Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/03/2011

AIMARGUES : 22e JOURNEE GUILLIERME

UN DIMANCHE DIGNE DE FANFONNE

A.jpg

Au passage du défilé
la foule des grands jours

 

A1.jpgQui a dit les traditions c'est ringard ? Le peuple de bouvine a démenti, une fois de plus, les mauvaises langues menaçant de mort certaine les us et coutumes camarguais. Les rues noires de monde d'Aimargues en ce dimanche printanier ont donné toute la force et l'attachement des Languedociens et Provençaux aux rites anciens en général et, à une de leurs figures historiques  en particulier, Fanfonne Guillierme. Enfants, ados, adultes et seniors ont célébré toute la journée la dame au chapeau noir. Avec ferveur, avec passion. Comme avant. Plus qu'avant même. Jamais autant de chevaux, de gardians, d'Arlésiennes et de public se pressaient comme hier autour de la statue de la dame d'Aimargues. Et l'après-midi les arènes pratiquement pleine ont attesté d'une fe di biou qui n'est pas prête de s'éteindre.

Martine ALIAGA
Texte et photos

FANFONNE AURAIT AIMÉ


5esous les yeux de Fanfonne.jpg

Sous les yeux de la patronne, les espoirs de Guillierme ont brillé


Fanfonne aurait aimé les rues d’Aimargues emplies de gardians,  d’Arlésiennes et d’afeciouna. Elle aurait aimé la messe en provençal dans l’église trop petite. La bénédiction des chevaux. Les discours plein de sagesse de Guy Chaptal et de Gabriel Brun sur le respect des traditions. L’abrivado d’un seul passage se frayant le chemin au milieu des spectateurs. La roussataïo bien menée. Et cette ambiance bon enfant remplissant, sous un doux soleil,  les terrasses en attendant la course. 
1er (2).JPGLa course, parlons-en. Fanfonne aurait aimé la fougue de ses jeunes cocardiers et le travail dans l’esprit des raseteurs. Un premier, Pique Pebre (photo) qui ne se laisse pas manœuvrer et appuie quand il faut (Brushet, Guyon, Poujol, Clarion). De belles enfermées qui déclenchent le disque ainsi qu’au retour (11 minutes). Un peu inattentif au début, Levant bien pressé par les blancs se donne dans les séries. Et se chauffe jusqu’à s’emporter (Guyon, Clarion, Poujol). 4 Carmen et retour à la 13e.
Lou Marques, pas dans un bon jour,  passe sa rage avant la trompette de début, pourtant il subit et s’incline rapidement.
La difficulté majeure c’est Coute Negre. Le long des planches, il déjoue les approches. Sur une invite courageuse de Guyon, il se livre dangereusement. Tour à tour Guyon, Garcia, Poujol se mesure à ce bagarreur.  Coute Negre sait aussi  se ménager. Sérieux, il rentre son second gland en musique après avoir écouté 3 Carmen. Aucun refus pour un Capoulié au grand  coeur. Les blancs collaborent idéalement et régalent. Sous les longues incitations de Guyon, Poujol, le taureau se livre jusqu’aux planches. La musique à l’unisson.
Tête haute, fier, Gastoboï défie les hommes. Avec un bon placement, Gastoboï laisse parler sa fougue et met du caractère dans ses finitions. Trois fois il fracasse les planches après Poujol, Guyon et Ayme dans un superbe festival de coups de barrière. Droite, gauche, Gastaboï tamponne à tout va, les hommes mettent du coeur, le public se régale. Carmen en boucle et les ficelles au toril. Sûr...Fanfonne aurait aimé...

 

A3.jpg

▲ Durant l'acampado, les gardians
mitraillés par des centaines de photographes

▼ La roussataïo

 

 

ROUSSE.jpg

 

*************************

17/11/2010

GALLARGUES-LE-MONTUEUX

Dimanche 14 novembre 2010

CLÔTURE EN BEAUTÉ

2GUYON.jpg

Rémi Guyon toujours devant


Entrée : 3/4 d’arène. Organisation : comité d’animation. Président : Philippe Vigne. Raseteurs droitiers : Guyon, Miralles, Roux, Dumas, Sanchis. Gauchers : Ferriol, Sanchez, Gougeon. Tourneurs : Dunan, Joseph, Lizon.

1J DUMAS.jpgLe temps qui se “mascare” n’empêche pas la bonne humeur dans les gradins et en piste pour une agréable clôture.
◄ Jérôme Dumas
profite de cette ambiance propice pour tirer ses dernièrs rasets et recevoir de chaleureux bravos. A 38 ans, le discret Jérôme pose le crochet mais sa passion des taureaux l’amène à attaquer une carrière de tourneur en plus de sa présidence du club taurin de Saint-Martin-de-Crau. Et si l’on se plaint du manque d’afecioun des acteurs de la course camarguaise actuelle, le fils d’Emile est un sacré contre-exemple. 
Sur l’ensemble de la course, l’insatiable Rémi Guyon assure avec brio bien aidé par Roux et Sanchis mais chaque raseteur assure sa part. Chez les noirs, Angelo de Raynaud fait montre de domination en fin de 1re partie, tandis que Gaffet d’Aubanel, agressif, ouvre une 2e partie brillante. Cléon de Saint-Pierre et Rémi Guyon rafle le prix du jour.

Jackito (La Vaunage), vulnérable hors de sa base devant le toril, donne de bonnes réactions à partir de son terrain où Guyon va le chercher. Garde ses ficelles. 3 Carmen et retour
Capelan
(Saint-Pierre) vadrouille. Entrepris, il se livre et se chauffe pour de belles ripostes (Roux, Lafare, Miralles). Ficelles au toril avec 3 Carmen et retour.
Le puissant Angelo de Raynaud donne du fil à retordre avec sa bonne gestion de la piste. Sélectionne mais emboîte avec violence surtout après Guyon. A revoir avec plus d’espace. Ficelles au toril, 3 Carmen et retour.
Gaffet
d’Aubanel, agressif et leste, enchaîne avec panache et conclut (Guyon, Roux) dans un presque quart d’heure animé et plaisant. 7 Carmen et retour.
Marquis
(La Vaunage). Sans difficulté et sans aucun refus, Marquis étale sa vaillance en 13 minutes ponctuées par la musique (4) et retour.
Explosif, Cléon de Saint-Pierre pose problème. Miralles se fait embarquer et rattraper à la planche, sans mal, pour le miracle du jour. Cléon s’envoie avec hargne dans des enchaînements jusqu’à épuisement. Deux temps morts lui sont accordés. Pour 14 minutes rythmées.
Picasso
de Raynaud se livre avec la fougue de ses 4 ans, lestement et le mourre aux planches sur chaque raset (3 Carmen et retour). Généreux dans l’effort sous les assauts des blancs qui semblent vouloir engranger les sensations avant la fin de la saison. Et Jérôme Dumas qui lève la dernière ficelle de sa carrière. Ovation.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

16/11/2010

COMPLETE DES ESPOIRS DE LA MANADE BON

Dimanche 14 Novembre : JONQUIERES SAINT VINCENT

 

DERNIERS RASETS A JONQUIERES.....

Jonquières St Vincent 14 11 031.jpg

▲ 639 avec Allam le plus loyal de l'après-midi

Devenue traditionnelle, la complète des espoirs de la manade Bon clôture la saison et la temporade du club taurin l’aficion. Très intéressante l’année dernière, l’édition 2010 n’a pas la même saveur. La faute à qui, la faute à quoi ? Peut-être au temps d’abord estival la veille avec des températures de printemps, froid et noir dimanche comme les nuages épais et sournois. La faute aux hommes peu motivés malgré les tentatives louables de Chekhade et Allam volontaires mais pas toujours esthétiques. La faute aux bioùs sauteurs impénitents, Jonquières St Vincent 14 11 013.jpgfougueux en contre piste et pas toujours faciles à canaliser en piste. La faute à la piste tapissée de feuilles enlevées à la hâte et parfois digne d’une prairie verte. La faute à un marche pied qui cède sous le poids d’Anthony Gautier. Il voltige en contre piste et doit quitter les blancs à la pause.  ◄ Sous l’arrachement du premier marche pied, un second doit être enlevé. Quand la poisse s’emmêle. Que faire? On continu à raseter en prenant des précautions. Pourtant dans le feu de l’action Chekhade frôle une première fois l’accrochage avec le 717 en ne pouvant prendre appui avant de sauter. Avec sang froid il ressaute en piste sans mal. Pourtant au dernier il renouvèle son erreur face au redoutable 703 (taù sélectionné aux Saintes Marie de la Mer) et ne devra son salut qu’en se couchant de tout son corps en contre piste où camouflé dans les feuilles il ne subira qu’une charge rageuse sans coup de corne alors que le minotaure avait brisé une planche. Alors les arènes remplies au trois quart ont apprécié certaines qualités des 511, 717, 639, 613, 602, 712, 728 et 703. Des taureaux plein de sang mais aussi au potentiel non exploité pour cette clôture. Ils seront à suivre la saison prochaine notamment le taù 703 magnifique de présentation et de prestance……

 

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle ......et au rateau

Jonquières St Vincent 14 11 002.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 015.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 016.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 017.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 019.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 022.jpg

Chekhade en danger face au n° 717

▼ Mébarek en danger lui avec le n° 712

Jonquières St Vincent 14 11 062.jpg
Jonquières St Vincent 14 11 074.jpg
▲ Frédéric Bon au trident

Texte et photos Eric AUPHAN

11/11/2010

SAINT REMY DE PROVENCE

Jeudi 11 Novembre : Course de Solidarité à la manade La Galère

ET VOGUE LA GALERE…

St Rémy 11 11 022.jpg

Solidarité autour de René Lambert, Jean-François Chapelle et Mika

 Entrée: ¾ d'arène.  Organisateur: Comité des fêtes. Présidence: F Fassi. Raseteurs droitiers: Chekhade, Chig, Marquier, Moutet. Gauchers: A Bénafitou, Lafare, Poujol. Tourneurs: G Rado.

Commencée le matin par une course de taureaux emboulés rasetés par l’école taurine locale, la journée de solidarité au profit de la manade La Galère est une totale réussite. Avec une météo exceptionnelle, les organisateurs apportent soutien, fraternité et entraide à René Lambert et son gendre Jean-François Chapelle émus face à tant de reconnaissance. Honorés à la capélado composée des arlésiennes de St Rémy et des gardians de la manade, ils embarquent à nouveau vers le bonheur sans ramer à contre courant. Les raseteurs ont tous rasetés dans l’esprit avec mention à Jérémy Lafare qui termine la saison en trombe. Le bétail a été à la hauteur de l’évènement tout comme le bayle gardian Mika auteur d’une attente au fer parfaite accomplie durant la pause en compagnie de son père Franck. Enfin bravo au jeune manadier François Fassi très à l’aise pour sa première présidence de course.

Calme, BALZAC ouvre le livre de bord de la course avec beaucoup de volonté aux rubans. Aux ficelles, il reste appliqué et son œuvre ne dure que huit minutes à cause de sa franchise. Un Carmen.
AVOCAT assure sa défense par des ripostes incisives. Sans se faire justice il amorce des anticipations qui déclenchent le disque. Tout en muscles, il brille aussi dans les séries et sa plaidoirie de huit minutes est intéressante. 7 Carmen et retour.
Vif, ELUZATEfrappe doublement après Poujol et Lafare. Il finit ses poursuites cornes dans les planches ou tête au dessus des bois. Plus virulent à gauche, les droitiers ne sont pas à l’abri comme Chekhade poussé au moment du saut. Il fournit treize minutes toniques avec dix Carmen et rentrée.

Agressif, LUCAS cogne tête dans les planches. Présent sur les séries, sa corpulence ne l’empêche pas d’être combatif et volontaire dans des arrivées percutantes. Aux ficelles, il saute après Marquier et Chig et percute Lafare dans treize excellentes minutes. 9 Carmen et retour.
OSCAR veut jouer d’entrée les premiers rôles en frappant sur Moutet mais les rubans s’envolent vite comme la première ficelle pleine de Marquier. Pour la seconde il s’emballe dans un raset pleine piste de Lafare. Il réalise de grandes actions sur Poujol, Bénafitou et encore Lafare qui clos la cérémonie au terme de sept minutes brillantes. 7 Carmen dont retour.
Savouré sans modération, MOKA offre quatorze minutes spectaculaires. Les raseteurs jouent le jeu avec un Jérémy Lafare éblouissant et une quinzaine d’actions brillantes pour autant de Carmen et retour.
Dotée d’un moral à toute épreuve, CHRISTINE termine par dix minutes pétillantes avec des percussions et des sauts rageurs après les hommes cherchant même à décrocher Chig du mur. Un final qui lui permet de conserver un gland et d’entendre dix fois les honneurs. Un Carmen général clôture la course avant la ferrade en piste où cavalier et anouble ont fini de tisser les liens de la solidarité avec un grand coup de chapeau aux organisateurs…..

St Rémy 11 11 097.jpg

▲ Amine Chekhgade serré de près par Eluzate

St Rémy 11 11 149.jpg

▲ Lucas à la poursuite de Chig

St Rémy 11 11 161.jpg

▲ Oscar dans une grande action après Poujol

St Rémy 11 11 236.jpg

▲ Moka explosif après Poujol sous l'oeil attnetif de Mika

St Rémy 11 11 104.jpg

▲ Père et fils unis au cours de l'attente au fer

Texte et photos Eric AUPHAN

GALLARGUES-LE-MONTUEUX

Jeudi 11 novembre : les espoirs de la manade Guillierme

L'ESPRIT FESTIF DE LA SAINT-MARTIN

 

GAL2ESTEPOUS.jpg

Arènes pleines et Rémi Guyon aux commandes
face aux espoirs de Guillierme

 

Entrée : plein. Org. : comité d’organisation. Président : Philippe Vigne. Raseteurs droitiers : Guyon, Roux, Savajano (sort à la pause), Dumas, Miralles. Gauchers : Ferriol, Sanchez, Gougeon, Allam (rentre au 4e). Tourneurs : Duran, Lizon, Joseph.


L’été de la Saint-Martin n’a pas fait défaut et le soleil a brillé sur les arènes combles. La Gardounenque pour l’ambiance, les biòu de Guillierme pour la fe, les blancs dans l’esprit, le capelan donne la bénédiction à l’entracte et la cartagène de Roger et Yves réchauffe les cœurs. Tout y est ! Rémi Guyon, dans les difficultés ou pour faire briller, fait l’unanimité, Miralles et Savajano pour les frissons, à Jérôme Dumas les dernières sensations avant de poser le crochet mais tous les blancs méritent la citation. Les six jeunes Guillierme (5 et 6 ans) donne toute satisfaction avec du jus,  des qualités à peaufiner, des difficultés pour certains. Carmen mérité pour l’après-midi.


GAL3PIQUEPEBRE.jpg▲ Pique Pebre.- Des ripostes par à coups dont une superbe sur Guyon, un saut après Miralles qu’il coince en contre-piste pour des bleus et des bosses. Plus entreprenant sur les droitiers (Guyon, Roux), il accroit sa sélection mais garde du punch (et ses ficelles) sur les rasets engagés. 3 Carmen et retour.
Viroulet.- Il se livre avec bravoure sans terminer. Pourtant bien intéressé par Guyon, à maintes reprises, il frise les planches. Un petit coup de revers au fil des minutes, mais avec Guyon c’est l’entente parfaite. Rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.
Levant.- Rageur, brouillon, passe d’un raset à l’autre sans se fixer. Sauteur, il suit Roux puis Savajano à qui il zèbre les fesse. Mieux positionné à mi parcours, alors les blancs calculent. Une belle série au toril pour finir avec ses ficelles. 2 Carmen et retour.
Coute Negre.- Démarrage au quart de tour,  rapidité, les blancs le regarde de loin. Coute Negre tient les angles, défend jalousement son terrain et tape droit dans les planches. Guyon tente, s’engage et prend les risques, Allam renvoie mais, compliqué, Coute Negre domine et ne cède que la coupe de sa cocarde sur la sonnerie à ... Rémi. Musique.
Mange Fangue.- Dix minutes de générosité extrême pour des séries jusqu’au ras des planches, quelques sauts et un coup de barrière sur Guyon. 6 Carmen et retour.
Estepous et Guyon c’est le couple du jour. Le noir tient son terrain mais  se donne à fond, le blanc allonge les cites et les trajectoires, ça finit au-dessus des planches. Concentré et coopératif, Estepous rentrera ses ficelles avec 7 Carmen et retour,  et Rémi récoltera les applaudissements du public ravi. Musique.


Martine ALIAGA
Photos C. ITIER

GAL4CARTAGENE.jpg

 

▲ A l'entracte, bénédiction du capelan
et cartagène de Roger et Yves pour tout le monde

********************

REMI, VIROULET... ET LE CANICHE AFECIOUNA

1VIROULET-2E-(6)-REMI-CANICHE.jpg

***********************

07/11/2010

SAINT-MARTIN-DE-CRAU

Dimanche 7 novembre : Course des Révélations 2010

UN PRINCE SOUVERAIN

Saint Martin de Crau 07 11 046.jpg

Prince et Ayme les vainqueurs du jour

Entrée: 2/10e Organisateur: CT St Martinois Présidence: J Alvarez Droitiers: Ayme, Chekhade, Chig, J Dumas, Moine. Gauchers: Aliaga, Lafare, Rassir. Tourneurs: D Martinez, Grando, G Rado, Rouveyrolles.

Cette course des révélations 2010 s’est déroulée dans un bon esprit mais la première partie a été expédiée en moins de vingt cinq minutes. Les satisfactions sont venues en seconde période avec Prince bigrement compliqué (meilleur cocardier), Chambord place forte tout en muscle (meilleur barricadier) et Amadéus très sérieux. Eux seuls rentrent des ficelles. Ayme meilleur animateur est efficace mais Rassir ou Aliaga ont fait briller et pouvaient y prétendre. Invité d’honneur Jérôme Dumas termine sur une belle ovation. Les autres baissent le pied en seconde partie. Présidence claire, nette et précise de Joris Alvarez. Franc,

LOU MARQUES (Guillerme) ne peut résister que cinq minutes trente ponctuées par des actions puissantes sur Lafare, Moine et Chig après lequel il brise une planche. Il termine par une action après Chig mais a manqué de pattes face à des hommes pied au plancher. 4 Carmen et retour.
On continu avec BOLIVAR (Chapelle) qui perd ses rubans en une minute. Peu avantagé, il n’arrive pas à dicter sa loi aux ficelles même si pour la seconde il se bonifie avec quelques arrivées corne menaçante sur Rassir mais c’est Chig qui lève les deux ficelles. Huit minutes trente avec 3 Carmen et rentrée.
CAPUCIN (Les Saint Martin de Crau 07 11 025.jpgBaumelles) se fait sonner les cloches aux pompons. Lui aussi répond à tout et n’est pas ménagé même si aux ficelles les rasets s’espacent. Il s’améliore aux ficelles mais les blancs ne prêchent pas la bonne parole et après neuf minutes trente il réintègre le toril en musique mais c’est déjà la pause.
Dangereux, PRINCE (Chauvet) possède un coup de revers meurtrier et ne se laisse pas manœuvrer facilement. Les crochets volent et il prend le pouvoir aux ficelles avec des arrivées criminelles. Rassir en tire le meilleur mais c’est Ayme qui prend la première ficelle sur la sonnerie. 10 Carmen et retour.
Cocardier, AMADEUS (Lautier) fait ses gammes le long des planches d’où il anticipe fort. Chekhade deux fois doit s’appuyer pour arriver en catastrophe. Moins craint que le précédent, il connaît cependant la musique et rentre lui aussi une ficelle en musique jouée à cinq reprises.
Magnifique taù, CHAMBORD (Saumade) possède du placement et de la méchanceté. Certes il est parfois lourd mais quand ont lui donne sa chance il frappe sur les gauchers Rassir et Aliaga sur qui reposent la majorité des rasets. Un teigneux qui conserve ses ficelles avec 5 Carmen dont rentrée. Encore vert, ADES (Fabre-Mailhan) dévoile des qualités au delà des planches et face à des hommes affûtés il résiste dix minutes avec beaucoup de volonté. Dans un sursaut Jérôme Dumas qui effectue sa dernière course dans ces arènes lève les deux ficelles sous l’ovation et les Carmen de circonstance. Chapeau Jérôme pour ta carrière et ton amour des bioù.

 

Saint Martin de Crau 07 11 049.jpg

▲ Prince et Rassir à l'origine des actions les plus engagées.

 

Saint Martin de Crau 07 11 082.jpg

▲ Chambord prix du barricadier du jour sur Aliaga très actif

 

Saint Martin de Crau 07 11 069.jpg

▲ Amine Chekhade en danger avec Amadéus


Texte et photos Eric AUPHAN

MARSILLARGUES

Dimanche 7 novembre 2010 : Souvenir Maurice Archet

LES PRIX A ERRIK ET FANFAROUN

 

FANFAROUN.jpg

FANFAROUN - Errik le duo gagnant

Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : CT La Sounaïa. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : D. Martinez, Savajano, Salinesi. Gauchers : Gougeon, Mebarek, Ricci, Errik. Tourneurs : Joseph, F. Garrido.


Errik s’ajoute aux raseteurs invités
et mène cette course Souvenir Maurice-Archet où le temps a semblé parfois bien long. Bien sûr, les taureaux dominent sans forcer (13 ficelles et six glands rentrent). De bons passages sous l’impulsion d’Errik, Savajano, Martinez avec Indien, Fanfaroun, Horacio et l’émotion dans un face en face en contre-piste Jodias - Savajano. Les prix à Errik et Fanfaroun.
Franklin
(Cuillé).- Les blancs mettent du temps à l’attaquer et Franklin roule des mécaniques avec envie. Il pousse fort sur les quelques actions proposées et neutralise ainsi les quelques velléités des hommes. Cocarde et premier gland à la dernière minute et Franklin rentre l’autre en musique.
Terence
(Nicollin). Se prête au jeu pour des enchaînements en toute franchise. Au fil des minutes, en prend et en laisse et défend son second gland qu’il rentre aisément en silence.
Indien
(Cuillé).- Bien placé, il provoque les hommes... en vain. Une série de loin et Indien fait le “kakou“. Il pousse fort dans l’action et sur un beau geste de Savajano entame une série en musique. Met du punch dans ses interventions, tape après Savajano et termine par une brillante série. 3 Carmen et retour avec ses ficelles.
Fanfaroun
(Nicollin).- Lui aussi a le temps de visiter la piste. Des rasets de loin, peu précautionneux. Seul Errik s’applique. Puis un bon passage pour des séries de belle facture, à la baguette, toujours les mêmes Errik et Savajano. Une poussée sur Mebarek et Fanfaroun rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.
Horacio
(Cuillé).- L’impétuosité de ses six ans, mais pas la naïveté. Quelques sauts pour faire le “show“, un placement rigoureux et du punch pour se retourner au quart de tour. Autant dire qu’il n’a pas été étouffé. Bien calé dans l’angle, il contrôle la situation avec beaucoup de moral, et rentre ses glands avec les honneurs.
Jodias
(Nicollin).- Avec expérience, il se fait du large. Promène et par quelques poursuites un peu serrées, il prend ses aises. Savajano est le plus présent pour le défier. Jusqu’à ce que Jodias lancé à sa poursuite se retrouve en contre-piste avec lui pour un face à face émotionnant. Le raseteur réagit avec sang froid en se dégageant par la piste mais le public a frissonné. Ça s’anime pour les dernières minutes et Jodias rentre ses ficelles en musique, quatre fois entendue.
Colombo
(Lafon).- Ce jeune élément, petit gabarit, baroule mais garde l’œil ouvert. Il va très vite et Mebarek se fait “quicher“ (Carmen). A mi-temps, Colombo se fait plus sélectif mais garde de belles réactions. Un gland rentre en musique.


Martine ALIAGA

 

*******************


JODIAS - Savajano

JODIAS 1.jpg
JODIAS 2.jpg
JODIAS - Savajano copie.jpg

02/11/2010

SAINT - GILLES * GLAND D'OR *

Lundi 1er Novembre 2010

 

ANTHONY AYME REMPORTE LE GLAND D'OR
CARMEN FINAL MÉRITÉ POUR LES HOMMES ET LES TAUREAUX

ESTRELLOUN - Ayme.jpg
ESTRELLOUN et Ayme les vainqueurs du jour

arenes.jpgEnfin...! c'était limite, mais les Dieux de la Bouvine ont veillé pour que les conditions météorologiques ne viennent encore perturber ce rendez-vous, afin de récompenser les organisateurs de leur profonde Fé di biou. La piste qu'ils avaient soignée a pu ainsi permettre à cette compétition du Gland d'or - Souvenir François Fabre (Santen) de se dérouler dans des conditions convenables. Malgré le temps menaçant la capelado est lancée pour les dix raseteurs et cinq tourneurs présents. Chapeau à tous ces messieurs qui ont oeuvré dans le bon sens et donné ainsi une opposition de choix pour les excellents cocardiers de cette aprés-midi.  Tout juste libéré du Trophée de l'Avenir Anthony Ayme a montré toute l'étendue de son talent et s'adjuge haut la main la premiére place. Deuxième Hadrien Poujol esthétique comme il sait le faire. Troisiéme Loîc Auzolle décontracté et appliqué comme il sait lui aussi faire ! Avec eux Chig, Férriol généreux. Clarion inlassable travailleur. Alarcon, Moutet, Moine et le vétéran Khaled assurent de bonnes séquences. Bonne présidence de Didier Gaillard.
Les sept cocardiers ont fourni chacun dans leur registre de belles prestations, mais PATTON, AGASSOUN, BRUTUS et ESTRELOUN bien supérieurs méritent la citation. Le jury a octroyé le prix à ESTRELOUN de Caillan.

GREGAOU de Saumade, avec quatre Carmen et une ficelle au retour, il a assuré son rôle de premier. Quelques finitions, une série et contrat rempli.
FOREST.jpgFOREST de l'Argentière,► pour ses adieux (14 ans) le biou effectue un quart d'heure  intéressant. Des anticipations, de l'agressivité aux planches et toujours cette envie de jouer un vilain tour aux spectateurs de la contre-piste. Quatre Carmen et ficelles au toril.
LOU RAZIL de St Pierre, brave, il n'est pas trop épargné mais se bat avec du coeur. Il conclut ses dix minutes par une grosse action sur Chig. Trois Carmen.
PATTON du Joncas, un guerrier tonique qui se bat avec toutes ses armes: vista, vitesse, anticipations, coup de revers et percutions dangereuses au final. Il rentre évidemment ses ficelles et entend neuf fois la musique.
AGASSOUN de Blanc, fantasque, spectaculaire lorsqu'il s'envoie aux planches, il crée l'ambiance en se propulsant dans le pourtour sur des actions serrées. Respecté, il garde ses ficelles. Six récompenses musicales.
BRUTUS de Lautier, il ne quitte pas le terrain des planches et donne une réplique de qualité autant par son comportement cocardier que par ses aptitudes à finir dangereusement ses actions aux planches. Dix Carmen et ficelles sur la tête.
ESTRELOUN de Caillan, le final qu'il fallait avec ce pur barricadier. Le taureau donne, les hommes ajoute la manière et le public se régale ! Le prix du jour et dix fois les honneurs.
Il pouvait maintenant pleuvoir...!

Texte et Photos Luc PERO

PATTON - Alarcon.jpg
PATTON - Alarcon
AGASSOUN - Poujol.jpg
AGASSOUN - Poujol
BRUTUS - Auzol.jpg
BRUTUS - Auzolle


01/11/2010

VENDARGUES

Lundi 1er novembre 2010 : 16e Trophée des Vignerons

MIGNON ET ALESIEN TAILLE PATRON

 

5.jpg

▲ Les vainqueurs de la saison de La Muleta
Briaux, Paulin, Guyon, Aliaga

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT La Muleta.Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Guyon, Marquier, Outarka.
Gauchers : Aliaga, A. et N. Benafitou, Ouffe. Tourneurs : Grando, Molins, Kerfouche, Lizon

 

1.jpg

▲ Rémi Guyon (meilleur raseteur de la saison )
et Alésien de Briaux (meilleur taureau course du 18 juillet)

▼ Jérémy Aliaga (prix du meilleur raseteur de la course)
à la tête de Oundo de Plo

4.jpg

 

6.jpgAprès la période de pluie et tant de courses annulées, un réel plaisir de voir évoluer taureaux et raseteurs pour ce 16e Trophée des Vignerons. A noter que pour les deux courses qui se sont déroulées ce lundi (Vendargues et Saint-Gilles), les organisateurs n'ont pas plein leur temps et leurs efforts pour que les pistes soient sécures.
Pas de pression chez les hommes mais un travail honnête avec quelques baisses de régime bien compréhensibles. Côté noir, deux superbes cocardiers dominateurs, Alésien de Briaux (3e) vainqueur entre autres de la saison vendarguoise  et Mignon de Cuillé, Biòu de l’Avenir (4e) 2010.
Manillon (Blatière-Bessac).- Parfaitement campé à gauche du toril, il faut entrer dans son camp, alors il riposte violemment. Hors de sa base, point d’intérêt. Guyon pour les meilleurs échanges. 10 minutes d’un bon premier. 1 Carmen et retour.
Gédémus (Bon).- Sélectionne sévèrement mais bien sollicité, se donne à fond. De grosses actions sur N. Benafitou, Outarka, Guyon, Marquier.Et les ficelles au toril. 3 Carmen et retour.
Alésien (Briaux).- Une très bonne gestion de la piste, du jus et du punch pour conclure. Les enchaînements sont vivement terminés aux planches (Guyon, A. Benafitou). Alésien surveille son terrain et ne cède pas facilement ses attributs (7 minutes pour les pompons) et les ficelles rentrent. 5 Carmen et retour pour cette bonne prestation.
3.jpgMignon (Cuillé).- Attentif, puissant et bien positionné, il s’approprie la piste avec panache. Les blancs aux abonnées absents. Placé, il attend des cites qui ne viennent pas et pas question de le “parfumer“ sur ses déplacements. Guyon se fait emporter deux fois et c’est Aliaga, sur un pur raset, qui lève la cocarde (10e). Mignon ramène un gland après un quart d’heure de domination totale. 2 Carmen et retour.
Azzaro (Lagarde).- Les hommes ne le motivent pas suffisamment, et Azzaro chasse, bouge, saute. Pourtant il se livre correctement dans les séries qu’il peut conclure (N. enafitou). Termine aux planches sur un beau cite de Guyon. Rentre ses ficelles avec 2 Carmen et retour.
Tartane (He
rvas).- A 6 ans, son inexpérience est flagrante dans les séries où il se laisse manœuvrer mais il est capable de ponctuer méchamment aux barrières. 8 minutes.
▲ photo Oundo avec Julien Ouffe Oundo (Plo).- Brave et sincère sur le raset, il s’exprime en finition par de grandes envolées (Aliaga (3), Guyon, Ouffe (2), A. Benafitou), la musique à l’unisson. Et même s’il manque de conviction, il termine barricadièrement cet agréable concours de manades.


Martine ALIAGA
Photo Christian ITIER

 

2.jpg

Dominateur en diable, Mignon Biou de l'Avenir 2010
et meilleur taureau de la course, rentre un gland.
Ici avec Adil Benafitou

****************



 

29/10/2010

LES SAINTES-MARIES DE LA MER *ETALONS*

Mercredi 27 octobre 2010 : finale

LES TAU FONT LE PLEIN

 

5CAPEL.jpg

 

Arènes bien remplies, temps idéal, la 28e finale des étalons Marcel-Mailhan organisée par le Parc naturel régional de Camargue démontre, si besoin est, que la course camarguaise est toujours à même de motiver le peuple de bouvine. Réunir plus de 3 000 personnes, avec une entrée à 8€,  fin octobre, pour des tau et de jeunes apprentis raseteurs (Ligue), c'est une belle réussite. De quoi faire cogiter les parties prenantes de la course camarguaise.

A l'heure des récompenses (pour la finale), le jury ne s'est pas trompé en mettant sur la première marche du podium le N.709 de la manade Saint-Pierre, (sorti en 8e position) suivi du N.731 de Saumade (5e) et du N.543 de Lapeyre (1er).  Je rajoute le N.7101 de Lagarde, remplaçant l'étalon de Fabre-Mailhan blessé, s'il y avait eu une 4e récompense. Reste que ce lot d'étalons a montré des qualités certaines mais il est bien délicat d'imaginer leurs futures carrières.
Les raseteurs de Ligue (J. Garcia, L. Garcia, Faure, Granier, Pinter, Fouad El Hajjouji, remplaçants : Sabot rentre à la place de Benoit, blessé au 2nd et Boyer) ont bien travaillé, appliqués, sérieux, propres, manquant parfois de technicité pour les taureaux plus compliqués. Sur le podium:  Lucas Faure, 1er ; Fouad, 2e ; Jean-Baptiste Granier, 3e. Fouad, porté par le public, a fait passer le frisson et l’émotion tant attendus par les spectateurs.
1STPIERRE FOUAD.jpgLe détail dans l’ordre de sortie : le N.543 de Lapeyre, beau taureau imposant qui, une fois calmé, montre de la suite dans les idées en se cabrant à la planche où il envoie une corne dangereuse.
Le N. 628 de Gillet, leste, s’évade à de nombreuses reprises puis, avec un placement approximatif, se livre sans finir.
Le N.777 d’Agu est vif, il a l’œil, anticipe mais se désintéresse une fois le blanc passé à la tête.
Placé, le N.544 de Raynaud collabore sans se chauffer mais reste volontaire sur les enchaînements.
Le N.731 de Saumade met du temps à s’intéresser. Une fois chaud, vient fort et tape puissamment droit dans les planches jusqu’à coincer Fouad. Au fil des minutes affirme de belles qualités belliqueuses.
Le 711 de Richebois “baroule“mais enfile de grosses séries et grignote du terrain aux blancs.
Remplaçant le Fabre-Mailhan blessé, le N.7101 de Lagarde petit à petit raccourcit la distance et finit de plus en plus fort se livrant sans relâche.
(▲ Photo avec Fouad) Fougueux, le N.709 de Saint-Pierre démarre au quart de tour, bombardant à chaque cite. De grosses séries conclues haut et fort où Fouad se trouve en danger. Un 3 ans chaud comme la braise, volontaire et spectaculaire à souhait.

 

Martine ALIAGA
(Photos C. ITIER)

 

3FAURE SAUMADE.jpg

▲ Lucas Faure (1er prix)
à la tête du Saumade (2e prix, sorti en 5e position)

 

4LAPEYREGRANIER.jpg

▲ Jean-Baptiste Granier (3e prix)
avec le Lapeyre (3e prix, sorti en 1er)

 

2STPIERRE FOUAD DANGER.jpg

▲ Fouad El Hajjouji (2e prix)
en difficulté face au Saint-Pierre (1er prix, sorti en 8e)

 

6PRIX.jpg

▲ La remise des prix
de g. à droite debouts : les manadiers Lapeyre, Saumade, Saint-Pierre
accroupis : Granier, Faure, Fouad

**********************

 

 

24/10/2010

VENDARGUES

Dimanche 24 octobre 2010

TROIS TAUREAUX ET LA PLUIE...

VALLOU.jpg

Entrée : 1/2 arène. Organisateur :CT La Muleta.  Présidence :Marc Moucadel.Raseteurs droitiers :Allouani, Jockin, Guyon, Miralles. Gauchers : Aliaga, Errik, Poujol, Rassir, Sabde. Tourneurs : Lizon, Grando, Ménargues.

Tout avait pourtant bien débuté avec en ouverture deux très bons taureaux de Saint-Pierre pour l’Ecole taurine de Vendargues. Puis un sympathique pas de deux équestre réalisé par les deux petites-filles du président de la Nacioun Gardiano Guy Chaptal. Malheureusement, la pluie s’est invitée et a tout gâché. Seuls les trois premiers cocardiers ont pu fouler le sable humide des arènes. Bien dommage car on sentait que l’équipe de raseteurs emmenée de chaque côté par de sacrés chefs de file - Allouani et Poujol - avait envie de faire du bon boulot.
A l’initiative du CT La Muleta, les possesseurs du billet d’entrée d’aujourd’hui, pourront accéder avec ce titre au concours de manade du 1er novembre. Chapeau !
Trélus (Nicollin).- Un solide premier qui se livre bien dans un bon début de course. Ensuite, il se réserve quelque peu et conserve une ficelle tout en distribuant encore quelques belles répliques. 2  Carmen en course.
Grenadier (Hervas).- Malgré la pluie, ça rasète ! Et le biòu répond, lui, avec plus ou moins de peps en baissant la tête au contact. Il ne démérite pas quand ça chauffe et rentre une ficelle au toril.
Porto (Plo).- Ce jeune cocardier qui relève de blessure se montre à son avantage dans les séries même s’il a toutefois du mal à passer la vitesse supérieure. Malgré ce, il frappe sur Allouani, et serre Guyon, Rassir, Poujol dans dix minutes quatre fois récompensées. La pluie redouble et la course est arrêtée.

Luc PERO

23/10/2010

EYGUIERES : 20e ANNIVERSAIRE DE LA MANADE AGU

Samedi 23 octobre 2010

HEBUS SOUFFLE LES BOUGIES

Eyguières 23 10 086.jpg

▲ Hébus (Agu) dangereux à la poursuite de Julien Rey

Entrée: ½ arène. Organisateur: CT Les Farfadets. Présidence: P. Gibert. Raseteurs droitiers: Marquier, Moine, Moutet, Rey. Gauchers: Alarcon, Allam, Ghorzi, Lafare. Tourneurs: Cuallado, Dunan (sort avant la pause), Lebrun.

Eyguières 23 10 008.jpg

1990 - 2010 : 20 ans

La manade Agu fête ses 20 ans d’existence dans la convivialité. La pena Los Sombreros de Bellegarde, Li enfan di aupiho, les gardians de la manade Agu font une haie à l’attelage qui conduit Gérard, Guillaume et Gabin en piste pour une capelado simple mais soignée. Avec un travail Eyguières 23 10 013.jpgdans l’esprit les hommes tirent le meilleur d’Hébus qui fait certainement la plus belle course de sa carrière et souffle magnifiquement les bougies tandis que Kéké s’affirme et Angélien fait un premier de choix. Damien Moutet reçoit le prix de l’animation, David Moine un coup de cœur pour son implication dans l’organisation de la journée et tous les autres une médaille au cours d’une remise des prix empreinte d’émotion. Successivement Eyguières 23 10 014.jpgGérard reçoit un tableau de Jean Marignan représentant trois cocardiers remis par Norbert Chiouse un des plus anciens gardians de la manade tandis que Guillaume reçoit une céramique représentant l’affiche de la course réalisée par la verrerie Bonnet de Mallemort et remise par Serge Ayme gardian à la manade. Camille Bacculard président du Club Taurin les Farfadets d’Eyguières remet un cadeau souvenir à Janine Roubaud à l’origine de la manade avant d’être à son tour honoré par Dominique Agu. Au micro, les remerciements de Gérard sont sincères tout comme le «Je t’aime» final de Guillaume à son père.

 

S’il débute calmement, ANGELIEN (1er) est agressif après les gauchers. Cinq minutes et il doit déjà défendre sa seconde ficelle. Il le fait avec autorité et ne s’incline qu’à la dernière minute au terme de séries et poursuites rondement menées. 5 Carmen et retour. Méchant, BATISTIN(2nd) frappe sur les tourneurs à deux reprises, gagne le centre et en sort rarement. Il percute fort après Moutet et sur Marquier brise les planches. C’est trop peu car démuni de tenue de piste, il se laisse emporter par sa méchanceté et se gaspille. 2 Carmen en piste et retour en silence avec une ficelle. Arrive, HEBUS (3e) pour le temps fort de la course. Placement, anticipations, finitions et terminaisons dangereuses le souffle rageur à l’arrivée. Il offre une partition de haut vol grâce à la complicité des blancs. Un final éblouissant de combativité avec Carmen en continu. Retour sous l’ovation et Carmen joué à quinze reprises.
Cocardier, KEKE (4e) ne se laisse pas manœuvrer. Rapide et véloce il n’est pas étouffé et maîtrise l’espace. Ghorzi et Alarcon sont percutés à l’arrivée et Rey enfermé doit mettre le turbo. Il conserve sa première ficelle fortement primée en musique jouée quatre fois. Décidé, LE BEGUE (5e) ne balbutie pas à l’arrivée où il soulève les planches. Des réactions dangereuses tête dans les planches pendant dix minutes fort plaisantes. HERMES (6e) débute calmement. Les blancs s’y mettent vraiment à mi-course et il frappe sur Lafare et Ghorzi. Son final plus enjoué lui permet de rentrer un gland. 5 Carmen et retour. Ne restait plus qu’à lancer la Bandido avec les gardians de la manade Agu avant de se retrouver devant le verre de l’amitié en toute simplicité…

 

Eyguières 23 10 026.jpg

▲ Angélien complice avec Julien Rey

 

Eyguières 23 10 053.jpg

▲ Batistin sur Mathieu Marquier

 

Eyguières 23 10 064.jpg

▲ Chaud devant pour Alarcon devant Hébus

 

Eyguières 23 10 105.jpg

▲ Kéké sur Karim Ghorzi

 

Eyguières 23 10 191.jpg

▲ La remise des prix et des cadeaux

Eyguières 23 10 223.jpg

▲ La bandido

************

Texte et photos Eric AUPHAN

16/10/2010

SAINT-GENIES : FINALE DE LIGUE LANGUEDOC-ROUSSILLON

Samedi 17 octobre 2010

LE SAUMADE DOMINE BRILLAMMENT

DSC06985.JPG
Le 602 du Brestalou

La peña Mithra de Lunel, les Arlésiennes de Saint-Geniès et du Velout pescalune, les gardians de la manade Lafon ont ouvert la finale de Ligue Languedoc-Roussillon, devant des gradins presque pleins. Place aux raseteurs stagiaires et aux taureaux de 5 ans.
Sous la présidence de Jacques Valentin défilent les droitiers Granier, Bousanquet, I. Benafitou (remplacé par Benoit au 6e), les gauchers Coulomb (remplacé par L. Garcia au 2e), Gaillardet, Anane et les tourneurs Fernandez et Cano. La course a vraiment démarré après l’entracte pour finir avec panache sur le taureau du Grand Salan et celui de Saumade qui a remporté les suffrages du jury. C’est justifié. Les blancs n’ont pas transmis beaucoup d’enthousiasme malgré de bons passages.
Placé, le N.564 de Guillierme a attaqué avec bonne volonté et quelquefois un tricotage des cornes qui déjoue les crochets. Quelques actions surtout à gauche et une enfermée sur Coulomb. Les ficelles rentrent.
Puissant dans ses départs, le N.556 de Raynaud est un brave cocardier, franc comme l’or pour huit minutes volontaires. 1 Carmen et retour.
Vif et attentif, le N.526 de Nicollin chasse et pousse fort. Craint quand il se cabre en finition mais baisse de régime à mi parcours malgré de brillantes séries. 1 ficelle rentre. 4 Carmen et retour.
Fier, le 501 de Saint-Pierre joue la surprise en sautant subrepticement. Entrepris, il se jette au départ et ne finit pas toujours. Mais avec un blanc dans le collimateur, la conclusion est fracassante (Gaillardet et Anane). 1 Carmen et retour avec son gland.
Bien dans le style de cet élevage, le N.602 du Brestalou ne lâche pas un pouce aux raseteurs. Pas de refus, des arrivées aux bois de plus en plus serrées (Granier, Garcia) et des séries rythmées. 7 Carmen et retour avec une ficelle.
Irrégulier, le N.588 d’Aubanel Baroncelli alterne les attaques rageusement conclues (Gaillardet, Bousanquet) et les moments brouillons. Rentre ses ficelles en musique (plus 1 Carmen pendant).
S’il pêche par son placement, le N.501 du Grand Salan compense par ses virulentes poursuites et ses conclusions. Dix minutes qui vont a mas jusqu’à de violents coups de barrière. 6 Carmen et au retour avec une ficelle.
Roulant des mécaniques, le N.514 de Saumade, fait le vide prêt pour le combat. Cinq rasets pour 5 puissantes enfermées avec arrivées fracassantes. Un dominateur dans toute sa splendeur. Un gland rentre. 4 Carmen et retour.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

DSC06976.JPG
Le 501 de Saint-Pierre

31/05/2010

VENDARGUES *LIGUE*

Samedi 29 mai 2010

LES BÉBÉS "LAURENT" GRANDISSENT...

636, 616, 604, 627... Ils ne sont encore que des numéros, mais suscitent toujours autant l'intérêt. Les "bébés" d'Henri et Patrick Laurent grandissent sous l'oeil intéressé des afeciouna. Pour le plaisir des yeux, quelques-uns des clichés saisis par le photographe Christian Itier.

▼LE 636

1.jpg
2.jpg
3.jpg

LE 616

 

7.jpg

LE 604

 

5.jpg
6.jpg

LE 627

 

4.jpg
**********************************************

30/05/2010

SAINT-REMY-DE-PROVENCE *LIGUE*

Samedi 29 mai 2010

LES BENJAMIN MENENT LA COURSE

St Rémy Provence 29 05 071.jpg

De cette course de ligue il faut retenir le travail des deux Benjamin (Benoit et Sabot) qui sont à l’origine des plus belles actions de la journée et s’investissent vraiment. En première partie les taureaux sont rasetés en montant ou sur les déplacements et en seconde partie quand ils se calent les rasets arrêtés sont rares. L’équipe du jour se compose à droite d’Alvarez, Auphan, Benoît, Callamand, Sabot et à gauche d’Anane, Coulomb et Gaillardet aidés des tourneurs Levy et Ranc. Benoît et Sabot sont travailleurs et courageux. Coulomb s’investit mais en ce jour n’y met pas trop les formes. Gaillardet par moments (mais bien en dessous de son potentiel) et les autres sont discrets. Régis Noël assure au micro.

St Rémy Provence 29 05 101.jpgLes pensionnaires de la manade Ribaud (5 ans) sont vaillants. Le taù 509 (1er) est solide et pointe les cornes à l’arrivée. Il est plus agressif à droite. Le 519 (3e) est agressif mais sauteur et se gaspille un peu en contre piste. Instable il n’est pas raseté dans les règles de l’art mais sera à revoir. Le 528(▲ sur Sabot) (5e) est très sérieux. Calé aux planches, il attend et son comportement cocardier demande un travail arrêté qui ne viendra pratiquement que de Sabot. Un dur à cuire. Le n° 508 (7e) est de petite maille. Il navigue un peu au départ mais après il s’engage au-delà des planches après Sabot et finit percutant.
Les pensionnaires de la manade Richebois (4 ans) sont fougueux et pleins de sang. Le 619 (2nd) est méchant, sauteur et fait des frayeurs aux portiers dignes de l’agence tous risques. Plus stable sur la fin il est disponible. Le 607 (4e) se place et finit cornes aux bois. Il lui manque juste un peu d’accélération à la sortie du raset. Le 627(◄▼ sur Benoit) (6e) fait penser à Pierrounet. Mobile il se jette fort sur le raset et effectue quelques actions très percutantes avec parfois bris de planche ou saut après l’homme. Le 630 (8e) est craint. Il déboule à 3000 à l’heure et impressionne par son placement. Deux vrais rasets de Boyer (percussion à l’arrivée) et Sabot (grand coup de barrière) laissent un goût d’inachevé mais quel potentiel entrevu grâce aux deux Benjamin.

Texte et Photos Eric AUPHAN

St Rémy Provence 29 05 102.jpg

14/04/2010

B. SABOT, TEMERAIRE STAGIAIRE...

 

Noves 10 04 003.jpg
Noves 10 04 004.jpg
Noves 10 04 005.jpg
Noves 10 04 049.jpg
Noves 10 04 068.jpg
Noves 10 04 070.jpg
Photos Eric AUPHAN

29/03/2010

ALLEINS : TRIDENT D'OR 1res séries

Dimanche 28 mars 2010


UN MAGNOLIA AUX SENTEURS GRISANTES…

Alleins 28 03 100.jpg

 

 

Coté taureaux le trio de Ribaud homogène et combatif obtient 197 points. Celui de Guillerme en obtient 186 à cause de la prestation fuyarde de Criquet car Desgresaïre et Capoulié tirent leur épingle. L’équipe de raseteurs travailleuse imprime du rythme et si Bovéro est le moins actif, les autres se mettent au diapason de Sofiane Rassir plein de fraîcheur et d’insouciance.
Pour la manade
Guillerme, CRIQUET (1er) court trop, saute seul et adopte un comportement fuyard. Sur la fin, il enclenche quelques percussions sur Maurel mais l’ensemble reste négatif. Assailli, DESGRESAIRE (3e) est victime de sa franchise. Malgré une avalanche de rasets le petit taureau relève la tête et s’en sort honorablement avec douze minutes trente énergiques. 4 Carmen dont rentrée. CAPOULIE (5e) est généreux dans l’effort. Chaque sollicitation est honorée. Aux ficelles, cul aux planches il ne lâche rien, accélérant même sur les reprises. Treize minutes trente très agréables. 2 Carmen et rentrée.

Pour la manade Ribaud. Plein de vaillance, MAGNOLIA (2nd) met les hommes au parfum. Il ne se laisse pas manœuvrer facilement et pousse sur les séries. Toujours dans les planches, il desserre l’étreinte blanche jusqu’à conserver aisément ses ficelles. 3 Carmen dont rentrée. Concentré, TRIMARD (4e) est cocardier. Il pousse aux planches sur Allam et effectue quelques belles accélérations au ras des bois. Soumis à un travail soutenu, il donne du volume à sa course même s’il accuse un peu le coup sur la fin. Il garde une ficelle en musique jouée trois fois. Méchant, MOURET (6e) est le spectaculaire. Il percute sur Maurel (3), Allam et Rassir. Sur un raset anodin, Allam glisse à l’arrivée et bascule dans le pourtour les cornes entre les jambes. Ouf… Il saute après Allam et Rassir l’emmène dans un dernier raset grandiose où le taureau et l’homme ne font plus qu’un en contre piste dans un final prometteur. 5 Carmen et retour.

Texte et photos
Eric AUPHAN

 

Entrée : 1/3. Organisateur : CT Le Bastidon. Présidence : R. Noël. Droitiers : Bovero, D. Martinez, Maurel, Santelli.
Gauchers : Allam, G. Perez, Rassir, Thierry. Tourneurs : Lieballe, D. Martinez, Ménargues.

 

 

Alleins 28 03 101.jpg
C'est chaud !!!
Alleins 28 03 084.jpg
Spectaculaire !

28/03/2010

LUNEL : 1re JOURNÉ DU PESCALUNE

Dimanche 28 mars 2010

DES CUILLÉ EN ROYALE DE LUXE

OUTARKA.jpg
Avec Guépard, Outarka se distingue

Entrée : 3/4 arène. Organisateur : Lunel Toro. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Jourdan, Outarka, Jockin, Allouani (se retire au 5e), Garcia (se retire au 5e). Gauchers : Four, Ouffe, A. Benafitou, Poujol (sort au 5e). Tourneurs : Benzegh, Beker, Galibert, T. Garrido.


Un Carmen final est joué pour la présentation et les prestations des cocardiers de cette course Royale de Cuillé. Récompense méritée ! Certes, tout ne fut pas parfait car les hommes n’ont souvent pas pu ou voulu imprimer une cadence plus soutenue. Seuls Victor Jourdan et Lahcène Outarka chefs de file incontestables ont assuré le maximum.
Titouan.- Quel entame de course pour ce premier ! Il se donne avec vigueur sur tous les cites et ne laisse rien sans réponse. Une bonne douzaine de finitions hautement spectaculaires, dont les plus prononcées sur Poujol, Jourdan, Ouffe, Allouani, Garcia, Four, ainsi que du sérieux dans sa tenue lui permettent d’entendre 7 fois la musique. Ficelles au toril.
Ruy Blas.- Un temps d’adaptation pour les hommes qui le jaugent. Raseté, le biòu se montre vaillant et se chauffe sous l’impulsion d’Allouani qui lui fait réaliser bon nombre d’actions. Garcia s’en mêle et frôle l’accrochage à la planche. Avec Four, Jourdan, Poujol, les arrivées sont spectaculaires et 8 fois Carmen résonne. Une ficelle rentre.
Mollières.- Jeune et plein de sang, il cherche son terrain sans refuser le combat. Craint par ses sauts, il n’est pas submergé par les attaques. Des coups de barrière, un saut derrière Jourdan son partenaire du jour. Retour avec ses ficelles et quatre fois la musique pour ce sérieux espoir.
Guépard.- Il navigue beaucoup, mais surveille tout, mettant souvent les hommes en défaut. Outarka et Jourdan trouvent les failles mais le biòu réagit avec brio à leurs attaques. Aux ficelles, le travail manque, Allouani s’engage, l’enfermée et l’arrivée sont chaudes. Guépard termine dominateur et rentre ses ficelles. 6 Carmen.
Racanel.- Rapidement délesté de ses principaux attributs, aux ficelles, moins bousculé, le taureau se reprend. Signe un gros coup de barrière sur Jockin et refrappe sur Four, Poujol, Jourdan. Il réitère spectaculairement à plusieurs reprises pour 15 minutes sept fois honorées.
Tassou.- Le bouillonnant cocardier fait le vide dès son entrée en piste. Jourdan fait l’attaque et Four reprend pour deux belles enfermées. Puis aucune proposition ne lui étant faite en piste, il visite les coulisses ! Dans l’ovale, il domine outrageusement et les hommes essuie la bronca. Il réintègre le toril en musique avec son second gland.

Texte et photos
Luc PERO

GARCIA.jpg
Cyril Garcia en danger devant Ruy Blas

VENDARGUES : CONCOURS DE MANADES

Samedi 27 mars 2010

DES COCARDIERS DE POIDS

Caysergues.jpg
Lou Seden (Lapeyre) agressif
envers le Vendarguois Kévin Caizergues

Entrée: 1/4 d’arène. Organisateur: CT La Muleta. Présidence: Marc Moucadel.
Raseteurs droitiers:Caizergues, Charnelet, Outarka, Pinot. Raseteurs gauchers: N. Benafitou, Ouffe, Martin (sort au premier taureau). Tourneurs:Bensalah, Benzegh, Kerfouche, Joseph.

On notera les bonnes entrées sur le circuit des jeunes Charnelet et Caizergues pour les tenues blanches. Pour les quadrupèdes noirs,Ivanhoe jusqu’à sa blessure, Mephisto assurent en première partie. Et Lillet, Lou Seden, Campbell pour la seconde.
Victor (Ricard).- Il saute seul souvent et revient seul aussi souvent en piste. Pour le reste, une bascule sur Charnelet. Ficelles au toril, un Carmen en course.
Ivanhoe (Blatière-Bessac).- Avec un bon comportement général, il effectue un saut sur Charnelet, un gros coup de barrière sur Outarka, mais il rentre prématurément (8e) sur blessure à l’œil. 2 Carmen.
Mephisto (Lapeyre).- Il se prête volontiers au jeu de la piste en se livrant dans des enchaînements qu’il pousse parfois au terme en frappant bas aux bois. 15 minutes et 3 fois les honneurs.
Lillet (Ricard).- Le grand et corni-corte banu n’est pas étouffé et se retrouve très vite le patron du jeu et des lieux qu’il visite à son gré. Raseté, ce sont des arrivées percutantes sur Charnelet (3 fois), Pinot (2 fois), Caizergues. Ses glands au toril et 6 fois les honneurs.
Lou Seden (Lapeyre).- Puissante carcasse et ventre blanc, il a du tempérament qu’il met en pratique sur des séries rondement menées et plusieurs fois conclues. Une terrible enfermée avec une grosse action aux planches sur Caizergues et les honneurs moult fois retentissent dans 10 belles minutes.
Campbell (Ricard).- Encore un costaud et dans tous les domaines. Maître absolu de l’ovale, il déjoue toutes les ruses et rentre finalement ses glands au terme de 15 minutes de domination. Musique.
Ulysse (Blatière-Bessac).- Pour 10 minutes, ce jeune élément pétri des qualités de sa race, est à suivre. Un magnifique saut sur Pinot et 3 fois la musique.

Texte et photos
Luc PERO

REDESSAN : 1re JOURNEE DE LA DEVISE D'OR

 

Dimanche 28 mars  

 

ON A FINI EN QUEUE DE POISSON

 

testa.jpgPour la 1re journée de la Devise d’Or, les blancs ne tiennent pas la distance et malgré le travail d’Aliaga, Bruschet, Sanchis et parfois de Cartalade, les deux derniers taureaux ne se sont pas vu proposer grand-chose. Bragado de Lautier est le plus intéressant.
Jol (Guillierme).- Sans se poser, prend tout dans le désordre. Appuie quelques poursuites (Sanchis) mais lâche souvent. Sous la pression à la 2e ficelle, il s’emporte après Cartalade (Carmen). 7 minutes.
Bragado (Lautier).- Une fois trouvé son placement, il oblige les blancs à plus de réflexion. De bonnes séquences de rasets appliqués, taureau cité arrêté. Rentre une ficelle après un quart d’heure très cocardier. 1 Carmen et retour.
Banaru (Fabre-Mailhan).- Vaillant, il plonge allégrement dans les longs rasets pour finir aux planches. Mais, parfois brouillon, son placement flottant gêne les blancs et leur coupe la sortie du raset. Du coup ça devient compliqué. Les ficelles au toril. 1 Carmen et retour.
CARTALA.jpgSaint-Omer (Guillierme).- Toujours en mouvement, passe le mourre après Cartalade, tape sur Aliaga dans les cornes, tamponne après Marquis et se livre dans des séries très rythmées. Mais après ces huit premières très bonnes minutes, il s’évade et ne veut plus participer. 4 Carmen et retour.
Amadeus (Lautier).- Un petit gabarit jeune et vif qui, placé, participe avec envie. D’où ces belles séries menées rondement avec quelques enfermées. Mais trop peu de rasets lui sont proposés par la suite. Rentre un gland. 4 Carmen et retour.
Vinum (Fabre-Mailhan).- C’est vrai qu’il n’a pas la tête au travail et saute trop souvent, mais à 5ans…
Et une fois placé, pas assez de sollicitations pour juger de ses qualités. Les ficelles rentrent et comme soupire un spectateur : " On a fini en queue de poisson".


Martine ALIAGA

Photos archives
Luc PERO

Fiche technique : entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT Le Toril. Président : Aurélien Laget. Raseteurs droitiers : Bruschet, Dumont, Gautier, Sanchis. auchers : Alarcon, Aliaga, Cartalade, Marquis (se retire au 5e). Tourneurs : Grando, P. Rado, Zerti.