Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/06/2013

TARASCON *AS*

Samedi 29 Juin 2013

LA PASSION AVEC ESMERO….

souvenir maurice barthélémy

Esméro (Caillan) se dresse derrière Anthony Ayme

Entrée: 3/4 Organisateur: Régie Municipale Présidence: P Bayle Droitiers: Auzolle, Ayme, Chig, Sanchis, Villard, Violet Gauchers: Favier, Four, Martin Cocher Tourneurs: Cuallado, Duran, Fouque, Garrido T.

Le premier souvenir Maurice Barthélémy (afeciouna local) voit la victoire logique de Maxime Favier combatif et Esméro (qui veut dire passion en espagnol) de la manade Caillan mais Chig et Lucas (La Galère) n'en étaient guère éloignés. Avec eux, il faut citer Bastien Four à l'origine de belles actions.

Tel un métronome, DILUN (Fabre-Mailhan) s'engage après toutes les sollicitations et s'il perd rapidement ses rubans, aux ficelles il offre une résistance adéquate qui aurait mérité plus de pression. Il rentre la seconde en musique jouée une fois. S'il ne vient pas à coup sûr, GERMINAL (Lautier) assure des poursuites dangereuses. Aux ficelles, il ne demande qu'à bien faire mais n'est pas assez charbonné. Face au travail inconstant des blancs, il les conserve. 2 Carmen et retour. Trapu, BEL AMI (Occitane) à du mal à endiguer la vague blanche. Il saute des les premiers rasets sur Villard, frappe après Favier (4), Four et Villard. Puissant ses actions sont si percutantes qu'il brise les planches après Villard et s'octroie une grosse récupération en contre piste qui lui permet de conserver une ficelle. 2 Carmen.

Avec ses longues cornes, LUCAS (La Galère) frappe souvent les planches. Mieux vaut ne pas trébucher car le taureau est agressif. Un sacré client qui donne du fil à retordre et change intelligemment de terrain. En cocardier très sérieux, il conserve une ficelle. 2 Carmen et rentrée. Avec ses cornes en forme de Harley Davidson, GAU GALAIN (Guillierme) offre sa générosité avec une farouche volonté de combattre pendant quinze minutes pleines d'envie. Il ne s'incline que sur la sonnerie. 1 Carmen et retour. Décidé, ESMERO (Caillan) fait parler la poudre aux planches. Son handicap visuel semble moins l'handicaper comme en témoigne ses puissants coups de barrière après Chig (4), Ayme, Favier, Four et Sanchis. Sur Four l'action est si puissante qu'il brise les planches. Dominateur il conserve ses ficelles a 600€ avec le prix du jour. 6 Carmen dont retour.

souvenir maurice barthélémy

Dilun (Fabre-Mailhan) ici avec Maxime Favier.

Germinal (Lautier)  dangereux à la poursuite de Mohamed Chig.

  souvenir maurice barthélémy

 souvenir maurice barthélémy

Action surpuissante de Bel Ami (Occitane) après Bastien Four

souvenir maurice barthélémy

Lucas (La Galère) agressif aux planches après Mohamed Chig

souvenir maurice barthélémy

La volonté de Gau Galain (Guillierme) ici avec Maxime Favier

souvenir maurice barthélémy

Esméro (Caillan) percutant arpès Boris Sanchis.

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée des As: Favier (15) Four (9) Ayme, Martin Cocher (8) Auzolle (7) Sanchis (6) Villard (3) Violet (2)

 

 

23/06/2013

LA GRANDE-MOTTE *AS*

Dimanche 23 juin 2013

Trophée de la Ville : de A... à Z

 la grande-motte,course camarguaise,as

Anthony Ayme et Zeus du Brestalou

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT Lou Gregau. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Jockin, Valette, Jourdan. Gauchers : Aliaga, A. Benafitou, Clarion, Four, Ouffe. Tourneurs : T. Garrido, Sanchez, Beker, Fouque, Kerfouche.

la grande-motte,course camarguaise,asA comme Ayme et Z pour Zeus, voilà les récompensés du Trophée de La Grande-Motte. On peut y ajouter Aliaga et Auzolle pour un triple A qualifiant leur travail. Dans ce concours raseté tout du long, les taureaux qui aiment la bagarre ont donné satisfaction tel Zeus excellent premier. Le président Lautier est satisfait, les arènes enregistre une bonne entrée, la place des arènes a été animée tout le week-end. Frédéric Jockin n'est pas oublié à la remise des prix, il reçoit les honneurs pour ses 15 ans de participation aux courses grand-mottoises.

Zeus (Le Brestalou).- Il fonce dans le tas pour 1’30 les pompons. Ne se laisse pas déconcentrer par les sirènes blanches et ne lâche pas les cibles qu’il a choisies. Des enfermées sérieuses, des ripostes poussées jusqu’aux planches. Attentif, Zeus fait le ménage et sait se sortir de l’emprise. Rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.

Eole (Rousseau).- Il ne s’emballe pas face aux invites plus ou moins sincères. Calme et concentré quand ça s’emballe, il tient le rythme et repousse fermement les attaques. Baisse la tête et défend sa 2e ficelle qu’il garde. 2 Carmen et retour.

Talleyrand (Joncas). - Laisse passer l’orage, 1’50 les premiers attributs. Attend de pied ferme les blancs, enchaîne de longues séries, se soulève à l’occasion. Entrepris par à coups, il enfile les rasets sur un bon tempo même s’il manque un peu de mordant et d’autorité. 13 minutes. 2 Carmen et retour.

Organdi (Plo).- Placement impeccable pour de bonnes répliques mais très vite Organdi se raidit sur sa position. Fait son trou devant le toril et se contente d’accompagner sur quelques mètres en fusant quelquefois. Rentre ses ficelles.

Beauvoisinois (Cavallini).- Prend tout, sans se poser, mais sans un refus pour 3 minutes brouillonnes aux pompons. Avec un peu plus d’espace aux ficelles, appuie ses actions, se soulève et tape (Jourdan, Ayme, 3 fois). Bouge le long du pourtour et échappe ainsi à la pression pour une ficelle rentrée. 2 Carmen et retour.

Malaga (Lautier).- Véloce, toujours en mouvement, il envoie un gros tampon à Auzolle. Maintient un bon tempo dans les séries. Les blancs s’activent sur la ficelle ouverte, Malaga s’envoie (Auzolle). Ne refuse aucun cite et pour la minute émotion, Ayme bronche devant lui, l’arrivée aux planches est fracassante. Une ficelle rentre. 4 Carmen et retour.

Ménélas (Le Ternen, hp).- Avec volonté, satisfait toutes les offres et se jette coup sur coup après Aliaga, Auzolle, Ayme mais sans le jusqu’au-boutisme qui le caractérise. Présent cocardièrement, gros coup sur Ouffe pour un final satisfaisant en musique bien sûr.

MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Ayme, 16 points ; Auzolle, 14 ; Aliaga, 12 ; Ouffe, 4 ; A. Benafitou, 1.

Trophée des Raseteurs : Jourdan et Clarion, 16 ; Valette, 2.

 

la grande-motte,course camarguaise,as

***********************************


18/06/2013

RATIS A MOURIES

Dimanche 16 juin 2013

PHOTO DE GEORGES MARTIN

RATIS BLOGOUFFE A MOURIES PH GM.jpg

LANSARGUES *AS*

Dimanche 16 juin 2013

Les photos de Christian Itier pour illustrer la course

▼ Ivanhoé de Blatière-Bessac (3e de la course)
blesse Icham Oufdil (15 cm sous la peau de la cuisse).
Icham est sorti mardi de la Clinique du Parc de Castelnau
où il avait été transporté.

IVANHOEBLESSEOUFDIL.jpg

BLOG2IVANHOEBLESSE OUFDIL.jpg

▼ La reprise de Jérôme Martin (avec Sugar de Saint-Gabriel)

BLOGMARTINLAREPRISE.jpg

▼ Jérémy Aliaga, auteur d'une très bonne course, ici avec Sugar

BLOGJEREMYSUGAR.jpg

▼ Jérémy avec Guépard

BLOGJEREMYGUPEARD.jpg

▼ Le Bon-dissant Clodomir sur Boris Sanchis

BLOGCLODOSANCHIS.jpg

▼ Icare de Paulin (7e) sur Four

DSC_9653.JPG

26/05/2013

LE GRAU DU ROI *AS*

 le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

Dimanche 26 mai 2013

RATIS FAIT LEVER LES ARENES
HORATIO JOUE LA DOMINATION 

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaiseUne course magnifique cet après-midi au Grau. Après une capelado toute en émotion et en superbes images, la première partie est austère avec un Coyote raidissime, Escamillo qui se fait surprendre par l'entrain des blancs et Pavoun qui offre sa vaillance. Changement de ton en deuxième partie où Brutus livre un combat cocardier volontiers finisseur, la place de 4e lui va bien. Puis vient Horacio, superbe de domination avec des enfermées redoutables. Quant à Ratis, son quart d'heure est plein, ses attaques à gauche grandioses et son placement sans faute. Le public se lève pour son retour au toril avec une ficelle.

Chez les raseteurs, je pense que nous avons assisté au passage de témoin entre les générations et ceci se sentait depuis le début de la saison (Vauvert, Palavas...). Même si tous les hommes ont travaillé dans le bon sens et sur un rythme soutenu, Favier, Aliaga, Bruschet et Errik (malgré que celui-ci relève de blessure et n'a pas donné le rendement habituel) donne l'élan et le renouveau nécessaire à la course camarguaise. Favier par son travail incessant, sa prise de risque et sa main qui ne tremble pas. Bruschet toujours le premier à lancer les attaques. Aliaga aux progrès constants qui fait trembler sur les enfermées d'Horacio, et qui régale avec Ratis. Errik qui, à toutes les courses, mouille le maillot. 

Oui, au Grau, on s'est régalé.

*************

Le public debout pour Ratis

 le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

******************

Coyote (Caillan).- Collé aux planches, il effectue une sévère sélection jusqu'au refus. Dangereux à chaque fois qu'il déclenche mais trop de réserve. A 12'30, Allouani lève la cocarde. Les ficelles rentrent

Escamillo (Raynaud).- Il se fait cueillir à froid et ne trouvera jamais un placement à son avantage. Quand il se pose, il se laisse étourdir par le rythme. 7 minutes, 1 Carmen et retour.

Pavoun (Vinuesa).- Volontaire, franc, sans se poser, il se livre, se cabre après Poujol, serre Favier. Ses déplacements lui donnent un peu d'air et il défend vaillamment sa 2e ficelle levée par Poujol, à la 10e. 3 Carmen et retour.

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise◄ Photo sur Allouani - Brutus (Lautier).- Il ne néglige aucune invite, utilise tout le pourtour et se bat vaillamment. Quand il se révolte, il frappe haut et fort. La position de 4e lui convient bien de par son comportement cocardier et quand la pression augmente il est au diapason. 5 puissantes frappes, 1 ficelle qui rentre avec 4 Carmen et retour.

Horacio (Cuillé).- De l'envie, un placement sans faille, et une attention de tous les instants. D'entrée, l'anticipation sur Bruschet met en garde les blancs. Du coup c'est pas la ruée sur sa tête. A son tour, Chekade se met en danger. Horacio tient les tourneurs à distance, sa vitesse d'exécution fait le reste. Poujol écarté. Bruschet aux rasets d'attaque, Aliaga lui offre des têtes à têtes sincères pour le frisson d'arrivées au ras des planches. Favier en danger. La domination du taureau est totale, les blancs l'ont défié avec courage surtout Bruschet et Aliaga. Rentre ses ficelles, 4 Carmen et retour.

Ratis (Raynaud).- C'est une rafale qu'il prend dès l'attaque et il bombarde à coeur joie, traversant les planches après Aliaga, pour une minute et quelque les pompons. Aux ficelles, conforte son placement, attentif à tous départs. Les gauchers offrent un festival, Ratis répond présent à chaque fois. A droite, il faut insister ce que fait Allouani de belle manière. Mais la parole est à la gauche, Aliaga, Errik, Favier, Ouffe, Poujol ont droit à de violentes ripostes. Une grosse quinzaine de fois, Ratis offre au public sa hargne et la beauté d'un combat sauvage. La musique salue toute ses interventions, le public se lève pour son retour au toril, tête haute, et une ficelle sur sa corne. L'émotion est au rendez-vous.

Restait Gaïa (Chaballier, 7e hp) offerte en symbole pour cette fête des mères et qui a clôturé avec panache une course dont on se souviendra. L'ambiance, le public, les hommes et les taureaux étaient au rendez-vous.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI ET LAURENT SONZOGNI

Entrée : plein. Org. Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Chekade (claquage au 5e), Allouani, Cano, Auzolle, Bruschet. Gauchers : Errik, Favier, Aliaga, Oufe, Poujol. Tourneurs : G. Rado, Ull, Bensalah, T. Garrido, Cuallado.

Trophée des As : Favier, 14 points ; Aliaga, 10 ; Allouani, 9 ; Poujol et Errik, 8 ; auzolle, 6 ; Bruschet, 5 ; Chekade, 4.

*************

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

▲Valentine Lemercier en blonde Carmen dans un ballet avec Renaud Vinuesa,
les danseuses flamenca du Cabaret des Dunes, entourés des juments et poulains et Arlésiennes.

▼ Brutus - Bruschet

 

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

▼ Horacio - Aliaga

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

▼ Horacio - Favier

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

▼ Le festival signé RATIS

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

le grau-du-roi,ratis,horacio,favier,aliaga,course camarguaise

****************



21/05/2013

LUNEL *AS*

Lundi 20 mai - 1re journée du Pescalune

Sparagus et Favier pour le 8e Trophée San Juan

 lunel,1re journée du pescalune,as,favier,sparagus,course camarguaise

De bons passages dans cette ouverture des arènes pescalunes mais pas assez pour emballer le public. Les raseteurs travaillent par à coups, laissant à Maxime Favier la majorité des rasets d'attaque. Le jeune raseteur s'en sort bien et remporte le prix du jour marquant le centenaire du CT La Cocarde par le Trophée San Juan. L'autre récompensé, c'est Sparagus de la manade Janin qui, sorti en 4e position, assure un quart d'heure cocardièrement au point. Avec Chambao de Bon, affichant son côté spectaculaire, ils sont les deux satisfactions du concours.

Rio (Bon).- Cornes pointées droit devant, il livre quelques belles séries, fuse sur Favier pour 6 minutes les pompons (2 Carmen). Pas attaqué, il se balade et attend. Se fait réservé sur la fin face à des blancs peu entreprenants. Les ficelles rentrent.

Nicolas (Janin).- A fond, attentif, les cornes cherchent les pantalons au ras des planches. Sa qualité, c'est sa vitesse et en tête en tête, c'est lui qui a le dessus (Favier, Faure, ça passe juste). Mais pris au vire-vire, dans un désordre total, il perd pied. Il faut dire que dans les ruées sur les ficelles démarmaillées, les blancs ne lui laissent aucune chance. 12 minutes de bagarre. 2 Carmen et retour.

Amadeus (Lautier).- Les blancs tergiversent. Amadeus, placé, attend... longtemps. Quelques solos de Favier, Faure déclenchent les hostilités, c'est peu. Quand ça enchaîne, enfin, Amadeus ne montre pas un entrain démesuré mais s'emballe après Chekade, Faure, Favier. Travail trop décousu, le public est mécontent. 3 Carmen et retour avec ses ficelles.

Sparagus (Janin).- Il utilise tous les points stratégiques de la piste et attend les blancs de pied ferme. Servi par une belle vitesse d'exécution et n'aimant pas trop que les tourneurs le titillent, il s'engouffre dans les séries proposées. Conclut au ras des planches après Favier qui lui sert de belles invites. Garde ses glands jusqu'à la 7e. Une belle enfermée sur Favier, quelques enchaînements et Sparagus garde fièrement ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Héliodor (Lautier).- Placement aléatoire mais belle rapidité. Favier toujours aux rasets d'attaque, derrière ça suit peu. A la 10e, les blancs se réveillent et Héliodor pointe dangereusement la corne en finition. Là aussi c'est trop décousu pour intéresser vraiment. Une ficelle rentre avec  2 Carmen et retour.

 

lunel,1re journée du pescalune,as,favier,sparagus,course camarguaise

▲ Chambao (Bon).- Cul aux planches, un grand vide se fait autour de lui. Heureusement, Favier est toujours d'attaque et Chambao ne demande qu'à s'exprimer. Les coups de barrière pleuvent à répétition, Favier, Chekade, re re-Favier. A la 7e, le pilier plie après Maxime. Les séries sont toutes ponctuées de coups de belle envergure. Le second gland est levé à la 11e. Les ficelles rentrent. 7 Carmen et retour.

Biterrois (Rouquette, 7e hp).- 5 ans, vif, juvénile. Ce jeune élément ne demande qu'à bien faire et s'enfile des enchaînements plein gaz terminées au ras des planches. 10 minutes pétillantes avec 2 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

 

lunel,1re journée du pescalune,as,favier,sparagus,course camarguaise

Pour ses 100 ans, le CT La Cocarde a remis les prix du 8e Trophée San Juan à Maxime Favier et à Yves Janin,  pour le quart d'heure de Sparagus. En ouverture, le CT a offert deux taureaux emboulés de la manade Lautier à l'école de raseteurs de Lunel.


Trophée des As : Poujol, 14 points ; Favier, 12 ; Allouani, 9 ; Chekade, 6 ; Villard, 4 ; Faure, 4 ; A. Benafitou, 2.

Trophée des Raseteurs : Clarion, 4 points.

Fiche technique : 2/3 d'arène. Org. Lunel Toro. Président : Jacques Valentin.

Raseteurs droitiers : Allouani, Villard, Faure (claquage au 4e), Chekade. Gauchers : Poujol,  A. Benafitou (sort au 5e), Mebarek, Clarion, Favier. Tourneurs : G. Rado, Noguera, Khaled, Bensalah, Cuallado.

**************


19/05/2013

LES SAINTES MARIE DE LA MER *AS*

Dimanche 19 Mai 2013

ERASME REMPLAÇANT DE LUXE …

souvenir claude saumade

Erasme (Manade Cuillé) avec Maxime Favier.

Entrée:1/3 Organisateur: Gard Toro Présidence: B Pascal Droitiers: Allouani, Ayme, Chekade, Moutet, Villard. Gauchers: Allam, Favier, Four, Mebarek. Tourneurs: Bensalah, Cuallado, Fouque, Khaled, Sanchez.

Le souvenir Claude Saumade a du mal a démarrer et manque parfois de rythme aux ficelles mais après le pause Erasme s'avère un remplaçant de luxe. Il remporte logiquement le prix du meilleur taureau. Gréco et Médoc apportent du punch aux barrières et terminent la course agréablement. Villard impliqué est désigné meilleur animateur suivi de près par Allouani et Favier.

Peu disposé, MATUTE (Saint Antoine) perd ses rubans en deux minutes. Aux ficelles, il enferme Allouani, se place mieux mais ce dernier et Chekade se partagent la mise en treize minutes trente peu incisives. 2 Carmen et rentrée. Mobile, ZEUS (Brestalou) qui répond à tout voit la foudre blanche aux attributs. Toujours coureur aux ficelles, il se livre avec beaucoup de bravoure mais sans soulever l'entouthiasme. Il perd la première ficelle sur la sonnerie. Rentre en musique. Coopératif, ÉROS (Ricard) offre ses rubans avec combativité. Aux ficelles il attend, répond aux sèries mais baisse la tête et le travail est décousu. Sans grosse difficulté, s'il enferme Favier il n'aura pas assez de pression pour s'exprimer et rentre ses ficelles. 3 Carmen et rentrée.

Volontaire, ERASME (Cuillé) boit les rasets et envoie les cornes aux planches. Aux ficelles, armé d'un bon placement il ne lâche pas prise et se bat avec conviction. Il tape après Favier (2) et avec un coeur énorme il conserve une ficelle sous les applaudissements nourris. 11 Carmen et retour. Attentif, BENDOR (Ricard) anticipe les rasets et profile ses cornes a l'arrivée avec un freinage arrière particulier. Aux ficelles, il n'aura pas une quantité de rasets suffisante pour extérioriser ses qualités qu'on devine agressives mais.... 1 Carmen et rentrée. S'il est muet a gauche une fois passée la tête, le rapide GRÉCO (Saint Antoine) donne de la voix aux planches à droite. Les sollicitations de Villard font mouche à six reprises avec de fracassants sauts ou coups de barrière comme avec Allouani (2) et Ayme. Favier prend le premier gland a une minute du terme. Dommage qu'il ne soit pas gaucher....... 6 Carmen dont retour. Barricadier prometteur, MÉDOC (Saumade) termine de façon spectaculaire avec une douzaine d’actions très engagées dont certaines avec bris de planches. Douze minutes ou il fait monter les degrés et se bonifie. Conserve ses ficelles.  4 Carmen et rentrée.

souvenir claude saumade

Benjamin Villard meilleur animateur du souvenir Claude Saumade

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée des As: Allouani (12) Villard (11) Ayme (9) Chekade, Favier, Four 6).

12/05/2013

PALAVAS-LES-FLOTS * AS *

Dimanche 12 mai 2O13 - Royale de la manade Cuillé

La leçon de Mignon

Entrée : 3/4 d’arène. Org. CT Fiesta y Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Chekade, Outarka, Villard, Auzolle. Gauchers : A. Benafitou, Errik, Ouffe, Poujol, Four. Tourneurs : Khaled, Baccou, G. Rado, Bensalah, T. Garrido.

A la capelado dix raseteurs, à l’entracte plus que sept, et le valeureux Errik qui se fait blesser par Mignon (4e)... Le combat a failli cesser faute de combattant. Avec cette Royale de Cuillé où il vaut mieux être “gaillard” et plein d’envie pour raseter, les hommes n'ont pas donné leur pleine mesure, les spectateurs sont restés sur leur faim. Décidément c’était pas la bonne journée. En revanche, grosse satisfaction avec le quart d’heure de Mignon qui s’affirme en maître-cocardier et inflige une leçon aux blancs restants et malheureusement, un coup de corne à celui qui l’avait le plus défié.

Scapin.- La pression des hommes sur le taureau dure le temps des pompons, 3 minutes, où le cocardier rend coup pour coup (coups de barrière Villard, Allouani, Outarka, Chekade). Aux ficelles, avec un peu plus d’air, il sélectionne, réduit sa charge mais “envoie” du bois sur les avant-bras. Rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Loubard.- Il a du peps, l’œil vif. De la générosité avec ça, Errik se fait embarquer, et Loubard se livre dans les enchaînements. Aux ficelles, bien campé, il se montre participatif mais les blancs temporisent et les ficelles rentrent. Bronca pour les raseteurs. 2 Carmen et retour.

Mollières.- Placement, vitesse, conclusions. Classique, bien emmené, il s’engage aux planches, se cabre après Outarka, Allouani (2 fois). Rentre sa 2e ficelle. 5 Carmen et retour.

Mignon.- Vite en position favorable, c’est lui qui donne le tempo. Il décide d’où il se fera raseter et comment. Les blancs (plus que 7) montrent leurs limites. 6 minutes sans que rien ne se passe. Quelques tentatives : Allouani chargé, Errik audacieux fait la coupe et la cocarde, un échange Allouani-Errik, une enfermée sur Villard et c’est l’accident à la planche où sur un moment d’inattention Radouane se fait blesser. 1er gland pour Auzolle à la 14e, le 2e à Sabri sur la sonnerie. Domination totale ou comme dirait ma voisine : « c’est plus de la domination, c’est de l’humiliation ». 4 Carmen et retour sous l’ovation.

Colvert en ce jour est le maillon très faible. Boulegueur, il prend les rasets à la traverse, apathique et mollasson. Rentre tout nu et en silence.

Guépard n’a pas à forcer pour lui aussi dominer. Devant six raseteurs restants, il percute au premier raset de Villard. Four écarté. Il prend trois rasets enchaînés et se dégage, pour 7 minutes les pompons. Aux ficelles, personne en vue. Un bel engagement sur Villard, Allouani en suivant... Encore Allouani qui lève la 1re ficelle. Mais ça manque de liant. 5 Carmen et retour.

Reste le jeune Dalloz, tout jeune, tout vert. Avec du pétard et sans se poser, il chasse, saute, tape en musique. Mais sera-ce suffisant pour que les spectateurs sortent contents?

MARTINE ALIAGA

(Demain les photos de Christian ITIER)

Trophée des As : Allouani, 18 points ; Auzolle, 14 ; Errik, 11 , Villard, 6 ; Ouffe, 4 ; Chekade, 2 ; Outarka, 2

10/05/2013

VAUVERT *AS* 3e journée du CAMARGUE MEDICAL

Jeudi 9 mai 2013

Ratis royal dans une énorme course

vauvert,3ejournée du camargue médical,jeudi de l'ascension,course camarguaiseJeudi soir ► Juste quelques lignes pour dire le plaisir euphorisant que cette course à Vauvert. Car si Ratis de Raynaud (6e) fut énormissime tant par sa tenue que ses agressions aux planches, Icare de Paulin fut un feu d'artifice époustouflant (7e). Mais Clodomir  de Bon (5e) avait déjà mis le feu par son côté spectaculaire, tandis que Sugar (4e) avait mis les hommes à l'heure de toute sa cocardière attitude. Mais Camerone de Paulin (3e) avait déjà élevé les débats, sous les premières gouttes de pluie. Et si Mirabeau (Saint-Pierre, 2e) fut le maillon faible de l'ensemble, Fanfaroun de Nicollin, très très bon premier, avait, dans son style, annoncé aux blancs que les attributs en cette après-midi ne seraient pas donnés.

Les hommes se sont hissés au niveau des taureaux, notamment Poujol, Auzolle, Chekade, Four et toujours Bruschet. La présidence au diapason a fait monter l'ambiance... De la très bonne course camarguaise qu'aucun spectateur n'a lâchée même sous la pluie. Carmen général mérité.

**********

 vauvert,3ejournée du camargue médical,jeudi de l'ascension,course camarguaise

▲ Fanfaroun (Nicollin).-C'est la ruée mais Fanfaroun joue bien le coup alternant fusées ou ignorance selon le raset. Gérant bien sa position, il tire son épingle du jeu en tête à tête (Poujol, Chekhade, Four, Favier). La bagarre pour sa 1re ficelle lui est dure mais c'est la dernière minute et les quatorze précédentes ont été suffisamment denses pour faire de lui un excellent premier. Garde une ficelle. 6 Carmen et retour.

Mirabeau (Saint-Pierre).- Un classique qui fait son job correctement. Sous la pression durcit son jeu puis se centre. Rentre une ficelle avec un Carmen généreux (un en course).

 vauvert,3ejournée du camargue médical,jeudi de l'ascension,course camarguaise

Photo avec Auzolle - Camerone (Paulin) remplace Baroudeur de Martini blessé.- Agressif, prêt au combat, le beau cocardier ne s'en laisse pas compter. Bruschet, Chekade lui servent des courbes parfaites où il pousse fort sous les premières gouttes. Au fur et à mesure Camerone se chauffe et frappe en finition (Four, Poujol 4, Auzolle 2). Une prestation complète de 13 minutes avec 9 Carmen et retour.

▼ Photo avec Bruschet

 vauvert,3ejournée du camargue médical,jeudi de l'ascension,course camarguaise

Quelques minutes d'entracte et ça repart avec  Sugar (Saint-Gabriel).- Le temps de se mettre en pattes pour quelques échanges classiques, et Sugar gagne de plus en plus de terrain sur les hommes. Les séries s'enchaînent et le ton monte, Chekade passe juste à plusieurs reprises comme Auzolle ou Favier à la limite. 10 minutes les pompons. L'enfermée sur Chekade est superbe, plus les blancs enchaînent, plus Sugar accélère. Les hommes sont cadrés, les ficelles resteront sur les cornes. Excellent. 6 Carmen et retour. ▼ Photo avec Chekade

 vauvert,3ejournée du camargue médical,jeudi de l'ascension,course camarguaise

▼ Sugar avec Faure

 vauvert,3ejournée du camargue médical,jeudi de l'ascension,course camarguaise

Clodomir (Bon) donne le ton d'entrée : boum boum ! A grande foulées, il emboîte le pas et s'escampe de bon coeur. Les envolées se multiplient. Généreux, Clodomir ne s'épargne pas. Saute de biais après Poujol manquant de peu la brochette en contre-piste (le juge de piste Ruiz le voit de très près). Brise les planches après Auzolle, coup sur coup frappe après Auzolle, Four puis Favier. C'est intense avec une dizaine de gros engagements pour les ficelles rentrées. 9 Carmen et retour.

▼ Clodomir met le feu en en piste et en contre-piste

 vauvert,3ejournée du camargue médical,jeudi de l'ascension,course camarguaise

Malgré la pluie, le public est chaud pour applaudir l'entrée en piste de Ratis (Raynaud).- Au premier demi raset d'Hadrien, c'est l'agression. Le taureau est fin prêt. Rigoureusement placé, Ratis attend, ils sont pas nombreux à oser se présenter. Mais quand ça démarre, Ratis est au rendez-vous. Puissant, méchant, ses répliques terminent violemment aux planches, plus engagées à gauche. Du coup, Poujol, Four, Favier  sont bombardés, mais Auzolle est servi aussi. Ratis ne les lâche pas de l'oeil. Entre 15 et 20 actions d'envergure pour un énorme quart d'heure bien mené par la présidence et rythmé de Carmen. 1500 € les ficelles que Ratis ramènent au Grand Radeau. Le public est ravi, l'ovation est énorme. Les gradins se lèvent pour honorer la rentrée du cocardier. 

▼ Ratis et Favier

 vauvert,3ejournée du camargue médical,jeudi de l'ascension,course camarguaise

▼ Ratis barricadier mais pas que... sur Poujol

vauvert,3ejournée du camargue médical,jeudi de l'ascension,course camarguaise

vauvert,3ejournée du camargue médical,jeudi de l'ascension,course camarguaise◄ Photo : Droit comme un "I" care sur Lucas Faure

Icare (Paulin, hors points pour le Trophée).- Le Biou de l'Avenir est en forme. D'entrée se place et attend les blancs de pied ferme. Lui aussi exprime toute sa violence dans ses actions aux planches. Il tape fort, il monte haut, s'il pouvait il mordrait les pantalons blancs. Tel un démon qui se bat sur chaque raset, il passe les pattes à chaque coup de barrière. Un quart d'heure trépidant dans un concerto de musique où Faure met toute son envie, Poujol, Four, Chekade, Bruschet, Auzolle leurs dernières forces. Je crois que la cocarde n'est levée qu'à la 12e et qu'il garde un gland, mais c'était tellement intense que j'ai pas noté les attributs.

Bruno Séguier, à la présidence, a gardé un filet de voix pour accorder un Carmen général mérité aux hommes, aux taureaux, aux manadiers... On s'est bardé !

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

Entrée : 3/4 d'arène. Organisateur : Service des festivités. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Bruschet, Chekade, Faure, Moutet. Gauchers : Favier, Four, Martin, Poujol, Mebarek. Tourneurs : G. Rado, F. Garrido, Cuallado, Bensalah, Fouque.
Trophée des As : Poujol, 17 points ; Four, Chekade, 14 ; Auzolle, 6 ; Bruschet, 2 ; Favier, 1 ; Martin, 1.

En bref : c'est la manade Vidal qui a gagné le concours d'abrivado du matin.
A la capelado : pena  de Saint-Etienne-du-Grès et les groupes folkloriques. Une minute de recueillement a été observée à la mémoire de M. Boudoux

************

09/05/2013

MOURIES *AS*

Mercredi 8 mai 2013

ALIAGA ET LA GAUCHE TIRENT LA COURSE...

mouries,trophée pellegrin◄ Daniel Pelegrin a remis en piste le Trophée qui porte son nom (Photo Sacripan)

Entrée: ½ Organisateur: CT Mouriesen Présidence: P Gibert. Droitiers: Bruschet, Faure, Moutet, Sabatier, Sanchis (rentre après la pause). Gauchers: Aliaga, Allam, Favier, Four (sort à la pause), Lafare. Tourneurs: Cuallado, Dumas, Fadli, F Garrido, Ménargues.

La course menée par les gauchers donne satisfaction. Aliaga, Favier et Lafare sont les locomotives tandis que Sabatier carbure avant la pause. Bruschet effectue de jolis rasets mais rares. Au final Aliaga remporte logiquement le second trophée Daniel Pellegrin. Rabino reçoit les faveurs du jury dans un lot homogène de taureaux.

Aux rubans, LOU CRAN (Guillerme) use d'un gros coup de revers. Il est vaillant à souhait six minutes trente. Aux ficelles, il monte d'un cran et appuie plus ses poursuites. Une entrée en matière sérieuse pour les ficelles au toril. 4 Carmen et retour. Cet OLIBRIUS (Plo) n'en fait pas qu'à sa tête. Concentré et combatif, il conserve ses attributs cinq minutes. Aux ficelles, il est actif et se soulève à l'arrivée sur les gauchers Aliaga (3) et Lafare. Calme, il impose sa combativité. 4 Carmen et rentrée avec ses ficelles. Sans vice, LANGUEDOCIEN (Briaux) subit deux minutes aux rubans. Il met beaucoup de cœur face à l'autoroute blanche qui ne le ménage pas. Il effectue des actions percutantes après Aliaga (3), Lafare, Moutet, Bruschet (accroché par la basket), Sabatier et Favier dans douze minutes trente spectaculaires. 11 Carmen et retour.

Sérieux, INDIEN (Cuillé) n'est pas là pour fumer le calumet de la paix. Il enferme Aliaga mais ne se livre pas facilement. Ses fusées créent le danger pendant dix minutes pour les rubans. Il décoche ses meilleures flèches sur les gauchers. Coriace, il conserve ses ficelles. 5 Carmen et retour. Le placement n'est pas le fort de, MITHRA (Vidourlenque) mais son côté spectaculaire le rend attrayant surtout lorsqu'il brise les planches après Aliaga. Il effectue cinq actions gauchères sur Lafare (2) Aliaga (2) et Favier mais après sept minutes trente doit réintégrer le toril blessé à l'œil. 5 Carmen et rentrée. RABINO (Raynaud) n'effraie pas les hommes malgré sa corpulence. Il s'en prend aux planches, crée l'animation et met les portiers à l'ouvrage. Sur Aliaga l'action est si puissante qu'il reste en bascule comme sur Sabatier. Face à la pression il se bonifie. Plutôt gaucher il frappe après Aliaga et conserve ses ficelles malgré une dernière minute chaotique. 4 Carmen et rentrée. Les hommes ont du mal à se mettre à table avec FOUQUET (Laurent). Délaissé, il saute puis enclenche une dizaine d'actions spectaculaires ou sauts dans huit minutes qui laissent présager de l'avenir.  3 Carmen et retour.

mouries,trophée pellegrin

David Sabatier à la tête de Lou Cran (Guillerme)

Poursuie d'Olibrius (Plo) sur Jérémy Lafare

mouries,trophée pellegrin

mouries,trophée pellegrin

languedocien (Briaux) spectaculaire après Damien Moutet.

mouries,trophée pellegrin

Jérémy Lafare enfermé par Indien (Cuillé)

mouries,trophée pellegrin

Mithra (La Vidourlenque) frappe aux trousses de Maxime Favier.

mouries,trophée pellegrin

Rabino (Raynaud) et Aliaga les deux vainqueurs du jour.

Fouquet (Laurent) sur Jérémy Lafare.

mouries,trophée pellegrin

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée des As : Favier (18) Aliaga (8) Lafare (6) Moutet, Sanchis (2) Faure (1)

Trophée des Raseteurs : Sabatier (20).

mouries,trophée pellegrin

▲ Un beau souvenir pour Jérémy Aliaga
qui reçoit le Trophée des mains de Daniel Pelegrin

Photo Sacripan

*********************


08/05/2013

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 5 mai 2013, en matinée - Grand-Rendez-vous du Trophée Taurin - Première journée du Trophée Albert-Dubout

DU BON DUBOUT (ALBERT)

palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Scipion de Saumade et Amine Chekade

Un rendez-vous sérieux pour un Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin, première journée du Trophée Albert-Dubout. Les hommes ont calé au 6e taureau de la matinée mais se sont montrés au niveau auparavant. Mention à Chekade, qui reçoit l’approbation de la commission du Trophée Taurin, et à Errik, travailleur à tous les taureaux et souvent sur les rasets d’attaque.

Et si Garlan et Marcia livrent de belles joutes chacun dans son style, Yvan et Scipion font grimper la note qui aurait pu exploser si Pourpier avait eu plus d’occasions de briller.

Prosper (Blatière-Bessac).- Coureur, prend les rasets ou pas. Pas très engagé avec les droitiers pour quelques belles poursuites gauchères. 9’30.

 palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

▲ ça passe juste pour Loïc devant Yvan

Yvan (Le Pantaï) force le respect. A 13 ans, le taureau du Pantaï est toujours aussi vigilant et ses pointes de vitesse le font vite respecter par des hommes qui l’avaient attaqué la fleur au fusil. Des enfermées superbes (Errik, Auyme, Auzolle, Chekade), des séries, une bonne gestion de la piste. Avec expérience, il se ménage quelques temps de récupération puis repart au combat jusqu’à rentrer ses ficelles. 5 Carmen et retour.

 palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Photo sur Outarka - Scipion (Saumade) met d’entrée les pendules à l’heure sur les plus pressés à choper les pompons. Agressif, remuant, il s’enfile de longues séries sous les applaudissements et des finitions tapantes la corne en embuscade. Auzolle, Errik, Poujol, Chekade, Ayme sont plusieurs fois raccompagnés avec fracas, et ce magnifique coup de barrière sur Outarka. La bagarre sur la 1re ficelle est rude, mais Scipion à la tête au combat et rentre l’autre. 8 fois la musique et les spectateurs qui scandent le Carmen de retour.

 

palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Avec Chekade, un beau duo - Garlan (Les Baumelles).- A blanc, de loin, à la reprise... ça ne se bouscule pas pour le premier raset. Bien sûr cul aux planches, Garlan surveille. Chekade relèvera le défi pour la coupe et les deux glands en récompense. De belles sorties sur Outarka, Allouani, Chekade, Ouffe, Garlan ne fait le déplacement que si ça vaut le coup. Quelques séries, le taureau durcit son jeu et rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

 palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Photo : Errik aux avants-postes - Marcia (Fabre-Mailhan).- Généreux sans lâcher un pouce de terrain. Les longues séries sont conclues cabré à la poursuite des hommes. Droite, gauche, Marcia y va de bon cœur et tamponne allégrement. 13 minutes pétillantes et de qualité. 7 Carmen et retour.

Brutus (Lautier).- Ça se gâte un peu. Les hommes baissent pavillon et Brutus s’éteint. Trop de temps morts, des séries, mais Brutus manque de charge et l’intérêt décline. Rentre une ficelle, 1 Carmen et 1 généreux au retour.

 

palavas,trophée albert-dubout,garlan,scipion,yvan,chekade,courses camarguaises

Photo : Errik toujours à la manoeuvre - Reste Pourpier (Saumade, hors points). Il est en forme, les hommes un peu moins. Errik s’y colle, Pourpier s’explose. Dommage que les blancs ne lui donnent pas plus d’occasions  de briller car sur Outarka, Auzolle, Ayme ou Poujol, ses engagements sont superbes. Les ficelles rentrent avec 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER 

Entrée : 2/3 d’arène. Orgagnisateur : CT Fiesta y toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Ayme, Chekade, Outarka, Villard. Gauchers : A. Benafitou, Ouffe, Poujol, Errik. Tourneurs : Khaled, G. Rado, Baccou, Ull, T. Garrido.

Trophée des As : Poujol: 22 points ; Auzolle et Chekade, 20; Errik, 16; Villard, 8; Allouani, 6; Ayme, 4; A. Benafitou, 2; Ouffe, 2.

21/04/2013

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 21 avril 2013 - Royale de Cuillé

Des émotions et du sérieux

 le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaise

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : Régie des arènes. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Bruschet, Cano, Faure, Toureau, Auzolle. Gauchers : Aliaga, Favier, Martin, Rassir. Tourneurs : Noguera, Cuallado, P. Rado, F. Garrido, T. Garrido.

L’“autre” Royale de Cuillé tient la route, Horacio en fer de lance, face à des raseteurs disciplinés, entreprenants et courageux. Bruschet, Martin, Favier payent de leur personne, Aliaga avec peu de main mais beaucoup de beaux gestes, Auzolle assidu. Les nombreux spectateurs sont tenus en haleine et participent de bon coeur, il n’a manqué que quelques pétards sur la fin.

Vison.- Remuant, indiscipliné, il chasse. Favier se fait bousculer d’entrée. Le taureau pousse, rode et se soulève, toujours dangereux. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

Modiano.- Avec lui c’est plein gaz ! Et l’ambiance monte d’un cran. Son cœur énorme lui fait enchaîner les rasets sans compter, qu’il termine rageusement aux planches jusqu’à les briser. 12 minutes trépidantes. 5 Carmen et retour.

 

le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaise

▲ Picaros sur Sofiane Rassir

le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaisePhoto sur Aliaga - Picaros, puissant et rablé, impressionne. Borgne côté droit, les hommes ne savent pas trop comment le prendre. Il sort fort sur les droitiers mais, surtout termine brutalement ses actions sur les gauchers. Des conclusions frappantes sur Aliaga, Favier, Bruschet, I. Benafitou pour une première ficelle levée sur la trompette. 4 Carmen et retour.

Costaud, Horacio impose d’entrée son placement impeccable. Avec lui c’est du sérieux, départ des planches obligatoire. Coup sur coup il ramène impérieusement Bruschet, tape après Aliaga. Martin, anticipé, se fait rattraper aux planches. Ça chauffe ! Le taureau impose sa loi. Bruschet, le plus en vue, insiste, il est rattrapé et bousculé. Aliaga sort deux rasets de classe. I. Benafitou et Rassir sont éconduits. Horacio sélectionne et “s’ensable” un peu les deux dernières minutes, mais quel quart d’heure cocardier ! Les ficelles à la maison avec 7 Carmen et retour.

Pharmacien.- Partenaire généreux, il a besoin de rythme pour hausser le ton. Mais Horacio a usé la troupe blanche. Malgré ce, Pharmacien fait le job, s’enfilant de superbes séries, et rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.

le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaiseDalloz ► Photo Aliaga - pète le feu et n’en fait qu’à sa tête. Il impose un marathon aux hommes qui tergiversent. Mais, entrepris à mi-parcours, c’est un festival. Les séries s’alignent autant que les coups aux planches (Rassir, Aliaga, Faure, Martin) sur un tempo trépidant. Une ficelle rentre, 6 Carmen et retour.

Œnologue (hp).- Pas assez sollicité, il est généreux et rapide quand les enchaînements prennent du rythme. Rentre ses ficelles, 3 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Favier, Auzolle, 14 points ; Bruschet, 9 ; Faure, Martin, 6 ; Aliaga, 3.

Trophée des Raseteurs : Toureau, 6.

Des miracles...

le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaise

▲ ▼ D'entrée de course, Vison enferme Maxime Favier

 le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaise

▼ Horacio (4e)

le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaise

▲ sur Bruschet

▼ sur Martin

le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaise

le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaise

*************************

HORACIO LE COCARDIER

le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaise

le grau-du-roi,as,royale de cuillé,course camarguaise

******************************



 


 

04/04/2013

ARLES *AS*

Dimanche 31 mars 2013

RETOUR EN IMAGES SUR LA COURSE DE LA FERIA PASCALE

 *****************************

JEROME MARTIN

arles

arles

Jérôme Martin éblouissant avec des rasets pleins de culot sur le bioù d'or en titre.

MAXIME FAVIER

arles

arles

arles

Du culot aussi avec Maxime Favier très impliqué dans la course de Ratis.

****************************************************************

MIGNON

arles

 arles

L'attitude insolite du cocardier de la manade Cuillé qui ne l'a pas empêché de faire une course sérieuse comme ci-dessus avec Villard.

 ****************************************************************

L'AMBIANCE

arles

arles

Taureaux dans les rues avec une abrivado 100% féminine.

arles

La terrasse de la Provence.

 ******************************************************************

Texte et photos Eric AUPHAN

01/04/2013

LES SAINTES MARIE DE LA MER *AS*

Dimanche 31 Mars 2013

BRUTUS ET FOUR SONNENT LES CLOCHES

les saintes

Brutus (Lautier) et Bastien Four les lauréats du jour.

Entrée: 2/3 Organisateur: Gard Toro. Présidence: Bruno Pascal. Droitiers: Ayme (sort au 4ème blessure musculaire), Moutet, Marquier (sort au 5ème), Oufdil, Violet. Gauchers: Allam, Érrik, Four. Tourneurs: Baccou, Fadli, Fouque, Sanchez, Ranc.

Capélado riche en couleurs avec les groupes folkloriques les enfants des Alpilles d’Eyguières et le groupe local Marquis de Baroncelli pour ce souvenir Georges Mouret remporté par Brutus (Lautier) et Bastien Four meilleur animateur. La course plus rythmée en première partie perd de l'intensité en seconde. Four totalise, Violet annonce la couleur avant la pause, Errik est travailleur, Moutet, Oufdil et Allam ont de bons passages tandis que Marquier très effacé sort au cinquième. Ayme pourtant bien parti doit sortir lui au quatrième suite à des ennuis musculaires. Chez les noirs Django, Molières et Mérou offrent une première partie percutante tandis que Brutus après un début timide reprend le dessus puis s’impose. Notaire est craint, Guépard trop délaissé et Malaga termine sur une note spectaculaire.

Pour la manade Lautier, les blancs règnent sur l'empereur BRUTUS (4ème) qui défend son unique ficelle après 4 minutes non sans mettre en danger Oufdil. Sous la pression il se montre volontaire, avec des finitions intéressantes jusqu'à conserver son bien avec le prix du jour. 4 Carmen et rentrée. En manque de placement, MALAGA (7ème) termine sur une note spectaculaire avec de grosses finitions qui égayent sa course malgré la baisse d'intensité. 5 Carmen et retour.

Pour la manade Saumade les hommes dégainent fort pour les attributs d'un DJANGO (1er) unchained. Bien positionné, aux ficelles il a la gâchette facile et enferme Four de façon autoritaire. Il les défend vigoureusement dans des séries rythmées. Un bon premier qui s'incline sur la sonnerie. 6 Carmen et rentrée. S'il nage en eaux troubles, MEROU (3ème) percute terriblement fort à 5 reprises. Aux ficelles, il sort la tête de l'eau et s'il paraît parfois nonchalant c'est une brute épaisse aux planches qu'il brise à plusieurs reprises notamment de façon explosive sur Moutet. Il termine la première partie sur une bonne note. 6 Carmen et retour.

Pour la manade Cuillé, acte un, MOLIÈRE (2nd) perd ses rubans en deux minutes. Acte deux, aux ficelles il pointe les cornes à l'arrivée et termine en fracas derrière Oufdil et Moutet. Acte trois, bagarreur combatif il offre un final hautement spectaculaire avec des grosses arrivées. Conserve une ficelle. 3 Carmen et rentrée. Le contrat entre les blancs et NOTAIRE (5ème) est difficile à authentifier. Puissant et rapide ses cornes sont présentes à l'arrivée. Oufdil coupe la cocarde à la dixième. Aux ficelles c'est trop tard tellement il a marqué sa course du sceau de la maîtrise. 2 Carmen et rentrée. S'il n'est plus aussi carnassier aux planches, GUÉPARD (6ème) reste félin, rapide et difficile d'accès. Il refrène l'ardeur des 6 raseteurs restants, manque de travail, se dresse après Four. Délaissé, il rentre un gland. 2 Carmen dont rentrée

les saintes

La capélado avec les anciens présents avec les arlésiennes.

les saintes

Four très élégant à la tête de Django (Saumade)

Molières (Cuillé) frappe fort derrière Icham Oufdil.

les saintes

les saintes

Mérou (Saumade) serre de près Damien Moutet.

les saintes

Brutus (Lautier) s'envoie derrière Fayssal Allam.

les saintes

Notaire (Cuillé) pointe les cornes derrière Errik.

les saintes

Guépard (Cuillé) se dresse après le vainqueur du jour Four.

les saintes

Malaga (Lautier) percutant à la poursuite de Oufdil

et Violet ci-dessous

les saintes

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée des As : Four (20) Errik (9) Oufdil (5), Ayme (4).

Trophée des Raseteurs : Violet (28)

22:43 Publié dans TROPHEE DES AS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les saintes

ARLES *AS*

Dimanche 31 mars 2013 - 1er Grand Rendez-vous du Trophée Taurin

Les Camarguais à la feria : pari gagné

arles,course camarguaise

Sous le soleil, une capelado élaborée et colorée

La course d'Arles (Trophée des As, Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin), dimanche matin, a été un succès. Du monde sur les gradins, un décorum coloré en ouverture, des cocardiers sérieux et des hommes qui ont raseté. Pas tous mais la majorité, notamment les deux nouvelles recrues aux As, Maxime Favier et Jérôme Martin qui ont attaqué avec culot tous les taureaux et entre autres Garlan. Sabri Allouani ressort au prix de belles passes et d'une main sûre. 

Côté taureaux, Gavot du Pantaï est un excellent premier. Alésien de Briaux montre l'âge de ses artères. Dubonnet qui avait bien commencé, mettant du mouvement et de l'allegria, se blesse à la 4e et sort.

Les années passent et Garlan reste le même. Patron dans son terrain et sur ses anticipations. On l'aborde toujours avec parcimonie voire inquiétude. Mignon de Cuillé montre son fort caractère qui, allié à un placement sans faille, lui vaut de jouer dans la cour des grands (voire des très grands). Quant à Ratis de Raynaud, en ce jour, il se montre très cocardier tout en gardant sa puissance de feu. Juste un peu moins explosif, peut-être. Mais après trois semaines de pluie, on peut comprendre.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

LES PRIX : Sabri Allouani, raseteur du jour du 1er Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin. Souvenir Lucien-Volle : Coup de coeur à Maxime Favier. Raset du jour : Jérôme Martin (sur Garlan ou Gavot je suppose). 3e prix Rami au cocardier Garlan, au barricadier Ratis.

 

arles,course camarguaise

▲ Gavot, excellent premier, et Jérôme Martin

▼ Garlan après Maxime Favier

arles,course camarguaise

arles,course camarguaise

▲ Garlan et Jérôme Martin

▼ Mignon et Sabri Allouani

arles,course camarguaise

▼ Ratis et Hadrien Poujol

arles,course camarguaise

▼ Ratis sur Maxime Favier

arles,course camarguaise

*************************


MAUGUIO *AS*

Dimanche 31 mars 2013

Zeus et Gasto Boï remarquables
dans un bon ensemble

BLOGMONDE.jpg

▲ Sous le soleil, Mauguio ouvre sa temporada avec une très bonne course
et du monde dans les gradins.

Cette première course melgorienne est menée tambour battant, cela sert les taureaux qui ont besoin d'un bon rythme pour s'exprimer au détriment de certains un peu trop brave ou vert. Les nouveaux promus se font bien voir, Aliaga en tête, Faure et Cano ; Chekade pour sa reprise ; les autres par moments. L'ensemble est intéressant et fait ressortir un très bon premier Zeus du Brestalou, l'expérience de Valmont, la "furia" de Gasto Boï et quelques grandes envolées d'Estreloun.

Zeus (Le Brestalou), mobile et rapide, pointe d'entrée Chekhade et affiche ses intentions. Attentif, le taureau ne laisse rien passer. Avertissement à Faure, écrasé contre la barrière sur une superbe anticipation, Chekhade et Sanchis dépassés par la vitesse. Zeus chasse et raccompagne cornes pointées, très bons passages avec Aliaga et Sanchis. Plus fatigué sur la fin et mieux placé, il reste participatif dont cette belle enfermée sur Outarka. Rentre une ficelle.7 Carmen et retour.

Prétorien (Le Ternen).- Se fait cueillir à froid aux premiers attributs. Pas le temps de se placer, le rythme qu'imposent les hommes est intense et désordonné. Quelques longueurs où Prétorien pousse à son avantage. Mais il réintègre trop rapidement. 1 Carmen en piste. 

Apparicio (Rouquette).- Attaqué tous azimuts, il laisse rapidement ses pompons dans des séries endiablées et brouillonnes. Mieux placé aux ficelles, il  lance quelques offensives (Outarka, Ouffe) et de belles longueurs (Aliaga, Faure, Outarka). Il se bat mais les blancs ne le lâchent pas. 5 Carmen et retour.

Valmont (Lautier).- Placé à l'affût, craint, les blancs restent en rade. Le premier raset est pour Aliaga...  superbe. Mais Valmont est un expérimenté qui, lui, ne se laisse pas manoeuvrer. Il attend donc un combat qui ne sera pas très virulent. Dominateur et délaissé, il rentre ses ficelles sans forcer. 1 Carmen au retour.

▼ ZEUS du Brestalou, excellent premier

BLOGZEUSALIAGA.jpg

▲ Avec Aliaga, un beau duo

▼ Faure échappe de peu aux cornes

BLOGZEUSFAURE.jpg

▼ Sanchis serré de près

BLOGZEUSSANCHIS.jpg

▼ Avec Faure

BLOGFAUREZEUS.jpg

Gasto Boï (Guillierme) pète la forme. Il le montre d'entrée en enchaînant les coups vigoureux aux planches (Chekhade, Outarka, Aliaga). Explosif ! Les raseteurs usent de sa générosité, voire abusent... mais le cocardier est plein d'envie, il enchaîne les reprises, les séries qu'il conclut haut et fort  (Aliaga, Sanchis, Ouffe, Chekade....) Encore et encore, jusqu'au bout. Bravo taureau ! Une pluie de Carmen. 

▼ GASTO BOI (Guillierme, 5e)

mauguio,as,courses camarguaises

Autre style avec Estreloun de Caillan, plus "réfléchi", avec ses grandes banes, il fait aussi réfléchir les hommes. Bien positionné, il vient généreusement sur les cites et se montre à son avantage aux planches. Les raseteurs ne le pressent pas, il domine à grandes foulées  dans les séries et raccompagne les aventureux haut sur les tubes. Rentre ses ficelles. 8 Carmen et retour.

Modiano (hp) de Cuillé fait une promenade de santé. Tout seul en piste ! Alors il s'enrage après tout ce qui bouge, méchamment... puis s'ennuie et saute. C'est pas aujourd'hui qu'on verra ses qualités. 

Texte et photos

MARTINE ALIAGA


▼ ESTRELOUN (Caillan, 6e)

sur Cartalade

mauguio,as,courses camarguaises

sur Sanchez ▼

mauguio,as,courses camarguaises

Fiche technique : Entrée : 1/2 d'arène. Président : Laurent Hénin. Organisateur : mairie. Raseteurs  droitiers : Cano, Chekhade, Faure (sort au 5e), Ouffe, Outarka, Sanchis. Gauchers : Aliaga, Clarion, Sanchez, Cartalade. Tourneurs : Bensalah, Curtil, Kerfouche, Labrousse, Noguera.

Trophée des As : Aliaga, 17 points ; Faure, 10 ; Cano, 8 ; Outarka, 6 ; Sanchis, 4 ; Ouffe, 3.
Trophée des Raseteurs : Clarion, 12 points ; Sanchez, 4 ; Cartalade, 4.

14/10/2012

NIMES - FINALE DU TROPHEE DES AS

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finale


Dimanche 14 octobre 2012

RATIS MEILLEUR TAUREAU DE LA FINALE

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finale

Ratis sur Julien ouffe

SAINT-REMOIS (Fabre-Mailhan, 7e), se blesse à la 3e minute et regagne le toril.

Julien Ouffe avec 9 points passe devant Hadrien Poujol et s'offre la 2e place.

1. Bastien Four, 2. Julien Ouffe, 3. Hadrien Poujol, 4. Benjamin Villard, 5. Loïc Auzolle.

En résumé : belle entrée, juste quelques gouttes de pluie au 5e taureau. Angelo d'Aubanel fait un sévère premier. Mignon de Cuillé confirme qu'il est un maître cocardier. Brutus de Lautier, moins tranchant qu'à l'ordinaire, mais quelques puissantes révoltes. Garlan, Biou d'Or, fait cogiter les hommes et rentre ses ficelles primées à 3500€. Guépard de Cuillé, quelques criminelles actions, se laisse raseter plus facilement, mais finit fort, rentre sa 2e ficelle à 2500€. Ratis de Raynaud fait le show, démonte les planches, et s'engage violemment dans de superbes actions.  Saint-Rémois (Fabre-Mailhan) sort plein d'envie, hélas sur sa première action aux planches se blesse (3e minute) et rentre au toril.

************

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finale

Les organisateurs craignaient la pluie, le manque de raseteurs, un public clairsemé... Finalement, le temps s'est maintenu au beau ; sans pallier à l'absence de Poujol, Benafitou, Chekade (blessés), les hommes ont tenu la distance et maintenu le rythme pour une finale de bonne tenue. Les plus en vue : Villard, Auzolle, Ouffe, Four, Outarka pour des cites de classe à Garlan... Et les spectateurs se sont déplacés en nombre. La fête a bien eu lieu. Seule la blessure de Saint-Rémois a coupé court à l'enthousiasme des gradins bien chauffés par la course d'un Ratis superbe.

La présidence sans problème de Jacques Valentin a bien maintenu la pression en primant dans les difficultés. Garlan ficelles à 3500€, Guépard la 2e à 2 500€, Ratis ficelles à 2500€.

La finale a sobrement été dédiée à Luc Péro "Vidourle", chroniqueur du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence et président de l'Amicale des chroniqueurs de course camarguaise.

LA COURSE

14 raseteurs en piste : à droite : Auzolle, Sanchis, Villard, Rey, Ayme, Gleize, Outarka, Bruschet, Gros. A gauche : Ouffe, Clarion, Four, Errik, Chig. Tourneurs : T. Garrido, Khaled, Kerfouche, Fouque, Sanchez.

ANGELO (Aubanel-Baroncelli).- Promène les hommes, se montre très sélectif et les raseteurs sont obligés de plonger à sa tête pour qu'il déclenche. Mais Angelo sait se sortir de l'emprise et quand il choisit son partenaire, il fuse dangereusement. Rentre ses ficelles.

MIGNON (Cuillé).- Vite en position de combat, Mignon pose d'entrée ses conditions. Prend un raset et change de place. ça passe juste avec Bruschet. Pousse fort dans les trajectoires (Villard). Attentif, intelligent, il voit tout et enferme sévèrement Auzolle. Se met en colère et envoie une corne dangereuse en conclusion (Four, Ouffe). Se fait respecter en maître cocardier qu'il est. Rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

 nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finale

Photo sur Villard - BRUTUS (Lautier).- Montre son fort caractère et s'engage brutalement après Auzolle, tape sur Villard, serre et conclut sur Four pour une bonne entrée en matière. Occupe les poins stratégiques de la piste. Coup de barrière sur Four. Mais se laisse mettre à la faute et manque un peu de tranchant. Finit bien et on retrouve le Brutus qu'on aime, révolte sur Auzolle, balance la corne après Errik, se cabre sur Villard, Gros Sanchis. 1 ficelle rentre, 5 Carmen et retour.

 nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finale

Photo avec Outarka - GARLAN (Les Baumelles).- Il se bat pour honorer son titre, et fait cogiter les blancs qui craignent ses anticipations. Rigoureusement placé, il monte la garde, se livre dans les séries en tricotant des cornes pour 5 minutes les pompons. Aux ficelles, même scénario, les raseteurs se méfient, l'abordent précautionneusement et ont le mérite d'essayer. Dans un petit périmètre, devant le toril, Garlan répond du tac au tac, quelques passages d'Outarka font trembler, Ouffe tente, les primes s'envolent, mais les ficelles resteront la propriété du Biou d'Or 2011-2012. 3 Carmen et retour sous de longs applaudissements.

 nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finale

Photo avec Auzolle - GUEPARD (Cuillé).- Pour sa 3e participation à la finale, Guépard sort avec du pétard. Les premiers rasets le cueillent sur ses déplacements. Mais une fois placé, les candidats sont plus rares. Benjamin Villard est le plus actif et Guépard s'envoie criminellement. Le rythme retombe. Les primes motivent les blancs qui redémarre pour un joli passage : un beau cite d'Auzolle trouve réponse frappante (2 fois), Villard idem (2 fois). Le  Biou d'Or 2010 rentre une ficelle en musique plus 5 Carmen déjà entendus.

 nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finale

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finalePhoto - RATIS (Raynaud) a le public dans sa poche. Magnifique de présentation, à 7 ans, le surdoué n'a pas déçu. Direct placé à la présidence, le Biou de l'Avenir 2011 montre son agressivité et s'escampe après Thierry Garrido. Les blancs ne se jette pas sur lui. A chaque raset, le cocardier de Raynaud bombarde de toute sa puissance (Villard, Clarion, Rey, ► photo avec Four). Quand c'est trop calme, il détruit marchepied et planches par paquet de quatre. Il y laisse beaucoup d'énergie, péché de jeunesse, mais crée l'animation et fait monter l'ambiance. Villard le défie et Ratis fait feu de tout bois. Très cocardier aussi, il faut s'engager au prix de réponses violentes (Ouffe, Four, Auzolle). Un très beau quart d'heure et les ficelles au toril.  9 Carmen et retour, le prix de la journée et une superbe ovation. Un taureau sur qui on pourra compter l'an prochain, ça fait plaisir autant pour lui que pour ses manadiers.

SAINT-REMOIS (Fabre-Mailhan).- Le taureau a encore payé sa débauche d'énergie, dès la 2e minute, il tape comme un démon après Auzolle et se blesse au même endroit qu'à Châteaurenard, le mois dernier (apparemment lèvre inférieure), coupant court aux espoirs des spectateurs. Quel dommage ! La musique le ramène au toril.

MARTINE ALIAGA

Photos CHRISTIAN ITIER

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finale

Les points : Trophée des As : Villard, Ouffe, 9 ; Auzolle, 7 ; Rey, 7 ; four, 4 ; Gros, 3 ; Ayme, 2 ; Bruschet, 2 ; Gleize,  2 ; Errik, 2 ; Clarion, 2.

61e finale du Trophée des As : 1. Four, 424 points ; 2. Ouffe, 342,5 ; 3. Poujol, 341,5 ; 4. Villard, 292,5 ; 5. Auzolle, 279,5.
Biou d'Or : Garlan des Baumelles.
Meilleur taureau de la finale : Ratis de Raynaud.

 nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finale

********************

Les Réactions.

 

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finaleBastien FOUR (1er) : «La finale dans l’ensemble n’a pas été trop mal. Un bon Garlan et un bon Ratis mais dommage pour lui que les planches ne tiennent pas. Dommage aussi la blessure de St Rémois. Dans l’ensemble je suis content de ma saison et ma finale. Je ne comprends pas qu’on se soit fait siffler à Garlan car il a été raseté par tout le monde arrêté. Il va falloir qu’on m’explique».

 

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finaleJulien OUFFE (2ème) : «Je suis très satisfait de ma saison et pour la finale j’avais la boule au ventre mais j’ai réussi à lever et à me relâcher dès le premier. Je déplore la blessure de St Rémois. Garlan a été très bon et mérite son titre. Il a réussi à faire reculer les hommes quand il fallait. Ratis je l’avais découvert à Mouriès. Il a un très gros potentiel et c’est un taureau à suivre».

 

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finaleHadrien POUJOL (3ème) : «D’abord je tiens à remercier Gérald Rado qui m’aide beaucoup depuis deux ans. Je suis très déçu de finir ma saison sur deux coups de corne car j’ai fait une bonne saison. J’aurai aimé raseter ici à Nîmes. J’ai trouvé les taureaux un peu en dedans. J’ai vu un grand Ratis pendant dix minutes. Garlan a répondu aussi présent et on a vu une bonne deuxième partie».

 

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finaleBenjamin VILLARD (4ème) : «Ma saison a été difficile avec beaucoup d’ennuis physiques et je suis satisfait de ma quatrième place. La finale était composée d’un bon plateau. Garlan mérite son titre et s’est fait respecter une fois de plus. Ratis a montré son potentiel et malheureusement la blessure de St Rémois. J’ai pris beaucoup de plaisir à raseter Guépard. Je suis arrivé à lui faire 4 ou 5 rasets où j’ai pris beaucoup de plaisir».


nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finaleGuillaume LINSOLAS (Manade des Baumelles) : «Garlan a répondu présent. Il m’a inquiété un peu car il a mis cinq minutes à rentrer dans sa course. Il s’est bien repris et avec les qualités qu’on lui connait il ne faut pas s’attendre à ce qu’il s’envole dans les gradins. Il a honoré son deuxième titre. Les raseteurs l’ont travaillé et Lahcène a été présent dans les grands moments. Très satisfait de la saison et de la finale du taureau».

 

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finaleFrédéric RAYNAUD (Manade Raynaud) : «Ratis a été complet et a bien su trouver son terrain sachant changer de terrain quand il était enfermé et il a fait quelques coups énormes aux planches. Il s’est amusé avec les planches mais c’est sa méchanceté et si les planches étaient vissées il ne l’aurait pas fait. Il a fait un gros quart d’heure et je suis satisfait».

 


nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finaleAlain PLOMBAT (PDG Midi Libre) : «On a eu une très belle finale en dehors de la blessure de St Rémois regrettable. Elle a été intense et dans la lignée de tout ce que l’on a vécu durant la saison. Garlan est un taureau dur, qui fait peur, compliqué avec un très bon coup d’œil. Sa victoire est méritée. Ratis est magnifique et fait le spectacle. Je pense que les gens ont apprécié et on a été béni par les dieux de la Camargue au niveau météo. Bastien Four remporte son premier titre et il trouve une première apothéose dans sa carrière. Je trouve très bien que des nouveaux visages et des nouveaux héros apparaissent dans la course camarguaise qui a besoin de se renouveler et se vivifier et c’est très bien».  

 

nimes,finale du trophée des as,garlan biou d'or,ratis meilleur taureau de la finaleMarc AUBURTIN (Directeur Général La Provence) : «C’est une finale fantastique. Ratis a démontré voire surpassé Garlan et il mérite son prix du meilleur taureau de la finale. Les bioùs d’or sont parfois inhibés par l’enjeu de la finale mais Garlan a été excellent. J’étais ravi de la course et en plus la météo était avec nous malgré ce qui était prévu».

 

 Propos recueillis par ERIC AUPHAN

***************

PORTRAIT *BASTIEN FOUR*

UN PETIT FOUR A CONSOMMER SANS MODÉRATION.

Le gaucher remporte le Trophée des As quinze ans après Stéphane Rouveyrolles.

Alors qu’il s’apprête à inscrire son nom au prestigieux palmarès du Trophée des As, Bastien Four n’éprouve aucune appréhension. Le jeune gaucher âgé de 24 ans originaire des Saintes Marie de la Mer domicilié en Arles explique. «Les jeux sont faits avant la finale et je l’aborde sans pression. Je veux me faire plaisir et transmettre mon plaisir aux aficionados». Après son entrée à l’école taurine des Saintes en 2002, Bastien intègre les courses de protection en 2005-2006 puis le trophée de l’avenir en 2007-2008. Depuis 2009 il rasète dans la cour des grands et signera cet après-midi sa plus belle victoire. «J’ai remporté le crochet d’argent à Fontvieille et les masters à Lunel mais les plus grands trophées sont pour moi Cocarde d’or, Palme d’or et Trophée des As». Gagner les As, un rêve de gosse. Lui qui ne s’identifie à aucun style ou ancien raseteur est affirmatif. «Beaucoup de gens pensent que raseter à gauche est un avantage. Je pense que non car dans les séries il y a souvent beaucoup plus de rasets à droite. Cette année vu qu’il y avait beaucoup de gauchers en haut du classement, on s’est retrouvé avec plus de tourneurs donc plus de facilité à avoir des taureaux». Bayle gardian depuis deux ans à la manade La galante (crée en 2007) à Saliers aux origines Les Baumelles Bastien s’épanouit. Ami de Joël Linsolas, il raconte. «Le second titre de Garlan est mérité, il inspire la crainte et fait peur aux raseteurs. Imprévisible, doté d’une grosse anticipation, l’erreur n’est pas permise. C’est un grand taureau». Certains cocardiers l’ont marqué notamment Michou lors de sa première finale des As en 2002 alors qu’il intégrait juste l’école taurine. «Je l’ai vu grandir et évoluer. Le raseter à la fin de sa carrière a été une grande fierté». Il a mis le pied à l’étrier bouvine avec son arrière grand-père qui ne manquait pas une course aux Saintes. Depuis qu’il a neuf ans, il monte à la manade des Baumelles, apprivoise les chevaux, dompte les taureaux dans les bouvaous et naturellement revêt la tenue blanche en 2002 sous la houlette de Didier Honoré et Eric Granier avec le soutien de sa famille. Dix ans et la consécration de son talent au bout du crochet. Ce soir au moment de soulever le trophée, il aura une pensée pour Marinette sa grand-mère décédée il y a deux ans. «C’était ma plus grande supportrice, elle découpait tous les articles dans les journaux et me regardait à la télé, c’est sûr je vais penser à elle». Le dernier gaucher vainqueur des As s’appelle Stéphane Rouveyrolles auteur du doublé en 1996 et 1997. Quinze ans après Bastien apprécie. «Je suis fier d’être le premier gaucher à gagner le trophée des As depuis 15 ans et encore plus après Stéphane qui fut mon tourneur à l’avenir en 2007 et 2008. Il m’a beaucoup apporté au niveau de la connaissance des taureaux et de la technique. Un grand monsieur pour moi». Ce soir Bastien va marquer l’histoire de la course camarguaise. Et s’il doublait la mise dès l’année prochaine comme Stéphane….....

Eric AUPHAN

00:19 Publié dans TROPHEE DES AS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : portrait

24/09/2012

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 23 septembre 2012 - Finale du Trophée Albert-Dubout

TOUS POUR JUJU

Entrée : 1/3 d’arène. Org. : CT Fiesta y toro. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Ayme, Jockin, Outarka. Gauchers : Errik, Ouffe, Ruiz. Tourneurs : Kerfouche, Bensalah, T. Garrido, Labrousse.

J’aurai pas parié un euro sur l’affiche proposée par cette finale du Trophée Albert-Dubout. J’avais tort. Les raseteurs, tous unis, ont tiré le meilleur de tous les taureaux présentés. Rodin, lui, se fait respecter et réalise  une superbe prestation, plus la belle découverte avec ce jeune Moustic de Richebois (7e hp). Julien Ouffe, fort du soutien de ses pairs et du public, engrange les points avec beaucoup d’énergie et remporte le Trophée Albert-Dubout.

Banaru (Fabre-Mailhan) fait un excellent premier.  Exploite toutes les positions, le long des planches, sait se dégager. Il se livre jusqu'à exploser sur Oufdil pour 3 minutes les pompons. Disponible, cocardier, très présent sur toutes les trajectoires proposées, il met la corne à la planche, plus la légère anticipation "mailhanesque" qui fait passer l'émotion. Les ficelles très travaillées par les blancs et très défendues par le noir, rentrent en musique.

Flamant (Nicollin) plus léger, raccompagne vivement jusqu'aux planches. Remuant, sans refus, il offre sa générosité aux hommes pas toujours élégants. Ouffe s'offre la première ficelle à la 14e minute.

Indien (Cuillé) est plus retors. Superbement placé, il vient... ou pas, c'est lui qui décide. Un soupçon dédaigneux mais déterminé et dangereux quand il s'engage. Craint, il se ménage un large terrain d'où il repousse les attaques. Compliqué, il ignore les reprises. Attentif, il anticipe Ouffe et domine. Auzolle ne fait la cocarde qu'à la 14e. Les ficelles à la maison en musique.

Méphisto (Saumade) prend une rafale d'entrée et répond présent sur une belle réaction avec Ouffe. Bien positionné, il oblige Allouani à rompre, pousse sur Errik. Prend des séries rythmées, presse Errik, enchaîne avec coeur. S'engage sur Auzolle, tape après Outarka, encore des séries et coup de barrière sur Auzolle. 11 minutes de belle facture avec 8 Carmen et retour.

Rodin (Les Baumelles) assure. De suite positionné, il gère avec expérience et beaucoup de jus. Le long cite d'Errik est magistralement raccompagné. Pas de refus pour de solides répliques. De belles anticipations (Allouani, Ayme, Auzolle) et de vibrantes séries. Plus la corne qui traîne à la planche. Très sollicité, Rodin se fait respecter, donne du jeu et de l'émotion dans une très belle prestation. Un ficelle au retour en musique et les applaudissements. 7 Carmen et retour.

Malaga (Lautier) avec son physique disgracieux n'impressionne pas à sa sortie et il laisse ses pompons en deux temps trois mouvements. Mais sa vivacité et son énergie compensent sa trop grande mobilité. Ouffe a bouffé du lion et multiplie les rasets. Les réactions de Malaga prennent de l'ampleur, Oufdil dans le berceau des cornes, cabrage après Auzolle, séries, conclusions (Allouani, énorme sur Auzolle).. tout y est. Treize minutes endiablées. 6 Carmen et retour.

Très attendu car précédé d'une belle réputation, le jeune Moustic de Richebois, 6 ans (7e hors points) ne rate pas son entrée dans la grande piste. Cocardier, il trouve vite sa place, attentif, et montre sa rapidité et son agressivité. Bien sûr, en 7e position, il n'est pas submergé. Mais que ce soit dans les séries dans lesquelles il fait voir son caractère dominant ou dans ses conclusions méchamment frappantes, il offre son beau potientiel et dans le public fuse "il faudra le revoir". Il termine par un superbe coup après Errik. Des Carmen.

MARTINE ALIAGA

MATHIS ne pouvait quitter les pistes sans passer par Palavas où lors d'une mémorable course il avait enflammé les gradins pour un combat titanesque avec Allouani et Villard. Le Biou d'Or 2006 au palmarès impressionnant a reçu l'hommage mérité du public sous les yeux de son manadier. Frédéric Lautier confiait : "On aurait pu le faire courir encore une saison, mais avec tout ce qu'il nous a donné, par respect pour sa carrière, on préfère le mettre à la retraite..". A 14 ans, le N.812 a offert à ses manadiers le titre suprême  et couronné les 50 ans de son élevage. Bonne retraite Mathis !

LES PRIX : 1er Julien Ouffe avec 48 points sur les trois courses du Trophée Albert-Dubout. Meilleur taureau de la saison : Guépard de Cuillé pour sa course du 1er mai. Meilleur taureau de la finale : Rodin des Baumelles. Coup de coeur à la manade Lautier et à son superbe cocardier Mathis.

LES POINTS
Trophée des As : Ouffe, 28 points ; Auzolle, 13 ; Allouani, 4 ; Oufdil, 4 : Ayme, 2 ; Outarka, 2, Errik, 1.
Trophée des Raseteurs : Ruiz, 10 points.

**************




16/09/2012

LE GRAU-DU-ROI *AS*

 le grau-du-roi,finale du trophée de la mer,courses camarguaises

Dimanche 16 septembre 2012

Le Trophée de la Mer à Sabri Allouani

 le grau-du-roi,finale du trophée de la mer,courses camarguaises

Une anticipation de Mignon sur Sabri Allouani

Entrée : plein. Org. : Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Bruschet, I. Benafitou, Outarka. Gauchers : N. Benafitou, Clarion, Martin, Poujol. Tourneurs : T. Garrido, Bensalah, Labrousse, Rado, Zerti.

Quel bonheur ces arènes pleines pour la finale du Trophée de la Mer, une course très cocardière avec des moments intenses à chaque taureau et un final total barricadier. Aucun taureau ne se détache vraiment, chacun joue de ses qualités quand les raseteurs s'y sont frottés. Les jeunes Martin, Bruschet, I. Benafitou aux avant-postes, Poujol qui paye de sa personne, Allouani qui s’offre le Trophée pour un bon travail d’ensemble.

le grau-du-roi,finale du trophée de la mer,courses camarguaises

▲ Jivago (Blatière-Bessac).- Brouillon, il change souvent de trajectoire mais se montre superbement agressif avec les gauchers (2 Carmen) dont cette action énorme sur Clarion (photo), deux sur Poujol, une sur Auzolle. Turbulent, méchant, crée le danger pour une bonne entrée en matière. Une ficelle au retour.
Angelo d’Aubanel-Baroncelli oblige au sérieux. Occupe intelligemment la piste et demande des rasets engagés. Sélectif et rigoureux, conclut ses ripostes droit dans les planches. Superbes enfermées (3 Carmen) sur Martin, I. Benafitou, Outarka. Rentre ses ficelles.
le grau-du-roi,finale du trophée de la mer,courses camarguaises◄ Baroudeur (Martini) enchaîne avec vivacité. Posté, il se livre dans de belles et longues séries. Concentré, rapide, et bien présent jusqu’aux planches. Bruschet, I. Benafitou allongent, Baroudeur ne lâche rien dans un très bon quart d’heure où il garde une ficelle. 5 Carmen et retour.
A la reprise, c’est Mathis qui fait ses adieux. A 14 ans, le taureau de Lautier affiche un palmarès impressionnant. Quelques rasets agressivement raccompagnés et le Biòu d’Or 2006 reçoit la dernière ovation du public debout.
Mignon (Cuillé). Cocardièrement placé, il trépigne en attendant les premiers rasets. Craint, les raseteurs passent au large. Bruschet pour les premières passes, Mignon conquérant aux fesses. Entrepris, Mignon se livre mais garde les commandes, anticipe Allouani, raccompagne sèchement Martin, Outarka, belles longueurs avec Poujol et Bruschet (2 Carmen). La cocarde n’est coupée qu’à la 8e et les ficelles rentrent en musique.
Valmont (Lautier).- Dans un premier temps, il rode, s’engouffre après les hommes avec une grosse présence dans les échanges et des finitions frappantes. Mieux positionné par la suite, il soutient le rythme sans faiblir avec de belles actions à la clé. Enferme superbement Poujol qui trébuche et chute en contre-piste (sans trop de mal). Encore de superbes séries et rentre une ficelle en musique. 6 Carmen et retour.
le grau-du-roi,finale du trophée de la mer,courses camarguaisesEstepous Photo ►(Guillierme).- Pas attaqué, il promène puis, entrepris montre sa rapidité et sa vaillance. Gros engagement sur N. Benafitou. Généreux dans l’effort, il s’enfile de longs enchaînements avec cabrage en finition. Laisse beaucoup d’énergie dans la bagarre pour sa 1re ficelle mais rentre la 2e. 6 Carmen et retour.
Esmero (Caillan, hp).- Dès qu’il est sollicité, il montre ses qualités barricadières pour un festival final de coups aux planches de grande envergure. 7 Carmen et retour avec ses ficelles.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS LUC PERO

Trophée des As : Poujol, 10 points ; Outarka, 8 ; Allouani, 7 ; Auzolle, 6 ; Clarion, 5 ; Bruschet, 4.
Trophée des Raseteurs : Nabil Benafitou, 4 points.
Trophée de la Mer : 1er SabrI Allouani, 34 points ; 2. Romain Bruschet, 19 ; 3. Hadrien Poujol, 15.
Coup de cœur : Jérôme Martin.
Meilleur cocardier du Trophée de la Mer : Sylverado de Saint-Gabriel. Prix spécial : Mathis de Lautier pour l’ensemble de sa carrière.
Challenge des CT sur l’ensemble de la saison graulène : Garlan des Baumelles.