sa sortie au 4e, Cadenas par ses interventions émotionnantes, Ayme très présent, Aliaga travaillant tous les taureaux, I. Benafitou, J. Martin sur quelques exploits très applaudis, Errik jusqu’à sa sortie au 5e. . Une bon cru !

Quito (Fabre-mailhan).- Quand les hommes s’affolent, il temporise et se décale. Mais quand il se place et que les invites sont claires, alors il s’engouffre après et peut conclure (Four) ou emboîter le pas (J. Martin) ou encore serrer de près (Aliaga, Ayme). Un brin de nonchalance, quelques petites anticipations pour le premier sélectif qu’il fallait. Rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.

Banaru (Le Rhône).- Garde tout son mystère et sa manière de combattre toute particulière. Se déplace le long des planches, quelques minutes arrêté, et repart, insaisissable. Pas de reprise, il faut le raseter sur ses déplacements, ce qui reste une affaire délicate. Des frissons avec Cadenas, Katif. Pour 10 minutes les rubans. Des longeurs avec Cadenas, Ziko Katif... Et garde ses ficelles. Déconcertant ! 3 Carmen et retour.

Sylverado (Nicollin).- Rigoureusement positionné, cornes pointées, se livre sans passer la surmultipliée. Conclut après Katif, I. Benafitou. Sonne la révolte à la 6e, sur les cites engagés de Cadenas, I. Benafitou, Katif. Les cornes menacent après I. Benafitou, Aliaga. Des séries bien enchaînées dans un registre classique. 13’30 de bonne facture. 6 Carmen et retour.

lunel,32e trophée pescalune,chekade,katif,pourpier,course camarguaiseAprès un joli hommage (lire demain ci-dessous), Garlan rentre dignement en piste sous les applaudissements. Cul aux planches mais reste disponible pour les premiers échanges pour 4’30 les rubans. Aux ficelles, les blancs calculent longuement. Le vieux combattant inspire la crainte, il n’est qu’à voir la préparation de chaque raset. Et de fait, offensif, il déséquilibre Errik, force après Ayme, et met Cadenas en ébullition. Précautionneux, les blancs hésitent attestant de la difficulté. Alors Jérôme Martin prend tout les risques pour la ficelle à 650€, levée sous les hourras. La vista de Garlan est intacte, il déjoue encore quelques départs, augmente son coup de tête et devient très très dangereux. A Katif, le dernier raset en hommage au Seigneur de Camargue. 4 Carmen et retour avec une ficelle.

lunel,32e trophée pescalune,chekade,katif,pourpier,course camarguaiseMignon (Cuillé).- Majestueux, il s’approprie la piste au galop. Impeccablement placé, il a du pétard et les premiers rasets sont vivement raccompagnés. Des longueurs superbes avec Cadenas, Katif.... Défendant son terrain, attentif à tout, maîtrisant tout l’espace, menaçant avec Aliaga puis carrément se dressant à sa poursuite. ça passe juste ! Du bon Mignon qui rentre royalement ses deux ficelles. 7 Carmen et retour.

Quand Pourpier (Saumade) sort, Katif est en tête avec 90 points, 2e Chekade à 88,5. Les deux hommes vont prendre beaucoup de risques devant le meilleur taureau de la saison à Châteaurenard et Palavas. Le cocardier montre d’entrée son agressivité. Chekade se jette dans les cornes, la riposte est terrible aux planches. Chekade, Cadenas enchaînent, Katif pour des coups violents aux planches. Et Pourpier coince la jambe de Katif, et bascule en contre-piste. Le raseteur part pour l’infirmerie porté par les hommes. On craint une fracture... Flottement en piste... Pas raseté, Pourpier fait le show, tente de sauter en contre-piste. Raset pleine piste de Chekade, et Pourpier frappe et bascule, re-coup de barrière après Chekade. Ecarte Aliaga, saute par surprise après Chekade qu’il touche au passage des travettes (pantalon explosé). Déchaîné, Pourpier voit tout, piste et contre-piste... Chekade tente le tout pour le tout et lève le 2e gland. Il a gagné le Pescalune. Pourpier rentre ses ficelles sous des applaudissements nourris. 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER ET MALI
(suite demain)

* Ziko Katif blessé par Pourpier : on craignait une fracture du péroné, finalement, après les radios faites aux urgences de Lapeyronie à Montpellier, le raseteur souffre d'hématomes, et d'un muscle écrasé. Beaucoup de repos et de glace, et le champion sera sur pied *

LES PRIX

1er Chekade, 94,5 points ; 2. Katif, 93 ; 3. Ayme, 70,5. Meilleur animateur Jérôme Martin. Meilleur taureau de la saison : Sylverado de Nicollin. Meilleur taureau de la finale : Pourpier de Saumade.

 

01/11/2015

SAINT-GILLES * FETE DE LA TOUSSAINT *

Dimanche 1er novembre 2015

UN ENORME RATIS et UN RASSIR OMNIPRESENT
 
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaisesIl faisait beau, l’affiche proposée était belle et  a tenu ses promesses. Que demander de plus si ce n’est qu’un peu plus de spectateurs sur les gradins ?  Quand est-ce que ces arènes seront récompensées à leur juste valeur ?
En ce dimanche, jour du Gland d’Or (récompensant le raseteur) et du Trophée Souvenir François Fabre, plus connu sous le nom de Santen (récompensant le taureau), partir déçu serait une facétie.
Après une première partie fort sérieuse avec Miro et  Vincent, la seconde allait continuer sur le même rythme avec Chico,  et surtout Ratis (▲ PHOTO ci-dessus avec Rassir), auteur d’une superbe et complète prestation. Lucas fut un bon premier, Cupidon un bon dernier. Seul Ulmet fut en demi-teinte.
Chez, les blancs, si certains craignaient leur manque d’engagement du fait de la fin de la saison, ils n’ont pu qu’accepter leur erreur. Parmi les 9 (plus 5 tourneurs) à se présenter à la capelado, Lucas Faure, Maxime Favier, Christophe Clarion, Sofiane Rassir, Stéphane Dunan ont été les locomotives, suivis par Loïc Auzolle,  Jamal Bouhargane et Youssef Zekraoui jusqu’à son retrait sur blessure durant le 5e.
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaisesPHOTO:
Lucas et Faure
En premier, Lucas (La Galère – n°302) a fort bien assumé son rôle. Calme, sans forcer, et toujours dans le terrain des planches, il s’engage à son rythme pour ne terminer qu’à leur approche où il envoie la corne en prenant appui sur l’estribo. Favier (4), Zekraoui (2), Clarion (2) et Rassir (2) se feront menacer à l’arrivée. 3 Carmen + rentrée dépouillé à la 14e.  
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaises► PHOTO:
Miro et Rassir
Un sacré client que ce Miro
(Blanc-Espelly – n°856).
 D’entrée aux planches, les principaux attributs vont partir en 3’ dans la confusion des blancs. Aux ficelles, imperturbable, il va gérer et faire légèrement le pas sur les départs ou anticiper à merveille (Favier). Il se dégage, se replace aussitôt, …. A  l’aise dans les séries il termine chaque raset à la limite. Sérieux, brillant, il cède sa 1re ficelle à 240 € à Clarion à la dernière minute de course. 5 Carmen + Rentrée.
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaisesPHOTO: Vincent et Faure
Avant la pause, Vincent (Aubanel-Baroncelli – n°5108) ne va pas le faire dans la demi-mesure. Il peut ignorer ou demander un fort engagement des hommes comme il peut démarrer tel un bolide. D’ailleurs, Faure, fortement anticipé et enfermé sur la longueur se fera tamponner à l’arrivée, tout comme Favier et Auzolle avant de récidiver derrière Zekraoui. A 400 euros la 1re ficelle qu’il défendait depuis près de 5 minutes retourne au toril avec l’air de Bizet pour la 4e fois.
A la place de vedette, qui de mieux que  Ratis (Raynaud – n° 560), elle lui va tellement bien. La tête haute et fier, il rentre en piste sous les applaudissements. Deux petits tours et les choses sérieuses peuvent commencer. Placé idéalement, le classicisme et le spectaculaire vont alterner. Aujourd’hui, Ratis avait décidé de démontrer que l’on pouvait encore compter sur lui….. Puissants, ses coups de planches le sont autant à gauche, qu’à droite. Tient bizarre non ?  Et oui aujourd’hui il fut bidirectionnel. Alors qu’allez donc pouvoir trouver ses détracteurs comme reproche ? Ben rien ! Avec hargne et méchanceté,  C. Clarion, S, Rassir (3), Y. Zekraoui (3), M. Favier (3), L. Faure, L. Auzolle (2) et S. Dunan, qui laissera un peu trop traîner la jambe seront gratifiés d’une action d’envergure. Sa 1re ficelle à 500 euros reste sur les cornes alors que le disque tourne pour la 12e fois à son retour au toril…. Respect Maestro! 
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaisesPHOTO:
Chico et Bouhargane
Chico (Lautier – n°557)
 Rapide, surtout derrière les gauchers, les échanges sont serrés et bien raccompagnés. C. Clarion (4), J. Bouhargane, S. Rassir et S. Dunan l’entraîneront avec eux dans de belles trajectoires récompensées chacune par le disque tout comme trois belles arrivées aux planches derrière J. Bouhargane (2) et C. Clarion. Même si son placement est parfois aléatoire, l’ensemble est plaisant. La 1re ficelle (à 280 euros) sera levée par S. Rassir alors que la 2sde (à 300 euros) retournera avec les honneurs pour la 10e fois.
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaises PHOTO: Ulmet
et Dunan

Tout avait bien commencé pour Ulmet (Blanc – n°511). Durant 5 minutes, chaque raset trouve réponse et l’arrivée se fait, pattes sur le marchepied, parfois au-delà (S. Rassir 2 – M. Favier – J. Bouhargane 2 – C. Clarion 2 – L. Auzolle 2). Mais aux ficelles, l’irrégularité dans ses réactions va nuire à sa prestation récompensée tout de même en son terme par les honneurs pour la 7e fois et ficelles autour des cornes.
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaises Photo:
Cupidon et Favier
Pour conclure, l’étalon Cupidon (Cavallini – n°723) comptait uniquement pour départager en cas les ex-aequo. Manque de pot pour lui,  il y en avait trois (S. Dunan – S. Rassir – L. Auzolle). De ce fait pas ménagé et soumis à rude épreuve, il a été difficile pour lui de tenir le rythme. Tout de même, il s’est fait apprécier par ses arrivées aux planches aux trousses de S. Dunan (2), L. Auzolle, J. Bouhargane, L. Faure (2), M. Favier…. Un bon final tout de même récompensé par 6 Carmen.
 
TEXTE ET PHOTOS
CYRIL DANIEL
 
Entrée: 650 entrée.  Organisateur: Association des Festivités. Présidence: Didier Gaillard. Raseteurs: Lucas Faure, Maxime Favier, Christophe Clarion, Sofiane Rassir, Stéphane Dunan, Loïc Auzolle, Jamal Bouhargane, Youssef Zekraoui, Romain Bruschet. Tourneurs : Cyril Garcia, Eric Cuallado, Frédéric Garrido, Frédéric Jockin, Didier Dunan
 
***********
RATIS
Photos GEORGES MARTIN

saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaises

saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaises

**************************