Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/10/2011

VENDARGUES *2e journée des Révélations*

Samedi 15 octobre 2011

EXCELLENT CHOIX DE COCARDIERS

vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise

▲ Lou Batre - Allouani

Comme la semaine dernière pour la 1re journée des Révélations, le choix des cocardiers s’est avéré excellent tout au long de  cette 2e course. 6, 7, 8 ans pour ces taureaux qui auront une belle carte à jouer l’an prochain. Chez les raseteurs, bonne ambiance en piste où Julien Ouffe, Mathieu Schuller, Sabri Allouani, Lahcène Outarka montrent les meilleurs gestes, Fouad joue au kamikaze de service.
Lou Batre (Paulin, 7 ans) allie bon placement et déplacements opportuns. Beaucoup de volonté dans les poursuites où il se chauffe et peut conclure. Cocardier vaillant qui se fait respecter sans rien refuser. Conclut sur Schuller, se montre pressant sur Schuller, Fougère et ne lâche rien dans les séries rythmées finissant a mas avec ses ficelles. Très bonne entame. 5 Carmen et retour.

vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise

▲ Nîmois et Schuller

Nîmois (Briaux, 7 ans) se livre avec beaucoup d’envie et de rapidité et affectionne les longues trajectoires (Fouad, Allouani 2 fois, Alarcon). Mais les blancs pêchent par manque de synchronisation. Nîmois mérite mieux que ça.  Et il repart de bon cœur après Schuller, se soulève sur Sabri et Fougère. Allouani lève la 1re ficelle sur la sonnerie.7 Carmen et retour.
vendargues,2e journée des révélations,course camarguaiseHoratio (Cuillé, 7 ans) ne tient pas longtemps en place. Chasse et fait le ménage aux planches. Un peu brouillon mais tellement dominateur. D’autant qu’il peut sauter seul ou après l’homme. Schuller, Alarcon se font embarquer, Fouad poursuivre jusqu’aux tubes. Avec lui les enchaînements sont puissants. Conquérant, bagarreur et solide, il rentre se ficelles avec 2 Carmen et retour.

◄ Horatio et Caizergues


vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise► Arlaten et Schuller
Arlaten
(Fabre-Mailhan, 8 ans) conjugue la vaillance et l’anticipation des Mailhan. Arrêté, ils ne sont pas nombreux à le solliciter. Arlaten est vigilant, peut sauter et, pour le fun, revenir en piste tout seul. Abordable dans les séries qu’il honore à tout prix, c’est au démarrage qu’il met la barre haut. Alarcon pique la 1re ficelle à la 13e. 5 Carmen et retour.

Esaü de Félix se livre à grande vitesse avec une belle anticipation. Même s’il a du mal au début à trouver  sa bonne place, c’est avec envie qu’il répond brillamment et pousse fort jusqu’aux planches. De nombreux longs enchaînements pour ce jeune biòu (6 ans). 6 Carmen et retour.

▼ Parti à deux avec Caizergues, Outarka est obligé de se coucher sous Esaü

vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise

Pélican de Bon est un cavaleur de première. Des sauts en travers, en long, en large et cette unique corne dangereuse qu’il balance en finition. Du coup, les hommes ne l’attaque pas trop. Mais même “à blanc”, Pélican s’envoie en l’air. Dans les dernières minutes, successivement Fouad et Outarka se font bombarder, la coupe cocarde pour le premier, le gland pour le second. Ce sera tout. 4 Carmen et retour.

 

vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise

▲ Pélican de Bon avec Ouffe
▼ avec Outarka

vendargues,2e journée des révélations,course camarguaise

Quant à Absolut de Ricard (6 ans) c’est un sauteur qui s’ennuie vu le peu de blanc dans son horizon. En revanche, quand on va le chercher, il monte au coup de barrière sans rechigner (Outarka, Allouani, 2 fois). Des Carmen.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

Entrée : 2/3 d'arène. Org. CT La Muleta. Président : Ricard Sarrouy. Raseteurs droitiers : Allouani,  Outarka, Fougère, Caizergues, Schuller. gauchers : Ouffe, Alarcon, Fouad. Tourneurs :Babacène, Bruno, Kerfouche.
En ouverture, trois bestiaux aux belles qualités de Vellas sont rasetés par l'école taurine de Vendargues

******************************

13/10/2011

BEAUCAIRE *FINALE TERRE D'ARGENCE*

Jeudi 13 octobre 2011

EN ROUTE VERS LA TERRE PROMISE......

 Beaucaire 13 10 026.jpg

▲ Le 659 (Bon) transperce les planches à la poursuite de Gaillardet.

C’est sous un violent mistral et dans la poussière que s’est déroulée la finale de Terre d’Argence. Daniel Eymonet (précédé par Guerrero) officie au micro avec les droitiers Boussanquet (sort au 7ème), Garcia, Ibarra, Sabot, Sanchis et les gauchers Errik, Gaillardet. Dans cette grande piste difficile pour de jeunes raseteurs, la route est encore longue jusqu’à la terre promise mais Gaillardet et Sabot peuvent l’entrevoir. Ils sont assistés des tourneurs Patou et Ranc. Les jeunes taureaux montent souvent sur eux mais le 606 de Lautier est d’un calme olympien et promis à un bel avenir. Le 659 de Bon à un fort potentiel spectaculaire et de l’agressivité à revendre.

Pour les pensionnaires de la manade Saumade le 613 (1er) effectue une bonne entame et met la course sur de bons rails. Le 732 (4ème) est un petit taù vaillant. Le 748 (8ème) est un bébé de quatre ans qui débute doucement, se chauffe, tape et saute après les hommes pour un bon final.

Les pensionnaires de la manade Lautier sont des habitués des ligues. Le 626 (2nd) est cocardier, rapide et finit fort aux planches. Le 606 (5ème) calme, se place, attend et met en danger les raseteurs avec ses cornes toujours à l’affût. Il est très sérieux. Le 601 (7ème) monte souvent sur les tourneurs et veut en découdre. Il saute après Errik et tape sur Gaillardet (2) et Ibarra.

Pour la manade Bon 639 (3ème) accepte les séries mais s’éternise ensuite en contre piste. Le 659 (6ème) imposant est craint avec ses cornes longueur triple X. Imposant physiquement il est également explosif aux planches et effectue une course intense. Ne restait plus qu’à décerner les prix mais ce sera pour le mois de novembre...

Beaucaire 13 10 018.jpg

 ▲ Le 606 (Lautier) toujours avec Gaillardet.

Beaucaire 13 10 028.jpg

 ▲ Le 659 (Bon) s'engage spectaculairement avec Errik et Gaillardet ▼

Beaucaire 13 10 032.jpg

Beaucaire 13 10 047.jpg

▲ Le 748 (Saumade) termine agréablement après Ibarra.

Texte et photos Eric AUPHAN

08/10/2011

MOURIES *39e FINALE DES OLIVES VERTES*

L’HUILE DE COUDE DE CHEKHADE...

 Mouries 08 10 042.jpg

▲ Amine Chekhade et Mignon (Cuillé) 

Entrée: 1/3 Organisateur: CT Mouriesen Présidence: P Gibert. Droitiers: Chekhade, Marquier, Moutet, Sabatier. Gauchers: Clarion, Ferriol, Lafare, Ouffe. Tourneurs: Bensalah, Dumas, Kherfouche, Lebrun, Molins.

Temps frisquet, venteux et avec un public clairsemé pour cette finale 39ème Finale des Olives vertes reportée. Il n’aura manqué qu’un brin de réussite à Amine Chekhade pour refaire son retard (18 points à la capélado). Volontaire et gagneur il est le grand bonhomme de la journée avec Ouffe. Soulignons la jolie percée de Ferriol qui manque le podium d’un point. Marquier a du mal à mettre de l’huile dans les rouages. Côté noir, après l’honnête entame de Dilun, Alésien et Mignon (meilleur cocardier) sont les taureaux majeurs de la course.
Vite privé de ses rubans, DILUN (Fabre-Mailhan) met de l’huile dans les séries en musique et réserve la plupart de ses finitions cornes pointées pour Chekhade. Treize minutes trente bien remplies. 8 Carmen et retour. Placé devant le toril, ANGÉLUS (Lautier) réalise une grosse percussion après Marquier puis sur Chekhade. Jusqu’à mi-course il est concerné puis aux ficelles il lache prise insensiblement et finit calme comme une mer d’huile. 4 Carmen. Coureur, OCTAVE (Joncas) livre ses attributs sur des déplacements bien huilés. Peu concerné il lache le plus souvent le raset. S’il s’améliore pour la seconde ficelle, il la rentre en silence. 1 Carmen.
Vite collé aux planches, ALÉSIEN (Briaux) élargit le cercle. Il jette de l’huile sur le feu aux planches après son principal adversaire Chekhade (4) mais aussi Ouffe et Lafare. Il pose problème et se décolle un peu sur la fin mais conserve un gland. 9 Carmen dont retour. Vif, MIGNON (Cuillé) trouve le bon angle et déboule à 3000 avec une odeur d’huile essentielle. Seuls Ouffe et Chekhade le citent arrêté. Imposant de maîtrise, il se déplace à bon escient, saute après Ouffe et sème le désarroi en contre piste. Chekhade survolté revient à 4 points mais Marquier prend le second gland sur la sonnerie. 5 Carmen et rentrée. Imposant, PHÉNIX (Bon) frappe à plusieurs reprises et finit par sauter après l’homme. Tout baigne dans l’huile mais aux ficelles les hommes se regardent, le délaissent et sa fin de course est décousue. 4 Carmen. Volontaire, GAU-GALIN (Guillerme) se bat avec générosité. Il met beaucoup de cœur à l’ouvrage, tape sur Sabatier et Chekhade qui revient à trois points mais Ouffe clôture sa course avant le terme et fige le classement. 5 Carmen et rentrée.

Mouries 08 10 004.jpg

▲ Dilun (Fabre-Mailhan) sur Chekhade.

▼ Basco percutant à la poursuite de Marquier.

Mouries 08 10 012.jpg

Mouries 08 10 029.jpg

▲ Alésien (Briaux) très percutant après Chekhade.

Mouries 08 10 046.jpg

▲ Mignon (Cuillé) accroche le pantalon de Julien Ouffe.

Texte et photos Eric AUPHAN

Palmarès 39e Finale Olives vertes : 1er Marquier 57 points, 2nd Chekhade 54, 3e Sabatier 30, 4e Ferriol 29, 5e Ouffe 28. Meilleur cocardier Mignon manade Cuillé.

03/10/2011

VALLABREGUES *LIGUE MANADE LAURENT*

Jeudi 29 Septembre 2011

SABOT EN AVAIT SOUS LES BASKETS

Les pensionnaires des Marquises plein de méchanceté....

Vallabrègues 29 09 031.jpg

▲ N° 616 des Marquises après le courageux Benjamin Sabot.

Excellente entrée avec plus de cinq cent personnes sur les gradins des arènes de Vallabrègues pour suivre la progression de pensionnaires de la Grasilho. Robert Lacroix a le sourire lorsque Daniel Eymonet accueille à la capélado les droitiers Carcanague, Grongnet Sabot et les gauchers Pinter, Ruiz et Zéroual accompagnés des tourneurs Dunan et Martinez. Autant écrire qu’il est difficile de porter un jugement définitif sur l’avenir des jeunes cocardiers qui n’ont eu qu’un travail relatif. Quant à l’avenir des tenues blanches (sur cette course) seul Benjamin Sabot honnête travailleur se dépense sans compter et reçoit l’ovation du public. Sorti à l’entracte (c’était prévu) et remplacé par Julien Garcia la bronca accueille sa sortie soulignant l’immense désapprobation du public. Cela n’enlève rien à la prestation de Julien qui fut le seul à tenter pendant l’absence de Sabot qui réintègre la piste au 6ème avec la sortie de Rémi Grongnet discret jusque là (mais c’est tout à son honneur).

Des huit taureaux seul le premier n° 602 est léger avec une course monotone mais sans pression aussi. Il rentre en silence. Second le n° 617 est craint, il saute, tape, revient seul, se cabre au mur et met de l’animation. Il se soulève plusieurs fois après Sabot. Troisième le n° 822 est un petit taù qui se gaspille à cause de sa méchanceté. Raseté à mi-course il est à revoir assagi. Le n° 616 quatrième estVallabrègues 29 09 051.jpg rapide, se place et tape comme une brute. Il saute sur les rasets à blanc, frappe sur Sabot et Carcanague puis s’éternise en contre piste. Heureusement Sabot nous sort de l’ennui avec trois grosses finitions en contre piste avec en récompense la coupe de la cocarde. Après la pause, sort le n° 604. Un imposant client qui saute après Ruiz et Garcia mais en impose trop pour une vraie promenade de santé. Sixième le n° 619 ► saute sur tout ce qui bouge notamment Garcia qui s’accroche à trois reprises dont une in extrémis, Ruiz (2) et Zéroual. Sabot revient sous les acclamations et lui fait accomplir une dernière action pleine de fougue. Largué, le septième n° 755 à un bon potentiel et profite des beaux rasets de Sabot pour briller aux planches. 4 ans et plein de promesses. Pour terminer le n° 761 est méchant comme la galle. Il beugle et pétrifie les blancs mais Carcanague subit une agression aux planches et Ruiz un saut en contre piste. Sabot lui met un point d’honneur à bien terminer la course avec le même engagement. Les autres ont déjà l’esprit dans les vestiaires…………………

Vallabrègues 29 09 042.jpg

▲ N° 616 (Laurent) dans une grande action après Sabot.

▼ N° 755 (Laurent) puissant toujours avec Sabot.

Vallabrègues 29 09 096.jpg

▼ N° 761 (Laurent) avec encore le téméraire Benjamin Sabot.

Vallabrègues 29 09 111.jpg

 Texte et photos Eric AUPHAN

29/09/2011

SAINT REMY DE PROVENCE *TAU D'OR*

Mardi 29 Septembre 2011

LA JOLIE DONATION DE NOTAIRE...

 St Rémy 27 09 048.jpg

▲ Notaire (Cuillé) et Benjamin Villard les deux vainqueurs de la journée

Entrée: Plein Organisateur: Comité des fêtes Présidence: P Gibert Droitiers: Sabatier, Sanchis, Villard. Gauchers: Errik, Favier, Martin, Poujol. Tourneurs: Baccou, Cuallado, G et P Rado.

Le plein sur les gradins et une ola avant que ne débute le 23ème Taù d’Or. Capélado agrémentée par la péna la Gardounenque, les arlésiennes, la demoiselle de St Rémy et les gardians dans une charrette d’où ils descendent un à un devise à la main. En piste Villard et Sanchis sont les plus assidus, Poujol sert des rasets de choix et les autres épaulent bien le trio. Notaire remporte le Taù d’or, Vauban vainqueur 2010 est Taù d’argent, Juvenal remporte lui le Taù de Bronze. Gardoun et Chacha auraient pu également se couvrir de bronze. A la remise des prix Benjamin Cuillé offre son bouquet à Henri Laurent pour un petit moment d’émotion pour les deux acteurs.

LE FISSOU (Michel) saute, resaute et s’éternise en contre piste. Un jour sans envie et une désagréable sensation à son retour au toril sous les sifflets. Sélectionné, il doit avoir des qualités non révélées ce jour. GALOPIN (Fabre-Mailhan) accepte les séries cornes aux planches puis saute seul. Du moral et des actions dont un saut après Poujol mais il saute et finit moins bien en restant en contre piste. 3 Carmen et rentrée. Volontaire CHACHA (Thibaud) danse avec les blancs mais physiquement à du mal même s’il se chauffe au fil des minutes avec deux coups de butoirs après Villard et Poujol et un saut derrière Sanchis. Il se livre neuf minutes mais termine éprouvé. 6 Carmen et retour. Avec un sens du placement aiguisé, NOTAIRE (Cuillé) fait donation de sa fougue après Villard Poujol et Sanchis qui le mettent en valeur. Cocarde 200€ pour Poujol avec une belle série. De l’agressivité aux planches et une combativité qui lui permet de se couvrir d’or. 10 Carmen et rentrée.

Sans être une forteresse, VAUBAN (Blanc) a des dispositions pour s’envoyer au delà des planches après les hommes et notamment Poujol qui le fait briller couleur argent. Un placement pas dénué d’intérêt et une bonne maîtrise du combat. 6 Carmen et retour. Vif, GARDOUN (Lautier) sort avec du pétard. Rapide on ne se bouscule pas. Le taureau manque de pression mais frappe ou saute après les téméraires du jour. Excellent dans sa tenue de piste il a un bon potentiel et aurait pu rentrer dans les prix. 6 Carmen et retour. Leste, JUVENAL (Nicollin) frappe sur Errik et lui aussi ne rechigne pas à sauter après les hommes. Méchant et à la recherche de la faute il la trouve quand il déshabille Rado en contre piste. Heureusement Patrice retombe en piste le visage en sang, la tenue en lambeaux mais indemne. Par la suite il saute un peu à côté et semble moins concerné. Pourtant il finit en bronze. 4 Carmen et rentrée. CAÏFFA (St Pierre) est volontaire et peut percuter aux planches mais s’il ne rechigne par à l’effort il manque de punch. Beaucoup de Carmen avec les blancs qui jouent le jeu et l’attendent pour le faire briller mais le soufflet est retombé

St Rémy 27 09 097.jpg

▲ Vauban (Blanc) Taù d'argent sur Poujol

▼ Juvenal (Nicollin) Taù de Bronze frappe après Errik

St Rémy 27 09 130.jpg

Texte et photo Eric AUPHAN

18/09/2011

MAUSSANE *FINALE GRAINES DE BOUVINE*

Vendredi 16 Septembre 2011

LA BONNE VITALITE DE GRAINES DE BOUVINE

 Maussane 16 09 046.jpg

La remise des prix et la photo de famille en toute convivialité

C’est à Maussane que se déroule la 4ème Finale de Graines de Bouvine organisée par la Communauté des Communes de la Vallée des Baux et en partenariat avec la FFCC. Sous l’impulsion de Laurent Geslin maire de Mas Blanc des Alpilles et ancien raseteur cette compétition s’ancre dans les Alpilles et permet l’éclosion de jeunes talents.

Les jeunes impriment un rythme soutenu face à de futurs cocardiers très en jambes. Johan Bréau, Jordan Magnetto, Ludovic Matéo, Gabriel Montésinos, Mickaël Poncet, David Roux et Smain Zbiri (aidés par Cédric Boutavin et Gérald Rado) tiennent la dragée haute face au lot homogène de taureaux. Aux récompenses on retrouve Florian Rado en tête des raseteurs suivi de Mickaël Poncet.

Chez les bioùs le n° 634 de Lautier (6ème) vif remporte le prix du meilleur taureau avec une course sérieuse et spectaculaire. Le n° 508 de Ribaud (5ème) gagne le second prix. Après un début coureur il s’échauffe et finira très fort jusqu’a passer à travers les planches après Rado. Le n° 602 de Chauvet (1er) effectue une superbe prestation sans rien refuser allant même au bout à quelques reprises. Le n° 733 de Richebois (3ème) est craint. Très cocardier et cul aux planches il contrôle et conserve facilement un gland. Le n° 622 de Chapelle Albert (4ème) anticipe les départs de rasets, se jette bien dans la bagarre mais manque juste un peu de finition. Le n° 624 de Gillet (2nd) a du mal à se fixer et se défend avec un coup de tête. Il conserve ses ficelles. La remise des prix se fait dans la convivialité tout comme l’apéritif qui clôture cette quatrième édition.

Maussane 16 09 025.jpg

▲ Le 634 de Lautier à la poursuite de Matéo.

********************************************************Maussane 16 09 012.jpg

Maussane 16 09 013.jpg

Maussane 16 09 014.jpg

Texte et photos Eric AUPHAN

10/06/2011

TARASCON *LIGUE NICOLLIN LAURENT*

Jeudi 11 Juin 2011

LE N°618, TERREUR DES MARQUISES...

Vallabrègues 31 05 043.jpg

▲ N° 615 manade Laurent sur Gaillardet.

Bonne entrée pour cette course de ligue organisée par le club taurin le Clairon dans les arènes du Roi René à Tarascon. Les spectateurs sortent satisfaits grâce à l’excellent travail des jeunes Joan Gaillardet et Yoan Pradier.  Tous les deux sont à la pointe du combat et tirent la course sous les caméras de France 2 en tournage aux Marquises. Gauthier et Roig participent avec réussite mais par à coups. Grongnet, Isoird sont trop intermittents. Cuallado et Rado assument leur tache et encouragent les jeunes tandis que Georges Garcin prime convenablement et accorde au final un Carmen général mérité. Les taureaux de Loulou et des Marquises ont des qualités différentes qui ne demandent qu’à s’épanouir.

Pour la manade Nicollin, le 548 (1er) est un premier tranquille mais barricadier à souhait après Pradier, Gaillardet et Roig. Avec du métier, il conserve ses ficelles. Placé, le 708 (3ème) décolle d’entrée après Gaillardet et saute derrière Pradier. Vaillant, il se donne de plus en plus et en bon apprenti se bonifie. Le 532 (5ème) est imposant physiquement mais s’il est parfois distrait il s’applique à passer la tête aux planches avec autorité. Lui aussi garde ses ficelles. Vaillant et généreux, le 679 (7ème) est le plus abordable. Volontaire dans les séries il effectue six minutes trente rythmées.

Pour la manade Laurent, le 617 (2ème) est mou et lache le raset mais peu à peu il y a du mieux et Gauthier doit s’engouffrer dans le burladéro pour éviter la charge sur un saut. C’est le moins assidu du lot. Le 615 (4ème) est sérieux. Placement et arrivées spectaculaires sont ses atouts mis en valeur par Gaillardet. Le 619 (6ème) est une pile électrique survoltée. Chaque raset se finit loin au-delà des planches. Sur Roig et Pradier les sauts sont toniques mais sur Gaillardet il se dédouble et le raseteur se retrouve presque assis sur la tête du bioù. Des Carmen répétés. Féroce, le 618 (8ème) est d’une méchanceté inouïe. Avec son physique à la Quo-Vadis, il terrorise les blancs jusqu’à dresser sur les gradins pour mordre un spectateur. Intouchable, les timides tentatives sont avortées. Il réintègre tous ses attributs et sur la fin s’envoie sur un raset à blanc de Roig. Un taureau à revoir absolument……

Vallabrègues 31 05 095.jpg

▲ N° 619 manade Laurent et Gaillardet assis sur le frontal.

▼ La méchanceté du n° 618 qui cherche un spectateur.

Vallabrègues 31 05 148.jpg

 

Texte et photos Eric AUPHAN

02/04/2011

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE : Les Lagarde

Samedi 2 avril 20121

PESCAIRE ET HEPHAISTOS
DE BELLES POUSSES DE PRINTEMPS

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales de lagarde,courses camarguaises

Héphaistos (5e) et Granier

 

 

Samedi. A Saint-Laurent, pour le Printemps des Royales on rasète proprement... Qu’on se le dise. Le manadier Lagarde, le président de course et du CT Lou Bandot ainsi que le public - peu nombreux sous les nuages - veillent. Du coup, la plupart des rasets partent des planches, et les jeunes taureaux jouent équitablement. Ce jour, ce sont Pescaïre (sorti 3e) et Héphaïstos (5e) qui retiennent l’attention, leurs meilleurs partenaires en blanc, Marquis, Alarcon et Granier. Fougère, Jockin, Bournel, Sabde par moments.
Le long des planches, Targaïre alterne réserve et poursuites intempestives. Il fait calculer les blancs comme il se doit pour un premier. Rentre un gland.
Bravet, Mouscaïoun se montre peu appliqué jusqu’à ce que Jockin en deux-trois rasets l’intéresse opportunément. Plus concentré aux ficelles, il se livre mieux. 11 minutes, 1 Carmen et retour.
saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales de lagarde,courses camarguaisesPescaïre (photo avec Marquis) garde l’angle du toril et à grandes foulées, fonce sur l’homme. Rien ne lui échappe et les blancs mettent le frein. Puis, Granier montre la voie, suivi de Bournel. Pescaïre s’engage fort et met la corne (Marquis). Sur une reprise d’Alarcon, il se cabre méchamment, puis pousse après Fougère et enchaîne sévèrement. Les glands rentrent en musique plus 4 fois en course.
Médard démarre au moindre mouvement. Quand il se place, ses engagements sont fermes notamment sur les gauchers. Ses plus belles finitions sont pour Marquis. Les ficelles rentrent sur le disque déjà entendu 3 fois.
Héphaïstos lâche sa fougue et arpente la piste. Petit à petit, s’approprie les lieux en changeant opportunément de terrain et s’engage droit devant dans les planches. Tour à tour, Granier, Bournel, Fougère sont gratifiés de belles frappes. De gros coups sur Alarcon, Marquis. Pas de refus pour un quart d’heure très intéressant. Le 2e gland au toril. 6 Carmen plus retour..
Uchaudois fait le “cabour”, saute allégrement les planches, avec du peps à revendre et à canaliser. Quelques échanges les dernières minutes jusqu’à rentrer un gland en musique.
Pégase est un fougueux encore brouillon. Plus stable au fur et à mesure, il se cabre et tape en rythme, la musique au diapason pour 11 minutes.

MARTINE ALIAGA

Photos Christian ITIER

 

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales de lagarde,courses camarguaises

Pégase (7e) et Alarcon

*******************************************


26/03/2011

NOVES *LIGUE PACA*

Samedi 26 mars 2011

DES QUALITES NAISSANTES...

 

Noves 26 03 012.jpg

▲ N° 608 La Galère sur Rudy Marquis

Très bonne entrée pour cette course de ligue à Noves où des travaux de couverture des gradins nord sont en cours pour la période estivale. En piste, les jeunes stagiaires presque tous première année donnent une excellente réplique aux bioùs décidés (mis à par le premier Lagarde). Le public sort satisfait. Chez les tenues blanches Callamand, Daumas, Dengerma, Isoird, Marquis, Plaza, Roig et Servières offrent un travail  généreux aidés par les tourneurs Arnel et Boutavin.

Pour la manade La Galère, le trio pressenti pour le Trident d’or est volontaire. Le 608 (1er) est vaillant et se soulève aux planches sans rien laisser passer. Le 522 (4e) coopératif a un bon placement et se donne des deux côtés. Le 575 (8e) est un monument de vaillance. Barricadier actif, il termine par une envolée sur Marquis pour le final adéquat même s’il réintègre le toril sur boiterie peu avant le terme.

Pour la manade Lagarde, le 514 (3e) est inconstant et se laisse raseter sans conviction. Le 603 (6e) est calme, sérieux et pointe les cornes à l’arrivée. Un partenaire compliqué.

Pour la manade Bon, le 608 (2nd) craint saute seul puis démontre des qualités barricadières. Le 641 (5e) s’envole d’abord sur Daumas puis décolle haut dans les tubes après Servière pour une action monumentale. Ensuite il démontre beaucoup de vaillance. Le magnifique taù 703 (7e) est aussi puissant et fait le spectacle sur de nombreuses arrivées avec bris de planches. Un bon potentiel et des qualités naissantes pour lui et (presque) tous les participants de la course……

Noves 26 03 065.jpg

 

Noves 26 03 066.jpg

 Noves 26 03 067.jpg

Noves 26 03 068.jpg

Noves 26 03 069.jpg

 

Noves 26 03 070.jpg

Noves 26 03 071.jpg

Noves 26 03 072.jpg

▲ L'action du jour du n° 641 manade Bon sur Thibaut Servière

Texte et photos Eric AUPHAN

20/03/2011

MAUGUIO

Dimanche 20 mars 2011 - Niveau As HT

BALTIC, ICARE... LES JEUNES AU POUVOIR
DANS UN ENSEMBLE INTERESSANT

mauguio,estreloun,baltic,icare,courses camarguaises
ICARE et Matray

 

Dans deux styles différents, Baltic (Janin) et Icare (Paulin) créent la surprise pour l’ouverture de saison à Mauguio. A 6 et 7 ans, les jeunes - cocardier pour le premier (sorti 2e)  et barricadier pour le second (7e) - ont donné du fil à retordre aux raseteurs. Devant un tiers d’arène, les 10 hommes en piste (et cinq tourneurs) ont correctement animé les débats. Les autres cocardiers plus expérimentés ont entretenu l’intérêt. Notamment le spectaculaire Estreloun.
Josué (Joncas) est un buveur de rasets qu’il enchaîne à fond. Des séries incessantes et quelques accélérations au ras des planches lui valent 4 fois la musique ainsi qu’au retour à la 12e.
Baltic (Janin) : rapide, attentif, un bon placement. Des ripostes sèches et dangereuses, cornes pointées à chaque action. Sur un beau cite de Four, la réplique est à la hauteur, Outarka est serré de prés, Matray enfermé, beaux engagements sur Clarion et Four, les autres laissent passer devant la difficulté. Ficelles à la maison avec 2 Carmen et retour.
Toujours aussi coureur, Faru (L’Aurore) fuse dans le paquet. Deux ou trois actions bien finies (Matray, Oufdil, Laurent, Fougère). Mieux positionné par la suite, c’est Clarion qui tente le plus mais Faru garde sa 2e ficelle.
Avec expérience, Marcellin (Rouquette) enchaîne sans refus en tricotant des cornes. Il temporise parfois devant l’intensité des blancs et se montre souvent dangereux à la planche :  Clarion, Oufdil. Il se cabre sur Four et Matray et garde son second gland. 5 Carmen et retour.
Abordé avec prudence, Mathis (Lautier) a toujours son agressivité et sa vista. Et même s’il met moins d’intensité dans ses coups aux planches, les raseteurs n’en jouent pas. Four et Oufdil sont les plus présents pour de belles conclusions (4 Carmen). Rentre aisément ses ficelles en musique.
A grandes foulées, Estreloun (Caillan) est vite rendu sur les blancs qui marquent le coup. Bien placé, vigilant, Estreloun se montre spectaculaire avec Matray, Four, Outarka  et offensif dans les enchaînements (Clarion, Matray) pour 9 Carmen. Lui aussi ne force pas pour rentrer ses ficelles en musique.
Chasseur et plein d’envie, Icare (Paulin) s’escampe rageusement et tamponne allégrement. Le long des planches, il ponctue les séries de gros coups pour 9 minutes où il montre de belles qualités. Ficelles au toril, 6 Carmen.


Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

mauguio,estreloun,baltic,icare,courses camarguaises
BALTIC de A et Y Janin

*****************************

CHAUD... POUR MATRAY AVEC MARCELLIN

mauguio,estreloun,baltic,icare,courses camarguaises

mauguio,estreloun,baltic,icare,courses camarguaises

mauguio,estreloun,baltic,icare,courses camarguaises

19/03/2011

TARASCON : UNE REPRISE EN DOUCEUR...

Samedi 19 mars 2011 : Ligue

Tarascon 19 03 073.jpg

▲ N° 606 Lautier agressif après Gaillardet

 

Entrée moyenne pour cette course de ligue à Tarascon avec quatre Cavallini corpulents (belle présentation) et quatre Lautier agressifs. Chez les tenues blanches Joan Gaillardet se détache avec efficacité. Anane, Garcia Julien, Pradier, Roig et Zéroual sont intermittents mais attendons de voir plus loin dans la saison. Pour les quatrains de la manade Cavallini, le 703 (1er) est calme et se place bien Tarascon 19 03 039.jpgmais il faut vraiment insister pour qu’il réagisse. ◄ Le 702 (3ème) coopératif s’engage franchement et s’envoie même dans le pourtour après Anane. Volontaire il rentre en musique. Le 715 (5ème) s’envole seul au portail puis cinq minutes suffisent pour en venir à bout. Vaillant au possible, le 721 (7ème) se donne sans retenue aux blancs mais aussi sans difficulté. Pour la manade Lautier, le 622 (2nd) est coureur et pas facile à raseter en déplacement mais quand sur la fin il se cale, on hésite. L’expérimenté 557 (4ème) contrôle et termine cornes aux planches dangereusement. Gaillardet (coupe, cocarde et gland sur la sonnerie) le cite parfaitement. Plusieurs Carmen et retour. Le 606 (6ème) a du pétard, de la vitesse et de la finition cornes pointées parfois en coup de barrière. Complet il est à suivre. Droitier, le 626 (8ème) tamponne fort sur Roig. Cocardier il a un placement sévère et maitrise les blancs pour une reprise en douceur……

Tarascon 19 03 056.jpg

▲ N° 557 Lautier sur Gaillardet efficace avec ce bioù.

▼ N° 606 Lautier s'envoie derrière Anane.

 

Tarascon 19 03 076.jpg

Texte et photos Eric AUPHAN

 

07/03/2011

AIMARGUES : 22e JOURNEE GUILLIERME

UN DIMANCHE DIGNE DE FANFONNE

A.jpg

Au passage du défilé
la foule des grands jours

 

A1.jpgQui a dit les traditions c'est ringard ? Le peuple de bouvine a démenti, une fois de plus, les mauvaises langues menaçant de mort certaine les us et coutumes camarguais. Les rues noires de monde d'Aimargues en ce dimanche printanier ont donné toute la force et l'attachement des Languedociens et Provençaux aux rites anciens en général et, à une de leurs figures historiques  en particulier, Fanfonne Guillierme. Enfants, ados, adultes et seniors ont célébré toute la journée la dame au chapeau noir. Avec ferveur, avec passion. Comme avant. Plus qu'avant même. Jamais autant de chevaux, de gardians, d'Arlésiennes et de public se pressaient comme hier autour de la statue de la dame d'Aimargues. Et l'après-midi les arènes pratiquement pleine ont attesté d'une fe di biou qui n'est pas prête de s'éteindre.

Martine ALIAGA
Texte et photos

FANFONNE AURAIT AIMÉ


5esous les yeux de Fanfonne.jpg

Sous les yeux de la patronne, les espoirs de Guillierme ont brillé


Fanfonne aurait aimé les rues d’Aimargues emplies de gardians,  d’Arlésiennes et d’afeciouna. Elle aurait aimé la messe en provençal dans l’église trop petite. La bénédiction des chevaux. Les discours plein de sagesse de Guy Chaptal et de Gabriel Brun sur le respect des traditions. L’abrivado d’un seul passage se frayant le chemin au milieu des spectateurs. La roussataïo bien menée. Et cette ambiance bon enfant remplissant, sous un doux soleil,  les terrasses en attendant la course. 
1er (2).JPGLa course, parlons-en. Fanfonne aurait aimé la fougue de ses jeunes cocardiers et le travail dans l’esprit des raseteurs. Un premier, Pique Pebre (photo) qui ne se laisse pas manœuvrer et appuie quand il faut (Brushet, Guyon, Poujol, Clarion). De belles enfermées qui déclenchent le disque ainsi qu’au retour (11 minutes). Un peu inattentif au début, Levant bien pressé par les blancs se donne dans les séries. Et se chauffe jusqu’à s’emporter (Guyon, Clarion, Poujol). 4 Carmen et retour à la 13e.
Lou Marques, pas dans un bon jour,  passe sa rage avant la trompette de début, pourtant il subit et s’incline rapidement.
La difficulté majeure c’est Coute Negre. Le long des planches, il déjoue les approches. Sur une invite courageuse de Guyon, il se livre dangereusement. Tour à tour Guyon, Garcia, Poujol se mesure à ce bagarreur.  Coute Negre sait aussi  se ménager. Sérieux, il rentre son second gland en musique après avoir écouté 3 Carmen. Aucun refus pour un Capoulié au grand  coeur. Les blancs collaborent idéalement et régalent. Sous les longues incitations de Guyon, Poujol, le taureau se livre jusqu’aux planches. La musique à l’unisson.
Tête haute, fier, Gastoboï défie les hommes. Avec un bon placement, Gastoboï laisse parler sa fougue et met du caractère dans ses finitions. Trois fois il fracasse les planches après Poujol, Guyon et Ayme dans un superbe festival de coups de barrière. Droite, gauche, Gastaboï tamponne à tout va, les hommes mettent du coeur, le public se régale. Carmen en boucle et les ficelles au toril. Sûr...Fanfonne aurait aimé...

 

A3.jpg

▲ Durant l'acampado, les gardians
mitraillés par des centaines de photographes

▼ La roussataïo

 

 

ROUSSE.jpg

 

*************************

17/11/2010

GALLARGUES-LE-MONTUEUX

Dimanche 14 novembre 2010

CLÔTURE EN BEAUTÉ

2GUYON.jpg

Rémi Guyon toujours devant


Entrée : 3/4 d’arène. Organisation : comité d’animation. Président : Philippe Vigne. Raseteurs droitiers : Guyon, Miralles, Roux, Dumas, Sanchis. Gauchers : Ferriol, Sanchez, Gougeon. Tourneurs : Dunan, Joseph, Lizon.

1J DUMAS.jpgLe temps qui se “mascare” n’empêche pas la bonne humeur dans les gradins et en piste pour une agréable clôture.
◄ Jérôme Dumas
profite de cette ambiance propice pour tirer ses dernièrs rasets et recevoir de chaleureux bravos. A 38 ans, le discret Jérôme pose le crochet mais sa passion des taureaux l’amène à attaquer une carrière de tourneur en plus de sa présidence du club taurin de Saint-Martin-de-Crau. Et si l’on se plaint du manque d’afecioun des acteurs de la course camarguaise actuelle, le fils d’Emile est un sacré contre-exemple. 
Sur l’ensemble de la course, l’insatiable Rémi Guyon assure avec brio bien aidé par Roux et Sanchis mais chaque raseteur assure sa part. Chez les noirs, Angelo de Raynaud fait montre de domination en fin de 1re partie, tandis que Gaffet d’Aubanel, agressif, ouvre une 2e partie brillante. Cléon de Saint-Pierre et Rémi Guyon rafle le prix du jour.

Jackito (La Vaunage), vulnérable hors de sa base devant le toril, donne de bonnes réactions à partir de son terrain où Guyon va le chercher. Garde ses ficelles. 3 Carmen et retour
Capelan
(Saint-Pierre) vadrouille. Entrepris, il se livre et se chauffe pour de belles ripostes (Roux, Lafare, Miralles). Ficelles au toril avec 3 Carmen et retour.
Le puissant Angelo de Raynaud donne du fil à retordre avec sa bonne gestion de la piste. Sélectionne mais emboîte avec violence surtout après Guyon. A revoir avec plus d’espace. Ficelles au toril, 3 Carmen et retour.
Gaffet
d’Aubanel, agressif et leste, enchaîne avec panache et conclut (Guyon, Roux) dans un presque quart d’heure animé et plaisant. 7 Carmen et retour.
Marquis
(La Vaunage). Sans difficulté et sans aucun refus, Marquis étale sa vaillance en 13 minutes ponctuées par la musique (4) et retour.
Explosif, Cléon de Saint-Pierre pose problème. Miralles se fait embarquer et rattraper à la planche, sans mal, pour le miracle du jour. Cléon s’envoie avec hargne dans des enchaînements jusqu’à épuisement. Deux temps morts lui sont accordés. Pour 14 minutes rythmées.
Picasso
de Raynaud se livre avec la fougue de ses 4 ans, lestement et le mourre aux planches sur chaque raset (3 Carmen et retour). Généreux dans l’effort sous les assauts des blancs qui semblent vouloir engranger les sensations avant la fin de la saison. Et Jérôme Dumas qui lève la dernière ficelle de sa carrière. Ovation.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

16/11/2010

COMPLETE DES ESPOIRS DE LA MANADE BON

Dimanche 14 Novembre : JONQUIERES SAINT VINCENT

 

DERNIERS RASETS A JONQUIERES.....

Jonquières St Vincent 14 11 031.jpg

▲ 639 avec Allam le plus loyal de l'après-midi

Devenue traditionnelle, la complète des espoirs de la manade Bon clôture la saison et la temporade du club taurin l’aficion. Très intéressante l’année dernière, l’édition 2010 n’a pas la même saveur. La faute à qui, la faute à quoi ? Peut-être au temps d’abord estival la veille avec des températures de printemps, froid et noir dimanche comme les nuages épais et sournois. La faute aux hommes peu motivés malgré les tentatives louables de Chekhade et Allam volontaires mais pas toujours esthétiques. La faute aux bioùs sauteurs impénitents, Jonquières St Vincent 14 11 013.jpgfougueux en contre piste et pas toujours faciles à canaliser en piste. La faute à la piste tapissée de feuilles enlevées à la hâte et parfois digne d’une prairie verte. La faute à un marche pied qui cède sous le poids d’Anthony Gautier. Il voltige en contre piste et doit quitter les blancs à la pause.  ◄ Sous l’arrachement du premier marche pied, un second doit être enlevé. Quand la poisse s’emmêle. Que faire? On continu à raseter en prenant des précautions. Pourtant dans le feu de l’action Chekhade frôle une première fois l’accrochage avec le 717 en ne pouvant prendre appui avant de sauter. Avec sang froid il ressaute en piste sans mal. Pourtant au dernier il renouvèle son erreur face au redoutable 703 (taù sélectionné aux Saintes Marie de la Mer) et ne devra son salut qu’en se couchant de tout son corps en contre piste où camouflé dans les feuilles il ne subira qu’une charge rageuse sans coup de corne alors que le minotaure avait brisé une planche. Alors les arènes remplies au trois quart ont apprécié certaines qualités des 511, 717, 639, 613, 602, 712, 728 et 703. Des taureaux plein de sang mais aussi au potentiel non exploité pour cette clôture. Ils seront à suivre la saison prochaine notamment le taù 703 magnifique de présentation et de prestance……

 

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle ......et au rateau

Jonquières St Vincent 14 11 002.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 015.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 016.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 017.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 019.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 022.jpg

Chekhade en danger face au n° 717

▼ Mébarek en danger lui avec le n° 712

Jonquières St Vincent 14 11 062.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 074.jpg
▲ Frédéric Bon au trident

Texte et photos Eric AUPHAN

11/11/2010

SAINT REMY DE PROVENCE

Jeudi 11 Novembre : Course de Solidarité à la manade La Galère

ET VOGUE LA GALERE…

St Rémy 11 11 022.jpg

Solidarité autour de René Lambert, Jean-François Chapelle et Mika

 Entrée: ¾ d'arène.  Organisateur: Comité des fêtes. Présidence: F Fassi. Raseteurs droitiers: Chekhade, Chig, Marquier, Moutet. Gauchers: A Bénafitou, Lafare, Poujol. Tourneurs: G Rado.

Commencée le matin par une course de taureaux emboulés rasetés par l’école taurine locale, la journée de solidarité au profit de la manade La Galère est une totale réussite. Avec une météo exceptionnelle, les organisateurs apportent soutien, fraternité et entraide à René Lambert et son gendre Jean-François Chapelle émus face à tant de reconnaissance. Honorés à la capélado composée des arlésiennes de St Rémy et des gardians de la manade, ils embarquent à nouveau vers le bonheur sans ramer à contre courant. Les raseteurs ont tous rasetés dans l’esprit avec mention à Jérémy Lafare qui termine la saison en trombe. Le bétail a été à la hauteur de l’évènement tout comme le bayle gardian Mika auteur d’une attente au fer parfaite accomplie durant la pause en compagnie de son père Franck. Enfin bravo au jeune manadier François Fassi très à l’aise pour sa première présidence de course.

Calme, BALZAC ouvre le livre de bord de la course avec beaucoup de volonté aux rubans. Aux ficelles, il reste appliqué et son œuvre ne dure que huit minutes à cause de sa franchise. Un Carmen.
AVOCAT assure sa défense par des ripostes incisives. Sans se faire justice il amorce des anticipations qui déclenchent le disque. Tout en muscles, il brille aussi dans les séries et sa plaidoirie de huit minutes est intéressante. 7 Carmen et retour.
Vif, ELUZATEfrappe doublement après Poujol et Lafare. Il finit ses poursuites cornes dans les planches ou tête au dessus des bois. Plus virulent à gauche, les droitiers ne sont pas à l’abri comme Chekhade poussé au moment du saut. Il fournit treize minutes toniques avec dix Carmen et rentrée.

Agressif, LUCAS cogne tête dans les planches. Présent sur les séries, sa corpulence ne l’empêche pas d’être combatif et volontaire dans des arrivées percutantes. Aux ficelles, il saute après Marquier et Chig et percute Lafare dans treize excellentes minutes. 9 Carmen et retour.
OSCAR veut jouer d’entrée les premiers rôles en frappant sur Moutet mais les rubans s’envolent vite comme la première ficelle pleine de Marquier. Pour la seconde il s’emballe dans un raset pleine piste de Lafare. Il réalise de grandes actions sur Poujol, Bénafitou et encore Lafare qui clos la cérémonie au terme de sept minutes brillantes. 7 Carmen dont retour.
Savouré sans modération, MOKA offre quatorze minutes spectaculaires. Les raseteurs jouent le jeu avec un Jérémy Lafare éblouissant et une quinzaine d’actions brillantes pour autant de Carmen et retour.
Dotée d’un moral à toute épreuve, CHRISTINE termine par dix minutes pétillantes avec des percussions et des sauts rageurs après les hommes cherchant même à décrocher Chig du mur. Un final qui lui permet de conserver un gland et d’entendre dix fois les honneurs. Un Carmen général clôture la course avant la ferrade en piste où cavalier et anouble ont fini de tisser les liens de la solidarité avec un grand coup de chapeau aux organisateurs…..

St Rémy 11 11 097.jpg

▲ Amine Chekhgade serré de près par Eluzate

St Rémy 11 11 149.jpg

▲ Lucas à la poursuite de Chig

St Rémy 11 11 161.jpg

▲ Oscar dans une grande action après Poujol

St Rémy 11 11 236.jpg

▲ Moka explosif après Poujol sous l'oeil attnetif de Mika

St Rémy 11 11 104.jpg

▲ Père et fils unis au cours de l'attente au fer

Texte et photos Eric AUPHAN

GALLARGUES-LE-MONTUEUX

Jeudi 11 novembre : les espoirs de la manade Guillierme

L'ESPRIT FESTIF DE LA SAINT-MARTIN

 

GAL2ESTEPOUS.jpg

Arènes pleines et Rémi Guyon aux commandes
face aux espoirs de Guillierme

 

Entrée : plein. Org. : comité d’organisation. Président : Philippe Vigne. Raseteurs droitiers : Guyon, Roux, Savajano (sort à la pause), Dumas, Miralles. Gauchers : Ferriol, Sanchez, Gougeon, Allam (rentre au 4e). Tourneurs : Duran, Lizon, Joseph.


L’été de la Saint-Martin n’a pas fait défaut et le soleil a brillé sur les arènes combles. La Gardounenque pour l’ambiance, les biòu de Guillierme pour la fe, les blancs dans l’esprit, le capelan donne la bénédiction à l’entracte et la cartagène de Roger et Yves réchauffe les cœurs. Tout y est ! Rémi Guyon, dans les difficultés ou pour faire briller, fait l’unanimité, Miralles et Savajano pour les frissons, à Jérôme Dumas les dernières sensations avant de poser le crochet mais tous les blancs méritent la citation. Les six jeunes Guillierme (5 et 6 ans) donne toute satisfaction avec du jus,  des qualités à peaufiner, des difficultés pour certains. Carmen mérité pour l’après-midi.


GAL3PIQUEPEBRE.jpg▲ Pique Pebre.- Des ripostes par à coups dont une superbe sur Guyon, un saut après Miralles qu’il coince en contre-piste pour des bleus et des bosses. Plus entreprenant sur les droitiers (Guyon, Roux), il accroit sa sélection mais garde du punch (et ses ficelles) sur les rasets engagés. 3 Carmen et retour.
Viroulet.- Il se livre avec bravoure sans terminer. Pourtant bien intéressé par Guyon, à maintes reprises, il frise les planches. Un petit coup de revers au fil des minutes, mais avec Guyon c’est l’entente parfaite. Rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.
Levant.- Rageur, brouillon, passe d’un raset à l’autre sans se fixer. Sauteur, il suit Roux puis Savajano à qui il zèbre les fesse. Mieux positionné à mi parcours, alors les blancs calculent. Une belle série au toril pour finir avec ses ficelles. 2 Carmen et retour.
Coute Negre.- Démarrage au quart de tour,  rapidité, les blancs le regarde de loin. Coute Negre tient les angles, défend jalousement son terrain et tape droit dans les planches. Guyon tente, s’engage et prend les risques, Allam renvoie mais, compliqué, Coute Negre domine et ne cède que la coupe de sa cocarde sur la sonnerie à ... Rémi. Musique.
Mange Fangue.- Dix minutes de générosité extrême pour des séries jusqu’au ras des planches, quelques sauts et un coup de barrière sur Guyon. 6 Carmen et retour.
Estepous et Guyon c’est le couple du jour. Le noir tient son terrain mais  se donne à fond, le blanc allonge les cites et les trajectoires, ça finit au-dessus des planches. Concentré et coopératif, Estepous rentrera ses ficelles avec 7 Carmen et retour,  et Rémi récoltera les applaudissements du public ravi. Musique.


Martine ALIAGA
Photos C. ITIER

GAL4CARTAGENE.jpg

 

▲ A l'entracte, bénédiction du capelan
et cartagène de Roger et Yves pour tout le monde

********************

REMI, VIROULET... ET LE CANICHE AFECIOUNA

1VIROULET-2E-(6)-REMI-CANICHE.jpg

***********************

07/11/2010

SAINT-MARTIN-DE-CRAU

Dimanche 7 novembre : Course des Révélations 2010

UN PRINCE SOUVERAIN

Saint Martin de Crau 07 11 046.jpg

Prince et Ayme les vainqueurs du jour

Entrée: 2/10e Organisateur: CT St Martinois Présidence: J Alvarez Droitiers: Ayme, Chekhade, Chig, J Dumas, Moine. Gauchers: Aliaga, Lafare, Rassir. Tourneurs: D Martinez, Grando, G Rado, Rouveyrolles.

Cette course des révélations 2010 s’est déroulée dans un bon esprit mais la première partie a été expédiée en moins de vingt cinq minutes. Les satisfactions sont venues en seconde période avec Prince bigrement compliqué (meilleur cocardier), Chambord place forte tout en muscle (meilleur barricadier) et Amadéus très sérieux. Eux seuls rentrent des ficelles. Ayme meilleur animateur est efficace mais Rassir ou Aliaga ont fait briller et pouvaient y prétendre. Invité d’honneur Jérôme Dumas termine sur une belle ovation. Les autres baissent le pied en seconde partie. Présidence claire, nette et précise de Joris Alvarez. Franc,

LOU MARQUES (Guillerme) ne peut résister que cinq minutes trente ponctuées par des actions puissantes sur Lafare, Moine et Chig après lequel il brise une planche. Il termine par une action après Chig mais a manqué de pattes face à des hommes pied au plancher. 4 Carmen et retour.
On continu avec BOLIVAR (Chapelle) qui perd ses rubans en une minute. Peu avantagé, il n’arrive pas à dicter sa loi aux ficelles même si pour la seconde il se bonifie avec quelques arrivées corne menaçante sur Rassir mais c’est Chig qui lève les deux ficelles. Huit minutes trente avec 3 Carmen et rentrée.
CAPUCIN (Les Saint Martin de Crau 07 11 025.jpgBaumelles) se fait sonner les cloches aux pompons. Lui aussi répond à tout et n’est pas ménagé même si aux ficelles les rasets s’espacent. Il s’améliore aux ficelles mais les blancs ne prêchent pas la bonne parole et après neuf minutes trente il réintègre le toril en musique mais c’est déjà la pause.
Dangereux, PRINCE (Chauvet) possède un coup de revers meurtrier et ne se laisse pas manœuvrer facilement. Les crochets volent et il prend le pouvoir aux ficelles avec des arrivées criminelles. Rassir en tire le meilleur mais c’est Ayme qui prend la première ficelle sur la sonnerie. 10 Carmen et retour.
Cocardier, AMADEUS (Lautier) fait ses gammes le long des planches d’où il anticipe fort. Chekhade deux fois doit s’appuyer pour arriver en catastrophe. Moins craint que le précédent, il connaît cependant la musique et rentre lui aussi une ficelle en musique jouée à cinq reprises.
Magnifique taù, CHAMBORD (Saumade) possède du placement et de la méchanceté. Certes il est parfois lourd mais quand ont lui donne sa chance il frappe sur les gauchers Rassir et Aliaga sur qui reposent la majorité des rasets. Un teigneux qui conserve ses ficelles avec 5 Carmen dont rentrée. Encore vert, ADES (Fabre-Mailhan) dévoile des qualités au delà des planches et face à des hommes affûtés il résiste dix minutes avec beaucoup de volonté. Dans un sursaut Jérôme Dumas qui effectue sa dernière course dans ces arènes lève les deux ficelles sous l’ovation et les Carmen de circonstance. Chapeau Jérôme pour ta carrière et ton amour des bioù.

 

Saint Martin de Crau 07 11 049.jpg

▲ Prince et Rassir à l'origine des actions les plus engagées.

 

Saint Martin de Crau 07 11 082.jpg

▲ Chambord prix du barricadier du jour sur Aliaga très actif

 

Saint Martin de Crau 07 11 069.jpg

▲ Amine Chekhade en danger avec Amadéus


Texte et photos Eric AUPHAN

MARSILLARGUES

Dimanche 7 novembre 2010 : Souvenir Maurice Archet

LES PRIX A ERRIK ET FANFAROUN

 

FANFAROUN.jpg

FANFAROUN - Errik le duo gagnant

Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : CT La Sounaïa. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : D. Martinez, Savajano, Salinesi. Gauchers : Gougeon, Mebarek, Ricci, Errik. Tourneurs : Joseph, F. Garrido.


Errik s’ajoute aux raseteurs invités
et mène cette course Souvenir Maurice-Archet où le temps a semblé parfois bien long. Bien sûr, les taureaux dominent sans forcer (13 ficelles et six glands rentrent). De bons passages sous l’impulsion d’Errik, Savajano, Martinez avec Indien, Fanfaroun, Horacio et l’émotion dans un face en face en contre-piste Jodias - Savajano. Les prix à Errik et Fanfaroun.
Franklin
(Cuillé).- Les blancs mettent du temps à l’attaquer et Franklin roule des mécaniques avec envie. Il pousse fort sur les quelques actions proposées et neutralise ainsi les quelques velléités des hommes. Cocarde et premier gland à la dernière minute et Franklin rentre l’autre en musique.
Terence
(Nicollin). Se prête au jeu pour des enchaînements en toute franchise. Au fil des minutes, en prend et en laisse et défend son second gland qu’il rentre aisément en silence.
Indien
(Cuillé).- Bien placé, il provoque les hommes... en vain. Une série de loin et Indien fait le “kakou“. Il pousse fort dans l’action et sur un beau geste de Savajano entame une série en musique. Met du punch dans ses interventions, tape après Savajano et termine par une brillante série. 3 Carmen et retour avec ses ficelles.
Fanfaroun
(Nicollin).- Lui aussi a le temps de visiter la piste. Des rasets de loin, peu précautionneux. Seul Errik s’applique. Puis un bon passage pour des séries de belle facture, à la baguette, toujours les mêmes Errik et Savajano. Une poussée sur Mebarek et Fanfaroun rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.
Horacio
(Cuillé).- L’impétuosité de ses six ans, mais pas la naïveté. Quelques sauts pour faire le “show“, un placement rigoureux et du punch pour se retourner au quart de tour. Autant dire qu’il n’a pas été étouffé. Bien calé dans l’angle, il contrôle la situation avec beaucoup de moral, et rentre ses glands avec les honneurs.
Jodias
(Nicollin).- Avec expérience, il se fait du large. Promène et par quelques poursuites un peu serrées, il prend ses aises. Savajano est le plus présent pour le défier. Jusqu’à ce que Jodias lancé à sa poursuite se retrouve en contre-piste avec lui pour un face à face émotionnant. Le raseteur réagit avec sang froid en se dégageant par la piste mais le public a frissonné. Ça s’anime pour les dernières minutes et Jodias rentre ses ficelles en musique, quatre fois entendue.
Colombo
(Lafon).- Ce jeune élément, petit gabarit, baroule mais garde l’œil ouvert. Il va très vite et Mebarek se fait “quicher“ (Carmen). A mi-temps, Colombo se fait plus sélectif mais garde de belles réactions. Un gland rentre en musique.


Martine ALIAGA

 

*******************


JODIAS - Savajano

JODIAS 1.jpg
JODIAS 2.jpg
JODIAS - Savajano copie.jpg

02/11/2010

SAINT - GILLES * GLAND D'OR *

Lundi 1er Novembre 2010

 

ANTHONY AYME REMPORTE LE GLAND D'OR
CARMEN FINAL MÉRITÉ POUR LES HOMMES ET LES TAUREAUX

ESTRELLOUN - Ayme.jpg
ESTRELLOUN et Ayme les vainqueurs du jour

arenes.jpgEnfin...! c'était limite, mais les Dieux de la Bouvine ont veillé pour que les conditions météorologiques ne viennent encore perturber ce rendez-vous, afin de récompenser les organisateurs de leur profonde Fé di biou. La piste qu'ils avaient soignée a pu ainsi permettre à cette compétition du Gland d'or - Souvenir François Fabre (Santen) de se dérouler dans des conditions convenables. Malgré le temps menaçant la capelado est lancée pour les dix raseteurs et cinq tourneurs présents. Chapeau à tous ces messieurs qui ont oeuvré dans le bon sens et donné ainsi une opposition de choix pour les excellents cocardiers de cette aprés-midi.  Tout juste libéré du Trophée de l'Avenir Anthony Ayme a montré toute l'étendue de son talent et s'adjuge haut la main la premiére place. Deuxième Hadrien Poujol esthétique comme il sait le faire. Troisiéme Loîc Auzolle décontracté et appliqué comme il sait lui aussi faire ! Avec eux Chig, Férriol généreux. Clarion inlassable travailleur. Alarcon, Moutet, Moine et le vétéran Khaled assurent de bonnes séquences. Bonne présidence de Didier Gaillard.
Les sept cocardiers ont fourni chacun dans leur registre de belles prestations, mais PATTON, AGASSOUN, BRUTUS et ESTRELOUN bien supérieurs méritent la citation. Le jury a octroyé le prix à ESTRELOUN de Caillan.

GREGAOU de Saumade, avec quatre Carmen et une ficelle au retour, il a assuré son rôle de premier. Quelques finitions, une série et contrat rempli.
FOREST.jpgFOREST de l'Argentière,► pour ses adieux (14 ans) le biou effectue un quart d'heure  intéressant. Des anticipations, de l'agressivité aux planches et toujours cette envie de jouer un vilain tour aux spectateurs de la contre-piste. Quatre Carmen et ficelles au toril.
LOU RAZIL de St Pierre, brave, il n'est pas trop épargné mais se bat avec du coeur. Il conclut ses dix minutes par une grosse action sur Chig. Trois Carmen.
PATTON du Joncas, un guerrier tonique qui se bat avec toutes ses armes: vista, vitesse, anticipations, coup de revers et percutions dangereuses au final. Il rentre évidemment ses ficelles et entend neuf fois la musique.
AGASSOUN de Blanc, fantasque, spectaculaire lorsqu'il s'envoie aux planches, il crée l'ambiance en se propulsant dans le pourtour sur des actions serrées. Respecté, il garde ses ficelles. Six récompenses musicales.
BRUTUS de Lautier, il ne quitte pas le terrain des planches et donne une réplique de qualité autant par son comportement cocardier que par ses aptitudes à finir dangereusement ses actions aux planches. Dix Carmen et ficelles sur la tête.
ESTRELOUN de Caillan, le final qu'il fallait avec ce pur barricadier. Le taureau donne, les hommes ajoute la manière et le public se régale ! Le prix du jour et dix fois les honneurs.
Il pouvait maintenant pleuvoir...!

Texte et Photos Luc PERO

PATTON - Alarcon.jpg
PATTON - Alarcon
AGASSOUN - Poujol.jpg
AGASSOUN - Poujol
BRUTUS - Auzol.jpg
BRUTUS - Auzolle


01/11/2010

VENDARGUES

Lundi 1er novembre 2010 : 16e Trophée des Vignerons

MIGNON ET ALESIEN TAILLE PATRON

 

5.jpg

▲ Les vainqueurs de la saison de La Muleta
Briaux, Paulin, Guyon, Aliaga

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT La Muleta.Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Guyon, Marquier, Outarka.
Gauchers : Aliaga, A. et N. Benafitou, Ouffe. Tourneurs : Grando, Molins, Kerfouche, Lizon

 

1.jpg

▲ Rémi Guyon (meilleur raseteur de la saison )
et Alésien de Briaux (meilleur taureau course du 18 juillet)

▼ Jérémy Aliaga (prix du meilleur raseteur de la course)
à la tête de Oundo de Plo

4.jpg

 

6.jpgAprès la période de pluie et tant de courses annulées, un réel plaisir de voir évoluer taureaux et raseteurs pour ce 16e Trophée des Vignerons. A noter que pour les deux courses qui se sont déroulées ce lundi (Vendargues et Saint-Gilles), les organisateurs n'ont pas plein leur temps et leurs efforts pour que les pistes soient sécures.
Pas de pression chez les hommes mais un travail honnête avec quelques baisses de régime bien compréhensibles. Côté noir, deux superbes cocardiers dominateurs, Alésien de Briaux (3e) vainqueur entre autres de la saison vendarguoise  et Mignon de Cuillé, Biòu de l’Avenir (4e) 2010.
Manillon (Blatière-Bessac).- Parfaitement campé à gauche du toril, il faut entrer dans son camp, alors il riposte violemment. Hors de sa base, point d’intérêt. Guyon pour les meilleurs échanges. 10 minutes d’un bon premier. 1 Carmen et retour.
Gédémus (Bon).- Sélectionne sévèrement mais bien sollicité, se donne à fond. De grosses actions sur N. Benafitou, Outarka, Guyon, Marquier.Et les ficelles au toril. 3 Carmen et retour.
Alésien (Briaux).- Une très bonne gestion de la piste, du jus et du punch pour conclure. Les enchaînements sont vivement terminés aux planches (Guyon, A. Benafitou). Alésien surveille son terrain et ne cède pas facilement ses attributs (7 minutes pour les pompons) et les ficelles rentrent. 5 Carmen et retour pour cette bonne prestation.
3.jpgMignon (Cuillé).- Attentif, puissant et bien positionné, il s’approprie la piste avec panache. Les blancs aux abonnées absents. Placé, il attend des cites qui ne viennent pas et pas question de le “parfumer“ sur ses déplacements. Guyon se fait emporter deux fois et c’est Aliaga, sur un pur raset, qui lève la cocarde (10e). Mignon ramène un gland après un quart d’heure de domination totale. 2 Carmen et retour.
Azzaro (Lagarde).- Les hommes ne le motivent pas suffisamment, et Azzaro chasse, bouge, saute. Pourtant il se livre correctement dans les séries qu’il peut conclure (N. enafitou). Termine aux planches sur un beau cite de Guyon. Rentre ses ficelles avec 2 Carmen et retour.
Tartane (He
rvas).- A 6 ans, son inexpérience est flagrante dans les séries où il se laisse manœuvrer mais il est capable de ponctuer méchamment aux barrières. 8 minutes.
▲ photo Oundo avec Julien Ouffe Oundo (Plo).- Brave et sincère sur le raset, il s’exprime en finition par de grandes envolées (Aliaga (3), Guyon, Ouffe (2), A. Benafitou), la musique à l’unisson. Et même s’il manque de conviction, il termine barricadièrement cet agréable concours de manades.


Martine ALIAGA
Photo Christian ITIER

 

2.jpg

Dominateur en diable, Mignon Biou de l'Avenir 2010
et meilleur taureau de la course, rentre un gland.
Ici avec Adil Benafitou

****************