Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/06/2011

VENDARGUES *AS*

Dimanche 5 juin 2011

LA MULETA PASSE A TRAVERS LES ORAGES

Les bénévoles du CT La Muleta ont bossé comme des forçats pour que la piste reste en état et que la course phare du 90e anniversaire puisse avoir lieu. Ils ont été récompensés. Vendargues a été la seule course du week-end a avoir lieu. Sous le soleil, les arènes se sont remplies. La course n'a pas été extraordinaire mais, sevré de biou par la météo, le public n'a pas boudé son plaisir. Et puis, c'était le retour de Sabri... Sobre en première partie, le Vendarguois a retrouvé rapidement ses marques. Honoré à la remise des prix - avec Chekade, meilleur raseteur, et Cuillé pour Renoir - le raseteur avait les yeux brillants de plaisir. Il l'a annoncé, il faudra compter sur lui à la Cocarde d'Or.

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER


BLOGVENKHECKADE.jpg

▲ Chekade et Gallicianais de Briaux (3e)

blogvendallou.jpg

▲ Allouani et Gallicianais

BLOGVENDTRAVAUX.jpg

▲ Ils avaient bâché la piste, drainé, travaillé comme des forçats...
La récompense était au bout, les arènes pleines.

BLOGVENABRIVA.jpg

▲ Tout a commencé et fini par les abrivado et bandido.
Ici l'arrivée des pelots.

*************************************

vebndargues,as,sabri allouani,chekade,courses camarguaises

Pour le coup il n'était pas venu pour rien, Renoir...
Les cornes en faucille pour choper le raseteur
dans un coup de barrière violent.

LA COURSE : de ce qui aurait dû être un après-midi totalement dédié à la fête, les raseteurs sont passés à côté. Et il est vrai que les taureaux au comportement dans l'ensemble brouillon n'aidaient pas. Mais après avoir subi cinq jours de pluie, les cocardiers n'étaient pas dans le coup, on peut comprendre. En revanche, les blancs auraient dû profiter des arènes pleines pour régaler ce public fidèle et récompenser les organisateurs qui se sont démultipliés pour assurer la course. Il parait que les points mettent la pression sur les taureaux. En ce dimanche, ce n'était pas le cas puisque Vendargues course unique, la compétition était écartée. Seul Chekade, dans son style entreprenant, fait passer l'émotion, Auzolle par moments, Allouani pour son retour.

A la capelado : Allouani, Auzolle, Ayme, Oufil (se retire au 3e), Chekade, Outarka à droite; Poujol, Ouffe, N. Benafitou, Errik à gauche. Tourneurs : G. Rado, Kerfouche, Dunan, C. Galibert, Labrousse.

Caïman de Margé est remuant mais combattif. Il laisse parfois passer et ainsi ne subit pas trop la pression. Se cabre sur Allouani, Auzolle, Chekade pour 7 minutes et deux Carmen.
Mascarat de Bon : un quart-d'heure de sauts dans les deux sens.
Gallicianais de Briaux sort avec une fougue qui fait espérer le meilleur. Làs ! Deux rasets meurtriers lui coupent les pattes. Alors que les blancs auraient pu profiter de sa bonne volonté et de son brio, les sollicitations trop denses et peu franches ont raison de ce fonceur spectaculaire. Aux ficelles, avec un peu plus d'air, il retrouve sa hargne pour une super action où Chekade l'embarque puis sur Allouani. Mais blessé à l'oeil (juste une coupure au-dessus nous a rassurés Claude Briaux) et sa prestation est écourtée à la 9e. 3 Carmen.

Périclès de Nicollin est le seul à tenir la dragée haute aux blancs. Il baroule mais quand il se place, c'est avec du jus qu'il participe. Ses grandes banes dissuasives force les hommes à l'application. Il catapulte Chekade tête la première dans le burladero. Beaux cites d'Auzolle, Poujol, Allouani. Errik essaie, Ayme, Ouffe pour des séries endiablées sur lesquelles il conclut parfois sévèrement. Maître de ses ficelles, Péricès rentre avec les honneurs plus 3 Carmen en course.
Renoir de Cuillé fait du large sans se fixer et ne favorise pas les beaux gestes. C'est la pagaille dans les rangs des crocheteurs. Une fois placé, aux ficelles, ses ripostes sont plus convaincantes, grosse anticipation sur Auzolle, explosion après Chekade, méchante agression sur Allouani. Pas très coopératif avec les gauchers, il sauve une ficelle. 3 Carmen.
Jivago de Blatière-Bessac se montre coureur, sauteur. Les blancs rasètent "à la raspaille" mais comment faire avec Jivago qui ne suit pas ? S'engouffre violemment après Ayme aux planches, tape avec méchanceté après Chekade, Poujol et termine par un coup de barrière terrible sur Auzolle tandis qu'Ayme lui pique sa 2e ficelle. 3 Carmen.
Icare (Paulin-Niquet), après quelques minutes insignifiantes, s'envoie aux planches sur un beau raset d'Ouffe. Tout feu tout flamme, mais brouillon - l'image des blancs - il n'arrive pas à canaliser son trop plein d'énergie. Il n'en fait qu'à sa tête et passe trop de temps en contre-piste.

Les prix du jour pour Chekade, Renoir et un cadeau à Allouani pour son retour en piste.

M. A.

******************************



22/05/2011

LANSARGUES *AS*

Dimanche 22 mai 2011

BRUTUS ET AUZOLLE
DANS UN ENSEMBLE INTENSE

lansargues,course camarguaise

Brutus dangereux sur Outarka

 Entrée : plein. Organisateur : comité des fêtes.  Président : Jacques Valentin.  Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Matray, Oufdil, Outarka. Gauchers : Four, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Kerfouche, G. Rado, Rouveyrolles, T. Garrido, Dunan.


Quand Jacques Valentin a envoyé le Carmen général, les applaudissements du public ont couvert la musique. Les spectateurs se sont régalés et l’ont fait savoir. Une course intense superbement rasetée et menée par un Auzolle qui, hier, a réuni ses “pro” et ses “anti” sous les mêmes louanges. Avec lui, Oufdil, Ayme, Poujol, Ouffe, Outarka ont fait vibrer les gradins (Four visiblement gêné par une douleur au 2e taureau est resté en dessous, Matray est sorti en cours de route). Chez les taureaux, un Brutus majeur, les Cuillé supérieurs, Gavot cocardier sévère dans un ensemble varié et très complet.
Gregau (Saumade).- Sans se fixer, il répond sans finir mais sait être dangereux face à des hommes brouillons. Méchamment offensif sur Oufdil, plus tard sur Auzolle, il fait ses 10 minutes avec 1 Carmen plus retour.
Ruy Blas (Cuillé) est en forme. Avec un placement rigoureux, les rasets engagés sont vivement honorés et conclus parfois en cassant du bois. Garde son second pompon jusqu’à la 7e. Et s’il lâche rapidement sa 1re ficelle, c’est en attaquant après Oufdil, Poujol (3), Auzolle (3) qu’il garde la seconde. 7 Carmen et retour.
Indien (Cuillé).- Parfois brouillon, voire distrait, mais quand on l’intéresse c’est puissamment qu’il sert les droitiers jusqu’à sauter après. Les premiers frissons avec Auzolle, Outarka, Ayme, Oufdil dans les cornes. Des sauts, des séries soutenues, et ses ficelles qu’il rentre au terme d’un vibrant quart d’heure. 3 Carmen et retour.
Gavot (Lou Pantaï).- Changement de rythme et de style. Un placement optimum, des anticipations émotionnantes, et parfois un peu de raideur. Les blancs font parler la technique. Ayme, Poujol, Auzolle, Oufdil font le pas et déclenchent quelques belles séries pour 10 minutes les pompons. Les ficelles rentrent en musique (+ 4 Carmen) diversement appréciée.
Tassou (Cuillé).- Le fauve est lâché. Avec franchise, il livre ses premiers attributs en 40”. Se chauffe après Ouffe et Ayme. Un peu délaissé, il navigue. Mais sur une belle longueur d’Auzolle s’envole violemment jusqu’au premier tube. De là, vif, attentif, il ne laisse rien passer. Auzolle est aux commandes et Tassou tape à l’unisson. Les blancs temporisent et Tassou rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.
Brutus (Lautier) réunit toutes les qualités du cocardier finisseur. Le long des planches, il se tient prêt. Attaque sur Oufdil et Auzolle. Action avec Outarka, tampon sur Ayme, Auzolle encore, Oufdil. Aux ficelles superbement travaillées, Brutus tient tête. Outarka catapulté et Auzolle expédié au 1re rang, Ayme anticipé... Un quart d’heure complet et enthousiasmant, les ficelles à la maison. 9 Carmen et retour, les applaudissements en plus,
Difficile de passer après, mais Mérou (Saumade, en supplément, 10 mn) se prête aux séries et accélère quand l’homme est à sa portée ponctuant de gros coups. L’intensité retombe mais Ouffe, Poujol, Auzolle sont encore là pour les derniers assauts. 6 Carmen et retour avec ses ficelles.

 


MARTINE ALIAGA
Photos Hervé BERNON


Trophée des As : Auzolle, 14 points ; Oufdil, 13 ; Ayme, 8 ; Ouffe, 7 ; Poujol, 7 ; Four, 2 ; Outarka, 2.

lansargues,course camarguaise

 Gavot du Pantaï oblige les blancs à sortir la technique. Placement redoutable et vitesse d'exécution sont ses qualités indéniables. Mais parfois, il reste sourd malgré les cites au plus près. Toutefois dans cette course brillante, il a tenu la place du cocardier amenant sa difficulté.

Hadrien Poujol lui propose une longue trajectoire et fait corps avec Gavot jusqu'aux planches. Magnifique !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ACTION DU JOUR

lansargues,course camarguaise

lansargues,course camarguaise

▲ Sur un long cite d'Auzolle, Tassou s'envole

************************************


15/05/2011

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 15 avril 2011

PLUS CONVAINCANT APRES LA PAUSE

 

le grau-du-roi,as,courses camarguaises

 

Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : régie municipale. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Gros, Matray, Oufdil, Outarka. Raseteurs gauchers : Adil Benafitou, Martin-Cocher, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Baccou, Benzegh, Dunan, Galibert, Kerfouche.

le grau-du-roi,as,courses camarguaisesAvec une première partie sans trop grande saveur, ce concours de manades s’est montré plus intéressant après la pause, avec les prestations de Dubonnet, Eros, Lou Verri et Mai.
Les raseteurs emmenés par Loïc Auzolle, excellent et Adil Benafitou entreprenant, n’ont jamais forcé leur talent.
Victor (Ricard).- 7 actions avec sauts derrière Auzolle (4 fois), Oufdil, Gros, Matray. Pour le reste, du bon et du moins bon et malgré ce, 5 fois la musique dans 14 minutes.
Pavoun (Saint-Pierre).- Au départ, promeneur et pas très incisif, il se décide enfin sur une allonge de Gros qu’il conclut spectaculairement. Il conserve une ficelle sans trop se montrer combatif. Un Carmen en course.
Gallicianais (Briaux Frères).- Avec tout son coeur, il a tenté de faire face à la furia blanche. Mais assez vite submergé, il ne se contentera que de demi-répliques. 2 coups sur Oufdil et Matray et ses ficelles au toril.
Mai (Les Baumelles).- Assez vite délesté de ses pompons, il pêche pas son manque de placement. Toujours décollé des planches, il se reprend toutefois aux ficelles. Deux grosses enfermées sur Gros, Oufdil et deux coups de barrière sur Adil Benafitou et Oufdil pour 5 fois la musique et une ficelle au toril.
Eros (Ricard).- Très vite dominé par les hommes, il va beaucoup mieux réagir aux ficelles en distribuant des répliques de qualité. Oufdil, Gros, Auzolle, l’embarquent pour de longues traversées et 4 fois les honneurs retentissent. Les ficelles à Méjannes.
Dubonnet (Ricard).- Tout de suite dans le tempo, il se signale bon nombre de fois aux barrières dans de belles actions contre ou au-delà des planches. Hélas, aux ficelles trop peu sollicité, il s’envoie quand même très haut sur Auzolle, Benafitou et Ouffe. Une ficelle au toril et 6 fois la musique.
Lou Verri (Saint-Pierre).- Hors points. Le barricadier qu’il fallait pour clôturer en beauté. Un festival de coups de barrière et un coeur énorme pour 10 minutes plusieurs fois récompensées.

LUC PERO



Trophée des As : Adil Benafitou, 16 points; Oufdil, 12; Auzolle, 8; Martin-Cocher, 6; Outarka, 5 ; Gros, 4; Matray, 2 ; Ouffe, 2.

08/05/2011

PALAVAS-LES-FLOTS *AS* EXCELLENCE

Dimanche 8 mai 2011 - 2e journée du Trophée Albert-Dubout

ALESIEN - SPARAGUS - RODIN
LES ATOUTS DE L'EXCELLENCE

Ayme, Auzolle, Poujol meneurs d'une équipe à la hauteur

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

Alésien sur Hadrien Poujol

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Matray, Oufdil, Outarka, Rassir. Gauchers : A. Benafitou, Four, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Rouveyrolles, Dunan, C. Garrido, Kerfouche, Benzegh.

Alésien marque de son emprise la 2e journée du Trophée Albert-Dubout et 1re course Excellence du Trophée Taurin, Sparagus assure et Rodin déroule le tapis rouge. Voilà le trio majeur de la matinée. Ayme affirme son talent, Auzolle sait s’appliquer et Poujol régale dans une équipe où chacun tour à tour a allié technique, compétition et émotion. La satisfaction s’affiche au final. Présidence à la hauteur d’une course sans problème.

Un peu à court de compétition  - c’est sa première course - Petit Lou de Chaballier assume avec expérience les premiers assauts des dix hommes décidés. Des enchaînements rythmés et quelques enfermées pour 8 minutes. 2 Carmen et retour.
trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises"Il est en forme" apprécie unspectateur à la sortie en boulet de canon d’Alésien. C’est en patron que le cocardier des Frères Briaux va mener son quart d’heure. Cocardièrement irréprochable, occupation optimum du terrain, anticipations haletantes et agressions aux planches. Un cocardier qui se fait respecter c’est superbe, des hommes qui le défient c’est magnifique ! Ayme, Oufdil (photo) (3 fois), Poujol (3), Auzolle, Rassir (3) s’y collent, Alésien caracole. Et si Auzolle fait la 1re ficelle à l’arrache, il se rattrape de belle manière au raset suivant. Alésien lui rentre sa 2e ficelle, ovationné. 7 Carmen et retour.
Sparagus (Janin) reconnaît la piste au grand galop. Entrepris, il se livre avec vivacité. Aux ficelles, trouve les angles et délimite son terrain. Four, son meilleur partenaire, lui sert de belles invites et Sparagus passe la corne. Poujol se fait emporter. Vigilant, véloce, Sparagus trouve encore Poujol qui allonge les trajectoires (3) et lève la 2e ficelle presque sur la limite. 3 Carmen et retour.
Mathis de Lautier est plus réservé qu’avant mais se rappelle sa grande époque par quelques agressions bien frappantes. Matray (3), Outarka, Poujol, Ayme se font bombarder. Une ficelle au retour avec 4 Carmen et retour.
Vient l’heure des délices avec Rodin des Baumelles. Placé, il déroule ses belles anticipations. Les blancs sortent le grand jeu et lui servent des caviars qu’il avale goulument. Une belle présence aux ficelles en 11 minutes (et autant de Carmen) que le public savoure.
Brave sur le raset, Canberra de Saint-Pierre n’est pas un ange à l’abord des planches. Outarka y laisse un morceau de T-shirt. Explosif sur les invites de bonne qualité, Canberra soutient le rythme 7 minutes. 5 Carmen et retour.
Satis (Margé, hp) participe de bon cœur (4 Carmen), s’envoie en l’air et visite le pourtour. Encore quelques séries et actions aux planches avant que ne résonne un Carmen général pour le bétail et le travail des hommes.

 
MARTINE ALIAGA
Photos LUC PERO


Trophée des As (+ Excellence) : Ayme, 16 points (+10) ; Auzolle, 15 (+9) ; Poujol, 11 (+ 8);  Four, 9 (+7); A. Benafitou, 7 (+ 6); Matray, 7 (+ 6) ; Ouffe, 5 (+5).

▼ Sparagus et Hadrien Poujol

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

▼ Duo saintois : Anthony Ayme et Rodin des Baumelles

 

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

Une arène bien remplie et au final une course très satisfaisante
Rodin - Matray

trophée des as,course excellence,palavas-les-flots,alésien,ayme,courses camarguaises

***********************************

 



01/05/2011

PALAVAS-LES-FLOTS * AS*

Dimanche 1er mai, 11 h, Royale de Cuillé

LA REVANCHE DU GUÉPARD

palavas-les-flots,royale de cuillé,course camarguaise

Guépard - Outarka : le duo émotion !

 

Pari gagné pour les organisateurs, les spectateurs ont répondu présent à l'heure de l'apéro sous une température idéale (3/4 d'entrée). Satisfaction avec le Biou d'Or Guépard, sélectif à souhait aux ficelles. Un bémol quant à l'ordre de sortie : Viennois (1er) n'arrive pas à la cheville du titulaire de ce poste dans la Royale, Titouan (blessé) ; Guépard 6e ? ; déception avec Renoir ; Tassou hors points pas raseté.

Les hommes, pleins de bonnes intentions, n'ont pas tenu la distance et on manqué d'ambition, de jambes et d'audace... peut-être l'heure (11h) difficile à gérer pour les organismes... Mais assurément il manque toujours un meneur dans la course camarguaise. Pierre Cuillé avait raison quand il déclarait (en référence à l'énorme course de sa Royale à Palavas l'an dernier) : "ce jour-là, le huitième cocardier était Sabri Allouani"... Malgré ce constat, les rasets d'Ayme, Auzolle, Poujol, Matray, Outarka ont pris par moment de fort belles ampleurs, de jolies tentatives de David Maurel, Four et Adil Benafitou trop intermittents, Rassir pas dans le coup.

Viennois : indiscipliné, brouillon, se contente de chasser, de sauter et envoie méchamment la corne quand il veut bien prendre le raset. Rentre ses ficelles.

Le prix de la vaillance à Loubard qui ne refuse vraiment rien. Des séries, des séries et des séries. Défend sa 2e ficelle avec courage et d'ailleurs la rentre.  9 Carmen et retour.

Avec Mollières, la difficulté monte d'un cran. Sans quitter les planches, ses répliques sont sèches (Poujol, Matray) et ses conclusions sévères (Auzolle, Outarka, Matray). Il utilise toute la piste, s'envoie avec force sur Auzolle, anticipe Matray qui s'implique et lève la 1re ficelle. L'autre rentre en musique (+ 4 Carmen pendant).

Mignon alterne les sauts et le placement rigoureux qui oblige les blancs à calculer. Deux fois, Poujol est écarté de la trajectoire, Auzolle éconduit, belle riposte sur Benafitou et Poujol. Neuf minutes les pompons. Baisse un peu d'intensité en fin de course mais a posé assez de problèmes pour garder ses ficelles. 4 Carmen et retour.

Renoir se livre bravement mais sa course manque de liant. Les hommes baissent le pied, l'ambiance retombe. Un beau coup sur Poujol, deux actions d'Auzolle, gros coup aux planches sur Poujol (2) et Matray. Rentre une ficelle en musique (+ 2 Carmen).

Il laisse ses pompons en 3 minutes de reconnaissance de la piste. Mais aux ficelles,  Guépard trouve sa place pour placer des actions criminelles où sa vitesse et son superbe engagement font passer le frisson. Outarka frise la correctionnelle, Matray, Maurel, Ayme subissent ses agressions. Le chasseur à l'oeil vif et anticipe les trajectoires. Jusqu'à cette série de trois rasets superbes - Ayme, Poujol, Outarka - où Guépard se montre intraitable. Deux longues trajectoires un peu vaines de Poujol et Auzolle pour faire vibrer le touriste. Puis plus rien... Les blancs sont à plat, le public gronde. Poujol tente une dernière, Matray se fait  méchamment bouler jusqu'aux tubes. Guépard retourne au toril avec ses ficelles, le public se lève pour l'applaudir. Des Carmen.

Le char d'assaut Tassou (hors points) fracasse à tout va, saute un peu trop, pas raseté, un spectaculaire pour finir mais gaspillé... Dommage

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

 

palavas-les-flots,royale de cuillé,course camarguaise

Anthony Ayme : et si c'était lui la relève !

*****************************

 

26/04/2011

MOURIES *AS*

Lundi 25 Avril 2011

UN EMPIRE POUR BRUTUS ET ROMAIN GROS

Mouriès 25 04 115.jpg

▲ Brutus (Lautier) et Romain Gros pour un final explosif.

Entrée: 800 Organisateur: CT Mouriesen Présidence: P Gibert. Droitiers: Chig, Gros, Marquier, Moutet, Sabatier. Gauchers: Clarion, Lafare, Ouffe. Tourneurs: Beker, Kherfouche, Lebrun, Molins, Ull.

Sous le soleil la première partie est tonique avec Josué premier volontaire et Organdi très cocardier. En seconde Maï impose sa loi et Brutus termine criminellement avant l’orage. Des hommes Romain Gros ouvre les ficelles, n’a pas la réussite mais prend des risques et s’en sort bien. Avec lui Chig et Ouffe s’investissent plus en première partie. Clarion, Sabatier et Lafare en seconde. Marquier rasète à la perfection mais si peu. Matray est efficace et Moutet touché hier reprend doucement.

Il court il court JOSUÉ (Joncas). Marathonien, il boit les rasets sans relâche et les séries s’enchaînent sans temps mort comme les Carmen. Quelques percussions et une ficelle au toril en musique pour ce solide premier. 6 Carmen. A contrario, ORGANDI (Plo) se place, baisse la tête et profile ses cornes dans des arrivées frémissantes. Sur Chig l’impact est soutenu, sur Gros l’enfermée émotionnante. Vigilant aux ficelles c’est en pur cocardier qu’il affronte la bourre face aux super rasets de Chig et Gros. 10 Carmen et retour avec une ficelle. Imposant, GEDEMUS (Bon) brise la planche sur Ouffe et se soulève sur Chig. Malheureusement, irrégulier et fantasque sa course s’effectue en dent de scie. Chig en tire le meilleur à deux reprises mais le bioù rentre ses ficelles en silence. 2 Carmen.
Vite collé aux planches, MAÏ (Baumelles) contrôle cinq minutes les blancs aux rubans. Aux ficelles, il passe à l’offensive sur Clarion (3), Lafare et saute après Chig. Agressif et méchant, il ne se laisse pas manœuvrer, termine par une action aux planches après Lafare et rentre ses ficelles. 6 Carmen dont retour. Brouillon, LANGUEDOCIEN (Briaux) ne trouve pas sa place. Les hommes usent de sa générosité dans la pagaille (arrêt à la 4ème) mais il offre des actions spectaculaires sur Gros (3), Ouffe (3), Chig (2), Clarion (2) et Moutet dans quatorze minutes vaillantes. 7 Carmen et rentrée. Décidé, BRUTUS (Lautier) annonce la couleur sur Sabatier et tape après Gros. Solide, il change de terrain et ne se laisse pas approcher facilement. Beaucoup ne touchent pas la tête et Sabatier et Lafare se partagent les attributs. Aux ficelles il s’explose sur Gros qui retombe en contre piste la corne contre le ventre de longues secondes. Il se sort indemne de ce traquenard. Il prend le moral et enferme Clarion, frappe sur Lafare et termine par un énorme coup de barrière sur Gros sous l’ovation. Mon empire pour Brutus et Romain. 5 Carmen et retour avec ses ficelles.

 

Mouriès 25 04 022.jpg

▲ Organdi (Plo) sur Chig.

▼ Gédémus (Bon) se dresse après Chig.

Mouriès 25 04 027.jpg

 

Mouriès 25 04 054.jpg

▲ Maï (Les Baumelles) agressif sur Clarion

Mouriès 25 04 078.jpg

▲ Languedocien (Briaux) percutant sur Romain Gros.

 

************Romain coincé dans les cornes de Brutus************

Mouriès 25 04 092.jpg

Mouriès 25 04 093.jpg

Mouriès 25 04 094.jpg

Mouriès 25 04 095.jpg

Mouriès 25 04 096.jpg

Mouriès 25 04 097.jpg

Mouriès 25 04 098.jpg

Mouriès 25 04 100.jpg

Trophée des Raseteurs : Lafare (14 points).

Texte et photos Eric AUPHAN

17/04/2011

ARLES *AS*

Dimanche 17 Avril 2011

LES BÉNÉDICTIONS POUR ALÉSIEN ET CHIG

Le duo vainqueur remporte les suffrages et Athor fait une grosse impression.

Arles 17 04 331.jpg

 

Environ 900 aféciouna répondent présent à l'ouverture des rameaux organisée par la SA Jalabert Frères. Au paséo le président de course Claude Chevalier acceuille les droitiers Auzolle, Chig, Gros, Mascarin, Matray, Maurel, Moulin JF, Rey et les gauchers Ferriol, Martin-Cocher, Mébarek, Poujol, et Thierry. Ils sont suivis des tourneurs Baccou, Dunan, Duran, G Rado, Ull.

En ce dimanche de Rameaux, Chig remporte le 1er Souvenir Lucien Volle. Meilleur animateur avec la bénédiction du jury et les applaudissements mérités du public, son implication fait plaisir à voir. Rey s’active aussi, Auzolle moissonne surtout en première partie, Maurel et Martin Cocher en seconde. Côté bioù, Alésien s’adjuge le trophée Rami du meilleur taureau mais Athor très complet aurait pu y prétendre. Fosséen ouvre bien les débats, Badaïre confirme ses dispositions mais Yvan n’est pas dans le coup et Papagaï trop délaissé. A noter en ouverture, la belle prestation de l’école taurine d’Arles avec deux taureaux de St Germain très actifs. Un régal de rasets osés et d’actions superbes. Chapeau les jeunes. Petit bémol, l’arrosage beaucoup trop superficiel.

FOSSEEN (Cavallini) effectue un début de course tonitruant. Il percute Gros et Chig, s’explose après Mascarin et brise les planches sur Chig. Cul aux planches, aux ficelles il adopte une défense sélective mais tape toujours derrière Mascarin, Ferriol et Chig. Un brillant premier qui conserve une ficelle en musique joué à 4 reprises. Pas le temps de bader BADAÏRE (St Germain) subi la furia blanche aux rubans non sans percuter Auzolle et Chig. Aux ficelles les rasets s’espacent mais le bioù cogne trois fois d’affilée derrière Auzolle, Chig (en bascule) et Gros (pied coincé). Ses poursuites rasets arrêtés sont limpides. Il accuse un peu le coup sur la fin mais conserve une ficelle avec beaucoup de vaillance. 4 Carmen et retour. Vif, ATHOR (Daumas) à raison des blancs et conserve ses rubans jusqu’à la cinquième. Son coup de tête est compliqué mais Chig l’emmène à 4 reprises aux planches. Ses cornes sont menaçantes et mieux vaut ne pas laisser traîner ses baskets. Son placement irréprochable pose problème. Chig et Rey tentent beaucoup mais en vain. 6 Carmen et retour porteur des ses ficelles. YVAN (Lou Pantaï) surprend d’entrée Mascarin loin des planches qui s’en sort miraculeusement indemne. Pris au vire vire il subi la pression même s’il fuse parfois avec vigueur. Arrêté dans les déplacements il est vulnérable et n’a plus la même détermination. Il rentre ses ficelles en silence. 1 Carmen. Disposé, ALÉSIEN (Briaux) se dresse d’entrée sur Poujol puis récidive mourre en avant sur le gaucher qu’il préfère. Concentré et placé les rubans sont difficiles à cueillir. Il laisse peu d’espace, percute Maurel, Mascarin et encore Poujol avant de fermer la porte à Martin Cocher a qui il cède son second gland à la onzième. La pression tombe et le dernier tiers est moins animé même s’il frappe fort derrière Poujol et Chig. 5 Carmen et retour avec ses ficelles. Pas de pagaille avec PAPAGAÏ (Lagarde) délesté des rubans en une minute trente. Il est efficace et fuse cornes en avant mais ses ficelles sont chargées et s’il prend une série à la dixième sa course est décousue. Il termine par un coup de barrière après Gros et aurait mérité plus de pression. 2 Carmen et rentrée.

Trophée des As: Auzolle (15) Rey (10) Martin Cocher, Maurel (7) Poujol (4) Chig, Mascarin (2)

Arles 17 04 303.jpg

▲ Alésien sur Hadrien Poujol.

▼ Fosséen explosif après l'Arlésien Romain Mascarin.

Arles 17 04 161.jpg


Texte et photos Eric AUPHAN

LUNEL *AS*

 

Dimanche 17 avril 2011 - Trophée Pescalune, 1re journée

GARLAN, SPARAGUS... TOP COCARDIERS

lunel,1re journée du trophée pescalune,course camarguaise
A. Benafitou le style... malgré la difficulté de SPARAGUS.

 

Entrée : 3/4 d’arène.
Organisateur : Lunel Toro.
Président : Jacques Valentin.
Raseteurs droitiers : Ayme, Chekade, Fougère, Outarka, Marquier, Moutet.
Gauchers : A. Benafitou, Four, Clarion.
Tourneurs : Lebrun, Rouveyrolles, Molins, T. Garrido, Bensalah.


Fait marquant : A la 12e minute de la course de Garlan, Amine Chekade se fait rattraper et accrocher  pleine piste. Selon les premières informations officielle, il aurait  reçu un coup de corne de 10 cm.


L’ouverture de la temporada pescalune est particulièrement réussie avec un concours alliant les cocardiers vaillants, sérieux et spectaculaires. Garlan et Sparagus se sont cocardièrement imposés, Saint-Rémois clôture avec brio, alors que le tout jeune Nicolas passe son bac avec mention. Côté blanc, que des félicitations à formuler pour leur travail, leur correction tout au long du concours.
Dilun (Fabre-Mailhan). - En 30 secondes il perd ses pompons. Ensuite, il offre toute sa vaillance dans un combat sans merci. Des séries interminables et des enfermées serrées notamment sur Chekade pour 9 minutes et 5 Carmen.
Saint-Gillois (Les Baumelles).- Lui aussi offre une vaillance exemplaire dans de beaux enchaînements pour 8 minutes de présence et deux fois la musique en course.
Sparagus (Janin). - Avec un placement idéal et une maîtrise sur les tourneurs, il élargit le cercle et contrôle les blancs. Des anticipations, des poursuites très serrées et Carmen retentit. Aux ficelles, les hommes cogitent et le biou impose ses règles pour défendre sa 2e ficelle qu’il rentre. 4 fois les honneurs.
Garlan (Les Baumelles).- On tarde à l’attaquer, et pourtant sur la première série, il perd ses pompons. Toujours dans le terrain des planches, il distille sur Chekade (4 fois), Ayme, Four, A. Benafitou, de très belles répliques avec anticipations. Sur l’une d’elle c’est l’accident pour Amine Chekade. Garlan clôture en grand patron et conserve une ficelle. 7 Carmen.
Nicolas (Janin).- Six ans et pas mal de qualités. Certes des défauts de jeunesse mais sa vista et sa rapidité forcent le respect. Volontaire à souhait et portant le danger à la planche, il va défendre ses ficelles en poussant fort sur plusieurs sites. Ficelles au toril et 4 Carmen.
Saint-Rémois (Fabre-Mailhan).- Fantasque et spectaculaire, le barricadier des Bernacles offre un feu d’artifice aux planches. Des actions à répétition pour 9 minutes brillantes saluées à cinq reprises.


Texte et Photos Luc PERO


Trophée des As : Four, 16 points ; Moutet, 13 ; A. Benafitou, 11 ; Clarion, 8 ; Marquier, 5 ; Chekade, 4 ; Outarka, 4 ; Fougère, 3, Ayme, 2..

 

lunel,1re journée du trophée pescalune,course camarguaise
Pour son baptême aux As et à Lunel, c'est réussi pour NICOLAS

lunel,1re journée du trophée pescalune,course camarguaise
SAINT-REMOIS pour un brillant final

*************

L'ACCROCHAGE DE CHEKADE PAR GARLAN...

lunel,1re journée du trophée pescalune,course camarguaise

lunel,1re journée du trophée pescalune,course camarguaise

lunel,1re journée du trophée pescalune,course camarguaise

lunel,1re journée du trophée pescalune,course camarguaise

lunel,1re journée du trophée pescalune,course camarguaise

lunel,1re journée du trophée pescalune,course camarguaise

Photos Luc PERO 

 

05/04/2011

1re Journée du Muguet d'Or - BEAUCAIRE -

Dimanche 3 Avril 2011

 

MIGNON ET CHEKHADE LES JEUNOTS AU POUVOIR....

Beaucaire 03 04 067.jpg

▲ Amine Chekhade et Guépard le bioù d'Or 2010

La première journée du Muguet d'Or enregistre une excellente entrée pour la venue de la Royale de la manade Cuillé. Loin de son niveau de 2010 (tout en prenant en compte la difficulté de la piste Beaucairoise) elle engendre quand même quelques satisfactions avec quelques actions d'éclat pas piquées des vers. TITOUAN excellent premier ouvre la course de façon impeccable mais LOUBARD n'arrive pas à jouer les mauvais garçons et ne doit son salut qu'à son sérieux coup de tête. MOLIERE reste en scène seulement neuf minutes. MIGNON Bioù de l'Avenir 2010 s'empare de la piste et ne lache pas un pouce de terrain. Il offre une prestation complète et donne le frisson à Bensalah surprisBeaucaire 03 04 069.jpg en contre piste. TASSOU défend ses ficelles après quarante secondes et malgré quelques actions très spectaculaires s'avère très abordable. Le Bioù d'Or 2010 GUEPARD ► a sorti les griffes sur quelques actions carnivores aux planches mais sur la fin il a semblé subir et lache une ficelle avant le terme (sur un très mauvais raset de Four mais avec 650e à la clé). Il n'a pas su garder son périmètre et s'est trop laissé perturber par les tourneurs. Le petit dernier PICAROS a fait une course de taù.

Côté raseteurs coup de chapeau au jeune Amine Chekhade qui après la sortie du courageux Benjamin Villard (fortement commotionné la veille à Méjanes) a pris la course à son compte  et a fait la pige aux anciens. Poujol fait du beau mais en petite quantité. Four (malgré son vilain raset à Guépard) assume la grosse part du travail à gauche. Marquier est efficace et les autres travaillent à leur main. Au final la jeunesse prend les commandes. Amine Chekhade avec 19 points se positionnne en potentiel vainqueur du muguet d'or et Mignon pas si gentil que cela met la barre haute. Il a du caractère et sera à suivre avec beaucoup d'intérêt.

Trophée des As : Chekhade 13, Four et Marquier (12), Poujol (10), Sabatier (6), Moutet (3), Villard (2).

Beaucaire 03 04 006.jpg

 ▲ Molière sur Poujol

▼ Tassou et Sabatier

Beaucaire 03 04 051.jpg

Beaucaire 03 04 055.jpg

 ▲ Tassou brise la planche après Errik

Beaucaire 03 04 061.jpg

 ▲ Guépard carnivore après Moutet

▼ Picaros sur Four

Beaucaire 03 04 099.jpg

Texte et photos Eric AUPHAN

La Petite Frayeur du jour en contre piste avec Mignon

Beaucaire 03 04 021.jpg

Beaucaire 03 04 023.jpg

Beaucaire 03 04 025.jpg

Beaucaire 03 04 027.jpg


 

 

18/10/2010

NIMES *FINALE DU TROPHEE DES AS* LA CAPELADO

Dimanche 17 octobre 2010

UN SPECTACLE TRES A CHEVAL...
UN BON PRINCIPE

NIMES1.jpg

Il y a un an, Jean-Claude Jourdan, co-directeur du Trophée Taurin, nous quittait. Hier, la 59e finale du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence lui était dédiée. Lui, l'homme de cheval - créateur notamment de Cheval Passion en Avignon - aurait  adoré ce spectacle d'ouverture largement dédié à la plus noble conquête de l'homme. Et encore y manquait-il les gardians italiens, les Butteri de la Maremme repartis sur leurs terres après l'annulation de dimanche dernier. Alors sûr qu'entre deux nuages, trois rafales de vent glacial et quelques rayons de soleil, le Provençal avait l'oeil rivé sur les évolutions dans l'amphithéâtre romain et qu'il les a largement commentées à ses collègues des cieux de sa verve toute barbentanaise.
Patrice Blanc et son équipe ont encore réalisé des merveilles même si la température réfrigérante,  le report de la course, peut-être le prix des places et la saison moyenne, ont écorné le nombre d'entrées.

NIMES3.jpgTout de même l'entrée des attelages du Pays d'Arles et de Christian Dubois ont tiré un "oh !" d'admiration  des gradins. Attelés en double, et même à cinq chevaux, les équipages ont mené un carrousel époustouflant de maestria. Sa majesté la Reine d'Arles Caroline Serre en  eut un air de Victoria... so british ! Suivait une allégorie en blanc et noir soulignée d'un rouge cocarde. Un pas de deux équestre  classique sans être rigide et d'une  élégance totale. Alors dans une envolée de drapeaux rouge et vert, la farandole des Arlésiennes déclinait avec charme toute la gamme des costumes traditionnels. Les gardians bien sûr puis les manadiers se présentaient en piste, suivis des raseteurs... Trompette sonnez, le premier cocardier pouvait sortir !

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER

 

NIMES2.jpg

Les participants : les gardians de la manade Fabre-Mailhan ; Caroline Serre, Reine d'Arles, et ses demoiselles d'honneur ; les attelages du Pays d'Arles et les frisons et attelages de Christian Dubois ; Alizée Froment et Olivier Lautier pour le duo équestre ; les farandoleurs des groupes La Capouliero de Martigues, la Jouvanço de Montfavet , du Temps du Costume de Nîmes ; les danseurs de l'école de toutes les danses de l'Association nîmoise Kosmopolit Dance School ; les enfants, les Arlésiennes du groupe de Tradition, Li Arlatenco de Mouriès, Li Cabidoulo du Cailar, La Pichoto Camarguo de Mauguio, le Ruban de Provence d'Avignon, l'Etoile de l'Avenir d'Arles, la Souleiado de Marguerittes, l'Escolo d'Argenço de Fourques, du Fils et des Arlésiennes de Générac ; les associations nîmoises de maintenance le Cordon Camarguais, les Farandoleurs cheminots et le Temps du costume. Les musiciens de la pena Chicuelo II.

 

NIMES4.jpg
▲ L'entrée des manadiers...
▼ ... des raseteurs
NIMES5.jpg
▼ Les Arlésiennes et les gardians
NIMES6.jpg

 

* Un tout petit - mais alors très petit - bémol, l'idée de faire jouer la pena Chicuelo pendant le quart d'heure des cocardiers n'a pas semblé judicieux. La musique se téléscopant avec l'annonce des primes et les Carmen distribués. Et il a bien semblé qu'une pena traditionnelle (style La Gardounenque ou Saint-Etienne-du-Grès) aurait mis un peu plus de tonus à l'ambiance générale.

**************



 

17/10/2010

59e FINALE DU TROPHEE TAURIN - "MIDI LIBRE - LA PROVENCE"

Dimanche 17 Octobre 2010 - Finale du Trophée des As

 

SANS HOMMES, SANS LEADER
LA FINALE PERD DE SON ATTRAIT

*****************

GuepardAuzo.jpg
GUEPARD, AUZOLLE LE DUO GAGNANT POUR 2010

auzo10x10.jpgIls étaient dix plus cinq tourneurs, à défiler pour la capelado (somptueusement orchestrée par le maître d'oeuvre Patrice Blanc). Ils ne sont plus que neuf aprés la sortie de Four au troisième cocardier. Pour une finale l'effectif est bien maigre surtout dans le vaste plan nîmois. Il restait donc des places pour participer à cette fête... Ces messieurs les rasibles, si critiques lorsqu'ils ne peuvent pas rentrer en piste quand le quota est atteint n'ont pas daigné revêtir la tenue blanche ? Quoi qu'il en soit ce manque d'opposition général et l'absence d'un véritable patron de la piste a fortement nui au spectacle. Des bons moments on en eût grâce au travail irréprochable de Christophe Clarion l'homme du jour et aux rasets stylés d'Hadrien Poujol. Quand aux autres Auzolle, Outarka, Moutet, Gleize, Marquier, Ouffe, Adil Benafitou c'est avec prudence qu'ils ont géré et ménagé leurs efforts.
Dans ce contexte les taureaux ont pu facilement survoler les débats. RODIN s'octroie le prix du meilleur cocardier de la  finale, GERICAULT trés bon premier avait sa chance aussi. PASTEUR peu raseté donne l'impression de dominer et GUEPARD malgré une pression insuffisante fournit une course digne de son titre.

GERICAULT de Chauvet, un excellent premier qui se plaît quand la bataille fait rage. Il répond alors par de belles poursuites qu'il termine par de nombreux coups de barrières. Sachant intelligemment changer de poste de combat il ne se laisse pas berner et rentre ses ficelles aprés avoir ecouté six fois la musique.
EMBRUN de Nicollin, surtout gaucher il s'illustre sur les belles provocations de Clarion et Poujol. Il manque de pression et ne peut s'exprimer que dans les deux dernières minutes lorsqu'il défend avec véhémence sa première ficelle qu'il rentre au toril. Cinq Carmen.
PASTEUR de Fabre-Mailhan, entre sévère réserve et maîtrise cocardière mon coeur balance... Le fait est que, cul collé aux planches il inspire la crainte. Seuls les cites trés engagés sont honorés avec danger au bout (Four jambe coinçée  la planche). Un gland aux Bernacles, musique quatre fois et bronca pour les hommes.
rodinClarion.jpgGUEPARD de Cuillé, ce n'est pas parce qu'on est sacré Biou d'Or 2010 qu'il faut changer ses habitudes. Alors Guépard promène dans tout l'ovale nîmois, mais surveille tout ce qui se passe autour de lui. Les attaques avortent grâce à son oeil de Lynx (non de Guépard !) et les poursuites acceptées sont conclues de façon magistrale et criminelle trés haut sur les barrières. Les adversaires à sa mesure manquent et le cocardier peut rentrer fièrement sa seconde ficelle (2200 €). Musique et ovation au retour.
YVAN du Pantaï, l'ombre de lui même, pas d'anticipations fulgurantes, un minimum de réactions positives, c'est languissant. Un jour sans...
RODIN des Baumelles,► c'est une promenade de santé pour le biou des Saintes. Cocardièrement positionné il va attendre les sollicitations qui ne viendront qu'à la dernière minute pour défendre sa première ficelle que lui ravit A. Benafitou sous une virulente bronca. Le prix du jour pour son sérieux, des Carmen et des applaudisements nourris.
MATHIS de Lautier, le Biou d'Or 2006 à encore quelques beaux restes, il sait et peut se propulser très fort contre les planches. il offre quelques beaux engagements, mais aujourd'hui rien n'était
vraiment fait pour briller, alors le minimum c'était déjà pas si mal.

Texte et Photos Luc PERO

 

GeriPoujol.jpg
Deux satisfactions de la journée, GERICAULT et H. Poujol

 

NIMES *FINALE DU TROPHEE DES AS*

Dimanche 17 octobre 2010

LE PALMARES 2010

1er Loic Auzolle
2. Benjamin Villard
3. Bastien Four
4. Adil Benafitou
5. Mathieu Marquier
Biou d'Or : Guépard de Cuillé
Meilleur taureau de la finale : Rodin des Baumelles

Les réactions à l'issue de la course :

Loïc AUZOLLE (1er): «On a vu une belle finale avec malheureusement un manque de travail un peu aux ficelles, néanmoins je pense que les gens sont partis contents. On a vu trois très bons taureaux qui confirment à savoir Pasteur, Rodin et Guépard. Cela laisse présager une belle prochaine saison en perspective».
Gilbert MATA tourneur de Benjamin VILLARD (2e): «Cette saison Benjamin joue de malchance à tous les niveaux. Sa blessure d’hier n’est pas très grave et il a le moral. Il a un décollement au niveau des ischios jambier et maintenant il faut attendre la saison 2011. Benjamin est capable de rivaliser avec Loïc qui a été favorisé par les évènements néanmoins je le félicite pour sa victoire».
Bastien FOUR (3e): «L’année dernière je finis quatrième, cette saison je gagne une place et donc sur l’ensemble de ma saison je suis content. Tout raseteur rêve de participer à la finale et j’avais cette chance, malheureusement je me blesse au 3ème et c’est rageant».
Pierre CUILLE (Manadier du Bioù d’Or) : «Guépard a fait une course intéressante. Son quart d’heure a été bon même s’il a manqué un peu de travail sur la fin. Je suis donc satisfait. La course a manqué un peu de rythme surtout à droite avec de nombreux blessés mais Hadrien Poujol a été très bon». 
Joël LINSOLAS (Manadier du meilleur taureau de la Finale): «C’est une grosse satisfaction car Rodin est toujours présent. Il a fait calculer les hommes et je crois qu’il n’y a rien à dire. Cela fait deux fois qu’il gagne à Nîmes et je trouve qu’il confirme son titre de grand taureau avec un grand G».
Hadrien POUJOL (Invité d’honneur) : «Cela me tenait à cœur de participer pour remercier le trophée taurin de m’avoir invité car je n’ai commencé ma saison qu’au mois d’Août. Je pense avoir fait une bonne finale dans l’ensemble même si en seconde partie j’ai eu plus de mal à cause de mon genou. On n’a pas vu une grande finale mais il faut dire qu’il manquait Benjamin, David, Nicolas et Victor. Allouani n’est plus là et moi je ne suis pas en grande forme. Certains taureaux ont dominé mais je pense qu’on a vu du bon spectacle par moments».  
Caroline SERRE (Reine d’Arles) : «C’est la dernière finale du trophée des As en tant que reine d’Arles.  Avec mes demoiselles d’honneur si on rigolait beaucoup avant la capélado il y a eu beaucoup d’émotion en rentrant en piste. Cela représente trois belles années de notre vie. Le froid a un peu terni la fête mais félicitation à Loïc Auzolle pour son second titre».
Jean Paul FOURNIER (Maire de Nîmes): «C’est toujours un moment fort pour la ville de Nîmes de recevoir tous les deux ans la finale du trophée des As. Aujourd’hui le temps ne nous a pas permis de remplir les arènes qui sont d’habitude pleines. On a vu de bons taureaux avec des raseteurs un peu plus en dessous mais force est de reconnaître que le spectacle était beau même si me froid nous a laissé sur notre faim».



Propos recueillis par Eric AUPHAN

15/10/2010

RETRO : LES FINALES REPORTEES

logo TT2.jpg

ringuette.jpgLa météo s'est le plus souvent montrée clémente avec les finales du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence. Cependant, comme dimanche dernier à Nîmes, la pluie a quelquefois obligé à composer.
Par exemple en 1979 - l'année du 2e Biou d'Or de Ventadour (1977 et 1979) de la manade Lafont et du titre pour Jackhy Siméon - où ce n'est que le 1er novembre que les acteurs se sont retrouvés en Arles.Même topo en 1983, Arles avait dû s'y reprendre à deux fois pour installer Segren de Guillierme, Biou d'Or, et saluer la victoire de Christian Chomel (1er en 1982, 1983, 1984 et 1989).
Autre report, lors des inondations de 1988 où Nîmes avait payé un lourd tribut aux débordements du ciel. La solidarité avait alors joué à plein et Arles avait reçu cette 37e finale couronnant, le 30 octobre,  Barraïé de Lafont pour son premier des trois titres (88, 89, 92) et Thierry Ferrand (victoires en 81, de 85 à 88 et 92).
Quelques soucis au Trophée de l'Avenir et notamment à la finale 1987. Trois fois reportée à cause de la pluie, ce n'est que le 31 octobre que Thierry Dengerma et Arlaten de Fabre-Mailhan pouvait savourer leur récompense, respectivement meilleur raseteur et meilleur taureau de l'Avenir, pendant que Filou de Laurent obtenait le titre suprême.
Des reports donc mais pas d'annulation sauf pour la finale du Trophée des Raseteurs 2003 où, après de multiples essais, les prix étaient finalement remis lors d'une réception au siège de la FFCC à Nîmes. Cette année-là guillaume Deville finissait en tête.Rien de tel à craindre pour Nîmes, dimanche, les prévisions sont au beau temps. Finalement les deiux sont plutôt afeciouna.

Martine ALIAGA

08/10/2010

LES COCARDIERS DE LA FINALE DU TROPHEE DES AS

A NIMES DIMANCHE

LE BIOU D'OR ET SES DAUPHINS

GUEPARD BIOU DOR2.jpgAu Panthéon de la bouvine trônent les Biòu d’Or. Depuis la Royale de Bilhau en 1954, 44 cocardiers ont reçu la distinction. Fleuron de son élevage, le Biòu d’Or fait la fierté de son manadier et enflamme les afeciouna.
Dimanche à Nîmes, l’élu de l’année Guépard étrennera son titre tout neuf. Le vert et blanc de sa devise auréolés d’or. Quel beau taureau ! 9 Ans et tous les atouts dans son jeu. Un cocardier finisseur doté du fort caractère des produits de l’élevage Cuillé. Bon sang ne saurait mentir. La lignée baroncellienne dans toute sa splendeur.
Autre taureau majeur dans l’amphithéâtre nîmois, Pasteur de la manade Fabre-Mailhan. L’élu 2009 ! Un autre registre, plus rigoureux, plus sélectif, un maître du placement et des anticipations dangereuses pour les hommes.
Troisième Biòu d’Or de l’après-midi, Mathis, distingué en 2006. Méchant et pur barricadier à ses débuts, le taureau de la manade Lautier, à 12 ans, a pris de l’expérience mais n’a pas perdu sa rage. Simplement, plus réfléchi, il fait le tri dans ses ripostes.
Avec ces trois royaux personnages, quatre dauphins. Rodin des Baumelles, dans la course au titre suprême depuis deux ans -  c’est dire ses qualités - est un magnifique partenaire pour les raseteurs. Ne refusant jamais le combat et se livrant de tout son cœur.
Yvan du Pantaï mène une carrière au plus haut niveau  depuis 2006, il participe pour la troisième fois à la finale.  Géricault de Chauvet, à la même place que l’an dernier,  valorise ce poste redouté de premier. En 2009, après un combat de grande classe, il remportait le prix du meilleur taureau de la finale. Reste Embrun de Nicollin qui, par la noblesse de ses origines, est toujours à même de donner du fil à retordre.
Sept cocardiers et beaucoup d’espoir.


SEPT COCARDIERS DE VALEUR

GERICAULT manade Chauvet (N.013).- A 10 ans, il est en pleine maturité Avec un tempérament belliqueux doublé d’une gestion stricte de son espace, il agresse les hommes et fait le ménage. En 2009, vainqueur de la Palme d’Or et meilleur taureau de la finale des As, il a cette saison dominé ses sujets.
Sorties : 21/03 Méjanes 1er, 13/06 Le Grau-du-Roi 2e, 4/07 Châteaurenard 2e, 26/07 Beaucaire 3e, 29/08 Fontvieille 4e.
EMBRUN manade Nicollin (N.061, 10 ans).- Un taureau a priori brave et généreux qui, quand il prend la mouche, peut dangereusement enfermer et conclure. Plus enclin à gauche, il tricote souvent des cornes en défense. Brillant, il soutient avec cœur de nombreuses séries.
Sorties : 18/04 Beaucaire Muguet d’Or 4e, 27/05 Marsillargues 4e, 20/06 Sommières 4e, 18/07 Beaucaire 2e journée de la Palme d’Or 4e, 22/08 Vauver
t 3e.
PASTEUR manade Fabre-Mailhan.- N.128, 9 ans). Cocardier dans l’âme, le Biòu d’Or 2009 a conforté cette saison une réputation de sévérité. Sélectionnant rigoureusement ses partenaires blancs, il surveille tout et sanctionne avec autorité ceux qui entrent dans son terrain. Respecté et craint, c’est un dominateur dans l’âme.
Sorties : 5/04 Lunel 4e, 25/04 Châteaurenard 4e, 16/05 Nîmes 4e, 20/06 Lansargues 4e, 22/07 Beaucaire 4e, 14/08 Les Saintes-Maries 4e, 12/09 Châteaurenard, 5e.
GUEPARD manade Cuillé (N.134, 9 ans). – Biòu d’Or en titre. Il aime la castagne et se montre un redoutable adversaire. Rapide, vigilant, il se laisse parfois manœuvrer en tout début de course, mais une fois chaud, c’est lui le patron, dangereux et intraitable !
Ssorties : 28/03 Lunel, 4e, 2/05 Palavas 4e, 6/06 Le Grau-du-Roi, 4e, 15/07 Lunel 4e, 15/08 Le Grau 6e, 5/09 Nîmes 6e.
YVAN manade Lou Pantaï N.020, 10 ans.- Avec lui c’est anticipation, course effrénée, percussion. Combien de pieds, jambes n’a-t-il pas coincés aux planches ? Quand il se cale, il complique le jeu à loisir par sa vitesse d’exécution. Baisse de régime et blessure en fin de saison, mais, dans sa déjà longue carrière, Yvan est une valeur sûre.
Sorties : 28/03 Arles 5e, 16/05 Nîmes 5e, 18/06 Châteaurenard 5e, 18/07 Beaucaire Palme d’Or 6e, 15/08 Le Grau-du-Roi, 4e, 5/09 Nîmes 5e.
RODIN manade Les Baumelles (N.911, 11 ans).- C’est un magnifique cocardier, avec du panache et une folle anticipation. Un taureau noble et généreux qui se livre sur les rasets loyaux et avec qui les raseteurs peuvent totalement exprimer leur art.
Sorties : 25/04 Vauvert 5e, 16/05 Nîmes 6e, 18/06 Châteaurenard 6e, 11/07 Beaucaire Palme d’Or 5e, 15/08 Le Grau-du-Roi 5e, 12/09 Châteaurenard, 6e.
MATHIS manade Lautier (N.812, 12 ans). Certes, le Biòu d’Or 2006 s’est un peu calmé et se jette moins aux planches pour un oui ou un non. Ma
MATHIS.jpgis sa méchanceté est intacte. Quand il prend un blanc en point de mire, sa détermination et sa vitesse sont redoutables, l’arrivée aux planches périlleuse. Davantage maître de son terrain, lever ses ficelles est souvent une opération délicate.
Sorties : 11/04 Le Grau-du-Roi 4e, 13/05 Vauvert 6e, 6/06 Sommières 5e, 11/07 Beaucaire Palme d’Or 6e, 14/08, Les Saintes-Maries 6e, 5/09 Nîmes
7e

Martine ALIAGA

02/10/2010

VENDARGUES - FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS

Samedi 2 octobre 2010

GUYON AVEC PANACHE
AIGLON AVEC SERIEUX

1.jpg
Rémi GUYON, un grand vainqueur
2.jpgGuyon et Aiglon de l'Occitane sont les deux lauréats, de cette finale du Trophée des Raseteurs version Vendarguoise. Aprés une capelado bien orchestrée {signée Patrice Blanc}, Marc Moucadel invite les raseteurs à défiler. Au sein de l'équipe blanche outre Guyon omniprésent, Olivier Ruiz est à féliciter pour sa remarquable participation. Grammatico, Fadli, Ricci, Noguera, Toureau, Bonhomme, Estevan et Jockin ont eu leurs passages. Cinq tourneurs officiaient. Côté cocardiers Aiglon sérieux cocardier, Méphisto vaillant et Languedocien superbe de brillance émergent.

GIKAL de Bon, joue son rôle de premier avec quelques actions sur Jockin, Noguera, Guyon. Le grand bannu se réserve en fin de parcours et enferme deux ficelles. Un Carmen en course.
LYNX d'Aubanel-Baroncelli, cocardier trés sérieux pendant huit minutes, il durcit fortement sa défense ensuite et garde ses ficelles. Un Carmen en course.
MARCELLIN de Rouquette, du peps, de l'énergie dans de nombreux enchaînements. Un coup de tête pour défendre ses ficelles qu'il rentre en musique déjà deux fois entendue.
AIGLON de l'Occitane (Photo), il en impose le magnifique biou ! Difficile de prendre en défaut ce maître cocardier qui distribue des finitions hautement dangereuses. Ruiz trois fois, Guyon trois fois et Estevan (saut) sont gratifiés de belles actions. Ficelles au toril et six fois les honneurs.
MEPHISTO de Saumade, il débute gentiment, puis trés, trés bien ficelé, il est obligé de se battre face à des hommes entreprenants. Des séries rythmées pour douze minutes de soumission. Quatre Carmen.
GAMBAY de Margé,  il offre beaucoup de bravoure mais sans conviction dans ses poursuites. Il subit pour 12 mn. Un Carmen en course.
LANGUEDOCIEN de Briaux, le petit barricadier va offrir un festival d'actions aux planches. Une prestation crescendo pour un final enjoué. Des Carmen bien mérités.

Texte Luc PERO
Photos Luc PERO et Eric AUPHAN

PALMARES

1 - Rémi GUYON
2 - Fabien GRAMMATICO
3 - Fréderic JOCKIN
4 - Arnaud BONHOMME
5 - Jean-louis RICCI

Meilleur cocardier de la Finale

AIGLON de l'Occitane

3.jpg
▲ ▼Les deux brillants vainqueurs
aiglon guyon2.jpg

Vendargues 02 10 015.jpg

Aiglon percutant à la poursuite d'Olivier Ruiz

Vendargues 02 10 035.jpg

Aiglon poursuit Estevan en contre piste


LES REACTIONS


David GUYON (1er) : «Je suis très heureux de cette récompense qui vient étoffer une vingtaine de trophées cette saison. Gagner malgré ma blessure (c’était en même temps que Fabien Grammatico) c’est super. La finale a été agréable avec un bon premier mais les deux derniers étaient un peu tendres. J’ai raseté dans l’esprit et je continue au groupe 2 l’an prochain. Il y a dans ce groupe de bons raseteurs qui méritent l’estime du public».

Fabien GRAMMATICO (2e) : «Je suis satisfait de ma 2nde place même si j’ai eu du mal à démarrer ma saison du fait d’une opération à la cheville. Je garde de bons souvenirs et notamment ma seconde place à la cocarde d’or. La 1ère partie de la finale a été raide et la 2nde trop brave».

Frédéric JOCKIN (3e) : «Je suis content de ma 3ème place malgré un mois et demi d’arrêt. Je prends du plaisir à raseter et donc je continue la saison prochaine. La 1ère partie a été difficile et la 2nde plaisante. Aiglon mérite son prix et a le niveau des As».

Etienne VILLIET (Manade de L’Occitane) : «C’est évidemment une grande joie. Aiglon confirme les espoirs mis en lui et obtient le couronnement de la saison effectuée aux As. Il a beaucoup appris dans les grandes piste que sont Lunel et le Grau du Roi. Je pense qu’il a de l’avenir et que l’espace jouera en sa faveur. Aujourd’hui la piste était un peu petite et ronde mais il s’en est très bien accommodé».

Serge HERMET (Président Club Taurin La Muleta) : «Je suis très content, la capélado de Patrice Blanc et l’organisation ont été impeccables avec une qualité de son exceptionnelle car refait à neuf pour l’occasion. Le temps nous a permis d’aller et bout. Les taureaux ont manqué de jus mais ont été coriaces en première partie. Aiglon mérite son prix pour ses qualités cocardières et barricadières et Rémy Guyon un brillant vainqueur qui rasète tous les taureaux dans l’esprit.

Guy LAURET (1er Adjoint de la mairie de Vendargues) : «Je suis très heureux du choix de Vendargues pour cette finale. Mr le Maire Pierre Dudieuzere a tout mis en œuvre pour la réussite de cet évènement. Cela récompense aussi le travail des deux clubs taurins dans une ville où il ya une grosse tradition camarguaise et où nous avons la chance d’avoir des personnalités de la bouvine telles que Guy Chaptal, Henri Itier ou Sabri Allouani. On a vécu une belle après-midi avec une organisation de qualité».

 

Propos recueillis par Eric AUPHAN

28/09/2010

SAINT-REMY-DE-PROVENCE

Dimanche 26 septembre 2010 : 26e Souvenir Pierre-Gon

RENOIR ET SABATIER LE DUO VICTORIEUX

 

1.jpg

 

Entrée : ¾ Organisateur : Comité des fêtes Présidence : P Gibert Droitiers : Estevan, Gleize, Marquier, Sabatier, Savajano, Villard. Gauchers : N Bénafitou, Errik, Four, Lafare. Tourneurs : Bensalah, Dunan, C et F Garrido, Mata.

La pena de Saint-Etienne du Grès et les Arlésiennes assurent le décorum du 26e Souvenir Pierre-Gon. Une course ouverte de belle façon par les emboulés de la manade Cuillé et l’école taurine de Salin-de-Giraud mais la suite n’apporte pas de grandes émotions. Un travail linéaire St Rémy 26 09 212.jpget des absences aux ficelles vraiment insuffisant pour les deux derniers. Sabatier travailleur s’adjuge le prix du meilleur animateur mais Four très actif ne devait pas être loin. Benjamin Villard pour une reprise est efficace et n’a rien perdu de son talent. Reste à trouver le rythme mais pour une reprise c’est vraiment bien. Marquier assure quelques passages mais les autres ne sont pas assez réguliers voire transparents. Côté biou, Renoir assagi et cocardier est désigné meilleur taureau. Côté tourneurs, pagaille défavorable au spectacle. Je te lève, tu me lèves le taureau mais un peu d’ordre serait le bienvenu.

Pas de charge héroïque pour LANCIER (Lautier) peu enclin aux efforts. Il pointe parfois les cornes mais lâche avant le terme. S’il rentre un gland c’est en silence. Une fois en piste c’était déjà beaucoup.
Unicorne SANTOS (Chauvet) n’inspire pas les gauchers. A droite c’est bien mieux avec des enfermées notamment sur Sabatier. Ficelles au toril avec 4 Carmen et retour.
Vainqueur l’année dernière, FANFAN (Caillan) frappe rapidement sur Sabatier. Bien placé il répond avec vivacité et enferme dangereusement Marquier. Aux ficelles c’est calme mais quand la première est ouverte il démontre toute sa hargne après un bon Sabatier qui se l’adjuge. 4 Carmen dont retour porteur de la seconde.
Vaillant MAZARIN (Joncas) se donne avec brio dans des séries mais percute aussi Lafare, Gleize, Villard et Sabatier. Il perd sa première ficelle sur le fil avec 9 Carmen et retour.
Coureur, DAUDET (Fabre-Mailhan) effectue une course sérieuse. Des anticipations, un saut après Four et une défense renforcée de ses ficelles. La première pour Errik et la seconde retourne aux Bernacles. 2 Carmen et rentrée.
Moins spectaculaire et plus cocardier, RENOIR (Cuillé) débute pourtant droit comme un I à la barrière après Sabatier. Volontaire il n’est plus aussi explosif mais se défend en anticipant Sabatier. Four tente aussi beaucoup mais Renoir manque de pression aux ficelles si bien que des sifflets descendent des gradins pour les hommes.  4 Carmen et retour.
Gaspillé, QUASARD (Plo, hors point) n’aura que Four pour véritable adversaire. Quel dommage car il présente des dispositions à contrario des blancs. Four (coupe cocarde, cocarde et glands) s’implique avec beaucoup de panache. Aux ficelles c’est le calme plat mais bravo Bastien. 3 Carmen et retour.

St Rémy 26 09 124.jpg

Fanfan (Caillan) dangereux à la poursuuite du local David Sabatier

St Rémy 26 09 207.jpg

Quasard (Plo) et le talentueux Bastien Four

Texte et photos Eric AUPHAN

Trophée des As : Villard (16), Four (9) Sabatier (8) Marquier (5) et Sabatier (5).
Trophée de Raseteurs : Savajano (8)

27/09/2010

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 26 septembre 2010

A ADIL BENAFITOU ET GARLAN, LE "DUBOUT"

UNE.jpg
Les Lauréats

Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Jockin, Outarka, Rey, Violet. Gauchers : A. Benafitou, Martin-Cocher, Ouffe. Tourneurs : Baccou, Benzegh, Kerfouche, Ranc.
Fait marquant : Rey et Violet mis hors course par Gallicianais.


adil9x12.jpgDe cette finale du Trophée Albert-Dubout, que retenir : 14 ficelles au toril, c’est dire que les cocardiers n’ont pas été soumis à rude épreuve. Dans ce contexte, Garlan impose sa technique cocardière et mérite la récompense. Chez les blancs, le vainqueur Adil Benafitou et ses dauphins Outarka et Violet sont à citer.
Farfadet (Fabre-Mailhan). - Il bouge beaucoup peut-être par manque de pression car lorsqu’on le sollicite il se donne volontiers et termine ses poursuites contre les barrières sur Violet (5), Jockin (2), Rey (2). Il rentre ses ficelles en musique déjà cinq fois entendue.
Paludié (Margé).- Il souffle le chaud et le froid avec des absence mais aussi des bons passages avec finitions. A sa décharge, un manque évident de travail est à souligner. 15 minutes.
Loubard (Cuillé).- Craint au départ, il se livre bien aux pompons puis, bien calé aux planches, il la joue sérieux. Moins de rasets mais des belles trajectoires d’Adil Benafitou. Loubard maîtrise cocardièrement sa fin de course et enferme facilement ses ficelles. 7 Carmen.
adil9x12.jpg 2.jpgGarlan (Les Baumelles).- De suite dans le bain, il occupe le terrain à son avantage, et la première attaque de Benafitou n’intervient qu’à la 4e minute. Puis c’est une enfermée émotionnante sur Adil Benafitou (pantalon déchiré) qui frise la correction, Violet qui doit rompre et le biòu maîtrise entièrement le sujet. D’autres belles actions et il rentre sans être inquiété son 2e gland. 6 Carmen.
Gallicianais (Briaux).- Le magnifique tau n’a pas eu à forcer son talent. Sur deux actions aux planches, il élimine Rey puis Violet. Ensuite, devant le peu d’adversaires restant (5), il contrôle les événements et rentre aisément ses ficelles. 3 Carmen.
Brutus (Lautier).- Promenade de santé pour le biòu qui méritait un autre traitement. Peu et mal sollicité, il n’a guère eu l’occasion de s’exprimer. Dommage... 3 Carmen et ses ficelles au retour.
Lou Verri (Saint-Pierre, hp).- Le partenaire idéal pour clôturer une course. Barricadier volontaire, il fournit la prestation qu’il fallait avec plusieurs beaux engagements. 6 Carmen.

 

Luc PERO


Trophée des As : Outarka, 10 ; Violet, 10 ; A. Benafitou, 9 ; Ouffe, 3 ; Rey, 2.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 12 points.
Trophée Albert-Dubout : 1er Adil Benafitou, 26 points ; 2. Outarka, 24 ; 3. Violet, 15.
Meilleur taureau de la saison : Guépard de Cuillé (course du 2 mai). Meilleur taureau de la finale : Garlan des Baumelles.

 

 

GARLAN.jpg
GARLAN - Outarka
GALL.jpg
GALLICIANAIS - Rey
GALL.jpg 2.jpg
GALLICIANAIS - Violet

 

 

 

19/09/2010

GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 19 septembre 2010 : 40e finale du Trophée de la Mer

ALESIEN ET ADIL BENAFITOU SUR LA VAGUE

TASSOU.jpg
A. Benafitou et TASSOU

Entrée : archi comble. Organisateur : Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Gros, Jourdan, Outarka, Violet. Gauchers : A. et N. Benafitou, Ouffe, Poujol, Rassir. Tourneurs : Bensalah, Benzegh,  Kerfouche, Ranc, Ull. Fait marquant : Romain Gros se retire au second victime d’une pointe au mollet droit d’Alésien.


A.BENAF.jpgSi les peñas, bandas, groupes folkloriques apportent l’estrambord nécessaire aux grands rendez-vous, encore faut-il que la partie purement tauromachique suive. Eh bien hommes et taureaux se sont mis sur le même tempo pour offrir un concert digne des grands orchestres symphoniques. Adil Benafitou, vainqueur de ce 40e Trophée de la Mer, les raseteurs et les cocardiers ont joué à fond leur partition. Alésien de Briaux s’offre quand à lui un solo monumental.
Petit Lou (Chaballier).- S’il cède assez rapidement et facilement ses pompons, au fil des minutes, il devient plus agressif au point de sauter sur une belle invite de Poujol. Hélas il réintègre le toril sur blessure à la 9e minute. 3 Carmen.
Alésien (Briaux).- Etonnant, déroutant, ce taureau peut passer très facilement du type cocardier sérieux à celui du dangereux et explosif barricadier. Des enfermées criminelles (Rassir) et des arrivées barricadièrement époustouflantes notamment sur Poujol (un récital), Adil Benafitou (3 fois), Rassir (3 fois), Auzolle. La grande ovation et ses ficelles au retour. 8 Carmen.
Eros (Ricard).- Il promène les hommes sur toute la circonférence de la piste, et prend avec envie toutes les sollicitations. Son énorme bravoure dans les séries lui valent 5 Carmen en 15 minutes.
Athor (Daumas).- Cocardier respecté, il n’est pas soumis à forte pression et promène son monde. Pourtant, c’est lorsqu’on le bouscule qu’il révèle son tempérament batailleur. Il se donne bien sur quelques entreprises et rentre ses ficelles avec 4 Carmen.
Sparagus (Janin).- Par sa vélocité, sa vista et ses terribles anticipations, il annonce d’entrée les règles. Bon nombre d’attaques avortent, puis entrepris dans des séries, il défend ses ficelles avec beaucoup d’énergie. 14 minutes, 5 fois récompensées.
Tassou (Cuillé).- Magnifique de présentation, il est aussi  magnifique aux barrières. Des actions énormes sur A. Benafitou (4), Poujol (2), Rassir, Auzolle. Mais par manque de travail régulier, il s’évade dans le pourtour. Une ficelle au toril et 6 Carmen.
Nizam (Blatière-Bessac, hors points pour 10 minutes).- Le barricadier des Iscles a joué sa partition en se jetant une bonne dizaine de fois aux planches. Une ficelle au retour et 5 Carmen.

Texte et photos
Luc PERO


Trophée des As : A. Benafitou, 16 points ; Outarka, 13 ; Auzolle, 10 ; Ouffe et Jourdan, 5 ; Violet, 2 ; Poujol, 1.
RASSIR 12X12.jpgPalmarès du 40e Trophée de la Mer : 1er Adil Benafitou, 39 points ; 2. Auzolle, 29 ; 3. Outarka, 25.
Coup de cœur : Sofiane Rassir.►
Meilleur cocardier du Trophée : Valmont de Lautier (course du jeudi).
Meilleur cocardier de la finale : Alésien de Briaux.

LA FÊTE DU GRAU-DU-ROI se termine sur des arènes archi-combles. Entre le 11 septembre et ce dimanche, 69 taureaux et vaches appartenant à 28 manades différentes ont foulé le sable de la piste devant 26 000 spectateurs. Pour la petite histoire, 75 planches des barrières ont été changées, l’occasion d’un coup de chapeau à la redoutable efficacité des "pisteurs" graulens. Place au Revivre le week-end prochain.

OS PEXHINOS.jpg
********************
ALESIEN EN CONCERT
---------------
ALESIEN.jpg
▲ Une entrée en scène provocatrice

ALESIEN 1.jpg
▲ Avec Hadrien Poujol
ALESIEN 2.jpg
▲ Toujours sur Hadrien
ALESIEN POINTE.jpg
▲Une fusée sur Gros qu'il accroche au saut des barrières
ALES 3.jpg
▲ Avec Sofiane Rassir
ALES 4.jpg
▲ Terrible enfermée sur Rassir
ALES 5.jpg
▲ Encore sur Sofiane
ALES 6.jpg
▲ Et toujours avec Rassir
ALES 7.jpg
▲ Tiens encore Hadrien !


MOURIES *AS*

Dimanche 19 septembre 2010 - Finale du Trophée des Olives Vertes

Mouries 19 09 219.jpg
Le manadier Caillan

ESTRELOUN L'ETOILE LUMINEUSE

Mouries 19 09 183.jpg

Entrée : Plein. Organisateur : CT Mouriésen. Présidence : P. Gibert. Droitiers : J. Dumas (sort au 4e ), Marquier, Moutet, Rey, Sabatier. Gauchers : Clarion, Four, Lafare, Mébarek (entre au 4e ) Tourneurs : C Garrido, Lebrun, Zerti.

1212121212.jpgEstrambord et folklore éblouissant sur la piste mouriésène inondée par le flot de costumes provençaux éclatants et la multitude de tambourinaires pour une gigantesque farandole. Gardounenque, reine du ruban, anciennes reines d’Arles et gardians de la manade Agu donnent du relief à cette 38 ème finale des olives vertes d’un bon cru. Chez les droitiers si Marquier (1er) et Sabatier (2 nd) se livrent un duel dans un bel esprit et si Moutet (3e) remporte le prix du meilleur animateur, ce sont les gauchers qui brillent avec Four et Clarion à la manœuvre et Lafare le petit jeunot plein d’audace et de culot. Côté cocardiers Estréloun est étincelant dans une seconde partie pleine de satisfaction. 

Pas de terre promise pour JOSUÉ (Joncas)  toujours en mouvement et raseté à outrance. Il fait preuve d’une énergie insoupçonnable pour répondre à toutes les sollicitations durant treize minutes trente. 4 Carmen et retour.
Calme, VEN LARG   (Guillerme) résiste quatre minutes aux rubans avec un coup de revers prononcé. Aux ficelles il gère bien l’espace et l’occupation des angles mais baisse d’intensité sur la fin pour conserver sa seconde ficelle en musique.
Agressif, JOLI COEUR (Fabre-Mailhan) n’est pas un tendre. Cul aux planches, il fait calculer et percute sur Four. Ensuite il se cale au toril et répond par à coups. Du bon et du moins bon avec une fin en dents de scie qui lui permet de garder une ficelle. 1 Carmen et rentrée contesté. Barricadier, GERICAULT (Chauvet)  se frotte facilement le poitrail aux planches notamment après les gauchers. Mouries 19 09 179.jpgCocardier, il surveille les départs et s’il perd rapidement une ficelle, il contrôle bien les assauts des blancs jusqu’à réfréner leur ardeurs à la seconde ficelle qu’il conserve. 4 Carmen et retour.
Vif et rapide, LEVENTI (Plo)  n’offre guère plus que dix minutes mais quelle vélocité sur les reprises et surtout quelle puissance d’impact à l’arrivée quand ses cornes font voler un nombre impressionnant de planches. Son final est explosif et Carmen joue en continu. Facile mais brillant avec 8 Carmen et retour.  
Calme, COLVERT (Cuillé) n’a pas de vélocité de Léventi mais du punch aux barrières. Il se jette sur les tourneurs mais aussi derrière les hommes avec de beaux rasets de Lafare. Il lui faut la pression pour briller et c’est à la dernière minute qu’il s’incline après une course spectaculaire. 8 Carmen et rentrée.
◄Pétillant et plein de jus, ESTRELOUN (Caillan) scintille de mille feux aux bois. On sent qu’il est décidé et si une série à raison des rubans, aux ficelles c’est lui qui chasse et cogne avec une puissance inouïe. Parfois en bascule sur Moutet, sur Sabatier il percute tellement fort qu’il se retrouve à la verticale. Une douzaine d’actions pour treize minutes d’un final idéal avec 8 Carmen dont retour.  

Texte et Photos Eric AUPHAN

Trophée des As : Marquier (15), Gleize (11), Four (10), Clarion (9), Sabatier (8), Moutet (6).

marsab.jpgPalmarès 38e Finale des Olives vertes  : 1 er Marquier 63 pts, 2e Sabatier 59 pts, 3e Moutet 34 pts, 4e Rey 25 pts.
Meilleur animateur : Moutet,
Meilleur taureau :   Estreloun de la manade Caillan.

Mouries 19 09 023.jpg
Mouries 19 09 016.jpg
Mouries 19 09 003.jpg
*******************
ESTRELOUN de Caillan
Mouries 19 09 202.jpg
Mouries 19 09 206.jpg
Mouries 19 09 210.jpg

16/09/2010

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Jeudi 16 septembre 2010

TOUS DEBOUT POUR LES ADIEUX DE SABRI

BRUNO.jpg
La Der.jpg

Tous debout pour l'ultime action... !


A.jpgSon nom était écrit sur le sable et s’est effacé petit à petit sous les sabots des cocardiers. Tout un symbole. Mais dans le cœur des aficionados présents, il reste à jamais gravé. Sabri Allouani a fait sa dernière course au Grau et, au final, toute l’arène s’est levée pour longuement l’applaudir avec respect et affection. Il n’y avait pas que des gouttes de pluie sur les joues des spectateurs.
Pour cet événement, Daniel Siméon avait mitonné une capelado délicate et "émotionnante" où un Crin Blanc en liberté se laisse apprivoiser par un petit prince aux pieds nus dans un caroussel de gardians menés par Renaud Vinuesa. Puis Sabri s'est avancé pour recevoir les premiers applaudissements de l'après-midi, les fleurs des Arlésiennes et la médaille de la ville remise par Etienne Mourrut. Sobre et bien mené. Place à la course
(lire ci-dessous). Arrive le 7e taureau (hors points), Languedocien de Briaux qui joue le brave barricadier de service avec l'ensemble des raseteurs. Puis, soutenu par tous les blancs (tourneurs compris et même Richard Bruno qui se glisse dans la bande) Sabri, pour les dernières minutes, s'astreint à lui servir des caviars pour l'embarquer avec lui et s'exploser aux planches. Signé Sabri pour le plaisir du public. Dernier tour de piste, derniers mots, dernière ovation. Tous debout pour saluer longuement l'artiste... Emotion.

Cette 2e journée du Trophée de la Mer a été agréable à suivre, tous les blancs ont largement participé, certains y ont laissé des plumes, Four, Violet, Rassir. Et les cocardiers ont tiré leur épingle du jeu. Adil Benafitou reste en tête avant la finale dimanche, Rassir conquiert le public.
Titouan (Cuillé).- Avec une gestion de l’espace exemplaire, il tamponne allégrement à chaque raset. A partir de la 8e, oblige les blancs à s’investir davantage et sème le trouble par des fusées autoritaires. Défend sa 1re ficelle jusqu’à la 13e et rentre l’autre. 4 Carmen et retour.
PATTON.jpgMarcellin (Rouquette).- Avec grand cœur, il honore de longues séries jusqu’aux planches. Bien servi par Allouani, Marcellin s’engage à fond. S’il se laisse un peu enfermer aux pompons, il défend par de beaux enchaînements sa 2e ficelle jusqu’à la 14e. 6 Carmen et retour.
Embrun (Nicollin).- Avec beaucoup d’allant, il se livre en restant dominateur. Pousse fort sur les belles invitations et met en difficulté Rassir, Ouffe, Four à qui il coince la jambe. Un cocardier classique qui se fait respecter et rentre sa 2e ficelle très bien défendue. 6 Carmen.
Gavot (Le Pantaï).- Il demande de la technique et beaucoup d’engagement. Mais occulte trop d’invitations même si quand il vient c’est dangereusement abouti (Gros, Jourdan). 8 minutes les pompons. Auzolle s’implique sur deux longueurs applaudies. Les ficelles restent.
◄Patton (Le Joncas).- Il ne dit jamais non. Plus ça va vite, plus il appuie ses finitions. Mais Le Joncas aime la bourre et là c’est trop gentillet pour qu’il s’enflamme totalement. Montre ses qualités offensives sur Rassir (2 fois), Outarka. Rentre ses ficelles, 4 Carmen et retour.
Valmont (Lautier).- Il a envie d’en découdre. Ses accélérations et son agressivité aux planches font merveille. Des conclusions musclées (une dizaine) sur lesquelles il coince le pied de Rassir, et accroche Violet. Un Valmont dominateur qui rentre ses ficelles. 9 Carmen.
Languedocien (Briaux, hp).- Brave partenaire qui s’envoie aux planches avec allegria. Avec lui, Sabri Allouani dessine ses dernières arabesques au Grau. La musique en boucle.


Martine ALIAGA
Photos Luc PERO


Trophée des As : Auzolle, 9 points ; A. Benafitou, 5,5 ; Ouffe, 3,5 ; N. Benafitou, Outarka, Four, 1.

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Gros, Jourdan, Outarka, Violet (blessé au 6e). Gauchers : A. et N. Benafitou, Four (sort au 4e sur blessure), Ouffe, Rassir. Tourneurs : Bensalah, Kerfouche, Ranc, Ull.

 

VALMONT.jpg
▲ VALMONT intraitable mais aussi spectaculaire cocardier,
accroche et blesse Violet.
VALMONTAUZO.jpg
▲ VALMONT sur Loïc Auzolle, qui talonne A. Benafitou
au classement du Trophée de la Mer.
EMBRUN.jpg
▲ EMBRUN, excellent coince la jambe de Four,
qui devra se retirer.
New Génération.jpg
▲ Sabri et la "New Génération"
*****************************************