Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/05/2010

VAUVERT * AS

Jeudi 13 mai 2010

ATHOR ET JEANNOT AU-DESSUS

B.jpg

Athor et Auzolle

Entrée : 1/2 arène. Org. Service animation. Président : Michel Bourrier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Jourdan, Marquier, Moutet, Villard. Gauchers : Cartalade, Clarion, Khaled. Tourneurs : T. Dengerma, Beker, Molins, Zerti.

Avec seulement deux ficelles de levées sur 14, on ne peut pas dire que les cocardiers ont subi. En première partie, Athor de Daumas et Jeannot du Grand Salan survolent les débats. Après la pause, Mathis a apporté du brio alors que Garlan se révèle très compliqué. Chez les blancs, Clarion s’investit un peu plus que les autres et récolte les bravos.
Capitan (Blatière-Bessac).- Il s’est appliqué à répondre à tous les cites tout en préservant habilement sa 2e ficelle. Des belles séries et deux fois la musique plus retour.
A.jpgJeannot (Grand Salan).- D’entrée, il s’impose par son sévère placement, et pose des problèmes. Jourdan mal engagé doit se coucher au milieu de la piste (photo). 8 minutes pour les pompons et puis toujours avec son sérieux et parfois avec du brio, Jeannot gère son combat avec intelligence. Ses ficelles au toril et 5 Carmen.
Athor (Daumas).- 1re attaque et Villard doit rompre. Son placement et ses finitions où la corne menace forcent le respect et la prudence. Volontaire, il ne rechigne pas sur les enchaînements. Attentif à tout, le travail se raréfie aux ficelles et c’est dommage car toutes les enfermées sont magnifiques. Ses ficelles bien défendues (700 €) rentrent. 7 fois les honneurs.
Alésien (Briaux).- Calé devant le toril c’est avec un comportement très cocardier qu’il défend ses attributs. Pas étouffé pour les ficelles, le biòu ne peut se chauffer et finalement se désunit. 4 coups de barrière sur Auzolle, Khaled, Clarion (2) et 3 Carmen avec ses ficelles au toril.
Garlan (Les Baumelles).- Lui aussi se cale devant le toril et il est très difficile de lui toucher la tête sur le premier raset. Très compliqué, seul Clarion le comprend et lui fait réaliser quelques belles enfermées avec anticipations. 5 Carmen et un gland au toril.
Mathis (Lautier).- Le Biòu d’Or 2006 a une fois de plus effectué une course très cocardière. Mais, son tempérament spectaculaire s’est quand même exprimé à plusieurs reprises sur Auzolle, Villard, Jourdan, Clarion. Délaissé aux ficelles, il les rentre en ayant entendu 4 fois les honneurs.
Papagai (Lagarde).- Au départ distrait, il rentre dans la course à la 5e minute sur une bonne série. Volontaire, il se donne avec cœur et se montre spectaculaire dans ses arrivées (photo ci-dessous avec Clarion). Une ficelle au toril et des Carmen.

Texte et photos
Luc PERO

 

D.jpg

▲ Mathis et Villard

Papagai et Clarion

 

C.jpg

**********************

 


02/05/2010

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 2 mai 2010 – Royale de Cuillé - 1re journée du Trophée Albert-Dubout

ENFIN !

TASBENAF.jpg
Tassou à l'attaque sur Adil Benafitou


Enfin une course avec des émotions… Enfin des taureaux qui veulent se battre… Enfin des raseteurs qui s’investissent… Dans le désert insipide de ce début de saison où seulement quelques quarts d’heure par ci par là ont accroché l’intérêt, hier à Palavas, la Royale de Cuillé et les raseteurs ont régalé. Et le public s’est levé pour le Carmen final. Ça fait un bien…
Titouan annonce d’entrée la couleur en s’envoyant sur le premier raset où il casse la planche. La couleur de la course est donnée, ça va fracasser… Et même si après, Titouan, cul aux planches, sélectionne à outrance, il tire quand même quelques pétards sur A. Benafitou, Ouffe et Allouani (2 Carmen). Les ficelles au toril.
Ruy Blas avec une bonne occupation de la piste, sélectionne mais reste disponible. Sabri ouvre le bal par des rasets pleine piste "classieux", Ruy Blas, bon partenaire, percute après Sabatier (3), Allouani (4). 5 Carmen et retour avec une ficelle.
Mollières a de l’envie et du punch. Remuant, parfois brouillon mais résolument hargneux et la corne à l’affût. Haletante longueur de Sabri, énormes coups aux planches après Jourdan, réitère sur Violet, A. Benafitou… Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

GUEJOURD.jpgTrès attendu, ◄ Guépard "bacèle" à tout va. Guette les départs, chasse… percute Jourdan et bascule après lui, tape après Allouani, se dresse sur Violet dans une entame de folie. Violet se fait rattraper au saut par la corne vengeresse. Plus de peur que de mal… Mais d’un coup, les blancs sont anesthésiés. Aux ficelles, quand il se cale, personne n’ose le citer. En revanche, il se laisse parfois "encoquiner" sur ses déplacements. Deux tentatives de Jourdan (photo) et l’arrivée se passe en catastrophe, Outarka fait frémir, Adil le cite pour une belle longueur… Mais Guépard de s’en laisse pas conter et rentre la 2e ficelle en musique et ovationné.
Racanel prend une rafale aux pompons mais ne néglige pas la finition. Une vaillance folle pour enchaîner les séries. Un cocardier plus classique qui fait équipe avec Adil Benafitou, accroche la jambe de Mebarek, Violet l’embarque à sa poursuite, il conclut sur Nabil…. 13 minutes sans temps mort. 8 Carmen et retour.
La cerise sur le gâteau, c’est Tassou. Ah quel pied ! Un caractère de guerrier, une "méchantise" caractérisée, une violence rare. Ouffe "s’embronche" et heureusement passe sous l’estribo, les cornes de Tassou plantées dans les planches…. Enormes coups après A. Benafitou, Sabri, Outarka, Jourdan, Nabil… Un peu de contre-piste… Faut bien respirer. Puis s’envole littéralement après Allouani qu’il rate de peu. Fracasse la planche derrière Ouffe puis sur Jourdan, conclut sur Allouani. Le public vibre et s’émotionne… Un quart d’heure de haut niveau, des Carmen bien sûr et une ficelle rentre.
Renoir (hp) n’est plus que le pâle reflet de lui-même malgré de bons sursauts et de grosses finitions (Outarka, les deux Benafitou, Ouffe… et même Bensalah qui sent la corne passer par loin, 2 Carmen et retour). Mais sa course manque d’intensité. Bon on va pas crier… on a reçu tellement d’émotions avant.
Ah si on avait terminé sur Tassou !

Martine ALIAGA
Photos C. ITIER
Voir d'autre superbes photos sur le Midiblogs de  Benjibiou

Entrée : 3/4 d'arène. Organisateur : Fiesta y toro. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Outarka, Jourdan, Violet, Sabatier. Gauchers : Adil et Nabil Benafitou, Martin-Cocher, Ouffe, Mebarek. Tourneurs : Kerfouche, Benzegh, Bensalah, Dunan, Beker.

Les bons points :
A. Benafitou, 17 points ; Outarka, 14 ; Jourdan, 7 ; Mebarek, 7 ; Violet, 5 : Sabatier, 2 ; N. Benafitou, 2 ; Ouffe, 1.

01/05/2010

FONTVIEILLE *AS*

Samedi 1er mai 2010

L'OFFENSIVE DE PATTON

Fontvieille 01 05 079.jpg
PATTON sur Sabatier

PATTON.jpgEst-ce le temps maussade qui a déteint sur la course ? Toujours est-il que nous n’avons guère eu l’occasion de nous enthousiasmer notamment en première partie. Après la pause les ficelles de Flamenco (vérifiées avant la course) font monter la température en piste et sur les gradins puis Tamarin blesse Lebrun. Heureusement ◄Patton termine brillamment la course parfois menée tambour battant par les raseteurs dont Four, Auzolle et Villard sont les chefs de file bien secondés par Martin Cocher (en seconde partie), Marquier et Sabatier.
Avec BABOUIN (Joncas) les blancs grimacent. Marathonien, il faut lui courir derrière et s’il donne la tête au passage, il n’appuie pas ses poursuites et conserve une ficelle sans convaincre.
Plus coopératif, VIENNOIS (Ribaud)   effectue une bonne entame aux attributs mais aux ficelles s’arrête souvent avant la planche. Neuf minutes trente sans éclat mais une rentrée le frontal en sang.
Loin d’être à la rue, CLOCHARD (Ribaud) conserve cinq minutes son second gland. Une belle résistance qui ne faiblit pas aux ficelles qu’il conserve le cul dans les planches. Deux actions sur Martin Cocher et Four puis il souffle du mourre après Moutet. Un Carmen et retour.
Palabres.jpgAprès la pause sort FLAMENCO (Joncas) saucissonné à l’extrême. Mécontentement des raseteurs, grondements du public, colère du président et il réintègre le toril pour ressortir dix minutes plus tard quelques tours de ficelles en moins (on n’a pas trop vu la différence). Plein de bravoure, malgré ses pelotes, il n’offre que dix minutes trente mais agrémentées d’une demi-douzaine d’actions percutantes. 2 Carmen et retour.
Dangereux et agressif d’entrée sur Four, TAMARIN (Ribaud) est redoutable. Il le prouve en blessant le tourneur Lebrun attardé sur les planches . Interruption puis à la reprise il se livre assez bien jusqu’à mi-course mais aux ficelles il tient position devant le toril et n’en sort que rarement. Quel dommage. 2 Carmen dont retour.
Volontaire, PATTON (Joncas) c’est (enfin) la satisfaction du jour. Plein d’énergie, il bombarde une douzaine de fois aux planches et passe constamment à l’offensive. Plus on le cite, plus il se dédouble comme avec Sabatier sévèrement enfermé. Un combattant qui prend du galon avec onze Carmen et retour. 

Texte et PhotosEric AUPHAN

 

Entrée : 1/3. Organisateur : CT Fontvieillois. Présidence : P Bayle. Droitiers : Auzolle, Marquier, Moine, Moutet, Sabatier, Villard, Violet. Gauchers : A Bénafitou, Four, Martin Cocher. Tourneurs : Bensalah, C Garrido, Mata, Molins. Fait marquant : A la 3 ème minute, Tamarin inflige un coup de corne au tourneur Lebrun au niveau des adducteurs dans la cuisse droite.

 

Fontvieille 01 05 024.jpg
Martin-Cocher à la tête de CLOCHARD
Fontvieille 01 05 008.jpg
VIENNOIS sur A. Benafitou

26/04/2010

GAVOT - MOUTET, CHAUD DEVANT...

 A Vauvert Dimanche 25-04

B.jpg
C.jpg
D.jpg
Photos L.PERO

 

25/04/2010

VAUVERT *AS*

Dimanche 25 avril

 

 

UN BIEN TRISTE CONSTAT

RODIN.jpg

Une poussée de Rodin sur Adil Benafitou
 

Entrée : 1/3 d’arène. Org. : Service animation. Présidence : Michel Bourrier. Raseteurs droitiers : Jourdan, Moutet, Roux, Toureau, Villard. Gauchers : A. Benafitou, Cartalade, Clarion, Oleskevich. Tourneurs : Bensalah, Beker, Lebrun, Mata, Zerti.


Première journée du Trophée Camargue Médical et dès la première partie, une constatation ou une évidence, il n’y a aucun leader côté blanc pour "prendre" la course à son compte. Désolant… Le public d’ailleurs se fait entendre à plusieurs reprises. Après la pause, A. Benafitou se décide mais douze ficelles restent sur les têtes. Edifiant à ce niveau… non ?
Catalan (Saumade).- Un premier de choc qui trouve en Adil Benafitou un partenaire de choix. Sélectif, il joue de la corne au passage et change bien de cite. Aux ficelles, il manque de travail et les rentre en bon premier.
Petit Lou (Chaballier).- Une très bonne entame de course avec des répliques sérieuses, nombreuses et de qualité. Les pompons levés, la pression manque. Puis, Villard, Moutet, Benafitou font l’effort et malgré ce, il rentre ses ficelles après avoir écouté 4 Carmen.
Catalan (Daumas).- Beaucoup de peps chez ce jeune cocardier qui tient bien la comparaison malgré un travail soutenu et désordonné. Une grosse action sur Roux ponctue ses meilleures enfermées. Calé aux planches, il attend les sollicitations et le peu qu’il reçoit est honoré avec une corne menaçante. Ses ficelles au toril, 4 Carmen.
A.jpgGavot (Pantaï).-► Très vite, il se rend maître du jeu et le ton du sérieux est donné sur une enfermée éblouissante après Adil Benafitou. Adil encore l’embarque dans une longueur. Villard imprudent frôle l’accrochage. Cocardier, Gavot sélectionne durement en fin de course mais pour clôturer il enferme, bouscule Moutet qui se blesse en basculant contre la barrière. 3 fois la musique et une ficelle au toril.
Rodin (Les Baumelles).- Dès sa sortie, se positionne et change intelligemment de terrain. Il oblige Villard à rompre, puis c’est au tour de Clarion et le cercle s’élargit autour de lui. Les sifflets fusent. Clarion, A. Benafitou le font briller et Villard à la faute s’en tire très bien. Dominateur, Rodin se fait applaudir sur les magnifiques cites de Clarion et Benafitou, des Carmen et une ficelle au toril.
Clodomir (Bon).- Dès le premier raset, il s’envole derrière Moutet. Puis Villard, Clarion, Roux, Moutet sont raccompagnés contre ou au-delà des barrières. Des sauts inutiles, du spectacle pour 15<TH>minutes et trois Carmen.
Tzigane (Saint-Pierre, hp).- Des coups de barrière, des principes, il est à revoir dans un autre contexte. Musique et ficelles au toril.


Texte et photos
Luc PERO 


Trophée des As : A. Benafitou, 19 points ; Villard, 11 ; Clarion, 5 ; Jourdan, 4 ; Moutet, 4.
Trophée des Raseteurs : Roux, 8 points.


CLODOMIR.jpg
Un peu de spectacle avec CLODOMIR

19/04/2010

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 18 avril 2010

PECAIRE !

Une course à vite oublier. Dimanche, Le Grau-du-Roi d'habitude si festif et souvent chatoyant ressemblait à une morne plaine malgré un presque trois-quarts d'arène. Indigence totale, rien ne s'est passé. Les taureaux... bof. Les raseteurs... rebof.
Dans ce désert d'intérêt et d'émotion, ce sont les cocardiers de Bon qui s'en tirent le mieux, Cathare (14 ans, 2e) par une bonne occupation de la piste se livre correctement et rentre une ficelle ; le jeune Mascarat (7e hp, 6 ans) fait le spectacle par des aller-retour en contre piste, en plus, une fois placé, il montre des qualités mais pas une fois l'occasion lui est donnée de les faire apprécier. Mirabeau de Saint-Pierre (3e) aurait pu faire mais les blancs timorés et peu entreprenants, le gâchent. Jamais dans le bon tempo, trop loin, trop long, personne pour travailler les ficelles... les raseteurs ont déjoué la partition. Les Ricard : James, 1er, pas intéressé; Eros, 4e, brave, participe vaillamment dans des enchaînements ; le grand banu Kalhua, 5e, collabore gentiment et amorce quelques coups aux planches en 7 minutes ; Omega, 6e,  a de l'envie de la générosité mais la mayonnaise blanche est définitivement broussée...


Martine ALIAGA

Entrée : un petit trois-quarts d'arène. Organisation : régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle,  Jourdan, Noguera, Outarka, Toureau, Sabatier. Gaucheers : Adil et Nabil Benafitou, Ouffe, Martin-Cocher. Tourneurs : Beker, Benzegh, Bensalah, T. Dengerma, Kerfouche.

Trophée des As : A. Benafitou, 15 points ; Outarka, Ouffe, 10 ; Auzolle, 7 ; Sabatier, 5 ; Jourdan, 2 ; N. Benafitou,  2.
Trophée des Raseteurs : Toureau, 4

 

18/04/2010

BEAUCAIRE *AS*

Dimanche 18 avril 2010

HEROÏQUE PERICLES

Beaucaire 18 04 043.jpg
PERICLES - Villard

 

 Entrée: ½. Organisateur: Affaires Taurines. Présidence: Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers: Beaujard, Marquier, Moutet, Rey, Villard, Violet. Gauchers: Clarion, Oleskevich, Four (sort au 3e remplacé par Mébarek au 4e), Khaled. Tourneurs : C Garrido, Lebrun, Mata, Molins, Zerti.

Benjamin Villard conforte sa première place au Muguet d’Or suivi de Marquier travailleur et du malheureux Bastien Four qui se blesse au dos avant l’entracte. Moutet est combatif, Clarion opiniâtre et Violet effectue une belle deuxième partie. Les pensionnaires de la manade Nicollin affichent de la vaillance et de la noblesse dans une course un peu linéaire mais l’exploit du jour revient à Périclès qui rentre sa cocarde.
La course débute avec GENEROUS qui utilise un petit périmètre pour se défendre. Une course qui manque de rythme peut être à cause de son coup de tête dont Moutet fait les frais avec une pointe dans l’avant bras.
Moins de deux minutes et TRELUS (3 Carmen et retour) défend déjà ses ficelles. Régulier, à mi-course il se chauffe, coince Moutet à l’arrivée, tape sur Rey et Villard puis saute après Moutet. La lutte pour la seconde ficelle est chaude et part dans le crochet de Marquier sur le fil. INSOLENT (4 Carmen et rentrée) est intermittent mais quand on rentre dans son terrain il percute à l’arrivée.  Actions sur Villard (3), Moutet, Marquier, Four et Beaujard.  La première ficelle ouverte attise les convoitises et égaye sa fin de course mais elle reste sa propriété.
Beaucaire 18 04 059.jpgGénéreux, EMBRUN (1 Carmen et retour) donne sa préférence aux gauchers. Il ne délaisse pas la droite mais ses actions sont plus prononcées à gauche et notamment à plusieurs reprises après Mébarek qui frise l’accrochage.
Coureur, PERICLES (7 Carmen et rentrée) est le héros du jour. Des cornes fines et longues et une façon de baisser la tête qui gêne considérablement les hommes. Pourtant ils ne l’ont pas ménagé et si Villard coupe la cocarde à la cinquième, personne n’arrivera à accéder au Graal rouge. Il ne refuse rien, enclenche les séries, frappe fort sur Villard (4), Marquier et Beaujard. Il perd ses glands à la dernière minute mais réussi l’exploit de garder sa cocarde malgré une multitude de rasets.
Facile, JODIAS (5 Carmen et retour) est franc et ne pose pas de problème mais attention quand on lui donne sa chance, il percute fort sur Violet (2), Villard et Marquier. A la dernière seconde il bascule après Villard et conserve une ficelle.
D’entrée, BELORI (6 Carmen et rentrée) annonce la couleur sur Villard mais tient ensuite le centre. Aux ficelles les hommes ne le ménage pas et il répond par quelques arrivées poitrail au dessus des bois. Douze minutes classiques.

Texte et Photos Eric AUPHAN

Beaucaire 18 04 056.jpg
BELORI - Violet

11/04/2010

BEAUCAIRE : 1re JOURNÉE DU MUGUET D'OR

Dimanche 11 avril 2010

VILLARD PREND LES COMMANDES DU MUGUET...

Beaucaire 11 04 014.jpg
Villard en tête aprés la 1ère journèe.

Entrée : ½ arène. Organisateur : Affaires Taurines. Présidence : R. Arnaud. Raseteurs droitiers : Beaujard,   Jourdan, Marquier, Miralles, Moutet, Villard, Violet. Gauchers : Cartalade, Four, Khaled. Tourneurs  : Beker, C Garrido, Lebrun, Mata, Zerti.

Dans la vaste piste beaucairoise ce fut souvent la vague blanche aux attributs et le calme plat à presque toutes les ficelles. Néanmoins, Villard prend les commandes à distance devant Four tandis que Marquier et Jourdan se placent. Grévin termine bien la première partie. Co Blanco et Véran sont costauds et Espadon termine brillamment.

L’unicorne SANTOS (Chauvet) court fuse et se dégage comme il peut aux rubans. Il se soulève aux ficelles sur Villard mais réintègre le toril à la septième sur blessure à l’œil. 1 Carmen. 
Beaucaire 11 04 043.jpgCABOSSE (St Pierre) subit un assaut en règle aux pompons puis desserre l’étreinte aux ficelles grâce à un meilleur placement et des poursuites cornes pointées sur Violet et Moutet. Sa fin de course manque de pression blanche et il rentre une ficelle en musique jouée deux fois.
Deux minutes intenses puis GREVIN (Baumelles) promène les blancs et les attend. Classique, aller à la tête est plus difficile que d’en sortir. Bousculé sur la fin il offre un joli final mais conserve ses ficelles. 1 Carmen et rentrée.
Rapide, CO BLANCO (Lautier) annonce d’entrée la couleur aux planches. Barricadier, il fait l’effort une dizaine de fois sur Four (4), Villard (2), Jourdan, Miralles, Khaled et Cartalade. Dangereux, il accuse un peu le coup sur la fin mais conserve ses ficelles. 5 Carmen et rentrée. Coureur, VERAN (Allard) n’y voit que du blanc aux attributs puis aux ficelles il chasse, contrôle et serre Villard de très près. Généreux, il tape sur Violet (2) et Villard. Il passe son examen de passage grande piste avec mention et rentre se première ficelle fortement primée. 3 Carmen et retour.
Trapu, NEVERS (Blatière) est assailli mais c’est un cogneur. Il fonce tête baissée dans les planches sur Villard (2) et Jourdan, les brise sur Moutet et les démonte après Four. Lourdaud, il saute et crée la frayeur après Zerti. Il décourage les hommes et conserve lui aussi ses ficelles. 1 Carmen et rentrée.
Pétillant aux planches, ESPADON (Saumade) offre douze minutes étincelantes avec une dizaine de grandes actions aux bois. Il est vif, rapide et accélère à la sortie du raset mais sait aussi se mettre en valeur sur es séries. Un espadon frétillant qui termine sur une bonne note avec 6 Carmen et retour.

Texte et Photos Eric AUPHAN

Trophée des As : Four (13), Villard (11), Marquier (8), Jourdan (6), Cartalade (3), Moutet (2), Violet (1).

Trophée des Raseteurs : Beaujard (4).

 

Classement Muguet d’or : Villard (17), Four (13), Marquier (11), Jourdan (8), Cartalade et Violet (3), Beaujard et Moutet (2).

 

Beaucaire 11 04 071.jpg
ESPADON et Violet
Beaucaire 11 04 033.jpg
CO-BLANCO et Jourdan

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 11 avril 2010

MATHIS COCARDIER D'OR

A.jpg
Danger pour Auzolle avec MATHIS...

 

Entrée : 3/4 d’arène. Org. : Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Outarka, Rey, Sabatier, Toureau.
Gauchers : A. Benafitou, Oleskevich, Ouffe, Martin-Cocher, Mebarek. Tourneurs : Bensalah, Benzegh, T. Dengerma, Dunan, Kerfouche.


Avec ses quatre cocardiers, la manade Lautier a été dignement représentée. Gregau pour Saumade, quant à lui, a porté haut la devise de sa marque. Les hommes ont bien tenu la comparaison sauf avec Mathis. Mais, Lahcène Outarka, omniprésent, mérite un coup de chapeau.
Lancier (Lautier).- Ce redoutable escrimeur sélectionne terriblement. Quand il part, c’est pour porter le danger jusqu’au bout et pour corser le tout il change intelligemment de terrain. Sabatier, en partenaire idéal, lui fait réaliser de belles poursuites. Bon premier, ses ficelles au toril et 4 Carmen.
Gregau (Saumade).- Sans refus, il subit, mais livre combat avec énergie et souvent du brio après Sabatier. En se dégageant il parvient à résister 12 minutes quatre fois récompensées.
B.jpgGaillardet (Saumade).- Incorrigible coureur, il slalome au milieu des blancs le temps des pompons (8 minutes). Aux ficelles, il améliore sa tenue, mais donne peu de relief dans ses poursuites. 1 ficelle au bercail.
Mathis (Lautier).- Première minute, attaque de Ouffe, qui est enfermé et sévèrement corrigé (pas de blessure) en piste. A son tour, Auzolle essaie mais il doit rompre. Quel début ! Ensuite Mathis devient moins agressif mais beaucoup plus vigilant en gênant tous les départs. Maître du jeu, il se permet quand même quelques brillantes arrivées. 3 Carmen, sa 1re ficelle à 1 000 € au toril et la bronca pour les hommes.
Valmont (Lautier).- Pour lui, c’est en deux temps trois mouvements que les principaux attributs sautent. Puis, avec bravoure, il signe d’interminables séries, avec des arrivées spectaculaires. Les plus belles sur Martin-Cocher et A. Benafitou. Du tempérament et du brio à revendre pour une dizaine de Carmen dans 15 minutes.
Brutus (Lautier).- Volontaire à souhait, il se donne franchement dans de longues séries et parfois passe le museau ou la corne au terme. 11 minutes d’une grande brillance que le disque honore à huit reprises.
Levant (Saumade, hp).- Raseté pour le fun, réalise quelques belles actions et entend plusieurs Carmen.

 

Texte et photo

Luc PERO


 
Trophée des As : Outarka, 16 points ; Auzolle, 11 ; A. Benafitou, 10 ; Martin-Cocher, 9 ; Ouffe, 5 ; Sabatier, 4 ; Mebarek, 3 ; Rey, 2 ; Oleskevich, 1. 
Trophée des Raseteurs : Toureau, 4 points.

 ****************************

OUF !!! SPECTACULAIRE, MAIS PAS DE BLESSURE POUR OUFFE AUX PRISES AVEC MATHIS !

1.jpg2.jpg
3.jpg
4.jpg
5.jpg
6.jpgS
7.jpg
8.jpg

 ***********************

C.jpg

 A l'entracte un peu de folklore

 

 

 

 

 

 

05/04/2010

LUNEL *AS*

Lundi 5 avril 2010 : 2e journée du Pescalune - Royale de Fabre-Mailhan

JOLI COEUR, PASTEUR, SAINT-REMOIS

ALUN3.jpg

Saint-Rémois à l'attaque sur Jourdan

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Garcia, Jockin, Jourdan, Outarka, Violet, Miralles. Gauchers : A. Benafitou, Four, Khaled, Ouffe, Cartalade.  Tourneurs : Kherfouche, T. Dengerma, Bensalah, Beker, T. Garrido.


A Joli-Cœur la puissance dominatrice, à Pasteur la sévérité, à Saint-Rémois le panache. C’est le trio majeur de cette Royale de Fabre-Mailhan où si la vaillance domine l’ensemble, les qualités des trois cités apportent le relief et inspirent le respect aux hommes. Car le panache en revanche n’était pas du côté des blancs. Beaucoup de bruit en piste et de rasets pour rien. De bonnes trajectoires, par moments, pour Adil Benafitou, Four, Ouffe, Outarka, Jourdan...
Espeloufi.- Il lui a fallu être costaud pour recevoir les premières rafales blanches. Sur la 2e ficelle, il a un peu plus d’espace mais se fait très sélectif. Il la rentre.
Sauron.- Se livre sans rechigner en occupant tout l’espace. Vaillant à l’extrême, il est assailli et la présidence doit rappeler à l’ordre tous les acteurs. Une belle anticipation sur Benafitou, puis  un long raset de Four, une conclusion sur Auzolle et les ficelles rentrent avec 2 Carmen et retour.
ALUN1.jpg◄ Joli Cœur.- Puissant dans ses poursuites, impeccable dans son placement, il en impose. La sélection naturelle s’opère chez les blancs. Peu s’engagent. Il fait lâcher Four, serre Jourdan, emporte Outarka et saute dans l’élan après Benafitou. Joli Cœur domine ramène ses ficelles aux Bernacles. 3 Carmen et retour.
Pasteur.- Seuls les rasets dans son terrain trouvent preneur. Il sélectionne sévèrement. Il surveille tout et sanctionne avec autorité les quelques velléités des blancs. Four, Jourdan, Auzolle, Benafitou, Outarka s’y mesurent. Mais les ficelles resteront en place. 3 Carmen et retour.
Pablo.- Un brave Mailhan qui se prête aux longs enchaînements. Pour 9 minutes. 3 Carmen et retour.
Daudet.- Fait front courageusement, sans se poser. Franc, vaillant, il enfile les séries à toute vitesse pour 6 minutes les pompons. Puis on ne lui propose plus grand-chose. Si ce n’est une dernière série où il cède sa 1re ficelle.
Saint-Rémois (hp).- Tout feu, tout flamme, il s’engage aux planches où il s’envoie systématiquement au terme de deux-trois rasets dont un puissant coup de barrière sur Four (6 Carmen). Saint-Rémois passe le bac pescalune sans problème et ramène une ficelle en musique.

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER

 

ALUN2.jpg

Pasteur met en difficulté Adil Benafitou



Trophée des As : A. Benafitou, 15 points ;  Outarka, 10 ; Auzolle, 9 ; Ouffe, 5 ; Four, 4 ; Jourdan, 3 ; Khaled, 2 ; Miralles, 2  ; Violet, 1.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 4.

*****************************

 

04/04/2010

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 4 avril 2010

 

BENEDICTION PASCALE
POUR ATHOR DE DAUMAS

ATHOR.jpg
ATHOR confirme ses grandes aptitudes,T.Toureau peut en attester !!!

 

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : Régie municipale. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Gros, Moutet, Toureau. Raseteurs gauchers : A. et N. Benafitou, Errik, Mebarek, Oleskevich. Tourneurs : Baccou, Bensalah, T. Dengerma, F. Garrido, Lebrun.


On l’avait vu très bon la saison dernière dans cette piste, on le redécouvre excellent dans cette même arène : Athor est bien l’élu de ce dimanche pascal. Avec lui, citons Aiglon, Petit Lou et Lou Verri. L’équipe blanche composée de raseteurs des trois groupes a vu la supériorité d’Adil Benafitou mais aussi les bons comportements d’Auzolle, Nabil Benafitou, Toureau, Errik et Gros.
Petit Lou (Chaballier).- Saison après saison, Petit Lou sort toujours sa course de bon premier. Du placement, des belles réparties surtout quand on le titille. Moutet, A. Benafitou, Toureau, Gros lui servent des caviars. Errik est obligé de rompre. Il rentre sa seconde ficelle après avoir écouté 5 fois la musique.
Saint-Gillois (Les Baumelles).- Ce gros gabarit donne toute sa générosité dans la bataille mais il doit hélas s’incliner en 7 minutes remplies de bravoure.
Athor (Daumas).- Cocardier compliqué,  il surveille, enferme et passe la corne à l’arrivée. Les répliques sur Moutet, A. Benafitou, Toureau, Auzolle, Oleskevich sont magnifiques. Encore Toureau qui frôle l’accrochage et Moutet qui lance "les gars, si on ne s’entend pas on n’y arrivera pas..."Maître absolu dans les cinq dernières minutes, il rentre fièrement sa 1re ficelle primée à 600€. 8 Carmen en récompense.
Coyote (Caillan).- Sort décidé et signale de suite aux blancs que le boss c’est lui en les chassant hors de son territoire. Il faut être costaud pour le défier. A ce jeu, Adil Benafitou, Auzolle sont les plus armés. Moutet, Errik s’y essaient, Coyote s’impose finalement... Mais sans convaincre. Ses ficelles au toril.
Aiglon (Occitane).- Examen réussi pour son passage au niveau supérieur. Bien emmené par les frères Benafitou, c’est sur eux qu’il réalisera ses meilleures actions. Errik et Moutet (pied coincé) se font remarquer. Pour son sérieux et ses actions aux planches 5 Carmen en 12 minutes 

Gallicianais (Briaux).- Surpris le temps des pompons, notamment par A. Benafitou qui lui lève ses deux glands d’un même coup de crochet. Aux ficelles, les attaques étant plus calibrées, il réagit bien mais ne montre pas ses qualités barricadières. Rentre une ficelle.
Lou Verri (Saint-Pierre, hp).- Il joue à merveille son rôle de barricadier et offre ainsi un bon final pour dix minutes plusieurs fois récompensées.

Texte et photos
LUC PERO

 
Trophée des As : Auzolle, 15 points ; A. Benafitou, 14; Moutet, 8; N. Benafitou, 6; Oleskevich, 4.
Trophée des Raseteurs : Toureau, 6 points.

 

Essaiperspective.jpg 2.jpg
ATHOR anticipe et déboule sur Moutet

12/10/2009

FINALE DES AS : LE COIN DES SUPPORTERS

Chacun a supporté son idole dans la bonne humeur et sans débordements intempestifs. A l'applaudimètre, les deux principaux raseteurs de la saison se sont partagés les applaudissements.

▼ LES SABRINISTES

3SUPPORALL.jpg

LES BENJISTES

 

1SUPOR.jpg

*********************

FINALE DES AS : LA COURSE

Dimanche 11 octobre 2009

UNE COURSE TRES COCARDIERE
ET LA - BONNE - SURPRISE DE LA PREMIERE PARTIE

 

Entrée : presque plein, environ 10 000 spectateurs. Présidence : Claude Chevalier. Organisateur : SA Jalabert Frères.
Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Gleize, Jourdan, Marquier, Sabatier, Villard.
Raseteurs gauchers : A. Benafitou, Four, Martin-Cocher, Ouffe, Poujol.
Tourneurs : Benzegh, Dunan, T. Garrido, Mata, Zerti.

Une course très cocardière où il a manqué un barricadier pour clôturer avec panache, notamment pour le grand public. Mais un ensemble de qualité avec une première partie agréablement surprenante, un Biou d'Or (4e) qui, a 8 ans, a goûté à la grosse compétition sans démériter mais sans dominer totalement non plus. Pasteur a toutefois une marge de progression pour une prometteuse carrière.

1GER.jpg◄ 1er - Géricault (Chauvet)
Agressif et toujours dangereux aux planches, il ne cède rien du terrain qu'il défend. Un oeil sur la contre-piste, menaçant sur chaque intervention qu'il conclut spectaculairement après Jourdan, Villard, Four, Allouani. Benji dans les cornes, tape après Four, des séries, des coups aux planches... Excellent premier qui rentre une ficelle. Et le prix du meilleur taureau du jour décerné par la Commission du Trophée Taurin en totale adéquation avec le public.
6 Carmen et retour.
(Photo avec B. Villard).

2PETITL.jpg► 2 - Petit Lou (Chaballier).- Comme au précédent, les hommes mènent un train d'enfer. Petit Lou lâche facilement ses premiers attributs. Mais ne se laisse pas leurrer, attentif à ce qui se passe en piste et derrière les planches où il aimerait bien faire du large. Poujol lui sert de belles courbes dans lesquelles Petit Lou s'engouffre ; Marquier, Allouani, Villard le provoquent, il ne refuse rien présent jusqu'aux bois. Allouani ouvre, travaille et lève la 1re ficelle ; à Marquier la seconde à la limite du temps. Très bonne prestation. 7 Carmen et retour (Photo avec A. Gleize).

3EM.jpg3 - Autre style avec Embrun (Nicollin).- Soumis à gros rythme au début, brave et généreux il prend tout. Sans refus et sans difficulté non plus. L'intensité du début tombe un peu et alors, en tête à tête, Embrun pousse plus fort après Poujol, Auzolle, serre Poujol, A. Benafitou et encore Poujol pour quelques sévères répliques.  Voilà de quoi bien clôturer la première partie. 1 ficelle rentre avec 3 Carmen et retour (Photo avec L. Auzolle).

**********

 

4PAS.jpg

Les vainqueurs du 58e Trophée Taurin Midi Libre - La Provence
Sabri Allouani et Pasteur Biou d'Or

▲ 4 - Pasteur (Fabre-Mailhan).- Il se fait surprendre sur ses déplacements pour ses premiers attributs. Mais attention, ses  engagements sont puissants et conclus, Auzolle, Villard (2). Le tempo s'accélère : superbe anticipation sur Villard puis un long raset de Poujol, encore Villard, coup de barrière sur Auzolle. Le biou peine mais fait face. Cul aux planches, pour sa 2e ficelle, il laisse passer l'orage mais  reste vigilant et envoie une corne menaçante sur Auzolle. Pasteur se garde en fin de parcours et ramène une ficelle primée à 2 000 euros. 7 Carmen et retour.

5CO.jpg◄ 5 - Coyote (Caillan).- Il attaque, déterminé dans ses poursuites et défend sévèrement son terrain. Du coup les blancs ne lui sautent pas dessus. Dangereux, il surprend Four qu'il cueille à la planche (heureusement sans mal), et gratifie Marquier, Villard de belles ripostes. Un peu sévère pour cette 5e place, il garde une ficelle attribuée à Auzolle au détriment, me semble-t-il - de Ouffe. 1 Carmen et retour (Photo avec Hadrien Poujol).

6YV.jpg► 6 - Yvan (Le Pantaï).- Comme d'hab. son début en piste est brouillon et il se laisse plumer. Mais par une grosse réaction sur A. Benafitou, une anticipation sur Sabatier, une magistrale enfermée sur Poujol, une attaque sur Benaf dont il coince la jambe à la planche, plus un léger accrochage sur Jourdan, il retrouve le style que le public lui aime. En revanche, en alternance des passages à vide même s'il finit fort avec une longueur sur Gleize, sur Poujol, anticipation Benafitou, s'engage fort avec Benjamin ; et encore Benafitou pour plusieurs corps à corps. 14 minutes en dent de scie avec 8 Carmen et retour (Photo avec B. Four).

▼ 7 - Mathis (Lautier).- Offensif, il fait monter l'ambiance avec ses caractéristiques agressions aux planches. Villard fait le spectacle et mouille le maillot. Mais Mathis s'engage plus ou moins et manque lui aussi de détermination. Il faut le motiver et rester avec lui  ce que  font Villard, Allouani, Poujol, Auzolle, Marquier... avec plus ou moins de réussite. Rentre une ficelle. Des Carmen et retour (Photo avec B. Villard).

 

7MAT.jpg

 

Martine ALIAGA
Photos C. ITIER

 

*************************************

 

FINALE DES AS : LES REACTIONS

 

SAB.jpgSabri ALLOUANI (1er): « En égalant le record de Castro j’étais déjà dans la légende mais les records sont faits pour être battus et dans trente ou quarante ans on parlera de moi. J’ai gagné neuf trophées des As en prenant des coups de cornes et sans jamais tricher en treize ans de carrière. Je pense que c’est mérité. Il a été écrit que je n’irai plus en Provence mais je n’ai rien contre les Provençaux. Chateaurenard était la seule arène qui me prenait mais on ne s’est pas entendu avec les organisateurs mais je respecte le public  provençal car certains viennent me voir de loin ».

BENJI.jpgBenjamin VILLARD (2e)►: « Je suis globalement satisfait de finir second. J’ai essayé d’être présent sur tous les grands rendez-vous mais il y a toujours quelques regrets comme la  Palme d’or mais aussi sur l’ambiance à certaines courses. Je pense que le plus beau des trophées c’est celui que m’a donné le public lors de la remise des prix ».

Alexandre GLEIZE (3e): « Malgré un tendinite au genou gauche je suis sur le podium en faisant une course sur trois de bonne. Un mois d’arrêt en juin et deux semaines en août m’ont écarté de la lutte avec les leaders et malgré le peu d’invitation j’ai toujours honoré mes engagements. Je stoppe ma saison après la finale à cause de ma douleur au genou ».


Pascal MAILHAN (Manadier du Bioù d’Or) : « Le Bioù d’Or on l’a frôlé quelques fois comme avec Braconnier mais celui de Pasteur à Arles dans notre ville c’est quelque chose d’extraordinaire. Pasteur n’a pas raté sa finale. Il n’a jamais autant fait de coup de barrières que cette année. C’est dommage que sur la fin il s’est retenu car il semble s’être fait mal ».

Maryse CHAUVET (Manadier du meilleur taureau de la finale): « Géricault c’est une très grande surprise. Je l’ai beaucoup aimé à Beaucaire mais à Arles à la difficile place de premier, il nous rend très heureux avec le prix du meilleur taureau de la finale ».

 

Bastien FOUR (4e) : « Je garde ma place d’un demi point et dans l’ensemble je suis content mais en fin de saison j’ai eu des ennuis physiques et notamment un staphylocoque qui m’a beaucoup fatigué. Je me suis fait une grosse frayeur avec Coyote en pensant qu’il ne venait pas mais quand il m’a propulsé derrière les planches je savais qu’il était là ».

Loïc AUZOLLE (5e) : « Je suis un peu déçu de ma saison mais malgré une blessure au genou et aux adducteurs je me classe cinquième. Je vais essayer de me soigner et de bien me préparer dans l’hiver pour revenir à mon niveau de 2007. Je suis content de ma finale et c’est toujours un régal de raseter devant dix mille personnes ».


Hervé SCHIAVETTI (Maire d’Arles): « Ce fut une très belle finale remplie d’émotion. La manade Fabre-Mailhan est une manade qui compte beaucoup pour nous. Je suis très heureux pour ce Bioù d’Or après celui obtenu par Marcel Mailhan ».


Propos recueillis par Eric AUPHAN

11/10/2009

ARLES: 58e FINALE DU TROPHEE TAURIN

Dimanche 11 octobre 2009 : finale du Trophée des As

APRES UN DEMARRAGE SUR LES CHAPEAUX DE ROUE
LA COURSE A PRIS UNE ALLURE DE CROISIERE

CAPELADO.jpg

Ambiance des grands jours dans l'amphithéâtre arlésien. 10 000 spectateurs dans le soleil automnal. Un succès populaire qui ne se dément pas. La finale du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence est un rendez-vous incontournable. Le public prend place au son de La Gardounenque et de la pena de Saint-Etienne-du-Grès.
HOMMAGE A CAMA.jpgEt le rideau se lève sur un taureau. Le N.402 de la manade Chauvet, triple Biou d'Or - vous avez reconnu Camarina - fait une entrée ovationnée et se tient prêt à l'affrontement. Mais aujourd'hui, le célèbre cocardier recevra uniquement l'hommage du public. Il en voulait encore pourtant et mettra du temps à quitter la piste, applaudi debout.
Après les chorégraphies en jaune et bleu, rehaussées de curieux biou filiformes et le ballet des Arlésiennes, suivies des gardians, c'est un raseteur qui est appelé en piste. Roger Pascal du HOMMAGEG RP.jpgprestigieux carré d'As reçoit lui aussi une belle reconnaissance des gradins. Tout un symbole... lui qui avait commencé sa carrière en 1953, fête cette année les cinquante ans de son titre de vainqueur du Trophée des As (1959). Et qui mieux qu'un autre raseteur pouvait l'honorer... Nicolas Noguéra, président de l'Association des raseteurs.
Très belle idée que ce coup de coeur.

De la course en elle-même, je retiens une première partie de très grande qualité tant chez les taureaux que chez les hommes. Géricault et Petit Lou excellents dans leur partition cocardière et des bons passages avec Embrun.
La deuxième a manqué de panache pour faire "monter la sauce".
Le Biou d'Or, Pasteur en 4e position n'a pas été ménagé aux pompons. Aux ficelles, il se sert de son anticipation magistrale et conclut à plusieurs reprises avec quelques moments de réserve. Coyote défend sévèrement son terrain et se montre trop sélectif pour cette 5e place. Yvan du Pantaï alterne les temps de répits et les anticipations et offensives dangereuses. Quant à Mathis, manquant de détermination il n'a pas assez percuté - même si Villard, Allouani, Auzolle l'invitent au plus prés -  pour enflammer totalement les spectateurs.

9 pour Sabri.jpgLes hommes : Allouani, pour sa dernière finale, a sorti des gestes de grande technicité (notamment aux ficelles). Villard a travaillé tous les taureaux. Auzolle, Gleize, Marquier, Ouffe, Four pour de bons passages. A. Benafiou et Poujol parfois. Jourdan, Sabatier, Martin-Cocher complétant.

Au final : bien cocardièrement mais manque d'un peu d'éclat.

LES PRIX : 1. Allouani, 578 points ; 2. Villard, 514 ; 3. Gleize, 383,5 ; 4. Four, 307,5 ; 5. Auzolle, 307.
Biou d'Or 2009 : Pasteur de Fabre-Mailhan.
Meilleur taureau de la finale : Géricault de Chauvet.
LES POINTS SUR LA COURSE : Auzolle, 18 ; Allouani, 13 ; Ouffe, 11 ; Marquier, 7 ; Villard, 7 ; Gleize, 7 ; Benafitou, 4 ; Four, 4 ; Jourdan, 2 ; Martin-Cocher, 2 ; Sabatier, 2.

Martine ALIAGA
Photos C. I.

09/10/2009

58e FINALE DU TROPHEE DES AS

LES HOMMES

EN PLACE POUR LA CAPELADO ARLESIENNE

 

CAPELADO.jpg

 

Dimanche, c’est la 58e finale du Trophée des As. Douze valeureux raseteurs vont affronter sept redoutables cocardiers dans l’amphithéâtre arlésien où Sabri Allouani va décrocher un 9e titre. Un record de victoires difficile à battre. Cette saison, il réalise le grand chelem avec la prestigieuse Cocarde d’Or et la Palme d’Or. Champion expérimenté et sportif accompli, il n’a plus ses jambes de vingt ans mais sa soif de victoire est intacte.
Son dauphin Benjamin Villard est pétillant. Toujours loyal et respectueux envers le public il l’est aussi avec ses adversaires noirs et les avantage souvent dans des rasets spectaculaires. Un chouchou auprès du public. Après une année d’absence, Alexandre Gleize est de retour avec une soif de rasets. Toujours souriant, il ne s’économise pas et se transforme souvent en leader de course. Un sympathique retour. A gauche, le jeune Saintois Bastien Four effectue une saison pleine d’espoir. Parti sur les chapeaux de roue, il marque un peu le pas mais sa première saison est très prometteuse. Le vainqueur 2007 Loïc Auzolle est un travailleur. Un peu en manque d’efficacité cette année, on peut compter sur lui et sur son abnégation. Honnête, Julien Ouffe s’implique toujours loyalement dans son rôle et ne déçoit jamais. Un gaucher virevoltant dont la présence est un gage de réussite.
Élégant, Hadrien Poujol déçoit rarement mais perturbé par des ennuis physiques à répétition, il a du mal à retrouver son meilleur niveau. Il s’offre une méritoire 7e place. Habitué au podium, Adil Benafitou a eu un début de saison difficile. Il s’accroche et fait parti des bons gauchers du moment. Avec plus de constance, il peut viser plus haut. Le physique est le point fort de Mathieu Marquier, un garçon pétri de qualités qui a tout pour réussir mais doit parfois se faire violence devant la difficulté. D’un caractère trempé, Victor Jourdan est le combattant type. Insensible aux chocs, il paye souvent de sa personne mais n’abdique jamais. Fougueux, Damien Martin-Cocher est capable de rivaliser avec les meilleurs et sait avantager les taureaux pour des actions souvent spectaculaires. Après un début en demi-teinte, David Sabatier revient dans le coup et effectue une bonne fin de saison.
Au classement, les jeux sont faits et même si quelques places sont incertaines, on espère que tous auront à cœur de briller de mille feux.

Eric AUPHAN

Photo C. ITIER

08/10/2009

FINALE DU TROPHEE DES AS : LES COCARDIERS

SEPT DONT UN EN OR

 

Voici la présentation des sept cocardiers qui vont fouler le sable du grand amphithéâtre Arlésien au vu des courses effectuées au Trophée des As. La surprise, c’est l’absence de Rodin (5e) blessé et la sélection de Petit Lou. Ce dernier s’intercale en seconde position mais est capable de créer une bonne surprise. Géricault reste sur une superbe victoire à la Palme d’Or, Pasteur étrennera son titre, Coyote aura l’occasion de s’affirmer un peu plus au haut niveau, Yvan a les moyens de viser le prix du meilleur taureau s’il est dans les mêmes dispositions que l’année dernière et Mathis devrait offrir le feu d’artifice final. Dans l’ordre de sortie.

GERICAULT (Chauvet) N ° 013 - 9 ans - 3 sorties (19/04 Grau du Roi - 24/05 Istres - 27/07 Beaucaire). Peu sorti mais pétillant comme le champagne, le petit taureau de Cadenet a prouvé lors de la Finale de la Palme d’or en remportant le prix du meilleur taureau de la compétition qu’il pouvait s’imposer dans n’importe quelle arène.
PETIT LOU (Chaballier) N° 7196 - 12 ans - 6 sorties (19/04 Beaucaire - 03/05 St Rémy de Provence - 21/06 Grau du Roi - 12/07 Beaucaire – 18/08 Le Crès - 06/09 Nîmes). Habitué à ouvrir les hostilités le taureau est du genre coriace. Il faut de la technique pour ravir les attributs du cocardier de Lunel-Viel capable de sauter en contre piste pour chercher l’homme ou le spectateur. Il saura se faire respecter.
EMBRUN (Nicollin) N° 061 - 9 ans - 6 sorties (15/03 Mauguio - 26/04 Vauvert - 23/05 Marsillargues - 21/06 Sommières - 22/08 Beauvoisin – 17/09 Grau du Roi) Pourrait faire de belles vagues si les hommes arrivent à surfer entre ses cornes. Un Nicollin plein de vaillance qui ne demande qu’à extérioriser ses qualités et toute sa noblesse.
PASTEUR allou.jpg◄ PASTEUR (Fabre-Mailhan) N° 128 - 8 ans - 6 sorties (15/03 Mauguio - 17/05 Grau du Roi - 14/06 Lansargues - 18/07 Lunel - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 20/09 Grau du Roi) Le bioù d’or réalise une saison complète. Il est vif et maîtrise l’anticipation à merveille et quand son adversaire blanc le tire dans des rasets avantageux, il sait finir de façon rageuse aux planches. Placement, intelligence, il n’est pas facile à manœuvrer des deux côtés. Espérons que le bioù d’or ne rate pas sa finale comme cela est si souvent arrivé.
COYOTE (Caillan) N° 209 - 7 ans - 4 sorties (15/03 Mauguio - 13/04 Mouriès - 23/08 Eyragues - 13/09 Châteaurenard). Il est le plus jeune mais déjà une sérieuse difficulté. Difficile, il est appréhendé par les raseteurs qui ne sont pas légion à se bousculer sur son frontal. Seul le duo Allouani - Villard semble le maîtriser et à son âge il est un sérieux candidat pour la saison prochaine.
YVAN VILLARD.jpg► YVAN (Lou Pantaï) N° 020 - 9 ans - 6 sorties (23/03 Vauvert - 19/04 Beaucaire - 05/07Chateaurenard - 27/07 Beaucaire - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 20/09 Grau du Roi). Toujours régulier le petit bioù du mas de Bardouine maîtrise le combat à merveille. C’est le cocardier type qui gère l’espace et anticipe à merveille même si cette saison il a baissé le pied à deux reprises. Sa finale l’année dernière avait été somptueuse, souhaitons qu’il en soit de même cette année. 
MATHIS.- (Lautier) 812 - 11 ans - 07 sorties (14/03 Saint Martin de Crau - 19/04 Grau du Roi - 10/05 Palavas - 31/05 Les Saintes Marie de la Mer - 12/07 Beaucaire - 15/08 Grau du Roi - 13/09 Châteaurenard). Le bioù d’or 2006 a un côté spectaculaire capable d’enchanter les gradins. Nul doute que le taureau du mas de Reboul sera à la hauteur de l’évènement et terminera la course sur une note barricadière.
Quant à RODIN (Les Baumelles) N° 911 - 10 ans - 6 sorties (13/04 Lunel - 10/05 Palavas - 12/07 Beaucaire - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 06/09 Nîmes). Initialement prévu en cinquième position le taureau ne pourra pas participer à la finale en raison du réveil d’une blessure contractée lors de sa dernière course à Nîmes. Dommage pour les afeciouna, le taureau et la course camarguaise.

 

Eric AUPHAN

Photos C. ITIER

05/10/2009

PASTEUR DE FABRE-MAILHAN : BIOU D'OR 2009

UNE ELECTION PASSIONNÉMENT SUIVIE

 

PASTEUR 4.jpg
Photo Luc PERO

Quarante ans après le premier Biou d'Or de Rami (1969 et 1971) la manade Fabre-Mailhan s'octroie la récompense la plus convoitée de la course camarguaise. Le dépouillement des votes de la commission du Trophée Taurin, plus le bulletin du vainqueur du Trophée des As Sabri Allouani et du  président de l'Association des raseteurs Nicolas Noguera, (soit 27 bulletins) a été passionnément suivi par les supporters des Bernacles et des Baumelles, tant les deux prétendants principaux (Pasteur et Rodin) ont été au coude à coude toute la saison. Le nombre de voix en est l'illustration. Le choix n'a pas été facile. Et dans un relais culturel archicomble, au final, Pasteur avec 14 voix l'emporte face à Rodin (11), 1 suffrage pour Mathis, 1 pour Yvan.

Martine ALIAGA

LES REACTIONS APRES LE VOTE

VOTE.jpg

Jacques Mailhan (Manade Fabre-Mailhan, propriétaire de Pasteur) : « Ce titre suprême est un grand bonheur et revêt une grande importance. J’ai une pensée pour Rami et pour mon père qui de la haut doivent être contents. Pasteur c’est la nouvelle génération après Rami en 1969 et 1971 qu’on attendait depuis longtemps. On a toujours eu de très bons taureaux comme Braconnier qui avait manqué le titre d’une voix mais Pasteur c’est un peu un surdoué qui depuis qu’il est très jeune sait tout faire».
Joël Linsolas (Manade des Baumelles, éleveur de Rodin): « Honnêtement je suis déçu mais je sais très bien qu’il faut un gagnant et un perdant. Je pensais quand même que Rodin était dans le prix avec la saison qu’il a faite. J’aimerais que les gens qui n’ont pas voté pour Rodin me disent ce qu’ils reprochent au taureau. Il y a peu être quelque chose que je n’ai pas vu en Rodin mais il est en haut de l’affiche depuis trois ans. Pasteur est un très bon taureau mais pour moi il y a seulement trois courses qu’on vient de le découvrir. Je remercie sincèrement les onze personnes qui ont voté pour Rodin ».
Aimé Hugon  (membre de la Commission du Trophée Taurin et président du club taurin Lou Bandot) : « Pasteur et Rodin ont fait une saison complète tous les deux. On trouvera toujours à redire mais c’est un choix que tous les membres de la commission ont fait seul chez eux sans influence ».
Nicolas Noguera (président de l’Association des Raseteurs) : « Le vote reflète la saison des taureaux Pasteur et Rodin. Deux bons taureaux avec des qualités différentes. Ils n’ont pas fait les mêmes pistes C’est mérité même si Pasteur a fait toutes les grandes pistes sauf Lansargues et Mauguio ce qui n’est pas un critère de non choix. C’est dommage pour Rodin qui est un excellent taureau mais il l’aura peut-être l’année prochaine ».

VOTE 2.jpg

Propos recueillis par Eric AUPHAN
Photos Luc PERO

FINALE DU TROPHÉE DES RASETEURS - BARBENTANE

Samedi 3 Octobre 2009

F. JOCKIN ET ALESIEN DEUX BEAUX VAINQUEURS

ZZZZZ.jpg
LA FINALE

Les cavaliers de l'Amicale Equestre de la Montagnette, les Arlésiennes du pays d'Arles, la pena de St Etienne du Grés, Marc Sérignan au micro et les arènes pleines, la capelado des raseteurs pouvait débuter. Jockin, Ricci, Fadli, Noguera, Savajano, Estevan, Moine, Ruiz et les quatre tourneurs, P.Rado, Lizon, Babacène, Ménargues saluent la présidence.
Cette finale qui a manqué de travail soutenu a tout de même valu pa la qualité des rasets et la correction exemplaire des hommes en blanc. Jockin en leader a honoré sa première place, tandis que Moine le plus constant a eu les faveurs du public,  Ruiz à gauche s'est particulièrement distingué. ALESIEN de Briaux frères mérite (aprés une saison exemplaire) le prix du meilleur cocardier de cette finale.

ALEJOCK 2.jpgGENEROUS de Nicollin, pour quelques belles poursuites notamment sur les gauchers. Ses ficelles au toril et trois Carmen.
ENZO de Chauvet, bizarre, brouillon, rien de bien positif à son actif. Quinze minutes.
RABINA de Guillierme, ficelé comme un taureau de protection il n'a pu faute de temps mettre en exergue son tempérament de guerrier. Il s'incline avec vaillance au bout de six minutes.
◄ALESIEN de Briaux, trouve trés vite sa place à droite du toril et de là se fait cocardièrement respecté (12 minutes les pompons). Barricadier à souhait il se soulève une bonne douzaine de fois au terme de belles poursuites. Ses ficelles au toril, une cascade de Carmen, l'ovation et le prix du jour pour sa maîtrise du combat, son côté spectaculaire, et le danger qu'il met aux barricades.
CORAIL de Gillet, paraît facile pourant il surprend Moine, l'enferme, l'attrape par le tee-shirt, le déséquilibre et l'envoie valser par dessus la barrière (juste un gros cordon...ouf!). Deux gros coups aux planches sur Ruiz et Ricci et le taureau devient distrait. Encore quelques enfermées (trop souvent honorées) et il rentre ses nombreux tours de ficelles en musique.
PATTON du Joncas, est celui qui a le plus souffert du manque de rythme. Dommage car il en avait sous le sabot. Quelques jolis coups, ses ficelles au toril et des Carmen.
SIFFLET de Blatière-Bessac, assez lourd dans ses répliques il effectue tout de même sous l'impulsion de Ruiz, Estevan, Jockin, Moine quelques belles actions aux planches, dont une où il bascule aprés Jockin. Musique

Texte et Photos Luc PERO

LA FRAYEUR... CORAIL - MOINE
****************************

CORAIL 1.jpg
CORAIL 2.jpg
CORAIL 3.jpg

LES REACTIONS A CHAUD APRES LA REMISE DES PRIX
**********************************************
GR 2.jpg

JOCK&Fils.jpgFrédéric JOCKIN (vainqueur du Trophée des Raseteurs pour la seconde fois consécutive) : «Comme l’an dernier cela fait plaisir de gagner. Ça récompense une saison. Ce que je retiens surtout c’est le plaisir de raseter car les deux dernières années aux As ont été difficiles. Je touche des têtes, je lève, je me régale et c’est l’essentiel».

Fabien GRAMMATICO (2e) : «Je suis déçu de ne pas avoir pu participer à la finale mais j’ai effectué une bonne saison avec la Cerise d’or, à Remoulins, les Charretiers à Rognonas, le Marius Gardiol à Beaucaire. Certainement une de mes meilleures saison donc c’est positif».

Jean Louis RICCI (3e) : «Je suis content car j’ai bien géré ma saison. Ma seule petite déception c’est ma 2ème place aux vaches car pour garder mon classement au trophée taurin je n'ai pas fait toutes les courses échouant à quelques points de la 1ère place».

BRIAUX.jpgDavid MOINE (4e) : «C’est dommage, la course a manqué un peu de rythme et d’envie au niveau des hommes. Je suis content de ma saison effectuée sans blessure et j’espère que cela va continuer. Je remercie les organisateurs pour leur confiance. Corail de Gillet je le connais mais il m’a surpris en se jetant fort au milieu, ensuite on ne réfléchit plus et j’aurais peut-être du me coucher».

Claude BRIAUX (de la manade Briaux Frères propriétaire d'Alésien, meilleur taureau de la finale des Raseteurs) : «Je suis fier de mon taureau et de mon équipe. Je suis ému car pour une petite manade âgée d’une dizaine d’années c’est la récompense de beaucoup de travail pour beaucoup d’émotion. Je souhaite ces moments de joie à beaucoup de mes confrères  ».

 

Propos recueillis par Eric AUPHAN
Photos Luc PERO

27/09/2009

SAINT-REMY-DE-PROVENCE *AS*

Dimanche 27 septembre 2009

FANFAN LA TULIPE NOIRE
VILLARD LE CHEVALIER BLANC

St Rémy 27 09 020.jpg
FANFAN - Benji

Entrée : 2/3 d'entrée. Organisateur : Comité des fêtes. Présidence : Philippe Gibert. Raseteurs droitiers : Gleize, Marquier, Sabatier, Savajano, Villard. Gauchers : A. Benafitou, Four. Tourneurs : Bensalah, Dunan, Garrido, Mata, Zaffaroni.

 

St Rémy 27 09 036.jpgLa pena de Saint-Etienne-du-Grès, la demoiselle de Saint-Rémy, les Arlésiennes et le faste habituel dans une course qui ne restera pas dans les annales. Elle n’a d’ailleurs valu que par les taureaux de fin de partie. Fanfan (3e) cocardier solide remporte le prix devant Mazarin (7e) barricadier vaillant et plaisant. Le reste est très moyen. Chez les blanc Little Benji nous régale. Il s’applique à faire plaisir et s’adjuge logiquement le prix du meilleur animateur. Gleize fournit aussi des efforts conséquents mais les autres ne sont pas assez réguliers.
Aux pompons, la liqueur blanche fond sur GENEPY (La Galère) pendant cinq minutes de grande intensité et malgré tout quelques percussions mais en huit minutes trente l’unique ficelle tombe. 2 Carmen et rentrée.
GABY (Chauvet) d’entrée se dresse au dessus des bois ou passe le poitrail mais au fil des minutes il manque de mordant et s’il garde ses ficelles, les rasets s’espacent au fil des minutes. 3 Carmen et retour contesté.
Attentif et toujours bien placé, FANFAN (Caillan) une fois les attributs levés pose problème. Il termine ses poursuites, fait voler les planches, enclenche une série, enferme Bénafitou, serre Sabatier et pousse Gleize accroché dans la ficelle que lève Four à deux minutes du terme. Une excellente prestation de cocardier qui lui vaut le 25 ème souvenir Pierre Gon avec 7 Carmen dont retour.
SAURON (Fabre-Mailhan)   maîtrise l’espace et la joue cocardier. Il enferme Gleize et déséquilibre Villard sur le raset qui sont ses adversaires les plus assidus mais aux ficelles il est trop délaissé. 4 Carmen et retour.
CATALAN (Saumade) ne vient pas à chaque fois mais parfois il le fait franchement. A mi course il traverse la piste en largeur avec Marquier mais sa course manque de rythme et les torts semblent partagés. 1 Carmen.
CO BLANCO (Lautier) a perdu son côté spectaculaire et se montre en dessous de sa valeur sauf à la treizième lorsqu’il frappe après Gleize. Mou, il conserve néanmoins une ficelle. 2 Carmen.
D’entrée MAZARIN (Joncas, hp) annonce la couleur aux planches sur Villard qui sera son meilleur partenaire (6) Four (3) et Marquier. Un valeureux combattant, vaillant et motivé qui manque le prix de peu avec 8 Carmen et retour pour le final qu’il fallait.

Texte et Photos Eric AUPHAN

 

Sauron.jpg
SAURON - Villard
St Rémy 27 09 058.jpg
SAURON - Gleize
MAZARIN.jpg
MAZARIN le dangereux barricadier du Joncas sur Four

 

Trophée des As : Villard, 16 ; A. Benafitou et Four, 9 ;  Gleize, Marquier et Sabatier, 5.

Trophée de Raseteurs : Savajano, 4 points.