Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/03/2010

MAUGUIO

Dimanche 14 mars 2010

VOTEZ COYOTE !

COYOTE.jpg
COYOTE (Caillan) s'impose dés le premier tour... de la saison !

Entrée : 1/4 d’arène.
Organisateur : mairie.
Présidence : Cyril Daniel.
Raseteurs droitiers : Jockin, Outarka, Rey, Sabatier.
Raseteurs gauchers : Clarion, Four, Ouffe, T. Mondy.
Tourneurs : Benzegh, Dunan, Labrousse, Kerfouche, T. Garrido.
A la capelado, une minute de silence est observée à la mémoire du manadier Jacques Bon, décédé cette nuit.


Les suffrages exprimés de la course vont à Coyote devant  Canberra et Inca.
Fier (Nicollin).- 9 minutes 30, 3 Carmen en course pour quelques jolies actions aux bois. Musique au retour… Superflue.
Typhon (Brestalou).- C’est dans le désordre (le taureau s’y prêtant) que le bioù est abordé et raseté pour les pompons. Aux ficelles, plus discipliné, il répond aux séries sans s’avérer facile. 4 Carmen et une ficelle au retour.
CANBERRA.jpgInca (Paulin-Niquet).- Bien dans son terrain près des planches, il garde son monde à distance et donne à bon escient des répliques de qualité. Quelques conclusions. Une ficelle au toril et plusieurs fois la musique.
Coyote (Caillan).- Tenue de piste irréprochable, il est le maître incontesté de l’espace. Les sifflets du public ne motivent pas plus les hommes qui calent devant la difficulté. Peu friand des rasets à blanc ou coquins, il domine outrageusement et rentre en musique sa cocarde. Les blancs, quant à eux, sont copieusement conspués.
Co Blanco (Lautier).- Un bon début à la fois sérieux et brillant pour le bioù de Raphèle. La fin est plus laborieuse, mais il rentre une ficelle et entend 3 fois la musique.
Canberra▲ (Saint-Pierre).- Volontaire à souhait, le barricadier réchauffe et régale le public par de multiples actions aux barricades qui lui valent de nombreuses fois les honneurs. Un festival pour 13 minutes de présence.
Sueno  (Rouquette).- Jeune, rapide, il n’est pratiquement pas raseté. Seul Clarion lui donne sa chance pour deux envolées. Musique. A revoir mieux sollicité.

Texte et Photos Luc PERO

INCA.jpg
INCA (Paulin-Niquet) sur C. Clarion

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE

Dimanche 14 mars 2010 - 1re course du Printemps des Royales

AZZARO FRAGRANCE SAUVAGE

ALI AGA.jpg

 

Entrée : 3/4 d’arène.
Organisateur : CT Lou Bandot.
Président : Thierry Cure.
Raseteurs droitiers : Fougère, Oufdil, Schuller, Noguera.
Gauchers : Aliaga, C. Chanat, Sabde, M. Sanchez.
Tourneurs : Abbal, Baccou, Grando, Sanchez.
A noter : C. Chanat, gaucher, sort au 1er, il est remplacé par Oudjit (droitier) ; M. Sanchez sort au 5e.
Une minute de silence est observée en mémoire de Jacques Bon, Jean Sol et Jean Biesse.


Bonne première course de la manade Lagarde pour ce 15e Printemps des Royales. Petite reprise de la part des blancs - pas une ficelle n’est levée -  où Aliaga se montre le plus travailleur.
Jar fait un excellent premier, toujours dans les planches, agressif. Il attend les hommes dans son terrain, tamponne C. Chanat à la barrière, enferme Aliaga (2 fois). 3 Carmen et retour.
STLO1.jpgAllossard est plus mobile. Plus les rasets s’enchaînent, plus il s’intéresse jusqu’à se soulever successivement après Sabde, Schuller. Se chauffe sur la 1re ficelle mais est trop souvent inattentif. 2 Carmen.
Crapone, volontaire et généreux, enfile des séries bien appuyées en conclusion sur Fougère, Schuller, Noguera. Un quart d’heure enlevé pour 5 Carmen et retour.
Azzaro c’est le morceau du jour. Un sauvage qui d'entrée catapulte Oufdil et s’envoie méchamment après Sabde. Attentif, il réagit à tout ce qui bouge et occupe tout l’espace. Peu de blancs se risquent à l’assaut de sa 1re ficelle pourtant joliment primée. Azzaro s’emporte encore après Oufdil, et ponctue après Aliaga et Sabde.  Un quart d’heure de domination. 2 Carmen et retour.
Rapide, Pescaïre s’engage bien et ramène prestement les hommes jusqu’aux planches. Les blancs tournent au ralenti. Dommage ! Carmen au retour.
Volontiers sauteur, Magnan se montre brouillon. Jusqu’à cette superbe action où avec Oufdil dans les cornes, il finit haut au dessus-des planches. Récidive sur Schuller et Aliaga.  3 Carmen et retour.
Mafate a envie mais peu de rasets pour s’exprimer. Une sortie presque pour rien si ce n’est ce coup de barrière sur Schuller. 1 Carmen.

Martine ALIAGA

Photo archives L. PERO

 

28/02/2010

AIMARGUES : LA COURSE DES ESPOIRS DE GUILLIERME

Dimanche 28 février

CARMEN POUR LES JEUNES COCARDIERS
DE LA DEVISE AZUR ET OR

revoulun guillerme - poujol.JPG

Revolun (4e) sur Hadrien Poujol

Premiers rayons de soleil et gradins bien garnis quand défilent pour la première capelado de la saison Auzolle, Ayme, Fougère, Garcia,  Guyon, à droite ; N. Benafitou, Errik, Poujol à gauche plus les tourneurs T. Dengerma, C. Galibert, F. Garrido et Lizon sous la présidence de Jacques Servière.
Belle satisfaction à l’issue des débats avec de jeunes cocardiers porteurs de réels espoirs pour la manade Guillierme.

Passé les deux premiers mobiles donc vulnérables (Jol et Tourtoulen) qui ont subi les assauts parfois désordonnés des blancs, les trois suivants ont fait monter la sauce pour un final enthousiasmant avec Gal Galin.

lou marques guillerme - auzolle.JPGLou Marquès (3e ◄ photo) se livre généreusement mais se montre très agressif. Il met du punch à conclure notamment après Auzolle, le meilleur des blancs cet après-midi.  13 belles minutes rythmées par 8 Carmen. Attentif et sérieux, Revolun (4e) se fait respecter par une bonne tenue de piste et des poursuites fermes bien conclues parfois dangereusement (Auzolle, Poujol). 8 Carmen pour un presque quart-d’heure.
loucran2.jpgLou Cran
(5e, photo ►), c’est le plus compliqué !  Des bannes impressionnantes qu’il envoie au terme de méchantes enfermées et une grosse vitesse d’exécution… les raseteurs mettent le frein. Lou Cran rentre aisément ses ficelles avec trois Carmen. Quant à Gal Galin, il a terminé la course de la plus belle manière : un festival d’actions aux planches au diapason avec les blancs, des poursuites émoustillantes pour le public dans un concerto de Carmen.
Oui, une bien belle après-midi avec les biou !

Martine ALIAGA
Photos Benjibiou

LE SHOW DE GAL GALIN
DEVANT DE NOMBREUX SPECTATEURS CONQUIS

gal galin guillerme - nbenafitou.JPG

gal galin guillerme - guyon.JPG

 

15/11/2009

JONQUIERES SAINT-VINCENT

Dimanche 15 novembre 2009

LE "BON" BABY SHOW

DSC00104.jpg
Jacques et Frédéric BON
Entrée: archi plein. Organisateur: CT L’Aficion. Président: Aurélien Laget. Raseteurs droitiers: Chig, D. Maurel, Moine. Gauchers: L. Galibert, M. Sanchez (se retire sur blessure au 3e). Tourneurs: Dunan, G. Rado.

RachidBon.jpgNo hay billetes ! Un quinze novembre, clôture générale de la temporada, Monsieur Rachid en avait les yeux embués de bonheur. Autre satisfaction, les étagères abondamment garnies de jeunes afeciouna. Pour couronner cette belle journée, une capelado avec des Arlésiennes parées de leurs plus beaux atours, une démonstration équestre et la remise d’une attention par le club taurin à Jacques et Frédéric Bon pour le 30e anniversaire de la manade.
Côté piste, hommes et taureaux ont assuré le spectacle. La parole est aux cocardiers.
N.425.- "Désigné premier, j’exprime mes qualités au travers de multiples ripostes avec des belles poussées sur de beaux enchaînements pour 3 Carmen".
N.633.-
"J’ai trois ans, je saute et je ressaute, entrepris, j’apprends avec application mon métier. Je rentre une ficelle en musique".
N.641.- "Dès ma sortie, je fuse comme une météorite sur Sanchez, je décolle et je m’écrase dans les tubes commotionnant Marc Sanchez. Puis, je saute après tout ce qui court devant moi même si cela vient de loin.641.jpg Je suis un violent et je rentre ma cocarde en musique. J’ai du potentiel mais, qui ► veut aller loin… "
N.432.-
"Je saute beaucoup et j’ai peu envie de combattre. Un coup de barrière sur un raset kamikaze de Chig et musique. Je rentre mes ficelles".
N.501.-
"Moi, magnifique tau puissant, je frappe fort sur Chig (2 fois), Maurel (2 fois) et me donne avec cœur dans de multiples séries. La musique pour ma bravoure et une ficelle à mon retour au toril".
N.601.- "Je sors la tête haute et tente d’impressionner, mais de suite je cherche la bagarre dans le pourtour plutôt qu’en piste où il me faut encore faire mes armes. Moine rafle tous mes rubans et j’entends la musique. Rentre mes ficelles".
N.603.- "Je n’ai que 3 ans, je parcours piste et contre-piste à la découverte de ce nouveau monde. Puis je joue bravement avec les hommes qui me chicanent. Musique".

N.466.- "Déjà plus aguerri, je connais les règles, j’occupe et je garde mon terrain. Sur la première attaque (5e) de Galibert, je bascule et récidive sur ce même attaquant. Puis, je m’envoie sur Chig, mais hélas je m’ennuie et je rentre ma cocarde. Musique".

Texte et photos
Luc PERO
DSC00116.JPG
Le 501
DSC00124.JPG
Le 603

14/11/2009

BEAUCAIRE : XXe SOUVENIR FANFONNE GUILLIERME

Samedi 14 novembre

 APRES BIEN DES PERIPETIES ...

DSC00067.JPG
GAL-GALIN et C. Chanat sous les lampions.

Entrée : environ 100 personnes. Organisateur : CT Guillierme. Président : D. Eymonet. Raseteurs droitiers : Ayme, Bournel, Chig, Gros, Maurel. Gauchers : C. Chanat, Ferriol, Ricci. Tourneurs : Cuallado, Dunan, Rouveyrolles.

JOL.jpgQue de péripéties pour ce 20e Souvenir Fanfonne-Guillierme qui, malgré une entrée confidentielle, a tenu à assurer capelado et remise des prix soignée avec les gardians de la manade Guillierme, les Arlésiennes et la pena La Gardounenque. Jugez-en : au bout de sa prestation en piste, le 1er taureau de la course, Jol, blesse le portier Michel Garcia. Arrêt de la course, trois-quarts d’heure. Pour faire patienter le public, deux taureaux emboulés sont rasetés par l’Ecole taurine de Beaucaire. Puis un arrêt supplémentaire. En attendant, le 2e taureau prévu Tourtoulen sort emboulé, mais à la 7e un emboulage part. Arrêt. Le 3e taureau Tarnagas sort alors emboulé lui-aussi et tient le quart-d’heure. Le médecin est de retour. Alors on ressort le 2e pour qu’il finisse les huit minutes manquantes mais sans les emboulages. Ouf ! Suivent les trois taureaux et la remise des prix. Re-Ouf, il est 18 heures. Les nouvelles du portier sont rassurantes, tous les raseteurs ont assuré honnêtement leur travail, les taureaux ont montré des qualités et le public est resté jusqu’au bout, aficion quant tu nous tiens !

▲Jol.- Jusqu’aux ficelles, il promène. Puis, chaud, tape sur Gros, s’envoie sur Chig qu’il plaque aux tubes, récidive sur Gros et se livre au toril sur une grosse série. 7’30 avec 3 Carmen et retour. Blesse le portier.
Tourtoulen. Emboulé. Difficile de juger ses deux parties de course. Alterne le bon (4 belles finitions) et le moins bon (placement approximatif et abandon de trajectoire). 3 Carmen et retour avec une ficelle.
Tarnagas. Emboulé. Baroule sans finir. Pourtant, s’intéresse quand on le rentre et fournit quelques beaux enchaînements conclus. Tire la langue sur la fin. 2 Carmen et retour.

Rabina.- Roi de cœur. Attentif, il honore des séries sans fin en se chauffant. Du rythme, de l’envie pour neuf minutes superbes. 4 Carmen.
Lou Marqués.- Un bestiau qui, s’il se laisse mener quelquefois, reprend du poil de la bête pour ponctuer après Moine (x2), Maurel (x2). 9 minutes. 4 Carmen.
Gal Galin.- Toujours dans le terrain des planches, rapide, il montre de belles qualités cocardières. Plus des séries qu’il conclut en s’envoyant après C. Chanat (x2), Bournel (x2), Gros, de belle manière. 7 Carmen et les ficelles au toril.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

Ayme.jpgLes prix
Trophée du Xxe Souvenir Fanfonne-Guillierme : Anthony Ayme aux points.
Coupe de la ville de Beaucaire : David Maurel.
Coupe du Conseil général : Romain Gros.
Coupe du Conseil régional : Robert Faure, écrivain.
Coup de cœur à Jean Chanat pour sa dernière course.

Fait marquant : Michel Garcia, portier des arènes de Beaucaire depuis 1978, se fait surprendre par Jol (Guillierme, 1er de la course) à sa rentrée au tori. Le taureau le blesse de deux trajectoires (entre 15 et 20 cm) au niveau de la cuisse. Soigné sur place par le docteur Aurélie Dumas et transporté à Avignon, des nouvelles rassurantes du portier ont été données par son épouse, dimanche. 

Christian, Hubert Espelly sous le charme de Miss Estivales 2009Pere & Fils.jpg

11/11/2009

VERGEZE : COMPLETE DE BLATIERE

Mercredi 11 novembre 2009

C'EST LA FIN DE SAISON QUOI !

 

VERGEZE2.jpg
Césarion met le turbo après Benjamin Villard

Panturle.- Un beau gabarit qui trouve immédiatement les terrains appropriés pour défendre ses attributs. Il distribue de bonnes ripostes parfois conclues dont un puissant engagement après Villard. Collabore avec franchise dans les enchaînements et Benafitou cueille la 2e ficelle à la 13e. 2 Carmen.Entrée : 3/5e d’arène. Organisateur : commission des festivités. Président : Dijol. Raseteurs droitiers : Chig, Garcia, Gros, Marquier, Villard. Gauchers : A. Benafitou, M. Sanchez. Tourneurs : Bensalah, Euzeby, Mata, G. Rado

Température idéale pour cette clôture de la saison vergézoise. Sept cocardiers de Blatière-Bessac  travaillés par un cocktail de raseteurs As-Avenir d’où ressortent Marquier, Benafitou, Villard dans une course qui ne s’est jamais emballée si ce n’est sur les facéties de Chouan. Ambiance décontractée en piste et sur les gradins, c’est la fin de saison quoi !

Manillon.- En mouvement ou placé, il n’est pas toujours intéressé par le jeu. Trois conclusions mollassonnes sur Villard, une sur Chig  et une série pour rentrer ses ficelles.
Mintau.- Le Long des planches, il n’en fait qu’à sa tête et il faut vraiment le rentrer pour qu’il participe ce que font le mieux Benafitou, Marquier et Villard. Une grosse conclusion sur Marquier, à la 14e, et il rentre ses glands aidé de "Patience" le simbeu. Carmen diversement apprécié.
Jivago.- En mouvement, il ne facilite pas les beaux rasets. Pourtant, sur un bon cite de Benafitou, il passe à travers les planches. Parfois distrait, il manque de jus dans l’ensemble même s’il s’emporte vigoureusement sur un superbe raset de Marquier. Rentre sa 2e ficelle sans convaincre. 2 Carmen.
Césarion.-
Cocardièrement placé, il palnte quelques belles accélérations (Marquier, Villard) et met le turbo après Villard. Mais les hommes tournent au ralenti. Ça s’anime enfin avec des séries ponctuées aux planches, notamment après Villard et Benafitou. La 2e ficelle au toril. 5 Carmen.
Napoléon.- Montre d’entrée de l’agressivité, du coup les blancs s’en méfient. Attentif, facile sur le raset, mais imprévisible, à tout moment il peut fuser. Il s’emporte après Villard, conclut sur Marquier, sans plus. Napoléon s’est frisé les cornes, il a eu les blancs à l’esbrouffe. Rentre ses ficelles en silence.
VERGEZE3.jpg◄ Chouan.- Que voilà un convalescent en pleine forme. Un sauteur de première qui franchit allégrement les barrières. Séquence émotion avec Villard qu’il surprend en contre-piste. Du coup, rideau, les blancs ne s’aventurent guère devant ce méchantas. Si ce n’est les deux dernières minutes, où , raseté, il déploie beaucoup de punch déclenchant enfin les applaudissements et y laissant cocarde et pompons. Les ficelles au toril en musique.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

Mathieu Marquier un des meilleurs animateurs
de cette après-midi, ci-dessous avec Césarion

vergeze1.jpg
CHOUAN - Villard.jpg
Chaud le Show CHOUAN/Villard !


08/11/2009

PEROLS

Dimanche 8 novembre

LA CHALEUR DES CUILLÉ

DSC09958.JPG
RENOIR - M. Marquier

DSC09938.JPGEntrée :1/2 entrée. Organisateur : Régie taurine. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Chig, Jourdan, Marquier. Gauchers : Adil Benafitou, Nabil Benafitou, Poujol (sort à la pause). Tourneurs : Bensalah, Benzegh, Beker, T. Dengerma, Max.

Une course de fin de saison dans un esprit de camaraderie sous le soleil c’est déjà bien ! Mais quand les cocardiers sont chauds, les raseteurs comme Allouani, les frères Benafitou, Marquier, Jourdan ont eux aussi leurs bouffées de chaleur,   ce n’est que mieux. Parmi les six cocardiers de Cuillé, signalons l’excellent retour à son meilleur niveau de Renoir. Ses cinq congénères ont tous tenu leur poste avec panache.
Fanal.- Un solide premier qui ne craint pas le travail et l’honore avec sérieux en y apportant une pointe de brio au terme des plus belles poursuites. Sa vaillance et ses finitions lui permettent d’écouter quatre fois la musique.
Merlin.- Il est coriace et n’enchante pas toujours les blancs ! Le dernier pompon n’est levé qu’à la 7e minute. Calé aux barrières, il profite des beaux cites d’Allouani, des frères Benafitou, Marquier, Jourdan pour s’illustrer. 2 fois la musique et ses ficelles au retour.
TASSOU.2.jpgTitouan.- Quel tempérament ! Dès sa sortie il se jette sur tout et n’importe quoi créant ainsi de l’animation. Par la suite, c’est Nabil Benafitou qui s’en accommode le mieux en levant cocarde et glands sur de beaux rasets. Puis le biòu devient quelque peu retors mais se soulève toutefois sur Allouani, N. Benafitou, Marquier, A. Benafitou. Deux Carmen et ses ficelles rentrent.
Molière.- Ce jeune élément a du sang, du bon sang de barricadier. Il n’en est pas moins cocardier avec un bon placement et des belles poussées surtout à droite. Des coups de barrière, des sauts après l’homme et trois fois les honneurs résonnent.
Renoir.- Après une saison quelque peu perturbée et tronquée par les blessures, le biòu vedette a retrouvé sa hargne et de son envie d’exploser aux barrières. Agressif, sérieux et surtout très spectaculaire, il régale le public de nombreux coups de boutoir pour un concert de Carmen. Ficelles et ovation au retour.
Tassou.- Sort avec la "rougne" et ne prend son premier raset qu’à la 3e minute. Violent lorsqu’il se propulse aux barrières, il est craint aussi pour sa grande vélocité. Placé, il attend souvent les provocations. Des coups aux planches et une envolée sur A. Benafitou pour clôturer avant son retour avec ses ficelles. Des Carmen.

Texte et photos
Luc PERO

TASSOU.jpg
TASSOU -A. Benafitou

02/11/2009

L'APOTHEOSE DU PESCALUNE

Lunel 1er novembre 2009

LE SOMMET AVEC GUEPARD, ADIL ET SABRI

GUEPARD-Allou.jpg
GUEPARD-Benaf.jpg
Photos Luc PERO

01/11/2009

LUNEL : FINALE DU TROPHEE PESCALUNE

Dimanche 1er novembre 2009

ADIL BENAFITOU DECROCHE LA LUNE

BENAF.jpg
ADIL.jpgEntrée : plein. Organisateur : Lunel Toro. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Jockin, Jourdan, Outarka. Gauchers : A. Benafitou, Four, Mebarek, Ouffe. Tourneurs : Benzegh, Bensalah, T. Garrido, Labrousse, Zerti.
Du beau temps, une belle entrée, une bonne ambiance en piste,
des taureaux à la hauteur de leur réputation, des tenues blanches qui se hissent au niveau... Voilà la recette  réussie de cette finale du Trophée Pescalune.
Adil Benafitou (77 points) remporte la compétition devant Allouani (64) et Four (42). Jockin reçoit le prix du meilleur raseteur Pescalune. Pasteur s’adjuge le prix du meilleur cocardier de la saison alors que Guépard, sensationnel, celui de la finale.
Figaret (Le Ternen).- Comme à son habitude, dès la sortie, il court beaucoup et perd ses principaux attributs. Après six minutes, enfin, il se cale et les poursuites deviennent intéressantes et parfois conclues. Anticipateur, il pose des gros problèmes aux hommes qui ne trouvent pas la solution et lui laissent ses ficelles. 1 Carmen en course.
Petit Lou (Chaballier).- Il démarre fort avec de belles poursuites le temps des pompons. Aux ficelles, dès les premières sollicitations, il répond présent sur des enchaînements menés tambour battant. Sans faiblir, il va fournir quinze minutes brillantes et trois fois récompensées.
Marcellin (Rouquette).- A son entrée en piste, il subit la pression blanche mais ne s’en laisse pas conter. Un  coup de barrière sur Allouani et on attaque les ficelles avec plus de politesse. Un autre coup sur Four, des poursuites dangereuses sur Allouani, Jourdan, Four, A. Benafitou et ses ficelles rentrent. 3 Carmen.
Pasteur (Fabre-Mailhan).- Le Biòu d’Or 2009 qui étrenne son titre trouve très vite son terrain à droite du toril et de là il sélectionne pour distribuer des ripostes de qualité lorsque les tourneurs le laissent tranquille. Cocardier difficile, il gère sa course en se réservant quelque peu. Pour ses actions aux planches et ses enfermées, Carmen joue cinq fois.
Pesquié (Saumade).- Il débute par un énorme coup sur Four. Puis, retape trois fois consécutivement. Bien raseté et bien emmené, il se signale encore plusieurs fois aux planches assurant son rôle de barricadier. Ses ficelles au toril et des Carmen.
Guépard (Cuillé).- Dès les premiers cites, il se lève sur Jourdan, puis le biòu promène les hommes. Allouani s’engage et l’action à la planche est phénoménale : pantalon déchiré mais cocarde dans le crochet. Dans la foulée, A. Benafitou à son tour frôle l’accrochage pleine piste. La tension est au maximum et le biòu maîtrise tout. La fin de course alors que le 1er gland est à 450 euros est haletante et spectaculaire. Il rentre son 2e gland sous l’ovation et entend une kyrielle de Carmen.
Sparagus (Janin).- Dès son entrée, il fait le vide autour de lui. On discute, on échaffaude des plans, mais Sparagus bien positionné, ne supporte personne autour de lui. Attaqué à la 5e minute (A. Benafitou), il faut ensuite se résigner à n’apprécier que quelques rares poursuites. Trop peu travaillé, il rentre ses ficelles et entend plusieurs Carmen.

Texte et Photos Luc PERO

NOVES : ROYALE DE FABRE-MAILHAN

Samedi 31 octobre 2009

ENCORE UNE SOLIDE ROYALE …

Noves 14.jpg
VERAN - Gros

 

Entrée : ¼ d'entrée. Organisateur : CT L’Encierro. Présidence : N. Beltri. Raseteurs droitiers : Bournel, Gros, Miralles, Sabatier. Gauchers : Errik, Fadli, Martin Cocher. Tourneurs : Cuallado, F Garrido, Kherfouche.

Après Paluds-de-Noves la semaine dernière, c’est à Noves chez le voisin que se présentait la royale de Fabre-Mailhan. Encore une fois, les jeunes cocardiers ont donné entière satisfaction face à des raseteurs sans pression. Sabatier en chef de file tire la course bien secondé par le reste de la troupe. Côté bioù, mis à part Roumieu , les pensionnaires des Bernacles ont du tonus et des qualités naissantes prometteuses.

Noves 08.jpg Dix minutes trente volontaires pour ◄BISON futé capable de belles accélérations à droite. Il pêche un peu dans le placement mais sa prestation est intéressante. 3 Carmen et retour. Sept minutes vaillantes pour ROUMIEU. Il se donne des deux côtés mais sans terminer ses poursuites. Idéalement placé, VERAN conserve cinq minutes ses attributs et pose problème. Aux ficelles, il se jette avec conviction, accélère dans les séries et malgré le rythme final imposé par les blancs, les conserve avec brio. 4 Carmen et retour. Un costaud ce RAIMU qui fend le sable à grande vitesse. Vif et l’œil aux aguets, il termine tête au dessus des bois. Teigneux et rageur c’est avec conviction qu’il réintègre ses ficelles après une course solide. 7 Carmen dont rentrée. Sérieux, HAUTURIER met d’entrée la pression sur Gros après qui il frappe. Cocardier intelligent, il maîtrise le combat et Sabatier traverse la piste dans les cornes. Placement, vitesse et anticipation sont ses armes. S’il perd une ficelle sur la sonnerie, il se bat comme un diable jusqu’à coincer le pied de Sabatier. 10 Carmen et retour. Calme, PHARAON  a des qualités barricadières notamment après Fadli mais manque de pression constante pour mieux s’exprimer. C’est un élément prometteur qui termine par une grande action après Sabatier. 6 Carmen et rentrée.

Texte et Photos Eric AUPHAN

Noves 24.jpg
RAIMU - Gros
Noves 61.jpg
HAUTURIER - Gros

21:14 Publié dans COURSES HORS TROPHEE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noves

31/10/2009

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE

Samedi 31 octobre 2009

UN REGAL POUR LA CLOTURE DU BANDOT

4A.jpg

Aiglon de l'Occitane et Allouani : deux pointures

 

Entrée : 3/5e d’arène. Organisateur : CT Le Bandot. Présidence : Philippe Gibert. Raseteurs droitiers : Allouani, Jourdan, Noguera, Moine. Gauchers : Aliaga, C. Chanat, L. Galibert. Tourneurs : Benzegh, Beker, Ménargues, Zerti.

Dans ce climat familial et détendu, les raseteurs s’appliquent et les cocardiers s’épanouissent. Du coup, les spectateurs se régalent. Tout le monde est gagnant. Carmen pour la der 2009 du Bandot.
8.jpgBonne idée : nouvelle sono ; mauvaise idée : pas assez testée et hyper sophistiquée ; résultat : un mescladis de Carmen et de coups de trompette ; heureusement, le président du Bandot, Aimé Hugon, paye de sa personne et se transforme en DJ rajoutant bonne humeur et participation du public.
Points forts de la course : le choix des taureaux, qualités variées et comportements diverses ; mélange de raseteurs As - Avenir, les jeunes profitant de l'expérience des aînés et de leurs tourneurs expérimentés ; la présence amicale de Sabri Allouani qui tire la course vers le haut.


1.jpgMerlot (Cuillé).- Placement et la puissance qu’il développe au départ de l’action mettent du piment dans sa prestation. Des enfermées (Jourdan, Noguera) et des séries pour défendre ses ficelles. 12 minutes. 1 Carmen.
► Photo avec Noguera
2.jpgLéandre (Plo).- Malgré un coup de mou à mi-parcours, Léandre se fait respecter par des poursuites affirmées (Galibert, 3 fois Chanat, Allouani). Les dernières minutes sont intenses dont le dernier raset de Chanat qu’il déséquilibre au saut. Une dizaine de Carmen et les ficelles au toril.
Photo avec C. Chanat
3.jpgRegain (Les Baumelles).-  Un jeune élément qui montre beaucoup d’envie en se jetant après les hommes pour des enchaînements rythmés et suivis jusqu’au ras des planches. Remuant, mais toujours le long des bois, pas facile le biòu qui a montré de prometteuses qualités ! Rentre ses ficelles. 6 Carmen.
Photo Regain avec J. Aliaga
Aiglon (Occitane).- LE cocardier de l’après-midi. Imposant, sérieux, il ne se laisse pas enfariner. Des poursuites sévères où il met la corne en conclusion. Tour à tour, Allouani dans les cornes, Jourdan emporté, Noguera séchement éconduit, Aliaga enfermé... pour onze minutes les glands. Du beau travail, aux ficelles, où il embarque Aliaga, ponctue sur Allouani, Chanat, Noguera. Aiglon prêt pour le niveau supérieur. Les ficelles rentrent. 8 Carmen.

5.jpgPhoto Gaffet avec L. Galibert
Gaffet
(Aubanel).- De la vivacité dans les échanges, aucun refus, un peu brouillon au début mais un nombre impressionnant de coups aux bois sans baisser de rythme. Casse les planches, s’emporte après Jourdan, Chanat, Noguera, défendant sa 1re ficelle jusqu’à la 14e. Rentre l’autre avec une dizaine de Carmen.


6.jpgCanelet (Blanc).- Rapide dans ses interventions, les blancs mettent du temps à s’organiser. Suivent de longues séries qu’il conclut droit sur l’estribo. Il s’emporte après Allouani qu’il va chercher haut sur les tubes. Jusqu’au terme des séries toujours aussi endiablées, musique en boucle. Une ficelle rentre.
Photo Canelet avec Noguera

7.jpgRabino (Raynaud).- Un beau gabarit qui pour peu qu’on le cite à la régulière s’engouffre après l’homme pour s’éclater à l’assaut des planches. Un final hautement spectaculaire pour un concerto de musique.
Photo Rabino avec V. Jourdan.

Martine ALIAGA
Photos C. ITIER


SAINT-GILLES : FINALE DU GLAND D'OR

Samedi 31 octobre 2009

NABIL BENAFITOU ET GASTABOI VAINQUEURS

N.Benafitou.jpg
Le cran et la volonté ont forgé la victoire de Nabil 

Une demi-entrée pour assister à cette finale du Gland d'Or 2009. A la présidence, Didier Gaillard invite Auzolle, Villard, Khaled, Four, N. Benafitou, Guyon à prendre part à la capelado. Cinq tourneurs les rejoignent. Nabil Benafitou grâce à sa pugnacité coiffe sur le poteau Benjamin Villard. Gastaboï de Guillierme s'adjuge logiquement le prix du meilleur cocardier. Alésien de Briaux, peu raseté, n'a pu étaler ses réelles qualités.

Rascaillon (J.-C. Blanc).- 13 ans. Il perd vite ses pompons et ne se signale qu'avec parcimonie. Que c'est long 15 minutes. Un Carmen généreux sur une enfermée derrière N. Benafitou.
Forest (L'Argentière).- 13 ans. Lui aussi, cède vite cocarde et glands. Et fournit 15 minutes avec deux gros coups sur Auzolle et N. Benafitou. 2 Carmen en course.
Alésien (Briaux).- 11 ans. D'entrée, il cherche son terrain qu'il trouve sans pour autant y prendre racine. Respecté, il garde ses principaux attributs six minutes. Raseté au compte-goutte, il ne peut briller aux planches et c'est avec une belle maîtrise cocardière qu'il rentre ses ficelles. 3 Carmen.
Andalou (Espelly-Blanc).- 14 ans. Du bon avec quelques jolies poursuites réhaussées d'anticipations. Mais il est peu raseté en rythme et a quelques oublis. Aussi, ses 15 minutes sont languissantes. 2 Carmen.
Leventi (Plo).- 10 ans. Attaqué tambour battant, il récolte très vite un Carmen et laisse ses attributs. Par la suite, il s'illustre dans de nombreuses séries qui lui valent de nombreuses fois les honneurs dans 9 minutes très brillantes.
Mathis (Lautier).- 11ans. Toujours barricadier mais nettement moins dominateur et cocardier, il régale néanmoins son public par de nombreux coups de barrière. 15 minutes et des Carmen à foison.
Gastaboi (Guillierme).- 6 ans. Du tonus, de l'envie chez ce jeune biou qui se livre bien et frappe en conclusion. Une belle brillance dans les finitions (dont un magnifique saut sur N. Benafitou) et de nombreux enchaînements lui permettent d'écouter moult Carmen et d'obtenir du haut de ses six printemps, le prix de la journée.

Texte et photo
Luc PERO

30/10/2009

FINALE DES TAU AUX SAINTES

Mercredi 28 octobre 2009 : finale des courses de tau Marcel-Mailhan


SUCCÈS MÉRITÉ

SAINTES.jpgArènes bondées, temps estival, mercredi dernier, la course finale des tau Marcel-Mailhan organisée par le Parc Naturel régional de Camargue s’est taillé un beau succès. Un succès populaire qui, au fil des années,  ne se dément pas pour une course qui n’a pas déçu. Les stagiaires FFCC (à droite Chekade, Gautier, Sanchez ; à gauche Martin, Favier, Rassir, Alarcon ; tourneurs Martinez, Fouque) ont raseté proprement avec envie et rigueur. Et si les récompenses finales sont décernées à Chekade (1er), Gautier (2) et Favier (3), les félicitations vont à l’ensemble.
Fantasques, agressifs,  volontiers fugueurs, parfois distrait, naïfs... Tous ces tau, entre 3 et 5 ans,  ont montré à des degrés divers ces traits de caractère. Les plus aptes à participer au jeu ont été distingués :  le Lautier, 1er ; 2e le Guillierme, 3e le Fabre-Mailhan ; le Lagarde aurait pu y prétendre.
Dans l'ordre de sortie, le très beau N.645 de Raynaud s’est montré fugueur et pas trop intéressé. Celui d’Aubanel-Baroncelli, N.5108, a mis du jus dans les poursuites notamment surles gauchers mais a volontiers campé en contrepiste.
Le N.563 de Guillierme, 3e, a paru le plus complet et le plus prometteur. Il montre du moral jusqu’au terme de ses 10 minutes, avec une bonne occupation de la piste. Dans les séries qu’il honore sérieusement, il ponctue de la corne. Tour à tour les stagiaires le cite proprement et le tau plonge avec envie dans des poursuites poussées.
Le N.431 de Lautier, 4e, surprend. Un petit gabarit vif qui anticipe et poursuit avec détermination. Les raseteurs lui servent de belles longueurs en musique. Trop en confiance, Favier se fait surprendre et renverser pleine piste (voir photos ci-dessous) Avec sang-froid, le raseteur se sauve des cornes. Mais la séquence a été émotionnante.

A la reprise, le L’Ilon N.657 a eu plus de cœur à s’échapper qu’à poursuivre  manquant de conviction. Le N.576 de Fabre-Mailhan est un bel exemplaire qui s’offre généreusement sur tous les cites. Des séries rythmées souvent conclues avec cœur où il laisse sa 2nd ficelle à la 7e minute. Le N.519 de Lagarde met toute sa puissance à couper le terrain de ses adversaires. Toujours bien placé, il est attentif et signe de beaux engagements. Quant au Martini, N.601 même s’il ne refuse rien quand il est bien pris par les blancs, ses désirs d’évasion l’ont empêché de se concentrer.

Martine ALIAGA
* Les vainqueurs de la finale ont été récompensés en fin de course mais la remise des prix décernés sur l'ensemble des courses se fera prochainement au Relais culturel des Saintes-Maries-de-la-Mer.

 

LE " TAU " DE LAUTIER VAINQUEUR
CORRIGE SERIEUSEMENT M. FAVIER

DSC09568.JPG
DSC09569.JPG
DSC09570.JPG
DSC09571.JPG
DSC09572.JPG
DSC09573.JPG
DSC09574.JPG
DSC09575.JPG
DSC09576.JPG
DSC09577.JPG
DSC09578.JPG
Photos Luc PERO

26/10/2009

REDESSAN : COMPLETE DE PLO

Dimanche 25 octobre 2009

L'EAU A LA BOUCHE

ERRIK.jpg

 

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT Le Toril. Président : Aurélien Laget. Raseteurs droitiers : Ayme, Estevan. Gauchers : Aliaga, O. Ruiz, Errik. Tourneurs : F. Garrido, Rouveyrolles.

D'entrée on se disait que cinq raseteurs pour ces taureaux de Plo dont on connaît les qualités, ça faisait pas beaucoup. Làs, au 4e, coup sur coup, Ayme et Aliaga se font mal (chevilles), les blancs se retrouvent à trois avec courage certes mais les spectateurs sont restés l'eau à la bouche, malgré les bons passages.

OLIBRIUS : un premier qui s'engage et met la corne. Bien rentré, il est offensif jusqu'aux planches. Des séries et des enfermées sur Errik, Ayme, O. Ruiz. Défend sévèrement sa 1re ficelle qu'il cède au terme. 6 Carmen.
AYME.jpgMENDIANT : un peu brouillon mais du jus à revendre. Brave, il se livre surtout avec les gauchers qui s'en donnent à coeur joie. Mais garde ses ficelles. 5 Carmen.
PAVOT : beau gabarit de six ans qui pousse fort en toute franchise. Permet les beaux gestes aux blancs (surtout Ayme) qui travaillent joliment sa 2e ficelle. Onze minutes. 1 Carmen.
PORTO : impressionne par sa rapidité, sa méchanceté et son placement rigoureux. Du coup les blancs tirent des plans. Porto prend l'air et patiente. Ayme boîte, Aliaga s'écrase en contre-piste, Errik s'engage, Porto s'engouffre pour une arrivée émotionnante, une fusée sur Ruiz, et même sur Frédéric Garrido dans un quart d'heure de domination totale duquel Porto ramène tous ses attributs intacts. 3 Carmen.
POKER : les trois derniers mousquetaires trouvent un second souffle, celui de l'honneur. Poker se place, et manquant de travail, se garde un peu. Mais Estevan fait tourner le crochet, Errik à la pointe du combat, alors Poker s'explose en conclusion ou cloue les planches dans une rafacle d'actions. Rentre une ficelle. 5 Carmen.
PAGNOL : sort avec une rougne terrible et un vrai comportement de bestiau. Les longs rasets d'Errik trouvent preneur. Pagnol s'éparpille un peu mais se livre avec de jolies anticipations. Rentre ses ficelles. 3 Carmen.
OUNDO : calme et amaigri, lui aussi s'ennuie et s'évade. Errik ne se dérobe pas et l'affronte pour de gros engagements ; Estevan nous fait des frayeurs ; Ruiz à son tour. Errik fait l'effort et Oundo explose magistralement pour un bon final. Rentre une ficelle avec 7 Carmen.

Martine ALIAGA
Photos archives L.Pero

CABANNES

Dimanche 25 octobre 2009

LE SACRE DE CLOVIS
POUR LA 22e COUPE DES PETITS MANADIERS

DSC_7825.jpg b.jpg
QUASAR et D. Maurel

Entrée : ¾ d'entrée. Organisateur : CT Lou Prouvenco.  Présidence : J. Faure. Raseteurs droitiers : Chig, D. Maurel, Moine, Sabatier. Gauchers : J. Chanat, L. Galibert (sort au 5e sur contracture), G. Perez. Tourneurs : Kherfouche, Lieballe, Ménargues, G Rado.
Quelle est belle la course camarguaise
quand les raseteurs y mettent la manière et que les taureaux étalent leurs qualités. La 22e coupe des petits manadiers a donné satisfaction du début à la fin. Difficile exercice pour le jury car si Clovis remporte le 1er prix (comme Gaspard l’an dernier) et Quasar le second (comme Organdi l’an dernier), Phénix, Hébus et voire Paséo auraient pu y accéder. Mai (Les Baumelles) remporte le prix du meilleur taureau de la saison pour sa course du 29 juillet. Côté blancs, Moine toujours à la pointe de l’effort est récompensé mais Chig jusqu’à sa chute au 6ème était dans le coup. Ils sont les deux leaders du jour avec Maurel et Sabatier. Galibert jusqu’à sa sortie, Pérez et Jean Chanat participent activement. Ce dernier pour son dernier raset à Cabannes reçoit la médaille de la ville dans une remise des prix sous les projecteurs.

Volontaire à souhait, PASEO (Didelot) malgré la débauche de travail, ne concède que la coupe de la cocarde. Avec son coup de revers, mettre la main dans les cornes n’est pas aisé. Malgré deux passages au centre, il saute après Sabatier et à cette rude place aura tenu son rang. 3 Carmen et retour. JACQUOT (Granier)  manque un peu de rein mais pas de volonté dans les séries qu’il enchaîne avec deux coups de barrières après Chig et Sabatier. Toujours décidé, il peine physiquement mais se bat avec conviction et s’incline sur la sonnerie avec les honneurs joués trois fois. Mobile au départ, BELEU (Lou Pantaï) se fixe aux ficelles et vient menacer les blancs cornes pointées en avant. Il donne du fil à retordre et ne se laisse pas manœuvrer aisément. Il conserve ses ficelles. 1 Carmen et retour.
Barricadier, CLOVIS (Richebois) se propulse une quinzaine de fois aux planches dans des actions très spectaculaires notamment après les gauchers. Son sens du combat est incontestable et lui permet de remporter le prix. 11 Carmen et retour. Coureur, PHENIX (Brestalou) doit défendre ses ficelles dès la première minute. Il enferme fort jusqu’aux planches avec un cœur énorme. Agé de 5 ans son potentiel est indéniable car il ne baisse pas de régime et la plupart de ses poursuites donnent le frisson. 9 Carmen et retour avec une ficelle. Rapide et concentré, HEBUS (Agu) se jette fort et termine au ras des planches. Son placement est adéquat et il baisse la tête au contact. Il finit sa course de plus en plus fort avec de super rasets de Sabatier. A la dernière minute, Chig percuté au saut doit se jeter en contre piste et reste commotionné longtemps. 5 Carmen et rentrée. QUASAR (Plo) termine sur des actions d’envergure notamment une envolée sur Maurel les cornes dans le dos et des percussions sur Sabatier. Jeune et perfectible, il manque de pression aux ficelles mais l’impression d’ensemble est très positive. 6 Carmen et rentrée.

Eric AUPHAN

25/10/2009

SAINT-GILLES

Dimanche 25 octobre 2009

LES PRIX A MARQUIER ET NOMADE

NOMADE 1.jpg
NOMADE de Plo sur M. Marquier
 
Entrée : 300 entrées environ. Organisation : Service des festivités.  Présidence : Didier Gaillard.  Raseteurs droitiers : Bournel, Canales, Fougère, Marquier. Gauchers : Cartalade, Khaled. Tourneurs : Abbal,  Curtil, Max, Tourki.
Le Souvenir José-Boulaire revient fort logiquement à l’omniprésent Mathieu Marquier. Kévin Cartalade, Khaled sont à citer parmi les plus travailleurs. Le prix du meilleur cocardier quant à lui est attribué à Nomade de Plo.
Bastidon (Cavallini).- Un premier sérieux, barricadier lorsque lui en est donnée l’occasion (Marquier 2, Cartalade, Khaled). Une bonne occupation du terrain et un coup de revers pour défendre et rentrer son unique ficelle. En récompense 5 fois la musique joue.
Kaki (Félix).- Dès sa sortie, il se positionne dans le terrain des planches et pose ainsi des problèmes. Anticipateur à droite surtout, il n’inspire guère aussi, il n’a peut-être pas le travail soutenu mérité. Il rentre aisément ses ficelles après avoir écouté la musique sur une grosse poursuite après Fougère. Carmen au retour.
Bohémien (Les Baumelles).- Il se donne avec vaillance dans des séries sans conclusions mais toniques. Sans aucun refus, il effectue quinze minutes d’une belle brillance et sauve après une belle bagarre sa 2e ficelle. 5 fois les honneurs.
Nomade (Plo).- Le gros morceau de l’après-midi. Très difficile à prendre en défaut. Il surveille tout, anticipe et termine avec une corne meurtrière. Maître de l’ovale, on ruse pour l’aborder mais sans grande réussite. Marquier, Khaled et Bournel seront les seuls à le provoquer pour de belles répliques. Il concède 1 gland mais rentre sa cocarde. 4 Carmen.
Mazarin (Le Joncas).- Dans un premier temps il se chauffe et se distingue dans de longues séries. Puis aux ficelles, le travail devient trop parcimonieux. Malgré ce, il se soulève sur Cartalade, mais la pression est vraiment trop insuffisante pour son caractère belliqueux. 5 Carmen et ses ficelles au toril.
Fanau (Lautier).- Dommage qu’il se tienne trop souvent au centre, car dans les planches, ses réactions sont positives et ses finitions spectaculaires. Brave barricadier, il conclut une dizaine de fois et rentre ses ficelles. 5 Carmen.
Catouli (Blanc).- Sur la 1re attaque, il saute sur Marquier. Peu raseté, il va se dégourdir les pattes dans le pourtour. Marquier est vraiment le seul à le consentir et finalise avec lui sa victoire. Ficelles au retour et 2 Carmen.

VIDOURLE

PALUDS-DE-NOVES

Samedi 24 octobre 2009

LA JOLIE BANDE A BONO ET LE GANG DES CARMEN.…

DSC_7568.jpg
DILUN et M. Chig


 

Entrée: 3/4 d'arène. Organisateur: CT Paluds. Présidence: A Bono. Raseteurs droitiers: Bournel, Chig, Guyon, Moine. Gauchers: Aliaga, C. Chanat, Errik, Fadli, L Galibert. Tourneurs: F Garrido, Lizon, Ménargues, G Rado.

DSC_7659.JPGAprès de nombreuses années passées à la présidence du club taurin et au micro Agniel Bono raccroche. Pour sa dernière, taureaux  de Fabre-Mailhan et raseteurs ont brillé à l’unisson pour offrir un spectacle de qualité et un final sous une pluie de Carmen. Une journée marquée par la sympathie et l’amitié dans un esprit de camaraderie.

Généreux, DILUN (7 Carmen) ouvre le bal des raseteurs avec une valse de séries accompagnée de Carmen bien mérités. Il ne lâche jamais prise ce qui lui permet de conserver une ficelle en musique. Coureur de fond, YAGO (2 Carmen) défend chèrement ses attributs cinq minutes. Chevronné, aux ficelles, il se tient mieux et frappe après Chig (2) et Guyon. Sérieux, il conserve ses ficelles en musique. Disponible, CARABIN (1 Carmen et rentrée) répond avec vaillance des deux côtés. Méchant, il cloue souvent les cornes à l’arrivée. Il ne lâche rien jusqu’au bout, même pas ses ficelles qu’il réintègre lui aussi en musique. Avec beaucoup de cœur, ALADIN (2 Carmen et rentrée) se donne avec conviction et une paire d’arrivées menaçantes. S’il perd une ficelle sur la sonnerie, c’est un pur cocardier qui se fait respecter. Vif et rapide, BELOLI (7 Carmen dont retour) perd ses attributs en soixante secondes tout en étant agressif aux planches sur Guyon. Coopératif à merveille, il donne le change pendant treize minutes avec un final éblouissant. Sans faire de vagues, NEPTUNE (8 Carmen et rentrée) lâche vite ses pompons non sans percuter Guyon. Avec lui, c’est main sur le frontal et arrivées jusqu’aux planches dans treize minutes euphoriques.

Ensuite place aux anciens de l’école taurine de Nîmes de Daniel Siméon, qui ont offert avec Touradon, Néron et Tonin emboulés pour la circonstance, des moments inoubliables. Des rasets merveilleux,  couverts par les Carmen continus sous les vivats des afeciounas conquis. Et Agniel Bono accompagné de sa joyeuse bande de donner rendez-vous salle de l’amitié pour lever le verre à la gloire de la course camarguaise.

Texte et Photos Eric AUPHAN

 

PALUDS 1.jpg
Rémi GUYON et YAGO
ANCIENS NIMES.jpg
Les Anciens de l'Ecole Taurine de Nîmes

 

 



24/10/2009

MARSILLARGUES : COURSE POUR L'ANAPI

Samedi 24 octobre 2009

Il arrive parfois que les actes les plus désintéressés donnent lieu à de féroces empoignades. Telle cette histoire marsillarguo-marsillarguoise entre les CT Le Banet et La Sounaïa. Depuis une quinzaine d'années, Thierry Félix, ancien raseteur et manadier, a initié cette course au profit de l'association ANAPI qui aide les handicapés. Bon an mal an, cette course se déroulait avec le CT La Sounaïa. Cette année, c'est Le Banet qui en a pris la charge. Pourquoi ? On laissera les Bajans en démarmailler les fils entre eux. Mais de là à faire croire que la course n'avait pas lieu, voilà un excès qui n'avait pas lieu d'être. Les actes de bénévolat n'étant pas légion pourquoi à l'avenir ne pas s'entendre à deux clubs taurins pour péréniser cette course sans pénaliser toutes les bonnes volontés.

UNE COURSE DANS L'ESPRIT

Revenons-en à cette agréable après-midi ensoleillée où une mention doit être apportée aux raseteurs qui ont parfaitement joué le jeu, aux manadiers pour le bétail de qualité et aux spectateurs qui ont petit à petit garni les gradins. Sous la présidence de Thierry Daniel, défilaient à la capelado les droitiers Garcia, Daniel, Villard, D. Fougère, Paparone et les gauchers Poujol, Cartalade, Sanchez ; tourneurs : Curtil et Abbal.
Tous les taureaux entendent Carmen au retour et en piste. Christian Saint-Pierre pour Fortune et Paparone en tant qu'animateur reçoivent coupe et bouquets.

Lancelot de l'Occitane a ouvert les débats avec volonté s'engageant jusqu'aux planches. Des séries et une bascule derrière Poujol pour un quart d'heure agréable. Suivait un petit gabarit inexpérimenté, Franco de Cyr, qui a eu du mal à trouver sa place malgré quelques poursuites (9'30). Le remuant Bourbotte de la Saliérène a montré un beau tempérament et des accélérations offensives. Attentif, il garde son second gland.

Fortuné de Saint-Pierre fait un bon 4e et d'ailleurs recevra le prix du jour. Des séries sur un bon rythme où il s'engage rageusement. Du placement pour 6 minutes les pompons. Met Fougère en danger, pousse sur Garcia. Quelques belles séries et il rentre sa 2nd ficelle.
Au petit trot, Antares (Hervas) participe mais il se laisse "claver" pour les pompons et dès la 5e minute, les blancs travaille la deuxième ficelle qui partira à la 8e. Pour Muguet c'est un baptême. Il est le premier de la manade de Layalle à sortir à ce niveau. Pas étouffé, il part en chasse et, le long des planches, se livre correctement. Il aurait fallu un peu plus de travail pour voir ses qualités mais son manadier était ravi de participer, c'est l'essentiel. Rentre une ficelle.
C'est un beau tau qui clôture, Sylvéréal de Saint-Gabriel, plein de fougue et de violence. De la méchanceté à revendre, de la rage à taper les planches, de l'inexpérience aussi, c'est normal. Et trois belles actions après Poujol qui l'embarque avec lui au-delà des barrières.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

 

 

20/10/2009

MANADE CAVALLINI : LES 25 ANS

CAVA2.jpgSamedi 17 octobre 2009

SALIN-DE-GIRAUD


POUR FETER LE QUART DE SIECLE
DE LA MANADE SAINTOISE
ON SE SOUVIENDRA...


... de ces arènes du "bout du monde" balayées par le mistral et de l'implication du club taurin Prouvenço aficion pour une capelado soignée  (avec les groupes folkloriques Camargue Sauvage et l'Estelle de l'Avenir ainsi que deux demoiselles d'honneur de la Reine d'Arles, Elodie Bretagne et Marion Picard) et les gardians de la manade Cavallini, au centre desquels se sont présentés, à cheval,  Laurent et Laura Cavallini ;

CAV ALAUETLAUR.jpg... des larmes d'émotion de la demoiselle du Mas de Pioch, portant si joliment le costume d'Arles ; du sérieux de Laurent certainement touché par les marques d'amitié mais aussi par la mesure de ce quart de siècle passé à poursuivre son rêve qui jour après jour se fait réalité : faire courir des taureaux de valeur ; du plaisir des spectateurs et des proches agitant les couleurs de la manade blanc, rose, bleu ;

CAVASAL.jpg... de la présentation de Salinié, révélé dans ces arènes où il a aussi fait sa despedida ;

... de la course où hormis  l'honneur du manadier à sortir une complète, le comportement des taureaux a donné satisfaction avec des cocardiers qui se livrent et donnent du jeu. Les raseteurs sous la présidence  bienveillante de Jacky Faure (à droite Chig, D. Maurel, D. Martinez ; à gauche Ferriol, M. Sanchez, Aliaga ; tourneurs : Lieballe, Duran, G. Rado et Euzeby) ont fait de leur mieux, Chig recevant le bouquet du meilleur animateur. Carmen a bien sûr salué les performances des cocardiers mais avec mesure ce qui a été appréciable.

Baigneur : des poussées puissantes à la planche mais aussi quelques "lâcher-prise", il se blesse après 6 minutes et rentre. Goëland utilise au mieux le terrain et donne des ripostes cocardièrement satisfaisantes pas toujours conclues. Petit à petit prend l'ascendant et riposte par quelques belles enfermées (Ferriol, Sanchez). Rentre son 2nd gland.
Premiers échanges plein pot et un peu brouillon avec Chenebier qui montre un coeur énorme dans les enchaînements. De bonnes actions avec Chig qui le défie pour un corps à corps et Maurel.

CAVAB.jpgTauzin (◄ photo avec Chig) a bien défendu son statut de "vedette" de l'élevage. Rigoureux par son placement, attentif et puissant, il pousse avec franchise et brille par ses conclusions. Se ménage un peu répit, puis termine sur un bon passage avec Sanchez sur la longueur et Aliaga dans les cornes. Une ficelle à la maison.
Bellas s'engage jusqu''aux planches avec envie. Il appuie sur la finition notamment sur Ferriol, Sanchez, Chig.
Reste l'espoir Beauvoisinois pour sa première course sous son nom. 5 ans et des qualités qui ne demandent qu'à s'exprimer. Des engagements appuyés après Maurel (3), Chig, Sanchez. Et même s'il tire un peu la langue en fin de temps, son envie d'en découdre augure d'une belle carrière.

CAVATRIO.jpgCAVATROPHEE.jpg... une sympathique réception d'après course où tous les - nombreux eh oui ! - trophées de la manade Cavallini sont exposés et la famille réunie pour recevoir les manifestations de sympathie et d'encouragement à poursuivre. 25 ans c'est beaucoup (de temps, de travail, de déceptions, d'espoirs, de remises en cause) mais en course camarguaise cela  marque un premier cap et ouvre les promesses d'un bel avenir.

Martine ALIAGA
Photos Eric AUPHAN

 

Beauvoisinois, N.412, avec sa corne gauche épointée.
De la vigueur dans les coups de barrière
(ici sur Maurel, plus bas sur Sanchez)
et une belle volonté dans les poursuites. Taureau à suivre

CAVAA.jpg

 

CAVAC.jpg

**********************************

 

18/10/2009

SAINT-MARTIN-DE-CRAU : 44e TROPHEE SAN JUAN

Dimanche 18 octobre 2009

MOINE ET PAPAGAI POUR LES PRIX

Entrée : 2/10e d'arène. Organisateur : CT Saint-Martinois. Présidence : G Roccia. Raseteurs droitiers : Chig, Dumas, D. Maurel (sort au 5e), Moine, Sabatier. Gauchers : A Benafitou, Errik, Martin Cocher. Tourneurs : Bensalah, F. Garrido, Ménargues, G. Rado.

 

Après une première partie agréable, la course bien commencée a perdu son allant après Eliodor (certainement pas très loin du prix) pour finir avec un Papagaï dominateur. Moine (168 points) remporte le 44e trophée Francis San Juan devant Maurel et Martin Cocher (120 points chacun) peu en vue. Le prix Marcel Passereau du meilleur animateur revient logiquement à Benafitou le plus constant de l’après-midi. Chig tire son épingle du jeu. Le vent et le froid glacial (à ne pas mettre un afeciouna sur le béton saint-martinois) ont quelque peu nui à l’ambiance.

Attentif, SUFFREN (Chapelle) assume son rôle avec conviction et offre treize minutes avec des poursuites abouties cornes aux bois. 4 Carmen et retour. S’il débute par un coup de barrière sur Moine, LILLET (Ricard) est irrégulier avec ses évasions en contre piste mais il se reprend à mi course avec une volonté de combattre évidente au point de rentrer son unique ficelle en musique entendue une fois. S’il lâche rapidement ses pompons, CALEU (Chauvet) conserve une ficelle de belle manière avec une hargne évidente et du tonus dans les séries. Bénafitou s’offre la première ficelle à la dernière minute d’une course tonique. 4 Carmen et rentrée.
Vif, rapide, ELIODOR (Lautier) s’engage toujours les cornes pointées vers l’avant. Les séries sont rythmées et le danger permanent pendant douze minutes terminées de plus en plus fort. 5 Carmen et retour. Classique, CORAIL (Gillet) se donne des deux côtés puis aux ficelles prend le centre et devient intermittent. Il lui manque la bourre (trop de ficelles?). Il les rentre sans convaincre. Un peu perdu, OSCAR (La Galère) est loin d’être nominé. Mou, il signe une action sur Martin Cocher et un saut sur Sabatier loin de réchauffer l’assistance. La déception, même s’il rentre une ficelle et se place mieux sur la fin. 1 Carmen. Le perroquet noir PAPAGAI (Lagarde) surveille tout, se tourne rapidement, anticipe, envoi les cornes et fait le large. Il gère l’espace, maîtrise les blancs et domine. Seul Bénafitou (coupe, cocarde) puis Moine (gland) s’y mesurent avec succès. 2 Carmen et retour porteur d’un gland.

Eric AUPHAN