Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/09/2012

MOURIES *AS*

Dimanche 16 Septembre 2012

ADMIRABLE, RATIS CUEILLE LES OLIVES...

 40ème finale des olives vertes

Ratis cueille les olives vertes

Entrée: Plein Organisateur: CT Mouriesen Présidence: P Gibert Droitiers: Gleize, Rey, Sabatier, Sanchis, Schuller, Villard Gauchers: Errik, Ferriol, Lafare, Ouffe Tourneurs: Dumas, Khaled, Kherfouche, Lebrun, Molins.

Magnifique décorum pour cette 40ème Finale des Olives Vertes qui honore les anciens vainqueurs. Superbe ambiance à l’entracte avec la Gardounenque qui met les gradins en ébullition. La course donne entière satisfaction avec Ratis (meilleur taureau) extraordinaire de combativité. Les autres tirent leur épingle dans un ensemble homogène. Chez les blancs Ouffe meilleur animateur tire la course. Rey, Errik et Villard (malgré un coup) sont aux avant-postes. Gleize s’implique en première partie et Lafare fait un joli duo avec Ratis. Les manades Lautier et Raynaud sont honorés à la remise des prix.

Agressif, QUITO (Fabre-Mailhan) lâche ses rubans en une minute trente. Décidé, les hommes le sont aussi et malgré sa méchanceté il ne résiste que huit minutes mais d’excellente tenue. 4 Carmen et retour. Coureur, OUFANOUS (Guillierme) est peu concerné mais sous la pression il s’implique, frappe après Rey, Errik puis Villard. Difficile de desserrer l’étau blanc mais le bioù jette toutes ses forces dans la bataille et se dresse encore après Rey. Treize minutes trente combatives. 7 Carmen et rentrée. Cocardier, ORGANDI (Plo) coupe le terrain et dirige les débats. Les rasets engagés finissent cornes ras des planches et Rey frôle l’accrochage. Il conserve sa cocarde huit minutes. Les ficelles restent sa propriété au terme d’une course sérieuse. 3 Carmen et retour.

MITHRA (La Vidourlenque) tape d’entrée sur Errik mais perd ses rubans en trente secondes. Il se prête aux rasets sans rechigner et enclenche une demi-douzaine de grandes actions aux planches. Avec son coup de revers il ne s’incline qu’à la dernière minute. 7 Carmen dont retour. Grâce à son coup de tête, ARES (Lautier) garde son second gland neuf minutes. Brouillon, petit à petit il se frotte aux planches. Aux ficelles (qu’il réintègre), il met plus d’envie notamment sur les gauchers emmenés par Julien Ouffe pas récompensé de ses efforts. 4 Carmen et rentrée. Décidé, RATIS (Raynaud) annonce la couleur seul. Placé cul aux planches il décoche plus d’une quinzaine d’actions virulentes. Il passe largement le poitrail au-delà des planches après Ouffe (8), Lafare (5), Errik (2) pour chercher l’homme. Ouffe lève la première ficelle à 500€. La seconde au toril en musique avec dix Carmen et une superbe ovation. COLVERT (Cuillé) se fait voler dans les plumes car il parait nonchalant. Il manque de vélocité mais explose violemment une douzaine de fois après Villard (6), Ouffe (5) et Lafare dans un final barricadier. 5 Carmen et retour avec une ficelle.

40ème finale des olives vertes

Quito (Fabre-Mailhan) aux trousses de Benjamin Villard

Oufanous (Guillierme) explosif après Julien Rey

40ème finale des olives vertes

40ème finale des olives vertes

Organdi (Plo) met en danger Julien Rey à l'arrivée aux planches.

Grandiose action de Mithra (La Vidourlenque) après Errik Radouane

40ème finale des olives vertes

 40ème finale des olives vertes

Arès (Lautier) avec Ferriol.

************************************************

Le show Ratis - Jérémy Lafare

40ème finale des olives vertes

 40ème finale des olives vertes

40ème finale des olives vertes

**************************************************************

40ème finale des olives vertes

Colvert (Cuillé) se dresse après Benjamin Villard.

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée des As: Ouffe (19) Rey (10) Errik (9) Villard (8) Gleize (5) Sabatier (3), Sanchis (2) Schuller (1)

Trophée des Raseteurs: Ferriol (6) Lafare (4)

Meilleur Taureau de la Finale Ratis (Manade Raynaud).

Raseteurs: 1er Errik, 2nd Rey, 3ème Villard. Meilleur animateur: Ouffe.

02/09/2012

LATTES *AS*

Dimanche 2 septembre 2012

Bastien Four, Lou Pastre, Hébus et Mithra

Un parfum saintois flotte sur Lattes, les raseteurs Four, Oufdil, Ayme ont fait suivre leurs supporters et la manade Layalle a mené Lou Pastre.
Reste que si Lou Pastre justement, Hébus et Mithra ont de belles qualités, les blancs n’auront pas tout mis dans la balance pour les faire briller. Bastien Four, lui, esseulé sur sa gauche (avec Clarion) fait la course en leader et paye de sa personne avec Hébus. Les autres raseteurs travaillent par à coups, c’est bien quand ça démarre mais ça démarre peu.
Les deux premiers taureaux, c’est vrai, n’ont pas été très engageants. Angelus de Lautier calé dans son angle est raide mais quand ont le rentre alors la répartie est frappante (Auzollle, 3 fois, Gleize). Ramène ses ficelles.
Kéké d’Agu semble ne pas avoir surmonté son handicap visuel. Remuant, il fait du large mais, quand il perd l’homme de vue, il lâche la trajectoire. Four tente, Ayme l’intéresse pour une réponse à la hauteur. Mais c’est peu. Les ficelles rentrent.
Lou Pastre (Layalle) réveille les spectateurs. Des explosions aux planches pour ce cocardier qui se livre avec envie. Des enchaînements, des conclusions et de grosses finitions (Four, Rey). A mi-course, se pose et répond du tac au tac quand ça s’anime sur sa 1re ficelle. Un beau duo avec Four. 5 Carmen et retour avec une ficelle.
Hébus d’Agu maîtrise. Cocardier, placé et rapide, il attaque par une poursuite émotionnante après Rey qui se fait des frayeurs. Four pose la main, Auzolle est serré de près, Gleize vivement raccompagné. Plus une jolie anticipation notamment sur Four. Lequel traîne un peu à la tête, Hébus frappe et lui zébre la fesse (plus un coup au genou ? cheville ?). Vigilant, Hébus guette, chasse, et rentre aisément sa 2e ficelle. 5 Carmen et retour.
Villazon (Blatière-Bessac) court partout et prend les rasets de passage. Bacèle après Auzolle et s’évade dès que possible. Méchant, inconstant, peu enclin à droite... On l’a vu plus participatif. Bref, les droitiers lâchent l’affaire et Villazon rentre ses ficelles.
Mithra de La Vidourlenque, du haut de ses 12 ans affiche une belle santé. Sans trop se fixer mais avec un cœur énorme, il enfile agressivement les coups de barrière. Superbe action avec Bastien Four où il traverse les planches, réitère sur Gleize, S’envoie sur Rey (2 fois). Chaque sollicitation est gratifiée, enchaînement, conclusion. Du bon Mithra qui entend 8 Carmen et retour.
Ce n’est pas aujourd’hui que le jeune Biterrois (4 ans) de Rouquette apprendra son métier. Mais montre à quelques reprises qu’il a de la gnacque dans des séries promptement honorées dans un registre classique. Placement, quelques enchaînements, une conclusion où il met la corne et retour au toril avec ses ficelles. Des Carmen.


MARTINE ALIAGA

Entrée : 2/3 d'arène. Organisateur : CT Lou Méjean. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Gleize, Rey, Ayme, Oufdil. gauchers : Four, Clarion. Tourneurs : Sanchez, Garrido, Molins, Fouque.

Trophée des As : Four, 19 points ; Auzolle, 8 ; Rey, 8 ; Aypme, 6 ; Gleize, 3 ; Clarion, 2.

24/08/2012

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

Jeudi 23 août 2012

Gau Galin le joli final

Entrée : plein. Organisateur : CT Le Trident. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani (sort au 3e), Jockin, Oudjit, Schuller. Gauchers : Ouffe, Errik. Tourneurs : Euzéby, Kerfouche, Bensalah, F. Garrido
Rapidement à cinq, les raseteurs ont quand même assuré et tiré profit des qualités des taureaux notamment Racanel, Périclès, Fernando et Gau Galin pour un final en fanfare.
Ouffe tire la charrette bien suivi par le reste de la petite troupe.
Arrogant (Saumade).- Si au début, ses réponses sont intermittentes, en tête à tête, il pousse jusqu’aux planches et accompagne parfois de la corne. Rentre une ficelle.
Napoléon (Blatière-Bessac).- Un taureau qui pose problème par sa position centriste et ses brusques changements d’humeur d’autant que “chargé”, il peut se montrer dangereux. Rentre ses ficelles.
Racanel (Cuillé).- Il collabore franchement et bien emmené peut passer le “pitre” et parfois plus à l’arrivée (Schuller). Avec expérience, il gère les enchaînements, belles enfermées (Oudjit, Errik), conclusions sur Ouffe, (3 fois). Rentre ses ficelles après une belle course cocardière. 6 Carmen et retour.
Périclès (Nicollin).- Campé sur sa position, il honore les rasets suffisamment engagés. Bien servi par le rythme de sénateurs des blancs, il gère la situation au mieux de ses intérêts, attentif à tous les départs. Oudjit s’applique, Schuller allonge, ficelles à la maison. 2 Carmen et retour.
Fernando (Janin).- Avec cœur, le jeunot veut tenir pied partout. Mais il comprend vite que la meilleure position, c’est le long des planches d’où il peut faire valoir sa vitesse d’exécution. Du coup, il se livre vaillamment dans de multiples séries. Oudjit est récompensé de son travail par la 2e ficelle. 12 minutes de bonne facture, 2 Carmen et retour.
Gau Galin (Guillierme) a tous les atouts pour assurer le final. Sans être un violent, son placement, sa rapidité, sa vaillance et ses arrivées aux planches, donnent du relief à son quart d’heure. Les raseteurs, tour à tour, partent à l’assaut de ses longues cornes et offrent aux spectateurs de belles séquences. Ouffe dans le berceau des banes, Oudjit bien quiché, accélérations sur Errik, corne passée sur Jockin, Schuller vertement raccompagné. La musique rythme les débats de ce joli final pour une ficelle rentrée.


MARTINE ALIAGA


Trophée des As : Ouffe, 8 points ; Schuller, 6,5 ; Errik, 6.

17/08/2012

MAUGUIO *AS*

Jeudi 16 août 2012

Sparagus "The artist"

mauguio,sparagus,trophée souvenir louis-rouquette

▲ Le beau duo avec Adil Benafitou

Entrée :1/2 arène. Organisateur :CT Lou Biòu. Présidence :Jacques Roumajon. Raseteurs droitiers : Bruschet, R. Mondy, Sanchis, Schuller, Outarka (sort au 1er). Raseteurs gauchers :[/GRAS_FICHE] A. Benafitou, Oleskevich, Ouffe, Poujol. Tourneurs : F.  garrido, G. Rado, Kerfouche, Labrousse.

Le trophée Souvenir Louis-Rouquette est remporté haut la main par le seul raseteur constant de l’après-midi : Adil Benafitou. Quant à l’oscar du meilleur taureau de la journée il ne pouvait échapper à Sparagus (Janin) à nouveau auteur d’une grande prestation. Satix (Daumas) et surtout Boer (Occitane) sont à créditer d’un bon quart d’heure. Un seul regret le manque d’enthousiasme de certaines tenues blanches.
Boer (l’Occitane).- Un gros gabarit qui vient percuter les bois sur Outarka (3 fois), Ouffe, Benafitou (2 fois). Disponible pour les séries qu’il honore avec beaucoup de brio en concluant cornes au-dessus, il garde toutefois ses ficelles et entend cinq fois la musique. Bon premier.
Prosper (Blatière-Bessac).- Guère disposé à s’intéresser à ce qui se passe autour de lui, il rentre son second gland...
Regain (Les Baumelles).- D’entrée il signe un bon enchaînement qu’il renouvellera par la suite. Même s’il est moins sollicité aux ficelles qu’il rentre, il ne termine pas ses actions. Sa vaillance est récompensée par 4Carmen .
Satix (Daumas).- Craint par ses attitudes fantasques, il n’est guère étouffé car dès qu’il le peut il s’envoie derrière l’homme. Le peu qu’on lui demande il le fait brillamment, en particulier avec Benafitou et Bruschet. Ficelles intactes et 5 Carmen en récompense.
Sparagus (Janin).- D’entrée il met les choses au clair, le patron c’est moi ! Cocardièrement positionné, Benafitou est magistralement raccompagné alors que d’autres tentent mais baissent vite pavillon. Poujol pied coincé, Bruschet sévèrement enfermé, Benafitou est le seul à soutenir la comparaison dans un récital d’enfermées. Maître du cercle et de ses ficelles il entend fort logiquement quatre fois les honneurs. Quinze minutes d’artiste.
Palunié (Fabre-Mailhan).- Avec lui c’est le cœur qui parle. Ouffe, Poujol, Bruschet, Sanchis se délectent sur de longs cites conclus museau au-dessus. Pour sa bravoure dans ses douze minutes trois fois Carmen  est joué.
Ulysse (Rouquette, hp).- Ce beau taù impressionne par sa fougue sur des puissants déboulés lors des “droite-gauche”. Intéressant dans son comportement il mérite d’être revu dans un autre contexte. Cocarde au toril et 3 Carmen.

LUC PERO
PHOTO LAURENT SONZOGNI

Trophée des As :A. Benafitou, 9,5 points ; Ouffe, 3 ; Poujol, 2,5 ; Bruschet, 2 ; Sanchis, 2 ; Schuller, 1 ; Oleskevich, 0,5 ; Outarka, 0,5.

16/08/2012

LEGRAU DU ROI *AS*


Mercredi 15 août 2012

GARLAN ET SAINT-REMOIS LES STARS

LEGRAUBLOG5AOUTGARLAN.jpg

▲▼ Garlan

LEGRAUBLOGGARLAN15AOUT.jpg

GROBLOG.jpg

▲▼ Saint-Rémois

LEGRAUBLOG15AOUTSTREMOIS.jpg

PHOTOS LAURENT SONZOGNI

***************

 

15/08/2012

MAUGUIO *AS*

Mardi 14 août 2012

Le 10e Souvenir Manu et José
à  Bastien Four et Tassou de Cuillé

mauguio,trophée manu et josé,tassou et four,course camarguaise

Un bel engagement de Tassou sur Sabri Allouani

 Vainqueur en 2009 et 2010, Tassou n’a pas eu à beaucoup forcer pour remporter le Souvenir Manu et José. Bastien Four non plus qui, malgré une boîterie prononcée,  a géré tranquille son avance de la première partie. Une course dans l’ensemble monotone, où - encore une fois - les qualités des taureaux n’ont pas été exploitées. Les organisateurs avaient pourtant mis le paquet avec un joli decorum, des prix et une solide organisation. Mais quand l’âne veut pas boire... comme disait ma grand-mère.
Dilun, un Mailhan exemplaire qui fait son job de premier  plutôt bien. Laisse passer la rafale aux pompons et sans refus, coopère en rythme avec les raseteurs qui travaillent impeccablement les ficelles.  2 Carmen et retour. 9 minutes agréables.
Ça se gâte avec Radjau. Le cocardier de Paulin se renferme sur sa méchanceté, cul aux planches, sourd à toutes sollicitations. Sauf quand c’est lui qui décide comme sur Allouani, Villard, Poujol et sur la trompette un sursaut meurtrier sur Villard. Radjau où est passée ton envie de combattre ?
Le petit Vibre de Lafon prend tout à fond les ballons. Même s’il n’a pas un placement terrible, sa générosité est énorme. Il s’enfile des séries sans mollir. Schuller s’applique et allonge. Four abrège avec les 2 ficelles. 7 minutes pétillantes mais un peu courtes. La musique quand même pour sa vaillance, déjà entendue deux fois.
Tassou (Cuillé) sort avec du jus et le fait savoir après Poujol. Placement, déplacements, il gère tout ça impeccablement. Les coups aux planches sont puissants (Poujol, Allouani, Benafitou). Mais une fois bien calé, les blancs hésitent. A. Benafitou relance, Tassou passe le mourre sur Ouffe. Séries dans un registre classique, bel engagement sur Poujol. Dans la bourre pour sa 2e ficelle, il mitraille à répétition et finalement se la garde. 4 Carmen et retour.
Sueño de Rouquette n’était pas partie pour une grande prestation, souvent au milieu, méchant aux planches, des oublis parfois, sauf cette grosse action où il bascule après Four. Làs, il prend un coup de crochet à l’œil et rentre à la 7e.
Esmero, lui, à la pêche. D’entrée il promène ses cornes démesurées dans l’attente du combat. Dès qu’il est sollicité, il attaque fermement les planches où la corne cherche l’homme (Ouffe). Bien positionné aux ficelles, il brille à chaque intervention surtout des gauchers (borgne à droite). Ouffe, Poujol 2 fois essuient deux énormes engagements. Allouani est bombardé et sur Ouffe c’est feu d’artifice. Mais le travail n'est pas suffisant, dommage, Esmero en voulait plus. Les ficelles rentrent. 5 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS LAURENT SONZOGNI

mauguio,trophée manu et josé,tassou et four,course camarguaise

Bastien Four et Esmero de Caillan

Trophée des As : Four 7,5 points ; Poujol, 5 ; Allouani et Ouffe, 4,5 ; A. Benafitou, 2 : Outarka, 1.

***********

13/08/2012

MAUGUIO *AS*

Dimanche 12 août 2012

FLAMBOYANT ICARE !

 mauguio,ct le trident,icare de paulin,courses camarguaises

 Entrée : 1/2 arène. Org. : CT Le Trident. Président : Laurent Hénin. Raseteurs droitiers : Bruschet, Gleize, R. Mondy, Outarka, Schuller. Gauchers : Four, T. Mondy, Ouffe. Tourneurs : Kerfouche, Molins, Fouque, Labrousse, F. Garrido.

mauguio,ct le trident,icare de paulin,courses camarguaisesOh le final époustouflant ! Icare a clôturé magnifiquement cette première course aux As de la fête melgorienne. Un taureau puissant, violent mais aussi franc et généreux. Un régal. Et malgré des blancs en petite forme et peu enclin à l’élégance, le barricadier de Paulin a brillé de mille feux.
Il court, il court, Josué du Joncas. Un marathonien qui ne refuse rien et qui s’enfile aussi des séries interminables (2 Carmen) toujours à fond. Rentre une ficelle.
Embrun (Nicollin).- Il n’a pas un placement phénoménal mais compense par une présence aux planches. Quelques arrivées serrées. Pas assez entrepris, le biòu prend l’ascendant et termine par une enfermée et une conclusion sur Bruschet (2 Carmen). Ficelles à la maison.
Le tau Gallicianais de Briaux a toujours fière allure. Même s’il a tendance à se centrer, il ne refuse aucune confrontation et s’engage violemment aux planches qu’il brise après Four (2), Ouffe, R. Mondy. Sa fin de course pâtit du manque de travail. Rentre ses ficelles avec 3 Carmen et retour.
Nicolas de Janin sort avec envie et fougue. Les enchaînements sont honorés avec rythmes les cornes dangereusement pointées. Finition sur T. Mondy, Outarka rentre les reins. Un gland monté sur la corne lui fait subir une avalanche dans un désordre total. Nicolas se rebiffe avec une anticipation et deux actions poussées. Méritant, rentre ses ficelles en musique (+ 4 Carmen).
Papagaï de Lagarde chasse et passe d’un raset à l’autre. Aux ficelles, sans se fixer, une belle poussée sur Gleize, un très bonne série les cornes à l’affût. Sur les enchaînements, gagne du terrain sur les blancs. Mais trop de temps morts hachent sa fin de course. Ficelles au toril. 3 Carmen et retour.
Icare (Paulin).- De loin, à blanc, à la traverse, les raseteurs ne l’épargnent pas. Les tourneurs non plus. Pourtant Icare sur le premier raset d’Outarka annonce la couleur haut et fort. Bombarde Four, bascule. Se place. Et réagit avec panache dans un “jusqu’au boutisme” violent. Des séries aux conclusions explosives, des engagements énormes sur Ouffe, Gleize, Four, Bruschet. Le 1er gland part à la 7e, le 2e à la 12e, il rentre sa cocarde sous l’ovation et Carmen en boucle. Superbe !

MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Four, 13 points ; Bruschet, 8 ; Outarka, 6 ; Gleize, 5 ; Ouffe, 5.
Trophée des Raseteurs : R. Mondy, 4 ; T. Mondy, 4.

06/08/2012

PEROLS *AS* FICELLE D'ARGENT (1)

Dimanche 5 août 2012

 Petite entame

 pérols,1re journée de la ficelle d'argent,courses camarguaises

▲ Toujours motivé, Yvan fait le pressing sur Allouani

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : Régie taurine. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Marquier (sort au 1er), Gros, Miralles, Jockin. Gauchers : Clarion, A. Benafitou, Ricci. Tourneurs : C. Galibert, Molins, Ull, Bensalah.

pérols,1re journée de la ficelle d'argent,courses camarguaisesIl y a des jours où tout tourne au ralenti. L’entame de la Ficelle d’Argent a eu du mal à sortir le public de sa torpeur. Heureusement, Yvan, Yvanhoé et Camerone (► photo sur Adil Benafitou) ont relevé la sauce, tout comme Romain Gros, le plus travailleur même s'il ne lève pas beaucoup, Adil Benafitou et Sabri Allouani. Mais le rythme est intermittent et les belles manières souvent oubliées.
Youri (Cuillé).- N’en fait qu’à sa tête, fonce dans le tas ou ignore. Agrémente par quelques poussées. Aux ficelles, se livre davantage, Allouani l’emporte et Youri se dresse. Rentre une ficelle.
Sultan (Nicollin).- Mobile mais disponible, accompagne de bon cœur. Les blancs ne lui proposent pas toujours le meilleur, mais Sultan se bat avec franchise. Une belle action conclue sur Allouani (Carmen), il rentre une ficelle en musique.
Méphisto (Saumade) se montre bonasse aux pompons. Mais très ficelé et du coup pas assez raseté, il s’ennuie et s’évade. Pourtant un raset engagé de Jockin trouve une réponse frappante et l’enfermée sur Miralles est belle. On n’en verra pas plus.
Yvan (Le Pantaï).- Les blancs tergiversent, Yvan attend et il suffit de quelques rapides interventions pour s’imposer. Quand il se cale, quelques enchaînements s’amorcent. Et même si le taureau se retient parfois, Gros traverse toute la piste, Yvan aux troussses. Miralles idem. Quelques belles accélérations et de grosses arrivées corne à l’affût. Un gland rentre en musique (+ 3 Carmen).
pérols,1re journée de la ficelle d'argent,courses camarguaises       ◄ Ivanhoé (Blatière-Bessac).- Deux rasets courts d’Allouani et Ivanhoé percute réveillant l’assistance. Pas étouffé, prend deux rasets et change de terrain. Avec envie et méchanceté, bascule après Jockin. Gros coup sur Allouani, s’envoie après Miralles. Rentre ses ficelles, 4 Carmen et retour.
Calendau (Saint-Pierre).- Rapide et pétillant au début avec de belles envolées sur Gros, Allouani (Carmen). Même s’il ne démarre pas à tous les coups, quand on l’intéresse, il s’engage de belle manière. Mais pas assez entrepris, puis désintéressé, s’éteint petit à petit.
Camerone (Paulin, hp).- De l’envie, de la vitesse, de la méchanceté, s’élance après Jockin et bascule, tamponne après Clarion. Passe le poitrail sur Jockin. Adil Benafitou concocte 4 actions superbes où Camerone se montre à la hauteur dans un joli final. 4 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Trophée des As : A. Benafitou, 13 points ; Gros, Allouani, 9 ; Clarion, 2.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 12 ; Ricci, 10 ; Miralles, 4.

 pérols,1re journée de la ficelle d'argent,courses camarguaises

▲ Camerone offensif sur Romain Gros

 

31/07/2012

SAINT MARTIN DE CRAU *AS*

Dimanche 29 Juillet 2012

GREGAU IMPOSE LE RESPECT…

 souvenir a doumergue

Grégau (Gillet) cocardier vainqueur ici avec Julien Rey 

Comme l’année dernière, Loïc Auzolle remporte le souvenir A Doumergue devant Gleize.

Entrée: ¼ Organisateur: CT St Martinois Présidence: J Alvarez Droitiers: Auzolle, Gleize, Rey, Sabatier. Gauchers: Clarion, Ferriol, Four, G Martinez. Tourneurs: Duran, Fouque, T Garrido, Molins, Sanchez.

Auzolle (22 pts) remporte le 38ème souvenir André Doumergue. Il rentre dans la course après la pause suivi par Gleize (14) mais c’est Julien Rey qui marque la course de son empreinte avec des rasets de grande classe. Il est peu récompensé de ses efforts. Four est aussi à citer. Côté taureaux Grégau impose le respect et remporte le prix des commerçants, Moineau tient son rôle, Molière s’implique, Mathis manque de travail, Rodin maîtrise son sujet, Prince passe à côté mais plante quelques banderilles aux planches et Espadon surnage devant la marée blanche. La péna, le groupe li roudelet dansaïre et les gardians de la manade Albert Chapelle assurent le folklore. Joris Alvarez anime pleinement et distribue de généreuses primes.

Cinq minutes pour ôter les attributs d’un MOINEAU (Richebois) qui se sent des ailes dans les séries (Carmen). Aux ficelles, il change de terrain intelligemment et sans subir la pression il les conserves aisément. Carmen au retour. Volontaire, MOLIERE (Cuillé) répond à toutes les sollicitations et s’échauffe aux planches après les gauchers. Lourd, une fois lancé, l’impact aux planches s’intensifie (surtout avec Clarion). Douze minutes combatives et coopératives. 5 Carmen et retour. GREGAU (Gillet) se jette fort dans le raset. Incisif dans les séries, Rey (2 glands) en tire le maximum sur les longueurs et leur complicité est évidente. Très concentré, aux ficelles il impose le respect et Julien doit se coucher pour passer sous le marche pied alors qu’il a démarmaillé (dommage). Ficelle pour Auzolle. 4 Carmen et rentrée.

Même si c’est par à-coups, du haut de ses 13 ans, MATHIS (Lautier) exprime toujours sa colère aux planches après Four (2), Sabatier et Auzolle. Il enferme Rey et exécute une belle série en musique. Aux ficelles, il n’aura pas le travail pour s’exprimer pleinement. Il les rentre en musique jouée à sept reprises. Classique RODIN (Les Baumelles) assure des poursuites limpides et défend ses rubans cinq minutes. Cocardier qui maîtrise parfaitement l’espace, ses poursuites cornes pointées sont un régal. Aux ficelles, Julien encore lui ouvre, Auzolle lève la première puis la seconde ficelle à une minute du terme. 5 Carmen et retour. Sans son pep habituel, PRINCE (Chapelle) est brutal à deux reprises pour les rubans (3 minutes). Aux ficelles, il se place et assure quelques percussions mais sans conviction même si après Sabatier-Auzolle il se dresse haut et brise la planche. Il se reprend sur la fin après Four et Gleize mais on reste sur notre faim. 8 Carmen et rentrée. Franc, ESPADON (Saumade) offre sa bravoure pendant neuf minutes d’une grande vaillance avec une action aux planches après Sabatier.2 Carmen et rentrée.

souvenir a doumergue

Mathis (Lautier) barricadier à la poursuite de Loïc Auzolle.

souvenir a doumergue

Christophe Clarion à la tête de Rodin (Les Baumelles).

souvenir a doumergue

Prince (A Chapelle) tape à la poursuite de Bastien Four.

Eric AUPHAN

Trophée des As: Auzolle (17) Four (13) Gleize (11) Rey (8) Clarion, G Martinez, Sabatier (2).

Trophée des Raseteurs: Ferriol (4).

30/07/2012

BEAUCAIRE *AS* FINALE DE LA PALME D'OR

 beaucaire,85e palme d'or,ouffe,saint-rémois,courses camarguaises

Lundi 30 juillet 2012

Julien Ouffe et Saint-Rémois
vainqueurs de la 85e Palme d'Or

beaucaire,85e palme d'or,ouffe,saint-rémois,courses camarguaisesLes cocardiers ont souvent été "juste" pour une finale de Palme d'Or face à une équipe bien décidée à raseter et à lever. Julien Ouffe (46 points, photo avec Racanel de Cuillé, 7e) s'offre la Palme devant Hadrien Poujol (40). Juju l'Héraultais a mené ces quatre courses avec sobriété, ténacité, efficacité. Une victoire méritée pour ce gaucher apprécié et dont la Palme est la première compétition majeure à son palmarès. Félicitations !
Hadrien Poujol a, lui aussi, fourni un énorme travail. Plus intermittents mais bien présents Four, Rey, Gleize, Villard, Sanchis, Errik.
  
Organdi tire son épingle du jeu face à la horde blanche, rentre une ficelle. Et fait un honnête premier. Et pourquoi pas Carmen au retour ? 
Alésien (Briaux, 4e) fait un bon quart d'heure, alternant déplacements, sélection et percussions. Rentre ses ficelles. Racanel (7e) termine avec vaillance et un brin d'autorité.

Le prix du meilleur taureau de la Palme est attribué à Saint-Rémois de Fabre-Mailhan pour sa course exceptionnelle du 15 juillet.

Arènes bien remplies, capelado élaborée évoquant l'oeuvre du Marquis de Baroncelli, course parfois brouillonne dans l'ensemble. Julien Ouffe et Hadrien Poujol se tirent la bourre mais après un rappel à l'ordre des tourneurs, le duel reste correct.

Organdi (Plo).- Rude tâche pour lui que de recevoir les charges de 11 raseteurs frais et motivés. Mais, il sort avec du pétard et, à l'attaque, les cornes frôlent les fesses. Calé au toril, quand le harcèlement se fait trop pressant, il ignore. En revanche, bien consenti, il se livre avec de belles sorties (Gros, Poujol, 2 fois, 2 Carmen, Errik, Sanchis). De la retenue, certes, mais il se bat. Rentre une ficelle (en silence ?)

beaucaire,85e palme d'or,ouffe,saint-rémois,courses camarguaisesLou Cran (Guillierme, photo avec Hadrien Poujol).- Autre style, le cocardier aime le mouvement. Au début, il prend tout sans finir en tricotant des cornes. Très décollé, les blancs ne savent pas trop comment le prendre d'autant qu'il va vite. Sur les enchaînements, il se donne mais ne convainq pas (1 Carmen). Rentre une ficelle. 

Fanfaroun (Nicollin).- Prend tout en vrac en se déplaçant le long des planches. Prend une rafale dans un désordre total où il ne trouve pas les ressources pour s'échapper. La première ficelle pour Four à 3'30. Il a un peu d'air pour la 2e, du coup il s'en sort mieux mais 8 minutes suffisent.

beaucaire,85e palme d'or,ouffe,saint-rémois,courses camarguaisesAlésien (Briaux, photo avec Bastien Four).- Cul aux planches, il impose sa sélection, se cabre sur Ouffe, se dégage et reprend position dans la longueur. Surveille son terrain jusqu'à ce que Poujol l'emporte de belle manière pour une explosion à la hauteur, double sur Four. Positionné au toril, il laisse passer l'orage pour 5 minutes les pompons. Aux ficelles, il se dégage et reprend son poste. Belle sortie sur Allam, coups de barrière sur Poujol, Gleize. Pétarde droit comme un "i" aux planches sur Poujol (deux fois), conclut méchamment sur Outarka, énorme sur Four. Conserve ses ficelles au terme d'une course intelligente où il a alterné bonne gestion de la piste, déplacements et conclusions. A 14 ans, que demander de plus. Bravo Alésien ! 4 Carmen et retour.

Héliodor (Lautier).- A fond les premiers échanges pour 1 minute les pompons. Héliodor rode, chasse, sa vitesse d'exécution et ses finitions au ras des planches ont de l'allure, belle enfermée sur Poujol, 3 Carmen. Sur sa 2e ficelle, placé, la charge est moins forte mais il allonge de belle manière sur Poujol. 9 minutes.

Mérou (Saumade).- Affiche d'entrée sa méchanceté mais trace des trajectoires improbables sous l'assaut, il est vrai sauvage, des raseteurs. Mérou ignore, refuse ou fonce dans le tas. Se révolte sur Outarka pour 4 minutes les premiers attributs. Placé au toril, brise les planches après Villard, coup de barrière sur Poujol (1 Carmen) et reprend ses errements. Khaled se fait propulser, passe le mourre après Ouffe. Gleize fait les deux ficelles en 2 minutes. 11 minutes au total.

Racanel (Cuillé).- Les hommes ne sont toujours pas rassasiés, Julien Ouffe gère son avance avec calme, sobriété et une belle efficacité. Poujol baisse un peu les bras, Four, Sanchis se montrent. Racanel reste disponible mais raccompagne avec puissance et une bonne gestion de l'espace sans rester figé. Quelques conclusions bien abouties sur Four, Ouffe. Julien a gagné, il allonge les trajectoires, Racanel au diapason. 11 minutes 30 de bonne facture. 4 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Entrée : presque plein. Organisateur : Affaires taurines. Président : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Villard, Errik, Gros, Outarka, Rey, Sanchis. Gauchers : Ouffe, Poujol, Four, Allam. Tourneurs : Khaled, G. Rado, Fouque, Sanchez, Kerfouche.

Trophée des As : Gleize, 8,5 points ; Ouffe, 6 ; Villard, 5,5 ; Poujol, 4,5 ; Errik, 4 ; Sanchis, 3,5 ; Rey, 2,5 ; Gros, 1,5 ; Four, 1,5.
Palme d'Or : Ouffe, 46 points ; Poujol, 40 ; Villard, 35.
Meilleur taureau de la Palme d'Or : Saint-Rémois de Fabre-Mailhan pour sa course du 15 juillet.

27/07/2012

BEAUCAIRE *AS* 3e journée de la Palme d'Or

 Jeudi 26 juillet 2012

 La course aux 3 Biou d'Or a été intense

beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaises

▲ Julien Ouffe en tête de la Palme avec Garlan

 beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaisesLa compétition entre les hommes, la valeur des taureaux a tenu en haleine le nombreux public remplissant les arènes Paul-Laurent. Les trois Biou d'Or, en 2e partie, ont fait honneur à leur titre chacun dans son style. Les trois premiers ont parfois subi la pression des raseteurs mais se sont bien battus. Les blancs ont donné l'ampleur et l'intensité nécessaire à une course de ce niveau. Julien Ouffe se place en tête de la Palme avant la finale de lundi, Poujol à deux points, ça promet ! Reste qu'Outarka, Rey, Villard apportent leur pierre à l'édifice, Sanchis, Errik, Gleize, Four avant sa blessure (sort à l'entracte), Gros et Allam jouent le jeu.

Géricault (Chauvet) catapulte d'entrée Violet et prend une rafale de rasets pour 1 minute 20 les pompons et un "cabrage" sur Villard. Aux ficelles, il a le temps de se positionner et d'affiner sa sélection. Outarka en danger dans le berceau des cornes qui le cherchent, une action d'envergure sur Gros. La 2e ficelle ouverte déclenche une bataille intense où Géricault se bat comme un diable. Ouffe arrête le chrono à la 11e. 3 Carmen et retour.

Périclès (Nicollin). Lui dont les raseteurs se méfient habituellement car il "envoie" grave, se prend une tempête dans laquelle tête baissée il essaie de cibler une proie. Mais peine perdue, il ne sait plus où donner des cornes. Passe le mourre quelquefois (Poujol), mais se laisse saouler devant tant de blanc. Villard allonge pour une belle explosion aux planches. Sur la fin, harcelé, le taureau abdique et ne charge plus. Outarka pour l'unique ficelle. 12 minutes, 2 Carmen et retour.

Papagaï de Lagarde.- 1 minute 45 pour les pompons qui partent en mouvement. Papagaï se sauve de la mêlée par ses déplacements. Quand il se place, il enfile les enchaînements sans mollir. Allam prend sa chance et trouve une grosse conclusion. La pression retombe enfin et Papagaï en profite. Une série encore et Ouffe conclut à la 12e. 2 Carmen et retour.

Pasteur (Fabre-Mailhan).- Visite la piste, se cale, tape sur Poujol, déclenche sur Villard, Poujol. Superbe anticipation sur Poujol. Aux ficelles, se "tanque" et choisi subtilement ses adversaires. Il faut plonger à la tête pour que le briscard prenne la peine de riposter mais alors là c'est chaud. Poujol et Ouffe sont les plus entreprenants, c'est vrai qu'à droite Pasteur ignore. Pourtant Gros est superbement raccompagné. Laisse sa 1re ficelle à Ouffe à la 14e, au terme d'un quart d'heure intéressant de ce sévère cocardier à l'ancienne. 4 Carmen et retour.

 

beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaises

▲ Pasteur et Hadrien Poujol

 

Garlan (Les Baumelles) reconnait les lieux à grandes foulées. Cul aux planches, il se dégage opportunément et se délimite un périmètre. A l'affût, les hommes calculent. Poujol dans un mouvement superbe. Les raseteurs tentent de le "carotter" sur ses déplacements mais Garlan déjoue les ruses. 8 minutes les glands. Hadrien Poujol exécute de superbes rasets d'attaque, Rey pas toujours dans les règles mais avec ténacité. Et la 1re ficelle rentre à 1 300€. 4 Carmen et retour.

Guépard de Cuillé.- Il alterne les déplacements où il est vulnérable, le bon positionnement et les attaques musclées aux planches. Des coups énormes notamment sur Rey (2), Villard (3), Gros. Aux ficelles, il n'est pas assailli et quand il se place, il répond cocardièrement. Sanchis le cite de loin et Guépard sort le grand jeu pour une agression caractérisée aux planches qu'il manque traverser. Il en reste lui-même sur le cul. Espérons sans mal. Outarka, très en jambe, s'octroie la première ficelle à 1060€, la 2e rentre sous les applaudissements. 6 Carmen et retour.

Reste Castellas (Fabre-Mailhan) hors point pour le Trophée mais comptant pour la Palme. Soumis à un rythme intense, il laisse rapidement ses pompons sans refuser le combat. Il ne sort pas de l'emprise à tous les coups, mais livre une prestation où sa vaillance ressort. La lutte pour les ficelles s'amplifie, Poujol pour la 1re, Errik la seconde. 3 Carmen et retour.

 MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Ouffe, 7,5 points ; Outarka, 5,5 ; Poujol, 4,5 ; Villard, 4 ; Rey, 3 ; Gros, 2 ; Gleize, 1 ; Sanchis, 1 ; Four, 1 ; Violet, 1,5.
PALME D'Or : Ouffe, 33 points ; Poujol, 31 ; Villard, 24 ; Four, 23 ; Sanchis, 17.

FICHE TECHNIQUE : Entrée : presque le plein. Organisateur : Affaire taurines. Président : Raynaud Arnaud. Raseteurs droitiers : Gros, Outarka, Violet, Sanchis, Rey, Villard, Gleize. Gauchers : Errik, Four (sort à l'entracte), Poujol, Allam, Ouffe. Tourneurs : Fouque, G. Rado, Khaled, Sanchez, Labrousse.

 

beaucaire,3e journée de la palme d'or,ouffe,poujol,garlan,pasteur,guépard,courses camarguaises

▲ Guépard auteur de quelques engagements
gratinés, ici sur Villard

et une explosive arrivée sur Sanchis.

********************************

 

 

22/07/2012

BEAUCAIRE *AS* 2E JOURNEE DE LA PALME D'OR

Dimanche 22 juillet 2012

MIGNON ET SPARAGUS ROIS DU PRÉ

Poujol anime la course. Four passe en tête

 beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

▲ Duo de grande classe Mignon et Poujol

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : Service des affaires taurines. Présidence : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Gleize, Outarka, Rey, Sanchis, Violet, Villard. Gauchers : Allam, Errik, Four, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Fouque, Khaled, Kerfouche, Rado, Sanchez.

Deuxième volet de la Palme d’Or 2012 avec la domination des cocardiers Mignon de Cuillé et Sparagus de Anne et Yves Janin. Cocardièrement, ils ont su s’imposer alors que Gastaboï (Guillierme) a assuré une partie du spectacle. Poujol, Ouffe, Four, Gleize, Rey et Villard ont donné le tempo du côté blanc. A la sortie, c’est en demi-mesure que l’on exprimait des opinions sur la course.
Arrogant (Saumade).- Un premier pas trop compliqué qui va subir mais résister avec quelques bonnes réactions à son actif dans 8 minutes de présence honorables.
Matute (Saint-Antoine).- Lui aussi subit un assaut en règle au départ. Puis aux ficelles, toujours autant sollicité, il s’illustre sur Villard. Pas de refus. 8’30” en piste et un Carmen en course, alors que celui de rentrée est contesté.
Gastaboï (Guillierme).- Sort à une place inhabituelle et inappropriée pour lui. De ce fait, en moins d’une minute, il laisse cocarde et glands. Raseté plus calmement, il fait alors la démonstration de ses aptitudes barricadières sur Villard (3), Four, Rey, Gleize, Errik, Poujol, dans 9 minutes agréables, 5 Carmen.
Mignon (Cuillé).- Très vite positionné, ce n’est plus la déferlante de la première partie. Il faut attendre la 8e minute pour entamer les ficelles. Avec sérieux, et des poursuites de qualité, il maîtrise les blancs. Des enfermées sur Poujol (2), Gleize, Sanchis. En maître cocardier, il entend 4 fois les honneurs et rentre ses ficelles au toril.
Sparagus (A. et Y. Janin).- Lui aussi trouve rapidement ses marques et toise les blancs. Bien entrepris, il se donne avec cœur le temps des principaux attributs. Puis, calé aux bois, il distille alors des enfermées puissantes et serrées sur Poujol (3), Errik, Four. Il s’illustre aussi dans de beaux enchaînements mais termine maître de la situation et enferme sa 2e ficelle. Il reçoit 4 fois la musique.
Valmont (Lautier).- S’il n’a plus sa puissance de feu aux planches, il signe cependant quelques belles finitions sur Sanchis, Gleize, Rey, Violet. Puis il manque de travail et rentre fort logiquement sa seconde ficelle. 4 Carmen.
Nizam (Blatière-Bessac).- Hors points. Il bascule sur Poujol et tape ensuite de multiples fois dont un énorme coup sur Villard. Mais hélas, blessé, il réintègre le toril à la 8e minute à la demande de son manadier. Des Carmen.


LUC PERO
PHOTO CHRISTIAN ITIER

Trophée des As : Poujol, 14 points ; Gleize, 11 ; Sanchis, 9 ; Four, 8 ; Villard, 7 ; Rey, 7 ; Ouffe, 4 ; Errik, 1.
Palme d’Or : Four, 21 points ; Poujol, 19 ; Villard, 16 ; Ouffe, 15 : Sanchis, 13 ; Gleize, 11 ; Errik, 8.

 

beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

▲ Arrogant de Saumade et Julien Rey

▼ Gasto Boï et Benjamin Villard

beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

▼ Sparagus de Janin et Hadrien Poujol

 beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

▼ Nizam Blatière  Bessac
(hors point Trophée des As, compte pour la Palme d'Or)
et Hadrien Poujol

beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

▼ Nizam et Bastien Four

beaucaire,palme d'or,courses camarguaises

************************************

 


16/07/2012

BEAUCAIRE *AS* 1re journée de la Palme d'Or

Dimanche 15 juillet 2012

SAINT-REMOIS LE KAMIKAZE

beaucaire,1re journée de la palme d'or,course camarguaise

▲ Saint-Rémois sur Julien Ouffe

A la vie à la mort, le barricadier de Fabre-Mailhan a tout donné. Un final époustouflant à la limite d'un baroud d'honneur où le bonheur d'un spectacle en feu d'artifice côtoie la douleur face à l'intensité du combat de Saint-Rémois. Et des raseteurs subjugués par l'abnégation et le sang incontrôlable du taureau, qui lui offrent un combat à la hauteur tout en respectant la vulnérabilité du kamikaze prêt à se sacrifier. Paroxysmique !

Dimanche, la 1re journée de la Palme d'Or a donné une course de qualité. Les spectateurs désespérés par la bas niveau des dernières courses aux As, ont révisé leur jugement. D'ailleurs l'espoir des afeciouna est toujours sans limite puisqu'ils remplissaient aux trois-quarts les gradins. Une course camarguaise n'est jamais jouée d'avance, ce spectacle vivant aux parties prenantes fluctuantes réserve toujours des surprises. A Beaucaire, elles ont été plutôt bonnes.  A l'image d'Agassoun, de Brutus et de Saint-Rémois. Tout comme des raseteurs, Julien Ouffe et Hadrien Poujol en particulier pour un ensemble travailleur.

Fosséen (Cavallini) joue des cornes et sait se sortir des pièges blancs. Bien positionné, il impose sa sélection et se fait respecter par quelques finitions surprise 2 Carmen). Un solide cocardier qui, malgré le travail des raseteurs, ne s'en laisse pas conter, fait juste ce qu'il veut  et rentre ses ficelles.

Dragon (Blatière-Bessac) joue "Signé Furax !". A fond le long des planches, il ponctue méchamment. Brouillon certes mais bouillant aussi. Il faut lui rentrer dedans c'est ce que fait Villard à la perfection. Brutal, Dragon se propulse après le raseteur jusqu'à se faire mal. Il rentre blessé avec ses ficelles à la 7e minute. 2 Carmen et retour.

Agassoun (Blanc).- Il promène son beau gabarit et ses cornes impressionnantes. Mobile pour se sortir des blancs, concluant haut comme après Poujol. Leste, vif, il ne refuse aucune invite mais use les raseteurs par ses nombreux déplacements. Sous la présidence, les séries s'enchaînent sur un bon tempo et des finitions frappantes (Outarka, Gros 2 fois). Un raset engagé de Poujol trouve une cinglante réponse où la corne meurtrière cherche la blessure. Hadrien y échappe de peu, pantalon arraché seulement. Ficelles au toril 3 Carmen et retour.

▼ Agassoun et Outarka

beaucaire,1re journée de la palme d'or,course camarguaise

Indien (Cuillé) est décevant en ce jour. Remuant il prend les rasets de passage sans grande conviction. Les blancs le craignent et le laissent trop longtemps sans travail. Placé au toril, Favier tente puis Four, Villard, Poujol. Une timide série où Indien ne renvoie que la nonchalance. Quelques enchaînements, un saut et Indien rentre ses ficelles sans convaincre. 3 Carmen et retour.

Verdier (Saumade) alterne le bon et le moins bon. Une entrée en matière intéressante avec de bons engagements aux planches (Poujol, Favier, Ayme, Four, Villard) pour 4 Carmen. Puis cul aux planches, il sélectionne de plus en plus jusqu'à réduire ses charges à leur plus simple expression. Les dernières minutes, il reste totalement sourd aux invites des raseteurs. Garde sa 2e ficelle en silence.

Brutus (Lautier), toujours en bonne place, il utilise toute la piste et se livre correctement aux pompons. C'est aux ficelles qu'il prend de l'ampleur. Et notamment pour la première, où il rend coup pour coup sous les nombreuses sollicitations des raseteurs. Poujol, Gros, Four, Villard, Brutus se défend rageusement et de belle manière. Il rentre ainsi ses ficelles avec un gros Carmen. 4 Carmen et retour.

 beaucaire,1re journée de la palme d'or,course camarguaise

▲ Brutus et Bastien Four

Arrive Saint-Rémois (Fabre-Mailhan) et l'apocalypse peut commencer. Le barricadier frappe sur tout ce qui bouge. Des engagements énormes, des catapultes, des bascules, des planches cassées... En sang, le taureau engage sa vie comme si c'était son dernier combat. Les raseteurs s'offrent, la musique joue presque sans interruption... Plus de vingt fois, Saint-Rémois bombarde. Deux pauses lui sont octroyées, peine perdue, le taureau voit rouge et l'économie ne fait pas partie de son arsenal. 13 minutes à fond et spectateurs et raseteurs l'accompagnent au toril sous les applaudissements.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Entrée : 3/4 d'arène. Org. Affaires taurines. Président : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Ayme (sort au 6e), Gros, Outarka, Sanchis, Villard. Gauchers : Allam, Errik, Favier, Four, Poujol, Ouffe. Tourneurs : Labrousse, Sanchez, G. Rado, Khaled, Ouffe.

Trophée des As : Ouffe, 5 points ; Four, 3,5 ; Villard, 3,5 ; Ayme, 3 ; Poujol, 2 ; Outarka, 1 ; Sanchis, 1 ; Errik, 1.

Palme d'Or (les sept taureaux de la course comptent. Points à vérifier) : 1. Ouffe, 11 points ; Villard, 9; Errik, Favier, Four, 7 ; Ayme, 6 ; Poujol, Sanchis, 4 ; Outarka, 2.

▼ POUJOL FROLE LA BLESSURE AVEC AGASSOUN

 beaucaire,1re journée de la palme d'or,course camarguaise

▼ SAINT-REMOIS

beaucaire,1re journée de la palme d'or,course camarguaise

beaucaire,1re journée de la palme d'or,course camarguaise

*********************************

 


08/07/2012

LUNEL *AS - EXCELLENCE

Dimanche 8 juillet - Trophée du Muscat (1re journée)

L’ANTICIPATION DE GARLAN SUR OUTARKA

L’intensité de la course tient dans le titre, c’est dire. Heureusement qu’il y a eu Garlan et ces deux formidables rasets de Lahcène sur le Biòu d’Or 2011... dont cette anticipation de toute beauté.
Sinon, morne plaine. Ou du moins pas le niveau que le public était en droit d’attendre de la course. Les raseteurs se sont éteints au fur et à mesure, dès les ficelles d’Athor (3e). Certes il y a des blessés dans les rangs des As et pas des moindres (Poujol, Allouani, Chekade, Auzolle...) mais justement, les Four, Villard, Ayme, ont des qualités et, en ce moment, beaucoup de place. Pourquoi pas plus d’implication. Quant aux autres...
En tous les cas, huées et quolibets ont fusé des gradins, le public n’a pas été satisfait du travail des hommes et l’a fait savoir.
Gregau de Saumade mène les débats le long des planches, à son rythme. Répond ou ignore, fuse parfois ou lâche carrément. Passe la corne sur Ayme. Une seule grosse riposte sur Four qui abrège à la 7e minute et demie.
Angelo (Aubanel-Baroncelli) passe son bac à Lunel avec 10/10 en occupation de piste, positionnement impeccable, il fait courir les hommes. 8/10 en tête à tête : se montre dangereux sur Ouffe, Four, s’engouffre après Villard sur les rasets arrêtés, cloue les planches après Ayme. Et même s’il sélectionne beaucoup par moments, il est cocardièrement au niveau. Les ficelles au toril. 2 Carmen et retour.
Athor de Daumas trouve, lui aussi, son terrain vite fait. A chaque raset, il cherche l’homme de ses cornes. Un bon échange en musique où il en oublie quelques-uns. Pour 4 minutes les pompons. Aux ficelles, il n’est pas étouffé de longues minutes. Puis ça démarre. Qualitativement et individuellement, Four, Ayme, Villard proposent de belles actions mais il en faudrait plus à Athor pour qu’il sorte de ses gonds. Les dernières minutes, il sélectionne à outrance même s’il fuse sur Sanchis puis Ouffe. Les ficelles rentrent. 5 Carmen et retour.
Garlan (Les Baumelles).- Maître es placement, ce qui ne l’empêche pas d’être disponible pour les premiers attributs. Aux ficelles, les blancs craignent tellement sa vitesse au départ de l’action qu’ils ne lui laissent pas l’occasion de dégainer son arme fatale. Le public manifeste sa désapprobation. Outarka s’élance, l’anticipation est fulgurante. Errik tente, les collègues “au quite” le sauvent. Superbe raset de Lahcène très applaudi. Ayme obligé de rompre. Errik pour le dernier essai et Garlan traverse la piste sous les applaudissements. Les ficelles sont pleines. 3 Carmen et retour.
Méphisto de Saumade se fait subtiliser les pompons en 40 secondes. Bravas, les hommes allongent un peu mais en cinq minutes trente retour au toril.
Guépard de Cuillé, d’entrée subit une rafale où même s’il met la corne vers Villard à la planche, il se fait plumer. Mais aux ficelles, temps mort Monsieur l’Arbitre. Placé, Guépard attend... longtemps. Sur une reprise de Villard, le taureau s’emporte. Une série par ci par là, ça manque de liant. Une action sur Sanchis. Re-temps mort. Le public manifeste. A juste titre, car aujourd’hui Guépard n’est pas un fauve, il n’a en aucun cas reçu le travail qu’il méritait. La 2e ficelle primée à 1000€ ne déclenche même pas un début de raset. 2 Carmen et retour.
Quant à Clodomir de Bon (7e hors point) il a le temps de se promener. Ouffe pour deux belles actions aux planches (Carmen), une sur Four pour 9 minutes en piste. Carmen.


MARTINE ALIAGA

Trophée des As  (Excellence) : Four, 14 points (+10). Villard et Ayme, 13 (+9). Benafitou, Sanchis, Rey, 4 (+8). Clarion, Ouffe, 2 (+7).

L'ACTION

 

lunel,trophée pescalune,trophée des  as,3e journée du muscat,garlan,courses camarguaises

lunel,trophée pescalune,trophée des  as,3e journée du muscat,garlan,courses camarguaises

lunel,trophée pescalune,trophée des  as,3e journée du muscat,garlan,courses camarguaises

lunel,trophée pescalune,trophée des  as,3e journée du muscat,garlan,courses camarguaises

******************************


04/07/2012

LUNEL-VIEL *AS*

Mardi 3 juillet 2012 - 1er Trophée des Commerçants et Artisans de Lunel-Viel

ILIAS BENAFITOU ET CAMERONE DE PAULIN

 lunel-viel,as,courses camarguaises

Un des puissants engagements du cocardier de Paulin, Camerone


Entrée : 1/2 arene. Organisateur : PFM. Président : Bruno Pascal. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Jockin, Rey, Bruschet. Gauchers : A. Benafitou, Ouffe, Four, Clarion. Tourneurs : F. Garrido, Sanchez, C. Galibert, Kerfouche.
Fait marquant : la course finit dans l’émoi quand le manadier Bruno Quet se fait coincer par son taureau Mérou alors que celui-ci rentrait au toril. Malmené de longues secondes, le manadier n’a apparemment pas reçu de coup de corne, mais quelle rouste !


Dédiée à Maurice Lacroix instigateur de ce rendez-vous post Cocarde d’Or par Roger Damour de l'Ecole taurine Lou Rasetaïre pescalune, la course a été agréable à suivre et dans une parfaite ambiance en piste et dans les gradins. Hadrien Poujol, vainqueur de la Cocarde d’Or, blessé, est venu suivre les débats. Ilias Benafitou et Camerone de Paulin reçoivent des trophées mérités.
La capelado et la remise des prix sont agrémentés par les groupes folkloriques Escouleto Saint-Vincent et la Bello Mireillo

 lunel-viel,as,courses camarguaises

▲ Gavot, excellent premier, a donné du fil à retordre.
Ilias Benafitou en danger


Gavot (Le Pantaï).- Rigoureusement positionné et du pétard avec ça ! Ilias Benafitou est dangereusement enfermé. Gavot oblige les hommes au sérieux, occupe intelligemment les angles, raccompagne à toute allure. Les tentatives aux ficelles sont rares, il les rentre aisément. 1 Carmen et retour.
Galaad (Les Baumelles).- Beau spécimen, mobile et qui participe agréablement. Meilleur quand il se place pour des charges puissantes, déconcertant quand il navigue au centre. 12 minutes.
Balzac (Fabre-Mailhan).- Il compense son handicap visuel par une attention de tous les instants et une grosse rapidité d’intervention quand l’homme est dans son collimateur. Bien placé et disponible pour une ficelle rentrée. 2 Carmen et retour.
Eole (Rousseau).- Sans refus, il s’engouffre à la poursuite des blancs avec franchise et coeur. Bonne tenue de piste pour ce classique qui a manqué de travail aux ficelles. Du coup il les ramène. 2 Carmen et retour.
Chouan (Lafon).- Brouillon mais participatif. D’un coup traverse les planches après Four. Parfois décollé, mobile, Ilias Benafitou lui tire de belles longueurs conclues aux planches. Des coups de barrières à répétition sur Four, Ouffe, Adil et Ilias Benafitou. Cale un peu sur la fin mais les blancs aussi. Rentre donc une ficelle en musique avec 7 Carmen.
Camerone (Paulin).- Le jeu qu’on lui propose est désorganisé mais il annonce la couleur en se jetant volontiers en conclusion. Même s’il n’a pas une tenue de piste exemplaire, les coups pleuvent, les enfermées sont virulentes pour 7 minutes les pompons. Mieux placé aux ficelles, il se dresse sur Ouffe, Rey, Four avec une grosse puissance de feu. 10 Carmen et une ficelle qui rentre en musique.
Mérou (Quet, hp).- Peu entrepris, il baroule mais sur le premier raset d’Adil Benafitou, il s’envoie en l’air comme une balle. S’engage fort sur les gauchers mais, à droite, allume de gros pétards sur Ilias qui le cite pleine piste. 4 Carmen et, juste avant que la musique de retour résonne, il malmène longuement son manadier.


MARTINE ALIAGA


Trophée des As : Ouffe, 7,5 points ; Four, 6 ; A. Benafitou, 4 ; Clarion, 3,5 ; Bruschet, 2, 5 ; Rey, 1.

LE MANADIER BRUNO QUET
MALMENÉ PAR SON TAUREAU MEROU

 lunel-viel,as,courses camarguaises

Aux dernières nouvelles (jeudi 5 juillet), le manadier Bruno Quet souffre de nombreuses fractures au visage (dont la mâchoire) et de multiples coups et contusions sur le corps. Il est soigné à l'hôpital Guy-de-Chauliac.
Nous lui souhaitons un bon rétablissement

************************

 

*********************************




30/06/2012

81e COCARDE D'OR

Lundi 2 juillet - Arles

OPERATION PISTE OUVERTE

« On prendra tous les raseteurs qui se présenteront », précise Luc Jalabert, en charge des arènes arlésiennes. La course est ouverte à tous comme l’an dernier. Ceux qui se sont faits connaître auprès de Gérald Rado et ceux qui se décideront au dernier moment ». Depuis ses 80 ans, en 2011, la Cocarde d’Or est redevenue une course libre à l’ancienne et unique en son genre car seule à ne pas subir la limitation du nombre de raseteurs.
Autre expérience reconduite, le garrot à lever. Mais avec quelques améliorations. « En 2011, Titouan portait le garrot en plus de ses attributs. Du coup, les raseteurs avaient délaissé les ficelles. Lundi, Dilun de Mailhan sortira 4e. Il défendra, pour 8 minutes de piste, uniquement son garrot primé 200 €, soumis aux enchères et valant 2 points pour la Cocarde d’Or ». De quoi pimenter cet après-midi extraordinaire et se remémorer la ruée d’une cinquantaine de tenues blanches déferlant en piste, sous les yeux ébahis des plus jeunes spectateurs qui n’avaient jamais vu ça. Des départs à deux, trois, quatre... Des sauts en catastrophe en contre-piste... Des chutes... Une cohue incroyable. Les taureaux ? Certes, ils ont de quoi attraper le tournis, sans une seconde de répit dans le quart d’heure. Mais par quelques fusées bien senties ou trajectoires intempestives dans le paquet, les noirs font toujours planer le danger. D’où une intense émotion pour un public tenu en haleine tout le temps.
Une lutte sauvage pour un seul vainqueur. Une course âpre, tendue... Unique quoi !

MARTINE ALIAGA

TOUT SAVOIR


Accession aux vestiaires
Pour cause de travaux aux arènes, Gérald Rado demande aux raseteurs et tourneurs participants de passer par le tunnel (à gauche de l’entrée générale) pour accéder aux vestiaires.
Accession des tourneurs à la piste
 Il y aura dix tourneurs en piste. Priorité à ceux des raseteurs du Trophée des As ; en cas de défection, le complément sera pris dans les tourneurs des raseteurs du groupe 2, puis du groupe 3. Toujours dans l’ordre des classements des trois groupes parus vendredi en page “courses camarguaises” de Midi Libre et La Provence.
Points des raseteurs
En accord avec l’association des raseteurs, les points de chacun seront comptabilisés dans leur groupe respectif en coefficient 1 sur les sept taureaux de la course.
Cocarde d’Or
Les points seront comptabilisés ainsi : coupe cocarde 1 point. Frontal 1 point. Cocarde, gland, ficelle, élastique, 2 points. Cocarde et gland ensemble, 3 points. Le garrot de Dilun : 2 points.
Trophée Taurin
Coupe cocarde, 1 point. Frontal (exceptionnellement remis en service pour la Cocarde d’Or), 1 point. Cocarde, gland, 2 points. Cocarde et gland ensemble, 3 points. Ficelle, 3 points.
Prix des Arlésiens
En plus du vainqueur de la Cocarde d’Or et du meilleur taureau de la course, les Arlésiens ont droit à un prix spécial. La commission extra municipale d’Arles indique que tout raseteur prétendant à ce prix devra être né à Arles ou y résider depuis au moins 3 ans.

Le garrot 
Le garrot sera porté par Dilun de Fabre-Mailhan (4e), il sera primé 200 € et surenchérit durant les 8 minutes de présence du taureau. Il vaudra 2 points pour la Cocarde d’Or.
Festivités : rendez-vous aux Bernacles, dès 9 h, pour le petit déjeuner et le dévoilement d’une plaque commémorative. A 10 h 15, l’abrivado menée manade Lescot démarrera direction les arènes d’Arles via le rond-point de Gimeaux, Trinquetaille, les Lices.
Aux arènes, la commission taurine offrira l’apéritif et décernera des coups de cœur à Mickael Matray et à Bambou de Chauvet pour leur remarquable prestation lors de l’édition précédente.

LES PLACES
Générales 15 €. Le bureau de location est ouvert aujourd’hui et lundi à partir de 10 h. Réservations : tél. 08 91 70 03 70 et WWW.arenes-arles.com.

25/06/2012

LA GRANDE-MOTTE *AS*

Dimanche 24 juin 2012

Leventi et Bastien Four lauréats du Trophée de la Ville

la grande-motte,as,courses camarguaises

Bruschet à la tête de Leventi

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT Lou Gregau. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Bruschet, Gleize, Gros, Jockin, Violet. Gauchers : A. Benafitou, Clarion, Four, Ouffe. Tourneurs : C. Galibert, F. Garrido, Fouque, Molins.

 la grande-motte,as,courses camarguaises

▲ Le général Patton (photo sur Four) gagne la bataille des Pyramides mais c’est Leventi qui reçoit la médaille, sans démériter c’est vrai, alors pourquoi pas ?
L’affrontement en première partie a failli tourner à la déculottée pour les noirs (26 minutes) qui se sont bien rattrapés par la suite. Les blancs ont imposé un rythme effréné au départ, puis plus calmes, ont tous bien œuvré, Four notamment mais aussi Jockin (en forme), Ouffe (généreux dans l'effort), Bruschet (en constante progression).
Lancelot (Occitane).- Sollicité sans répit, il ne refuse rien avec franchise mais sans hausser le ton.
Crespin (Le Brestalou).- Mobile, aux aguets, s’engouffre avec envie à la poursuite des blancs dans des enchaînements sans fin. Droite-gauche sans faiblir pour sept minutes sans temps morts. 3 Carmen et retour.
Héliodor (Lautier).- Une rafale lui tombe dessus aux pompons, mais aux ficelles, avec un peu plus d’air, Héliodor conforte son placement. Les blancs sont affûtés et la 1re ficelle part à la 4e. En tête à tête, le taureau fait valoir sa vitesse, et affiche une belle présence dans les séries. Bruschet aux rasets d’attaque est récompensé de la 2e ficelle à 12’30. 6 Carmen et retour.
Patton (Le Joncas) chasse et emboîte les hommes jusqu’aux planches où il peut se dresser dangereusement (Jockin). Coince le pied à Gros et l’anticipe sur le raset suivant, coup de barrière sur Four... Les blancs se mettent au garde à vous. Patton contrôle sans forcer et c’est Bastien Four qui tente encore pour des rasets sévèrement raccompagnés. Les ficelles rentrent 3 Carmen et retour.
Leventi (Plo) joue la carte cocardièrement classique et ponctue cornes droit aux planches. Four, Ouffe, Jockin, Bruschet allongent les trajectoires pour de belles passes. Frayeur pour Jockin qui trébuche à la planche. Les rasets s’enchaînent mais pas assez pour que Leventi laisse ses ficelles. 3 Carmen et retour.
la grande-motte,as,courses camarguaisesVibre (Lafon) prend généreusement tous les cites, il ne demande qu’à bosser mais le travail n’est pas assez régulier pour que taureau sorte le grand jeu. Malgré tout, il serre Gros et le pousse à la planche ◄ photo, tape après Ouffe et brille dans la bourre pour sa 2e ficelle qu’il sauve. 2 Carmen et retour.
Les blancs ont beaucoup donné, et Fouquet (Chaballier, hors points) n’a pas suffisamment d’occasion pour se montrer. Ouffe fait l’effort, Fouquet est au rendez-vous. Quelques enchaînements, on n’en verra pas plus. Musique.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Trophée des As : Four, 15 points ; Ouffe, 8 ; Bruschet, 7 ; Violet, 6 ; Gros, 6 ; A. Benafitou, 5 ; Clarion, 4 ; Gleize, 2.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 18 points.

24/06/2012

TARASCON *AS*

Samedi 23 Juin 2012

BASTIEN AU FOUR ET AU MOULIN….

Entrée: ½. Organisateur: Régie Municipale. Présidence: G Garcin. Droitiers: Chig, Marquier, Rey, Villard (sort au 3ème), Violet. Gauchers: Errik, Ferriol, Four. Tourneurs: Abbal, Fadli, Fouque.

Superbement commencée par Daudet, la course des As de la Tarasque offre une seconde partie très attractive avec Varadéro, Oscar et Estreloun qui termine énergiquement. Chez les hommes, Bastien Four omniprésent régale l’assistance et totalise. Chig (très actif à droite), Errik sont dans le coup aidés par Marquier, Ferriol et Rey.

Excellent, DAUDET (Fabre-Mailhan) s’aide d’un sérieux coup de revers, se dresse sur Violet et saute après Ferriol qu’il soulève contre le mur. Calé aux planches, il joue son rôle sans refus et avec une énergie considérable. Il saute à nouveau sur Violet, tape après Chig et ne perd sa première ficelle qu’à la dernière minute. 8 Carmen et retour. Beau, DJANGO (Saumade) perd vite ses rubans. Aux ficelles, mieux positionné, il accepte les séries et tient les hommes à distance du toril mais oubli de changer de terrain. Sur le dernier raset il concède sa première ficelle et rentre en silence. 2 Carmen. GALIPAN (Lautier) se jette sur toutes les sollicitations mais manque de finition aux planches. Cocardier qui baisse la tête, il complique la pose des crochets. Lui change de terrain à bon escient et s’il conserve ses ficelles c’est sans forcer son talent. 1 Carmen et rentrée.

Deux minutes et VARADERO (Guillerme) défend ses ficelles. Vaillant dans les séries, il s’échauffe et pousse après Ferriol et Four. Violet sent le chaud et petit à petit le bioù prend le dessus avec beaucoup de brio. Une ficelle au toril en musique jouée cinq fois. S’il a du pétard, OSCAR (La Galère) lâche ses rubans en quarante secondes. Aux ficelles, il affiche son penchant spectaculaire avec une dizaine d’actions percutantes ou sauts après l’homme dans treize minutes brillantes. 7 Carmen et rentrée. Décidé et agressif, ESTRELOUN (Caillan) fait réfléchir. Ses engagements aux planches sont puissants parfois cabré comme un I. Un sacré client qui donne du fil à retordre aux blancs et termine sur une bonne note porteur de ses ficelles. 6 Carmen et retour.

Eric AUPHAN

Trophée des As: Four (23) Errik (9) Gleize, Rey (5) Marquier (4) Violet (3)

19:43 Publié dans TROPHEE DES AS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : as, tarascon

18/06/2012

LANSARGUES *AS*

Dimanche 17 juin 2012

Déception !

L'affiche était belle et prometteuse et le public remplissait les arènes. Hélas, la droite décimée (Rey, Outarka se blessent au 1er, Auzolle sort au 4e, Allouani, au début du 5e), seul Schuller reste valide, et l'ensemble peu performant. Malgré les bons passages de Poujol cela n'a pas été suffisant pour emballer la course. Seul Gavot, le 1er, bénéficie de toute l'équipe et, fournit un très bon quart d'heure.

Gavot du Pantaï se montre d'entrée dangereux sur un Rey très offensif. Trois rasets risqués du raseteur et au 3e la sanction, bousculé aux planches. Gavot impeccablement positionné, rattrape Outarka à la planche et le malmène, sans trop de mal mais assez pour que Lahcène abandonne. De belles anticipations sur les beaux cites de Poujol. Gavot exemplaire avec les gauchers, et plus sélectif à droite, rentre une ficelle après qu'Auzolle lève la première presque au terme. 5 Carmen et retour.

Deux raseteurs en moins, ça commense à se gâter avec Radjau de Paulin. Le magnifique cocardier se désintéresse parfois mais quand il s'engage sa puissance fait effet. Schuller trébuche devant lui, l'émotion monte. Mais avec Radjau, il ne faut pas tergiverser, alors peu attaqué, il se fait réticent et campe devant le toril. Pointe la corne après Four dans un quart d'heure longuet. Rentre ses ficelles, en silence.

Mollières de Cuillé est beaucoup plus engageant. Bien au point dans les séries sur lesquelles il s'engouffre jusqu'aux planches. Anticipe Allouani, conclut sur Poujol, bascule après Benafitou. Baisse d'intensité après la bagarre sur sa 1re ficelle. Ponctue encore sur Allouani et Schuller lève la 2e ficelle sur la sonnerie. 4 Carmen et retour.

Sylverado de Saint-Gabriel reconnaît les lieux au grand galop. Puis se positionne et de ses cornes vers l'avant fait planer le danger dans des poursuites serrées où il ne lâche rien jusqu'aux planches. Auzolle dans le berceau, Four raccompagné comme Poujol. Le jeune Martin le défie au mieux. Très cocardier, Sylverado rentre une ficelle.5 Carmen et retour.

Césarion de Blatière-Bessac fait le job au petit trot sans beaucoup de conviction. Il ne rechigne à rien mais reste mollasson il faut dire qu'on ne lui propose pas grand chose. 1 coup aux planches sur Schuller (14'30, Carmen) et, délaissé, rentre une ficelle.

Brutus de Lautier trouve vite sa place mais pas grand monde en face. Schuller tout seul à droite fait ce qu'il peut, Martin saisi sa chance et lève le 2e gland, Hadrien se fait serrer de près, un bel enchaînement Four, Poujol, Schuller, une énorme conclusion sur Schuller... et ce sera tout. Brutus rentre se ficelles sans avoir à forcer son potentiel. 3 Carmen et retour.

Quant au beau Pourpier de Saumade, c'est une morne plaine qui se présente à lui. Poujol pour quelques belles passes, mais Pourpier s'ennuie et s'évade. Une grosse action sur Benafitou, traverse les planches sur Four, s'emporte après Martin (2 fois). Le méchant barricadier se frise les moustaches et rentre avec tous ses attributs. Encore un taureau gâché.

MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Allouani, 13 points ; Poujol, 13 ; Four, 11 ; Auzolle, 7 ; A. Benafitou, 5 ; Schuller, 4.

Entrée : plein. Organisateur : comité des fêtes. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Outarka, Rey, Schuller. Gauchers : Four, martin, Poujol, A. Benafitou. Tourneurs : Fouque, Galibert, T. Garrido, G. Rado, Sanchez.


10/06/2012

CHATEAURENARD *AS* 4e journée du Trophée des Maraîchers

Dimanche 10 juin 2012

 Le public récompensé

châteaurenard,4e journée du trophée des maraÎchers,course camarguaise

▲ Un Sparagus toniturant à l'attaque sur Four

Bayador, Sparagus cocardièrement supérieurs, Clodomir spectaculaire

Entrée : 400 personnes environ. Organisateur : UTC. Président : Philippe Gibert. Raseteurs droitiers : Outarka, Rey, Sanchis, Villard. Gauchers : Clarion, Four, Ouffe, Poujol. Tourneurs : G. Rado, Kerfouche, Khaled, Sanchez, Fouque.
Fait marquant : Rey et Outarka prennent chacun une pointe importante à l’avant-bras, respectivement par Bohémien et Sparagus. Ils quittent tous les deux la piste pour des soins.
Il ne faut jamais présager d’une course. Une affiche sans grande vedette taurine, un ciel qui lâche quelques gouttes, la concurrence du foot, du tennis et les élections... bien sûr le public était maigre. Mais les présents n’ont pas regretté leur très bon après-midi et ont reçu en récompense une 2e partie superbe : les problèmes posés par Bayador, le pétard et la domination de Sparagus et un Clodomir flamboyant au final. Les hommes impeccables avec la bonne forme de Rey, les caviars servis par Poujol, la constance d’Ouffe et Four, les fulgurances de Villard...
Rio (Bon).- Il se déplace opportunément et place des ripostes cornes pointées (Outarka, Ouffe). Au fil des minutes, choisit ses adversaires, les plus engagés sont servis rigoureusement. Il se fait respecter et rentre aisément ses ficelles. 2 Carmen et pas au retour (?).
Bohémien (Les Baumelles).- S’il prend tout aux pompons, ensuite il monte le ton par des sorties appuyées sur Villard, Poujol, Clarion. Offensif dans les enchaînements, il se bat comme un beau diable pour défendre ses ficelles. 11 belles minutes. 3 Carmen et retour.
Nicolas (Janin).- S’il pêche par son placement, il compense largement par son envie, sa vitesse et ses cornes pointées droit jusqu’aux planches. Un cocardier solide qui ne lâche rien et surtout pas ses ficelles qu’il ramène en musique (plus 3 Carmen en cours).
Bayador (Les Baumelles).- Alterne le toril et la présidence d’où il défie les blancs. Rapide et dangereux dans ses anticipations, poursuites et conclusions, il oblige Villard à rentrer les fesses, va au bout avec Rey, ponctue sur Villard, Serre Four de près, met la corne sur Ouffe... Lâche son 2e gland à la 12e et rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Sparagus (Janin).- Il utilise au mieux la configuration de la piste et sort avec un pétard du diable. Sa vitesse fait calculer les blancs, les enchaînements se déroulent à fond. Poujol régale dans des rasets courts, Ouffe anticipé, Four raccompagné... Le contact avec les avant-bras est rude, Outarka est touché. Sparagus domine et termine par un engagement frappant sur Villard. 3 Carmen et retour.
Clodomir (Bon). - Quinze minutes, quinze actions aux planches dont une où il explose sur Villard, une où il essaie de choper Poujol sur les tubes, une où il traverse les planches après Villard et de multiples sur Ouffe. Clodomir est en grande forme, peaufine son placement et s’envoie allègrement en l’air. Des Carmen pour le final qu’il fallait.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS HERVE BERNON

Trophée des As : Ouffe, 6,5 points ; Poujol, Four, 4 ; Rey, Outarka, 3 ; Villard, 2,5 ; Sanchis, 0,5.

 

châteaurenard,4e journée du trophée des maraÎchers,course camarguaise

▲ Bayador, complexe et dangereux, enferme Villard

▼ Clodomir explosif sur Villard

châteaurenard,4e journée du trophée des maraÎchers,course camarguaise

**********************************