Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/03/2015

LUNEL *AS HT 1re journée du Pescalune

Dimanche 30 mars 2015

Troubadour et Jupiter les meilleurs des Laurent

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises

Troubadour cocardier complet

Si la prestation de Troubadour est la plus complète et Cyrano bon premier, Jupiter termine tambour battant ses 10 minutes. Le reste de la Royale étant très inégal. Mènent la course, Chekade qui fait passer le frisson par sa témérité, Katif, Allouani et Aliaga bien esseulé à gauche. Au final une petite mouture pour la 1re course du Trophée Pescalune. 

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises► PHOTO Cyrano met Chekade en difficulté
Cyrano. -
Une première moitié de course où il utilise intelligemment la piste et se montre dangereux après Chekade (3 fois). Petit à petit, il se décale, sélectionne et se fait réticent malgré quelques beaux sursauts (Chekade, 2 fois, Aliaga). Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Fouquet.- Peu intéressé, il promène, se montre brouillon et ses sauts multiples et intempestifs gâchent un bien long quart d’heure. Rentre ses glands.

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises◄ PHOTO : Téflon-Katif
Teflon.-
Cul aux planches d’entrée, il faut vraiment le rentrer. Les hommes le forcent, alors les séries sont denses (Carmen) et il envoie souvent la corne en finition. 8 minutes les premiers attributs. Mais quand il retrouve sa position sous la présidence, il faut lui arracher les rasets. 

Troubadour.- Il se laisse plumer rapidement de ses cocarde et glands. Mais aux ficelles, il enchaîne magnifiquement en concluant rageusement au fil des planches. De superbes séries bien frappées où il ne laisse que sa 1re ficelle. Se réserve un peu sur la fin mais offre la plus belle prestation de l’ensemble. 8 Carmen et retour.

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises► PHOTO : Danger quand Romeo pointe  après Chekade
Roméo.-
Pas de tenue de piste, remuant mais quand Chekade prend le risque pleine piste, il est à ses trousses pour trois rasets qui font passer le frisson. Fantasque et peu sollicité, son quart d’heure s’éternise. 4 Carmen et retour. 

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises◄ PHOTO : Quo Vadis - Aliaga
Quo Vadis.-
La générosité même. Il se fait surprendre aux attributs par une longue série où les hommes le délestent. Mieux placé aux ficelles, sa franchise l’honore pour de longs échanges (Carmen) mais il manque de pétard pour tenir tête. 13’30 agréables.

Jupiter.- 10 superbes minutes d’actions violentes aux planches. Jupiter est leste, méchant, ses coups de barrière vont chercher les hommes haut sur les tubes. Des explosions de toute beauté pour un final en musique tout du long.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Niveau As HT. Entrée : 1/3. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Ayme, Chekade, Katif, Miralles. Gauchers : Alarcon, Aliaga, Allam, Mebarek. Tourneurs : Baccou, Daniel, Khaled, P. Rado.

LE FESTIVAL DE JUPITER

 lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises

▲ sur Alarcon

▼ sur Katif

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises

 lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises

▲ sur Allaouani

▼ sur Katif

 

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises

*******************

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER *Avenir HT *

Dimanche 30 mars 2015
 
ETRE A LA HAUTEUR DE LEUR TACHE : 
LES RAYNAUD L’ONT ETE EN TERRE SAINTE
 
Dans le cadre de la journée qui lui est consacré, l’élevage du Grand Radeau présentait une course complète devant un public relativement clairsemé (500 personnes à vue d’œil) et sous une température plutôt automnale que printanière et un vent violent. Si la seconde partie avec Tailleur (6 ans), Léo (7 ans) et Andreloun (6 ans) fut nettement supérieure, la première, non sans reste,  fut rehaussée par Criquet (8 ans). Les tenues blanches, accueillies par la Pena Mithra et le Groupe Baroncelli  (au nombre de 8 +4 tourneurs – S. Rouveyrolles, M. Arnel, JF Moulin, P Thierry),  M Sanchez,  A. Charrade, G. Montesinos) prirent d’entrée leur vitesse de croisière bien secondés par M Marquier, H Poujol. R Ibarra, M. Gougeon qui furent les auteurs de bons passages alors que C. Ibanez faisait son retour. 
Au pupitre, Bruno Pascal sera égal à lui même. 
 
les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaises◄ PHOTO Criquet - Montesinos
Criquet (n°740) : Quelle entrée en matière. Ses répliques où il joue d’un petit coup de tête sont vives. Dans le terrain des planches, il dicte les règles du jeu et ne se fait pas submerger. Poujol, Ibarra et Montesinos seront serrés de près alors que Marquier sera gratifié d’un bel engagement à la dernière minute, le tout sous l’air de Carmen, rejoué à son retour porteur de ses ficelles.
Pitalugue (n°946) : Surpris et pris d’assaut, il défend ses principaux attributs sans placement défini et en limitant ses répliques à quelques enjambées. Plus appliqué aux ficelles (dont il rentre la seconde) ses ripostes sont plus délayées  surtout derrière Gougeon (2), Poujol (2) et Marquier où il passe la corne en conclusion. Tout cela lui valait bien les honneurs, desquels il  a été privé en course et à son retour au toril.
Cocognon (n°737) : Avide de rasets, il répond au coup par coup et se laisse piéger face au rythme imposé par les hommes. La 1re ficelle est pour Marquier (7e), la seconde pour Montesions (13e) et le retour se fait en musique en récompense de sa vaillance et d’une enfermée sur Sanchez.
les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaises► PHOTO Tailleur - Marquier
Avec Tailleur (n°943), la course va monter d’un cran. Cocardiérement parlant, il connait la leçon. Collé aux planches les hommes ne vont pas lui monter dessus. Pris par défaut, cocarde et glands partent. Tailleur se livre avec franchise tout en anticipant légèrement et en acceptant les reprises. Prenant l’ascendant sur les hommes au fil du temps, il reste maître de ses ficelles, dont la première était à 250 €. Un gros Carmen le raccompagne au toril.
les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaises◄ PHOTO Léo - Sanchez
Changement de registre avec Léo (n°832) pour qui on pouvait craindre le pire. Mais, il n’en fut rien. Volontaire, il ne rend pas les armes. Les rasets, tous les rasets trouvent réponse. Léo se livre sans retenue et n’hésite pas à pousser jusqu’aux planches où il vient se dresser derrière Sanchez (2), Gougeon (2), Poujol, Montésinos, Charrade. Ses finitions, cornes plantées dans les planches derrière Sanchez et Marquier viennent borner sa bravoure.  7 Carmen en course, répété à sa rentrée porteur de sa seconde ficelle.
▼ PHOTO : Andreloun - Montesinos
Pour conclure, et de quelle manière, Andreloun (n°958) allait tenir la dragée haute aux hommes. Hargneux, les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaisesrapide et agressif et avec l’œil de partout, il part sans retenue sur les rasets qu’il conclut par une envolée aux planches derrière Montesinos, son principal adversaire. S’échauffant au fil du temps, Poujol se fera fortement enfermer  sur la longueur lui cédant le seul attribut du quart d’heure, le gland. Donc cocarde intacte (à 200 €) il retourne au toril avec de forts applaudissement et son 6e Carmen.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 

MAUGUIO

Samedi 28 mars 2015

LA COURSE CAMARGUAISE MOBILISEE
AUTOUR DE GABRIELLE et de l’AFMBD

mauguio,tous pour gabrielle,course camarguaise

 
Les arènes de Mauguio ont ouvert en ce samedi leurs portes pour la bonne cause. En effet y était organisée une course au profit l’AFMBD  (Association Française de la Maladie de Blackfan-Diamond), maladie dont souffre la petite Gabrielle.
Et quand c’est pour la bonne cause, que ce soit, un samedi, un dimanche, le public camarguais se mobilise et notamment en ce début de saison dans les arènes. Un peu plus de 1000 personnes (1014 exactement) avaient pris place sur les gradins pour ce concours de manades, qui dans de ce contexte bien particulier, a été très plaisant à suivre.
En ouverture, Manon et Fanny Izquierdo et Quentin Foucaran nous ont emmené, avec leurs chevaux et au son du Groupe Gypsie Estrella, Outre -Pyrénées dans un carrousel et un numéro sans bride. La pena Mistral, accompagnée des arlésiennes de la Pitchoto Camargue et des gardians des manades Lafon et L’Aurore précédés de  la petite Gabrielle ont accueilli à la capelado, pas moins d’une vingtaine de tenues blanches, qui interviendront en alternance durant l’après-midi.
Sortie en première position, Sueno (Rouquette - n° 515) va bien jouer son rôle tant en se jetant volontiers dans le raset, tantôt  en demandant davantage d’engagement chez les hommes. Quand il vient, il conclut sévèrement aux planches sur Allouani(4), Katif, Rassir et Aliaga. 3 Carmen plus rentrée.
Juste derrière le tout jeune Bagna (Janin – n°013) va étaler toute sa bravoure. Sans difficulté apparente, il enchaîne droite/gauche sans rechigner. Classique, coupant légèrement le terrain, ses réparties serrées auraient mérité les honneurs, dont il a été privé durant ses 13 minutes.
Juste avant la pause, Maé (Les Soleil – n°7001), malgré son placement irrégulier s’est prêté au jeu fourni par les hommes. Il se jette dans le raset en une petite anticipation. Castel se fera enfermer alors que Jodar sera obligé de traverser la piste. Même si sa fin de course baisse de rythme, cela vaut bien le disque à sa rentrée pour la 4e fois.
mauguio,tous pour gabrielle,course camarguaiseA la place de la vedette, Cenote (L’Aurore – n°921) a parfaitement joué son rôle. Calme, contre les planches, il surveille. Consenti, il part avec force sur raset pour pousser jusqu’à l’extrême limite ou il profile la corne. Outarka, Katif, Aliaga (4) se feront serrer. Allaouni sera sévèrement raccompagné (2) et Guin de fera coincer (sans mal) au moment sur saut. 5, 6 Carmen rejoué à son retour.
mauguio,tous pour gabrielle,course camarguaiseAvant dernier, Tiburce (Lafon – n° 917) est plaisant. Après un début calme, il s’échauffe et apporte un peu plus d’application dans ses sites. Présent, il vient au bout passer la corne sur les planches ou s’engager aux bois derrière Four et Auzolle. Son temps de course sera récompensé par le disque, joué 3 fois durant.
mauguio,tous pour gabrielle,course camarguaisePour conclure, Mistigri (Cyr – n°901) va attendre près de 4 minutes pour le premier raset. Sollicité il se montre plus à l’aise sur les droitiers qu’il  gratifie de 6 jolies finitions (Khatif, Ciacchini, Jodar) tout comme Ouffe.
A l’issue de la course, en présence  des participants à la journée, l’AFMBD  recevait des mains du principal partenaire de la journée un chèque de 2000 € alors que les organisateurs remettaient eux, un chèque de 9750 € de dons récoltés sur la journée (course à 5€ l’entrée – Repas – Loterie – Buvette)
Une bien belle journée d’estrambord pour la bonne cause…
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Raseteurs : S Allouani, L Auzolle, B Four, R. Guin, E. Jodar, C. Castell, JB. Granier, D. Fougere, K. CaiZergues, R. Mondy, Th. Mondy, J. Ciacchini, L. Outarka, J. Aliaga, D. Moine, N. Paparone, O. Ruiz, Z. Katif, K Cartalade, S. Rassir, J. Ouffe. Tourneur : J. Daniel, L Esteve. Présidence : Laurent Hénin
 
 

22/03/2015

VENDARGUES *NIVEAU AVENIR HT*

Vendargues,manade Hervas,courses camarguaises

Le pelot François Hervas (à droite), les gardians (à gauche) et les membres de la Muleta dont Serge Hermet le président (au centre) à la capelado, la remise des cadeaux.

Dimanche 22 mars 2015 - Manade Hervas

Pour les 25 ans, une complète qui tient la route

Vendargues,manade Hervas,courses camarguaises

▲ Pour ses débuts à l'Avenir, Marvin Méric,
issu de l'école de raseteurs de Baillargues, affronte Jazz.

Vendargues,manade Hervas,courses camarguaisesHormis Pabeu peu conciliant et Epsilon trop bébé mais prometteur quand même, la complète de François Hervas donne une bonne image de l’élevage avec Rafiot (◄ Photo sur Favier) et Jazz les vedettes qui n’ont pas failli et deux jeunes éléments qualifiés Houari et Mouflet. Chaque cocardier a montré du courage au sortir de l’hiver face à une bonne équipe de crocheteurs loyale mais omniprésente pour la 1re journée de la Main d'Or. 

Pabeu.- Fantasque, il faut vraiment l’intéresser pour qu’il participe. Il s’encroute au toril mais gare à ses réactions intempestives comme sur Rassir (2 fois) et Méric. Rentre ses ficelles. 

Houari, lui, prend d’entrée une rafale où il se livre généreusement. A 8 ans, il enchaîne les séries de belle manière avec quelques anticipations au passage. Pas un refus malgré le rythme imposé et cette bane qu’il envoie en finition après Favier. 9’30 de bonne facture. 3 Carmen et retour.

Mouflet se donne à fond et les premiers attributs volent rapidement. Leste, avec une jolie pointe de vitesse, sa volonté est sans faille dans les multiples séries où il se livre avec coeur. Malgré la fatigue il ne lâche pas, pousse même à plusieurs reprises, accélère après Rassir et rentre une ficelle. Bon petit taureau. 8 Carmen et retour.

Rafiot est de suite en place d’où il grille souvent la politesse aux blancs. Ne se laisse pas manœuvrer, pousse fort après l’homme et se dresse ou frappe en finition. Ses plus beaux engagements se déploient à gauche (Rassir, Aliaga, Favier) mais il ne dédaigne pas Katif et I. Benafitou, à droite. Manque un peu de patte sur la fin mais très bonne prestation avec les ficelles au toril.

Pour Epsilon ce n’est pas la même musique. Quelques sauts le sauvent de l’assaut, une paire d’accélérations, puis un peu plus de placement et quelques belles séries le font tenir jusqu’à la 14e. A revoir dans une vraie course à l’Avenir. 2 Carmen et retour.

Jazz ne s’économise jamais. Il saute, frappe, s’envoie, se cabre mais ne baisse jamais pavillon. Après avoir explosé à de multiples reprises, s’être blessé un peu, et montré un début de fatigue, il brise les planches après Rassir, explose sur Katif et lâche ses dernières forces dans une série. Un final en étincelles et en musique.

MARTINE ALIAGA

▼ JAZZ et Rassir

 Vendargues,manade Hervas,courses camarguaises

 

vendargues,manade hervas,courses camarguaises

▲ JAZZ - Maurel

▼ JAZZ - Aliaga

vendargues,manade hervas,courses camarguaises

▼ RAFIOT et Rassir

Vendargues,manade Hervas,courses camarguaises

▼ RAFIOT et Aliaga

Vendargues,manade Hervas,courses camarguaises

 

14/03/2015

MARSILLARGUES *HT NIVEAU AVENIR*

 marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise

La manade Vinuesa et les Pimparelles de Marsillargues
ont assuré capelado et remise des prix

Samedi 14 mars 2015 - Les 15 ans des manades Cyr et Vinuesa

Laos de Cyr déjà prêt !

 marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise

Le soleil généreux a laissé place à la pluie, mettant un frein mais pas un coup d’arrêt à la fête des deux anniversaires des manades Cyr et Vinuesa,     15 ans chacune. A mi-mars, les cocardiers n’ont pas encore le rythme mais Laos de Cyr, lui, est déjà bien fringant. Donc pour la manade Cyr, Laos impressionne et met de la difficulté, Lebrau en impose mais manque de pétard et Wagram passe trop vite. Chez Vinuesa, Orage et Pavoun assurent le job et le tout jeune Greffier est encore très vert. Katif et Aliaga mènent la course. Les prix de la journée à Lebrau et Aliaga.

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaiseOrage (Vinuesa).- Ses ripostes sont meilleures quand il choisit de se placer côté café. Un premier qu’il faut forcer mais dont il faut toujours se méfier à l’arrivée. Entre retenue et réponses abouties, comme sur Auzolle après qui il bascule.
► Photo : après Auzolle sous les yeux de Renaud vinuesa.
Il ne veut plus jouer pour les dernières minutes et rentre une ficelle.
3 Carmen et retour.

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise◄ Photo avec Ziko
Laos (Cyr).- D’entrée il impressionne par son calme, son placement et sa lecture du jeu. Attentif, sa vigilance n’est jamais prise en défaut et les tourneurs tenus à distance. Du coup, seuls Katif, Aliaga et Auzolle s’y mesureront. Anticipateur, rapide, il donne du fil à retordre et ne laissera sa cocarde à Katif qu’à la 14e minute après avoir lâché ses deux glands à Aliaga et la coupe à Auzolle. 3 Carmen et retour.

Wagram (Cyr).- Beaucoup plus mobile et avec moins de placement, sa générosité ne lui laisse que 5 minutes pour s’exprimer.

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaisePhoto Pavoun avec Aliaga
Pavoun
(Vinuesa).- De temps en temps il fugue mais une fois placé, ses poursuites ont de la puissance, il se montre plus vulnérable sur ses déplacements. Il augmente sa domination dans le troisième tiers de sa course, et entend le disque à de nombreuses reprises. Un quart d’heure inégal et une ficelle qui rentre en musique.

Lebrau (Cyr).- Sans trop se caler pour les premiers attributs,  ses réparties manquent d’assise. Aux ficelles, mieux positionné, ses répliques prennent de l’autorité avec quelques anticipations (Katif, Four). La pluie s’intensifie et la fatigue commence à se faire sentir chez les blancs.  Lebrau manque encore de jus en cette mi mars et de sollicitations mais rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaisePhoto Greffier et Four
Greffier (Vinuesa).- Tout jeune, tout vert, et beaucoup d’énergie à dépenser. Des sauts, de l’indiscipline, de l’inattention mais aussi quand il est intéressé une belle vitesse d’exécution. Séries conclues (3 Carmen) en accompagnant Four en conclusion (2 fois), des évasions pour deux ficelles qui rentrent en musique.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Entrée : ¾ d’arène. Organisation CT La Sounaïa. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Fougère, Jourdan, Katif. Gauchers : Alarcon, Aliaga, Four, Pinter. Tourneurs : Estève, Khaled, Fouque, Garcia.

▼ LEBRAU - Aliaga

 

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise

 

 

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise

▲ Les Pimparelles de Marsillargues

▼ Les prix

 marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise

***********************

 

 

 

02/03/2015

AIMARGUES *26e Journée FANFONNE GUILLIERME*

Dimanche 1er mars 2015

aimargues2015PHCD.jpg

AIMARGUES2015BPHCD.jpg

PHOTOS CYRIL DANIEL

Bien dans l’esprit

 

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

 

Le ciel chagrin n’a même pas perturbé le programme immuable depuis maintenant 26 ans de la journée hommage à Fanfonne Guillierme mais a peut-être un peu freiné les spectateurs. En revanche d'innombrables chevaux « environ 150 » estimera Guy Chaptal, capitaine de la Nacioun gardiano, qui avec la Confrérie et les gardians professionnels dessinait l’ossature du défilé des cavaliers  complété des manadiers, gardians, amazones et amateurs.  Et en grand nombre, les gardianous et  pitchounettes bien quillés sur leurs Camargue. A pied, les gens en costume accompagnaient jusqu’à la statue de Fanfonne, la Reine et ses demoiselles d’honneur acheminées en calèche.

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaiseL’acampado a livré son lots de discours, parmi lesquels se sont distingués le felibre Gabriel Brun, le manadier Christian Espelly et la Reine Mandy Graillon, toujours aussi vive et motivée. Tandis qu’abrivado et roussataïo menaient taureaux, chevaux, juments et poulains en parcours ouvert. Un plaisir pour les yeux.

LA COURSE

L’après-midi aux arènes, les spectateurs ont petit à petit rejoint les gradins emplissant d’une bonne moitié les arènes. Sous la présidence de Bruno Séguier, se présentaient à la capelado : Auzolle, Guyon, Caizergues, Oudjit, Soler, les droitiers ;  Sanchez, Martin, Gougeon, les gauchers. Tourneurs : Lizon, Joseph, Arnel, C. Garcia.  Place aux premiers cocardiers de l’année, tous bien présentés et en bel état au sortir de l’hiver. Sans temps morts, la course a été agréable à suivre, rasetée dans l’esprit de cette journée de fête et de reprise. 

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaiseCoute Negre, fait preuve d’une belle agressivité et de poursuites sérieuses lorsqu’il démarre des  planches. Il termine d’ailleurs corne menaçante autant à droite qu’à gauche (3 Carmen) et ne laisse sa cocarde qu’à la 8e. Face à des hommes entreprenants, il garde un gland et ses ficelles.

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaisePensatié est beaucoup moins expérimenté, et il court, il court à perdre haleine. Pourtant bien emmené (Gougeon, Soler, Sanchez, Auzolle), il conclut en se dressant. Il garde assez d’énergie et de moral pour appuyer encore lors des trois dernières minutes dont un gros sursaut après Soler et conserver ainsi une ficelle. 3 Carmen et retour. ▲ Photo : Pensatié - Soler

Beu Caire, lui, se disperse, lâche en cours de route mais accélère après qui l’intéresse même s’il reste brouillon en 11 minutes. 

Ventaureu est solide et les blancs s’en méfient. Un peu décollé des planches, sélectif et autoritaire, il trouve un bon partenaire en Loïc Auzolle. Pas assez entrepris, rentre ses ficelles. Carmen au retour.

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaiseLa franchise de Miasset lui coûte ses premiers attributs en deux temps trois mouvements. Mais il se plaît dans les échanges, se chauffe et bien titillé, s’emporte après l’homme. Un cocardier pétillant qui termine son presque quart d’heure en tamponnant après Gougeon. 5 Carmen et retour.

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaiseTout feu tout flamme, Nego Chin étale beaucoup de volonté et de générosité et y laisse beaucoup d’énergie. Mais en a assez sous le sabot pour enchaîner et produire plusieurs jolies conclusions. 3 Carmen et au retour, pour  12 minutes de bonne facture suffisantes pour sa première course.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS C. ITIER

La jeunesse défile

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

 

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

▼ En piste aussi

aimargues,26e journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

 

20/11/2014

SAINT-MARTIN-DE-CRAU *PATATE D'OR*

Samedi 15 novembre 2014

Une Patate d’Or très convoitée 

saint-martin-de-crau,patate d'or,course camarguaise

saint-martin-de-crau,patate d'or,course camarguaise

Ils sont arrivés le sourire en coin, le sac sur l’épaule... Motivés mine de rien, voire un peu stressés. « Je suis aux taquets », dira même Jacques Estevan. « J’ai fait des footings toute l’année pour être au top », explique le vainqueur 2013, Jean-Marie Aliaga.

► PHOTO : Jean-Marie Aliaga, avec 10 points de handicap, et malgré son entraînement intensif et son free-style, n'a pu réitérer son exploit 2013.

Après trois entraînements et une sévère sélection parmi les candidats, le CNIPO (comité national et international de la Patate d’Or) alignait 24 raseteurs et 4 clowns-tourneurs, prêts à veiller au grain. Aux prises avec le bétail joueur de Chapelle-Brugeas, et motivés par Jérôme Dumas au micro, les hommes ont rivalisé avec courage, grand cœur et sens artistique certain pour s’octroyer le trophée préparé par Edgar Dumas, frère d’Emile Dumas.

saint-martin-de-crau,patate d'or,course camarguaise◄ PHOTO : Tatawine, malgré sa belle forme physique, n'a pu éviter la blessure.
Les spectateurs venus de toute la zone taurine ont supporté leurs candidats préférés. Notamment Jérémy et Maxime ne ménageant pas leurs encouragements à Jean-Marie et Jean-Paul ou encore cette équipe très en voix venue du Languedoc supporter Jimmy.

Place à la course : les cocardières choisies par la manade Chapelle-Brugeas (Saint-Martinoise, Pepita, Caphanaise, Pimprenelle, Nabila, Shakira, Roussette) s'en sont donné à coeur joie. Pour les raseteurs ce fut un peu plus compliqué et ils ont multiplié les gamelles, les baroulages, les sauts en avant, en arrière, de lourds atterrissages en contre-piste, le raset le plus long de la course camarguaise de l’homme qui ne sautait jamais les planches... Des bleus, des coups, des bosses... Quelques frayeurs et beaucoup de rires.

Samedi dernier, la 16e Patate d’Or a tenu sa réputation. Mention à Didier Laurent cumulant la 2e place (déterminée au nombre de cocardes, glands levés puis à l'âge), son jubilé, et ses 60 ans. Bravo ! Félicitations aux Languedociens Rémy et Jimmy, respectivement 3e et meilleur animateur. L’histoire retiendra le nom de Stéphane Dumas (vainqueur pour la 2e fois)... Dumas ? Encore un ? Y’a rien là...

MARTINE ALIAGA

PHOTOS HERVE BERNON

 

09/11/2014

PALUDS-DE-NOVES *FINALE LIGUES PACA*

 paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaises

Samedi 8 novembre 2014

LE N°8015 DE PLO , ROI  EN  PACA
 
Après Remoulins, c’était au tour des arènes de Paluds-de-Noves  de recevoir en ce samedi la finale  des courses de ligue PACA.  A l’heure de la capelado, en présence des Arlésiennes locales et voisines et de la pena Los Caballeros de Bellegarde, les 6 tenues blanches titulaires, leurs 2 remplaçants et les  2 tourneurs sont venus se présenter au public qui emplissait les gradins aux trois quarts.
Face au travail assidu de cette équipe motivée et appliquée, les taureaux ont eu fort à faire tenir leur temps de piste réglementaire. Malgré ce, l’ensemble fut très plaisant à suivre. Si le 8105 de la manade Plo s’octroie en toute logique le prix de la journée, les pensionnaires 893 de Lautier, 901 de Chauvet et 944 de Fournier ont marqué les esprits…
La course :
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaisesPHOTO Le Joncas avec Martin
Le premier à fouler la piste, sera le n°489 du Joncas, qui tout en vaillance se battra durant 6’30 en se signalant dans une série et une finition sur Martin.  Carmen joué 1 fois le raccompagne.
Classique, le n°958 de Gillet ne tiendra pas plus le coup.  Coupant légèrement le terrain, il passe la vitesse supérieure après la tête mais ne parvient pas à s’imposer. 3 Carmen récompensent son classicisme.
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaisesPHOTO Le Plo sur Bernard
Avec le 8015 de Plo, la course allait prendre une autre dimension. Rapide, anticipatif et surtout finisseur, chaque raset se transforme en une enfermée à couper le souffle notamment derrière Martin, Charrade, Bernard qui, en fin de course,  se feront brutalement raccompagner au-dessus des planches. Des Carmen qui résonnent  (5 fois) renouvelés à son retour au toril fortement applaudi. Juste avant la pause, le n°893 de Lautier allait clôturer agréablement la première partie.  Malgré ses sauts volontaires (5) c’est avec une certaine énergie qu’il a s’engager sur les sites pour raccompagner jusqu’à l’extrême limite ou il tape les planches avec le frontal. Rodriguez (2), Martin (2), Charrade ou encore Marignan en tireront le meilleur, le tout aux accents de Carmen (8 fois) retour inclus.
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaisesPHOTO
Le Chauvet après Marignan

Juste après la pause, le 901 de Chauvet est un sacré client. Sans parler de son placement, ses ripostes sont vives, appliquées et non sans danger. Méric, Marignan, Martin se feront serrer de près dans de longues ripostes. Sa franchise lui sera cependant fatale et les hommes le dépouilleront en moins de 8 minutes au terme desquelles il mettra quasiment le double pour réintégrer le toril avec le lasso.
S’il y avait eu un prix pour la beauté, sûr que le n°905 de Ricard aurait été sur le podium, mais…  il va répondre, sans forcer  la cadence en poussant de temps en temps quand la trajectoire sera droite.  5 sauts volontaires, 1 aux trousses de Charrade qui le privera de sa seconde ficelle à la 9e  avec 1 unique Carmen en piste. 
Avant dernier, le n° 944 de Fournier et Fils va débuter calmement en se contentant de répondre au ralenti. Mais dès la 6e minutes, ses réparties seront plus intentionnées.  Il va passer la vitesse supérieure pour enfermer ses partenaires (Martin, Bernard) et venir passer à plusieurs reprises la tête à l’arrivée. Carmen au retour pour la 6e fois.
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaises PHOTO La Galère et Méric
Pour conclure le n°916 de La Galère a tenu sa place. Son manque de placement va être compensé par sa vaillance. A droite, à gauche, il s’engage en poussant de temps à autre jusqu’aux planches où il peut de dresser timidement (Martin 3, Marignan 2, et Charrade) ou alors taper sans retenue (Marignan,  Martin). En récompense, il reçoit une multitude de Carmen (9) rejoué a sa rentrée….
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Remise des Prix

Jean-Louis PLO reçoit des mains de Gérard Batifort, président de la FFCC le prix du Meilleur Taureau.
Chaque stagiaire (A. Charrade – V. Rodriguez – V Marignan – F Martin – M Meric – E Bernard – D Guerrero – N Carta), tourneur (F. Levy – G Sagnier) est honoré pour leur participation.
 
*************

02/11/2014

LUNEL *31e finale du Trophée Pescalune*

 Lunel,31e finale du Trophée Pescalune,courses camarguaises

Dimanche 2 novembre 2014

Sabri le roi, Ziko le petit prince

Lunel,31e finale du Trophée Pescalune,courses camarguaises

Les vainqueurs de la finale : Ziko Katif et Garlan des Baumelles

Entrée : plein. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Auzolle, Belgourari, Chekade, Katif. Gauchers : Aliaga, Martin, Favier. Tourneurs : Cuallado, Galibert, Abbal, Daniel, Garcia.

Lunel,31e finale du Trophée Pescalune,courses camarguaisesUn Trophée Pescalune de haute tenue : arènes pleines, belle avant course du Velout Pescalune pour ses 30 ans, du rythme, des actions, de l’émotion, et pas un seul temps mort. Au final, Lunel célèbre son roi Sabri Allouani, 6e Pescalune dans le crochet, et ovationne son petit prince Ziko Katif. Garlan boucle sa magnifique saison avec le prix mérité de meilleur cocardier, Ratis empoche celui de la saison pour sa course du 19 juillet. 

Lunel,31e finale du Trophée Pescalune,courses camarguaises► PHOTO : Marcia offensif après Auzolle
Marcia
(Fabre-Mailhan).- Une tempête blanche lui tombe dessus, il se rebelle avec force, se cabrant aux planches sous le déferlement. Offensif, son coup de revers dissuasif ne change pas la donne, les rasets pleuvent et il riposte méchamment. Baisse la tête, fatigué mais toujours rageur. Pour 11’30 d’une bagarre âpre, 8 Carmen et retour.

Baryton (Lautier).- Vite fait les rubans, Baryton se prête au jeu, avec volonté et grande vaillance, prolongeant avec les droitiers. Les hommes répètent leurs gammes, longues trajectoires, mains au frontal... 7 minutes agréables. 4 Carmen et retour.

Lunel,31e finale du Trophée Pescalune,courses camarguaises◄ Photo : Chekade serré de près par Mignon
Mignon
(Cuillé).- Plus que beau, il est Mignon ! Montre du pétard et choisit vite son poste. Les réponses sont serrées, les blancs bien rangés droite-gauche, chacun son tour. Les tourneurs trop près... Mignon change de place. Des poursuites chaudes aux trousses de Chekade, I. Benafitou, Allouani. Sérieux, attentif, 11’30 cocardières de qualité. 4 Carmen et retour.

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises► Photo : une belle enfermée de Garlan sur Jérôme Martin
Garlan
(Les Baumelles).- Cul dans les planches, “Venez me chercher” semble dire le Biòu d’Or. Anticipation sur Allouani pour 3 minutes les rubans. Aux ficelles, c’est pas la cohue mais la discipline. Katif gère la charge, Aliaga écarté, Allouani un peu court. Les plus belles trajectoires avec Martin, Favier, Katif, Allouani, Ilias Benafitou cambre les reins, Martin dans les cornes. Garlan ne se donne pas à tous seulement à ceux qui le méritent. La 2e ficelle rentre. Bien le taureau, bien les hommes ! 6 Carmen et retour.

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises◄ Photo : Sylverado menace Belgourari
Sylverado
(Saint-Gabriel).- Les premiers attributs volent vite sans éclat. Sylverado a du mal à trouver sa place, Katif le défie pleine piste, Belgourari dans le berceau des cornes. Mieux placé, il livre de belles séries où il pousse fort comme après Katif, Aliaga, Belgourari. Katif multiple les longueurs et Belgourari stoppe le chrono à 11’30. 6 Carmen et retour.

Scipion (Saumade).- Katif bronche et passe sous les pattes du taureau qui se laisse prendre au vire-vire. Mais aux ficelles, ses ripostes sont fougueuses et les séries endiablées. Quelques réactions intempestives, les séries se multiplient et Favier met un terme à la 11e. 4 Carmen et retour.

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises◄ Photo: un gros engagement de Ratis sur Jérémy Aliaga

Ratis (Raynaud).- D’entrée, il explose en rafales, puis soumis à un gros rythme, il baisse d’intensité. Aux ficelles avec un peu plus d’air, il tire son épingle du jeu, envoie bouler Allouani, presse Belgourari, et s’envoie après Katif, Belgourari, Favier. Il manque un peu de gnaque mais rentre sa ficelle. 6 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Photos CHRISTIAN ITIER
et MALI

Super Sabri qui empoche son 6e Trophée Pescalune

▼ Avec Marcia de Fabre-Mailhan

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

▼ Avec Mignon de Cuillé

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

▼ Avec Garlan des Baumelles

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

▼ Avec Sylverado de Saint-Gabriel

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

 ▼ Avec Ratis de Raynaudlunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

LES PRIX DU 31e TROPHEE PESCALUNE

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

Meilleur raseteur : Sabri Allouani

suivi d'Amine Chekade et Loïc Auzolle.

Meilleur animateur de la finale : Ziko Katif

Meilleur cocardier de la saison : Ratis de Raynaud (course du 19 juillet)

Meilleur cocardier de la finale : Garlan des Baumelles

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises*******

Coup de coeur

remis
à la présidente
Roselyne Delon
pour le 30e anniversaire
du
Velout Pescalune 

 

*********

 

 

SAINT MARTIN DE CRAU *REVELATIONS 2014*

Dimanche 02 Novembre 2014

A CADENAS LES CLÉS DU SUCCÈS…

St Martin Crau 02 11 74.jpg

Joachim Cadenas poursuivi par Galant (St Germain)

Entrée: ¼ Organisateur: CT St Martinois Présidence: J Alvarez Droitiers: Cadenas, D Maurel, D Moine, Sabatier, Soler. Gauchers: Ferriol, Rassir, Zekraoui. Tourneurs: Dumas, Estève, Jockin, Joseph.

Avec la belle entrée, il faut retenir le travail de qualité des hommes avec une équipe remarquable dans l'esprit. Cadenas meilleur animateur nous régale de rasets qui vont ramener du monde sur les gradins. Zékraoui, Soler, Maurel et Rassir sont très entreprenants. Moine, Ferriol et Sabatier complètent bien. Il fallait être costaud chez les noirs pour rentrer une ficelle. Montesquieu est désigné meilleur cocardier et Galant meilleur barricadier d'un ensemble homogène. Présidence sans fausse note et généreuse de Joris Alvarès

A vouloir tout prendre, CALYPTUS (La Galère) même s'il frappe après Rassir perd ses rubans en deux minutes. S'il pêche dans le placement, il regorge de volonté et parfume ses huit minutes de quelques gros engagements à la planche. 6 Carmen au retour. S'il se laisse envahir, ATTILA (Les Baumelles) desserre l'étreinte avec sa corne droite menaçante à l'arrivée. Vaillant, il coopère malgré ses incursions en contre piste. L'ensemble est positif et il réintègre une ficelle en musique jouée quatre fois en piste. Diable que MEPHISTO (Chapelle-Brugeas) va vite. Bien armé, il coupe la route à Rassir obligé d'enclencher le turbo. Bien placé, il contrôle les départs qui sont calculés tout comme les arrivées pendant treize minutes très sérieuses. Excellent. 2 Carmen et rentrée.

Puissant, VENTADIS (Allard) profile ses cornes à l'arrivée et créé du danger. Au fil des rasets ses engagements sont percutants même si son placement laisse à désirer. Plus volontaire a droite, Cadenas et Soler en tirent le meilleur avec des rasets limpides. Il conserve ses ficelles. 7 Carmen et retour. Corpulent JACOB (Saumade) manque un peu de vélocité. Il est réactif à chaque sollicitation venant terminer au ras des planches. Aux ficelles, il prend la bourre et à du mal à tenir le rythme. Il s'incline après douze minutes volontaires. 2 Carmen et retour. Mobile, MONTESQUIEU (Lautier) ne laisse pas les hommes penseurs. Attaqué sans retenue, il s'avère coopératif et face aux rasets de qualité il s'emploie superbement jusqu'au ras des planches. Il brille dans les séries et son final est magnifique. Il conserve ses ficelles avec 8 Carmen et rentrée. Brutal, GALANT (St Germain) offre le final spectaculaire adéquat. Ses coups de barrières (une dizaine) sont parfois explosifs jusqu'à sauter après Zékraoui, briser la planche après Sabatier et basculer après Cadenas. 7 Carmen et rentrée avec ses ficelles.

St Martin Crau 02 11 8.jpg

Calyptus (La Galère) se dresse après Youssef Zékraoui

St Martin Crau 02 11 11.jpg

Attila (Les Baumelles) enferme Sofiane Rassir

St Martin Crau 02 11 15.jpg

D Maurel à la tête de l'excellent Méphisto (Chapelle-Brugeas)

St Martin Crau 02 11 46.jpg

Ventadis (Allard)s'engage après Jérémy Soler

St Martin Crau 02 11 49.jpg

David Moine poursuivi par Jacob (Saumade)

St Martin Crau 02 11 56.jpg

Montesquieu (Lautier) avec Jérémy Soler

St Martin Crau 02 11 60.jpg

Galant (St Germain) spectaculaire après Youssef Zékraoui

comme ci-ddessous

St Martin Crau 02 11 87.jpg

Texte et photo Eric AUPHAN

01/11/2014

VENDARGUES *19e Trophée des Vignerons*

Samedi 1er novembre 2014

VOUS EN VOULEZ DES RASETS ?

Aïoros le plus armé pour faire jeu égal

vendargues,19e trophée des vignerons,aïoros des baumelles,allouani,katif,course camarguaise

Cadenas en danger dans les cornes d'Aïoros des Baumelles.

Huit raseteurs aguerris, frais et assoiffés d’attributs comme pour un début de saison, vous pensez bien que les cocardiers ont eu du travail, ce 1er novembre à Vendargues. Une pluie de sollicitations pour chacun, mais - pratiquement - que des rasets à la tête, parfois de très beaux cites et trajectoires, parfois aussi un peu d’emballement inapproprié. L’ensemble a donné une course très rythmée dont Aïoros sort vainqueur à juste titre, suivi de très près par l’hyper vaillant Rouffian dans une seconde partie très qualitative avec Cupidon (6e).

Allouani et Katif se partagent le prix à l’animation, Cadenas aurait pu monter sur le podium.

Athos (Les Termes).- Baroule beaucoup trop, se décolle, ne finit pas. Bref, il n’est pas dans un bon jour, malgré ses vives répliques sur Zekraoui et Katif et une belle anticipation sur Ziko (3 Carmen). Trop de déchet dans son jeu, le prive de Carmen à sa sortie avec une ficelle.

Mandarin (Cuillé).- Se montre remuant aux premiers attributs tout en se livrant dans de longs échanges. Pas un seul refus malgré l’incessant travail des blancs. Droite-gauche, le métronome offre son frontal et son cœur pour 11 minutes de vaillance totale. 5 Carmen et retour.

Uchaudois (Saint-Pierre).- Se fait surprendre aux premiers attributs sur ses déplacements. Aux ficelles, sollicité sans répit, il subit parfois mais peut se dresser ou s’envoyer aux planches d’où par deux fois, il se réceptionne mal. Blessé, il rentre à la 8e. Garde une ficelle, 3 Carmen et retour.

vendargues,19e trophée des vignerons,aïoros des baumelles,allouani,katif,course camarguaisePHOTO: Belgourari serré de près par Aïoros.
Aïoros
(Les Baumelles).- Affiche d’entrée une attitude supérieure. Il chasse et repousse les assauts jusqu’au ras des planches avec beaucoup de jus pour 5 minutes les pompons. Une fois placé, il se défend en jouant des cornes et en pointant après les hommes. Sa dangerosité augmente avec le pressing des blancs qui ne désarment pas. Katif, Cadenas à la limite de l’accrochage, Belgourari idem. “Ne le charge pas !” crie Sabri à Joachim. Katif cambre les reins, Aïoros jette la corne après Belgourari qu’il frôle, il fonce sur Cadenas et puisant dans sa rage, fonce sur Cadenas. Il rentre sa 2e ficelle de haute lutte. Superbe confrontation ! 6 Carmen et retour.

vendargues,19e trophée des vignerons,aïoros des baumelles,allouani,katif,course camarguaise► PHOTO : Roufian sur Katif
Roufian
 (Lagarde).- Autre style ! Attaqué tambour battant, Rouffian se fait cueillir à froid. Le taureau n’a pas de tenue de piste et avec ces raseteurs-là ça ne pardonne pas. Mais Rouffian a de la ressource, il trouve son placement et c’est aux planches qu’il fait la différence par des coups de barrières à tout va ! Et c’est après un combat de grande bravoure qu’il laisse sa 2e ficelle à Cadenas sur la sonnerie. Une douzaine de Carmen.

vendargues,19e trophée des vignerons,aïoros des baumelles,allouani,katif,course camarguaise◄ PHOTO: un boulet de canon lancé à la poursuite d'Ilias Benafitou
Cupidon
(Cavallini).- Taillé comme un aurochs, il se jette sur tout ce qui bouge. Entrepris, il trouve sa place et c’est avec une formidable énergie qu’il explose en rafales. Heureusement que de temps à temps, il en laisse passer quelques-uns car pour un dernier tour de sa première ficelle, il subit un pilonnage pas toujours en règle. Epuisé, il a encore le ressort de taper après Cadenas. Rentre une ficelle, 9 Carmen et retour.

Farfadet (La galère).- Pas assez sélectif, il prend tout sans jamais s’arrêter. Du coup les hommes n’en font qu’une bouchée en 6 minutes.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Entrée : 3/4 d'arène. Org. CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Belgourari, Katif, Cadenas. Gauchers : Aliaga, Rassir, Zekraoui. Tourneurs : Galibert, Jockin, Estève, Daniel.

19e Trophée des Vignerons

 vendargues,19e trophée des vignerons,aïoros des baumelles,allouani,katif,course camarguaise

 C’est un bond en arrière que proposait La Muleta en avant course. Une présentation d’attelages anciens tirés par de magnifiques chevaux lourds. Et si la “Carreta à Catou”, attelée en flèche avec trois Comtois menés par les Attelages de la montagnette, était la plus spectaculaire, la charrette anglaise tirée par le célèbre Quignon, les pastières et le break de chasse (fin XIXe) avec ses Poitevins menés par Jean Clopès, se sont taillé un joli succès avant la capelado des raseteurs.

LES PRIX

 

vendargues,19e trophée des vignerons,aïoros des baumelles,allouani,katif,course camarguaise

 

Meilleurs animateurs : ex aequo Sabri Allouani et Ziko Katif. Meilleur cocardier : Aïoros des Baumelles

***************

28/10/2014

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER *LIGUE*

Mercredi 22 octobre 2014 - Finale des courses d'étalons Marcel-Mailhan

Le N.031 de Saint-Gabriel...
le plus tau !

L’ensemble a manqué de gnacque tant pour le bétail que pour les stagiaires raseteurs dans cette finale des courses de tau Marcel-Mailhan (Course de Ligue). Mais le but est atteint pour les organisateurs, à savoir le Parc Naturel régional de Camargue, adossé au Comité d’organisation des fêtes saintoises. A savoir passer en revue les élevages camarguais (48 pour cette année), promouvoir la Raço di biòu et en trouver l’écho favorable auprès du public. Banco ! La finale payante a fait le plein de spectateurs après six courses gratuites et non moins suivies. Au final, une belle journée festive avec les abrivado et bandido dans les rues des Saintes bien animées par les nombreux afeciouna.
A l’issue de la course, le “podium” colle à la réalité : le N.031 de la manade Saint-Gabriel (2e dans l’ordre de sortie) a fait impression par son physique avantageux, et son comportement fou fou à sa sortie, puis vaillant, puis concluant brillamment, souvent après Charrade.
Le N.023 du Levant (4e), se fait remarquer par ses accélérations et ses enchaînements pris avec beaucoup de cœur. Il obtient le 2e prix de la finale.
Le N.030 de Lautier (6e) s’octroie la 3e place par la vitesse qu’il met dans ses interventions. Et même s’il s’évade allégrement, les enchaînements l’intéressent où il appuie davantage sur les gauchers. 
Pour les autres biòu, leur statut d’étalon - et leur âge, 3 ou 4 ans) - leur procure un caractère fluctuant et certains très prometteurs à la première course, se sont avérés en dessous. Normal !
Le N.001 du Rhône (1er) n’a pas montré beaucoup de conviction. Le N.121 de l’Aurore est resté plan plan à la mesure des raseteurs. Le N.059 de Lagarde, bien positionné, ne laisse rien sans réponse au début, puis se disperse, prend quelques séries. Le N.114 de Saint-Antoine (7e) est vaillant quand les hommes y mettent du leur, puis s’éternise en contre-piste. Le N.134 de Blanc (8e) fort d’un physique avantageux, mais peu attaqué, n’a pas beaucoup d’occasions de monter son caractère. Il collabore pourtant mais en baclant la sortie du raset. 
Côté raseteurs, le trio Martin, Charrade, Robert fait le podium, l’ensemble a manqué toutefois de persuasion.
 
MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER
 
L’ensemble des prix seront remis lors d’une prochaine soirée, en novembre, au Relais culturel des Saintes-Maries-de-la-Mer
prix
 
*************
 
23e courses de tau Marcel-Mailhan
 
Les prix sur les 6 courses : le N.134 de la manade Blanc, meilleur des 3 ans ; le N.059 de la manade Lagarde, meilleur des 4 ans. Prix de la beauté : des 3 ans, le N.173 de Raynaud ; des 4 ans, le N.095 d’Agu. Raseteurs stagiaires FFCC : Vincent Marignan, Geoffrey Robert, Marvin Méric.
A la finale : 1er, le N.031 de la manade Saint-Gabriel ; 2e. N.023 du Levant ; 3e. N.030 de Lautier. Raseteurs : François Martin, Antoine Charrade, Geoffrey Robert.
La course : mercredi 22 octobre, entrée : le plein. Org. : PNRC et comité des fêtes saintoises. Président : Bruno Pascal. Raseteurs : Charrade, sort au 5e remplacé par Magnetto, Martin, Marignan, Méric, Bernard, Robert, Vacaresse, Rodriguez. Tourneurs : Sagnier, Arnel.
 
**********

26/10/2014

VENDARGUES *TROPHEE ROGER ITIER ET MAIN D'OR


vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

Le  carrousel camarguais de Renaud Vinuesa

Dimanche 26 octobre 2014

Banaru met les pendules à l’heure
Une belle après-midi conclue par un Marengo époustouflant

 vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

 Une des innombrables anticipations de Banaru sur Ziko Katif

Entrée : archi plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Belgourari, Katif, Chekade. Gauchers : Aliaga, Martin, Rassir. Tourneurs : Jockin, Daniel, Ull, Abbal, Galibert

Attaquée par l’école de raseteurs vendarguoise, le carrousel camarguais de Renaud Vinuesa, avec les Arlésiennes et les gardians des manades Vellas et Combe Douce, l’après-midi s’est poursuivie intensément. Une bonne entente des hommes en piste avec quelques montées d’adrénalines néfastes sur certains taureaux pour un travail d’ensemble très soutenu profitant à d’autres cocardiers plus armés. Banaru fait une magistrale démonstration de ses qualités par ses anticipations dantesques qui mettent les blancs au garde-à-vous. Et le tout jeune Marengo, 5 ans, fait un final explosif.

Canio (Blatière-Bessac).- Il se cale au portail où il revient tout le temps et il faut de l’investissement pour faire ressortir son tempérament belliqueux. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour. Un premier... rustique.

Quassard (Plo).- Rode, chasse, baisse la tête au contact et ramène prestement les blancs aux barrières. Plus enclin sur les gauchers, s’économise par moments mais compense par plusieurs actions d’éclat. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaisesEnfermée sur Jérémy Aliaga
Banaru
(Le Rhône).- D’entrée, il fait parler son formidable sens de l’anticipation sur Martin. Les gradins en restent coi ! Le biòu surveille tout, se déplace intelligemment de la présidence au portail, sans se départir de son calme olympien. Les blancs ne baissent pas les bras mais réfléchissent avant de partir. Les actions avortées et les enfermées se multiplient faisant passer les frissons. Martin, Aliaga, Chekade, I. Benafitou, Katif, se voient tour à tour écartés ou menacés. La musique joue en boucle, et Banaru rentre sa 2e ficelle en patron, bouche fermée. Un régal de cocardier !

vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises► Photo sur I. Benafitou Bayle (Vinuesa).- Se fait surprendre par le rythme imposé par les hommes et laisse piéger sur ses déplacements. Raseté sans élégance ni égards aux rubans, et mieux placé aux ficelles, action chaude après I. Benafitou, serre Katif, s’engage jusqu’à basculer après Chekade. Rentre une ficelle en musique déjà entendue 6 fois.

vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaisesErasme (Cuillé).- Se livre sous les assauts plue ou moins réglos des blancs. Pris dans un vire vire infernal,il ne laisse pourtant pas passer la faute d’Ilias Benafitou qu’il rattrape et bouscule (◄ Photo). Le biou tire la langue mais se dresse après I. Benafitou. Aux ficelles, le rythme est plus conforme mais incessant, les actions s’enchaînent, Erasme pousse. Epuisé mais combatif jusqu’au bout il sauve une ficelle. 9 Carmen et retour. 

Indian (Laurent).- Il s’engouffre après les raseteurs et s’envoie aux planches (Allouani, Belgourari), droite-gauche enchaîne et frappe mais se blesse à la 7e et rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

 vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

Marengo sur Rassir

Marengo (Vellas).- Avec une agressivité rare, il multiplie les coups de barrière puissants et violents. Des coups en rafale, avec bascule et bris des planches. Les hommes lui en demandent beaucoup et il répond présent à chaque fois, bombardant à tout va. Pas que spectaculaire, le barricadier se place aussi et voit venir mais quelle énergie et quel feu d’artifice au final. 10 minutes explosives, rentre ses ficelles, un concerto de Carmen.

Marengo sur Katif

 vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

 Texte et photos
MARTINE ALIAGA

LES PRIX

Trophée Roger-Itier sur la saison, à Bayle de Vinuesa.

Révélation de l’année, Souvenir Eugène-Cammal, à Jazz d’Hervas.

Main d’Or à Ziko Katif.

Taureaux de la finale : Banaru du Rhône, meilleur cocardier ; Marengo de Vellas, meilleur barricadier.

CABANNES *COUPE DES PETITS MANADIERS*

Dimanche 26 Octobre 2014

NOÏ, SALME ET GAILLARDET
LE TRIO GAGNANT

 IMG_7493.jpg

 Les deux lauréats du jour Noï et Joan Gaillardet

Entrée: Plein Organisateur: CT Lou Prouvenco Présidence: J Faure Droitiers: Chig, Moine, Pradier, Sabatier Gauchers: Aliaoui, Boyer, Fouad, Gaillardet, Thierry Tourneurs: Lieballe, P Rado.

La coupe des petits manadiers est attribuée à Noï de la manade des Chanoines toute nouvelle dans le circuit course camarguaise (et sans que le terme petit ne soit péjoratif). Salmé (Didelot) arrive lui second et on peut regretter que la seconde partie de course soit entachée d'un incident qui pénalise malgré tout les autres cocardiers. Chez les hommes Joan Gaillardet s'adjuge le prix du meilleur animateur à l'unanimité. Pradier, Sabatier, et Moine travaillent. Thierry garde cette volonté de bien faire. Boyer et Aliaoui sont en retrait quant à Fouad, il se tire une balle dans le pied après la pause. Au micro Jacky Faure qui avait préservé le secret jusqu'au dernier annonce sa despédida (qui n'a rien à voir avec l'incident). Il a assumé ses choix, fait appliquer le règlement et reçut l'approbation du public.

Concentré, TITUS (Navarro) baisse sévèrement la tête au contact. Son placement est rigoureux et il ne défend ses ficelles qu'à la dixième. Un premier sérieux qui conserve facilement ses ficelles. Deux Carmen en piste mais pas au retour ? Volontaire, NOÏ (Les Chanoines) se jette d'un raset à l'autre sans toujours finir ses poursuites mais au fil des rasets il est percutant après les gauchers Fouad (3) et Aliaoui. Il termine fort jusqu'à toucher Gaillardet au saut. Il rentre ses ficelles en musique joué quatre fois en piste. Généreux des deux côtés, SALME (Didelot) termine cornes au ras des planches. Plus on lui en demande plus il s'engage devenant plus agressif aux bois où il balance les cornes jusqu'à déchirer le pantalon de Gaillardet qui ôte la première ficelle. Convaincant, il rentre la seconde. 6 Carmen et rentrée.

Décidé, PYROS (Le Gran Salan) saute après Gaillardet et se coince dans les travettes. Ses actions à gauche sur les rasets engagés de Gaillardet sont puissantes quand arrive l'incident. Le second gland tombe, Fouad passe, le réclame mais la somme est reportée sur la cocarde que lève Fouad sur le raset suivant. Excité ce dernier lève le crochet en direction de la présidence et insulte le président qui l'exclut. Fouad (après s'être fait Hara-Kiri tout seul) continu de raseter, atermoiements, bronca et sifflets sur chaque raset. La course est faussée et le prétendant au prix entend 3 Carmen et retour. Corpulent mais lourdaud, MAGNUM (Vinuesa) fait impression au départ avec ses coups de butoir mais brave sur le raset il subit un rythme soutenu parfois difficile à tenir. S'il fond un petit peu, il conserve néanmoins ses ficelles avec des percussions plutôt gauchères. 3 Carmen et rentrée. Corpulent et doté de redoutables aiguilles, PADILLA (Le Rhône) s'engage avec détermination cornes pointées en avant et quand l'occasion se présente, il n'hésite pas à taper. Son comportement est sérieux et les ficelles retournent au toril en musique jouée à trois reprises en piste. REBOUSSIER (Ribaud) a perdu ses capacités barricadières même s'il les retrouve en quatre occasions frappantes. Il adopte un comportement plus cocardier. Les hommes en prennent la mesure avant le terme dans une prestation volontaire.

IMG_7478.jpg

Titus (Navarro) termine après Chig

IMG_7484.jpg

Noï (Les Chanoines) finit au ras des planches derrière David Sabatier

IMG_7500.jpg

Bel engagement de Salme (Didelot) avec Joan Gaillardet

IMG_7512.jpg

Pyros (Le Gran Salan) saute après Joan Gaillardet 

et se coince dans les travettes

IMG_7513.jpg

IMG_7517.jpg

Superbe engagement de Pyros (le Gran Salan) avec Joan Gaillardet

IMG_7530.jpg

Magnum (Vinuesa) très agressif aux trousses de Fouad

IMG_7555.jpg

David Moine à la tête de Padilla (Le Rhône)

IMG_7573.jpg

 Coup de barrière de Réboussié (Ribaud) avec Yoan Pradier 

Texte et photos Eric AUPHAN

AUREILLE *COMPLETE GILLET*

Samedi 25 Octobre 2014

L’EXCELLENTE TENUE DES GILLET.

Aureille 25 10 39.jpg

Agénor (Gillet) se dresse violemment après Damien Moutet

 Entrée: ½ Organisateur: CT Aureillois Présidence: G Roccia Droitiers: Marquier, D Maurel, Moutet, Sabatier Gauchers: Anane, Martin Cocher, Ferriol Tourneurs: Dumas, Lebrun, Sagnier.

La complète de la manade Gillet rasetée dans un excellent esprit donne satisfaction avec un ensemble compact, vaillant et combatif et on se languit de revoir Agénor qui a fait très forte impression. Chez les hommes la résurrection de Damien Moutet excellent de bout en bout ravit les spectateurs. Ferriol, Martin Cocher et Sabatier assurent, les autres apportent un précieux concours qui permet de faire résonner le Carmen général final.

Loin d'être un virtuose aux rubans, MOZART (1er) manque d'application. Ses évasions dans le pourtour n'arrangent rien aux ficelles. Le concerto sans génie s'achève à la dixième. Plus leste et coopératif, CERF (2nd) ne rumine pas et brame aux planches derrière Ferriol. Il ne rechigne pas dans les séries. Aux ficelles, son placement et ses finitions tête au dessus des bois en font un cocardier respecté. Il en rentre une avec 7 Carmen et retour. Pas au niveau de ses aînés, JUNIOR (3ème) manque de tenue mais il apprend vite et se jette bien sur le raset au fil des minutes. Doté d'un moral intéressant, il se bat avec ses armes de jeunot à savoir la combativité jusqu'à sauver une ficelle. Rentre éprouvé avec 3 Carmen et rentrée.

D'entrée, LUCIFER (4ème) s'envoie haut après Moutet. Il annonce la couleur et ce diable met les hommes en souffrance. Il ne pêche pas à la barrière où il se propulse violemment une demi-douzaine de fois dont une avec bris de planche derrière Martin Cocher. Il perd son second gland à la dernière minute. 8 Carmen dont retour. Rapide et vite tourné, LOUXOR (5ème) s'engage avec vélocité mais perd ses rubans en trois minutes. Aux ficelles il finit au ras des planches jusqu'à parfois s'y dresser. Volontaire, les Carmen résonnent dans de longues séries. Excellent élément que les hommes ont su mettre en valeur quatorze minutes. 7 Carmen et rentrée. S'il paraît un peu mou et distrait, DONOVAN (6ème) est capable pourtant de percussions fracassantes avec parfois un saut. Il ne rechigne pas face à l'ardeur des blancs. Combatif, il termine en s'envoyant dans le pourtour après Maurel. Fou-fou, AGENOR (7ème) saute, revient seul en piste, chasse et fait le large. Méchant et doté d'un caractère impitoyable il effectue une multitude d'actions dont une où Sabatier frôle l'accrochage. Un sang incroyable sans faiblir dans quinze minutes très très prometteuses. Un final éblouissant avec 8 Carmen et rentrée. 

Aureille 25 10 1.jpg

 Joffrey Ferriol à la tête de Mozart

Aureille 25 10 2.jpg

Cerf se dresse à la poursuite de Joffrey Ferriol

Aureille 25 10 9.jpg

 Lucifer spectaculaire aux trousses de David Maurel 

et ci-dessous avec Damien Moutet

 Aureille 25 10 13.jpg

Aureille 25 10 23.jpg

 Louxor termine au ras des planches après David Sabatier

 Aureille 25 10 32.jpg

Donovan poursuit Joffrey Ferriol en contre piste

Aureille 25 10 19.jpg

Agénor tape derrière David Sabatier et

lui saute après ci-dessous

Aureille 25 10 54.jpg

Texte et photos Eric AUPHAN

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *ADAPEI 30*

Samedi 25 octobre 2014 - ADAPEI 30, 21e édition

MOKA ET TOUS LES HOMMES
POUR LA BONNE CAUSE

saint-laurent-d'aigouze,adapei 30,course camarguaise

Moka avec Christophe Clarion

 
Que dire de cet après-midi Saint Laurentais au profit de l'ADAPEI 30 (association d'aide aux adultes handicapés)? Face à des taureaux pour la plupart inconnus du circuit, les 7 hommes présents (sur neuf prévus initialement) assistés d’un seul tourneur ont fait de leur mieux, même si par moment  le manque d’engouement, le manque de prise de risques (ça ce comprend, c’était une course de bienfaisance) se sont fait ressentir. Malgré ce, l’ensemble fut plaisant et certains taureaux, dans leur temps de piste de 12 minutes (?) se sont mis plus en évidence que d’autres notamment Moka, Aiglon et surtout Lazare.
Seule petite déception sans doute, le manque de public sur les gradins pour la bonne cause.
A l’heure des récompenses, Moka est récompensée comme l’ensemble des tenues blanches.
En premier, Justin (Saliérene – n°522) va bien s’acquitter de son rôle. Plus droitier que gaucher, il va se mettre en évidence derrière J. Martin ou encore R. Guyon en poussant ses répliques jusqu’à la limite. Ses ficelles rentrent en silence au toril.
saint-laurent-d'aigouze,adapei 30,course camarguaisePhoto -
Second, Bienvenu (Rousseau – n°603) a de la volonté. Vaillant il s’engage en faisant légèrement le pas à droite comme à gauche mais ne termine pas. Volontaire, ses séries déclencheront le disque 4 fois renouvelé à sa rentrée porteur de sa seconde ficelle.  
Moka (Rousty – n°708) allait nous conduire  gaiement jusqu’à la pause. Dès la 1re minute de course, saute derrière H. Oufdil. Calé aux planches, il trépigne  sur place. Raseté, et pas toujours à son avantage il vient volontiers jusqu’aux bout. A la 9e, sur un raset engagé de K. Caizergues, le biou s’écrase contre les planches qui brisent et se retrouve en contre-piste. Malgré quelques erreurs de jeunesse cet ensemble prometteur est récompensé  par le disque.
Que dire de Camarié (Nicollin – n°710) Après une première moitié de course pour le moins brouillon (déplacements – sauts…) il va s’appliquer davantage et répondre au travail constant des tenues blanches. 2 Carmen pour des actions serrées rejoué à son retour au toril avec ses ficelles.
saint-laurent-d'aigouze,adapei 30,course camarguaisePhoto sur Clarion - Imposant, Aiglon (Saint-Gabriel – n°034) va en toute franchise répondre à tous les rasets en poussant de plus en plus ses réparties et en fleurant la planche de sa corne. Après s’être dressé derrière R. Guyon et JH. Oudjit il va sauter aux trousses  de C. Clarion (2). Eprouvé il retourne au toril avec ses ficelles et le disque pour la 7e fois.
Avant dernier, Lazare (Cyr – n°804) en a sous les sabots. Pas facile de le déloger loyalement de son placement sans faille. Vif, il s’engage en coupant légèrement le terrain et ne lâche pas prise jusqu’à l’arrivée. R Guyon, C Clarion et J. Martin feront le maximum mais la domination de ce jeune taureau sera flagrante. Ses ficelles rentrent avec le disque entendu 2 fois en piste. Final plutôt tristounet avec Gavel (Cougourlier – n°027) qui n’ pas démontré une réelle motivation, du moins la motivation attendu pour un dernier. La plupart du temps des planches, il s’élance pour stopper sa réaction bien avant la fin du raset. Cette il ne refuse pas grand-chose mais l’ensemble est bref, plat, saccadé et sans entrain. Carmen (?) le raccompagne.
 
▼ Lazare de Cyr avec Jérôme Martin
saint-laurent-d'aigouze,adapei 30,course camarguaise
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Entrée : Faible. Organisateur : Cté des Fêtes. Présidence : Guillaume Ruiz. Raseteurs : K. Cartalade – K. Caizergues – Ch. Clarion – I. Oufdil – R. Guyon – J. Martin – JH. Oudjit. Tourneur : M. Lizon
 
**************

25/10/2014

VENDARGUES *2e journée des Révélations*

Samedi 25 octobre 2014

Le punch des jeunes

vendargues,course camarguaise

Targueur après Rassir

Entrée: 1/3. Org. CT La Muleta. Président: Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers: I. Benafitou, Cadenas, Katif, Soler. Gauchers, Aliaga, Favier, Rassir. Tourneurs: Estève, Ull, Beker.

Cette course méritait une entrée plus conséquente. Très bon choix de taureaux (7, 6 et 5 ans) et jeune équipe blanche décidée. Carmen général à l’issue.

Vibre (Lafon).- Bonne entrée en matière pour chauffer les muscles. Une vaillance sans faille et des arrivées au fil de la planche pour le plus âgé de la course (10 ans). 12 minutes et des Carmen.

Vallespir (Blatière-Bessac). - Remuant, indiscipliné voire inconstant mais quelques ripostes violentes (Aliaga, Katif, Favier) dans un quart d’heure fait de haut et de bas. 3 Carmen et retour avec une ficelle.

Tailleur (Raynaud).- Généreux et parfois naïf (5 ans), il se livre sur un bon rythme. Les enchaînements sont franchement menés, plus quelques poursuites serrées. Sur la fin, la fatigue se fait sentir face à ces crocheteurs aguerris. 12 minutes. 5 Carmen et retour.

 

vendargues,course camarguaise

Photo sur Cadenas - Galopin (Blanc).- Reconnaît la piste à grandes foulées et se dresse sur le 1er raset de Katif. Le cocardier se place, se sort de l’emprise, toujours le long des planches sans se laisser trop embrouiller par les tourneurs. En fait péter quelques-uns après Cadenas, Katif. S’engouffre après Katif, une série à fond avec saut, se montre offensif sur Rassir, Cadenas, Favier en sortant fort sur le raset et se soulevant aux planches. 11’30 dynamiques. 7 Carmen et retour.

 

vendargues,course camarguaise

Photo avec Ziko Katif - Targueur (Plo).- Beau taureau avec du jus, beaucoup de fougue. De multiples évasions certes mais aussi des coups violents où sa méchanceté explose. Après une débauche d’énergie et de multiples tampons, même fatigué, il s’envoie encore jusqu’à la sonnerie. Du moral en prime ! Rentre ses ficelles, la musique en concerto. Très bon!

Agassin (Les Baumelles).- Bonne stratégie dans le positionnement et du pétard dans les poursuites. Met de la force dans les enchaînements qu’il finit au fil de la planche ou cabré. Tape en rafale après Katif et Favier, monte en puissance et en intensité pour 13 très bonnes minutes. La musique en boucle.

Dollar (Ricard).- Physique imposant et des sauts sans compter. Mais aussi de gros coups aux planches. Egalement, au fil des minutes, du placement et de grosses conclusions. 14 minutes. Très bien pour finir.

MARTINE ALIAGA

24/10/2014

REMOULINS *FINALE LIGUES LR*

 remoulins,finale ligue lr,courses camarguaises

Samedi 18 octobre 2014

Les belles promesses de François Martin
et du N.808 du Pantaï

L’Union taurine remoulinoise arbore ses chemises bleues du plus bel effet et se démultiplie pour offrir une journée tip-top au nombreux public de cette finale des Ligues Languedoc Roussillon : cavaliers de la manade Martini, Arlésiennes et organisation sans faille. La grande famille fédérale réunie autour du président Gérard Batifort veille au bon fonctionnement institutionnel de l’ensemble. Des huit jeunes cocardiers, trois se font remarquer : le N.808 du Pantaï pour la prestation la plus aboutie, mais aussi le N.997 de Saumade et le 883 de Saint-Pierre. Côté stagiaires, se détache François Martin, avec facilité, Geoffrey Robert (avant sa blessure, 5e) et Antoine Charrade.

Le N.982 de Guillierme se met petit à petit au travail en passant le pitre en conclusion dans des séries bien menées. A mi-parcours, tire la langue, perd son placement et se défend sur un petit périmètre. Perd sa 1re ficelle sur la sonnerie.
Le N.804 de Martini se livre généreusement et franchement pour 5 minutes. 1 Carmen et retour.

remoulins,finale ligue lr,courses camarguaises

Photo avec François Martin - Le N.883 de Saint-Pierre se fait respecter en poussant fort dans le raset jusqu’au ras des planches. Déculotte Charrade qui s’en tire bien sur le coup. Positionné, s’engouffre à la poursuite des blancs et conserve sa 2e ficelle. Musique.
remoulins,finale ligue lr,courses camarguaisesLe N.808 du Pantaï ► photo sur Charrade trouve vite la bonne position, leste, sérieux, pointe après Charrade, bouscule Robert qui y laisse aussi son pantalon. Rigoureux dans ses ripostes, gagne du terrain  et, patron en piste, rentre son gland en musique déjà entendue. Excellent.

Le beau N.997 de Saumade enchaîne de bon cœur le long du pourtour. Petit à petit se chauffe et s’engage aux barrières pour 7’30 crescendo. 3 Carmen et retour.
Le N.927 de la Vidourlenque prend l’angle du toril, droite-gauche enchaîne pour des ripostes inégales. Il faut parfois le forcer et s’il tape droit puis presse après Charrade (Carmen), se soulève sur Marignan, l’impression sur 8’45 reste mitigée.
Vaillant jusqu’aux planches, le N.907 de Fabre-Mailhan supporte le rythme mais 4 minutes suffisent – certes agréables - plus une pour l’élastique. 3 Carmen et retour.
Armé de deux aiguilles le N.908 de Lagarde se montre agile et finisseur pour quelques coups mais ses sauts continuels ne le servent pas. Il finit épuisé.

A la remise des prix, Hubert Manaud (manade du Pantaï) reçoit le trophée pour son cocardier des mains de Dominique Perron, président de l'union des CT Paul-Ricard partenaire de la FFCC, et chaque stagiaire son diplôme.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

remoulins,finale ligue lr,courses camarguaises

▲ Le Saumade aux trousses de Fabre

* Finale des Ligues PACA, le samedi 8 novembre aux Paluds-de-Noves

* Entrée : 3/4 d'arène. Org. Union taurine remoulinoise. Président de course : Didier Gaillard. Raseteurs : Charrade, Martin, Marignan, Méric, Robert, Guerrero. Robert se retire au 5e, Fabre le remplace. Tourneurs : Dunan, Curtil.

****************

LES STAGIAIRES
(confert le site fédéral ffcc.info)

Accédent au groupe 3, Espoirs - Trophée de l’Avenir : stagiaires de 2e année : Antoine Charrade, Stéphane Dunan,   Marvin Méric.  Stagiaires de 1re  année : Vincent Marignan, François Martin, Geoffrey Robert.
Sont reconduits pour une 2e année en ligue :  Enzo Bernard, Nicolas Carta, Bastien Courgeon, Anthony Fabre, David Guerrero, Sébastien Machi, Vivien Rodriguez, Tegy Romero, Vito Viscomi.
Cas particulier :  Le stagiaire Tom Vacaresse, en raison de sa blessure contractée lors de sa 1re année, est accepté à titre exceptionnel  en 3e année.
Ne sont pas reconduits et de ce fait ne sont plus maintenus en ligue :  stagiaire de 3e année, Habib Bouha. Stagiaires de 2e année : Nicolas Baptiste, Sofiane Ben Ammar, Mathieu Laurent, Jordan Magnetto, Corentin Martinez, Sébastien Ruiz. Stagiaires de 1re année : Yacine Fahim, Aurélien Paris, Gaël Vallée.

*************

21/06/2014

CODOGNAN *MIXTE*

Vendredi 20 juin 2014

La générosité de Thérésa
chez les "orange et vert"

codognan,mixte de blatière,course camarguaise

 Thérésa sur Gougeon
 
En ce vendredi de fête votive, les spectateurs qui emplissaient les trois-quarts des arènes ombragées (gratuité) n’ont guère eu l’occasion de vibrer avec cette course mixte le la manade Blatière-Bessac (hors trophée) si ce n’est avec Thérésa, les deux dernières minutes de Noëlle et à un degré moindre Gisèle. Pourtant on ne pourra pas dire que les raseteurs n’ont pas fait leur devoir. Dans une parfaite harmonie, sans querelle, ni bourre entre eux, leur travail fut correct. A droite, Jérémy Soler et à gauche Mickael Gougeon tirent la course. Kevin Cartalade, Dimitri Fougère, Christophe Clarion, Nicolas Paparone et Sylvain Salinesi les seconderont bien. Stéphan Fargier et Benoit Joseph officieront comme tourneurs. Au micro, Alain Soubeiran ne parviendra pas, malgré les annonces à faire inverser la tendance.
Ambre (n° 543).- Je me garde, je refuse, je fuse voilà son registre durant de course. Six jolis rasets et les rubans volent. Le Carmen festif la raccompagne avec ses ficelles.
Helena (Non Marquée).- Après début de prestation ou après avoir serré Gougeon (Carmen) elle le raccompagne au dessus des planches (Carmen). Sa fin de course est plus mitigée, limitant ses répliques dans un faible périmètre tout en appuyant davantage à gauche. Carmen au retour 
Taureau jeune (n°841).- Au petit trot, cède cocarde et glands. Puis au fil de temps se désintéresse et lâche le raset pour aller sauter devant le toril et même la contre-piste laissée ouverte ne le freinera pas.
codognan,mixte de blatière,course camarguaise◄ Photo avec Soler - Gisèle (n°348).- La course va monter d’un cran. Positionnée idéalement, elle s’engage volontiers, passe la corne en finition ou se lève derrière Paparone, Cartalade, Fougère  derrière qui elle va même basculer. En possession de son 2e gland elle retourne au toril avec un 6e Carmen.
A la reprise, c’est Sourire (Non Marqué), pour la catégorie avenir qui officie. Du terrain des planches qu’il ne quitte guère, il sort volontiers à droite comme à gauche en baissant la tête au contact. Il se lève derrière Fougère et entend ainsi le disque, rejoué à son retour.
Noëlle (n°407) .- D’un premier abord bizarre, elle prend deux rasets puis file se réfugier aux planches. Il va falloir attendre les trois dernières minutes où simultanément elle saute derrière Gougeon, Soler avant de taper derrière ce dernier. Bien entendu tout cela en musique.
codognan,mixte de blatière,course camarguaisePhoto avec Paparone
Theresa (n°448).-
 Vive, volontaire, elle prend les rasets de droite comme de gauche et pousse jusqu’à la limite où elle va taper derrière Fougère (2), Gougeon, Cartalade (2), Paparone, Soler avant de franchir les planches aux trousses de Gougeon. Les Honneurs résonnent sur chaque action. Carmen joué par la pena la raccompagne au toril en possession de sa seconde ficelle.
Pour conclure, un Taureau Neuf
(n°118)
 qui, après avoir rejoint Soler contre le mur ne posera que très peu de problème aux hommes avant qu’une boiterie ne le fasse réintégrer prématurément le toril...
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
▼ SOURIRE ET SOLER

codognan,mixte de blatière,course camarguaise

***********************

 

05/04/2014

MAUGUIO *AVENIR HORS TROPHEE*

Samedi 5 avril 2014

Rex meneur de la complète de Janin

mauguio,janin,courses camarguaises

Rex (6e) et Amine Chekade

 Entrée : 1/5e d’arène. Org. CT Lou Biou. Président : Jacques Roumajon. Raseteurs droitiers : R. Mondyn, Chekade, Fougère, Sanchis. Gauchers : T. Mondy, Errik, Allam, Bouhargane. Tourneurs : Bensalah, T. Garrido, Khaled.

La complète de la manade Janin ouvre agréablement la saison taurine melgorienne. Rex (6e) se pose en chef de file, Postier (4e) est à revoir, Toya (2e), Yucca (5e), tandis que Nicolas (3e) affiche du tempérament. Face à une équipe de raseteurs solides où Chekade assure le meilleur.

Algard se livre dans les séries en utilisant les angles. Mais les hommes sont adroits et les attributs filent à toute vitesse, tout comme les peu de tours de ficelle.

A 6 ans, Toya se montrent d’abord inexpérimenté malgré sa fougue. Mais Errik l’allonge et le cocardier frappe. Du coup, il se  place mieux et se fait plus agressif dans les enchaînements. Il se décolle parfois mais sur les rasets engagés il va au bout. 1 ficelle rentre. 2 Carmen et retour.

Tout de suite dans le bain, Nicolas chasse et poursuit jusqu’aux planches. Parfois, il préfère le sable mouillé du centre mais, une fois bien positionné, il a l’œil, et enchaîne enfermées serrées et coups droit dans les planches. Défend son 2e gland jusqu’à la 9e et conserve ses ficelles avec un tempérament cocardier. 6 Carmen et retour.

Postier fait courir les hommes. Il rode. C’est brouillon autant en noir qu’en blanc. Aux ficelles, une fois calé, il complique l’approche, se dresse après Sanchis, serre Chekade. Pas facile à gérer, sa 2e ficelle est pour Fougère à 14’30. 4 Carmen et retour.

 

 

mauguio,janin,courses camarguaises◄Yucca a du peps, de la vivacité et se livre avec courage. Toujours le long des planches, il pousse fort dans les rasets qui s’enchaînent sans discontinuer. Il défend sa 1re ficelle jusqu’à la 10e minute et, les hommes faiblissant, il rentre l’autre. 1 Carmen et retour.

A l’affût, Rex s’envoie à fond dès les premiers rasets. Toujours bien positionné, Chekade lui offre une jolie longueur dans laquelle il s’engouffre jusqu’aux planches. Très présent dans les séries, il se chauffe et ne lâche rien jusqu’à conclure droit devant (Chekade, Allam). Un très bon quart d’heure pour la 2e ficelle à Chekade sur la sonnerie. 8 Carmen et retour.

Tout feu tout flamme, le jeune Oceano (4 ans) montre du cœur à honorer toutes les invites et à prendre un bon positionnement. En supplément, il ne sera pas trop titillé mais termine joliment l’après-midi avec se ficelles. Musique.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS C. ITIER