Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/10/2008

BEAUVOISIN 18-10

SAMEDI

LE PERROQUET FAIT SON SPECTACLE
********************

PAP.jpg

PAPEGAI se soulève sur F.Sabde
PAPEGAI: Nom héraldique d'un Perroquet d'Amérique. Oiseau de bois ou de carton servant de cible aux tireurs à l'arc.
PAPE 1.jpgAujourd'hui au cours de cette course compléte de la manade Lagarde, le taureau PAPEGAI sorti sixième, à fait une démonstration trés barricadière, mais a aussi fait preuve de qualités cocardières trés interessantes. Du placement, de la rapidité, des anticipations et une belle agressivité aux planches. Un réel espoir pour 2009, qui rentre ses ficelles aprés avoir été maintes fois honoré par la musique. FUSAIN en premier donne un change sérieux comme à son habitude. ZANGRA, deuxième pour huit minutes trente où vaillance et finitions cornes dans les bois se mêlent. Trois Carmen. HUSSARD, troisième volontaire et vaillant il pousse parfois au bout dans quinze minutes musicales. CILAOS, quatrième de métier, sérieux dans le combat et quelquefois spectaculaire au terme, il est toujours dangereux, assez craint et ne perd son second gland que sur la trompette de retour. Musique. NOVIS cinquième, encore jeune mais aux qualités bien trempées. Spectaculaire il sera revu avec attention. Musique. En supplément un jeune produit donne quelques satisfactions.
A la capelado ils sont neuf (6+3) à saluer la Présidence et le public (1/2 arène). Tous ont travaillé avec envie et plaisir, rendant le spectacle trés agréable. Ferriol, Guyon, Sabde, Bini, Ruiz, N.Benafitou et Duran, Baccou, Lizon pour les aider.

Texte et Photos Luc PERO
PAPE2.jpg
PAPEGAI sur Bini

17/10/2008

SAINT-REMY-DE-PROVENCE : ECOLE TAURINE

Samedi 11 octobre

UNE FINALE EN MANQUE D’INTENTION

Finale St Rémy 055.jpg

 

Finale St Rémy 007.jpgC’est sous un soleil radieux que s’est déroulée la finale de l’école taurine de Saint-Rémy-de-Provence chère à Christophe Ginoux le tourneur mais surtout l’éducateur des jeunes pousses montantes saint-rémoises. Malheureusement, peu de monde sur les gradins et peu de conviction en piste lors d’une première partie languissante. Heureusement après l’entracte et sous l’impulsion de Boyer et Bennour , meilleur animateur de la finale, le combat va peu à peu s’équilibrer entre noirs et blancs. Après une première partie en faveur des noirs, les jeunes vont reprendre confiance et donner un final plus soutenu. Il est vrai que six jeunes raseteurs dans cette piste avec un bétail de qualité ce n’était pas évident alors bravo quand même. A gauche, Boyer assume le poids de la course tandis que Barroyer est discret. A droite, Bennour est le fer de lance, Poncet se blesse et revient diminué mais avec courage, Couturier et Hernandez doivent encore progresser. Christophe Ginoux et Jean-Luc Maurel officient en tant que tourneurs sous la présidence de Régis Noël.
Pour les noirs, le 215 Agu allie placement et vaillance et fait une course sérieuse. En second, le 110 Gillet est déjà confirmé. Il voit tout, surveille, fait réfléchir et s’ennuie car il ne sera pratiquement pas touché et réintègre tous ses attributs au toril. Le 309 du Rhône rentre lui aussi tous ses attributs. Pourtant même si son anticipation est fulgurante il ne termine que rarement ses poursuites. Il manque de pression.
Finale St Rémy 030.jpgAprès la pause le 366 Ribaud plaisant et vaillant redonne du tonus aux jeunes et se chauffe au fil des minutes. C’est plaisant.  Arrive le 402 de Richebois. Une boule de nerf qui assure le côté spectaculaire de la course avec des arrivées frémissantes sur Bennour son meilleur adversaire et le prix du jour à la clé. Pour finir le 418 de Chauvet est sérieux. Classique mais redoutable quand il accélère à l’arrivée pour prolonger ses cornes. Un bon final. Ne restait plus qu’à remettre les récompenses pour Boyer (meilleur raseteur de la saison), Bennour (meilleur animateur de la finale) et la manade Richebois (meilleur taureau de la finale). Et rendez-vous à l’an que ven avec un Christophe Ginoux toujours plus motivé.

Texte et Photos Eric AUPHAN

Finale St Rémy 031.jpg
Finale St Rémy 032.jpg
Le 402 de Richebois et Bennour les vainqueurs

 

02/10/2008

SAINT-REMY-DE-PROVENCE

Mardi 30 septembre : XXe Tau d'Or

 

DES TAÙS DEJA TRES COCARDIERS
ET HADRIEN  POUJOL, CHEF DE FILE

6df8937f25fa173340932f420e3a4525.jpg
SANDY du Joncas TAU D'OR

Soleil, plein sur les gradins, estrambord et folklore coloré en piste pour cette 20e édition du Tau d’or d’un cru intéressant mais dans un registre trop classique. Au paséo se présentent les droitiers Maurel (sort au 5e sur blessure), Guyon, Rey, Sabatier, Violet et les gauchers Nabil Benafitou, Lafare, Poujol et Thierry (au 6e) aidés des tourneurs Dengerma, Lieballe, Patou et Ranc. Sandy apporte le côté spectaculaire attendu. Poujol est le meilleur animateur mais Maurel jusqu’à son retrait est très volontaire. Rey (efficace), Sabatier (courageux malgré un physique diminué), Violet (actif), Lafare (sur la lancée de sa course aux as de dimanche) et Benafitou sont à citer. Sandy, Prince, Hauturier sont respectivement Tau d’or, d’argent et de bronze mais Grazielito pouvait prétendre au podium. Une course loin d’être inintéressante mais où l’esprit essentiel de la course de tau n’est venu que du pétillant Joncas.
Pas besoin de potion magique pour raseter GAULOIS (Chauvet) qui se donne pendant six minutes au ralenti.
Rapide et décidé PRINCE (Gillet) fait réfléchir, enferme Sabatier et se soulève aux planches sur les rasets engagés. Un combat percutant au terme duquel il conserve un gland. 5 Carmen et retour.
Sauteur, SYRACUSE (Lautier) enjambe les planches aux quatre coins de la piste avec ou sans l’homme et souvent à côté. Il est guère concerné et rentre un gland.
Déjà cocardier, AGOUTI (La Galère) se jette fort sur le raset malgré sa corpulence. Mieux vaut ne pas trainer aux planches car son final est méritant. Il perd sa première ficelle sur le gong. 3 Carmen et retour.
067703af094765b6616861265911e866.jpgSur l’attaque, GRAZIELITO (Chapelle) enferme et malmène Maurel qui bascule out derrière les planches. Il rentre puis ressort encore plus sérieux et ne se laisse pas manœuvrer. Un client qui rentre ses ficelles en musique jouée à 6 reprises.
D’entrée  SANDY (Joncas) percute fort sur Lieballe. Toujours placé, il passe le mourre à l’arrivée. Charbonné, il se bonifie. Sous l’impulsion de Poujol il se dresse à plusieurs reprises. Le spectaculaire qui finit fort. 5 Carmen et rentrée.
Classique, HAUTURIER (Fabre-Mailhan) a du jus et enferme sèchement Sabatier. Très volontaire sur les séries, il affiche une volonté de fer et conserve une ficelle. 5 Carmen et retour.
Un peu dans le même genre, le véloce ANGELO (Aubanel-Baroncelli) est vite sur l’homme et a l’œil à tout. Sérieux, Poujol le tire à merveille. Déjà aguerri aux joutes de la piste il rentre ses ficelles avec les honneurs entendus à trois reprises. Au final une bonne course mais il a manqué le petit brin de folie.

Texte et Photos Eric AUPHAN

c937068ed791d0d9b62db54fa84abf0e.jpg
PRINCE de Gillet TAU D'ARGENT
04b8f50326a144ecf49e603ece3f597b.jpg
HAUTURIER de Fabre-Mailhan TAU DE BRONZE

29/09/2008

JUBILÉ GARRIDO

Samedi 27 septembre, à Sommières

CAPELADO DE L'AMITIÉ POUR CHRISTIAN

d8ba97c6de9dca0cd51e2267f5bdcd77.jpg

 

12cee2c5902c20777b021bb976148e8d.jpgLe temps d’une dernière capelado, celui qui quitte l’arène doit certainement repenser à toute sa carrière. Pas facile de se dire que c’est la dernière fois. Alors pour que ce soit une fête et un bon souvenir, hier, à Sommières, une quarantaine de tenues blanches a entouré Christian Garrido pour ses derniers rasets : des anciens raseteurs, des justes retraités devenus tourneurs, des "As" et "Avenir" actuels, des jeunes… et les trois tourneurs de Christian, Denis Labrousse, Noël Daniele et Obi Ménargues.
3e3ddd652b9c8a7b82a1f5309f35c1f0.jpgEt dès les deux premiers taureaux emboulés, la complicité, la bonne humeur, le plaisir de raseter et d’être ensemble ont gagné piste et gradins. Il faut dire qu’au micro, Philip Chabanon ayant repris du service pour l’occasion, ne s’est pas privé de faire "monter la sauce". Pour les ex-raseteurs, si les gestes et l’envie n’ont pas fait défaut, les jambes en revanche… Puis les As et Avenir ont raseté dans l’esprit sous les présidences de Marc Moucadel et de Jean-Luc Herleman. Les manadiers ont joué le jeu en menant des taureaux de bonne volonté (emboulés du Brestalou et de Cuillé ; Marius de Chauvet et Tonen de Fabre-Mailhan ; Gabian de Nicollin, Tonnelier de Lautier, Iris de Ribaud et Souchet de Cuillé).
839cd62085d84bc6cf9f6d5d422aa82f.jpgAutre retraité, Veneur du Brestalou faisait à son tour sa despedida et recevait le Carmen et les applaudissements en hommage. Caché derrière ses lunettes, Henri Gibert  ne voulait  rien laisser voir de ses sentiments, mais...

Quant à Christian, si pompons et ficelles ont une dernière fois garni son crochet, c’est la voix étranglée d’émotion qu’il a remercié raseteurs, manadiers, organisateurs et public. Pas si simple de tirer un trait.

1fd628c382cc54e1ad55c5d608a00497.jpg

"LE" dernier raset de Christian Garrido sur Souchet de Cuillé

Texte et photos Martine ALIAGA
* Voir d'autres photos sur le site benjibiou.midiblogs.com

 

23/09/2008

GRAINES DE RASETEURS

Samedi 20 septembre
L'ECLOSION DE GRAINES DE BOUVINE
39c9ec08fc1423bb5637f3a5fce3dc28.jpg
Les vainqueurs Florian Coulomb et le biou de Chapelle

 
4ae456e07e1d3e60bf7bec62da82b8f9.jpgCréé sous l’impulsion de Laurent Geslin (maire de Mas Blanc des Alpilles et ancien raseteur), Michel Giovanetti (adjoint à la mairie de St Rémy de Provence et président du comité des fêtes) et Laurent Michel (comité des fêtes) les graines de bouvine ont pour enjeu de découvrir des jeunes talents aussi bien du côté des taureaux que des jeunes raseteurs. Cette compétition a connu une belle reconnaissance pour sa première édition.  Il faut dire que la Communauté des Communes de la Vallée des Baux Alpilles en partenariat avec la FFCC a mis tous les ingrédients pour séduire. Six courses de sélection gratuites et ce samedi 20 septembre la finale qui regroupe les six meilleures graines de cocardiers et les huit meilleures graines de raseteurs qui ont offert aux quelques trois cent spectateurs un bouquet final parfumé et coloré. Chez les jeunes, Florian Coulomb, stylé et efficace, remporte le 1er prix, Benjamin Sabot, auteur des actions les plus spectaculaires le second. Ils sont secondés par David Auphan, Frédéric Boyer, Florian Hernandez, Thomas Roig, Mehdi Anane et Sofiane Rassir (obligé de quitter trop tôt ses partenaires mais remplacé par Bordat). Chez les cocardiers, le n° 211 de Chapelle Albert (4e) remporte les suffrages suivi de près par le n° 218 de Gérard Agu (2e). Tous deux s’avèrent spectaculaires et vaillants à la fois. Avec deux ans de plus le Agu est très sérieux. Le Chapelle volontaire ne lâche rien.
8ff8f569ccfc9273acbd6483193354ce.jpgPremier, le Allard (n° 211) chauffe les hommes. Second, le Agu (n° 218) élargit le cercle et effectue un festival d’actions. Troisième ,le Richebois (n° 428) a du placement, un bon engagement dans le raset mais manque un peu de finition. Quatrième, on tarde à entreprendre le Chapelle (n° 403) puis les séries s’enchainent, les coups de barrière aussi pour un final très intéressant. Cinquième, le Gillet (n° 443) est plein de fougue et saute souvent mais quand il se canalise il offre neuf minutes vaillantes sous l’impulsion des jeunes. Pour terminer, Facteur de La Galère (n° 917) va crescendo avec des tampons dignes d’une course de gala dont un éblouissant après Sabot. Le final qu’il fallait avec le courage des jeunes raseteurs.
Il ne restait plus qu’a se rendre ans la salle Jean-Macé pour lever le verre de l’amitié lors de la remise des prix orchestrée par Hervé Chérubini premier magistrat de la commune accompagné des élus voisins et de Gérard Barbeyrac représentant de la Fédération Française de la Course Camarguaise. Pour la pérennité de cette toute jeune compétition.
Texte et photos Eric AUPHAN
8f12ef9e1b80d4a68f998d0fdee7ebbb.jpg

12/09/2008

CODOGNAN *FINALE LIGUE LANGUEDOC-ROUSSILLON*

Vendredi 12 septembre
FINALE DE LA LIGUE LANGUEDOC ROUSSILLON
(OU DEMI-FINALE DES COURSES DE LIGUE)
04e44569d343cd5898bbe0ff5fdeee1e.jpg
Jérémy Aliaga et le N.405 de Siméon

C'était une première, vendredi à Codognan… les stagiaires raseteurs du Languedoc-Roussillon jouaient leur première finale (demi-finale ?) avant la finale (demi-finale ?) de la région PACA à Fontvieille (le vendredi 19 septembre), puis la grande finale générale (le 11 octobre). Une revue des effectifs avant de connaître les futurs raseteurs qui "monteront" au Trophée de l'Avenir l'an prochain.
ce825ff0a6fe0f2f479fbd8102aa29b3.jpgEn piste, à droite Cano, Jodar, Sanchis, Taulemesse ; à gauche Aliaga, Sanchez (plus Azzaoui qui remplace Jodar au 5e), tourneurs Ranc et Baccou. Des jeunes qui en veulent avec plus ou moins de biais et de talent desquels ressort Jérémy Aliaga récompensé en fin de course. Le jeune gaucher a une marge de progression énorme, un raset élégant, il va au taureau droit à la tête, et s'il se laisse encore trop enfermer, ses qualités physiques lui permettent de se sortir des situations les plus chaudes. A son actif, les actions les plus émotionnantes dont une arrivée explosive aux planches où le N.338 de Daumas lui zèbre les fesses.
(Message personnel aux fidèles de ce blog: ce jeune homme est mon petit cousin et toute la famille est très fière de lui mais je vous promets de rester neutre à son sujet – du moins vais-je essayer... Voilà c'est dit ! Je n'y reviendrai plus).

Des huit taureaux de la course (dans l'ordre N.303 de La Vaunage, N.481 Espelly Blanc, N.338 Daumas, N.405 de Siméon, N.319 de Saumade, N.313 de Didelot, N.354 de Fabre-Mailhan, N.306 de Félix), c'est celui de Siméon qui a plu au jury mais le Daumas a aussi montré de belles qualités ainsi que le Saumade.

 

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO 

19/04/2008

SAINT GENIES DES MOURGUES 19-04

Course de Ligue

DU POSITIF CHEZ
LES " GUILLERME " ET LES " SAUMADE "

ad9e25b998bb861e6f606b5ed0404644.jpg
Le 319 de Saumade le plus sérieux de l'après-midi
2731ed947d1b09fbcb0131ff4a86bd9b.jpg
A l'exception de Manduel toutes les courses de ce Samedi étant annulées,les gradins étaient copieusement garnis pour cette course rasetée par: Pinot, Ruiz, Oudjit, Brunias (sort au 4e) remplacé par Gougeon, Galibert, Aliaga. Grando seul tourneur à la capelado est rejoint en piste par le raseteur Charles Chanat (la passion de ce jeune homme est à citer en exemple...). Cette petite bande a travaillé dans la meilleure entente et dans le bon sens.
4d52dc2e5b73622d5c947c5b6ef115ce.jpgDans ce contexte les jeunes cocardiers de Guillerme et Saumade ont pu donner un bon aperçu de leurs qualités. Les premiers nommés ont donné dans la vaillance et le spectaculaire, alors que pour les seconds plus de sérieux et de difficultés sont ressortis. Au final le résultat positif de cette sortie ne pouvait que ravir tout le monde réuni devant les arènes ou sur le parcours pour admirer la bandido menée par Iris et Jean Lafon.
Texte et Photos Luc PERO
********************
LES SAUMADE
a88c6dded79052e8ac3191916664d95c.jpg
fba05a9f90d3b00407b5d485886d07ea.jpg
949a513429d7040d7b2e64108da584c4.jpg
*****************
LES GUILLERME
b3edba1356f486bbf897af42affc922f.jpg
df41696adc5e27d472efd98042c96cab.jpg
a280129abf134474273eec5d5f7f8f4c.jpg
***************
LA BANDIDO
75dc3240b0c24ddc3fd5ed2989da7818.jpg
ba344dc5bf5ded4907c12ce397dfb7c1.jpg




14/04/2008

LIGUE : VALLABREGUES

Samedi 12 avril

 

UNE COURSE DE LIGUE TRES SYMPA... 

Entrée: ¼. Organisateur: CT Lou Mamaï. Présidence: JP Marteau. Raseteurs droitiers: Cano, Carcanague, Santelli. Gauchers: Aliaoui, Ibanez, Marquis. Tourneurs: D Martinez, P Rado.

ce59030ef1e304c974b18adde6ba551c.jpgUne course de Ligue intéressante avec deux lots de taureaux différents mais attrayants et une équipe de jeunes raseteurs motivée du côté droit mais en manque de conviction côté gauche. Cano et Santelli sont actifs et efficaces tandis que Carcanague donne toute ses chances aux cocardiers. Marquis laisse entrevoir de belles choses mais par à-coups. Pour la manade Guillerme, le 369 coureur et sauteur démontre plein de vaillance. Généreux, il saute après Carcanague et conserve ses ficelles. Le 408 (photo du haut) décolle sur le premier raset de Carcanague et pose problème jusqu’à mi-course. Il devient ensuite plus facile mais acquiert un coup de revers jusqu’à la perte de sa seconde ficelle sur la sonnerie et en musique. Le 359 saute aux trousses des hommes. Il a du sang et fait preuve de caractère dans la bourre. Musique au retour.c2440c0f6c22b5d12ac8f9d78da7934d.jpg Le petit 373 a un cœur énorme. A droite il est très incisif notamment avec Carcanague. Il cloue souvent les cornes à l’arrivée et conserve ses ficelles en musique jouée à cinq reprises. Pour la manade Saint Antoine le 328 sauteur effectue huit minutes trente mais reste trop en contre piste. Le 320 n’effectue que six minutes trente mais il est rapide, surveille, se place et finit au ras des planches avec des coups de barrières sur Carcanague (2) et Cano. 2 Carmen et retour. Le coup d’éclat initial aux planches du 303 (photo ci-dessus) sur Santelli le fait craindre mais les jeunes s’investissent et rendent sa course très intéressante. Cano lève la seconde ficelle sur la sonnerie pour un Carmen justifié au retour. Enfin le 237 est d’un calibre supérieur. Rapide il arrive fort aux planches et saute après les hommes. L’œil vif il est un danger permanent et rentre la totalité de ses attributs en musique. Bon travail des jeunes raseteurs et belles dispositions du bétail qui ont permis de passer une agréable après-midi.

                                                                                                                            Texte et Photos Eric AUPHAN

LA BELLE POURSUITE DU N° 373 DE GUILLERME SUR MARQUIS
**********************************

20e30fc6ce986db734dea92f31113490.jpg
7ae136de03ee7f63215026493914fc02.jpg
ea1686bfbd1ddcf83e6693cac4bdb6b0.jpg
ea6093fa1bc4f548c4705f957609c886.jpg


16/03/2008

MAUGUIO *HORS TROPHEE*

Samedi 15 mars

 

HAUTE TECHNICITE POUR UN CONCOURS DE QUALITE

81267811dea5713c5ec9da78f4cb1e60.jpg

Hugo a ouvert les débats 

Vu la météo peu clémente peu de spectateurs avaient pris places sur les gradins melgoriens. Ajoutez à cela une affiche qui ne pouvait rassembler que les puristes… Et pourtant au final c’est l’unanimité générale : belle et bonne course…et le président de course Jacques Roumajon accorde un Carmen général à tous les acteurs.
En piste : Allouani, Noguéra, Sabde, Malige, Jockin, R et T Mondy, Outarka, Martin-Cocher, Ouffe. Tous ont travaillés selon leurs aptitudes devant les difficultés fort nombreuses aujourd’hui. Les cocardiers ainsi que la cocardière, ont dans des dans registres différents tous contribué au succès du concours.

HUGO du Joncas, meilleur sur les gauchers, c’est dans la bourre qu’il s’exprime le mieux en se battant comme un diable. Des finitions spectaculaires, ses ficelles au toril et des Carmen .

5ee41cc12e97477b1d2b860070efd2e5.jpgGEVAUDAN de Rouquette (photo ci-contre) quel client compliqué ! Un placement peu orthodoxe, mais des ripostes dangereuses et des finitions criminelles. Saute sur Allouani, ne perd sa cocarde qu’à la 7e minute, inflige une pointe au bras à Outarka et rentre ses glands en musique déjà cinq fois entendue.

9754e620ef7267db9427205c6b6f7600.jpgFARU de l’Aurore, s’il se déplace beaucoup il n’en néglige rien pour autant et réponds coup pour coup et se chauffe au fil des minutes. Ses poursuites deviennent plus appuyées et les terminaisons plus dangereuses. Cinq Carmen et ses ficelles au retour pour quinze minutes complètes et bien gérées.

7a8e20e51119ecf8fffe74603af5d74c.jpgFIGARET du Ternen pose toujours autant de problèmes, mobile, anticipateur, rapide il n’est pas à la portée de tout le monde. Encore plus compliqué lorsqu’il se cale, c’est lui le patron et il rentre sans être inquiété ses ficelles. Quatre Carmen.

COYOTE de Caillan, premier raset et coup de barrière sur Ouffe. Ensuite il domine outrageusement . Son placement, son armure et sa réputation sont une belle défense. Allouani après avoir subi une belle poursuite bien conclue, se pique au jeu et lui prend la cocarde et un gland. Un sérieux qui mériterait de sortir à une autre place pour être un peu plus titillé. Rentre un gland et trois Carmen.

MAZARIN du Joncas, le plus facile du lot sur le raset mais pas le moins dangereux aux barrières qu’il franchit allègrement derrière Romain Mondy. Des bonnes séries et quelques finitions aux planches pour cinq Carmen. Rentre une ficelle.

92facc88428e2b4a4ada4a76583aa7fb.jpgPour terminer la cocardière RAYNAUSIE de Chaballier offre avec Julien Malige en particulier, un festival de coups de barrières et termine comme il fallait ce concours.
Texte
et photo Luc PERO

13/03/2008

MARGUERITTE

Samedi 8 mars

 

DES TAUREAUX INTERESSANTS ET DES
JEUNES RASETEURS A SUIVRE...

 

7cfbc46728682a02c433084155c63a00.jpg

 Notamment Jérémy ALIAGA

A l'affiche de cette course de Ligue, un concours de manades qui sans être éblouissant n'a pas manqué d'intérêt avec les prestations pour LE JONCAS du N° 378, trés volontaire et finisseur au terme de bons enchaînements. Le N° 374, n'a hélas pas eu la possibilité de montrer tout son potentiel, mais les qualités ne lui manquent pas. Pour RIBAUD le N° 319 et le N° 313 ont apportés les difficultés du jour avec du placement, des anticipations et des finitions dangereuses.
Les jeunes raseteurs au nombre de douze à la capelado se répartissent en deux groupes pour quatre taureaux par équipes. Aliaga, le plus présent montre sur de longs rasets qu'il ne manque pas de style, mais il sait aussi être accrocheur, efficace et motivé. Avec lui Oudjit, Douville, Orange, Carcanague sont à citer pour leurs bonnes dispositions.

Texte et photos Luc PERO 

 

986f7b57cc773ce4c3733c1c349185bf.jpg

 Aliaga : du style... de l'envie

************************ 

MARGUERITTE

Dimanche 9 mars 2008
 
HOMOGENEITE CHEZ LES LAUTIER
 
8da84b222564efddfdb58c51390be089.jpg
 
Les bons débuts de Romain Gros
ici devant Panisse
 

Cinq "Lautier" bien dans le moule de la race, c'est ce que Madame La Météo a permis de montrer aux quelques 250 spectateurs des gradins Marguerittois. A l'appel de Didier Gaillard, le Président de course, huit raseteurs plus trois tourneurs effectuent la Capelado. Bournel, Gros, Rey se taille la part du lion, mais Four, Cartalade ne se contente pas des restes. C.Chanat donne le frisson, Grammatico rode la mécanique, Dumont participe avec ses moyens. Excellent travail des trois tourneurs D. Martinez, S.Rouveyrolles, C. Dumas.
TOBIAS, avec quatre Carmen et ses ficelles au toril, c'est un premier sérieux qui s'illustre derrière Chanat, Four, Bournel, Gros.
DIAMOND, lui aussi enferme ses ficelles et entend quatre fois la musique. D'abord des belles séries puis plus coriace il défend âprement ses ficelles, mais termine sur de bons enchaînements.
PANISSE, plusieurs Carmen pour celui qui nous a paru être le plus complet du lot. Du placement, des finitions et de grosses enfermées qui mettent les hommes en difficulté.
BASCO,  le plus irrégulier de l'après-midi, il lâche subitement le raset ou donne une sévère riposte. Carmen.
HELIODOR, sera le plus plaisant avec du moral dans ses poursuites qu'il peut conclure contre ou au delà des barrières. Plusieurs fois la musique.

Texte et photos
Luc PERO

 

93fe151f02443258aaf8ca85f5e40c44.jpg
 
Tobias met le feu à Charles Chanat
 
316481be274ea15113d3a49a4b729f33.jpg
Marc Bournel face à Héliodor 
 
 
****************************** 

10/03/2008

UN WEEK-END A VENDARGUES

Samedi 8 mars

LA COURSE DE LIGUE EN IMAGES

 

c1ba94bd8f3b1359adf56c188fcc233c.jpg

Organisation : CT La Muleta

Raseteurs : Charnelet, Sabde, Pinot, Jodar, Taulemesse, Goujeon. Tourneurs : Rouveyrolles, Grando.

Reportage photos de Christian Itier

Photo en haut à gauche : deuxième partie : cocardier de Nicollin, en 5e position.

7a370da15ab48288b052e51035d82d21.jpg993e1e19c8518136865a05bb79e3f8a1.jpgPhoto à droite : 6e, cocardier de Blatière-Bessac avec le raseteur Goujeon.

Photo ci-contre à gauche : 7e, cocardier de Nicollin avec le raseteur Taulemesse. 

Photo ci-dessous : 8e, cocardier de Blatière-Bessac, N.332. D'après les spectateurs, c'est un taureau à suivre, difficile à raseter, il rentre sa cocarde. Ici avec le raseteur Charnelet.

 

613ce70ea634c2184e6503dc8c69d9fa.jpg

 **********************************

 

Dimanche 9 mars 

SEUL JUPITER PASSE ENTRE LES GOUTTES 

d988487b4cc95f014c10497c20944883.jpg

Belle attitude de Julien Ouffe entre les cornes de Jupiter 

 

66b3f08afc33cd268e84d0895e67797b.jpgeed46fd1f5cbe01b6611f00a2f4cbf8e.jpgCe devait être un concours de manades Cuillé - Boch (Niveau Avenir hors trophée), sur le papier il avait belle allure et on avait hâte que les huit raseteurs de la capelado - C. Garcia, Jourdan, Santiago, Fougère, Violet, Paparone, Ouffe, Sabde et les 4 tourneurs Zerti, Ranc, Benzegh, Baccou - entament le combat. Le  beau Jupiter de la manade Boch a eu juste le temps de faire admirer sa tenue de piste, quelques conclusions bien senties après Garcia ou Jourdan qui avaient audacieusement plongé entre ses cornes ou quelques rasets appliqués de Sabde et Ouffe... qu'il fallait se résoudre à l'évidence, la pluie n'allait pas s'arrêter de sitôt. Et Marc Moucadel, le président de course, prenait raisonnablement la décision d'arrêter là. 

Martine ALIAGA
Photos : Christian ITIER

LES PHOTOS : en haut à gauche, Jupiter avec Santiago ; à droite avec Violet. Ci-dessous, face à la charge de Jupiter, Cyril Garcia en oublie son crochet.

f6622c97b4a78e6cf71747193483def6.jpg

 *****************************

04/03/2008

LES CAMARGUAISES : LA COURSE

Aigues-Vives, dimanche 2 mars

DEBUT SANS FANFARE 

b323031ad70eec077d9fa8ed5b4320fa.jpg
ARNAUD de Guillerme le lauréat du Trophée Lacroix

 

Heureusement il faisait beau, heureusement les arènes étaient pleines, heureusement les clubs taurins réunis d'Aigues Vives avaient fait le maximum depuis le matin pour que Les Camarguaises se passent au mieux. Heureusement qu'il n'y a pas encore de touristes...  L'humeur générale étant au beau fixe entre gens acquis à la cause, on ne va pas chipoter.

Plus sérieusement... la course en elle-même a été assez fade. La date peut-être? Début mars c'est un peu tôt... et pour les taureaux et pour les hommes.

Ils étaient huit blancs à la capelado (Marquier, Valette, Moine, Guyon, Bournel à droite ; Clarion, Sabde, C. Chanat à gauche ; pour tourner Lebrun, Lizon, Dumas, Beker) et des huit, Rémi Guyon s'est très souvent retrouvé seul aux commandes. Le jeune raseteur s'est fait voir tant dans les difficultés qu'avec le barricadier du jour. 9 ficelles sur 12 sont retournées au toril.

Les taureaux : Arnaud (2e, Guillierme) s'est montré le plus cocardier, il en est récompensé à juste titre du prix de la journée ; avant lui Fonfon (Blatière-Bessac) avait très bien attaqué les débats. Jeannot (4e, Benabent) n'a plus rien à faire à ce niveau. Pas assez entrepris, il a mal terminé jusqu'à être réticent malgré ou parce qu'il a totalement dominé durant ses dix premières minutes (maîtrise de la piste, des angles, présent au départ et dangereux à l'arrivée des rasets). Mirabeau (5e, Saint-Pierre) n'a lui non plus pas été étouffé après un premier saut qui refroidit les raseteurs. Dans l'angle du toril, il a fait sa tour de contrôle de laquelle seul Guyon a courageusement tenté de le passer. Plus maléable sur la fin, il garde un gland. Quant à Primadié (6e, Siméon), il a été totalement gaspillé. Ce jeune élément a du sang, du caractère et de l'ardeur. Ses engagements après l'homme ont fait le bonheur de cette fin de course. Je passe volontairement sur Faucon (3e, Nicollin) trop facile, trop maléable.

Martine ALIAGA 

9365de3f49aed785638afa3ae46e1be9.jpg
ARNAUD et R.Guyon
3c11254af93dd4d11056950ab7ea812b.jpg
FONFON de Blatière-Bessac
a95162981b765dade3fb598461279f70.jpg
JEANNOT de Benabent
dd89c3b89325e134727d7ee4173b8953.jpg
MIRABEAU de St Pierre
0bdda4bca648a5b1defe220a2eda318d.jpg
PRIMADIE de R.Siméon

Photos Luc PERO 

24/02/2008

AIMARGUES : JOURNEE FANFONNE

Dimanche 24 février

TRADITION ET MISE EN JAMBES

aa916087c8ce8c846365cc2711e1118c.jpg
MARI-PEU sur Damien Moutet

Il est un peu tôt pour faire courir les bioù mais, journée Fanfonne oblige, les Guillierme était hier de sortie. Belle affluence dans les curieux gradins aimarguois où il faut bien choisir sa place entre les barres des rambardes qui coupent la vue et les travées d'où certains angles sont occultés ; heureusement toutes les qualités ont été laissées à la piste. Un public certes supporters des Guillierme mais aussi de nombreux clubs taurins, raseteurs, manadiers et gens de taureaux pour assister à la première capelado de l'année – exemplaire de présentation. Menée par Auzolle qui étrenne son maillot aux manches bleu, blanc, rouge, suivi des frères Benafitou, Ouffe, Noguera, Moine, Oleskevich, Ferriol, Jourdan, Moutet, avec les tourneurs Duran, Zerti, Lebrun et Bensalah pour fermer la marche. Du haut de son donjon, Gérard Valentin a mené la course de sa spectaculaire diction.
Des six cocardiers, on a pu apprécier le bon comportement général face à dix raseteurs (dont la plupart des As  premier plan) dans ce contexte hors saison.

Plus en détail, on retient :
- la difficulté du Pounchu (4e) et du Sar (6e) qui gardent leurs ficelles. Le premier, avec ses longues cornes "astifine", a mené quelques actions dissuasives sur lesquelles les gauchers ont été plus nombreux à s'engager, malgré du flottement dans sa tenue de piste. Le second, brave au début sur les séries, a fait douter les hommes au fur et à mesure par ses poursuites en force et jusqu'aux planches où il s'est soulevé plusieurs fois à l'arrivée ;
- le bon comportement de Ramuncho (1er) qui sait se déplacer et faire un sévère tri dans les cites mais aussi appuyer ses finitions sans se départir de son calme ; 
- le panache de Mari Peù (5e), même s'il se laisse parfois distraire ou s'il se tanque pour récupérer, il n'en signe pas moins d'une dizaine de gros engagements en presque 14 minutes.
- restent Lou Renaire (2e) qui a beaucoup subi et n'a trouvé à mi-parcours que de gros coups de tête pour se défendre et Aurochs (3e) qui a offert une course en deux temps. D'abord, placé, il n'est abordé que prudemment à cause de sa vitesse d'exécution qui empêche de poser la main. Là il donne de bonnes séries conclues systématiquement. En revanche, aux ficelles (il en rentre une) il durcit sa position et campe sur son placement.

Martine ALIAGA 

38da9dc5abe43c6ec49d20808bab6437.jpg
LOU POUNCHU avec Nabil Benafitou
4658c274d79a82f6be4cee6eab735de6.jpg
MARI-PEU derrière Loïc Auzolle
Photos Luc PERO
*************************
En matinée
19e Souvenir de La Demoiselle
167e4ba14597fb1ebdd4cda752e0c57d.jpg
936d545eba2d43d46a5e1143279da5d2.jpgRendez vous incontournable pour les gens de traditions, de métiers camarguais, afeciouna, cette matinée dédiée à Mlle Fanfonne GUILLIERME réunit et attire toujours autant de monde. Après la traditionnelle messe provençale, le cortège des costumés, gardians, Arlésiennes, tambourinaïres, calèche pour sa Majesté la Reine d'Arles s'est dirigé vers la statue du Souvenir. Discours des officiels et place à l'abrivado suivie d'une roussataïo. Il est plus de treize heures, apéritif et repas avant la grand Course de la devise or et azur.
Texte et Photos Luc PERO
95fa234b2378d5e21777bba19a86d9dd.jpg
d54b9dc9ceb04d88261e6ce80765332e.jpg
71e254bd5704ac3d63f0d1e4afdc351d.jpg
dfeb09ce37bce1902ab06b59a5c9efc1.jpg
0633bafcd8e1934d26ce19c7204dd62d.jpg
11e4f6c1f8ea0490496182dd54ff56e5.jpg
a7a85c5c4d06e2b3cec90d763608e1e6.jpg

2e1e15c3fbe2041c62f36389a5ff3f9c.jpg
0e148f6614dde10aed21acf2d102037f.jpg

7f929df1cd55a08e4841e8c40082f145.jpg
a31e229321890113f07409578829ac14.jpg

19/11/2007

JONQUIERES St VINCENT le 18-11

LES BON-DISSANTS COCARDIERS DU MAS DE PEINT

5cd6881529aa44cd1ff64d3924017e0e.jpg

Un beau soleil, une température clémente, une belle entrée, et le sympathique et dévoué Rachid pouvait déjà avoir le sourire. La suite ne lui enleva rien de sa joie car le comportement des cocardiers de Jacques BON, a été au niveau de ce que l'on était venu voir. Les N° 473, 466, 429 et surtout le 414 ont dévoilés leurs envies par de superbes envolées jusqu'à la hauteur des tubes. Le 354, plus régulier dans les ripostes mais pas désemparé pour conclure nous a paru le plus complet du lot de ces huit taureaux jeunes.
Moine et Chig sont les animateurs de cette course, et par instants Mebarek (pas toujours très fin dans la manière), Violet, P.Thierry et L.Galibert. Ils sont assistés des tourneurs Dunan et Ranc.

Texte et Photos Luc PERO

607d45575b0a703aca755dc316ed601c.jpg
528273c91ab7399b6b910a403a225411.jpg
6c8bd1202bed6154fe748f40db01b15e.jpg
7085a3b583c891f610009416a7117c60.jpg
abe5170584e71f7b0d24e469943e50fe.jpg

17/11/2007

MARSILLARGUES : COURSE DE BIENFAISANCE

Samedi 17 novembre

 

POUR LA BONNE CAUSE

2630498045dfa44d63caac5668052b5f.jpg
Belle poursuite de CASANOVA sur D.Moutet

 

Entrée : 200 personnes environ. Organisateur : CT La Sounaïa. Présidence : Thierry Daniel. Raseteurs droitiers : Daniel, Moutet, Fougère, Villard. Gauchers : Santiago, Ruiz. Tourneurs : Grando, Lebrun, T. Garrido.

Il fallait une  brave fe pour tenir jusqu'au 7e taureau avec la température ambiante, les cocardiers ne sortant – heureusement – que dix minutes. Pourtant, tout le monde a tenu le coup car c'était pour la bonne cause et 1 360 euros ont été remis au président de l'ANAPI (association qui s'occupe d'adultes handicapés). Dans ce contexte où manadiers, raseteurs, tourneurs et organisateurs se sont mobilisés bénévolement, il n'est pas question ici d'analyser les courses de chaque taureau mais seulement  de rendre compte d'une manière générale de leur comportement sachant qu'ils ont tous rentré leurs ficelles. Pour le reste, il faudra les revoir vraiment rasetés. Les raseteurs ont joué le jeu dans une bonne ambiance, et, cela va sans dire, devant un public acquis.

Rigau (Saint-Pierre) occupe les angles et en sort volontiers pour quelles bonnes poussées. Bravet et de bonne composition. Musique au retour.

Pélican de Thibaud se balade au petit trot. Il peut s'engager vivement ou ignorer superbement surtout à gauche. A l'invite de Villard, Fougère ou Moutet, il signe quelques beaux engagements.

Tango d'Hervas est un impulsif qui, bien consenti notamment par le trio Fougère, Villard, Moutet tape aux planches. Mais il gagne parfois le centre et se réserve. Pourtant, il garde un dernier coup dans sa musette pour s'envoyer derrière Moutet. Musique.

Après une petite pause, Sultan de l'Occitane ne permettra pas de se réchauffer en tapant des mains. Il ne s'intéresse pas à grand-chose et saute à la moindre occasion. Les raseteurs essaient de l'intéresser, en vain.

Très promeneur, Ségur de Félix a de l'énergie mais qui demande à être canalisée. Attiré par la contre piste, brouillon, il faut vraiment le capter pour qu'il poursuive l'homme. Villard et Fougère le citent pour un bout de route mais pas bien long.

Cabanié de Nicollin donne du jeu. Brave, il permet des échanges enchaînés droite gauche. Thierry Garrido, tourneur, entre dans la danse pour quelques rasets où il se fait serrer de près, Fougère idem. Carmen.

Pour finir l'après-midi, Casanova (Saliérène) met du jus dans ses poursuites. Raseté sur ses déplacements, il montre des qualités dans ses vives réponses et sa volonté pour répondre aux séries. Moutet fait une traversée de piste émotionnante, Casanova plein pot aux fesses. Pareil pour Santiago, histoire de terminer en musique.

A la remise des prix, Dimitri Fougère, Hervas pour Tango (y'avait aussi Casanova), Thierry Félix qui a organisé la journée, reçoivent les bouquets et  M. Pianietti, président de la Sounaïa, la médaille.

MALI

15c76476bafd5265017a7f66026c86b7.jpg
a8bf9cdb356eaec3b44d7b105ead7fb7.jpg
467ba25fb9fa23b2f35d070011df91b3.jpg
ddea128c223c75b40fb7978a9a60f8e2.jpg

 

Photos Luc PERO


 

12/11/2007

SAINT-GILLES le 11-11

TROPHEE DES MANADES LOCALES

PRIMADIÉ BARRICADIER
PAVOUN COCARDIER

4772007cdd43137a3eec9b56eec732bf.jpg
LA MANADE SIMEON AVEC '' PRIMADIÉ '' EST RÉCOMPENSÉE

Un 11 Novembre, ensoleillé avec du public sur les gradins, ce n'est pas coutumier pour les arènes Saint-Gilloises. A l'heure de la capelado Didier Gaillard le président de course invite les sept raseteurs à défiler. Les droitiers Gleize, Mascarin, Savajano, Violet et les gauchers Four, Oleskevich, Ricci sont par la suite aidés des tourneurs Dunan, Ranc, Rouveyrolles. Leur travail en première partie fut assez modeste, mais aprés la pause ils haussent le rythme sauf devant Pavoun. Le Trophée des manadiers locaux est attribué sans discussion à  Raymond Siméon pour la belle prestation de son taureau PRIMADIÉ.

Sorti premier, SAMOS de Hervas pose des problèmes avec sa corne droite (en forme de tire-bouchon et pointée vers l'avant). Pas très facile à manoeuvrer il joue bien son rôle de premier et rentre un gland. Deux Carmen. AUMONIER de Thibaud, second, tétanise les hommes par son placement et quelques anticipations. Coriace il faut aller le chercher pour avoir de la riposte. Se laisse tout de même prendre au jeu et ne sauve qu'une ficelle. Carmen retour. GAUVIN des Baumelles, troisième et dévoreur d'espace. Trop mobile il se fait piéger pour les pompons, mais garde ses ficelles grâce à la non-motivation des blancs.
Après la pause café, QUESCO d'Espelly-Blanc, quatrième intéressant, bien placé aux barrières il donne l'impression d'être intouchable. Entrepris il se donne dans de bonnes séries. Beaucoup de coeur dans ses réparties et la musique joue cinq fois dans onze minutes. PAVOUN de St Pierre, cinquième, craint par les envolées qu'il peut effectuer. Aujourd'hui les hommes ne lui ont guère donné cette opportunité et sa course en a quelque peu souffert. Cela n'enlève rien de ses qualités. Seul Four lui donne l'occasion de s'exprimer à son avantage, mais ce n'est pas suffisant dans quinze minutes. Deux Carmen et ses ficelles au retour. PRIMADIÉ de Siméon, sixième explosif, avec du gaz, de l'envie, de l'agressivité. Tour à tour Gleize (5), Four (5), Savajano (3), Violet (2) sont prestement reconduits à la barrière pour des conclusions multiples et variées. Des coups de barrière, des bascules, des sauts dans quinze minutes huit fois honorées. Une ficelle au retour. Septième, le tout jeune KENAVO de La Saliérène, plein de bravoure et d'allant. Il effectue douze minutes toniques dans lesquelles il brille sur des enchaînements qu'il vient conclure museau au dessus. Trois Carmen.

Texte et Photos Luc PERO 

5b0b428c97364cc4653b3c7b2d729dd5.jpg
SAMOS de Hervas
a7c294b679ffd4ddc104ef9a47e45c0c.jpg
AUMONIER de Thibaud
4b2578e28bddac35bad439d1706a107e.jpg
GAUVIN des Baumelles
54e6f06a5c3d02346c2e932fd6ba8c83.jpg
PAVOUN de St Pierre
10e682d0296d8e2d6a817d44fe7345ea.jpg
PAVOUN
2752a3d19846cc94af7225e3f80ce88d.jpg
QUESCO d'Espelly-Blanc
d2379e183e11f40f3fab7414eff651ed.jpg
QUESCO
1651528bf4c27131beb3d399d5762012.jpg
PRIMADIER de Siméon
f2d75d099fb37b8d4da1abafa4050466.jpg
PRIMADIER
d1f80c7e5c321a71d3fa4d9c2196cb47.jpg
PRIMADIER
87b7aa149852c39f67ffac2bf9ced17a.jpg
PRIMADIER
f50f50c9b8c1863fb413688a419c9702.jpg
PRIMADIER
b0ac968fdb0d28bac568b3c8a9f14b82.jpg
KENAVO de la Salièréne

GALLARGUES-LE-MONTUEUX : LES ESPOIRS DE GUILLIERME

Dimanche 11 Novembre

CARMEN GENERAL
POUR LA CLOTURE DE LA SAINT-MARTIN

9148d683c8287596cecf1c653aca95f1.jpg
Varadero - Clarion 

Une course à Gallargue-le-Montueux, c'est comme une plongée sous-marine dans un espace protégé aux espèces en voie de disparition. D'abord un village tout en ruelles pentues aux façades en pierres habillées de fleurs, une arène biscornue avec une déclivité digne d'un col du Tour de France, un public acquis à la cause qui s'interpelle, prêt à s'enflammer pour peu que les rasetaïres mettent du coeur à l'ouvrage. Les bioù sont adulés, les mains se tendent quand ils s'évadent en contrepiste. Sur les étagères, c'est plein, on s'installe comme on peut, on se quiche pour que La Gardounenque puisse s'asseoir, Roger distribue sa cartagène millésimé, "Pas pour les femmes", dommage, on se serait bien réchauffé du liquide doré. 

Les sept raseteurs 3489b8712a6b60a353856a9522dfc4f0.jpg de la capelado (Bini, Moine, Estevan, Roux, Dumas, Joseph, Clarion plus Duran et Grando) ont fait une haie d'honneur à Gérard Aubaterre, tourneur, qui arrête là sa longue carrière.
Timide, discret, Gérard ne s'attarde pas sous les applaudissements du public mais à la fin de la course, quand les raseteurs le porteront sur leurs épaules, sur son visage, se lira toute son émotion. Un coup de chapeau mérité ! 

Les espoirs de Guillierme (cinq de six ans, plus Oufanous, 8 ans) ont donné une bonne réplique et notamment Varadero (3e), Saint-Omer, 5e) et Nivo (6e). Beleù fait un bon premier par des ripostes sèches et des finitions abouties même s'il se réserve sur la fin. Attaqué sans ménagements, Rabina se fait couillonner sur ses déplacements. 7 minutes. Varadero ne refuse rien dans des poursuites rageusement menées et abouties sur Roux, Bini. Il serre les raseteurs de plus en plus jusqu'à s'envoyer sur Joseph qui s'en tire avec seulement un tee-shirt déchiré et un coup dans le dos, y'a un bon Dieu parfois pour les raseteurs. 11 minutes crescendo.

Bien entrepris, le brave Oufanous met du coeur à l'ouvrage en se soulevant à plusieurs reprises Clarion (4 fois), Estevan, Moine, Bini l'ont aux fesses. Et même s'il tire la langue, il rentre ses ficelles. Saint-Omer a beaucoup d'impulsion au départ de l'action et finit à la planche la corne passée. De la bravoure, il en a à revendre, l'expérience lui apprendra à éviter les invites coquines car, une fois placé, il crée la difficulté. 14 très bonnes minutes. Nivo endort les hommes par son comportement intermittent. Un coup je passe, un coup je m'envoie. Les blancs s'en amusent jusqu'à ce qu'il réagisse violemment : des avertissements à Clarion, à Estevan, à Bini. Puis, l'action du jour (12e), Estevan traîne un peu, le bioù se propulse comme un obus jusqu'aux tubes et écrase la cuisse du raseteur qui se retrouve sonné sur les genoux des spectateurs. Sans trop de mal heureusement. Nivo, lui, rentre une ficelle.

Les spectateurs ont le sourire et se pressent dans la rue déjà noire de monde pour la bandido. Pas mal la Saint-Martin, on reviendra l'an prochain !

Martine ALIAGA

 

6aa24765c4089dd6f25038a7a70d8a85.jpgLE PALMARES DE LA SAINT-MARTIN

Sur l'ensemble des trois journées :
Le 311 de la manade Lagarde pour les courses de protection
Le Bombero de la manade Saint-Pierre (course du samedi), meilleur taureau de la fête
Jacques Estevan, meilleur animateur.

11/11/2007

GALLARGUES LE MONTUEUX le 10-11

A LA BONNE FRANQUETTE...

4fb5176a0088ea896232b439fe60f111.jpg
VINCENT cocardier craint et respecté

 

On est en pleine fête de la Saint-Martin, il fait beau, les étagères sont combles, l'ambiance sur les gradins ainsi qu'en piste sont de mises ! Que demander de plus ! des bons taureaux ? eh bien on est servi, avec un SIBLAIRE de St Pierre, unicorne mais sachant habilement se servir de l'autre. Il est doté d'une bonne dose de méchanceté qu'il exprime aux barrières en coinçant la jambe d'Estevan. Il clôture brillamment la première partie. Après les boissons chaudes, VINCENT d'Aubanel-Baroncelli, semble avoir récupéré de sa méforme lors de la Finale du Trophée des raseteurs. Cocardier dans l'âme et barricadièrement dangereux et spectaculaire il est complet et unanimement apprécié. LE BOMBERO de St Pierre avec lui le fantasque est au rendez-vous ! capable d'effectuer des énormes actions aux barricades, comme cette bascule dangereuse après B.Joseph, il peut aussi avoir des oublis. SEVERIN de Raynaud, un tout jeune élément de belle présentation. Des qualités qui ne demandent qu'à mûrir, volontaire et finisseur au besoin, il termine agréablement cette course où tous les cocardiers ont reçus les honneurs à plusieurs reprises.
Les blancs ont travaillés avec honnêteté, Moine, Clarion, Roux, Joseph. Chanat jusqu'au cinquième tout comme Estévan. Ces deux derniers se retirant sur blessure musculaire. Une bonne après-midi et une spectaculaire bandido comme on sait les faire à Gallargues.

Texte et Photos Luc PERO

3ec9867ce19609c576036df555326492.jpg
LOU SIBLAÏRE
5eeae0f8e705c55028ee48f4663c07bf.jpg
VINCENT
6b721a6cbf65ce7e66bb727af2276b8b.jpg
LE BOMBERO
3bd31c638a25b736ee2e9289369254c6.jpg
SEVERIN
*********************
LES BIOÙ SONT LACHÉS !
c82b1eb6cc200608c1ab57023b83fd33.jpg
eb73e81e985619a56be0ed781656ec07.jpg

06/11/2007

LES SAINTES MARIE DE LA MER le 5-11

TROPHEE Etienne BOISSET 

ANDALOU ET B. VILLARD VAINQUEURS
D'UN PSEUDO TROPHÉE 

a60627585be81dc33c2cecdb44f0a386.jpg
GAVOT du Pantaï

 

Que de questions se posaient-on à la sortie des arènes Saintoises ! Comment peut-on organiser une compétition en la structurant comme un festival taurin ? Pourquoi attribuer le prix du meilleur cocardier à ANDALOU de Espelly-Blanc alors que GAVOT du Pantaï est le seul à faire l'unanimité ? Pour quelles raisons la Présidence Saintoise distribue-t-elle  à tort et à travers des Carmen, galvaudant ainsi une récompense qui doit se mériter pour qu'elle puisse encore servir de valeur référence ! Toutes ces questions n'ayant aucunes réponses, passons au sujet du jour la Finale du Trophée E. Boisset. En piste Villard (remporte le prix du jour), Four (obtient le prix du meilleur animateur), Clarion, Moine, Ouffe, Mebarek, Mascarin, Gleize, A.Benafitou (se retire au 1er).bbe909b38c0bb0eb16f4291773fb7dd0.jpg Ils sont aidés de quatre tourneurs. Le travail de l'ensemble est correct, mais à leur décharge ils ne sont guère gâtés par les cocardiers. GAVOT est le plus complet, ANDALOU désigné meilleur cocardier est trop intermittent, TASSOU sera revu avec plaisir. A la pause la Cocardière d'Or ◄MARICO des Baumelles est présentée.
TOMMY de St Antoine, plus coopératif avec les gauchers sur lesquels il pousse quelquefois au bout, sa course ne va pas en s'améliorant et rentre ainsi une ficelle. Deux Carmen.
CAILLET de Raynaud, sept minutes trente de vaillance pure et la musique à quatre reprises.
ANDALOU de Espelly-Blanc, coureur désordonné il faut toutefois s'en méfier, car il peut subitement anticiper et porter le danger jusqu'au bout comme sur Clarion, Gleize, Four. Une énorme enfermée derrière Villard donne le frisson. Puis placé il donne alors autant de refus que de ripostes. Des Carmen et rentre ses ficelles.
MICHOU des Baumelles, difficile fin183ff19542bd677cc55c4bfb67999b7b.jpg de saison pour la vedette Saintoise. L'envie n'est pas là et son partenaire privilégié (S. Allouani) non plus. Le tout conjugué donne quatorze minutes bien moroses. Un Carmen en course, mais pourquoi le rejoué à la rentrée ?
RODIN des Baumelles, l'autre chouchou Saintois anticipe sur Clarion, effectue des belles séries sans créer de difficultés particulières. Villard lui tire des lignes qu'il suit avec convictions. Onze minutes de multiples fois honorées.
GAVOT du Pantaï, bien dans le rythme il va s'illustrer sur sur des enchaînements qu'il conclut en menaçant dangereusement de la corne. Moins dominateur qu'en cours de saison, il montre néanmoins l'étendue de ses capacités. Il occupe bien le terrain et défend avec brio sa seconde ficelle. Carmen douze fois dans quinze minutes ?
TASSOU de Cuillé, un bestiau barricadier qui est à revoir car son potentiel est intéressant. Une extraordinaire envolée au niveau des gradins après Gleize et bien sur des Carmen.
Texte et Photos Luc PERO
660afde80e40383bc6564c71677aa00a.jpg
TOMMY de St Antoine
fade32366f45937b9d65db56af0d7afa.jpg
CAILLET de Raynaud
257feb153ec132bcfbb0d81f4487dad4.jpg
ANDALOU d'Espelly-Blanc
2764601e631163bece9cff98a5886e72.jpg
ANDALOU d'Espelly-Blanc
67822eaac00f55a8ca482ae48bb13ae1.jpg
RODIN
2326b7c031d2cd5c8dc2cbb10ccbaca9.jpg
GAVOT du Pantaï
6b3e0b53fef5cf716755735fd92a162c.jpg
GAVOT
a2c9a7ca1fd4d698ced3fc0e9acdf2a3.jpg
GAVOT
4f15445c798b97c1736fd0c9a3f69577.jpg
GAVOT
55a9b9a095e19799bc10736fd86c9d3c.jpg
TASSOU de Cuillé