Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/07/2013

LUNEL *LA PESCALUNE*

Samedi 13 juillet 2013

Les cent taureaux

Photos de Christian ITIER

LUNELCENTTAUREAUX.JPG

LUNELTRI.jpg

Le tri aux arènes, Maître Jeannot à la baguette

*********************

04/03/2013

AIMARGUES

aimargues,journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

Dimanche 3 mars 2013

Gévaudan impose sa loi

aimargues,journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

Rémi Guyon ne s'est pas assez méfié de l'accélération de Gévaudan

Sous le soleil, la foule a répondu présent au 24e rendez-vous de Fanfonne-Guillierme prenant d'assaut dès le matin les rues d'Aimargues pavoisées en azur et or. Arlésiennes, groupes folkloriques, innombrables gardians, manadiers, cavalières et amazones ont dessiné un écrin au centre duquel les officiels ont pris la parole. Roussataïo et abrivado se sont frayé un chemin tout au long du parcours noir de monde et les cocardiers de la manade ont montré leur savoir-faire dans les arènes copieusement garnies.

A la capelado, sous la présidence d'Aurélien Laget, se sont présentés à droite Bruschet, Guyon, C. Garcia, Moine, à gauche Nabil et Ilias Benafitou, Poujol, Sanchez, tourneurs Curtil, F. Garrido, Lizon, G. Rado. La première partie est solide, Gévaudan (4e) impose sa loi et blesse (3 cm dans le gras de la fesse) Rémi Guyon, les deux derniers pâtissent du manque de travail après la sortie du raseteur aramonais.

Les raseteurs ont faim et Varadero très sollicité, raccompagne avec vigueur, sérieux et générosité. Quelques actions poussées (Guyon, Garcia, Moine) pour une ficelle bien défendue qui rentre avec 6 Carmen et retour. Autre style avec Rabina, plus mobile mais qui ne rechigne pas dans les séries. Il enchaîne sans faiblir et la 2e ficelle restera sur ses cornes. 2 Carmen et retour. Saint-Omer se montre brouillon, les blancs aussi. Le rythme intermittent ne le sert pas en revanche les rasets engagés trouvent une réplique au-dessus des planches (Guyon). Tête baissée dans l'action, ce qui n'arrange pas les choses, Saint-Omer rentre une ficelle, 2 Carmen et retour.

aimargues,journée fanfonne-guillierme,course camarguaiseA la reprise, Gévaudan se présente, tête haute, superbement enbanné. Le round d'observation dure. Dans un registre classique, le cocardier se jette au départ de l'action, puis parfois se désintéresse. Mais quand il sent qu'il peut gagner, il termine dangereusement à la planche (photo Bruschet). Surpris par l'accélération du taureau, Rémi est accroché à la fesse (8e). L'accrochage a refroidi les hommes, Gévaudan rentre sa ficelle avec 3 Carmen et retour. Un bel espoir à revoir absolument. Aroujo, autre jeune espoir, s'approprie la piste à grandes foulées. Craint, il montre du jus mais les blancs se font timides, et Aroujo se disperse. Quelques sauts, puis bien capté, il se livre fort (Sanchez, I. Benafitou, Poujol). Rentre un gland. C'est un peu décousu mais prometteur, 2 Carmen et retour. Bessoun, lui aussi, est en apprentissage. Attentif, il garde bien son terrain, dont il sort fort. ça manque d'allant côté raseteurs, cela nuit au taureau qui ne peut s'exprimer. Quelques séries où il pousse fort et ponctue au ras des barrières et le 2e gland qui rentre, avec 3 Carmen et retour;

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Le matin

La bénédiction des chevaux par le père Benjamin
à l'issu
e de la messe en provençal

aimargues,journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

▼ La Reine d'Arles et ses demoiselles d'honneur

aimargues,journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

▼ Manadiers et gardians

aimargues,journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

▼ L'abrivado

aimargues,journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

▼ La roussataïo

aimargues,journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

La course

Nabil Benafitou en danger devant Gévaudan déterminé

aimargues,journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

▼ Aroujo sur Hadrien Poujol, dont s'était la première course en pointe après sa blessure à Saint-Rémy-de-Provence, l'an dernier

aimargues,journée fanfonne-guillierme,course camarguaise

*************************



28/11/2012

LUNEL *GALA PORRAS*

Dimanche 25 novembre 2012

B comme Bernard, B comme bénévole

lunel,gala bernard porras,courses camarguaises

lunel,gala bernard porras,courses camarguaisesComme d'habitude la salle Georges-Brassens est pleine bien avant l'heure. Comme d'habitude ça rouscaille et ça se bouscule un peu pour rentrer. Mais comme d'habitude c'est cadeau. Et comme d'habitude on s'est régalé.

Les années n'émoussent pas l'enthousiasme de Bernard Porras -c'est la 5e édition-, ni la mobilisation des nombreux bénévoles nécessaires à l'élaboration de ce spectacle de 5 heures. Des hommages, des chants, des danses, des images, quelques blagues et clins d'oeil... La Camargue et ses traditions dans leurs  diversités. Des hommes et des femmes qui expriment leurs passions, et un public qui se manifeste souvent.

Que serait la bouvine sans ses bénévoles? Sans eux qui transmettraient les traditions? Qui les entretiendraient?
Dimanche à Lunel, la parole était au petit peuple. Celui qui se donne sans compter. Jeunes et vieux rassemblés. Au nom d'une passion.
C'était émouvant, joyeux, réconfortant.

lunel,gala bernard porras,courses camarguaiseslunel,gala bernard porras,courses camarguaisesApplaudissements pour:

Le Velout Pescalune, Lis Escoutaïre de la Cabretta de Boisseron, Nadine Costa et son déjeuner au pré, Raymond Siméon pour son poème, tous les cinéastes, les chanteurs Ricoune, Jean René, Régine Pascal... Alain Hugues et son investissement pour le Téléthon à Saint-Brès, Ludo Zerti pour son week-end à Montfrin contre la mucoviscidose... aux machinistes et tous les gens qui ont oeuvré pour ce bel après-midi, mairie de Lunel incluse...

A Bernard... merci!

MARTINE ALIAGA

lunel,gala bernard porras,courses camarguaises

***********************************

* MANIFESTATIONS A SUIVRE *


Le 9 décembre  à Saint-Aunès, pour le Téléthon : gala, spectacle. Renseignements, tél. 06 99 16 04 41 et 04 67 87 48 48

19 et 20 janvier 2013 à Castries, avec le CT Le Trident : 5e rencontre de cultures taurines, films et diaporamas sur toutes les tauromachies
Voir bande annonce :
http://www.youtube.com/watch?v=TW7_9PpVtwUa

15, 16, 17 février 2013 à Montfrin : week-end de lutte contre la mucoviscidose, spectacle, match de foot, expo Chomel, course camarguaise, etc.

22, 23, 24 février 2013 : Saint-Geniès-de-Malgoirès avec le CT Lou Gandar, 16e festival du film taurin et camarguais

************************


26/11/2012

TROPHEE PESCALUNE

 trophée pescalune,les prix,lunel,ratis,courses camarguaises

Samedi 17 novembre 2012

Des prix et quelques regrets

trophée pescalune,les prix,lunel,ratis,courses camarguaisesAvant que la bonne humeur ne revienne s'installer, organisateurs, municipalité et clubs taurins lunellois, ont regretté que le dernier acte du Trophée pescalune - la 29e finale - n'ait pu se dérouler. La déception est unanime. Mais les satisfactions l'ont emporté. Francise Blanc (représentant le maire de Lunel victime d'un petit accident) a souligné :  "Une belle saison taurine avec Garlan meilleur taureau du Trophée du Muscat et Ratis... et surtout, le succès total de la finale du Trophée de l'Avenir. 4000 personnes aux arènes, il y a longtemps que cela n'était pas arrivé...". Et de remercier l'ensemble des clubs taurins pour leur implication dans les journées pédagogiques tout comme l'association Art'TC.

Après avoir fait observer une minute de silence à la mémoire du chroniqueur Luc Pero, récemment disparu, Gérard Gehin, président du Trophée pescalune, a invité les récipiendaires et les sponsors sur scène. Adil Benafitou vainqueur avec 54 points ; Benjamin Villard (2e, 37 points) ; Radouane Errik (3e, 36 points).

trophée pescalune,les prix,lunel,ratis,courses camarguaisesFrédéric Raynaud a reçu une belle ovation pour le prix du meilleur taureau de la saison à Ratis, auteur d'une formidable prestation le 28 mai aux arènes San Juan. Applaudissements également pour les deux bien jolis bayles de la devise rouge et bleu, Aurélie et Aude (filles de Frédéric). Le manadier du Grand Radeau confiait en aparté : "Ratis reçoit un capital sympathie énorme de la part du public. J'en suis toujours étonné... peut-être que les spectateurs attendaient un taureau comme ça..."

Restait à Philippe Cuillé, organisateur des courses de Lunel Toro avec Magali Saumade, de conclure en donnant rendez-vous : "dimanche 24 mars 2013 pour la première course du 30e Trophée Pescalune, et, lançant à Frédéric Raynaud, avec l'espoir que Ratis soit Biou d'Or et revienne l'an prochain à Lunel".

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

06/08/2012

SOMMIERES *LA GASE*


Reportage photos de Christian ITIER


(Tous droits réservés)

1.jpg

2.jpg

3.jpg

4.jpg

5.jpg

6.jpg

7.jpg

8.jpg

9.jpg

********************************

20/03/2012

LANSARGUES : JUBILE DE NICOLAS NOGUERA

  lansargues,nicolas noguera,course camarguaise

17 mars 2012

Samedi pluvieux, jubilé heureux

lansargues,nicolas noguera,course camarguaise

Arènes joliment décorées au pochoir, la famille, les amis, plein de raseteurs Lansarguois ou pas, et une belle ambiance simple et chaleureuse pour saluer l’arrêt de la carrière de raseteur de Nicolas Noguera.
Le temps d’un flash-back défilent 17 ans de piste marqués par des trophées, de belles places d’honneur mais aussi couronnés par trois Trophée des Raseteurs pour cet homme en blanc toujours exigeant avec lui-même face au taureau. Homme d’action mais aussi d’engagement puisqu’aujourd’hui élu dans son village et président de sa corporation.
Ambiance aussi en piste où les taureaux emboulés du Pantaï et de Pagès ont vu débouler des rasibles aujourd’hui retraités mais toujours aussi avides de rasets. Des Carmen et des sourires sur toutes les lèvres. Quant aux hommes (As ou Avenir) en exercice, la forme et l’envie sont, en ce début de saison, bien au rendez-vous. Tout comme pour les présidents de course qui officiaient Thierry Cure, Jacques Valentin, Marc Moucadel et Jean-Luc Herleman.
Le public a eu droit à de beaux passages avec Auzias de Guillierme dont la franchise a écourté les débats, un Butor du Rousty un peu brouillon et vite dépouillé tandis que l’explosif Colvert de Cuillé régalait de coups de barrière et rentrait ses ficelles.
Le meilleur de l’après-midi, Butor de Félix a étalé ses qualités et son sérieux, placement, anticipations, enfermées et ramène ses ficelles. Quant au volontaire Mistral du Pantaï, il s’est prêté à tous les cites. Restait à Llorca de Saumade de rester dans la mémoire de Nicolas car c’est lui qui a reçu son dernier raset. Et sous une pluie de pompons, l’homme en blanc a posé son crochet.


MARTINE ALIAGA
Photos C. ITIER et MALI

LE DER A LLORCA

lansargues,nicolas noguera,course camarguaise

lansargues,nicolas noguera,course camarguaise

Sous une pluie de pompons

lansargues,nicolas noguera,course camarguaise

***************************

23/01/2012

CASTRIES : 4e RENCONTRE DE CULTURES TAURINES

Samedi 21 et dimanche 22 janvier 2012

LE CHOIX DU JURY

1JURY.jpg

1er prix film Camargue : LOU BIOU de Roger-Pierre Auguste

2 : UNE PALME D'OR de Bernard Porras

3 : AVISE LE BIOU de René Domergue

**

Diaporama : 1 : AUX SAINTES-MARIES-DE-LA-MER de Benjamin Alcon

2 - ADIL POUR LA BEAUTE DU GESTE de Sylviane Boulet

3 - JOURNEE AU CAMPO de Christian ITIER

**

1er prix film Espagnol et Landes : GANADERIA DU MAYNUS de Francis Vidal

2 : GANADERIA MEYNADIER de Jacques Fournier

3 : AU FIL D'UNE RENCONTRE de Christian Lauze

**

Coup de Coeur : FALCOR de Nicole et Gérard Osty

************

PRIX DU PUBLIC

LA GAZE DE SOMMIERES de Yves Algoudo

1SALLE.jpg

 

DEUX RENCONTRES MARQUANTES

castries,4e rencontre de cultures taurines,courses camarguaisesDans ce week-end dédié aux images de toutes les tauromachies faisant la part belle aux amateurs vidéastes et photographes, la passion du taureau a crevé l'écran. Le public nombreux a reçu avec bienveillance tous ces témoignages, plus ou moins élaborés certes, mais célébrant tous les terres, les coutumes, les hommes, la vie autour du taureau-roi. Spontanés, émouvants, pédagogiques, poétiques, documentaires... les films et diaporamas ont exprimé l'engouement, le respect, l'affection des afeciouna et aficionados. Le travail du Cercle taurin de Castries et de Jean Roumajon (► photo) a permis, dans une ambiance bon enfant, de réunir toutes les familles tauromachiques.

Cette 4e manifestation restera marquée par deux rencontres fortes. Le père Yannick, ancien curé de Castries, et Jean Barrere, Landais pur jus. Deux registres différents pour deux aficionados qui ont captivé l'auditoire...

castries,4e rencontre de cultures taurines,courses camarguaises◄ Le premier a fait partager sa foi dans les taureaux et les toros. Dans un entretien posé et érudit sur fond d'images, le père Yannick s'est positionné en tant qu'aficionado. Le public a communié à ce moment d'élégance.

castries,4e rencontre de cultures taurines,courses camarguaisesAutre tempo... Sur l'air de La marche cazérienne, Jean Barrere (►photo) a fait une entrée fracassante sur ses échasses. Hâbleur et irrésistible raconteur d'histoire, l'éleveur a offert un historique festaïre à la sauce landaise.  D'une démonstration de tumade au Salon de l'Agriculture en passant par Napoléon III via les bergers et l'épopée du meuble de l'échassier, le Landais a tenu l'auditoire en haleine. Avec un faux air de Frédéric Lescot et la gouaille d'un Bébert Chapelle, Jean Barrere, ravi de partager sa passion coursayre, a conquis le public.

castries,4e rencontre de cultures taurines,courses camarguaisesOn retiendra aussi la vidéo sur la manade Janin qui de Pénélope à Sparagus en passant par Saint-Geniès, Saint-Hilaire, Sangar, Louxor... a fait revivre l'épopée de la discrète mais réputée manade héraultaire. Toujours juste et pondéré, Yves Janin a rappelé qu'"Il faut beaucoup d'humilité pour être manadier". Fort de son expérience et loin des propos pessimistes entendus ici ou là, le manadier juge qu'"il ne manque pas grand chose pour que la course camarguaise redémarre et qu'elle ne se porte pas si mal que ça". Des paroles pleines de sagesse et d'espérance.

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER

 

21/11/2011

LUNEL : GALA DES CULTURES TAURINES

Dimanche 20 novembre 2011

UN PANÉGYRIQUE CAMARGUAIS COLORÉ

lunel,bernard porras,gala,traditions camarguaises

Bernard Porras, la Chorale Lis Escoutaïres de la Cabretta de Boisseron
et Lou Velout Pescalune


Riche ! La Camargue est riche de ses traditions, de ses taureaux, de ses chevaux, de ses hommes et femmes qui y vivent et la chérissent même au delà du delta magique. Dimanche dernier, à Lunel, Bernard Porras et son équipe ont illustré quelques-uns de ces multiples trésors pour le plus grand bonheur des spectateurs emplissant la salle Georges-Brassens.

lunel,bernard porras,gala,traditions camarguaises

Marc Galabru

Films, photos, tableau, musique, démonstrations... des couleurs et des sons ensoleillés aux accents chantants.
lunel,bernard porras,gala,traditions camarguaisesPour emballer tout ça, Bernard Porras, hypervitaminé à son habitude, endosse toutes les casquettes, chanteur, cinéaste, metteur en scène, présentateur... et sait très bien s’entourer : la chorale Les Escoutaïres de la Cabretta de Boisseron, le groupe folklorique Lou Velout Pescalune, l’ambassadrice de la Camargue Régine Pascal, le photographe Rémi Dumas, les vidéastes Jean Roumajon, Roman Bofils, TV Sud, et parmi les peintres qui exposaient Goro et Arielle.
Au premier tableau, le public était déjà dans le bain. “Dis Papé”, un texte de Nadine Costa porté par un Marc Galabru (frère de...) juste, tonitruant à souhait... émouvant... et terriblement Sudiste.
Des projections, des intermèdes chantés et puis un sujet marquant, joliment intitulé “La beauté du geste” de Romain Bofils. Une jeune artiste peintre, mordue de cheval et de dressage en liberté, mais aussi de “charbon” lors des abrivado (s’intercaler entre les chevaux, se pendre à la tête du cheval pour essayer de le sortir et faire échapper les taureaux). Choc des photos, interrogations, sujet original, pêchu. La cible est atteinte, le public réagit.
Et puis, coup de théâtre - si je puis dire - après les images d’Ana Vinuesa, étonnante amazone de 7 ans, le rideau se lève sur un duo cavalière-cheval, en vrai... Pas banal ! D’autant que si le jeune écuyère n’est pas Ana mais son amie, Kouros lui est bien la co-vedette du film. Applaudissements.
De films en quadrille, il était déjà 19 h, dernier bouquet à Nicole Rébuffat qui languit le film promis sur “Pascalet” et le rideau tombe sur “La Coupo Santo” de Régine.


MARTINE ALIAGA
Photos MALI

08/11/2011

SAINT REMY DE PROVENCE

Mardi 8 novembre 2011

LE RETOUR D'ESMERO

Graveson 01 04 129.jpg

▲ Esméro lors de la royale de la manade Caillan à Graveson le 02 avril.

Blessé malencontreusement à l'oeil droit par un coup de crochet (le 05 Juillet 2011 dans les arènes de Chateaurenard), Esméro à subi une délicate et longue opération sous anesthésie générale. Le lendemain de l'accident le vétérinaire en accord avec les manadiers a opéré l'oeil mais la blessure s'est révélée plus sérieuse qu'il n'y paraissait. L'entaille en forme de V a touché la cornée et sur le bas l'iris et le cristal. Après trois semaines dans le noir et des soins quotidiens, il a été relaché avec le troupeau. Malheureusement n'ayant pas retrouvé la vue, il a du (volontairement ou involontairement) se mettre à l'écart de ses congénères durant sa convalescence. Aujourd'hui l'espoir de la manade Caillan a retrouvé sa place dans la hierachie de la manade.

Esméro foulera à nouveau le sable des arènes à Saint Rémy de Provence le 11 novembre 2011 pour la clôture de la temporada. Un test très important pour les manadiers qui suivant l'adaptation a son handicap visuel gèrerons la durée de son temps de course. Souhaitons pour les sympathiques manadiers qu'Esméro porte haut les couleurs de la devise. Il sera accompagné de Ramsès qui avait participé à la finale du Trophée de l'Avenir au Grau du Roi le 03 octobre 2010.

Opération Esméro.jpg

▲ Esméro lors de son opération de l'oeil droit.

▼ Esméro spectaculaire avec Estevan à Graveson le 02 avril.

Graveson 01 04 152.jpg

Graveson 01 04 178.jpg

▲ Esméro brise la planche derrière Chig à Graveson le 02 avril.

▼ Ramsès accompagnera Esméro. Ici à Graveson avec Martin Cocher.

Graveson 01 04 093.jpg

Texte et photos archives et Eric AUPHAN

23/09/2011

LA DER DE TRISTAN

Le grand cocardier de la manade Saumade s'est éteint à l'âge de 22 ans. Après une extraordinaire carrière (1992 à 2004) couronnée de deux Biou d'Or 1999 et 2001, Tristan a illustré à lui seul toutes les qualités requises de la race des combattants de Camargue. Emblématique Tristan, dominateur, fier et colérique, les images et les émotions que tu nous a données, sont à jamais gravées sur le sable des pistes et dans nos mémoires.

Chouchouté tout au long de sa retraite à la Grande Abbaye par Magali Saumade, nous avions rencontré cet illustre seigneur en 2009.

 

24 juillet 2009

A 20 ANS TRISTAN REGNE SUR LA GRANDE ABBAYE

tristan.JPG

Son nom d’origine celtique évoque, paraît-il, le tonnerre et les applaudissements, il le caractérise particulièrement. Tristan – le cocardier – a souvent fait tomber la foudre et provoqué les acclamations.
La légende raconte l’épopée d’un chevalier de la table ronde… Tristan – le nôtre – est roi de Camargue. Entre Petit-Rhône, étang et mer, visite au monarque du mas de La Grande-Abbaye.
Au loin, dans le champ, une corne dressée dépasse des hautes herbes, une queue chasse sporadiquement les mouches. Tristan étalé de tout son long profite de la fraîcheur d’un bouquet d’arbre. Nandin – 17 ans – de même… à bonne distance. «C’est pas croyable le monde qui vient le voir, s’étonne toujours Thierry Ferrand, mais quand il n’a pas envie, tu peux même pas le prendre en photo. Il a un caractère de folie, il ne s’entend qu’avec Nandin, avec les autres il se bat».
Visiblement dérangée, sa Majesté nous toise. Tête haute, banes dressées, le tour des yeux à peine blanchi, à 20 ans, Tristan n’a rien perdu de son extraordinaire beauté ni de son altière agressivité. «Il n’a jamais été facile même en pays, c’est un meneur. Très intelligent… Et il fait tout en force…» Effectivement, le superbe cocardier ne quitte pas les intrus de l’œil, agite la tête, gratte le sol et mugit… «Là il nous dit de garder la distance ».
x.jpgUne attitude qui n’est pas sans rappeler les nombreux quarts d’heures de sa longue carrière gérée au mieux par Claude Saumade. 10 ans au sommet, sans jamais rater une sortie. Deux Biòu d’Or (1999 et 2001), six participations consécutives aux finales du Trophée des As avec quatre prix du meilleur taureau à la clé et des trophées à ne plus les compter.
La presse aussi s’est enthousiasmée pour l’immense talent de Tristan. Dans Midi Libre, Jean Oddoz écrivait en 1996 après un 15 août au Grau-du-Roi titré Tout simplement "Hénaurme"!: «Toujours très bien placé, aux aguets de son seul œil gauche valide, développant une force incroyable dans chaque départ, et venant à tout coup raboter la barrière sur plusieurs mètres, le poitrail fortement engagé et la corne baladeuse, Tristan a donné le spectacle impressionnant d’un terrible puncheur cherchant constamment le coup dur. Quelle méchanceté dans ses assauts répétés! Quelle formidable catapulte lancée à toute vitesse…».
Un cocardier exceptionnel, un bonheur pour ses propriétaires. Magali Saumade se souvient et avoue avoir besoin de recul pour goûter à la joie des victoires de ses taureaux, notamment à l’ampleur de la carrière de Tristan: «Pendant le quart d’heure en piste, je ne ressens que du stress, de la souffrance, la peur que le taureau ne se fasse mal… La satisfaction ne vient qu’avec le temps… avec beaucoup de temps. Tristan, tous les jours, on le visite, on ne lui donne que le meilleur. Il passe l’hiver contre le mas où, curieux, il regarde le mouvement, le reste de l’année, il a des hectares rien que pour lui». Et Thierry Ferrand de rajouter: «C’est vrai qu’il entend un peu moins bien, et sa vue baisse déjà qu’il est borgne, mais il tient la forme. Une longévité extraordinaire après tous  les coups aux planches qu’il a donnés».

A la tombée de la nuit, comme tous les soirs, Tristan fera le tour des barrages, ira bramer aux vaches, beugler aux taureaux jeunes, histoire de leur rappeler que le roi c’est lui et qu’il est toujours là!

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO



z.jpg
Visiblement, nous avons suffisamment dérangé Sa Majesté.
O.jpg
TRISTAN le Seigneur de l'Abbaye.

***************************************

 



18/09/2011

LES ADIEUX GRAULENS DE NICOLAS NOGUERA

Vendredi 16 septembre 2011

 
le grau-du-roi,les adieux graulens de nicolas noguera,courses camarguaisesIl y a les grandes courses avec leur âpreté, leur tension, leur adrénaline, il y a les courses qui s’étirent en longueur sous la chaleur des mois d’été, et puis il y a aussi des moments rares où l’émotion domine et où le public communie avec ses hommes en blanc. Vendredi dernier, au Grau-du-Roi, les spectateurs (3/4 d’arène, certes c’était gratuit, mais quand même) ont vécu ce moment de grâce avec Nicolas Noguera qui faisait là ses adieux à la piste graulène. Pas de grand tralala mais des témoignages lus en piste par des raseteurs soudain timides comme des ados. Des phrases fortes symboliquement, disant l’espoir ou le vécu face aux taureaux. Célébration de l’amitié, du trajet tracé par les aînés, la peur de la corne, la solitude face à la blessure, l’immense fierté de porter la tenue, le plaisir quand le public est satisfait, les doutes, les difficultés, les peines.
le grau-du-roi,les adieux graulens de nicolas noguera,courses camarguaisesDe grands sourires aux lèvres... et des larmes aux yeux de Nicolas. Pas si facile de tirer un trait. Des honneurs simples et sincères dans cette arène comme un coeur qui bat, dixit l'organisateur Daniel Siméon qui avait eu la bonne idée d’y associer Bari Khaled (▼ photo ci-dessous) lui aussi postulant à la retraite. Deux raseteurs qui ont marqué leur passage par un respect total du public et des taureaux.
En piste outre Nicolas et Khaled (Et Frédéric Jockin le copain de toujours, blessé mais présent (► photo), Cano, Jourdan, Toureau, les frères Benafitou, Errik, Oleskevich, Martin-Cocher et les tourneurs Sagnier et Sanchez pour une course mixte (taureaux, vache, étalon, taureaux jeunes), agréable et variée. Les hommes ont partagé de bons moments de connivence avec un public largement acquis à la cause. Carmen !
Hussard de Lagarde a affiché une belle présence dans les séries. Idéal par sa vaillance, Ibis de Félix a permis des échanges brillants et de longues trajectoires sincères. Fougueux et rageur, le N.517 de Saumade a fait travailler les “areneros“ du Grau, champions du monde du “changer-de-planche-à-toute-vitesse”. Très cocardier, le tau Gallicianais de Briaux raccompagne les blancs de toute sa puissance et du coup, il n’est pas étouffé de rasets. Mais au retour au toril, avec un gland, il fait sa star et malgré une manade de simbeu et une vache, c’est au lasso qu’il réintègre.
le grau-du-roi,les adieux graulens de nicolas noguera,courses camarguaisesUn brave Mistral du Galoubet qui se livre benoîtement puis Cabidoule de Nicollin. Ah la vache ! Elle se donne de tout son cœur flirtant avec les planches jusqu’à taper droit devant.
Quant au N.835 de Cuillé, c’est par deux envolées monumentales que le tau signe sa prestation. Errik et Jourdan se retrouvant “esquichés“ en haut des tubes. Et pour un final en fanfare, Lou Verri de Saint-Pierre, avec une belle envie, conclut barricadièrement à chaque action.
Pour Nicolas et Khaled c’est l’heure du dernier raset. Dans l'arène, les coeurs ont battu... pour eux !


Texte et photo
MARTINE ALIAGA

le grau-du-roi,les adieux graulens de nicolas noguera,courses camarguaises

**********************************************

10/08/2011

POUR VOS ANIMATIONS...

 

MARDI 40047.jpg

MARDI0041.jpg

MARDI 20042.jpg

08/08/2011

SOMMIERES EN FETE

Samedi 6 août 2011

IMMENSE SUCCES POUR LES GASES DU VIDOURLE

Le lit du fleuve-roi, les remparts et les ponts de Sommières, sont un prestigieux écrin aux fêtes sommiéroises. Samedi, une foule immense se pressait pour assister aux gases. Chevaux, juments, poulains et taureaux ont assuré le spectacle. On parle de 25 000 visiteurs...

REPORTAGE PHOTOS DE CHRISTIAN ITIER

somgazeA.jpg

SOMGAZE1A.jpg

SOMGAZE8A.jpg

SOMGAZE2A.jpg

SOMGAZE3A.jpg

SOMGAZE4A.jpg

SOMGAZE5A.jpg

SOMGAZE6A.jpg

SOMGAZE7A.jpg

**************

21/05/2011

AMICALE DES CHRONIQUEURS ET PHOTOGRAPHES

Vendredi 13 mai 2011

AU GRAND RADEAU, UN BALÈTI POUR RATIS

PRIX2.jpg

Les diplômés de l'Amicale : les Raynaud, David Meseguer,
Daniel Siméon le manadier Agu

Ilot, radeau, barque... oppidum du Dieu Râ, ancien nom du village des Saintes, Notre Dame de Ratis... Le N.560 de la manade Raynaud a reçu en nom de baptême -Ratis -, un bel héritage rattaché à sa terre d’origine. C’est ce cocardier spectaculaire que les chroniqueurs et photographes taurins ont choisi comme meilleur taureau jeune de la saison 2010. Une belle occasion de mettre à l’honneur la manade Raynaud et de transporter, au Grand Radeau, la soirée de remise des diplômes taurins de l’Amicale. Là entre ciel couchant, terre et mer, les récipiendaires et les invités ont passé, en toute simplicité, un excellent moment de bouvine joyeusement accompagnés par “Les musiciens du mardi”.


La plus que centenaire manade Raynaud, créée en 1904 par Mathieu, est aujourd’hui menée par la 5e génération, Frédéric, sous les yeux avertis de Jean et Marcel (respectivement oncle et père de Frédéric). Une manade familiale donc qui a connu un certain anonymat sans cocardier de premier rang ces dernières années, mais qui aujourd’hui retrouve du lustre. « On était tellement bas, dira avec franchise Frédéric, qu’on ne peut que monter». Pour preuve les plus qu’intéressants Angelo, Rabino, Marcomau, Escamillo... et bien sûr Ratis. Ne le manquez pas, il court à Montfrin, ce dimanche.

Autre diplômé de l’Amicale, le manadier Gérard Agu dont l’élevage basé à Eyguières fête ses 20 ans. Passionné de chevaux et taureaux depuis toujours, le manadier est souvent mis à l’honneur, en ce moment, dans les titres de la presse avec, entre autres, Hébus et Kéké.
David Méseguer, malgré un emploi du temps très chargé, a tenu à faire le déplacement au Grand Radeau. Accompagné de son fils, le raseteur qui a tiré sa révérence en 2004 à Lunel, a apprécié et a plaisanté «C’est le seul diplôme de ma vie». Le Lunellois affiche une extraordinaire carrière d’une vingtaine d’années, dont 13 ans au plus haut niveau, et laisse l’image d’un raseteur élégant pour qui aller à la tête des cocardiers de caractère a toujours été le but.
Si l’Amicale a retenu Daniel Siméon, c’est pour toutes les facettes de l’actuel directeur des arènes du Grau-du-Roi. Homme de culture taurine et de médias (Le Cocardier, Arènes), organisateur innovant, créateur d’ambiance et d’événements autour de la course camarguaise, animateur de l’ET Terre de Camargue, le Pérolien porte et partage avec passion sa vision éclairée de la bouvine.
Après les honneurs, l’heure des réjouissances. Et quand toutes les composantes de la course camarguaises sont réunies - c’est l’un des buts des soirées de l’Amicale - la fête peut durer jusqu’à la mi-nuit et même se corser de quelques pas de danse. Je vous avais dit... ambiance !

Martine ALIAGA

Photos MALI, Luc PERO

LES RAYNAUD, UNE HISTOIRE DE FAMILLE

Des filles, des garçons, des plus jeunes aux seniors

amicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaises

amicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaises

amicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaises

*******************************

▼ DERRIERE LE BAR...

amicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaisesamicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

▼ DEVANT

amicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaisesamicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaises

 

 

 

 

 

 

 

 

amicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaisesamicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaises

 

 

 

 

 

 

 

 

▼ EN TERRASSE

amicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaises

▼LES MUSICIENS DU MARDI

amicale des chroniqueurs et photographes,manade raynaud,ratis,courses camarguaises

**************************************

Un grand merci aux partenaires de la soirée
et bien sûr à la famille Raynaud

Pernod 51 pour l'apéritif. Pour la loterie : Haribo, Editions Arnaud, Bustin, Madramany, Manu Pero, Luc Pero... . Les cerises de la famille Martin d'Alès. Le café de la famille Pons.

************************************************


05/04/2011

BEAUCAIRE : EN MARGE DU MUGUET D'OR

Dimanche 3 avril 2011

BLOG Beaucaire Memorial raseteurs ph sacripan.jpg


LES ANCIENS RASETEURS
N'OUBLIENT PAS LEURS AINÉS

BLOG BEAUCAIRE ANCIENS RASETEURS PH SACRIPAN.jpg

C'est la tradition. Et les anciens raseteurs y tiennent. Pour la 1re journée du Muguet d'Or à Beaucaire, ils se sont réunis autour du mémorial des raseteurs mortellement touchés en piste, situé tout prés des arènes.

Photos Sacripan

31/03/2011

ANDRE SOLER : IMAGES D'UNE ICONE

Film "André Soler et le Carré d'As"

UN DOCUMENTAIRE EMOUVANT

 

andré soler et le carré d'as,courses camarguaises

Loustic de Laurent et Dédé Soler en 1964 à Châteaurenard

 

andré soler et le carré d'as,courses camarguaisesQui le premier les a appelés Carré d’As ? La presse taurine ? Paul Laurent ? Qu’importe ! Le qualificatif a résisté à l’usure du temps et allume toujours des étoiles dans les yeux des afeciouna. De cette époque 1955-1965 régulièrement citée en exemple, le quatuor de raseteurs formé de Roger Pascal, Francis San Juan, François Canto et André Soler est l’emblématique référence. André Soler, l’irrésistible idole.

Gilles Arnaud, chroniqueur, éditeur, n’a pas connu ce temps-là, mais intrigué par l’aura d’André Soler, ce fan de Jacky Siméon et de Christian Chomel est parti à la chasse aux document. "Petit à petit, après les livres, les DVD, j’ai trouvé beaucoup d’images notamment à l’INA. Impossible d’avoir des images de Jacques Antoine puisqu’il a pratiquement tout perdu lors des inondations à Nimes en 1988. Mais en discutant, j’ai trouvé des gens de Marseille qui filmait tout le temps avec une caméra de 16 mm ». Rendez-vous est pris avec l’épouse du vidéaste M. Cantier, aujourd’hui décédé. « Avec les bobines de quelques autres amateurs, l’INA et les interviews, j’ai  récupéré environ 3 heures d’images. J’en ai fait ce documentaire d’une heure ».

Je ne vais pas déflorer le sujet mais ne ratez pas cette occasion… de plonger dans les années 60. De découvrir ou de retrouver les hommes, les taureaux et les arènes qui ont « fait » la course camarguaise de cette époque. De vibrer aux exploits de Loustic de Laurent ou de Cid de Blatière… D’apprendre et aussi de rire avec les témoins Marignan, Néné Marc, Jean Sicar, Laurent Merlo, Roger Pascal, Maurice Olivon, etc. et les familles Canto et Soler. De pleurer au décès de Canto. D’approcher la personnalité de Dédé Soler grâce à des interviews d’époque…  Les images, les anecdotes permettent de comprendre pourquoi 46 ans après l’arrêt de sa carrière (en 1965), Dédé Soler fait encore l’actualité de la bouvine.

"C’était un grand raseteur et un grand homme. Impulsif, il se jettait sur les taureaux. En plus il avait un cœur d’or. Il aimait la vie et la fête", se souvient Jean Sicar. Avec 52 blessures en 10 ans de piste (1955-1965), André Soler renvoie l’image d’un homme qui ne s’économisait pas et rasetait pour le public. Reste une légende et cette photo où torse et pieds nus aux Saintes-Maries-de-la-Mer, il défie Caraque avec un don de soi exceptionnel Inoubliable Dédé, inoubliable Carré d’As.

Martine ALIAGA

"André Soler et le Carré d’As », film de Gilles et Mathieu Arnaud, commentaires de Philippe Reig. Aux Editions Arnaud. 20 € ou à commander sur internet www.gillesarnaud.fr

LA TOURNEE DU  FILM ET DE L'EXPO

andré soler et le carré d'as,courses camarguaisesAUREILLE : Week-end de fête autour d’André Soler
Vendredi 1er avril, 18 h, à la salle polyvalente d’Aureille, les Ed. Gilles Arnaud et le CTPR présentent l’exposition et la 1re projection du film « André Soler et le Carré d’As », suivies d’une discussion sur la course libre des années 1960. Participeront d’anciens raseteurs, manadiers et personnalités du monde de la bouvine.
Samedi 2 avril : 10 h, au bar Soler, projection du film « André Soler et le Carré d’As. 11 h 15, dépôt de gerbe au mémorial André Soler. 11 h 30, abrivado manade Albert Chapelle. 12 h, apéritif. 16 h, aux arènes, concours de manades niveau Avenir. Remise des prix en piste au meilleur animateur et meilleur taureau.

FOURQUES : mardi 5 avril, à l’auditorium, 18 h, l’expo. Mercredi 6 avril, à 21h, projection du film.

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER : vendredi 15 avril, 17 h 30, au relais culturel, expo et projection suivies d’une discussion et d’un apéritif.

GALLICIAN : centre du Scamandre, vendredi 6 mai, 17 h 30, expo, film et discussion. Apéritif et vin d’honneur par la cave de Gallician.

SOMMIERES : vendredi 20 mai, 18 h 30, salle du café de l’Explanade, expo et projection.

BEAUCAIRE : samedi 28 mai, pour le Souvenir François Canto, 18 h 30, salle du Casino, expo, projection et discussion. Apéritif.

19/03/2011

CAVAILLON : LA COURSE N'A PAS EU LIEU

Samedi 19 mars, 16h40

Denis Rocarpin, président du CT Cavaillonnais avait programmé sa première course cet après-midi à 15h. A l'heure prévue, toutes les parties prenantes de la course étaient en place (raseteurs prêts pour la capelado, cocardiers dans le toril), et le public au rendez-vous.
Las, les querelles inter Cavaillonnais prenaient le pas (problèmes incessants entre les deux clubs taurins et la municipalité, notamment sur les dates des courses), et Denis Rocarpin, excédé,  de décider de ne pas faire la course. 
Patrick Pons de La Provence qui était sur les lieux nous permet ainsi d'avoir une info sur les circonstances exactes de la décision de Denis Rocarpin.

Martine ALIAGA

18/03/2011

DEMISSION D'HENRI ITIER : LES PARTIES PRENANTES DE LA BOUVINE S'EXPRIMENT

Après la démission du président de la Fédération française de la course camarguaise, les intervenants du milieu taurin s'attelle à la tâche : des idées, des souhaits... et surtout un constat, il faut que toutes les parties prenantes travaillent ensemble.

Jacques Mailhan, président des manadiers de la Raço di biòu et vice-président de la FFCC
«La Fédération est un outil pour perpétuer les courses camarguaises... gérer les licences, les assurances, les jeunes, etc... et du bon travail a été fait.

Maintenant, il faut se projeter vers l’avenir. Le 28 mars, nous saurons qui démissionne du comité directeur. Mon but est de veiller à ce que les choses se passent correctement et dans la transparence pour continuer la saison. Il faut rapidement un comité directeur qui fonctionne et un président. De toutes façons, il y aura d’autres élections fin 2012. J’ai confiance dans les gens de bouvine. On trouvera le moyen de faire les choses convenablement.
Chaque partie prenante doit prendre ses responsabilités pour garder intacte la passion des spectateurs. Dans un contexte difficile de crise, il faut valoriser la course camarguaise. Si les gens se régalent, les choses se dérouleront pour le mieux».


Nicolas Noguera, président des raseteurs
« Suite aux derniers événements et notamment à la démission du Président de la FFCC, l’Association des raseteurs tient à rassurer l’ensemble du monde taurin y compris les aficionados sur la continuité de la saison 2011. Dès dimanche les courses vont reprendre comme prévu, sans aucun changement. Les raseteurs, comme la majeure partie des intervenants de la course camarguaise en avaient assez de ne jamais être écoutés par M. Itier et son bureau qui depuis de nombreuses années n’en faisaient qu’à leur tête sans tenir compte du malaise croissant concrétisé par la médiocrité des courses. Notre revendication au sujet du groupe 2 a pris une tournure intransigeante parce que nous ne voulions plus être montrés du doigt comme les pourfendeurs de la course camarguaise. Nous avons tout intérêt à ce que les aficionados soient contents de notre travail en piste, mais nous étions jusqu'à maintenant isolés dans un système qui ne laissait que guère de place à l’épanouissement du taureau et du raseteur.

Nous sommes en contact avec toutes les parties prenantes pour redéfinir l’avenir de la course camarguaise afin qu’elle retrouve son prestige et que les personnes qui sont concernées au premier chef (manadiers, raseteurs, clubs organisateurs…) puissent participer équitablement à son évolution. Nous voulons d’un bureau où chaque corporation soit représentée selon l’importance qu’elle occupe au sein du spectacle. Nous sommes conscients du mauvais état actuel de la course camarguaise résultante d’une mauvaise politique fédérale, notre but est de reconquérir le public afin qu’à nouveau les gradins se remplissent et cela passe par une remise en question de chacun, raseteurs inclus ».  


Philip Vellas, président de l’Union des villes de tradition camarguaise «L’Union des villes de tradition camarguaise regrette le départ d’Henri Itier. Contrairement à ce qui a pu être dit ou écrit, elle ne dirige pas la FFCC mais a trois de ses membres élus au comité directeur. L’Union est une des composantes de la FFCC et n’a aucune intention de la diriger mais de travailler en étroite collaboration avec toutes les composantes de la course camarguaise».


Aimé Hugon, membre de la commission du Trophée Taurin «Je pense qu’Henri Iitier et sa garde rapprochée auraient dû écouter tout le monde. Le travail d’un président de fédération c’est de fédérer. En plus, on n’a pas le droit de rayer de la carte plus de 40 raseteurs surtout après leur avoir vendu leur licence. La course camarguaise s’en remettra... Pour la suite, toutes les parties prenantes doivent être réunies au sein de la fédération, il faut faire une table ronde autour de la course camarguaise. Par moments, il faut réfléchir avant de modifier les réglements. Si on veut que la course camarguaise reste une tradition, il faut mettre un peu le frein par rapport aux évolutions trop rapides de la société et penser que le taureau, lui, est resté le même».

Daniel Siméon, responsables des arènes du Grau-du-Roi
"Je pense que les derniers événements ne furent que l'aboutissement d'une situation qui ne pouvait que déboucher sur l'implosion du système. Depuis des mois Henri Itier mettait sa démission dans la balance pour avancer plus avant vers des objectifs qui lui semblaient être une bonne alternative pour nous sortir du marasme actuel. Mais certainement n'a-t-il pas négocié avec les bonnes personnes pour arriver à ces fins. Les raseteurs sont, en binôme avec les taureaux, les acteurs principaux de la course à la cocarde, on ne peut pas les reléguer à un rôle subalterne. Ils sont une valeur constante, certes fluctuante, parce que les générations se succèdent, à la différence des manadiers qui ont, de par leur patrimoine, une pérennité avérée sur le monde taurin. Pourtant certains raseteurs comme Nicolas Noguera montrent un attachement durable à la course camarguaise, en s'impliquant à l'organisation des festivités taurines dans leur village. Après ces jours chaotiques il reste à faire sourire les lendemains. Lourde et enivrante tâche…"

Propos recueillis
par MARTINE ALIAGA

14/03/2011

CONGRES FFCC (2)

Dimanche 12 mars 2011 aux Saintes-Maries-de-la-Mer

DES DISCUSSIONS ET DES DEBATS

A8.jpg

Réunion d'urgence des présents du comité directeur (25 sur 45)
puis discussion fédé - raseteurs, puis assemblée de raseteurs
puis discussions manadiers, raseteurs, fédé, trophée taurin, organisateurs
la matinée de ce dimanche a multiplié les débats

A2.jpgIl faut croire qu'en course camarguaise, c'est toujours au dernier moment que se réglent les problèmes. Or, problème il y avait depuis un moment puisque durant l'hiver les réglements en discussion dans toutes les parties prenantes de la bouvine n'étaient pas finalisés dans leur totalité. Au terme d'une saison insatisfaisante pour tous, le feu couvait et l'incendie a éclaté.  Explications peu claires, réglements modifiés, propositions différentes au jour le jour, et dernière modification qui a mis le feu au poudre, la suppression du groupe 2. En toile de fond, une Fédération qui ne prend pas assez en compte les avis des acteurs de la course camarguaise. Notamment les raseteurs qui se sentent insuffisamment représentés au comité directeur et donc pas écoutés même s'ils reconnaissent leurs erreurs et se disent prêts à discuter.  Le Trophée Taurin avait lui aussi agité la sonnette d'alarme, pas d'accord pour  effacer d'un coup la quarantaine de raseteurs du groupe 2, et une finale (du groupe 2) qui ces dernières années avait donné satisfaction donnant l'éclairage sur un club taurin, des cocardiers et des hommes de second niveau certes mais indispensables toute la saison.
Reconnaissons tout de même que, hier aux Saintes, tous les acteurs sont restés dignes et que finalement manadiers, raseteurs, Trophée Taurin, organisateurs, Fédé se sont écoutés. S'entendront-ils ? La réunion de ce soir devrait être enrichissante pour tous.

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER

EXPRESSIONS

A7.jpgNicolas Noguera : "Les responsabilités sont partagées. Et ce sont les raseteurs qui prennent. Vous ne vous attaquez pas aux vrais problèmes. Nous on accepte la flexibilité pour les organisateurs (un seul entrant) et vous, vous suppprimez le groupe 2. Il y a des pistes à explorer pour éviter la pression aux jeunes taureaux. Nous avons dit oui à la suppression du frontal, oui à un seul entrant. Oui pour la prise en compte de 30 courses aux As et 50 à l'Avenir. Oui pour changer la ficelle. Nous voulons plus de représentants au comité directeur. Nous demandons qu'on associe les raseteurs (en exercice ou ancien) au choix des jeunes raseteurs qui passent "en pointe"...

Kerfouche : "Attention au groupe 2. Il faut vous remettre en question sur la manière de raseter. Il y a des améliorations à faire..."

Cyril Garcia : "On manque d'écoute. Essayons de travailler ensemble".

Hadrien Poujol : "La course camarguaise n'est pas un sport, c'est de la tauromachie. Nous on reconnaît nos erreurs, on n'a pas été bons. Mais il ne faut pas oublier que certains taureaux sortent avec des pelotes. Il faut un projet commun manadiers - raseteurs".

Jacques Mailhan : "Nous avons de grosses difficulté à mener des taureaux en haut. C'est difficile. La solution on ne l'a pas trouvée. Il y a des taureaux de 4, 5, 6 ans qui n'ont pas le temps de s'exprimer. Après, il y a trop de pression sur des taureaux jeunes notamment dans les petites compétitions (sur quelques journées). Ce n'est pas la faute du Trophée Taurin. Ce qu'on avait trouvé, c'est que les raseteurs plus âgés ne marquent pas de points sur les taureaux jeunes. Nous avons fait de bonnes choses comme de lever le frontal.... Essayez de vous mettre à la place des manadiers. Je sais qu'il faut aimer les taureaux pour raseter... Mais il faut se remettre en question".

Gérald Rado : "A chaque réunion, on se fait écraser au comité directeur. Nous ne sommes pas assez représentés. Il faut régler les problèmes aujourd'hui. Il pleut, il n'y a pas de course. On ne prend pas les spectateurs en otage".

Frédéric Jockin : "La FFCC veut vider le Trophée Taurin. Mais sans les articles du vendredi, qu'est-ce qu'il reste...".

Marc Moucadel : "Si on supprime le groupe 2, on va au-devant de problèmes".

Aimé Hugon : "Il doit y avoir une table ronde sur la course camarguaise. Il faut changer le système".

A6.jpg

*******************



13/03/2011

CONGRES FFCC (1)

Dimanche 13 mars aux Saintes-Maries-de-la-Mer

congrès,les saintes-maries,raseteurs,courses camarguaises


LES RASETEURS VEULENT ETRE ENTENDUS
LE CONGRES EST ANNULÉ

explosion.gif101 raseteurs ont rendu leur licence à Henri Itier, président de la FFCC. Ce matin aux Saintes, un vent de fronde est passé sur la course camarguaise. Par la voix de leur président Nicolas Noguera, les tenues blanches ont réagi aux nouveautés prônés par la fédé : "On a accepté la flexibilité pour les organisateurs (un entrant), et vous nous supprimez le groupe 2". Campé sur leur demande de discussion et leur manque de représentants pour les défendre au comité directeur fédéral, les raseteurs sont montés sur scène. Henri Itier était obligé d'annuler le congrès.
Après maints débats et réunions sur lesquels nous reviendrons, il était décidé de se réunir lundi soir (14 mars) au siège de la Fédé pour la suite à donner à l'affaire.

M. A.

LES PREMIERES REACTIONS

JACQUES ESTEVAN
Raseteur du groupe 2. « La FFCC décide de tout, quatre raseteurs seulement sont au comité directeur. Elle ne tient pas compte de nos idées. Elle ne nous respecte pas pourtant nous les raseteurs, on joue notre vie. Fin janvier on a dû payer notre licence, et après on nous dit qu’on ne peut plus raseter. Il aurait fallu régler le problème avant le congrès. Depuis 15 ans, on a accepté beaucoup de choses comme, dernièrement, l’enlèvement du frontal, le 2e gland primé à part... Henri Itier met la pression sur les raseteurs. Nous on se met en danger et c’est notre passion. Mais à un moment donné trop c’est trop ! »
THOMAS MONDY
Raseteur du groupe 2. «On n’est pas écouté. Mercredi dernier on s’est réuni avec les raseteurs. On ne voulait pas perturber la course qui était prévue cet après-midi. Mais aujourd’hui on veut se faire entendre».
REMY GUYON
GUYON.jpgVainqueur du Trophée des Raseteurs 2010, groupe 2. «je ne veux pas intégrer le groupe 1, je suis bien au groupe 2. Faire une année sans points ce n’est pas possible. Au début de la saison c’est possible mais après on va se “lasser“. Et qui va raseter pour rien aux ficelles... On peut aussi faire plaisir aux gens même avec la compétition. Après c’est une question de caractère. Je suis invité toute la saison, je suis là par solidarité. La dernière proposition de la FFCC de permettre à notre tourneur d’entrer prioritairement à l’Avenir, c’est pas possible. Ça fait sauter le tourneur d’un jeune raseteur. En plus, si un jour je veux rentrer dans une course, aux As ou à l’Avenir, si je ne suis pas invité, ce sera impossible car je n’aurai plus de classement, ni de groupe".
JOEL PASSEMARD
«J’étais d’accord pour qu’il n’y ait que deux groupes. Un groupe As Elite... les meilleurs, puis un groupe mêlant groupe 2 et 3 (Raseteurs et Avenir). Au contact des anciens, les jeunes pouvaient s’aguerrir. Je pense qu’il faut faire comme ça»

Henri ITIER (Président de la FFCC): «Je suis complètement désemparé car on donne ITIER.jpgencore une image catastrophique. Ce n’est pas ce qu’on essaie de faire en interne à   l’heure ou on a un dossier sur le point d’aboutir à l’Unesco, ou il y a quand même des démarches importantes qui sont faites. Arriver à des situations comme cela ce n’est pas normal, d’autant plus qu’on a fait des réunions tout l’hiver. Il y avait sûrement d’autres moments pour venir nous dire on n’est pas d’accord, revoyez votre position sinon il y aura un coup d’éclat. On nous laisse arriver jusque là et on nous prend en otage. Ce n’est pas logique. On me demande d’annoncer qu’on revient sur toutes nos décisions. Je ne peux pas prendre une décision pour quarante personnes. J’ai pris la décision d’annuler le congrès car je voulais qu’il se passe dans de bonnes conditions. On fera un comité directeur extraordinaire demain à 21 heures ou tout le monde sera autour de la table afin des tirer des conclusions de cette situation».  

 

congrès,les saintes-maries,raseteurs,courses camarguaisesJacques MAILHAN (Président de l’Association des Manadiers) : «Il y a déjà eu par le passé des turbulences mais je pense qu’on va arriver à une solution pour 2011 et pour 2012 il faut travailler dans le bon sens pour l’avenir de la course camarguaise. Aujourd’hui il y a des gens qui ne se sentent pas représenter et ils ont vidé leur sac. Il   fallait mais ils auraient pu le faire trois mois avant. On est regardé par des observateurs nationaux et européens. Il faut écouter toutes les parties prenantes de la course camarguaise et ne pas qu’une partie prenne le reste en otage parce qu’elle n’est pas d’accord. C’est peut-être un mal pour un bien pour que l’après 2012 afin que le public qui est très important retrouve son compte et revienne dans les gradins».

 

Nicolas NOGUERA (Président de l’Association des Raseteurs): «Je trouve que c’est un TOTO.jpggros gâchis d’annuler le congrès. Les gens qui croient qu’on est responsable de cela ont peut-être raison et ont peut être tort parce qu’ils ne savent pas tout. La communication ne passe pas très bien d’un certain côté. Si on expliquait aux gens le pourquoi du comment certainement qu’aujourd’hui ils auraient assisté à un congrès normal. On a travaillé ce matin et on s’est remis autour de la table parce que ce qui nous était proposé nous était plus ou moins imposé. Demain soir se réunira un comité directeur exceptionnel pour essayer de repartir sur des bonnes bases et proposer pour 2012 un projet crédible sur de nombreuses années plutôt qu’un bricolage toutes les cinq minutes avec la suppression d’un frontal, d’un groupe, un raseteur en plus ou un raseteur en moins».  

 

Magali SAUMADE (Manadière): «Je trouve dommage qu’on en soit arrivé là car il me semble que ce que veulent les raseteurs a été débattu au cours de sept réunions en comité directeur et la décision adoptée à la majorité. Qu’on arrive à une situation de force, qu’on fasse annuler un congrès et qu’on remette en cause tout le travail qui a été fait tout l’hiver est dommageable pour la course camarguaise. Encore une fois on la pousse vers la bas. Je pense à mes amis éleveurs qui aujourd’hui malgré la pluie donnent à manger à leurs taureaux dans l’espoir qu’ils fassent une bonne saison. Je trouve dommage qu’une certaine corporation prennent pas en compte ce genre de chose».

Bruno PECOUT (Organisateur Arènes de Chateaurenard): «Des congrès j’en ai fais pas mal depuis une trentaine d’années et c’est la première fois que je vois çà. On prend en otage les aficionados et déjà que la période est délicate on décourage encore bien plus les organisateurs. On prend en otage le congrès alors qu’on en parle depuis des mois. Tout aurait du être réglé avant. Les raseteurs je les comprends dans un sens mais pas aujourd’hui. Qu’ils fassent grève il y a un mois et qu’ils renvoient toutes leurs licences avant le congrès en indiquant qu’ils ne la prendront pas tant qu’il n’y aura pas de changement aurait été plus logique. On n’est pas là pour prendre des décisions par la force et demain on va essayer de faire pour le mieux sinon…. ».  

 

 

Philippe GIBERT (Membre de la commission du Trophée Taurin) : «Ce qui est arrivé est gibert.jpgdu jamais vu mais cela devait arriver car on voit très bien que depuis deux ou trois ans la fédération n’écoute plus personne et fait ce qu’elle veut dans son coin. Je félicite les raseteurs d’avoir défendu la profession car je suis un ancien raseteur. On voit bien ce que veut faire la fédération en supprimant environ quarante pour cent des raseteurs et tourneurs. Le groupe 2 a été créé il y a quelques années et c’est une catégorie dont on a besoin. On oublie trop souvent que la fédération veut avoir de plus en plus d’élèves dans les écoles taurines et une fois qu’ils sont raseteurs on veut les supprimer ce qui est quand même une aberration ».     

 

 Lucien FULCONIS (Président du club taurin Mouriésen): «Je suis foncièrement déçu d’avoir fait quatre vingt kilomètres pour m’entendre dire que le congrès n’a pas lieu. Je pense que les choses auraient du être réglées avant. Il y a des réunions avant le congrès et je ne comprends pas qu’on le boycotte. De ce fait les clubs taurins sont un peu pris en otage».

 

 

Henri Laurent (Manadier): «Il fallait essayer de prévoir ce qui c’est passé mais on s’est toujours heurté soit aux tourneurs soit aux   raseteurs. Chaque année on descend un échelon. Est-ce qu’on a touché le fond je ne sais pas mais il faut réagir vite».  

 

Roland CHASSAIN (Député Maire des Saintes Marie de la Mer): «Je suis très déçu pour la commune des Saintes Marie de la Mer capitale de la Camargue et terre de passion. Quand j’écoute tout le monde je crois que ce sont des problèmes qui auraient du se régler en amont et non le jour du congrès. Aujourd’hui on sentait qu’il y avait un petit malaise entre organisateurs, raseteurs et manadiers. Aujourd’hui la course camarguaise qui est déjà dans le trou n’a pas besoin de cela. Il faut redorer son blason afin que le public revienne en force aux arènes sinon la course camarguaise disparaitra. Demain il va falloir prendre les décisions à l’unanimité sinon on va avoir une saison difficile».

Raymonde LAURET (Aficionado) : «C’est du jamais vu. La course camarguaise est en train de foutre le camp. Je ne comprends pas pourquoi c’est les raseteurs qui mènent la fédération».

*************