Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/03/2014

PORT SAINT LOUIS *AVENIR*

Dimanche 30 Mars 2014

AIOROS COCARDIER, REBOUSSIE BOMBARDIER

port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

 Aioros (Les Baumelles) s'engage avec force après Yoan Pradier.

Entrée: 1/5ème Organisateur: CT Titi Boncoeur Présidence: J Alvarez Droitiers: Ciacchini, Gautier, Marquier, Moine, Pradier, Sabot. Gauchers: Allam, Martin-Cocher, Zekraoui. Tourneurs: Fadli, Jorquera, P Rado, Zerti.

Après les premiers Carmen décernés à l'école taurine locale et les emboulés de la manade Blanc, la 1ère journée Titi Boncoeur donne satisfaction avec un travail constant des hommes. A gauche, Martin Cocher tire la course avec dans son sillage Zekraoui et Allam. A droite les jeunes sont aux avant-postes. Côté noirs, Aioros à le sens du combat, Tavel du punch, Galopin du potentiel et Reboussié un cœur énorme aux bois.

BATELIER (Ribaud) subit un assaut en règle aux rubans et ne néglige pas la conclusion. Aux ficelles, il mène sa barque près des planches mais navigue de préférence avec les gauchers. Face à la vague blanche, il conserve ses ficelles. 3 Carmen et retour. Désordonné, LOU PASTRE (Layalle) se soulève après Zekraoui mais perd ses rubans en moins de deux minutes. En manque de placement, les séries s'enchaînent avec vaillance (parfois dans la pagaille) et quelques finitions tonitruantes dans douze minutes volontaires. 3 Carmen et rentrée. Le garnement noir, GALOPIN (Blanc) à la bougeotte. Il court quatre minutes aux rubans puis placé, il sort avec vitesse et pose problème. Sur Pradier l'enfermée et l'envolée aux planches sont explosives. Un réel espoir qui conserve facilement ses ficelles en musique jouée trois fois.

Vite tourné, le chevalier AIOROS (Les Baumelles) s'engage avec virulence cornes pointées en avant. Attentif, le danger est permanent sur les rasets engagés de Martin Cocher. En cocardier, il domine copieusement et rentre sa première ficelle à 350€. 7 Carmen et retour. Décidé, TAVEL (Plo) lâche ses rubans vite fait. Un millésime qui se livre avec noblesse et malgré sa franchise, il fait monter les degrés aux planches avec des percussions toniques ou sauts après l'homme. Onze minutes AOC énergiques avec 5 Carmen et rentrée. Un peu perdu aux attributs (2'), REBOUSSIE (Ribaud) se reprend aux ficelles en jouant la forte tête aux planches. Une vingtaine d'actions percutantes et toniques qui forcent l'admiration. Une volonté constante qui lui permet de conserver une ficelle en musique jouée sept fois. Le jeune CABANNAIS (La Galère) est prêt mais n'inspire pas les blancs. Véloce, il est raseté au compte-goutte. Il saute après Zekraoui, frappe sur Ciacchini mais sa course manque de rythme. Aux ficelles il s'avère abordable et décolle aux tubes après Gautier. En apprentissage. Un Carmen et retour. Et le président Joris Alvarez éloquent d'accorder un Carmen général mérité...

 port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

Batelier (Ribaud) plus concerné avec les gauchers notamment Zekraoui.

port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

Lou Pastre (Layalle) s'envoie après Youssef Zekraoui.

 port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

 Galopin (Blanc) sérieux avec Jérémy Ciacchini

 port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

 Jérémy Ciacchini serré de près à l'arrivée par Aioros (Les Baumelles)

 port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

 Tavel (Plo) se dresse à la poursuite de Benjamin Sabot.

port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

Réboussié (Ribaud) explosif derrière Yoan Pradier

mais aussi Benjamin Sabot

port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

 port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

 Cabannais (La Galère) décolle derrière Youssef Zekraoui.

*********************************************************

L'avant course avec l'école taurine locale

port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

port saint-louis,trophée titi boncoeur,course camarguaise

*********************************************************

Texte et photos Eric AUPHAN

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE

Dimanche 30 mars - 3e journée du Printemps des Royales : Manade Laurent

Indian le final explosif

 saint-laurent-d'aigouze,3e journée du printemps des royales,indian,manade laurent,courses camarguaisesPacha, meilleur de la première partie, et après un Roméo très joueur, le compliqué Fouquet fait monter l’intérêt pour finir par un Indian explosif (◄PHOTO SUR MARQUIS). Les hommes se sont montrés travailleurs, avec une prise de risque du jeune Ortiz et un bon Cartalade dans un ensemble où les bonnes intentions ont primé.

Blad de Luno n’en fait qu’à sa tête, se montre réticent parfois, beaucoup de déplacements. Une grosse fusée à la 8e sur Marquis. Il faut le forcer mais alors il peut être criminel comme sur Miralles (Carmen). Rentre une ficelle.

Cactus est un intermittent. Remuant et brouillon mais aussi offensif aux planches (Fougère, Ortiz) pour 5 minutes les premiers attributs. Un peu moins itinérant à partir de la 7e minute, il produit 2 minutes intenses. Après, il en a marre et saute seul. Mais trois belles actions sur Marquis pour finir. Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Le beau Pacha en impose avec son physique avantageux et une belle présence dans les séries qu’il peut conclure aux planches (coup de barrière Marquis). Une fois placé, les hommes hésitent. Les enchaînements sont de qualité pour 11 minutes très intéressantes. 2 Carmen.

Roméo, aveuglé par sa méchanceté, jette son trop plein de sang dans de multiples évasions. Mais les hommes craignent ses réactions intempestives et surprises (Miralles, Fougère). D’autant qu’il envoie la banne dangereusement. Mais quel sauteur! Rentre un gland. 2 Carmen en piste.

saint-laurent-d'aigouze,3e journée du printemps des royales,indian,manade laurent,courses camarguaisesFouquet attaque par une grosse série, la corne à l’affût aux planches. Il ne lâche rien. Parfois se perd mais bien entrepris par les hommes, ses réactions sont vives et émotionnantes (Marquis, Cartalade ou Ortiz). Lui aussi rentre un gland après un très bon quart d’heure. 4 Carmen en course et pas au retour (?).

saint-laurent-d'aigouze,3e journée du printemps des royales,indian,manade laurent,courses camarguaisesDakota ► se livre en rafale aux premiers attributs. Il prend tout un peu comme ça vient. Surprend Cartalade en sautant après lui et soulève le raseteur. Heureusement sans mal. Poursuit les séries jusqu’à la 9’30. 3 Carmen et retour.

Au premier raset, Indian frappe après Ortiz. Vif, puissant et rapide, il chasse, et tient tout le monde à l’œil. Explosif, ses coups aux planches sont superbes et violents. Ibarra, Ortiz, Marquis, sont méchamment reconduits en frappes pétantes. Il finit superbement la course sous les applaudissements  gardant une ficelle au terme de ses 12 minutes. 5 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Entrée : plein. Org. CT Le Bandot. Président : T. Cure. Raseteurs droitiers: Fougère, Miralles, Ibarra, Ortiz. Gauchers : Cartalade, Sanchez, R. Marquis, Gougeon. Tourneurs : Jockin, Fargier, F. Garrido, Ranc.

25/03/2014

MAUGUIO *COURSE DE SOLIDARITE*

MAUGUIO

Prévue samedi dernier, la course n'a pas pu se tenir à cause de la pluie. Les clubs taurins qui organisent des courses de Ligue, samedi, et la FFCC ont donné leur accord à Romain Mondy et son équipe pour reporter cette course de solidarité contre la maladie de Blackfan Diamond et la petite Gabrielle à ce samedi 29 mars.

Toutes les parties prenantes sont re-mobilisées pour que cette après-midi soit une réussite.

GABI.jpg

GABRIELLE29.gif

24/03/2014

VENDARGUES

Dimanche 23 mars 2014 - 2e journée de la Main d'Or

 

Le 10e anniversaire de la manade des Termes
fêté avec panache

Voilà 10 ans, suite à l’acquisition par l’intermédiaire d’un ami, Bernard Fesquet, de vaches d’origine Fabre-Mailhan, que la manade Les Termes, chère à la Bernadette et Henri Laurier à vu le jour. C’était donc aujourd’hui jour de fête dans les arènes de Vendargues, pour cet élevage qui pour l’occasion, présentait pour la première fois, une course complète (hors trophée pour le Trophée Taurin) comptant pour le Trophée local de la Main d’Or.

Sur les gradins, comme en piste on affiche complet lorsque en présence des arlésiennes vendarguoises, la propriétaire de l’élevage à la devise "blanc, bordeaux et vert" et son bayle gardian, Richard Bascou, traverseront la piste pour y recevoir dés présents des mains de Serge Hermet et Marc Moucadel.
Les huit tenues blanches aidées des quatre tourneurs, sans se montrer irrespectueux du bétail, ne leur ont laissé guère de répits en les soumettant à rude épreuve. Hommes trop en forme, taureaux au sortie de la trêve hivernale, tels est le problème des courses de début de saison souvent soumises à cette inégalité de force.
En conséquence le public s’est retiré assez satisfait de cette course relevée par les prestations d’Athos, Hellios, Jupiter et surtout Fougueux.
 
Issac (n° 510) : Même s’il ne trouve pas de terrain à sa guise le rendant vulnérable, il répond au coup par coup en s’échauffant au fil du temps. Rassir, (2 fois) et Katif se verront gratifier de jolies finitions dans une bonne prestation d’honnête premier au terme de laquelle il rentre une ficellle.
Second, Athos (n°408) vif et rapide, ne se laisse pas manipuler facilement. Vite retourné dans les reprises il raccompagne au fil des planches surtout derrière les droitiers sans pour autant délaisser la gauche.  Carmen, entendu deux fois en piste le raccompagne au toril. Juste avant la pause,
Fougeux (n°717) ne pouvait s’appeler autrement. Vite dans le bain, il se jette corps et âme dans la bagarre en répondant sans faiblir au rythme que lui imposent les hommes. De droite, de gauche, les rasets trouvent une réponse de plus en plus déterminée et serrées. Aux ficelles, dont il cédera la seconde juste avant la fin de son terme, le rythme ne baisse pas et les répliques non plus. Carmen déjà entendu résonne à son retour au toril avec bon nombre d’applaudissements.
A la place de la vedette et porteur de la devise, Hélios (503)  va se la jouer cocardier qu’il est. D’entrée positionné contre les planches il ralentit les ardeurs. Mais, devant son manque de mordant ce ne sera que de courte durée. Cité, il anticipe les départs mais n’accélère guère sur la poursuite hormis derrière Caizergues (2) Rassir et Maurel où il tapera violemment les planches. Moins de dix minutes qui auraient pu être récompensées par le disque.
Avant dernier, Maquisard (n°609) passera en cinq minutes durant lesquelles il se livre en toute franchise.
Pour conclure, l’entier Jupiter (n°713) s’engage avec force sur les rasets et en jouant d’un petit coup de tête. Maurel, Caizergues seront gratifiés d’une belle finition ou il se retrouve en contrepiste aux accents de  Carmen lequel sera renouvelé à son retour au toril.

 

CYRIL DANIEL
PHOTOS C. ITIER (à suivre)
 
Entrée : Le plein. Organisateur : CT La Muleta. Présidence : Marc Moucadel. Raseteurs : D Maurel – S Rassir – M Sanchez – I Benafitou – J Vic – K Caizergues – D Bouhargane – Z Katif. Tourneurs :  F Curtill – L Esteve – JR Grando – C Garcia.

11/03/2014

VENDARGUES : MAIN D'OR 1re journée

Dimanche 2 mars 2014

Une première "Main" en rodage

 vendargues,1re journée de la main d'or,vinuesa,mesrine,course camarguaise

Offensif et puissant, Mesrine aux trousses d'Ilias Benafitou

 

Niveau Avenir HT.  Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Caizergues, Jourdan, Katif. Gauchers : A. Benafitou, Bouhargane, Sanchez. Tourneurs : C. Daniel, Estève, C. Garcia, Kerfouche.
Un air primesautier souffle sur les gradins presque pleins pour cette agréable première journée de la Main d’Or et la complète de la manade Vinuesa. 6 cocardiers de belle présentation et affichant du caractère, manquant d’espace pour certains, notamment Mesrine. Des blancs, Ilias Benafitou ressort, assidu et combatif. L’ensemble a parfois manqué de cohésion. Bref des blancs et des noirs en rodage. Chacun à la recherche de ses repères et des bonnes distances.
Rugueux et colérique, Chamaco passe d’entrée le poitrail aux planches. Il a du mal à se fixer, parfois distrait et brouillon, mais s’engage avec force après Katif (Carmen). Indiscipliné, il laisse beaucoup de jus dans ses sauts, et rentre ses glands.
Orage se livre de bon cœur jusqu’à sauter lestement après l’homme (I. Benafitou, Carmen) ou seul. Toujours très mobile, ne refuse aucune invite, mais ses ripostes sont inégales. De longues séries en musique où il se bat jusqu’à la 12e minute pour sa 1re ficelle. Secoué par le rythme imposé, il rentre tout de même la 2e.
Magnum ne se laisse pas submerger par la fougue des blancs qui cumulent vitesse et précipitation. De multiples échanges quelquefois bien poussés. Les dernières minutes, il manque de jus mais termine fort après Allouani puis Katif. Rentre une ficelle en musique déjà entendue 3 fois.
Plein gaz, Pavoun s’approprie la piste et prend les rasets au passage. Anticipe Bouhargane (Carmen). Un dur qui n’en fait qu’à sa tête, fuse ou fait du large. De bons échanges avec Katif et une conclusion sur Allouani (Carmen) dans son presque quart d’heure.
Mobile, Dilun s’offre pour les premiers attributs. Aux ficelles, brille avec Bouhargane, presse I. Benafitou. Utilise tout le pourtour, se décolle parfois mais se livre superbement sur les belles trajectoires d’Ilias. De belles séries et rentre sa 2e ficelle en musique (+ 3 en course).
La vedette Mesrine toise les blancs, tête haute, puissant. Bien positionné, il se fait vite respecter par quelques arrivées serrées (Katif, I. Benafitou). Au fil des minutes, il semble manquer d’espace, se durcit mais finit fort en basculant après Allouani, coups de barrière après Jourdan, Katif, I. Benafitou. Rentre ses glands en musique déjà entendue 8 fois.


MARTINE ALIAGA

PHOTO CHRISTIAN ITIER

10/03/2014

BARBENTANE *AVENIR*

Dimanche 09 Mars 2014

BAYLE LE PLUS SÉRIEUX....

IMG_4931.jpg

Bayle (Vinuesa) se dresse à la poursuite de Damien Martin-Cocher

Entrée: 2/3. Organisateur: Union Taurine. Présidence: Giacone Frédéric. Droitiers: Guyon, Moine, Oudjit, Gautier. Gauchers: Boyer, Ferriol, Gaillardet, Martin-Cocher. Tourneurs: Lizon, G Rado, Sagnier, Zuchelli.

Une course de reprise où noirs et blancs reprennent leurs marques mais Bayle a déjà du tonus et Martin-cocher est déjà très affûté. La course assez facile, est rasetée sur un rythme soutenu.

CAPELAN (La Galère) n'appuie pas ses poursuites et se fait sonner les cloches aux rubans (2'). Il est volontaire aux ficelles et malgré son coup de tête, la messe est dite en sept minutes trente. 3 Carmen et retour. Plus vif, COCOGNON (Raynaud) s'encagne facilement mais perd lui aussi ses attributs en moins de deux minutes. Aux ficelles, il tape après Gaillardet mais s'incline en quatre minutes trente. 1 Carmen et retour très généreux. Plus complet, JUPITER (Chauvet) jette des éclairs au contact du raset. Il enferme Martin-Cocher son principal adversaire qui lui sert des rasets limpides. Combatif et sérieux à la fois, il ne s'incline que sur la sonnerie avec les honneurs joués à trois reprises.

Les premières approches sur BAYLE (Vinuesa) sont difficiles. Vif et puissant, il se dresse aux planches et saute même après Martin-Cocher. Son placement est judicieux malheureusement il réintègre le toril à la neuvième sur blessure à l'œil ne concédant que la coupe de la cocarde. 3 Carmen et rentrée. Porteur d'un garot noir en l'honneur de son pélot ELEGANT (Lautier) se défend près des bois avec finesse. Plus virulent après les gauchers, il baisse la tête au contact et met les cornes aux planches. Il complique la pose des crochets et conserve ses glands. 2 Carmen et retour. D'entrée, DOLLAR (Ricard) saute cash derrière Martin-Cocher. Une dizaine de sauts inutiles grèvent son énergie car s'il est véloce, il manque de reins mais pas de volonté. Une demi-douzaine de sauts après l'homme et une série de coups de barrières dont un où il ouvre les portes après avoir brisé le madrier. Gaillardet vide le tiroir-caisse de la deuxième ficelle à une minute du terme. 3 Carmen et rentrée….

IMG_4907.jpg

Rémi Guyon à la tête de Capélan (La Galère)

IMG_4911.jpg

Cocognon (Raynaud) avec Joan Gaillardet

IMG_4918.jpg

Joan Gaillardet précis à la tête de Jupiter (Chauvet)

IMG_4932.jpg

Bayle (Vinuesa) se soulève après David Moine

IMG_4950.jpg

Elegant (Lautier) tape après Damien Martin-Cocher

IMG_4966.jpg

Dollar (Ricard) s'envoie à la poursuite de Joan Gaillardet

Texte et photos Éric AUPHAN

06/03/2014

AIMARGUES *JOURNEE FANFONNE GUILLIERME*

Dimanche 2 mars 2014 - Royale de Guillierme

Promesses tenues

aimargues,journée fanfonne-guillierme,courses camarguaises

aimargues,journée fanfonne-guillierme,courses camarguaises

Affluence dimanche dernier à Aimargues pour la journée hommage à Fanfonne Guillierme, innombrables gardians à cheval, Arlésiennes, messieurs en costume... Le souvenir de la demoiselle est vivace, et plus que jamais la jeunesse est au rendez-vous. 

L’arène est pleine l’après-midi pour accueillir la Royale de l’élevage, niveau As. C’est tôt dans la saison mais les cocardiers n’ont pas manqué le rendez-vous. Les raseteurs non plus. Promesses tenues pour la der du président du comité des festivités, Jacques Servière. 

A la capelado défilent, les droitiers Auzolle, Moine, Guyon, Belgourari, Bruschet, Cadenas et les gauchers Poujol, Sanchez, R. Marquis, accompagnés des tourneurs Noguera, Sanchez, C. Galibert, Jockin, Lizon, sous la présidence d’Aurélien Laget.

Et un premier de respect, Coute Negre. Sa tenue de piste et sa double accélération obligent les raseteurs à l’attention. Présent jusquaux planches, il se montre dangereux à plusieurs reprises, fauchant le pied de Guyon au saut. Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Lou Cran, lui, opte pour une autre stratégie. Plus mobile, il se laisse d’abord entraîner dans de longues séries, puis se met au diapason et s’impose, infligeant une grosse pointe à l’avant-bras de Poujol et laissant son 2e gland presque au terme. Une course crescendo avec 2 Carmen et retour. Gasto Boï, troisième. C’était pas évident! Mais il finit  cette 1re partie avec entrain par de gros engagements aux planches. Assailli d’entrée par les hommes vite rappelés à l’ordre, il se montre généreux à son habitude par ses superbes envolées et des séries où il met tout son cœur. 7 Carmen et retour.

Estepous transmet une froide autorité. Les blancs l’abordent avec précaution. Placé, il surveille tout le monde, et gère sa course selon son bon vouloir. Des séries où il gagne du terrain et des finitions sévères pour un gland qu’il garde jusqu’à la 13e minute. On en restera là. Solide ! 5 Carmen et retour. Un peu brouillon au début, Aroujo livre des séries bien menées mais sans se fixer. Puis se chauffe, envoie la corne et se jette en finition. De gros coups avec Cadenas, Marquis, Belgourari, Poujol, Auzolle, Guyon. Un bon - presque - quart d’heure récompensé par 8 carmen et retour.

Bessoun veut toujours avoir le dernier mot. Il ne lâche jamais rien. Ajoutez-y une grosse vitesse d’exécution et vous avez 11 minutes trépidantes, de séries enchaînées jusqu’à taper droit aux planches. Et les belles allonges de Cadenas qui le mettent totalement en valeur. 2 Carmen et retour.

Au final, une course très agréable, complète et variée chez les noirs. Pour les blancs, un ensemble correct avec la bonne surprise de Cadenas, promu à l’Avenir.

MARTINE ALIAGA

27/02/2014

AIMARGUES

Dimanche 2 mars 2014

La Royale Azur et or pour la XXVe journée Fanfonne

aimargues,journée fanfonne-guillierme,royale de guillierme,courses camarguaise

Fanfonne là-haut doit être très fière. Tout d’abord parce que 25 ans après son départ, les gens de bouvine participent avec ferveur chaque année à cette journée commémorative. Le déroulement en est immuable. Venus de toute la Provence et du Languedoc, les gardians et les Arlésiennes colorent le parcours pavoisé d’azur et d’or. Du parvis de l’église Saint-Saturnin à la place du Château puis aux arènes, les rues sont investies par les chevaux, les attelages et les taureaux que la foule suit pas à pas. Un vrai succès qui ne se dément pas d’année en année.

Autre satisfaction pour l’illustre manadière, cette Royale programmée à 15h15, et qui présage, au vu de la saison 2013, d’un excellent niveau. Une vraie Royale avec chaque cocardier - dont la renommée est établie - bien à sa place. Deux premiers solides (Coute Negre et Lou Cran), le bombardier Gasto Boï, troisième. Et une seconde partie époustouflante avec le redoutable Estepous (meilleur taureau de la finale des Raseteurs à Mouriès), le dangereux voltigeur Aroujo, le menaçant et volontaire Bessoun. 

Alors bien sûr, il est bien tôt dans la saison pour tirer des plans sur la comète, mais ces taureaux-là (âgés entre 11 et 7 ans) ont les atouts pour jouer un grand rôle en 2014. 

Résultat du travail de sélection du jeune manadier Hubert Espelly et avant lui son père Christian, les taureaux actuels de Guillierme mettent leur manade au tout premier plan. 

Héritier de Jacques et Armand, Hubert mène l’élevage de la grande dame de la bouvine sur la bonne “draille”. De cela aussi, c’est sûr, Fanfonne aurait été très fière.

MARTINE ALIAGA

aimargues,journée fanfonne-guillierme,royale de guillierme,courses camarguaiseLA COURSE : 15h15, 10€, Comité des fêtes, dél. Eymonet. Royale de la manade Guillierme. Niveau As.

Coute Nègre, Lou Cran, Gasto Boï, Estépous, Aroujo, Bessoun. 

Groupe 1. Raseteurs invités : Auzolle, Belgourari, Bruschet, Guyon, R. Marquis, Poujol, Sanchez.

Tourneurs :  C. Galibert, Lizon, Noguera, S. Sanchez, Ull.

 

01/02/2014

AIMARGUES

Dimanche 2 mars 2014 - Journée Fanfonne Guillierme

Un premier rendez-vous royal

aimargues,journée fanfonne-guillierme,royale,course camarguaiseLa journée Fanfonne-Guillierme à Aimargues marque chaque année l'ouverture de la saison avec sa matinée vouée à l'hommage à la demoiselle, ses défilés, abrivado, roussataïo et course de la marque.

Et si habituellement ce sont plutôt les espoirs "azur et or" qui sont proposés, le comité des fêtes mené par Jacques Servière tape cette année un grand coup. C'est en effet la Royale avec toutes ses vedettes qui est proposée. Jugez-en :

LOU CRAN
COUTE NEGRE
GASTO BOÏ
ESTEPOUS
AROUJO
BESSOUN

15h15, 10€
Raseteurs : Auzolle, Poujol, Belgourari
Bruschet, Guyon, Sanchez, Marquis

**********

05/12/2013

CODOGNAN

Samedi 30 novembre 2013

Fanfan le passionné

stephan fargier,codognan,course camarguaiseLes larmes n’étaient pas loin quand, samedi dernier à Codognan, Stéphan Fargier, gorge nouée, a pris le micro pour remercier les amis et la famille venus l’accompagner dans ses derniers rasets. Après Frédéric Jockin, Rodolphe Roux, Cyril Garcia... c’est un autre artisan de la piste qui pose le crochet. Artisan oui ! Par l’abnégation, la fidélité, l’honnêteté, la passion qu’il a mis à défier les taureaux. Certes pas pour de podiums prestigieux, mais simplement pour la fierté de la tenue blanche et cet incommensurable envie de côtoyer les bêtes noires au plus près. Aussi ranger le crochet dans sa boîte, après plus de vingt ans de piste, résonne émotionnellement comme la fin d’une tranche de vie. Un choix difficile - « Ma tête ne voulait pas arrêter mais mon corps le demandait» - pour une histoire qui débute en 1989 en protection, dès 1991 à l’Avenir puis le Trophée des Raseteurs. Cocardiers, vaches, étalons... le gaucher laisse toujours sa chance à ses adversaires en les rasetant autant que faire se peut à leur avantage. Dans le respect des taureaux, du public, des organisateurs. Stéphan se définit lui-même : stephan fargier,codognan,course camarguaise« Je n’ai pas eu l’esprit de compétition mais une grosse passion. J’ai toujours essayé de faire plaisir à ceux qui me faisaient confiance ». Outre sa fidélité à la piste, le Saint-Gillois et maintenant Saint-Laurentais a aussi œuvré en tant que gardian professionnel à la manade Lagarde et fait prospérer son propre élevage de chevaux camargue. Un choix de vie soutenu par son épouse Stéphanie et son fils Donovan que le raseteur n’oublie pas à l’heure des remerciements : « Mon entourage m’a toujours encouragé, supporté dans les bons et les mauvais moments ». 

Les proches étaient d’ailleurs bien nombreux en piste et autour pour faire sa fête à Fanfan, une après-midi concoctée par Stéphanie sous la houlette du CT Les Enganes. Successivement Cyril Daniel, Thierry Cure et Jacques Roumajon ont présidé et commenté les vaches emboulées de Cyr et du Rousty pour les amis - raseteurs ou non - avec de belles figures acrobatiques non imposées et quelques “baroulages” de toute beauté. Taureaux du Brestalou, de Guillierme, de Saint-Pierre pour les anciens raseteurs... Et les plus beaux morceaux avec Fonfon de la Vidourlenque, Teston du Pantaï, la toujours fougueuse Arlatenco de Saliérène.

 stephan fargier,codognan,course camarguaise

Avec Arcanel de Lagarde
les derniers coups de barrière complices.

Pour terminer, Arcanel de Lagarde... Le raseteur et le cocardier se connaissent par cœur, s’aimantent pour des finitions complices comme Fanfan les aiment, cul entre les cornes et abordage aux planches. Les Carmen en récompense. 

Le mot de la fin à l’homme en blanc : « Merci à tous de m’avoir suivi mais vous me supporterez encore, maintenant comme tourneur de Mickaël Gougeon... ». Pas un adieu définitif donc mais un au revoir.

MARTINE ALIAGA
Photos Georges MARTIN
(d'autres photos de Georges sur 
https://picasaweb.google.fr/goyarene)
et MALI 

Parmi les participants : Bari Khaled, Benjamin Bini, Nicolas Noguera, Mickaël Arnel, Julien Malige, Sylvain Lebrun, Nicolas Paparone, Mickaël Gougeon, Nicolas Borrego, Sylvain Salinesi, Patrick Riefa, Hubert Espelly, Jérémy Pinter, Thibaud Douville, élèves d’écoles taurines, les amis de Fanfan, etc. Le groupe folklorique Baroncelli.

stephan fargier,codognan,course camarguaise

Cette diablesse d'Arlatenco de Saliérène, toujours d'attaque

 stephan fargier,codognan,course camarguaise

Stéphanie, Stéphan et Donovan

stephan fargier,codognan,course camarguaise

stephan fargier,codognan,course camarguaise

Tous les participants

******************

17/11/2013

SAINT-MARTIN-DE-CRAU - 15e PATATE D'OR

Samedi 16 novembre 2013

LES ALIAGA ONT LA PATATE !

Jean-Marie s'octroie le précieux trophée de la Patate d'Or

PATATE1.jpg

saint-martin-de-crau,patate d'or,jean-marie aliaga,course camarguaise

saint-martin-de-crau,patate d'or,jean-marie aliaga,course camarguaise

Un temps superbe, beaucoup de monde sur les gradins et autant en piste, du rire, de la bonne humeur, une multitude d’arrivées aux barrières plus ou moins cocasses, une - “barulade” - sans conséquence (ouf), et le président du CT Saint-Martinois Jérôme Dumas au top de sa forme au micro. Bref la 15e édition de la Patate d’Or a tenu samedi passé toutes ses promesses. Car gagner un trophée, fut-il une pierre de la Crau couleur Or, fait qu’on se laisse inévitablement prendre au jeu. D’autant plus quand ces raseteurs d’un jour se nomment Jean-Marie Aliaga, Eric Gaillardet et Jean-Paul Favier, et sont les géniteurs, pardon les paternels, des raseteurs Jérémy Aliaga, Johan Gaillardet et Maxime Favier. Alors tels fils tels pères ? A tout seigneur tout honneur avec le Languedocien Jean-Marie Aliaga qui avait annoncé, en aparté : « Ça fait trois semaines que je m’entraîne avec footing et régime alimentaire, car je vais en Provence pour gagner la Patate d’Or ». Des paroles aux actes, Jean-Marie par ses rasets d’anthologie, son style et son coup crochet à faire pâlir le fiston, a tenu son pari. Et ses collègues l’ont bien aidé. D’abord Eric Gaillardet au physique de jeune premier qui a mis son expérience de vieux briscard à son service. Quant au Serpico de Salin-de-Giraud alias Jean-Paul Favier, sa première participation a marqué et lui vaut à juste titre le prix du meilleur animateur. Et si vous ne nous croyez pas, demandez donc à Jérémy, Johan et Maxime, lesquels au plus près de l’action en contre-piste se sont fait un plaisir, avec leur i-phone, de filmer les exploits de leur idole. Et il paraît qu’ensuite, chez Michou, tard dans la nuit provençale, les patatos avaient encore la frite.

PATRICK PONS

▲Photos GEORGES MARTIN
▼ PHOTO HERVE BERNON

 

saint-martin-de-crau,patate d'or,jean-marie aliaga,course camarguaise

************************************

 

11/11/2013

VAUVERT *Avenir HT*

Lundi 11 novembre 2013 - Complète de la manade Vinuesa

MESRINE... LA VALEUR SURE
DANS UN ENSEMBLE DE QUALITE

 

vauvert,manade vinuesa,mesrine,pavoun,course camarguaise

Sous les yeux de son pelot, Mesrine agressif
aux planches sur Dimitri Fougère

Hier. Entrée : 1/5e d’arène . Organisateur : PFM. Président : Bruno Pascal. Raseteurs droitiers : Cano, Fougère, Charnelet, Paparone. Gauchers : Martin, Sanchez, Clarion, N. Benafitou. Tourneurs : Ull, Curtil, Lopez.

vauvert,manade vinuesa,mesrine,pavoun,course camarguaise


vauvert,manade vinuesa,mesrine,pavoun,course camarguaiseChevaux et taureaux... la manade Vinuesa au complet à Vauvert, cela valait le déplacement. L’étalon Maestro de Laute et sa progéniture méritent leur mise à l’honneur tandis que le cocardier Mesrine assied sa réputation de valeur sûre dans un ensemble de valeur. Placement, vaillance et qualités cocardières pour tous, plus pour certains d’âpres finitions bien frappantes. Les raseteurs ont fait ce qu’ils ont pu, souvent avec application et volonté face à ces biòu de caractère. Un bel après-midi de fin de saison.
Chamaco.- Un peu lourd parfois, mais bien cité, une fois qu’il est placé, il force après l’homme. Passe le mourre après Fougère, s’emporte sur Martin et envoie un puissant coup aux planches après Sanchez. Solide, conserve un gland. 4 Carmen et retour.
Dilun.- Plus léger et plus mobile que le précédent, se montre vaillant dans les échanges. Franc sur le raset, il affiche une belle présence jusqu’au ras des planches. La 1re ficelle pour Martin. 4 Carmen et retour.
Magnum.- A grande foulées, il déboule après les blancs et se soulève envoyant la corne. Des finitions bien frappées après Fougère (4), Charnelet, Benafitou, Clarion, en conclusion d’enchaînements. Gratté, il monte le ton et termine violemment sur N. Benafitou. 7 Carmen et retour.

vauvert,manade vinuesa,mesrine,pavoun,course camarguaise

Plus de peur de mal mais une grosse émotion
pour Nabil Benafitou

rattrapé aux planches et bousculé par Mesrine

Mesrine.- Tête haute, il tient les blancs à distance, se dégageant un large espace. Placement et déplacements magistralement gérés. Les tourneurs ne le leurrent pas, attentif, c’est lui qui décide. Coupe le terrain, anticipe Fougère. Bien calé, il n’en perd pas une et raccompage avec autorité. Bascule après Clarion, Cano passe juste, bombarde sur Fougère, et bouscule N. Benafitou dans une superbe action. Cocarde seulement coupée et un gland... c’est tout ce qu’il laisse aux blancs dans un quart d’heure dominateur. 6 Carmen et retour.
Bayle.- Met du jus dans ses poursuites mais, après Mesrine, l’adrénaline est retombée chez les blancs. Bayle montre beaucoup de bonne volonté dès que les propositions arrivent, vite retourné, il se livre de bon cœur. Fougère est raccompagné de la corne jusqu’au ras des planches. Rentre un gland. 1 Carmen et retour.
Pavoun.- S’il met du temps à se mettre dans le bain c’est qu’on ne le sollicite pas assez. Car une fois chaud, il met en avant sa vitesse d’exécution, sa puissance en finition et sa vista. Sanchez part à l’aventure, Pavoun a tout vu, lui coupe la route et Marc se jette sous l’estribo. Peu sollicité, il multiplie les changements de position et rasète les hommes. Dans les dernières minutes, il percute après Clarion, Martin. Lui aussi étale une belle palette de qualités. 4 Carmen et retour avec ses ficelles.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS C. ITIER

▼ MESRINE SUR CLARION

vauvert,manade vinuesa,mesrine,pavoun,course camarguaise

▼ ENFERMEE DE PAVOUN SUR FOUGERE

vauvert,manade vinuesa,mesrine,pavoun,course camarguaise

**************************


04/11/2013

LUNEL *30e TROPHEE PESCALUNE*

 lunel,30e finale du pescalune,course camarguaise

Dimanche 3 novembre 2013

SYLVERADO, HORACIO ET ALLOUANI

lunel,30e finale du pescalune,course camarguaise

Les vainqueurs du 30e Trophée Pescalune :
Sylverado de Saint-Gabriel (course du 20 juillet)
et Sabri Allouani pour la 5e fois.

Hier. Entrée : presque plein. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Bruschet, Katif, Cano, Oufdil. Gauchers : Allam, Favier, Martin, Poujol, Rassir. Tourneurs : Ull, Estève, Labrousse, Ménargues, Cuallado.

Les arènes sont bien garnies pour accueillir le joli travail de la manade Lafon en spectacle d’ouverture. Une mise à l’honneur de la culture camarguaise propre, simple et élégante avec le Velout pescalune. La course finale des 30 ans du Trophée Pescalune est d’un bon tonneau, même si hommes et bêtes ont manqué parfois de niaque. Poujol et Allouani attaquent les débats avec 3 points d’écarts. Le duo-duel joue jusqu’au 6e où Sabri creuse l’écart. Horacio de Cuillé s’adjuge le prix du jour, Sparagus plus tonique aurait pu y prétendre. Katif est au niveau de la piste et des taureaux, il faudrait compter avec lui aux As l’an prochain.

Titien (Blatière-Bessac).- Cul aux planches se défend dans un petit périmètre sous la présidence et ne déclenche qu’en quelques occasions. Les hommes le forcent à se battre et il engage son gros gabarit dans des séries parfois conclues. Malgré le travail, les ficelles rentrent. 

Athor (Daumas).- Alterne les réponses méchamment poussées cornes à l’affût et les moments où stoïque, il laisse filer. Poujol passe juste (2 fois), action serrée sur Katif (Carmen), une belle ripose sur Allouani. Les ficelles rentrent.

 lunel,30e finale du pescalune,course camarguaise

▲ Sparagus de Janin à la poursuite d'Hadrien Poujol

Sparagus (Janin).- Promène les blancs sur ses différentes positions et raccompagne à grande vitesse. Les clients au raset d’attaque ne se bousculent pas. D’autant qu’il se ménage un large terrain d’où les tourneurs sont écartés. Belle finition sur Poujol au terme d’un enchaînement rythmé et 9 minutes pour les premiers attributs. Aux ficelles qu’il rentre, les longueurs sont tendues avec Allam, Martin, Poujol. 1 Carmen et retour.

Sylverado (Saint-Gabriel).- Moins tranchant qu’à l’ordinaire, il s’engage toutes cornes pointées dans les séries et se soulève en finition (Cano, Allouani, Martin). De beaux tête-à-tête avec Katif, Rassir et surtout Poujol menacé jusqu’aux planches. 1 ficelle à la maison avec 6 Carmen et retour.

 lunel,30e finale du pescalune,course camarguaise

▲ Horacio plein gaz après Katif

Horacio (Cuillé).- Placement opportun et tout son poids dans les ripostes. Son duo avec Bruschet est au point et le raseteur multiplie les cites. Du toril où il campe tout son quart d’heure, Horacio choisit parcimonieusement ses adversaires parmi les plus engagés. Katif, Rassir, Bruschet encore ou Favier pour les meilleurs passages. Les ficelles rentrent. 6 Carmen et retour.

 lunel,30e finale du pescalune,course camarguaise

▲ Horacio et son meilleur adversaire Romain Bruschet

Camerone (Paulin).- Il a du mal à trouver la bonne position et manque d’entrain. Mais quand les hommes allongent, il est au rendez-vous au fil des planches après Katif, Cano ou Allouani. Se dresse après Allouani qui lève les 2 ficelles. 8’30. 3 Carmen et retour.

 lunel,30e finale du pescalune,course camarguaise

▲ Chambao de Bon sur Guillaume Cano

Chambao (Bon).- Bon placement, pas de difficulté sur le raset mais c’est aux planches qu’il brille pour des engagements violents. Rassir, Katif, Favier, Allouani ou Cano - et un spectateur trop près des barrières - sont tour à tour bombardés pour un joli final.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER (à suivre)

LES PRIX

1er Allouani pour son 5e Trophée Pescalune (51 points) ; 2. Poujol, 46 ; 3. Favier, 22. Meilleur raseteur pescalune : A. Benafitou.

Meilleur taureau de la saison : Sylverado de Saint-Gabriel (course du 20 juillet). Meilleur taureau de la finale : Horacio de Cuillé. 

Un bouquet à Obli Ménargues pour sa dernière course au poste de tourneur.

***************

SAINT-GILLES

Dimanche 3 novembre 2013

L’AVENIR LEUR APPARTIENT
Sourtout NANOU mais aussi BELEU et PEUSE

 saint-gilles,nanou,course camarguaise

Nanou de la manade Saliérène sur Mathieu Marquier

Pour la clôture des fêtes saint-gilloise, il n’y avait pas foule pour assister à ce concours de sept manades qui s’est montré intéressant à suivre même si par moment le manque de travail des huit raseteurs présents s'est fait ressentir malgré l’implication de Loïc Auzolle, Mathieu Marquier, Jérôme Martin et Joffrey Ferriol. Si les trois taureaux titrés paraissent bien au dessus du lot, notons également la prestation de Bimbe même si cette dernière nous a laissé sur notre faim.

Le premier à fouler la piste fut Banache (Joncas) qui en perpétuels mouvements va défendre ses principaux attributs tout en concluant derrière Moine et se montrant brillant dans deux séries. Même si aux ficelles, il change de comportement les hommes lui feront regagner le toril après dix minutes.
En second Beauvoisinois (Cavallini)  ne va pas forcer le rythme en se contentant de répondre au  coup par coup en se fixant que rarement. Marquier, Moine et Auzolle se feront timidement raccompagner au dessus des planches. Porteur de sa seconde ficelle il retourne au toril avec son cinquième Carmen.
Juste avant la pause, Peu Se (Espellly-Blanc) sans jamais quitter le terrain des planches va étaler toute sa vaillance. Aux ficelles, même si le cercle blanc s’agrandit, chaque raset se transforme en une jolie poursuite serrée conclue au fil des planches où seule la finition manque. Ses ficelles restent sa propriété au terme d’un brillant quart d’heure  

A la place ce quatrième et Dieu sait si cette place lui convient Nanou (Salierene) va effectuer un sans faute. Son placement, ses anticipations et accélérations en font un redoutable cocardier. Maîtrisant la situation du début à la fin, avec de judicieux déplacements, tout le monde n’arrive pas à parvenir à la tête. A 300 €, il conserve sa première ficelle en musique qui avait joué huit fois en piste.
Il allait falloir que Perdigau (Briaux) sorte le grand jeu en passant derrière. Après quelques minutes de flottements, le biou va apporter plus d’application et signer de jolies poursuites bien raccompagnées notamment derrière Moine et Ouffe qui déclencheront le disque à quatre reprises ainsi qu’à sa rentrée à la treizième minute.
Avant dernier, on sent du potentiel chez Bimbe (La Vaunage) qui part sur tout ce qui bouge. Ce qui  le rend brouillon. Mais quand il s’arrête, personne ou très peu s’y frottent. Cinq jolies finitions sur Four (3), Ferriol et Marquier et les ficelles retournent à la maison avec le disque entendu  quatre fois.

Pour conclure, Beleü (Pantaï) lui aussi va manquer un peu de pression qui lui aurait permis de passer la vitesse supérieure. Malgré ce, son comportement, avec de vifs échanges et menaçantes finitions est prometteur. Ferriol, Marquier Auzolle (qui le privera de tous ces attributs) seront gratifiés de jolies enfermées biens conclues pour sept Carmen au total, rentrés incluse à la treizième minute.

Texte et photos
CYRIL DANIEL

 

Entrée :  Environ 250. Organisation : St Gilles Animation. Présidence : Bruno Pascal. Raseteurs : L Auzolle, N Benafitou, J Ferriol, B Four, M Marquier, D Moine, J Ouffe, M. Sanchez. Tourneurs : F Lopez, S Lebrun, G Mata, Th Garrido, JL Foulque.

 

saint-gilles,nanou,course camarguaise

▲ Beleu du Pantaï avec Loïc Auzolle

▼ Bimbe de La Vaunage sur Bastien Four

saint-gilles,nanou,course camarguaise

Peu Se avec David Moine

 

saint-gilles,nanou,course camarguaise


**************


LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

 les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

Mercredi 30 octobre 2013

Finale des courses de tau Marcel-Mailhan

les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaisesPrix de la finale : 1. Etalon de la manade Blanc. 2. L'Aurore. 3. Lautier.

Raseteurs : 1. Vic ◄ Photo. 2. Montesinos. 3. Cadenas.

Vainqueur du concours de ferrade de la journée de la maintenance : manade Saint-Gabriel.

Hommage à Jean-Pierre Durrieu.

*************

Un succès total. Les rues et le parvis des arènes des Saintes-Maries-de-la-Mer sont pleines dès le matin pour la fête de la Maintenance, et les arènes l'après-midi sont combles. Malgré le report et le vent froid qui balaie le plat pays, le Parc Naturel Régional de Camargue et les courses de tau Marcel-Mailhan ont su mobiliser le public qui après les six courses de Ligue gratuites, affirme sa fidélité en s'acquittant de 9 € pour la finale.

Les huit étalons sélectionnés, au physique plus ou moins typé, n'ont pas réchauffé les spectateurs par les frasques intempestives que l'on peut attendre de cette catégorie de taureaux mais on sait bien que souvent étalon varie, bien fol qui s'y fie. Les stagiaires, un peu timides, n'ont pas eux non plus vraiment emballé les débats. Mais le palmarès (Blanc, L'Aurore, Lautier) récompense les plus intéressants. A l'applaudimètre, le tau de L'Aurore se taille le plus beau succès.

N.942 du Rhône.- Calme et concentré, ses poursuites sont abouties jusqu'aux planches avec une préférence pour les gauchers. Rentre une ficelle. 3 Carmen et retour. N.965 de Navarro.- D'entrée une grosse enfermée sur Cadenas. Remuant, il se livre bien sur quelques enchaînements (Carmen). Rentre ses ficelles. N.923 de Lautier.- Une tendance à couper le terrain en faisant le pas au départ. Sans refus et avec quelques accélérations bien placées, il se livre totalement. Une ficelle rentre. 4 Carmen et retour. N. 051 de Raynaud.- Le long des planches, il se lance au départ de l'action. A mi-temps, il se dissipe et produits quelques enchaînements à contrecoeur peu servi par les hommes qui ne rivalisent pas d'élégance. Une ficelle au retour.

Le N.918 de Gillet.- Quelques sauts et lâche les rasets en cours de route. S. Ben ammar joue l'écarteur. Les blancs en prennent vite la mesure et le tau se laisse raseter. Une ficelle rentre.

 les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

Photo - Le N.011 de L'Aurore.- Se pose près des planches et s'envoie fort surle raset. Les raseteurs le regardent longtemps. Il s'engouffre à la poursuite des hommes et finit aux planches. Vic lui offre les plus belles trajectoires, Montesinos pour une double accélération. 10 minutes intéressantes récompensées de 5 Carmen et retour. Le N.029 de Saint-Pierre.- Calme, placé, prend les enchaînements tranquillement sans s'attarder. S'évade puis se laisse raseter. Les ficelles à la maison.

 les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

Les vainqueurs de la finale, photo avec Jonathan Vic - N.065 de Blanc.- Vif, intéressé par le jeu, se cabre volontiers en finition et pointe la corne dans de longues séries. Et même s'il tire la langue, il termine comme un métronome ses 8'30. 4 Carmen et retour.

Les prix de la finale sont remis en piste, les autres récompenses donneront lieu à une réception ultérieure.

MARTINE ALIAGA

Entrée : plein. Organisateur : Parc Naturel Régional de Camargue. Président : Bruno Pascal. Raseteurs : à droite, Cadenas, Dunan, Montesinos, Soler, Vic. A gauche : S. Chekade, S. Ben Ammar.  Après l'entracte : H. Ben Ammar et Méric remplacent Cadenas et Dunan. Tourneurs : Fadli, Fouque.

*********

FETE DE LA MAINTENANCE

les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

▲ Défilé dans les rues des Saintes
▼ Sur la plage Est

les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

▼ La manade Saint-Gabriel gagne le concours de ferrades

les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

 ▲ Hommage à Jean-Pierre Durrieu

******************************


02/11/2013

VENDARGUES *NIVEAU AVENIR HT*

Samedi 2 novembre 2013 - La Muleta clôture

VACCARES N’ACCORDE QUE SA COCARDE

Avec Rafiot et Ruffian, le taureau de Ricard valorise l'après-midi.

Hier. Entrée: 2/3 d’arène. Org. : CT La Muleta. Président : Richard Sarrouy.  Raseteurs droitiers : Caizergues, I. Benafitou, Katif, Guyon.  Gauchers : Rassir, Allam, Bouhargane. Tourneurs : Galibert, Estève, P. Rado, Ménargues.

Le CT La Muleta choisit des taureaux en devenir pour clôturer sa saison. Un panel de 6 à 8 ans agréable dont Rafiot, Rouffian et Vaccarès ressortent. Le barricadier de Ricard remportant d’ailleurs le prix des taureaux espoirs sur la saison. L’équipe blanche est travailleuse et de qualité pour ce dernier concours vendarguois.

Asland (Les Baumelles).- Remuant et sauteur, une petite anticipation surtout à gauche, pour des poursuites poussées jusqu’à basculer (Rassir). Bien positionné, passe le “pitre” après I. Benafitou, anticipe Rassir. Et garde sa 2e ficelle qu’à la limite. 2 Carmen.

Tapir (Paulin).- Agressif et brutal aux planches, il se laisse surprendre par le rythme. Parfois distrait, mais s’engage fort et se soulève. Naïf par moments mais toujours franc, il frappe jusqu’à épuisement. Rentre une ficelle. 8 Carmen et retour.

Esau (Félix).- Sans temps morts, il se livre et donne tout dans les belles longueurs que chacun lui propose. Une belle vaillance qui lui vaut 7 Carmen plus retour.

Rafiot (Hervas).- Reste bien présent jusqu’au ras des planches où il passe chaque fois au minium les cornes. Bien placé, chaque trajectoire est honorée sans refus et un bon coup de semonce à l’arrivée. De nombreux coups aux planches, et malgré la fatigue, tape encore de bon coeur jusqu’à la sonnerie. Rentre ses ficelles avec une bonne dizaine de Carmen.

Belastre (Nicollin).- A fond, sans jamais se fixer, et leste pour sauter les barricades, il se livre aux blancs. Se prête aux longs rasets d’Allam, serre Katif. Se met en rogne pour défendre dans la bourre sa 1re ficelle. Puis s’attarde en contre-piste. Garde sa 2e ficelle. 3 Carmen.

Rouffian (Lagarde).- Attaque avec du gaz et passe les cornes à chaque action. Sollicité sans relâche, il ne rechigne pas. Avec volonté, il s’engage sur les cites loyaux. Et conclut par de gros coups après Guyon, Bouhargane, Allame, Katif. Allam l’embarque et Rouffian bascule. Les blancs grattent la 2e ficelle qu’il garde. Intéressant et régulier. Une dizaine de Carmen.

Vaccarès (Ricard). - Saute, revient seul, se cale aux planches et attend les hommes peu pressés d’en découdre. Katif pour les meilleures tentatives se voit dangereusement enfermé dans une incroyable longueur. L’action du jour. Vaccarès ne frappe pas pour rien, étonnamment calme par rapport à l’énergie qu’il met dans ses actions. Katif encore pour un long raset couronné d’un superbe coup de barrière. Ilias Benafitou se mêle au jeu pour trois superbes actions. 2 dernières tentatives (Katif, I. Benafitou) pour le 1er gland à 220€. Mais Vaccarès ne lâche rien de plus dans ce très bon final en musique.

MARTINE ALIAGA

 

01/11/2013

EYRAGUES *AVENIR*

Vendredi 01 Novembre 2013

GASCON TIENT SES PROMESSES

souvenir gérard gilles

Gascon (Lautier) agressif après Joan Gaillardet

Entrée: ½. Organisateur: CT La Bourgine Présidence: P Pancin Droitiers: Ciacchini, Guyon, Oujdit, Sabatier. Gauchers: N Bénafitou, Gaillardet, Zbiri. Tourneurs: Fadli, Lieballe, Lopez, Rouveyrolles.

Après une première partie fade, Gascon très complet remporte logiquement le 11ème souvenir Gérard Gilles tandis que Merlan termine agréablement. Chez les hommes Oujdit auteur de longs rasets reçoit le prix du meilleur animateur qui semblait pour nous revenir à  Joan Gaillardet très travailleur. Guyon est combatif dans un groupe généreux. Guingue de la manade Caillan (surnom de Gérard Gilles) fait un tour de piste en présentation avant une retraite méritée tandis que son pelot reçoit un souvenir.

Loin de monter dans les tours, DAKAR (Caillan) effectue un rally en dilettante malgré quelques accélérations sur Guyon, Gaillardet et Zbiri. En sous régime aux ficelles, le moteur cale trop souvent. Il en rentre une en silence. 2 Carmen. PIRATE (Lou Pantaï) laisse les blancs partir à l'abordage. Il subit par vagues successives et termine très rarement ses poursuites. Il baisse pavillon en huit minutes trente. 1 Carmen et rentrée. Récalcitrant avec les gauchers, l'empereur CESAR (du Juge) court et pêche dans le placement. Il se soulève après Guyon et un gland remonté sur la corne prolonge ses rubans jusqu'à la dixième. Aux ficelles, il n'arrive pas à sortir le public de sa torpeur et rentre la seconde en silence.

Le cercle s'agrandit avec ce GASCON (Lautier) pétri de qualités. Placement, vitesse, anticipation et finitions meurtrières sont la panoplie qu'il déploie en tenant toutes ses promesses. Quatre coups de barrières et le danger présent sur presque chaque raset. Il concède un gland sur la sonnerie. 4 Carmen et rentrée pour un véritable espoir. Volontaire, BALOUR (Félix) est vite en sur régime et défend ses ficelles en deux minutes. Du moral mais les blancs ne lui laissent que peu de répit face à sa bravoure. Il se soulève plusieurs fois à l'arrivée dans sept minutes vaillantes. 4 Carmen et retour. Leste et vite tourné, MERLAN (St Pierre) est combatif. Ses poursuites sont toniques avec des coups de butoir après Gaillardet et Sabatier. Les hommes lui font le forcing mais il conserve brillamment ses ficelles et termine par un coup de barrière sur Gaillardet et Guyon. 4 Carmen dont rentrée.

souvenir gérard gilles

 Dakar (Caillan) tape derrière Rémi Guyon

souvenir gérard gilles

Pirate (Lou Pantaï) s'engage après David Sabatier.

souvenir gérard gilles

Jérémy Ciacchini à la tête de César (du Juge)

souvenir gérard gilles

Gascon (Lautier) plein de promesses avec Rémi Guyon

mais aussi dangereux après Jérémy Ciacchini

souvenir gérard gilles

souvenir gérard gilles

Balour (Félix) se soulève après Jérémy Ciacchini

souvenir gérard gilles

Merlan (Saint Pierre) avec Joan Gaillardet

Texte et photos Eric AUPHAN

VENDARGUES *18e TROPHEE DES VIGNERONS

Vendredi 1er novembre 2013

ATHOR, QUASSARD, AROUJO
ETOILES D'UNE COURSE SCINTILLANTE

Plus une équipe de raseteurs en or

Arènes pleines à nouveau pour le 18e Trophée des Vignerons, l'affiche a attiré du monde et il y a eu de quoi ! Les attelages à l'honneur bien sûr avec deux superbes pastières et la Carreta à Catou menées par la Montagnette de Barbentane et les Arlésiennes de la Muleta pour une jolie mise en bouche. La suite est -presque- parfaite. Avec cette équipe de raseteurs, tout paraît simple, enchaîné, brillant... Les hommes rivalisent d'aisance, d'implication, de beaux gestes. Et quand c'est trop compliqué pour les jeunes Katif, Rassir, I. Benafitou, Belgourari pour les plus présents, alors Allouani fait parler l'expérience. Le top ! Les cocardiers ont eu du fil à retordre, c'est sûr. Aussi les performances d'Athor des Termes, excellent premier ; de Quassard de Plo dans une prestation que l'on ne voudrait pas voir finir ; et d'Aroujo de Guillierme, réactif et brillant sur un rythme intense, n'en sont que plus méritoires et resteront en mémoire. D'autant que Sugar de Saint-Gabriel et Notaire de Cuillé tirent aussi leur épingle du jeu. Bravo à tous !

Athos (Les Termes).- Attentif à tous mouvements, remuant, vif au démarrage où il coupe le terrain, le cocardier des Termes corse d'entrée le débat. Ne se laissant jamais enfermer, leste sur les reprises et courageux jusqu'aux planches dans les longues trajectoires, Athos se fait respecter par de belles enfermées, les hommes dans le berceau de ses cornes. Ne lâche sa 1re ficelle qu'à la 14'30 dans un beau combat. 6 Carmen et retour.

Campouceu (Bon).- Au petit trot, lâche facilement ses premiers attributs. Tranquille, il ne passera jamais à la vitesse supérieure et sur la fin, met le frein. Quelques finitions (Carmen sur Belgourari) et des enchaînements. Mais il faut toute l'expérience de Sabri pour choper les derniers brins des deux ficelles.

Quassard (Plo).- Vite en place, il tient les tourneurs à distance et ramène prestement les blancs aux planches. Les enchaînements sont tous accompagnés d'une corne dangereuse. Quassard s'allonge sur les beaux cites proposés par Ilias Benafitou, Katif ou Allouani. A gauche, comme à droite, les blancs régalent et Quassard est tout le temps au diapason. Séries, changements de terrain, Rassir, Katif, Belgourari, Allouani font durer les tête-à-tête... Ficelles travaillées en rythme mais Quassard ne se laisse pas mener par le bout du nez et entend bien conserver ses ficelles. Il a le dernier mot. Il réintègre vidé mais porteur de ses brins. Excellent et excellemment raseté. 8 Carmen et retour.

Sugar (Saint-Gabriel).- Bon coeur et belle vaillance pour de longues séries dont quelques unes conclues cornes pointées. 10 minutes de bonne volonté de Sugar, de classe pour les hommes. 5 Carmen et retour.

Notaire (Cuillé).- Plein de fougue, il pousse fort dans le raset mais face au travail intense les pompons volent rapidement. Le long des planches, Notaire se prête au jeu avec franchise et volonté pour de belles passes toutes en longueur. Malgré le nombre de rasets, Notaire ne boude pas et appuie tant qu'il peut, serrant les blancs de près. Rentre une ficelle au terme d'un beau combat. Une dizaine de Carmen et retour.

Perroquet (Ricard).- Les 5 premières minutes, les blancs ne sont pas trop décidés. Puis entrepris, il affiche ses limites. C'est le roi de l'évasion. Il s'amuse avec les portes, se rit des planches. Sur le raset, participe plus ou moins avec conviction et dès qu'il peut, saute après l'homme ou tout seul. Sabri le cite, et il décolle haut sur les tubes pour l'action principale de sa prestation. Rentre un gland, 3 Carmen et retour.

Aroujo (Guillierme).- Attaqué d'entrée, il rend coup pour coup corne pointée en finition. Sans trop de fixer mais toujours opérationnel, il enchaîne de bon coeur,  enclenche le turbo et enfile les coups de barrière en rafale. Le rythme est intense, Aroujo donne tout, se fait dangereux, la corne toujours prête à sanctionner. Un Aroujo à réaction sur une quinzaine d'actions violentes pour autant de Carmen. Un très beau final. 

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER (à suivre)

 

Entrée : plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, Belgourari, I. Benafitou, Katif, Roig. Gauchers : Favier, Rassir, Martin, Bouhargane. Tourneurs : Galibert, P. Rado, Estève.

Le 18e Trophée des Vignerons à Aroujo de Guillierme (mais Quassard n'en était pas loin). A Mehdi Belgourari et Sabri Allouani. 

27/10/2013

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *PRINTEMPS DES ROYALES*

Dimanche 27 octobre 2013

TARSIER VAINQUEUR D'UNE FINALE
QUI NE S'EST PAS ENFLAMMEE

 Saint-Laurent-d'Aigouze,finale Printemps des Royales,courses camarguaises

Tarsier de Lagarde et Mehdi Belgourari

Le temps s'y prêtait - grand bleu -, arènes pleines, belle affiche... La 18e finale du Printemps des Royales avait tous les ingrédients pour combler le public. Mais même si la course est intéressante tout le long, les hommes sont restés toujours un peu "en dedans" et certains taureaux en-dessous de leurs qualités. Pas mal mais pas assez en tous cas pour s'enflammer.

Quasimodo (Blatière(Bessac).- Brutal et pas commode à manoeuvrer au début, toujours dangereux près des planches. Et s'il commence sans beaucoup d'entrain dans ses ripostes, il monte en puissance jusqu'à s'engager violemment aux planches. Tour à tour Gros (2 fois), Valette (2), Belgourari (3) essuient ses explosives conclusions dans une deuxième moitié de course combattante et musclée. Rentre une ficelle, 7 Carmen et retour.

Benvengu (Nicollin).- Remuant et franc sur le raset, il pousse sur les cites bien engagés (Valette, Belgourari). Belgourari, puis Bouhargane l'embarquent dans des longueurs. Clarion sans tourneur lui sert de belles passes. Une ficelle rentre. 2 Carmen et retour.

Tarsier (Lagarde).- Ce n'est pas un gros gabarit mais quel coeur et quelle envie. A fond dans toutes les actions, il se bat vigoureusement et tape à l'arrivée aux bois. Gros en fait les frais, touché au genou. Le rythme est trépidant, Tarsier ne faiblit et ne lâche jamais l'affaire. En revanche, quand il se décolle des planches, il temporise. Mais, placé et bien entrepris, il se livre avec beaucoup de présence et de bonnes conclusions. Rentre ses ficelles 3 Carmen et retour.

Troubadour (Laurent).- Belle présentation pour ce cocardier qui se laisse prendre par le rythme que veulent lui imposer les blancs. Belgourari pour les plus belles actions conclues avec fermeté. Mais Troubadour ne passe pas la vitesse supérieure et se contente de raccompagner les hommes. 8 minutes. 1 Carmen e retour.

Farot (Fabre-Mailhan).- Avec toute la vaillance de sa race, il enchaîne droite-gauche pour de longues séries où il fait quelquefois un pas d'anticipation. Comme cette action avec Belgourari dans le berceau des cornes. 9 minutes. 3 Carmen et retour.

Roitelet (Saumade).- Se livre d'entrée avec fougue. Et à force de l'asticoter, voit rouge et termine fort sur Belgourari. Les hommes ne lui proposent qu'un travail brouillon confondant vitesse et précipitation. Aux ficelles, mieux placé, le cocardier ne refuse aucune invite, et, bien embarqué, frappe à plusieurs reprises (Belgourari, Clarion). 2e ficelle à Jockin presque sur la sonnerie. 4 Carmen et retour.

Corsaire (Cuillé).- 5 ans. Tout feu tout flamme, tout fou. Saute allégrement les barrières, les portes, s'encagne après le portail... Une débauche d'énergie difficile à canaliser. Un bel élan après Belgourari et le dernier sur Fougère, cornes pointées. Rentre ses glancs. 2 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

LES PRIX

FINALE : Tarsier meilleur taureau de la finale
Clarion meilleur animateur.

18e PRINTEMPS DES ROYALES
Manade Laurent
Mehdi BelgourarI

Bouquets à Cyril Garcia et Frédéric Jockin

Coup de coeur à la secrétaire du CT Lou Bandot

Saint-Laurent-d'Aigouze,finale Printemps des Royales,courses camarguaises

************************


(A suivre). 

CABANNES *COUPE DES PETITS MANADIERS*

GAILLARDET OMNIPRÉSENT …

Cabannes 27 10 31.jpg

Pérille (Le Grand Salan) et Joan Gaillardet les lauréats. 

Entrée: Grosse ½ Organisateur: CTPR Lou Prouvenço Présidence: J Faure Droitiers: Moine, Sabatier, Sanchis. Gauchers: Boyer, Gaillardet, Lafare. Tourneurs: J Dumas, Lieballe, Mata.

Quelle belle entente entre les six raseteurs. Tous ont fournit un travail impeccable et Joan Gaillardet s'adjuge sans conteste le prix du meilleur animateur avec un engagement de qualité à tous les taureaux. Pérille meilleur taureau de cette 27ème finale intéressante est suivi de près par Pavoun dans un ensemble homogène.

Sans éperonner les blancs, MARLIN (Fournier) se livre avec beaucoup de franchise cherchant à mordre les blancs. Bien calé aux bois, les séries s'enchaînent pendant onze minutes volontaires. 2 Carmen et rentrée. En une minute, ES BEU (Chaballier) défend déjà ses ficelles. Peu placé à son avantage, il combat mais subit la pression des hommes qui le renvoient au toril en sept minutes. 2 Carmen et retour. Rapide et vif, PAVOUN (Vinuesa) accélère a la sortie pour finir tête au dessus des planches. Sur Gaillardet le coup de barrière est tonitruant. Aux ficelles, il ne baisse pas la garde et bascule après Boyer. A l'ultime minute Gaillardet est enfermé de façon magistrale mais c'est Lafare qui lève la première ficelle sur la sonnerie. 5 Carmen et rentrée.

Décidé, PÉRILLE (Le grand Salan) frappe après Sabatier. Ses actions sur Lafare et Gaillardet sont prononcées. Après Lafare il s'envoie au delà des planches. Barricadier, il cherche le combat et s'avère percutant même dans les séries. Il rentre ses ficelles en musique jouée 5 fois. Concentré, TEISSOUN (Plo) envoie dangereusement les cornes à l'arrivée. Sérieux dans le placement et les ripostes, les blancs le mettent en valeur avec des superbes rasets arrêtés. Treize minutes classiques très intéressantes. 6 Carmen et rentrée. Volontaire, LANDAIS (Layalle) s'envoie volontiers aux basques des raseteurs. Pris dans les séries il lâche un raset pour le suivant. Il manque de finition mais n'a pas été aidé par la baisse de régime (justifiée) des blancs. Il conserve facilement ses ficelles. 5 Carmen et retour. Craint, DIJEU (Richebois) est attaqué avec prudence. Ses intentions barricadières sont évidentes et les hommes dont Gaillardet omniprésent lui font réaliser le final spectaculaire adéquat pour une finale rasetée dans un excellent esprit.......

Cabannes 27 10 2.jpg

Marlin (Fournier) derrière Boris Sanchis

Cabannes 27 10 7.jpg

Es Beu (Chaballier) avec Joan Gaillardet

Cabannes 27 10 13.jpg

Pavoun (Vinuesa) à la poursuite de Frédéric Boyer

Cabannes 27 10 18.jpg

et dangereux après Joan Gaillardet prestement enfermé

Cabannes 27 10 29.jpg

Pérille (Le Grand Salan) avec David Moine

Cabannes 27 10 41.jpg

Teissoun (Plo) se dresse derrière Joan Gaillardet

Cabannes 27 10 47.jpg

Joan Gaillardet à la tête de Landais (Layalle)

Cabannes 27 10 63.jpg

Dijeu (Richebois) saute après David Sabatier

Texte et photos Eric AUPHAN