Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/05/2009

VILLENEUVE-LES-MAGUELONE : TROPHEE DE LA VIGNE ET DES ETANGS

Samedi 16 mai 2009

 

BIEN MAIS AURAIENT PU MIEUX FAIRE...

A 1.jpg
SAUVAJOT sur Aliaga.

a 3.jpgEnfin, il fait beau et malgré les orages de la veille qui lui ont causé beaucoup de soucis (piste inondée), la Section taurine est à pied d'oeuvre pour la première journée du Trophée de la Vigne et des Etangs. Fidèle à ses manades et à son équipe de raseteur, l'équipe de Sylvain Mestre est au four et au moulin pour satisfaire le public qu'elle espérerait plus nombreux mais Paris ne s'est pas fait en un seul jour.
Au niveau des satisfactions, le retour de la manade du Grand Salan. Bémol : les raseteurs n'ont pas trouvé le bon rythme et l'entente indispensable pour exploiter au mieux les qualités du bétail.

A l'appel du président Bruno Séguier défilent à la capelado : à droite Garcia, Miralles, Valette, Schuller ; à gauche, Sabde, Clarion et le local Aliaga ; tourneurs Sanchez, Causse, Molins, Zerti. Les plus en vue : Schuller et Aliaga.

Le Grand Salan avait amené Perignan (N. 910, 1er) qui, avec une bonne gestion de la piste, sans refus dont une série où il se chauffe en musique  produit huit minutes agréables. Le jeune Sauvajot (6e, N.301) encore vert, se livre avec quelques grosses conclusions notamment sur Aliaga. 8 minutes. 4 Carmen.

Les Baumelles propose Major (2e, N.127) qui sort avec du jus et s'envoie sur Valette. Vulnérable quand il veut tenir pied à tout mais dominateur quand il se place. Du caractère, oblige à la réflexion (enferme Aliaga, Carmen). Rentre ses ficelles en musique. Le beau Grevin (4e, N.052) montre du placement et une bonne vista. S'il se lance avec force et franchise sur le raset, il néglige la finition. Musique au retour avec ses ficelles.

Les deux taureaux de la manade Plo sont les plus intéressants. Porto (N.317, 3e) a un coeur énorme pour une débauche d'énergie. Un peu instable mais quelle volonté et gueule fermée s'il vous plait. 5 Carmen et une ficelle à la maison. Quant à Pagnol (312, 5e) quel punch ! Douze minutes où alternent les courbes allongées servies par Schuller, les enfermées sur Miralles, Aliaga, les coups de barrière après Sabde, Aliaga et des séries, des séries... 8 Carmen.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

A 2.jpg
Toujours SAUVAJOT, et toujours ALIAGA.

12/05/2009

VALLABREGUES *AVENIR*

Dimanche 10 mai 2009

EN TOUTE INTIMITE…

 Vallabrègues 10 05 012.jpg
BASILIC sur Maurel

Quatre vingt cinq entrées pour cette 3e journée du souvenir Jeannot-Cambi qui méritait mieux. Des taureaux qui tiennent la route et sur les six raseteurs présents quatre font leur maximum aidés de Lieballe seul tourneur. Maurel et Bonhomme sont les locomotives bien secondés par Estevan et Thierry.
BASILIC (Fabre-Mailhan) ouvre de façon tonique avec des réponses énergiques. Sérieux, il cède une ficelle mais juste avant la sonnerie. Franc, BELEU (Guillerme) se donne sans être bousculé. Sa tenue n’est pas toujours parfaite mais il est présent à l’arrivée et conserve ses ficelles. Méchant, JOUGLAIRE (Lagarde) effectue une promenade de santé et réintègre tous ses attributs après une envolée sur Lieballe et quelques approches de Maurel et Thierry. NOUVEN (Fabre-Mailhan) est vif et conclut toutes ses poursuites au ras des planches. Un classique très agréable. Vaillant, REVOLOUN (Guillerme) se donne des deux côtés avec conviction et du brio dans les séries. Lui aussi conserve ses ficelles. GALUS (Lagarde) est le seul à s’incliner avant la fin mais il termine de façon plaisante sans pour autant que l’euphorie ne gagne les gradins.

Texte et Photos Eric AUPHAN

Vallabrègues 10 05 059.jpg
REVOULUN sur P. Thierry

10/05/2009

AIGUES-VIVES - Avenir - 9 Mai

CONCOURS AMICAL ET AGREABLE

LANCELOT.jpg
LANCELOT de l' Occitane en action
Une petite assistance pour un bon concours, bien raseté par des hommes impliqués et appliqués.
Auzolle, Dumont, Guyon, Chig, Cartalade, Sanchez, Oleskevich, Fougères se retire au premier et Mebarek le remplace au quatrième. Curtil, Fouque, Lizon comme tourneurs.
FANFAROUNde Nicollin est un bon premier. Toujours bien plaçé il est vif sur les attaques et va parfois au bout. Rentre ses ficelles et entend six Carmen.
GOELANDde Cavallini, avec beaucoup de bravoure il ne laisse rien sans réponses et donne ainsi un bon change. Rentre une ficelle et aurait pu écouter les honneurs.
LANCELOTde l'Occitane est d'une belle présentation. Mais il montre aussi des qualités en sautant en finitions de certaines actions. Encore un peu tendre il est volontaire et entend six Carmen.
SEGURde Félix est pas facile à gérer. Promeneur il excelle sur les longs cites et pousse fort sur le raset. Trois Carmen.
FORTUNEde St Pierre a quelques bons principes vus sur des poursuites menées au terme. Sept minutes et musique.
RICHELIEUde Bon est un fantasque barricadier, c'est agréable pour onze minutes. Des Carmen.
MAMBO des Corrèges est trop peu raseté pour être jugé.
Texte et Photos Luc PERO

04/05/2009

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER : AVENIR

Dimanche 3 mai 2009

CHIG UN GUERRIER AU GRAND COEUR…

Les Saintes 03 05 080.jpg
ROGNONAIS sur Chig

rrrrr.jpgEntrée moyenne avec pas mal de touristes lorsque Bruno Pascal salue les droitiers Canales, Chig, Miralles, Ségurel et les gauchers Ferriol, Ruiz, Soléra secondés par les tourneurs Abbal, Duran, G Rado. Après une première partie tranquille la course prend du volume après la pause avec un Rubis qui blesse d’une pointe la main droite de Chig. Elle se termine avec le brio et la générosité de Rognonais. Côté raseteurs Chig est l’homme du jour et paye de sa personne. Loyal, il est bien secondé par Miralles et Ferriol. Canales dessine aussi de jolis courbes.

Pour la manade du Pantaï après un début très expressif, GOLIATH (1er) se réserve mais accélère souvent après Chig. Un premier qui manque de constance et durcit un peu trop sa fin de course. 2 Carmen et retour. A contrario RUBIS (4e) contrôle son territoire et ne laisse pas poser la main facilement. Ses petites cornes sont un danger dont Chig fera les frais avec une plaie à la main. Sérieux et convaincant il rentre un gland en musique.
Pour la manade Blatière-Bessac, FRELON (2e) pris au vire-vire s’expatrie en contre piste. En piste, il est lourdaud donc vulnérable mais attention il est volontaire et agressif contre les planches. 2 Carmen et retour porteur d’une ficelle. NAPOLÉON (6e) est craint mais après le round d’observation il se montre abordable mais gare à l’arrivée aux planches où ses sauts sont très engagés notamment après Chig. Du potentiel à revoir. 4 Carmen et rentrée lui aussi avec une ficelle.
Pour la manade Cavallini en vieux routier, LEBRAÙ (3e) connaît son métier jusqu’au bout des cornes. Un classique qui pour sa dernière saison s’incline sur la sonnerie mais avec les honneurs joués une fois en piste. Fracassant, ROGNONAIS (6e) termine la course par une quinzaine de gros engagements dont certains avec bris de planche. Son placement n’est pas génial mais sa combativité est étonnante. Ficelles intactes avec 9 Carmen et retour.


Texte et Photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir : Ferriol et Chig (4).

Trophée des Raseteurs : Miralles (8).

Les Saintes 03 05 019.jpg
LEBRAOU - Mirallés
Les Saintes 03 05 045.jpg
NAPOLEON - Chig
Les Saintes 03 05 074.jpg
ROGNONAIS - Ruiz

02/05/2009

CASTRIES : TROPHEE DES BRASERADES

Samedi 2 mai 2009

GUYON ET DIAMOND BIEN SUR !

Vsoltigeur-Valette.jpg
Le dernier coup... de VOLTIGEUR


Vitou.jpgLe 3e Trophée des Brasérades organisé par l'ATC Les Manades, bénéficie de tout le folklore qui va si bien avec la course camarguaise, cavaliers de Vitou, peña Mithra et La Pichoto Camarguo. Il récompense Guyon, l’animateur de l’après-midi, et Diamond, meilleur taureau. Avec la locomotive Guyon, on peut citer Aliaga et les autres par phases. Et si Diamond est justement récompensé, Malraux n’a pas démérité dans le style cocardier. Avant la remise des prix, Voltigeur de la manade Vitou Frères honore ses derniers rasets en musique avant une retraite définitive.
A la présidence Cyril Daniel salue les droitiers : D. Maurel, Guyon, Valette, les gauchers : Aliaga, Ferriol, Ouffe ; les tourneurs : Dunan, Molins, Lieballe, Lizon.
Hugo (Le Joncas).- En voilà un qui a besoin de pression et là il n’aura pas eu son compte. Du centre, il chasse, surveille tout, les hommes hésitent d’autant qu’il vient fort et avec la corne. Il rentre ses glands en silence.
Malraux (Vitou). – Se donne avec vigneur notamment à gauche pour des arrivées parfois serrées (Ouffe, Aliaga). Il brille sur les longs rasets de Guyon, Aliaga, enferme Valette, Ferriol. A la dernière minute, il faut le crochet d’un As, Ouffe, pour lever la 2e ficelle. Malraux rentre sur l’air de  Carmen (plus 4) chanté par le président (panne de sono).
Oufanous.jpgCancarel (Raynaud).- Placé, il se livre en force dans des enchaînements menés jusqu’aux planches. Utilise les angles et même s’il est un peu lourd sur la fin, il tape encore les planches et ne cède sa 2e ficelle que sur la sonnerie. 3 Carmen et retour.
Diamond (Lautier).- Sa vitesse d’exécution agrandit le cercle d’autant qu’il sait aussi finir (Guyon plusieurs fois), enferme Aliaga, serre Valette et Ouffe. Dans l’angle, il domine ses blancs sujets et rentre ses ficelles. 5 Carmen et le prix du jour.
Oufanous (Guillierme).-▲ Du cœur dans ses actions aux planches et des séries où il ne refuse aucune sollicitation. Avec 7 gros coups de barrière, il finit éprouvé mais a entendu 8 fois le disque en presque 15 minutes.
Le superbe étalon de Briaux, Gallicianais s’envole d’entrée après Guyon. Il est craint et personne n’ose ou ne peut  toucher sa tête. Il va vite, bombarde les blancs et fait sa loi jusqu’à la 11e minute. Puis, pris au vire-vire, il marque un peu le pas, mais sa cocarde n’est levée que sur la trompette par Aliaga qui trouve la récompense de tous ses efforts. 6 Carmen.


Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

Jeremy-Cancarel.jpg
CANCAREL sur J. Aliaga
Voltigeur.jpg
Bonne retraite !

20/04/2009

CABANNES : TRIDENT d'OR BLANC, 196 - RIBAUD, 195

Dimanche 19 avril

UN PETIT POINT D'ECART

Cabannes 19 04 063.jpg
GALANT sur A.Bonhomme


Environ 120 personnes dans les arènes de Cabannes à l’invitation du CT Lou Prouvenco pour cette course de première série du Trident d’Or. Sous la présidence de Jacky Faure défilent cinq raseteurs :  Bonhomme, D. Maurel, R. Mondy (à droite) et J. Chanat, Thierry (à gauche). Côté tourneurs, Euzéby suite à une blessure au genou sort au second taureau  et Lieballe assure comme il peut. Si en piste on évite la pluie, on n’évite pas les temps morts surtout aux ficelles. Les taureaux ont dominé et si à leur âge ce n’est pas plus mal, on n’a pu apprécier à leur juste valeur leurs qualités naissantes. Bonhomme leader des blancs tire la course avec Maurel très actif et  Chanat par moments. A eux trois ils sauvent un peu la course mais quel rendement auraient eu les taureaux avec une opposition adéquate ? De son côté, Thierry handicapé par une blessure fait ce qu’il peut. Mondy est trop effacé. Au final 196 points pour le trio de Blanc et 195 pour celui de Ribaud.

Pour la manade Blanc, CAMELOUN (1er) est plein de bonne volonté aux attributs. Agile sur de belles enfermées notamment à gauche il gère le combat à sa guise. Un premier difficile qui ne se laisse pas manœuvrer. 7 Carmen. Plus trapu, LOU SAUNIE (3e) est rapide et fait impression. Il se laisse embarquer dans quelques séries mais doit attendre le final pour faire apprécier son potentiel avec un grand coup de barrière en bascule sur Chanat. 3 Carmen. Le plus jeune CALINOU (5e) se jette bien dans le raset. Concentré il manque parfois de finition mais attention il est plein de ressources et se chauffe dans les quelques séries. 7 Carmen.

Pour la manade Ribaud, SAINT-REMOIS (2e) est plein de vaillance et prouve sur les séries qu’il a du cœur. Néanmoins aux ficelles il manque de pression pour donner le meilleur mais l’ensemble reste positif. 4 Carmen. MARLIN (4e) a du placement. Il semble nonchalant mais pousse sur les séries puis s’attarde en contre piste pour revenir regonflé et taper après Chanat. C’est sérieux avec 2 Carmen. Spectaculaire, GALANT (6e) ne fait pas de bonnes manières aux blancs qu’il poursuit avec agressivité jusqu’aux planches. Des arrivées percutantes non sans un placement très sérieux pour le final qu’il fallait. 9 Carmen.

Texte et photos Eric AUPHAN

Cabannes 19 04 003.jpg
CAMELOUN - J. Chanat
Cabannes 19 04 011.jpg
St REMOIS - D. Maurel
Cabannes 19 04 021.jpg
LOU SAUNIE - J. Chanat

 

19/04/2009

VENDARGUES

Samedi 18 avril 2009 : course complète de la manade Cavallini

 

CHENEBIER, TAUZIN, BELLAS MARQUENT L'ANNIVERSAIRE 

CHENEBIER - Sabde.jpg
CHENEBIER sur Sabde

Entrée : ½ arène. Présidence : Thierry Daniel.Organisateur : CT Le Galoubet. Raseteurs droitiers : Allouani, Garcia, Daniel, Fougère. Gauchers : Ibanez, T. Mondy, Sabde, Santiago. Tourneurs : Tourki, Benzegh. Fait marquant : une minute de silence est observée à la mémoire de l’épouse du raseteur Rodolphe Roux, décédée récemment.

Cette après-midi vendarguoise était placée sous le signe de l’amitié. Amitié et fidélité à la manade Cavallini qui mène ses taureaux à Vendargues depuis vingt ans et qui fête en même temps ses 25 ans d’existence. Amitié d’un club taurin qui a pris le nom de Galoubet, cocardier de la devise blanc, rose et bleu. Amitié encore entre Sabri Allouani et la famille Daniel à laquelle on doit la présence du raseteur en piste. Tout cela pour une course agréable à l’ambiance sereine de laquelle ressortent Chenebier, Tauzin et Bellas et le bon travail de Fougère jusqu’à sa sortie sur blessure musculaire (au 4e taureau), Sabde, et la maîtrise de l’As des As.

Goéland.- Avec quelques actions poussées, un sacré coup de tête et un peu de déchet dans les fins de rasets, il garde ses ficelles. 3 Carmen.

Cilaos.- Mobile, sans refus, il conclut ses enchaînements sur de belles accélérations (Fougère, Santiago, Sabde). Allouani l’embarque et il se soulève. 4 Carmen, retour avec ses ficelles.

Fier et costaud, Chenebier sait se ménager des temps de récupération pour repartir dans des poursuites puissantes. Ses plus beaux engagements sont pour Sabde au prix de chaudes enfermées. 7 Carmen et une ficelle gardée.

TAUZIN.jpgImpressionnant Tauzin qui est abordé avec (trop de) parcimonie. Quand il est provoqué (Allouani, Fougère, Sabde), les répliques sont puissantes. Tauzin a besoin d'un combat plus dense et plus soutenu. De fait, il ramène un gland et 3 Carmen au Mas de Pioch.

Le jeune Bellas c’est le chouchou de Laurent. Il a montré de belles qualités de vaillance et d’envie d’en découdre dans des séries où il se donne avec convoitise. En plus il peut conclure brillamment (Sabde, 4 fois, qui prend la 2e ficelle sur la sonnerie). Un bel espoir. 9 Carmen.

En revanche, Raimana n’exploite pas toutes ses qualités. Aveuglé par sa méchanceté, il tape à tout va sans discernement. Des enchaînements, conclusions brutales et sauts intempestifs lui permettent de garder ses ficelles (Garcia, Ibanez, Sabde), 4 Carmen.

 

Martine ALIAGA

CILAOS - Allou.jpg
CILAOS - Allouani
Vendargues 18 04 064.jpg
Vendargues 18 04 075.jpg
Arrivée difficile pour Fougères devant TAUZIN
BELLAS - Sabde.jpg 2.jpg
BELLAS l'espoir de la manade

Vendargues 18 04 109.jpg
Bandido de clôture
Vendargues 18 04 128.jpg
Le Club Taurin " Lou Galoubet ", la municipalité avec Mr le Maire
honore la manade Cavallini pour son 25ème anniversaire

 

13/04/2009

CAVAILLON : TRIDENT D'OR, NICOLLIN - BON

Samedi 11 avril

UN SAMEDI PAR TEMPS DE PLUIE…

 

 

Entrée :1/5 d'arène. Organisateur : CT Cavaillonnais. Présidence : Denis Rocarpin. Raseteurs droitiers : Chig, Moine, Maurel, Sanchez. Gauchers: Chanat, Ibanez, Ferriol, Martinez. Tourneurs: Duran, Lieballe.

trident0012.jpgCette première série du trident d’or s'est déroulée dans les petites arènes cavaillonnaises où la pluie n’a pas attiré la foule. Les quelques rayons de soleil nous sont venus des biou. Un Panadero  barricadier et un Roccio sérieux pour la manade Jacques Bon qui obtient 170 points et un bon premier Roch, et pour terminer un encourageant Imagié pour la manade Nicollin qui obtient 174 pts.

Roch (Nicollin).-  Nonchalant, son début de course est intéressant. Bien consenti par l’homme, il finit par des coups de barrières et sauts après l’homme notamment sur Chig, Chanat et Maurel. (2 Carmen + retour).
Finet (Bon).-  Brave au raset, en 2 minutes, on passe à l’unique ficelle. Chig lui fait deux rasets arrêtés et il vient finir cornes aux planches. Cependant, les blancs l’assaillent et il réalise 8 vaillantes minutes.
Panadero (Bon).- Généreux, les rasets arrêtés sont des offrandes qu’il récompense d’une dizaines de coups de barrières dont un énorme sur Chanat ou il traverse les planches.(3 Carmen + retour).
Stephan (Nicollin).- Toujours dans le terrain des planches, il se montre brave en acceptant tous les cites et en se bonifiant dans les séries.(1 Carmen).
Roccio (Bon).- D’un placement opportun, il attend les hommes et là peu de conquistadors s’y aventureront. Il réussira tout de même à montrer son moral et son côté barricadier dans un quart-d'heure de domination où il rentre ses ficelle.(4 Carmen + retour).
Imagié (Nicollin).-  Sa bravoure est mise à contribution dans une course qui s’améliore aux fils des minutes. Une dizaine d’arrivées, essentiellement sur les gauchers, sont appuyées ce qui déclenche le disque. (5 Carmen + retour).

ESTEVAN

 

06/04/2009

AUX PALUDS DE NOVES

 

 UN FINAL RICARDESQUE...

Paluds 05 04 087.jpg
ERIKA - Nabil Benafitou

Pratiquement le plein pour le club taurin des Paluds pour l’ouverture de sa temporada avec la complète de la manade Ricard dirigée sans anicroche par Sébastien Gonfond. Les cocardiers de Méjanes ont du sang parfois un peu trop mais en seconde partie ils nous embarquent dans une valse d’actions spectaculaires pour un final qui rattrape l’entame poussive. Côté raseteurs N Bénafitou est à la pointe du combat et pas avare d’efforts, le toujours jeune Cyril Garcia amène son expérience, Schuller amène sa technique et sa fougue, Lafare démarre bien mais cale aux deux derniers tandis que le prometteur Aliaga débute timidement mais finit très fort. Galibert plus en retrait participe mais doit s’avérer plus régulier. Ils sont aidés par les tourneurs Bensalah, F Garrido, Patou, Sanchez.Paluds 05 04 009.jpg Cœur fidèle et généreux ARDECHOIS ►(3 Carmen et retour) est un bon premier qui se donne sans faiblir pendant huit minutes très vaillantes. Désintéressé, LILLET fuit les hommes, saute et revient seul en piste. Il rentre sa cocarde (coupée) sans combattre. Autant sauteur, VICTOR (2 Carmen) est moins délaissé. Il arrive même à enclencher des séries ou sauts après l’homme mais l’ensemble est décousu car lui aussi se fatigue à revenir seul en piste. EROS (1 Carmen) a de l’envie mais toujours en mouvement il s’avère brouillon. Sur la fin il se cale un peu et c’est beaucoup mieux. Il rentre ses ficelles en musique. On monte d’un cran avec DJAMGOA (5 Carmen dont retour). Calme, sérieux, bien placé il se jette fort et se dédouble sur la reprise. Il maîtrise le combat en étant présent au départ et à l’arrivée. Pas spectaculaire mais terriblement efficace, il rentre une ficelle après une lutte intéressante. Plus mûr, KALHUA (5 Carmen et rentrée) joue le barricadier de service. Ses finitions très engagées ou ses sauts rageurs enchantent le public une douzaine de fois avec en plus un placement très cocardier. Il lâche la seconde ficelle guère après la sonnerie mais quel combat. Pas de marée blanche pour ERIKA (5 Carmen et retour) doté du plus petit physique et de cornes retroussées mais quel pétard. Il saute seul mais ses envolées après les blancs mettent les arènes en ébullition. Il placarde Bénafitou au toril, secoue Aliaga mal accroché, s’illustre aux planches après Schuller (4), Galibert (2), Aliaga (2) et Garcia pour un final Ricardesque !

Texte et Photos Eric AUPHAN

Paluds 05 04 035.jpg
DJAMGOA - Garcia
Paluds 05 04 090.jpg
ERIKA - Galibert
******************
FANTASQUES " RICARD "
Paluds 05 04 013.jpg
LILLET veut rentrer au toril par la lucarne !!!
Paluds 05 04 060.jpg
KALHUA se coince dans le burladéro !!!
*********************
ERIKA ET ALIAGA C'EST CHAUD
Paluds 05 04 081.jpg
Paluds 05 04 082.jpg
Paluds 05 04 083.jpg

11/10/2008

PALAVAS : LA COURSE

Dimanche 5 octobre : FINALE DU TROPHEE DE L'AVENIR

 

QUEL RABALADIS !

COYOTE REY.jpg
Julien REY le vainqueur et COYOTE de Caillan Bioù de l'Avenir 2008

 

Ce devait être la fête... et au final ce le fut quand même. Mais entre temps, quel rabaladis !

RABALADIS.jpgDès la capelado, cinq tourneurs entrent en piste alors que quatre avaient été nommément désignés conformément au réglement et écrits noir sur blanc dans la page de vendredi de Midi Libre et La provence, à savoir Duran, Lizon, Ranc, Rouveyrolles. Cuallado était donc en plus. Le temps de se retourner et le rpemier taureau est dehors. Flottement, le président de course Jacques Valentin arrête alors les débats. Cuallado doit sortir. Refus ! Les autres tourneurs sortent... les raseteurs arrêtent de raseter... discussions, palabres. La course reprend sans tourneur. Au seccond taureau, d'abord pas de tourneurs, puis les cinq... bronca des spectateurs excédés... Renégociations. Avant que ne sorte le troisième taureau, les discussions ont abouti à ce que les cinq tourneurs entrent en alternance... Tout ça pour ça !

MEGA.jpgEt au moment où tout rentre dans l'ordre, c'est l'électricité qui saute ou plutôt la ligne Carnon-Palavas... Le bouquet ! Heureusement que le président Valentin a de la ressource, que Vincent Ribéra se démultiplie et que les supporters de Caillan ont un mégaphone, la course continue donc au porte-voix. Après un long entracte animé par la pena Los Caballeros. La seconde partie est plus sereine avec quelques aller-retour micro-mégaphone, le temps que tout soit réparé. Au final, reste tout de même un peu d'amertume.

 

 

 

************************

LA CAPELADO

 

1.jpg
2.jpg
3.jpg
4.jpg
LA COURSE
CAMPARDIN de Jc Blanc
CAMPARDIN.jpg

TAUZIN de Cavallini
TAUZIN.jpg
COYOTE de Caillan
CO 1.jpg
CO 2.jpg
CO 2,5.jpg
CO 3.jpg
GITAN de Mermoux
GITAN.jpg

JOLI-COEUR de Fabre-Mailhan
JOLI.jpg

OMEGA de Ricard
OME 1.jpg
OME 2.jpg

PERICLES de Nicollin
PERI 1.jpg
PERI 2.jpg
Photos Luc PERO


04/10/2008

LE GRAU DU ROI - PALAVAS

 

CLASSEM copie.jpg
Classements0013.jpg
Classements0014.jpg

30/09/2008

LE PLAN D'ORGON *AVENIR*

Dimanche 28 septembre

UN SIECLE D’AFICION AU PLAN….. 

ca5ed9ad3a22c9822b38914d73738425.jpg
Les Lauréats PABLO et David Moine

   

Entrée: demi-arène. Organisateur: CT Lou Rami. Présidence: G Roccia. Raseteurs droitiers: Ayme, Dumas, Maurel, Moine, Roux. Gauchers: Ferriol, Ricci. Tourneurs: Duran, Lieballe, Rado.

1af3cf95f57804a1d4ee4483bf99f77c.jpgLe siècle des arènes consacre Pablo meilleur taureau (et de loin) et Moine meilleur animateur. L’aficion semble ancrée pour des siècles et des siècles avec les Arlésiennes et les gardians impeccables de prestance. Sans assister à la course du siècle on reste un peu sur notre faim d’une 2e partie qui baisse de régime. Ferriol (pas loin du prix) très actif est bien secondé par Maurel et Ricci.
Surpris aux attributs, QUINSOUN (Gillet) joue son rôle de premier et serre la garde aux ficelles avec quelques fusées. Une grosse action sur Ferriol et il  conserve une ficelle. 2 Carmen et retour.
SIFFLEUR (Cavallini) termine toutes ses poursuites contre les planches mais se distrait à les faire voler. Sa course est décousue mais quand il se concentre ça va au bout. Lui aussi garde une ficelle avec 4 Carmen et retour.
SEVERIN (Raynaud) a du répondant aux pompons. Certes, il donne facilement la tête mais ne s’incline qu’à la dernière minute d’une course pleine de franchise.
PABLO (Fabre-Mailhan) se chauffe au fil des rasets jusqu’à frapper fort après Ferriol (2). Aucun refus, du jus dans les reprises, des enfermées et deux sauts après Moine et Ayme. C’est tout bon. Cinq Carmen dont retour porteur d’une ficelle.
Vif, KEKE (Agu) se place et se déplace intelligemment. Moins incisif à gauche, à droite Maurel l’emmène deux fois au dessus des planches. Il se fait respecter et s’incline sur la sonnerie après une course où il ne fut guère avantagé. OSCAR (La Galère) délivre ses nominations d’entrée en sautant après Ferriol. Spectaculaire il s’avère facile sur le raset mais pas mal distrait. Trois actions aux planches et deux sauts après les hommes puis il réintègre le toril (sur boiterie) à la douzième en musique jouée 4 fois.
Franc, BARTABAS (Lautier) se donne sans vice pendant sept minutes rythmées avec des séries et deux percussions sur Moine et Roux. 3 Carmen et retour.

Texte et Photos Eric AUPHAN
767a985b2ea11dd659cda0985fdb0532.jpg
SIFFLEUR sur Maurel
28c9686421ac8f1d0b07eaca397c3097.jpg
KEKE sur Maurel
0566d6989287d72cd6902e445901f8b9.jpg
OSCAR et Ferriol
e2ad46676c797a565d1df8119d17bcd0.jpg
BARTABAS sur Moine
5ddce67fb0ae92d63ba04c11cf00ad43.jpg
BARTABAS et Roux

SAINT-ETIENNE-DU-GRES *AVENIR*

Samedi 27 septembre

LE REGNE DE RAMSES
NICOLAS VIOLET TRIPLE LA MISE

baefde5cc8a54d7a1d68ada14b7fe052.jpg

e638ae74fa2fd87c0a5b2237f5af8bc8.jpgOrganisée par le comité des fêtes de Saint Etienne du Grès la dixième finale du souvenir Honoré Tardieu enregistre une bonne entrée. La péna de Saint-Etienne du Grès à domicile met l’ambiance avant la course et quand défilent au paséo Ayme, Dumas, Gros, Lafare, Martin-Cocher, Rey et Violet accompagnés des tourneurs Patou et Ranc. La chaude lutte entre Violet, Lafare et Rey a entraîné une pression importante surtout en seconde partie rondement menée en 24 minutes. Martin Cocher tire les jeunes mais Gros et Ayme ont trop raseté par à-coups. Présidence sans encombre pour Philippe Gibert. Violet inscrit son nom au palmarès pour la troisième année consécutive tandis que Lafare est désigné meilleur animateur. Ramsès très craint remporte la coupe des espoirs du Trident d’or juste devant le vaillant Hérode.

MAJOR (Les Baumelles) offre une résistance intéressante pendant dix minutes avec un placement adéquat et des réponses parfois poussées après les droitiers mais son dernier tiers de course est plus décousu. Il rentre une ficelle en musique jouée deux fois.
BECASSON (Saint-Pierre) garde ses pompons quatre minutes mais perd la première ficelle dans la foulée sous l’impulsion de Gros. Par la suite tout le monde se calme et la seconde rentre avec les honneurs entendus à trois reprises.
Sans momifier les tenues blanches, RAMSES (Caillan) inspire la crainte. Il enferme Lafare puis tape après ce dernier. Il faut aller le chercher dans son terrain et il raccompagne au ras des planches. Il impose le respect et crée le danger même si sur la fin il est plus réticent. Il rentre un gland et reçoit 3 Carmen dont retour.
Dix minutes intenses pour HERODE (Joncas) débordant de vaillance et de combativité. Il frappe après Ayme et volontaire à l’effort il finit a mas. 6 Carmen et rentrée.
Vif sur les premiers rasets, BEAUCAIROIS (Chauvet) se jette à fond dans la bataille mais pêche dans le placement. Pourtant Rey l’attrape jusqu’aux planches mais la pression est telle qu’il subit pendant cinq minutes trente. 3 Carmen et retour.
29dde7cbc7fc4be70a34ed1cbcace645.jpgNonchalant, BASILIC (Ribaud) a des dispositions lorsqu’il saute et poursuit Lafare dans la contre piste. Obligé de s’envoyer aux tubes il frôle l’accrochage quand le bioù le bouscule d’un violent coup de tête au passage. Et Jérémy de s’exclamer : «Je peux aller brûler un cierge, il m’a fait drôlement peur». Par la suite les hommes en prennent la mesure et ne lui font guère de cadeaux. La victoire finale se joue sur la dernière ficelle et le bioù est obligé de s’incliner en huit minutes trente après une course aux points fatale. 4 Carmen dont retour. 
Il ne restait plus qu'à rejoindre la salle Pierre-Emmanuel pour la remise des prix avec bien sûr la péna de Saint Etienne du Grès.

Texte et photos Eric AUPHAN
71fc9e5e27201669b9173095a48e1f4c.jpg
HERODE et D.M.Cocher
6ad3a42f11f861d994b8651cfd2284a8.jpg
BEAUCAIROIS sur R.Gros
4608c8e90951632d1488cabb0d9633c7.jpg
MAJOR sur A.Ayme

 

21/09/2008

LE GRAU-DU-ROI * Avenir*

Dimanche 21 septembre
LAURIER LA SAVEUR EN PLUS
554500839112cdf97444fa5207af41dc.jpg
265cab2cc0f8297c9e614b7eb260fb6e.jpgJockin, Noguera, Schuller à droite ; N. Benafitou, Errik, Oleskevich à gauche ; et Bouchité, Fernandez, Mata, Tourki se présentent à la capelado, sous la présidence de Jacques Valentin.
Encore une belle entrée, un bon concours de manades, le navire graulen a décidément le vent en poupe. Janeiro, très attendu, n’a pu montrer son véritable caractère,  aucun raset ne lui a été proposé.
C'est presque devenu une habitude, de voir dans les gradins le demi de mêlèe de l'équipe de France et du Rugby Club Montpelliérain Julien THOMAS. Aprés Grégory COUPET, Jean CASTANEDA, Kader FERRAHOUI, Laurent CASTRO... c'est une présence bien sympathique dans nos tribunes.
Goliath
(Lou Pantaï).- Un bon premier, sérieux, qui change intelligemment de terrain pour protéger au maximum ses pompons. Quelques ripostes vives et dangereuses déclenchent le disque. Rentre une ficelle.
Augias (L’Argentière).- Il faut attendre l’attaque des ficelles pour que l’on puisse apprécier ses qualités cocardières. S’il se place bien, il sait aussi se dégager pour ne pas se laisser submerger. Certes, des absences, mais il rentre ses ficelles.
Khéops (Le Joncas).- Il paraît très facile le temps des principaux attributs. Puis, il élargit le cercle mais se prête volontiers au jeu des séries. Petit à petit, il se rend maître de la piste et rentre une ficelle. 3 Carmen.
Ramier (Siméon).- Beaucoup de sang chez ce taureau qui manque de travail aux ficelles et de ce fait ne trouve pas sa place. Errik imprudemment engagé traverse la piste avec le biòu mais avant la barrière,  le taureau lui inflige un coup de corne. Volontaire, Ramier se livre brillamment dans des enchaînements et récolte plusieurs Carmen.
Laurier (Ribaud).- Capable du meilleur avec des belles poursuites conclues dangereusement, la pression insuffisante ne lui donne que peu de chances de briller dans un premier temps. Puis, sous l’impulsion de Nabil Benafitou qui le provoque avantageusement,  la course du taureau va crescendo. Il rentre ses ficelles, après avoir entendu de nombreux Carmen.
Gaillardet (Saumade).- Craint, il n’est abordé qu’avec parcimonie et ne peut mettre en relief ses qualités barricadières. Malgré ce, il tape sur Schuller, Outarka, et traverse les bois après Schuller. Trois Carmen et ses ficelles au retour.
9895ec8307c2550e390ccfb11d7fc9cd.jpgJaneiro (Ricard, hp).- Rapide comme l’éclair et agile comme une panthère, il terrifie les tenues blanches. Ainsi, il ne reçoit aucun cite et peut rentrer fièrement en musique, sa cocarde primée à 800 euros. Sa réputation n’en est que renforcée, à quand la prochaine sortie.

Texte et Photos Luc PERO
4470249f1eeaa6d36af7145b525b2255.jpg
GAILLARDET sur Schuller

VALLABREGUES * AVENIR*

Samedi 20 septembre : finale du Souvenir Jeannot-Cambi

CABALLERO S'IMPOSE ET GAGNE

40844448b1fc0fd73fa68cbf869d31ba.jpg
CABALLERO le plus sérieux du concours

9fa26349710a9136d62e530cbf88660e.jpgLe CT Lou Vincen a soigné la capelado et la remise des prix pour cette finale du Souvenir Jeannot-Cambi. A l'appel de Georges Garcin, président de course, défilent à droite Maurel (sort à l'entracte, blessure à la main), Guyon, Biscarrat ; à gauche Sabde (sort après le 5 e , coup au tibia), Ibanez, Lafare, Thierry, Four et les tourneurs Rouveyrolles, Patou, Jorquera, Lizon. 
Tous les taureaux font le quart-d'heure et rentrent en musique. Et si les blancs confondent vitesse et précipitation au premier, Vivario, la rigueur et le placement des trois suivants Caballero, Rubis, Vidocq les obligent à plus de réflexion. Lillet (6 e ), craint, ne bénéficiera que de deux rasets. L'ensemble, avec les barricadiers   Macao et Colvert, reste intéressant.

Vivario (Saint-Antoine).- Disponible et volontaire, il se livre dans des séries plus abouties sur les droitiers, 5 Carmen. Une pause lui est accordée à la 10 e . A la reprise, Guyon s'engage et se fait déchirer le pantalon.   Moins participatif sur la fin, il sauve une ficelle.
Caballero (Guillierme).- Par deux enfermées sur Guyon, d'entrée il annonce la couleur. Gérant au mieux l'espace et ses temps de récupération, il tient les hommes en respect par ses offensives conclues au ras des planches comme sur Guyon dont il fauche le pied. Termine comme il avait commencé en se jetant méchamment après Biscarrat, puis en l'enfermant sèchement. Ficelles au toril. 6 Carmen.
Rubis (Lou Pantai). – Il ne met que quelques secondes pour se placer. De là, il faut s'engager, alors la riposte est sèche et sévère accompagnée d'un coup de tête où les cornes (petites mais dangereuses) jouent les faucilles. Rapide il garde son 2 e gland jusqu'à la 12 e . Les ficelles rentrent.

Vidocq (Lautier).- Toujours le long des planches, c'est par de vives réactions (sur Four, Sabde, Biscarrat) qu'il défend 581d31f2e9010ebf42a00120c0474a2b.jpgses attributs. A mi-course, calé, les hommes lui servent de beaux rasets courts (Four, Sabde, Guyon) qui déclenchent sa charge. Un bon cocardier qui garde une ficelle avec 6 Carmen.
Toujours au trot, Macao (La Galère) se dresse pour peu que l'homme s'engage et reste avec lui. Il se chauffe, et enchaîne de gros coups aux planches (Biscarrat, Four, Sabde). Après une minute de repos, il termine fort sur Sabde et Biscarrat. Une ficelle à la maison, 10 Carmen.
Lillet (Ricard).- Craint pour sa vitesse et ses envolées soudaines, Lillet est admiré de loin. Alors, il chasse, saute, attend et re-saute.   Guyon est le seul à essayer (12 e et 14 e ). C'est tout !
Colvert (Didelot, hp).- Il se donne franchement dans des poursuites rapides et tape à l'arrivée jusqu'à basculer après Biscarrat. 4 Carmen et une ficelle sauvée.

Martine ALIAGA

Les prix: sur la saison, Bastien Four et Verdaoù d'Allard ; pour la finale, Rémi Guyon et Caballero de Guillierme.

97900107cc6c4ef782292f5ddd2a3461.jpg
MACAO le barricadier du jour
Photos Luc PERO

14/09/2008

MAUGUIO *AVENIR*

Dimanche 14 septembre : 50e finale du Trident d'Or

"LA GAMBARDELLA" A LOULOU

6939422a00efe2faf488b0e6b6ea9178.jpgLe CT Le Trident et le Comité du Trident d’Or ont mis le paquet pour fêter ce 50e anniversaire de la compétition. Capelado (duo de Séverine et Quentin, Arlésiennes, gardians de l’Aurore, peña Lou Pati) et remise des prix soignées. Entre les deux, la course ne restera pas dans les annales même si les Nicollin sont supérieurs avec Trélus, le plus complet. Louis Nicollin le tient son Trident d'Or... sa "Coupe Gambardella" (Ndlr: ancienne Coupe de France des juniors en football)  que les "rouge et vert" avaient déjà gagné en 70 et 87. 
Devant une demi-arène, à la capelado défilent Rey, Fougère, Guyon, Noguera, R. Mondy, Maurel, à droite ; Sabde, O. Ruiz, à gauche et les tourneurs Baccou, Fernandez, Curtil, Lizon. Freddy Sabde fait plaisir avec la manière, Rey et Guyon mènent la course, ce dernier se montrant infatigable.
Les trois Guillierme ont eu du mal à trouver leur place dans la piste melgorienne,  notamment Parpaioun (4e).
Tourtoulen (1er).- Sans se fixer prend les rasets à la traverse, se désintéresse parfois mais peut aussi se montrer dangereux à la planche, surtout à gauche (Sabde, deux fois). Sur la 2e ficelle, il se laisse encercler par les blancs et s’échappe en contrepiste. 8 minutes, 2 Carmen pendant.
Parpaioun.- Il court, il court, et saute seul ou dans la foulée, et papillonne d’un homme à l’autre. Les ficelles au toril.
Jol (6e).- Brouillon, il peut sauter après l’homme et s’il vient bien dans le raset, il lâche souvent en cours de route. 7 minutes. 1 Carmen en cours.
657da36c3c792dc5fd959028e8b94b96.jpgLe trio de Nicollin avec un bon placement et de l’envie participe avec rythme, notamment Trelus qui apporte un peu de difficulté.
Emir (2e).- Volontaire, il se livre le long des planches, un peu dépassé quand ça va trop vite. Quand on lui laisse le temps, les ripostes sont poussées (Sabde, Rey). Cité arrêté, Sabde se voit gratifié d’une superbe conclusion. 8 minutes, 4 Carmen plus retour.
Palunié (3e).- Se livre pour une minute les rubans. Placé, franc comme l’or, il ne refuse rien. Sabde l’emporte avec lui pour de beaux mouvements. Sur la 2e ficelle, ouverte, il se révolte et se fait plus guerrier. Mais Rey abrège à la 13e. 2 Carmen plus retour.
Trélus (5e).- De l’envie, du placement et de la vivacité dans les poursuites. Enferme Noguera, tape après Maurel, enferme Fougère à plusieurs reprises et met la corne après Guyon. Il permet les beaux gestes (Sabde), plus quelques arrivées serrées après Rey ou Mondy. Assurément le meilleur du jour. 5 Carmen et retour avec ses ficelles.


Texte et photos Martine ALIAGA


LES PRIX
Trident d’Or : manade Nicollin
(représentée par Jeoffrey Barbeyrac), 200 points
Trident d’Argent : Guillierme, 166 points.
Meilleur taureau de la finale : Trelus de Nicollin.
Meilleur taureau de la course des Révélations : Gastaboï de Guillierme.
Des prix aux bayles des deux manades.
 Meilleur raseteurs : T. Dumont.
Meilleur animateur de la finale : Sabde.
Médaille de la ville de Mauguio à Bernard Jimenez, président du Trident d’Or.

09/09/2008

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER *AVENIR*

Dimanche 7 septembre

 

AYME DANS SON JARDIN…

f52ee058450a85d975b9ffa42a0ef189.jpg

 

Entrée 1/8e d'arène. Organisateur: Gard Toro. Présidence: Bruno Pascal. Raseteurs droitiers: Ayme, Chig, Dumont, Fougère, Miralles. Gauchers: Ricci, Ruiz. Tourneurs: Curtil, Rado, Rouveyrolles.

Difficile de ressortir emballé mais côté raseteur seul Ayme à domicile et dans son jardin mérite le souvenir Guy Aubert. Fougère et Miralles (souvent en danger) essaient de suivre. Saint-Gillois coopératif est désigné meilleur taureau devant un Mirabeau coriace mais Typhon plein de jus est délaissé. Présidence irréprochable de Bruno Pascal.
dcc07d417e218c6c5bedc37eb337a3b0.jpg◄ Concentré sur les départs, TARNEGUE (L’Amarée, photo avec Ayme) néglige la finition aux attributs (5 minutes) puis se bonifie aux ficelles et les conserve sans être inquiété. 2 Carmen et rentrée.
Vaillant au possible, le jeune MARQUIS (La Vaunage) a des principes et se donne franchement mais cinq minutes seulement. 1 Carmen.
940ffacdb0aef67ec79bea8480142a24.jpg► Imposant physiquement GOELAND (Cavallini, photo avec Fougère) gère sans subir un seul instant. Il ne laisse pas de plumes dans la bataille et rentre un gland en musique c’est tout dire.
Mobile, MIRABEAU (St Pierre) pose problème quand il se cale et seuls Ayme, Fougère et Miralles essaient de le mettre en valeur pour l’obtention de la 1ère ficelle mais elle rentre. 2 Carmen et retour.
Vif, aux aguets, TYPHON (Brestalou) engendre une forte dépression en piste. Les attributs aux gauchers sur les déplacements et malgré son envie de combattre on reste notre faim. Ficelles intactes et Carmen de domination mais sifflets pour les blancs.
La troupe reprend du moral avec le franc ST GILLOIS (Les Baumelles) qui la joue cocardier placé et décidé sur les séries en 14 minutes ponctuées d’une enfermée interminable sur Miralles parti à l’aventure. 2 Carmen et rentrée.
Volontaire, KENAVO (Salierenne) se laisse raseter pendant huit minutes et passe le mourre au dessus des bois quand on lui laisse sa chance. 4 Carmen et retour. Un après-midi qui nous a paru bien long.

Texte et photos Eric AUPHAN

 

 

08/09/2008

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *AVENIR*

Dimanche 7 septembre : finale du Printemps des Royales

 

HEUREUSEMENT SABDE 

6a1f98e092e962346f10e38522d210c7.jpg

Freddy Sabde et Joli Coeur

Tous les ingrédients étaient réunis pour faire de cette 13e finale du Printemps des Royales un succès. L'ambiance particulière créée par l'expérimenté CT Lou Bandot, la typicité de la placette saint-laurentaise, le public... Et de fait, l'environnement est parfait. Reste que la course n'a pas décollé, l'équipe des raseteurs s'en tenant un minimum syndical. Heureusement  Freddy Sabde s'est démultiplié, il a été le seul à répondre aux attentes. Le gaucher a fait tout ce qu'il fallait pour faire briller (avec l'aide de son tourneur Baccou), les autres (Noguera, Bonhomme, Grammatico, T. Mondy, Rey, Valette, tourneurs Fernandez et Molins - qui se blesse au premier) se contentant généralement des reprises.
Dans ce contexte, la première partie est longuette.
Héracles de Lagarde défend sa querencia devant le toril, par des séries de temps en temps poussées après Sabde,  avec plus ou moins  de réserve au fil des minutes. Rentre une ficelle.
Franklin de Cuillé n'est pas facile à manoeuvrer. Costaud, parfois distrait, mais puissant dans ses ripostes. Sabde le cite pour des arrivées aux planches émotionnantes. Rey s'y met. Les ficelles rentreront.
Volontaire, Générous de Nicollin mène la course le long des planches et met du rythme dans ses réponses permettant les beaux gestes. Les ficelles au toril.

On attendait avec impatience, Joli Coeur (Fabre-Mailhan) mais on restera sur notre envie. Craint, le cocardier de Mailhan n'a pas eu à forcer pour impressionner ses adversaires. Cul dans les planches, il ne reçoit que des rasets à blanc pendant dix minutes. Avec lui il faut s'engager et là il s'envoie puissamment. Comme après Valette, Grammatico, Rey, sur lesquels il se dresse méchamment de toute sa puissance jusqu'à basculer. Ficelles imprenables.
Tout en mouvement et au petit trot, Césarion de Blatière-Bessac, se chauffe dans les séries où il poursuit jusqu'au ras des planches. Il se livre aux blancs qui le déshabille en sept minutes.
Le plus intéressant de la course est Levant de Saumade. Le plus jeune aussi : 5 ans. Sans refus, il met dangereusement la corne à l'arrivée. Au fil de ses 13 minutes, il acquiert du placement et se fait de plus en plus pressant aux planches jusqu'à se dresser après l'homme. Des qualités.... à suivre.
Palunié de Mailhan termine au mieux permettant de rester sur une bonne impression. Pour peu qu'on l'intéresse correctement, il conclut fermement aux planches pour une douzaine de superbes actions dont au moins deux magistrales et une où il casse les planches. 

Reste que la remise des prix est magnifique avec tout le décorum mais aussi l'émotion quand Charles Chanat - dont les supporters d'Aigues-Vives, banderole à l'appui, avaient fait le déplacement - a reçu témoignage de l'affection que lui portent les Saint-Laurentais (et les autres). Il vole un peu la vedette à Freddy Sabde, l'autre gaucher qui lui aussi à su par son courage et sa passion transmettre au public.

b813c26547937df149463774a751ff0e.jpg

 

La manade Fabre-Mailhan est victorieuse du 13e Printemps des Royales avec sa course du 6 avril
Meilleur taureau de la finale : Levant de Saumade
Meilleur raseteur de la saison : Charles Chanat
Meilleur raseteur de la finale : Freddy Sabde
Hommage à Jacqueline Guédan, fidèle des gradins saint-laurentais
Hommage au bénévole Vincent  Mangeon, jeune trésorier du CT Lou Bandot
Bouquet à Frédéric Lescot qui mène les abrivado-bandido
Coup de coeur à Charles Chanat, en tenue de raseteur,
qui bien qu'amaigrie après son terrible accident à Aigues-Vives,
semble maintenant retrouver cette joie de vivre qui le caractérise

 

Texte et photo Martine ALIAGA 

03/09/2008

NOVES *AVENIR*

Dimanche 31 août

CHAPEAU NABIL !

2325b1657a4e4016fef087a45e66ea05.jpg

 

Le plein pour le club taurin L’Encierro de Noves lorsque défilent les raseteurs N. Benafitou, Biscarrat (qui sortira au  4e), Bournel, Grammatico, Ruiz, Savajano, Schuller, Thierry accompagnés des tourneurs Jorquéra, Ménargues, Martinez et Bensalah toujours prêt à relancer son gaucher Nabil. Alors chapeau Nabil Benafitou qui met du cœur à l’ouvrage pour animer une course difficile où les cocardiers ont souvent fait la loi. Grammatico fait parler son expérience et Bournel tente beaucoup en vain. Beaucairois, Courlis et surtout Garland sont raides, Cassieu spectaculaire et l’aérien Janeiro est ahurissant. Excellente présidence de notre ami Claude Bressy.
VIENNOIS (Ribaud) gère avec calme et appuie sur les rasets engagés notamment pour la première ficelle et rentre la seconde en musique. 2 Carmen.
Décidé, BEAUCAIROIS (La Galère) tamponne Bournel et Biscarrat d’entrée. Un pétillant bioù qui  se dégage bien et frappe volontiers quand on s’engage vraiment. Il joue des cornes au contact et excusez du peu, il rentre sa cocarde seulement coupée. 6 Carmen et retour.
COURLIS (Chauvet) serre, enferme, se tient près des bois et se défend bec et ongles sur les séries. Cocardier, il impose le respect sans lâcher un pouce d’espace et conserve un gland. 5 Carmen et retour.
Encore un os avec GARLAND (Les Baumelles). Un instinct de chasseur qui fait avorter nombre de rasets. Bon pied mais surtout bon œil, il fait le vide. Bénafitou  sera le seul à vraiment tenter (cocarde et 1er gland, 12e) tandis que Thierry s’offre le second gland sur la sonnerie. Un sacré client avec 5 Carmen dont rentrée.
Une douzaine d’actions ou sauts pour le vigoureux CASSIEU (Didelot) notamment après Benafitou qui mal accroché s’en sort bien. Une débauche d’énergie spectaculaire mais une rentrée prématurée sur blessure (14e) porteur de ses ficelles. 5 Carmen et retour.
A 6 ans, LUCIFER (Lautier) n’est pas un diable. Certes vif mais inexpérimenté il soutient la comparaison avec énergie mais un manque de finition. Rentre une ficelle avec Carmen.
Vient JANEIRO (Ricard) connu pour ses fantastiques envolées. Le sable des arènes devient comme celui de la plage de Copacabana sans une carioca. Vide de tout occupant et sans âme qui vive. Rien ou presque si ce n’est 4 ou 5 rasets de loin jusqu’à l’ultime seconde où Benafitou s’élance, coupe la cocarde et décolle avec le bioù bien au dessus des tubes pour l’action du jour voire de l’année. Et Carmen de résonner longtemps pour les deux héros alors que le manadier s’empresse de remettre le bioù sur pattes après qu’il soit retombé sur le dos en contre piste. Quel final!

Eric AUPHAN
af3362de2e31f56411629692e127d6f5.jpg
 

01/09/2008

ARAMON *AVENIR*

Dimanche 31 août

 

PALMARES DU BIOU D'ARGENT

1er - Rémy Guyon  - Meilleur animateur : Freddy Sabde

Meilleur taureau sur les deux courses : PABLO de Fabre-Mailhan