Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/05/2014

VILLENEUVE-LES-MAGUELONE *AVENIR*

Samedi 17 mai 2014 - 1re journée du Trophée de la Vigne et des Etangs

Lebrau intransigeant !

Le cocardier de Cyr a imposé sa loi pour la 1re journée du trophée villeneuvois. Face à une grosse équipe de raseteurs, Lebrau a apporté la difficulté et le danger. Compliqué, ne se laissant pas leurrer par les tourneurs, imposant ses différents terrains et toujours susceptible de passer à la vitesse supérieure. Comme quand il se jette méchamment et bascule après Jean-Henry Oudjit qu'il empêche de s'accrocher et qu'il reprend quand le raseteur essaie de revenir en piste. Deux coups de corne (un à la cuisse, un à la fesse).  Avec Lou Guechou de La Galère (3e), ils ont fait monter d'un cran cette course qui termine bien avec Tyrosse (hp).  Les hommes ont imposé un rythme soutenu aux taureaux mais ont su aussi faire briller et ce jusqu'au dernier hors point.

Coutard (Saumade).- ça va vite, le taureau se livre, quelques trajectoires appuyées (2 Carmen) et quatre minutes suffisent.

Pensateu (Guillierme).- Tout fou, il court partout en bâclant le travail. Brouillon, les hommes font comme ils peuvent mais en viennent à bout en 7 minutes.

Lou Guechou (La Galère).- Navigue mais riposte avec vivacité. Aux ficelles, placé, il guette les départs, coupe le terrain, anticipe  (Katif) et peut conclure en envoyant la corne (Ouffe). Utilise les angles, se montre redoutable sur le premier raset où il pousse fort, Katif allonge pour de belles poursuites. A mi temps, Lou Guechou se cale mais sort toujours avec envie sur les rasets engagés de Katif, R. Marquis, enferme dangereusement Cadenas et Ziko lève la 2e ficelle presque au terme. 4 Carmen et retour.

Lebrau (Cyr).- Annonce la couleur d'entrée en se cabrant sur Aliaga. Il cherche sa place, les hommes se précipitent, mais le cocardier ne se laisse pas berner, serre R. Marquis, cornes à l'affût. Jean Henry Oudjit s'engage, reste dans le berceau des cornes, Lebrau se démultiplie et bascule avec lui lui infligeant 2 coups de corne. 10 minutes d'arrêt. Au redémarrage, les blancs ne sont pas trop gaillards. Aliaga est écarté, Ouffe pour le 2e gland à la 10e. Un peu décollé, Lebrau veille, laisse venir et tient toute la troupe en respect. Un enchaînement conclu sur Marquis, une grosse action sur Katif et rentre ses ficelles. Solide. 3 Carmen et retour.

Roitelet (Saumade).- Alterne le bon et le moins bon. Beaucoup de déplacements, mais participe avec vigueur dans les enchaînements même s'il lâche parfois. Petit à petit, agrémente ses poursuites de coups aux planches (Ibarra, Katif). Katif se règle sur son rythme et régale mais huit minutes trente suffisent. 2 Carmen et retour.

Roule Code (Guillierme).- Prend les rasets de traverse toujours à bouleguer partout. Les hommes essaient de l'intéresser mais rien n'y fait. Katif l'embarque jusqu'aux planches (Carmen) mais vraiment trop brouillon. 9 minutes et 1 Carmen généreux au retour.

Tyrosse (La Galère, hors point pour le Trophée Taurin mais compte pour le Trophée villeneuvois).- Haut sur patte et grandes bannes, Tyrosse a son rythme. Et quand les hommes l'ont compris, les coups aux planches se multiplient  dont certains avec bascule et un énorme après Katif. Une grosse dizaine d'actions pour un bon final. Plein de Carmen.

MARTINE ALIAGA

Entrée : 1/3 d'arène. Organisateur : Section taurine. Président : B. Séguier. Raseteurs droitiers : Katif, Oudjit, Cadenas, Ibarra, Vic. Gauchers : Aliaga, Ouffe, Clarion, R. Marquis. Tourneurs : Grando, Jockin, Khaled, Rouveyrolles.

Le raseteur Jean-Henry Oudjit a été emporté à l'hôpital su Millénaire de Montpellier. Lebrau lui a infligé deux coups de corne (fesse et cuisse) mais aux dernières nouvelles juste après la course, rien de vital n'est touché. 

 

11/05/2014

PORT SAINT LOUIS *AVENIR*

Dimanche 11 Mai 2014

SUPERBES ADIEUX DE VERAN…

Port Saint Louis

Véran (Allard) et Mathieu Marquier les lauréats de la journée.

Entrée: 1/8ème Organisateur: CT Titi Boncoeur Présidence: J Alvarez Droitiers: Faure, Marquier, Moine, Rey, Sanchis. Gauchers: Alarcon, Bouarghane, Gougeon, Oleskevich (sort au 3ème) Tourneurs: Fargier, Lebrun, Lopez, Zucchelli

Pour cette course anniversaire des quarante cinq ans du club taurin, Véran qui termine sa carrière s'offre le prix du meilleur taureau après une prestation harmonieuse avec les hommes. Héphaïstos et Attila tirent leur épingle du jeu. Marquier gagne logiquement le prix du meilleur animateur bien secondé par Bouarghane. Les autres s'inscrivent au palmarès avec plus ou moins de réussite. Présidence généreuse mais bémol avec l'arrosage trop léger engendrant une poussière épaisse.

A onze ans, FENOUILLET (Layalle) use d'un coup de revers pour se défendre tout en assurant quelques percussions toniques aux planches. Sans placement, il subit en permanence la pression blanche mais conserve une ficelle. 3 Carmen et retour. Début timide de LOU MAMAÏ (Espelly-Blanc) qui refuse pas mal le combat. Son comportement est trop intermittent pour réveiller l'assistance. Il finit par lasser les blancs malgré deux ou trois séries épisodiques. Silence général. Décidé, HEPHAÏSTOS (Lagarde) montre immédiatement de l'agressivité aux planches. Il change de terrain et cherche le combat qui a du mal à venir. Presque chaque raset se termine au ras des bois ou par une action. Plutôt gaucher, sur la fin il baisse un peu la garde mais conserve ses glands. 3 Carmen et rentrée.

Cocardier, VERAN (Allard) qui fait sa tournée d'adieu montre de beaux restes. Les hommes jouent le jeu, belles enfermées main sur le frontal et puissantes arrivées (6) pour treize minutes limpides très appréciées. Superbe sortie avec 8 Carmen et retour. Leste, le barbare noir ATTILA (Lautier) se fait respecter car en plus de son placement il profile ses cornes effilées à l'arrivée. Vite retourné, il se dédouble sur la reprise et percute quand l'occasion se présente. Les blancs n'envahissent pas assez son espace et maître du combat il réintègre ses ficelles avec 3 Carmen dont rentrée. Pas attaqué, BAIGNEUR (Ricard) saute. Entrepris, il montre de la disponibilité avec des sauts mais souvent à côté. Facile sur le raset, il se gaspille trop en contre piste. A revoir. 1 Carmen et retour. Le jeune CILAOS (Gillet) se plait dans les séries et accepte franchement les rasets. Généreux, il se chauffe, s'avère intéressant avec deux sauts et une action après Rey. Il s'incline sur la sonnerie avec les honneurs joués cinq fois en piste...

 port saint louis

 Fenouillet (Layalle) met en danger Julien Rey

port saint louis

Lou Mamaï (Espelly-Blanc) avec Mathieu Marquier

 port saint louis

 Djamel Bouarghane saute devant Héphaïstos (Lagarde)

 port saint louis

Véran (Allard) met la pression derrières Julien Rey

port saint louis

Attila (Lautier) pointe les cornes sur Lucas Faure

port saint louis

Baigneur (Ricard) s'engage dans le pourtour après Lucas Faure

port saint louis

 Cilaos (Gillet) s'emporte au-delà des planches après Julien Rey

Texte et photos Éric AUPHAN

Trophée de l'Avenir : Bouarghane (11)

Trophée des Raseteurs : Marquier (26) Moine, Oleskevich (2), Alarcon (3)

10/05/2014

ALLEINS *AVENIR*

Samedi 10 Mai 2014

UN TORONTO CAPITAL...

 alleins

Toronto (La Galère) et Gabriel Montésinos les deux jeunots de la course

Entrée: 1/4 Organisateur: CT Lou Bastidon. Présidence: C Crouzatier. Droitiers: Gautier, Moine, Montésinos, Roig, Sabot. Gauchers: Boyer, Ferriol, Gougeon. Tourneurs: Jorquera, Lévy, Sagnier.

La course complète de la Galère est rehaussée par Toronto déjà très doué après une première partie décevante. La seconde est plus intéressante avec un brillant Verdi. La fraîcheur de Montésinos (peu récompensé de son excellent travail) est la surprise blanche du jour. A gauche Ferriol s'investit vraiment avec efficacité. Sabot, Moine, Gautier et Roig ne sont pas en reste. La piste sableuse et poussiéreuse (mal arrosée) ne facilite pas le travail des raseteurs, la vélocité des taureaux et le confort des spectateurs. 

Sans faire monter les degrés, CAMPBELL (1er) à du mal à s'investir. Ses réactions sont vraiment épisodiques et même s'il enferme Montésinos et frappe après Sabot, ses 12 minutes manquent de rythme. 3 Carmen et silence. Vaillant au possible, LAZARE (2nd) défend ses ficelles dès la première minute. Il se jette bien dans le raset, les hommes lui font accomplir huit minutes intenses sans refus. 3 Carmen et rentrée. Les blancs ne savent pas comment aborder, CAPORAL (3ème). Coureur, la tête dans le sable il se prête difficilement au jeu. Sa façon de baisser la tête gêne et s'il égaye sa fin de course avec 3 actions percutantes c'est sans convaincre qu'il rentre un gland en musique. 4 Carmen mais sans grade.

Vite calé, TORONTO (4ème) change la donne. Vif comme l'éclair et doté d'aiguilles meurtrières il élargit le cercle. Toujours prêt, il pointe ses cornes à l'arrivée. Montésinos lui sert de superbes rasets courts mais n'est pas récompensé. Compliqué et déjà très doué, il conserve facilement ses ficelles. 4 Carmen dont retour. Classique, VERDI (5ème) offre une course volontaire. Brillant dans les séries, il tape sur Sabot et reste en bascule après Montésinos. Sa fin de course est attractive avec des puissantes arrivées. Il s'incline sur la sonnerie après une brillante partition. 8 Carmen et rentrée. Un peu loin des planches, ARLESIEN (6ème) défend ses ficelles en deux minutes. Sa position centriste ne l'empêche pas de se dresser derrière Roig et Gautier. Il fait preuve d'un moral à tout épreuve et se bat jusqu'à ce que Gougeon ne stoppe le chrono à la dernière minute. 3 Carmen et retour. A 11 ans, MOKA (7ème) à un goût de déjà vu mais reste une saveur sauvage pour dix minutes combatives ponctuées de cinq finitions aux planches. 6 Carmen et rentrée.

 alleins

 L'enfermée de Campbell après Gabriel Montésinos

alleins

David Moine pose la main sur le frontal de Lazare

alleins

Caporal termine aux trousses de Mickaël Gougeon

alleins

Cornes menaçantes pour Toronto avec Benjamin Sabot

alleins

 Verdi termine en bascule derrière Gabriel Montésinos

alleins

Arlésien poursuit Anthony Gautier jusqu'aux bois.

alleins

 Moka frappe aux planches derrière Gabriel Montésinos

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée Avenir: Sabot (12) Gautier, Roig (8) Montésinos  (2)

PALAVAS-LES-FLOTS *AVENIR*

Vendredi 9 mai 2014

Entre As et Avenir

Entrée : environ 400 personnes. Org. : CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Chekade, Faure, Moine. Gauchers : Bouhargane, Errik, Gaillardet. Tourneurs : Noguera, Lopez, Lieballe, Bensalah.
La complète de Cuillé balance entre As et Avenir. Mais dans cette piste à la surface importante, six raseteurs c’est juste et l’après-midi en a subi quelques langueurs. Malgré l’apport de 3 hommes des As, 1 groupe 2, l’ensemble a manqué de cohésion, surtout en 2e partie. 13 ficelles sur 14 rentrent... Pareil pour les taureaux de Cuillé - trois de 9 ans, deux de 8, deux de 7 - parmi lesquels Poulidet (4e) fait le meilleur quart d’heure.
Sorbier.- Un cocardier qui se tient et qui, bien cité, sort en force. Agressif et concentré jusqu’au bout du quart d’heure, il conserve une ficelle après plusieurs enfermées du plus bel effet. 3 Carmen et retour.
Givalon.- Très remuant au début, bien entrepris, il assure de multiples séries vaillantes et volontaires. Intéressant, rentre ses ficelles avec 5 Carmen et retour.
Mandarin. - Quand les hommes mettent du rythme, il répond présent par des enchaînements rythmés où il frise les planches et les mollets. Quelques duos serrés avec Chekade et rentre ses ficelles 5 Carmen et retour.
Poulidet.- Beaucoup de déplacements pour une entame brouillonne. Mais mis au travail les ripostes sont à la hauteur. Un peu fantasque, un peu remuant, mais avec du caractère, un Cuillé comme on aime. Termine en lançant la corne en conclusion sur Gaillardet puis Chekade. Les ficelles à la maison. 8 Carmen et retour.
Dalloz.- Au grand galop, prend les rasets de passage. Se chauffe et se cabre après Chekade, s’emporte après Errik, serre Faure, bascule après Chekade, enferme Gaillardet. Mais trop de vagabondages et pas assez d’assiduité des blancs. Les ficelles rentrent. 4 Carmen et retour.
Joaillier.- Fonce sur tout ce qui bouge mais se montre brave sur le raset. Malheureusement, il s’est blessé à la bouche à sa sortie du toril et le manadier le rentre à la 5e.
Izoir (7e hp).- Pète le feu mais ne trouve personne pour partager sa rage. Quelques actions décousues... pas assez pour séduire.


MARTINE ALIAGA


Trophée de l’Avenir : Bouhargane, 12 points ; Gaillardet, 3.

03/05/2014

PALAVAS-LES-FLOTS *AVENIR*

Samedi 3 mai 2014

Médoc le millésime supérieur de Saumade

palavas,complète de saumade,courses camarguaises

Médoc - Bouhargane

 

palavas,complète de saumade,courses camarguaisesEntrée : 1/4 d’arène. Org.: CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Ayme, Pradier (sort au 5e), Sanchis, D. Maurel. Gauchers : Bouhargane (sort au 6e), Gaillardet, Poujol, Coulomb. Tourneurs : Noguera, P. Rado, Lieballe, Sanchez.

Belle entrée (plus de 1 000 spectateurs) pour cette complète de la manade Saumade, sept taureaux intéressants de 7 ans dont Médoc ressort en cocardier supérieur et le tau Eos pour sa puissance spectaculaire. Trop de temps morts du côté des blancs, Bouhargane se fait voir en 1re partie, Gaillardet en seconde.

Trélus.- Montre d’entrée du caractère en poussant fort après les hommes (Bouhargane, Poujol). Lâche parfois l’affaire mais bien pressé, passe agressivement le mourre ou se soulève. Livre sa 1re ficelle après une belle bagarre et rentre l’autre. Des Carmen plus retour. 

Liber.- Les hommes mettent du temps à l’attaquer pourtant Liber montre moins de mordant que Trélus. Baisse la tête au contact. Placé, il lui faudrait plus d’investissement et de rythme. Rentre se ficelles.

Castor.- Attaqué mollement, il répond sur le même tempo, malgré une grosse réaction sur Bouhargane. C’est long. Enfin, une belle série, Castor se met au diapason mais c’est déjà la 14e minute. Rentre une ficelle. Des Carmen et retour.

 palavas,complète de saumade,courses camarguaises

palavas,complète de saumade,courses camarguaises

 Photo avec Poujol - Caruso.- Fier, il s’approprie la piste. Se livre dans les échanges, anticipe sur Poujol qui passe sous les pattes (sans trop de mal). Du coup, le taureau trouve les angles et se montre bon partenaire quand ça s’anime. Sait sortir de l’emprise, pousse après Sanchis obligé de se jeter sous l’estribo. Une ficelle rentre. 5 Carmen et retour.

Béchet.- Impressionne par sa prestance et raccompagne fermement à grandes foulées. Lui aussi s’adjuge les angles. De bons enchaînements poussés pour 13 minutes de qualité. 4 Carmen et retour.

palavas,complète de saumade,courses camarguaisesMédoc ► Photo sur Gaillardet.- Un long round d’observation et premier coup de semonce sur Bouhargane. Les blancs sont frileux et Médoc fait le cador. Brise et bascule sur une violente action après Bouhargane (cheville touchée). Bien calé, Médoc laisse venir et envoie des boulets de canon après son seul adversaire Gaillardet. 3 superbes actions où il fracasse les planches. Seule sa cocarde est coupée. Respect ! 6 Carmen et retour.

Le magnifique Eos (hp) allie placement, vitesse, violence. Seul Gaillardet s’expose pour 3 ripostes de feu avec bascule. 1 dernier coup sur Poujol et le tau rentre sa cocarde et ses glands. Des Carmen.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Bouhargane, 22 points ; Gaillardet, 4 ; Pradier, 2. 

▼ EOS et GAILLARDET

 palavas,complète de saumade,courses camarguaises

palavas,complète de saumade,courses camarguaises

*******************

 

02/05/2014

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES

Jeudi 1er mai 2014

Un 2e acte plus corsé

saint-geniès-des-mourgues,avenir,queyras,bessoun,course camarguaise

Queyras de Paulin et Jean-Henry Oudjit

 

Entrée : 2/3 d’arène. Org. : CT Le Trident. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Cano, Jourdan, Oudjit, Roig, Fougère. Gauchers : Guin, Oleskevich, Zekraoui, Cartalade. Tourneurs : Martin, Rouveyrolles, Zerti, F. Garrido.

Belle entrée pour cette journée du CT Le Trident avec une première partie agréable et un second acte bien corsé. Jean-Henri Oudjit pour les beaux gestes dans un côté droit plus travailleur. A gauche, Zekraoui fait ce qu’il peut avec sa main blessée.

Le Corse (Mermoux).- Enchaîne avec acharnement le long des planches, tête basse et droit devant. Appliqué et assidu dans ses rispostes, avec une belle sortie sur un long raset d’Oudjit. 10’30 volontaires. 3 Carmen et retour.

Lion (Blatière-Bessac).- Passe d’un raset à l’autre sans conviction. Placide jusqu’à ce que les hommes le secouent. Alors il déclenche à de multiples reprises jusqu’à briser les planches. Une dizaine d’actions pour une ficelle rentrée. 8 Carmen et retour.

Tailleur (Raynaud).- 5 ans et un sacré caractère. Vif, attentif, il enchaîne à fond jusqu’à cette superbe série à 2000 à l’heure. Quelques évasions, mais il se place, attend, peu se présentent. Oudjit le plus assidu. Rentre ses 2 ficelles. 2 Carmen et retour.

saint-geniès-des-mourgues,avenir,queyras,bessoun,course camarguaiseQueyras (Paulin).- ► Photo avec Fougère. Agressif avec un bon placement. Et des séries conclues à chaque coup. La fatigue aidant, il est moins explosif mais enchaîne encore 3 coups de barrière. La 1re ficelle à Oudjit sur la sonnerie. 10 Carmen et retour.

Clovis (Saumade).- Il pousse fort sur de longues séries. Un peu décollé parfois, un peu brouillon, en revanche, une fois lancé, il avale des séries vitesse grand V. Un superbe enchaînement déclenché par Zékraoui et des actions rythmées. Une ficelle rentre. 4 Carmen et retour.

saint-geniès-des-mourgues,avenir,queyras,bessoun,course camarguaisePhoto avec Zekraoui. Bessoun (Guillierme).- Maître dans les enchaînements, les cornes à l’affût. Une longueur émotionnante aux trousses de Zékraoui pour 5 minutes les premiers attributs. Promène un peu mais reste bien concentré. Zekraoui en danger, une série de feu, action conclue sur Zekraoui. Se bat comme un diable et rentre une ficelle. 6 Carmen et retour.

Yucca (Janin, hp).- Vif, il aligne les actions avec beaucoup de présence. Quand ça s’anime il fait parler sa vitesse pour raser les planches à chaque action engagée. Se chauffe jusqu’à se cabrer et rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Trophée de l’Avenir : Oudjit, 14 ; Zekraoui, 1.

Trophée des Raseteurs : Jourdan, 18 ; Fougère, 6 ; Oleskevich, 5 ; Guin, 4 ; Cartalade, 2.  

************

Bonne foi...

Il y a des jours où la bonne foi ne suffit pas. Exemple ce 1er mai à Saint-Geniès-des-Mourgues. De bonne foi, le CT Le Trident invite un raseteur supplémentaire pour compléter son affiche après la défection de Rodrigue Ortiz, prévu de longue date mais blessé. De bonne foi, le raseteur Thomas Roig, contacté par le club taurin, se présente donc aux arènes. Mais la grille des courses du 1er mai est déjà parue sur les journaux avec six invités mais sans lui. De bonne foi, deux entrants Dimitri Fougère et Kevin Cartalade se présentent puisque le quota de la piste est de 8 et que la course est en groupe 2. A l’heure de la capelado, ce sont donc neuf raseteurs qui sont habillés. Un de trop... dont les manadiers, de bonne foi, ne veulent pas. Demi-heure de discussions, tergiversations... Finalement, on s’en tient au réglement... Contre mauvaise fortune, bon cœur, le raseteur Roig laisse sa place et repart à Fos-sur-Mer (aller-retour 220 km). Vraiment, il y a des jours où la bonne foi ne suffit pas.

MARTINE ALIAGA
Photos à suivre

01/05/2014

PALUDS DE NOVES *AVENIR*

Jeudi 01 Mai 2014

LES BONS DANS UN ENSEMBLE MOYEN..…

 IMG_5532.jpg

 Montilien (Bon) se dresse à l'arrivée après le talentueux Joachim cadenas

Entrée: ¾ presque plein Organisateur: CT Les Paluds Présidence: Florian Ginoux Droitiers: Cadenas, Chig, Guyon, Pradier Gauchers: N Bénafitou (sort au 5ème), Gaillardet, Sanchez Tourneurs: Lieballe, Lopez, Mata, Rado P.

Après la royale de la manade Ricard, celle de Bon s’avère un peu plus homogène mais juste dans la moyenne car certains éléments ont manqué d’un peu d’agressivité. Montilien montre beaucoup d’envie et de sérieux mais les autres sont à revoir. Pour les blancs même s’ils n’ont pas chômé en ce jour de fête du travail, un peu plus de rythme en première partie n’aurait pas nuit. Guyon est le plus actif et en réussite, Cadenas a déjà le public dans sa poche, Pradier et Gaillardet sont travailleurs. Sanchez apporte son expérience.

De la bravoure aux rubans pour FOLCO (1er) et quelques actions d’éclat aux ficelles notamment après Guyon et Gaillardet mais le tout manque un peu de vivacité avec une imposante carcasse à bouger même si son final n’est pas si mal. Il conserve une ficelle. 5 Carmen et rentrée. Plus vif, MONTILIEN (2nd) accepte tout avec générosité. Il met Cadenas en danger qui en tire le meilleur avec des rasets engagés. Bien positionné aux ficelles, il donne du fil à retordre présent à chaque arrivée avec un petit plus pour les droitiers. Ficelles au toril avec 5 Carmen et retour. S’il ne dégaine pas à tous les coups, CHERIF (3ème) perd rapidement ses rubans. Aux ficelles il fait régner l’ordre jusqu’à ce que la première s’ouvre et la pagaille s’installe. Son coup de tête lui permet de sauver la seconde mais sans convaincre. 2 Carmen et rentrée.

Sans potion magique, ASTERIX (4ème) défend ses ficelles au bout de deux minutes. Il tape deux fois après Bénafitou et se propulse après Guyon mais ses réactions son par à-coups. Il prend le centre et salue à plusieurs reprises. Par Toutatis, seulement onze minutes pour cet élément qui ne mérite pas la place de quatrième. 3 Carmen et retour contesté. Jackpot pour les blancs qui attaquent les ficelles de VEGAS (5ème) après seulement cinquante secondes. Brave, il manque d’accélération à la sortie du raset. Ses onze minutes sont pourtant pleines de vaillance. 2 Carmen et rentrée. Fantasque, TEXAS (6ème) saute après Guyon mais lâche ses rubans en quarante-cinq secondes. Il se livre mais pas avec le petit plus à l’arrivée. Lui aussi fournit onze minutes honorables terminées par une grande envolée après Guyon. Le cartel blanc se méfie d’ESCOBAR (7ème) rentré avec du pep. Dix minutes pétillantes avec des envolées et des coups de barrières percutants entrecoupés de quelques moment de récupération dans un registre barricadier parfait pour assurer un final adéquat…….

IMG_5516.jpg

Folco (1er) saute à la poursuite de Joan Gaillardet.

IMG_5528.jpg

Montilien (2nd) met en danger Joachim Cadenas.

IMG_5550.jpg

Chérif (3ème) près d'accrocher la basket du généreux Yoan Pradier.

IMG_5560.jpg

Astérix (4ème) termine derrière Joachim Cadenas

IMG_5578.jpg

Végas (5ème) donne la tête à Joan Gaillardet

 IMG_5591.jpg

L'envolée de Texas (6ème) aux trousse de Rémi Guyon très actif.

 IMG_5621.jpg

 L'envolée percutante d'Escobar (7ème) derrière Yoan Pradier

et ci-dessous l'action aux barrières après Joachim Cadenas

IMG_5627.jpg

Texte et photo Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Cadenas (10) Pradier (10) Gaillardet (8)

Trophée des Raseteurs : Guyon (21) Sanchez (10) N Bénafitou, Chig (2)

27/04/2014

CODOGNAN *AVENIR*

Samedi 26 avril 2014

LORCA, BOUHARGANE et  OUDJIT
SUR LE PODIUM DU 6E TROPHEE DU RHONY

codognan,6e trophee du rhony,courses camarguaises

Un petit tiers d’arènes a répondu présent à l’invitation des Clubs Taurins La Ficelle et Les Enganes et du Comité des Fêtes pour ce concours manades Nicollin, Saumade, Blatière-Bessac comptant pour le Trophée de l’Avenir et le 6e Trophée du Rhôny qui même s’il ne fut pas dénué d’intérêt du début à la fin s’est avéré plus prenant en première partie.
A la capaledo, en présence du groupe de traditions les Cabidoules du Cailar, des Tambourinaïres de l’Estang de l’Or, de la pena Los Marineros et des gardians de la manade Robert Michel, ce sont onze tenues blanches (8+3) qui sont venues saluer la présidence avant d’imposer un rythme soutenu aux taureaux  sans pour autant négliger leur travail qui fut appliqué.
A l’heure de la remise des prix, agrémentée par la voix de Régine Pascal, Ambassadrice de La Camargue, si Djamal Bouhargane s’octroie sans contestation possible le prix du meilleur animateur, le second prix est venu récompenser Jean-Henri Oudjit pour sa régularité tout au long de l’après midi ;  ce second prix aurait pu revenir à Marc Sanchez s’il n’avait pas baissé de rythme en seconde partie. Citation méritée également pour le jeune Jérémy Soler qui chaque fois qu’il en a eu l’occasion a étalé toute sa classe et son courage.
Côtés taureaux, c’est Lorca de Saumade qui s’octroiera 4 suffrages devant Césarion 1 suffrage.
 
codognan,6e trophee du rhony,courses camarguaisesSabran (Nicollin – n° 728) a eu la lourde tâche d’ouvrir les hostilités. Au petit trot, il s’engage lourdement essentiellement derrière les gauchers qu’il raccompagne aisément aux planches notamment Gougeon, Bouhargane, Soler, et Sanchez avant de les franchir sans grande conviction cependant derrière Perez, Guyon et Sanchez. Porteur de ses ficelles, son retour au toril se fait en musique jouée, 2 fois en course. codognan,6e trophee du rhony,courses camarguaises
Changement de registre avec Lorca (Saumade – n°705) où de droite, de gauche chaque raset trouve réponse. Si les principaux attributs partent en moins de trois minutes, sa course va monter d’un cran aux ficelles. Le biou, en plus de se plaire dans les séries (6), se défend avec hargne. Ses répliques sont de plus en plus serrées et ses finitions de plus en plus sévères. Soumis à rude épreuve, il s’incline en douze minutes récompensées par le disque pour la septième fois.
codognan,6e trophee du rhony,courses camarguaisesJuste avant la pause, le vétéran de l’étape, Césarion (Blatière – n° 216) n’a plus rien à prouver à ce niveau.  Si cocarde et glands partent rapidement (2’30),  aux ficelles, son placement va obliger les hommes à le consentir avec réflexion. Sur les rasets allongés, il peut conclure notamment derrière Bouhargane (5 fois) et Cano (1 fois), pour autant de Carmen. Il sauve en musique sa seconde ficelle.
A la place de vedette, Pagano (Nicollin  - n°527) nous a laissé un peu sur notre faim. Certes volontaire, il ne pose guère de difficulté aux hommes qui lui feront réintégrer le toril à la 8e minute avec cependant le disque pour la 3e fois.
Avant dernier, Sarcouff (Blatière-Bessac – n° 724) défend ses principaux attributs sans placement, et en lâchant très rapidement le rasets pour foncer sur tout ce qui bouge. Son changement de comportement aux ficelles en se positionnant aux planches entraîna un travail plus ordonné qui va lui permettre d’extérioriser une méchanceté débordante notamment derrière Bouhargane et Oudjit où les actions feront résonner cependant avec exagération, 4 fois Carmen ainsi qu’à sa rentrée (fortement contesté) en possession de sa seconde ficelle aux termes d’une prestation désordonnée.
codognan,6e trophee du rhony,courses camarguaisesPour conclure ce concours de manades, Roitelet (Saumade – n°748) a joué le tableau de la vaillance avec par moment de puissants engagements aux planches aux trousses de Perez, Bouhargane ou encore Fougère. Sans baisser les armes il se jette dans la bataille en s’aidant d’un petit coup de tête et sauve, en musique ses ficelles.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
 
Entrée : 1/3 d'arène. Organisateurs : Comité des Fêtes – Club Taurin La Ficelle – Club Taurin Les Enganes.Président : Alain SOUBEIRAN.
Raseteurs : D Bouhargane – JH Oudjit – G Cano – D Fougere – M Gougeon – J Soler – G Perez – J Martin –Tourneurs : S Fargier – B Joseph – F Garrido

20/04/2014

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *AVENIR*

Samedi 19 avril 2014 - Printemps des Royales - Manade Saumade

Du pied de l'Abbaye au pied de l'Eglise
les Saumade ont franchi le perron
 
saint-laurent-d'aigouze,saumade,printemps des royales,course camarguaiseS’il est de réputation que le samedi et de surcroît quand il y a un week-end de trois jours, le public fuit les arènes, et bien, une fois de plus, Saint-Laurent fut l’exception. Un gros ¾ des gradins était garni pour cette 5e journée du Printemps des Royales mettant à l’œuvre les pensionnaires de la manade Saumade (► Emmanuel Lescot) dont D’arbaud, Jacob et Clovis ont retenu l’attention en apportant le petit plus qui fait que ... D’une manière générale cette course a pris un rythme de croisière au premier et ne l’a plus lâché jusqu’à l’avant dernier avec de ci de là, des moments étincelants.
Chez les tenues blanches, plus présentes et plus réfléchies en 1ère partie le duo Zakaria Katif / Youssef Zekraoui a mené le bal bien secondé par Rudy Marquis, Jean-Henry Oudjit.
Au micro, ce n’était pas la voix habituelle et cela a pesé par moment, sur les comportements...
 
saint-laurent-d'aigouze,saumade,printemps des royales,course camarguaiseD'Arbaud (n°732) sera un parfait premier menant sa course dans tout le périmètre de la piste mais sans jamais quitter le terrain des planches. Sans forcer, il s’engage avec puissance et n’hésite pas à passer la vitesse supérieure quand le besoin s’en fait sentir, Katif (2), Zekraoui (2) et Ortiz l’amenant dans de beaux échanges. 12 minutes de présence récompensées par le disque qui avait retenti 5 fois.
Changement de registre avec Coutard (n°613) ou en moins de 2 minutes, cocarde et glands s’en vont. Aux ficelles, il apporte un peu plus d’application notamment dans son approche des planches, mais, en toute franchise ne passe pas le cap des 10 minutes.
saint-laurent-d'aigouze,saumade,printemps des royales,course camarguaiseJuste avant la pause, Jacob (n°724) va compenser son manque de placement par sa volonté et se bravoure. Les bons, comme les mauvais rasets, trouvent réponse avec cependant plus d’application à droite. Katif et Montésinos le provoquent à merveille et font monter sa course d’un cran notamment dans des poursuites serrées et finitions menaçantes ... Certains lui reprocheront ses 3 sauts volontaires... Mais qui est parfait à 100%. Porteur de sa seconde ficelle, il retourne au toril en entendant son huitième Carmen.
A la place de cocardier, Saladin (n°517) va sûrement l’être par son placement et par son comportement faisant lever le pied aux hommes. Même si les finitions ne sont pas son truc, ses ripostes sont sèches et aidées d’un petit coup de tête. Katif (2), Soler (2) et Zekraoui se feront serrer de près ce qui déclenchera  5 fois les honneurs renouvelés à son retour au toril à la 14 minutes, seconde ficelle sur l’oreille pour certains, et sur la corne pour les autres mais attribuée par la présidence.
Genépy (n°740) lui non plus n’a pas  la flemme. Calme d’un premier abord, il passe la vitesse supérieure quand le travail s’intensifie. Soler, Katif et Zekraoui parviendront à le mettre en valeur dans ses 10 minutes de piste.
saint-laurent-d'aigouze,saumade,printemps des royales,course camarguaiseAvant dernier, Clovis (n°714) est d’une vaillance extrême. Sur les poursuites, il pousse, il accélère et met les hommes en danger. Katif, Marquis, Ortiz, Zekraoui et Montesinos sauront l’amener avec eux jusqu’à la limite où il peut de lever ou passer la corne dans 12 minutes.
Pour conclure, Rigau (n°974) commettra quelques péchés de jeunesse en franchissant les bois à huit reprises volontairement. Positionné, il peut se montrer appliqué en raccompagnant bien en passant la corne comme il peut lâcher prise. A revoir dans un autre contexte. Le Carmen au retour ne s’imposait pas nécessairement.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
 
Entrée : ¾ d'arène. Organisateur : CT Lou Bandot. Présidence : Aurélien Laget. Raseteurs : Katif Z – R Marquis – R Ortiz – M Sanchez – J Soler – Y Zekraoui – G Montésinos – JH Oudjit. Tourneurs : B Joseph – L Zerti – F Jockin – F Garrido.

13/04/2014

PALUDS DE NOVES *AVENIR*

Dimanche 13 Avril 2014

LES CLÉS DU VACCARÈS POUR CADENAS..…

IMG_5388.jpg

Cadenas et des rasets ultra courts pour faire sauter le verrou avec Vaccarès.

Entrée: 3/4. Organisateur: CT Les Paluds. Présidence: S Gonfond. Droitiers: Cadenas, (sort au 7ème sur déchirure) Ciacchini, Guyon, Pradier, Sabatier. Gauchers: N Bénafitou, Gaillardet, Martin Cocher, (sort au 6ème sur coups) Zbiri. Tourneurs: Lieballe, Lizon, Rado G & P.

La royale Ricard prévaut seulement par les prestations de Frisé mais surtout Vaccarès. Les autres sont décevants mais ce n'est que le début de saison. Côté blancs, Cadenas montre son aisance et son envie dans les rasets courts (sans tourneur) surtout à Vaccarès. Martin Cocher (jusqu'à sa sortie) et Gaillardet sont les plus actifs. Les autres sont en retrait.

Sur l'attaque, TRIDENT (1er) saute après Cadenas mais s'avère trop irrégulier. Des sauts et des percussions (une dizaine) mais de façon décousue. Il reçoit deux Carmen en piste et rentre une ficelle en silence. De mauvais poil, FRISÉ (2nd) cherche l'homme au delà des planches presque systématiquement. A ce jeu, il se retrouve vite asphyxié. Pourtant, il se bat avec beaucoup d'énergie et de méchanceté toujours à l'attaque aux planches. Seulement 3 Carmen (?) et pas au retour (?) avec ses ficelles. Les blancs volent dans les plumes de TADORNE (3ème) qui perd ses rubans en moins de deux. Il se livre sans refus et sans difficulté aussi. Il s'incline en cinq minutes.

Début surréaliste pour le brave DALI (4ème) raseté dans la pagaille aux rubans (2'). Enfermées, départs à deux puis un bond extravagant après Sabatier avant d'afficher une belle vaillance pendant onze minutes combatives aux planches avec un grand saut après Gaillardet. 3 Carmen et retour. Sauteur, on tarde à attaquer PRINTANIER (5ème). Abordable, il est volontaire mais bourgeonne trop en contre piste. Au final une course en demi teinte. Trop vert, il sera à revoir en automne. Rapide, placé, VACCARES (6ème) enferme cadenas et percute Martin Cocher au saut qui doit quitter la piste. Anticipateur à droite, criminel à gauche, Cadenas sort des rasets courts magnifiques sur qui font sauter le verrou (coupe, cocarde et un gland). Coup de barrière sur Gaillardet et saut après Cadenas. Impérial il rentre ses ficelles. 4 Carmen dont retour. Le petit BAIGNEUR (7ème) saute seul ou après les blancs mais à la traverse et sans réelle conviction. Dix minutes qui font retomber l'ambiance. Les hommes sont peu motivés même si Gaillardet s'y colle avec succès. Ficelles au toril en silence.

paluds de noves

Trident auteur de belles action comme ici après Ciacchini mais aussi

ci-dessous avec Damien Martin Cocher.

paluds de noves

paluds de noves

Joan Gaillardet dans une belle attitude à la tête de Frisé

qui s'engage fortement derrière Joachim Cadenas ci-dessous.

paluds de noves

paluds de noves

Tadorne et Jérémy Ciacchini dans un tête à tête

paluds de noves

Joachim Cadenas en danger avec Dali raseté dans la pagaille aux rubans

 paluds de noves

 Un bond prodigieux de Dali derrière Joan Gaillardet.

paluds de noves

Printanier se soulève derrière Joachim Cadenas.

paluds de noves

Anticipation de Vaccarès sur Jérémy Ciacchini ci dessus et 

avec Joachim Cadenas ci dessous.

paluds de noves

paluds de noves

Joan Gaillardet fut le seul à s'intéresser à ce petit baigneur.

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Cadenas (12) Ciacchini (9) Gaillardet (6) Pradier (5) Zbiri (3)

Trophée des Raseteurs: Martin Cocher (10) Guyon (4) N Bénafitou (3) Sabatier (2)

06/04/2014

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *AVENIR*

STLOBLAT.jpg

Dimanche 6 avril 2014 - Printemps des Royales
 
DES BLATIERE SEDUISANTS

STLOVERGEZOISPHCD.jpg

Vergézois

Pour cette 4e Journée du Printemps des Royales, la devise locale "orange et verte" était en lice avec sept  pensionnaires qui sont parvenus à séduire de par leur sens inné du combat, leur caractère imprévisible et leur comportement, les gradins qui sans afficher complet étaient emplis au trois quart.
Si Vergézois, Sourire, Gallo, Vallespir se mettent en valeur par leurs atouts cocardiers, Mecano le sera par sa bravoure. Oradour sera un premier honorable et l’étalon Nadir terminera agréablement cette course rasetée quasiment sans  relâche par les huit tenues blanches (plus quatre tourneurs) entraînées par Christophe Clarion, Youssef Zekraoui, Rémy Ibarra, Joaquim Cadenas (Avant son retrait au 6e) sans oublier pour le côté sensation, Rodrigue Ortiz. Mickael Gougeon et Victor Jourdan ont aussi bien contribué. Seul Damien Martinez fut très en retrait.....
Au micro, Thierry Cure aura eu la tâche facile parvenant à s’imposer quand il fallait et surtout comme il fallait. 
Bref, si le proverbe dit « que nul n’est prophète en son pays », les Blatière ont bel et bien prouvé le contraire.
Oradour (n°608) : Handicapé visuellement (il n’a pas d’œil gauche), son début de course où il a tendance à lâcher le raset va être brouillon. Aux ficelles il se place davantage et apporte plus d’application dans ses ripostes qu’il termine en tapant le frontal dans les planches sur Ibarra, Ortiz, Zekraoui ou encore Cadenas derrière qui il sautera en fin de course avant de réintégrer le toril  en musique, joué  5 fois et porteur de sa 2de ficelle. 
Sourire (n°806) n’a rien d’un rigolo. Placé idéalement, il sort bien de son terrain pour conclure au fil des planches derrière Ibarra, Gougeon et Ortiz qui frôlera l’accrochage. Pour lui aussi la 2de ficelle reste sur les cornes et le retour se fait en musique, jouée 3 fois en course.
Juste avant la pause, Gallo (n°724) semble être un tendre en cédant cocarde et glands en 1’30. Mais, aux ficelles son changement de comportement ne permet pas n’importe quoi avec comme point fort, outre son placement, ses réactions imprévisibles comme derrière Ortiz, Ibarra et surtout derrière Cadenas qui, au moment du saut se fera accrocher par le pantalon au niveau du mollet... Avec un 5ème Carmen et porteur de sa  2de ficelle il regagne le toril...
Avec Vergezois (n°708), il faut de méfier de l’eau qui dort. Avec gaz, il peut aussi bien lâcher le raset comme s’y montrer incisif en y accélérant. Elargissant le cercle blanc, il parvient à se mettre en valeur en venant se dresser sur Ortiz par deux fois, en enfermant Zekraoui et en sautant derrière Ibarra. Sa 1ère ficelle primée à 200€ retourne au toril avec le disque pour la cinquième fois.
STLOMECANOJOURDANPHCD.jpgMecano (n°713) va compenser son manque de rigueur par une volonté à toute épreuve. Se laissant enfermer dans un périmètre restreint, chaque raset est honoré et il s’avère parfaitement à l’aise dans les séries. Il percute derrière Zekraoui, Gougeon avant de venir traverser les planches à nouveau derrière Zekraoui et sauter derrière Jourdan .... Il défend sa 2e ficelle jusqu’au bout sans faiblir et entend a sa rentrée son  6e Carmen.
STLOVALLESPIRPHCD.jpg◄ Avant dernier, Vallespir (n°813) de par son placement sans faute, va ralentir le travail des hommes qui ne vont pas pour autant le délaisser. Vif dans ses réactions (plus appuyées à gauche qu’à droite), Ortiz (3 fois), Zekraoui (3), Clarion (2), Jourdan (2) seront sévèrement raccompagnés au dessus des bois. Le disque, joué 8 fois en piste le raccompagne au toril porteur de sa deuxième ficelle primée à 200€.
STLONADIRPHCD.jpgPour conclure, et je serais tenté de dire pour le fun, Nadir (929) a fait une course de taü qu’il est. D’un comportement plutôt calme que brutal, tantôt il vient profiler les cornes dans les planches à l’arrivée, tantôt il les franchit volontairement (3 fois). Même s’il n’a pas fait d’envolées propres aux taü et qui ne servent à rien, il conclut agréablement l’après-midi saint-laurentais en musique et porteur de sa 2e ficelle.
 
CYRIL DANIEL
 

LES SAINTES MARIE DE LA MER *AVENIR*

Dimanche 06 Avril 2014

BECHET ET MÉDOC LE DUO DE CHOC........

IMG_5176.jpg

 Rémi Guyon s'applique à la tête du sérieux Béchet.

Entrée: 1/10ème Organisateur: Gard Toro. Présidence: Bruno Pascal. Droitiers: Guyon, Marquier Miralles, Vic (sort au 5ème contusion). Gauchers: Allam, Bouharghane, Ferriol, Oleskevich. Tourneurs: Labrousse, Lebrun, Lizon, Sagnier.

Course honnête aux Saintes mais plus de travail n'aurait pas nui. Castor termine bien la première partie, Béchet et Médoc sont au dessus quant à Éos il ne peut être jugé. Guyon est déjà affuté, Bouarghane et Allam travaillent, Ferriol plus à l'aise en seconde partie. Les autres sont trop discrets.

TRELUS (1er) à du mal à appuyer ses poursuites mais se rapproche des planches au fil des rasets surtout à droite son côté préféré. Son coup de tête lui permet de conserver ses ficelles. Un premier honorable avec 7 Carmen et retour. LIBER (2ème) affiche de suite de la vaillance mais aime la contre piste. Brouillon, il ne reçoit pas un travail qui lui permet de s'extérioriser même s'il se dresse après Miralles. Il rentre ses ficelles. 2 Carmen et rentrée. Il se livre avec franchise ce CASTOR (3ème) et les hommes lui font accomplir des séries rythmées. Aux ficelles il devient plus agressif en finition et ronge même du terrain sur le raset. Excellent sur la reprise il conserve une ficelle en musique jouée 6 fois.

Sans jouer les ténors, CARUSO (4ème) perd vite ses rubans. Doté d'un tempérament généreux, il ne pose pas de difficultés pendant quatorze minutes très volontaires. 6 Carmen et retour. Méchant, BECHET (5ème) cloue les cornes mais défend ses ficelles en deux minutes. Sérieux et placé, il contrôle, enferme Bouarghane à deux reprises et s'avère percutant dans un final enjoué. 6 Carmen et rentrée. Les degrés montent avec MEDOC (6ème) qui manque de rasets et saute seul mais aussi après Bouarghane. Les planches craquent sur Ferriol et se brisent le coup suivant. Après Guyon l'envol est spectaculaire etc il termine par deux grandes actions sur Ferriol. Il conserve un gland. 6 Carmen dont rentrée. Le taù, ÉOS (7ème) sort décidé. Rapide et fulgurant, il reçoit quelques rasets à blanc qui finissent dans le pourtour. Dix minutes ennuyeuses faute de travail car on sent qu'il en a sous les sabots.

les saintes-maries-de-la-mer,saumade,course camarguaise

Trélus en première position se jette derrière Rémi Guyon.

les saintes-maries-de-la-mer,saumade,course camarguaise

Liber second à la poursuite de Faycal Allam.

les saintes-maries-de-la-mer,saumade,course camarguaise

Castor en troisième position enferme dangereusement Nicolas Oleskevich.

les saintes-maries-de-la-mer,saumade,course camarguaise

Caruso en tête à tête avec Rémi Guyon

les saintes-maries-de-la-mer,saumade,course camarguaise

Béchet termine violemment aux planches après Joffrey Ferriol

les saintes-maries-de-la-mer,saumade,course camarguaise

Médoc se soulève derrière Faycal Allam

les saintes-maries-de-la-mer,saumade,course camarguaise

Eos ici avec Bouarghane n'a eu guère l'occasion de montrer ses capacités.

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir : Bouarghane (11)

Trophée des Raseteurs : Guyon (15), Oleskevich (5), Ferriol (4), Vic (4), Marquier (2)

08/10/2013

ISTRES *AVENIR*

 istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

Dimanche 6 octobre 2013 - Finale du Trophée de l'Avenir

ZIKO KATIF ET BANARU DU RHONE

istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaisesAprès une saison enthousiasmante, l'avenir de la course camarguaise promettait le meilleur aux arènes Le Palio d'Istres. Et le Toro club istréen, présidé  par Jacques Gazon, s'est démultiplié pour offrir un accueil sans faille aux afeciouna. Des installations idéales, une capelado rythmée à l'honneur des 50 ans de l'Association des éleveurs de chevaux camargue, et les meilleurs en piste. Le public a répondu présent en remplissant aux 3/4 les gradins.
Et les jeunes raseteurs ont donné tout ce qu'ils pouvaient.  La grandeur de la piste ronde a accru la difficulté pour des garçons qui ont montré de l'envie et du talent mais aussi de la fatigue accumulée. Ziko Katif est à la hauteur de sa notoriété mais pour lui aussi l'accumulation des courses et des coups reçus se fait sentir, même si jusqu'au dernier taureau, le Montpelliérain se fait un point d'honneur d'aller à la limite de ses forces. Mehdi Belgourari trop réservé. Gaillardet et Ciacchini bien dans la course.  R. Marquis hauteur de faits d'éclat dans son style kamikaze, mais physiquement diminué. Allam, Oudjit, Roig par moments. A noter, le travail soutenu aux ficelles et la bonne répartition droite-gauche. Bref, les moments d'émotion n'ont pas manqué mais pas le petit plus qui rend les courses inoubliables.

Côté taureaux même constat : les jeunes cocardiers (tous 8 ans, Monro 7 ans) ont eu du mal à se trouver dans la rondeur de la piste et leurs qualités cocardières ont accru la difficulté notamment dans une première partie de très bon niveau.

 istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

PHOTO AVEC JEAN-HENRY OUDJIT - VANTAREU (Guillierme) attaqué plein pot, chasse et a du mal à se stabiliser. Aux ficelles bien travaillées, il se défend en envoyant souvent sur les avant-bras. Une fois arrêté, sur sa 2e ficelle, par quelques actions poussées, notamment sur Belgourari, se fait dominateur et la rentre. 3 Carmen et retour.

 istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

PHOTO AVEC RUDY MARQUIS - ROUSSILLON (Plo), à grandes foulées avec quelques accélérations, il défend 2'30 les premiers attributs. Aux ficelles, le travail est régulier et bien réparti. Rudy Marquis par ses rasets engagés, se trouve souvent à la limite, dans les cornes. Roussillon anticipe Roig, Ciacchini pressé... Actions serrées sur Katif, Roig, Ciacchini. Près des barrières, Roussillon pousse dangereusement ses ripostes. La classe de Belgourari, le courage de Marquis sont mis à rude épreuve, et Roussillon rentre une ficelle. 8 Carmen et retour.

 istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

▲ PHOTO AVEC R. MARQUIS - BANARU (Le Rhône). - Rudy le kamikaze poursuit sur le même rythme sur les belles anticipations de Banaru, ça passe juste pour Gaillardet. Banaru cherche le bon placement mais n'en oublie pas les raseteurs. Longue traversée de Roig, Katif pose la main, la trajectoire s'allonge. Plus stable dans sa seconde partie de course, Banaru sait aussi de sortir de l'emprise des hommes. Katif est sur le bon tempo, Fouad rattrapé à la planche, Ciacchini dangereusement enfermé. Les ficelles rentrent.6 Carmen et retour.

 istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

▲ PHOTO AVEC MEHDI BELGOURARI - ROBINSON (La Galère) vadrouille lui aussi. Raseté sur ses déplacements, la course devient brouillon. Oudjit est obligé de se coucher. Les anticipations et les enfermées se succèdent, le cocardier permet les longues trajectoires. Mais les hommes marquent le pas (fatigue ?) et Robinson rentre facilement sa 2e ficelle. 5 Carmen et retour.

istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises► PHOTO AVEC GAILLARDET - MONRO (Bon) pas trop attaqué, se place et attend les blancs. Sollicité, il raccompagne à bonne vitesse et se cabre en finition. Il manque de percussion et la course se banalise. Philippe Gibert, président de course, motive et les primes augmentent. Les hommes se font violence et le rythme croît. Les coups aux planches s'enchaînent, le cocardier fait preuve de vaillance sur Roig, en bascule après Belgourari,  Katif, encore Belgourari. La première ficelle est bien ouverte mais rentre à 600€. 7 Carmen et retour.

ORION (Saint-Antoine) tamponne à tout va. Entrepris, il ne laisse rien sans réponse et se livre. Droite gauche, les hommes enchaîne, le taureau fatigue mais répond toujours coup pour coup. Belgourari , Katif dans les cornes. Coups de barrière Allam, Ciacchini. Une ficelle rentre. 6 Carmen et retour.

istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises◄ PHOTO SUR ZIKO KATIF

GARLABAN (Ricard) est déjà en contre-piste avant la sonnerie. Les blancs se grattent la tête. Katif, en leader et comme il l'a fait toute la saison, prend ses responsabilités. Le public tremble pour lui. Le raseteur boîte mais va défier ce barricadier incontrôlable. Katif l'embarque, Garlaban fracasse les planches, Gaillardet s'y met. Ziko insiste pour la cocarde, Garlaban emboîte le pas, et monte haut à la recherche du raseteur. Le dernier pétard est encore pour Ziko dangereusement taclé au niveau des reins haut sur les tubes. Les glands rentrent.
2 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER


 

istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

▲ ORION SUR CIACCHINI

▼ ORION SUR MARQUIS

istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

LES PRIX

istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

▼ Supporters de ZIKO

 istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

istres,finale du trophée de l'avenir,ziko katif,banaru du rhône,courses camarguaises

************************


29/09/2013

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *PRINTEMPS DES ROYALES*

Le club taurin Lou Bandot de Saint-Laurent-d'Aigouze a, au terme des sept courses du Printemps des Royales, élu la manade Laurent, vainqueur de l'édition 2013.

AIGUES-VIVES *AVENIR*

Dimanche 29 septembre 2013

 

DES SAUMADE CHEZ LI BAGNAT

 

aigues-vives,complète de saumade,course camarguaiseCastor enferme Belgourari

Entree : 3/4. Organisateur : UTPR Aigues Vivoise. Présidence : Didier Gaillard. Raseteurs : M Sanchez, JH Oudjit, R Bruschet, M Belgourari, I Benafitou , N Benafitou, C Clarion, C Miralles Tourneurs : S Rouveyrolles,  C Galibert ; F Curtill, F Lopez

 

L’Union Taurine Aigues Vivoise avec programmée pour la dernière de la saison une course complète de la manade Saumade alignant sept espoirs découverts durant la saison. Pour les affronter une bien belle équipe qui n’était pas venue pour faire de la dentelle et qui ne donna guère de répits aux trois premiers cocardiers de la première partie qui  résistèrent moins de vingt minutes. Bien que l’entracte ait été supprimée cause de temps menaçant, la course de pourra pas venir à son terme et prendra fin à l'issue de la prestation du quatrième, la pluie redoublant d’intensité.

Coutard en 1er ne tiendra pas la distance. Volontaire, les hommes le dépouilleront de son unique ficelle en cinq minutes durant lesquelles il a entendu sur des répliques serrées deux Carmen.
Même sort également pour Jacob, sorti second, qui bien que de battant comme un diable sera une proie facile pour des hommes plus que motivée.
En troisième Béchet sera le plus sérieux. Respecté une fois placé dans l’angle du portail, il en sera autrement que sous la présidence. Deux arrivées in-extremis sur N. Benafitou et trois jolies séries pour 4 fois les honneurs renouvelées à sa rentrée dépouillé.
En quatrième Castor, le finaliste des ligues de ligues 2012, fut le plus sérieux. Correctement positionné, il anticipe légèrement pour pousser ses répliques jusqu’au fil des barrières où seule la conclusion manque. Cédant sa première ficelle dans les dernières minutes, il conserve en musique, entendu six fois, et sous la pluie, la seconde..

CYRIL DANIEL

 

CASTRIES *AVENIR*

Dimanche 29 septembre 2013

KATIF ET LOU MAMAÏ POUR LE SOUVENIR MICHEL VOLLE

Entrée : 1/2 arène.  Organisateur : CT Le Trident.  Président : Nicolas Manchon.  Raseteurs droitiers : Cano, Ciacchini, Oufdil, Valette, Katif.  Gauchers : A. Benafitou, Lafare, Ouffe, Allam.  Tourneurs : Estève, Kerfouche, Fadli.  Fait marquant : une minute de silence à la mémoire de Gilles Arnaud et Patrick Castro.

Commencée avec un plein soleil, la remise des prix se déroule sous quelques gouttes mais les 7 taureaux ont pu courir. Trois se détachent, Colbert de Paulin 2e, Tenor de Saint-Gabriel 7e et Lou Mamaï d’Espelly-Blanc, 3e, qui s’octroie le prix. Chez les hommes, la course est menée par Allam, Ciacchini, Oufdil et Katif jugé meilleur animateur.

Fernando (Janin).- Remuant et brouillon, il pousse sur quelques poursuites. Katif pour la coupe, les glands et une ficelle. Neuf minutes.

Colbert (Paulin).- Un beau cocardier de caractère qui par quelques méchantes offensives au fil des planches, se fait respecter. Placé, il pousse fort après Ouffe, et bombarde en rafale sur A. Benafitou, Allam, Ciacchini. Mais se blesse à la bouche et rentre avec une ficelle à la 13e. 3 Carmen et retour.

Lou Mamaï (Espelly-Blanc).- Rapide dans ses interventions et volontaire, il passe le mourre sur Allam qu’il enferme un peu plus tard. Défend son terrain, se cabre sur Katif, conclut sur Oufdil. Oufdil allonge la trajectoire, Lou Mamaï est au rendez-vous. Gros coups aux planches sur Valette. Sérieux et cocardier, rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

A la reprise, les blancs jusque-là travailleurs mais avec du style, augmentent la cadence et pas toujours dans les règles.

Jupiter (Lautier).- Une rafale lui tombe dessus pour 1 minute trente les pompons. Raccompagne prestement Katif en musique et la 1re ficelle part à la 4e. Soumis à un rythme trépidant, Jupiter fait ce qu’il peut mais Allam abrège à 6’30.

Merlan (Saint-Pierre).- A fond les premiers échanges et sans ménagement. Puis calé au toril, le cocardier va donner du fil à retordre et compliquer les données. Alors Katif par des cites courts va le défier pour des ripostes engagées, Ciacchini se met au diapason, puis Allam pour des passes de classe. Mais Merlan durcit le jeu et rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Praviel (Guillierme).- Fougueux et brouillon - comme les blancs d’ailleurs - le jeune cocardier se fait prendre dans la tourmente. Il met beaucoup d’énergie à se défendre dans de longues séries parfois conclues. S’évade plusieurs fois. Puis frappe après Katif qu’il bouscule (Carmen), et rentre son unique ficelle.

Ténor (Saint-Gabriel, hp).- Leste malgré son beau gabarit, son agressivité impressionne les blancs qui le testent avec précaution. Car en plus de bien se positionner, Ténor enchaîne une dizaine de coups aux planches puissants et violents. Le plus impressionnant sur Allam. Rentre une ficelle au terme d’un très bon quart d’heure. 6 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Allam, 12 points ; Katif, 11 ; Ciacchini, 6.

23/09/2013

CODOGNAN *AVENIR*

Samedi 21 septembre 2013


OURANOS, GUYON ET GAUTIER SUR LE PODIUM

 codognan,trophée du rhony,courses camarguaises

Ouranos de Lagarde et Rémi Guyon

 

Entree : 230 personnes. Organisateur : Cté des Fêtes. Présidence : Alain Soubeiran. Raseteurs : A. Chekade, G. Perez, M. Sanchez, R. Guyon, M. Gougeon, A. Gautier

Tourneurs : M. Lizon, F. Curtil.

 

C’est en présence de la pena Mistral, des Cabidoules du Cailar accompagnées des Tabourinaïres de l’Estang de l’Or, de Régine Pascal et des gardians de la manade Lou Simbeu que les tenues blanches sont venues se présenter pour ce concours de manades Blatière – Nicollin – Lagarde servant de support au 5ème Trophée du Rhôny. On a pu y apprécier les prestations de Tarsier, Ouranos et légèrement en dessous Paniou, Intrépide et Césarion. Mais l’ensemble a manqué d’ambiance et est tombé dans la monotonie. Rémy Guyon très présent est suivi par Anthony Gautier, Marc Sanchez et Hicham Oufdil auteurs de bonnes choses tandis que G Perez er M Gougeon étaient venus faire le nombre.

 En premier Lino (Blatière Béssac) s’est positionné d’entrée aux planches d’où il n’est sorti qu’épisodiquement. Ainsi il rentre sa seconde ficelle sans trop convaincre.
En remplacement de Coudoum, Paniou de Nicollin affichera une belle combativité. Vaillant il s’engage sur les rasets en baissant la tête ce qui lui permettra de conserver ses ficelles en musique entendu déjà cinq fois. Ses répliques sont non dénuées d’intérêts et ses arrivées se font au ras des bois derrière Guyon, Gautier et Sanchez où il viendra même se lever.
Avant la pause, Tarsier de Lagarde n’était pas venu pour faire figuration. Légèrement anticipateur, vaillant et par-dessus tout finisseur (Guyon 5 fois ; Gautier 2 fois) le biou va parvenir à s’imposer sans difficulté aux ficelles qui resteront sa propriété. Il faut dire qu’ils n’ont guère étaient encouragés par une présidence avare de prime. C’est fortement applaudi avec le disque pour la huitième fois qu’il retourner au toril.

A la place de la vedette, Césarion (Blatière Béssac) n’avait plus rien à prouver du haut de ses 11 ans. Il enchaîne les rasets  sans forcer la cadence et en venant se lever derrière Guyon (2) et Oufdil. Seule la pression lui a manqué malgré un réveil de la présidence sur les primes. Il rentre avec le disque pour la quatrième fois, sa première ficelle à 200 €.
Intrepide de Nicollin  va répondre avec plus ou moins de régularité sur les sites. Essentiellement droitier, il va raccompagner Guyon, Oudil et Gautier jusqu’aux planches sans pour autant conclure. Avec les honneurs il rentre au toril ses ficelles.
Avant dernier, Ouranos (Lagarde) n’a rien d’un cyclope. Avec les yeux partout il s’engage avec ferveur derrière les tenues blanches qui oseront s’y frotter. Il enferme dés le départ ce qui rend la poursuite émotionnante notamment derrière les droitiers car à gauche le tourneur le fait trop souvent monter.  Malgré ses 5 ans, il tient la dragée haute aux hommes et entend pour la cinquième fois les honneurs à son retour au toril fortement applaudi porteur de don 2ème gland.
Pour conclure et hors points, Nizam (Blatière) ne fut que l’ombre de lui-même.  Positionné dés sa sortie au centre de la piste, il se contente le plus souvent de saluer. Est-ce le poids des années (11 ans), les coups endurés précédemment, ou simplement le manque d'envie ? Bref une fin de course un peu terne. Dommage.


Texte et photos

CYRIL DANIEL

 

codognan,trophée du rhony,courses camarguaises

▲ Tarsier - Guyon

▼ Paniou - Gautier

codognan,trophée du rhony,courses camarguaises

*********************


 

14/09/2013

VENDARGUES *AVENIR*

Samedi 14 septembre

Lillet ressort d’un très bon ensemble

vendlilletphmali.JPG

Un formidable engagement de Lillet sur Katif


Entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Katif, I. Benafitou, Oudjit. Gauchers : Allam, Gaillardet, Zbiri. Tourneurs : Bensalah, Ménargues, Lieballe.
Trois bons droitiers, trois bons gauchers et six taureaux intéressants, l’après-midi a été très agréable. Katif et Allam, très entreprenants, Lillet le plus complet des noirs.
Ventoux (Cuillé).- Attaqué d’entrée, répond avec fougue. Placement et déplacements bien gérés pour des séries tenues avec bravoure. Laisse son dernier bout de ficelle sur le gong dans un quart d’heure plein. 6 Carmen et retour.
Astérix (Bon).- Difficile à fixer, son côté fantasque fait réfléchir les blancs car en plus il tape de bon cœur. Tour à tour chacun est raccompagné aux tubes, déséquilibre I. Benafitou au saut, bascule. Belle longueur avec Ilias, et s’envoie avec vigueur sur Allam. Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.
Lillet (Ricard).- Premier raset, se jette sur Katif. Fait du large, se place et repart au combat. Katif et Gaillardet sont littéralement bombardés. Raccompagne I. Benafitou et Oudjit. Une série où il tire à répétition (Katif, I. Benafitou). A chaque action, il passe au moins le pitre pour 12 minutes le 2e gland. Cul aux planches, Lillet adore le long cite de Katif qu’il ponctue haut et fort. Rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.
Offley (Ricard).- Premier raset premier tampon pour Katif, puis Allam. Agressif, rapide, il repousse tous les assauts au-delà des planches. Lâche quelquefois quand les blancs abrègent la sortie du raset mais bien entrepris se livre avec une grosse série sur la fin. Garde sa 2e ficelle. 2 Carmen et retour.
Texas (Bon).- Ne tient pas en place longtemps et émaille sa course de beaux coups aux planches. Encore vert, se disperse parfois, mais conclut une série sur Gaillardet, bascule après Allam. Katif met le turbo pour la coupe, les deux glands et la 1re ficelle. Avec moins de percussion mais plus de placement, Texas termine sur Allam et une belle série pour finir. Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.
Joaillier (Cuillé).- A 6 ans lui aussi, il déploie beaucoup d’énergie empreinte de naïveté. Brouillon mais sans refuser la confrontation, tout en courant partout. Quelques belles et longues séries. A Katif la première ficelle, à Ilias Benafitou la seconde à la limite du temps. 3 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA


Trophée de l’Avenir : Katif, 21 points ; Allam, 17 ; Zbiri, 8 ; I. Benafitou, 7 ; Oudjit, 6 ; Gaillardet, 4.

12/09/2013

LE GRAU-DU-ROI *AVENIR*

Mercredi 11 septembre 2013

 ON EN REDEMANDE !

 grau-du-roi,avenir,course camarguaise

Nîmois sur Belgourari

 

Entrée : Archi Comble (gratuit). Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs : M Belgourari ,  I Benafitou, Z. Katif, R Marquis, J Ciacchini, J Gaillardet, J Martin. Tourneurs : C Galibert, N Noguera, E Lieballe, H Fadli. Fait Marquant : la direction accorde un Carmen général pour les taureaux, le bon travail des tourneurs et raseteurs.

 

Plus une place sur les gradins à l’heure où Jacques Valentin va appeler les tenues blanches à se présenter à la capelado ; des tenues blanches à féliciter  pour leur investissement et leur constance face à des cocardiers dont Aparicio, Nîmois, Pétrus, se sont distingués sans oublier Chamaco en premier et Perroquet qui a fini en faisant le spectacle.

 

grau-du-roi,avenir,course camarguaise

Photo avec R. Marquis. Chamaco (Vinuesa) a fait un bon premier sans jamais quitter le terrain des planches d’où il se jette dans la bataille  pour enfermer Martin (2) et Marquis et conclure derrière I. Benafitou, Belgourari (2) et Gaillardet pour rentrer au toril  en musique (entendue 4 fois) ses ficelles. Avec  Colibri (Cougourlier) changement de registre. Si l’on ne peut lui faire aucun reproche sur son placement, sur le reste.... Tantôt il lâche rapidement  tantôt il ne vient pas. Notons deux jolies poursuites dans un quart d’heure longuet au terme duquel il rentre en silence et sous quelques sifflets ses ficelles.
Avant la pause Aparicio (Rouquette) sort décidé du toril et va faire preuve d’une combativité à toute épreuve. Les rasets, qu’il anticipe légèrement, sont  raccompagnés jusqu’à la limite. A mi course l’enfermée sur Belgourari est à couper le souffle. A son aise aussi dans les séries, il défend et conserve sans forcer sa seconde ficelle dans une fin de course pétillante récompensée par sept Carmen. 
Dix minutes  brillantes pour Nîmois (Briaux) à la place de quatrième. Avec volonté il se montre présent sans flancher. Ses arrivées aux planches derrière Belgourari (3) Gaillardet (2) Katif (2) et Marquis sont venues agrémentées sa prestation récompensée par le disque qui avait tournée 6 fois en course. 
Platon (Nicollin)
ne va pas forcer la cadence. Au même rythme il prend les rasets sans conclure si ce n’est derrière Belgougari et Ciacchini qui voudront bien s’y attarder et se faire gratifier d’une jolie poursuite. Lui aussi reçoit Carmen  joué 4 fois à son retour au toril dépouillé avant la fin de son temps.

grau-du-roi,avenir,course camarguaise

Photo avec Katif. Avant dernier et ce fut sûrement la révélation de la journée Pétrus (Occitane). Volontaire, il affiche de belles dispositions. Il  s’engage fortement sur les rasets sans lâcher prise jusqu’aux planches, où, quand il ne se lève pas, vient menacer l’homme avec la corne. Raseté sans relâche sur la fin, sa course redouble d’intensité. Sept Carmen au total et les applaudissements nourris.

grau-du-roi,avenir,course camarguaise

Photo avec Ciacchini. En dernier Perroquet (Ricard) va assurer le spectacle à sa façon. On aime ou on aime pas. Quand il ne franchit pas les bois seuls (car délaissé ou pêché de jeunesse car seulement 6 ans) à huit reprises dont une où il surprendra le tourneur Lieballe, c’est un avion dans ses arrivées Katif, Belgourari et Ciacchini son principal adversaire. Ne cédant que sa cocarde il retourne au toril sous l’ovation avec les honneurs pour la quatrième fois.


Texte et photos
CYRIL DANIEL


11/09/2013

LE GRAU-DU-ROI *AVENIR*

Lundi 9 septembre 2013

CARMEN GENERAL  UNANIME

 le grau-du-roi,avenir,courses camarguaises

Hélios (Les Termes) et Mehdi Belgourari

Entrée : Archi Comble (gratuit). Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs : M Belgourari ,  N Benafitou, I Benafitou, Z. Katif, R Marquis, F Jockin, F Allam, JH Oudjit. Tourneurs : C Galibert, N Noguera, G Sagnier, O Menargues.

Fait Marquant : La direction accorde un Carmen général pour les taureaux, le bon travail des tourneurs et raseteurs mettant en exergue Mehdi Belgourari et Zakaria Katif.


A l’heure où tout le monde se plaît à dire que la course camarguaise est en train de disparaître à petit feu, preuve du contraire aujourd’hui dans des arènes du Grau-du-Roi archicombles en ce lundi de fête pour un concours de manades comptant pour le Trophée de l’Avenir. Il faut dire que tous les ingrédients étaient réunis avec une équipe blanche très entreprenante tirée par les deux vedettes du moment Mehdi Belgourari et Zakaria Katif et des taureaux, qui en ont tiré profit.  Comme quoi quand tous les ingrédients sont réunis, on se régale et à ce niveau là, les arènes du Grau du Roi n’ont plus rien à prouver.

 

En premier, Criquet (Raynaud) jouera son rôle à merveille. Face au travail assidu, il fait front en utilisant un petit coup de tête. Si par moment il a tendance à lâcher le raset, à d’autres il poursuit jusqu’à l’extrême limite en pointant la corne. Volontaire dans les séries, il enchaîne les rasets  avec bravoure. Porteur de sa seconde ficelle il rentre au toril avec les honneurs entendu 4 fois en course.

le grau-du-roi,avenir,courses camarguaises

Photo avec Katif - Lion (Blatière Béssac) démarre au petit trot mais très vite va passer la vitesse supérieure surtout dans ses arrivées où il va se lever une douzaine de fois sur Jockin, Belgourari, I Bénafitou, N Benafitou, Katif et Allam à qui il cédera sa seconde ficelle  à l’ultime seconde d’une prestation spectaculaire.
Pour conclure la première partie, il avait été fait appel à Filipoun de St Pierre qui sera la seule ombre de la course. Même s’il ne refuse pas grand chose, ses répliques sont brèves. Souvent éloigné des planches, il reste une proie facile pour les hommes qui le dépouilleront avant la fin du temps.

Après la pause, Vinum (Fabre Mailhan), brillant et volontaire ne résistera pas plus de sept minutes après s’être dressé aux planches derrière N. Benafitou et M. Belgourari au terme d’une belle poursuite serrée. Carmen joué 4 fois le raccompagne.
Hélios (Les Termes)
a souffert d’un manque de pression durant ses 12 minutes de présence. Avec un excellent placement et même s’il ne conclut pas, il élargit le cercle et tient les hommes en respect. Aux ficelles, avec la pugnacité des tenues blanches, Hélios va enchaîner les agressions au bois sur Katif, Belgourari, MarquisI. Benafitou. Carmen, entendu  cinq fois le raccompagna au toril.

 

le grau-du-roi,avenir,courses camarguaises


Photo avec Ilias Benafitou - Avant dernier, Quéribus (Daumas) du haut de ses 6 ans  et malgré plusieurs sauts volontaires a démontré des qualités notamment derrière les gauchers, qu’il affectionne tout particulièrement. Carmen le raccompagne porteur de sa seconde ficelle.

le grau-du-roi,avenir,courses camarguaises

Photo avec Belgourari - Pour conclure Marquis (Ricard)  va recevoir en tout et pour tout trois rasets, mais quels rasets. Après avoir effectué six tours de contre piste, Belgourari sera le premier à le citer  et main sur le frontal dés le milieu de la piste  se fera propulser sur les gradins dans une arrivée fracassante.  Renouvellement de l’épisode derrière Katif durant une dernière minute de course interminable. L’ovation raccompagne ce jeune biou, puisque âgé que de cinq ans, au toril avec la cocarde seulement coupée.


Texte et photos
CYRIL DANIEL