Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/03/2012

PELISSANNE - OUVERTURE DE LA TEMPORADA

Dimanche 18 Mars 2012.

UNE MÉTÉO CAPRICIEUSE

 Pélissanne 18 03 008.jpg

▲ Yoan Pradier très efficace à la tête de Youri (Cuillé)

Entrée: Une centaine Organisateur: Sté Taurine Présidence: J Perrin Droitiers: Grammatico, Imbert, D Martinez, Pradier. Gauchers: El Hajjouji, Marquis, Ricci, Thierry. Tourneurs: Duran (rentre au 2nd), Patou.

Les prévisions météo n’étaient pas rassurantes mais à la sortie du premier taureau les bénévoles de la société taurine étaient optimistes malgré le ciel menaçant. Tels les gaulois, ils imploraient les dieux de la météo espérant que le ciel ne leur tombe pas sur la tête. Hélas la course n’ira pas à son terme. Pourtant les hommes avaient mis du rythme avec Grammatico affûté et Pradier très à l’aise pour sa première. Côté taureaux, LOU SAUNIE (Blanc) ouvre les débats avec rigueur même s’il lâche rapidement ses rubans. Il décolle au burladéro avec Fouad et devient plus compliqué aux ficelles. Sous la pression, il se bonifie et honore une belle série. Il mérite plus de pression et rentre ses ficelles en musique avec 3 Carmen. Vaillant, YOURI (Cuillé) qui remplace Givalon boiteux se donne volontiers des deux côtés avec en prime un bon placement. Il ne refuse rien mais ne pousse pas toujours ses actions. Il se jette volontiers dans la bagarre avec deux grosses accélérations sur Fouad et Imbert mais la pluie interrompt sa course au terme de douze minutes plaisantes. 3 Carmen et retour. Il fallait se résoudre à quitter les gradins pour rejoindre les abris avant que l’insistance des précipitations n’oblige les organisateurs à annuler. Dommage pour les bénévoles qui y croyaient fermement. L’eau denrée rare depuis de longs mois faisait capoter l’ouverture de la temporada locale. Dieu que le ciel est capricieux. Un caprice loin d’entamer le moral des bénévoles.

Pélissanne 18 03 002.jpg

▲ Lou Saunié (Blanc) passe la tête après Thierry.

▼ Youri (Cuillé) serre de près El Hajjouji Fouad.

Pélissanne 18 03 009.jpg

Texte et photos Eric AUPHAN

Pélissanne 18 03 012.jpg

▲ Il fallut se résoudre à quitter les gradins au second taureau.....

30/11/2011

UZES

Course de solidarité


LES GENS DE BOUVINE ONT REPONDU PRESENTS

uzès,solidarité,david stampone,course camarguaise

Dernièrement, malgré un temps exécrable, 300 personnes sont passées au guichet pour cette course du cœur, ce qui a permis à Christiane Rougier, présidente du club taurin d’Uzès, de remettre, au final, un chèque de 2 250€ à la famille de David Stampone (membre du club taurin, grièvement blessé lors de l’explosion d’un four à Marcoule et soigné à Paris).
Moment émouvant en piste où beaucoup avaient les yeux embués de larmes.
A noter la présence des raseteurs : Matray, Sanchis, Favier et Hernandez qui ont raseté dans une piste à la limite du praticable, sous une pluie intermittente.
Aperçus sur les gradins : Villard, Fouad et de nombreux membres des clubs taurins, anciens et nouveaux. Les manadiers ont joué le jeu avec du bétail agréable. La présidente remercie tous ceux qui ont aidé à la réussite de cet après-midi : sponsors, manadiers, raseteurs, presse, etc. Pour la bonne cause, les aficionados ont démontré qu’on pouvait compter sur eux, ce qui met du baume au cœur par les temps qui courent.

 

uzès,solidarité,david stampone,course camarguaise


Texte et photos
REMY

16/11/2011

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER : LIGUE

Mercredi 16 novembre 2011 : XXIXe finale des courses de tau Marcel-Mailhan

SAGES COMME DES IMAGES

 les saintes-maries-de-la-mer,finale courses de tau,course camarguaise

 Les Lauréats de la 29e Finale des taù

Public gentiment installé, soleil juste comme il faut, raseteurs raisonnables, étalons obligeants, président affable, pena atone, remise des prix gentillette... une brise de "politiquement correct" a voleté sur les Saintes-Maries pour cette finale des étalons.
Un manque flagrant d'originalité, de fantaisie,  de brillance, d'inattendu, de fougue mêlée de naïveté qu'on aurait pu attendre de taureaux jeunes, étalons de surcroît, et de raseteurs en début de carrière.  C'est comme ça ! Donc une après-midi aimable et tranquille ne remettant en rien en cause la belle histoire des courses d'étalons et l'investissement du Parc naturel régional de Camargue depuis 29 ans. Pas plus que le plaisir de passer la journée aux Saintes.

les saintes-maries-de-la-mer,finale courses de tau,course camarguaiseAvec Thibaud Servière - N.614 de Guillierme: beaucoup de moral dans de multiples séries, quelques belles enfermées et accélérations. Franchise et vaillance. 8 minutes. 2 Carmen et retour.
N.830 du Pantaï : D'entrée attentif et belliqueux, bien placé, rigoureux, les blancs ne lui sautent pas dessus. Avec un peu moins de jus ensuite, se montre classique. La 2e ficelle part sur le gong. Rentre avec la musique.
N.894 des Baumelles : Physiquement, il en impose mais gère avec calme. Le plus : sa belle anticipation au départ de l'action. 8'30, 1 Carmen et retour.
les saintes-maries-de-la-mer,finale courses de tau,course camarguaiseN.821 de L'Amarée ► avec Lucas Faure : le meilleur de la première partie. Fait le macho, s'amuse avec les planches. Méchant, il en impose et reste de longues minutes au chômage. Se fait "calmer" par les premiers rasets, mais passe dangereusement la corne après Sabot. Bien positionné, s'engage puissamment sur Sabot, se cabre sur Gaillardet et finit fort par une belle série. Rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

N.703 de Martini : Imposant, il chasse, serre Belgourari mais navigue beaucoup. A son rythme, il prend les enchaînements, se dresse après Gaillardet. Sans difficulté majeure, reste disponible. 7 minutes, rentre en silence.
N.893 de Saint-Pierre : Craint pour ses envolées, il surveille tout et saute sans prévenir. Pas assez raseté et sans trop d'envie en ce jour - mais la versatilité n'est-elle pas l'apanage des étalons? -  il déçoit malgré une belle action sur Belgourari. Rentre un gland sans musique.
N.711 de Pierre Aubanel : petit gabarit qui sort tout frétillant. En fait un gros naïf, sans trop de moyens physiques qui accompagne au petit trot et lâche la sortie du raset. 7'30 en silence.
N.841 de Raynaud : le long des planches, il impressionne par sa froideur et son agressivité. Prend les cites avec détermination. Sabot, crochet coincé sur le frontal, lambine, la réplique est cinglante, l'étalon envoie la corne dans un beau coup de barrière,  frôlant le raseteur. Miraculeusement sans mal. Mais Sabot prend la mouche et, enfin, emballe la course, débridant le public. Il embarque le Raynaud qui, à plusieurs reprises, le gratifie de beaux engagements percutants. Enfin un peu de panache et d'estrambord. Et "Carmen" se lâche à sept reprises. Une ficelle rentre.

MARTINE ALIAGA
(Photos ERIC AUPHAN et MALI)

LES PRIX
Meilleur tau de la finale : le Raynaud. 2e, celui de l'Amarée. 3e, le Guillierme.
Meilleur raseteur : Faure. 2e, Belgourari. 3e, Gaillardet.

EN PISTE : à droite, Faure, Roig, Sabot, Belgourari ; à gauche, Servière, Gaillardet, Sanchez ; tourneurs : Franc, Arnel.
ENTREE : pratiquement plein.
PRESIDENT DE COURSE : Bruno Pascal.

Petite question, entendue dans la public : pourquoi Lucas Faure, raseteur de l'Avenir, et Marc Sanchez du groupe 2, au demeurant très corrects, étaient alignés pour cette course de Ligue ?

*****************************************************************

L'action du 841 de la manade Raynaud sur Benjamin Sabot

 les saintes-maries-de-la-mer,finale courses de tau,course camarguaise

les saintes-maries-de-la-mer,finale courses de tau,course camarguaise

les saintes-maries-de-la-mer,finale courses de tau,course camarguaise

les saintes-maries-de-la-mer,finale courses de tau,course camarguaise

************************************************************************

Une anticipation du tau des Baumelles sur Gaillardet

les saintes-maries-de-la-mer,finale courses de tau,course camarguaise

▼ Belgourari avec le tau du Pantaï

les saintes-maries-de-la-mer,finale courses de tau,course camarguaise

*************************************


  

14/11/2011

GALLARGUES-LE-MONTUEUX

Dimanche 13 novembre 2011

AU SOLEIL DE LA SAINT-MARTIN

gallargues-le-montueux,la saint-martin,course camarguaiseA croire qu'il y a un micro climat à Gallargues où pas une des quatre courses prévues pour la Saint-Martin n'a été annulée. Depuis jeudi 10 novembre, deux ligues, la complète de Guillierme et le concours de manades, dimanche en cloture. De l'avis des spectateurs fidèles à ces curieuses arènes perchées en haut du village, la course du vendredi des espoirs de Fanfonne a été la plus enthousiasmante, le retour de Rémi Guyon en prime.

Dimanche, le comité des fêtes sous un soleil éclatant et dans des arènes archi-combles avait programmé un concours Raynaud, Lagarde, Aubanel-Baroncelli. Devant un public très conciliant, pour le dernier rendez-vous "en pointes" de la saison, les acteurs blancs et noirs ont été très moyens avec un mélange de cocardiers d'âge certain et quelques jeunots dont Vosgien (6e d'Aubanel, 6 ans) le plus intéressant. Chez les blancs, Errik le plus présent, Matray le plus adroit, Bruschet, Chig, Gougeon par moments, Aliaga de belles actions surtout en 2e partie. Le 4e souvenir Alain-Crouzet est pour Matray et Vosgien, Gougeon est aussi récompensé.

 gallargues-le-montueux,la saint-martin,course camarguaise

Vosgien d'Aubanel et Errik le plus beau coup de barrière de l'après-midi

Théo (Aubanel, 10 ans). Il adopte vite les angles dont il sort méchamment. Des rasets courts et des poursuites sèches pour un premier rigoureux qui rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.
Cancarel (Raynaud, 11 ans). Promène et se laisse plumer en 6 minutes.
gallargues-le-montueux,la saint-martin,course camarguaise◄ Calagan (Photo avec Aliaga) (Lagarde, 6 ans). Au début se fait piéger, sans trouver sa place. Petit à petit par quelques sorties appuyées, il se fait davantage respecter. Placé au toril et sélectif, pose problème en obligeant les blancs à calculer. Garde ses ficelles et rentre en silence (?)

gallargues-le-montueux,la saint-martin,course camarguaiseCapucin (Lagarde, 12 ans). (► Photo avec Matray) Occupe toute la piste et se montre offensif. Se dresse sur Aliaga et participe bravement aux enchaînements. Subit une grosse série pour une première ficelle très convoitée qui finalement part dans le crochet de Matray. Il rentre l'autre en musique (+ 2 Carmen en cours).
Jubilé (Raynaud, 4 ans). Un jeune élément un peu perdu mais bien cité qui raccompagne vigoureusement. Brouillon et pas aidé par les hommes, il lâche par moments la trajectoire mais bien emmené par Errik, il se jette. Plus appliqué, participe à de bonnes séries qu'il peut conclure (Matray). 10 minutes. 2 Carmen et retour.
Vosgien (Aubanel, 6 ans). Plein de sang, il s'évade parfois. Mais quand il s'intéresse, ses conclusions sont rageuses aux planches (aliaga, Allam, Errik). Au fil de la course, il gagne en application et ne laisse rien sans réponse par des ripostes pleines de fougue. Un très bon final. Garde ss ficelles avec 7 Carmen plus retour.

MARTINE ALIAGA
Photos MALI et CHRISTIAN ITIER


01/11/2011

EYRAGUES *COURSE DE LA TOUSSAINT*

Mardi 1er Novembre 2011

AMADÉUS LE VIRTUOSE NOIR

 Eyragues 01 11 056.jpg

 ▲ Amadéus (Lautier) et Romain Bruschet.

Entrée: ½. Organisateur: CT La Bourgine Présidence: P Pancin Droitiers: Bruschet, Chig, D Maurel. Gauchers: Coulomb, Favier, Lafare. Tourneurs: Cuallado, Dumas, Duran, Ranc.

La météo clémente permet à ce concours de manades d’aller au terme juste avant que le ciel se déchire et laisse tomber ses grosses gouttes. La course bien commencée par Tastaïre prend du volume après l’entracte avec la grosse performance d’Amadéus (prix du meilleur taureau). Bagna méchant et agressif apporte l’émotion avec Favier. Maxime (qui rasète malgré deux plaies ouvertes au tibia et sous le genou) est aux avant postes avec Romain Bruschet. Tous les deux sont associés pour le prix du meilleur animateur. Les autres apportent tous un précieux concours et sont associés verbalement par Pierre Pancin lors de la remise des prix en piste.

Attentif, TASTAÏRE (Caillan) met de l’envie dans les séries. Il fait voler les planches et met les hommes en danger avec ses longues cornes qui créent une difficulté supplémentaire. Un premier difficile qui conserve brillamment ses glands. 3 Carmen et rentrée. Franc sur le raset, CHENEBIER (Cavallini) percute sur Lafare, Bruschet et Favier mais à mi-course il devient moins volontaire et tient le centre. Une grosse enfermée sur Lafare ponctuée par un coup de barrière et le taureau se blesse à la patte et réintègre le toril après douze minutes trente. 4 Carmen et rentrée. Leste, VINCENT (Félix) se retourne avec vélocité pour prendre les reprises. Il coupe le terrain et fait avorter des tentatives. Il se place de mieux en mieux, s’implique dans les séries et pointe parfois les cornes mais s’incline sur le fil. 4 Carmen et retour.

Cocardier, GAFFET (Aubanel-Baroncelli) se donne et passe la tête aux planches. Combatif, il est volontaire dans les séries et perd des forces dans les séries pour défendre ses ficelles. Maurel le rasète à la perfection et les autres dans l’esprit. Il conserve une ficelle. 3 Carmen et rentrée. Sur l’attaque de Bruschet, AMADÉUS (Lautier) concède la coupe de la cocarde. Une grosse série plus tard il concède ses attributs. Trois minutes et il défend ses ficelles non sans créer la difficulté. Aux ficelles il enferme Bruschet, tape sur Favier et de son placement près des planches contrôle les hommes avec un super Bruschet. Les ficelles sont inaccessibles. 7 Carmen et rentrée. S’il se livre et passe la tête parfois au dessus des bois, LIQUIS (St Pierre) tient les planches et aux ficelles manquera de pression pour extérioriser ses qualités. Les hommes commencent à fatiguer et sa fin de course est décousue. 2 Carmen et retour. Précédé d’une réputation de bagarreur, BAGNA (Cuillé) déboule alors que le jour tombe. Le premier raset de Favier intervient seulement à la cinquième et se termine par un coup de barrière. Maxime récidive à la sixième, septième et huitième (coupe cocarde) avec la même arrivée. Bruschet prend le gland et Maurel la cocarde. Le taureau en veut et Favier essuie encore une virulente conclusion à la neuvième. Une minute trente plus tard il décolle aux tubes toujours derrière Favier. Maxime au bout de l’effort lève le second gland sous l’ovation à la treizième. Des Carmen pour un taureau à suivre la saison prochaine……

Eyragues 01 11 003.jpg

▲ Tastaïre (Caillan) serre Maxime Favier.

▼ Chenebier (Cavallini) et Jérémy Lafare.

Eyragues 01 11 015.jpg

Eyragues 01 11 017.jpg

▲ Vincent (Félix) pointe les cornes après David Maurel.

Texte et photos Eric AUPHAN

30/10/2011

LUNEL *28e FINALE DU TROPHEE PESCALUNE*

Dimanche 30 octobre 2011

GARLAN ET ADIL BENAFITOU SUR LA SAISON

 lunel,trophée pescalune,garlan,courses camarguaises

▲ Adil et Garlan

A Guépard le prix du cocardier de la course oui mais Sparagus alors ?

Entrée : 9/10e d’arène. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Chekade, Moutet, Outarka, Villard (sort au 5e). Gauchers : A. Benafitou, Errik, Ferriol, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Benzegh, Bensalah, G. Rado, Baccou, Kerfouche.

Sous le soleil, la finale du Trophée Pescalune a offert de belles raisons de se réjouir, d’abord l’affluence dans les gradins, puis la variété et la difficulté qu’ont amené la plupart des cocardiers. Et la belle implication des blancs notamment Moutet, Chekade, Errik, Poujol, Outarka. Notons la large victoire d’Adil Benafitou (62 points). Garlan s’octroie le prix, à juste titre, sur la saison, mais s’il fallait un prix à Guépard pour sa dangerosité aux planches, il eût été de bonne foi qu’il le partage avec Sparagus, auteur d’un quart d’heure de haute tenue.
Géricault (Chauvet).- 11 minutes solides pour ce bagarreur de première. Même s’il offre ses premiers attributs, il mène aux ficelles de grosses offensives tapantes sur Villard, Chekade, Benafitou, Poujol. 6 Carmen et retour.
Aiglon (Occitane).- Il faut le défier, l’intéresser alors les ripostes sont puissantes. Volontiers promeneur mais quand les cites sont suffisamment engagés, il balance tout son gabarit et explose méchamment aux planches (Chekade, A. Benafitou, Outarka). Pas assez secoué, rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.
Mérou (Saumade).- Sans difficulté mais avec grand cœur il se livre dans de chaudes séries et conclusions barricadières sur Errik, Poujol (2), A. Benafitou (3), Chekade. 8 minutes pour autant de Carmen.
Garlan (Les Baumelles).- Vigilant, cul aux planches, il aligne les blancs à gauche et à droite. Arrêté, il fait avorter nombre de départs et s’il est abordable une fois pris dans les séries, il fait la différence sur ses anticipations compliquant parfois le tout d’un coup de revers. Moutet se fait prendre de vitesse et traverse toute la piste, dangereusement pointé par les cornes. Une ficelle rentre au terme d’un quart d’heure convaincant. 8 Carmen et retour.

lunel,trophée pescalune,garlan,courses camarguaiseslunel,trophée pescalune,garlan,courses camarguaises▲Moutet en danger surpris par la vitesse de l'enfermée de Garlan

Sparagus (Janin).- Du jus, du placement, de l’envie dans des poursuites qui peuvent se faire pressantes jusqu’aux planches. Se livre sur un train d’enfer, les séries s’enchaînent, une belle longueur avec Adil Benafitou, dangereux sur Outarka. Enferme magnifiquement Poujol, pleine piste, et se cabre pour l’attraper. Ça calme les troupes ! Il défend 5 minutes sa 2e ficelle que Poujol s’octroie, sur la sonnerie, au terme d’un long raset. 5 Carmen et retour.

lunel,trophée pescalune,garlan,courses camarguaiseslunel,trophée pescalune,garlan,courses camarguaises




▲Superbe enfermée de Sparagus qui redouble et se cabre sentant Hadrien Poujol à sa portée

lunel,trophée pescalune,garlan,courses camarguaisesGuépard (Cuillé).- Chasse le long des planches. Quand il se place, le premier raset est compliqué, Guépard s’engage à fond, mais il peut perdre pied dans les séries. Il se rattrape par de criminelles conclusions (4) la corne en embuscade. Quelques belles anticipations et Chekade lève la 2e ficelle presque au terme. 6 Carmen et retour.

► Quand le Guépard retrouve son sens de la domination et sort ses griffes à la planche, ici sur Chekade.

Sylverado (Saint-Gabriel, 10 minutes en supplément).- Pour son entrée dans le grand monde, Sylverado, 6 ans, impressionne par ses qualités cocardières et son dangereux jusqu’au-boutisme aux planches. De superbes enchaînements rythmés et les ficelles qui rentrent. Bravo ! 7 Carmen et retour.

 
MARTINE ALIAGA
CHRISTIAN ITIER et LUC PERO

 

lunel,trophée pescalune,garlan,courses camarguaises1er Adil Benafitou, 62 points. 2e Amine Chekade, 46 (après une remontée de 22 points). 3e Damien Moutet, 41.
Meilleur taureau de la saison : Garlan des Baumelles.
Meilleur taureau de la finale : Guépard de Cuillé.
Prix aux bayles des deux manades.
Bouquet aux représentants des manades participantes.
Coup de coeur à Janny Valat.
A la capelado, avec le Velout Pescaune, la pena Mithra et les gardians, Jeannot, Iris et Naïs, tous à cheval sont honorés pour les 30 ans de la manade et leur implication dans la vie lunelloise. Naïs reçoit le bouquet d'un petit gardianou blondinet prénommé Roman cher aux familles Gehin et Moucadel.

◄ "Le pêcheur de lune" de l'artiste Ben K

 

lunel,trophée pescalune,garlan,courses camarguaises

*******************************************************


CAVAILLON *COURSE AVENIR*

Dimanche 30 Octobre 2011

UN LASCAR QUI FAIT LA LOI…

 Cavaillon 30 10 113.jpg

▲ Lascar (Richebois) sur Jérôme Martin.

 Entrée : 220 Organisateur: CTPR Cavaillonnais Présidence: F Fassi Droitiers: Benoît, Faure, D Maurel. Gauchers: Coulomb, Favier, Martin. Tourneurs: Cuallado, Patou, Ranc, Zerti.

La clôture de la temporada se fait sous le soleil avec une bonne petite course. Tous les noirs reçoivent Carmen au retour. Galoubet à du coffre, Roussillon est très compliqué, Escamillo est spectaculaire mais en dessous, Lascar impose sa loi. Les blancs travaillent en équipe soudés avec les tourneurs.

GALOUBET (Gros) compose sa partition près des planches. Il se déplace, évite la pression et tambourine une dizaine de fois après les droitiers. Spectaculaire malgré quelques refus, il fait un bon premier et cède une ficelle sur la sonnerie. 6 Carmen. Souvent en mouvement, ROUSSILLON (Plo) se jette fort sur les gauchers Martin et Favier sans négliger les droitiers. Pas spectaculaire mais vaillant au possible ses cornes sont toujours à l’affût à l’arrivée. Classique, combatif et tonique sur les séries, il conserve ses ficelles. 6 Carmen. Sobre mais efficace, BRUN (Le Rhône) se donne dans les séries. Le plus dur c’est d’aller à la tête. Treize minutes sans grosse pression. Elle aurait été bénéfique. 3 Carmen.

Attendu, ESCAMILLO (Raynaud) est en dessous de ses précédentes prestations. Cinq minutes qu’il défend déjà sa seconde ficelle tout en percutant aux planches. En mode diesel, il s’explose de plus en plus fort à une dizaine de reprises mais onze minutes trente suffisent. 8 Carmen. Franc, BRACO (Saumade) se donne sans difficulté. Avec une bonne tenue de piste, il se chauffe au fil des rasets. Il s’incline à la dernière minute d’une course sans coup d’éclat. 1 Carmen. Imposant, LASCAR (Richebois) a du punch, se place et attend. Il fait la loi et raseté au compte goutte s’ennuie. Les blancs s’enhardissent et le bioù démontre de l’agressivité sur des sauts ou des arrivées cornes menaçantes comme avec Benoît sur le final, obligé de se jeter tête contre le mur dans le pourtour. Le premier gland sur la sonnerie pour Faure. Ouf. 2 Carmen……

Cavaillon 30 10 005.jpg

▲ Galoubet (Gros) dans une grande action après Faure.

▼ Roussillon (Plo) anticipe Maxime Favier.

Cavaillon 30 10 030.jpg

Cavaillon 30 10 088.jpg

▲ Escamillo (Raynaud) et David Maurel

***************************************************************

L'action de Lascar (Richebois) avec Joseph Benoît

Cavaillon 30 10 126.jpg

Cavaillon 30 10 127.jpg

Cavaillon 30 10 128.jpg

Cavaillon 30 10 129.jpg

 *********************************************************************** 

Texte et photos Eric AUPHAN

NOVES *CLOTURE DE LA SAISON*

Samedi 29 Octobre 2011

TOSCAN ET BENDOR, LA JOLI PAIRE…

 Noves 29 10 072.jpg

 ▲ Toscan (Chauvet) et Favier  à l'unisson.

Entrée: ½ Organisateur: CT L’Encierro Présidence: N Beltri Droitiers: Faure, Gros, Villard. Gauchers: Allam, Favier, Fouad, Lafare. Tourneurs: Baccou, Cuallado, Dumas.

Le club taurin local tire le rideau d’une belle manière avec des taureaux et des hommes décidés. Bendor pour la difficulté, Toscan pour le panache, Mandarin pour le sérieux et Figaro pour le spectaculaire. Lou Barri et Adès ne déméritent pas mais sont un peu en dessous. Villard et Favier sont les meneurs et Gros amène son expérience. Présidence solide de Nicolas Beltri qui passe comme une lettre à la poste.

Fuyard, LOU BARRI (La Galère) se barre en contre piste le temps des rubans. Aux ficelles, s’il donne la tête sans difficulté, il se reprend et enferme Fouad sévèrement. Calé, il prend deux séries en musique et conserve une ficelle mais termine éprouvé. 3 Carmen et retour. Aux rubans, FIGARO (Bon) n’est pas à la noce. D’une grande disponibilité, il passe le poitrail aux planches et s’avère de plus en plus spectaculaire avec des sauts après les hommes et une frayeur pour Dumas qui se glisse dans le burladéro à temps. Il aurait mérité plus de travail arrêté. Presque dix minutes. 5 Carmen et rentrée. Par Confucius, MANDARIN (Cuillé) est vif et pointe les cornes à l’arrivée. Sérieux dans le placement, il utilise les angles et défend intelligemment ses ficelles. Il perd la première à la dernière minute et la seconde sur la sonnerie après un joli combat rehaussé par les rasets courts de Gros. 6 Carmen et retour.

Calme, BENDOR (Ricard) est efficace et rend l’approche difficile. Craint, ses réactions tête dans les planches sont virulentes mais les blancs ne baissent pas les bras. Favier (coupe cocarde, un gland et l’unique ficelle) s’illustre. Avec treize minutes trente très sérieuses, il peut passer au niveau supérieur. 8 Carmen dont rentrée. D’entrée TOSCAN (Chauvet) se dresse après Faure. Avec beaucoup d’agressivité il réalise une douzaine d’actions puissantes notamment après Favier deux fois en danger. Même s’il saute seul et se reprend il a du placement et offre un final tonique aux planches où la corne est un danger permanent. 9 Carmen et retour. Fla, ADES (Fabre-Mailhan) défend ses ficelles après une minute vingt. Pas dans le tempo, il se reprend grâce aux rasets engagés de Romain Gros après qui il reste en bascule, met les pieds sur l’estribo et saute (2). Plus concentré, il termine mieux ses onze minutes trente avec un formidable saut après la sonnerie sur Villard insatiable qui frôle l’accrochage. 5 Carmen et rentrée……

Noves 29 10 047.jpg

Bendor (Ricard) agressif aux planches sur Villard.

Texte et photos Eric AUPHAN

26/10/2011

MIRACLE A MONTFRIN

Dimanche 23 octobre 2011

Le portier des arènes en danger avec Juvénal de Nicollin

Mont1.JPG

 

MONT2.JPG

MONT4B.jpg

MONT5B.jpg

MONT6B.jpg

MONT7B.jpg

MONT8B.jpg

Ouf plus de peur que de mal...

Photos LAURENT SONZOGNI

*******************************

23/10/2011

CABANNES *26ème COUPE DES PETITS MANADIERS*

Dimanche 23 Octobre 2011

SISKO S’IMPOSE ET MARTIN RÉCIDIVE....

 Cabannes 23 10 105.jpg

 ▲ Les deux vainqueurs du jour, Sisko et Jérome Martin

Entrée: ½. Organisateur: CT Lou Prouvenco. Présidence: J Faure. Droitiers: Chig, Martinez, Moine, Sabatier. Gauchers: Allam, Coulomb, Lafare, Martin. Tourneurs: Dumas, Lieballe, Martinez, Zerti.

La 26ème coupe des petits manadiers revient à Sisko de la manade Agu devant Badaïre de St Germain déjà vainqueur l’an dernier. Martin meilleur animateur récidive mais le valeureux Chig pouvait aussi largement y prétendre. Allam est très actif aussi. Jacky Faure généreux avec les primes assure un sans faute. La remise des prix est orchestrée par Georges Tarascon toujours aussi volubile qui remet le coup de cœur à Jérémy Lafare (pas dans le coup aujourd’hui) pour ses victoires au Trophée des Raseteurs et au Trophée San Juan.

Volontaire, LUDO (Chaballier) envoie les cornes à la rencontre et serre Martin. Aux ficelles, il ne se désuni pas, appuie quelques poursuites et rentre une ficelle après une bonne résistance. 4 Carmen et retour. Cocardier, BADAÏRE (St Germain) tient les planches. Il enferme Martin et tape après Chig. Il ne se laisse pas manipuler par les tourneurs et fait rompre Moine. Ce dernier lève le second gland à la onzième. Aux ficelles on ne se bouscule pas. Il les rentre intactes. 3 Carmen et rentrée. Mobile, ZEUS (Brestalou) voit les dieux du ciel blanc lui tomber sur les cornes. Les séries de reprises s’enchaînent et les Carmen aussi. De la bravoure dans treize minutes intenses sans difficulté. 6 Carmen et retour.

Imposant, PIERROUNET (Richebois) inspire une crainte de polichinelle aux blancs. Il saute sur Allam, frappe après Martin et s’explose derrière Chig. Les hommes s’enhardissent et le bioù offre une paire d’actions parfois avec saut sur Chig, Lafare et Martin (2). S’il conserve ses ficelles, dommage qu’il se désunisse à la fin et manque de tenue de piste. 2 Carmen et rentrée. Vif mais surpris aux rubans, PLATELÉ (Allard) subit la bourre puis se reprend. Il ne lache pas le combat, prend les séries, conclut sur Allam et Chig et se déplace tactiquement. Beaux rasets de Chig et grosse pression pour la première ficelle que lève Martinez peu avant le terme. L’autre au toril avec 7 Carmen. Véloce, SISKO (Agu) à du jus dans les pattes. Ses poursuites sont rapides et sur les déplacements il enferme les gauchers Allam et surtout Martin en gros danger. Chig lui fait accomplir ses plus belles actions et Moine n’est pas en reste. Sa course va à mas car il surveille les départs. Les ficelles restent sur les cornes avec 8 Carmen et retour. LINO (Layalle) tisse une toile perméable aux rubans levés en moins d’une minute. Sa tenue de piste n’est pas infaillible mais son moral est intéressant. Volontaire et combatif, il s’approche des planches et termine avec une demi-douzaine d’engagements aux bois. Peu habitué aux joutes, il subit la bourre pour la première ficelle mais montre du caractère. 6 Carmen et rentrée.

Cabannes 23 10 098.jpg

▲ Sisko (Agu) et le valeureux Chig.

Cabannes 23 10 140.jpg

Texte et photos Eric AUPHAN

VENDARGUES *9e Trophée Roger-Itier*


Dimanche 23 octobre 2011

ANGELO - DUBONNET - TASSOU - CAMERONE
QUE DU BON

 vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise

▲ Dubonnet - Poujol

Il n’y a guère eu que le temps, à Vendargues, hier, pour être chagrin. Car en piste, après une première partie très correcte, la seconde a réchauffé les coeurs.
La grosse équipe de raseteurs a parfois trop pesé sur certains taureaux, en contrepartie il n’y a pas eu  de temps morts et les meilleurs ont combattu et brillé.
Gregau (Saumade) fait un très bon premier. Surpris d’entrée puis faisant face aux assauts avec de belles ripostes et/ou finitions (Chekade, Allouani, Carmen). 8 minutes 30 solides face à une équipe de blancs déterminée.
Pluvié (Nicollin).- Acculé aux planches, il défend ses premiers attributs dans un tout petit périmètre. Au fur et à mesure, gère et sort de l’emprise tout en restant brave et disponible pour de belles séries (Carmen). Défend sa 2e ficelle de la 3e à la 13e minute, de belle manière. Les honneurs au retour.
vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaiseAvec Aliaga. Pavoun (Vinuesa).- Avec du jus, il se livre le long des planches et tire de belles longueurs après Outarka, Poujol (Carmen), bascule après Aliaga. Très sollicité, il subit un peu mais donne de bonnes réactions sur Erik, Poujol (Carmen). 10 minutes trente agréables et retour en musique.
Angelo (Aubanel).- D’entrée affiche un caractère autoritaire, il fait du large et calibre les blancs de chaque côté des planches. Chacun sa place. Raccompagne puissamment  Allouani, et bien calé dicte  sa loi. Offensif sur Outarka, change de terrain, demande de l’engagement, anticipe Poujol, conclut sur Chekade droit devant, Poujol encore. Une prestation haut de gamme avec 6 Carmen et retour avec ses ficelles.
Dubonnet (Ricard).- Un gros gabarit qui se jette aux trousses des blancs, toujours en mouvement. Une multitude de gros coups aux planches après Ouffe, Poujol, Errik, Aliaga, Chekade, énorme  encore sur Poujol. Et la 2e ficelle presque au terme du temps dans le crochet de Chekade. Une très bonne course saluée par un concerto de Carmen.
Tassou (Cuillé).- Offensif d’entrée, remuant, se fait avoir sur ses déplacements puis corse l’addition en forçant sur Poujol. Une fois arrêté, il fait réfléchir et Aliaga s’essaie au grand frisson, Tassou aux trousses. Hadrien se fait raccompagner méchamment. Tassou accepte une longue série et perd un peu de vigueur au vire-vire mais termine superbement après Poujol, à la 11e. Ses deux ficelles dans le crochet du gaucher. 5 Carmen et retour.
Le jeune Camerone de Paulin attaque par une longue enfermée après Allouani, un coup de barrière sur le même, et une deuxième superbe enfermée sur Chekade. Belles qualités de placement, et concluant dans les poursuites. Volontaire avec du cœur pour des finitions intenses aux planches (Chekade, Outarka, Errik, Aliaga, Poujol). Sans refus pour dix très belles minutes. 5 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

 

vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise

▲ Angelo - Chekade

▼ Dubonnet - Ouffe

vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise

vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise

▲ Tassou - Poujol

▼ Camerone - Allouani

vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise


LES PRIX DE LA MULETA
Sur la saison, prix Trophée Roger-Itier, à DUBONNET de Ricard.
Sur la course à ANGELO d’Aubanel.
Raseteur de la course :  Hadrien Poujol.
Souvenir Eugène-Cammal aux deux meilleurs espoirs de la saison :
CHAMBAO et PELICAN de la manade Bon.

vendargues,souvenir roger-itier,angelo,dubonnet,hadrien poujol,course camarguaise

▲ La grande famille du CT La Muleta et les récompensés de la journée.

************************************


BEAUCAIRE

 Samedi 22 octobre 2011

 JUBILE DE KHALED :
LE PLEIN DE SOUVENIRS POUR INES ET SAMY

beaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaises

Présents de la capelado à la remise des cadeaux, ils ont tout juste lâché leur père le temps de la course. Inès et Samy gareront au cœur le bel élan fédérateur qu’à suscité Khaled, très entouré, pour marquer la fin de sa carrière de raseteur. Il y a des souvenirs qui construisent des vies, ceux de ce samedi 22 octobre, en feront partie. Car toute la famille – les familles – de la course camarguaise s’est déplacée aux arènes pour fêter Khaled Bari, ce raseteur à part, unanimement apprécié, homme réservé et attachant, respectueux de tous et de ce fait respecté.

Et pour participer à cette fête, orchestrée par le Services des affaires taurines beaucairois, une cinquantaine de raseteurs, des anciens aux tout jeunes, la capelado a déroulé toutes les générations, les gardians de Vinuesa, Blanc, Fabre-Mailhan, l’Amicale équestre de la Montagnette, les Arlésiennes, cinq présidents de course, le fan club de Saliers, les amis de Saint-Gilles, de Beaucaire, nombre d’afeciouna, de représentants de clubs taurins qui ont tous un jour ou l’autre apprécié le raset de Khaled, son respect des taureaux et des autres acteurs de la piste.

 beaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaises

 ▲ Une belle brochette de présidents de course.

beaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaisesbeaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaises◄► Stéphane Marignan (à gauche) et Obi Ménargues (à droite)

Pour ouvrir les festivités, les deux cocardiers emboulés de la manade Vinuesa – Sangar et Chamaco – ont pu apprécier la passion intacte des Boulaire, Triol, Guillaumenq, Marignan, Ménargues et autres G. Rado, Curtil, les plus présents.

 beaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaises

▲ Gérald Rado dans ses oeuvres à la barrière.

 En cornes nues, les As et Avenir se sont divisés en équipes et les taureaux n’ont pas manqué de sollicitations pour des prestations toutes émaillées de Carmen.

Saint-Gillois des Baumelles, cocardièrement au point, a pu dérouler nombre de séries. Aladin de Nicollin n’a pas chipoté et accepté tous les cites. Vulnérable loin des planches, plus autoritaire une fois placé dont une belle finition sur Chekade. Le jeune Bartaveu de Blanc a mis du cœur dans les poursuites avec de grosses poussées sur Moutet, Martin-Cocher, Grammatico. Toujours prêt, Banaru de Fabre-Mailhan s’est prêté vaillamment au jeu avec Chekade notamment. Quant à Honoré de Cuillé, avec ses cornes biscornues, un peu brouillon mais rapide dans ses interventions, il a offert de belles actions avec Chekade, Rey, Allam, main au frontal.

 beaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaises

 ▲ Bartaveu (Blanc) chaud devant avec Moutet.

Cocardier classique, Ibis de Félix a opposé une grande vaillance à un nombre incalculable de rasets auxquels il a répliqué sans faillir. A grande foulées, Astérix de Bon est resté disponible pour les enchaînements et les rasets engagés pour des conclusions aux planches (Outarka, Martin-Cocher, Auzolle, Allam). Quand le Muscat est tiré, il faut le boire… Pour Khaled ce sont les derniers rasets et le cocardier de Vinuesa met toute sa bonne volonté à collaborer tout comme les blancs. Voilà la dernière cocarde dans le crochet du gaucher sous l’ovation. Carmen

 

beaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaises


 beaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaises

 ▲ Le raset de Khaled avec Muscat la cocarde dans le crochet.

Les cadeaux et les témoignages d’amitié pleuvent, Khaled essaie d’exprimer toute son émotion : « Je suis tellement ému que je ne sais pas quoi dire… Il y a dix-huit ans quand j’ai commencé je ne connaissais personne, aujourd’hui j’ai plein d’amis … » Des remerciements, quelques larmes, des embrassades et puis le grand sourire… Khaled est heureux. Samy et Inès, à ses côtés, font le plein de souvenirs.

 

beaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaises

▲ Pour l'album souvenir, la photo de famille

  MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER - ERIC AUPHAN

*************************************************************

Rencontre avec Bari Khaled à l'issue du jubilé

 beaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaises

▲ Bari Khaled entouré de ses enfants à la capélado.

beaucaire,jubilé de khaled,courses camarguaisesAprès dix huit années de piste, Bari Khaled 38 ans a tiré sa révérence dans les arènes de Beaucaire grâce à son ami Morade. Sympathique, le gaucher en piste, droitier dans la vie a toujours été respectueux de la tenue blanche. Rencontre avec un raseteur aussi talentueux que discret et respecté de tous

Bari quel est le secret de ta longévité ? «C’est l’amour des taureaux et aussi le fait que je suis resté vert toute ma carrière. Mon hygiène de vie a aussi été très importante même si depuis deux ans je commence à prendre un peu plus de plaisir en dehors des taureaux».

Quelles sont les raisons de ton arrêt ? «Quand tu es raseteur tu dois être capable de raseter arrêté et physiquement je n’en suis plus capable. Sans ces rasets arrêtés je ne prends plus de plaisir, donc je préfère arrêter».

Au départ rien n’était prévu ? «C’est vraiment un accident car au départ je ne comptais absolument rien faire. Je pensais faire une journée chez Robert Ruiz de St Gilles à la manade l’Argentière puis finalement Morade m’a contacté au mois de mars et c’est parti de là».

Quels sont tes meilleurs Souvenirs ? «Il y en a beaucoup trop pour les énumérer. Je garde en mémoire le raset avec Rodin à Chateaurenard. C’est la première fois ou je suis parti à l’aventure mais je suis content de l’avoir fait. Ce raset restera gravé, je partirai avec».

Et les taureaux qui t’on marqué ? «Les gros taureaux tels Romain de Saumade, Auroch de Guillerme mais aussi Tristan de Saumade que j’ai connu des emboulés jusqu’à la fin de sa carrière. J’ai bien aimé Fournelet et Rascaillon de Blanc, Danton et Muscadet de Rouquette et surtout Michou des Baumelles qui me convenait très bien. Je ne peux en faire ressortir aucun car tous sont différents et j’ai pris du plaisir avec chacun. C’est l’essentiel».

Quel fut ton sentiment au moment de la capélado ? «Je me prépare depuis le mois de mars à ce moment. Tout s’est très bien passé mais je n’ai pu m’empêcher de pleurer à la fin. Ce sont sept mois de préparation pleins d’émotions. Je pense que je réaliserai vraiment l’an prochain quand je tournerai et que je verrai mes collègues raseter. Sortir mon crochet de mon sac la dernière fois c’était touchant».

Que vas-tu faire après la piste ? «Je vais beaucoup plus me consacrer à mes enfants. J’ai aussi mon élevage de chevaux camargue d’origine Jalabert créé depuis 2005. Je vais essayer de l’agrandir et de le pérenniser».

Propos recueillis par Eric AUPHAN

***********************

16/10/2011

LUNEL *REVELATIONS 2011 - SOUVENIR JEAN-CALVET*

Dimanche 16 octobre 2011

 
RABINO DE RAYNAUD AVEC MENTION

lunel,révélations 2011,rabino et chekade,courses camarguaises

 ▲ Amine Chekade, meilleur animateur, reçoit un bon tampon
de la Révélation 2011, Rabino

Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Outarka, Schuller, Chekade, Moutet. Gauchers : A. Benafitou, Ferriol, Ouffe. Tourneurs : Benzegh, Bensalah, Kerfouche, Lebrun, Bruno.

La grande piste de Lunel a joué son rôle sélectif et pesé sur les prestations des cocardiers du jour, candidats potentiels au plus haut niveau. La plupart y ont beaucoup navigué, certains se sont perdus. Après une première partie peu emballante, Bayador opère la sélection parmi les blancs, Méphisto passe comme une gourmandise, Rabino séduit et prend le prix, Jivago termine par quelques grosses conclusions. Pour une de ses premières participations, Schuller s’en sort bien, Adil Benafitou, Ouffe, Outarka se font remarquer et bien sûr Chekade le plus en vue. Le Souvenir Jean-Calvet récompense Rabino de Raynaud et Chekade.
Gédémus (Bon).- Des réactions par à coups pour ce cocardier aux “banes” XXL. Il répond présent pour deux longueurs de Chekade et A. Benafitou, se dresse sur Ouffe, Moutet, Chekade, mais calé, il se réserve parfois jusqu’au refus. Les ficelles rentrent en silence.
Sarghaon (Nicollin).- Navigue, se jette dans l’action (Schuller) qu’il peut abandonner. Trois ou quatre rasets à la volée, c’est tout ce que les hommes tireront de cet impénitent randonneur. Les ficelles rentrent.
Chouan (Lafon).- Ne tient pas longtemps en place et chasse mais jette toute sa volonté dans la bagarre. Des séries, de belles conclusions (Schuller, Benafitou, Allouani). Laisse un peu passer puis repart, décidé. Mais le rythme imposé sur la 2e ficelle ouverte lui est difficile et il s’incline à la 11e. 4 Carmen et retour.
Bayador (Les Baumelles).- Cherche sa place mais oblige les blancs à calculer car vigilant, son petit pas de côté, ferme la porte aux hommes. Bayador ne se laisse pas manœuvrer, les gauchers ne sont pas à la fête, et les droitiers vivement raccompagnés, conclusions droit devant aux planches. Chekade pour les plus belles actions, Outarka n’est pas en reste, Moutet. Rentre ses ficelles en musique, plus 4 Carmen en cours.
Méphisto (Saumade).- Brave partenaire avec beaucoup de cœur qui brille dans de nombreuses séries parfois conclues de belle manière en 9 minutes. 4 Carmen et retour.
Rabino (Raynaud).- Ce beau gabarit observe et fait agressivement du large. Flotte un peu dans la grande piste mais ses coups aux planches sont de grande envergure et dominateurs. Les plus engagés sont pour Schuller, Chekade, Outarka, Ouffe. Cocardier et finisseur, il défend son 2e gland jusqu’à la 5e et garde une ficelle. 5 Carmen et retour.
Jivago (Blatière-Bessac).- Visite longuement les lieux sans être sollicité. Conciliant sur le raset, il peut parfois lâcher mais quand il vient aux planches c’est pas du bidon ! De gros tampons sur Schuller, A. Benafitou, Ouffe, Outarka. Délaissé sur la fin, il reprend son vagabondage et garde ses ficelles. 4 Carmen et retour.

 


MARTINE ALIAGA
Photos BENJI
A voir d'autres photos
sur le site 
http://benjibiou.midiblogs.com

 

15/10/2011

VENDARGUES *2e journée des Révélations*

Samedi 15 octobre 2011

EXCELLENT CHOIX DE COCARDIERS

vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise

▲ Lou Batre - Allouani

Comme la semaine dernière pour la 1re journée des Révélations, le choix des cocardiers s’est avéré excellent tout au long de  cette 2e course. 6, 7, 8 ans pour ces taureaux qui auront une belle carte à jouer l’an prochain. Chez les raseteurs, bonne ambiance en piste où Julien Ouffe, Mathieu Schuller, Sabri Allouani, Lahcène Outarka montrent les meilleurs gestes, Fouad joue au kamikaze de service.
Lou Batre (Paulin, 7 ans) allie bon placement et déplacements opportuns. Beaucoup de volonté dans les poursuites où il se chauffe et peut conclure. Cocardier vaillant qui se fait respecter sans rien refuser. Conclut sur Schuller, se montre pressant sur Schuller, Fougère et ne lâche rien dans les séries rythmées finissant a mas avec ses ficelles. Très bonne entame. 5 Carmen et retour.

vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise

▲ Nîmois et Schuller

Nîmois (Briaux, 7 ans) se livre avec beaucoup d’envie et de rapidité et affectionne les longues trajectoires (Fouad, Allouani 2 fois, Alarcon). Mais les blancs pêchent par manque de synchronisation. Nîmois mérite mieux que ça.  Et il repart de bon cœur après Schuller, se soulève sur Sabri et Fougère. Allouani lève la 1re ficelle sur la sonnerie.7 Carmen et retour.
vendargues,2e journée des révélations,course camarguaiseHoratio (Cuillé, 7 ans) ne tient pas longtemps en place. Chasse et fait le ménage aux planches. Un peu brouillon mais tellement dominateur. D’autant qu’il peut sauter seul ou après l’homme. Schuller, Alarcon se font embarquer, Fouad poursuivre jusqu’aux tubes. Avec lui les enchaînements sont puissants. Conquérant, bagarreur et solide, il rentre se ficelles avec 2 Carmen et retour.

◄ Horatio et Caizergues


vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise► Arlaten et Schuller
Arlaten
(Fabre-Mailhan, 8 ans) conjugue la vaillance et l’anticipation des Mailhan. Arrêté, ils ne sont pas nombreux à le solliciter. Arlaten est vigilant, peut sauter et, pour le fun, revenir en piste tout seul. Abordable dans les séries qu’il honore à tout prix, c’est au démarrage qu’il met la barre haut. Alarcon pique la 1re ficelle à la 13e. 5 Carmen et retour.

Esaü de Félix se livre à grande vitesse avec une belle anticipation. Même s’il a du mal au début à trouver  sa bonne place, c’est avec envie qu’il répond brillamment et pousse fort jusqu’aux planches. De nombreux longs enchaînements pour ce jeune biòu (6 ans). 6 Carmen et retour.

▼ Parti à deux avec Caizergues, Outarka est obligé de se coucher sous Esaü

vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise

Pélican de Bon est un cavaleur de première. Des sauts en travers, en long, en large et cette unique corne dangereuse qu’il balance en finition. Du coup, les hommes ne l’attaque pas trop. Mais même “à blanc”, Pélican s’envoie en l’air. Dans les dernières minutes, successivement Fouad et Outarka se font bombarder, la coupe cocarde pour le premier, le gland pour le second. Ce sera tout. 4 Carmen et retour.

 

vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise

▲ Pélican de Bon avec Ouffe
▼ avec Outarka

vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise

Quant à Absolut de Ricard (6 ans) c’est un sauteur qui s’ennuie vu le peu de blanc dans son horizon. En revanche, quand on va le chercher, il monte au coup de barrière sans rechigner (Outarka, Allouani, 2 fois). Des Carmen.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

Entrée : 2/3 d'arène. Org. CT La Muleta. Président : Ricard Sarrouy. Raseteurs droitiers : Allouani,  Outarka, Fougère, Caizergues, Schuller. gauchers : Ouffe, Alarcon, Fouad. Tourneurs :Babacène, Bruno, Kerfouche.
En ouverture, trois bestiaux aux belles qualités de Vellas sont rasetés par l'école taurine de Vendargues

******************************

13/10/2011

BEAUCAIRE *FINALE TERRE D'ARGENCE*

Jeudi 13 octobre 2011

EN ROUTE VERS LA TERRE PROMISE......

 Beaucaire 13 10 026.jpg

▲ Le 659 (Bon) transperce les planches à la poursuite de Gaillardet.

C’est sous un violent mistral et dans la poussière que s’est déroulée la finale de Terre d’Argence. Daniel Eymonet (précédé par Guerrero) officie au micro avec les droitiers Boussanquet (sort au 7ème), Garcia, Ibarra, Sabot, Sanchis et les gauchers Errik, Gaillardet. Dans cette grande piste difficile pour de jeunes raseteurs, la route est encore longue jusqu’à la terre promise mais Gaillardet et Sabot peuvent l’entrevoir. Ils sont assistés des tourneurs Patou et Ranc. Les jeunes taureaux montent souvent sur eux mais le 606 de Lautier est d’un calme olympien et promis à un bel avenir. Le 659 de Bon à un fort potentiel spectaculaire et de l’agressivité à revendre.

Pour les pensionnaires de la manade Saumade le 613 (1er) effectue une bonne entame et met la course sur de bons rails. Le 732 (4ème) est un petit taù vaillant. Le 748 (8ème) est un bébé de quatre ans qui débute doucement, se chauffe, tape et saute après les hommes pour un bon final.

Les pensionnaires de la manade Lautier sont des habitués des ligues. Le 626 (2nd) est cocardier, rapide et finit fort aux planches. Le 606 (5ème) calme, se place, attend et met en danger les raseteurs avec ses cornes toujours à l’affût. Il est très sérieux. Le 601 (7ème) monte souvent sur les tourneurs et veut en découdre. Il saute après Errik et tape sur Gaillardet (2) et Ibarra.

Pour la manade Bon 639 (3ème) accepte les séries mais s’éternise ensuite en contre piste. Le 659 (6ème) imposant est craint avec ses cornes longueur triple X. Imposant physiquement il est également explosif aux planches et effectue une course intense. Ne restait plus qu’à décerner les prix mais ce sera pour le mois de novembre...

Beaucaire 13 10 018.jpg

 ▲ Le 606 (Lautier) toujours avec Gaillardet.

Beaucaire 13 10 028.jpg

 ▲ Le 659 (Bon) s'engage spectaculairement avec Errik et Gaillardet ▼

Beaucaire 13 10 032.jpg

Beaucaire 13 10 047.jpg

▲ Le 748 (Saumade) termine agréablement après Ibarra.

Texte et photos Eric AUPHAN

08/10/2011

MOURIES *39e FINALE DES OLIVES VERTES*

L’HUILE DE COUDE DE CHEKHADE...

 Mouries 08 10 042.jpg

▲ Amine Chekhade et Mignon (Cuillé) 

Entrée: 1/3 Organisateur: CT Mouriesen Présidence: P Gibert. Droitiers: Chekhade, Marquier, Moutet, Sabatier. Gauchers: Clarion, Ferriol, Lafare, Ouffe. Tourneurs: Bensalah, Dumas, Kherfouche, Lebrun, Molins.

Temps frisquet, venteux et avec un public clairsemé pour cette finale 39ème Finale des Olives vertes reportée. Il n’aura manqué qu’un brin de réussite à Amine Chekhade pour refaire son retard (18 points à la capélado). Volontaire et gagneur il est le grand bonhomme de la journée avec Ouffe. Soulignons la jolie percée de Ferriol qui manque le podium d’un point. Marquier a du mal à mettre de l’huile dans les rouages. Côté noir, après l’honnête entame de Dilun, Alésien et Mignon (meilleur cocardier) sont les taureaux majeurs de la course.
Vite privé de ses rubans, DILUN (Fabre-Mailhan) met de l’huile dans les séries en musique et réserve la plupart de ses finitions cornes pointées pour Chekhade. Treize minutes trente bien remplies. 8 Carmen et retour. Placé devant le toril, ANGÉLUS (Lautier) réalise une grosse percussion après Marquier puis sur Chekhade. Jusqu’à mi-course il est concerné puis aux ficelles il lache prise insensiblement et finit calme comme une mer d’huile. 4 Carmen. Coureur, OCTAVE (Joncas) livre ses attributs sur des déplacements bien huilés. Peu concerné il lache le plus souvent le raset. S’il s’améliore pour la seconde ficelle, il la rentre en silence. 1 Carmen.
Vite collé aux planches, ALÉSIEN (Briaux) élargit le cercle. Il jette de l’huile sur le feu aux planches après son principal adversaire Chekhade (4) mais aussi Ouffe et Lafare. Il pose problème et se décolle un peu sur la fin mais conserve un gland. 9 Carmen dont retour. Vif, MIGNON (Cuillé) trouve le bon angle et déboule à 3000 avec une odeur d’huile essentielle. Seuls Ouffe et Chekhade le citent arrêté. Imposant de maîtrise, il se déplace à bon escient, saute après Ouffe et sème le désarroi en contre piste. Chekhade survolté revient à 4 points mais Marquier prend le second gland sur la sonnerie. 5 Carmen et rentrée. Imposant, PHÉNIX (Bon) frappe à plusieurs reprises et finit par sauter après l’homme. Tout baigne dans l’huile mais aux ficelles les hommes se regardent, le délaissent et sa fin de course est décousue. 4 Carmen. Volontaire, GAU-GALIN (Guillerme) se bat avec générosité. Il met beaucoup de cœur à l’ouvrage, tape sur Sabatier et Chekhade qui revient à trois points mais Ouffe clôture sa course avant le terme et fige le classement. 5 Carmen et rentrée.

Mouries 08 10 004.jpg

▲ Dilun (Fabre-Mailhan) sur Chekhade.

▼ Basco percutant à la poursuite de Marquier.

Mouries 08 10 012.jpg

Mouries 08 10 029.jpg

▲ Alésien (Briaux) très percutant après Chekhade.

Mouries 08 10 046.jpg

▲ Mignon (Cuillé) accroche le pantalon de Julien Ouffe.

Texte et photos Eric AUPHAN

Palmarès 39e Finale Olives vertes : 1er Marquier 57 points, 2nd Chekhade 54, 3e Sabatier 30, 4e Ferriol 29, 5e Ouffe 28. Meilleur cocardier Mignon manade Cuillé.

03/10/2011

VALLABREGUES *LIGUE MANADE LAURENT*

Jeudi 29 Septembre 2011

SABOT EN AVAIT SOUS LES BASKETS

Les pensionnaires des Marquises plein de méchanceté....

Vallabrègues 29 09 031.jpg

▲ N° 616 des Marquises après le courageux Benjamin Sabot.

Excellente entrée avec plus de cinq cent personnes sur les gradins des arènes de Vallabrègues pour suivre la progression de pensionnaires de la Grasilho. Robert Lacroix a le sourire lorsque Daniel Eymonet accueille à la capélado les droitiers Carcanague, Grongnet Sabot et les gauchers Pinter, Ruiz et Zéroual accompagnés des tourneurs Dunan et Martinez. Autant écrire qu’il est difficile de porter un jugement définitif sur l’avenir des jeunes cocardiers qui n’ont eu qu’un travail relatif. Quant à l’avenir des tenues blanches (sur cette course) seul Benjamin Sabot honnête travailleur se dépense sans compter et reçoit l’ovation du public. Sorti à l’entracte (c’était prévu) et remplacé par Julien Garcia la bronca accueille sa sortie soulignant l’immense désapprobation du public. Cela n’enlève rien à la prestation de Julien qui fut le seul à tenter pendant l’absence de Sabot qui réintègre la piste au 6ème avec la sortie de Rémi Grongnet discret jusque là (mais c’est tout à son honneur).

Des huit taureaux seul le premier n° 602 est léger avec une course monotone mais sans pression aussi. Il rentre en silence. Second le n° 617 est craint, il saute, tape, revient seul, se cabre au mur et met de l’animation. Il se soulève plusieurs fois après Sabot. Troisième le n° 822 est un petit taù qui se gaspille à cause de sa méchanceté. Raseté à mi-course il est à revoir assagi. Le n° 616 quatrième estVallabrègues 29 09 051.jpg rapide, se place et tape comme une brute. Il saute sur les rasets à blanc, frappe sur Sabot et Carcanague puis s’éternise en contre piste. Heureusement Sabot nous sort de l’ennui avec trois grosses finitions en contre piste avec en récompense la coupe de la cocarde. Après la pause, sort le n° 604. Un imposant client qui saute après Ruiz et Garcia mais en impose trop pour une vraie promenade de santé. Sixième le n° 619 ► saute sur tout ce qui bouge notamment Garcia qui s’accroche à trois reprises dont une in extrémis, Ruiz (2) et Zéroual. Sabot revient sous les acclamations et lui fait accomplir une dernière action pleine de fougue. Largué, le septième n° 755 à un bon potentiel et profite des beaux rasets de Sabot pour briller aux planches. 4 ans et plein de promesses. Pour terminer le n° 761 est méchant comme la galle. Il beugle et pétrifie les blancs mais Carcanague subit une agression aux planches et Ruiz un saut en contre piste. Sabot lui met un point d’honneur à bien terminer la course avec le même engagement. Les autres ont déjà l’esprit dans les vestiaires…………………

Vallabrègues 29 09 042.jpg

▲ N° 616 (Laurent) dans une grande action après Sabot.

▼ N° 755 (Laurent) puissant toujours avec Sabot.

Vallabrègues 29 09 096.jpg

▼ N° 761 (Laurent) avec encore le téméraire Benjamin Sabot.

Vallabrègues 29 09 111.jpg

 Texte et photos Eric AUPHAN

29/09/2011

SAINT REMY DE PROVENCE *TAU D'OR*

Mardi 29 Septembre 2011

LA JOLIE DONATION DE NOTAIRE...

 St Rémy 27 09 048.jpg

▲ Notaire (Cuillé) et Benjamin Villard les deux vainqueurs de la journée

Entrée: Plein Organisateur: Comité des fêtes Présidence: P Gibert Droitiers: Sabatier, Sanchis, Villard. Gauchers: Errik, Favier, Martin, Poujol. Tourneurs: Baccou, Cuallado, G et P Rado.

Le plein sur les gradins et une ola avant que ne débute le 23ème Taù d’Or. Capélado agrémentée par la péna la Gardounenque, les arlésiennes, la demoiselle de St Rémy et les gardians dans une charrette d’où ils descendent un à un devise à la main. En piste Villard et Sanchis sont les plus assidus, Poujol sert des rasets de choix et les autres épaulent bien le trio. Notaire remporte le Taù d’or, Vauban vainqueur 2010 est Taù d’argent, Juvenal remporte lui le Taù de Bronze. Gardoun et Chacha auraient pu également se couvrir de bronze. A la remise des prix Benjamin Cuillé offre son bouquet à Henri Laurent pour un petit moment d’émotion pour les deux acteurs.

LE FISSOU (Michel) saute, resaute et s’éternise en contre piste. Un jour sans envie et une désagréable sensation à son retour au toril sous les sifflets. Sélectionné, il doit avoir des qualités non révélées ce jour. GALOPIN (Fabre-Mailhan) accepte les séries cornes aux planches puis saute seul. Du moral et des actions dont un saut après Poujol mais il saute et finit moins bien en restant en contre piste. 3 Carmen et rentrée. Volontaire CHACHA (Thibaud) danse avec les blancs mais physiquement à du mal même s’il se chauffe au fil des minutes avec deux coups de butoirs après Villard et Poujol et un saut derrière Sanchis. Il se livre neuf minutes mais termine éprouvé. 6 Carmen et retour. Avec un sens du placement aiguisé, NOTAIRE (Cuillé) fait donation de sa fougue après Villard Poujol et Sanchis qui le mettent en valeur. Cocarde 200€ pour Poujol avec une belle série. De l’agressivité aux planches et une combativité qui lui permet de se couvrir d’or. 10 Carmen et rentrée.

Sans être une forteresse, VAUBAN (Blanc) a des dispositions pour s’envoyer au delà des planches après les hommes et notamment Poujol qui le fait briller couleur argent. Un placement pas dénué d’intérêt et une bonne maîtrise du combat. 6 Carmen et retour. Vif, GARDOUN (Lautier) sort avec du pétard. Rapide on ne se bouscule pas. Le taureau manque de pression mais frappe ou saute après les téméraires du jour. Excellent dans sa tenue de piste il a un bon potentiel et aurait pu rentrer dans les prix. 6 Carmen et retour. Leste, JUVENAL (Nicollin) frappe sur Errik et lui aussi ne rechigne pas à sauter après les hommes. Méchant et à la recherche de la faute il la trouve quand il déshabille Rado en contre piste. Heureusement Patrice retombe en piste le visage en sang, la tenue en lambeaux mais indemne. Par la suite il saute un peu à côté et semble moins concerné. Pourtant il finit en bronze. 4 Carmen et rentrée. CAÏFFA (St Pierre) est volontaire et peut percuter aux planches mais s’il ne rechigne par à l’effort il manque de punch. Beaucoup de Carmen avec les blancs qui jouent le jeu et l’attendent pour le faire briller mais le soufflet est retombé

St Rémy 27 09 097.jpg

▲ Vauban (Blanc) Taù d'argent sur Poujol

▼ Juvenal (Nicollin) Taù de Bronze frappe après Errik

St Rémy 27 09 130.jpg

Texte et photo Eric AUPHAN

18/09/2011

MAUSSANE *FINALE GRAINES DE BOUVINE*

Vendredi 16 Septembre 2011

LA BONNE VITALITE DE GRAINES DE BOUVINE

 Maussane 16 09 046.jpg

La remise des prix et la photo de famille en toute convivialité

C’est à Maussane que se déroule la 4ème Finale de Graines de Bouvine organisée par la Communauté des Communes de la Vallée des Baux et en partenariat avec la FFCC. Sous l’impulsion de Laurent Geslin maire de Mas Blanc des Alpilles et ancien raseteur cette compétition s’ancre dans les Alpilles et permet l’éclosion de jeunes talents.

Les jeunes impriment un rythme soutenu face à de futurs cocardiers très en jambes. Johan Bréau, Jordan Magnetto, Ludovic Matéo, Gabriel Montésinos, Mickaël Poncet, David Roux et Smain Zbiri (aidés par Cédric Boutavin et Gérald Rado) tiennent la dragée haute face au lot homogène de taureaux. Aux récompenses on retrouve Florian Rado en tête des raseteurs suivi de Mickaël Poncet.

Chez les bioùs le n° 634 de Lautier (6ème) vif remporte le prix du meilleur taureau avec une course sérieuse et spectaculaire. Le n° 508 de Ribaud (5ème) gagne le second prix. Après un début coureur il s’échauffe et finira très fort jusqu’a passer à travers les planches après Rado. Le n° 602 de Chauvet (1er) effectue une superbe prestation sans rien refuser allant même au bout à quelques reprises. Le n° 733 de Richebois (3ème) est craint. Très cocardier et cul aux planches il contrôle et conserve facilement un gland. Le n° 622 de Chapelle Albert (4ème) anticipe les départs de rasets, se jette bien dans la bagarre mais manque juste un peu de finition. Le n° 624 de Gillet (2nd) a du mal à se fixer et se défend avec un coup de tête. Il conserve ses ficelles. La remise des prix se fait dans la convivialité tout comme l’apéritif qui clôture cette quatrième édition.

Maussane 16 09 025.jpg

▲ Le 634 de Lautier à la poursuite de Matéo.

********************************************************Maussane 16 09 012.jpg

Maussane 16 09 013.jpg

Maussane 16 09 014.jpg

Texte et photos Eric AUPHAN

10/06/2011

TARASCON *LIGUE NICOLLIN LAURENT*

Jeudi 11 Juin 2011

LE N°618, TERREUR DES MARQUISES...

Vallabrègues 31 05 043.jpg

▲ N° 615 manade Laurent sur Gaillardet.

Bonne entrée pour cette course de ligue organisée par le club taurin le Clairon dans les arènes du Roi René à Tarascon. Les spectateurs sortent satisfaits grâce à l’excellent travail des jeunes Joan Gaillardet et Yoan Pradier.  Tous les deux sont à la pointe du combat et tirent la course sous les caméras de France 2 en tournage aux Marquises. Gauthier et Roig participent avec réussite mais par à coups. Grongnet, Isoird sont trop intermittents. Cuallado et Rado assument leur tache et encouragent les jeunes tandis que Georges Garcin prime convenablement et accorde au final un Carmen général mérité. Les taureaux de Loulou et des Marquises ont des qualités différentes qui ne demandent qu’à s’épanouir.

Pour la manade Nicollin, le 548 (1er) est un premier tranquille mais barricadier à souhait après Pradier, Gaillardet et Roig. Avec du métier, il conserve ses ficelles. Placé, le 708 (3ème) décolle d’entrée après Gaillardet et saute derrière Pradier. Vaillant, il se donne de plus en plus et en bon apprenti se bonifie. Le 532 (5ème) est imposant physiquement mais s’il est parfois distrait il s’applique à passer la tête aux planches avec autorité. Lui aussi garde ses ficelles. Vaillant et généreux, le 679 (7ème) est le plus abordable. Volontaire dans les séries il effectue six minutes trente rythmées.

Pour la manade Laurent, le 617 (2ème) est mou et lache le raset mais peu à peu il y a du mieux et Gauthier doit s’engouffrer dans le burladéro pour éviter la charge sur un saut. C’est le moins assidu du lot. Le 615 (4ème) est sérieux. Placement et arrivées spectaculaires sont ses atouts mis en valeur par Gaillardet. Le 619 (6ème) est une pile électrique survoltée. Chaque raset se finit loin au-delà des planches. Sur Roig et Pradier les sauts sont toniques mais sur Gaillardet il se dédouble et le raseteur se retrouve presque assis sur la tête du bioù. Des Carmen répétés. Féroce, le 618 (8ème) est d’une méchanceté inouïe. Avec son physique à la Quo-Vadis, il terrorise les blancs jusqu’à dresser sur les gradins pour mordre un spectateur. Intouchable, les timides tentatives sont avortées. Il réintègre tous ses attributs et sur la fin s’envoie sur un raset à blanc de Roig. Un taureau à revoir absolument……

Vallabrègues 31 05 095.jpg

▲ N° 619 manade Laurent et Gaillardet assis sur le frontal.

▼ La méchanceté du n° 618 qui cherche un spectateur.

Vallabrègues 31 05 148.jpg

 

Texte et photos Eric AUPHAN