Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/04/2015

CODOGNAN * TROPHEE DE L'AVENIR *

 

codognan,course camarguaise

Samedi 25 avril 2015

Grenat, Belgourari, Bouhargane
remportent le 7e Trophée du Rhony

 

codognan,course camarguaise

Grenat de Cuillé et Mehdi Belgourari

Marquant l’anniversaire de l’inauguration de la réfection des arènes et organisée par le Comité des Fêtes, les clubs taurins locaux (La Ficelle et Les Enganes) et la Commission des Festivités, ce concours de manades comptant pour le Trophée de l’Avenir s’est avéré fort plaisant avec une première partie relevée par la prestation de Givalon mais marquée par la blessure du tourneur Christophe Galibert et une seconde partie agrémentée par Othello et surtout Grenat.
A la capelado, en présence du groupe de traditions "Lou Pantaï Di Camargo", de la pena Los Marineros et des gardians de la manade Robert H, ce sont 12 tenues blanches (8+4) qui sont venues saluer la présidence. Malgré une piste refaite de neuf durant l’intersaison, honneur doit être fait aux hommes d’avoir raseté sur un sol jonché de trous et bosses nécessitant à deux reprises l’intervention du tracteur réparateur et du cylindre pour damer le sable devenu trop meuble. Dans ce contexte, on ne peut pas leur jeter la pierre face à une baisse de régime notamment aux ficelles de certains cocardiers. A un moment donné il faut être réaliste, à l’impossible, nul n’est tenu.
 
Pour la manade Blatière Bessac :
En premier position Sisley (n°408) sans cesse en mouvement va chercher les fautes des hommes pour se mettre en valeur. Dès la 3e minute, il tamponne derrière Christophe Galibert (tourneur) attardé à la planche. Ce dernier blessé (coup de corne à la fesse et plaie à la tête) sera évacué en milieu hospitalier. Par la suite, le biou va se dresser aux bois sur Bouhargane et J. Martin et anticiper derrière Guyon qui ne pourra aller à la tête. Un premier récompensé par un Carmen quelque peu tardif.
En 4e position, Dingo (831) va défendre ses principaux attributs durant quelques minutes de pagaille. Aux ficelles, c’est avec une jolie vaillance mais avec plus ou moins de régularité qu’il va répondre tantôt en stoppant rapidement tantôt en venant passer la corne. En musique, jouée un fois il retourne au torail après avoir cédé sa 1re ficelle à la dernière minute.
En dernier et hors points, Goupil (n°917) va faire de son mieux durant 10 minutes face à des hommes qui lui ont rapidement pris la mesure face à son peu de difficulté. Le Carmen final (pas nécessaire) récompensant sa volonté.
 
codognan,course camarguaise◄ PHOTO GIVALON
ET MONTESINOS

Pour la manade Cuillé,
à qui le prix de la journée aurait pu revenir sans contestation au lot de taureaux présenté en ce jour, Givalon (n°504) en deuxième position va se laisser manœuvrer le temps des principaux attributs (4’). Puis changement radical de comportement. Positionné contre les planches il se lance sur le raset avec vivacité et accélère à l’approche des bois,  où il se dresse derrière Montesinos (2), Belgourari (2) et Guyon. Sur la fin, anticipe et enfermer sévèrement Bouhargane. Ouf ! Porteur de ses ficelles, âprement défendues, il regagne le toril.
Avant dernier Grenat (n°952) est porteur d’espoirs. Certes lourdaud, manquant parfois d’avant, ses qualités sont indéniables. La bravoure, la volonté, la hargne et surtout les finitions sont au registre de ce jeune élément du Mas des Pavillons. Après avoir tamponné Bouhargane (2), Gougeon (2), Montesinos ou encore Guyon, il va sauter aux trousses de Bouhargane (2) et Belgourari. Il sauve sa 2de ficelle reçoit les applaudissements nourris sous l’Air de Bizet pour la 5e fois.
 
Pour la manade Nicollin et en 3e position, Saladin (n°679) n’a pas de tenue de piste mais, ce n’est pas pour ça que les hommes vont s’y jeter dessus. C’est dans les moments de pression, parfois défaillants, qu’il va se mettre en valeur dans ses arrivées aux bois  sur Belgourari (2) Guyon et Martin. Il conserve sa 2de ficelle et entend 3 Carmen, retour inclus.
codognan,course camarguaise► PHOTO OTHELLO
ET BOUHARGANE

Quant à Othello (n°702, 6e) avec une régularité parfaite et en toute franchise, il va enchaîner les rasets, se permettant même de se signaler aux planches où il se dresse. Bouhargane (2), Belgourari (2) se feront ainsi raccompagner. Après avoir cédé sa 1re ficelle, la seconde, autour de la corne,  retourne au toril aux accents de Carmen  pour la sixième fois.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Entrée : Grosse demi-arène. Organisateurs : Comité des Fêtes – Club Taurin La Ficelle – Club Taurin Les Enganes  - Commission des Festivités. Président : Alain Soubeiran. Raseteurs : D Bouhargane – M Gougeon – M Belgourari - J Martin – C Miralles (sort au 3e) -  R. Guyon – G Montesinos – Ch Clarion
Tourneurs : S Fargier – M Lizon – F. Lopez – Ch. Galibert (sort au  premier)

25/04/2015

BAILLARGUES *TROPHEE DE L'AVENIR*

Samedi 25 avril 2015 - Complète de Guillierme

Les blancs sans concession

Baillargues,Avenir,Guillierme,course camarguaise

Jérémy Soler, entreprenant et adroit,
rasetant le plus souvent dans le bon sens

Entrée: 150 personnes environ. Organisateur: CT Le Sanglier. Président: Thierry Tosas. Raseteurs droitiers: Cadenas, Charrade, I. Benafitou, Marignan, Moine (rentre au 3e), Soler. Gauchers: Méric, Zbiri. Tourneurs: Grando, Joseph, Lieballe, Abbal.

Trop de précipitation dans l’équipe blanche égale travail bâclé, cocardiers gâchés voire blessés, spectateurs mécontents et grosse colère des manadiers. Hubert et Christian Espelly élèvent la voix pour défendre leurs taureaux, cela calme un peu des hommes qui n’ont guère fait appel à leur talent tout au long de l’après-midi. Certes les Guillierme étaient remuants mais quand bien même! Dans ce malstrom, Jérémy Soler ressort pour son assiduité, dans le bon sens le plus souvent.

Rigau. - Pas de placement mais beaucoup de fougue. Victime de la précipitation des hommes, il réintègre à la 3e minute sur blessure au-dessus de l’œil.

Pense-te.- Tout feu tout flamme, les hommes ne lui laissent pas le temps de respirer. C’est une déferlante qui lui tombe dessus jusqu’à l’intervention des manadiers. Après, c’est plus calme. Pense-te a du cœur, il se dépense sans compter, jusqu’à serrer Zbiri. 9’30. 2 Carmen en cours.

Saint-Omer.- Lui a de l’expérience et sait se sortir de l’emprise en occupant tout le terrain. Vaillant, il prend une multitude de rasets maladroits pour 3 minutes les premiers attributs. Quand ça chauffe, il repousse tout le monde et change de terrain. Une fois posé, il s’engouffre dans des séries bien menées où il pousse après Zbiri, Marignan. Conserve une ficelle. Agréable. 3 Carmen et retour.

Paveu.- Il engage tout son beau gabarit dans les poursuites. Le rythme des blancs est toujours aussi trépidant, et sans se poser, Paveu répond inlassablement. Montre des qualités quand il sort en force sur le premier raset, une grosse vaillance et même fatigué, se bat jusqu’à rentrer sa 2e ficelle. 3 Carmen et retour.

Gravihous. - Attentif, rapide, un peu plus stable, il pousse ses actions au ras des planches (Soler, Charrade). Tenant mieux son placement, il se fait davantage respecter même si les séries de reprises ne laissent guère de place aux beaux rasets. Ne cède sa 1re ficelle qu’à la limite du temps. 4 Carmen et retour.

Baillargues,Avenir,Guillierme,course camarguaise

▲ Aroujo après Ilias Benafitou

Aroujo.- Premier raset, premier pétard. Puis, au trot, il choisit son adversaire selon la qualité de son engagement. Du coup, il ne se laisse pas submerger. Franc et offensif, il bombarde Ilias Benafitou, Cadenas. Sans s’enflammer, il envoie quelques scuds bien frappés, la corne à l’affût après Cadenas et Soler. 12 minutes de qualité. 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Trophée de l’Avenir : Soler, 22 points; Marignan, 11; Cadenas, 10; Méric, 4 ; Charrade, 4; Zbiri, 2.

19/04/2015

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE * Trophée de l'Avenir *

Samedi 18 avril 2015 - Printemps des Royales : les Nicollin

A armes égales

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise

Un brillant Rostang sur un raset appliqué de François Martin

Entrée : un bon 2/3. Organisateur : CT Lou Bandot. Président : Thierry Cure. Raseteurs droitiers : Cadenas, Marignan, F. Martin,  Soler, Charrade. Gauchers : Aliaga, Méric, Robert. Tourneurs : Ull, Khaled, Jockin, Grando.

La promotion 2014 des Ligues (Marignan, F. Martin, Charrade, Méric, Robert), plus deux raseteurs Avenir (Cadenas, Soler) et Aliaga, As, oeuvrant dans l’esprit. Des taureaux de Nicollin de 7, 6 et 5 ans…  Plus un président Thierry Cure qui ne gaspille pas les Carmen, prime, ou pas, au bénéfice de ce que les cocardiers peuvent supporter, et veille au bon déroulement des duels... Un vrai casting d’Avenir pour une vraie course de Printemps.

Au final, Major ressort d'une première partie fade pour une seconde partie plus étoffée avec Utaka (4e) même s'il n'est pas encore en patte, la bravoure de Bayard et l’esprit bagarreur de Rostang (ou Roustang), chaque raseteur apportant sa pierre à l’édifice.

Vougaïre : Remuant, il évite le combat, pour un long quart d’heure.

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise PHOTO Major et Geoffrey Robert
Major :
Attentif, placé, sérieux, travailleur. Il place quelques bonnes accélérations où il engage le mourre à l’arrivée. 3 Carmen et retour.

Jourdan : se livre sur une multitude de rasets, pousse après Cadenas à la limite. Mais les enchaînements ont raison de lui en 7 minutes.

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise PHOTO Utaka et Joachim Cadenas
Utaka :
au début, sort en force et ponctue méchamment sur Marignan mais se calme vite pour répondre mollement. Des séries conclues cabré sur l’estribo (Martin, Soler) ou coups aux planches Cadenas, Soler (2 Carmen). Mais fatigué, se réserve et rentre une ficelle.

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaisePHOTO Bayard et Jérémy Soler
Bayard :
droite-gauche, sa bravoure est de bon augure. Tel un métronome, il est toujours d’attaque et les séries se succèdent. Manque un peu de détermination mais ses 13 minutes sont agréables. 5 Carmen et retour.

Rostang : remuant, sauteur et un caractère bien trempé. Les gradins s’animent sous les séries menées tambour battant où sa méchanceté corse les débats. Certes du temps perdu en contre-piste mais des tampons rageurs aux trousses d’Aliaga, Méric, Martin. A Robert, la 2e ficelle à la trompette. 5 Carmen et retour.

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise◄ Artiste et Jérémy Aliaga
Hors points, 10 minutes, Artiste, un petit tau de 5 ans, fougueux et coléreux. Aliaga le fait briller à  plusieurs reprises et il termine cabré sur Charrade. Des Carmen.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Trophée de l’Avenir : Robert, 12; Martin, 11 ; Soler, 9 ; Cadenas, 8 ; Charrade, 6 ; Méric, 4 ; Marignan, 2.

▼ ROSTANG
sur Méric ▼ sur Aliaga et même sur Jockin

 

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise

 

 

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise

 

saint-laurent-d'aigouze,les nicollin,printemps des royales,course camarguaise

********************

 

13/04/2015

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *TROPHEE DE L'AVENIR*

Dimanche 12 avril 2015 - 20e Printemps des Royales

BECHET CHEF DE FILE
DE LA COMPLETE DE SAUMADE

saint-laurent,saumade,courses camarguaises

Bechet et Clarion

Avec le beau temps et la circulation sur la route de la Mer, on aurait pu croire que les arènes, accolées a l’Eglise et servant d’axe aux bars, allaient enregistrer un plein pour la complète de la manade Saumade entrant dans le cadre du Trophée local du Printemps des Royales. Mais, fausse illusion, puisqu’à peine la 1/2 des gradins étaient garnis à l’heure où les 12 tenues blanches (8+4) suivie de Magali Saumade et son fils Emmanuel, sont venus saluer la présidence
De cette course, composée de  3 taureaux de 8 ans, et 4 taureaux de 6 ans (et oui, bien que nommée Printemps des Royales, la course est au Trophée de l’Avenir), si Béchet (4e) a tenu sa place, se sont fait également apprécier Llorca (1er), Génépy (2e), Baucis (5e) et Carabin (6e) et ce malgré un travail pas toujours approprié des hommes qui chacun dans leur style ont cependant distillés tout de même de beaux rasets.
saint-laurent,saumade,courses camarguaisesPHOTO Llorca et Soler
Llorca
(n°705) : Calmement et dans forcer le rythme, il va céder ses principaux attributs en 2’. Aux ficelles, ses réactions sont incisives  et terminées au fil des barrières notamment derrière Soler, Fougère (2), Ibarra et Méric. 14’30 récompensée par le disque qui avait tourné 4 fois. Génépy (n°740) : Surpris, cocarde et gland vont partir en 1’30. Ensuite, positionné ¾ piste, les choses vont se corser. Ses répliques sont vives et les rasets se font au compte-goutte. Sanchez, Clarion, Soler, Méric l’entraîneront avec aux dans des poursuites serrées. Six Carmen au total et les ficelles au toril.
Juste avant la pause, Tobias (n°972), en remplacement de Liber (n°726) va alterner entre déplacements et sauts (9) dont un aux trousses de Méric. Sur le raset,  pas toujours à son avantage, il a tendance à lâcher rapidement.
Avec Béchet (n°720), la musique va changer. Un placement irréprochable et une régularité parfaite dans ses répliques, à droite comme à  gauche. Mais, c’est aux ficelles (4’10) que le biou va passer la vitesse supérieure. Outre ses finitions avec la corne sur Ibarra (2), Fougère ses réactions sont limpides et il se dresse aux planches derrière Fougère et Ibarra avant de les franchir derrière ce dernier à l’ultime minute. Des Carmen pendant (7) ainsi qu’à sa rentrée porteur de sa seconde ficelle.
saint-laurent,saumade,courses camarguaises◄ PHOTO Baucis - Roig
Des qualités, aussi chez Baucis (n°997) Calme et toujours bien  positionné. Sanchez (3), Méric (4), et Soler l’amèneront  dans des poursuites qui déclencheront le disque  7 reprises rejoué à se rentrée après avoir cédé sa 2sde ficelle sur la trompette.
Avant dernier Carabin (n°982) va durant ses 9 minutes subir la pression des hommes qui ne lui feront guère de cadeaux. Il parvient toutefois à se mettre en valeur dans ses arrivées à la limite où il passe la corne (Fougère, Soler) ou se dresse (Roigt, Ibarra).
Pour conclure et  hors points, Rigau (n°994) en a sous les sabots. D’une énergie à revendre, d’une méchanceté débordante, il se jette sur tout. Il saute et même les portes de la contre-piste ne l’arrêtent pas. Quand il est en piste, les hommes le regardent. Il fuse pour s’éclater contre les planches. Les hommes essaient de la prendre par défaut mais en vain. Avec sa cocarde à 200 €, il regagne le toril en musique. A revoir avec son énergie canalisée et dans un autre contexte.
Texte et photos
CYRIL DANIEL
Entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT Lou Bandot. Présidence : Aurélien LAGET
Raseteurs : Rémy IBARRA - Jérémy SOLER - Dimitri FOUGERE - Thomas ROIG - Jeoffrey ROBERT - Mervin MERIC - Christophe CLARION - Marc SANCHEZ
Tourneurs : Jean-René GRANDO - Benoit JOSEPH - Frédéric JOCKIN - Patrick RANC.
 

12/04/2015

CABANNES *AVENIR*

Dimanche 12 avril 2015

UN GALANT PEU AIMABLE…

Cabannes 12 04 52.jpg

Galant (Manade Saint Germain) percutant après David Sabatier.

Entrée: ½ Organisateur: CTPR Lou Prouvenço Présidence: F Ginoux Droitiers: Gautier, Marquier, Moine, Pradier, Sabatier, Sabot Gauchers: Aliaoui, Matéo, Martin Cocher Tourneurs: G Rado, Savajano, Tortel.

Heureusement que les anciens Martin Cocher et Sabatier en avaient sous la semelle car ils ont affronté les difficultés du jour avec beaucoup de conviction. Les autres sont trop intermittents. La première partie est tranquille et la seconde monte en intensité avec la prestation sérieuse de Vargas, l’agressivité de Végas et le pétard de Galant. Ce denier est à revoir avec plus de travail. Présidence impeccable du nouveau venu Florian Ginoux.

Vite dépouillé des rubans, RIQUET (Fournier) fait preuve de vaillance face à la pression blanche et tape après Moine. On pense qu’il va lâcher prise mais il ne s’incline que sur la sonnerie avec les honneurs joués une fois en piste. Corpulent, FOLCO (Bon) n’est pas avantagé par son poids. Volontaire et lancé il peut sauter comme après Moine mais plus le temps passe et moins il est réactif même s’il reste sauteur après les droitiers. Il conserve ses ficelles sans convaincre. Sans placement, PACHA (Laurent) subit la vague blanche. Assailli, il se réfugie en contre piste seul ou après l’homme. Une sérieuse enfermée après Martin Cocher et il se positionne mieux mais il s’incline avant le terme. Un Carmen et rentrée.

Rapide, VARGAS (Lautier) crée la difficulté. Son placement et sa vélocité freine les ardeurs. Sabatier et Martin Cocher prennent les commandes et ce dernier lève la cocarde après de longues minutes. Aux ficelles les primes montent mais elles restent sa propriété. Un sérieux partenaire qui reçoit Carmen au retour joué à trois reprises. Barricadier quand l’opportunité se présente, VEGAS (Bon) c’est le jackpot aux planches. D’entrée il percute Marquier, saute après Gautier et se jette sur tout. Il canalise son placement et puissant bascule après Sabot. Aux ficelles, il domine, accepte une série et termine par un coup de barrière après Aliaoui. 6 Carmen et rentrée. Décidé, GALANT (Saint Germain) sort avec du pétard. On sent la braise sous les sabots mais les hommes hésitent. Moine essaie et se fait percuter à la planche. Délaissé il saute seul une demi-douzaine de fois puis une série débloque la situation sans qu’on touche la tête. Martin cocher coupe la cocarde à la dixième et la lève à plus de 200€ deux minutes plus tard dans une action fracassante. Il termine en bascule après Sabatier qui lève le premier gland sous les bravos. A revoir plus travaillé. 3 Carmen et retour. Difficile de passer après Galant mais DOGUE (Laurent) chasse et fait le vide. Il se dresse après Sabatier et accélère à la sortie du raset. Matéo lui fait accomplir quelques sauts aux barrières et Pradier se fait enfermer sèchement dans un final agréable. 3 Carmen et rentrée.......

Cabannes 12 04 2.jpg

Anthony Gautier à la tête de Riquet (Manade Fournier)

Cabannes 12 04 3.jpg

Folco (Manade Bon) se dresse derrière David Sabatier

Cabannes 12 04 10.jpg

 Pacha (Manade Laurent) s'engage après Yohan Pradier

Cabannes 12 04 17.jpg

Vargas (Manade Lautier) pointe les cornes après Martin Cocher

Cabannes 12 04 30.jpg

Végas (Manade Bon) explosif aux trousses de Benjamin Sabot

Cabannes 12 04 39.jpg

Galant (Manade Saint Germain) se soulève après David Moine ci-dessus 

et Damien Martin Cocher ci-dessous

Cabannes 12 04 49.jpg

Cabannes 12 04 57.jpg

David Sabatier en périlleuse situation avec Dogue (Manade Laurent)

Texte et photos Éric AUPHAN

Trophée de l’Avenir : Pradier (6) Sabot (2)

Trophée des Raseteurs: Martin Cocher (18) Marquier Sabatier (7) Moine (5) Aliaoui Gautier (3)

11/04/2015

MAUGUIO *TROPHEE DE L'AVENIR*

Samedi 11 avril 2105

La complète d'Anne et Yves Janin tient la distance

mauguio,complète de janin,course camarguaise

Lucas Faure s'applique sur la ficelle de Carca

Entrée : 150 personnes environ. Org. : CT Lou Biòu. Président : Jacques Roumajon. Raseteurs droitiers : Faure, R. Mondy, Charrade, Ciacchini. Gauchers : Clarion, Fouad, T. Mondy. Tourneurs : Beker, Noguera, Kherfouche.

Dans le cadre de la 5e journée fêtant le jumelage entre le CT L’Abrivado de Saint-Rémy-de-Provence et le CT Lou Biòu, la complète de la manade Anne et Yves Janin a passé en revue sa jeune génération de cocardiers à la présentation irréprochable. Une course très sérieuse jusqu’après le 4e, Rex, et pleine de promesses pour les trois derniers âgés de 5 ans.

Faure, Ciacchini et Charrade à droite rasètent assidûment et dans l’esprit pour une gauche un peu au ralenti. Mais Lucas Faure s’illustre dans les plus belles actions.

Yucca.- Les rubans volent rapidement sur ses mouvements. Mieux positionné aux ficelles, dans les séries, il sort en force sur le premier raset et enchaîne. Quelques enfermées et parfois une anticipation pour 12 minutes sérieuses. 3 Carmen et retour.

Oceano.- A 6 ans, il ne tient pas en place mais pointe les cornes après Faure puis Fouad. Fonce aux trousses de Ciacchini, Faure rentre les fesses. Petit à petit tient son placement, enchaîne sans rien lâcher et peut envoyer les cornes en finition. 10 minutes les pompons. Affiche une forte présence sur les beaux rasets de Faure. Et rentre fièrement ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Postier. - Une fois placé, il fait parler sa vitesse et arrêté, seuls Faure et Ciacchini tentent le coup. Complique le jeu en changeant de terrain et en “montant” sur les tourneurs. Suberbe raset de Faure, conclu avec fougue. Rentre aisément ses ficelles. 1 Carmen et retour.

Rex.- Le plus expérimenté de la complète se livre à fond. Sans jamais se poser totalement, il est toujours d’attaque pour enchaîner, enfermer ou taper droit en conclusion. Du rythme pour 12 minutes de valeur. 7 Carmen et retour.

Quimper.- Un vrai bébé de 5 ans. Tout surpris par le rythme, il ne tarde pas à s’évader plusieurs fois. Prend les rasets de passage. Plus fatigué, se tient dans les planches, répond aux cites mais n’a plus de forces pour s’imposer. 12 minutes.

Au même âge, Carca attaque par une grosse série où il répond avec cœur. Met de la conviction dans ses poursuites. Le rythme imposé lui est dur mais il appuie sur Charrade et joue des cornes après Faure. Se tient le long des planches, concentré, force et enchaîne. Rentre une ficelle. 6 Carmen et retour.

Milord (hp).- Moins sollicité, il aura moins l’occasion d’afficher ses qualités mais l’anticipation qu’il déclenche après Ciacchini est un bon point sur sa carte de visite. Deux séries et une conclusion, les glands rentrent avec 3 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Faure, 23 points ; Charrade, 19 ; Ciacchini, 15 ; Fouad, 1.

 

08/04/2015

WEEK-END DE PAQUES - 30 ANS DE LA MANADE PLO

Dimanche 5 et lundi 6 avril 2015

Tchin Tchin !

manade plo,courses camarguaises2015, la manade Plo fête ses 30 ans. En ce week-end pascal, l'élevage de Pontevès était sur tous les fronts avec 17 cocardiers qui couraient en Languedoc et en Provence. L'occasion de faire le point avec le pélot Jean-Louis.

Dimanche, vous aviez sept taureaux à Remoulins, lundi sept taureaux à Aramon, plus Ramier à Mouriès, Ulster à Cavaillon (dimanche) et Ucco à Beauvoisin (lundi). Ce fut un week-end particulièrement chargé pour la manade ?

J.-L. PLo : Oui, j'ai fait appel au maximum d'amateurs. Ils étaient tous là, sans eux cela n'aurait pas été possible. Les taureaux sont un peu compliqués à manipuler en pays mais tout c'est bien passé.

Quels sont les cocardiers qui vous ont le plus séduit ?

Sur les deux courses complètes, j’ai sorti trois générations de cocardiers (nés en 2006, 07, 08). Les taureaux dont les noms débutent par “U” sont nés en 2008, ils étaient en Ligue l’an passé. C’était une première pour eux à l’Avenir. A Remoulins, Sérapis a été sérieux, il a donné le ton à la course. Triton confirme son potentiel, bien aussi Targueur et Ursin prometteur. Les jeunes raseteurs ont bien joué le jeu et collaboré.
A Aramon, cela a été un peu plus compliqué avec une grosse équipe d’hommes. Sergent en premier a dominé malgré la pression, Scampi confirme et Tavel fait un très bon 6e. De plus Ramier est bien passé à Mouriès, Ulster aussi à Cavaillon et Ucco à Beauvoisin. Les 17 cocardiers ont entendu Carmen à leur sortie.
 
La manade fête ses 30 ans avec de nombreux taureaux en devenir, où en est-elle pour les plus aguerris ?
Prêts pour le Trophée des As, nous avons Roussillon qui d’ailleurs devrait sortir à Lunel, Quassard prévu à Vendargues et Ramier qui a attaqué à Mouriès, lundi. En cette année anniversaire, nous sommes satisfaits.

 

PROPOS RECUEILLIS
PAR MARTINE ALIAGA

 

BEAUVOISIN *TROPHEE DE L'AVENIR*

Lundi 6 avril 2015 - Challenge André et Michel Barban
 
Présage et Oudjit sur le podium

beauvoisin,présage,course camarguaise

▲ L'envolée de Présage (Lagarde) sur Zbiri

beauvoisin,présage,course camarguaise

  Jean-Henri Oudjit et Mandarin

Public peu nombreux mais public connaisseur en ce lundi pascal (une petite ½ arène) pour le Trophée local « Challenge Michel et André Barban » mettant en compétition sept taureaux issus d’élevages différents. Chez les hommes, au nombre de 8 auxquels étaient venus s’adjoindre 4 tourneurs, le trio J.H. Oudjit, J Soler, R. Ibarra par sa constance et son application mérite la mention. M. Gougeon  et  D. Fougere furent plus en dent de scie. Quant aux autres ……..
En premier, Sauroum (Martini – n° 429) bien que connaissant les ficelles du métier, se laisse piéger par la horde blanche  en quête d’attributs. Aux ficelles, positionné aux planches, c’est plus appliqué. Serre Ibarra, Soler et Fouad dans un quart d’heure de bon premier au terme duquel il conserve une ficelle.
Avec Fonfon (La Vidourlenque – n° 413) c’est du classique. Volontaire il fait légèrement le pas pour s’engager sur le raset. Derrière Oudjit, Soler et Gougeon, le disque retentira sur des échanges collés serrés. Conserve sa 2nde ficelle après avoir cédé la première à la dernière minute. 
Quelle bravoure et quelle volonté chez Ucco (Plo – n°8046) qui sans jamais baisser de rythme mais seulement la tête va faire front pour parvenir à conserver sa 2nde ficelle après avoir sauté aux trousses de Soler (qui le privera de la coupe, de la cocarde et d’un gland), Fouad, Gougeon et Oudjit. Carmen au retour pour la 4e fois.
Juste après la pause, la course va monter d’un petit cran avec Mandarin (Cuillé – n°519). Si ses principaux attributs sont défendus en totale instabilité, changement de registre aux ficelles où des angles, il surveille. Ne se laissant pas enfermer, n’acceptant pas les reprises il rentre ses ficelles avec les honneurs  entendu 4 fois sur les trajectoires sur Oudjit, Fouad et  Ibarra.
Alors que la majorité des gens était venue pour voir Cupidon (Cavallini), il était remplacé par Frigolet (n°625) du même élevage. Face au rythme qui lui est imposé, les principaux attributs restent dans le crochet d’Oudjit en moins de 2 minutes. Consenti à la même cadence aux ficelles, il se signale sur des arrivées sur Soler et Ibarra. Une petite dizaine de minutes récompensées par les honneurs pour la 4e fois.
Avec Présage (Lagarde – n°807) rien n’allait être gagné d’avance. D’un air élancé, semblant courir sur des œufs, les hommes vont, bien que méfiants, en prendre confiance. Et là, le biou va enclencher la vitesse supérieure. Après avoir franchi les planches calmement mais non sans risque derrière Gougeon, il va littéralement s’envoler sur Fouad (8e) ,  et Zbiri (13e) qui seront rejoints sur les tubes. Rasetable cependant sans s’endormir, il tourne au toril sous les applaudissements nourris en possession de sa seconde ficelle.
Pour conclure et hors Point, Brenus (Occitane – n° 944) en a sous les sabots même trop pour sa place de septième et pour cette piste, trop étroite pour lui. Positionné au long des planches, d’un calme olympien il surveille. L’engagement se fait avec force jusqu’aux planches qui ne semblent pas être obstacle pour lui. Pour preuve cette envolée inattendue à la poursuite de Fougère ou ses coups de butoir derrière Méric, Oudjit, Ibarra et Soler. Carmen, 2 ou 3 fois en piste rejoue à son retour au toril avec ses ficelles.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
 
Organisateur : CT L'Aficion Beauvoisinoise.Entrée : Petite ½ arènes
Présidence : SAEZ Michel. Raseteurs : J. Soler – JH. Oudjit – R. Ibarra – M. Gougeon – D. Fougère – M. Méric – E Fouad – S. Zbiri. Tourneurs : S. Fargier – JR. Grando – E. Lieballe -  B. Joseph

30/09/2014

MONTFRIN *AVENIR*

Dimanche 28 septembre 2014

LA DER DU POUGAOU

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT Lou Pougaou. Président : Luc Allemand. Raseteurs droitiers : Cadenas, Vic, Grammatico, Sanchis. Gauchers : Marquis, Gougeon, Thierry. Tourneurs : Estevan, Estève.

Pour sa dernière, l’équipe à “La Chenille” a tenu à fêter la despedida de Véran d’Allard. Quelques rasets en démonstration, puis il part vivre sa retraite. Cette course n’a pas vraiment décollé, malgré les efforts de Cadenas, Gougeon, Sanchis. Pour le bétail, Epervier a donné une bonne réplique, Triton a sorti son épingle du jeu, les autres ont paru plutôt “mouligas”.

Epervier (Cuillé).- Aux ficelles, il est agressif, il passe souvent le poitrail après Gougeon, Sanchis, Cadenas. Planté dans la région des planches, il sort de son terrain en mettant à profit son coup de rein et son anticipation. Un bon premier qui rentre avec un super Carmen entendu 3 fois.

Valat (Blanc).- Sa rapidité est son arme principale, peu à peu il se positionne pour la mettre en valeur. La peur ou le manque de travail ont mis ses qualités en demi-teinte. Les ficelles à l’étable. 2 Carmen.

Llorca (Saumade).- Il ne force pas, à son rythme, il défend son bien. Quelques réactions tout de même sur Cadenas et Sanchis (2 fois). Dépouillé à la 12e, il reçoit les honneurs bouche fermée. 2 fois le disque.

Pitalugue (Raynaud).- Grâce à un coup de tête, il va résister sur l’attaque en règle des hommes pour la circonstance peu scrupuleux. Il prend l’eau mais il a de la fierté notamment, cette poursuite finie planches brisées après Gougeon. Son 2e gland au grand Radeau. 2 Carmen en course.

Triton (Plo).- Inlassablement il poursuit et finit cornes passées. Il met du piment dans les séries proposées en les terminant sabots sur l’estribo. Il s’avoue vaincu fatigué à la 12e. 5 Carmen.

Jason (Blatière-Bessac).- Le travail n’étant pas écrasant, il conduit sa course, se contentant d’honorer ce qu’on lui propose. Délaissé alors il s’évade pour donner des frayeurs aux portiers. Ses deux ficelles aux Iscles avec Carmen sans doute pour sa domination (?)

Vegas (Bon, hp).- Trop sérieux pour finir, mais il sait s’engager à fond notamment après Gougeon. Blessé à la patte avant, il rentre prématurément en musique.

GUY MARTINELLI

Trophée de l’Avenir : Cadenas, 23 points.

Trophée des Raseteurs : Gougeon, 11 pts ; Gramatico, 8 ; Vic, 7.

AIGUES-VIVES *AVENIR*

Dimanche 28 septembre 2014

A Guyon, la 8e Cigale d’Or

Dimanche 28 septembre 2014. Entrée : 3/4 d’arène. Organisation : Union taurine. Présidence : Didier Gaillard. Raseteurs droitiers : Fougère, Guyon, Oudjit, Soler. Gauchers : Clarion, Sanchez. Tourneurs : Curtil, Lizon, Rouveyrolles.

Aigues-Vives,8e Cigale d'Or,courses camarguaises

La der de Mithra sous les yeux de son pelot

Aigues-Vives,8e Cigale d'Or,courses camarguaisesPour le dernier paseo de Charles Chanat, les raseteurs, les Arlésiennes du Velout Pescalune lui font une haie d’honneur animée par la peña La Vidourlenque. Le président de l’Union taurine, Marc Serrano, retrace sa carrière et lui offre son portrait grand format. Le président de course, Didier Gaillard, honore également le raseteur. La carrière du taureau Mithra, manade La Vidourlenque, est également retracée, dont c’est aujourd’hui la despedida. Lui qui a gagné la 3e cigale d’Or en 2009.

Vaunageol (Saint-Pierre).- 1 Carmen. Plein de bravoure, il est idéal pour mettre les hommes en confiance. Ces derniers ne s’en privent pas. Termine au ras des planches derrière Fougère (2), Clarion (2). A mi-course, sélectionne. Conserve ses 2 ficelles.

Sultan (Nicollin).- 3 Carmen. Une course tout en mouvement, pas facile d’aller à sa tête. On note des enfermées derrière Guyon, Fougère, Soler, Sanchez. Rentre ses 2 ficelles.

Mithra (La Vidourlenque).- 4 Carmen. A son entrée en piste, le public debout lui fait une ovation pour sa dernière apparition. De belle présentation, il a démontré encore de belles qualités avec des actions percutantes derrière Clarion, Fougère, Guyon à qui il offre son dernier gland dans les dernières secondes. Effectue un dernier tour d’honneur accompagné de son simbeu sous l’air de Carmen et l’ovation.

Aigues-Vives,8e Cigale d'Or,courses camarguaisesCigalon (Fabre-Mailhan).- Combatif à souhait, se livre avec franchise et bravoure. Défend ses attributs 5 minutes. De vives enfermées. Fougère (2), Guyon (2). Une belle et longue série. S’incline à la dernière seconde avec Carmen déjà entendu 5 fois.

Poulidet (Cuillé).- Un peu dans le même registre que le précédent, avec une volonté à toute épreuve. Il réussit une belle prestation. Ses poursuites sont bien conclues avec cornes au ras des planches et coups de barrière derrière Fougère (2), Guyon. Défend et conserve ses 2 ficelles. La première primée à 250 €. 6 Carmen pendant et rentrée.

Lebrau (Laurent).- 5 Carmen. Se place et poursuit énergiquement ses adversaires. Passe la tête sur Sanchez. Saute soudainement sur le tourneur Rouveyrolles. Récidive sur Clarion qui frôle l’accrochage. Coups de barrière sur Sanchez (2) et sur Clarion dans ses 14 minutes de course.

Ajax (Occitane, hp).- 4 Carmen. Termine sur une note très spectaculaire. Provoque les hommes. Coup de barrière sur Clarion. Bascule en contre-piste derrière Soler. Encore Clarion où il brise les planches. Tout cela sur des rasets à blanc. Sur de vrais rasets, coups de barrière sur Clarion (2), Guyon qui coupe la cocarde, Clarion lève la ficelle à 200 € et Guyon le 1er gland. Rentre le 2e.

PANI

Trophée de l’Avenir : Oudjit, 4 points ; Soler, 2.

Trophée des Raseteurs : Clarion, 16 pts ; Guyon, 16 ; Fougère, 9 ; Sanchez, 7.

LES PRIX 

Meilleur taureau de la saison : Notaire de Cuillé (course du 14 septembre). Meilleur taureau de la finale : Cigalon de Fabre-Mailhan. Meilleur barricadier : Ajax, manade Occitane. Meilleur raseteur de la finale : Sanchez. meilleur raseteur de la course : Guyon.

 

CASTRIES *AVENIR*

Dimanche 28 septembre

Avantage aux cocardiers

Entrée : 100 personnes environ. Organisateur : CT Le Trident. Président : Nicolas Manchon. Raseteurs droitiers : Roig, Gautier, Ibarra. Gauchers : Alarcon, Ricci, Boyer, Oufdil. Tourneurs : Ranc, Levy, Duran, Lieballe.

Les taureaux dominent, heureusement Oufdil est le seul à faire des rasets d’attaque ou arrêté. Surtout en 2e partie. Cupidon, Patou et Quintilien ont montré de belles qualités.

Ysengrin (Le Brestalou).- Sans refus durant 2 minutes pour les rubans. Vient sur tous les rasets avec vaillance pour la 1re ficelle. Pour la 2e enchaîne des séries jusqu’à la 10e minute. 2 Carmen.

Yucca (Janin).- Entrepris, se livre jusqu’au premier gland. Pour le 2e, se place et le cède à la 4e minute. Attentif, il répond aux attaques avec conviction. Et toujours placé, défend sa 2e ficelle qu’il conserve.

Gascon (Saint-Pierre).- En 2 minutes, on arrive aux ficelles. Vigilant, n’est pas assailli. Après de longues minutes, répond enfin à une série sans conséquence. Sans forcer, retourne au toril avec ses 2 ficelles. 1 Carmen.

Beefeater (Ricard).- Rapide, ne refuse rien. Cède ses pompons à la 4e minute. Décidé, lorsqu’on va à sa tête, vient fort jusqu’aux planches. Placé au toril, répond à des séries pour la 1re ficelle qu’il cède à la 13e. La 2e ficelle au toril. 2 Carmen.

Cupidon (Paulin).- Sort avec du pétard. Chasse les blancs. N’est pas étouffé. Placé, lorsqu’on va dans son terrain, va au bout. Sur un raset arrêté serre Oufdil pour l’obtention du 2e gland que lève Ricci à la 12e. Dominateur, conserve aisément ses ficelles. 2 Carmen plus rentrée.

Patou (Occitane).- D’entrée, casse les planches après Oufdil. Il frappe après Ibarra. Attentif, ne se fait pas surprendre. Prend une première série pour la cocarde à la 7e minute. Il s’envole après Oufdil jusqu’aux tubes. Saute encore pour la cocarde après Oufdil qui la lève à la dernière minute. 5 Carmen et retour.

Quintilien (Le Ternen, hp).- Plein de fougue, brise les planches et pas raseté, franchit les barrières. Le premier raset est effectué à la 4e minute. Il saute aux trousses d’Oufdil. Il se dresse encore après Oufdil pour la cocarde et pour le 2e gland. Prometteur, à revoir avec plaisir. 3 Carmen plus rentrée.

SAINT-HILAIRE

Trophée de l’Avenir : Roig, 7 points ; Ibarra, 6 ; Boyer, 4 ; Gautier, 2.

Trophée des Raseteurs : Oufdil, 21 pts ; Ricci, 7 ; Alarcon, 3.

29/09/2014

CAVAILLON *AVENIR*

RETOUR EN IMAGE SUR LA COURSE

************************************************************IMG_7302.jpg

IMG_7303.jpg

 IMG_7304.jpg

 IMG_7305.jpg

IMG_7306.jpg

 IMG_7307.jpg

 IMG_7308.jpg

IMG_7309.jpg

Situation périlleuse pour Fouad enfermé par Rastignac (Le Rhône)IMG_7380.jpg

 IMG_7381.jpg

IMG_7382.jpg

IMG_7383.jpg

IMG_7384.jpg

IMG_7385.jpg

IMG_7386.jpg

IMG_7387.jpg

L'excellent Galant (St Germain) hautement spectaculaire après Damien Moutet 

Photos Eric AUPHAN

************************************************************* 

LE GRAU-DU-ROI *AVENIR*

Dimanche 28 septembre 2014

LA DER DES DERS !
 
le grau-du-roi,courses camarguaisesEn clôture des manifestations taurines 2014 (24 courses camarguaises et 27 taureaux piscines), les arènes graulennes menées de mains de maître par Monsieur Daniel Siméon pour qui c’était aussi la dernière, suite aux décisions municipales ont enregistrées une bonne entrée (environ 1000) pour ce concours de l’Avenir qui sur le papier s’inscrivait des plus banals. Mais bon  au Grau du Roi, le public sort rarement déçu. Comme quoi ce n’est pas un hasard. Et une fois de plus encore, force est de constater que cette course, malgré un manque de travail des hommes par moment, ce qui a profité à certains taureaux,  a été d’un bon niveau rehaussée par les prestations de Pernen en première partie, Camerone en seconde et par le travail assidu de Nabil Benafitou qui a pris la course à con compte jusqu’en en perdre le souffle bien secondé par Victor Jourdan.
Au micro, Joris Alvares, avec humour, entrain et dans la bonne humeur, a su donner l‘impulsion nécessaire pour apporter l’ambiance qui fait monter la température sur les gradins jusqu’au moment de l’ultime au revoir sous une pluie d’applaudissements du public, des raseteurs au centre de la piste, les regards tournés vers la présidence où, très ému, Daniel Siméon recevait un vibrant hommage…
En première position, Regain (Les Baumelles – n°340) tient les planches et ne s’en éloigne guère. Il s’engage sur les rasets en jouant d’un sec coup de tête (dont Outarka fera les frais sans suite) et poursuit jusqu’à la limite. Présent dans les séries, il s’impose sans forcer et retourne au toril en musique pour la troisième fois et porteur de sa première ficelle à 350 €.
le grau-du-roi,courses camarguaisesAvec Pernen (Lou Pantaï – n°619) changement de registre. Remuant au début, il entame tout avant de malmener N. Benafitou au moment du saut… Mais aux ficelles (4e), changement de registre. Il se positionne à son avantage, s’élance avec rythme sur les rasets et conclut aux planches. S Mebarek, V. Jourdan, L. Outarka seront raccompagnés alors, qu’à la 12e minute, V. Jourdan sur un raset, frôlera l’accrochage. A 400 euros la 1re ficelle est levée par L. Outarka à la dernière minute d’une très bonne prestation récompensée par le disque qui avait tourné 6 fois en course.
Avant la pause, Chamaco (Vinuesa – n°466) va effectuer un quart d’heure mi-figue mi-raisin.  Dans un premier temps de course il s’engage fort sur les rasets, sans pour autant conclure sauf derrière V. Jourdan où il vient passer la tête. Par la suite, il demande davantage d’engagement des hommes qui ne parviendront pas toujours à leurs fins… En silence il regagne le toril avec ses ficelles.
le grau-du-roi,courses camarguaisesAprès la pause, si le ciel devenait chargé et humide d’un air marin faisant déplacer les gens  de l’ombre au soleil, Camarone (Paulin – n°402) allait de son côté illuminer la piste. D’un calme olympien, et pas toujours positionné comme il faut (mais peu importe quand on voit a suite), il surveille tout et part derrière le premier qui se présente et ne lâche pas prise jusqu’aux planches où  il se dresse sans retenue, même derrière les tourneurs. V. Jourdan (6), K. Caizergues (2) et N. Benafitou (5) se verront gratifier de puissantes finitions qui feront retentir l’air de Bizet une dizaine de fois renouvelé à sa rentrée porteur de sa 1re ficelle à 500 euros.
Difficile de juger en ce jour, Quarante Sous (Saint- Antoine – n°818) qui avec son air élancé, sa grande armure, et son instabilité  ne va guère motiver les hommes qui ne se bousculeront pas pour lui toucher la tête. La coupe de la cocarde sera pour V. Jourdan à la 7elaquelle sera levée par N. Benafitou qui sera menacé par une corne baladeuse à deux reprises. A la 11e une timide série déclenchera le disque pour la troisième fois, lequel sera rejoué a sa rentrée, porteur de ses ficelles. Avec Pétrus (Occitane – n°615) c’est le brio qui va être à l’honneur. Volontaire jusqu’au bout des cornes, il s’engage volontiers sur les rasets, en baissant la tête  jusqu’aux fils des barrières ou il n’hésite pas à passer la corne à la pêche d’un mollet qui traîne. Aux ficelles (7e) il prend le dessus aux hommes qui le laisseront propriétaire de la première à 500€. Carmen au retour pour la 3e fois….
le grau-du-roi,courses camarguaisesPour conclure cette course, le jeune Arpagon (Lagarde – n°909) n’aura guère l’occasion de s’exprimer tellement il sera peu consenti. Alors il va se mettre à sauter avant de montrer des qualités, surtout dans ses finitions où il tape sans retenue avec le frontal les planches avant de se dresser derrière N. Benafitou et sauter aux trousses de V. Jourdan… Des Carmen (3) en récompense et les ficelles sur les cornes, pour une tombée de rideau sur les arènes du Grau-du-Roi.
 
CYRIL DANIEL
 
 
Organisateur : régie des arènes. Entrée : environ 1000. Présidence : Joris Alvares. Raseteurs : N. Benafitou - V. Jourdan – S. Mebarek – K. Caizergues – G. Martinez – N. Oleskevitch – L. Outarka
Tourneurs : F. Jockin – B. Joseph
 
 

28/09/2014

CAVAILLON *AVENIR*

Dimanche 28 Septembre 2014

UN RENDEZ-VOUS GALANT….IMG_7381.jpg

Galant (Manade St Germain) en duo explosif avec Damien Moutet

Entrée: ¼ Organisateur: CTPR de Cavaillon Présidence: F Ginoux Droitiers: Douville, Gleize, Montésinos (sort à la pause), Moutet Gauchers: Anane, Aliaoui, El Hajjouji. Tourneurs: Mata, P Rado.

Heureusement la seconde partie est plus animée car à la pause on se faisait du souci. Toutes les ficelles rentrent mais Téflon, Léo et surtout Galant hautement spectaculaire amènent de l'émotion. Chez les blancs Moutet prend la course à son compte. A gauche Aliaoui est le plus constant et Fouad crée le spectacle avec des rasets kamikaze.

Concentré, RASTIGNAC (Le Rhône) met de l'envie dans ses poursuites. Il enferme Fouad qui s'en sort le tricot déchiré. Aux ficelles, décollé des planches il est difficile à manœuvrer et ne sera inquiété que sur une série à la dernière minute. Musique au retour et jouée à 3 reprises. Calme, ARLEQUIN (Laurent) n'en voit pas de toutes les couleurs. Peu sollicité il pointe les cornes sur les cites les plus engagés. Pourtant abordable il n'est pas assailli et termine en roue libre. Un Carmen et retour. Placé au ras des planches, VILA (St Antoine) frappe après Aliaoui. Sérieux, il se soulève à l'arrivée quand l'occasion se présente mais avec plus de pression il aurait été meilleur témoin son ultime percussion après Fouad sur la sonnerie. A revoir. 3 Carmen et rentrée.

Cul aux bois, TÉFLON (Laurent) est étanche. Il tient les hommes au large et seul Moutet insiste et se trouve raccompagné au delà des bois. Sur la fin il prend deux séries ponctuées par une paire de coups de barrières. Sur la sonnerie il décolle aux tubes après Fouad. Intéressant, il reçoit 6 Carmen et retour. Vif, rapide et puissant, GALANT (St Germain) donne rendez-vous aux planches avec les hommes dans des actions puissantes parfois avec fracas ou terminées dans le pourtour après Aliaoui, Fouad mais surtout Moutet qui lève le second gland sur le gong. 9 Carmen et rentrée. LEO (Raynaud) n'est pas un tendre. Il tape tête dans les planches et se livre énergiquement en se soulevant à l'arrivée. Il termine sur une note positive avec des poursuites dangereuses. 4 Carmen dont retour.

IMG_7301.jpg

Fouad à la tête de Rastignac (Manade Le Rhône)

IMG_7315.jpg

Arlequin (Manade Laurent) se livre avec Alexandre Gleize

IMG_7321.jpg

Vila (Manade St Antoine) percutant derrière Farid Aliaoui

IMG_7337.jpg

Téflon (Manade Laurent) serre de près Fouad à l'arrivée

IMG_7401.jpg

Eblouissant Galant (Manade St Germain) aux trousses de Fouad

IMG_7414.jpg

Les cornes dangereuses de Léo (Manade Raynaud) après Damien Moutet

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Aliaoui (14) Anane, Fouad (4)

Trophée des Raseteurs : Moutet(15) Gleize (2)

27/09/2014

VAUVERT *AVENIR*

Samedi 27 septembre 2014

Les noirs pour un bon casting
Les blancs pour Ilias et Icham

Satisfaits à la fin de la course par la valeur ajoutée d'Armaguenon (5e) et du pétaradant Cusco (6e) très bien rasetés par Icham Oufdil et Ilias Benafitou mais un peu frustrés quand même par le manque de travail aux autres cocardiers notamment Queyras. Grandeur de la piste, jambes fatiguées, finales en vue, ça peut se comprendre. D'autant que les deux compères Icham et Ilias  n'ont pas ménagé leur peine. Tout comme un président de course, très en verve, jovial et motivant à redonner du moral à un moribond.

Ventoux (Cuillé).- Avec un placement rigoureux et quelques accélérations, il tient tout le monde en respect. Aux ficelles, pas un refus, travail régulier, une poussée sur Sanchez pour 14'30 d'un classique régulier. Carmen.

D'Arbaud (Saumade).- Toujours dans le terrain favorable, le beau cocardier montre beaucoup de jus et de force dans ses poursuites. Vigilant, il prend souvent le pas (I. Benafitou, Clarion). Du coup les blancs pas très fringants, se mettent en sourdine. Les primes montent, les rasets sont plus nombreux, D'Arbaud monte en puissance puis campe un peu sur ses positions. Rentre ses ficelles en musique. 2 Carmen et retour.

Queyras (Paulin).- Il est pas là pour rigoler et le montre d'entrée en cherchant la bagarre aux spectateurs des barrières. Mobile, rapide, il chasse. Petit à petit améliore son placement. Bien entrepris, enchaîne des séries de qualité, frappe droit, la corne placée. Des conclusions sur I. Benafitou (2), et le 2e gland à Clarion à la 9e. S'envoie après Oufdil, frappe encore sur Guyon, Ilias et Icham. Garde ses ficelles. 6 Carmen et retour.

Merlan (Saint-Pierre).- Bien emmené, se soulève à de multiples reprises, mais les sollicitations manquent. Aux ficelles, dès qu'il est tiré, il frappe, avec bascule après Clarion. Malgré les primes, les hommes le délaissent, les ficelles à la maison. 3 Carmen et retour.

Armaguenon (Saliérène).- Vif, dès les premières séries, les arrivées aux planches se font à la limite (I. Benafitou). Un bon positionnement, de l'assiduité dans les réparties - il n'en laisse pas passer une - plus de la régularité dans les finitions toujours la corne au fil du bois. Multiples coups aux planches pour 10'30 très bonnes. 7 Carmen et retour.

Cusco (Lagarde).- En mouvement, se prête au jeu et tape droit, puis se chauffe et les conclusions prennent de l'ampleur. Coups de barrière à maintes reprises sur Ilias et Icham, à tour de rôle, pour un final pétillant qui récompense des quelques longueurs. Des Carmen... Rentre ses ficelles. A revoir volontiers. 

MARTINE ALIAGA

Entrée : environ 300 personnes. Organisateur : mairie. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Guyon, Miralles, I. Benafitou, Oufdil. Gauchers : Sanchez, Ferriol, Clarion. Tourneurs : Lizon, Curtil, Sagnier.

LE GRAU DU ROI *AVENIR*

Vendredi 26 septembre 2014 - 1re journée du Revivre

Hélios à la hauteur

Entrée : 1/3 d’arène. Organisation : Régie municipale. Président : Joris Alvarez. Raseteurs droitiers : Chekade, Fougère, Miralles, Oufdil, Vic. Gauchers : Mebarek, Oleskevich, Ouffe, Zekraoui. Tourneurs : Bensalah, Kerfouche, Jockin, Grando.

Pas de points (sauf pour Zekraoui), pas de grosses primes sur les cornes, et pourtant, une chasse aux attributs sans élégance. Allez comprendre… Les jeunes Mistral, Hugo et Métis (6 ans) ont eu du mérite. Hélios donne du fil à retordre pour la prestation la plus aboutie.

Sauroum (Martini).- Sa bonne gestion de l’espace, ses réparties concluantes, la corne envoyée méchamment en finition lui permettent de tenir la distance. Pousse jusqu’à la limite sur Chekade, Zekraoui. Et quand les hommes confondent vitesse et précipitation, il se met en « stand by ». Solide, conserve une ficelle. 3 Carmen et retour.

Criquet (Raynaud).- Alterne le bon et le mauvais, les hommes aussi. Mobile, il collabore et enchaîne. Se dégage. Quand il se place, il ne voit rien venir. Défié à la loyale, il vient fort (Oufdil, Chekade), accélère et menace de la corne. 2 Carmen en cours. Rentre ses ficelles.

Mistral.(Fournier).- Vient franchement sans se fixer, restant ainsi à la merci des crocheteurs. Il oppose sa vaillance avec deux belles ripostes (Zekraoui, Fougère) mais se laisse submerger. Musique pour 9’30 de générosité.

Hélios (Les Termes).- Rapide, agressif, menaçant après Chekade, Oufdil, Miralles. Suffisamment mobile pour se dégager de l’étau, enclenche de belles séries corne au ras des planches ou conclues (Oufdil, Fougère, Zekraoui). Placé, s’engouffre aux trousses de Zekraoui, se cabre sur Oufdil et frappe après Fougère. Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

Hugo (Joncas).- Petit taureau vif comme la poudre qui s’offre sur le raset mais peut aussi conclure et basculer. Pétillant quoique brouillon mais pour le coup, autant que les blancs. Belle enfermée sur Oufdil, et séries. Huit minutes de vaillance. 3 Carmen et retour.

Métis (Daumas).- Se livre avec cœur et, bien emmené, peut profiler les cornes en finition (Carmen) ou taper droit. Gavé de rasets inefficaces, il garde ses pompons 11 minutes. Méritant, il rentre ses ficelles.

Pougaou (Les Baumelles, hp).- Alerte dans les enchaînements, et percutant aux planches (Vic, Chekade), il n’est pas assailli très longtemps et du coup se décale. Chekade le cite pleine piste pour des arrivées très serrées. Mais décidément ce n’est pas un bon jour. 10 minutes en dents de scie, rentre ses ficelles, 1 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Zekraoui, 14 points.

 

22/09/2014

LANSARGUES *AVENIR*

Dimanche 21 septembre 2014

SAUVAGE, ROUSSILLON et BECHET!
 
Deux courses en Provence (1 As et 1 Avenir), deux courses en Languedoc (1 As et 1 Avenir), pas mieux comme répartition, me direz-vous. Et pourtant les gradins n’affichent pas le plein. Comme quoi, peu de course ne signifie pas concentration de public.  Juste une petite demi-arène à l’heure de la capelado où 12 tenues blanches (8+4) viendront se présenter à l’appel de Philip Chabanon qui avec enthousiasme et professionnalisme, même si par moment à l’impossible nul n’est tenu,  a  su donner du rythme à cette course rehaussée par les prestations de Sauvage, Roussillon et Béchet.
Chez les blancs, l’absence de D. Bouhargane (annoncée aux guichets) a bien été palliée par une prise de conscience des présents, qui ont travaillé sans relâche chacun selon ses moyens et son style.
 
En premier, Boncoeur (Lou Pantaï – n°611)  est un peu lunatique. Il peut faire celui qui ne voit pas, celui qui ne veut pas venir comme répondre en serrant de près celui qui s’y frotte. J. Soler (avec ses rasets tantôt longs, tantôt  courts et sans tourneur) sera celui qui en tirera le meilleur en l’embarquant dans de belles trajectoires. Pareil pour G. Montesinos ou R. Guyon.
En second, Folco (Bon – n°703) est beau et imposant. Sur le raset, il a du mal à poursuivre sur le même rythme. 3 timides finitions sur Pradier, Mebarek mais aussi 4 sauts volontaires dans un quart d’heure sans rythme.
Juste avant la pause, même si c’est brouillon, Paveu (Guilierme – n°820) va, en quelque sorte animer la première partie. En mouvements constants, il prend les rasets de part et d’autre. Tout en s’aidant d’un coup de tête, il va se défendre 12 minutes en tapant derrière Y. Zekraoui, S Mebarek et R. Guyon. Carmen, joué 3 fois le raccompagne au toril.
lansargues,avenir,course camarguaiseAvec Roussillon (Plo – n°553) la course va franchir plusieurs échelons. Expérimenté et moins novice que les précédents (9 ans), il ne va pas se laisser submerger. Tout d’abord avec un bon placement il s’engage avec une légère anticipation et ne lâche jamais prise. Seule la finition manque. Il défend ses ficelles qui restent sur les cornes, avec hargne et détermination avec cependant une petite baisse de régime sur la fin. 5 Carmen au total.
lansargues,avenir,course camarguaisePHOTO Bechet et Pradier
Les 10’30 de Béchet (Saumade – n720) sont ascendantes. Après un début classique où il coupe le terrain dans son engagement sur le raset pour raccompagner jusqu’à l’extrême limite, aux ficelles (6e) Béchet va  venir conclure ses poursuites de plus en plus serrées derrière Mebarek (2), Zekraoui ou encore Pradier (2). Les honneurs, joués pour la 7e fois le raccompagnent.
lansargues,avenir,course camarguaisePHOTO Sauvage et Pradier.
Avant dernier Sauvage (Lautier – n°755) va donner à la course une autre dimension. D’un air frêle  et fragile, il part avec vivacité sur tout ce qui bouge. Les échanges sont de plus serrés et se concluent aux planches sur Y. Zekraoui, G. Montesinos (4), Y. Pradier, R. Guyon (2) et J. Soler (2) qui sera même rejoint en fin de course dans le couloir…. Tout en pression il fait front, ne lâche rien et sauve ses ficelles avec une multitude Carmen (une dizaine) renouvelé à sa rentrée sous les applaudissements nourris…
Mais hélas, avec Cayrel (Cuillé – n° 959) le final allait tomber dans la monotonie. Un Cuillé, 5 ans, et dernier, on attendait du spectacle, eh bien  c’est raté. Sans placement  il va entamer les rasets avec force et en positionnant la tête tel un violoniste pour s’en désintéresser sur la trajectoire. Force est de reconnaître aujourd’hui, que le 7en’a rien apporté.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Organisateur : Cté des Fêtes. Entrée : Petite ½ arène. Présidence : Philip Chabanon. Raseteurs : Y. Zekraoui – J. Soler – V. Jourdan – R. Guyon – G. Montesinos – M. Sanchez – S. Mebarek – Y. Pradier
Tourneurs :  F. Jockin – F. Curtill – B. Joseph – F. Levy

17/09/2014

LE GRAU-DU-ROI * AVENIR *

Mercredi 17 septembre 2014 - Complète de Fabre-Mailhan

Incroyable Saint-Rémois !

le grau-du-roi,complète de fabre-mailhan,course camarguaise

Fidèles à leur vaillance et leur sérieux, les cocardiers ont dignement fêté le 60e anniversaire de l’élevage des Bernacles.

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : Régie des arènes. Président : Joris Alvarez. Raseteurs droitiers : Auzolle, Cadenas, Gautier, Vic. Gauchers : Gaillardet, N. Benafitou, Fouad, Zekraoui. Tourneurs : Jockin, Estève, Lieballe, Lévy.

Tous vaillants, avec du placement, du sérieux, des accélérations (excepté le réservé Raboliot). Et quel final avec Saint-Rémois. Un bon échantillon du bétail de la manade Fabre-Mailhan qui, pour les 60 ans de la marque, défie le vent et les nuages, devant une belle entrée. Avec Auzolle, Zekraoui et Cadenas pour les plus beaux gestes dans un ensemble travailleur sans excès mais régulier.

Arlaten.- Poursuites serrées et conclusions droit devant, il cloue les planches ou s’en amuse. Ne manque pas un raset et brille dans la bourre pour l’obtention de sa 2e ficelle. 9 minutes d’une correcte entame. 3 Carmen et retour.

Marcias.- Série endiablée pour attaquer avec coup de revers sur les avants-bras. Se soulève sur Gautier (Carmen). Aux ficelles, les blancs ne lui “montent” pas dessus. Dès que le travail s’accélère, il riposte séchement cornes dangereusement pointées jusqu’au planches. Les dernières minutes, il tempère sa charge et garde ses ficelles. Solide !

Faro.- Droite-gauche, il se livre franchement et de bon cœur. Aux ficelles, remuant certes mais assidu dès qu’il est sollicité. Séries et accélérations font partie de la gamme de ses qualités. S’engage fort sur les superbes rasets de Zekraoui, serre N. Benafitou. Les meilleurs actions avec Zekraoui récompensé de la 2e ficelle à 12’30. 3 Carmen et retour.

Raboliot.- Il n’a pas dû entendre quand les pelots lui ont dit de briller pour l’anniversaire. Raide comme un cerbère, il défend farouchement son pré carré. Austère jusqu’à se réserver même sur les plus proches invites. Bref un jour sans pour lui. Les ficelles rentrent.

Vinum.- D’entrée s’envoie après Fouad qu’il secoue aux barrières, miraculeusement sans plus de mal. Après, se montre assidu et se laisse un temps mener par les hommes mais appuie aussi en conclusions sur N. Benafitou et Zekraoui. D’un coup, la colère lui prend et il se dresse après Fouad en essayant de le déquiller des tubes. 12 minutes inégales. 2 Carmen et retour.

le grau-du-roi,complète de fabre-mailhan,course camarguaiseCitadin.- Aux rubans, c’est brouillon pour le noir et les blancs. Aux ficelles, prend de la stabilité et de l’assurance. Les séries sont menées sur un bon tempo. Toujours prêt, Citadin collabore aux belles invites d’Auzolle, Cadenas, conclut sur Zekraoui, qui, le raset d’après, l’emporte sur toute la longueur sous les bravos. Des actions aux planches sur Auzolle, Vic. 10 minutes très intéressantes. 4 Carmen et retour.

le grau-du-roi,complète de fabre-mailhan,course camarguaiseSaint-Rémois (hors points).- Les coups reçus, les blessures n’ont en rien diminué son envie de bagarre. Extraordinaire barricadier que rien ne peut arrêter, qui multiplie les agressions, les coups de barrière où il frappe et s’allonge pour attraper les hommes haut vers les gradins. La musique accompagne presque tout le long l’incroyable combattant.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Zekraoui, 16 points ; Gaillardet, 10 ; Fouad, 7 ; Cadeans, 4 ; Gautier, 4.

L'hommage aux Fabre-Mailhan

le grau-du-roi,complète de fabre-mailhan,course camarguaise

 

Pascal, Jacques et son fils Raoul Mailhan à cheval, les épouses des deux frères, Julie la petite dernière et Hélène Fabre pour recevoir les bouquets, et un trophée offert par Robert Crauste, maire du Grau-du-Roi...

La manade Fabre-Mailhan a marqué hier les 60 ans de l’élevage créé par Marcel Mailhan en 1954. Les noms des illustres cocardiers inscrits en blanc sur les barrières, Papayou, Palunié, Arlaten, Poker, Tavan... les Biòu d’Or Rami (69-71), Pasteur (2009) et le fer de la manade dessiné au centre de la piste. Les Arlésiennes complètent le tableau, tandis que le président de course Joris Alvarez détaille l’historique de l’élevage des Bernacles. Le Grau a, hier, rendu un hommage simple, sobre mais chargé de signification et de respect à l’un des fleurons de l’élevage camarguais.

**************

 

LE GRAU-DU-ROI *AVENIR*

Mardi 16 septembre 2014
 
QUAND LA MAYONNAISE PREND !
 
Jour de semaine au Grau-du-Roi, en septembre de surcroît et des gradins bondés pour un concours de manades pour le Trophée de l’Avenir…. Trophée de l’Avenir vous avez dit ? Aucun raseteur du groupe 3 de présents, une majorité du groupe 1 (L. Auzolle***, I. Bénafitou**, S. Rassir***, J. Ouffe, R Errik*) avec un complément du groupe 2 (J. Vic, S. Mebarek) et 3 tourneurs (H. Kerfouche, Th Garrido, F Lopez).  Une pointe de sérieux des uns, une pointe de conscience et de responsabilités  des autres et c’est parti, du 1er au septième sans relâche. Super ! Juste quelques baisses de régime...
L’ensemble a donc été de bonne tenue avec cependant deux petits bémols : Une ficelle à 440 € à l’Avenir non justifiée – remarquez tant mieux pour celui qui l’a eue dans le crochet - et une présidence  à la « Carmenoïte » aigüe.
Mais bon c’est la fête, il fait beau, il y a du monde (aficiouna mais aussi touristes) et c’est Le Grau-du-Roi. Alors, sans parti pris, sans a priori, Bravo Daniel Siméon !
En premier on attendait Liquis (Saint–Pierre) et nous voilà avec Caïffa (n°709), on s’en serait passé. 7 minutes sans grande conviction  où il ralenti sur le raset hormis derrière S. Mebarek et S. Rassir qui déclencheront 2 Carmen montrant peut-être un début de faiblesse de la sono en s’enclenchant seule. A vite oublier !  
En second Ulysse (Rouquette – n°705) d’entrée se place et attend, l’air docile. A droite, il ne prend quasiment rien mais par contre à gauche, quand il vient, il vient. R. Errik (2), I. Benafitou, S. Rassir (2)  se feront tamponner à l’arrivée comme L Auzolle, S Rassir embarquer dans de magnifiques poursuites. Les enchères montent. La première ficelle est pour L. Auzolle à 440 € à la 13e  minute et la seconde à 250 € reste sur les cornes. 6 Carmen au total pour une prestation qui peut laisser certains perplexes. 
Avant la pause, Laos (Cyr – n°802) est calme. Son positionnement aux planches fait réfléchir les hommes qui le laisseront en possession de ses glands jusqu’à la 14e minute. A droite, comme à gauche, il anticipe, et vient au bout sans pour autant taper sauf derrière S. Rassir. Bénfitou se fait enfermer alors que L. Auzolle doit dévier sa trajectoire.  Même si sa fin de course est plus terne, l’ensemble reçoit 6 Carmen et retour sans forcer avec ses ficelles.
Après la pause, Galopin (Blanc – n°870) va compenser son manque de placement par sa vaillance. En perpétuel mouvement, il prend les rasets, de droite, de gauche, accélère sur les longueurs et menace l’homme lors du saut, notamment S. Mebarek, R. Errik, S Rassir, I. Benafitou ce qui lui vaudra 4 fois le disque. Sur la fin, du fait de son positionnement central le rythme baisse et la 2nde ficelle retourne au toril en musique. Avec Aroujo (Guillierme – n°765) la course va prendre un aspect spectaculaire. Placé tantôt trois-quarts piste, tantôt au centre, les hommes vont s’y frotter sans retenue. Et pour preuve. Avec bravoure il répond, pousse jusqu’aux planches où les pattes montent sur l’estribo ou le poitrail vient s’écraser. S. Rassir (4), J. Ouffe (2), R, Errik (4) et I. Benafitou seront ses principaux compagnons de jeu. 6 Carmen au total pour 13 minutes.
Avant dernier, Enganes (Saint-Antoine – n°833) a fait craindre le pire pendant 9 minutes en se contentant de répondre souvent après coup et en ralentissant à l’approche des bois. Puis soudain, il s’est souvenu qu’il était avant-dernier et qu’il était là pour apporter le côté barricadier.  L Auzolle, J. Ouffe, S. Rassir, I. Benafitou, R. Errik (2) seront raccompagnés au-dessus de bois. Sa 1re ficelle à 100 € est pour Auzolle alors que la 2nde retourne aux Grandes Cabanes avec les honneurs pour la 7e fois.
Et la cerise sur la gâteau est venue du 7e, du Hors-Point, de celui que les détracteurs  qualifient souvent comme ne servir à rien. Aujourd’hui, Marengo (Vellas – n°902) en a surpris plus d’un, d’une part de sa présence dans ces arènes et d’autre part et surtout par ses aptitudes. "D’où il sort cet outil", fuse sur les gradins. D’entrée de jeu, traverse les planches à blanc. Bouillonnant, il ne tient pas en place. Rapide il a le diable au corps. Il part sur tout ce qui se présente. Les rasets longs, les rasets courts, les rasets à blanc, tout lui est prétexte pour affirmer sa suprématie. L. Auzolle (4), J. Ouffe, I Benafitou (4) se feront tamponner avec une force inouïe et les planches cassent alors que R. Errik  et I Benafitou seront rejoints dans le couloir. 10 minutes  de forte intensité pour ce jeune biou du Mas du Pont….. 1, 2, 3 4, 5 et 6 Carmen le récompensent tout comme à son retour fort applaudi  auquel fut associé le Carmen général !
Texte et photos
CYRIL DANIEL

 

13/09/2014

VENDARGUES *AVENIR*

Samedi 13 septembre 2014

Bons taureaux et rasets sur mesure

 vendarguesRAFIOPHMALI.jpg

 ▲ Rafio à l'assaut d'Ilias Benafitou

Vincent en 1re partie et Rafio en seconde
dans un excellent ensemble

Hier. Entrée : 2/3 d’arène. Org. : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Caizergues, Katif, Roig. Gauchers : Aliaga, Martin, Rassir. Tourneurs : Abbal, Daniel, T. Garrido, Ull.

Neuvième journée de la Main d’Or et 1re des Révélations, ce concours a été d’un excellent niveau. Des hommes entreprenants dans les règles de l’art face à des cocardiers demandeurs... de quoi satisfaire le public et accréditer le Carmen général final. Vincent et Rafio, supérieurs, se bonifient encore sur les rasets nombreux et qualitatifs de Katif, Rassir et tous les autres.

Sérapis (Plo).- Placements et déplacements bien gérés, il pousse en toute franchise avec quelques anticipations et enfermées. Bien concentré sur sa course et très cocardier, il se livre pour 7 minutes face à cette très bonne équipe de crocheteurs. 4 Carmen et retour.

Canaille (Richebois).- Sérieusement posté, ce grand gabarit annonce la couleur en anticipant Aliaga. Agressif, il affiche sa présence jusqu’aux planches. Petit à petit durcit le jeu, demande plus d’engagement pour des ripostes sèches allant jusqu’à s’emporter corne à l’affût sur Katif, Martin, Allouani. Solide, rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

VENDARGUESVINCENTPHMALI.jpgVincent (Aubanel-Baroncelli).- Les échanges se font plein gaz. Vite retourné, il sort en force et reste dangereux aux planches où il bacèle méchamment. Katif, Rassir, I. Benafitou l’ont à plusieurs reprises à leurs trousses. Et malgré les efforts des blancs, ses qualités lui font ramener ses ficelles. 7 Carmen et retour.

VENDARGUESRAFIO2.jpgRafio (Hervas).- Jamais ne tangue ni ne prend l’eau. A gauche, il fait le pas et anticipe, à droite il se cabre et envoie la bane en punition. Il se vrille sur les belles trajectoires de Rassir, Martin, Aliaga, enchaîne et conclut sur Benafitou, Katif. Bref un quart d’heure de qualité dont il ressort vainqueur avec ses deux ficelles. 7 Carmen et retour.

Padilla (Le Rhône).- Armé de poignards, il prend droite-gauche sans rechigner et force quand il faut. Vaillant et présent jusqu’au ras des planches, les enchaînements se multiplient. Padilla combat jusqu’au bout et ne s’incline que sur le gong. 4 Carmen et retour.

Bramasset (Cuillé).- 6 ans, tout vert, des envies d’évasions et de sauts surprise, un peu d’inattention. Mais aussi, des explositions pleines de fougue sur les cites-caviar de Katif (2). Ilias pour les 2 ficelles. 12 minutes. 2 Carmen et retour.

Jappeloup (La Galère, hp).- Au petit trot ou au galop, le jeunot montre son envie, mais c’est sur l’obstacle qu’il étale ses qualités même s’il manque aujourd’hui d’un peu d’explosivité. Des pétards bien frappés sur Katif, Benafitou, avec bascule sur Rassir, lâche sa 2e ficelle à Allouani à la 9e. 4 Carmen et retour.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Roig, 7 points.

Trophée de la Main d’Or : à l’issue de la course Sabri Allouani et Ziko Katif sont à deux points d’écarts. Allouani, 79 points, Katif, 77 ; I. Benafitou, 63.

Prochaines courses : 25 octobre, 2e journée des Révélations ; 26 octobre, Trophée Roger-Itier. 1er novembre, Trophée des Vignerons, finale de la Main d’Or.