Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/07/2014

AIGUES-VIVES *AVENIR*

aigues-vives,finale du sarment d'or,course camarguaise

Dimanche 6 juillet 2014
 
QUI DIT SARMENT D’OR, NE DIT PAS CRU D’EXCEPTION
 
C’est sans grands, mais avec de bons moments que s’est tenue, en ce dernier jour de fête, la Finale du 6e Sarment d’Or devant un gros trois quarts d’arènes.  Des 7 raseteurs  (+ 4 tourneurs) se présentant à la capelado  à l’appel de Jacques Servière,  Mehdi Belgourari s’affichera en incontestable meneur de troupes  suivit de Marc Sanchez et Jérémy Soler. Les autres seront plus en retrait, voire quasiment inexistant  pour certains. A ce rythme, difficile pour les taureaux présentés de se surpasser. Néanmoins, Bel Ami en bon premier, Calice et surtout Caruso et Colbert se sont détachés des autres, parvenant ainsi à se mettre en valeur.
A l’heure de la remise des prix, le 6e Sarment d’Or est revenu au duo de la manade Saint-Pierre (Sissou pour sa course de dimanche dernier et Vaunageol pour sa course de jeudi) et à Mehdi Belgourari. Les prix de la finale récompensant Colbert (Paulin) et  Marc Sanchez.
aigues-vives,finale du sarment d'or,course camarguaisePhoto Bel Ami sur Belgourari
Bel Ami
(n°422 – Occitane) va  être le 1er à fouler la piste. Après avoir été pris dans la tourmente d’attaque, il va se positionner pour former un formidable duo avec M. Belgourari qui l’amènera de l’autre côté et au-dessus des planches à 4 reprises avant de le priver de sa 1re ficelle sur la trompette.  A noter une action sur N. Benafitou pour un 5e Carmen renouvelé à sa rentrée.
Aladin (n°107 – Nicollin) a le poids des années qui pèse (13 ans). Lourdement il défend avec un léger coup de  tête ses principaux attributs durant près de 6 minutes en se mettant en valeur derrière N. Benafitou et Y Zekraoui ce qui lui vaudra les honneurs, rejoués sur une timide série. Délaissé par la suite il conserve ses ficelles et retourne au toril avec le disque. Pourquoi pas ?
aigues-vives,finale du sarment d'or,course camarguaisePhoto Colbert-Sanchez
Avant la pause Colbert (n°714 – Paulin) commence par beaucoup courir. Dès le 1er raset arrêté, M. Sanchez  devra sauter en catastrophe pour échapper à la charge du taureau qui changera alors  de comportement. Collé aux planches, il va sortir avec force pour raccompagner jusqu’aux planches où il va se dresser derrière Sanchez (4), Benafitou (3), Belgourari (3), Bournel (2) et Gaillardet. Avec un 9e Carmen, il réintègre le toril fortement applaudi. 
aigues-vives,finale du sarment d'or,course camarguaisePhoto Caruso - Belgourari
Après la pause, Caruso (n°711 – Saumade) ne va pas non plus faire dans la dentelle. Son placement, rien à dire, ses répliques sèches et appliquées légèrement anticipées, rien à dire. Tenant les hommes en respect, il leur prend l’ascendant et conserve sa 1re ficelle primée à 270€. Un sans-faute d’un grand classicisme apprécié par les puristes, récompensé par un 4e Carmen (seulement).  
Juste après, la course allait tomber dans la banalité avec les 8 minutes de Joaillier (n°708 – Cuillé) qui en véritable coureur de fonds va s’avérer des plus brouillons en ne terminant que très rarement ce qu’il entreprendra. Pourtant avec un nom pareil pour le Sarment d’Or, on aurait pu y croire. Un retour en silence pour un jour sans.  
aigues-vives,finale du sarment d'or,course camarguaisePhoto Calice - Soler
Avant dernier et en petit inconnu, Calice (n° 716 – Sylvéréal) malgré un manque de travail, a laissé entrevoir un petit quelque chose. Raseté sur ses déplacements, il paraît vulnérable bien que sautant derrière Belgourari (2) et Bournel. Par contre, une fois positionné à son avantage, les hommes ne se bousculent pas. Les réactions sont vives, appliquées, anticipées, et non sans risque.  D’un comportement calme et froid, il s’impose et retourne au toril avec  un 3e Carmen.
Pour conclure, Hussard  (n°872 – Laurent) va se prêter au jeu avec deux finitions sur Soler et Zekraoui et une série menée tambour battant pour défendre ses ficelles au peu de tours. Ses 10 minutes furent honorées par le disque qui avait tourné 3 fois en course.
 
CYRIL DANIEL
Texte et photos ( à venir)
 
Organisateur : Comité d'Animation. Entrée : 3/4. Présidence : Jacques Servière. Raseteurs : M. Belgourari  - M. Sanchez - M. Bournel - Y. Zekraoui - J. Gaillardet - J Soler - N Benafitou
Tourneurs : Ch Galibert - B. Joseph - E. Lieballe - O. Abbal

05/07/2014

VILLENEUVE-LES-MAGUELONE *AVENIR*

Samedi 5 juillet 2014

Du rythme, de la qualité et de la variété

villeneuve-les-maguelone,avenir,courses camarguaises

Utaka sur Christophe Clarion

Le seul bémol à ce bon après-midi, pas de raseteur à l’Avenir (beaucoup de blessés)  mais en compensation des raseteurs des groupes 1 et 2 travailleurs qui répétent leurs gammes, assidument et avec de beaux gestes,  avant les grandes courses de l’été.

Des cocardiers aux diverses qualités, les Plo donnent du fil à retordre, les Saint-Gabriel beaucoup de jeu et de coups d’éclats, le jeune Ricard (1er) intermittent, le 2e bon classique. 

Lewis (Ricard).- Il n’a que 5 ans et a besoin de travail. Encore vert, soit il se montre conciliant sur le raset sur lequel il tempère parfois sa charge, soit, bien emmené, il s’emporte jusqu’aux planches. Termine fort sur Katif. 3 Carmen et retour, avec une ficelle.

 

villeneuve-les-maguelone,avenir,courses camarguaises

 

Photo Sergent avec Katif - Sergent (Plo).- Un bon classique qui se livre au rythme soutenu des hommes, il enchaîne les séries avec volonté. Bien positionné, il fait le pas, gagnant du terrain sur le raset. Attentif à tous les départs, il oblige les hommes aux bons gestes. Ziko Katif, Victor Jourdan pour de belles longueurs main au frontal. La 2e ficelle à Jourdan sur la trompette. 7 Carmen et retour.

 villeneuve-les-maguelone,avenir,courses camarguaises

▲ Ténor coince la jambe de Jérémy Aliaga

Ténor (Saint-Gabriel).- Comme me souffle mon voisin, c’est un diesel. Oui et quand le moteur est chaud, il s’escampe lourdement après qui veut s’engager. Une dizaine de tampons dont deux énormes après Katif et un sur Aliaga. Neuf minutes spectaculaires idéales pour finir cette 1re partie. 8 Carmen et retour.

Beefater (Ricard).- Baroule, chasse, raccompagne à vive allure et place la corne (Jourdan). Belles trajectoires avec Vic, Aliaga. Aux ficelles, tient bien sa position, et sort en puissance (Clarion écarté). Meilleur quand il démarre des planches, lâche sa 2e ficelle à l’issue de 13 minutes agréables.  Carmen et retour.

Utaka (Saint-Gabriel).- Beau taureau de 6 ans qui a un pétard de tous les diables. Les hommes mettent du temps à l’entreprendre et le taureau rasète les hommes, se montrant très agressif aux planches. Ouffe trouve la recette et lève cocarde, glands et une ficelle. Après de multiples gros impacts lancés violemment sur Katif, Aliaga, Ouffe pour autant de Carmen, il rentre une ficelle avec les honneurs.

Targueur (Plo).- Ne reste pas longtemps en place et s’évade souvent. Leste, difficile à tenir pour les tourneurs sur qui il monte et frappe. Mais montre un caractère déterminé sur le raset, anticipe Katif,  frappe après Aliaga, Katif, Ouffe. Rageur, s’encagne après les planches, mais reste compliqué. Les hommes ne lui subtiliseront que la coupe de sa cocarde et un gland. Compliqué et à revoir. 2 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS LAURENT SONZOGNI

30/06/2014

MUDAISON *AVENIR*

 mudaison,trident d'or,manade le pantaï,manade ribaud,docker,course camarguaise

Dimanche 29 juin 2014 - Trident d'Or (2es séries)

 RIBAUD ET LOU PANTAI

 DANS UN MOUCHOIR DE POCHE

mudaison,trident d'or,manade le pantaï,manade ribaud,docker,course camarguaise

Le taureau du jour Docker de Ribaud
sur Aliaoui

 Cette deuxième série du Trident d’Or s’est avérée être d’un bon niveau dans les toutes petites arènes héraultaises (peut-être les plus petites de Camargue) devant, à l’heure de la capelado, à peine une moitié des gradins qui se sont ensuite emplis au retrait des guichets… En présence de la pena "Les Sombreros", alors que Thierry Tosas appelle les tenues blanches à se présenter. Elles seront 11 à venir défiler (8+3) parmi lesquelles David Sabatier, Jonathan Vic qui en seront les fers de lance. Mais dans l’ensemble le travail fut constant de régulier, tout en regrettant par moment le fort déséquilibre droite/gauche. Mais bon, par les temps qui courent et avec les nombreux blessés, ne soyons pas trop exigeants.

Une minute de silence à la mémoire de Cyril Rouquette, maire de la commune, et de Bernard Gimenez, président du Trident d’Or, tous deux récemment disparus,  a été observée avant que ne débute la course.
Les membres du jury du Trident d’Or (en grande majorité de l’Est du Rhône) ont attribué  à  la manade Lou Pantaï, avec un lot homogène 192 points et la manade Ribaud avec un lot plus aguerri  194,5 points. Lesquels scores auraient pu être inversés sans contestation possible.
A l’heure de la remise des prix, le  Prix de la Ville est allé à la manade récoltant le plus de point (Manade Ribaud), un prix a été donné au taureau ayant obtenu le plus de points (Docker) et un prix a été remis au raseteur ayant totalisé le maximum de points (D. Sabatier)
Pour la manade Lou Pantaï : Photographe (1er – n°804)  va recevoir une déferlante de laquelle il va se dégager par des inlassables déplacements. Présent sans rechigner sur tout, il entend 3 fois les honneurs sur de jolies conclusions sur Guin, Caizergues et Sabatier (2). En possession de ses ficelles, il réintègre le toril avec les honneurs.
mudaison,trident d'or,manade le pantaï,manade ribaud,docker,course camarguaisePhoto Teston et Castel
Teston
(3e – n°714) après un léger flottement aux principaux attributs mais sans jamais quitter le terrain des planches, va passer la vitesse supérieure aux ficelles en concluant ses arrivées derrière Vic, Castel, Aliaoui, Caizergues (2) et Sabatier faisant résonner 5 fois le disque renouvelé à sa rentrée.
mudaison,trident d'or,manade le pantaï,manade ribaud,docker,course camarguaisePhoto Gédéon et Sabatier
Avec Gédéon (5e – n°830) la musique ne pas va être la même. Positionné "cul aux planches", calme et réfléchi, il surveille tout et s’élance dans le raset pour ne le lâcher qu’aux bois où il profile la corne. Vic, Sabatier, Caizergues l’amèneront dans de belles trajectoires ce qui lui vaudra, entre autres, de nombreux Carmen (6) renouvelé à sa rentrée après avoir cédé sa seconde ficelle dans les ultimes secondes d’une intense prestation.
Pour la manade Ribaud : Régent (2e – n°824) L'étalon sort avec vivacité et baisse la tête au contact. Au fil de temps, il se cantonne aux planches et se montre plus irrégulier dans ses répliques ce qui le privera du disque entendu 2 fois  (1 sur série et 1 sur poursuite sur Sabatier) au retour avec ses ficelles. Agones (4e – n°717) après un début spectaculaire – Finitions sur Vic (2), Charnelet -  va être plus classique. Consenti sans relâche, il va répondre sans baisser de rythme jusqu’aux dernières minutes qui rendues plus pénibles par une 1re ficelle semant la pagaille en piste (ça continue à raseter alors que 3 raseteurs la réclament). Malgré tout il entend justement les honneurs à son retour (déjà joués fois) porteur de sa seconde ficelle. Pour conclure, rien de tel de Docker (6e – n°858) et ses actions. Son placement, souvent à la faute est à l’origine des rasets hasardeux  que doivent faire les hommes pour y parvenir à la tête. Et là, le biou réagit et se dédouble sur le raset pour conclure  à la planche derrière Sabatier (3), R. Mondy,  Aliaoui. Il s’échauffe au fil du temps et vient même sauter aux trousses de Caizergues, Vic et Aliaoui. Ce parcours prometteur lui permet de conserver son 2e gland  avec le disque pour le 7e fois.
 
TEXTE ET PHOTOS
CYRIL DANIEL

 

Organisateur : Comité des Fêtes. Présidence : Th. TOSAS Family. Raseteurs : K. Caizergues – R Guin (sort au 3e sur ennuis musculaires) – C Castell – R Mondy – D Sabatier – J Vic – M Charnelet – F Aliaoui.
Tourneurs : JR Grando – D Dunan – M Martin.
Trident d'Or : manade du Pantaï, 192 points, manade Ribaud, 194,5 points

 

28/06/2014

LA GRANDE-MOTTE

Samedi 28 juin 2014

Jolie entame des journées camarguaises

Bonne petite course que ce concours pour le Souvenir Michel-Severac du CT Lou Gregau. L’équipe blanche travaille régulièrement (Aliaga récompensé du prix du jour et Bruschet tirent devant), et les sept taureaux offrent des qualités à voir, mention à Burano de L’Aurore et Cerbère de Lautier, ainsi qu’à Iroko du Brestalou qui a eu les faveurs du jury. 

Lou Beu (Benabent) a besoin d’être remué et capté, alors il se dépense agressivement aux planches (7 belles actions) pour une bonne moitié de temps à son avantage. A mi-parcours, c’est selon son bon vouloir. Soit il se désintéresse de certaines actions et s’éparpille, même s’il finit fort sur Sanchez et Aliaga. Rentre ses ficelles bouche fermée. 5 Carmen et retour.

Rouget (Cavallini). Tout en mouvement, prend tout ce qui passe, d’un coup s’envoie sur Aliaoui. Les hommes en prennent la mesure, et s’il lâche parfois en cours de route, il ne refuse rien. 8 minutes vaillantes. 2 Carmen et retour.

Burano (L’Aurore).- A grandes foulées, il honore toutes les invites. Aux ficelles, un peu plus posé, il affirme sa volonté sur toutes les actions qu’il conclut volontiers (Soler, 2 fois, Bruschet). Au fil des minutes, il s’octroie le respect des hommes et avec une grosse présence ne lâche sa 2e ficelle qu’à la 14e. 5 Carmen et retour.

Quentin (Occitane).- Pousse dans le raset avec force et beaucoup de sincérité pour conclure de belle manière (Aliaga 2 fois, Aliaoui 2 fois, Sanchez). 7 minutes agréables. 5 Carmen et retour.

Iroko (Brestalou).-  Sa corne perdue à Baillargues est refaite en résine, ça lui fait un drôle de portrait, mais pourquoi pas ? Iroko chasse, ne perd personne de vue et se livre à grande vitesse. Sa rapidité lui donne l’avantage sur les hommes. De plus, il se retourne comme un chat pour s’engouffrer dans le raset suivant. Les hommes hésitent devant ce métronome survitaminé, Aliaga enfermé dans les cornes, Sanchez éconduit pour de chaudes séries applaudies. La 1re ficelle levée presque au terme. 4 Carmen et retour.

Cerbère (Lautier).- Démarre sans grand fait saillant mais après avoir failli toucher Bruschet 7e), il se fait beaucoup plus entreprenant. Toujours avec son bon placement, ses engagements se font puissants, corne pointée. 7 grosses actions et Aliaga met un terme presque sur la sonnerie. 7 Carmen et retour.

Le jeune Picpoul de Michel est hors points, en supplément. Un peu décollé, il pousse dans le raset, envoie un gros coup aux planches où il se plie l’encolure. Reste agréable mais ne serre pas les bois pendant quelques minutes. Il se reprend à la 7e par une paire de jolies finitions. Puis enchaîne un gros coup sur Vic et un puissant sur Bruschet pour un joli final. 2 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Entrée : 1/4 d’arène. Organisateur : CT Lou gregau. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Bruschet, Vic, Roig, Soler, Charnelet. Gauchers : Aliaga, Aliaoui, Sanchez. Tourneurs : Galibert, Estève, Joseph.

Trophée de l’Avenir : Roig, 8 points ; Aliaoui, 8 ; Soler, 4.

22/06/2014

CODOGNAN *AVENIR*

Samedi 21 juin 2014

BIEN BIEN LES BLATIERE !
 
16h pétantes... Alors que le maire du village "au volant" de son attelage à quatre chevaux quitte la piste, les penas  (La Gardounenque – Los Caballeros) suivies un instant après par les Tambourinaïres de l’Estang de l’Or, le groupe folklorique les Cabidoules de Cailar et les gardians de la manade du saule prennent possession des lieux en présence de Régine Pascal.
En ce premier jour de l’été les arènes de Codognan affichent presque le plein à l’heure de la capelado, soit plus d’une heure après le début des hostilités, pour cette course complète de la manade Blatière-Bessac comptant pour le Trophée de l’Avenir où vont venir se présenter 7 tenues blanches chez  lesquelles se sont distingués Rémy Guyon, Mickael Gougeon, Christophe Clarion, Radouane Errik et le jeune Jérémy Soler. Benjamin Sabot et Anthony Gautier sont venus compléter l’équipe aidée de 4 tourneurs (Stéphan Fargier, Thierry Garrido, Benoit Joseph et Frédéric Levy).
Comme la veille, le travail a été de qualité, appliqué et ordonnée  et de forte densité ce qui valut un Carmen final pour les hommes auxquels ont été adjoints les taureaux
Fait marquant : le comité des fêtes avait tenu à honorer lors de cette course tous les raseteurs du village. C’est ainsi qu’ont été appelés pour recevoir un trophée, Guillaume Perez, Alain Quet, Roger Granier, José Vidal, Eugène et Edgard Boissier, Maurice Cavallier et des représentants de Maurice Lansac et Jean-Paul Fesquet.
Le premier à fouler la piste est Quasimodo (n°33) : irrégulier, il peut laisser passer comme répondre et venir conclure comme se fut le cas derrière Gautier et Sabot pour 3 Carmen non renouvelé à sa rentrée, porteur de la seconde ficelle.
codognan,complète de blaitère,courses camarguaisesPhoto Dingo avec Rémi Guyon
De la volonté, de la bravoure, il n’en manque pas chez Dingo (n°831) qui de droite, comme de gauche, chaque raset trouve réponse et les séries se succèdent sous les honneurs six fois. Mais, face à cela, les hommes en viendront à bout en moins de 10 minutes.
Avant la pause, Gallo (n°714) fait preuve lui aussi d’une belle bravoure. A l‘image du précédent, il répond présent à tout et apporte en plus la finition derrière Sabot (3), Guyon (2), Gougeon et Clarion. Le disque, joué à sept reprises le raccompagne au toril avec sa seconde ficelle.
codognan,complète de blaitère,courses camarguaisesPhoto Frelon avec Soler
Frelon
(n°209) du haut de ses 12 printemps assure bien sa place de vedette avec sa volonté de bien faire. Placé correctement, il sort bien pour ne rien lâcher jusqu’aux barrières où il va venir se dresser sur Errik (2), Guyon, Gautier, Sabot (4) ou enjamber derrière Soler. Avec un 8e Carmen, il retourne au toril fortement acclamé.
 codognan,complète de blaitère,courses camarguaisesMecano avec Errik
C'est sans difficulté que le jeune Mécano (n°713) va maintenir le cap. Après une envolée sur Errik c’est avec hargne et ténacité qu’il va réagir, sans hésiter à pousser jusqu’au bout quand l’homme sera à sa portée. Sa jeunesse va l’emporter trois fois dans le couloir mais peu importe, le reste est tellement captivant. Seulement 2 Carmen renouvelé à sa rentrée.
Seule fausse note, Vallespir (n°813) qui malgré une action sur Gougeon va axer sa course sur une trop importante réserve. Pourtant les hommes vont faire le maximum mais en vain si ce n’est quelques petits éclats. codognan,complète de blaitère,courses camarguaises
Photo Nadir sur Errik
Pour conclure Nadir (n°929) ne va guère motiver les troupes qui le solliciteront au compte goutte. Clarion, Errik, Sabot l’amèneront avec eux au dessus des bois pour une paire de Carmen sans un final plaisant. 
 
CYRIL DANIEL
Texte et photos

 

 

MAUSSANE LES ALPILLES *AVENIR*

Samedi 21 Juin 2014

LA NOBLESSE AVEC ROI ET DUC...

Trophée de l'huile

Roi (Fournier) aux planches après Mébarek

Entrée: ¼ Organisateur: CT Vallée des Baux. Présidence: A Noël Droitiers: Marquier, Maurel, Rey, Sabatier. Gauchers: Ferriol, Mebarek, Sanchez. Tourneurs: Dumas, Lebrun, Sagnier.

Marquier prend les commandes du trophée de l'huile (15 points) devant Maurel et Rey (10) bien secondé par Sanchez, Sabatier et Ferriol pas en réussite. Côté taureaux Roi et Duc ont de la noblesse mais il ne faut pas oublier l'excellent Muscadin et le sérieux Toscan.

Délesté de ses rubans en une minute, VICTOR (Chauvet) a du mal à appuyer ses poursuites et face à des crocheteurs confirmés il ne résiste guère plus de sept minutes (normal après deux ans d'absence). Un Carmen. Coureur, MUSCADIN (Fournier) est raseté en mouvement mais il ne néglige aucune sollicitation. Il saute après les hommes ou percute à l'arrivée de nombreuses fois jusqu'à briser la planche après Sabatier. Généreux, il réintègre une ficelle. 8 Carmen et rentrée. Rapide, SEVILLAN (Gillet) mène la danse quand il se jette fort dans le raset. Dommage qu'il ne termine pas ses poursuites car au départ son anticipation lui donne souvent l'avantage qu'il perd après la pose du crochet. Une blessure à l'œil précipite son retour au toril à la dixième avec une ficelle.

L'œil aux aguets, TOSCAN (Chauvet) envoie la corne à l'arrivée. Aux ficelles, il améliore son placement et poursuit avec conviction jusqu'à taper cornes dans les planches. Malgré les primes, il manque de pression et rentre ses ficelles en musique jouée quatre fois. Volontaire, ROI (Fournier) perd ses attributs en deux minutes. Aux ficelles, il remet les pendules à l'heure. Calé aux bois, il se montre agressif avec des arrivées serrées mais lui aussi ne recevra pas le travail suffisant. Il rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour. Élancé, DUC (Gillet) à du pétard quand il se dresse après Sanchez. Son envol au mur de Mouries est dans les têtes et le bioù qui s'ennuie saute seul. A mi-course il percute après Rey et se met au diapason. Il termine sur une note spectaculaire avec des sauts engagés après les hommes. 6 Carmen dont rentrée.

Trophée de l'huile

Victor (Chauvet) coopère avec Joffrey Ferriol

Trophée de l'huile

Muscadin (Fournier) se dresse à la poursuite de Marc Sanchez

Trophée de l'huile

Joffrey Ferriol à la tête de Sévillan (Gillet)

Trophée de l'huile

Toscan (Chauvet) tape derrière David Sabatier

Trophée de l'huile

Roi (Fournier) poursuit Joffrey Ferriol avec détermination

Trophée de l'huile

 Duc (Gillet) serre de près Marc Sanchez

Texte et photos Eric AUPHAN

10/06/2014

LE GRAU-DU-ROI *AVENIR*

Lundi 9 juin 2014
 
FORMIDABLE, FORMIDABLE, FORMIDABLE !
Laos le Bon, Ajax la Brute, Sauvage le Truand

le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaises

Ajax à l'abordage sur Ilias Benafitou

En clôture de ce week-end consacré à la Camargue, où courses de taureaux, spectacles nocturnes aux arènes de grande qualité, marché camarguais se sont succédé, la direction des arènes présentait ce lundi, un concours de manades comptant pour le Trophée de l’Avenir qui fut très bon tout simplement... Très bon côté taureaux mais également côté tenues blanches au nombre de neuf aidés par quatre tourneurs. Seul Vergézois de Blatière-Béssac a été nettement en dessous...
Comme quoi, des taureaux en devenir face à des raseteurs du Trophée des As ou des Raseteurs ça a du bon, pour preuve.... Si l’on devait faire ressortir des noms, nous viendraient immédiatement  Illias Benafitou, Sofiane Rassir malgré sa malchance en récompense, Hadrien Poujol pour de beaux gestes et Cédric Miralles qui a su saisir les occasions pour se mettre en évidence. Romain Bruschet se retire à l’entracte, Sidi Mebarek, Thomas Roig  et Radouane Errik ont bien été présents alors que Kevin Caizergues et Thomas Dumont furent plus en retrait mais quand même présents.
Face à cette équipe, solidaire et travaillant en parfaite osmose, ce qui lui valut un Carmen Final, les taureaux ne pouvaient qu’en tirer profit.
Carmen pour tout le monde et moi je dirais surtout, Carmen à Daniel Siméon pour cette programmation de Pentecôte.
le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaisesPhoto avec Bruschet - Pégoulier (Blanc, n°301) défend ses principaux attributs sans se fixer et en prenant les rasets à la traverse. Par la suite il se place et réagit avec à propos aux sollicitations  de Bruschet, Rassir et vient taper derrière I. Benafitou, Miralles, Errik et sauter derrière Rassir et Benafitou. Il cède sa première ficelle à H. Poujol à l’ultime minute et réintègre avec un 6e Carmen.
le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaisesPhoto avec Errik - Laos (Cyr, n°802) est calme. D’entrée positionné aux planches  il sort en anticipant notamment derrière I. Benafitou (5 fois),  Rassir (3 fois), Errik... Par trois fois, Miralles ne peut aller à la tête et doit traverser la piste, Laos aux trousses. Cocardièrement parlant au top, il entend les honneurs à sa rentrée pour la 8e fois porteur de ses ficelles.
le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaisesPhoto avec Ilias Benafitou.
Avant la pause Offley (Ricard, n°469) est vaillant et barricadier. Après avoir sauté d’un raset à l’autre sans conclure, les actions aux planches se sont multipliées sur Bénafitou, Errik, Rassir, Miralles alors que Poujol se fera propulser sur les tubes, le tout aux accents de Carmen.
Le cocardier de la journée aurait dû être, par sa place de quatrième Vergezois (Blatière-Béssac – n°708) et il le fut uniquement par son placement, cul aux planches. Ses nombreux refus  (malgré l’effort démesuré des blancs qui n’ont pas baissé le bras) ont enseveli les quelques points positifs décelés mais trop brefs que sont ses dispositions aux planches (saut derrière Miralles) pour un Carmen et un retour en silence... Un jour sans pourtant, son début de saison avait été des plus prometteurs.
Plein de bravoure pour Lucas (Cougoulier, n°316), cet ancien pensionnaire de la manade La Vaunage qui va se mettre en valeur dans ses arrivées, certes  avec le mourre mais bien engagées  une dizaine de fois sur Benafitou, Miralles, Roig, Errik, Rassir, Poujol et Mebarek. Le seul à rentrer devant le peu de difficultés présentées, dépouillé  avec de disque, joué 6 fois pour un plaisante prestation.
le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaisesPhoto avec Miralles - Petit, et tout nerveux, Sauvage (Lautier, n° 755) a réussi sans forcer l’épreuve des pistes moyennes du bac. Positionné à son avantage, aux planches, il part avec vivacité, cornes pointées à l’assaut de l’homme en blanc qui se verra, dans la majorité des sauts, menacé à la planche. Miralles, I Benafitou,  Rassir seront raccompagnés au dessus des planches  une dizaine de fois alors que Miralles, non accroché retombera devant le pensionnaire de la manade Lautier qui avait sauté intentionnellement. Le raseteur s’en  tirera sans mal (pas coup de corne) en regagnant la piste par-dessous les planches. Une multitude de Carmen  en récompense et les ficelles à 500 € à la maison.
Pour conclure, appel avait été fait très justement à Ajax (Occitane, n°810) que, telle une brute, rien n’arrête. Puissant, volontaire et imposant, ses arrivées sont fracassantes à chaque coup et non sans risque (lire ci-dessous). Les planches se brisent et les hommes ne baissent pas les bras. Ils iront jusqu’au bout, jusqu’au dernier instant de ce biou pourtant hors point... Une bonne demi-dizaine d'actions,  plus puissantes les unes que les autres pour autant de Caren... A frémir ! 
Le hors point aujourd'hui à servi à faire lever les gradins et à clôturer cette course de la manière la plus formidable possible !
Textes et photos
CYRIL DANIEL
 
AJAX (Occitane) LA BRUTE QUE RIEN N’ARRETE

le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaises

le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaisesMarqué du n° 810, donc âgé seulement de 6 ans, Ajax n’est pas d’Amsterdam mais bel et bien de la manade Occitane et il a captivé toutes les attentions en ce Lundi de Pentecôte dans les arènes Graulènes en dernière position.
Magnifique de présentation, imposant et d’un calme effroyable, il n’en demeure pas moins énervé et captivé quand une tenue blanche entre dans sa ligne de mire. 
Avec force et à grande chevauchée, il se jette dans le raset pour ne le lâcher que très loin, ou très haut dans la contre-piste... rien ne résiste à Ajax, même le plus résistant.
le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaisesUn à un les panneaux de bois se détruisent, tels des bâtiments garnis de TNT... Redoublant de force au fil de son quart d’heure, les arrivées, tout aussi fracassantes, vont de plus en plus haut. Même les portes ouvertes pour le faire revenir en piste ne sont plus un obstacle...
Bref, vous l’avez compris, avec Ajax, c’est certes le spectacle assuré, mais en aucun cas l’architecture informatique (Asynchronous JavaScript and XML) qui permet de construire des applications Web et des sites web dynamiques interactifs. Ajax, lui, opte pour des sites de destruction...
La preuve en images..
C. D.

le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaises

le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaises

le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaises

le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaises

le grau-du-roi,ajax de l'occitane,courses camarguaises

****************************

 
 

08/06/2014

LANSARGUES *AVENIR*

Dimanche 8 juin 2014

Vic et Guyon moteurs de cette jolie course

lansargues,course camarguaise

Rémi Guyon, infatigable, avec Hélios des Termes

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : comité des fêtes. Président : Aurélien Laget. Raseteurs droitiers : Guyon, Miralles, Vic. Gauchers : Guin (sort sur claquage au 5e), Sanchez, Poujol, T. Mondy. Tourneurs : Grando, Lizon, Curtil, Martin.
Du 1er au 7e, toute l’équipe a raseté, Vic et Guyon en meneurs. Du coup pas de temps morts  même dans les difficultés et chaque cocardier a eu ses chances pour montrer ses qualités.  
Coutard (Saumade).- Toujours en mouvement, soutient le rythme élevé des enchaînements et pousse en conclusion. 1 dernière série de feu et il laisse sa 2e ficelle à Guyon. 8 minutes. 3 Carmen et retour.
Pernen (Lou Pantaï).- Il ne reste pas longtemps en place jusqu’à parfois être brouillon. Mais quand il se pose, il se fait respecter par ses accélérations et le tempo qu’il impose aux blancs. 13 belles minutes. 4 Carmen et retour.
Hélios (Les Termes).- Remuant et bon partenaire quand les hommes le pressent même s’il  coupe court parfois. En revanche, il peut aussi se cabrer en finition semant le doute chez les blancs. A mi parcours, s’octroie le devant du toril et alterne séries et conclusions (Guyon 3, Sanchez 2, Poujol, Miralles). Bien qu’il tire la langue, il rentre une ficelle. 7 Carmen et retour.
Cardinal (Lautier).- Chasse, se pose, attend longtemps. Une fois calé, il faut le rentrer alors il vient fort et peut taper. Plus enclin à gauche,  parfois réticent, bref compliqué que ce bipolaire qui garde ses pompons jusqu’à la 12e et  rentre une ficelle. 1 Carmen et retour.
lansargues,course camarguaisePhoto avec Jonathan Vic
Triffis
(Plo).- Met tout son beau gabarit et sa sincérité au service des blancs qui allongent les trajectoires. Toujours bien placé, ce  cocardier généreux offre ses ficelles en neuf minutes lyriques et son élastique pour une minute de plus.
3 Carmen et retour.
Arlésien (Chauvet).- Navigue, toise les hommes qui le craignent. Rapide dans ses réparties, il anticipe Guyon puis frappe après lui. S’enrage après les  planches. Mais reste disponible avec des accélérations dangereuses pendant le travail soutenu aux ficelles. Vic sonne le gong à  8’30. 2 Carmen et retour.
Arlésien avec Rémi Guyon

lansargues,course camarguaise


Roitelet (Saumade, hp).- Avec entrain, il se jette après les hommes pour des séries endiablées et quelques coups aux planches. Volontaire, il s’offre de bon cœur aux blancs qui n’ont toujours pas faibli. Musique !

MARTINE ALIAGA

Trophée des Raseteurs : Vic, 21 points ; Guyon, 19 ; Sanchez, 7; Guin, 5; T. Mondy, 5; Miralles, 4

02/06/2014

NOVES *AVENIR*

Dimanche 01 Juin

Situation périlleuse pour le jeune Gabriel Montésinos qui se retrouve dans une position inconfortable suite à une enfermée du taureau Farfadet de la manade La Galère. En confiance après avoir fait accomplir une splendide action aux planches, il repart de plus belle mais le taureau le rattrape avant la planche et le déséquilibre le placardant violemment contre les bois. La corne déchire le tee-shirt et seulement des contusions pour le courageux raseteur qui réussit à passer sous le marche pied tiré par Arnaud Fesquet qui avait bondi de la présidence. Le film de l'action ci-dessous......

IMG_6474.jpg

 

IMG_6476.jpg

IMG_6479.jpg

IMG_6481.jpg

IMG_6482.jpg

IMG_6483.jpg

IMG_6484.jpg

IMG_6486.jpg

IMG_6490.jpg

IMG_6492.jpg

IMG_6494.jpg

IMG_6497.jpg

IMG_6502.jpg

 IMG_6505.jpg

IMG_6507.jpg

Photos Eric Auphan

 *************************************************************************

 

 

VENDARGUES *AVENIR*

Dimanche 1er juin 2014 - Complète de Laurent

PACHA ET BIZET POUR LES MEILLEURS MOMENTS

 vendargues,8e journée de la main d'or,complète de laurent,courses camarguaises

Pacha (3e) sur Chekade

Entrée : 200 personnes environ. Org. CT La Muleta. Président : Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers : Caizergues, Chekade, Santelli. Gauchers : Martin, Rassir, Sanchez, T. Mondy. Tourneurs : Abbal, Curtil.


vendargues,8e journée de la main d'or,complète de laurent,courses camarguaisesDu mouvement, des sauts, il y en eut pour cette 8e journée de la Main d'Or mais pas que. Pour cette complète de Laurent, il y eut aussi de beaux échanges, des coups de barrière, quelques émotions. Un peu trop de temps morts également. Mais Chekade s’investit, suivi de Rassir et Sanchez pour un rendu final agréable.
Blad de Luno.- Inconstant, il suit ou pas, s’évade et fuse quelquefois pour un long quart d’heure.
vendargues,8e journée de la main d'or,complète de laurent,courses camarguaisesPhoto sur Rassir - Fouquet.- Leste, il saute après l’homme ou frise les planches au terme d’actions bien enchaînées. Chacun est renvoyé haut sur les tubes, notamment Rassir. 12  minutes les premiers attributs, les ficelles peu travaillées rentrent en musique (+ 5  Carmen).
Pacha.- A grandes foulées, il poursuit les blancs et s’emporte après eux en finition. T. Mondy plonge aux abris. Attentif à tous les départs, malgré beaucoup de sauts, il s’enfile de grosses séries où il brille sous les applaudissements. Et bien qu’il tire la langue, il honore un dernier échange où, sur la sonnerie Sanchez lève la 2e ficelle. Belle prestation. 7 Carmen et retour.
Roméo, lui, promène, saute, surveille. Pas un raset jusqu’à la 4e. Et peu par la suite... Chekade prend en main les dernières minutes, pour de beaux cites et des coups de barrière à la hauteur (3). Les ficelles à la maison. 3 Carmen et retour.
Dakota s’enfile une longue série qu’il conclut en basculant avec Rassir qui ne s’accroche pas. Ça passe juste. Le cocardier enchaîne avec volonté dans un bon passage avec Chekade et Rassir. 11 minutes volontaires. 2 Carmen et retour.
Cactus ne tient pas en place. Parfois lâche la trajectoire mais Chekade le capte pour une jolie finition avec bascule. Brouillon et remuant, deux ou trois actions où il s’engage aux planches. Ramène ses ficelles. 3 Carmen et retour.
vendargues,8e journée de la main d'or,complète de laurent,courses camarguaisesPhoto sur Rassir - Bizet (hp) remplace Indian blessé à la cuisse droite le matin à l’embarquement. Belle allure agressive. Conciliant sur le raset et brutal dans ses finitions. De belles frappes violentes en huit actions d’envergure dont une superbe sur Rassir pour autant de Carmen. 14 minutes de qualité et une ficelle aux Marquises avec les honneurs.


MARTINE ALIAGA
Texte et photos


Trophée de l’Avenir : Caizergues, 10 points.
Trophée des Raseteurs : Sanchez, 15 ; Santelli, 2.

 vendargues,8e journée de la main d'or,complète de laurent,courses camarguaises

Bizet et Marc Sanchez

******************************

 

01/06/2014

NOVES *AVENIR*

Dimanche 01 Juin 2014

VACCARÈS - MARTIN COCHER L'ACCORD PARFAIT…

 souvenir chauvet

 Vaccarès et Damien Martin Cocher les deux pointures de la journée.

Entrée: Plein Organisateur: CTPR L’Encierro Présidence: N Beltri Droitiers: Guyon, Moine, Montésinos, Rey, Sabatier Gauchers: N Bénafitou, Lafare, K Marquis, Martin-Cocher, Zékraoui. (Sort au 3ème). Tourneurs: Lizon, G Rado, Savajano, Zerti (sort au 4ème).

On attendait mieux de cette 2ème journée du souvenir Chauvet qui a manqué parfois de conviction des 2 côtés néanmoins Poulidet, Attila (avant sa blessure), Vaccarès et Farfadet honorent leur contrat. Côté blancs Martin Cocher tire la course. Devant la difficulté, son duo avec Vaccarès est un régal. Guyon, Rey et Sabatier suivent.

Avec MOOGLI (Fabre-Mailhan) c'est la loi de la jungle aux rubans (1'30). Aux ficelles, il en faut peu pour être heureux avec le zeste de vaillance qui caractérise la race. Huit minutes à son train avec deux poussées pour autant de Carmen ainsi qu'au retour. POULIDET (Cuillé) est lui aussi vite dépouillé de ses attributs (1'50). Coureur, ses accélérations à la sortie du raset sont intéressantes avec une corne toujours menaçante à l'arrivée. Quel dommage qu'il ne se fixe pas car il conserve une ficelle après une lutte honorable. 5 Carmen et rentrée. La méthode COUET (Chauvet) c'est l'offensive dès les rubans (3'). Aux ficelles, il termine plus volontiers après les gauchers mais après une interruption pour vérifier son œil, sa course baisse en intensité. Moins vif les hommes ne lui mettent pas la pression. C'est décevant. 1 Carmen et retour.

Cocardier rapide, ATTILA (Lautier) ne subit pas l'invasion des blancs. Ses poursuites sont empreintes d'un réel danger malheureusement à la sixième il tape, perd le fourreau corne gauche et réintègre le toril. 3 Carmen et rentrée. Imposant, CARUSO (Saumade) joue les ténors quand il enferme Guyon. Néanmoins les hommes se mettent au diapason mais un bout de ficelle coincé lui fait prendre une pression maximum qu'il honore avec quelques réactions positives au bout de ses forces. 6 Carmen et retour. Fulgurant, VACCARÈS(Ricard) annonce la couleur sur Martin Cocher qui passe juste. Première série à blanc et saut sur Martin Cocher son principal adversaire. Damien coupe le ruban qu'il aurait mérité de lever tant il s'implique. Dominateur, encore une grosse percussion en bascule sur Damien et la cocarde retourne au toril. 5 Carmen dont rentrée. Décidé, FARFADET (La Galère) le feu follet à de l'envie. Il se place, sort avec rapidité et percute quand l'occasion se présente comme sur Montésinos. Sur un raset engagé, il le rattrape et le percute contre les planches. Il s'en sort le tricot déchiré en passant sous le marche pied. Un final agressif qui rehausse sa prestation. 8 Carmen et rentrée.

souvenir chauvet

Moogli (Fabre-Mailhan) pointe les cornes après Nabil Bénafitou

souvenir chauvet

Poulidet (Cuillé) aux trousses de Damien Martin Cocher

souvenir chauvet

Couet (Chauvet) tape après Damien Martin Cocher

souvenir chauvet

Attila (Lautier) contre les planches après Damien Martin Cocher

souvenir chauvet

Damien Martin Cocher à la tête de Caruso (Saumade)

souvenir chauvet

Vaccarès (Ricard) s'envoie après Damien Martin Cocher omniprésent

souvenir chauvet

Farfadet (La Galère) enferme Gabriel Montésinos

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Zekraoui (6).

Trophée des Raseteurs: Guyon (11) Martin Cocher, Sabatier (8) Lafare (3) Moine (1).

31/05/2014

SAINT MARTIN DE CRAU *AVENIR*

Samedi 31 Mai 2014

LA COURSE SPECTACULAIRE DE BEN HUR …

 san juan

De l'agressivité avec Ben Hur (Lautier) après David Moine

Entrée: 1/20ème Organisateur: CTPR St Martinois Présidence: P Chabanon Droitiers: Guyon, D Maurel, Moine, Roig. Gauchers: Bouhargane, Ferriol, Gaillardet. Tourneurs: Dumas, Lieballe, Lizon, Lopez.

Devant des gradins clairsemés la course n'a jamais atteint les sommets malgré l'énergie et les primes de Philippe Chabanon. Les raseteurs homogènes se sont révélés supérieurs face à des taureaux qui (pour certains) demandent à mûrir. Après Boubi compliqué, Méphisto à des qualités mais ne tient pas la cadence tandis que Ben Hur amène la touche spectaculaire.

Bien placé, BOUBI (Chauvet) utilise un violent coup de revers qui gêne la pose des crochets au maximum. D'ailleurs, on attaque les ficelles à la huitième. Toujours coopératif mais avec un balancement moins prononcé il les conserve avec la musique au retour. Une pincée de finition n'aurai pas nui.... Mobile, LIGNAC (La Galère) se laisse cuisiner trois minutes aux rubans. Sans difficulté, il ne rechigne pas dans les séries et les rasets sans être gastronomiques  s'enchaînent à un rythme soutenu. Deux poussées au ras des bois pour autant de Carmen. Il rentre néanmoins une ficelle mais sans étoile. Vif, MÉPHISTO (Chapelle-Brugeas) fait impression avec ses longues cornes mais les raseteurs en prennent vite la mesure. Volontaire aux ficelles, il s'avère un partenaire coopératif qui offre douze minutes généreuses mais en manque de reins. 5 Carmen et rentrée.

Vaillant, SALADIN (Saumade) donne un peu plus de relief aux ficelles après avoir perdu rapidement ses pompons. Il maîtrise plutôt bien l'espace mais manque de poussée à la sortie du raset et s'incline en douze minutes trente. 3 Carmen et retour. D'entrée, BEN HUR (Lautier) saute après Guyon et tape tête aux planches à l'arrivée. Généreux, il met beaucoup de cœur dans ses finitions percutantes ou ses sauts agressifs après les hommes. Quatorze minutes spectaculaires et combatives qui sauvent un peu la course. 5 Carmen et rentrée. Disponible, REBOUSSIE (Ribaud) subit l'assaut blanc et combat avec peu de conviction. En dessous de ses performances, ses huit minutes trente finissent un peu mieux mais ne rehaussent pas sa timide prestation qui déçoit malgré 3 Carmen et retour.

san juan

Rémi Guyon à la tête de Boubi (Chauvet)

san juan

Geste sûr de David Maurel à la tête de Lignac (La Galère)

 san juan

Longues cornes à l'affut pour Méphisto à la poursuite de David Maurel

san juan

Poursuite de Sladin (Saumade) après Joan Gaillardet 

san juan

Ben Hur (Lautier) cogne après Rémi Guyon

mais aussi après David Maurel ci-dessous

san juan

san juan

Réboussié (Ribaud) pointe la corne après Rémi Guyon

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Bouarghane (15) Roig (6) Gaillardet (5).

25/05/2014

AIMARGUES *AVENIR*

 aimargues,rabino,clarion,courses camarguaisesEn présence du fils de Léopold Dupont et de membres de sa famille
le président de La Ballestilla, Régis Conesa récompense
Christophe Clarion

et la manade Raynaud pour Rabino

Dimanche 25 mai 2014

Rabino et Clarion pour le Léo-Dupont

Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : CT La Ballestilla. Président : Jacques Servière. Raseteurs droitiers : Fougère, Miralles, Soler, Marquier. Gauchers: Clarion, K. Marquis, Martin, Sanchez. Tourneurs : Abbal, Labrousse, Beker, F. Garrido.

aimargues,rabino,clarion,courses camarguaises◄ Photo - Rabino s’offre le prix du meilleur taureau pour ce Trophée Léo-Dupont, c’est mérité. Un autre cocardier attire aussi l’attention. Le jeune Achille de l’Occitane qui, à 6 ans, termine la course avec vigueur affichant de belles qualités. Christophe Clarion s’octroie le prix du meilleur animateur, c’est mérité pour son travail continu tout au long de la course. Les autres raseteurs étant moins omniprésents pour un rendu parfois brouillon alternant avec de bons passages. Après une première partie fade, la course prend son essor avec Rabino et termine bien avec Achille.

Frelon (Blatière-Bessac).- Sans vraiment se poser, il ne dit jamais non mais à son rythme. Alterne les séries et des conclusions bien frappées (5). Rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

Limbert (Guillierme).- Remuant, il enchaîne avec cœur en offrant son frontal. Beaucoup de mouvement qui font courir les hommes pour des rasets de passage. 8 minutes.

Uchaudois (Saint-Pierre).- Lui aussi a la bougeotte qu’il compense par une grosse volonté. Quand il se pose, les rasets sont mieux calculés. Encaisse de multiples séries dont une terrible pour sa 1re ficelle dont il sort éprouvé. Un enchaînement pour la 2e met un terme à la 13e. Musique.

 aimargues,rabino,clarion,courses camarguaises

▲ Photo avec Clarion - Rabino (Raynaud).- Affiche son agressivité et à chaque action se soulève. Ne se laisse pas manœuvrer et impose ses grosses finitions pour peu que la fin du raset ne lui coupe pas les reins. Change de terrain quand bon lui semble, pour des conclusions violentes, bascule après Sanchez, et bombarde Miralles, K. Marquis, Fougère. Rentre une ficelle. 7 Carmen et retour.

Raplau (Chauvet).- Vif, il court partout pour une entame brouillon. Navigue et prend tout avec une brave santé. Un peu plus stable les dernières minutes, il trace deux belles trajectoires aux trousses de Fougère et affiche une grosse vaillance qui lui permet de rentrer 1 ficelle. 3 Carmen et retour.

aimargues,rabino,clarion,courses camarguaisesAchille (L’Occitane ► Photo).- Sa vigueur et son désir d’en découdre impressionnent pour de longues minutes de rasets à blanc. Puis met beaucoup d’envie dans les enchaînements pour des conclusions pétantes (Miralles, Fougère). Alors qu’on aimerait voir des rasets une fois qu’il se cale, les hommes l’entraînent dans des reprises qu’il honore pourtant avec cœur et finitions (Marquier, Clarion). Et même s’il peine les dernières minutes, sur un tempo de feu, il a montré de réelles qualités. 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
Texte et photos

Trophée de l’Avenir : Soler, 2.

Trophée des Raseteurs : Marquier, 16 ; clarion, 13 ; Fougère, 11 ; Sanchez, 3 ; Miralles, 1. 

▼ RABINO SUR SANCHEZ

 aimargues,rabino,clarion,courses camarguaises

▼ ACHILLE SUR MIRALLES

aimargues,rabino,clarion,courses camarguaises

***********************

 

17/05/2014

VILLENEUVE-LES-MAGUELONE *AVENIR*

Samedi 17 mai 2014 - 1re journée du Trophée de la Vigne et des Etangs

Lebrau intransigeant !

Le cocardier de Cyr a imposé sa loi pour la 1re journée du trophée villeneuvois. Face à une grosse équipe de raseteurs, Lebrau a apporté la difficulté et le danger. Compliqué, ne se laissant pas leurrer par les tourneurs, imposant ses différents terrains et toujours susceptible de passer à la vitesse supérieure. Comme quand il se jette méchamment et bascule après Jean-Henry Oudjit qu'il empêche de s'accrocher et qu'il reprend quand le raseteur essaie de revenir en piste. Deux coups de corne (un à la cuisse, un à la fesse).  Avec Lou Guechou de La Galère (3e), ils ont fait monter d'un cran cette course qui termine bien avec Tyrosse (hp).  Les hommes ont imposé un rythme soutenu aux taureaux mais ont su aussi faire briller et ce jusqu'au dernier hors point.

Coutard (Saumade).- ça va vite, le taureau se livre, quelques trajectoires appuyées (2 Carmen) et quatre minutes suffisent.

Pensateu (Guillierme).- Tout fou, il court partout en bâclant le travail. Brouillon, les hommes font comme ils peuvent mais en viennent à bout en 7 minutes.

Lou Guechou (La Galère).- Navigue mais riposte avec vivacité. Aux ficelles, placé, il guette les départs, coupe le terrain, anticipe  (Katif) et peut conclure en envoyant la corne (Ouffe). Utilise les angles, se montre redoutable sur le premier raset où il pousse fort, Katif allonge pour de belles poursuites. A mi temps, Lou Guechou se cale mais sort toujours avec envie sur les rasets engagés de Katif, R. Marquis, enferme dangereusement Cadenas et Ziko lève la 2e ficelle presque au terme. 4 Carmen et retour.

Lebrau (Cyr).- Annonce la couleur d'entrée en se cabrant sur Aliaga. Il cherche sa place, les hommes se précipitent, mais le cocardier ne se laisse pas berner, serre R. Marquis, cornes à l'affût. Jean Henry Oudjit s'engage, reste dans le berceau des cornes, Lebrau se démultiplie et bascule avec lui lui infligeant 2 coups de corne. 10 minutes d'arrêt. Au redémarrage, les blancs ne sont pas trop gaillards. Aliaga est écarté, Ouffe pour le 2e gland à la 10e. Un peu décollé, Lebrau veille, laisse venir et tient toute la troupe en respect. Un enchaînement conclu sur Marquis, une grosse action sur Katif et rentre ses ficelles. Solide. 3 Carmen et retour.

Roitelet (Saumade).- Alterne le bon et le moins bon. Beaucoup de déplacements, mais participe avec vigueur dans les enchaînements même s'il lâche parfois. Petit à petit, agrémente ses poursuites de coups aux planches (Ibarra, Katif). Katif se règle sur son rythme et régale mais huit minutes trente suffisent. 2 Carmen et retour.

Roule Code (Guillierme).- Prend les rasets de traverse toujours à bouleguer partout. Les hommes essaient de l'intéresser mais rien n'y fait. Katif l'embarque jusqu'aux planches (Carmen) mais vraiment trop brouillon. 9 minutes et 1 Carmen généreux au retour.

Tyrosse (La Galère, hors point pour le Trophée Taurin mais compte pour le Trophée villeneuvois).- Haut sur patte et grandes bannes, Tyrosse a son rythme. Et quand les hommes l'ont compris, les coups aux planches se multiplient  dont certains avec bascule et un énorme après Katif. Une grosse dizaine d'actions pour un bon final. Plein de Carmen.

MARTINE ALIAGA

Entrée : 1/3 d'arène. Organisateur : Section taurine. Président : B. Séguier. Raseteurs droitiers : Katif, Oudjit, Cadenas, Ibarra, Vic. Gauchers : Aliaga, Ouffe, Clarion, R. Marquis. Tourneurs : Grando, Jockin, Khaled, Rouveyrolles.

Le raseteur Jean-Henry Oudjit a été emporté à l'hôpital su Millénaire de Montpellier. Lebrau lui a infligé deux coups de corne (fesse et cuisse) mais aux dernières nouvelles juste après la course, rien de vital n'est touché. 

 

11/05/2014

PORT SAINT LOUIS *AVENIR*

Dimanche 11 Mai 2014

SUPERBES ADIEUX DE VERAN…

Port Saint Louis

Véran (Allard) et Mathieu Marquier les lauréats de la journée.

Entrée: 1/8ème Organisateur: CT Titi Boncoeur Présidence: J Alvarez Droitiers: Faure, Marquier, Moine, Rey, Sanchis. Gauchers: Alarcon, Bouarghane, Gougeon, Oleskevich (sort au 3ème) Tourneurs: Fargier, Lebrun, Lopez, Zucchelli

Pour cette course anniversaire des quarante cinq ans du club taurin, Véran qui termine sa carrière s'offre le prix du meilleur taureau après une prestation harmonieuse avec les hommes. Héphaïstos et Attila tirent leur épingle du jeu. Marquier gagne logiquement le prix du meilleur animateur bien secondé par Bouarghane. Les autres s'inscrivent au palmarès avec plus ou moins de réussite. Présidence généreuse mais bémol avec l'arrosage trop léger engendrant une poussière épaisse.

A onze ans, FENOUILLET (Layalle) use d'un coup de revers pour se défendre tout en assurant quelques percussions toniques aux planches. Sans placement, il subit en permanence la pression blanche mais conserve une ficelle. 3 Carmen et retour. Début timide de LOU MAMAÏ (Espelly-Blanc) qui refuse pas mal le combat. Son comportement est trop intermittent pour réveiller l'assistance. Il finit par lasser les blancs malgré deux ou trois séries épisodiques. Silence général. Décidé, HEPHAÏSTOS (Lagarde) montre immédiatement de l'agressivité aux planches. Il change de terrain et cherche le combat qui a du mal à venir. Presque chaque raset se termine au ras des bois ou par une action. Plutôt gaucher, sur la fin il baisse un peu la garde mais conserve ses glands. 3 Carmen et rentrée.

Cocardier, VERAN (Allard) qui fait sa tournée d'adieu montre de beaux restes. Les hommes jouent le jeu, belles enfermées main sur le frontal et puissantes arrivées (6) pour treize minutes limpides très appréciées. Superbe sortie avec 8 Carmen et retour. Leste, le barbare noir ATTILA (Lautier) se fait respecter car en plus de son placement il profile ses cornes effilées à l'arrivée. Vite retourné, il se dédouble sur la reprise et percute quand l'occasion se présente. Les blancs n'envahissent pas assez son espace et maître du combat il réintègre ses ficelles avec 3 Carmen dont rentrée. Pas attaqué, BAIGNEUR (Ricard) saute. Entrepris, il montre de la disponibilité avec des sauts mais souvent à côté. Facile sur le raset, il se gaspille trop en contre piste. A revoir. 1 Carmen et retour. Le jeune CILAOS (Gillet) se plait dans les séries et accepte franchement les rasets. Généreux, il se chauffe, s'avère intéressant avec deux sauts et une action après Rey. Il s'incline sur la sonnerie avec les honneurs joués cinq fois en piste...

 port saint louis

 Fenouillet (Layalle) met en danger Julien Rey

port saint louis

Lou Mamaï (Espelly-Blanc) avec Mathieu Marquier

 port saint louis

 Djamel Bouarghane saute devant Héphaïstos (Lagarde)

 port saint louis

Véran (Allard) met la pression derrières Julien Rey

port saint louis

Attila (Lautier) pointe les cornes sur Lucas Faure

port saint louis

Baigneur (Ricard) s'engage dans le pourtour après Lucas Faure

port saint louis

 Cilaos (Gillet) s'emporte au-delà des planches après Julien Rey

Texte et photos Éric AUPHAN

Trophée de l'Avenir : Bouarghane (11)

Trophée des Raseteurs : Marquier (26) Moine, Oleskevich (2), Alarcon (3)

10/05/2014

ALLEINS *AVENIR*

Samedi 10 Mai 2014

UN TORONTO CAPITAL...

 alleins

Toronto (La Galère) et Gabriel Montésinos les deux jeunots de la course

Entrée: 1/4 Organisateur: CT Lou Bastidon. Présidence: C Crouzatier. Droitiers: Gautier, Moine, Montésinos, Roig, Sabot. Gauchers: Boyer, Ferriol, Gougeon. Tourneurs: Jorquera, Lévy, Sagnier.

La course complète de la Galère est rehaussée par Toronto déjà très doué après une première partie décevante. La seconde est plus intéressante avec un brillant Verdi. La fraîcheur de Montésinos (peu récompensé de son excellent travail) est la surprise blanche du jour. A gauche Ferriol s'investit vraiment avec efficacité. Sabot, Moine, Gautier et Roig ne sont pas en reste. La piste sableuse et poussiéreuse (mal arrosée) ne facilite pas le travail des raseteurs, la vélocité des taureaux et le confort des spectateurs. 

Sans faire monter les degrés, CAMPBELL (1er) à du mal à s'investir. Ses réactions sont vraiment épisodiques et même s'il enferme Montésinos et frappe après Sabot, ses 12 minutes manquent de rythme. 3 Carmen et silence. Vaillant au possible, LAZARE (2nd) défend ses ficelles dès la première minute. Il se jette bien dans le raset, les hommes lui font accomplir huit minutes intenses sans refus. 3 Carmen et rentrée. Les blancs ne savent pas comment aborder, CAPORAL (3ème). Coureur, la tête dans le sable il se prête difficilement au jeu. Sa façon de baisser la tête gêne et s'il égaye sa fin de course avec 3 actions percutantes c'est sans convaincre qu'il rentre un gland en musique. 4 Carmen mais sans grade.

Vite calé, TORONTO (4ème) change la donne. Vif comme l'éclair et doté d'aiguilles meurtrières il élargit le cercle. Toujours prêt, il pointe ses cornes à l'arrivée. Montésinos lui sert de superbes rasets courts mais n'est pas récompensé. Compliqué et déjà très doué, il conserve facilement ses ficelles. 4 Carmen dont retour. Classique, VERDI (5ème) offre une course volontaire. Brillant dans les séries, il tape sur Sabot et reste en bascule après Montésinos. Sa fin de course est attractive avec des puissantes arrivées. Il s'incline sur la sonnerie après une brillante partition. 8 Carmen et rentrée. Un peu loin des planches, ARLESIEN (6ème) défend ses ficelles en deux minutes. Sa position centriste ne l'empêche pas de se dresser derrière Roig et Gautier. Il fait preuve d'un moral à tout épreuve et se bat jusqu'à ce que Gougeon ne stoppe le chrono à la dernière minute. 3 Carmen et retour. A 11 ans, MOKA (7ème) à un goût de déjà vu mais reste une saveur sauvage pour dix minutes combatives ponctuées de cinq finitions aux planches. 6 Carmen et rentrée.

 alleins

 L'enfermée de Campbell après Gabriel Montésinos

alleins

David Moine pose la main sur le frontal de Lazare

alleins

Caporal termine aux trousses de Mickaël Gougeon

alleins

Cornes menaçantes pour Toronto avec Benjamin Sabot

alleins

 Verdi termine en bascule derrière Gabriel Montésinos

alleins

Arlésien poursuit Anthony Gautier jusqu'aux bois.

alleins

 Moka frappe aux planches derrière Gabriel Montésinos

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée Avenir: Sabot (12) Gautier, Roig (8) Montésinos  (2)

PALAVAS-LES-FLOTS *AVENIR*

Vendredi 9 mai 2014

Entre As et Avenir

Entrée : environ 400 personnes. Org. : CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Chekade, Faure, Moine. Gauchers : Bouhargane, Errik, Gaillardet. Tourneurs : Noguera, Lopez, Lieballe, Bensalah.
La complète de Cuillé balance entre As et Avenir. Mais dans cette piste à la surface importante, six raseteurs c’est juste et l’après-midi en a subi quelques langueurs. Malgré l’apport de 3 hommes des As, 1 groupe 2, l’ensemble a manqué de cohésion, surtout en 2e partie. 13 ficelles sur 14 rentrent... Pareil pour les taureaux de Cuillé - trois de 9 ans, deux de 8, deux de 7 - parmi lesquels Poulidet (4e) fait le meilleur quart d’heure.
Sorbier.- Un cocardier qui se tient et qui, bien cité, sort en force. Agressif et concentré jusqu’au bout du quart d’heure, il conserve une ficelle après plusieurs enfermées du plus bel effet. 3 Carmen et retour.
Givalon.- Très remuant au début, bien entrepris, il assure de multiples séries vaillantes et volontaires. Intéressant, rentre ses ficelles avec 5 Carmen et retour.
Mandarin. - Quand les hommes mettent du rythme, il répond présent par des enchaînements rythmés où il frise les planches et les mollets. Quelques duos serrés avec Chekade et rentre ses ficelles 5 Carmen et retour.
Poulidet.- Beaucoup de déplacements pour une entame brouillonne. Mais mis au travail les ripostes sont à la hauteur. Un peu fantasque, un peu remuant, mais avec du caractère, un Cuillé comme on aime. Termine en lançant la corne en conclusion sur Gaillardet puis Chekade. Les ficelles à la maison. 8 Carmen et retour.
Dalloz.- Au grand galop, prend les rasets de passage. Se chauffe et se cabre après Chekade, s’emporte après Errik, serre Faure, bascule après Chekade, enferme Gaillardet. Mais trop de vagabondages et pas assez d’assiduité des blancs. Les ficelles rentrent. 4 Carmen et retour.
Joaillier.- Fonce sur tout ce qui bouge mais se montre brave sur le raset. Malheureusement, il s’est blessé à la bouche à sa sortie du toril et le manadier le rentre à la 5e.
Izoir (7e hp).- Pète le feu mais ne trouve personne pour partager sa rage. Quelques actions décousues... pas assez pour séduire.


MARTINE ALIAGA


Trophée de l’Avenir : Bouhargane, 12 points ; Gaillardet, 3.

03/05/2014

PALAVAS-LES-FLOTS *AVENIR*

Samedi 3 mai 2014

Médoc le millésime supérieur de Saumade

palavas,complète de saumade,courses camarguaises

Médoc - Bouhargane

 

palavas,complète de saumade,courses camarguaisesEntrée : 1/4 d’arène. Org.: CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Ayme, Pradier (sort au 5e), Sanchis, D. Maurel. Gauchers : Bouhargane (sort au 6e), Gaillardet, Poujol, Coulomb. Tourneurs : Noguera, P. Rado, Lieballe, Sanchez.

Belle entrée (plus de 1 000 spectateurs) pour cette complète de la manade Saumade, sept taureaux intéressants de 7 ans dont Médoc ressort en cocardier supérieur et le tau Eos pour sa puissance spectaculaire. Trop de temps morts du côté des blancs, Bouhargane se fait voir en 1re partie, Gaillardet en seconde.

Trélus.- Montre d’entrée du caractère en poussant fort après les hommes (Bouhargane, Poujol). Lâche parfois l’affaire mais bien pressé, passe agressivement le mourre ou se soulève. Livre sa 1re ficelle après une belle bagarre et rentre l’autre. Des Carmen plus retour. 

Liber.- Les hommes mettent du temps à l’attaquer pourtant Liber montre moins de mordant que Trélus. Baisse la tête au contact. Placé, il lui faudrait plus d’investissement et de rythme. Rentre se ficelles.

Castor.- Attaqué mollement, il répond sur le même tempo, malgré une grosse réaction sur Bouhargane. C’est long. Enfin, une belle série, Castor se met au diapason mais c’est déjà la 14e minute. Rentre une ficelle. Des Carmen et retour.

 palavas,complète de saumade,courses camarguaises

palavas,complète de saumade,courses camarguaises

 Photo avec Poujol - Caruso.- Fier, il s’approprie la piste. Se livre dans les échanges, anticipe sur Poujol qui passe sous les pattes (sans trop de mal). Du coup, le taureau trouve les angles et se montre bon partenaire quand ça s’anime. Sait sortir de l’emprise, pousse après Sanchis obligé de se jeter sous l’estribo. Une ficelle rentre. 5 Carmen et retour.

Béchet.- Impressionne par sa prestance et raccompagne fermement à grandes foulées. Lui aussi s’adjuge les angles. De bons enchaînements poussés pour 13 minutes de qualité. 4 Carmen et retour.

palavas,complète de saumade,courses camarguaisesMédoc ► Photo sur Gaillardet.- Un long round d’observation et premier coup de semonce sur Bouhargane. Les blancs sont frileux et Médoc fait le cador. Brise et bascule sur une violente action après Bouhargane (cheville touchée). Bien calé, Médoc laisse venir et envoie des boulets de canon après son seul adversaire Gaillardet. 3 superbes actions où il fracasse les planches. Seule sa cocarde est coupée. Respect ! 6 Carmen et retour.

Le magnifique Eos (hp) allie placement, vitesse, violence. Seul Gaillardet s’expose pour 3 ripostes de feu avec bascule. 1 dernier coup sur Poujol et le tau rentre sa cocarde et ses glands. Des Carmen.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée de l’Avenir : Bouhargane, 22 points ; Gaillardet, 4 ; Pradier, 2. 

▼ EOS et GAILLARDET

 palavas,complète de saumade,courses camarguaises

palavas,complète de saumade,courses camarguaises

*******************

 

02/05/2014

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES

Jeudi 1er mai 2014

Un 2e acte plus corsé

saint-geniès-des-mourgues,avenir,queyras,bessoun,course camarguaise

Queyras de Paulin et Jean-Henry Oudjit

 

Entrée : 2/3 d’arène. Org. : CT Le Trident. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Cano, Jourdan, Oudjit, Roig, Fougère. Gauchers : Guin, Oleskevich, Zekraoui, Cartalade. Tourneurs : Martin, Rouveyrolles, Zerti, F. Garrido.

Belle entrée pour cette journée du CT Le Trident avec une première partie agréable et un second acte bien corsé. Jean-Henri Oudjit pour les beaux gestes dans un côté droit plus travailleur. A gauche, Zekraoui fait ce qu’il peut avec sa main blessée.

Le Corse (Mermoux).- Enchaîne avec acharnement le long des planches, tête basse et droit devant. Appliqué et assidu dans ses rispostes, avec une belle sortie sur un long raset d’Oudjit. 10’30 volontaires. 3 Carmen et retour.

Lion (Blatière-Bessac).- Passe d’un raset à l’autre sans conviction. Placide jusqu’à ce que les hommes le secouent. Alors il déclenche à de multiples reprises jusqu’à briser les planches. Une dizaine d’actions pour une ficelle rentrée. 8 Carmen et retour.

Tailleur (Raynaud).- 5 ans et un sacré caractère. Vif, attentif, il enchaîne à fond jusqu’à cette superbe série à 2000 à l’heure. Quelques évasions, mais il se place, attend, peu se présentent. Oudjit le plus assidu. Rentre ses 2 ficelles. 2 Carmen et retour.

saint-geniès-des-mourgues,avenir,queyras,bessoun,course camarguaiseQueyras (Paulin).- ► Photo avec Fougère. Agressif avec un bon placement. Et des séries conclues à chaque coup. La fatigue aidant, il est moins explosif mais enchaîne encore 3 coups de barrière. La 1re ficelle à Oudjit sur la sonnerie. 10 Carmen et retour.

Clovis (Saumade).- Il pousse fort sur de longues séries. Un peu décollé parfois, un peu brouillon, en revanche, une fois lancé, il avale des séries vitesse grand V. Un superbe enchaînement déclenché par Zékraoui et des actions rythmées. Une ficelle rentre. 4 Carmen et retour.

saint-geniès-des-mourgues,avenir,queyras,bessoun,course camarguaisePhoto avec Zekraoui. Bessoun (Guillierme).- Maître dans les enchaînements, les cornes à l’affût. Une longueur émotionnante aux trousses de Zékraoui pour 5 minutes les premiers attributs. Promène un peu mais reste bien concentré. Zekraoui en danger, une série de feu, action conclue sur Zekraoui. Se bat comme un diable et rentre une ficelle. 6 Carmen et retour.

Yucca (Janin, hp).- Vif, il aligne les actions avec beaucoup de présence. Quand ça s’anime il fait parler sa vitesse pour raser les planches à chaque action engagée. Se chauffe jusqu’à se cabrer et rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Trophée de l’Avenir : Oudjit, 14 ; Zekraoui, 1.

Trophée des Raseteurs : Jourdan, 18 ; Fougère, 6 ; Oleskevich, 5 ; Guin, 4 ; Cartalade, 2.  

************

Bonne foi...

Il y a des jours où la bonne foi ne suffit pas. Exemple ce 1er mai à Saint-Geniès-des-Mourgues. De bonne foi, le CT Le Trident invite un raseteur supplémentaire pour compléter son affiche après la défection de Rodrigue Ortiz, prévu de longue date mais blessé. De bonne foi, le raseteur Thomas Roig, contacté par le club taurin, se présente donc aux arènes. Mais la grille des courses du 1er mai est déjà parue sur les journaux avec six invités mais sans lui. De bonne foi, deux entrants Dimitri Fougère et Kevin Cartalade se présentent puisque le quota de la piste est de 8 et que la course est en groupe 2. A l’heure de la capelado, ce sont donc neuf raseteurs qui sont habillés. Un de trop... dont les manadiers, de bonne foi, ne veulent pas. Demi-heure de discussions, tergiversations... Finalement, on s’en tient au réglement... Contre mauvaise fortune, bon cœur, le raseteur Roig laisse sa place et repart à Fos-sur-Mer (aller-retour 220 km). Vraiment, il y a des jours où la bonne foi ne suffit pas.

MARTINE ALIAGA
Photos à suivre

01/05/2014

PALUDS DE NOVES *AVENIR*

Jeudi 01 Mai 2014

LES BONS DANS UN ENSEMBLE MOYEN..…

 IMG_5532.jpg

 Montilien (Bon) se dresse à l'arrivée après le talentueux Joachim cadenas

Entrée: ¾ presque plein Organisateur: CT Les Paluds Présidence: Florian Ginoux Droitiers: Cadenas, Chig, Guyon, Pradier Gauchers: N Bénafitou (sort au 5ème), Gaillardet, Sanchez Tourneurs: Lieballe, Lopez, Mata, Rado P.

Après la royale de la manade Ricard, celle de Bon s’avère un peu plus homogène mais juste dans la moyenne car certains éléments ont manqué d’un peu d’agressivité. Montilien montre beaucoup d’envie et de sérieux mais les autres sont à revoir. Pour les blancs même s’ils n’ont pas chômé en ce jour de fête du travail, un peu plus de rythme en première partie n’aurait pas nuit. Guyon est le plus actif et en réussite, Cadenas a déjà le public dans sa poche, Pradier et Gaillardet sont travailleurs. Sanchez apporte son expérience.

De la bravoure aux rubans pour FOLCO (1er) et quelques actions d’éclat aux ficelles notamment après Guyon et Gaillardet mais le tout manque un peu de vivacité avec une imposante carcasse à bouger même si son final n’est pas si mal. Il conserve une ficelle. 5 Carmen et rentrée. Plus vif, MONTILIEN (2nd) accepte tout avec générosité. Il met Cadenas en danger qui en tire le meilleur avec des rasets engagés. Bien positionné aux ficelles, il donne du fil à retordre présent à chaque arrivée avec un petit plus pour les droitiers. Ficelles au toril avec 5 Carmen et retour. S’il ne dégaine pas à tous les coups, CHERIF (3ème) perd rapidement ses rubans. Aux ficelles il fait régner l’ordre jusqu’à ce que la première s’ouvre et la pagaille s’installe. Son coup de tête lui permet de sauver la seconde mais sans convaincre. 2 Carmen et rentrée.

Sans potion magique, ASTERIX (4ème) défend ses ficelles au bout de deux minutes. Il tape deux fois après Bénafitou et se propulse après Guyon mais ses réactions son par à-coups. Il prend le centre et salue à plusieurs reprises. Par Toutatis, seulement onze minutes pour cet élément qui ne mérite pas la place de quatrième. 3 Carmen et retour contesté. Jackpot pour les blancs qui attaquent les ficelles de VEGAS (5ème) après seulement cinquante secondes. Brave, il manque d’accélération à la sortie du raset. Ses onze minutes sont pourtant pleines de vaillance. 2 Carmen et rentrée. Fantasque, TEXAS (6ème) saute après Guyon mais lâche ses rubans en quarante-cinq secondes. Il se livre mais pas avec le petit plus à l’arrivée. Lui aussi fournit onze minutes honorables terminées par une grande envolée après Guyon. Le cartel blanc se méfie d’ESCOBAR (7ème) rentré avec du pep. Dix minutes pétillantes avec des envolées et des coups de barrières percutants entrecoupés de quelques moment de récupération dans un registre barricadier parfait pour assurer un final adéquat…….

IMG_5516.jpg

Folco (1er) saute à la poursuite de Joan Gaillardet.

IMG_5528.jpg

Montilien (2nd) met en danger Joachim Cadenas.

IMG_5550.jpg

Chérif (3ème) près d'accrocher la basket du généreux Yoan Pradier.

IMG_5560.jpg

Astérix (4ème) termine derrière Joachim Cadenas

IMG_5578.jpg

Végas (5ème) donne la tête à Joan Gaillardet

 IMG_5591.jpg

L'envolée de Texas (6ème) aux trousse de Rémi Guyon très actif.

 IMG_5621.jpg

 L'envolée percutante d'Escobar (7ème) derrière Yoan Pradier

et ci-dessous l'action aux barrières après Joachim Cadenas

IMG_5627.jpg

Texte et photo Eric AUPHAN

Trophée de l’Avenir: Cadenas (10) Pradier (10) Gaillardet (8)

Trophée des Raseteurs : Guyon (21) Sanchez (10) N Bénafitou, Chig (2)