Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/05/2012

LUNEL *AS*

Lundi 28 mai 2012

Ratis enflamme le Pescalune

lunel,ratis,mignon,course camarguaise

Ratis à l'attaque sur Errik

Mignon, cocardièrement supérieur, imprime sa suprématie

Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Outarka, Schuller, Villard, Violet. Gauchers : A. Benafitou, Errik, Poujol. Tourneurs : Khaled, G. Rado, F. Garrido, Abbal, C. Galibert.

Le final époustouflant de Ratis a enflammé les arènes. En quatrième position, Mignon avait étalé toute sa science cocardière. Des temps morts dans le travail des hommes qui se rachètent face à l’envie de Ratis. La complémentarité Poujol, Allouani joue dans les moments importants, avec A. Benafitou et Villard, voilà les 4 meneurs.
Arrogant (Saumade). - Bien placé, il ne refuse rien, parfois accompagne d’un coup de tête. Et même s’il manque un peu de conviction, il se montre dangereux sur Schuller, va au bout avec Allouani, Schuller et Poujol, dans les cornes, est obligé de le “templer” jusqu’aux planches. Solide, garde une ficelle. 3 Carmen et retour.
Marcomau (Raynaud).- Un peu grande la piste pour lui, mais il se prête bien aux échanges dans un registre classique. Les trajectoires s’allongent et les séries s’enchaînent pour 11 minutes agréables. 2 Carmen et retour.
Villazon (Blatière-Bessac).- Evite souvent la confrontation mais sa méchanceté interdit toute faute. Schuller est averti, tout comme les tourneurs et les spectateurs de la contre-piste. Quelques solides engagements après Villard, Schuller, Allouani mais beaucoup de déchet. Rentre ses ficelles en silence.

lunel,ratis,mignon,course camarguaise

Un raset limpide d'Adil Benafitou sur Mignon

Mignon (Cuillé).- Cul aux planches, il faut attendre la 6e minute pour le premier raset d’Adil Benafitou. Mignon attend la suite, et maîtrise la situation. La coupe cocarde à la 7e, Benafitou pour les attaques. Superbe avec Villard, Mignon pousse sur Poujol (2 Carmen). Cocardièrement supérieur et dominateur, il rentre ses ficelles sans que les blancs essaient de résoudre les difficultés. La musique au retour pour Mignon, les huées pour les raseteurs.
Escamillo (Raynaud).- Offensif d’entrée sur Allouani et Poujol, il montre beaucoup d’envie le temps des pompons. Aux ficelles, pas assez provoqué, les minutes s’égrènent. Mais à la 7e minute, l’action est percutante sur Errik, redoublée avec Poujol, explosive sur Schuller. Une anticipation sur Villard et une série, pour une ficelle sauvée. 3 Carmen et retour.
Vite posté, Ratis (Raynaud) balise son terrain. Tape après Poujol, enchaîne une série en puissance. Ratis se chauffe, tamponne après Benafitou, Poujol. Avec caractère, aux ficelles, il impose son potentiel. Allouani met l’allumette, Poujol allume la mèche, Ratis fait le feu d’artifice. Ça explose de partout : Errik, Poujol, Allouani, Villard, Benafitou... le public s’enflamme, la musique joue en boucle. 13’30, victime de son agressivité, Ratis se blesse et rentre avec ses ficelles sous l’ovation. A Lunel, on se souviendra de sa prestation.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER (demain)

Trophée des As : Allouani, 12 points ; A. Benafitou, 11 ; Villard, 10 ; Errik, 8 ; Outarka, 7 ; Schuller et Poujol, 2.

 

lunel,ratis,mignon,course camarguaise

Le festival de Ratis ▲ sur Benafitou ▼ sur Poujol

lunel,ratis,mignon,course camarguaise

▼ Sabri Allouani, et une ficelle dans le crochet (Escamillo)

lunel,ratis,mignon,course camarguaise

********************************


LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER *AS*

Dimanche 27 mai 2012

LA FAROUCHE COMBATIVITE DE SAINT REMOIS …

Entrée: 800 Organisateur: Gard Toro. Présidence: B Pascal. Raseteurs droitiers: Ayme, Chekhade (sort au 3ème), Sanchis, Villard, Violet. Gauchers: Errik, Four, G Martinez. Tourneurs: Abbal, Bensalah, Fouque, Garrido T, Khaled.

Ce souvenir Claude Saumade a manqué parfois de rythme aux ficelles. Pourtant Villard meilleur animateur, Errik (qui aurait pu prétendre au prix), Four et Chekhade (jusqu’à sa blessure) tirent la course. Avec une rage folle, St Rémois époustouflant de bravoure remporte les suffrages. Mérou très barricadier ou Baryton combatif auraient été un choix aussi judicieux. Pasteur et Rodin ont manqué de travail.

Idéal premier, DILUN (F.Mailhan) n’a pas le temps de s’échauffer. Trente-cinq secondes pour les rubans et sept minutes totales coopératives face à la précision des crochets 3 Carmen et rentrée.
Décidé à briller, SAPHIR (Saumade) se met dans le bain immédiatement. Ses poursuites sont rapides et terminées cornes aux planches. Aux ficelles, il résiste jusqu’à la douzième mais le rythme est décousu avec quelques absences. 2 Carmen et retour.
Sorti avec du pétard, MEROU (Saumade) nage en eaux troubles aux rubans sans son influx nerveux. Aux ficelles il enclenche le turbo avec des coups de barrières prononcés avec bris de planches mais le sommet est l’action époustouflante après Chekhade qui bascule en contre piste avec le taureau. Commotionné et pantalon déchiré, il doit se retirer. 6 Carmen et rentrée.
Aux aguets, PASTEUR (F.Mailhan) ne donne l’absolution que si on rentre dans son terrain. C’est la difficulté car il contrôle tout ce qui bouge. Il est décidé mais les hommes hésitent et c’est je t’aime moi non plus. Après il refuse et s’il perd son 1er gland sur la sonnerie, il rentre en silence.
Moins de deux minutes et BARYTON (Lautier) défend ses ficelles. Il donne de la voix en se jetant sur fort sur le raset les cornes en avant. Il réalise une émotionnante poursuite sur Martinez puis Villard sauvé par le quite. Son placement est à améliorer mais son moral est combatif. 6 Carmen et rentrée. Cocardier calme et placé, RODIN (Baumelles) domine facilement. Ses poursuites sont limpides et dangereuses. Sanchis prend les deux glands. Aux ficelles le taureau manque de pression pour s’exprimer pleinement avec beaucoup de rasets avortés. Ficelles à 450€ au toril. 2 Carmen dont retour.
Rageur, ST REMOIS (F.Mailhan) termine de façon spectaculaire avec une multitude d’actions très engagées dont certaines éblouissantes mais dieu qu’on a mal pour lui devant cette débauche d’énergie. Sa combativité est exemplaire et malgré le manque de placement et de difficulté sur le raset, il remporte le prix avec une quinzaine de Carmen et rentrée.   

                                                Eric AUPHAN

Trophée des As: Errik (15), Four (14), Villard (12), Chekhade (8), Ayme, Sanchis (4).

27/05/2012

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 27 mai 2012

Rien à jeter !

le grau-du-roi,course camarguaise

Auzolle en perd son crochet face à la puissance de Prince

Entrée : 2/3 d’arène. Organisation : Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle (sort au 6e), Bruschet, Outarka, Schuller. Gauchers : A. Benafitou, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Dunan, C. Galibert, G. Rado, F. Garrido, Kerfouche.

Rien à jeter tout à garder dans cette course bien remplie : la maîtrise de Coyote, la sévérité d’Yvan, Jivago et son moteur diesel, la puissance de Prince, la générosité de Dubonnet, la supériorité de Guépard et la fantaisie de Camarkas. Plus le travail des hommes.

le grau-du-roi,course camarguaise

▲ Excellent Coyote. Schuller frise la correctionnelle

Coyote (Caillan).- Position cocardièrement idéale, réponses sèches et dangereuses. Sans rien lâcher de son terrain, il raccompagne jusqu’au fil des planches. Les départs non réfléchis des blancs se payent cash, Schuller frise la correctionnelle. Très bon premier, bien travaillé qui rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.

le grau-du-roi,course camarguaise

▲ La rapidité d'Yvan, la concentration d'Allouani

Yvan (Le Pantaï).- Attaque par une folle et longue série (Carmen) où il répond du tac au tac. Reste froid et ne perd jamais les blancs de vue. De belles anticipations et des poursuites serrées pour un 2e gland levé à la 12e. Les ficelles à la maison. Musique.

le grau-du-roi,course camarguaise

▲ 4 minutes de folie fracassante avec Jivago. Ici sur Poujol

Jivago (Blatière-Bessac).- Brouillon, distrait, à contretemps, il n’en fait qu’à sa tête jusqu’à la 11e. Là, entrepris, il se bat comme un lion et fracasse les planches. Poujol (3), Benafitou, Schuller, Ouffe... des rafales agressives pour une pluie de Carmen (6 et retour).
Prince (Chapelle).- On lui pardonne quelques absences surtout à gauche au vu de la force de ses engagements aux planches. Poujol allonge de superbes trajectoires, les conclusions sont frappantes. Tour à tour Auzolle (4), Benafitou, Outarka sont gratifiés de superbes explosions. Un petit tour de la 2e ficelle rentre en musique (plus 6 en course).

le grau-du-roi,course camarguaise

▲ Dubonnet, un coeur énorme sur Adil Benafitou

Dubonnet (Ricard).- Son allure nonchalante cache un cœur énorme. Il ne dit jamais non et conclut par de grosses envolées. S’enfile des séries sans rechigner et tape parfois avec bascule. Rentre une ficelle avec 9 Carmen et retour.

le grau-du-roi,course camarguaise

▲ Guépard très cocardier face à Ouffe

Guépard (Cuillé).- Sérieux, cocardier et dangereusement barricadier quand il faut, Guépard assied sa réputation. Peu l’essaient arrêté. Adil Benafitou fait l’effort, Auzolle tente, il est démasqué dès le départ, Allouani subit ses coups de boutoir. Guépard garde ses pompons jusqu’à la 10e minute. Aux ficelles, les primes montent, les blancs calculent, Adil essaie encore. Guépard livre quelques séries et rentre superbement ses ficelles à 1 500 €. 4 Carmen et retour.

le grau-du-roi,course camarguaise

▲ Le spectaculaire mais pas que... Camarkas et Outarka.

Camarkas (Saint-Antoine, hp). - Un taureau qui ne fait pas que le spectacle. Certes les barrières sont pour lui un jeu, il les franchit allègrement. Mais dans le raset, il va vite, et bien entrepris, il s’envole littéralement (Bruschet, Outarka). Des Carmen pour couronner l’après-midi.

MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Poujol, 17 points ; Allouani, 11 ; Auzolle, 8 ; Ouffe, 5 ; A. Benafitou, et Outarka, 4 ; Schuller, 2.

18/05/2012

VAUVERT *AS* Excellence du Trophée Taurin

Jeudi 17 mai 2012

GARLAN SUPERIEUR

Auzolle, Poujol font le job. Clarion blessé

Une course très cocardière - vu les taureaux ce n'est pas étonnant - et un peu rigide. Les raseteurs travaillent consciencieusement, Auzolle pour les rasets d'attaque et Poujol, les deux tirent la course. Le public a répondu présent remplissant aux deux-tiers les arènes. Bruno Séguier préside avec un enthousiasme communicatif et lâche toutefois un peu trop de "Carmen". Au final, un ensemble sérieux.

Géricault (Chauvet) : rugueux, il fait un bon premier  bien travaillé. Agressif aux planches, il gère son placement et choisit ses ripostes. Temporise sur la fin mais reste dangereux à la planche. Garde une ficelle en musique (+ 2 Carmen en cours).

Embrun (Nicollin) : il affiche, à 12 ans, un cuir luisant de jeune premier. Bien présent dans les échanges, Four, Poujol allongent les cites. Mobile, sans refus, une belle anticipation sur Auzolle, passe le mourre sur Auzolle, action sur Poujol (2), Clarion. Agréable mais sans forcer non plus, il garde sa 2e ficelle.  3 Carmen et retour.

Angelo (Aubanel) : vite rendu sur l'homme mais il ne part pas à tous les coups. De grosses actions sur Four, Clarion, Poujol pour une course en dents de scie. Conserve son unique ficelle. 5 Carmen et retour.

Garlan (Les Baumelles) : Cul aux planches, il se prête au jeu, les pompons partent facilement. Aux ficelles, ça se corse. Auzolle pour les rasets d'attaque, Poujol renvoie. 7e minute, Clarion se lance, de loin... de trop loin, l'anticipation de Garlan est cinglante. Rattrapé à mi-piste, chahuté dans le berceau des cornes, le raseteur se jette sous l'estribo, touché sous le bras gauche (à première vue).  Encore une fois le Biou d'Or a joué de sa superbe anticipation. Du coup, il règne en maître et les rasets sont très calculés. Le "quite" sauve Auzolle lui aussi anticipé. Beaux "une-deux" Ayme - Poujol, Auzolle - Poujol, le public apprécie. Garlan termine en devançant Ayme affirmant ainsi sa domination. 5 Carmen et retour.

Athor (Daumas) : une flèche rapide qui fonce sur les blancs et balance les cornes comme une faucille à la planche, Poujol et Ayme dans l'oeil de ce cyclone noir. Rigoureusement positionné, il voit tout mais en laisse aussi passer. Un peu trop sélectif pour cette 5e place, il finit raide et délaissé. 8 Carmen (?) et au retour (contesté par le public) avec ses ficelles.

Valmont (Lautier) : Remuant son début de course est brouillon. Vif sur les échanges, il est pressant après Poujol. Aux ficelles, quand il se cale, les blancs calculent. Auzolle pour les rasets d'attaque, reçoit une belle riposte aux planches. Parfois centriste, parfois placé, à 13 ans, il a de beaux reste mais ce n'est plus un 6e. Auzolle et Poujol se renvoient pour une belle finition, Auzolle pour les derniers coups de barrière. Rentre une ficelle avec 6 Carmen et retour.

Reste Calendau (Saint-Pierre) : un spectaculaire pour bien terminer. Calendau a envie, Auzolle, Poujol, Gleize pour des coups aux planches. Aux ficelles, ça se calme, la pluie fait son apparition. 6 Carmen et retour

MARTINE ALIAGA

Photos CHRISTIAN ITIER

Trophée des As (points donnés sous réserve pour l'Excellence, un raseteur sur les six premiers du classement, point indispensable pour une course Excellence manquait) : Auzolle, 15 points (+10) ; Four, 11 (+9) ;Poujol, 11 (+9) ,; Gleize, 6 (+8) ; A. Benafitou, 5 (+7) ; Ayme, 2 (+6).

13/05/2012

CHATEAURENARD *AS*

Dimanche 13 Mai 2012

UNE MENTALITE EXECRABLE…

Entrée: 1/10ème Organisateur: UTC Présidence: P Gibert Droitiers: Auzolle, Ayme, Beaujard, Chekhade, Sanchis, Sabatier, Villard. Gauchers: Clarion, Four, Ouffe. Tourneurs: Bensalah Dunan, Fouque, T Garrido, Kherfouche.

En prélude de la 2ème journée des maraîchers l’école taurine locale donne le change aux emboulés de La Galère ensuite on oublie la première partie rasetée dans un esprit exécrable du fait de la zizanie entre les tourneurs. A quand les cartons? En seconde du mieux mais chassez le naturel il revient au galop. Quelques bons moments mais étouffés par l’ambiance intolérable. Chez les blancs seul Villard et Four tirent dans le bon sens. Panicau aurait pu bien faire mais les hommes en avaient décidé autrement. Titien fait une prestation barricadière pleine d’espoir.

Peu coopératif, CARLOS (Lautier) court et refuse le combat cinq minutes puis s’avère barricadier après Chekhade (3) et Villard. Il s’active méchamment pour une honnête coopération conservant une ficelle sans le disque jouée une fois. Brouillon et lourd, FRELON (Blatière) s’évertue à démonter les barrières. Il prend le bourdon en s’envolant en contre piste sur Auzolle. Emporté par sa méchanceté, il est trop distrait et s’il frappe encore sur Auzolle, il rentre nu en silence. PANICAU (la Galère) défend ses ficelles en moins de deux minutes. Cocardier avec des déplacements opportuns, sa combativité est intéressante. Cependant la première ficelle ouverte donne lieu à la foire d’empoigne entre les tourneurs. La mauvaise sportivité des raseteurs fait le reste et la présidence ferme de ne pas accorder la ficelle sous l’approbation du public. Bravo président. Le cœur n’y est plus du tout, sa course s’étiole où comment gâcher un taureau. 1 Carmen.

Rapide, cornes pointées en avant, ELIODOR (Lautier) voit ses rubans s’envoler en 1 minute chrono. Pourtant, ses poursuites sont limpides et dangereuses. Franc, il se livre sans retenue dans neuf minutes agréables bien aidé par Benji. 2 Carmen et rentrée. Assailli, LUCAS (La Galère) subit un assaut en règle sans rien refuser. Coopératif, il est agressif en finissant aux ras des planches mais se blesse et doit réintégrer le toril boiteux après six minutes. Imposant, TITIEN (Blatière) assure le spectacle avec des conclusions barricadières très poussées après Villard (4). Il affiche une maîtrise du combat cul aux planches et des percussions toniques qui lui permettent de conserver ses ficelles brillamment. Mais là encore une altercation dans les gradins gâche le plaisir. Franc, MOKA (La Galère) se laisse déguster sans modération. Il passe la tête sur Sabatier et assure une paire de coups de barrières dans huit minutes trente généreuses qui déclenchent le disque mais son final est éprouvant devant la voracité des blancs devant cette sucrerie. 5 Carmen et rentrée.

Eric AUPHAN

Trophée des As: Four, Villard (11) Chekhade (8) Auzolle, Ayme (6) Ouffe (4) Sabatier (3), Clarion (2)Trophée des Raseteurs: Beaujard (6).

09/05/2012

PALAVAS-LES-FLOTS *AS* EXCELLENCE

Mardi 8 mai 2012

Les blancs plombent la course

 palavas,2e journée trophée albert-dubout,excellence,courses camarguaises

Seul Loïc Auzolle ressort. Ici sur Yvan.
Malgré les qualités cocardières des taureaux, le public est resté sur sa faim.


Entrée : 3/4 d’arène. Organisation : Fiesta y toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Ayme, Chekade, Outarka. Gauchers : A. Benafitou (sort au 5e), Four, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Bensalah, Dunan, Fouque, Galibert, G. Rado.
Les cocardiers ne brillent pas par l’opération du Saint-Esprit. Il faut qu’ils soient rasetés. Or, hier, les blancs étaient intermittents, perdant l’occasion de conquérir le public néophyte de la feria et de contenter les afeciouna qui remplissaient les arènes palavasiennes pour cette 2e journée du Trophée Albert-Dubout. Malgré les temps morts, Alésien, Yvan, Garlan et Sparagus montrent leurs qualités. A noter que 12 ficelles sur 14 rentrent.
Aiglon (L’Occitane).- Court le long des planches et n’en fait qu’à sa tête. Quand il veut bien participer, montre sa puissance et sa méchanceté comme cette riposte fulgurante sur ce beau cite de Poujol. Mais c’est trop peu ! Rentre une ficelle en silence, sans combattre.
Alésien (Briaux) lui affiche d’entrée son envie. Passe à l’offensive sur Outarka, puis sur les gauchers son côté de prédilection. Des actions puissantes sur Poujol (5 fois), A. Benafitou, des enchaînements bien conclus. Aux ficelles, les blancs laissent tomber. Alésien les rentre en musique (4 fois entendue). Les sifflets pour les hommes.
Yvan (Lou Pantaï) aussi se montre disponible et enchaîne les séries sans sourciller. Serre Poujol, Benafitou passe juste pour 4 minutes les pompons. Attentif, enferme Four, poursuit sèchement Allouani, Outarka, Poujol, se soulève sur Ayme. Les primes montent pour motiver les hommes mais les ficelles rentrent. 4 Carmen et retour.
Garlan (Les Baumelles) trouve vite sa place et défend jalousement son terrain repoussant les tourneurs. Ce qu’il préfère Garlan ce sont les tête-à-tête où il peut envoyer sa grosse anticipation. Et il ne s’en prive pas : Auzolle (2 fois), Allouani (3 fois), il force après Poujol, Outarka. Garde ses glands jusqu’à la 11e. Les ficelles s’envolent 800 €, 1 000 € mais resteront sur les cornes, les Carmen s’additionnent (7) et les blancs calent. Musique pour le Biòu d’Or 2011 !
Sparagus (Janin) répond vivement aux premiers rasets. Bien positionné, il se livre et fait jouer sa vitesse. Aux ficelles, arrêt des jeux... Motivé, Sparagus reste attentif. Les séries s’engagent enfin, le taureau y met de l’entrain. Exploitant les angles, il pousse sur Auzolle, enferme Four, et sur un long cite de Poujol, le raccompagne fermement au bout. Au terme de cette prestation volontaire, rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.
Amadeus (Lautier) n’est pas un 6e. C’est un cocardier qui fait jouer sa vivacité dans les rares invites qu’on lui propose. Peu d’enthousiasme des blancs pour des rasets au compte-gouttes, le public gronde. Ça s’anime enfin pour quelques enchaînements où Amadeus peut s’exprimer. Et quand les blancs se réveillent, c’est lui qui temporise. Les ficelles rentrent. 3 Carmen et retour.
Le pauvre Sueño de Rouquette (7e hors points) n’a pas grand-chose à se mettre sous les cornes. Pourtant il en veut, comme sur ces cites d’Auzolle (2), décidément le plus en vue aujourd’hui, où il s’explose violemment aux planches. Des Carmen.

MARTINE ALIAGA

Trophée des As (Excellence) : Four, 12 (+ 10) points ; Auzolle, 9 (+ 9) ; Poujol, 8 (+ 8) ; Ayme, 6 (+ 7) ; Allouani, 5 (+ 6) ; Chekade, 4 (+ 5) ; Ouffe, 3 (+ 4).


▼ Hadrien Poujol et Alésien de Briaux

 palavas,2e journée trophée albert-dubout,excellence,courses camarguaises

▼ Allouani et Garlan des Baumelles

palavas,2e journée trophée albert-dubout,excellence,courses camarguaises

▼ Poujol serré de près par Sparagus de Janin

palavas,2e journée trophée albert-dubout,excellence,courses camarguaises

▼ Auzolle et Sueno de Rouquette à l'attaque

palavas,2e journée trophée albert-dubout,excellence,courses camarguaises

******************************

08/05/2012

MOURIES *AS*

MARDI 08 MAI 2012

REY ET MOLLIERES LE DUO VAINQUEUR

 mouries,daniel pellegrin

▲ Julien Rey et Mollières le duo gagnant du jour.

Entrée: ½ Organisateur: CT Mouriesen Présidence: P Gibert. Droitiers: Gleize, Rey, Sanchis, Schuller, Villard. Gauchers: Clarion, Errik, Ferriol Tourneurs: Abbal, Dunan, Duran, Khaled, Molins.

La course donne entière satisfaction pour ce 1er trophée Daniel Pellegrin remporté par le remarquable Julien Rey omniprésent et le virulent Mollières de la manade Cuillé. Clarion tire la course à gauche, Gleize revient bien, Errik et Ferriol sont actifs tandis que Villard est dans les actions spectaculaires. Les taureaux offrent tous des prestations intéressantes même si Titouan a été un peu brouillon et Nimois rapidement reconduit au toril sans démériter. Une première réussie pour la plus grande joie de Daniel Pellegrin et avec tout le faste traditionnel lors de la remise des prix en piste.

Pour la manade Fabre-Mailhan DILUN (1er) est étouffé dès l’entame et ne chôme pas en ce mardi férié. Plus coopératif aux ficelles, il brille dans les séries et joue son rôle ne s’inclinant que sur la sonnerie. 3 Carmen et rentrée. Deux minutes trente et PALUNIÉ (6ème) défend déjà se seconde ficelle. On pense qu’il ne va pas pouvoir s’exprimer mais c’est sans compter sur Rey qui lui tire des rasets de folie tout en longueur. Villard n’est pas en reste non plus dans treize minutes toniques. 7 Carmen et retour.

Pour la manade Briaux, GALLICIANAIS (3ème) se livre de façon tonique. Il percute Schuller puis frappe puissamment derrière Ferriol (3) et Rey (2). Son comportement virulent à la barrière et combatif lui permet de conserver une ficelle. 5 Carmen et retour. NIMOIS (4ème) met du jus dans ses arrivées notamment derrière Schuller. Aux ficelles s’il enferme sévèrement Rey, il s’incline en six minutes trente sans démériter. 4 Carmen et retour.

Pour la manade Cuillé, TITOUAN (2nd) est agressif avant la trompette et aux rubans néanmoins son placement est brouillon. S’il s’améliore aux ficelles (jusqu’à les conserver), ses réactions sont épisodiques mais plus énergiques après les gauchers. 5 Carmen et rentrée. Rapide, MOLLIERES (6ème) perd ses rubans en moins d’une minute trente. Aux ficelles il adopte une stratégie offensive avec des finitions aux ras des planches. Placé, il enferme Rey pour une énorme arrivée en contre piste. Sans refuser, il termine conquérant et conserve une ficelle. 7 Carmen et retour.

En supplément pour moins de dix minutes le taureau jeune n° 755 de la manade Laurent est plein de sang. Attiré par la contre piste, quand les rasets sont rectilignes, les arrivées décoiffent aux planches. Une paire d’envolées pour un espoir à suivre

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée des As: Clarion (19) Rey (16) Gleize (11) Villard (6) Errik (2) Sanchis (2) Schuller (2)

Trophée des raseteurs: Ferriol (12).

29/04/2012

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 29 avril -  1re journée du Trophée Albert-Dubout - Royale de Cuillé

Mignon - Guépard, l'axe royal des Cuillé

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

La formidable action de Guépard sur Adil Benafitou

Moins chatoyante qu’à Lunel, la Royale de la manade Cuillé a marqué cette après-midi palavasienne par Mignon et Guépard. Indien n’a pas eu l’occasion de briller tant les hommes ont montré leurs limites. Trois raseteurs seulement se sont mis au niveau de l’ardeur des taureaux de Cuillé : Adil Benafitou, Amine Chekade et Julien Ouffe.

Scapin passe le poitrail deux fois à la planche sur les premiers assauts. Puis il tempère sous une multitude de rasets pour 4 minutes les premiers attributs. Calé dans l’angle, il ne refuse rien mais ne se sort pas de l’emprise. Se rebelle après Chekade qui travaille la 1re ficelle, puis sur A. Benafitou, Violet, encore Chekade (2 fois). 12 minutes, 5 Carmen et retour.
Mobile, Loubard se fait cueillir les pompons en 1 minute. Par la suite, il exploite simultanément tous les angles, gérant au mieux l’espace. Les blancs rament. Des séries bien menées, une enfermée sur Schuller, une belle longueur d’Adil... Et malgré un nombre incalculable de rasets (stériles), rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Indien promène, rode, chasse et prend quelques rasets à la traverse. Les blancs ne se précipitent pas. Une bonne trajectoire d’Allouani, Chekade, une anticipation sur Ayme, quelques sauts d’ennui, et Indien rentre ses ficelles sans forcer. 1 Carmen et retour.

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaisePlacé d’entrée, ◄ Mignon est prêt... Pour qui le premier raset ? Chaud comme la braise, le beau cocardier attend. Puis Adil Benafitou, après quelques essais infructueux, laisse parler son talent pour la coupe, la cocarde et un gland. Ouffe suit. Mignon donne une leçon de maintien. Quand Chekade le défie, se fait enfermer et arrive plein gaz aux planches, Mignon dans les reins, le Carmen est de mise tout comme les applaudissements. Les ficelles à la maison en musique.
Pas de répit pour Racanel, pas d’égards non plus. A deux, à trois, tous tentent leur chance. Seuls Chekade, Ouffe allongent les gestes. Mais Racanel se rebiffe de temps à autres et conclut. Sa vaillance extrême est maintes fois récompensée, tout comme son retour en musique à la 14e.
Guépard voit s’envoler ses pompons dans une rafale d’où émergent Outarka et Chekade. Aux ficelles, changement de registre. Placé le Guépard guette et punit en envoyant une corne rageuse (Chekade). Y’a pas foule pour le défier. Si ! Adil Benafitou sur un long cite. La riposte est foudroyante, Guépard paraît même le tenir entre ses pattes avant de l’écraser contre le mur puis de basculer. Enorme ! Dans la foulée, Chekade pleine piste est méchamment raccompagné. Re-tampon après Chekade, Ouffe, corne pointée sur Outarka. Malgré une boîterie bien visible, le Guépard rentre avec ses ficelles sous les applaudissements nourris. 6 Carmen plus retour.
La messe est dite et les acteurs vidés. Œnologue n’a pas eu à sortir le grand jeu pour afficher sa belle envie de monter aux planches. Adil Benafitou, Chekade, encore eux, pour quelques belles actions... Musique.

MARTINE ALIAGA
(Photos C. ITIER)

Trophée des As : Adil Benafitou, 14 points ; Ouffe, 14 ; Chekade, 9 ; Outarka, 8 ; Allouani, 5 ; Schuller, 3.

La magnifique enfermée de Mignon sur Amine Chekade

 palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

▼ Julien Ouffe, ici avec Racanel

palavas-les-flots,royale de cuillé,1re journée trophée albert-dubout,courses camarguaise

*****************************


21/04/2012

BAILLARGUES : *AVENIR*


Samedi 21 avril 2012

La fièvre du samedi soir

 baillargues,complète de guillierme,course camarguaise

Guillaume Cano totalise (ici sur Maïsset, 6e)

Les raseteurs devaient avoir des "rencarts" à honorer d'où cette fièvre du samedi soir. Quelle ruée... En 20 minutes, la première partie de cette complète de Guillierme était pliée. Estepous, 4e, s'est chargé de remettre les pendules à l'heure. Le 5e avec un peu plus de répondant rentre une ficelle et 8 minutes pour le dernier. Top chrono.

Glaujo est attaqué par un essaim blanc. Vaillant sous la bourrasque mais 5 minutes suffisent. 1 Carmen au retour.
Limbert raccompagne vivement les hommes qui ne faiblissent pourtant pas d'un pouce. Quelques poussées jusqu''au ras des planches. Huit minutes. 2 Carmen et retour.
Saint-Omer par quelques conclusions et une anticipation (Cano) fait illusion mais 7 minutes et retour au vestiaire. 4 Carmen et retour.

Estepous d'entrée s'impose. Remuant, ses bannes vers l'avant font réfléchir les hommes. Combattif, sauteur, vindicatif dans les séries... il n'est abordé qu'avec parcimonie. D'autant qu'il surveille tout et son placement est impeccable. A noter, les efforts de Jean-Henry Oudjit pour des départs arrêtés. Conserve ses glands avec 7 Carmen et les applaudissements.
Bessoun sauve sa mise dans un registre brouillon au début. Puis, mieux placé, se montre offensif sur Cano, Oudjit, Guyon. Rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.
Maisset, quant à lui, se montre brave sur le raset mais les hommes ne lui laissent pas le temps d'exprimer sa bonne volonté. 8 minutes, 3 Carmen et retour. L'affaire est pliée.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

 

baillargues,complète de guillierme,course camarguaise

▲ Une belle anticipation d'Estepous sur Rassir

Trophée de l'Avenir : Cano, 22 points ; Rassir, 11 ; Laurent, 7; Martin, 7 Aliaga, 6 ; Oudjit, 3.

Entrée : 1/4 d'arène. Organisateur : CT Le Sanglier. Président : André Turquay.
Raseteurs droitiers : Cano, Guyon, Laurent, Oudjit. Gauchers : Aliaga (sort au 4e, coup au genou), Rassir, Sanchez. Tourneurs : Grando, Lizon, Zerti, Euzéby.

****************

09/04/2012

LUNEL : 2e journée du Pescalune *AS*

Lundi 9 avril 2012

TROP... PUIS TROP PEU

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin.
Raseteurs droitiers : Allouani, Chekade, Outarka, Villard, Ayme, Gros. Gauchers : A. Benafitou, Ouffe, Poujol. Tourneurs: Kerfouche, Bensalah, Mata, C. Galibert, G. Rado.

Des temps morts, puis des rafales... Quelques passes de classe... puis des rasets à l’emporte-pièce... Les hommes hier n’ont jamais trouvé le bon tempo. Seul Poujol a, par d’élégants gestes, monté le niveau, Gros a souvent essayé, Allouani, Chekade par moments. Les taureaux, quant à eux, n’ont pas eu dans l’ensemble, la solidité pour se faire respecter. Hormis Pluvié dans un registre classique, Nicolas par sa vélocité et Sylverado s’il avait été plus sollicité.
Embrun (Nicollin) voit déferler un orage blanc pour 1 minute les pompons. Encerclé, il donne, quand on lui laisse un peu d’air, quelques belles ripostes (Poujol, Benafitou, Outarka) et séries. 12 minutes, 5 Carmen et retour.
Pluvié (Nicollin).- Le long des planches, signe un bel engagement sur Allouani pour 2 minutes les premiers attributs. Aux ficelles, bien positionné, ses réponses sont abouties, la corne balayant dangereusement la barrière. Assez costaud, il défend sa 1re ficelle jusqu’à la 11e et fournit 14 agréables minutes. Rentre pourtant en silence.
Nicolas (Janin). Ses principales qualités, sa rapidité et sa vaillance. Ouffe se fait anticiper. Comme Villard, pleine piste, Gros (2 fois). Nicolas baisse la tête et fonce. Gros fait l’effort, mais l’ensemble est décousu ce qui ne sert pas le taureau. Ficelles au toril. 3 Carmen et retour.
Fanfaroun (Nicollin).- Les blancs et le noir signent de concert une copie brouillonne. Puis, une belle longueur de Poujol et des séries s’amorcent, Fanfourn se met au diapason. A Poujol, la 1re ficelle sur une belle arabesque, A. Benafitou s’engage pour un beau passage. 1 ficelle rentre en musique, plus 4 Carmen en course.
Sugar (Saint-Gabriel). Au petit trot, difficile à fixer, il s’évade seul. Offensif pourtant quand ça s’anime, mais il manque de concentration et ne trouve pas sa place. Les blancs ne l’aident pas. Rentre ses ficelles, 2 Carmen.
Sylverado (Saint-Gabriel).- Rapide lui aussi et difficile à manœuvrer, Poujol et Chekade anticipés en attestent. Délaissé, il va voir ailleurs. Un beau une-deux Poujol-Chekade, qui coupe la cocarde à la 8e. Décollé des planches, Sylverado malgré ses qualités, rentre ses ficelles dans l’indifférence.
Tancrède (Nicollin, hp).- Il a des qualités barricadières évidentes comme sur ce formidable coup de barrière sur Outarka après un échange Allouani-Poujol. Une série superbe pour finir et les ficelles au toril. 2 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA


Trophée des As : Poujol, 12 points ; Allouani, 11 ; Chekade, 10 ; A. Benafitou, 8 ; Ouffe, 5 ; Villard, 3 ; Outarka, 3 ; Gros, 2  ; Ayme, 2
 -

01/04/2012

LUNEL *AS*

Dimanche 1er avril 2012

lunel,royale de cuillé,courses camarguaises Les Cuillé font un carton

En 2012, il faudra compter avec Mignon ►

Entrée: 3/4 d’arène. Organisation: Lunel Toro. Présidence: Jacques Valentin. Raseteurs droitiers: Allouani, Oufdil, Moutet, Villard, Outarka, Chekade. Gauchers: A. Benafitou, Errik, Poujol, Ouffe. Tourneurs: Kerfouche, Bensalah, Mata, Galibert, Khaled
Les esprits chagrins pesteront contre le manque d’engagement des raseteurs à certains taureaux mais les afeciouna glorifieront cette Royale de Cuillé et son trio majeur Indien, Mignon et Guépard qui a tétanisé les blancs. L’ensemble a du caractère, du panache, de l’agressivité et toujours ce côté imprévisible qui déjoue tous les calculs. Mignon cocardièrement irréprochable s’annonce comme un des très grands de cette temporade.
Hadrien Poujol trouve l’adhésion du public par son investissement dans la course, aux moments les plus difficiles. Il paie de sa personne comme Allouani, Outarka et Moutet.
Autre avantage et non des moindres quand les taureaux dominent, la paix règne entre les blancs et les tourneurs, à la peine, sont bien obligés de s'entendre...

lunel,royale de cuillé,courses camarguaises◄ Titouan fait un premier de choix. Expérimenté, ses déplacements lui permettent de sortir de l’étau. Il alterne, à son rythme les séries méchamment conclues et les séquences où il choisit son partenaire. Termine fort en concluant sur Villard, Moutet, Chekade et après une série bouillante où il s’expose sur Moutet il rentre sa 2e ficelle. 3 Carmen et retour.
Au début Mollières se montre brouillon et lâche souvent l’affaire. Sans cesse en mouvement, il use les hommes. Mais quand il prend un bon raset il va au bout comme après Villard, Poujol, Allouani. Saute lestement après Moutet et frappe sur Sabri. Finit crescendo son quart-d’heure et rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.
Indien se place après un premier tour de semonce. Prend deux rasets puis, tête en l’air, contrôle piste et contre-piste. Les blancs se méfient, Oufdil et Errik sont à l’attaque. Puis ça se corse. Une anticipation sur Chekade, Outarka passe d’un fil, et Indien maîtrise. Sur un cite, Poujol se fait embarquer et traverse toute la piste les cornes dans le dos, le public est debout. Termine par une bascule après Allouani. L’ovation à sa rentrée avec son 2e gland. 2 Carmen et retour.

▼ La folle poursuite d'Indien aux trousses d'Hadrien
sur toute la longueur de la grande piste pescalune

 lunel,royale de cuillé,courses camarguaises

lunel,royale de cuillé,courses camarguaises

D’entrée Mignon trouve sa position, les blancs sont aux arrêts. Pour qui le premier raset? Intraitable, Mignon contrôle tout, tourneurs compris. Les départs avortent. Essai d’Outarka qui, quiché, s’escampe comme il peut en contre-piste. Sur une reprise de Sabri, Hadrien se fait surprendre au saut de la barrière, Mignon à ses trousses, Hadrien passe sous le banet pour rejoindre la piste. Une série, Hadrien encore puis cul aux planches, Mignon ne voit plus rien passer. Les ficelles au toril avec 2 Carmen et retour.

▼ Hadrien surpris par le saut de Mignon

 lunel,royale de cuillé,courses camarguaises

Racanel est le plus abordable, il prend des séries où il peut conclure au ras des planches, sur un train d’enfer en environ 10 minutes et 4 Carmen.
Reste Guépard qui en ce jour a encore enrichi sa carte de visite bien remplie d’une belle prestation. Placement, rapidité et finitions sont ses qualités. Au terme d’une série il s’envoie haut sur Allouani qu’il bouscule. Oufdil fait le premier gland sur un raset de classe. Moutet est violemment balancé en contre-piste. Coup sur coup, il frappe après Allouani puis en biais sur Outarka. “Met des sous” réclame le public. Les primes montent. Mais pas suffisamment et un peu tard pour des blancs dominés. Guépard se frise les moustaches et rentre sa 1re ficelle à 700€. 3 ou 4 Carmen et retour.
Carmen général à l'issue

MARTINE ALIAGA
photos CHRISTIAN ITIER

Le show du Guépard

▼ Sur Allouani

lunel,royale de cuillé,courses camarguaises

▼ Sur Moutet

lunel,royale de cuillé,courses camarguaises

▼ Sur Outarka

lunel,royale de cuillé,courses camarguaises

*************************

 


11/10/2011

ARLES *FINALES AS* PRIX (4)

Dimanche 9 octobre 2011

PRIX.jpg

Ce fut un beau week-end de fête autour de la course camarguaise et du 60e anniversaire du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence, ses créateurs et historiques acteurs. Des corrales de Gimeaux (vendredi et samedi derniers) jusqu’à l’amphithéâtre arlésien, dimanche, après le final apocalyptique de Saint-Rémois de la manade Fabre-Mailhan, les bouquets et les trophées ont récompensé les héros du jour et de la saison dans le foisonnement coloré des costumes des Arlésiennes dont Astrid Giraud, Reine d’Arles, et ses demoiselles d’honneur.

LES TROPHEES

Le Biòu d’Or a été remis à la manade des Baumelles pour Garlan par Julie Zaoui, co-directrice du Trophée Taurin.
Domynique Azéma a remis le prix du meilleur taureau de la finale à la manade Fabre-Mailhan pour Saint-Rémois.
Vainqueur du Trophée des As, Loïc Auzolle a reçu la coupe des mains de Marc Auburtin, directeur général de La Provence.
Bastien Four (2e) récompensé par Guy Salager, directeur de la diffusion à Midi Libre. Amine Chekade (3e) par Yves Agostini, directeur commercial de la Sté Pernod.
Mathieu Marquier (4e) par Fernand Jaoul représentant la Région Languedoc-Roussillon. Julien Ouffe (5e) par Hervé Schiavetti maire d’Arles.
Le prix aux bayles de la manade des Baumelles a été donné par Patrick Bonton du Conseil général du Gard ; celui aux bayles de la manade Fabre-Mailhan par Joëlle Calvet de la Promotion Midi Libre.
Julien Rey, meilleur animateur de la finale, a été récompensé par Philippe Minard, directeur de la rédaction de La Provence.

******************************


ARLES *FINALE AS* CAPELADO (3)

A.jpg

Sur les barrières rouges s'inscrivent les Biou d'Or et les raseteurs qui ont écrit l'histoire de la course camarguaise et du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence. Et chacun des 9 000 spectateurs (environ) de découvrir ou se rémémorer ses héros au rythme des indispensables penas La Gardounenque et Saint-Etienne-du-Grès. Un bouquet de jeunes "Mireille" symbolise en noir et blanc, les couleurs majeures de la piste. Un duo équestre et des reprises de gardians et Amazones pour recevoir la Confrérie des gardians, la Nacioun Gardiano, la Reine d'Arles Astrid Giraud et ses demoiselles d'honneur en grande tenue.

finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaise

▲ Les descendants des fondateurs du Trophée Taurin
les représentants de la Commission


finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaiseEntrent alors les descendants des fondateurs du Trophée Taurin (Marius Gardiol, Paul Laurent et Georges Thiel) : Magali Gardiol, Henri Laurent et "Petit Paul", Jean-Pierre Thiel. les représentants de la Commission du Trophée Taurin Yvan Villard, Philippe Gibert et Aimé Hugon. Tous les manadiers qui ont reçu le Biou d'Or (Manades Bilhaud, Thibaud, Aubanel, Languedoc, (◄ photo Nicole Rebuffat pour Pascalet 1980) Rebuffat, Janin, Le Joncas, Rouquette, Boch, Lautier, Nicollin, Guillierme, Fabre-Mailhan, Chauvet, Cuillé, finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaiseSaumade, Blatière, Lafont et Laurent (► Patrick Laurent pour Tigre 1959 et 1960, Caraque 1962,  Loustic 1965, 1966 et 1967, Gardaon 1974, Goya 1976, Fidélio 1985, Filou 1987, Banco 1990, Rubis 1997).

Et les raseteurs de la finale de se présenter en piste pour une haie d'honneur à l'un des leurs qui termine sa carrière Bari Khaled

finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaise

finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaise

▲ Belle initiative sur les barrières avec les noms des différents vainqueurs.

finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaise

▲ Les supporters de Garlan des Baumelles.

finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaise

▲ Belle ambiance dans les gradins.

finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaise

▲ Les Mireilles.

finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaise

▲ Le petit Paul Laurent accompagné de Laura Cavallini et Astrid Giraud.

finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaise

▲ Hélène Fabre accompagnée de Jacques et Pascal Mailhan.

finale du trophée des as,arles,capelado,course camarguaise

 ▲ La capélado avec Bari Khaled en invité d'honneur.

09/10/2011

ARLES *FINALE TROPHEE DES AS* (2)

Dimanche 09 Octobre 2011

Les Réactions

Arles 09 10 168.jpg◄ Loïc AUZOLLE (1er): «Je suis très content de ma saison et de ma victoire. On a vu une belle seconde partie avec encore une fois un excellent Garlan. On comprend pourquoi il est bioù d’or. Tout le monde à bien raseté, dans l’esprit de la course ce qui est important et a permis de finir avec St Rémois en apothéose».   Arles 09 10 208.jpg

Bastien FOUR (2ème): ► «Mon classement ne reflète pas vraiment ma saison. J’ai eu un mauvais passage avant le mois d’août et je suis surpris de me retrouver à la seconde place. Je me suis bien senti sur la finale qui a été bien. Tous les taureaux sans rater leur finale ont manqué un petit peu de pétard à part St Rémois qui était cuit et continuait à tamponner».

Arles 09 10 211.jpg◄ Amine CHEKHADE (3ème): «A part mon coup de corne, ma saison s’est bien passée. Je suis content de monter sur le podium pour ma première saison. Ma course d’hier à Mouriès m’a un peu coupé les jambes. J’espère prendre autant de plaisir la saison prochaine».

                                                                                                                        Arles 09 10 227.jpg

Joël LINSOLAS (Manadier Bioù d’or): ► «On attendait Garlan pour la finale et il n’a pas déçu. Je suis content même si le taureau n’est pas au même niveau qu’en début de saison. Garlan n’est pas passé à travers de la finale et je suis satisfait pour le public».

Arles 09 10 230.jpg◄ Pascal MAILHAN (Manadier meilleur taureau de la Finale): «Le quart d’heure de St Rémois comptera dans l’histoire des finales. Le taureau a commencé doucement pour finir de manière exceptionnelle. Tout le monde dit qu’il est brave mais il a mis trois raseteurs par terre. Sa rentrée au toril avec le public debout c’est émouvant et même plus que cela. On espère que dans ses fils il y en aura quelques uns comme lui

                                                                                                Arles 09 10 229.jpg

Jacques MAILHAN (Manadier meilleur taureau de la Finale): ► «St Rémois à fait une course spectaculaire comme il sait le faire. Il a soulevé le public et c’est ce qu’il fallait pour finir. Il a un cœur énorme. Plus il tape et plus il en veut. Il est dangereux à la barrière car il a blessé des raseteurs. On est content pour la manade mais voir les gens l’applaudir debout c’est quelque chose».

Arles 09 10 220B.jpg◄ Julien REY (Meilleur animateur): «Je suis content. Ma victoire à la cocarde d’or m’a donné confiance et envie. Cela se ressent en piste. J’aime raseter Garlan qui est très compliqué mais je ne sais pas si je pourrais le raseter tout le temps comme cela. St Rémois mérite son prix car si sur le raset il n’a pas de difficulté majeure, c’est un taureau puissant avec de grosses finitions avec de la méchanceté témoin son accrochage avec Bastien Four».

                                                                Arles 09 10 201.jpg

René GIRARD (Entraineur Montpellier-Hérault): ► «Ce fut une belle finale et je me suis bardé. Au football, les finales ne sont pas toujours les meilleures mais là j’ai trouvé la course très bonne. J’ai vu quelques courses cette année où il manquait un peu de travail et là ce n’était pas le cas. On finit en apothéose avec un Saint Rémois plein de panache qui a fait lever tout le monde. Quant à Garlan on voit que c’est un taureau qui n’est pas facile à raseter. Loïc Auzolle mérite son titre».

Arles 09 10 233.jpg

 

◄ Hervé SCHIAVETTI (Maire d’ARLES): «C’est un très bel anniversaire avec une belle course dans une bonne ambiance. Chacun des taureaux et des raseteurs avec les qualités qu’on leur connaît nous ont fait apprécier le spectacle avec un remarquable final qui vient comme par hasard surprendre tout le monde et rehausser un peu plus cette belle après-midi».

                                                                                                                        Arles 09 10 216B.jpg

Astrid GIRAUD (21ème Reine d’Arles): ► «Il a fait un petit peu froid mais St Rémois a réchauffé l’ambiance et permit de finir en apothéose. On s’est régalé et on souhaite le meilleur pour la saison prochaine».

 

 

 

Propos recueillis par Eric AUPHAN

ARLES *FINALE TROPHEE DES AS* (1)

Dimanche 9 octobre 2011

GARLAN PORTE HAUT SA DEVISE BRODEE D'OR
SAINT-REMOIS JUSQU'A EPUISEMENT

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

Julien Rey et Garlan

A CHAUD PREMIERES REFLEXIONS

Géricault bien mais moins combattant qu'espéré, Embrun bof !,  Athor très cocardier, Garlan à la hauteur de son titre de Biou d'Or, Guépard alterne les assauts meurtriers et les moments de doute, Valmont par à coups et Saint-Rémois un hallucinant barricadier (prix du meilleur taureau de la finale).

Auzolle, Villard, Ouffe et, surtout Julien Rey (meilleur animateur de la finale) mènent la course, Poujol et Four de bons passages.

LA COURSE

Entrée : 3/4. Organisateur : SA Jalabert Frères. Président : Claude Chevalier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Chekade, Marquier, Vkllard, Moutet, Rey, Sabatier. Gauchers : Four, Ouffe, A. Benafitou (sort en cours), Poujol, Martin-cocher (sort après un choc avec Géricault), Clarion. Tourneurs : Dunan, Kerfouche, Benzegh, T. Garrido, Bensalah, Molins. Invité d'honneur : Bari Khaled.

Après une entrée en matière superbe pour fêter le 60e anniversaire du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence (nous y reviendrons), la course attaque par Géricault de Chauvet. Nettement moins dominateur et agressif que d'habitude, mais quand même offensif  et rageur sur quelques coups (Villard, Poujol, Rey). Sait se sortir de l'enfermement blanc et termine sur de la réserve mais en ayant été concluant sur Rey, Four, Villard et renvoyé Martin-Cocher au vestiaire, accroché au pied.  14'30, 2 Carmen et retour.

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

▲ Géricault (Chauvet) et le vainqueur du Trophée des As.

Embrun (Nicollin).- Son style c'est "je-fais-un-peu-ce-que-je-veux" sans me faire violence. Placement aléatoire qui entraîne du désordre chez les blancs et gros coup de tête dissuasif sur les avant-bras. Les hommes tergiversent et on peut les comprendre. Une enfermée sur Clarion pour 1 Carmen et retour avec ses ficelles en silence.

 finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

 ▲ Embrun (Nicollin) et le dauphin des As Bastien Four.

Athor (Daumas).- C'est du bon cocardier. Cornes pointées quand les rasets s'enchaînent. Avec un peu de flottement au début mais il sait vite se reprendre. Aux ficelles, bien placé, raccompagne sévèrement (Villard) et se délimite un large territoire où il est patron. Peu se présentent. Seuls Villard et Auzolle tentent avec la manière. Les ficelles rentrent. 4 Carmen et retour.

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

 ▲ Athor (Daumas) avec le Saintois Anthony Ayme.

Garlan (Les Baumelles).- Sort fringant et s'enfile une belle série. Vite calé, les échanges sont vifs, Garlan est au diapason. Aux ficelles, le Biou d'Or ne s'en laisse pas conter : des anticipations de belle facture (Chekade, Rey, Poujol, Villard), il coince le pied d'Hadrien à la planche. Encore des anticipations et des changements de terrain.  Rey, Auzolle, sur de beaux cites allongés...ça le fait bien. Après un beau quart d'heure, Garlan ramène une ficelle à 2 200€. 5 Carmen et retour. Applaudissements mérités.

 finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

 ▲ Garlan (Les Baumelles) enferme Julien Rey meilleur animateur.

Guépard (Cuillé).- Autant il se laisse tondre comme un "bioulet", autant au tête à tête, il se montre criminel. Laisse filer facilement ses pompons sur ses déplacements mais quand Villard le provoque ou Auzolle, Rey, Poujol, les réponses sont brutales et la corne va chercher l'homme très haut. 12 minutes inégales mais au moins 6 attaques meurtrières de toute beauté. 6 Carmen et retour.

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

▲ Guépard (Cuillé) haut sur les barrières à la poursuite de Benjamin Villard.

Valmont (Lautier).- Navigue et éclate méchamment Benjamin Villard aux planches, serre Rey dans le berceau de ses cornes. Même s'il se décolle parfois des planches, dans les moments où il est bien en place, il sort avec vivacité et force sur Rey, Ouffe, Poujol. Sa rapidité fait souvent mouche (Chekade, Ouffe, Four). Rentre une ficelles, 5 Carmen et retour.

 Saint-Rémois (Fabre-Mailhan)

▼ Avec Loïc Auzolle une des innombrables actions

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

Pas de round d'observation, aussitôt c'est Raging Bull dans toute sa splendeur et sa violence. Des coups à répétition après les hommes (Poujol, Rey, Auzolle,), il s'enrage et tape après les tourneurs, les spectateurs... Prend toutes les invites avec une vaillance extrême qui pourrait passer pour de la facilité. Mais au gré de ses tampons, il écrase les chevilles, coine les pieds, met des coups... Nombre de raseteurs boîtent... mais l'ambiance est chaude et, après quelques temps de récupération bien légitimes accordés à Saint-Rémois (demandé notamment par les tourneurs et les raseteurs), le barricadier de Fabre-Mailhan repart au combat. Les raseteurs se mettent au diapason, ça envoie de partout, pour des actions aux planches sur Auzolle, Rey, Four, Villard, Ouffe pour les plus en phase. Plus d'une vingtaine d'actions tellement engagées qu'on en a mal pour lui, si vaillant, si extrémiste... tout donner jusqu'au bout, jusqu'à la blessure, jusqu'à l'épuisement. Le public, survolté et bouleversé, est debout. L'ovation est énorme et le prix de la journée obligatoire. Carmen.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER
et ERIC AUPHAN

▼ Poujol et Garlan

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

▼ Une attaque meurtrière de Valmont sur B. Villard

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

▼ Parmi les innombrables actions de Saint-Rémois
Julien Rey a souvent été son meilleur partenaire

finale du trophée des as,arles,coursecamarguaise

***********************

 


 

08/10/2011

MOURIES *39e FINALE DES OLIVES VERTES*

L’HUILE DE COUDE DE CHEKHADE...

 Mouries 08 10 042.jpg

▲ Amine Chekhade et Mignon (Cuillé) 

Entrée: 1/3 Organisateur: CT Mouriesen Présidence: P Gibert. Droitiers: Chekhade, Marquier, Moutet, Sabatier. Gauchers: Clarion, Ferriol, Lafare, Ouffe. Tourneurs: Bensalah, Dumas, Kherfouche, Lebrun, Molins.

Temps frisquet, venteux et avec un public clairsemé pour cette finale 39ème Finale des Olives vertes reportée. Il n’aura manqué qu’un brin de réussite à Amine Chekhade pour refaire son retard (18 points à la capélado). Volontaire et gagneur il est le grand bonhomme de la journée avec Ouffe. Soulignons la jolie percée de Ferriol qui manque le podium d’un point. Marquier a du mal à mettre de l’huile dans les rouages. Côté noir, après l’honnête entame de Dilun, Alésien et Mignon (meilleur cocardier) sont les taureaux majeurs de la course.
Vite privé de ses rubans, DILUN (Fabre-Mailhan) met de l’huile dans les séries en musique et réserve la plupart de ses finitions cornes pointées pour Chekhade. Treize minutes trente bien remplies. 8 Carmen et retour. Placé devant le toril, ANGÉLUS (Lautier) réalise une grosse percussion après Marquier puis sur Chekhade. Jusqu’à mi-course il est concerné puis aux ficelles il lache prise insensiblement et finit calme comme une mer d’huile. 4 Carmen. Coureur, OCTAVE (Joncas) livre ses attributs sur des déplacements bien huilés. Peu concerné il lache le plus souvent le raset. S’il s’améliore pour la seconde ficelle, il la rentre en silence. 1 Carmen.
Vite collé aux planches, ALÉSIEN (Briaux) élargit le cercle. Il jette de l’huile sur le feu aux planches après son principal adversaire Chekhade (4) mais aussi Ouffe et Lafare. Il pose problème et se décolle un peu sur la fin mais conserve un gland. 9 Carmen dont retour. Vif, MIGNON (Cuillé) trouve le bon angle et déboule à 3000 avec une odeur d’huile essentielle. Seuls Ouffe et Chekhade le citent arrêté. Imposant de maîtrise, il se déplace à bon escient, saute après Ouffe et sème le désarroi en contre piste. Chekhade survolté revient à 4 points mais Marquier prend le second gland sur la sonnerie. 5 Carmen et rentrée. Imposant, PHÉNIX (Bon) frappe à plusieurs reprises et finit par sauter après l’homme. Tout baigne dans l’huile mais aux ficelles les hommes se regardent, le délaissent et sa fin de course est décousue. 4 Carmen. Volontaire, GAU-GALIN (Guillerme) se bat avec générosité. Il met beaucoup de cœur à l’ouvrage, tape sur Sabatier et Chekhade qui revient à trois points mais Ouffe clôture sa course avant le terme et fige le classement. 5 Carmen et rentrée.

Mouries 08 10 004.jpg

▲ Dilun (Fabre-Mailhan) sur Chekhade.

▼ Basco percutant à la poursuite de Marquier.

Mouries 08 10 012.jpg

Mouries 08 10 029.jpg

▲ Alésien (Briaux) très percutant après Chekhade.

Mouries 08 10 046.jpg

▲ Mignon (Cuillé) accroche le pantalon de Julien Ouffe.

Texte et photos Eric AUPHAN

Palmarès 39e Finale Olives vertes : 1er Marquier 57 points, 2nd Chekhade 54, 3e Sabatier 30, 4e Ferriol 29, 5e Ouffe 28. Meilleur cocardier Mignon manade Cuillé.

05/10/2011

SAINT-MARTIN-DE-CRAU - FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS

Samedi 1er octobre 2011

SEQUENCES EMOTIONS

Si les cocardiers choisis par la commission ont tenu la route et ô combien pour les deux premières finales du Trophée Taurin, la tenue des raseteurs du groupe 2 et de l’Avenir se doit d’être soulignée. Leur solidarité et leur entente, leur implication face aux difficultés, leur envie de bien faire, leur prise de risque a donné une belle couleur aux deux courses. Peu de ces passages à vide qui empoisonnent souvent les courses, quelques temps morts vite oubliés grâce à la qualité et à l’intensité des échanges. Merci donc à tous en général et en particulier à Jourdan, Valette, Roux, R. Mondy, Moine, Lafare en terre de Crau. Au pays des Maraîchers, dimanche, tous ont raseté dans le bon sens rendant une copie propre et plaisante, mention aux droitiers Sanchis, Cano, Oudjit, Faure ; aux gauchers, Aliaga, Errik, Martin, Favier. Tous ces raseteurs - jeunes et moins jeunes - ont ouvert la voie à leurs nombreux collègues des As venus les supporter en contre-piste.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER
ERIC AUPHAN

FLORILEGES D'ACTIONS EMOTIONNANTES

Se jouer la vie en course camarguaise, c'est vrai aussi !

BLOGCRAUA.jpg

▲ ▼ Benjamin Valette et Matute de Saint-Antoine

BLOGCRAUB.jpg

***************

BLOGCRAUC.jpg

▲ ▼ Rodolphe Roux et Verdier de Saumade

BLOGCRAUD.jpg

****************

BLOGCRAUE.jpg

▲ Jérémy Lafare et Indien de Cuillé

▼ Rodolphe Roux et Indien de Cuillé

BLOGCRAUF.jpg

****************

finales trophée taurin,émotions,course camarguaise

▲ Prince de Chapelle sur Christophe Zuchelli

▼ sur David Moine

finales trophée taurin,émotions,course camarguaise

********************

finales trophée taurin,émotions,course camarguaise

▲ ▼ Victor Jourdan et Estreloun de Caillan

finales trophée taurin,émotions,course camarguaise

*********************

04/10/2011

SAINT-MARTIN-DE-CRAU FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS

Samedi 1er octobre 2011

PRINCE TRIOMPHE
ALBERT LAISSE ECLATER SA JOIE

saint-martin-de-crau,prince,albert chapelle,course camarguaisePendant la course dominatrice de Prince, le cocardier fétiche de la manade Chapelle, je jurerais bien avoir vu quelques larmes dans les yeux d'Albert. Le manadier a vécu intensément le quart d'heure. A la remise des prix, le 1er pour Prince meilleur cocardier de la finale du Trophée des Raseteurs, le pélot du Mas de Pernes, à la longue expérience de cavalier (en pays, en abrivado et de réjonéador) a fait une entrée à cheval pour cueillir les applaudissements du public. Et une pirouette enthousiaste pour laisser éclater sa joie.
Avec sa silhouette de jeune homme et son amour de la vie débordant, Albert Chapelle illustre à merveille la passion de son métier.
Gageons que Florent, le petit-fils du manadier plus réservé mais non moins passionné, a lui aussi apprécié et la performance de son cocardier et la reconnaissance de la commission et des spectateurs.
Avec la 2e couronne de la Cocardière d'Or pour Gazette, et des cocardiers appréciés toute la saison dont bien sûr Prince, la manade Chapelle revient au-devant de la scène camarguaise. Pour le plus grand bonheur des afeciouna.

M. A. Photo C.I.

 

SAINT-MARTIN-DE-CRAU - FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS - CAPELADO

Samedi 1er octobre 2011


LA PERFORMANCE DE JEAN MARIGNAN


saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaiseJean Marignan peint. Au centre de la piste, quelques traits efficaces au milieu des galets de la Crau stylisés sur le sable. Quatre toiles pour dire tout son amour du pays, des traditions, des cocardiers et des raseteurs. Autour, les bergers, les attelages d’ânes, de chevaux lourds ouvrent la route aux vieilles faucheuses ou emballeuses du célébrissime foin de Crau. Là une ribambelle de joyeux minots....
Puis s’ouvre le grand portail sur les Arlésiennes portant chacune le portrait d’un des Biòu d’Or décernés par le Trophée Taurin depuis 1954, c’est-à-dire 45 toiles.
Soudain 60 ans de courses camarguaises déroulent les années, les manades et leurs grands cocardiers. L’œuvre d’une vie d’artiste, celle de Jean Marignan. Unique.
Et malicieusement, le peintre ajoute : « Bon, entre nous, je commencerai le 46e Biòu d’Or, demain soir (NDLR dimanche), après le vote de la commission ! ».
La Crau inspire les artistes et ancre les manades telles celles d’Albert Chapelle, Lescot, Brugeas ou Gillet, présentées en bonne place pour cette capelado colorée rehaussée par l’éclat de la Reine d’Arles et de ses demoiselles d’honneur.
Les manadiers des cocardiers de la finale mis à l’honneur, La Gardounenque pouvait scander le début de la course et les raseteurs accueillir leur président Nicolas Noguera pour sa dernière participation.

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise


MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER
 & ERIC AUPHAN

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise


Capelado orchestrée par Patrice Blanc, groupes Li Coudelet Dansaïre et Li Provençau de Saint-Martin-de-Crau, l’Etoile de l’Avenir d’Arles, de Raphèles et de Mouriès, les ânes d’Edouard de Tarascon.

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

 saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

saint-martin-de-crau,jean marignan,performance,capelado,course camarguaise

 

01/10/2011

SAINT MARTIN DE CRAU *FINALE RASETEURS*

Samedi 01 Octobre 2011

PRINCE SOUVERAIN DANS UNE FINALE A EMOTIONS

 Saint Martin de Crau 01 10 238.jpg

▲ Prince (Chapelle) et Jérémy Lafare les deux lauréats de la journée.

Entrée: 2/3 Organisateur: CT St Martinois Présidence: J Alvarez Droitiers: Beaujard, Bonhomme, Estevan, Jourdan, Moine, R Mondy, Miralles, Noguéra, Roux, Valette (sort au 2nd), Zucchelli. Gauchers: Guin, Lafare, Ruiz, Sanchez. Tourneurs: Causse, Curtil, Dumas, Jorquéra, Sanchez.

Quelle belle finale avec décorum et mise en scène soignée. Jean Marignan plein d’authenticité fait sur 4 toiles de la magie instantanée et retrace nos traditions sous l’œil ému d’angélique. La péna la Gardounenque, les gardians impeccables (Chapelle-Lescot-Chapelle-Brugeas) et les arlésiennes tenant les 45 toiles des bioù d’or de l’artiste donnent un air de finale des As. En piste, Lafare fait honneur à son rang sans la réussite. Roux, Mondy, Jourdan, Moine et Sanchez sont aux avant postes. Les autres complètent avec plus ou moins de réussite tandis Noguéra est honoré à la capélado. Tous les taureaux tirent leur épingle et Prince souverain remporte le prix du meilleur taureau. Il comble de bonheur Albert qui vient chercher le prix à cheval et avec maestria.

MATUTE (St-Antoine) peine à trouver sa place aux rubans. Aux ficelles il trouve ses marques, enferme Mondy, tape après Valette et passe la corne sur Roux. Il va à mas, prend les séries, bouscule valette qui s’en sort miraculeusement (ouf) et serre Miralles et Jourdan parti à deux. Une ficelle au toril avec 5 Carmen et retour. A l’inverse, KÉKÉ (Agu) trouve immédiatement le lieu propice. Cocardier, il coupe le terrain et attend les attaques. Aller à la tête relève du défi que s’imposent Mondy (coupe) et Moine (cocarde). Plus raseté sur la fin, il déboule à grande vitesse surtout après les droitiers et conserve ses glands. 3 Carmen et rentrée. VERDIER (Saumade) annonce la couleur avec deux grosses actions après Lafare. Dangereux et percutant il brise les planches après Roux, bascule et  malmène Rodolphe en contre piste qui évite la corne (re ouf…). Barricadier après Roux (2), Lafare (2), Beaujard et Ruiz, il cède sa cocarde à la onzième. Ficellé à l’extrême (il n’en a pas besoin), il ne recevra plus qu’un raset de Jourdan qui finit en fracas ce qui gâche sa fin de course. 8 Carmen et retour.

Après la pause, INDIEN (Cuillé) saute d’entrée après Moine mais les hommes lancent la cavalerie car le taureau semble en dessous. Même irrégulier, Indien n’enterre pas la hache de guerre et assure 2 émotionnantes enfermées sur Lafare qui réveillent l’arène. Il reprend du poil de la bête, saute après Roux qui doit se jeter en piste (re re ouf). Au final il reprend l’ascendant avec les supers rasets de Sanchez et ne concède que la coupe et un gland. Encore un saut après Roux et retour au toril avec 6 Carmen. S’il envoie les cornes, VÉRAN (Allard) est vite délesté des rubans. Il enferme Moine et ne refuse pas le combat. Moins craint, il fait preuve de générosité et se bonifie avec trois percussions successives. S’il subit et lache une ficelle avant le terme, il rentre l’autre courageusement. 5 Carmen et rentrée. Disposé, PRINCE (Chapelle) possède du placement et de la méchanceté. Il est immédiatement dans le ton mais les hommes ne lui mettent pas assez de pression. Il effectue une quinzaine d’actions grandioses avec parfois bris de planches et reçoit une belle ovation au retour avec ses ficelles en musique jouée huit fois. Pour finir, ESTRELLOUN (Caillan) passe à travers les planches sur le premier raset de Jourdan et récidive sur Victor qui lève la cocarde. Beaujard prend un gland mais sans la forme. Aux ficelles, il affiche sa rapidité et beaucoup d’envie dans ses poursuites, Beaujard lui fait accomplir un coup de barrière tout comme Ruiz. Il perd une ficelle à la dernière minute. 5 Carmen et retour dans une finale qui fera date......

Saint Martin de Crau 01 10 049.jpg

▲ Valette avec Matute (St Antoine) juste avant sa douloureuse rencontre.

▼ Kéké (Agu) après Arnaud Bonhomme.

Saint Martin de Crau 01 10 087.jpg

 Saint Martin de Crau 01 10 138.jpg

▲ Verdier (Saumade) très spectaculaire après Jérémy Lafare.

▼ Indien (Cuillé) s'engage à la poursuite de Roux

Saint Martin de Crau 01 10 182.jpg

saint-martin-de-crau,trophée des raseteurs,prince,courses camarguaises

▲ Véran (Allard) et Cédric Miralles

▼ Prince (Chapelle) explosif après l'excellent David Moine

saint-martin-de-crau,trophée des raseteurs,prince,courses camarguaises

saint-martin-de-crau,trophée des raseteurs,prince,courses camarguaises

▲ Estrelloun (Caillan) et Jourdan pour un final percutant.

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée des raseteurs: Jourdan (9), Moine (7), Mondy, Roux (6), Sanchez (5), Beaujard (4), Bonhomme, Guin, Ruiz (3), Lafare (2)

Classement: 1er Lafare 200 points, 2nd Jockin 189, 3ème Sanchez 184, 4ème Jourdan 137, 5ème Ruiz 135.

Meilleur taureau de la finale: PRINCE manade Albert Chapelle.