Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/11/2013

SAINT-GILLES

Dimanche 3 novembre 2013

L’AVENIR LEUR APPARTIENT
Sourtout NANOU mais aussi BELEU et PEUSE

 saint-gilles,nanou,course camarguaise

Nanou de la manade Saliérène sur Mathieu Marquier

Pour la clôture des fêtes saint-gilloise, il n’y avait pas foule pour assister à ce concours de sept manades qui s’est montré intéressant à suivre même si par moment le manque de travail des huit raseteurs présents s'est fait ressentir malgré l’implication de Loïc Auzolle, Mathieu Marquier, Jérôme Martin et Joffrey Ferriol. Si les trois taureaux titrés paraissent bien au dessus du lot, notons également la prestation de Bimbe même si cette dernière nous a laissé sur notre faim.

Le premier à fouler la piste fut Banache (Joncas) qui en perpétuels mouvements va défendre ses principaux attributs tout en concluant derrière Moine et se montrant brillant dans deux séries. Même si aux ficelles, il change de comportement les hommes lui feront regagner le toril après dix minutes.
En second Beauvoisinois (Cavallini)  ne va pas forcer le rythme en se contentant de répondre au  coup par coup en se fixant que rarement. Marquier, Moine et Auzolle se feront timidement raccompagner au dessus des planches. Porteur de sa seconde ficelle il retourne au toril avec son cinquième Carmen.
Juste avant la pause, Peu Se (Espellly-Blanc) sans jamais quitter le terrain des planches va étaler toute sa vaillance. Aux ficelles, même si le cercle blanc s’agrandit, chaque raset se transforme en une jolie poursuite serrée conclue au fil des planches où seule la finition manque. Ses ficelles restent sa propriété au terme d’un brillant quart d’heure  

A la place ce quatrième et Dieu sait si cette place lui convient Nanou (Salierene) va effectuer un sans faute. Son placement, ses anticipations et accélérations en font un redoutable cocardier. Maîtrisant la situation du début à la fin, avec de judicieux déplacements, tout le monde n’arrive pas à parvenir à la tête. A 300 €, il conserve sa première ficelle en musique qui avait joué huit fois en piste.
Il allait falloir que Perdigau (Briaux) sorte le grand jeu en passant derrière. Après quelques minutes de flottements, le biou va apporter plus d’application et signer de jolies poursuites bien raccompagnées notamment derrière Moine et Ouffe qui déclencheront le disque à quatre reprises ainsi qu’à sa rentrée à la treizième minute.
Avant dernier, on sent du potentiel chez Bimbe (La Vaunage) qui part sur tout ce qui bouge. Ce qui  le rend brouillon. Mais quand il s’arrête, personne ou très peu s’y frottent. Cinq jolies finitions sur Four (3), Ferriol et Marquier et les ficelles retournent à la maison avec le disque entendu  quatre fois.

Pour conclure, Beleü (Pantaï) lui aussi va manquer un peu de pression qui lui aurait permis de passer la vitesse supérieure. Malgré ce, son comportement, avec de vifs échanges et menaçantes finitions est prometteur. Ferriol, Marquier Auzolle (qui le privera de tous ces attributs) seront gratifiés de jolies enfermées biens conclues pour sept Carmen au total, rentrés incluse à la treizième minute.

Texte et photos
CYRIL DANIEL

 

Entrée :  Environ 250. Organisation : St Gilles Animation. Présidence : Bruno Pascal. Raseteurs : L Auzolle, N Benafitou, J Ferriol, B Four, M Marquier, D Moine, J Ouffe, M. Sanchez. Tourneurs : F Lopez, S Lebrun, G Mata, Th Garrido, JL Foulque.

 

saint-gilles,nanou,course camarguaise

▲ Beleu du Pantaï avec Loïc Auzolle

▼ Bimbe de La Vaunage sur Bastien Four

saint-gilles,nanou,course camarguaise

Peu Se avec David Moine

 

saint-gilles,nanou,course camarguaise


**************


LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

 les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

Mercredi 30 octobre 2013

Finale des courses de tau Marcel-Mailhan

les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaisesPrix de la finale : 1. Etalon de la manade Blanc. 2. L'Aurore. 3. Lautier.

Raseteurs : 1. Vic ◄ Photo. 2. Montesinos. 3. Cadenas.

Vainqueur du concours de ferrade de la journée de la maintenance : manade Saint-Gabriel.

Hommage à Jean-Pierre Durrieu.

*************

Un succès total. Les rues et le parvis des arènes des Saintes-Maries-de-la-Mer sont pleines dès le matin pour la fête de la Maintenance, et les arènes l'après-midi sont combles. Malgré le report et le vent froid qui balaie le plat pays, le Parc Naturel Régional de Camargue et les courses de tau Marcel-Mailhan ont su mobiliser le public qui après les six courses de Ligue gratuites, affirme sa fidélité en s'acquittant de 9 € pour la finale.

Les huit étalons sélectionnés, au physique plus ou moins typé, n'ont pas réchauffé les spectateurs par les frasques intempestives que l'on peut attendre de cette catégorie de taureaux mais on sait bien que souvent étalon varie, bien fol qui s'y fie. Les stagiaires, un peu timides, n'ont pas eux non plus vraiment emballé les débats. Mais le palmarès (Blanc, L'Aurore, Lautier) récompense les plus intéressants. A l'applaudimètre, le tau de L'Aurore se taille le plus beau succès.

N.942 du Rhône.- Calme et concentré, ses poursuites sont abouties jusqu'aux planches avec une préférence pour les gauchers. Rentre une ficelle. 3 Carmen et retour. N.965 de Navarro.- D'entrée une grosse enfermée sur Cadenas. Remuant, il se livre bien sur quelques enchaînements (Carmen). Rentre ses ficelles. N.923 de Lautier.- Une tendance à couper le terrain en faisant le pas au départ. Sans refus et avec quelques accélérations bien placées, il se livre totalement. Une ficelle rentre. 4 Carmen et retour. N. 051 de Raynaud.- Le long des planches, il se lance au départ de l'action. A mi-temps, il se dissipe et produits quelques enchaînements à contrecoeur peu servi par les hommes qui ne rivalisent pas d'élégance. Une ficelle au retour.

Le N.918 de Gillet.- Quelques sauts et lâche les rasets en cours de route. S. Ben ammar joue l'écarteur. Les blancs en prennent vite la mesure et le tau se laisse raseter. Une ficelle rentre.

 les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

Photo - Le N.011 de L'Aurore.- Se pose près des planches et s'envoie fort surle raset. Les raseteurs le regardent longtemps. Il s'engouffre à la poursuite des hommes et finit aux planches. Vic lui offre les plus belles trajectoires, Montesinos pour une double accélération. 10 minutes intéressantes récompensées de 5 Carmen et retour. Le N.029 de Saint-Pierre.- Calme, placé, prend les enchaînements tranquillement sans s'attarder. S'évade puis se laisse raseter. Les ficelles à la maison.

 les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

Les vainqueurs de la finale, photo avec Jonathan Vic - N.065 de Blanc.- Vif, intéressé par le jeu, se cabre volontiers en finition et pointe la corne dans de longues séries. Et même s'il tire la langue, il termine comme un métronome ses 8'30. 4 Carmen et retour.

Les prix de la finale sont remis en piste, les autres récompenses donneront lieu à une réception ultérieure.

MARTINE ALIAGA

Entrée : plein. Organisateur : Parc Naturel Régional de Camargue. Président : Bruno Pascal. Raseteurs : à droite, Cadenas, Dunan, Montesinos, Soler, Vic. A gauche : S. Chekade, S. Ben Ammar.  Après l'entracte : H. Ben Ammar et Méric remplacent Cadenas et Dunan. Tourneurs : Fadli, Fouque.

*********

FETE DE LA MAINTENANCE

les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

▲ Défilé dans les rues des Saintes
▼ Sur la plage Est

les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

▼ La manade Saint-Gabriel gagne le concours de ferrades

les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

les saintes-maries-de-la-mer,finale des tau marcel-mailhan,courses camarguaises

 ▲ Hommage à Jean-Pierre Durrieu

******************************


02/11/2013

VENDARGUES *NIVEAU AVENIR HT*

Samedi 2 novembre 2013 - La Muleta clôture

VACCARES N’ACCORDE QUE SA COCARDE

Avec Rafiot et Ruffian, le taureau de Ricard valorise l'après-midi.

Hier. Entrée: 2/3 d’arène. Org. : CT La Muleta. Président : Richard Sarrouy.  Raseteurs droitiers : Caizergues, I. Benafitou, Katif, Guyon.  Gauchers : Rassir, Allam, Bouhargane. Tourneurs : Galibert, Estève, P. Rado, Ménargues.

Le CT La Muleta choisit des taureaux en devenir pour clôturer sa saison. Un panel de 6 à 8 ans agréable dont Rafiot, Rouffian et Vaccarès ressortent. Le barricadier de Ricard remportant d’ailleurs le prix des taureaux espoirs sur la saison. L’équipe blanche est travailleuse et de qualité pour ce dernier concours vendarguois.

Asland (Les Baumelles).- Remuant et sauteur, une petite anticipation surtout à gauche, pour des poursuites poussées jusqu’à basculer (Rassir). Bien positionné, passe le “pitre” après I. Benafitou, anticipe Rassir. Et garde sa 2e ficelle qu’à la limite. 2 Carmen.

Tapir (Paulin).- Agressif et brutal aux planches, il se laisse surprendre par le rythme. Parfois distrait, mais s’engage fort et se soulève. Naïf par moments mais toujours franc, il frappe jusqu’à épuisement. Rentre une ficelle. 8 Carmen et retour.

Esau (Félix).- Sans temps morts, il se livre et donne tout dans les belles longueurs que chacun lui propose. Une belle vaillance qui lui vaut 7 Carmen plus retour.

Rafiot (Hervas).- Reste bien présent jusqu’au ras des planches où il passe chaque fois au minium les cornes. Bien placé, chaque trajectoire est honorée sans refus et un bon coup de semonce à l’arrivée. De nombreux coups aux planches, et malgré la fatigue, tape encore de bon coeur jusqu’à la sonnerie. Rentre ses ficelles avec une bonne dizaine de Carmen.

Belastre (Nicollin).- A fond, sans jamais se fixer, et leste pour sauter les barricades, il se livre aux blancs. Se prête aux longs rasets d’Allam, serre Katif. Se met en rogne pour défendre dans la bourre sa 1re ficelle. Puis s’attarde en contre-piste. Garde sa 2e ficelle. 3 Carmen.

Rouffian (Lagarde).- Attaque avec du gaz et passe les cornes à chaque action. Sollicité sans relâche, il ne rechigne pas. Avec volonté, il s’engage sur les cites loyaux. Et conclut par de gros coups après Guyon, Bouhargane, Allame, Katif. Allam l’embarque et Rouffian bascule. Les blancs grattent la 2e ficelle qu’il garde. Intéressant et régulier. Une dizaine de Carmen.

Vaccarès (Ricard). - Saute, revient seul, se cale aux planches et attend les hommes peu pressés d’en découdre. Katif pour les meilleures tentatives se voit dangereusement enfermé dans une incroyable longueur. L’action du jour. Vaccarès ne frappe pas pour rien, étonnamment calme par rapport à l’énergie qu’il met dans ses actions. Katif encore pour un long raset couronné d’un superbe coup de barrière. Ilias Benafitou se mêle au jeu pour trois superbes actions. 2 dernières tentatives (Katif, I. Benafitou) pour le 1er gland à 220€. Mais Vaccarès ne lâche rien de plus dans ce très bon final en musique.

MARTINE ALIAGA

 

01/11/2013

EYRAGUES *AVENIR*

Vendredi 01 Novembre 2013

GASCON TIENT SES PROMESSES

souvenir gérard gilles

Gascon (Lautier) agressif après Joan Gaillardet

Entrée: ½. Organisateur: CT La Bourgine Présidence: P Pancin Droitiers: Ciacchini, Guyon, Oujdit, Sabatier. Gauchers: N Bénafitou, Gaillardet, Zbiri. Tourneurs: Fadli, Lieballe, Lopez, Rouveyrolles.

Après une première partie fade, Gascon très complet remporte logiquement le 11ème souvenir Gérard Gilles tandis que Merlan termine agréablement. Chez les hommes Oujdit auteur de longs rasets reçoit le prix du meilleur animateur qui semblait pour nous revenir à  Joan Gaillardet très travailleur. Guyon est combatif dans un groupe généreux. Guingue de la manade Caillan (surnom de Gérard Gilles) fait un tour de piste en présentation avant une retraite méritée tandis que son pelot reçoit un souvenir.

Loin de monter dans les tours, DAKAR (Caillan) effectue un rally en dilettante malgré quelques accélérations sur Guyon, Gaillardet et Zbiri. En sous régime aux ficelles, le moteur cale trop souvent. Il en rentre une en silence. 2 Carmen. PIRATE (Lou Pantaï) laisse les blancs partir à l'abordage. Il subit par vagues successives et termine très rarement ses poursuites. Il baisse pavillon en huit minutes trente. 1 Carmen et rentrée. Récalcitrant avec les gauchers, l'empereur CESAR (du Juge) court et pêche dans le placement. Il se soulève après Guyon et un gland remonté sur la corne prolonge ses rubans jusqu'à la dixième. Aux ficelles, il n'arrive pas à sortir le public de sa torpeur et rentre la seconde en silence.

Le cercle s'agrandit avec ce GASCON (Lautier) pétri de qualités. Placement, vitesse, anticipation et finitions meurtrières sont la panoplie qu'il déploie en tenant toutes ses promesses. Quatre coups de barrières et le danger présent sur presque chaque raset. Il concède un gland sur la sonnerie. 4 Carmen et rentrée pour un véritable espoir. Volontaire, BALOUR (Félix) est vite en sur régime et défend ses ficelles en deux minutes. Du moral mais les blancs ne lui laissent que peu de répit face à sa bravoure. Il se soulève plusieurs fois à l'arrivée dans sept minutes vaillantes. 4 Carmen et retour. Leste et vite tourné, MERLAN (St Pierre) est combatif. Ses poursuites sont toniques avec des coups de butoir après Gaillardet et Sabatier. Les hommes lui font le forcing mais il conserve brillamment ses ficelles et termine par un coup de barrière sur Gaillardet et Guyon. 4 Carmen dont rentrée.

souvenir gérard gilles

 Dakar (Caillan) tape derrière Rémi Guyon

souvenir gérard gilles

Pirate (Lou Pantaï) s'engage après David Sabatier.

souvenir gérard gilles

Jérémy Ciacchini à la tête de César (du Juge)

souvenir gérard gilles

Gascon (Lautier) plein de promesses avec Rémi Guyon

mais aussi dangereux après Jérémy Ciacchini

souvenir gérard gilles

souvenir gérard gilles

Balour (Félix) se soulève après Jérémy Ciacchini

souvenir gérard gilles

Merlan (Saint Pierre) avec Joan Gaillardet

Texte et photos Eric AUPHAN

VENDARGUES *18e TROPHEE DES VIGNERONS

Vendredi 1er novembre 2013

ATHOR, QUASSARD, AROUJO
ETOILES D'UNE COURSE SCINTILLANTE

Plus une équipe de raseteurs en or

Arènes pleines à nouveau pour le 18e Trophée des Vignerons, l'affiche a attiré du monde et il y a eu de quoi ! Les attelages à l'honneur bien sûr avec deux superbes pastières et la Carreta à Catou menées par la Montagnette de Barbentane et les Arlésiennes de la Muleta pour une jolie mise en bouche. La suite est -presque- parfaite. Avec cette équipe de raseteurs, tout paraît simple, enchaîné, brillant... Les hommes rivalisent d'aisance, d'implication, de beaux gestes. Et quand c'est trop compliqué pour les jeunes Katif, Rassir, I. Benafitou, Belgourari pour les plus présents, alors Allouani fait parler l'expérience. Le top ! Les cocardiers ont eu du fil à retordre, c'est sûr. Aussi les performances d'Athor des Termes, excellent premier ; de Quassard de Plo dans une prestation que l'on ne voudrait pas voir finir ; et d'Aroujo de Guillierme, réactif et brillant sur un rythme intense, n'en sont que plus méritoires et resteront en mémoire. D'autant que Sugar de Saint-Gabriel et Notaire de Cuillé tirent aussi leur épingle du jeu. Bravo à tous !

Athos (Les Termes).- Attentif à tous mouvements, remuant, vif au démarrage où il coupe le terrain, le cocardier des Termes corse d'entrée le débat. Ne se laissant jamais enfermer, leste sur les reprises et courageux jusqu'aux planches dans les longues trajectoires, Athos se fait respecter par de belles enfermées, les hommes dans le berceau de ses cornes. Ne lâche sa 1re ficelle qu'à la 14'30 dans un beau combat. 6 Carmen et retour.

Campouceu (Bon).- Au petit trot, lâche facilement ses premiers attributs. Tranquille, il ne passera jamais à la vitesse supérieure et sur la fin, met le frein. Quelques finitions (Carmen sur Belgourari) et des enchaînements. Mais il faut toute l'expérience de Sabri pour choper les derniers brins des deux ficelles.

Quassard (Plo).- Vite en place, il tient les tourneurs à distance et ramène prestement les blancs aux planches. Les enchaînements sont tous accompagnés d'une corne dangereuse. Quassard s'allonge sur les beaux cites proposés par Ilias Benafitou, Katif ou Allouani. A gauche, comme à droite, les blancs régalent et Quassard est tout le temps au diapason. Séries, changements de terrain, Rassir, Katif, Belgourari, Allouani font durer les tête-à-tête... Ficelles travaillées en rythme mais Quassard ne se laisse pas mener par le bout du nez et entend bien conserver ses ficelles. Il a le dernier mot. Il réintègre vidé mais porteur de ses brins. Excellent et excellemment raseté. 8 Carmen et retour.

Sugar (Saint-Gabriel).- Bon coeur et belle vaillance pour de longues séries dont quelques unes conclues cornes pointées. 10 minutes de bonne volonté de Sugar, de classe pour les hommes. 5 Carmen et retour.

Notaire (Cuillé).- Plein de fougue, il pousse fort dans le raset mais face au travail intense les pompons volent rapidement. Le long des planches, Notaire se prête au jeu avec franchise et volonté pour de belles passes toutes en longueur. Malgré le nombre de rasets, Notaire ne boude pas et appuie tant qu'il peut, serrant les blancs de près. Rentre une ficelle au terme d'un beau combat. Une dizaine de Carmen et retour.

Perroquet (Ricard).- Les 5 premières minutes, les blancs ne sont pas trop décidés. Puis entrepris, il affiche ses limites. C'est le roi de l'évasion. Il s'amuse avec les portes, se rit des planches. Sur le raset, participe plus ou moins avec conviction et dès qu'il peut, saute après l'homme ou tout seul. Sabri le cite, et il décolle haut sur les tubes pour l'action principale de sa prestation. Rentre un gland, 3 Carmen et retour.

Aroujo (Guillierme).- Attaqué d'entrée, il rend coup pour coup corne pointée en finition. Sans trop de fixer mais toujours opérationnel, il enchaîne de bon coeur,  enclenche le turbo et enfile les coups de barrière en rafale. Le rythme est intense, Aroujo donne tout, se fait dangereux, la corne toujours prête à sanctionner. Un Aroujo à réaction sur une quinzaine d'actions violentes pour autant de Carmen. Un très beau final. 

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER (à suivre)

 

Entrée : plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, Belgourari, I. Benafitou, Katif, Roig. Gauchers : Favier, Rassir, Martin, Bouhargane. Tourneurs : Galibert, P. Rado, Estève.

Le 18e Trophée des Vignerons à Aroujo de Guillierme (mais Quassard n'en était pas loin). A Mehdi Belgourari et Sabri Allouani. 

27/10/2013

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *PRINTEMPS DES ROYALES*

Dimanche 27 octobre 2013

TARSIER VAINQUEUR D'UNE FINALE
QUI NE S'EST PAS ENFLAMMEE

 Saint-Laurent-d'Aigouze,finale Printemps des Royales,courses camarguaises

Tarsier de Lagarde et Mehdi Belgourari

Le temps s'y prêtait - grand bleu -, arènes pleines, belle affiche... La 18e finale du Printemps des Royales avait tous les ingrédients pour combler le public. Mais même si la course est intéressante tout le long, les hommes sont restés toujours un peu "en dedans" et certains taureaux en-dessous de leurs qualités. Pas mal mais pas assez en tous cas pour s'enflammer.

Quasimodo (Blatière(Bessac).- Brutal et pas commode à manoeuvrer au début, toujours dangereux près des planches. Et s'il commence sans beaucoup d'entrain dans ses ripostes, il monte en puissance jusqu'à s'engager violemment aux planches. Tour à tour Gros (2 fois), Valette (2), Belgourari (3) essuient ses explosives conclusions dans une deuxième moitié de course combattante et musclée. Rentre une ficelle, 7 Carmen et retour.

Benvengu (Nicollin).- Remuant et franc sur le raset, il pousse sur les cites bien engagés (Valette, Belgourari). Belgourari, puis Bouhargane l'embarquent dans des longueurs. Clarion sans tourneur lui sert de belles passes. Une ficelle rentre. 2 Carmen et retour.

Tarsier (Lagarde).- Ce n'est pas un gros gabarit mais quel coeur et quelle envie. A fond dans toutes les actions, il se bat vigoureusement et tape à l'arrivée aux bois. Gros en fait les frais, touché au genou. Le rythme est trépidant, Tarsier ne faiblit et ne lâche jamais l'affaire. En revanche, quand il se décolle des planches, il temporise. Mais, placé et bien entrepris, il se livre avec beaucoup de présence et de bonnes conclusions. Rentre ses ficelles 3 Carmen et retour.

Troubadour (Laurent).- Belle présentation pour ce cocardier qui se laisse prendre par le rythme que veulent lui imposer les blancs. Belgourari pour les plus belles actions conclues avec fermeté. Mais Troubadour ne passe pas la vitesse supérieure et se contente de raccompagner les hommes. 8 minutes. 1 Carmen e retour.

Farot (Fabre-Mailhan).- Avec toute la vaillance de sa race, il enchaîne droite-gauche pour de longues séries où il fait quelquefois un pas d'anticipation. Comme cette action avec Belgourari dans le berceau des cornes. 9 minutes. 3 Carmen et retour.

Roitelet (Saumade).- Se livre d'entrée avec fougue. Et à force de l'asticoter, voit rouge et termine fort sur Belgourari. Les hommes ne lui proposent qu'un travail brouillon confondant vitesse et précipitation. Aux ficelles, mieux placé, le cocardier ne refuse aucune invite, et, bien embarqué, frappe à plusieurs reprises (Belgourari, Clarion). 2e ficelle à Jockin presque sur la sonnerie. 4 Carmen et retour.

Corsaire (Cuillé).- 5 ans. Tout feu tout flamme, tout fou. Saute allégrement les barrières, les portes, s'encagne après le portail... Une débauche d'énergie difficile à canaliser. Un bel élan après Belgourari et le dernier sur Fougère, cornes pointées. Rentre ses glancs. 2 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

LES PRIX

FINALE : Tarsier meilleur taureau de la finale
Clarion meilleur animateur.

18e PRINTEMPS DES ROYALES
Manade Laurent
Mehdi BelgourarI

Bouquets à Cyril Garcia et Frédéric Jockin

Coup de coeur à la secrétaire du CT Lou Bandot

Saint-Laurent-d'Aigouze,finale Printemps des Royales,courses camarguaises

************************


(A suivre). 

CABANNES *COUPE DES PETITS MANADIERS*

GAILLARDET OMNIPRÉSENT …

Cabannes 27 10 31.jpg

Pérille (Le Grand Salan) et Joan Gaillardet les lauréats. 

Entrée: Grosse ½ Organisateur: CTPR Lou Prouvenço Présidence: J Faure Droitiers: Moine, Sabatier, Sanchis. Gauchers: Boyer, Gaillardet, Lafare. Tourneurs: J Dumas, Lieballe, Mata.

Quelle belle entente entre les six raseteurs. Tous ont fournit un travail impeccable et Joan Gaillardet s'adjuge sans conteste le prix du meilleur animateur avec un engagement de qualité à tous les taureaux. Pérille meilleur taureau de cette 27ème finale intéressante est suivi de près par Pavoun dans un ensemble homogène.

Sans éperonner les blancs, MARLIN (Fournier) se livre avec beaucoup de franchise cherchant à mordre les blancs. Bien calé aux bois, les séries s'enchaînent pendant onze minutes volontaires. 2 Carmen et rentrée. En une minute, ES BEU (Chaballier) défend déjà ses ficelles. Peu placé à son avantage, il combat mais subit la pression des hommes qui le renvoient au toril en sept minutes. 2 Carmen et retour. Rapide et vif, PAVOUN (Vinuesa) accélère a la sortie pour finir tête au dessus des planches. Sur Gaillardet le coup de barrière est tonitruant. Aux ficelles, il ne baisse pas la garde et bascule après Boyer. A l'ultime minute Gaillardet est enfermé de façon magistrale mais c'est Lafare qui lève la première ficelle sur la sonnerie. 5 Carmen et rentrée.

Décidé, PÉRILLE (Le grand Salan) frappe après Sabatier. Ses actions sur Lafare et Gaillardet sont prononcées. Après Lafare il s'envoie au delà des planches. Barricadier, il cherche le combat et s'avère percutant même dans les séries. Il rentre ses ficelles en musique jouée 5 fois. Concentré, TEISSOUN (Plo) envoie dangereusement les cornes à l'arrivée. Sérieux dans le placement et les ripostes, les blancs le mettent en valeur avec des superbes rasets arrêtés. Treize minutes classiques très intéressantes. 6 Carmen et rentrée. Volontaire, LANDAIS (Layalle) s'envoie volontiers aux basques des raseteurs. Pris dans les séries il lâche un raset pour le suivant. Il manque de finition mais n'a pas été aidé par la baisse de régime (justifiée) des blancs. Il conserve facilement ses ficelles. 5 Carmen et retour. Craint, DIJEU (Richebois) est attaqué avec prudence. Ses intentions barricadières sont évidentes et les hommes dont Gaillardet omniprésent lui font réaliser le final spectaculaire adéquat pour une finale rasetée dans un excellent esprit.......

Cabannes 27 10 2.jpg

Marlin (Fournier) derrière Boris Sanchis

Cabannes 27 10 7.jpg

Es Beu (Chaballier) avec Joan Gaillardet

Cabannes 27 10 13.jpg

Pavoun (Vinuesa) à la poursuite de Frédéric Boyer

Cabannes 27 10 18.jpg

et dangereux après Joan Gaillardet prestement enfermé

Cabannes 27 10 29.jpg

Pérille (Le Grand Salan) avec David Moine

Cabannes 27 10 41.jpg

Teissoun (Plo) se dresse derrière Joan Gaillardet

Cabannes 27 10 47.jpg

Joan Gaillardet à la tête de Landais (Layalle)

Cabannes 27 10 63.jpg

Dijeu (Richebois) saute après David Sabatier

Texte et photos Eric AUPHAN

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *ANAPI*

ANAPIBLOGPRIX.jpg

Samedi 26 octobre 2013

Fidélité et solidarité

ANAPIBLOGVIVANOPORTRAIT.jpgCette course de solidarité en faveur de l'ANAPI (Adapei 30) fête ses 20 ans d'existence et ramène 1500€ à l'association. Tous bénévoles - manadiers, raseteurs, organisateurs, ambulance, docteur, etc. - pour une après-midi tranquille.
Et si Jean-Henry Oudjit et le cocardier de Saint-Gabriel, Vivano, (◄ photo) récoltent les honneurs, la palme revient aux organisateurs, représentés par Thierry Félix, qui prouvent année après année que la bouvine a du coeur.

Un petit compte rendu où il ne s'agit pas de "juger" les taureaux et les hommes mais juste de raconter ce qu'il s'est passé. L'essentiel de cette course étant de montrer sa solidarité avec les personnes dans le besoin.
Après trois taureaux emboulés de la manade Félix, rasetés par des élèves raseteurs, Laos de Cyr se présente en piste. Toujours dans les planches, attentif, sur les vrais rasets, il se livre cornes pointées. Le travail décousu n'est pas à son avantage. Bien emmené, se soulève après A. Benafitou. Carmen au retour avec ses glands.

Fanfaroun (Rousseau).- Placé, se prête au jeu avec bonne volonté dans des séries jusqu'au ras des planches. Aux ficelles qu'il garde, il faudrait un peu plus de "rentrer". 2 Carmen et retour.

Intrépide (Nicollin).- Emboîte le pas aux hommes avec vivacité pour de longues séries où sa vaillance s'impose. De la franchise, du coeur en presque 15 minutes agréables. 3 Carmen et retour.

Cheyenne (Layalle).- Pas trop attaqué, il se livre pourtant bien sur le peu qui lui est demandé. Pas toujours placé à son avantage pour 7 minutes les premiers attributs. Se dresse après Nabil Benafitou. Titillé, quelles belles réactions. Rentre ses ficelles en musique.

Akhenaton (Saliérène). Des séries de qualité dans lesquelles il met beaucoup de jus. Plus il est sollicité, plus ça enchaîne, plus il va vite. Mais il manque trop de travail. Rentre ses ficelles, 2 Carmen et retour.

Vivano (Saint-Gabriel).- Le magnifique étalon est longtemps regardé de loin. Le long des planches, attentif, il n'attend pourtant que l'appel des hommes pour participer. Alors les enchaînements sont remarquablement servis et il peut conclure comme ce gros coup sur Charnelet. Franc et agréable, il rentre son seconde gland. 5 CVarmen et retour.

Le jeune tau de 3 ans de Renaud Vinuesa n'aura droit qu'à quelques cites. Leste et sauteur, il est bravet sur le raset. Il aura d'autres occasions de se montrer. Musique.

MARTINE ALIAGA

L'ANAPI, après fusion avec d'autres associations, se nomme maintenant Adapei 30. Association loi 1901, son siège est à Nîmes, elle accompagne les personnes handicapées mentales et leurs familles.

22/10/2013

LUNEL

Dimanche 20 Octobre 2013

MESRINE ET KATIF POUR LE SOUVENIR JEAN-CALVET

lunel,mesrine de vinuesa,katif,course camarguaise

Les vainqueurs

lunel,mesrine de vinuesa,katif,course camarguaisePeu de monde sur les gradins, la pluie est dissuasive. Dommage, il y avait quelques taureaux à voir cette après-midi à Lunel. Notamment Mesrine de Vinuesa (4e), Petrus de l'Occitane (6e) et Dalloz de Cuillé (7e). Sans pression bien sûr, les blancs ont livrés de bons passages. Ziko Katif (photo ►) à Lunel ou ailleurs, est toujours aux avant-postes, les autres complètent bien.

Entrée : 1/5e d'arène. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, I.  Benafitou, C. Garcia, Katif, Jockin. Gauchers : Poujol, Favier, Martin, Errik. Tourneurs : Ull, Zerti, Bensalah, Estève.

Belajio (Saumade).- Défend ses premiers attributs sur un petit périmètre. Belajio est au minimum syndical, les raseteurs ne lui mettent pas assez de pression. C'est long.
Queyras (Paulin).- Imprévisible, il promène puis d'un coup se jette. Les hommes s'en méfient. Katif au raset d'attaque pour la coupe à la 6'30. Quelques "une-deux", et le taureau s'envoie méchamment. Quelques sauts, 11e, cocarde pour Katif, 1er gland pour I. Benafitou, puis un coup de barrière sur Favier pour le 2e gland. Il aurait mérité plus d'implication. 2 Carmen et retour.
Vibre (Lafon).- Les raseteurs ne le craignent pas et il est attaqué dans tous les sens. Il enchaîne avec beaucoup de vaillance. Des séries à fond, deux bonnes ripostes Martin, Poujol. 2e ficelle ouverte c'est la ruée, sans délicatesse. 14 minutes de générosité. 4 Carmen et retour.

 lunel,mesrine de vinuesa,katif,course camarguaise◄ Photo sur Sabri - Mesrine (Vinuesa).- Beau cocardier très "macho". Dès le premier raset de Katif, il montre son caractère bagarreur, violent. Placé, il enchaîne et frappe fort et haut. Allouani, Benafitou méchamment emboités aux planches. Allouani passe juste, enfermé entre les cornes. Solide, froid, Mesrine se fait respecter pour 7 minutes les premiers attributs. Les ficelles resteront sa propriété dans cette belle prestation dominatrice. 9 Carmen pour autant d'attaques aux planches plus retour.

Beefeater (Ricard).- Court partout mais se livre aux hommes avec franchise et vaillance. 12 minutes, 3 Carmen et retour.

Petrus (Occitane).- Chasse et se soulève sur Katif. Bien placé, les blancs craignent ses engagements aux planches corne à l'affût. Conclut sur Jockin et enchaîne une rafale d'actions aux planches. Favier traîne, Petrus frappe dangereusement. Belle poursuite sur Favier, tape droit sur Katif. Le taureau ne refuse rien, se bat dans un bon quart d'heure, dommage que les hommes l'asphyxient sur sa 2e ficelle ouverte levée par Errik.  5 Carmen et retour.

Dalloz (Cuillé).- Leste et tout frais même si un peu brouillon, il se bat sur tous les cites. Gros coup sur Katif. Se stabilise à mi-temps, et se livre comme un beau diable avec de bonnes conclusions jusqu'au terme. 13 minutes, rentre avec ses glands. 3 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

lunel,mesrine de vinuesa,katif,course camarguaise

Souvenir Jean-Calvet à Katif et Mesrine.

Bouquets à Frédéric Jockin et Cyril Garcia
pour leurs derniers rasets à Lunel

*********

MESRINE - FAVIER

 lunel,mesrine de vinuesa,katif,course camarguaise

*******************


21/10/2013

CASTRIES *FINALE DES LIGUES LR*

Samedi 19 octobre 2013

UNE SECONDE PARTIE ATTRAYANTE

 ffcc,finale ligue lr,course camarguaise

Le N.950 du Ternen se dédouble sur Stéphane Dunan.

Linéaire bien qu’intéressante en première partie, la finale des courses de Ligue Languedoc-Roussillon est montée en intensité jusqu’au final très prometteur du taureau du Ternen. Le prix étant attribué au cocardier de Paulin (7e), c’est mérité ! Les stagiaires raseteurs ont travaillé correctement même s’il a manqué un peu d’éclat à l’ensemble. Après la prestation appréciée des jeunes Kévin et Carla Pellicier de l’Association des cavaliers de Gallus et l’animation de la peña La Gardounenque, place à la course.

N.897 Saint-Pierre. - Généreux, affiche sa franchise dans de belles poursuites. 6 minutes. 1 Carmen et retour.

N.803 Nicollin.- Se laisse raseter sans se poser. Sollicité, se met dans le bain, enchaîne de bon cœur. Ortiz inattentif est obligé de se coucher devant lui. Rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.

N.870 de Daumas.- Petit gabarit, vif et rapide, toujours à l’affût. S’envoie au départ de l’action et emboîte l’homme jusqu’aux planches (Méric, Cadenas). Pas de refus pour de bons enchaînements. Rentre ses ficelles dans dix bonnes minutes. 4 Carmen et retour.

N.822 Saint-Gabriel.- Un peu lourd, il compense par une belle volonté. Le travail s’intensifiant, il appuie ses poursuites et passe le moure. Sort en force sur Méric, Ben Ammar. Tire la langue mais enchaîne une belle série pour finir. 1 ficelle rentre. 3 Carmen et retour.

N.726 Saumade.- Son placement et sa fougue obligent au sérieux. Dunan et Ben Ammar sont prestement raccompagnés. Le gland résiste 6 minutes. Puis les hommes en prennent la mesure pour de bons échanges même si la cocarde reste en place jusqu’à la 11e. Rentre ses ficelles. 2 Carmen et retour.

N.836 Cuillé.- Cul aux planches et provocateur, il débride par son comportement fantasque, une course jusqu’à là très linéaire. De belles attaques aux planches bien frappées. Oblige Dunan mal engagé à se coucher... Plus posé à la 2e ficelle qu’il conserve, rajoute la vaillance à sa palette de qualités. 5 Carmen et retour.

N.826 Paulin.- Chasse, emboîte le pas après l’homme et frappe. Un peu instable mais que d’envie et d’éclats dans ses actions aux planches. Plus d’une dizaine de beaux coups notamment avec Soler, Vic et Ortiz. 8 Carmen et retour avec ses ficelles.

N.950 Le Ternen.- Le plus jeune du lot, remuant et sauteur, a de l’énergie à revendre. Mais pas seulement, du placement aussi. Alors il enchaîne et bombarde après notamment Soler et Dunan, pour neuf minutes très prometteuses. 7 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS C. ITIER 

 

ffcc,finale ligue lr,course camarguaise

Le N.826 de Paulin en action sur le stagiaire Rodrigue Ortiz.

Samedi 19 octobre. Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : CT Le Trident. Président : Nicolas Manchon. Raseteurs : à droite Cadenas (remplacé par Soler au 5e), Dunan, Ortiz, Vic. A gauche, S. Ben Ammar, Méric. Tourneurs : Arnel, Ribera.

Prix : meilleur cocardier, N.826 de Paulin. Tous les stagiaires raseteurs ainsi que les élèves d’écoles taurines participant à la course du matin ont reçu attestations et médailles de la FFCC et des partenaires.

19/10/2013

BELLEGARDE *1re journée du Trophée de la Ville*

Vendredi 18 octobre 2013 - Niveau Avenir HT

ALBATOR CAPITAINE D'UN BON EQUIPAGE

bellegarde,albator de rousseau,course camarguaise

Albator et Loïc Auzolle

Cette première course du Trophée de la ville (finale aujourd'hui Vausamedi) draine une bonne entrée. L'affiche y est attrayante avec les jeunes Katif, Belgourari, R. Marquis et les confirmés Auzolle, Poujol, Moine, plus Dimitri Fougère qui fait son retour. Malgré l'attente du docteur qui dure 40 minutes et fait fuir quelques impatients, cela valait le coup d'attendre. L'ensemble des cocardiers est intéressant avec un Albator (Rousseau, 4e) en capitaine costaud, une très bonne première partie, et une seconde finissant barricadièrement avec Péléon. Pas de temps mort, côté crocheteur, ce qui donne du rythme et valorise les taureaux.

Vaunageol (Saint-Pierre).- Toujours en mouvement mais ne refuse aucun cite pour suivre jusqu'au ras des planches. Aux ficelles, un peu plus stable reste généreux pour quelques belles conclusions (Auzolle, Fougère). Les dernières minutes, il faut un peu plus le rentrer mais il place la corne après Moine, R. Marquis. Garde ses ficelles pour une bonne entame. 4 Carmen et retour.

Purpan (Fabre-Mailhan).- Vif mais brouillon, sur un bon mouvement d'Auzolle il se cabre. Entrepris sur un bon rythme, se place et sort en force à l'invite. Il se ménage un large espace, alors les tête-à-tête sont de qualité (Belgourari, Auzolle) et les enchaînements solides. Rentre ses ficelles très travaillées. 2 Carmen et retour.

bellegarde,albator de rousseau,course camarguaise◄ Avec Ziko - Caliste (Michel).- Baroule mais s'engage fort dans le cite avec une bonne pointe de vitesse. Attentif aux départs, R. Marquis le défie sous les applaudissements, Katif allonge. Aucun refus pour une première ficelle levée à la 12'30. Un bon quart d'heure de vaillance. 2 Carmen et retour.

Albator ( Rousseau).- De suite en place, il jette toute sa puissance dans les poursuites. Bien calé, ses sorties sur Marquis sont superbes, cornes pointées sur Belgourari pour des rasets de classe. Dominateur sur les attaques, se soulève après Auzolle, ça passe juste pour Rudy. 10'30 le 2e gland. Albator envoie une corne vengeresse en conclusion (Belgourari, Auzolle, Marquis, Katif). Un très bon quart d'heure, retour avec ses ficelles. 6 Carmen et retour.

Nîmois (Briaux).- Un début brouillon pour 4 minutes les pompons. Plus posé, aux ficelles, belle finition sur Auzolle, redouble sur Fougère. Sa rapidité corse les duels d'autant qu'il peut conclure. Volontaire, Nîmois se bat avec vigueur et conclut (Auzolle, Belgourari, Marquis, Belgourari) pour 13 minutes bien rythmées. 6 Carmen et retour.

Algar (Janin).- Un beau gabarit doté d'une bonne pointe de vitesse qui repousse les blancs hors de son périmètre. Cul au toril où il revient toujours, il n'inspire pas trop les blancs. Le raset d'attaque est pour les audacieux (Katif, Fougère, Auzolle), pour des enchaînements bien honorés par la suite. 14 minutes solides et Carmen au retour.

bellegarde,albator de rousseau,course camarguaisePéléon (Daumas).- Brave et franc sur le raset, c'est en finition qu'il se distingue. Il ne se jette pourtant pas pour rien. Les engagements de Rudy Marquis sont "émotionnants" mais l'envol très haut après Katif surprend tout le monde. Frappe encore après Poujol, Katif,  Marquis pour un final agréable. 6 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS GEORGES MARTIN

Entrée : 3/4 d'arène. Organisateur : mairie. Président : Bruno Pascal. Raseteurs droitiers : Auzolle, Belgourari, Katif, Moine, Fougère. Gauchers : R. Marquis, Poujol. Tourneurs : Sagnier, Galibert, Estève, Mata.

D'autres photos sur https://picasaweb.google.fr/goyarene

16/09/2013

LE GRAU-DU-ROI *MIXTE*

Vendredi  13 septembre 2013

Une grande famille autour de Frédéric Jockin et Cyril Garcia

Le Grau-du-Roi,adieux de Frédéric Jockin et Cyril Garcia,courses camarguaises

Public, raseteurs, organisateur, en osmose pour deux raseteurs attachants

Huit jours d’affilée, les gradins des arènes du Grau-du-Roi se sont remplis. Courses gratuites ou payantes jusqu’aux guichets fermés de la finale du Trophée de Mer, dimanche. Le public adore le sérieux des plateaux, l’humeur festive, un brin de spontanéité, les innovations et l’émotion qui ne demande qu’à s’exprimer. Daniel Siméon, l’organisateur, a le ton juste, l’affluence le prouve.

Tenez, vendredi dernier, cette course mixte. Pas de quoi fouetter un chat! Mais si justement ! Frédéric Jockin (37 ans) et Cyril Garcia (35 ans) arrêtent leur carrière, leur ancien coach de l’école de raseteurs de Nîmes leur offre une despedida dont ils se souviendront. Le public encore une fois est au rendez-vous. C’est devant des gradins pleins que les deux Héraultais transcendés par l’accueil chaleureux livreront leurs derniers duels au Grau-du-Roi.

« Être raseteur c’est avoir peur tous les jours, dira Daniel Siméon au micro, et dans ces moments-là, les familles et les épouses ne partagent souvent que les larmes... ». Et les épouses et enfants d’accompagner leurs raseteurs de maris très émus pour leur dernière capelado. Le public aussi est touché.

Place à la course : emboulé du Pantaï assailli par les anciens jamais rassasiés et aux figures hautement acrobatiques (entre autres Ull, F. Garrido, Sanchez). Vache de Nicollin, Pharaon de Fabre-Mailhan, Ménélas du Ternen, Danaos des Baumelles, puis un généreux taureau jeune de Martini, un étalon de Vinuesa et Cusco de Lagarde. Le dernier, Péléon de Daumas, sera réservé aux héros du jour. Péléon joue extraordinairement bien le jeu et tamponne à tout va jusqu’à manquer de couper en deux Cyril. Le public est debout, l’adhésion est totale. Le dernier tour de piste de Frédéric et Cyril se fera sur les épaules de leurs copains, leurs enfants autour. Et pour la photo, Daniel Siméon rejoindra les raseteurs participants. Les spectateurs ont du mal à quitter les gradins... La grande famille est réunie. C’était...parfait !

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

 

le grau-du-roi,adieux de frédéric jockin et cyril garcia,courses camarguaises

LA RELEVE PRETE

Ils s'appellent Gauthier, Nathan, Killian, Joris, Telio ou Matéo...
Les fils de Cyril Garcia, Frédéric Jockin, Marc Sanchez, Christophe Galibert et Fabien Grammatico, dans leur tenue de raseteur, ont avec enthousiasme participé à cette belle après-midi.

le grau-du-roi,adieux de frédéric jockin et cyril garcia,courses camarguaises




 

15/07/2013

LANSARGUES *ETALONS*

Dimanche 14 juillet 2013

L'étalon de Saint-Gabriel tire le bouquet final
sur Romain Guin

B1LANSETALONSTGABRIEL1.jpg

B2LANSETALONSTGABRIEL2.jpg

B3LANSETALONSTGABRIEL3.jpg

B4LANSETALONSTGABRIEL4.jpg

PHOTOS LAURENT SONZOGNI

23/03/2013

NOVES *LIGUE*

Samedi 23 Mars 2013

INTOUCHABLE 911 DE RICARD...

Ligue Noves 23 03 (51).JPG

Puissant et aérien le n° 911 de la manade Ricard.

Bonne entrée pour cette course de ligue à Noves avec les manades Cuillé Bon Ricard. Chez les tenues blanches Zbiri se détache dans la combativité avec une volonté évidente. Boussanquet, Garcia, Gauthier, Poncet, Rado ont quelques passages mais pas assez constants tandis que Zéroual est très effacé. Ils sont aidés par les tourneurs Martinez et Fouque.

Pour la manade Cuillé le 855 (1er) saute beaucoup et ne s’intéresse pas au jeu de la piste. Difficile à juger. Le 841 (3ème) petit et trapu se place. Il n’appuie pas ses poursuite au début mais s’échauffe et termine mieux. Le 845 (7ème) impressionne d’entrée en se dressant sur Zbiri. Il ne reçoit qu’une dizaine de rasets et saute après Zbiri (2) et Poncet. A revoir. 3 Carmen et rentrée.

Pour la manade Bon, le 701 (3ème) est volontaire et brille dans les séries. Il se donne sans retenue avec une bonne tenue de piste. 3 Carmen et retour. Le 727 (6ème) est vaillant. Un grand coup de barrière sur Pinter, tape sur Garcia, décolle après Zbiri puis Boussanquet. Un élément combatif avec du potentiel. 5 Carmen dont rentrée.

Pour la manade Ricard le 862 (2nd) a beaucoup de sang et saute à répétition. Difficile à canaliser, il faut le revoir assagi. Le 742 (5ème) est lourd mais spectaculaire il n’a pas peur du contact avec les planches. Il termine émoussé et récupère en contre piste. 2 Carmen et rentrée. Tel une Porsche, le 911 (8ème) sort comme un bolide rempli d’agressivité. Corpulent et violent il s’envoie seul à deux reprises au-dessus des tubes, met le public en émoi (certains quittent les gradins) et les raseteurs dans leurs petits souliers. Garcia de loin et Zbiri sur la sonnerie ne toucheront pas la tête de cet intouchable spécimen.

Ligue Noves 23 03 (20).jpg

Le spectaculaire 742 (Ricard) sur Zbiri.

Ligue Noves 23 03 (33).jpg

Toujours Zbiri avec le n°727 de la manade Bon.

Ligue Noves 23 03 (43).jpg

Le n° 845 de la manade Cuillé percute après Zbiri.

Texte et photos Eric AUPHAN

18/11/2012

SAINT MARTIN DE CRAU *PATATE D'OR*

Samedi 17 novembre 2012

SAINT MARTIN CULTIVE LA PATATE AVEC EXCELLENCE…

Patate d'or ZO12 (77).JPG

▲ Les récipiendaires de la patate d'or 2012

A Saint-Martin-de-Crau, la récolte de la Patate d’Or 2012 est d’un bon cru. Une patate gouteuse et pleine de vitamines qui génère de l’engouement sur les gradins copieusement garnis. Parodie de la Cocarde d’Or cet événement bien ancré dans la tradition est unique. Les rasets sont légion, pas toujours d’école car les participants ont quitté depuis longtemps les bancs de la maternelle mais la bonne humeur et la joie communicative de participer à cette course se transmettent sans modération.

A la capelado, les tourneurs Gibelin, Gleize, Lafare, Moine, Savajano et Tortel habillés pour la circonstance avec des sacs à patate, les cheveux dorés à la bombe de peinture or et une ceinture de patate à la taille assistent les anciens raseteurs ou personnalités de la bouvine qui luttent sans se prendre au sérieux et payent souvent de leur personne face aux vaches des manades Chapelle-Brugeas et Soler. Ces demoiselles ont pour nom St Martinoise, Lady gaga, Dalida, Marie Louise, Rihanna Mandarine, Bélinda et Sophie.

Parmi les participants Hubert Espelly manadier, Didier Laurent TV Sud, Jean Paul Favier le père de Maxime, Eric Gaillardet (50 ans) le père de Joan et un panel de passionnés tous volontaires et qui ont la frite. La mise en jambe permet à un quatuor de se placer. A mi-course, Joris Alvarez (le speaker des arènes locales et de Port Saint Louis) prend la tête mais se fait secouer par la cinquième vache. Au courage il revient de l’infirmerie et assoit sa victoire à la dernière vache. Les situations sont cocasses, les départs se font parfois à deux, voire à trois. Les chutes en piste et en contre-piste sont nombreuses mais la passion toujours intacte.

Au final, Joris Alvarez l’emporte devant Patrick Sorrentino. Boris Canonge et Eric Gaillardet se partagent la troisième place sur le podium. Le prix du meilleur animateur revient sous un tonnerre d’applaudissements à Fabrice Sardagues dit «Tataouine». Ce dernier front en sang et pantalon déchiré récupère son trophée sous les «Bravo papa» du fiston. Au micro, Jérome Dumas, excellent de bout en bout et animateur hors pair, pouvait inviter les vainqueurs au tour de piste final. Jérome trublion nécessaire à la réussite de cette course avec ses annonces hilarantes et des primes à faire pâlir les plus grandes arènes pouvait lâcher : «On est sponsorisés par hansaplast et urgo mais ce soir certains vont dormir dans le synthol». Sacré Jérome. Ne restait plus alors qu’à savourer tous ensemble la troisième mi-temps...

 saint-martin-de-crau,papate d'or,courses camarguaises

Les supporters anglais de Joris Alvarez

Joris en action et avec style avec une vache de Chapelle Brugeas

 saint-martin-de-crau,papate d'or,courses camarguaises

saint-martin-de-crau,papate d'or,courses camarguaises

Patrick Sorrentino second au classement

 saint-martin-de-crau,papate d'or,courses camarguaises

Boris Canonge troisième ex-aequo

et Eric Gaillardet qui a 50 ans monte sur le podium

 saint-martin-de-crau,papate d'or,courses camarguaises

Texte et photos Eric AUPHAN

13/11/2012

SAIN REMY DE PROVENCE *ROYALE MANADE CAILLAN*

Dimanche 11 Novembre 2012

ESTRELOUN ILLUMINE L’ANNIVERSAIRE…

trente ans manade caillan

Estreloun (Manade Caillan) et Benjamin Villard les vainqueurs du jour

Entrée: ¾ Organisateur: Comité des fêtes Présidence: F Fassi Droitiers: Chig, Pradier (sort au 4ème), Sabatier, Sabot, Sanchis, Villard. Gauchers: Clarion, Ouffe, Sanchez. Tourneurs: J Dumas. Kerfouche, Fadli.

La royale de la manade Caillan clôture la saison Saint-rémoise en beauté avec les arènes parées de tissu orange et marron. Trente ans d’existence et un anniversaire clé pour Francis et François Fassi dont la complicité est évidente. La capélado riche en arlésiennes accompagnées des gardians impeccables, des gardians à pied et François à cheval. Francis ému aux larmes reçoit un tableau pour fêter l’évènement. Un lâcher de 30 pigeons aux couleurs de la manade rehausse la capélado. Chez les hommes Villard omniprésent (meilleur animateur) tire la course avec Sabot, Chig et Sabatier. Sanchez s’active sur la fin. Estreloun est désigné meilleur taureau d’un ensemble homogène et combatif.

D’entrée, RAMSES se place, enferme Sabatier qui avec sang-froid évite l’accrochage en se jetant en contre piste tel un sauteur de fosbury. Il récidive une enfermée sur Sabatier et percute après Chig. Il maitrise l’espace et percute encore après Sanchez. Ses enfermées sont dangereuses (Ouffe). Il ne perd son second gland qu’à la dernière minute. 5 Carmen et retour. La difficulté avec TASTAIRE ce sont ses longues cornes qu’il envoie de façon virulente au contact. Placé aux planches, la difficulté s’accentue. Il mène la vie dure aux blancs et le travail est relatif. Au terme de sa domination il rentre sa cocarde intacte (200€) et ne lâche qu’un gland à Villard. Carmen en piste. Décidé et placé, FANFAN la tulipe noire ne part pas la fleur au fusil. Avec Villard il forme de jolis duos (coupe, cocarde et glands). Benji est le seul à vraiment lui proposer des rasets (avec Chig). Dans ce quasi tête à tête, il conserve ses ficelles en musique jouée à deux reprises en piste.

Rapide et puissant, l’étoile ESTRELOUN brille particulièrement après Villard et Sabot dans une dizaine d’actions explosives. Très en jambe il fait feu de tout bois et sur Ouffe l’action est hyper violente, Une dernière sur Sanchez et le taureau se blesse à la patte et réintègre le toril sous l’ovation. 11 Carmen dont retour. Vaillant au possible, ALCHIMISTE trouve la bonne formule dans les séries. Concentré et doté de bons principes il se soulève même après Sabot et profile sa corne dangereuse à l’arrivée. Face à tant de bonne volonté, un temps de récupération est nécessaire et il repart au combat de façon très volontaire. Il conserve ses ficelles. 4 Carmen et rentrée. Il faut savoir aborder le borgne ESMERO. Sabot le fait de façon magistrale lui faisant accomplir de somptueuses actions d’envergure aux planches. Il entraine Villard (2) Sanchez et Ouffe pour un final spectaculaire qui clôture l’anniversaire en beauté. 8 Carmen et retour…

La capélado

trente ans manade caillan

trente ans manade caillan

trente ans manade caillan

trente ans manade caillan

***************************************************************

La course

teste et photos Eric AUPHAN

GALLARGUES *COMPLETE DE GUILLIERME*

Dimanche 11 novembre

Belle ambiance pour la complète de Guillierme

Entrée : plein. Organisateur : comité d’animation. Président : Thierry Tosas. Raseteurs droitiers : Miralles (sort au 3e), Guyon, Moine. Gauchers : Errik, Ruiz, Gougeon. Tourneurs : Lizon, Joseph, Ranc.

La Gardounenque pour l’estrambord, la cartagène de la famille Granier pour l’ambiance à l’entracte, des raseteurs qui mettent du rythme et les taureaux de Guillierme à l’unisson, voilà un bel après-midi sous le soleil revenu.
Nive fait un premier expérimenté qui ne se laisse pas tondre facilement. Rémi Guyon le capte au mieux pour les plus belles actions abouties. Sous le tempo des blancs, Nive se chauffe et les coups aux planches montent d’un ton (4 dont une bascule après Ruiz). Une ficelle rentre. 4 Carmen et retour.
Saint-Omer se livre sans jamais se fixer jusqu’à conclure. Pas un refus, de belles poussées, des enfermées (Guyon, Miralles, Errik), des cabrages (Guyon, Gougeon). Ramène ses ficelles sous les applaudissements. 8 Carmen et retour.
A l’affût, Gévaudan chasse. Sa vivacité et sa concentration font réfléchir les hommes et les obligent à rompre souvent la trajectoire. Cocardier, il donne du fil à retordre même si cette petite piste ne l’avantage pas. Des séries, plusieurs actions dangereuses (Ruiz en musique, Guyon) et les ficelles à la maison en musique.
A 5 ans, Praviel “a du bouillon” à revendre. Remuant, sauteur, bagarreur, la contre-piste l’attire, il y passe sa rage donnant du travail à son manadier et au gardian. 8 minutes pour lui ravir les pompons. Peu conciliant, les ficelles sont inaccessibles.
Au même âge, Nego Chin est également plein de vigueur mais se prête davantage au jeu. Des enchaînements plein gaz, un beau coup de barrière sur Ruiz pour 4 minutes les premiers attributs. Quelques sauts, planches cassées, action sur Ruiz, les hommes en prennent la mesure pour 8 minutes et 2 Carmen.
Auzias termine en beauté. Agressif, puissant, il fait du large. Sérieux, ses trajectoires sont ponctuées de beaux engagements où il affiche une belle présence. Plus les hommes lui en demandent, plus il s’affirme bagarreur. Les coups aux planches s’enchaînent et les deux derniers sur Ruiz et Guyon, 2e ficelle dans le crochet, sont superbes. 6 Carmen.


MARTINE ALIAGA

02/11/2012

VENDARGUES *17e TROPHEE DES VIGNERONS*

 vendargues,17e trophée des vignerons,horacio de cuillé,romain bruschet,courses camarguaise
Sous le soleil, les arènes pleines, une course intéressante (Alésien et Rassir)

Jeudi 1er novembre 2012

HORACIO ALIAS “DOMINATOR”

vendargues,17e trophée des vignerons,horacio de cuillé,romain bruschet,courses camarguaise

Les vainqueurs du jour : Horacio de Cuillé et Romain Bruschet

Entrée : plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, Bruschet, I. Benafitou, Outarka. Gauchers : Aliaga, N. Benafitou, T. Mondy, Ouffe, Rassir (se blesse et sort à l’entracte). Tourneurs : Bensalah, Grando, Kerfouche, Labrousse.

Provence et Languedoc réunis sous le beau soleil vendarguois, voilà une clôture en beauté pour le CT La Muleta avec une course agréable à suivre tout du long. Horacio brode un quart d’heure XXL face à un Bruschet taille patron. Les autres cocardiers affichent leurs qualités bien servis par les blancs dans l’ensemble. Le tout tient bien la route.
Sargahon (Nicollin) baroule, chasse et choisit ses adversaires. Irrégulier dans ses ripostes mais, quand l’homme est dans son collimateur, il accélère méchamment. A l’affût de la moindre faute, son agression est fulgurante quand Ouffe bronche à la planche. Garde ses ficelles. 3 Carmen et retour.
Alésien (Briaux).- Placé, il tient l’équipe en respect. Ça cogite avant de l’attaquer d’autant que les réponses sont violentes (coups de barrière Rassir, Bruschet, Ouffe), pour 6’30 les pompons. Les rasets d’attaque de Bruschet sont superbes. Aux ficelles, belle anticipation sur Bruschet, puis Alésien durcit son comportement mais presse encore Rassir (2) et Aliaga. Les ficelles sur les cornes, à 14 ans, respect Alésien ! 8 Carmen et retour.
Pégase (Lagarde).- Remuant, rapide, certes brouillon et avec une tenue de piste aléatoire mais les hommes ne le rasètent pas à son avantage, non plus ! Sollicité, il néglige parfois la finition. Rassir fait l’effort à plusieurs reprises mais Pégase se rebelle et, dans une belle envolée, lui coince méchamment la jambe. Rentre une ficelle.
Horacio (Cuillé).- Cul aux planches, il renvoie à grande vitesse les blancs réviser leur technique. Seul Bruschet ose pour de superbes et émotionnantes trajectoires où Horacio pousse jusqu’au fil des planches. Anticipations sur Ilias Benafitou (2), Bruschet, Ouffe blackboulé en contre-piste, Aliaga s’y met pour 2 belles actions, et toujours Bruschet. Un sacré dominateur cet Horacio ! Les ficelles à la maison avec 8 Carmen et retour.
vendargues,17e trophée des vignerons,horacio de cuillé,romain bruschet,courses camarguaise◄ Oundo (Plo).- Une friandise qui se livre dans les enchaînements et frappe en finition. Tour à tour Nabil et Ilias Benafitou, Aliaga, Ouffe, Bruschet l’emmènent pour 8 minutes agréables. 5 Carmen et retour.
Rabino (Raynaud).- Sort avec un brave pétard qui s’exprime dans ses finitions aux planches. Franc, il appuie ses sorties de tout son gros gabarit. Il manque un peu de place et de rein pour s’exprimer à son avantage et les blancs en prennent la mesure par des rasets courts. Mais chaque cite est raccompagné de digne manière. 13’30 de bonne facture et 1 minute de plus pour l’élastique.
Clodomir (Bon).- A son rythme mais avec coeur et panache, il conclut toutes les actions. Des coups de barrière en veux-tu en voilà (Allouani, Ouffe, Aliaga), parfois très haut et fort (Outarka, N. Benafitou), des bascules (Allouani, Outarka), et une “vuelta de campana” en contre-piste après Aliaga. Une ficelle sauvée et 9 Carmen au final.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER



Palmarès 2012
Meilleur taureau espoir de la saison, Trophée Eugène-Cammal : Jupiter de Laurent.
Meilleur taureau de la saison, Trophée Roger-Itier : Horacio de la manade Cuillé.
Meilleur raseteur de la saison : Sofiane Rassir.
Meilleur taureau Trophée des Vignerons : Clodomir de la manade Bon.
Meilleur raseteur de la course des Vignerons : Romain Bruschet.
Meilleur raseteur stagiaire de la saison à Vendargues : Zacharian Katif.

 vendargues,17e trophée des vignerons,horacio de cuillé,romain bruschet,courses camarguaise

▲ Rabino de Raynaud et Jérémy Aliaga

▼ Clodomir de Bon et Lahcène Outarka

vendargues,17e trophée des vignerons,horacio de cuillé,romain bruschet,courses camarguaise

*************************


22/10/2012

VESTRIC-ET-CANDIAC *FINALE LIGUES LR*

 vestric-et-candiac,finale ligues lr,courses camarguaises

Samedi 20 octobre 1012

Belle promo 2012

 vestric-et-candiac,finale ligues lr,courses camarguaises

Il y a du talent chez ces jeunes raseteurs-là. Technique, mentalité, sang froid et envie… pour des rasets bien à la tête des taureaux. Ils ont fait régaler les spectateurs toute la saison, du coup, la finale des Ligues LR fait le plein de l’arène vestricoise. Chez les jeunes cocardiers, c’est pareil. Des qualités, de la verdeur certes due à leurs 5 printemps mais aussi de la présence, et déjà quelques beaux spécimens se mettent en valeur. Le N.703 du Brestalou fait l’unanimité mais le 701 de Saumade n’est pas mal non plus.
Le Guillierme N.756 ouvre les débats. Navigue mais appuie sur quelques finitions sans refuser aucun cite. Pour 8 minutes, 4 Carmen et retour. N.704 de l’Occitane a du punch, de l’agressivité et une légère anticipation. Participe avec envie dans les enchaînements, se place et sort en force. Bien cité, s’explose après Belgourari, serre Marquis. 8 minutes également. Armé de cornes inégales, le 703 de Nicollin pousse
jusqu’au fil des planches (Marquis, Katif, Ciacchini). Pas de refus et de belles accélérations à la clé pour 7 minutes.
vestric-et-candiac,finale ligues lr,courses camarguaisesLe Brestalou N.703 (►photo) fait la différence. Chasseur affûté, il oblige les blancs au sérieux. De rapides anticipations pour des séries poussées à fond et une corne meurtrière à l’arrivée (Ciacchini). Les enfermées sont superbes. Marquis lui propose une belle trajectoire, Zini trouve une réponse musclée. Même s’il pêche parfois par son placement, voilà un bel espoir. 7 Carmen et retour.

N.711 de Saint-Pierre montre un comportement inégal. Trouve les angles, d’où il sort en force à la poursuite des hommes. Des réparties parfois musclées, des arrivées souvent dangereuses. Le coup de barrière sur Bouhargane est puissant tout comme la conclusion sur Ciacchini. 5 Carmen et retour. Le Cavallini N.716 se montre brouillon, promène, saute seul.  Zbiri au prix d’une belle envolée (Carmen) fait le gland, suivent deux ou trois actions  ’envergure mais l’ensemble est en-dessous. Rentre en silence. Le N.701 de Saumade donne des ripostes sèches le long des planches, cornes pointées. Les enchaînements sont conclus, tamponne après Marquis, Zbiri. Sérieux, attentif, bien raseté, il répond coup pour coup et se fait respecter. Bouhargane quiché tout comme Marquis… Un bon élément, 6 Carmen et retour. Le Cuillé N. 7XX se bandit à la poursuite des raseteurs. Parfois en désordre, mais bien entrepris, il se livre jusqu’à se cabrer après Ciachini. Attentif, fougueux, il ne dit jamais non aux  belles trajectoires proposées. Moins percutant  qu’habituellement aux dires des habitués, il donne huit minutes en demi-teinte.  En piste, Belgourari, Ciacchini, Katif à droite, Bouhargane, Marquis, Zbiri à gauche. Tourneurs : Rouveyrolles, Lebrun. Président de course : Jacques Roumajon. Organisateur : CT La bouvino. Entrée : plein.

MARTINE ALIAGA


En piste, Belgourari, Ciacchini, Katif à droite, Bouhargane, Marquis, Zbiri à gauche. Remplaçants : Zekraoui, Zini. Tourneurs : Rouveyrolles, Lebrun. Président de course : Jacques Roumajon. Organisateur : CT La bouvino. Entrée : plein.

 vestric-et-candiac,finale ligues lr,courses camarguaises

***************************


11/10/2012

COURSES DE TAU DES SAINTES-MARIES

Après la dernière des courses d'étalons Marcel-Mailhan organisées par le Parc naturel régional de Camargue, mercredi 10 octobre, les résultats sont les suivants.
Pour la course du 31 octobre, 14h30, 8€, ont été choisis :

 N.723 de Cavallini, N.829  Gillet, 817 L’Amarée, 828 La Galère, 816 Le Grand Salan, 837 Navarro, 958 Pagès, 911 Ricard. Remplaçants : Les Baumelles et Richebois.

Trois stagiaires raseteurs ont été remarqués : 1. Zekraoui Youssef; 2.Ciacchini Jérémy; 3. Belgourari Mehdi.
Le meilleur des tau de 5 ans : N.723 de Cavallini: meilleur 4 ans : N.837 de Navarro ; meilleur 3 ans : N.958 de Pagès.
Présentation dans les 3 ans : N. 938 de Jean-Claude Blanc ; dans les 4 ans, N.818 du Pantaï.