Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/04/2016

SAINT ETIENNE DU GRES *1ère Série Trident d'Or*

Samedi 9 Avril 2016

CAGANCEIRO LE PLUS CORIACE

 IMG_9280.jpg

Gaby Monésinos
en danger face à Cagenceiro (Saliérène)

Entrée: ½ Organisateur: Association Grésouillaise Présidence: JP Marteau. Droitiers: Bressy, Maurel, Montésinos, Soler. Gauchers: Allam, Gaillardet, Matéo, Méric. Tourneurs : Dumas, Grando, Thierry, Tourki.

Avant la course, une minute d’applaudissements résonne en la mémoire des aficionados disparus durant l’intersaison notamment Philippe Leroy et Raymond Bernon dit «Momon». Un petit mistral frais souffle sur le sable. Il aurait mérité un arrosage en règle avant que ne retentisse la trompette. Le duo de Saint Antoine obtient 127 points tandis que ceux des manades Nicollin et Saliérène en obtiennent 130 chacune. Les hommes travaillent en équipe et proprement ce qui  laisse au final une impression positive.

Pour la manade Saint Antoine : MALAGROY (1er) se place et se livre sans vice face aux hommes pas maladroits qui attaquent les ficelles rapidement. Au fil des minutes, il baisse d'intensité et les conserve sans convaincre. Réticent au retour, dix minutes sont nécessaires pour réintégrer le toril. DARIUS (6ème) affiche des qualités barricadières et termine la course de manière agréable avec des percussions ou sauts; Un gland remonté sur la corne lui fait subir la pression et sa bravoure est mise à rude épreuve. 6 Carmen et rentrée.

Pour la manade Saliérene : le mobile, CAGANCEIRO (2nd) est incisif dans ses poursuites qui prennent du volume au fil des rasets. Deux enfermées rageuses après Montésinos déclenchent le disque. Aux ficelles, il mène la vie dure aux raseteurs, se place, se déplace à bon escient et termine cornes aux ras des planches. Il rentre ses ficelles fortement primées. 2 Carmen et rentrée. PACHECO (5ème) baisse la tête au contact mais perd ses rubans en deux minutes trente. Plus réactif après les droitiers, il enferme Bressy, se jette avec conviction et termine tête dans les bois. Au final, ses quatorze minutes sont intéressantes. 3 Carmen et retour.

Pour la manade Nicollin : Vaillant, GALANT (3ème) subit la tourmente blanche qui ne lui fait pas que des politesses. Pourtant il se dresse après Soler, brille dans les séries et s'il s'incline en onze minutes trente c'est avec les honneurs joués cinq fois en piste et au retour. Classique, ÉMIR (4ème) diablement ficelé se livre avec conviction des deux côtés jusqu'à passer le mourre au dessus des planches. Au terme d'une série il bascule derrière Maurel faisant preuve d'un moral intéressant dans quatorze minutes combatives. 5 Carmen et rentrée….

IMG_9271.jpg

 Malagroy (Saint-Antoine)
derrière Marvin Méric

IMG_9285.jpg

Caganceiro (Saliérène)
termine fort derrière Gaby Montésinos

IMG_9296.jpg

Galant (Nicollin) s'engage après Bressy

IMG_9303.jpg

Emir (Nicollin) se soulève après Bressy.

 IMG_9313.jpg

Pachéco (Saliérène) serre de près David Maurel

IMG_9341.jpg

Darius (Saint-Antoine)
saute aux trousses de Gaby Montésinos

Texte et photos Éric AUPHAN

Trophée de l’Avenir; Gaillardet, Méric (11) Bressy (6) Matéo, Soler (4) Montésinos (2)

30/03/2016

BEAUVOISIN *AVENIR*

beauvoisin,avenir,course camarguaise

Lundi 28 mars 2016

A Vigneron et Marignan
le challenge Barban

beauvoisin,avenir,course camarguaise

Les lauréats

Entrée : demi-arène. Organisateurs : Club Taurin L’Aficion.  Présidence : Michel Saez. Raseteurs droitiers : S Dunan, J Soler, V Marignan, J Deslys, R Ortiz.   Gauchers : Y Martin, M Meric, M Gougeon. Tourneurs : S Fargier, JR Grando, D Dunan, J Daniel.

La compétition est ouverte. Les hommes ne sont pas venus faire de la figuration… Avec Marignan et Dunan en crocheteurs efficaces, les jeunes Deslys et Martin assistés de Soler et Méric qui font preuve de style, plus Gougeon et Ortiz qui ne sont pas restés sur la touche,  la course a été rythmée (parfois trop) du début à la fin.  Si Pharaon s’avère le plus régulier de la première partie, Tariquet et Vertige animent la seconde. Mais le prix ira au final à Vigneron.

Sérapis (Plo) : 7 petites minutes vont suffirent aux hommes pour en venir à bout en l’amenant dans de jolis échanges récompensés par les honneurs 4 fois pendant et retour.

beauvoisin,avenir,course camarguaise►PHOTO
Pharaon - Dunan
Pharaon
(Labourayre):
Après un petit tour de chauffe où cocarde et glands partent, avec bravoure et régularité il répond avec détermination jusqu’à conclure au-dessus des planches derrière Dunan (3), Deslys, Gougeon et Marignan. 11 minutes saluées par le disque qui avait tourné 6 fois au préalable.

Patou (Occitane) : Forcé et dans les planches il s’engage puissamment  pour raccompagner jusqu’à la limite où il va se dresser sur Dunan, Ortiz et Deslys avant de s’envoler derrière ce dernier. Petit coup de revers et irrégularité  font qu’il cède son 2 eme gland à l’ultime minute. 5 Carmen plus rentrée.

Vigneron (Lagarde) : Distrait  et sans tenir en place il ne va guère inspirer les hommes qui vont l’aborder avec prudence. Mieux positionné, tête baissée il part sur le raset mais à tendance à ne pas en prendre la sortie ce qui ne permet guère aux hommes d’y prendre le dessus. Privé seulement de sa cocarde il réintègre le toril aux accents de son unique Carmen (?)

beauvoisin,avenir,course camarguaise◄ Photo Tariquet
et Soler
Tariquet (Cavallini) :
Ce n’est qu’aux ficelles (4 eme) que ce jeune biou va réaliser où il est en adoptant un placement qui lui est favorable et en réalisant quelques allonges ou finitions. Volontaire au possible, il fait front au travail soutenu mais cède en vain sa 2 sde ficelle juste avant la sonnerie finale. 2 Carmen + Rentrée.

Merlot (Caizac) : C’est vaillant, c’est volontaire, c’est plaisant, et ça sait conclure, mais c’est trop court. Le disque 3 fois sur des poursuites collées-serrées ou finitions renouvelé à sa rentrée (7 eme).

beauvoisin,avenir,course camarguaise► Photo Vertige
- Gougeon
Vertige (Martini) hors points:
Bien que sérieux en jouant aux quatre coins, il s’engage sans réticence des deux côtés et raccompagne jusqu’au fil des planches où il glisse la corne moult fois, passe la tête ou effectue un bel engagement sur Deslys. 2 Carmen plus rentrée.

Texte et photos
CYRIL

 

Trophée de l’Avenir : V Marignan 15, S Dunan 12, M Meric 8, Y Martin 7, R Ortiz 4, J Soler 4,  J Deslys 1

08/10/2015

Les Réactions....

Élection Bioù d’Or 2015.

Julie ZAOUI (Co-directrice du Trophée Taurin) : «A l'applaudimètre, les réactions sont positives. Le vote souverain des membres de la commission à été serré. Mignon à fait belles performances cette saison et on s'en félicite. Pour un taureau de 15 ans Garlan avec 5 voix et trois bioùs d'or déjà dans les pattes c'est pas mal. Gréco pointe aussi le bout des cornes ce qui laisse présager de bons moments pour la saison à venir».

Dominique AZEMA (Co-directrice du Trophée Taurin) : «Le résultat reflète justement ce qui s'est passé dans la saison. Mignon bioù de l'avenir en 2010 à monté les échelons et avec Garlan c'est celui qui a peut être le plus couru. Il a fait très fort à chaque course sauf pour la dernière au Grau du Roi ou il a été un peu en dessous».

Aurélien LAGET (Nouveau membre Commission du Trophée Taurin) : «Le vote était serré et on voit que Garlan tient la corde avec 5 voix. Mignon à réalisé une saison régulière   dans les grandes pistes. Depuis son bioù de l'avenir en 2010 il tient le haut du pavé et cela récompense sa carrière».

Hicham FADLI (Président des raseteurs) : «Je pense que le fait que la manade des Baumelles joue sur deux tableaux à fait perdre le titre à Garlan. J'ai voté en mon âme et conscience suite au référendum fait avec les douze premiers. Le titre de Mignon semble logique pour certains et illogique pour les tenues blanches mais il a gagné et on ne peut pas lui enlever».

Mandy GRAILLON (Reine d’Arles) : «On s'attendait à un vote très serré cette saison. Un taureau avait le cœur du public mais avec déjà 3 bioùs d'or c'était compliqué. Il a quand même eu 5 voix. Mignon et Gréco ont des styles totalement différents et ont été souvent au coude à coude comme à Beaucaire. C'est Mignon qui a tiré son épingle du jeu et c'est très bien pour la manade Cuillé».

**************************************************

Finale du Trophée de L’Avenir 2015.

Jérémy CIACCHINI (1er) : «Je suis très content du résultat surtout par rapport aux deux années précédentes. Ma saison régulière et surtout sans blessure me permet de gagner. La victoire de Cupidon est logique, Chicharito a été très bon mais il s'est un peu perdu dans cette grande piste. L'année prochaine je vais essayer le trophée des As».

Stéphane DUNAN (2ème) : «Je suis content de finir second car en début d'année je me suis battu avec mon père pour être bien placé. Je me suis blessé et malgré cette blessure j'ai réussi à garder ma deuxième place. Cupidon est un bon taureau que j'ai eu tout au long de l'année et qui a bien progressé même si le taureau Ventadis à aussi bien terminé».

Smaïn ZBIRI (3ème) : «J’ai fait une bonne petite finale où j'ai essayé de remonter à la seconde place mais avec le dernier taureau qui s'est cassé la corne ça c'est joué à pas grand chose. Cupidon à été sérieux et mérite son prix».

Joël PAULIN (Manade PAULIN) : «Cupidon est un cocardier classique. Il s'est bien défendu aujourd'hui mais avec les conditions climatiques que l'on a eu, on a senti que la pluie l'a touché. On est satisfait car cela fait notre troisième bioù de l'avenir après Ubaye l'année dernière. On compte sur lui dans les années qui arrivent car c'est un classique et nous avons des taureaux barricadiers qui se font mal ou peuvent se blesser comme malheureusement le taureau de Vellas aujourd'hui».

Bruno PÉCOUT (Organisateur) : «La finale avait bien démarré avec Ventadis et Cupidon  qui avait bien fini la première partie. Chicharito pour son âge 6 ans à donné l'émotion en étant un des plus dangereux. Ben Hur à tenu sa place mais on a été déçu par Médoc fla alors qu'au mois d'août il avait fait de grosses envolées et malheureusement le coup dur qui terni la fin de course avec le bris de la corne de Marengo. L'absence de Cadenas à pesé sur l'après-midi mais à gauche Joan Gaillardet a su relever le défi. On a vu des beaux rasets de François Martin qui s'il n'avait pas eu sa blessure aurait pu jouer quelques chose. Ce ne fut pas une grande finale comme on en a eu ici auparavant».

Propos recueillis par Eric AUPHAN

05/10/2015

CHATEAURENARD *FINALE DE L'AVENIR*

Dimanche 4 octobre 2015

Un si Mignon Biou d'Or !

1981 et 1982 Rousset, 2000 Pythagore, 2010 Guépard, 2015 Mignon... Cinq titres de Biòu d’Or (avec quatre cocardiers) pour la manade Cuillé ! Et la reconnaissance pour le N. 349 de l’élevage généracois. Magnifique cocardier, repéré par le grand public dès 2010 où, au Grau-du-Roi, il s’octroyait le Biòu de l’Avenir (nous y reviendrons demain).

Hier à Châteaurenard, dans la salle de l’Etoile, remplie sur deux étages par un public attentif, chaque vote des 16 membres de la commission du Trophée Taurin et des deux raseteurs (Icham Fadli et Sabri Allouani) a été annoncé à haute voix par Julie Zaoui, codirectrice du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence, avec Domynique Azéma. Dans un silence quasi religieux, quatre voix se sont portées sur Gréco de la manade Saint-Antoine, cinq à Garlan et deux à Optimus des Baumelles, sept pour Mignon de Cuillé. Des bulletins répartis sur quatre taureaux, à l’image d’une saison taurine où les chances de chaque prétendant se sont équilibrées au fil des courses. Jusqu’à ce que Mignon fasse la différence... sous les applaudissements du public.

 

La course

Cupidon apporte son 3e Biou de l'Avenir
à la manade Paulin

châteaurenard,avenir,mignon biou d'or,cupidon biou de l'avenir,marengo de vellas,course camarguaiseUne finale c'est toujours une fête et le decorum est là pour l'entrée en matière. Mais le ciel est gris, les arènes ne font pas le plein et l'ambiance ne s'est pas vraiment enflammée. La course est intéressante, d'un bon niveau, manquent juste le ou les raseteurs qui transmettent l'émotion et le ou les taureaux qui font monter les degrés. Marengo aurait pu être celui-là, il se casse la corne deux minutes après sa sortie. Cupidon (3e) est récompensé à juste titre, sa volonté, sa régularité, son sérieux font pencher les votes en sa faveur.  Ventadis (2e) mène sa course crescendo. Chicharito (Caillan) assure sa 4e position avec anticipations et jusqu'au boutisme. Ben Hur affiche sa détermination.

Ciacchini assuré de sa première place, ne se met pas assez en évidence, Dunan et Zbiri se tire la bourre pour les 2e et 3e place, François Martin est le plus investi avec classe. A gauche, Gaillardet est très entreprenant.

Trident (Ricard) passe à côté. Une paire de gros engagements et des refus à outrance.

Ventadis (Allard). S'il se perd dans la grande piste, ses accélérations font mouche, notamment à droite. François Martin le met en valeur sur des longueurs et l'embarque jusqu'aux planches. Pointe après Faure , tape sur Gaillardet. La 1re ficelle ouverte, lui fait prendre la foudre, ses ripostes redoublent alors d'intensité dans une bon quart d'heure. 8 Carmen et retour.

Cupidon (Paulin).- Le long des planches, affiche une belle présence dans des échanges rythmés. Une fois en place, il raccompagne en force et se cabre en conclusion. Enchaînements terminés au fil des planches, coup de barrière sur Faure, Méric. Le taureau se livre franchement et avec volonté. 14 minutes. 9 Carmen et retour.

Chicharito (Caillan).- Attentif à tout mouvement, il sort en force sur le beau cite de François Martin. Anticipe Ciacchini, pointe après Roig, pousse sur Gaillardet. Sérieux, méchant, il déquille le tourneur Lieballe sur la plache. Gaillardet, pris dans le berceau des cornes, traverse la piste... Emotion sur le gradins. Garde 9'30 ses rubans. Perd ses deux ficelles dans la foulée. A 6 ans, il impressionne. 12 très belles minutes.6 Carmen et retour.

Ben Hur (Lautier).- La première intervention sur Ciacchini donne le ton. Taureau sérieux et finisseur. La corne toujours prête à frapper, Ben Hur accélère et tient jusqu'aux planches avec détermination (frappe après Dunan, F. Martin, Marignan). Sa 2e ficelle ouverte lui fait prendre une multitude de rasets brouillons et indélicats pour deux dernières minutes compliquées. 13'30. 6 Carmen et retour.

Médoc (Saumade).- De rudes passes l'attendent dès sa sortie, Dunan et Zbiri se battent pour le classement, un point les sépare. Médoc riposte, tête basse, et quand on lui en laisse la place, fait l'effort. Placement fluctuant, dans un registre classique, il se cabre après Zbiri. En piste, le rythme retombe d'un coup. Les primes montent, et Méric fait le bon coup avec la 1re ficelle à 600€. 1 Carmen et retour.

Marengo (Vellas).- Sort fièrement et même si les premiers rasets ne lui offrent pas l'occasion de briller, Marengo arbore une méchanceté et une agressivité qui émoustillent le public. Le premier coup de semonce est pour Faure. Puis, se jettant après Beaujard, le taureau traverse les planches et se casse la corne gauche au ras du crane. 2'50 et beaucoup d'espoirs déçus pour la manade Vellas.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

 

châteaurenard,avenir,mignon biou d'or,cupidon biou de l'avenir,marengo de vellas,course camarguaise

 

Points Trophée de l'Avenir : Zbiri, 13 points ; Dunan, 12 ; Faure, 9 ; Méric, 9 ; Marignan, 7 ; Gaillardet, 5 ; Martin, 4 ; Ciacchini, 3 ; Roig, 3.

Au final : 1. Jérémy Ciacchini, 722 points ; 2. Dunan, 496 ; Zbiri, 494 ; Faure, 483 ; Marignan, 432.

Biou de l'Avenir (élu à l'unanimité) Cupidon de Paulin.

Meilleur animateur : Gaillardet

*************

MARENGO DE VELLAS

Le N.902 de la manade Vellas avait attaqué sa course tambour battant à son habitude. Agressif, bagarreur, son premier puissant coup de semonce était pour Lucas Faure. Mais après avoir traversé les planches sur le tourneur Eric Beaujard, Marengo se cassait la corne gauche. Joint hier, son manadier, Rémi Vellas indiquait « Nous le soignons du mieux possible. La corne est cassée à ras et même un peu en dedans. Avec le vétérinaire, nous attendons quelques jours pour voir l’évolution. Si c’est possible nous envisagerons une prothèse ».

*******************

 

27/09/2015

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Samedi 26 septembre 2015

La maîtrise de Laos, le brio de Moka

le grau-du-roi,revivre,laos,course camarguaise

Anticipation de Laos de Cyr sur Zbiri

 
Dans le cadre du Revivre dans la cité balnéaire, la SAS Ribera présentait un concours de manades comptant pour le Trophée de l’Avenir. A l’appel d’Aurélien Laget, ce sont 8 tenues blanches (+4) qui sont venues se présenter, parmi lesquelles Zakaria Katif, inépuisable, reste du 1er au dernier le meneur de troupe aidé par Smaïn Zbiri, Jérémy Aliaga et Youssef Zekraoui et Stéphane Dunan par intermittence. Malgré ce, le manque de « pression » s’est fait ressentir sur certains taureaux.
Après une première partie qui est passée, la seconde fut relevée par la prestation de Moka et surtout de Laos, qui a tenu la dragée haute aux hommes, alors qu’Hélios, n’a pas été bousculé.
En premier, Camarié (Nicollin – n°710) n’a que sa volonté et sa vaillance à offrir durant 11 minutes (grâce à son élastique) après avoir bousculé et malmené R. Ibarra dès le raset d’attaque. Ses ripostes sont raccompagnées jusqu’au fil des planches (R. Ibarra, Y. Zekraoui 2, S Dunan) et se montre volontaire dans les séries. 6 Carmen + rentrée. Jupiter (Lautier – n°382) se montre franc et les hommes vont l’entraîner, main sur le frontal dans de jolies poursuites. Se laissant submerger, le chrono doit être stoppé avant le passage aux ficelles, qui partiront avant le terme.  3 Carmen pendant et retour en silence (13’30). Avant la pause Briançon (Rhône – n°950) sans forcer la cadence et en baissant la tête répond sans trop de conviction. Dans ces conditions, les glands résistent près de 8 minutes. Aux ficelles, placé, hormis une poursuite sur Z. Katif (Carmen), sa course reste en deçà de ce que l’on peut attendre pour un 3e. Ficelles sur les cornes, il reçoit un Carmen touristique à sa rentrée.
Avec Laos (Cyr – n°802), place aux choses sérieuses. D’un calme olympien et doté d’un placement irréprochable (placement – déplacements – replacement) il maîtrise totalement la situation. Il va falloir attendre près de 4 minutes pour voir le premier raset (Z. Katif). Ses anticipations, pas piquées des vers en font un redoutable adversaire, sans parler de ses arrivées aux planches cornes en avant. Z. Katif  se fait enfermer (5’30), Y. Zekraoui menacé à la planche (3 fois) alors que S. Dunan, fortement anticipé et déséquilibré passera sous les pattes (8’30)…….. Il va alors falloir attendre la dernière minute pour voir les pompons s’envoler (le 1er pour Z. Katif à 300 € à 14’30 et le second pour Y. Zekraoui sur la reprise)… C’est fort, c’est intense, C’est cocardier quoi !!!! 4 Carmen + rentrée fortement applaudie.
Avec Renard (Brestalou – n° 604), changement total de registre. Tantôt positionné ¾ piste d’où il démarre sur le raset tête basse et en faisant le crabe, tantôt positionné aux planches où il enchaîne les raset,  sa prestation va se faire toute en vaillance. Des séries (5) mais aussi des réactions allongées et serrées derrière Y. Zekraoui et J. Aliaga pour 5 Carmen, renouvelé à son retour après avoir cédé sa 1ère ficelle.
Sérieux, Hélios (Terme – n°503) ne recevra pas le travail nécessaire pour s’exprimer pleinement. Ne quittant jamais les planches, il part sur la provocation en faisant légèrement le pas et poursuit jusqu’aux planches où il manque juste la finition sauf quand la pression monte derrière Z. Katif (2) et S. Zbiri. 15 minutes sérieuses, peut-être trop pour un 6e, saluées par le disque qui avait tourné une fois pendant.
le grau-du-roi,revivre,laos,course camarguaisePhoto:
Moka
sur Jérémy
Aliaga
Pour conclure, Moka (Rousty – n°708), même si lui aussi a souffert du manque d’implication des hommes, a offert un beau final, essentiellement avec son principal adversaire, l’infatigable Z. Katif, derrière qui il va venir taper à 5 reprises avant de le rejoindre en contrepiste.  Après avoir conservé ses principaux attributs 13 minutes, l’action derrière J. Aliaga est énorme… Des Carmen pendant (5) et à son retour pour un bon final…
 
Texte et photo
CYRIL DANIEL
 
Entrée : Petite ½ Arènes. Organisation : SAS Ribera. Présidence : Aurélien Laget. Raseteurs : Y. Pradier – S. Dunan – S. Zbiri – Z. Katif – Y. Zekraoui – R. Ibarra – J. Aliaga – M. Méric. Tourneurs : JR. Grando – D. Dunan – A Duran – E. Lieballe

 

 

 

21/09/2015

LANSARGUES *AVENIR*

Dimanche 20 septembre 2015

 
Une der de qualité !
lansargues,avenir,eos,course camarguaise
 Eos de Saumade pour des pétards et des étincelles au final
 
 S’il est parfois des affiches prometteuses qui déçoivent ou des moyennes qui surprennent, Lansargues a été l’exception. Voilà que l’affiche ô combien porteuse d’espoirs sur le papier a apporté entière satisfaction. De quoi satisfaire les présents mais également les organisateurs, en clôture de leur excellente saison. Après les deux premiers taureaux "solides" mais donnant le jeu qu’il fallait, la course est montée crescendo pour se terminer en apothéose…. Mais, pour cela, il a fallu que les hommes, au nombre de 8 (aidés par 3 tourneurs) s’impliquent du début à la fin. Parmi eux, se sont fait remarquer par leur style et leur assiduité, les jeunes F. Martin et V. Marignan bien secondés par S. Rassir, L. Faure, V. Jourdan, J. Martin, M. Sanchez, et par intermittence, le vétéran H. Poujol. Ajoutez à cela un président de course qui fait tout pour que la mayonnaise prenne, et c’est parti !
Seule ombre noire au tableau, le manque de spectateurs sur les gradins. Pourtant, tout y était !
lansargues,avenir,eos,course camarguaisePhoto:
Norpol - Marignan
En premier, Norpol (Lou Pantaï – n°808), tient parfaitement son rôle. Toujours dans le terrain des planches, il s’engage avec régularité. Ses poursuites sur M. Sanchez, J. Martin, L. Faure   et Marignan sont appuyées et conclues dangereusement par une corne menaçant sur V. Jourdan ou V. Marignan. Seconde ficelle sur les cornes, il entend Carmen à sa rentrée, joué 3 fois pendant.
Dans le même style, Caruso (Saumade – n°717), même si cocarde et glands partent rapidement (1’30). Mais aux ficelles les affaires vont se corser. Collé aux planches, il s’élance avec puissance et raccompagne jusqu’au bout où il glisse le long des planches. S. Rassir (2), L. Faure (2) et F. Martin le tirent au maximum pour de jolies poursuites. 5 Carmen + rentrée   avec ses ficelles.
lansargues,avenir,eos,course camarguaise Photo:
Arlésien
Marc Sanchez
Avant la pause, Arlesien (Chauvet – n°613) dans un tout autre registre, va se mettre en valeur dans de long rasets, conclus plus ou moins engagé aux planches derrière J. Martin (3), S. Rassir, H. Poujol, F. Martin (2), V. Jourdan (2) et V. Marignan. 10 minutes récompensée par le disque joué 4 fois.
lansargues,avenir,eos,course camarguaisePhoto:
Sauvage - Martin
Sauvage (Lautier – n°755) très mobile dans un premier temps, va céder ses principaux attributs en 1’30. Avec plus de placement, il défend ses ficelles avec sérieux. Ses répliques sont appuyées derrière V. Jourdan, S. Rassir, L. Faure et conclues   sur J. Martin et S. Rassir. Raseté sans répit, il conserve sa 1re ficelle fortement primée (300 €). Des Carmen (6) ainsi qu’à sa rentrée.  
Sans refus, Muscat (Blatière-Bessac – n°837) va effectuer une prestation tout en vaillance, sans passer toutefois la vitesse supérieure du fait de sa grosse carcasse. Répondant au coup par coup, il plante la corne dans les planches en conclusion (V. Jourdan, F. Martin, S. Rassir……) avec un 3e Carmen, il retourne au toril   en possession de ses ficelles.
lansargues,avenir,eos,course camarguaisePhoto :
Targueur et Rassir
Sans retenue, Targueur (Plo – n°7105) va lâcher rapidement cocarde et glands (1’20). Raseté au compte-goutte il s’enfuit 2 fois. Consenti, il affiche une belle vaillance où il accélère sur la longueur pour terminer au ras des planches où il se dresse (J. Martin, M. Sanchez 2) ou passe par-dessus (J. Martin, S. Rassir)….   Il réalise une fin de course intense et soutenue mais parvient à conserver sa 1re ficelle (290€)… Des Carmen (5) en course ainsi qu’à sa rentrée.
Quelle bombe !! Quelle brute !! Quel destructeur, cet Eos (Saumade – n°731). Il ne fait pas bon être "planches". A chaque arrivée, elles se fracassent sous la puissance de l’action. On ne les compte plus. Pas plus que les pieds en béton fissurés. Il se jette dans le raset à une vitesse non contrôlée, plante les cornes à l’arrivée……. C’est puissant, c’est fort, c’est brutal mais à quel prix ! 10 minutes (car hors points) de bouquet final en conclusion d’un feu d’artifice qui avait débuté le 24 mai.
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Entrée : Environ 300. Organisateur : Comité des Fêtes. Présidence : Philip Chabano. Raseteurs : François Martin – Vincent Marignan – Sofiane Rassir – Hadrien Poujol – Lucas Faure – Jérôme Martin – Marc Sanchez – Victor Jourdan.Tourneurs : Mickael Arnel – Didier Dunan – Florian Lopez
 
*************
L'effet EOS

lansargues,avenir,eos,course camarguaise

lansargues,avenir,eos,course camarguaise

lansargues,avenir,eos,course camarguaise

***********************

19/09/2015

LE GRAU DU ROI *TROPHEE DE L'AVENIR

Samedi 19 septembre 2016

Papalino fait feu de tout bois

le grau-du-roi,avenir,course camarguaise

▲ Papalino et François Martin

Hier. Entrée : 2/3 d’arène.  Organisateur : SAS Ribera. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Ciacchini, Marignan, F. Martin, Guyon, Roig. Gauchers : Errik, Méric, Ouffe. Tourneurs : Beaujard, Grando, Dunan.

Une majorité de jeunes cocardiers et raseteurs pour un concours intéressant à suivre où Papalino fait feu de tout bois et François Martin déploie une belle énergie. Certains jeunes taureaux se sont un peu perdus dans la grande piste ronde malgré ce leurs qualités ont prévalu.

Roncal (Daumas).- S’il ne laisse rien sans réponse, il a du mal à se poser. Fait voler quelques crochets, saute parfois dans l’élan, et participe avec envie mais sans trop appuyer. S’incline à la 7e. Carmen.

Papalino (Chaballier).- A 6 ans, dévoile son méchant caractère dans des actions violemment conclues. Au début, il lâche un peu la fin du raset mais une fois stable, il surveille tout et fait souvent le pas pour sortir en force après l’homme. Déjà une dizaine d’actions pour 10 minutes les rubans. Poursuit son combat aux ficelles qu’il garde, par des rafales, en passant à travers les planches ou encore en se dédoublant après Guyon. 10 Carmen et retour.

Cigalon (Fabre-Mailhan).- De la volonté pour honorer tous les cites. Droite-gauche, parfois jusqu’aux ras des planches. Des séries sans un refus pour une ficelle qu’il ramène. 2 Carmen et retour.

Galopin (Blanc).- Au grand galop, il mène bon train dans les enchaînements avec une paire d’anticipations. Une fois bien chaud, les cornes menacent souvent au fil des barrières. Grosse enfermée sur Guyon, des séries pleines de vivacité et les ficelles rentrent. 5 Carmen et retour.

Lou Guechou (La Galère).- Très mobile jusqu’à mi-parcours, ses accélérations font mouche après Ciacchini, Martin. Attentif, voit Martin démarrer et lui ferme la porte, et passe la vitesse supérieure après Marignan. Mieux placé, ses réparties ont plus de mordant et il enchaîne plein pot pour, finalement, rentrer une ficelle. 6 Carmen et retour.

Dollar (Ricard).- Brouillon mais conciliant dans les enchaînements, distrait parfois, il se joue des barrières quitte à prendre quelques “gamelles”. Tamponne lourdement après Ouffe, traverse les planches sur F. Martin, s’envoie sur Ciacchini.... Un taureau de spectacle, rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Mistrigri (Cyr, hp).- Les hommes s’en méfient et tardent à le tester. Lui montre du placement, de la méchanceté et une envie d’en découdre aux planches surtout sur les droitiers. 5 gros impacts et beaucoup d’énergie dépensée pour ce 6 ans, encore vert. 6 Carmen et retour avec ses ficelles.

MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : F. Martin, 14 points ; Marignan, 12 ; Ciacchini, 6 ; Méric, 5 ; Roig, 1.

16/09/2015

LE GRAU-DU-ROI *AVENIR*

Mardi 15 septembre 2015

Quarante Sous, le rayon de soleil

le grau-du-roi,course camarguaise

Entrée : 4/5e d’arène.  Organisateur : SAS Ribera. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Ciacchini, Faure, F. Martin. Gauchers : Aliaga, Bouhargane, Méric, N. Benafitou. Tourneurs : Grando, Beaujard, Abbal, F. Lopez.

Beaucoup de grisaille dans le ciel et en piste pour cette course seulement rehaussée de quelques traits de lumière. Quarante Sous est l’un des rayons de soleil face à un travail qui a manqué de liant de la part des raseteurs, certains cocardiers auraient supporté plus de pression.

Artemis (Les Baumelles).- Si le placement n’est pas son point fort jusqu’à mi parcours, ses ripostes plus engagées sur les gauchers le font conclure plusieurs fois méchamment. 2e ficelle à 14’30. 3 Carmen et retour.

Pitalugue (Raynaud).- Ses charges manquent d’allonge, sa position trop décollée. Les hommes tentent de l’inciter à participer mais Pitalugue reste sourd sauf cet éclat après Méric. Rentre le 2e gland.

Vicente (Les Baumelles).- Placement fluctuant et comportement intermittent au début. Il a besoin de pression, alors il se livre dans de belles séries, corne pointée en finition (Faure, 2 fois, Aliaga, Bouhargane). Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

Quarante Sous (Saint-Antoine).- A grandes foulées, il se chauffe sous les enchaînements et au fil du temps, envoie la corne au ras des barrières. A mi-parcours plus stable, raccompagne méchamment Aliaga 2 fois, N. Benafitou, 2, Bouhargane pour de belles minutes guerrières. Rentre une ficelle. 8 Carmen et retour.

Caberne (Raynaud).- Le jeune biòu (5 ans) se montre remuant et distrait mais pointe méchamment après Faure (2 fois, Carmen). Il manque de concentration et les invites dispersées ne lui suffisent pas. Rentre le 2e gland.

Saint-Vincent (Saint-Antoine).- Cavaleur et pas aidé par les premiers rasets, il prend les invites au passage. Pourtant bien entrepris, il montre ses aptitudes barricadières (Bouhargane, N. Benafitou, Ciacchini). Ciacchini pour tous les rubans. Les ficelles rentrent. 4 Carmen et retour.

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Ciacchini, 17 points ; Faure, 5 ; Méric, 2 ; F. Martin, 1.

12/09/2015

VENDARGUES *AVENIR*

Samedi 12 septembre 2015

Des élèves studieux

Entrée : petite ½ arène. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : I. Benafitou (sort à l’entracte après une pointe à la main), Faure, Katif, Vic.  Gauchers : Matéo, Méric, Rassir. Tourneurs : Estève, F. Lopez, Grando.

Des raseteurs appliqués exploitant à leur avantage les qualités des jeunes cocardiers bien concentrés sur le travail, voilà une jolie course pour la 1re journée des Révélations vendarguoises. Lucas Faure, Ziko Katif, Sofiane Rassir pour les meilleures passes mais l'ensemble des blancs - raseteurs et tourneurs - travaille correctement dans l'esprit.

Chalan (Les Montilles).- Fougueux, il pointe les cornes jusqu’aux planches et plus si affinités. Des anticipations, des accélérations, des engagements plus mordants à gauche (Rassir, Méric) mais aussi à droite (Katif) où il tricote des cornes. I. Benafitou en fait les frais, touché à la main. Conserve 1 gland. 5 Carmen et retour.

 vendargues,révélations,course camarguaise

▲ La dangereuse enfermée de Valent sur Sofiane Rassir

Valent (Nicollin).- Prend toutes les invites sur un bon rythme, lui aussi plus enclin sur les gauchers. Enclenche le turbo après Matéo et enchaîne de bon cœur. Et cette grosse enfermée sur Rassir qui fait monter la température. Une ficelle au toril. 6 Carmen et retour.

vendargues,révélations,course camarguaisePhoto:
Coup de barrière de Laurier sur Faure

Laurier (Richebois).- Attentif à tout, cul aux planches, se jette sur le raset et s’envoie en conclusion. Surveille tout son monde, s’engage en force à de multiples reprises : après Méric, « daille » sur Katif, coup de barrière Faure. Il fait douter les blancs et rentre ses ficelles, au terme d’un quart d’heure sérieux. 7 Carmen et retour.

Toronto (La Galère).- Vite positionné, montre de suite une grande vaillance. Il enchaîne à toute vitesse, menaçant de ses cornes « astifines », deux-trois rasets et il donne rendez-vous aux blancs de l’autre côté. De grosses accélérations après Faure, Katif. Calme et appliqué, tout autant que les hommes, il conserve ses ficelles. 8 Carmen et retour.

 vendargues,révélations,course camarguaise

▲ Joli raset de Lucas Faure sur Calice

Calice (Sylvéréal).- A grandes foulées, raccompagne les premières invites. Leste pour quelques évasions mais vif dans ses ripostes, il se livre sur des enchaînements rythmés. Plus stable aux ficelles, pointe après Faure, s’emporte après  Vic. Bien dans le tempo, rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.  

Mollégeois (Saint-Germain).- A 5 ans, le plus jeune de la course se montre remuant, un peu brouillon au début, il se stabilise vite pour s’engouffrer dans le joli raset de Katif et conclure en brisant les planches. Dans la foulée, Faure rentre les reins, Mollégeois passe la surmultipliée après Faure. Prend du moral et du positionnement en 8 minutes pour les rubans. Finit sur un fort tempo et deux conclusions après Katif. Ficelles à la maison. 6 Carmen et retour.

 vendargues,révélations,course camarguaise

▲ Raset de Katif à Kangourou


Kangourou
(Lou Seden, hp).- L’étalon impressionne par son physique et ses premiers passages de barrière font frémir le public. Mais les hommes l’entreprennent calmement et en prennent vite la mesure, tout en s’en méfiant. Les rubans volent en 10 minutes.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Faure, 10 points ; Matéo, 4 ; Méric, 2.

▼ KANGOUROU

Même pas peur le portier !

vendargues,révélations,course camarguaise

***********************

 

09/09/2015

ARAMON *AVENIR*

Lundi 7 septembre 2015

 Guyon et Aragon, le duo de la finale

Riège de Fabre-Mailhan s'octroie le 46e Biou d'Argent

 aramon,biou d'argent,riège,aragon,guyon,course camarguaise

▲ Les vainqueurs de la finale Aragon de Laurent et Rémi Guyon

Lundi. Entrée : 3/4 d’arène.  Organisateur : CT Aramonais. Président : Thierry Tosas.  Raseteurs droitiers : Gaillardet, Guyon, F. Martin, Moine, Pradier.  Gauchers : Sanchez, Martin Cocher, Méric. Tourneurs : Arnel, Dunan, Duran, Grando.

De la coupe cocarde du 1er taureau à la 2e ficelle du septième, Rémi Guyon a trusté les rubans et les ficelles cumulant le prix du meilleur raseteur de la saison et de l’animateur de cette finale. Avec lui, Riège de Fabre-Mailhan remporte le 46e Biòu d’Argent (sur la saison) et Aragon de Laurent, le prix de la journée.

aramon,biou d'argent,riège,aragon,guyon,course camarguaiseA la capelado, aux accents de La Gardounenque et entouré des raseteurs et Arlésiennes, Fabien Grammatico est honoré pour sa carrière.

Par un froid mistral, la course a eu du mal à frôler les sommets mais a donné de très bons passages avec Aragon, Cohiba et Puchano au final.

Vaunageol (Saint-Pierre).- Expérimenté, il met de la bonne volonté à tout prendre (3 Carmen), mais à son rythme. Sur la fin il réduit sa charge et reste enfermé dans un angle. 12 minutes.

Aragon (Laurent).- Il a du pétard, de l’agressivité et beaucoup d’énergie qui le font se disperser. En revanche, ses poursuites et conclusions aux planches, corne prête à frapper sur presque tous les rasets, lui permettent de se faire respecter. Il se bat, enchaîne et envoie la banne ou tape. Rentre une ficelle. 7 Carmen et retour.

Tarsier (Lagarde).- Vif mais intermittent, il se décolle, se centre, ignore ou fuse plein pot. A force d’être titillé, part méchamment sur 2-3 rasets et tape droit (3 Carmen). Mais trop réservé dans sa querencia, garde son 2e gland.

Cohiba (Fabre-Mailhan).- Une fois en position, les blancs ne lui sautent pas sur les cornes. Avec expérience, Cohiba gère ses déplacements, “daille” sur de multiples séries rythmées, retourné aussi sec, il tient tout son monde à l’œil. Sérieux, sur la fin, sélectionne et Guyon fait le 2e gland sur la sonnerie. 7 Carmen et retour.

▼ Cohiba et François Martin

 aramon,biou d'argent,riège,aragon,guyon,course camarguaise

 Tirpitz (Le Joncas).- Pas assez entrepris au début, ce qu’apparemment ce véloce cocardier affectionne, il ne se concentre pas assez. Mais quand les hommes enchaînent, il s’engouffre à leur poursuite, tient le rythme et rentre bouche fermée à la - presque - limite du temps. 4 Carmen et retour.

Ulster (Plo).- Les échanges entre le noir un peu distrait et les blancs en ordre dispersé est brouillon. Deux belles sorties après Guyon, Pradier (2 Carmen). Mais Ulster manque de concentration, lâche parfois en cours et rentre sa 2e ficelle sans convaincre.

Puchano (La Galère, hp).- Se livre plein pot, avec une sincérité à toute épreuve. Les hommes, main au frontal, allongent les trajectoires mais confondent souvent vitesse et précipitation. Et s’il n’est pas barricadier, Puchano, par sa volonté et son envie livre un joli final bien pétillant. Des Carmen.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

aramon,biou d'argent,riège,aragon,guyon,course camarguaise

▲ Rémi Guyon, meilleur raseteur de la saison
et meilleur animateur de la finale

▼ Pascal Mailhan reçoit le 46e Biou d'Argent pour Riège.

aramon,biou d'argent,riège,aragon,guyon,course camarguaise

Trophée de l’Avenir : Gaillardet, 11 ; F. Martin, 11 ; Pradier, 6 ; Méric, 2. 

07/09/2015

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE *AVENIR*

 saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,lagarde,course camarguaise

Dimanche 6 septembre 2015

NO HAY BILLETES
 
Les manades Lagarde et Nicollin
Lucas Faure et Christophe Clarion sur le podium

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,lagarde,course camarguaise

Ouranos et Ortiz

Pour la 20e Finale du Printemps des Royales, le foule des grands jours a répondu présente. Après le décorum qui va bien, pour ce jour de fête, assuré par le groupe de tradition Les Cabidoules du Cailar, ce sont huit raseteurs et quatre tourneurs (3 officiant à droite et 1 à gauche) qui sont venus défiler après que la présentation des manades a été faite. Mis à part  K. Cartalade, très en retrait, les autres ont apporté leur contribution au succès de cette course. Lucas Faure fait honneur à son titre de meilleur raseteur de la compétition, le local de l’étape Ch. Clarion s’est démené pour s’octroyer celui de la journée. A leurs côtés, F. Martin, R. Ortiz, J. Soler, M. Sanchez et L. Alarcon n’ont pas été en reste……
Côtés cocardier, après une première partie classique, sans grande occasion de faire lever le public, la seconde fut plus attrayante avec tout d’abord les cocardiers de  l’extrême Ouranos et surtout Baucis et les spectaculaires Rostang et Artalet pour un final en feu d’artifice. 
Palmarès :
Meilleure course du Printemps des Royales 2015
pour sa course du 4 avril :
la manade B. Lagarde
Meilleur Raseteur du Printemps des Royales 2015 :
Lucas Faure
Meilleur Taureau de La Finale :
Rostand de la Manade Nicollin
Meilleur raseteur animateur de la finale :
Christophe Clarion
Coups de Cœur :
Manades Fourmaud et Lescot
  Arnaud Chabanon
 Elian Bergeon
 
En première position, nous ne pourrons pas juger Vallespir (Blatière-Bessac – n°813) qui après s’être signalé aux bois sur R. Ortiz, regagnera le toril après 2’30 sur blessure.
saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,lagarde,course camarguaisePhoto: Ventoux et Soler
En second, Ventoux (Cuillé – n°719) va mettre du temps à trouver ses marques et va être dépassé, le temps de perdre ses principaux attributs qu’il conserve cependant 6 minutes. Par la suite, adoptant un placement adéquat, il répond tête baissée des deux côtes, en affichant davantage  d’emprise sur les gauchers qu’il raccompagne jusqu’au fil des planches  (Clarion – Faure – Soler). Ficelles autour des cornes, il regagne le toril avec son 5e Carmen.
Photo: Coutard et Clarion
Juste avant la pause, Coutard (Fabre-Mailhan – n°952) va se la saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,lagarde,course camarguaisejouer tout en vaillance. Surpris et ne pouvant sortir de l’étau de devant le toril, cocarde et glands s’envolent en moins d’une minute. Aux ficelles, bien positionné, il honore tout, en faisant parfois le pas, en poussant sur les rasets les plus engagés jusqu’à la limite derrière F.Martin, Ch Clarion (2), ou L. Alarcon. Cédant sa 1re ficelle à Ch. Clarion à la 13e,  la seconde retourne au toril avec le disque qui avait tourné à 3 reprises.
Appartenant à la manade vainqueur de l’édition 2015, Ouranos (Lagarde – n°819) va faire honneur à sa devise. D’un placement irréprochable, il s’engage sur les rasets  avec noblesse pour n’en lâcher prise qu’au bout, où la corne vient menacer l’homme qui prend son envol. Sur les arrivées les plus serrées (Ortiz 2 – Faure, Martin), il se dresse aux planches en conclusion. L. Faure, J Soler, F. Martin et R. Ortiz seront ses principaux "compagnons" de jeu. Porteur de sa 1re ficelle (à 250€) il regagne le toril avec les honneurs pour la 7e fois et de chaleureux applaudissements.
saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,lagarde,course camarguaisePhoto:
Baucis-Clarion
Quel sérieux également chez Baucis (Saumade – n°997) qui va faire réfléchir les hommes sur leur façon de faire. Avec l’œil partout, et de son placement de premier ordre,  il ne se laisse ni manœuvrer facilement ni berner. C. Clarion (2), M. Sanchez et J. Soler l’amèneront dans de belles trajectoire qui déclencheront le disque à 4 reprises, renouvelé sur un engagement aux bois derrière Ortiz à la 9e minute. Se blessant sur cette action, il réintègre prématurément le toril avec Carmen.
saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,lagarde,course camarguaisePhoto:
Rostang et Alarcon
Changement total de registre avec Rostang (Nicollin – n°846). Peu craint par les hommes, ces derniers ne vont guère le laisser souffler. Alors que certains auraient rendu les armes, le biou va redoubler d’énergie et se transcender dans ses réactions. Les enfermées, mains sur le frontal et de plus en plus serrées, se succèdent et les arrivées sont de plus en plus puissantes. R. Ortiz (2), Ch. Clarion (2), L. Alarcon, se feront tamponner alors que L. Faure et Ch Clarion seront rejoints en contrepiste le tout en musique, repris par la pena  après avoir cédé se 2nde ficelle à J. Soler à la dernière minute. 
Dans la continuité,  Artalet (Laurent – n°816) va conclure cet après-midi de la meilleure façon que ce soit.  Dès le 1er raset, il annonce la couleur en tapant derrière Ch. Clarion avant de sauter aux trousses de R. Ortiz sur la reprise…. Mais cela n’était qu’un hors d’œuvre. Se jetant corps et âme, on ne compte plus les arrivées aux planches. Il percute derrière Ch. Clarion (3),  R. Ortiz, F. Martin, L. Faure, bascule derrière R. Ortiz (2), Ch Clarion, F. Martin. Mais l’action de la journée sera sans aucun doute pour R. Ortiz, qui main sur le frontal, l’amène avec lui dans un raset limpide, conclut de façon magistrale aux planches sous le cris du public, qui sur le longueur de la trajectoire avait retenu son souffle… Une pluie de Carmen (11 je crois) et l’ovation du public à son retour au toril…. Comme quoi, le "hors-point" ne sert pas toujours à rien…
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
▼ Artalet et Ortiz

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,lagarde,course camarguaise

 
 Entrée : le plein. Organisateur : CT Lou Bandot. Présidence : Th. Cure.
Raseteurs : F. Martin – R. Ortiz – L. Faure- J. Soler – M. Sanchez – Ch. Clarion – L. Alarcon – K. Cartalade. Tourneurs : F. Lopez – D. Dunan – B. Joseph – M. Arnel
 
**************

 

05/09/2015

VILLENEUVE-LES-MAGUELONE *AVENIR*

Samedi 5 septembre 2015

Irrésistible Ziko !

 villeneuve-les-maguelone,ziko katif,10e finale de la vigne et des etangs,course camarguaise

▲ Les récompensés du jour : Katif et Bastidon

Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : Section taurine. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Jourdan, Katif, Soler, Vic, Oudjit. Gauchers : Aliaga, Clarion, Méric. Tourneurs : Labrousse (sort au 2e), Joseph, Estève, Grando. Fait marquant : Méric se fait longuement malmener par Wagram de Cyr.

L'ambiance villeneuvoise, familiale et bon enfant, plaît et la Section taurine commence à en recueillir les fruits, en témoigne la bonne entrée pour cette course finale. En piste, les taureaux ont fourni des prestations diverses, les plus intéressants Wagram, Paveu, Trélus, Bastidon et Fausto. Côté blanc, Ziko bien sûr, Clarion et Aliaga.

Présent du premier au dernier taureau comme à son habitude, Ziko Katif cumule les récompenses du meilleur raseteur de la saison villeneuvoise et de la finale de ce 10e Trophée de la Vigne et des Etangs, 5e Souvenir Gérard-Bouisson. Meilleurs cocardiers de la saison, Doriano de Robert Michel ; de la finale, Bastidon des Baumelles. Avec une jolie remise des prix rehaussée par les Cabidoules du Cailar et la peña Manu and Co.

Wagram (Cyr).- Les hommes attaquent tambour battant face à ce cocardier qui participe franchement, sans refus et à grande vitesse. Un peu trop en confiance, à la 3e minute, Méric est rattrapé, déséquilibré pleine piste, et longuement malmené près des planches, miraculeusement sans trop de dégâts. Quand les débats reprennent, Wagram ne lâche pas les blancs jusqu’aux planches, cornes pointées, brille avec Katif et tient dix minutes rythmées. 6 Carmen et retour.

Souchet (Ricard).- Un jeunot un peu brouillon qui saute seul ou après l’homme. Un peu décalé des planches, s’emporte après Soler (Carmen), quelques enchaînements pour 8 minutes.

Paveu (Guillierme).- Beuglant sa rage, il se jette à grande vitesse sur tous les départs et enchaîne. Sa pointe d’accélération et ses arrivées au ras des barrières se font de plus en plus poussées jusqu’à envoyer méchamment la corne en finition. 10 minutes à fond. 5 Carmen et retour.

Scampi (Plo).- Froid, il faut le forcer ce que font au mieux Katif et Clarion. Les réponses sont sèches et manquent de liant. Bien tiré par Aliaga, il raccompagne droit devant. Ziko tente de très près mais Scampi reste le plus souvent sur ses positions. Rentre ses ficelles. 3 Carmen.

Trélus (Saumade).- Vif, bien campé sur ses différents placements, il suit en force jusqu’au ras des planches. Des conclusions agressives surtout à droite (Katif, Soler) pour 8 minutes les rubans. Attentif, il prend le dessus sur les hommes, s’engage avec puissance et méchanceté sur Ziko (2 fois) et Aliaga, et rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.

Bastidon (Les Baumelles).- Virevolte d’un raset à l’autre aux rubans. Katif le capte pour des réactions poussées. Aux ficelles, plus stable, avec une pointe d’anticipation, raccompagne vivement et balance la corne en finition. Sérieux, ne laisse sa 1re ficelle qu’à la sonnerie. 7 Carmen et retour.

Fausto (La Galère, hp).- Il a du jus et promène mais poursuit à grande vitesse, se cabre ou frappe aux planches. Pétillant pour 10 minutes, il termine gaiement. 7 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

Trophée de l’Avenir : Soler, 7 points ; Méric, 2.

10e Trophée de la Vigne et des Etangs - 5e souvenir Gérard-Bouisson : meilleur raseteur de la saison et de la finale, Ziko Katif. Meilleurs taureaux: de la saison, Doriano de R. Michel (course du 4 juillet); de la finale Bastidon des Baumelles. Coups de cœur à Serge Bouladou, membre de la Section taurine, et à Jean-Pierre Benezech, responsable de l’unité mobile de soins palliatifs du CHU de Montpellier. 

 

 

30/08/2015

SAINT-GEORGES-D'ORQUES *AVENIR*

Samedi 29 août 2015

Katif, Aliaga, Tamarin, trio explosif

 saint-georges-d'orques,tamarin de plo,ziko katif,jérémy aliaga,course camarguaise

Tamarin et Ziko Katif
Un public qui accompagne de la voix les éclats et applaudit les beaux gestes, des taureaux pleins de vigueur, des raseteurs au bon esprit menés par le duo Katif-Aliaga - auquel on peut ajouter Clarion et Ouffe -, des primes conséquentes et des Carmen... La 8e journée du Trophée 3 M, Trophée Michel-Laurens et Revivre du CT Le Trident fut un très bon moment festif et qualitatif. Tamarin de Plo cumule les deux récompenses du jour, Katif, meilleur raseteur du 3M et Aliaga meilleur animateur du M.-Laurens. Mais l’ensemble, bétail et hommes mérite la mention.
Rastignac (Le Rhône).- Un placement rigoureux pour ce taureau qu’il faut séduire de près, ce que fait Katif à merveille (3 fois). Des réactions sèches et des enchaînements serrés dans la bourre de la 1re ficelle levée sur la sonnerie. 5 Carmen et retour.
saint-georges-d'orques,tamarin de plo,ziko katif,jérémy aliaga,course camarguaisePhoto
Une enfermée
de Kenavo sur Aliaga
Kevano (Grand Salan).- Bonne entame sur les chapeaux de roues, ça chauffe dans les séries conclues ras des planches, cornes pointées. Attentif, rapide et vaillant, affiche une grosse présence et des poursuites abouties. Ne laisse sa 2e ficelle qu’à la limite. 6 Carmen et retour.
Tango (Saint-Pierre).- Tout feu tout flamme, il tient pied partout et se soulève sur Clarion. Attentif, Tango trouve le duo Katif - Aliaga pour des invites propres et nettes, plus Clarion pour les actions les plus engagées dont une méchamment abouties haut sur les tubes. Rentre ses ficelles, 2 Carmen et retour.
Tamarin (Plo).- Fougueux, il chasse, saute, et bien embarqué, se jette. Aux ficelles, il n’en fait qu’à sa tête,  complique le jeu par des déplacements incessants et une vista des allers et venues des blancs. A partir de la 10e, rentre vraiment dans sa course et ne laisse plus rien passer, Katif raccompagné avec saut et bascule, Aliaga propulsé la corne dans le dos, coup de barrière après Aliaga, Katif, Vic, Oufdil pour des minutes vibrantes et les ficelles à la maison. 10 Carmen et retour.
Miasset (Guillierme).- Sa bravoure n’a d’égale que sa vaillance. Les hommes ne le lâchent pas, lui, inlassablement répond présent. Ouffe met un terme à la 6e. 5 Carmen et retour.
Pelico (Ricard).- Il assure le spectacle, saute seul ou après l’homme, revient en piste, brille dans des séries soutenues et balance des coups violents aux planches. De la vaillance et du panache, les primes montent et la 2e ficelle part sur la trompette. 7 Carmen et retour.
Picasso (Chaballier, hp).- Le tau de 4 ans n’est pas assailli mais sur le premier raset de Ouffe, il s’envoie comme un bolide. Pas trop raseté, il patiente puis tout d’un coup prend la “rogne” et démonte des mètres de planches. Raseté, il enchaîne par des explosions violentes (Ouffe, Katif). Le final en fanfare qu’il fallait. Des Carmen.
 
Texte et photos
MARTINE ALIAGA
 
Entrée : 3/4 d'arène. Organisateur : CT Le Trident. Président : Jacques Roumajon. Raseteurs droitiers : Katif, Oufdil, Vic. Gauchers : aliaga, Clarion, Guin, Méric (sort au 4e), Ouffe. Tourneurs : Grando, Estève,Labrousse.
Pas de points.
Les prix : Trophée Montpellier Méditerranée Métropole, meilleur raseteur Ziko Katif. Meilleur taureau : Tamarin de Plo.
Trophée Michel-Laurens : meilleur animateur, Jérémy Aliaga. Meilleur taureau : Tamarin de Plo
*************
Tango de Saint-Pierre décolle après Clarion

saint-georges-d'orques,tamarin de plo,ziko katif,jérémy aliaga,course camarguaise

saint-georges-d'orques,tamarin de plo,ziko katif,jérémy aliaga,course camarguaise

saint-georges-d'orques,tamarin de plo,ziko katif,jérémy aliaga,course camarguaise

Explosif Tamarin de Plo après Aliaga...

saint-georges-d'orques,tamarin de plo,ziko katif,jérémy aliaga,course camarguaise

... et après Ziko Katif

saint-georges-d'orques,tamarin de plo,ziko katif,jérémy aliaga,course camarguaise

Le tau Picasso de Chaballier
s'explose après Julien Ouffe

saint-georges-d'orques,tamarin de plo,ziko katif,jérémy aliaga,course camarguaise

et Ziko Katif

saint-georges-d'orques,tamarin de plo,ziko katif,jérémy aliaga,course camarguaise

******************

CLARENSAC *AVENIR*

Samedi 29 août 2015
 
MISTIGRI, LAZARE et BAGNA
LE TRIO DU JOUR

clarensac,cyr,janin,l'escapaïre,course camarguaise

Une belle envolée de Mistigri sur Dimitri Fougère

 
Quel moral il faut au CT L’Escapaïre pour organiser dans ces conditions une course de taureaux avec des arènes dont seulement la moitié compte des gradins seulement (environ 400 sièges) ou plutôt des tribunes. Mais la récompense est là, à l’heure de la capelado, où les gradins sont remplis à bloc démontrant ainsi l’aficion de ce petit village au cœur de La Vaunage.
Au cours de la capelado, où seuls les 5 invités (et 2 tourneurs) participèrent, un vibrant hommage est rendu par Guy Martinelli, président du Club Taurin, à Yves Janin pour qui, la manade faisait en ce jour son retour dans ces arènes après 10 ans d’absence. « Aujourd’hui,  devait être un jour de fête, hélas le sort en a décidé autrement »
Cinq tenues blanches, cela peut paraître suffisant pour ces arènes (à entendre les dires sur les gradins) mais insuffisant pour donner du rythme à la course et le travail utile à chaque taureaux pour s’exprimer naturellement.  Malgré la bonne volonté de G. Cano et par épisode de D. Fougère, les autres faisant selon leurs moyens ou forme du moment (nous sommes fin août), le rythme et l’engagement des hommes à parfois fait défaut rendant l’après-midi platonique mais non dénuée d’intérêts. Ce qui a été fait, a été bien fait.
Présidence bon enfant sans problème majeur.
clarensac,cyr,janin,l'escapaïre,course camarguaisePhoto:
Bagna et Dimitri Fougère
Bagna (Janin – n°013) :
Volontaire, il défend ses principaux attributs durant 2 minutes. Aux ficelles, malgré quelques incursions dans le couloir (5), il présente des dispositions intéressantes surtout derrière les droitiers. Une timide finition sur M. Gougeon et une envolée derrière T. Douville en quasi-fin de course (12’45) pour 1 Carmen. La 1re ficelle sera pour Cano à la 14e minute et le retour se fera en musique. 
clarensac,cyr,janin,l'escapaïre,course camarguaisePhoto:
Nans - Douville
Nans (Cyr – n°001) :
Vif, rapide dans ses ripostes et parfois faisant le pas, il ne va guère motiver les hommes. Plusieurs crochets ne peuvent atteindre la tête (M. Gougeon, G. Cano). Une série déclenche le disque à la 12e minute renouvelé à sa rentrée avec ses ficelles au terme d’une course  non dénuée d’intérêts.
Carca (Janin – n°001) : Irrégulier, il peut lâcher prise ou raccompagner jusqu’à l’extrême limite où il passe timidement la tête (M. Gougeon, G. Cano 2). Mais dès la mi-course, d’un placement rigoureux, il durcit sa course, demandant un sérieux engagement des hommes. De ce fait, il conserve en silence ses ficelles qu’il défendait depuis 3 minutes.
clarensac,cyr,janin,l'escapaïre,course camarguaisePhoto:
Enfermée de Lazare
sur Cano
Lazare (Cyr – n°804) :
Dès la trompette d’attaque, se cale dans l’angle devant le toril  et les hommes ne sauront pas toujours comment s’y prendre pour résoudre l’équation. Celui qui rentrera dans son terrain sera sèchement raccompagné jusqu’au fil des planches. G. Cano le privera de sa cocarde (à 190€) et d’un gland, en un seul coup de crochet à la 13e minute. Le reste retournera sans qu’il ait à forcer au toril avec l’Air de Bizet  pour la 3e fois.
Quimper (Janin – n°020) : Plutôt fuyard, et pas submergé non plus, il va prendre un goût particulier dans la contrepiste, une dizaine de fois dont une dans l’élan derrière T. Douville et G. Cano…
Mistigri (Cyr – n°901) : Va bien jouer son rôle de dernier avec un comportement barricadier. Sur le raset d’attaque, il va rejoindre D. Fougère dans les tubes. Même s’il commet encore quelques erreurs, notamment sur sa volonté de tout honorer (bons et mauvais raset), il ne s’avère par moins spectaculaire par ses coups de buttoirs, cornes pointées vers l’avant derrière G. Cano (3), J. Pinter (2), G Douville ou encore D. Fougère. En possession de son 2e gland son 4e Carmen le raccompagne au toril.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Entrée : le plein (gratuit). Organisateur : CT L’Escapaïre. Présidence : Patrick MATALANA. Raseteurs : G. Cano, J. Pinter, Th. Douville, M. Gougeon , D. Fougère. Tourneurs : C. Garcia, S. Fargier

22/08/2015

LATTES *AVENIR*

 lattes,course camarguaise

Samedi 22 août 2015 - Trophée 3 M

Cadenas et F. Martin 
deux styles mais la même implication

BLOGLATTESTRELUS_2.jpg

▲ Les vainqueur de cette 7e course du Trophée 3M,
François Martin et Trélus de Saumade

▼ Génépy de Saumade et Joachim Cadenas

lattes,course camarguaise

Si différents ces deux jeunes raseteurs. Joachim Cadenas, surdoué du raset, culotté face aux taureaux et au physique avantageux. François Martin, plus léger, appliqué et infatigable travailleur. Les deux ont enchanté les Lattois et les autres lors de cette 7e course du Trophée Montpellier Méditerranée Métropole. L'équipe en blanc a travaillé de concert et donne le meilleur, Ilias Benafitou et Errik apportant leur expérience. Chez les noirs, la première partie est dense, très rasetée, et cela a servi les taureaux qui ont pu exprimer leurs qualités. Trélus fait un 4e qui complique le jeu à souhait et finit par dominer. Les deux derniers moins rasetés même avec la débauche d'énergie de François - après la sortie de Joachim tamponné par Chicuelo (3e), n'ont pas rendu le panache souhaité. L'étalon Gaudi (5e) de Chaballier a manqué de tonus, quant à Gigolo (6e) de Michel, il lui en est resté de l'énergie sous la pédale.

Les prix du Trophée 3 M vont à François Martin et Trélus de Saumade.

Génepy (Saumade).- Toujours le long des planches, il balade les hommes. Aux ficelles, plus posé, il pousse après les raseteurs (Martin, 2 fois). Les hommes travaillent régulièrement en bonne entente et Génépy aligne les séries où il peut se cabrer en finition. 12'30. 6 Carmen et retour.

 lattes,course camarguaise

▲ Caliste avec Joachim Cadenas

Caliste (Michel).- Volontaire, il s'engage dans des enchaînements rythmées. Une légère anticipation au départ, attentif à tout, il fait le pas sur I. Benafitou (pas de Carmen ?), sur Martin (toujours pas de Carmen ?) et sur Cadenas (enfin Carmen). Un Cadenas qui à chaque raset, donne deux voire trois coups de crochet vers l'attribut. Caliste, lui, se bat jusqu'au bout de ses 15 minutes et ne perd sa 2e ficelle que sur la sonnerie. Musique.

lattes,course camarguaisePhoto
Chicuelo
et Hadrien
Poujol

Chicuelo (Chaballier).- Dans un premier temps, affiche un placement et un comportement aléatoire. Se place ou pas, suit ou pas, attaque ou laisse passer... 5 minutes les premiers rubans. Puis la machine se met en route, frappe après Ilias Benafitou, Poujol et Errik. Un peu de retenue, semble se désintéresser mais ne rate pas l'occasion (à la 12e minute) d'agresser Cadenas, un peu trop dans ses cornes. L'attaque est violente, le raseteur touché (contusion). Termine en roue libre, avec une ficelle. 6 Carmen.

lattes,course camarguaise◄ Trélus (Saumade).- Difficile à placer, difficile à tenir et pas question de le berner. Le beau cocardier ne se laisse pas manoeuvrer facilement. De plus, ses accélérations sont puissantes (I. Benafitou). A nouveau bien entrepris par Ilias, il s'envoie aux planches. Fait réfléchir les hommes, prend le pas sur Martin, se bat et conclut encore sur Ilias. Cadenas quitte la piste. Trélus, dominateur, rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

lattes,course camarguaisePhoto
Gaudi et Ilias Benafitou
Gaudi
(Chaballier).- Cadenas sorti, Martin se rend indispensable et est de toutes les passes. Mais le jeune tau n'affiche pas une grande forme. Tranquille, le long des planches, il se laisse raseter sans difficulté. 13 minutes.

Gigolo (Michel).- Ah, dommage ! Les raseteurs ont largement baissé de rythme alors que Gigolo ne pense qu'à se laisser embarquer. Martin joue ses dernières cartouches, le taureau frappe. Et même s'il navigue à la recherche de blanc, à chaque sollicitation, il démontre son envie après l'homme (Errik). Un gros coup après Martin et les ficelles rentrent. Des Carmen.

TEXTE ET PHOTOS

MARTINE ALIAGA

GIGOLO DE MICHEL ET FRANCOIS MARTIN

 

lattes,course camarguaise

 

Entrée : plein. Organisateur : CT Lou Tau. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Cadenas (sort au 4e), F.  Martin. Gauchers : N. Benafitou, Poujol, Errik. Tourneurs : Abbal, Ull, Dunan.

 

 

MANDUEL JOURNEE ET COURSE *AVENIR*

Vendredi 21 août 2015

A côté des arènes
la salle porte le nom de Bernard Gimenez

manduel,2e souvenir bernard gimenez,méric,coquillon,course camarguaise

manduel,2e souvenir bernard gimenez,méric,coquillon,course camarguaiseUne journée placée sous le signe du souvenir et de la reconnaissance envers un homme qui s’est dépensé sans compter pour son village, son club taurin et la bouvine au sens large du terme. Vendredi, en son fief de Manduel, Bernard Gimenez a été honoré en tant que président du CT Le Trident et du Trident d’Or, postes qu’il a tenus jusqu’à son décès le 14 juin 2014. Famille, amis, municipalité, gens de bouvine, manadiers, raseteurs... tous réunis par Monique et son équipe. L’épouse de Bernard ayant repris le flambeau et la présidence du club taurin. En fin de matinée, la salle proche des arènes dévoilait une belle expo de documents, souvenirs  et photos retraçant les grands et les petits moments... des tranches de vie, des petites bulles de bonheur.

manduel,2e souvenir bernard gimenez,méric,coquillon,course camarguaiseSur le parvis, sous la plaque honorifique,, Arlésiennes, peña, et proches réunis ont apprécié parmi les discours - dont celui de Jean-Jacques Granat, maire, et Christian Valat, président actuel du Trident d’Or - l’hommage rendu par Monique Gimenez à son époux. Emouvant ! Et le portrait du débonnaire président bien croqué dans les différentes prises de parole : fort en gueule, passionné, le cœur sur la main... L’activiste de la course camarguaise a écrit de belles pages, désormais, son nom est inscrit dans le marbre. Cette ambiance familiale et chaleureuse ne pouvait engendrer qu’une jolie histoire :    Thibaud, le petit-fils de Bernard,  avait demandé à la manade Guillierme de baptiser un taureau “Moustache” en souvenir des célèbres bacantes de son papé. Le jeune cocardier foulait le sable de la piste, l’après-midi même, pour sa première sortie au Trophée de l’Avenir au 2e Souvenir Bernard-Gimenez. Il paraît que Thibaud avait la pression...

Textes et photos
MARTINE ALIAGA

*****************

Coquillon et Méric
en l'honneur de Bernard Gimenez

 MANDUELCOQUILLONPHMALI.jpg

Déchaussé, déséquillibré par Coquillon
 Marvin Méric frôle le pire

 En hommage à Bernard Gimenez, président du CT Le Trident manduelois et du Trident d’Or jusqu’à son décès en 2014, la journée toute entière lui a été dédiée (nous y reviendrons prochainement). Ambiance familiale et amicale qui s’est étendue jusqu’en piste, l’après-midi, où chacun a fait du mieux qu’il pouvait. Pour les raseteurs, le jeune Méric paye de sa personne, Marquier et Maurel assurent dans une équipe coopératrice. En noir, après un Cortès, redoutable premier, c’est Coquillon qui s’octroie les faveurs – méritées – du jury. Le jeune Moustache de Guillierme, baptisé par Thibaud, petit-fils de Bernard, en l’honneur des célèbres « bacantes » de son papé, fait pour l’occasion ses premiers pas à l’Avenir.

Cortès (Les Baumelles) affiche une vivacité dissuasive et des velleités jusqu’aux planches. Il déjoue les tentatives en serrant de près les candidats aux attributs. S’il n’a pas un placement exemplaire, son implication dans les poursuites est total et dangereux, cornes méchamment pointées. Rentre sa cocarde et aurait dû entendre la musique.

Caiffa (Saint-Pierre).- Il se livre franchement et ses réponses sont plus abouties quand il se tient dans les planches (Carmen). De jolis enchaînements et un peu de retenue pour une ficelle rentrée.

Barjolais (Blanc).- Toujours disponible, il enchaîne avec vivacité. Vaillance et volonté sont ses qualités. Marquier, Méric allongent les trajectoires pour 10 minutes bien rythmées. 4 Carmen et retour.

Moustache (Guillierme).- Le jeune cocardier se prête au jeu pour, d’entrée, une série endiablée. Les hommes en prennent la mesure, lui se livre avec cœur jusqu’au ras des planches. Bravet, pour son premier test à l’Avenir, il ne demande qu’à progresser. 1 Carmen et retour.

Coquillon (Lautier).- Alerte, attentif, il se jette sur tous les rasets et sa vitesse impressionne. Méric s’implique dans de beaux cites, Coquillon aux trousses. Quiché à la planche et déséquilibré par la corne dans son dos, Marvin chute en contre-piste (contusions, mais pas plus). Du coup Coquillon passe la surmultipliée pour de chaudes poursuites. Séries de feu pour le 2e gland levé à la 13e. Garde son pétard jusqu’au bout et rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.

Gabier (Lagarde).-  Ce jeune élément a du peps, du placement, mais perd son punch au fil des minutes. Encore vert, il se fait fugueur et un peu réticent mais fuse encore après Ferriol. Les blancs ont bien travaillé et temporisent. Gabier, a besoin de mûrir et rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.

M.A.

 

manduel,2e souvenir bernard gimenez,méric,coquillon,course camarguaise

 

Trophée de l’Avenir : Méric, 14 points.

2e Souvenir Bernard-Gimenez : Marvin Méric et Coquillon de Lautier.

17/08/2015

LANSARGUES *AVENIR*

lansargues,souvenir pierry-gibert,course camarguaise

Dimanche 16 août 2015
 
UNE SECONDE PARTIE UN PEU PLUS RELEVEE

lansargues,souvenir pierry-gibert,course camarguaise

Campagnier et Marc Sanchez

 
Cette 3e et dernière journée du Trophée Pierry-Gibert, et par conséquent la finale, était à la charge du CT Lou Garrot qui, pour l’occasion se devait de clôturer la fête 2015 qui fut d’ailleurs, au point de vue taurin d’un excellent cru. Hélas cette course, comptant pour le Trophée de l’Avenir allait laisser perplexe et spectateurs qui emplissaient un petit trois-quarts des gradins lorsque seuls les 5 invités (+ 3 tourneurs) se présentèrent à la capelado. Nombre réduit à 4 après le retrait de L. Faure à la fin du premier taureau. Après une première partie insipide, sans rythme (et pour cause) et où les bious, hormis peut-être Llorca n’ont guère joué le jeu, la seconde fut un peu plus attrayante avec les prestations de Rex, Campagnier et Mandarin. Chez les hommes, bien secondés par Frédéric Jockin qui effectuait les reprises tout en prouvant qu’il n’avait en rien perdu son savoir de raseteur, Romain Guin, Rodrigue Ortiz, Marc Sanchez et Victor Jourdan se sont surpassés afin que cette course ne tombe pas dans la grisaille la plus complète.
Palmarès : Le 14e Trophée Souvenir Pierry-Gibert est remporté au point sur les trois courses par Marc Sanchez alors que le meilleur taureau allait revenir en toute logique à Bechet de Saumade pour sa course du 15 août. Sur la finale, le prix du meilleur taureau c’est vu attribué à Rex (Campagnier pouvait également y prétendre) et celui du meilleur raseteur animateur à Romain Guin.
 
Pour ouvrir les débats, Sysley (Blatière Bessac  – n°408) se déplace beaucoup, tout en répondant avec un manque de gnaque. A la 8’, il frappe derrière Guin (Carmen). La suite ne sera que la continuité du début. Rentre en silence  ses ficelles.
Que dire de Pescaïre (Rambier – n°988) ? Les hommes (réduits à 4) n’affichent pas une grande motivation et le taureau a du mal rentrer dans la course. Une timide série, une bonne réaction derrière Sanchez en prélude à   3 incursions en contre-piste. Les ficelles pour lui aussi au toril sans le moindre bruit.
lansargues,souvenir pierry-gibert,course camarguaisePhoto:
Llorca sur Ortiz
Juste avant la pause tant attendu, Llorca (Saumade – n°705) va être le plus coopératif. Raseté au compte-gouttes en début,  il va falloir attendre les ficelles (9e) pour que les choses s’organisent. Ortiz l’entraînera avec lui dans de jolies poursuites (Carmen),  Guin se fera sèchement raccompagner aux planches (Carmen) et une série se mettra en place (Carmen) avec l’aide de Jockin. Un point c’est tout. Avec sa 1re ficelle à 250€, il retourne au toril en silence… ?
Mandarin (Cuillé – n°519) défend ses principaux attributs en signant de belles trajectoires durant 4 minutes. Par la suite, aux ficelles, se place et brille par des arrivées serrées (Jourdan – Guin – Ortiz) et  des échanges raccompagnés au fil des barrières pour 5 Carmen renouvelé à sa rentrée avec sa 1ère ficelle à 300 €. 
lansargues,souvenir pierry-gibert,course camarguaisePhoto:
Rex sur Guin
Rex (Janin – n°610)
se livre en toute franchise et limpidement. Les hommes prennent confiance et vont l’amener dans de jolies poursuites conclues par la corne (Martin – Guin – Jourdan). Vaillant, il défend ses ficelles dans plusieurs enchainements. De nombreux Carmen (9) ainsi qu’à sa rentrée, porteur de sa 1re ficelle à 300 €.
Avec Campagnier (Fabre-Mailhan – n°928) le rythme allait être gardé. Même si cocarde et glands sont partis en 2 minutes après avoir sauté derrière Sanchez (Carmen), 5 séries au cours desquelles il va céder 1 ficelle à Sanchez (10’) vont faire tourner le disque, tout comme à sa rentrée avec la seconde.
Pour conclure, Kimono (Janin – n°108) va se montrer volontaire et plein de bravoure, se prêtant au jeu des hommes qu’il honorera sans baisser de régime durant ses 10 minutes de présence car hors-points.
Texte et photos
CYRIL DANIEL
▼ Mandarin et Jourdan

lansargues,souvenir pierry-gibert,course camarguaise

Entrée : petit trois-quarts. Organisateur : CT Le Garrot. Présidence : Michel Bourrier. Raseteurs : R. Ortiz – M. Sanchez – V. Jourdan – R. Guin – L. Faure (se retire au 2nd). Tourneurs : M. Arnel – M. Martin
Tourneur / Raseteur : F. Jockin. Faits marquants : Rex (Janin) remplace Karke du même élevage. Kimono (Janin) remplace Tenor (Nicollin) sans explications données.    
 

MAUGUIO *AVENIR*

Dimanche 16 août
Marengo et Zbiri pour le Verlaguet
Entrée: plein. Organisateur: mairie. Président: Bruno Séguier. Raseteurs droitiers: Marquier, Oudjit, Outarka, Benoît. Gauchers: Ouffe, Zbiri, T. Mondy (sort au 1er). Tourneurs : Lebrun, Moulin, Lieballe.
 
Un joli spectacle "Il était une fois un jeune gardian...", l'équipe de Renaud Vinuesa, la pena d'Aigues-Mortes, la Pitchoto Camargo, les bandes de jeunes , les enfants et les 10 ans de Pozalco...  voilà une superbe capelado pour cette course qui clôture la fête dans des arènes pleines. Mais en piste, c’est moins festif - au micro, Bruno Séguier se démène avec allegria - avec une équipe de raseteurs réduite où Ouffe prête main forte avec son courage et 15 points de suture à la main.. . Après une première partie douloureuse, les hommes s’organisent par moments et avec ces taureaux très participatifs, l’ambiance monte. Le Verlaguet récompense Zbiri et Marengo de Vellas.

Marcellin (Rouquette).- On ne la fait pas à l’ancien combattant qui en a vu bien d’autres. Aussi les blancs passent au large des cornes qui tricotent et de la vigilance de Marcellin qui rentre sa cocarde.

Pavoun (Vinuesa).- Bien remuant avant de trouver sa place, il se jette dans le raset, brûle la politesse à Zbiri (Carmen). Quelques enchaînements mais pas assez pour que Pavoun brille.
 
Pedro (Lautier).- Rapide et pétillant, il s’engouffre dans tous cites proposés, cloue les cornes à l’arrivée et passe même à travers après Oudjit. De belles séries, Pedro est au taquet et rentre un gland. 8 Carmen et retour.
 
Mouiron (Le Ternen).- Vif, attentif, volontaire, il se pose vers la 5e minute et de là étale une belle vaillance et une légère anticipation. De nombreux enchaînements lui valent 6 Carmen et retour avec une ficelle.
Colbert (Paulin).- Le beau Colbert a la bougeotte, les hommes ont du mal à le capter. Puis tous s’y mettent et Colbert commence à chauffer. Il se frotte aux barrières et au moindre raset, il s’envoie. Cherche la bagarre et frappe violemment (Ouffe, Outarka, Zbiri) pour de superbes actions. 4 Carmen et retour.
Doriano (Michel).- Le préambule est long mais le 1re raset de Zbiri finit frappé avec bascule. Agressif, Doriane cherche la castagne et tient tout le monde à carreau. Concentré, malgré le peu qui lui est proposé, honore deux-trois rasets et “pan” aux planches. Un gros coup sur Ouffe et séries conclues (Zbiri, Benoit) et Ouffe s’octroie le 2e gland à la limite. 6 Carmen et retour.
Marengo (Vellas, hp).- Le sauvage fait le show tout seul, pète tout, agresse spectateurs, tourneurs... A la 4e, prend trois rasets et s’explose littéralement aux planches. Violent, il bascule.. Les blancs s’organisent, l’attaque sur Benoît est grandiose, et il traverse les planches après Ouffe... Rentre ses glands. Des Carmen.
 

MARTINE ALIAGA
Trophée de l’Avenir : Zbiri, 15 points.
Trophée des Raseteurs : Marquier, 6 ; Oudjit, 4 ; Benoît, 3.
Trophée Claude Verlaguet : Zbiri et Marengo.
Meilleur cocardier de la saison : Mignon de Cuillé.

 

16/08/2015

LANSARGUES *AVENIR*

Samedi 15 août

NOIRS ET BLANCS A L’UNISSON !

lansargues,souvenir pierry gibert,course camarguaise

Rameau et Jourdan

 
Pour cette 2e journée du 14e Trophée Pierry Gibert, le Comité des Fêtes avait judicieusement concocté un concours de manades comptant pour le Trophée de l’Avenir qui, au final, fut d’un bon, pour ne pas dire très bon niveau. Pourtant l’on aurait pu craindre le pire lorsque seulement les six invités (+3) défilèrent à la capelado. Mais ce fut juste une crainte, car dès le 1er taureau, et sous l’impulsion et la motivation du président de course, l’on put se rendre compte que la prise de conscience des tenues blanches était à l’ordre du jour. Comme quoi, leur nombre ne veut rien dire.
Après un premier de luxe, que l’on a tendance à trop souvent oublier - en l’occurrence Tessoun -,   Pernen, Rameau,  Mustang et surtout Béchet ont joué, chacun dans leur registre, les premiers rôles. Chez les tenues blanches, si toutes se sont investies mention doit être faite cependant à R. Ortiz, J. Vic, L. Faure et R. Guin.
A noter, une fois de plus le rôle très important du président de course, qui n’a pas lésiné, non pas sur les Carmen pour faire croire que, mais sur les primes pour inciter les hommes. Et ça a marché !
 
lansargues,souvenir pierry gibert,course camarguaisePhoto:
Tessoun et Sanchez
En premier donc, Tessoun (Plo – n°705) de par son positionnement aux planches, ne va pas permettre aux hommes de lui sauter dessus. Consenti de ce fait la plupart du temps arrêté,  ses répliques sont appuyées et menées à terme derrière Ortiz (2), Sanchez (3), Faure ou encore Guin. 6 Carmen plus rentrée avec sa seconde ficelle.
En seconde position Beu-Caire (Guillierme – n°605) ne va pas forcer le rythme, sans refus certes, mais en ne prenant que rarement la sortie du raset si ce n’est derrière Faure où il viendra se dresser à la planche (Carmen) qui lui ravira se 1re ficelle à 182€, la seconde retournant en silence au toril.
lansargues,souvenir pierry gibert,course camarguaisePhoto:
Pernen
et Guin
Pour conclure la première partie, Pernen (Lou Pantaï – n°419) va faire preuve d’une extrême vaillance. Si les principaux attributs partent en moins de trois minutes, c’est en occupant intelligemment la piste qu’il défend ses ficelles. Il enchaîne les rasets, poussant de plus en plus ses ripostes jusqu’aux planches pour d’y dresser derrière Faure, Guin et Ortiz qui lui lèvera la 1re ficelle à 180 €, la seconde étant levée  dans les dernières secondes de course par Sanchez. Carmen à se rentrée joué 9 fois en piste.
Si pour Rameau (Lautier – n°895) le placement n’est pas son point fort, il va compenser par sa rapidité dans laquelle il s’engage sur le raset et dans sa  manière de venir conclure aux planches, cornes en avant notamment derrière Ortiz, Faure, Sanchez et Guin. Avec 2de ficelle très richement primée (600 €) il retourne au toril avec son 8e Carmen.
lansargues,souvenir pierry gibert,course camarguaisePhoto:
Béchet - Ortiz
Avec Béchet (Saumade – n°720) la course allait prendre une autre dimension. D’entrée collé aux planches, il répond en toute franchise  jusqu’à en perdre cocarde et glands en 2 minutes. La suite sera plus compliquée. L’œil aux aguets, il s’engage avec force sur le raset tout en accélérant sur la  distance où à l’arrivée, il peut taper (Vic, Ortiz, Jourdan, Sanchez) ou encore enjamber méchamment les barrières (Ortiz, Guin). Un 7e Carmen et l’ovation le raccompagne au toril.
lansargues,souvenir pierry gibert,course camarguaisePhoto:
Mustang - Vic
En avant dernier, Mustang (Cuillé – n°726) après un départ indiscipliné  (5 sauts) ne va pas être étouffé. Raseté, c’est avec vaillance qu’il répond. Saute dans l’élan derrière Faure (Carmen) avant de récidiver derrière Vic (Carmen). Le 1er gland à 320 € retourne au toril sous l’air de Bizet. A revoir avec davantage de pression.
Pour conclure, Vieto (Bon – n°020) ne va pas être avantagé par sa position de 7e  et surtout de hors points, ne recevant que quelques tentatives des hommes  qui ont tout donné précédemment. Il a démontré cependant une aisance aux planches en s ‘envolant derrière Guin. Attributs intacts, il réintègre le toril avec le disque joué pour la 3e fois.
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
 
 
Entrée : 3/4 d'arène. Organisateur : Cté des Fêtes. Présidence : Philip CHABANON. Raseteurs : L Faure – R Guin – V Jourdan – R Ortiz - M. Sanchez – J Vic. Tourneurs : F Jockin – M Martin – M Arnel

15/08/2015

FOS SUR MER *AVENIR*

Samedi 15 Août 2015

UN RÉBOUSSIER FORTE TÊTE

Fos sur Mer 14 08 24.jpg

Le pétillant Réboussier (Ribaud) explosif derrière Damien Moutet

Entrée: ½ Organisateur: CT Le Galejon Présidence: J Alvarez Droitiers: Ciacchini, Marignan, Marquier, Moutet, Roig. Gauchers: Anane, Ferriol. Tourneurs: Moulin, Tourki, Sagnier.

Ciacchini (aux points) et Moutet (animateur) sont les locomotives du jour face à des taureaux pas toujours en patte. Réboussier pétillant aux planches s'adjuge logiquement le prix du meilleur taureau d'une course débutée par l’école taurine locale et les emboulés sanguins de la manade Fabre-Mailhan. Participation des arlésiennes locales, de l'Arlatenco d'Arles et la péna l’Occitane de St Gilles. S'il perd vite ses rubans, ARLATEN (Fabre-Mailhan) coopère sans difficulté et sans refus. Aux ficelles, les séries s'enchaînent pendant dix minutes trente honorables. 2 Carmen et retour. Avec ses cornes en guidon de vélo, CAPORAL (La Galère) en prend pour son grade. Difficile de sortir de l'emprise blanche même s'il frappe après Marquier puis Ciacchini et saute derrière Moutet. À la dixième aux ficelles, il se réserve de plus en plus et les rentre après avoir démotivé les blancs. 2 Carmen. Les hommes se frottent à LA RAPE (Allard) avec vigueur. Agressif à l'arrivée, il démonte les planches ce qui le rend distrait. Un démontage en règle de plus en plus marqué qui nui à sa course. Dommage, il rentre une ficelle après s'être gaspillé.

Une minute et BESSOUN (Guillierme) qui se livre sans retenue défend ses ficelles. Il soulève parfois les planches à l'arrivée et enferme sévèrement Moutet mais sept minutes sont suffisantes pour le renvoyer au toril en silence. 2 Carmen. Agressif, REBOUSSIER (Ribaud) pointe les cornes à l'arrivée quand le cite est sincère. Même s'il pêche un peu dans le placement, une dizaine d'impacts aux barrières dans dix minutes trente spectaculaires et volontaires avec le prix du jour. 5 Carmen et retour. Si au départ les hommes se font des politesses, ils voient bien que GALANT (St Germain) n'est pas dans un bon jour. Des coups sur les tourneurs ou les portiers, des évasions en contre piste pour une prestation inhabituelle. Deux actions timides après Ciacchini et Ferriol et la première ficelle pour Anane sur la sonnerie mais on attend une revanche......

Fos sur Mer 14 08 1.jpg

Arlaten (Fabre-Mailhan et Damien Moutet meilleur animateur

Fos sur Mer 14 08 3.jpg

Caporal (La Galère) derrière Mathieu Marquier

Fos sur Mer 14 08 5.jpg

La Rape (Manade Allard) agressif avec Jérémy Ciacchini

Fos sur Mer 14 08 15.jpg

Bessoun (Guillierme) se lance à la poursuite de Joffrey Ferriol

Fos sur Mer 14 08 38.jpg

Réboussier (Ribaud) spectaculaire avec Joffrey Ferriol

Fos sur Mer 14 08 50.jpg

Galant (Saint Germain) avec Ferriol

Fos sur Mer 14 08 56.jpg

Jérémy Ciacchini vainqueur aux points

Fos sur Mer 14 08 59.jpg

La remise des prix 

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Ciacchini (18) Marignan (5) Roig (3).

Trophée des Raseteurs: Moutet (13) Anane (10) Ferriol (8) Marquier (7).