Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/10/2009

58e FINALE DU TROPHEE DES AS

LES HOMMES

EN PLACE POUR LA CAPELADO ARLESIENNE

 

CAPELADO.jpg

 

Dimanche, c’est la 58e finale du Trophée des As. Douze valeureux raseteurs vont affronter sept redoutables cocardiers dans l’amphithéâtre arlésien où Sabri Allouani va décrocher un 9e titre. Un record de victoires difficile à battre. Cette saison, il réalise le grand chelem avec la prestigieuse Cocarde d’Or et la Palme d’Or. Champion expérimenté et sportif accompli, il n’a plus ses jambes de vingt ans mais sa soif de victoire est intacte.
Son dauphin Benjamin Villard est pétillant. Toujours loyal et respectueux envers le public il l’est aussi avec ses adversaires noirs et les avantage souvent dans des rasets spectaculaires. Un chouchou auprès du public. Après une année d’absence, Alexandre Gleize est de retour avec une soif de rasets. Toujours souriant, il ne s’économise pas et se transforme souvent en leader de course. Un sympathique retour. A gauche, le jeune Saintois Bastien Four effectue une saison pleine d’espoir. Parti sur les chapeaux de roue, il marque un peu le pas mais sa première saison est très prometteuse. Le vainqueur 2007 Loïc Auzolle est un travailleur. Un peu en manque d’efficacité cette année, on peut compter sur lui et sur son abnégation. Honnête, Julien Ouffe s’implique toujours loyalement dans son rôle et ne déçoit jamais. Un gaucher virevoltant dont la présence est un gage de réussite.
Élégant, Hadrien Poujol déçoit rarement mais perturbé par des ennuis physiques à répétition, il a du mal à retrouver son meilleur niveau. Il s’offre une méritoire 7e place. Habitué au podium, Adil Benafitou a eu un début de saison difficile. Il s’accroche et fait parti des bons gauchers du moment. Avec plus de constance, il peut viser plus haut. Le physique est le point fort de Mathieu Marquier, un garçon pétri de qualités qui a tout pour réussir mais doit parfois se faire violence devant la difficulté. D’un caractère trempé, Victor Jourdan est le combattant type. Insensible aux chocs, il paye souvent de sa personne mais n’abdique jamais. Fougueux, Damien Martin-Cocher est capable de rivaliser avec les meilleurs et sait avantager les taureaux pour des actions souvent spectaculaires. Après un début en demi-teinte, David Sabatier revient dans le coup et effectue une bonne fin de saison.
Au classement, les jeux sont faits et même si quelques places sont incertaines, on espère que tous auront à cœur de briller de mille feux.

Eric AUPHAN

Photo C. ITIER

08/10/2009

FINALE DU TROPHEE DES AS : LES COCARDIERS

SEPT DONT UN EN OR

 

Voici la présentation des sept cocardiers qui vont fouler le sable du grand amphithéâtre Arlésien au vu des courses effectuées au Trophée des As. La surprise, c’est l’absence de Rodin (5e) blessé et la sélection de Petit Lou. Ce dernier s’intercale en seconde position mais est capable de créer une bonne surprise. Géricault reste sur une superbe victoire à la Palme d’Or, Pasteur étrennera son titre, Coyote aura l’occasion de s’affirmer un peu plus au haut niveau, Yvan a les moyens de viser le prix du meilleur taureau s’il est dans les mêmes dispositions que l’année dernière et Mathis devrait offrir le feu d’artifice final. Dans l’ordre de sortie.

GERICAULT (Chauvet) N ° 013 - 9 ans - 3 sorties (19/04 Grau du Roi - 24/05 Istres - 27/07 Beaucaire). Peu sorti mais pétillant comme le champagne, le petit taureau de Cadenet a prouvé lors de la Finale de la Palme d’or en remportant le prix du meilleur taureau de la compétition qu’il pouvait s’imposer dans n’importe quelle arène.
PETIT LOU (Chaballier) N° 7196 - 12 ans - 6 sorties (19/04 Beaucaire - 03/05 St Rémy de Provence - 21/06 Grau du Roi - 12/07 Beaucaire – 18/08 Le Crès - 06/09 Nîmes). Habitué à ouvrir les hostilités le taureau est du genre coriace. Il faut de la technique pour ravir les attributs du cocardier de Lunel-Viel capable de sauter en contre piste pour chercher l’homme ou le spectateur. Il saura se faire respecter.
EMBRUN (Nicollin) N° 061 - 9 ans - 6 sorties (15/03 Mauguio - 26/04 Vauvert - 23/05 Marsillargues - 21/06 Sommières - 22/08 Beauvoisin – 17/09 Grau du Roi) Pourrait faire de belles vagues si les hommes arrivent à surfer entre ses cornes. Un Nicollin plein de vaillance qui ne demande qu’à extérioriser ses qualités et toute sa noblesse.
PASTEUR allou.jpg◄ PASTEUR (Fabre-Mailhan) N° 128 - 8 ans - 6 sorties (15/03 Mauguio - 17/05 Grau du Roi - 14/06 Lansargues - 18/07 Lunel - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 20/09 Grau du Roi) Le bioù d’or réalise une saison complète. Il est vif et maîtrise l’anticipation à merveille et quand son adversaire blanc le tire dans des rasets avantageux, il sait finir de façon rageuse aux planches. Placement, intelligence, il n’est pas facile à manœuvrer des deux côtés. Espérons que le bioù d’or ne rate pas sa finale comme cela est si souvent arrivé.
COYOTE (Caillan) N° 209 - 7 ans - 4 sorties (15/03 Mauguio - 13/04 Mouriès - 23/08 Eyragues - 13/09 Châteaurenard). Il est le plus jeune mais déjà une sérieuse difficulté. Difficile, il est appréhendé par les raseteurs qui ne sont pas légion à se bousculer sur son frontal. Seul le duo Allouani - Villard semble le maîtriser et à son âge il est un sérieux candidat pour la saison prochaine.
YVAN VILLARD.jpg► YVAN (Lou Pantaï) N° 020 - 9 ans - 6 sorties (23/03 Vauvert - 19/04 Beaucaire - 05/07Chateaurenard - 27/07 Beaucaire - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 20/09 Grau du Roi). Toujours régulier le petit bioù du mas de Bardouine maîtrise le combat à merveille. C’est le cocardier type qui gère l’espace et anticipe à merveille même si cette saison il a baissé le pied à deux reprises. Sa finale l’année dernière avait été somptueuse, souhaitons qu’il en soit de même cette année. 
MATHIS.- (Lautier) 812 - 11 ans - 07 sorties (14/03 Saint Martin de Crau - 19/04 Grau du Roi - 10/05 Palavas - 31/05 Les Saintes Marie de la Mer - 12/07 Beaucaire - 15/08 Grau du Roi - 13/09 Châteaurenard). Le bioù d’or 2006 a un côté spectaculaire capable d’enchanter les gradins. Nul doute que le taureau du mas de Reboul sera à la hauteur de l’évènement et terminera la course sur une note barricadière.
Quant à RODIN (Les Baumelles) N° 911 - 10 ans - 6 sorties (13/04 Lunel - 10/05 Palavas - 12/07 Beaucaire - 14/08 Les Saintes Marie de la Mer - 06/09 Nîmes). Initialement prévu en cinquième position le taureau ne pourra pas participer à la finale en raison du réveil d’une blessure contractée lors de sa dernière course à Nîmes. Dommage pour les afeciouna, le taureau et la course camarguaise.

 

Eric AUPHAN

Photos C. ITIER

05/10/2009

PASTEUR DE FABRE-MAILHAN : BIOU D'OR 2009

UNE ELECTION PASSIONNÉMENT SUIVIE

 

PASTEUR 4.jpg
Photo Luc PERO

Quarante ans après le premier Biou d'Or de Rami (1969 et 1971) la manade Fabre-Mailhan s'octroie la récompense la plus convoitée de la course camarguaise. Le dépouillement des votes de la commission du Trophée Taurin, plus le bulletin du vainqueur du Trophée des As Sabri Allouani et du  président de l'Association des raseteurs Nicolas Noguera, (soit 27 bulletins) a été passionnément suivi par les supporters des Bernacles et des Baumelles, tant les deux prétendants principaux (Pasteur et Rodin) ont été au coude à coude toute la saison. Le nombre de voix en est l'illustration. Le choix n'a pas été facile. Et dans un relais culturel archicomble, au final, Pasteur avec 14 voix l'emporte face à Rodin (11), 1 suffrage pour Mathis, 1 pour Yvan.

Martine ALIAGA

LES REACTIONS APRES LE VOTE

VOTE.jpg

Jacques Mailhan (Manade Fabre-Mailhan, propriétaire de Pasteur) : « Ce titre suprême est un grand bonheur et revêt une grande importance. J’ai une pensée pour Rami et pour mon père qui de la haut doivent être contents. Pasteur c’est la nouvelle génération après Rami en 1969 et 1971 qu’on attendait depuis longtemps. On a toujours eu de très bons taureaux comme Braconnier qui avait manqué le titre d’une voix mais Pasteur c’est un peu un surdoué qui depuis qu’il est très jeune sait tout faire».
Joël Linsolas (Manade des Baumelles, éleveur de Rodin): « Honnêtement je suis déçu mais je sais très bien qu’il faut un gagnant et un perdant. Je pensais quand même que Rodin était dans le prix avec la saison qu’il a faite. J’aimerais que les gens qui n’ont pas voté pour Rodin me disent ce qu’ils reprochent au taureau. Il y a peu être quelque chose que je n’ai pas vu en Rodin mais il est en haut de l’affiche depuis trois ans. Pasteur est un très bon taureau mais pour moi il y a seulement trois courses qu’on vient de le découvrir. Je remercie sincèrement les onze personnes qui ont voté pour Rodin ».
Aimé Hugon  (membre de la Commission du Trophée Taurin et président du club taurin Lou Bandot) : « Pasteur et Rodin ont fait une saison complète tous les deux. On trouvera toujours à redire mais c’est un choix que tous les membres de la commission ont fait seul chez eux sans influence ».
Nicolas Noguera (président de l’Association des Raseteurs) : « Le vote reflète la saison des taureaux Pasteur et Rodin. Deux bons taureaux avec des qualités différentes. Ils n’ont pas fait les mêmes pistes C’est mérité même si Pasteur a fait toutes les grandes pistes sauf Lansargues et Mauguio ce qui n’est pas un critère de non choix. C’est dommage pour Rodin qui est un excellent taureau mais il l’aura peut-être l’année prochaine ».

VOTE 2.jpg

Propos recueillis par Eric AUPHAN
Photos Luc PERO

FINALE DU TROPHÉE DES RASETEURS - BARBENTANE

Samedi 3 Octobre 2009

F. JOCKIN ET ALESIEN DEUX BEAUX VAINQUEURS

ZZZZZ.jpg
LA FINALE

Les cavaliers de l'Amicale Equestre de la Montagnette, les Arlésiennes du pays d'Arles, la pena de St Etienne du Grés, Marc Sérignan au micro et les arènes pleines, la capelado des raseteurs pouvait débuter. Jockin, Ricci, Fadli, Noguera, Savajano, Estevan, Moine, Ruiz et les quatre tourneurs, P.Rado, Lizon, Babacène, Ménargues saluent la présidence.
Cette finale qui a manqué de travail soutenu a tout de même valu pa la qualité des rasets et la correction exemplaire des hommes en blanc. Jockin en leader a honoré sa première place, tandis que Moine le plus constant a eu les faveurs du public,  Ruiz à gauche s'est particulièrement distingué. ALESIEN de Briaux frères mérite (aprés une saison exemplaire) le prix du meilleur cocardier de cette finale.

ALEJOCK 2.jpgGENEROUS de Nicollin, pour quelques belles poursuites notamment sur les gauchers. Ses ficelles au toril et trois Carmen.
ENZO de Chauvet, bizarre, brouillon, rien de bien positif à son actif. Quinze minutes.
RABINA de Guillierme, ficelé comme un taureau de protection il n'a pu faute de temps mettre en exergue son tempérament de guerrier. Il s'incline avec vaillance au bout de six minutes.
◄ALESIEN de Briaux, trouve trés vite sa place à droite du toril et de là se fait cocardièrement respecté (12 minutes les pompons). Barricadier à souhait il se soulève une bonne douzaine de fois au terme de belles poursuites. Ses ficelles au toril, une cascade de Carmen, l'ovation et le prix du jour pour sa maîtrise du combat, son côté spectaculaire, et le danger qu'il met aux barricades.
CORAIL de Gillet, paraît facile pourant il surprend Moine, l'enferme, l'attrape par le tee-shirt, le déséquilibre et l'envoie valser par dessus la barrière (juste un gros cordon...ouf!). Deux gros coups aux planches sur Ruiz et Ricci et le taureau devient distrait. Encore quelques enfermées (trop souvent honorées) et il rentre ses nombreux tours de ficelles en musique.
PATTON du Joncas, est celui qui a le plus souffert du manque de rythme. Dommage car il en avait sous le sabot. Quelques jolis coups, ses ficelles au toril et des Carmen.
SIFFLET de Blatière-Bessac, assez lourd dans ses répliques il effectue tout de même sous l'impulsion de Ruiz, Estevan, Jockin, Moine quelques belles actions aux planches, dont une où il bascule aprés Jockin. Musique

Texte et Photos Luc PERO

LA FRAYEUR... CORAIL - MOINE
****************************

CORAIL 1.jpg
CORAIL 2.jpg
CORAIL 3.jpg

LES REACTIONS A CHAUD APRES LA REMISE DES PRIX
**********************************************
GR 2.jpg

JOCK&Fils.jpgFrédéric JOCKIN (vainqueur du Trophée des Raseteurs pour la seconde fois consécutive) : «Comme l’an dernier cela fait plaisir de gagner. Ça récompense une saison. Ce que je retiens surtout c’est le plaisir de raseter car les deux dernières années aux As ont été difficiles. Je touche des têtes, je lève, je me régale et c’est l’essentiel».

Fabien GRAMMATICO (2e) : «Je suis déçu de ne pas avoir pu participer à la finale mais j’ai effectué une bonne saison avec la Cerise d’or, à Remoulins, les Charretiers à Rognonas, le Marius Gardiol à Beaucaire. Certainement une de mes meilleures saison donc c’est positif».

Jean Louis RICCI (3e) : «Je suis content car j’ai bien géré ma saison. Ma seule petite déception c’est ma 2ème place aux vaches car pour garder mon classement au trophée taurin je n'ai pas fait toutes les courses échouant à quelques points de la 1ère place».

BRIAUX.jpgDavid MOINE (4e) : «C’est dommage, la course a manqué un peu de rythme et d’envie au niveau des hommes. Je suis content de ma saison effectuée sans blessure et j’espère que cela va continuer. Je remercie les organisateurs pour leur confiance. Corail de Gillet je le connais mais il m’a surpris en se jetant fort au milieu, ensuite on ne réfléchit plus et j’aurais peut-être du me coucher».

Claude BRIAUX (de la manade Briaux Frères propriétaire d'Alésien, meilleur taureau de la finale des Raseteurs) : «Je suis fier de mon taureau et de mon équipe. Je suis ému car pour une petite manade âgée d’une dizaine d’années c’est la récompense de beaucoup de travail pour beaucoup d’émotion. Je souhaite ces moments de joie à beaucoup de mes confrères  ».

 

Propos recueillis par Eric AUPHAN
Photos Luc PERO

27/09/2009

SAINT-REMY-DE-PROVENCE *AS*

Dimanche 27 septembre 2009

FANFAN LA TULIPE NOIRE
VILLARD LE CHEVALIER BLANC

St Rémy 27 09 020.jpg
FANFAN - Benji

Entrée : 2/3 d'entrée. Organisateur : Comité des fêtes. Présidence : Philippe Gibert. Raseteurs droitiers : Gleize, Marquier, Sabatier, Savajano, Villard. Gauchers : A. Benafitou, Four. Tourneurs : Bensalah, Dunan, Garrido, Mata, Zaffaroni.

 

St Rémy 27 09 036.jpgLa pena de Saint-Etienne-du-Grès, la demoiselle de Saint-Rémy, les Arlésiennes et le faste habituel dans une course qui ne restera pas dans les annales. Elle n’a d’ailleurs valu que par les taureaux de fin de partie. Fanfan (3e) cocardier solide remporte le prix devant Mazarin (7e) barricadier vaillant et plaisant. Le reste est très moyen. Chez les blanc Little Benji nous régale. Il s’applique à faire plaisir et s’adjuge logiquement le prix du meilleur animateur. Gleize fournit aussi des efforts conséquents mais les autres ne sont pas assez réguliers.
Aux pompons, la liqueur blanche fond sur GENEPY (La Galère) pendant cinq minutes de grande intensité et malgré tout quelques percussions mais en huit minutes trente l’unique ficelle tombe. 2 Carmen et rentrée.
GABY (Chauvet) d’entrée se dresse au dessus des bois ou passe le poitrail mais au fil des minutes il manque de mordant et s’il garde ses ficelles, les rasets s’espacent au fil des minutes. 3 Carmen et retour contesté.
Attentif et toujours bien placé, FANFAN (Caillan) une fois les attributs levés pose problème. Il termine ses poursuites, fait voler les planches, enclenche une série, enferme Bénafitou, serre Sabatier et pousse Gleize accroché dans la ficelle que lève Four à deux minutes du terme. Une excellente prestation de cocardier qui lui vaut le 25 ème souvenir Pierre Gon avec 7 Carmen dont retour.
SAURON (Fabre-Mailhan)   maîtrise l’espace et la joue cocardier. Il enferme Gleize et déséquilibre Villard sur le raset qui sont ses adversaires les plus assidus mais aux ficelles il est trop délaissé. 4 Carmen et retour.
CATALAN (Saumade) ne vient pas à chaque fois mais parfois il le fait franchement. A mi course il traverse la piste en largeur avec Marquier mais sa course manque de rythme et les torts semblent partagés. 1 Carmen.
CO BLANCO (Lautier) a perdu son côté spectaculaire et se montre en dessous de sa valeur sauf à la treizième lorsqu’il frappe après Gleize. Mou, il conserve néanmoins une ficelle. 2 Carmen.
D’entrée MAZARIN (Joncas, hp) annonce la couleur aux planches sur Villard qui sera son meilleur partenaire (6) Four (3) et Marquier. Un valeureux combattant, vaillant et motivé qui manque le prix de peu avec 8 Carmen et retour pour le final qu’il fallait.

Texte et Photos Eric AUPHAN

 

Sauron.jpg
SAURON - Villard
St Rémy 27 09 058.jpg
SAURON - Gleize
MAZARIN.jpg
MAZARIN le dangereux barricadier du Joncas sur Four

 

Trophée des As : Villard, 16 ; A. Benafitou et Four, 9 ;  Gleize, Marquier et Sabatier, 5.

Trophée de Raseteurs : Savajano, 4 points.

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 27 septembre 2009

LEVENTI AVEC PANACHE ! ALLOUANI ENCORE... !

Gastounet.jpg
GASTOUNET et Sabri pour la parade finale !

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT Fiesta y toro. Présidence : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Daniel, Jockin, Outarka, Mascarin. Gauchers : Martin-Cocher, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Benzegh, V. Dengerma, Kerfouche, Zerti.

Le Trophée Albert-Dubout est, une fois de plus, remporté par Allouani juste devant Ouffe et Jockin. Meilleur taureau de la saison Rodin des Baumelles et sur la journée ▼Leventi de Plo. Un prix spécial est attribué à Michou pour l’ensemble de sa carrière.
Leventi.jpgForest (L’Argentière).- Peu raseté à sa sortie, il faut attendre la 4e minute pour voir les véritables premiers échanges. Rien de bien saillant en début de prestation, puis sur la fin, avec un peu plus de travail, il se déride et effectue quatre jolies poursuites sur Allouani (3), Ouffe et deux sauts derrière Allouani, Jockin. Ficelles au toril et 4 fois la musique.
Varenne (Lautier).- Travaillé avec parcimonie et presque exclusivement par Julien Ouffe, le biòu ne peut donner sa pleine mesure. Heureusement, en fin de parcours, la 2e ficelle donne lieu à quelques belles séquences que le disque honore cinq fois.
Michou (Les Baumelles).- Pour la dernière sortie de sa carrière en Languedoc, Michou affiche encore son tempérament et son talent de cocardier. Placement, sélection et finitions font toujours partie de ses qualités. Peu sollicité, il réintègre le toril porteur de ses ficelles. Carmen en course ainsi qu’à son retour saluant l’ensemble de sa carrière.
Leventi (Plo).- Devant le peu d’ardeur des hommes, il n’a aucun mal à imposer sa supériorité. Puis, quand même, les hommes s’enhardissent et c’est un festival d’enfermées sur Outarka, Jockin, ainsi que des séries hautement rythmées et conclues cornes aux planches qui cèdent sous l’impact de la corne. Du beau spectacle pour 8 Carmen et l’ovation au retour avec une ficelle.
Pesquie.jpgClovis (Margé).- Toujours en mouvement, il n’est raseté que sur ses déplacements et malgré ce, il se soulève sur Ouffe, Martin-Cocher, Outarka ; bascule sur Allouani et donne des enchaînements pour 4 Carmen dans 12 minutes.
Pesquié (Saumade).- ►Le grand barricadier du mas de l’Abbaye a encore tamponné comme à ses plus belles années. Ouffe, Outarka, Allouani, Martin-Cocher, Jockin sont gratifiés d’actions superbes. Quelques plages de récupération mais au final ses ficelles au toril et des Carmen.
Gastounet (Saint-Pierre, hp).- Il a assuré sa partition. Du spectacle avec d’énormes coups de barrière sur Allouani, Outarka, Ouffe. La musique et un gland au retour.

Texte et Photos Luc PERO

Trophée des As : Ouffe, 16 points ; Outarka, 10 ; Allouani, 9 ; Martin-Cocher, 8 ; Oleskevich, 2.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 20 points.

 

*******************

LEVENTI UN BRILLANT VAINQUEUR

Leventi Outrka.jpg
Avec OUTARKA
Leventi.jpg Jockin.jpg
JOCKIN
Leventi.jouffe pg.jpg
OUFFE
Leventi.jpg Outar 2.jpg
OUTARKA

21/09/2009

LE GRAU-DU-ROI : 39e FINALE DU TROPHEE DE LA MER

Dimanche 20 septembre 2009

SUCCES POPULAIRE :
DU BON, DU TRES BON ET QUELQUES DECEPTIONS

GRAU1.jpg

L'affiche promettait et les spectateurs ont répondu présent. Bien avant l'heure de la capelado, Le Grau plein comme un oeuf s'attend à la fête totale et patiente enchanté du tri en piste proposé par l'équipe de Renaud Vinuesa. A la présidence Jacques Valentin, assisté de Régis Fesquet, salue à la capelado les droitiers Allouani, Auzolle, Garcia, Jourdan, Outarka, Villard, les gauchers A. Benafitou, Mebarek, Ouffe et les tourneurs Benzegh, Beker, Bensalah, Mata, Zerti. Il mènera les débats sereinement en faisant monter les enchères et l'ambiance bien à propos, sans aucun problème avec des acteurs blancs, en ce jour, bien disciplinés. Pourtant, malgré la qualité de certains échanges, l'arène n'a jamais basculé dans la folie des grands jours. Pourquoi ? Celui qui a la réponse détient la clef du paradis camarguais.

GRAU2.jpgLES TAUREAUX : Pasteur (Fabre-Mailhan, 5e ◄ photo avec Allouani) remporte les suffrages. C'est mérité. Le cocardier des Bernacles dominateur, attentif, a compliqué le jeu par sa vista, sa solidité, ses anticipations et rentre ses ficelles superbement primées. Yvan (Le Pantaï, 4e) a alterné le bon et le moins bon mais ses quatre minutes (de la 10e à la 14e) ont été un modèle du genre. Flamenco (du Joncas, 3e) n'a pas été raseté au bon tempo. Les rasets au compte-goutte ne sont pas son fort, c'est quand les enchaînements s'accélèrent qu'il brille. Là les hommes n'ont pas assez insisté. Clodomir (Bon, 7e hors points Trophée, comptant pour la Mer, en supplément dix minutes) a bien joué son rôle aidé des blancs. Guépard (Cuillé, 6e) n'était pas dans un bon jour, il a manqué de mordant et de sollicitations.  Gregau (Saumade,  1er) ponctue son quart d'heure de quelques agressions et Bambou (Chauvet, 2e) s'éteint à la 8e.

LES HOMMES : Allouani maîtrise au mieux sa fin de saison. Il s'implique notamment avec Pasteur avec qui il décline la gamme des rasets réservés aux grands. A. Benafitou et Ouffe s'investissent tout au long de l'après-midi et prennent respectivement la 3e et 2e place. Villard, assidu, mouille le maillot et Garcia, toujours appliqué et propre dans son bon travail. 

LE PALMARES : Meilleur taureau, Pasteur de Fabre-Mailhan.
Meilleurs raseteurs : 1. Allouani ; 2. Ouffe ; 3. A. Benafitou.

GRAU3.jpg

▲ Julien Ouffe avec Clodomir de Bon
▼ Adil Benafitou avec Yvan du Pantaï
GRAU4.jpg
▼ Benjamin Villard et Flamenco du Joncas
GRAU5.jpg
****************************************
LA COURSE
Gregau (Saumade).- En mouvement, répond à tout avec des accélérations parfois bien abouties (Jourdan, Auzolle, Allouani 2 fois et A. Benafitou). 1 ficelle au toril 5 Carmen et retour.
Bambou (Chauvet).- Tou feu tout flamme à sa sortie, des réactions sévères qu'il accompagne de la corne (Allouani, Ouffe, Garcia), un escrimeur qui impose la réflexion. Mais à la 8e, cul aux planches, sélectionne jusqu'à ne plus rien vouloir. Les ficelles rentrent avec 4 Carmen pendant, plus rentrée (contesté).
Flamenco (Le Joncas).- Les premiers attributs se volatilisent en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire. Aux ficelles, il n'est pas assez sollicité et perd en concentration sans trouver son placement. Dommage, car dans les dernières minutes, où là les rasets s'enchaînent, Flamenco se chauffe notamment pour conclure rageusement sur Villard,  Garcia, Jourdan, Ouffe. Les ficelles à la maison. 3 Carmen et retour.
Yvan (Le Pantaï).- Il alterne les déplacements brouillons où il est vulnérable, les placements  dans les planches d'où il laisse passer et les très bons moments où, surtout avec A. Benafitou et J. Ouffe, on retrouve le cocardier qu'on aime, coupant le terrain, offensif jusqu'aux planches, dangereux par sa vitesse. Le raset du jour : celui de Julien qui l'embarque le long des planches et qui dure... dure... jusqu'à l'explosion aux bois. Aussi du danger avec Benafitou, anticipé ; Outarka quiché ; Villard pressé. Des Carmen (7 tout de même !) et retour.
Pasteur (Fabre-Mailhan).- Placement et déplacements maîtrisés, puissance, rapidité. Deux petits pas de côté pour fermer la porte et la vista en prime. Prend deux rasets (qu'avec ceux qui le défient dans son terrain) et se repositionne. Anticipations et longs rasets (Allouani 4 fois, Villard 2 fois, Auzolle, Outarka) sont de purs moments d'aficion ; sans parler de ce long site de Sabri qui finit en explosion aux planches. Rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Guépard (Cuillé).- Sans se placer, au petit trot, honore des séries qu'il conclut de belle manière quelques fois (Allouani, Outarka, Villard). C'est avec Benjamin Villard, qui lui propose de longs échanges qu'il va le plus briller même si aujourd'hui il manque de mordant et aussi de solliciations. Une ficelle rentre. 5 Carmen et retour.
Clodomir (Bon, hp).- On oublie son gros gabarit et ses cornes impressionnantes vu la légéreté avec laquelle il saute en contre-piste. Met du coeur derrière les hommes et mieux vaut s'accrocher haut aux tubes. Des coups de barrière sur Auzolle, Ouffe, Allouani, Villard, A. Benafitou la musique en boucle et les ficelles au toril.

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER

20/09/2009

CLINS D'OEIL DU GRAU (2)

Jeudi 17 Septembre 2009

JEUDI CHAUD ! POUR CYRIL

Lors de la deuxième journée du Trophée de la Mer, Cyril Garcia un des meilleurs hommes du jour, a pas mal payé de sa personne, heureusement sans conséquences graves.

FANAL-Garcia.jpg
Cyril avec FANAL de Cuillé
ALESI2N 1.jpg
ALESI2N 2.jpg
et ALESIEN de Briaux.
****************************
D.Siméon.jpg
Daniel Siméon, l'organisateur prévoit tout...
même le "Bob" pour le soleil !
Photos Luc PERO

17/09/2009

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Jeudi 17 septembre

LE TRIO : EMBRUN, MARCELLIN, ALESIEN

EMBRUN.jpg
EMBRUN sur Nabil Benafitou

 

Entrée : 3/5e d’arène. Organisateur : Régie municipale. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Garcia, Jourdan, Outarka, Villard. Gauchers : A. Benafitou, N. Benafitou, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Beker, Bensalah, Benzegh, Kherfouche, Zerti.


FANAL 10x12.jpgDeux parties bien distinctes pour cette 2e journée du Trophée de la Mer. Une première bien raide et une seconde où les satisfactions l’emportent. Dix hommes en piste pour une ambiance parfois brouillonne avec toutefois de bons passages. Notamment avec Embrun, Marcellin et Alésien.
Lancier (Lautier).- Placé, il oblige à la réflexion. Il faut aller le chercher au plus près pour qu’il déclenche alors il se montre dangereux (Garcia, Jourdan, Allouani). Mais beaucoup trop de retenue par moments. Une ficelle rentre.
Fanal (Cuillé).- (photo çi-contre)Coureur, chasseur à l’entame, il a du mal à tenir le rythme imposé par les hommes. Mais il se met en colère et retrouve les pattes de ses jeunes années, s’envoie sur Garcia (3 fois dont un accrochage), A. Benafitou, Allouani (2). La pression  est forte, le président lui accorde un répit et dans la foulée, il cède sa 2e ficelle. 12 minutes agréables, 5 Carmen et retour.
Vidourlen (Mermoux).- Trop souvent décollé des plaches voire au milieu d’où il ne veut pas bouger. En revanche, près des planches, ses poursuites sont poussées voire corsées. Mais à ces moments-là, les hommes n’y sont plus trop allés. Les ficelles rentrent.
Embrun (Nicollin).- Les premiers échanges sont brouillons. Mais l’envie et la générosité d’Embrun trouvent preneurs notamment chez les gauchers qui régalent de belles longueurs conclues. Mais aussi des enfermées à droite (Jourdan, Auzolle) pour un bon quart d’heure 6 Carmen et retour.
Marcellin (Rouquette).- Vite délesté de ses premiers attributs, il trouve les bonnes positions aux ficelles. Marcellin gère et sait se sortir du paquet trop gourmand. Il se livre dans de beaux enchaînements, maître dans ses enfermées (Villard, N.Benafitou) et présent jusqu’aux planches. Attentif jusqu’au bout, il rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.
Alésien (Briaux).- La bourre du début ne le sert pas, et il se perd un peu. Pour vite se reprendre. Placé,  il s’engage dans une dizaine de  grosses actions aux planches, met en danger Garcia, Jourdan.   Au fil de son quart d’heure, Alésien gagne et se fait respecter jusqu’à rentrer ses ficelles en musique. 8 Carmen et retour.
Dragon (Blatière-Bessac, hp).- Chaud comme la braise, violent aux planches et méchant jusqu’à se faire mal. 10 minutes et des Carmen.
 
Martine ALIAGA
ALESIEN.jpg
ALESIEN et Victor Jourdan

Trophée des As : Allouani, 7,5 points ; Villard, 5,5 ; A. Benafitou, 4 ; Oufffe, 3,5 ; Outarka, 2,5 ; Auzolle, 1,5 ; Jourdan, 1.

15/09/2009

CLINS D'OEIL DU GRAU

Dimanche 13 septembre 2009

OMEGA (Ricard) MET L'AMBIANCE

OMEGA 1.jpg
Outarka - Kerfouche une équipe unie dans les moments chauds !
OMEGA 2.jpg
Ouffe imprudent qui ne s'accroche pas...
OMEGA 3.jpg
...s'en tire finalement bien, Ouf !

13/09/2009

LE GRAU-DU-ROI *AS* 1re JOURNEE DU TROPHEE DE LA MER

Dimanche 13 septembre 2009

LES SEPT ANS A L'HONNEUR
MOLIERE ALLOU.jpg
MOLIERE de Cuillé sur Allouani
 
Entrée : presque plein. Organisateur : Régie municipale. Présidence : Jacques Valentin.  Raseteurs droitiers : Allouni, Jourdan, Garcia, Outarka. Gauchers : A. et N. Benafitou, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Benzegh, Bensalah, Beker, Kerfouche, Zerti.

athor 9X12.jpgFélicitations à l’organisateur et surtout aux manadiers, ils ont osé ! Deux taureaux de 7 ans – Molière, Athor(photo ci-contre) – aux As et aux 3e et 4e places. En récompense, ils sont de loin les meilleurs du concours. Côté blanc, Allouani et Ouffe tirent la caravane.
Viennois (Ribaud).- En deux temps, trois mouvements, il laisse ses pompons, puis se donne dans des séries pour 1 Carmen. Il réintègre le toril dépouillé à la 10e.
Rostand (Blatière-Bessac).- Mobile au début, il prend le raset mais le lâche souvent à la sortie. Positionné, il n’est guère plus assidu avec à sa décharge, un travail irrégulier. Un coup de barrière sur Ouffe dans presque 15 minutes.
Molière (Cuillé).- A 7  ans, il ne manque ni de métier, ni de méchanceté pour tenir tête aux blancs. Brillant aussi, ses finitions spectaculaires dont trois coups successifs, déclenchent les bravos. Il ne laisse rien sans réponse et change de terrain pour se dégager. Il frappe encore de multiples fois sur Allouani (5), Jourdan, Garcia, Outarka, Ouffe. 7 Carmen résonnent dans 15 belles minutes.
Athor (Daumas).- 7 ans lui aussi. Et d’entrée, il effectue une belle série sans subir. Il ne se laisse pas enfermer et donne des enchaînements conclus, cornes pointées dangereusement. Petit à petit, il impose son placement, sa vitesse et maîtrise le combat. Inabordable aux ficelles, il les rentre fortement primées. 7 fois les honneurs sont joués.
Belori (Nicollin).- Il débute en se soulevant sur Allouani, puis accepte une série et va se positionner au centre. Délogé, il donne quelques bonnes répliques conclues sur Ouffe (4). Une ficelle au toril et des Carmen.
Omega (Ricard).- Il saute seul, puis derrière Outarka et enferme Ouffe sur une belle longueur. Puis, pris au vire-vire, il se livre bien dans de nombreuses séries. Il saute sur Ouffe qui ne s’accroche pas… Rien… Ouf ! Des Carmen et ses ficelles au retour.
Caïman (Margé, hp).- Quelques coups aux planches. Musique !

Texte et Photos Luc PERO
 
Trophée des As : Allouani, 16 points ; Ouffe, 12 ; Jourdan, 9 ; Outarka, 7 ; N. Benafitou, 7 ; A. Benafitou, 4 ; Oleskevich, 2.

06/09/2009

NIMES *AS*

Dimanche 6 septembre 2009

RODIN SEIGNEUR DE L'AMPHI

RODIN 2.jpg
Devant son "Pélot" RODIN anticipe sur Poujol

Entrée : 3 500 personnes. Org.: Simon Casas Prod. Présidence : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Jourdan, Gleize, Sabatier. Gauchers : A. Benafitou (sort au 5e), Clarion, Oleskevich (sort au 6e), Ouffe, Poujol. Tourneurs : Beker, Benzegh, T. Dengerma, Dunan, Zerti.

Remise.jpgLe palmarès du 2e Trophée Jean Lafont (sur deux courses) s’établit comme suit : 1er Allouani ; 2e Gleize ; 3e Poujol. Meilleur taurin à l’unanimité Rodin des Baumelles. Marcellin et Petit Lou en première partie, Rodin et Sparagus en seconde ont été les éléments majeurs de ce concours. Chez les hommes, les bravos iront à Clarion, Allouani, Gleize et Poujol dirigés par une présidence à la hauteur.
Petit Lou (Chaballier).- C’est aux ficelles que le biòu montre son véritable potentiel dans les longueurs de Clarion ou sur les attaques de Jourdan et Allouani. Un saut sur Clarion, de belles séries devant la présidence et 6 Carmen en récompense pour ce très bon premier.
Marcellin (Rouquette).- Pour sa première en (très) grande piste, il s’en est sorti à son avantage, cherchant même l’affrontement aux ficelles. Bien calé dans le terrain des planches, Allouani est gratifié de deux coups de barrière alors que le biòu brille aussi sur les cites de Clarion. Une ficelle au toril, 3 Carmen pour un sérieux combattant.
Périclès (Nicollin).- Au fil des minutes, se bonifie sur les attaques de Gleize, Ouffe, Allouani. Calé aux bois, il manque de travail pour s’exprimer et perturbe raseteurs et tourneurs. Rentre ses ficelles. 2 Carmen et retour.
Jeannot (Grand Salan).- Personne ne dicte sa loi à Jeannot. Le biòu fait ce qu’il veut quand il veut. Calme, de son sitio, il sélectionne et garde ainsi son 2e  gland 7 minutes. Une certaine réserve, des finitions corne menaçante refroidissent les hommes qui ne le bousculent pas. Le biòu rentre ses ficelles. 2 Carmen.
Rodin (Les Baumelles).- Dès sa sortie, il se cale aux barrières et attend les événements. C’est Clarion qui déclenche les hostilités. Dans la foulée, Allouani et encore Clarion doivent rompre. Une longueur sur Clarion alors que Rodin calé au toril mestrèje. Les primes montent, le biòu change de terrain… Enfin une série et une énorme action sur Allouani. Une ficelle au toril, 4 Carmen et retour avec l’ovation.
Renoir (Cuillé). Au départ, il court beaucoup mais vient se soulever sur Clarion, Poujol (2). Les attributs levés, Renoir devient moins attentif et agressif qu’à son habitude. Malgré ce, il vient plusieurs fois percuter violemment aux planches pour 6 Carmen et une ficelle au toril.
Sparagus (Janin, hp).- Dès sa sortie, il fait le vide et signale à tout son monde que c’est lui le boss. Le premier raset n’interviendra d’ailleurs qu’à la 5e. Ensuite dominateur et cocardier, les blancs ne l’attaquent qu’avec prudence et peu d’élégance. Une course pleine de promesses d’avenir avec 1 gland au retour et les honneurs déjà joués.

                                                        Texte et photos Luc PERO

RODIN 1.jpg
RODIN enferme sérieusement Allouani
S1ARAGUS.jpg
SPARAGUS sur un des rares cites honnêtes qu'on lui a proposé...

Trophée des As : Allouani, 20 points ; Gleize, 12 ; Poujol, 11 ; Ouffe, 5 ; Clarion, 2 ; Jourdan, 2 ; A. Benafitou, 2 ; Sabatier, 1.

31/08/2009

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES

Dimanche 30 août 2009 
BOLERO, FALLONE, ÇA SWINGUE !
DSC07960 copie.jpg
BOLERO de Iris Lafon
 
Entrée : le plein. Organisateur : CT Le Trident.  Présidence : J. Valentin.  Raseteurs droitiers : Allouani, Jockin, Jourdan, Outarka, C. Galibert.
Gauchers : N. Benafitou, Clarion, Mebarek, Oleskevich.  Tourneurs : Benzegh, Beker, Bensalah. Fait marquant : exclusion pour un taureau du tourneur Bensalah.

C’est la clôture de la fête votive et les adieux de Christophe Galibert aux arènes de Saint-Geniès. Le concours n’a pas toujours captivé les présents mais Bolero et Fallone ont su mettre du rythme et se faire apprécier. Les hommes sont parfois studieux, parfois désordonnés.
Préférido (Vitou).- Nous avait habitués à plus de mordant dans la gestion du combat. Certes quelques poursuites mais rien de bien saillant dans quinze minutes.
Fier (Nicollin).- Se laisse ravir ses principaux attributs sans réaction spéciale. Aux ficelles, il subit et réagit sporadiquement avec quelques timides finitions. Puis la pression se relâche et il enferme sa seconde ficelle. Une fois la musique.
Boléro (Lafon).- Si pour les pompons il est quelque peu étouffé, aux ficelles les rasets coulés main sur le frontal de Clarion, Benafitou lui permettent de briller sur de belles longueurs. Il assure aussi de bons enchaînements et anticipe plusieurs actions pour quinze minutes sept fois honorées. Son duel avec Clarion est énorme de même que l’envolée qu’il effectue sur Allouani. Ses ficelles au toril et l’ovation.
Fallone (Janin).- Il sort avec la pêche et dans la foulée saute seul. Revenu en piste, il se donne bien volontiers et met du brio dans des finitions sur Allouani, Jourdan. Il retape encore plusieurs fois et saute sur Allouani dans neuf minutes quatre fois récompensées.
Ven Larg (Guillierme).- Il résiste bien aux attributs et donne une réplique ponctuée de quelques finitions. Petit à petit, il durcit sa garde et enferme ainsi ses ficelles.
Samson (Saumade).- Un tourneur étant exclu cela nuit peut-être au rendement du cocardier. Quoi qu’il en soit, c’est sans artifice, si ce n’est quelques poursuites timidement conclues que le biòu offre dans ses quinze minutes de présence. 2 Carmen.
Sifflet (Blatière-Bessac, hp).- Sur la première attaque, il saute sur Jockin, puis il brise les planches sur Clarion, tape sur Jourdan. Des Carmen et le dernier raset de Christophe Galibert.

VIDOURLE
DSC07966 copie.jpg
FALLONE de A et Y Janin
 
Trophée des As : Allouani, 17 points ; Jourdan, 10 ; Outarka, 9 ; Oleskevich, 8 ; Clarion, 4.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 18 points.

29/08/2009

LATTES *AS*

Samedi 29 août 2009
MITHRA - FLAMENCO : top niveau !
FLAMENCO.jpg
FLAMENCO - Guyon
 
Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT Lou Méjean. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Guyon, Marquier, Villard. Gauchers : Khaled, Ouffe, Poujol. Tourneurs : T. Dengerma, Lizon, Max, Zerti.

MITHRA.jpgUn après-midi taurin plutôt sympa avec des bons moments par les prestations supérieures de ◄Mithra très cocardier et Flamenco, barricadier de service.
Les hommes, quant à eux, ont dans l’ensemble bien travaillé avec une mention pour Guyon et Poujol auteurs des plus beaux rasets.
Paludié (Margé).- Plutôt irrégulier, il n’en demeure pas moins un partenaire spectaculaire par instant, assidu dans plusieurs séries. Il tient son rôle de premier avec  cinq fois les honneurs. Une ficelle au toril.
Franklin (Cuillé).- Se prête mieux aux attaques gauchères, et se signale sur les longueurs proposées par Poujol. Aux ficelles, les droitiers le forcent et lui donnent l’occasion de briller aussi sur ce côté. Deux coups de barrière sur Ouffe et Guyon. 13 minutes et cinq fois la musique.
Clovis (Margé).- Dès les premières minutes, il frappe, bascule sur Auzolle. Il tape ensuite sur Guyon et aux ficelles se livre sans vice pendant 7 minutes, deux fois récompensées en course.
Flamenco (Le Joncas).- Quelle générosité ! Quel brio ! Sur toutes les attaques, le biòu répond présent et se jette aux barricades en finition. Sur Guyon, c’est un festival mais les autres blancs ne sont pas oubliés. Enchaînements et coups de barrière sont récompensés six fois dans dix minutes de course.
Mithra (La Vidourlenque).- Parcourt la piste de long en large et se fait chiper ses attributs assez facilement. Puis un meilleur positionnement rend sa course plus sérieuse et il manque alors de travail soutenu. Coup sur coup, il frappe sur Auzolle et bascule derrière Guyon. Maître des lieux, il enferme ses ficelles en musique déjà 4 fois entendue.
Viennois (Cuillé).- On prend des précautions pour l’attaquer. Lui bien calé aux planches, attend. Pourtant entrepris, même s’il saute derrière, il montre ses limites. Ses ficelles au toril et deux fois la musique en course.

Texte et Photos Luc PERO

Trophée des As : Villard, 8 points ; Guyon, 7 ; Poujol, 6,5 ; Auzolle, 3,5 ; Ouffe, 2,5 ; Khaled, 1 ; Marquier, 0,5.

27/08/2009

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

Jeudi 27 août 2009
 
DU BON BOULOT
LANZA.jpg
LANZA - Outarka
 
Entrée : le plein. Organisateur : CT Le Trident. Présidence : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Jockin, Jourdan, Outarka. Gauchers : N. Benafitou, Clarion, Ouffe, Mebarek. Tourneurs : Benzegh, Beker, Bensalah, Kerfouche, Zerti.

GUILLIERME.jpgAprès l’hommage rendu à la manade Fanfonne Guillierme pour ses 70 ans de participation et d’amitié avec Saint-Geniès, huit hommes plus cinq tourneurs défilent. Leur travail correct mais d’une intensité suffisante est à souligner. Chacun dans ce contexte a fait apprécier ses aptitudes respectives. Il en est de même pour les cocardiers qui, dans l’ensemble, n’ont pas failli à la tâche.
Gévaudan (Rouquette).- Fait ce qu’il veut quand il veut, mais quand il veut c’est dangereux ! Le biòu exploite la moindre faute et sa cocarde seulement coupée retourne au toril. Applaudissements.
Guadalix (Janin).- Très mobile au début mais toujours disponible. Aux ficelles, les rasets s’allongent alors il distribue quelques poursuites et passe le museau à l’arrivée. Deux belles séries très bien menées avec une fin de course plus compliquée mais 3 Carmen le récompensent. Retour avec ses ficelles.
Tarnagas (Guillierme).- Avec bravoure, il se livre sur tous les cites et vient même se soulever au terme (Allouani, 2 fois ; Jockin, 2). Une interminable série déclenche les honneurs renouvelés quatre fois sur d’autres enchaînements. Il subit mais ne cèdera sa 2e ficelle qu’à la 12e minute.
Lanza (Blatière-Bessac).- Très véloce mais pas avare de ripostes, il donne du rythme à sa prestation et la pimente de puissants coups de barrière (Jourdan 3 fois, Outarka, Allouani). Brillantes, ses quinze minutes sont plusieurs fois honorées. Une ficelle au retour.
Darius (Saumade).- Rapidement dépourvu de ses attributs principaux, ce jeune biòu se défend avec ses atouts sans aucun refus. Onze minutes vaillantes.
Jodias (Nicollin).- Calme mais coquin car il peut s’envoyer au-delà des planches (Outarka). Il mène à son train et à son humeur les débats. Il se soulève sur Jourdan (3 fois), Allouani (2) dans onze minutes brillantes plusieurs fois honorées.

Texte et Photos Luc PERO
JODIAS.jpg
JODIAS - Jourdan

Trophée des As : Allouani, 10,5 points ; Mebarek, 7,5 ; N. Benafitou, 3 ; Clarion, 1,5 ; Ouffe, 1 ; Outarka, 1 ; Jourdan, 1,5.

19/08/2009

LE CRES *AS* TROPHEE DE LA GARRIGUE

Mardi 18 aout 2009

40º A L'OMBRE
ET MATHIEU MARQUIER FRAIS COMME UN GARDON

DSC07584.JPG
Mathieu MARQUIER élégant, efficace et travailleur
Marquier.jpgLe Trophée de la Garrigue 2009 est terminé vive le prochain. Celui-là ne laissera pas de souvenirs impérissables sinon celui d'un raseteur calme et pondéré, qui fait les rasets qu'il faut au moment propice, toujours sincère, propre, honnête. D'un bout à l'autre, tous les cocardiers ont eu affaires avec le grand droitier de Fos qui leur a laissé une partie de son pantalon sans se départir de sa sérénité. Les prix aux points et au mérite lui reviennent... normal. Sa complicité avec son tourneur Max Zaffaroni n'a échappé à personne et ce sont deux hommes heureux qui ont levé bouquets et trophées. Roger Andréo repart avec le trophée pour Figaret qui, à 13 ans, a été le plus motivé et le plus intéressant des six.
Les autres raseteurs Valette, Jourdan, Villard, Poujol, Martin-Cocher, A. Benafitou (sort au 4e, blessé) ont géré les affaires courantes. C'est vrai qu'il faisait très chaud, que nous étions en semaine, et après un marathon de pas mal de grosses courses dans les jambes...  Mais bon...
En hors d'oeuvre deux taureaux emboulés pour l'ET de Vendargues et au final une jolie remise des prix avec la pena, les gardians des manades L'Aurore et Vellas.
Petit Lou de Chaballier n'a pas eu à se décarcasser pour rentrer ses ficelles. Son placement, ses poursuites conclues avec la corne (2 Carmen)et la possiblité qu'il saute après ont dissuadé les blancs qui ont roumégué après les tours de ficelles...
Titouan (Cuillé), remuant, poursuivant jusqu'aux planches et se cabrant à l'arrivée, là aussi c'est pas la cohue. Ensuite, Titouan sélectionne et les blancs ne lui propose rien assez près pour l'intéresser aussi il "cabourdise" et "déquillerait" bien les spectateurs et le juge de piste pourtant haut perché. 3 Carmen pendant.
Vincent (Aubanel), en mouvement, il finit ou lâche, il suit ou pas... A la 9e, un coup de barrière sur Valette, un  engagement de Marquier, une traversée de Poujol, mais c'est long...
Figaret (du Ternen).- Au début, il prend les rasets à la "raspaille" sur ses déplacements. Bien positionné à partir de la 5e, ses poursuites sont sérieuses et il garde un gland jusqu'à la 9e. Son meilleur partenaire est Mathieu Marquier qui lui sert des rasets déliés dans lesquels Figaret s'engouffre. Quelques belles anticipations et une ficelle à la maison en musique.
Lou Piou  (Mermoux).- Des qualités pour ses 6 ans, du placement, de la vitesse d'exécution... mais beaucoup trop de temps morts pour qu'il brille. Marquier toujours essaie.... mais c'est languissant.
Satix (Margé) saut seul ou après l'homme ou à côté, prend bravement des séries qu'il conclut... C'est un peu "téléphoné" et sans grande conviction de part et d'autre, des Carmen tout de même et la 1re ficelle dans le crochet de Marquier, encore le plus assidu.
Martine ALIAGA
Photos Luc PERO
Marquier 2.jpg
SATIX et M. Marquier

18/08/2009

MATHIS LE PETARD DU 15 AOUT !

Le Grau du Roi 15 Aout 2009


UNE DES PLUS BELLES ACTIONS DU JOUR
MATHIS ET SABRI ALLOUANI

M1.jpg
M2.jpg
M3.jpg
M4.jpg
Photos Luc PERO
Voir plus bas le compte-rendu complet et les photos

17/08/2009

MAUGUIO *AS*

Dimanche 16 août 2009

 

LE VERLAGUET A MARCELLIN ET BENJI

APIS-Villard 2.jpg
APIS - Villard

 

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : mairie. Président : Laurent Hénin. Raseteurs droitiers:  Allouani, Guyon, Outarka, Villard. Gauchers : Clarion, Ouffe, T. Mondy (se retire au 5e).  Tourneurs : Benzegh, Kerfouche, Mata, Zerti.


MARCELLIN.jpgLe Trophée Verlaguet 2009 est remporté par Villard (20 points) devant Ouffe (19). Marcellin (Rouquette) reçoit le prix du meilleur cocardier. Si le travail des hommes ne fut pas d’une rare intensité, Christophe Clarion ressort en animateur.
Apis (Le Brestalou).- Pour le magnifique tau qui n’est pas un premier de métier, l’affaire se passe plutôt bien. Il trouve en Benjamin Villard un adversaire de qualité pour quelques belles poursuites. Enferme Clarion, oblige Allouani, Outarka à rompre et ses ficelles au toril pour 2 Carmen.
Guadalix (Janin).- Calme, sérieux et appliqué, le biou donne une bonne réplique surtout aux moments les plus chauds (1re ficelle). Clarion lui sert de belles attaques et Guadalix avec un comportement de premier, réussit à conserver une ficelle. Carmen en course.
Corail (Paulin-Niquet).- Le grand banu quelque peu bousculé aux attributs rééquilibre la tendance aux ficelles. Des réponses assidues pour des finitions avec la corne qui glisse à la barrière et il garde une ficelle écoutant deux fois la musique.
Marcellin (Rouquette).- Bien dans le placement, bon dans les répliques, il ne lui manquerait que du rythme pour s’affirmer. Hélas les hommes trop timorés ne lui permettent qu’en de rares occasions de briller. Cependant, sur l’omniprésent Clarion, Marcellin(Photo çi-dessus) se propulse jusqu’en contre-piste. Et dominateur, il rentre ses ficelles au toril après avoir écouté cinq Carmen.
Angélus (Lautier).- D’entrée surprend Villard au centre de la piste et Benjamin doit se coucher devant lui. Puis dans la bourre, le taureau laisse partir ses attributs mais brille aux planches. Ensuite le manque de travail (à droite) lui permet de regagner le toril avec ses ficelles intactes. Plusieurs fois la musique.
Sifflet (Blatière-Bessac).- 40 secondes pour que l’on puisse apprécier les qualités barricadières du cocardier aux ficelles. Des coups de boutoir, une envolée sur Ouffe et des Carmen dans six minutes trente de présence.
Mazarin (Le Joncas, hp).- C’est dans la bagarre que le biou donne le meilleur de son potentiel. Villard et Ouffe donnent le tempo mais Mazarin rentre une ficelle. Musique.
Texte et photos Luc PERO
 
Trophée des As : Villard, 18 points ; Ouffe, 14 ; Allouani, 7 ; Clarion, 4 ; Outarka, 4 : Guyon, 3.
GUADALIX 2.jpg
GUADALIX - Allouani

 

16/08/2009

LE GRAU DU ROI *AS* 15-08

15 AOUT 2009

ET MATHIS ALLUME LE FEU...

DSC07445.JPG
MATHIS grand artificier de ce 15 Aout.
DSC07418.jpg a.jpgOn n'a pas fermé les portes(une grosse entrée quand même) pour cette traditionnelle affiche du 15 Aout, et pourtant le plateau valait le déplacement. Des cocardiers de tous styles, des hommes en nombre suffisant parmi les meilleurs du circuit. A la présidence Jacques Valentin toujours au top pour les grands rendez-vous salue Allouani, A.Benafitou, Auzolle, Garcia, Ouffe, Outarka, Poujol, Sabatier, Villard et leurs cinq tourneurs qui effectuent la capelado. Leur travail honnête, régulier a concordé avec le tempérament des cocardiers. KABYLE pour cinq minutes a fait ses adieux au Grau une de ses pistes favorites. Du concours outre MATHIS époustouflant, RENOIR, CLODOMIR, CIGALIE, GALLICIANAIS ont etalé toutes leurs qualités respectives.
PAZAC de Daumas n'est pas vraiment un premier. 7mn30 avec une préfence gauchère. Deux Carmen.
CIGALIE de Fabre-Mailhan joue franc jeu en se donnant sans limites. Des déplacements opportuns et des magifiques longueurs sur Benafitou, Poujol, dont plusieurs main sur le frontal lui font entendre les honneurs cinq fois dans dix bonnes minutes.
BADAIRE de Nicollin brouillon à son entrée en piste il perds vite ses pompons. Ensuitpe rasevté pa intermitence, pas toujours bien positionné son parcours est décousu. A son actif cinq grosses enfermées (Villard 3, Allouani 2) et trois coups de barrière sur Auzolle, Outarka, Sabatier. Ses ficelles autoril et des Carmen.
MATHIS de Lautier sort avec la rage et ses premières minutes sont tonitruantes. Des coups violents aux barricades sur Allouani, Villard, Benafitou, Outarka. Puis il enferme Villard pour un raset main sur la tête suivi d'une arrivée fracassante. Même traitement pour Allouani, enferme durement Outarka, oblige Auzolle à rompre mais le suit pour conclure aux planches. Les primes montent, J.Valentin s'égosille, les actions se succèdent, le disque joue et rejoue, Allouani lève la première ficelle à 1300 Euros et prend la deuxième à 800 Euros. C'est la treizième minute le public exhulte, l'ovation de retour est énorme... quel bonheur !
GALLICIANAIS de Briaux pas facile de sortir aprés la course du précédent. Pourtant le tau a tiré son épingle du jeu avec quelques belles finitions et de la volonté dans les séries. Douze minutes et trois Carmen.
RENOIR de Cuillé c'est son retour en piste aprés de longs mois de repos. C'est gagné pour lui, il n'a rien oublié... barricadier il l'est toujours, agaressif aussi. Cocardier volontaire c'est lui qui va même chercher l'affrontement. Pour ses coups de butoirs, ses dangereuses enfermées l'air de Carmen joue plusieurs fois ainsi qu'à sa rentrée porteur de ses ficelles(lourdes).
CLODOMIR de Bon va clôturer ce concours avec le brio attendu pour un dernier. Pas de difficultés majeures sur le raset mais des             arrivées ou des envolées fracassantes en conclusions. C'est bien, c'est bonDes Carmen.
Texte et Photos Luc PERO

CIGALIE de Fabre-Mailhan
1.jpg
2.jpg

15/08/2009

LES SAINTES MARIE DE LA MER *AS* 14-08

Vendredi 14 août 2009 : TROPHEE DES IMPERIAUX 2009

VILLARD ET PASTEUR EMPEREURS DES SAINTES

Empereurs.jpg
Devant Beaujard et Bonhomme les deux empereurs s'affrontent.

Ce Trophée des Impériaux aurait pu être une réussite... mais quand on ne met pas tous les atouts dans son jeu, on s'expose à quelques risques ! Côté cocardiers le plateau paraissait alléchant avec trois taureaux de haut niveau comme base. Mais le hic... est venu des hommes ! Défection sur blessure pour deux engagés et personne en remplacement... résultat six pour assurer ! Allouani, Auzolle, Guyon, Villard à droite - Martin-Cocher, Poujol à gauche ! Aux Saintes cela fait un peu léger ! Alors à quoi bon sert ensuite de se lamenter et de rejeter la faute sur X ! Les spectateurs eux ont été lésés. En fin de course pour couronner le tout une remise de prix qui ne satisfait pas tout le monde, loin s'en faut ! Faudra peut-être revoir la formule pour l'an prochain...
LOU RAINAIRE de Guillerme n'a guère de vigueur mais avec un bon coup de tête resiste douze minutes.
MOURIESEN de Chauvet exclusivement gaucher, ils ne sont que deux alors quelques poursuites et une ficelle au toril.
MATUTE de St Antoine a de trés belles réactions dans des anticipations et des finitions intéressantes sur les hommes dans quinze minutes cinq fois honorées.
YVAN du Pantaï est vite dépouillé de ses rubans. Aux ficelles, positionné, il offre des répliques de la meilleure veine et pousse ses anticipations jusqu'au bout sur Poujol, Villard, Martin-Cocher, Auzolle et Allouani qui frise la correctionnelle. Dominateur il rentre sa première ficelle à 800 Euros. Musique plusieurs fois bien entendu.
PASTEUR de Fabre-Mailhan d'entrée c'est deux gros coups de barrière sur Allouani, Villard. Puis il manque totalement de travail mais brille sur les cites de Villard et de Poujol. Maitre de la piste, il dirige à sa guise les départs et enferme sans être inquiété sa première ficelle à 800 euros. Des Carmen.
RODIN des Baumelles effectue aujourd'hui une bien belle prestation. Toujours à la recherche de l'affrontement il trouve en Benjamin Villard un adversaire de choix. Poujol se mêle aussi du jeu, mais Rodin tient bon la barre et ses répliques poussées font retentir de nombreuses fois le disque. Première ficelle au toril à 1000 euros.
PESQUIE de Saumade, hors points pour six actions aux planches dont quatre sur Villard. Musique.

Texte et Photos Luc PERO

YVAN du Pantaï

YVAN VILLARD.jpg
YVAN ALLOU.jpg
YVAN POUJOL.jpg
PASTEUR de Fabre-Mailhan
PASTEUR ALLOU.jpg
PASTEUR VILLARD.jpg
RODIN des Baumelles
RODIN ALLOU.jpg
RODIN VILLARD.jpg