Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/03/2016

VENDARGUES *AVENIR HT*

Dimanche 20 mars 2016

Une bonne première Main

vendargues,main d'or (1),course camarguaise

Magistrale anticipation de Laos sur Rassir

Sous une pluie fine jusqu’au quatrième taureau, les spectateurs, les raseteurs et les organisateurs ont tenu bon et finalement, le temps s’est un peu levé ensuite. Le choix des cocardiers aux caractères divers est bon, et si les hommes s’emballent au début, chacun redevient vite raisonnable. Dans les difficultés, Katif et Rassir sont aux commandes. Laos est nettement au-dessus, les deux jeunes Melgueil et Saint-Loup se reverront avec plaisir.


Sourire (Blatière-Bessac).- Il a le mérite de supporter l’hyperactivité des blancs et, sans être fracassant, il tient la distance par sa bonne volonté et de beaux engagements après Rassir. Rentre ses ficelles.4 Carmen et retour.
Pharmacien (Cuillé) ne s’arrête pas de courir la moitié de son temps où il prend les rasets de passage. Quand il se pose, il demande de l’investissement, “monte” sur les hommes. Pas facile à gérer avec ses réactions intempestives, décourageant côté gauche, il garde ses ficelles en musique (1 Carmen en course).
vendargues,main d'or (1),course camarguaisePHOTO Dalloz pousse après Rassir
Plein de jus, Dalloz (Cuillé) attaque au grand galop et saute dans la foulée. Mais il donne du jeu dans les échanges qu’il peut conclure (Rassir). Indiscipliné mais toujours motivé, les hommes le délaissent. Il rentre avec ses ficelles après s’être dressé après Katif et Rassir. 
4 Carmen et retour.


vendargues,main d'or (1),course camarguaise► Photo Laos et Katif
Laos
(Cyr), la difficulté majeure du jour. De suite en place, il déjoue la première tentative de Rassir par une sèche anticipation. Les hommes le craignent. Il est patron et tient tout le monde à carreau, tourneurs compris. Belle trajectoire avec Katif puis prend le pas sur le Vendarguois, et sur I. Benafitou. Totalement dominateur et fin prêt pour le haut niveau, il rentre tous ses attributs. 3 Carmen et retour.

Melgueil (Rouquette).- Tout feu, tout flamme, ce jeune élément encore vert a de bons principes et beaucoup de coeur. Il ponctue aux planches avec fougue, saute... Vif dans les séries, il bascule après Rassir, Katif l’embarque jusqu’aux planches tout comme Rassir et I. Benafitou. La fatigue joue sur la fin tant il s'est dépensé mais il rentre une ficelle, 7 Carmen et retour.
Omega (Blatière-Bessac).- Agressif, indiscipliné, sauteur, s’excite après les planches... S’il prend bien le raset, il lâche trop souvent la sortie notamment avec les droitiers. S’éternise en contre-piste et rentre une ficelle.
vendargues,main d'or (1),course camarguaiseSaint-Loup (Vellas).- Leste, il se joue des planches dans les deux sens, saute seul ou après l’homme et déploie beaucoup d’énergie. Certes, il se gaspille mais quand on l’intéresse, il répond présent. Et par quelques anticipations, séries et actions aux planches, il déploie de bien belles qualités. A revoir. Rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Saint-Loup : et hop... retour en piste

vendargues,main d'or (1),course camarguaise

16/11/2015

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE

Dimanche 15 novembre 2015

Les Bajans marsillarguois
clôturent à Saint-Laurent-d'Aigouze

saint-laurent-d'aigouze,marsillargues,ct les bajans,manade occitane,course camarguaise

Ajax a conclu en force
cette belle complète de la manade Occitane

Il a fallu aux jeunes du Bajan une bonne dose de passion pour pouvoir clôturer leur saison après la fin de non recevoir de la mairie de Marsillargues. Heureusement, la solidarité a joué à plein et les voisins saint-laurentais, leur maire Laurent Pellissier et le CT Lou Bandot leur ont ouvert leurs portes. C'est donc la piste gardoise voisine qui a profité de l'affluence des spectateurs à l'heure de la capelado. L'intérêt pour les pensionnaires de la manade Occitane toute proche n'y est pas étranger, mais aussi l'envie de voir les derniers cocardiers de la saison, et le contexte tout particulier de ces journées post-attentats de Paris. 

L'Occitane a présenté sept cocardiers de qualité, notamment des jeunes plein de fougue. Prévoir les taureaux pour la grande piste de Marsillargues et se retrouver dans un espace moindre à Saint-Laurent, c'était la difficulté du jour. Mais le pelot Etienne Villiet n'avait pas besoin de se ronger les sangs à la terrasse contre l'église, la complète a tenu la route, finissant en apothéose avec Achille et Ajax. Dans l'équipe blanche, deux hommes se détachent - Cadenas et Bouhargane - et Clarion se démultiplie surtout sur la fin.

Bel Ami, c'est une force de la nature. Ses engagements brutaux en témoignent. Bien meilleur bien sûr quand il garde le terrain des planches comme ces actions poussées après Bouhargane et Cadenas. Solide premier comme il se doit, un peu raide sur la fin, rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.

Le jeune Boxer (6 ans) montre sa volonté et se livre bravement dans de longues séries (2 Carmen) avec un placement flottant certes mais beaucoup d'envie. 11'30.

A grandes foulées, Patou repousse les hommes qu'il balade et tient à l'oeil. Ne reste pas longtemps en place, mais bien emmené, il s'engage comme un bolide aux trousses de Cadenas et bascule. Quelques enfermées époustouflantes (Cadenas, Bouhargane). Il surprend les blancs par ses départs intempestifs, attentif à tous mouvements. Très intéressant. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

Brenus affiche d'entrée une grosse autorité. Offensif, il termine au minimum cabré. Trouve vite le bon placement et de là anticipe les départs. Une série furieuse et les hommes calculent. Brenus s'impose même s'il semble manquer de place par moments. Les blancs ne lui font pas de cadeaux. Mais lui s'engage méchamment après Vic, Bouhargane, puis cette formidable et pétante action après Bouhargane raccompagné haut et fort sur les tubes. Très bon, rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Fougueux et brouillon, le jeune Castillan (5 ans) se disperse beaucoup mais ne rate pas le cite de Bouhargane qu'il conclut vigoureusement (8e minute). Il perd beaucoup d'énergie en contre-piste, mais serre encore Bouhargane de près. 1 Carmen et retour avec une ficelle.

Avec Achille, la première tentative de Clarion termine en tampon monumental. Fier, tête haute, brutal... Il se joue des planches qu'il explose volontiers au terme des enchaînements prudents des raseteurs. Mais Cadenas, Bouhargane et Clarion vont le défier. Cadenas passe en force, Ulysse conclut méchamment. Clarion s'élance, la sentence est au bout. Après Cadenas, il traverse les planches ; après Bouhargane, il explose, encore après Vic, Méric. Des coups à l'ampleur allant crescendo pour un quart d'heure de haute tenue. Les ficelles à la maison. 7 ans et beaucoup de domination, on a hâte de le revoir. Des Carmen à la hauteur de ses qualités.

Attendu en vedette, Ajax n'a pas déçu. Dès sa sortie, il surveille tout et maîtrise piste et contre-piste. Une tour de contrôle où les hommes sont priés d'ajuster leur sortie de raset. Peu osent le défier. Clarion met ses dernières forces dans les duels, Ajax traverse après lui, Cadenas pas en reste le sent passer près, un en biais après J. Martin, ça passe juste ! Cadenas et Clarion pour les derniers essais. Ajax signe Furax et justifie au mieux sa réputation. Les glands au toril pour 10 minutes excitantes. Des Carmen.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

Entrée : plein. CT Lou Bajan. Président : Aurélien Laget. Raseteurs  droitiers : Cadenas, Roig, Vic. Gauchers : Bouhargane, Clarion, Méric, J. Martin. Tourneurs : Ull, Grando, Lopez.

 

15/11/2015

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Samedi 14 novembre 2015

La dernière enfermée de Garlan

les saintes-maries-de-la-mer,course camarguaise

Lucas Faure a eu beaucoup de chance de s'en sortir sans trop de mal

Les Saintes-Maries-de-la-Mer, le CT Boisset et la manade des Baumelles ont mis le paquet pour que la dernière course de Garlan soit un hommage rendu à son extraordinaire carrière et un souvenir impérissable. Dès le matin, la foule se pressait aux Baumelles pour le tri de la course, tout comme les spectateurs faisant la queue aux arènes dès 12h30. Et sous les températures estivales, ce sont des gradins pleins qui accueillaient la pena La Gardounenque, les groupes folkloriques et l'équipe de Renaud Vinuesa, les couleurs blanc, gris, rouge flottant en devises géantes. Beaucoup d'émotion dans les discours retraçant les années "Garlan", et dans les paroles d'un manadier - Joël Linsolas - toujours émerveillé par "Ce taureau pas comme les autres" et pour qui en ce jour "le spectacle est terminé".  La belle histoire entre ces deux-là n'est, elle, pas finie mais elle se poursuivra désormais dans l'intimité de la manade. Belle retraite Garlan !

La course

Regain.- Au petit trot sans forcer, distribue quelques séries, pousse quelquefois aux planches. Un petit rythme, rentre ses ficelles. 1 Carmen et retour.

Artemis.- Offensif, il part souvent en chasse. Utilise tout le pourtour et suit jusqu'au ras des planches. Cadenas pleine piste pour une trajectoire trépidante. Jusqu'au bout avec Ouffe. Comme Regain, il balance souvent les cornes à la rencontre surtout à droite. En revanche, s'engage fort avec les gauchers (Four, Ouffe). 13 minutes, 5 Carmen et retour.

Attila.- Se livre, suit jusqu'aux planches sur les rasets engagés avec conclusions mais de nombreux sauts lui font rendre une copie brouillonne. Rentre une ficelle. 

Rodin se joint à la fête pour reformer quelques minutes son duo avec Sabri Allouani. Le bougre, à 16 ans, il sonne la charge sur une longueur. Applaudissements nourris.

Garlan se laisse admirer le temps de lire son palmarès long comme trois bras. Prend vite position, renvoie Auzolle, Four au loin. Mais à la 4', anticipe Faure, le bouscule, et le malmène, heureusement sans mal. L'animal a encore frappé. Dans la foulée, Cadenas se fait embarquer à la limite de l'accrochage. Garlan c'est Garlan, à 15 ans, il est toujours maître sur son terrain. Faure encore, Allouani, Four... S'il ne démarre pas à tous les coups, sa sortie sur Cadenas est impressionnante, tout comme ses ripostes sur les derniers rasets du jeune raseteur. Et l'air du cocardier joue longtemps pour accompagner son dernier retour au toril, sous les applaudissements du peuple de bouvine debout.

Aioros.- Des poursuites serrées (Faure, Aliaga, Cadenas), des séries conclues (Allouani), Faure obligé de rentrer les reins. Cadenas et sa façon de rester dans le berceau des cornes fait passer le frisson. Aioros enchaîne à vive allure, Sabri passe de justesse, Cadenas idem. Cornes pointées sur Aliaga. 10' les rubans. Domine et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

Optimus.- Début un peu décousu vu les circonstances (malaise en contre-piste, puis chute dans les gradins). Un peu esseulé, Optimus baroule, saute. Mais quand ça démarre, les ripostes sont pleines de fougue. Tour à tour Four, Auzolle, Cadenas, Ciacchini, Allouani sont énergiquement expédiés au-delà du pourtour pour un final tout en musique, les glands à la maison.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER

CONTINUER

courses camarguaises

Dimanche 15 novembre 2015

Continuer !


Les événements tragiques de la veille à Paris embrumaient encore toutes les têtes, samedi vers 12h30, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, quand les spectateurs attendaient déjà l’ouverture des arènes. Petit moment de flottement, la course était-elle maintenue? Oui, le maire Roland Chassain, en avait pris la décision. Et sous ce soleil estival - de novembre (?) - les gradins se remplissaient petit à petit, tandis que sur les terrasses bondées des restaurants, les convives accéléraient la cadence. Vite un café et l’addition! Surtout ne rien rater du spectacle. Surtout ne rien changer aux habitudes. Surtout ne pas céder face à la menace. Mais honorer la mémoire des victimes. Ce qui fut fait par une poignante minute de silence englobant le jeune élève raseteur Steven Lieballe accidentellement décédé mercredi. Le même scénario se déroulant à Gallargues-le-Montueux, Saint-Laurent-d’Aigouze, Jonquières Saint-Vincent où les courses prévues se déroulaient samedi et dimanche.
Ce fut plus compliqué, hier, à Marsillargues, où le CT Les Bajans n’était pas autorisé par la municipalité à tenir son dernier rendez-vous de la saison. Branle-bas de combat. Solution de rechange. Saint-Laurent-d’Aigouze, son maire Laurent Pellissier et le CT Lou Bandot accueillaient de bon cœur leurs voisins. Bouche à oreille, blogs et réseaux sociaux... à l’heure de la capelado, les arènes étaient pleines. Au micro, Aurélien Laget, président de course s’exprimait: «Les événements ne doivent pas nous cloîtrer dans nos maisons...».
Et si La Marseillaise entonnée ensuite fut un peu timide en décibels, elle était bien chargée d’émotion.


MARTINE ALIAGA

11/11/2015

GALLARGUES-LE-MONTUEUX

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

Mercredi 11 novembre 2015

Cartagène fait monter les degrés

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

Tout en haut perchées, penchées et pentues, les petites arènes gallarguoises font le plein pour la Saint-Martin. L’entrée est gratuite, l’ambiance bon enfant et, dans ce pays de tradition, la course des Guillierme est sérieuse avec une équipe blanche travaillant correctement. Mention aux deux petits jeunes : le volontaire et expressif Cartagène (6 ans) baptisé l’an dernier dans ces arènes pour marquer l’intermède liquoreux offert aux spectateurs par la famille Granier. Tous les 11 novembre depuis 10 ans. Tchin Tchin à l’entracte ! Puis le pétillant Bourg Negre (5 ans) qui une fois passé à la vitesse supérieure, montre son caractère explosif.
Pour débuter, deux “7 ans” déterminés. D’abord Rigau, tout frétillant qui se livre avec de bons principes. Puis, un peu plus sélectif mais toujours sur le qui-vive montre sa détermination dans les enchaînements pour 2 ficelles qui rentrent. 4 Carmen et retour.
Rageur, Lou Linge enchaîne à grande vitesse, il veut tout prendre mais délaisse souvent la sortie du raset. Le travail des hommes est bien rythmé, Sanchez l’embarque et Lou Linge se soulève. Combatif, rentre 1 ficelle. 3 Carmen et retour.
Le plus expérimenté de la bande, Beu Caire (N.605) manque d’un peu de pétard et peut-être de place. N’empêche qu’il attend les hommes dans son terrain, attentif et ne lésine pas sur les conclusions. En bon cocardier finisseur, il place plusieurs grosses frappes en 13’30 plus 1’pour l’élastique. 5 Carmen et retour.
Pas trop attaqué, Cartagène se positionne et choisit le terrain devant le toril. De là, il ferme la porte aux tentatives hasardeuses. Mais les raseteurs insistent, lui se chauffe, serre de près et frappe. De belles sorties sur Gougeon, Ortiz, Sanchez. Sérieux et brillant à la fois, il domine et rentre un gland et sa cocarde juste coupée. 8 Carmen et retour.
Le jeune Bourg Negre se livre franchement sans retenue. Bien emmené, il pousse en finition (Miralles, Jourdan). Vers la 6e minute, il enclenche le turbo, se chauffe et renvoie avec autorité Miralles, Ortiz, Sanchez au-delà des barrières. Bien concentré dans les séries, conclut violemment après Ortiz, (3 fois) dans une prestation prometteuse dont il sort avec une ficelle. 10 Carmen et retour.
Praviel participe sans trop appuyer. Il balade les hommes qui ont levé le pied. Sur les trajectoires, il peut se soulever. D'ailleurs, il pousse Bruschet aux fesses, tape après Sanchez. 7 minutes les rubans. Le tempo a baissé, mais Praviel passe la corne après Jourdan, conclut sur Bruschet. Dernières séries et Praviel rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Bourg Mestre sur Jourdan ▼

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

▼ sur Ortiz

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

*****************

Les 10 ans de l'instant Cartagène de la famille Granier

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

gallargues-le-montueux,complète de  guillierme,course camarguaise

Tchin Tchin et merci !

*******

Entrée: plein. Organisateur: comité des fêtes. Président: Thierry Tosas.
Raseteurs droitiers: Bruschet, Miralles, Jourdan, Ortiz.
Gauchers: Sanchez, Gougeon. Tourneurs: F. Garrido, Arnel, Fargier.

******************

08/11/2015

VENDARGUES

 vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

La carreta à Catou, le clou du défilé des attelages

Samedi 6 novembre

Rien à jeter

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

 Les vainqueurs du jour : Doriano de Michel et Sofiane Rassir

Vendargues clôture en beauté avec le 20e Trophée des Vignerons et la 9e course du Trophée Montpellier Méditerranée Métropole avec un panel de cocardiers dont les qualités sont transcendées par une équipe blanche de luxe. Le tout serti dans l’écrin des traditions, un retour de 50 ans en arrière, du temps où le cheval de trait était roi, les Arlésiennes, les cavaliers et une remise des prix où personne n’est oublié, Sofiane Rassir et Doriano de Michel en tête. Félicitations à toutes les tenues blanches où Katif, encore handicapé par la frappe de Pourpier à Lunel, a raseté jusqu’au dernier taureau. Bref le nombreux public s’est régalé et le Carmen général de mise.

Canio (Blatière-Bessac).- A la trompette, il explose déjà les planches. Agressif et volontaire, il va au bout sur chaque raset. Des séries des deux côtés, et des conclusions pour 8 minutes trépidantes. 4 Carmen et retour.

Dardaillon (Lafon).- Pose problème et ne se laisse pas manœuvrer. Il balade les blancs, saute par surprise, affiche sa méchanceté en jouant des cornes. Zèbre la fesse de J. Martin, menace Allouani, « daille » après Rassir. Il choisit ses adversaires, se fait respecter et rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaisePhoto
Rassir-Colbert
un duo explosif

Colbert (Paulin) tient la forte cadence imprimée par les blancs. S’engouffre dans les rasets avec envie et peut se soulever à l’arrivée. Pousse sur les multiples longueurs proposées par Rassir, I. Benafitou, enchaîne à grande vitesse et frappe en envoyant la corne. Rentre une ficelle au terme d’une excellente prestation. 10 Carmen et retour.

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaisePhoto:
Magistrale enfermée
de Laos
sur Ilias Benafitou

Avec Laos (Cyr), les affaires se compliquent. Tient en respect les hommes et gère idéalement ses positions. Exerce une stricte surveillance, tourneurs compris. Quelques anticipations et chaudes poursuites. Sélectif sur les gauchers et intransigeant avec les droitiers qui s’en méfient à juste titre. Voit le départ d’I. Benafitou pour une brûlante enfermée. Les raseteurs calculent, lui maîtrise. Et rentre ses glands. 7 Carmen et retour.

Doriano (Michel). Leste, le petit jeune de la course (5 ans), se fait surprendre aux rubans. Navigue, s’évade… Imprévisible et un peu brouillon, il rentre dans la course à la 6e et se place. Daille sur les cites et se balance en finition. Pétillant, explosif pour de nombreux coups de semonce (Katif, Rassir, Aliaga, Vic, I. Benafitou), il ramène ses ficelles et le prix du jour à Fangouse. 9 Carmen et retour.

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaisePhoto:
Sultan traverse
les planches
après Katif
Sultan (Vellas).- Bouillonnant, il trépigne sur place. 6 ans et du sang à revendre. Rassir se pose en meneur et l’embarque pour de magnifiques mouvements violemment conclus. Ça pète dans tous les sens. Explose après I. Benafitou, catapulte Allouani, riposte méchamment après Rassir, brise les planches. Une débauche d’énergie qui l’éprouve mais même éreinté il riposte encore. Un méchant coup sur le pilier écourte un peu sa prestation mais quel bel espoir ! 9 Carmen et retour avec ses ficelles.

Bandol (Ricard) fait le show. Des sauts, des retours en piste seul, totalement imprévisible, brise les planches… peu convaincant sur un  raset classique mais ô combien spectaculaire. La rage le prend pour un final où les hommes se prêtent à son caractère fantasque. Rassir multiplie les passes et se fait catapulter dans les spectateurs aux anges. Les ficelles rentrent. Un final en fanfare !

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER ET MALI

Entrée : plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Katif, Vic. Gauchers : Aliaga, J. Martin, Méric, Rassir. Tourneurs : Estève, Daniel, Jockin, Grando.

*********

LES PRIX

 vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

Trophée des Vignerons et Trophée 3 M. 

Meilleur raseteur de la course, Sofiane Rassir.
Meilleur taureau : Doriano de Michel.
Coups de cœur : Ziko Katif et Sabri Allouani.
Et des cadeaux pour tous les participants.

*************

ATTELAGES

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

Retour au temps où le cheval de trait était roi, 50 ans en arrière : char à banc, pastières, phaeton, break de chasse et la carreta à Catou, tirés par de magnifiques chevaux lourds, comtois, mule, et l'indispensable vendarguois Quignon, avec les meneurs de la Montagnette, Jean Clopès et autres.

 vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

*****************

Souriez vous êtes filmés

vendargues,20e trophée des maraîchers,trophée montpellier,méditerranée,metropole,course camarguaise

Au-dessus des arènes, un drone
pour des images aux angles inhabituels

***************

 

 

02/11/2015

LUNEL *FINALE DU TROPHEE PESCALUNE*

 lunel,32e trophée pescalune,chekade,katif,pourpier,course camarguaise

Dimanche 1er novembre 2015

LES GUERRIERS CHEKADE ET POURPIER

lunel,32e trophée pescalune,chekade,katif,pourpier,course camarguaise

 

lunel,32e trophée pescalune,chekade,katif,pourpier,course camarguaiseArènes pleines sous un doux soleil d’automne, affiche à la hauteur, la finale du 32e Trophée Pescalune s’annonçait sous un excellent jour. Après une première partie un peu âpre, l’intérêt montait crescendo jusqu’au bouquet final donné par un excellent Pourpier. Entretemps, l’hommage à Garlan pour sa der à Lunel profitait d’un beau decorum et la course que le Seigneur de Camargue donnait ensuite, confirmait si besoin était, les qualités et l’incroyable longévité du chouchou de Joël Linsolas. A 15 ans, le pensionnaire des Baumelles impose encore et toujours le respect et inspire la crainte. 

Le Biòu d’Or en titre, Mignon de Cuillé, par son style  classique, sûr de lui, et une “grinta” retrouvée livre une prestation sérieuse  et fait honneur à son titre. Quant à Pourpier, à l’agressivité ravageuse, il arbitre le duel entre Katif et Chekade, et, après avoir blessé Ziko,  offre la victoire à Amine après l’avoir sérieusement menacé. L’ensemble des blancs a travaillé sur un bon tempo, chacun s’impliquant comme Katif, bien sûr, Four jusqu’à sa sortie au 4e, Cadenas par ses interventions émotionnantes, Ayme très présent, Aliaga travaillant tous les taureaux, I. Benafitou, J. Martin sur quelques exploits très applaudis, Errik jusqu’à sa sortie au 5e. . Une bon cru !

Quito (Fabre-mailhan).- Quand les hommes s’affolent, il temporise et se décale. Mais quand il se place et que les invites sont claires, alors il s’engouffre après et peut conclure (Four) ou emboîter le pas (J. Martin) ou encore serrer de près (Aliaga, Ayme). Un brin de nonchalance, quelques petites anticipations pour le premier sélectif qu’il fallait. Rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.

Banaru (Le Rhône).- Garde tout son mystère et sa manière de combattre toute particulière. Se déplace le long des planches, quelques minutes arrêté, et repart, insaisissable. Pas de reprise, il faut le raseter sur ses déplacements, ce qui reste une affaire délicate. Des frissons avec Cadenas, Katif. Pour 10 minutes les rubans. Des longeurs avec Cadenas, Ziko Katif... Et garde ses ficelles. Déconcertant ! 3 Carmen et retour.

Sylverado (Nicollin).- Rigoureusement positionné, cornes pointées, se livre sans passer la surmultipliée. Conclut après Katif, I. Benafitou. Sonne la révolte à la 6e, sur les cites engagés de Cadenas, I. Benafitou, Katif. Les cornes menacent après I. Benafitou, Aliaga. Des séries bien enchaînées dans un registre classique. 13’30 de bonne facture. 6 Carmen et retour.

lunel,32e trophée pescalune,chekade,katif,pourpier,course camarguaiseAprès un joli hommage (lire demain ci-dessous), Garlan rentre dignement en piste sous les applaudissements. Cul aux planches mais reste disponible pour les premiers échanges pour 4’30 les rubans. Aux ficelles, les blancs calculent longuement. Le vieux combattant inspire la crainte, il n’est qu’à voir la préparation de chaque raset. Et de fait, offensif, il déséquilibre Errik, force après Ayme, et met Cadenas en ébullition. Précautionneux, les blancs hésitent attestant de la difficulté. Alors Jérôme Martin prend tout les risques pour la ficelle à 650€, levée sous les hourras. La vista de Garlan est intacte, il déjoue encore quelques départs, augmente son coup de tête et devient très très dangereux. A Katif, le dernier raset en hommage au Seigneur de Camargue. 4 Carmen et retour avec une ficelle.

lunel,32e trophée pescalune,chekade,katif,pourpier,course camarguaiseMignon (Cuillé).- Majestueux, il s’approprie la piste au galop. Impeccablement placé, il a du pétard et les premiers rasets sont vivement raccompagnés. Des longueurs superbes avec Cadenas, Katif.... Défendant son terrain, attentif à tout, maîtrisant tout l’espace, menaçant avec Aliaga puis carrément se dressant à sa poursuite. ça passe juste ! Du bon Mignon qui rentre royalement ses deux ficelles. 7 Carmen et retour.

Quand Pourpier (Saumade) sort, Katif est en tête avec 90 points, 2e Chekade à 88,5. Les deux hommes vont prendre beaucoup de risques devant le meilleur taureau de la saison à Châteaurenard et Palavas. Le cocardier montre d’entrée son agressivité. Chekade se jette dans les cornes, la riposte est terrible aux planches. Chekade, Cadenas enchaînent, Katif pour des coups violents aux planches. Et Pourpier coince la jambe de Katif, et bascule en contre-piste. Le raseteur part pour l’infirmerie porté par les hommes. On craint une fracture... Flottement en piste... Pas raseté, Pourpier fait le show, tente de sauter en contre-piste. Raset pleine piste de Chekade, et Pourpier frappe et bascule, re-coup de barrière après Chekade. Ecarte Aliaga, saute par surprise après Chekade qu’il touche au passage des travettes (pantalon explosé). Déchaîné, Pourpier voit tout, piste et contre-piste... Chekade tente le tout pour le tout et lève le 2e gland. Il a gagné le Pescalune. Pourpier rentre ses ficelles sous des applaudissements nourris. 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER ET MALI
(suite demain)

* Ziko Katif blessé par Pourpier : on craignait une fracture du péroné, finalement, après les radios faites aux urgences de Lapeyronie à Montpellier, le raseteur souffre d'hématomes, et d'un muscle écrasé. Beaucoup de repos et de glace, et le champion sera sur pied *

LES PRIX

1er Chekade, 94,5 points ; 2. Katif, 93 ; 3. Ayme, 70,5. Meilleur animateur Jérôme Martin. Meilleur taureau de la saison : Sylverado de Nicollin. Meilleur taureau de la finale : Pourpier de Saumade.

 

01/11/2015

SAINT-GILLES * FETE DE LA TOUSSAINT *

Dimanche 1er novembre 2015

UN ENORME RATIS et UN RASSIR OMNIPRESENT
 
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaisesIl faisait beau, l’affiche proposée était belle et  a tenu ses promesses. Que demander de plus si ce n’est qu’un peu plus de spectateurs sur les gradins ?  Quand est-ce que ces arènes seront récompensées à leur juste valeur ?
En ce dimanche, jour du Gland d’Or (récompensant le raseteur) et du Trophée Souvenir François Fabre, plus connu sous le nom de Santen (récompensant le taureau), partir déçu serait une facétie.
Après une première partie fort sérieuse avec Miro et  Vincent, la seconde allait continuer sur le même rythme avec Chico,  et surtout Ratis (▲ PHOTO ci-dessus avec Rassir), auteur d’une superbe et complète prestation. Lucas fut un bon premier, Cupidon un bon dernier. Seul Ulmet fut en demi-teinte.
Chez, les blancs, si certains craignaient leur manque d’engagement du fait de la fin de la saison, ils n’ont pu qu’accepter leur erreur. Parmi les 9 (plus 5 tourneurs) à se présenter à la capelado, Lucas Faure, Maxime Favier, Christophe Clarion, Sofiane Rassir, Stéphane Dunan ont été les locomotives, suivis par Loïc Auzolle,  Jamal Bouhargane et Youssef Zekraoui jusqu’à son retrait sur blessure durant le 5e.
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaisesPHOTO:
Lucas et Faure
En premier, Lucas (La Galère – n°302) a fort bien assumé son rôle. Calme, sans forcer, et toujours dans le terrain des planches, il s’engage à son rythme pour ne terminer qu’à leur approche où il envoie la corne en prenant appui sur l’estribo. Favier (4), Zekraoui (2), Clarion (2) et Rassir (2) se feront menacer à l’arrivée. 3 Carmen + rentrée dépouillé à la 14e.  
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaises► PHOTO:
Miro et Rassir
Un sacré client que ce Miro
(Blanc-Espelly – n°856).
 D’entrée aux planches, les principaux attributs vont partir en 3’ dans la confusion des blancs. Aux ficelles, imperturbable, il va gérer et faire légèrement le pas sur les départs ou anticiper à merveille (Favier). Il se dégage, se replace aussitôt, …. A  l’aise dans les séries il termine chaque raset à la limite. Sérieux, brillant, il cède sa 1re ficelle à 240 € à Clarion à la dernière minute de course. 5 Carmen + Rentrée.
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaisesPHOTO: Vincent et Faure
Avant la pause, Vincent (Aubanel-Baroncelli – n°5108) ne va pas le faire dans la demi-mesure. Il peut ignorer ou demander un fort engagement des hommes comme il peut démarrer tel un bolide. D’ailleurs, Faure, fortement anticipé et enfermé sur la longueur se fera tamponner à l’arrivée, tout comme Favier et Auzolle avant de récidiver derrière Zekraoui. A 400 euros la 1re ficelle qu’il défendait depuis près de 5 minutes retourne au toril avec l’air de Bizet pour la 4e fois.
A la place de vedette, qui de mieux que  Ratis (Raynaud – n° 560), elle lui va tellement bien. La tête haute et fier, il rentre en piste sous les applaudissements. Deux petits tours et les choses sérieuses peuvent commencer. Placé idéalement, le classicisme et le spectaculaire vont alterner. Aujourd’hui, Ratis avait décidé de démontrer que l’on pouvait encore compter sur lui….. Puissants, ses coups de planches le sont autant à gauche, qu’à droite. Tient bizarre non ?  Et oui aujourd’hui il fut bidirectionnel. Alors qu’allez donc pouvoir trouver ses détracteurs comme reproche ? Ben rien ! Avec hargne et méchanceté,  C. Clarion, S, Rassir (3), Y. Zekraoui (3), M. Favier (3), L. Faure, L. Auzolle (2) et S. Dunan, qui laissera un peu trop traîner la jambe seront gratifiés d’une action d’envergure. Sa 1re ficelle à 500 euros reste sur les cornes alors que le disque tourne pour la 12e fois à son retour au toril…. Respect Maestro! 
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaisesPHOTO:
Chico et Bouhargane
Chico (Lautier – n°557)
 Rapide, surtout derrière les gauchers, les échanges sont serrés et bien raccompagnés. C. Clarion (4), J. Bouhargane, S. Rassir et S. Dunan l’entraîneront avec eux dans de belles trajectoires récompensées chacune par le disque tout comme trois belles arrivées aux planches derrière J. Bouhargane (2) et C. Clarion. Même si son placement est parfois aléatoire, l’ensemble est plaisant. La 1re ficelle (à 280 euros) sera levée par S. Rassir alors que la 2sde (à 300 euros) retournera avec les honneurs pour la 10e fois.
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaises PHOTO: Ulmet
et Dunan

Tout avait bien commencé pour Ulmet (Blanc – n°511). Durant 5 minutes, chaque raset trouve réponse et l’arrivée se fait, pattes sur le marchepied, parfois au-delà (S. Rassir 2 – M. Favier – J. Bouhargane 2 – C. Clarion 2 – L. Auzolle 2). Mais aux ficelles, l’irrégularité dans ses réactions va nuire à sa prestation récompensée tout de même en son terme par les honneurs pour la 7e fois et ficelles autour des cornes.
saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaises Photo:
Cupidon et Favier
Pour conclure, l’étalon Cupidon (Cavallini – n°723) comptait uniquement pour départager en cas les ex-aequo. Manque de pot pour lui,  il y en avait trois (S. Dunan – S. Rassir – L. Auzolle). De ce fait pas ménagé et soumis à rude épreuve, il a été difficile pour lui de tenir le rythme. Tout de même, il s’est fait apprécier par ses arrivées aux planches aux trousses de S. Dunan (2), L. Auzolle, J. Bouhargane, L. Faure (2), M. Favier…. Un bon final tout de même récompensé par 6 Carmen.
 
TEXTE ET PHOTOS
CYRIL DANIEL
 
Entrée: 650 entrée.  Organisateur: Association des Festivités. Présidence: Didier Gaillard. Raseteurs: Lucas Faure, Maxime Favier, Christophe Clarion, Sofiane Rassir, Stéphane Dunan, Loïc Auzolle, Jamal Bouhargane, Youssef Zekraoui, Romain Bruschet. Tourneurs : Cyril Garcia, Eric Cuallado, Frédéric Garrido, Frédéric Jockin, Didier Dunan
 
***********
RATIS
Photos GEORGES MARTIN

saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaises

saint-gilles,gland d'or,trophée santen,rassir,ratis,courses camarguaises

**************************

 

30/10/2015

SAINT-GILLES *FETES DE LA TOUSSAINT*

Ce week-end

Dimanche, une affiche prometteuse

BLOGSAINTGILLES.jpg

C’est de tradition, Saint-Gilles met ses habits de fête pour la Toussaint. Et dès vendredi, la ville s’animera avec une abrivado bandido de 10 taureaux. Samedi, c’est l’abrivado longue (départ 11 h 30) qui ramènera en ville, les participants du déjeuner tiré du sac à la manade Devaux (9 h). A 14 h 30, 8 €, concours de manades (niveau Avenir), puis abrivado bandido des manades Devaux et Rousty (18 h). Grande journée dimanche 1er novembre animée par la peña Occitane. Abrivado-bandido, manade Thibaud. 12 h 30, repas-spectacle de Régine Pascal (salle polyvalente, sur réservation). 

Et grand concours de manades à 14 h 30, 11 €, niveau As, pour le Gland d’Or, Trophée François-Fabre, dit Santen. L’association des festivités, forte de la qualité de la course de la Biche d’Or (30 août), présente un concours de manades relevé, doté d’une première partie sérieuse (Lucas, Miro et Vincent), et d’une deuxième enthousiasmante. Le Biòu d’Or 2013 Ratis à une 4e place où il devrait exceller ; le doué Chico de Lautier, toujours prêt à en découdre ; le redouté Ulmet de Blanc et le fracassant Cupidon de Cavallini. Les jeunes raseteurs ont été mélangés aux expérimentés dans une équipe apte à relever le défi de la qualité. Prometteur !

Texte et photo
M. A.

* Dimanche 1er novembre, 14h30, 11 € - Réservations : tél. 06 42 49 97 75.

LUNEL * 32e Trophée Pescalune *

MIGNON3.jpg

Mignon, Biou d'Or 2015

Dimanche 1er novembre 2015

Pescalune : une finale étoilée

BLOGGARLAN.jpgCasting des grands jours, ce dimanche, à Lunel, pour la finale du 32e Trophée Pescalune. Et il va falloir en profiter car ce sera la dernière dans cette configuration. A la direction des arènes, Magali Saumade fait le point: «Nous sommes en pleine réflexion avec la municipalité par rapport à la création du futur Espace des Arènes pour lequel les travaux vont débuter en septembre 2016. Le maire Claude Arnaud a exprimé sa volonté de maintenir le nombre de dates de la prochaine temporada. Pas de problème jusqu’au Muscat, donc (en juillet pour la Pescalune) et les Révélations dont la date sera avancée. Et la finale du Pescalune aura bien lieu mais dans des arènes amies».

Il va donc falloir déguster ce cru 2015 qui profite d’une affiche en majuscules. Côté taureaux d’abord, Thierry Ferrand souligne : « Nous avons choisi les meilleurs des As et aussi parmi les “nominés” de la finale des As ». En tête, auréolé de son titre de Biòu d’Or, Mignon de Cuillé. Garlan des Baumelles (3 Biòu d’Or) (photo ci-dessus avec Ziko Katif) qui, en 4e position, fera ses adieux à la piste lunelloise. Sylverado de Nicollin, vainqueur du Pescalune 2015 (course du 21 avril). Dans les premières places, Quito de Fabre-Mailhan, redoutable premier, et le compliqué Banaru du Rhône. Tandis que Pourpier de Saumade avec sa brillance et son panache sera chargé de clôturer la course. Face à eux, l’équipe en blanc est de premier ordre : le vainqueur des As, Ziko Katif, déjà remarquable l’an passé à Lunel avec le titre de meilleur animateur. Joachim Cadenas, lui, découvrira cette piste, apportant la nouveauté et sa forte personnalité. Bastien Four mènera le côté gauche avec son expérience, son sérieux et la qualité de ses rasets. Avec lui, Jérémy Aliaga, Radouane Errik et Jérôme Martin donneront la réplique aux autres droitiers Ilias Benafitou, Ayme et Chekade. Le Velout Pescalune assurera avec la grâce de ses Arlésiennes la partie traditionnelle, ainsi que la remise des prix, avec la manade Lafon et la peña Mithra. Et Thierry Ferrand de préciser : « Roselyne Delon et Stéphanie Mazet ont œuvré pour un hommage à Garlan de toute beauté ». Celui-ci aura lieu après l’entracte. Gérard Gehin, président du Trophée Pescalune en laisse filtrer quelques séquences : « Claude Arnaud, maire, Stéphanie Mazet pour Art’TC, Denis Brotons, président du CT Goya et moi-même y avons participé... Mais laissons la surprise aux spectateurs... » 

Tout est prêt... et même le temps sera de la partie. Si, si, il fera beau !

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Dimanche 1er novembre, finale du Trophée Pescalune, 14 h 30, 12€. Réservations : 04 67 71 13 27.

 

25/10/2015

VENDARGUES *CONCOURS DE MANADES*

 vendargues,13e trophée roger-itier,serpatier d'espelly-blanc,sofiane rassir,course camarguaise

Dimanche 25 octobre 2015 - 13e Trophée Roger-Itier

Intéressant du début à la fin

vendargues,13e trophée roger-itier,serpatier d'espelly-blanc,sofiane rassir,course camarguaise

▲ Serpatier d'Espelly-Blanc
et Sofiane Rassir remportent les suffrages

 

Quelle belle idée de faire défiler à cheval, les petits-enfants et arrière petits-enfants de Roger Itier pour la 13e édition du Trophée qui porte son nom. Impeccables sur leurs "Camargue", Lucie, Naïs, Aubin, Emma, Mathis, Valentine, Léopold, Martin,  et Victor (âgés de 7 à 16 ans) ont mené l'abrivado des taureaux d'Agnel, en piste, avec application et dextérité. Sous l'oeil du capitaine de la Nacioun Gardiano, Guy Chaptal et de Binbin (fils de Michèle Itier). Et la petite Lucie d'offrir le bouquet à Simone, épouse de Roger.

Une belle équipe de raseteurs et du bétail de qualité, dans des arènes pratiquement pleine, voilà de quoi passer un bel après-midi.

Sobrero (Vellas).- Le magnifique étalon impressionne et, rigoureusement placé, il annonce la couleur "Il va falloir passer très près pour me séduire". Quelques planches qui volent, des fusées agressives... Le surprendre reste la seule possibilité de lui faire exprimer toute sa méchanceté (Favier, Allouani, Cadenas, Aliaga). Coriace ! Rentre ses ficelles.

A l'inverse Saladin (Nicollin) est un partenaire idéal. Pas un refus, bonne poussée dans les trajectoires. Les hommes allongent, Saladin enchaîne de bon coeur mais 6 minutes suffisent. 5 Carmen et retour.

Cruchot (La Galère).- Remuant mais bien placé, lâche quelquefois l'affaire. Mais attentif, quiche après Cadenas sur toute la longueur. S'engouffre dans le raset après Aliaga, Katif, Cadenas. Affirme son placement et demande plus d'investissement. Un beau mouvement sur Aliagha, puis Allouani, 9 minutes bien cocardières. 2 Carmen.

Serpatier (Espelly-Blanc).- Chasse, repousse les blancs, menace par quelques sauts-surprise. Sa rapidité prend souvent les hommes de vitesse, et il frappe en finition. Des coups aux planches après Katif, des bascules (Allouani, Ziko). Un zeste d'anticipation, un trait de rapidité, et deux doigts de finition pour un Serpatier servi frappé. Des conclusions encore après Rassir, Allouani, I. Benafitou, pour 12'30 très intéressantes et le prix du jour. 6 Carmen et retour.

Galan (Saint-Germain).- Agressif, casse quelques planches, s'évade. Toujours le long des planches, aux aguets, chaque raset engagé trouve une grosse finition (Rassir, Favier). Enchaîne de bon coeur avec plus d'investissement sur les gauchers, notamment Rassir. Avec une bonne occupation de la piste, dix minutes de qualité. 3 Carmen et retour.

 vendargues,13e trophée roger-itier,serpatier d'espelly-blanc,sofiane rassir,course camarguaise

▲ Chamabo et Ziko Katif

Etonnant Chambao (Bon) avec son unique corne. Toujours d'attaque ! Avec lui, c'est action, percussion... Des cabrages, des sauts après l'homme, des planches cassées ou carrément traversées, une douzaine de conclusions volontaires et brillantes. Et les ficelles à la maison. 8 Carmen et retour.

Dijau (Richebois).- Aussitôt dehors, il fait la planche. Certes il trace la route et les rasets peu précautionneux se multiplient mais il s'envoie haut et fort après Favier. Exprime un gros moral de combattant, explose après Favier, Katif, fracasse les planches. Energique et méchant, il laisse quelques plumes dans les incessants cites que les blancs lui délivrent mais finit encore après Aliaga, Rassir. 6 Carmen et retour.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

vendargues,13e trophée roger-itier,serpatier d'espelly-blanc,sofiane rassir,course camarguaise

*************************

 

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE * SOLIDARITE*

Samedi 24 octobre 2015

TOUS AUTOUR DE J. CADENAS et PILOU (Félix)
POUR LA BONNE CAUSE
 
A l’heure où l’on dit qu’en course camarguaise chacun prêche pour sa paroisse et ne fait rien gratuitement, aujourd’hui, les arènes de Saint-Laurent-d’Aigouze ont prouvé le contraire avec cette course de bienfaisance, organisée par le Comité des Fêtes en faveur de l’A.D.A.P.E.I (Association Départementale des Amis et Parents de Personnes Handicapées Mentales). Si l’engagement pour la bonne cause des raseteurs, tourneurs, manadiers, service médical, président de course, n’est plus à prouver et doit être souligné, il en va autrement de la faible entrée réalisée... une petite centaine de spectateurs garnissait les gradins. La concurrence, une affiche "quelconque", un temps gris, ou tout simplement un manque d’engagement du public… Bref, tout de même, l’Association a recueilli la somme de 1160€.
Venons-en maintenant à la course. A l’heure de la capelado, 9 tenues blanches (+ 1 tourneur) vont se présenter et vont observer une minute de silence en mémoire des 43 victimes du drame de Puisseguin.
J. Cadenas, M. Sanchez, J.-H Oudjit, Ch. Clarion et par épisode C. Miralles et J. Martin vont se montrer les plus efficaces.  Chez les taureaux, chacun avec ses qualités, ses défauts, son style, son métier ou sa naïveté, a apporté sa contribution... Puis doit-on venir voir ces courses (de bienfaisance) avec le même regard et le même rendu que les autres ?
saint-laurent-d'aigouze,comité des fêtes,anapei,courses camarguaisesPhoto:
Jean-Henri Oudjit
et Bienvenu
En premier, Bienvenu (Rousseau – n°605) assura fort bien son rôle. Sans jamais quitter le terrain des  planches il enchaîne les rasets sans réticence. Aux ficelles (3e), ses échanges sont menés à terme et justement récompensés par le disque (4 fois) tout comme de belles trajectoires derrière Clarion (2) et Martin, pour autant de Carmen, renouvelé à son retour au toril porteur de la seconde ficelle.
saint-laurent-d'aigouze,comité des fêtes,anapei,courses camarguaisesPhoto
Jérôme Martin
et Rigoletto
Avec Rigoletto (Salièrene – n°872) les choses vont être moins évidentes car il baisse la tête à la rencontre. Avec un travail plus soutenu, sa concentration va être plus sur la longueur où il serre de près la tenue blanche notamment Sanchez (4), Oudjit et Cadenas. 1 ficelle autour des cornes il rentre avec un 6e Carmen.
saint-laurent-d'aigouze,comité des fêtes,anapei,courses camarguaisesPhoto:
Marc Sanchez
et Pilou
Pour conclure cette première partie, Pilou (Félix – n°860) va faire forte impression. Rapide, et faisant légèrement le pas, il accélère une fois la tête passée pour raccompagner à l’extrême limite  Clarion (2), Oufdil (2) et Sanchez. Souffrant cependant d’un manque de travail, il conserve ses ficelles. 5 Carmen + rentrée.
Vif, appliqué tant par son placement que ses répliques, Mohican (Layalle – n°8150) va enchaîner, certes en perdant du terrain, les rasets en jouant d’un coup de revers, surtout sur les droitiers. Vaillant, 3 jolies séries vont faire résonner le disque, tout comme à son retour.
saint-laurent-d'aigouze,comité des fêtes,anapei,courses camarguaisesPhoto:
Joachim Cadenas
à la tête de Nans
Nans (Cyr – n°001) : même s’il ne tient guère en place, de son propre chef ou sous l’emprise des hommes,  il ne va guère avoir l’occasion de se mettre en valeur si ce n’est sur  2  rasets (1 de Cadenas, 1 de Clarion) ou l’action est poussée jusqu’aux planches, sans pour autant y avoir conclusion. 2 Carmen + Retour.
Calife (Nicollin – n°817) est encore vert. Sans vice, il donne sa tête, pousse temps en temps (Martin – Cadenas), passe la tête à l’arrivée (Oudjit – Clarion) mais aussi saute volontairement 5 fois. A la 9e minute il rentre dépouillé avec le disque joué 2 fois pendant.
saint-laurent-d'aigouze,comité des fêtes,anapei,courses camarguaisesPhoto:
Greloun
et Jérôme Martin
Pour terminer, Greloun
(Le Cougourlier – n°025)
laisse entrevoir durant ses 7 minutes quelque chose. Outre son placement sans reproche, ses ripostes à grandes foulées se terminent au fil de planches  qui ne semblent pas le ralentir. Ainsi, Cadenas (2 fois), Clarion et Martin seront raccompagnés, le tout sous l’air de Bizet, rendu inaudible par l’affolement des cloches de l’Eglise. A son aise, J. Cadenas, le privera de ses ficelles.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
▼ Mohican de Layalle et Joachim Cadenas

saint-laurent-d'aigouze,comité des fêtes,anapei,courses camarguaises

Entrée : une centaine. Organisateur : Comité des Fêtes. Présidence : Jacques Roumajon. Raseteurs : J. Cadenas – L. Alarcon – M. Sanchez – JH. Oudjit – H. Oufdil  - K Cartalade – C. Clarion – C. Miralles – J. Martin
Tourneur : JL Ull.
 
*************

16/10/2015

VILLENEUVE-LES-MAGUELONE *FINALE DES LIGUES LR*

Vendredi 16 octobre 2015

L'espoir d'une belle finale des Ligues LR

villeneuveAGASSINPHMALI.jpg« J’espère que la course sera aussi belle que celle de Rognonas (finale des Ligues PACA, compte rendu ci-contre, NDLR) », exprime Sylvain Mestre, président de la Section taurine villeneuvoise organisatrice de la finale Languedoc-Roussillon. Heureux que leur piste ait été retenue par la FFCC, les membres de la Section taurine sont prêts à accueillir les afeciouna de Provence et du Languedoc.

Samedi, une belle journée est prévue, dès 10 h, avec les sélections des élèves raseteurs, apéritif et repas en commun et 15 h, la course où les Cabidoules du Cailar et la peña Manu et Cie, apporteront la note folklorique et festive.

Dévoués, à chaque saison plus expérimentés, ces bénévoles recueillent aujourd’hui le fruit de 10 années de travail et d’implication. Et de bonne humeur partagée. Tous ceux qui ont franchi la porte des arènes, ont pu y goûter. Comme à la valeur des plateaux proposés au cours de la saison.

Entre vignes et étangs, une certaine idée de la course camarguaise prévaut alliant qualité, partage et convivialité.

Venez voir !

M. A.

LA JOURNEE

Samedi 17 octobre

10 h, gratuit, course de sélection des élèves raseteurs. Bétail emboulé de Robert Michel. Elèves, équipe 1 : Elmahoub, Laurent, Laurier, Lassere, Longuet, A. Martin, Mazzoleni, Zelphatie. Equipe 2 : Abbal, M. Aliaoui, T. Castel, Chebaiki, J. Garrido, Molina, Savignac. Rourneurs : Daniel, Estève.

12 h, apéritif, repas salle Bérenger-de-Frédol sur réservation.

15 h, 6€, finale des courses de Ligue LR (détail ci-dessous). Manade Félix N.976, Martini N.056, Guillierme N.034, Saumade N.970, Paulin N.976, Les Baumelles N.005, Le Ternen N.075, Raynaud N.071. Raseteurs : Bernard, Bressy, Félix, Jaubert, Y. Martin, Naim. Remplaçants : Brunel, Ameraoui. Tourneurs : Daniel, Estève.

*************

 

 

30/09/2015

SAINT REMY DE PROVENCE *TAU D'OR*

Mardi 29 Septembre 2015

SALUT L’ARTISTE…

 IMG_9195.jpg

Artiste (Nicollin) s'élance en contre pisteaprès Ciacchini

Entrée: Plein Organisateur: Comité des Fêtes Présidence: F Fassi Droitiers: Ayme, Ciacchini, F Martin, Sabatier. Gauchers: Martin Cocher, Ouffe, Rassir, Zekraoui. Tourneurs: Baccou, Jockin. Kerfouche, G Rado.

Cette édition du taù d’or n’a guère permis de vibrer dans un après-midi couvert et nuageux. La capélado composée de la péna la gardounenque, des gardians de la manade Lescot, des arlésiennes et de la dame de Saint Rémy avait pourtant essayé de mettre l’ambiance mais les taureaux aux comportements classiques avares de la folie caractéristique des taùs en ont décidé autrement. Seul le dernier Artiste (Nicollin) vainqueur des courses d’étalons aux Saintes Marie de la Mer l’année dernière réveille quelque peu l’assistance avec quelques sauts à la poursuite des hommes. Il est couronné Taù d’Or. Avec lui, le sérieux Couteron (Lautier) est désigné Taù d’argent tandis que Vadrouilleur (Richebois) est Taù de Bronze mais Charron aurait aussi pu y prétendre. Chez les hommes, Sofiane Rassir meilleur animateur récolte le fruit de son excellent travail avec de la constance et des rasets limpides. Il est talonné par le jeune François Martin pétillant et pétri de qualités. Ayme et Martin Cocher s’illustrent par moments.

Impressionnant et musclé, JUPITER (Les Termes n° 713) se livre de façon volontaire mais au fil des minutes sa masse corporelle devient lourde à manœuvrer même s’il ne perd son second gland que sur la sonnerie. Carmen au retour. Puissant, VADROUILLEUR (Richebois n° 060) ne balade pas pour rien. Placé, il honore les séries en musique. Rapide il serre Ayme (2) et Ciacchini (1) pour un comportement classique qu’il pourrait bonifier avec plus de finition. 4 Carmen et rentrée. Doté d’un petit gabarit, CHARRON (Rouquette n° 027) possède un gros cœur. Il envoie la corne à l’arrivée ou se soulève au fil des minutes et malgré son physique il se bat jusqu’au bout. 3 Carmen en retour. Vainqueur 2014, COUTERON (Lautier n°903) est ultra rapide les cornes pointées vers l’avant. Son anticipation fait merveille avec Martin et Rassir mais il sait aussi frapper comme avec Zékraoui et Rassir. 7 Carmen dont retour.

Véloce, MOUSQUIOU (Nicollin n° 001) n’inspire pas les hommes qui passent au large. Il contrôle les départs avec un placement adéquat mais au fil du temps il devient moins virulent et conserve un gland sans convaincre. 2 Carmen et rentrée. Beau, BOULAGNE (Félix n° 016) est brouillon. Quelques accélérations mais pas mal d’absences dans une prestation très moyenne même si la dernière minute laisse un peu d’espoir. Alerte avec MALIBU (Thibaud n° 070) qui percute d’entrée Ciacchini. Hélas le soufflet retombe trop vite car s’il percute aussi Rassir il reste lui aussi classique. Deux Carmen et retour. Vainqueur des courses d’étalons des Saintes, ARTISTE (Nicollin n° 031) amène la note spectaculaire avec des sauts ou percussions après Rassir, Martin, Ciacchini ou Martin Cocher. Suffisant pour remporter le Taù d’Or après avoir quelque peu réveillé les arènes qui s’impatientaient. 7 Carmen et retour… 

saint-rémy,tau d'or,artiste de nicollin,course camarguaise

 Sofiane Rassir à la tête de Jupiter (Les Termes)

 saint-rémy,tau d'or,artiste de nicollin,course camarguaise

 Toujours Sofiane ici avec le rugueux Vadrouilleur (Richebois)

saint-rémy,tau d'or,artiste de nicollin,course camarguaise

 Appliqué le jeune François Martin avec Charron (Rouquette)

saint-rémy,tau d'or,artiste de nicollin,course camarguaise

 Engagement de Couteron (Lautier) sur François Martin

 saint-rémy,tau d'or,artiste de nicollin,course camarguaise

 Mousquiou (Nicollin) frappe derrière Martin Cocher

 saint-rémy,tau d'or,artiste de nicollin,course camarguaise

 Boulagne (Félix) et Sofiane Rassir

 saint-rémy,tau d'or,artiste de nicollin,course camarguaise

 Malibu (Thibaud) se dresse derrière Sofiane Rassir

 saint-rémy,tau d'or,artiste de nicollin,course camarguaise

 Artiste (Nicollin) percutant après François Martin

Texte et photos
 Éric AUPHAN

26/09/2015

PALAVAS-LES-FLOTS *ETALONS*

Samedi 26 septembre 2015

Frustration !

Le public a exprimé sa frustration à l’issue de cette course d’étalons qui a sérieusement manqué de travail. 3 cocardes, 10 glands et 14 ficelles qui rentrent, ça fait beaucoup! Et malgré les efforts de Julien Ouffe le plus impliqué, la monotonie voire l’ennui ont envahi les gradins. Et pourtant, parmi les huit beaux spécimens, certains ont laissé deviner de réelles qualités.

Priam du Pantaï (6 ans) ouvre les débats montrant de bonnes dispositions dans sa gestion de la piste. Sollicité, il se jette dans le raset sans trop aller au bout. Et garde son 2e gland. Le magnifique Sobrero de Vellas (5 ans) est, lui aussi, vite en place. Il en impose. Mais qui pour le premier raset? Le fauve garde son terrain et se jette après l’homme. Ouffe, Sanchez sont prestement ramenés et l’explosion après Alarcon est grandiose. Tous les attributs au toril. Calme, le tout jeune Tatane de Lautier (5 ans) se montre bravet sur le raset, saute dans l’élan et perd beaucoup de temps en contre-piste. 1 jolie série. Ramène ses glands. C’est un bébé, Cardet ! Le Laurent a 3 ans, démarre sur tout ce qui bouge avec fougue. Montre sa vaillance sur une très longue série en musique. Puis se laisse raseter sans assurer la finition. Rentre une ficelle. 

Brut de décoffrage, Beluguet de Nicollin, toujours dans le terrain des planches, affiche de l’envie par quelques belles interventions frappantes après Ouffe. Mais ses nombreux sauts coupent sa prestation. En même temps, il n’a que 3 ans ! Rentre tous ses attributs. A grandes foulées, Madiba de Blatière-Bessac (4 ans) fait admirer son physique avantageux. Bien positionné, il attend longtemps. Entrepris, il se livre sincèrement dans de beaux enchaînements et rentre 1 ficelle. L’expérimenté Cupidon de Cavallini (8 ans) n’attend que les blancs pour étaler sa pointe de vitesse et sa violence en finition. Il faudra attendre la 7e minute, pour une invite de Ouffe méchamment conclue. Une action sur Caizergues et ce sera tout. Rentre sa cocarde, un gland et le reste. palavas,étalons,course camarguaiseCherchant le combat, Picasso de Chaballier (4 ans) “monte” sur les hommes. Se place, pour quelques passes de loin. Un vrai coup de barrière sur Ouffe où il bascule. Montre son agressivité et des qualités prometteuses. Seule sa cocarde lui est ravie.

MARTINE ALIAGA

Entrée: 500 à 600 personnes environ. Organisateur: CT Fiesta y Toro. Président: Jacques Valentin. Raseteurs droitiers: Aroca, Caizergues, Chig, Fougère. Gauchers: Aliaoui, Alarcon, Ouffe, Sanchez. Tourneurs: Arnel, Joseph.

29/03/2015

LUNEL *AS HT 1re journée du Pescalune

Dimanche 30 mars 2015

Troubadour et Jupiter les meilleurs des Laurent

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises

Troubadour cocardier complet

Si la prestation de Troubadour est la plus complète et Cyrano bon premier, Jupiter termine tambour battant ses 10 minutes. Le reste de la Royale étant très inégal. Mènent la course, Chekade qui fait passer le frisson par sa témérité, Katif, Allouani et Aliaga bien esseulé à gauche. Au final une petite mouture pour la 1re course du Trophée Pescalune. 

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises► PHOTO Cyrano met Chekade en difficulté
Cyrano. -
Une première moitié de course où il utilise intelligemment la piste et se montre dangereux après Chekade (3 fois). Petit à petit, il se décale, sélectionne et se fait réticent malgré quelques beaux sursauts (Chekade, 2 fois, Aliaga). Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Fouquet.- Peu intéressé, il promène, se montre brouillon et ses sauts multiples et intempestifs gâchent un bien long quart d’heure. Rentre ses glands.

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises◄ PHOTO : Téflon-Katif
Teflon.-
Cul aux planches d’entrée, il faut vraiment le rentrer. Les hommes le forcent, alors les séries sont denses (Carmen) et il envoie souvent la corne en finition. 8 minutes les premiers attributs. Mais quand il retrouve sa position sous la présidence, il faut lui arracher les rasets. 

Troubadour.- Il se laisse plumer rapidement de ses cocarde et glands. Mais aux ficelles, il enchaîne magnifiquement en concluant rageusement au fil des planches. De superbes séries bien frappées où il ne laisse que sa 1re ficelle. Se réserve un peu sur la fin mais offre la plus belle prestation de l’ensemble. 8 Carmen et retour.

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises► PHOTO : Danger quand Romeo pointe  après Chekade
Roméo.-
Pas de tenue de piste, remuant mais quand Chekade prend le risque pleine piste, il est à ses trousses pour trois rasets qui font passer le frisson. Fantasque et peu sollicité, son quart d’heure s’éternise. 4 Carmen et retour. 

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises◄ PHOTO : Quo Vadis - Aliaga
Quo Vadis.-
La générosité même. Il se fait surprendre aux attributs par une longue série où les hommes le délestent. Mieux placé aux ficelles, sa franchise l’honore pour de longs échanges (Carmen) mais il manque de pétard pour tenir tête. 13’30 agréables.

Jupiter.- 10 superbes minutes d’actions violentes aux planches. Jupiter est leste, méchant, ses coups de barrière vont chercher les hommes haut sur les tubes. Des explosions de toute beauté pour un final en musique tout du long.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Niveau As HT. Entrée : 1/3. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Ayme, Chekade, Katif, Miralles. Gauchers : Alarcon, Aliaga, Allam, Mebarek. Tourneurs : Baccou, Daniel, Khaled, P. Rado.

LE FESTIVAL DE JUPITER

 lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises

▲ sur Alarcon

▼ sur Katif

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises

 lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises

▲ sur Allaouani

▼ sur Katif

 

lunel,1re journée du pescalune,royale de laurent,courses camarguaises

*******************

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER *Avenir HT *

Dimanche 30 mars 2015
 
ETRE A LA HAUTEUR DE LEUR TACHE : 
LES RAYNAUD L’ONT ETE EN TERRE SAINTE
 
Dans le cadre de la journée qui lui est consacré, l’élevage du Grand Radeau présentait une course complète devant un public relativement clairsemé (500 personnes à vue d’œil) et sous une température plutôt automnale que printanière et un vent violent. Si la seconde partie avec Tailleur (6 ans), Léo (7 ans) et Andreloun (6 ans) fut nettement supérieure, la première, non sans reste,  fut rehaussée par Criquet (8 ans). Les tenues blanches, accueillies par la Pena Mithra et le Groupe Baroncelli  (au nombre de 8 +4 tourneurs – S. Rouveyrolles, M. Arnel, JF Moulin, P Thierry),  M Sanchez,  A. Charrade, G. Montesinos) prirent d’entrée leur vitesse de croisière bien secondés par M Marquier, H Poujol. R Ibarra, M. Gougeon qui furent les auteurs de bons passages alors que C. Ibanez faisait son retour. 
Au pupitre, Bruno Pascal sera égal à lui même. 
 
les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaises◄ PHOTO Criquet - Montesinos
Criquet (n°740) : Quelle entrée en matière. Ses répliques où il joue d’un petit coup de tête sont vives. Dans le terrain des planches, il dicte les règles du jeu et ne se fait pas submerger. Poujol, Ibarra et Montesinos seront serrés de près alors que Marquier sera gratifié d’un bel engagement à la dernière minute, le tout sous l’air de Carmen, rejoué à son retour porteur de ses ficelles.
Pitalugue (n°946) : Surpris et pris d’assaut, il défend ses principaux attributs sans placement défini et en limitant ses répliques à quelques enjambées. Plus appliqué aux ficelles (dont il rentre la seconde) ses ripostes sont plus délayées  surtout derrière Gougeon (2), Poujol (2) et Marquier où il passe la corne en conclusion. Tout cela lui valait bien les honneurs, desquels il  a été privé en course et à son retour au toril.
Cocognon (n°737) : Avide de rasets, il répond au coup par coup et se laisse piéger face au rythme imposé par les hommes. La 1re ficelle est pour Marquier (7e), la seconde pour Montesions (13e) et le retour se fait en musique en récompense de sa vaillance et d’une enfermée sur Sanchez.
les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaises► PHOTO Tailleur - Marquier
Avec Tailleur (n°943), la course va monter d’un cran. Cocardiérement parlant, il connait la leçon. Collé aux planches les hommes ne vont pas lui monter dessus. Pris par défaut, cocarde et glands partent. Tailleur se livre avec franchise tout en anticipant légèrement et en acceptant les reprises. Prenant l’ascendant sur les hommes au fil du temps, il reste maître de ses ficelles, dont la première était à 250 €. Un gros Carmen le raccompagne au toril.
les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaises◄ PHOTO Léo - Sanchez
Changement de registre avec Léo (n°832) pour qui on pouvait craindre le pire. Mais, il n’en fut rien. Volontaire, il ne rend pas les armes. Les rasets, tous les rasets trouvent réponse. Léo se livre sans retenue et n’hésite pas à pousser jusqu’aux planches où il vient se dresser derrière Sanchez (2), Gougeon (2), Poujol, Montésinos, Charrade. Ses finitions, cornes plantées dans les planches derrière Sanchez et Marquier viennent borner sa bravoure.  7 Carmen en course, répété à sa rentrée porteur de sa seconde ficelle.
▼ PHOTO : Andreloun - Montesinos
Pour conclure, et de quelle manière, Andreloun (n°958) allait tenir la dragée haute aux hommes. Hargneux, les saintes-maries,journée raynaud,courses camarguaisesrapide et agressif et avec l’œil de partout, il part sans retenue sur les rasets qu’il conclut par une envolée aux planches derrière Montesinos, son principal adversaire. S’échauffant au fil du temps, Poujol se fera fortement enfermer  sur la longueur lui cédant le seul attribut du quart d’heure, le gland. Donc cocarde intacte (à 200 €) il retourne au toril avec de forts applaudissement et son 6e Carmen.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 

MAUGUIO

Samedi 28 mars 2015

LA COURSE CAMARGUAISE MOBILISEE
AUTOUR DE GABRIELLE et de l’AFMBD

mauguio,tous pour gabrielle,course camarguaise

 
Les arènes de Mauguio ont ouvert en ce samedi leurs portes pour la bonne cause. En effet y était organisée une course au profit l’AFMBD  (Association Française de la Maladie de Blackfan-Diamond), maladie dont souffre la petite Gabrielle.
Et quand c’est pour la bonne cause, que ce soit, un samedi, un dimanche, le public camarguais se mobilise et notamment en ce début de saison dans les arènes. Un peu plus de 1000 personnes (1014 exactement) avaient pris place sur les gradins pour ce concours de manades, qui dans de ce contexte bien particulier, a été très plaisant à suivre.
En ouverture, Manon et Fanny Izquierdo et Quentin Foucaran nous ont emmené, avec leurs chevaux et au son du Groupe Gypsie Estrella, Outre -Pyrénées dans un carrousel et un numéro sans bride. La pena Mistral, accompagnée des arlésiennes de la Pitchoto Camargue et des gardians des manades Lafon et L’Aurore précédés de  la petite Gabrielle ont accueilli à la capelado, pas moins d’une vingtaine de tenues blanches, qui interviendront en alternance durant l’après-midi.
Sortie en première position, Sueno (Rouquette - n° 515) va bien jouer son rôle tant en se jetant volontiers dans le raset, tantôt  en demandant davantage d’engagement chez les hommes. Quand il vient, il conclut sévèrement aux planches sur Allouani(4), Katif, Rassir et Aliaga. 3 Carmen plus rentrée.
Juste derrière le tout jeune Bagna (Janin – n°013) va étaler toute sa bravoure. Sans difficulté apparente, il enchaîne droite/gauche sans rechigner. Classique, coupant légèrement le terrain, ses réparties serrées auraient mérité les honneurs, dont il a été privé durant ses 13 minutes.
Juste avant la pause, Maé (Les Soleil – n°7001), malgré son placement irrégulier s’est prêté au jeu fourni par les hommes. Il se jette dans le raset en une petite anticipation. Castel se fera enfermer alors que Jodar sera obligé de traverser la piste. Même si sa fin de course baisse de rythme, cela vaut bien le disque à sa rentrée pour la 4e fois.
mauguio,tous pour gabrielle,course camarguaiseA la place de la vedette, Cenote (L’Aurore – n°921) a parfaitement joué son rôle. Calme, contre les planches, il surveille. Consenti, il part avec force sur raset pour pousser jusqu’à l’extrême limite ou il profile la corne. Outarka, Katif, Aliaga (4) se feront serrer. Allaouni sera sévèrement raccompagné (2) et Guin de fera coincer (sans mal) au moment sur saut. 5, 6 Carmen rejoué à son retour.
mauguio,tous pour gabrielle,course camarguaiseAvant dernier, Tiburce (Lafon – n° 917) est plaisant. Après un début calme, il s’échauffe et apporte un peu plus d’application dans ses sites. Présent, il vient au bout passer la corne sur les planches ou s’engager aux bois derrière Four et Auzolle. Son temps de course sera récompensé par le disque, joué 3 fois durant.
mauguio,tous pour gabrielle,course camarguaisePour conclure, Mistigri (Cyr – n°901) va attendre près de 4 minutes pour le premier raset. Sollicité il se montre plus à l’aise sur les droitiers qu’il  gratifie de 6 jolies finitions (Khatif, Ciacchini, Jodar) tout comme Ouffe.
A l’issue de la course, en présence  des participants à la journée, l’AFMBD  recevait des mains du principal partenaire de la journée un chèque de 2000 € alors que les organisateurs remettaient eux, un chèque de 9750 € de dons récoltés sur la journée (course à 5€ l’entrée – Repas – Loterie – Buvette)
Une bien belle journée d’estrambord pour la bonne cause…
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Raseteurs : S Allouani, L Auzolle, B Four, R. Guin, E. Jodar, C. Castell, JB. Granier, D. Fougere, K. CaiZergues, R. Mondy, Th. Mondy, J. Ciacchini, L. Outarka, J. Aliaga, D. Moine, N. Paparone, O. Ruiz, Z. Katif, K Cartalade, S. Rassir, J. Ouffe. Tourneur : J. Daniel, L Esteve. Présidence : Laurent Hénin
 
 

22/03/2015

VENDARGUES *NIVEAU AVENIR HT*

Vendargues,manade Hervas,courses camarguaises

Le pelot François Hervas (à droite), les gardians (à gauche) et les membres de la Muleta dont Serge Hermet le président (au centre) à la capelado, la remise des cadeaux.

Dimanche 22 mars 2015 - Manade Hervas

Pour les 25 ans, une complète qui tient la route

Vendargues,manade Hervas,courses camarguaises

▲ Pour ses débuts à l'Avenir, Marvin Méric,
issu de l'école de raseteurs de Baillargues, affronte Jazz.

Vendargues,manade Hervas,courses camarguaisesHormis Pabeu peu conciliant et Epsilon trop bébé mais prometteur quand même, la complète de François Hervas donne une bonne image de l’élevage avec Rafiot (◄ Photo sur Favier) et Jazz les vedettes qui n’ont pas failli et deux jeunes éléments qualifiés Houari et Mouflet. Chaque cocardier a montré du courage au sortir de l’hiver face à une bonne équipe de crocheteurs loyale mais omniprésente pour la 1re journée de la Main d'Or. 

Pabeu.- Fantasque, il faut vraiment l’intéresser pour qu’il participe. Il s’encroute au toril mais gare à ses réactions intempestives comme sur Rassir (2 fois) et Méric. Rentre ses ficelles. 

Houari, lui, prend d’entrée une rafale où il se livre généreusement. A 8 ans, il enchaîne les séries de belle manière avec quelques anticipations au passage. Pas un refus malgré le rythme imposé et cette bane qu’il envoie en finition après Favier. 9’30 de bonne facture. 3 Carmen et retour.

Mouflet se donne à fond et les premiers attributs volent rapidement. Leste, avec une jolie pointe de vitesse, sa volonté est sans faille dans les multiples séries où il se livre avec coeur. Malgré la fatigue il ne lâche pas, pousse même à plusieurs reprises, accélère après Rassir et rentre une ficelle. Bon petit taureau. 8 Carmen et retour.

Rafiot est de suite en place d’où il grille souvent la politesse aux blancs. Ne se laisse pas manœuvrer, pousse fort après l’homme et se dresse ou frappe en finition. Ses plus beaux engagements se déploient à gauche (Rassir, Aliaga, Favier) mais il ne dédaigne pas Katif et I. Benafitou, à droite. Manque un peu de patte sur la fin mais très bonne prestation avec les ficelles au toril.

Pour Epsilon ce n’est pas la même musique. Quelques sauts le sauvent de l’assaut, une paire d’accélérations, puis un peu plus de placement et quelques belles séries le font tenir jusqu’à la 14e. A revoir dans une vraie course à l’Avenir. 2 Carmen et retour.

Jazz ne s’économise jamais. Il saute, frappe, s’envoie, se cabre mais ne baisse jamais pavillon. Après avoir explosé à de multiples reprises, s’être blessé un peu, et montré un début de fatigue, il brise les planches après Rassir, explose sur Katif et lâche ses dernières forces dans une série. Un final en étincelles et en musique.

MARTINE ALIAGA

▼ JAZZ et Rassir

 Vendargues,manade Hervas,courses camarguaises

 

vendargues,manade hervas,courses camarguaises

▲ JAZZ - Maurel

▼ JAZZ - Aliaga

vendargues,manade hervas,courses camarguaises

▼ RAFIOT et Rassir

Vendargues,manade Hervas,courses camarguaises

▼ RAFIOT et Aliaga

Vendargues,manade Hervas,courses camarguaises

 

14/03/2015

MARSILLARGUES *HT NIVEAU AVENIR*

 marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise

La manade Vinuesa et les Pimparelles de Marsillargues
ont assuré capelado et remise des prix

Samedi 14 mars 2015 - Les 15 ans des manades Cyr et Vinuesa

Laos de Cyr déjà prêt !

 marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise

Le soleil généreux a laissé place à la pluie, mettant un frein mais pas un coup d’arrêt à la fête des deux anniversaires des manades Cyr et Vinuesa,     15 ans chacune. A mi-mars, les cocardiers n’ont pas encore le rythme mais Laos de Cyr, lui, est déjà bien fringant. Donc pour la manade Cyr, Laos impressionne et met de la difficulté, Lebrau en impose mais manque de pétard et Wagram passe trop vite. Chez Vinuesa, Orage et Pavoun assurent le job et le tout jeune Greffier est encore très vert. Katif et Aliaga mènent la course. Les prix de la journée à Lebrau et Aliaga.

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaiseOrage (Vinuesa).- Ses ripostes sont meilleures quand il choisit de se placer côté café. Un premier qu’il faut forcer mais dont il faut toujours se méfier à l’arrivée. Entre retenue et réponses abouties, comme sur Auzolle après qui il bascule.
► Photo : après Auzolle sous les yeux de Renaud vinuesa.
Il ne veut plus jouer pour les dernières minutes et rentre une ficelle.
3 Carmen et retour.

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise◄ Photo avec Ziko
Laos (Cyr).- D’entrée il impressionne par son calme, son placement et sa lecture du jeu. Attentif, sa vigilance n’est jamais prise en défaut et les tourneurs tenus à distance. Du coup, seuls Katif, Aliaga et Auzolle s’y mesureront. Anticipateur, rapide, il donne du fil à retordre et ne laissera sa cocarde à Katif qu’à la 14e minute après avoir lâché ses deux glands à Aliaga et la coupe à Auzolle. 3 Carmen et retour.

Wagram (Cyr).- Beaucoup plus mobile et avec moins de placement, sa générosité ne lui laisse que 5 minutes pour s’exprimer.

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaisePhoto Pavoun avec Aliaga
Pavoun
(Vinuesa).- De temps en temps il fugue mais une fois placé, ses poursuites ont de la puissance, il se montre plus vulnérable sur ses déplacements. Il augmente sa domination dans le troisième tiers de sa course, et entend le disque à de nombreuses reprises. Un quart d’heure inégal et une ficelle qui rentre en musique.

Lebrau (Cyr).- Sans trop se caler pour les premiers attributs,  ses réparties manquent d’assise. Aux ficelles, mieux positionné, ses répliques prennent de l’autorité avec quelques anticipations (Katif, Four). La pluie s’intensifie et la fatigue commence à se faire sentir chez les blancs.  Lebrau manque encore de jus en cette mi mars et de sollicitations mais rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaisePhoto Greffier et Four
Greffier (Vinuesa).- Tout jeune, tout vert, et beaucoup d’énergie à dépenser. Des sauts, de l’indiscipline, de l’inattention mais aussi quand il est intéressé une belle vitesse d’exécution. Séries conclues (3 Carmen) en accompagnant Four en conclusion (2 fois), des évasions pour deux ficelles qui rentrent en musique.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Entrée : ¾ d’arène. Organisation CT La Sounaïa. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Fougère, Jourdan, Katif. Gauchers : Alarcon, Aliaga, Four, Pinter. Tourneurs : Estève, Khaled, Fouque, Garcia.

▼ LEBRAU - Aliaga

 

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise

 

 

marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise

▲ Les Pimparelles de Marsillargues

▼ Les prix

 marsillargues,cyr,vinuesa,course camarguaise

***********************