Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/09/2011

UNE STATUE POUR BARRAIE

 

le crès,école taurine,course camarguaiseLa souscription pour ériger une statue au cocardier Barraïe à Saint-Christol suit son bonhomme de chemin. Au lundi 19 septembre 2011, 6350 € ont été transmis à la Fondation du Patrimoine ou au Club Taurin Lou Ferri, soit un peu plus de 42 % de la somme necessaire.
Le club taurin Lou Ferri remercie les donateurs et invitent les personnes qui souhaitent participer à prendre contact les organisateurs de la soucription.
Un blog dédié à la souscription est disponible à l'adresse suivante : http://unestatuepourbarraie.blogs.midilibre.com/

08/07/2011

ESMERO OPÉRÉ

CAILLAN1BLOG1.jpgLe manadier François Fassi, manade Caillan, raconte : "Lors de la course du mardi 5 juillet à Châteaurenard le taureau Esmero  a été  malheureusement victime d'un coup de crochet involontaire à son oeil droit. La course finissant tard, le vétérinaire est venu de bonne heure le lendemain pour ausculter le taureau. A première vue, une blessure plutôt légère avec comme solution l'opération. Bien sûr l'opération est acceptée par la manade mais une fois endormi, il s'est avéré que le coup est plus grave car il s'agit d'un coup de crochet en forme de "V" qui a coupé la cornée mais aussi, sur le bas, l'Iris voire le cristal qui seraient touchés.
"Après une anesthésie générale et une grosse heure d'opération, le taureau c'est réveillé sans trop de mal. Maintenant il lui faut rester enfermé durant 15 jour dans le noir en espérant que le cicatrisation se fasse bien avec un traitement 3 fois par jour lors des 3 premiers jours.
"Le plus gros risque est que le liquide se trouvant entre la cornée et l’Iris ait disparu totalement . Dans ce cas si la cornée et l’Iris se collent, l’œil « meurt ». Si l’Iris est touché mais que le liquide le protège, l’Iris se reforme. Pour le résultat plusieurs possibilités: Esmero retrouve une vision totale ; il retrouve une vision diminuée ; il ne retrouve pas la vision".

CAILLAN2BLOG1.jpg

CAILLAN3blog.jpg

*******************************

 

24/06/2011

UNE STATUE POUR BARRAIE

BARRAIE3.jpgLa "Route des cocardiers" s’étoffe d’une nouvelle halte. Après Muscadet de Rouquette à Mauguio, Pascalet de Rébuffat à Lunel, Le Sanglier de Granon au Cailar, Gandar de Blatière à Vauvert, Goya de Laurent et Le Clairon de Granon  à Beaucaire, Camarina de Chauvet à Sénas, Vovo d’Aubanel aux Saintes-Maries, voilà que le Biou d’Or des Biou d’Or aura sa statue à Saint-Christol (Hérault). Barraïe, emblématique cocardier de la manade Jean Lafont, posera pour l’éternité dans l’enceinte du pole oenotouristique que la communauté des communes du Pays de Lunel élabore à Saint-Christol.

A l’origine de l’idée, le club taurin Lou Ferri qui, depuis 1921, voue un culte à la devise rouge et verte. Une fidélité qui a perduré au-delà des propriétaires successifs de l’élevage : Combet, Granon, Delbosc, Lafont et Nicollin. Alors même si le grand Barraïé n’a jamais connu les arènes saint-christolaises, les vedettes de la marque ont couru là : Ourrias, Ventadour, Joinville, Cailaren, Montago et Virat…

Barraïé - 3 fois Biou d’Or (1988, 1989, 1992), sacré Biou d’Or des Biou d’Or du Trophée Taurin Midi Libre – La Provence – est une légende. A travers la statue le représentant, c’est le symbole de l’amour que les gens de bouvine portent aux taureaux et la transmission d’une culture qui sont recherchés. L’artiste Ben K requis pour créer l’œuvre, représentera Barraïé en mouvement. Posé à même le sol, la sculpture permettra aux visiteurs de se mesurer à l’animal, tel le raseteur en piste.

barraie.jpgLes afeciouna sont appelés à participer pour réunir les 15 000€ nécessaires. Pour cela le CT Lou Ferri soutenue par la Fondation du patrimoine a ouvert une souscription publique pour recueillir les dons (tous les détails pratiques ci-dessous).

Alors pour que les grands taureaux ne disparaissent jamais et que la route des cocardiers s’enrichisse de nouvelles étapes à la gloire de la fe di biou, participez !


MARTINE ALIAGA
(photo Eds Arnaud
"La légende des Biou d'Or")


Tous les renseignements sur la souscription
Liens :
http://unestatuepourbarraie.blogs.midilibre.com/

BARRAIE VERSION COULEUR dif.pdf

14/06/2011

AETCC *25e ANNIVERSAIRE*

Pentecôte au Grau-du-Roi

BLOG.jpg

 

FOLCO.jpgL'Association des éleveurs de taureaux de course camarguaise a fêté son quart de siècle, tout le week-end dans et autour des arènes graulènes. Un des moments forts, le lundi, quand, autour de leur présidente Françoise Peytavin, les filles et petites-filles des manadiers ont ouvert la capelado, après l'entrée en piste de Folco Salmeron (manade de l'Aurore) porteur du nouvel emblème de l'AETCC entouré des amazones camarguaises dont la Reine d'Arles Astrid Giraud.
Au centre Faustine entourée de ses grands-mères Françoise Peytavin et Nicole Lafisca, Manon Benabent (Le Grand Salan), Audrey Ruas (Le Brestalou), Manon Chaballier, Sandrine (l'Argentière), Carole (Chazot), Ludivine (Mogador).
Et si la fête a été écourtée par un orage violent au 4e taureau, l'AETCC et les organisateurs du Grau peuvent se féliciter de la qualité des spectacles présentés.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA
Tous les articles sur l'anniversaire
sont regroupés dans la catégorie
AETCC manadiers
sur la gauche de l'écran

 

L'AETCC LANCE SA JEUNE GENERATION

aetcc,grau-du-roi,courses camarguaisesLundi, Faustine, petit bout de chou bien en selle sur son Camargue, est entrée en piste aux côtés de ses grands-mères Françoise Peytavin et Nicole Lafisca. Porteur du nouvel étendard de l'Association des éleveurs de taureaux de course camarguaise, le jeune Folco Salmeron (manade de l'Aurore) a ouvert la capelado. Bientôt rejoints par les filles de la nouvelle génération des manadiers de l'Association. Un beau clin d'oeil plein de promesses d'avenir.

Ce week-end anniversaire des 25 ans, festif autour de l'arène et sérieux en piste, avec un décorum folklorique de qualité, a offert une belle vitrine aux manades de l'AETCC.

aetcc,grau-du-roi,courses camarguaisesMême si la course du lundi a été écourtée par un violent orage. Le déluge après la prestation cocardièrement convaincante du 4e taureau Colombus de l'Aurore. Avant lui, Opale du Brestalou avait fait la loi par une course intelligente et autoritaire. Ah la vache ! Igor de l'Argentière (2e) armé d'une vaillance à toute épreuve, et Tamaris de Chazot (photo à gauche avec Oudjit), un premier un peu trop intermittent, avaient eu les honneurs de la grande piste graulène.

aetcc,grau-du-roi,courses camarguaises

Opale a fait une démonstration de caractère.
Placement, anticipations, enfermées...
un régal..

 Le concours du samedi a tenu la route aux As (lire compte rendu du Luc Pero dans la catégorie Trophée des As à gauche de l'écran) prouvant malgré le manque d'expérience de certains à ce niveau, que leur place n'était pas usurpée. Face aux raseteurs travailleurs et opiniâtres mais toujours dans le bon esprit Petit Lou a fait parler l'expérience, Satin un peu vert, Crespin au niveau mais peu encocardé. Idem pour Hébus qui aurait pu, avec quelques tours de ficelle en plus, sortir un quart d'heure plus dense. Casanova a été l'heureuse surprise à ce niveau, à revoir. Quant à Estreloun et Ménélas ils ont barricadièrement et avec panache conclu l'après-midi.

La course du dimanche - dévolue aux autres manadiers mais avec un Caillan et pas n'importe lequel, Coyote auteur d'un grand quart d'heure - a permis en ouverture de passer un joyeux moment avec deux emboulés de Quet et Cyr rasetés avec envie et bravoure par des élèves des écoles taurines.

Au soir de cette Pentecôte réussie, ils peuvent être fiers de leur boulot, tous ces manadiers que - sérieusement - on ne peut plus qualifier de "petits".

M. A.
Photos Monique ROGGI

23/05/2011

PRIAM C'EST FINI

Lundi 23 mai 2011

priam du ternen,montfrin,course camarguaiseCe cocardier à la brutalité extrême avait contribué à la renommée de sa manade du Ternen à Candillargues par - entre autres - ses féroces engagements aux planches. Mais son goût de la bagarre lui a coûté la vie. Victime d'un traumatisme cervical, dimanche aux arènes de Montfrin.
A 9 ans, il avait déjà écrit quelques belles pages de la course camarguaise et les chroniqueurs de ce blog le suivaient de près, rappelons nous de La Grande-Motte, Baillargues, Sommières, Lansargues, Saint-Georges-d'Orques... 
Les frères Andréo qui l’ont fait naître et l’ont élevé sont tristes, jamais ils n’oublieront Priam.

M. A.

Photo Luc PERO à Baillargues:
Priam sur Jérémy Aliaga

18/04/2011

PRELUDE DE LA COURSE *DES RAMEAUX* A ARLES

Dimanche 17 Avril 2011


TRI A LA MANADE ST GERMAIN DIMANCHE DES RAMEAUX…

Tri St Germain 17 04 008.jpg

C’est au mas St Germain non loin du Vaccarès que nous nous sommes retrouvés dimanche matin en prélude à la grande course d’ouverture de la saison taurine Arlésienne pour le tri du bétail prévu Tri St Germain 17 04 087.jpgpour la course de l’après-midi. Badaïre cocardier vedette de la manade St Germain affronte les As du crochet accompagné de deux congénères (Ignace n° 444 et Sonnailler n° 429) prévus pour donner le change à l’école taurine locale en ouverture. A cheval, Germain Vadon et les amateurs font preuve de dextérité pendant le tri et les simbeùs ouvrent la voie dans le couloir. Après cette manœuvre parfaite direction les prés sur les ballots de paille de la charrette pour raccompagner le troupeau qui change de pâturage puis visite des vaches aTri St Germain 17 04 119.jpgccompagnées de veaux pour certains âgés de quelques jours voire quelques heures. Retour au point de départ où sur le char les gardians procèdent à l’encocardement des bioùs. Calme et impassible Badaïre se laisse faire. Christian Culetto ancien raseteur n’est pas étonné : «Dans le char on dirait qu’il bade tellement il est calme. D’ailleurs c’est pour cette raison qu’on l’a appelé Badaïre mais attention en piste il n’est pas le même». Sonnailler plus récalcitrant oblige à plus de vigilance et à plusieurs essais. Alors qu’un mouvement naturel s’opère vers la table du succulent déjeuner où les discussions vont bon train au sein de la famille, des aféciounas, des raseteurs (Mascarin, Moulin), des tourneurs (Gérald Rado) et clubs taurins organisateurs ainsi que Marine Rosière ambassadrice du riz. Dans le bouvaù, les enfants ouvrent les cases du toril et jouent aux apprentis taureaux-raseteurs. Le pétillant Antonin, fils du manadier du haut de ses 5 ans ½ joue des cornes avec un bout de bois et entraîne les autres dans son sillon. Tout un symbole. A l’ombre des grands arbres proches du bouvaù, les cocardiers attendent le départ vers les arènes……

Tri St Germain 17 04 010.jpg

▲ Arrivée dans le clos de tri.

 Tri St Germain 17 04 039.jpg

▲ Germain Vadon trie Sonnailler.

Tri St Germain 17 04 153.jpg

▲ Un veau de quelques heures environ avec encore le cordon.

▼ Le Char est fin prêt pour rallier l'amphithéatre Arlésien.

 Tri St Germain 17 04 174.jpg

 

Tri St Germain 17 04 181.jpg

 ▲ Badaïre calme se laisse encocarder.

▼ Antonin Vadon 5 ans 1/2 joue au cocardier.

Tri St Germain 17 04 207.jpg

 Texte et photos Eric AUPHAN

19/03/2011

TARASCON : UNE REPRISE EN DOUCEUR...

Samedi 19 mars 2011 : Ligue

Tarascon 19 03 073.jpg

▲ N° 606 Lautier agressif après Gaillardet

 

Entrée moyenne pour cette course de ligue à Tarascon avec quatre Cavallini corpulents (belle présentation) et quatre Lautier agressifs. Chez les tenues blanches Joan Gaillardet se détache avec efficacité. Anane, Garcia Julien, Pradier, Roig et Zéroual sont intermittents mais attendons de voir plus loin dans la saison. Pour les quatrains de la manade Cavallini, le 703 (1er) est calme et se place bien Tarascon 19 03 039.jpgmais il faut vraiment insister pour qu’il réagisse. ◄ Le 702 (3ème) coopératif s’engage franchement et s’envoie même dans le pourtour après Anane. Volontaire il rentre en musique. Le 715 (5ème) s’envole seul au portail puis cinq minutes suffisent pour en venir à bout. Vaillant au possible, le 721 (7ème) se donne sans retenue aux blancs mais aussi sans difficulté. Pour la manade Lautier, le 622 (2nd) est coureur et pas facile à raseter en déplacement mais quand sur la fin il se cale, on hésite. L’expérimenté 557 (4ème) contrôle et termine cornes aux planches dangereusement. Gaillardet (coupe, cocarde et gland sur la sonnerie) le cite parfaitement. Plusieurs Carmen et retour. Le 606 (6ème) a du pétard, de la vitesse et de la finition cornes pointées parfois en coup de barrière. Complet il est à suivre. Droitier, le 626 (8ème) tamponne fort sur Roig. Cocardier il a un placement sévère et maitrise les blancs pour une reprise en douceur……

Tarascon 19 03 056.jpg

▲ N° 557 Lautier sur Gaillardet efficace avec ce bioù.

▼ N° 606 Lautier s'envoie derrière Anane.

 

Tarascon 19 03 076.jpg

Texte et photos Eric AUPHAN

 

15/02/2011

MANADE CHAPELLE

Dimanche 13 février 2011

VISITE EN PAYS DE CRAU

manade chapelle,courses camarguaises
Le Mas de Pernes

 

manade chapelle,courses camarguaisesDes champs à perte de vue, une fin de matinée d’hiver agréable,  Bébert au volant et Florent aux explications pour une balade en pays de Crau. Chez Chapelle, Albert est la figure emblématique, la mémoire de la manade, le raconteur d’exploits et d’anecdotes. Dans son sillage, le jeune Florent, son petit-fils, trace sa route. Attentif, réfléchi et réaliste, le garçon s’investit et tend vers une évolution raisonnée de l’élevage. Sans pour cela minimiser son amour des bêtes et de la course camarguaise.
 Albert - Florent, côte à côte, l’expérimenté et l’apprenti, la maturité et la jeunesse, l’extraverti et le réservé... Plus le respect et - dans leur regard - l’admiration mutuelle.
Avec eux deux, la  découverte des 50 hectares et 200 bêtes du Mas de Pernes se montre plaisante, animée et explicite. « Nous les gardons toutes sur le mas l’hiver pour mieux les surveiller et plus facilement arriber. Dès le printemps, la moitié partiront  sur les 150 hectares en partie des marais à Port-Saint-Louis », commente Florent.
Des chemins au cordeau et des clos bien délimités, la propriété est soignée. Ici les taureaux d’abrivado, une des spécialités de la manade. Là les vaches et la nourride de veaux, plus loin les jeunes, en dernier les cocardiers : le retraité Cérès, les jeunes Bolivar, Calimnos, Fanfan, Grazielito, Ernestan, Suffren. Pour chacun, des explications, des précisions, et une évaluation claire des qualités et défauts.
Puis le clou de la visite : la Cocardière d’Or 2009 et meilleure Cocardière de la finale des vaches 2010, Gazette. Elle nous reçoit queue haute et tête orgueilleusement dressée, sans lâcher des yeux un instant les intrus qui viennent troubler son calme. Une petite vache pleine de peps et d’agressivité. Comme en piste.
Dans le même clos, avec quelques congénères, Prince. L’espoir de la marque. Bagarreur en pays, le N.326 se montre plus calme entouré de dames. Un beau gabarit de 8 ans dont Florent apprécie les qualités barricadières et en qui le grand-père et le petit-fils fondent bien des espoirs : « Pourvu qu’il ne se fasse pas mal...».manade chapelle,courses camarguaises Et avant de rentrer, un petit coucou aux fétiches apprivoisés, ◄le Camarguais Galinier et l’Espagnol Manolo.
Voilà, tous ont eu leur ration de foin de Crau, les conversations continueront longtemps dans les douillettes installations de la manade. Bébert chantera peut-être Le chant du gardian de Camargue ou racontera ses deux Rejon d’Or à Méjanes... Florent décortiquera  encore patiemment  les rouages de la course camarguaise pour le plus grand plaisir de leurs hôtes.

Martine ALIAGA
Photos  Luc PERO

manade chapelle,courses camarguaises

GAZETTE

manade chapelle,courses camarguaises
CERES

manade chapelle,courses camarguaises
NURSERIE

 manade chapelle,courses camarguaises
DEJEUNER FAMILIAL

manade chapelle,courses camarguaises
ALBERT le truculent conteur...

manade chapelle,courses camarguaises

PRINCE l'espoir de la manade

 

 

16/01/2011

ASSOCIATION DES ELEVEURS DE TAUREAUX DE COURSE CAMARGUAISE

BILAN D'UN QUART DE SIÈCLE

BLOG.jpg

Une partie des éleveurs de l'AETCC
entourant leur présidente Françoise Peytavin

Baptisée officiellement le 21 janvier 1987 par une douzaine de jeunes manadiers, l’association des éleveurs de taureaux de race Camargue (AETRC) se présentait alors ainsi : président Georges Navarro ; secrétaires Françoise Renard (Peytavin), Roger Andréo ; trésoriers : Francis Fassi et Jean-Claude Legaz ; membres : Aliaga père et fils, Jean-Pierre Chazot, Guy Jaussoin, Alain Lopez, Jean Pinedon, Daniel Porras. « Que de chemin parcouru depuis septembre 1986 et la première réunion dans un petit café de Carnon où nous n’étions que 6 ou 7 », se souvient Françoise Peytavin, présidente de l’AETCC (Association des éleveurs de taureaux de course camarguaise) – ancienne AETRC – depuis 1991. Cette année, c’est donc le 25e anniversaire et Françoise mesure le chemin parcouru : « Une génération a passé, certains enfants sont maintenant aux commandes, trois des membres fondateurs toujours là (NDLR Peytavin, Caillan, Andréo). Cet anniversaire est celui de la maturité. Au nombre des satisfactions, si auparavant on pouvait citer les noms des quelques cocardiers de notre assoc. qui « sortaient » aux As, aujourd’hui on cite les manades. Neuf élevages ont couru toute la saison aux As, seize. Sur les 33 manadiers de l’AETCC, c’est pas mal ».

Et la fête anniversaire s’annonce belle pour Pentecôte au Grau-du-Roi. On peut déjà citer trois jours d’animation autour des arènes,  une course complète de l’AETCC aux As le samedi 11 juin et une mixte le lundi 13. Ainsi qu’une belle initiative graulène :  courant avril et mai, chaque samedi, deux manades essaieront 8 taureaux (école taurine) dont les deux meilleurs feront l’ouverture de la course aux As du 12 juin.

Réunis au Mas de Rousty le 8 janvier pour une longue après-midi de travail, les manadiers de l’AETCC ont fait le point par la voix de leur présidente. Au niveau sanitaire « on voit un peu le bout du tunnel. Les aménagements faits pour sortir plus rapidement en cas de problème, ont donné satisfaction. Grâce au bon travail en liaison avec les services vétérinaires, raisonnablement, personne ne devrait être trop ennuyé cette année ». En revanche ce qui inquiète les éleveurs c’est la baisse annoncée du nombre de courses, en particulier les Ligues « Ce sont les petites manades qui vont en faire les frais, déjà que c’est compliqué de sortir en Ligue… ». Quant aux diverses modifications annoncées dans les règlements, l’AETCC y est plutôt favorable : « on va plutôt dans le bon sens… ». Tout comme le fait de primer le premier gland : « nous trouvons que c’est pas mal, laisser un peu de temps au temps… et faire durer le plaisir ». Idem pour la suppression du frontal « Il y a sûrement moins de blessures ».

Et au terme de ce quart de siècle, l’AETCC affiche une belle sérénité. Outre l’effort permanent de valoriser l’élevage du taureau pour la course camarguaise, l’assoc. affirme sa volonté de bannir « le mauvais travail » et «  les mauvaises habitudes » tout en essayant de privilégier l’entraide et la convivialité. Une orientation qui porte ses fruits, on pourra la mesurer toute la saison.

Martine ALIAGA

·     * L’AETCC a accueilli cette année son trente-troisième membre, la manade des Montilles d’Albaron, menée par Brunot Quet.


LES COCARDIERS VEDETTES

Parmi les cocardiers en vue des manadiers de l'AETCC, on peut citer Estreloun et  Coyote de Caillan, Hebus d'Agu, Petit Lou de Chaballier, Crespin et Typhon du Brestalou, Priam et Menelas du Ternen, Lou Conse, Barri, Campestre du Grand Salan, etc.

PETIT LOU NIMES CI2.jpg

Petit Lou avec Christophe Clarion à Nîmes
(Photo C. ITIER)

********************************


30/12/2010

DANS LES PRÉS DE ST GERMAIN…

Au coeur de l'hiver près de l'étang du Vaccarès

RENCONTRE AVEC GERMAIN VADON
MANADIER CLAIRVOYANT ET PASSIONNÉ

Manade St Germain 004.jpg

▲ Germain et Pierre Vadon arribent les cocardiers

 

Le samedi 04 juillet 2009 restera un jour de gloire pour la manade St Germain. Le cocardier Badaïre inconnu avant la course remporte la cocarde d’argent dans l’amphithéâtre Arlésien. Au terme d’une course intense il propulse la petite manade sur le devant de la scène taurine.
Germain jeune manadier se rappelle. «Je ne voulais pas le louer mais Christian Culéto ancien raseteur a insisté. Gérald a voulu tenter le coup et ce fut la bonne surprise qui a commencé à faire parler de nous».
Intrigués nous nous rendons en Camargue, après le hameau de Villeneuve où se dresse le mas St Germain. Germain Vadon nous accueille sourire pétillant et poignée de main franche. Il présente la manade avec une simplicité naturelle. «Mon père Pierre a démarré avec 12 vaches achetées à René Lambert dans l’hiver 1989, juste pour faire pâturer. On avait des chevaux depuis 1971 ▼mais mon grand père ne Manade St Germain 057.jpgvoulait pas voir de taureaux sur l’exploitation consacrée à la vigne, aux près et à l’élevage des moutons».
A force de travail le cheptel compte actuellement 180 bêtes dont 60 vaches sur 240 hectares. La manade intègre peu d’arènes mais Germain ne rêve que de course camarguaise. «On a quatre taureaux intéressants et ça fait plaisir de sortir avec les grandes manades. Ces dernières nous ont donné la possibilité de démarrer et on est là sans esprit de concurrence. Au début on est sorti sous le nom de la manade Vadon mais mon père préfére courir sous le nom du mas». Les couleurs de la devise ont été récupérées avant son décès à l’oncle de son père Roger Gauzargues manadier à Villeneuve. En 2010 Badaïre a confirmé lors de ses cinq sorties à Port Saint Louis, Cavaillon, Fourques (trophée Pierre Gachon), à St Martin de Crau (trophée Claude Saumade) et à Cabannes (coupe des petits manadiers).
En 2011 quatre courses sont programmées dont deux aux As. Une belle récompense pour la manade. Derrière, les espoirs ont pour  nom Coralien, Catulin et Antonin sur qui Germain fonde de grosses espérances. Il aime les taureaux qui se livrent avec du sang et de l’anticipation. Pierre Manade St Germain 043.jpgaimerait faire courir ses vaches◄. A Méjanes, Naïs sœur de Badaïre à fait parlé d’elle lors de graines de stars.
Il a fallu vingt ans pour arriver à percer en course et les vaches sont prépondérantes dans la sélection. Germain souligne. «Les souhaits maintenant qu’on commence à parler de nous c’est de ne pas décevoir. En tant que petite manade on n’a pas trop droit à l’erreur. Si on arrive à louer quelques taureaux comme l’année dernière ce sera très bien».
Toutefois les contraintes des services vétérinaires sont redoutées. Chaque année après les prises de sang et les prophylaxies les résultats sont attendus avec anxiété surtout quand on voit les problèmes de la manade  La Galère qui heureusement s’en est sorti. «Cette année les vaccins effectués aux vaches pour la fièvre catarrhale l’ont été quand elles étaient pleines et on a eu un gros taux d’avortement. De 30 à 40 veaux on s’est retrouvé avec huit naissances et un manque à gagner important. Néanmoins les quatre dernières sorties en 2010 ont rapporté autant de prix».
C’est encourageant pour un manadier clairvoyant...

Cabannes 24 10 109.jpg

Badaïre sur Chig à Cabannes lors de la coupe des petits manadiers 2010

▼ Badaïre en pays dans les près de St Germain

Manade St Germain 027.jpg

Manade St Germain 065.jpg

Peu de naissances en 2010

Badaïre et Romain Gros vainqueurs de la cocarde d'argent 2009

Cocarde d'argent 136.jpg

 

Texte et photos Eric AUPHAN

29/12/2010

BIOU D'OR

Vendredi 17 décembre au Château de Générac

GUEPARD
PARCE QU'IL LE VAUT BIEN

BLOG1.jpgIl fallait bien un château pour fêter le Seigneur de l’année 2010 . La moyenâgeuse bâtisse  de la cité gardoise a dernièrement accueilli ses vassaux pour un hommage festif . Gentes dames et damoiseaux ont chanté les louanges du fauve et de la famille qui l'a fait naître et élevé. Oyez, Oyez, Guépard est entré dans la galerie des Biou d’Or.

C’était pas gagné d’avance… 2010 commence sous de noirs auspices pour la manade Cuillé. Bloquée pour des mesures sanitaires, la famille fait bloc, se démène, souffre mais ne plie pas. Le long chemin de l’assainissement commence. La Royale qui depuis plusieurs années déplace les aficionados est autorisée à courir, Guépard attaque son chemin royal.  Les complètes permettent aux taureaux plus jeunes de s’aguerrir… Les organisateurs font confiance jusqu’à la libération totale. Et Guépard s’impose au Trophée Taurin Midi Libre – La Provence pour le titre final.

Quel beau Biou d’Or ! A 9 ans, la vedette de Cuillé a un tempérament de feu, le charisme d’un roi, la dangerosité du félin et un sang bouillant qui l’emporte. Craint, son tempérament explosif pousse les blancs à essayer de le berner. Sa générosité parfois est mise à rude épreuve. Les trop grands espaces  lui sont un terrain de chasse qu’il parcourt à grandes foulées et sur lesquels il se disperse. Mais toujours il revient au combat. Avec hargne, méchanceté et ténacité. Oui, le fer de lance de l’élevage vaut bien une couronne. Le sang baroncellien est à nouveau récompensé… Hourra !

4 Biou d’Or pour 40 ans d’existence. Après Rousset (1981-1982), Pythagore (2000) et Guépard, c’est le travail de toute une famille qui est mis en exergue. Car derrière le Biou d’Or, la pépinière des vert et blanc est riche d’une race qui n’en finit pas de donner à la course camarguaise ses plus beaux fleurons.

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER

ILS ONT DIT

BLOGGUE2.jpg

De gauche à droite, Jean-Pierre Cuillé, Domynique Azéma (directrice du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence), Henri Itier (président de la FFCC), Pierre Cuillé et Frédéric Touzellier (maire de Générac)

  Jean-Pierre Cuillé a tenu à partager la joie de ce 4e Biou d'Or pourles 40 ans avec toute la famille et notamment son épouse Sylvie : "tout le monde participe".
Domynique Azéma a commenté avec humour : "Si les raseteurs ne sont pas bons, c'est la faute au Trophée ; S'il y a moins de monde aux arènes, c'est lafaute au Trophée, S'il pleut le jour de la finale, c'est la faute au Trophée... Mais si on est là ce soir, c'est grâce au Trophée".
Henri itier a souligné "Ce Biou d'Or est l'aboutissement d'un travail, d'une sélection et une victoire sur le doute".
Pierre Cuillé à associé les gardians et la famille "Tous ceux qui nous ont aidés, 2010 avait mal commencé, merci à ceux qui nous ont fait confiance surotut pour les taureaux jeunes. Les 40 ans de la race couronnés par le Biou d'Or, on est ravis".
Quant à Frédéric Touzellier, maire de Générac, il a félicité toute la famille Cuillé : "Biou d'Or, et Biou de l'Avenir, c'est le grand chelem de la cours camarguaise pour les 40 ans de l'élevage".

BLOGGUE3.jpg


GUEPARD.jpgLA SAISON 2011
DE GUEPARD

Pierre Cuillé :
"En 2011, Guépard défendra son titre avec détermination. Il ira à Beaucaire, Palavas, Lunel, Beaucaire, Les Saintes-Maries de la Mer, u
ne course en septembre, et la finale en octobre à Arles s'il est retenu par le Trophée Taurin (le litige avec Luc Jalabert est oublié..."

 

 

13/12/2010

LA COLETA AU DOMAINE DE PAULON...

Samedi 20 Novembre 2010 à la manade BLANC Jean Claude

Sortie Blanc Coléta 20 11 016.jpg

▲ Le manadier Jean Claude Blanc

C’est au Sambuc que se sont donné rendez-vous les membres du club taurin La Coléta de Saint Etienne du Grès. Malgré la pluie menaçante, une quarantaine de participants se sont retrouvés au cœur de la Camargue. Dès l’arrivée après le café de bienvenue, direction le pas de tri en charrette pour Sortie Blanc Coléta 20 11 032.jpgapprécier la dextérité des cavaliers puis place aux courageux pour attraper les anoubles pour la ferrade. Après des tribulations pour certains, direction les prés où nous attendaient les cocardiers parmi lesquels Rascaillon et Fournelet trônent encore fièrement au milieu des Agassoun, Catouli, Canalet, Campardin, Vauban la nouvelle vague du Sambuc. Au retour le temps menaçant laisse finir la visite avant de finalement laisser tomber de grosses gouttes. L’apéritif offert par Pernod 51 a permis de tisser des liens d’amitié pendant que la pluie redoublait. Fleurs et vin du Château Dalmeran aux manadiers et Chemise Olivades et vin Dalmeran pour Roger Guiot ancien fidèle du club avant de déguster le succulent repas concocté par Brigitte et son équipe dans un cocon camarguais où il fait bon se retrouver……

 

Sortie Blanc Coléta 20 11 074.jpg

L'arrivée des cavaliers lors de la ferrade

Les attrapaïres en action

 

Sortie Blanc Coléta 20 11 053.jpg

Sortie Blanc Coléta 20 11 100.jpg

Le retaité Rascaillon a toujours fière allure au sein du troupeau

▼ La salle havre de détente et de restauration apprécié

Sortie Blanc Coléta 20 11 121.jpg

 

Texte et photos Eric AUPHAN

10/12/2010

MUSEE ROUGE ET VERT

DE BOISSIER A NICOLLIN VIA GRANON ET LAFONT

1c.jpg

Au Cailar, le Mas d’Anglas recèle bien des trésors et la stèle de Barraïé à l’entrée des bâtiments donne le ton d’un lieu où le taureau est roi. L’un des autres fleurons en est le Musée dédiée à l’élevage des cocardiers à la devise rouge et verte. Superbement mise en scène, l’histoire de cette manade à part se lit et s’admire au long des étagères garnies de documents remontant à Jean-Jules Boissier, d’affiches, de photos, trophées  et autres Biòu d’Or. Un cadre parfait au parquet de bois et lourdes poutres donnant sur les pâturages où les cocardiers actuels paissent tranquillement.
Inauguré le 5 avril 2008 en même temps que les arènes du Mas d’Anglas, le musée a profité de l’érudition de Lise Carratero qui, «à la demande de Louis Nicollin, a travaillé sur l’historique de l’élevage et rassemblé les lettres, textes, actes anciens, explique Jeoffrey Barbeyrac, en charge de la manade, certaines affiches nous ont été données par des clubs taurins et bien sûr tous les trophées ont été réunis».    
1D.jpgEt la machine à remonter le temps égrène les noms des précédents propriétaires qui font courir des taureaux depuis 1813,  M. Boissier, Laurent Combet, Fernand Granon, les frères Delbosc puis Jean Lafont et enfin Louis Nicollin. Les taureaux qui ont fait la renommée de la race se rappellent aux bons souvenirs des visiteurs : Le Sanglier, Le Clairon, les Biòu d’Or Cosaque (1956), Mario (1963), Cailaren (1967), Joinville (1972), Ventadour (1977, 79), Furet (1986) , Barraïe (1988, 89, 92), Virat (2002, 2004) et bien d’autres encore Sarraïé, Cafetier, Ourrias, Cabanié... En attendant les prochaines étoiles d’une race qui donne tant de nobles cocardiers à la course camarguaise.


Martine ALIAGA
photos Christian ITIER

1E.jpg


14/11/2010

JOURNEE DE SOLIDARITE

JEUDI 11 NOVEMBRE SAINT REMY DE PROVENCE


LES JEUNES AUSSI SOLIDAIRES...

 

St Rémy 11 11 ET La Galère 037.jpg

566 (La Galère) met Aroui en danger

Sous la houlette de Christophe Ginoux l’école taurine de St Rémy de Provence a tenu à prouver sa solidarité avec la manade La Galère en prélude à la journée organisée par le comité des fêtes. Ils ont raseté six taureaux emboulés de René Lambert et ont donné le tempo à la St Rémy 11 11 ET La Galère 065.jpgjournée. Une implication à l’image de la passion de leur éducateur.
Les Aroui, Baptiste, Barroyer, Couturier, Déantoni, Hernandez, Lopez, Matéo, Martin, Poncet, Rado, Roux et Ruiz se sont dépensés sans compter face aux n° 469 (fantasque), au 539 (généreux), au 566 (sérieux), au 578 ► (régulier), au 533 (cocardier) et au 527 (spectaculaire). Tous les acteurs ont régalé le public nombreux pour une matinée. Ils ont continué leur combat autour du barbecue de circonstance.
La journée était vraiment bien lancée………

St Rémy 11 11 ET La Galère 009.jpg

469 sur Couturier

St Rémy 11 11 ET La Galère 156.jpg

527 se dresse sur Lopez

Texte et photos Eric AUPHAN

23/10/2010

EYGUIERES : 20e ANNIVERSAIRE DE LA MANADE AGU

Samedi 23 octobre 2010

HEBUS SOUFFLE LES BOUGIES

Eyguières 23 10 086.jpg

▲ Hébus (Agu) dangereux à la poursuite de Julien Rey

Entrée: ½ arène. Organisateur: CT Les Farfadets. Présidence: P. Gibert. Raseteurs droitiers: Marquier, Moine, Moutet, Rey. Gauchers: Alarcon, Allam, Ghorzi, Lafare. Tourneurs: Cuallado, Dunan (sort avant la pause), Lebrun.

Eyguières 23 10 008.jpg

1990 - 2010 : 20 ans

La manade Agu fête ses 20 ans d’existence dans la convivialité. La pena Los Sombreros de Bellegarde, Li enfan di aupiho, les gardians de la manade Agu font une haie à l’attelage qui conduit Gérard, Guillaume et Gabin en piste pour une capelado simple mais soignée. Avec un travail Eyguières 23 10 013.jpgdans l’esprit les hommes tirent le meilleur d’Hébus qui fait certainement la plus belle course de sa carrière et souffle magnifiquement les bougies tandis que Kéké s’affirme et Angélien fait un premier de choix. Damien Moutet reçoit le prix de l’animation, David Moine un coup de cœur pour son implication dans l’organisation de la journée et tous les autres une médaille au cours d’une remise des prix empreinte d’émotion. Successivement Eyguières 23 10 014.jpgGérard reçoit un tableau de Jean Marignan représentant trois cocardiers remis par Norbert Chiouse un des plus anciens gardians de la manade tandis que Guillaume reçoit une céramique représentant l’affiche de la course réalisée par la verrerie Bonnet de Mallemort et remise par Serge Ayme gardian à la manade. Camille Bacculard président du Club Taurin les Farfadets d’Eyguières remet un cadeau souvenir à Janine Roubaud à l’origine de la manade avant d’être à son tour honoré par Dominique Agu. Au micro, les remerciements de Gérard sont sincères tout comme le «Je t’aime» final de Guillaume à son père.

 

S’il débute calmement, ANGELIEN (1er) est agressif après les gauchers. Cinq minutes et il doit déjà défendre sa seconde ficelle. Il le fait avec autorité et ne s’incline qu’à la dernière minute au terme de séries et poursuites rondement menées. 5 Carmen et retour. Méchant, BATISTIN(2nd) frappe sur les tourneurs à deux reprises, gagne le centre et en sort rarement. Il percute fort après Moutet et sur Marquier brise les planches. C’est trop peu car démuni de tenue de piste, il se laisse emporter par sa méchanceté et se gaspille. 2 Carmen en piste et retour en silence avec une ficelle. Arrive, HEBUS (3e) pour le temps fort de la course. Placement, anticipations, finitions et terminaisons dangereuses le souffle rageur à l’arrivée. Il offre une partition de haut vol grâce à la complicité des blancs. Un final éblouissant de combativité avec Carmen en continu. Retour sous l’ovation et Carmen joué à quinze reprises.
Cocardier, KEKE (4e) ne se laisse pas manœuvrer. Rapide et véloce il n’est pas étouffé et maîtrise l’espace. Ghorzi et Alarcon sont percutés à l’arrivée et Rey enfermé doit mettre le turbo. Il conserve sa première ficelle fortement primée en musique jouée quatre fois. Décidé, LE BEGUE (5e) ne balbutie pas à l’arrivée où il soulève les planches. Des réactions dangereuses tête dans les planches pendant dix minutes fort plaisantes. HERMES (6e) débute calmement. Les blancs s’y mettent vraiment à mi-course et il frappe sur Lafare et Ghorzi. Son final plus enjoué lui permet de rentrer un gland. 5 Carmen et retour. Ne restait plus qu’à lancer la Bandido avec les gardians de la manade Agu avant de se retrouver devant le verre de l’amitié en toute simplicité…

 

Eyguières 23 10 026.jpg

▲ Angélien complice avec Julien Rey

 

Eyguières 23 10 053.jpg

▲ Batistin sur Mathieu Marquier

 

Eyguières 23 10 064.jpg

▲ Chaud devant pour Alarcon devant Hébus

 

Eyguières 23 10 105.jpg

▲ Kéké sur Karim Ghorzi

 

Eyguières 23 10 191.jpg

▲ La remise des prix et des cadeaux

Eyguières 23 10 223.jpg

▲ La bandido

************

Texte et photos Eric AUPHAN

08/10/2010

LES COCARDIERS DE LA FINALE DU TROPHEE DES AS

A NIMES DIMANCHE

LE BIOU D'OR ET SES DAUPHINS

GUEPARD BIOU DOR2.jpgAu Panthéon de la bouvine trônent les Biòu d’Or. Depuis la Royale de Bilhau en 1954, 44 cocardiers ont reçu la distinction. Fleuron de son élevage, le Biòu d’Or fait la fierté de son manadier et enflamme les afeciouna.
Dimanche à Nîmes, l’élu de l’année Guépard étrennera son titre tout neuf. Le vert et blanc de sa devise auréolés d’or. Quel beau taureau ! 9 Ans et tous les atouts dans son jeu. Un cocardier finisseur doté du fort caractère des produits de l’élevage Cuillé. Bon sang ne saurait mentir. La lignée baroncellienne dans toute sa splendeur.
Autre taureau majeur dans l’amphithéâtre nîmois, Pasteur de la manade Fabre-Mailhan. L’élu 2009 ! Un autre registre, plus rigoureux, plus sélectif, un maître du placement et des anticipations dangereuses pour les hommes.
Troisième Biòu d’Or de l’après-midi, Mathis, distingué en 2006. Méchant et pur barricadier à ses débuts, le taureau de la manade Lautier, à 12 ans, a pris de l’expérience mais n’a pas perdu sa rage. Simplement, plus réfléchi, il fait le tri dans ses ripostes.
Avec ces trois royaux personnages, quatre dauphins. Rodin des Baumelles, dans la course au titre suprême depuis deux ans -  c’est dire ses qualités - est un magnifique partenaire pour les raseteurs. Ne refusant jamais le combat et se livrant de tout son cœur.
Yvan du Pantaï mène une carrière au plus haut niveau  depuis 2006, il participe pour la troisième fois à la finale.  Géricault de Chauvet, à la même place que l’an dernier,  valorise ce poste redouté de premier. En 2009, après un combat de grande classe, il remportait le prix du meilleur taureau de la finale. Reste Embrun de Nicollin qui, par la noblesse de ses origines, est toujours à même de donner du fil à retordre.
Sept cocardiers et beaucoup d’espoir.


SEPT COCARDIERS DE VALEUR

GERICAULT manade Chauvet (N.013).- A 10 ans, il est en pleine maturité Avec un tempérament belliqueux doublé d’une gestion stricte de son espace, il agresse les hommes et fait le ménage. En 2009, vainqueur de la Palme d’Or et meilleur taureau de la finale des As, il a cette saison dominé ses sujets.
Sorties : 21/03 Méjanes 1er, 13/06 Le Grau-du-Roi 2e, 4/07 Châteaurenard 2e, 26/07 Beaucaire 3e, 29/08 Fontvieille 4e.
EMBRUN manade Nicollin (N.061, 10 ans).- Un taureau a priori brave et généreux qui, quand il prend la mouche, peut dangereusement enfermer et conclure. Plus enclin à gauche, il tricote souvent des cornes en défense. Brillant, il soutient avec cœur de nombreuses séries.
Sorties : 18/04 Beaucaire Muguet d’Or 4e, 27/05 Marsillargues 4e, 20/06 Sommières 4e, 18/07 Beaucaire 2e journée de la Palme d’Or 4e, 22/08 Vauver
t 3e.
PASTEUR manade Fabre-Mailhan.- N.128, 9 ans). Cocardier dans l’âme, le Biòu d’Or 2009 a conforté cette saison une réputation de sévérité. Sélectionnant rigoureusement ses partenaires blancs, il surveille tout et sanctionne avec autorité ceux qui entrent dans son terrain. Respecté et craint, c’est un dominateur dans l’âme.
Sorties : 5/04 Lunel 4e, 25/04 Châteaurenard 4e, 16/05 Nîmes 4e, 20/06 Lansargues 4e, 22/07 Beaucaire 4e, 14/08 Les Saintes-Maries 4e, 12/09 Châteaurenard, 5e.
GUEPARD manade Cuillé (N.134, 9 ans). – Biòu d’Or en titre. Il aime la castagne et se montre un redoutable adversaire. Rapide, vigilant, il se laisse parfois manœuvrer en tout début de course, mais une fois chaud, c’est lui le patron, dangereux et intraitable !
Ssorties : 28/03 Lunel, 4e, 2/05 Palavas 4e, 6/06 Le Grau-du-Roi, 4e, 15/07 Lunel 4e, 15/08 Le Grau 6e, 5/09 Nîmes 6e.
YVAN manade Lou Pantaï N.020, 10 ans.- Avec lui c’est anticipation, course effrénée, percussion. Combien de pieds, jambes n’a-t-il pas coincés aux planches ? Quand il se cale, il complique le jeu à loisir par sa vitesse d’exécution. Baisse de régime et blessure en fin de saison, mais, dans sa déjà longue carrière, Yvan est une valeur sûre.
Sorties : 28/03 Arles 5e, 16/05 Nîmes 5e, 18/06 Châteaurenard 5e, 18/07 Beaucaire Palme d’Or 6e, 15/08 Le Grau-du-Roi, 4e, 5/09 Nîmes 5e.
RODIN manade Les Baumelles (N.911, 11 ans).- C’est un magnifique cocardier, avec du panache et une folle anticipation. Un taureau noble et généreux qui se livre sur les rasets loyaux et avec qui les raseteurs peuvent totalement exprimer leur art.
Sorties : 25/04 Vauvert 5e, 16/05 Nîmes 6e, 18/06 Châteaurenard 6e, 11/07 Beaucaire Palme d’Or 5e, 15/08 Le Grau-du-Roi 5e, 12/09 Châteaurenard, 6e.
MATHIS manade Lautier (N.812, 12 ans). Certes, le Biòu d’Or 2006 s’est un peu calmé et se jette moins aux planches pour un oui ou un non. Ma
MATHIS.jpgis sa méchanceté est intacte. Quand il prend un blanc en point de mire, sa détermination et sa vitesse sont redoutables, l’arrivée aux planches périlleuse. Davantage maître de son terrain, lever ses ficelles est souvent une opération délicate.
Sorties : 11/04 Le Grau-du-Roi 4e, 13/05 Vauvert 6e, 6/06 Sommières 5e, 11/07 Beaucaire Palme d’Or 6e, 14/08, Les Saintes-Maries 6e, 5/09 Nîmes
7e

Martine ALIAGA

VALLABREGUES : LES LAURENT EN LIGUE

Beaucoup de monde sur les gradins le jeudi 30 septembre pour une course complète de la manade Laurent rasetée par les jeunes stagiaires de la FFCC. Beaucoup d'organisateurs aimeraient pareille affluence à l'Avenir. Il faut dire que la Grasilho comporte de nombreux supporters dans la région. Une ferveur perceptible sur les gradins dans les yeux des afeciouna. On sent sur chaque action une attente trépidante. Sous l’œil attentif d’Henri Laurent les pensionnaires des Marquises ont fait preuve de beaucoup de sang. Le n° 615 a fort bien clôturé la première partie. Le n° 607 a bien démarré la seconde et a fait une grosse frayeur à El Hajjouji déshabillé pour la circonstance. Les n° 618 et 619 ont affiché des principes et des sauts percutants. Le petit dernier le n° 762 est très sérieux pour son âge et présente un gros potentiel. Seuls El Hajjouji et Coulomb s’y frottent vraiment. Le pélot Henri Laurent pouvait arborer une grande satisfaction et au final, les organisateurs étaient heureux de l’engouement suscité.

 

Vallabrègues 30 09 006.jpg

 

Le n° 619 à la poursuite d'El Hajjouji Fouad.

 

Vallabrègues 30 09 024.jpg

 

Joli et sérieux le N° 762

 

Vallabrègues 30 09 037.jpg

Anticipation du n° 762 sur Florian Coulomb

 

Vallabrègues 30 09 043.jpg

Finition du n° 762 sur Florian Coulomb sous l'oeil attentif d'Henri Laurent

Texte et photos Eric AUPHAN

 

07/10/2010

GUEPARD BIOU D'OR

Elu Dimanche 3 octobre 2010 au Grau-du-Roi

GUEPARD
UN SUPERBE MONARQUE

GUEPARD B.jpg

Dans la Royale de la manade Cuillé, je demande le N.134. Auréolé de son titre de Biòu d’Or, le magnifique specimen possède un caractère emporté, et du félin dont il porte le nom, l’allure de chasseur et la dangerosité. Guépard est un cocardier redoutable, violemment spectaculaire.
Guépard, bien né et à la carrière déjà avantageuse jusque là, a explosé en un bel après-midi de 1er novembre 2009, finale du Trophée Pescalune. Ce quart-d’heure a marqué les esprits. S’appropriant la piste, Guépard soumit, ce jour-là les hommes à sa loi après avoir accroché Sabri Allouani et failli percuter Adil Benafitou. Au maximum de sa domination, il rentra son second gland sous les acclamations et la musique.
Son histoire était en marche. Et bien entouré par ses congénères de la Royale de la manade Cuillé qui enchante les afeciouna depuis trois ans, le beau ténébreux a tracé sa route royale.
A Lunel, (28 mars 2010), s’il laisse cueillir ses glands - péché de générosité -  il se montre intraitable aux ficelles qu’il ramène. A Palavas (2 mai), - l’une des plus belles courses cette saison - le Guépard déchainé, bagarreur jusqu’à basculer en contre-piste marque de sa griffe Nicolas Violet et rentre une ficelle.
Le 6 juin au Grau, il fait trembler les hommes et lever les gradins. Redoutable, la corne dangereuse, il s’approprie la piste et c’est à Moutet qu’il zébre la fesse. Ses ficelles bien en place. Pour le Muscat à Lunel en juillet, c’est un cocardier sans concession que les blancs retrouvent sur leur chemin et qui garde jalousement ses ficelles. Quant au 15 août, au Grau-du-Roi, malgré le travail des hommes, c’est très haut vers les tubes qu’il cherche Gros de la corne et Auzolle qu’il accroche par la chaussure, rentrant encore ses ficelles. Ne parlons pas de Nîmes, où après de grosses actions sur Jourdan et Auzolle, et une fois son terrain délimité, peu ont osé s’aventurer. Ficelles sur les cornes.
Voilà l’itinéraire du Biòu d’Or 2010, le Guépard élégant et chasseur qui a entendu monter les primes de ses ficelles toute la saison et qui, tête haute rentrant au toril, n’a pas vu dans son dos, les arènes debout.

Martine ALIAGA

10/09/2010

MANADE SAINT-ANTOINE

10 septembre 2010

CAMARKAS.jpgUn petit coup de projecteur sur la Manade Saint-Antoine (Mas Saint-Antoine, Les Saintes-Maries-de-la-Mer) et son taureau Camarkas révélation de la course du 3 Septembre à Beaucaire.
Un taureau plein de fougue qui a réveillé les arènes par certaines actions très engagées. Certaines tellement fort qu'il s'est retrouvé droit comme un "i" à la barrière.
Gageons qu'Alexandre Clauzel a du apprécier ce bel espoir prêt à faire oublier une période difficile.

Texte et photo
Eric AUPHAN
* Courses au Trophée de l'Avenir.
Arènes de Beaucaire
tous les vendredis du mois de septembre.
Entrée gratuite.

25/08/2010

SUR LA ROUTE DES MANADES - 7 -

Août 2010 : manade PLO

LE CHARME SURANNÉ DE PONTEVES

1.jpg

2.jpgDes moutons occupés à tondre le pré. Des juments attentives à leurs poulains. Au bout de l’allée, des poules et des poussins. Le coq qui s’égosille "quillé" sur une pierre. Plus loin, des chevaux sur la relevée. Et des taureaux… cocardiers, étalons, vaches, veaux. Quelques moustiques donnent du piquant à la carte postale. Sous les platanes entourant la maison de maître, le domaine de Pontevès, havre de la famille Plo, déroule son charme suranné et ses 300 hectares. Une ferme, une manade.
Ses parents étaient fermiers de ce domaine depuis 1947, et c’est tout naturellement que Jean-Louis Plo s’est tourné, tout jeune, vers l’élevage et le dressage de chevaux Camargue : « J’avais mes chevaux et je montais en amateur à la Tour du Vallat, j’ai eu envie de mes propres taureaux. Alors, de quelques bêtes pour m’amuser, je me suis tourné vers les manades Raynaud, en 1985, puis Ribaud et Guillierme pour commencer une vraie sélection ».5.jpg Dans les arènes, Manolo, Falerne et surtout Lebrau►, Léandre et Kouffa ont fait remarquer les couleurs "rouge, noir, blanc" en course camarguaise. « Avec le brassage des sangs, on arrive maintenant à sortir quelques taureaux », explique modestement le manadier à la parole réservée mais à l’œil rieur.
Ici le temps a comme ralenti sa fuite en avant. Le quotidien épouse les saisons, les soins aux bêtes. Les rapports humains conjuguent fidèles et famille :
« Les amateurs sont les mêmes depuis longtemps, c’est un petit cercle, bien soudé. »
La plupart ont leurs habitudes dans la grande maison aux longues tablées et multiples chambres. « Ah pour le confort, c’est à l’ancienne » rigolent les gardians. Pourtant, ils ne céderaient leur place pour rien au monde, attachés à ces taureaux
« susceptibles, difficiles à encocarder et destructeurs de torils. Ici, même les vaches défendent leur territoire comme des sorcières ».
Austère mais riche d’émotions, de sens et de liberté, la vie à Pontevès ne s’offre pas facilement. Eux l’ont choisie. Et c’est la plus belle de toutes.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO
Devise www.camargue.fr

LE TRI
Les cocardiers ont déboulé dans le clos de tri forts de leur instinct grégaire. Patiemment, les gardians ont attendu le calme pour sortir du troupeau les simbeù ainsi qu’Ocaña et Octanto qui sortent en course l’après-midi. Pas facile à manipuler, ces taureaux fortement armés et charpentés au caractère ombrageux. Jean-Louis Plo sur son Camargue est à la manœuvre.

3.jpg

LES COCARDIERS
Dans le clos des cocardiers, l'aîné et géniteur pendant 5 ans, Falerne est toujours là, tout comme son petit-fils Lebrau (N.934) à la retraite. Egalement,  Leventi, Mendiant, Nomade, Olibrius, Organdi, Oundo, Poker, Porto, etc.

6.jpg

LES CHEVAUX
Depuis 1972, Jean-Louis Plo élève des chevaux Camargue reconnus pour leurs qualités de travail en pays. L'étalon Tadorne,  tranquille dans un pré à part,  en est un des emblématiques spécimens. Pour la petit histoire, Ribade, sa mère, vit toujours au mas. La manade compte environ une centaine de têtes dont 20 poulinières qui donnent une quinzaine de poulains, tous descendants de Tadorne.

4.jpg

Devise PLO.jpgIDENTITÉ
Manade Plo, Domaine de Pontevès, Le Sambuc, 13200 Arles. Tél.04 90 97 21 63.
Pâturages : autour du domaine et Marais du Vigueirat (Conservatoire du Littoral).

ACTIVITÉS
Elevage de chevaux Camargue (une centaine) depuis 1972.
Depuis 1985, élevage de taureaux (500) pour la course camarguaise.
2 000 moutons actuellement à l’estive.
Salle pour petits groupes (40 personnes environ).

PARTICULARITÉ
A la manade Plo, les taureaux ont une lettre référence par année. Leurs noms de baptême portent la même initiale. Exemple: nés en 2002, Ocaña, Oundo, Octanto, Olibrius, Organdi, etc.

A.jpg
7.jpg