Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/08/2009

CASTRIES *AS*

Mercredi 5 août 2009

13e GRAND PRIX DE LA VILLE :
OUFFE - AIGLON ET GLEIZE

ouffe AIGLON Occitane.jpg
Julien Ouffe à la tête d'Aiglon de l'Occitane

Il y a des jours où la mayonnaise ne prend pas. Mercredi, à Castries, malgré le décorum des grands jours et des arènes pleines, la course ne s'est jamais emballée. Les hommes (Allouani - sort à l'entracte, blessé), Gleize, Jourdan, Outarka, Sabatier, Ouffe, Poujol, M. Sanchez et Sabatier plus Beker, T. Dengerma, Dunan, Benzegh, Zerti) ont raseté par à coups, réservés par moments et en désordre à d''autres. Les prix récompensent justement les plus assidus. Quant aux taureaux, hormis Aiglon, le casting n'était pas à la hauteur.
Pourtant Eigouzo (Lagarde) avait bien attaqué par 8 minutes agressives et violentes mais se retient trop par la suite. Othello (Blatière-Bessac), trop raide. Pavoun (Saint-Pierre) irrégulier et brouillon.
Gleize BARRAS Nicollin.jpgLe seul à sortir son épingle du jeu c'est Aiglon de l'Occitane qui a imposé son envie et sa puissance. Il n'honore que les cites francs par de grosses poursuites jusqu'aux planches où il met la corne. Cocardier, il domine facilement et rentre ses ficelles. La "bravitude" de Lou Sar (Guillierme) ne rencontre que l'à peu près des blancs. Quant à Barras ( Nicollin) s'il sort avec du peps (► photo avec Gleize), il s'éteint peu à peu. Pour terminer, Bartabas (Lautier), à 10 ans, sort hors points pour le Trophée Taurin mais compte pour le prix du jour, en supplément dix minutes... - Va comprendre Charles - Raseté, en rythme par Gleize et Ouffe qui se disputent la première place, et Sabatier, le biou se livre correctement et "fait péter" le coup de barrière du jour sur Sabatier.

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER

02/08/2009

SOMMIERES *AS*

Dimanche 2 août 2009

GARLAN : ANTICIPATION SUPERSONIQUE

GARLAN JOURDAN.JPG
Les vainqueurs du Trophée Emile-Bros : Victor Jourdan et Garlan des Baumelles
Entrée : archi plein. Organisateur : CT Lou Carmen. Présidence : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Jourdan, Outarka, Sabatier, Villard, Galibert. Gauchers : N. Benafitou, Poujol, Sabde (sort au 2e, déchirure musculaire), Mebarek. Tourneurs : Mata, T. Dengerma, Beker, Kerfouche, Bensalah.


FOULE.JPG"Vino griego" joué par les Reboussiers de Quissac et scandé par les spectateurs agitant des mouchoirs "rouge et jaune" fête  les 10 ans du CT Lou Carmen. Une bonne ambiance pour le 21e Trophée Emile-Bros qui récompense Jourdan, meilleur animateur, et Villard et le cocardier Garlan des Baumelles au terme d’une course où en plus de Garlan, Jeannot s’impose  en sévère cocardier, Fanal et Clovis plaisent et Janeiro déçoit.
Léo (Chauvet).- Trés sollicité dès l’entame, livre des séries de son camp préféré sous la présidence où il revient systématiquement et d’où il contrôle la situation. A mi-course, il devient de plus en plus dur. 2 Carmen, retour avec ses ficelles.
FANAL CUILLE SABATIER.JPGFanal (Cuillé).- ► (photo avec David Sabatier) Avec expérience, il joue toute la gamme du cocardier. Anticipations, longues courbes avec Poujol, engagement sur Mebarek, Sabatier. Les derniers tours de la 2e ficelle sont durs pour lui mais il se dégage. Replacé, il se révolte sur Benafitou et met la corne après Villard. 13 minutes très applaudies, 7 Carmen et retour.
Tamarin (Ribaud).- Au petit trot, le long des planches, il se montre abordable si ce n’est ses cornes "astifines" qu’il balance souvent en finition comme sur Villard qu’il accroche. 1 Carmen et retour avec une ficelle.
Jeannot (Le Grand Salan).- Maître de son placement, froid, vigilant, ignorant les tourneurs, il demande de l’engagement. Offensif sur Poujol qu’il l’anticipe, s’envoie sur Jourdan puis l’enferme, tape sur Villard, la corne  accompagne dangereusement.  8 Carmen et retour avec une ficelle.
Garlan (Les Baumelles).- Son anticipation supersonique laisse baba.  Calé, il faut le prendre arrêté et pas de reprises. Tour à tour les hommes passent juste, devant cette furie qui leur coupe le terrain. Dommage qu’après la tête, il ne fasse pas les derniers centimètres jusqu'aux planches. Mais tout de même impressionnant. 6 Carmen et retour.
Clovis (Margé).- Brave marathonien qui monte volontiers sur l’estribo et même plus quand on l’allonge (Poujol). Des séries, un gros coup après Jourdan et bascule après lui.  Mais pris en étau par les blancs, il subit l’avalanche sur la 2e ficelle. 8 minutes. 4 Carmen et retour.
Janeiro (Ricard, hp).- Son premier saut tout seul est accueilli par un cri de joie des spectateurs. Qui vont déchanter. Au centre, sur les quelques rasets proposés (Jourdan, Villard), il saute à côté, ou tout seul...  Quelques passages pour les premiers attributs et c’est tout. Dommage !

 Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER


Trophée des As : Villard, 19 points ; Outarka, 11 ; Poujol, 10 ; Jourdan, 9 ; Sabatier, 5  N. Benafitou, 4.
JEANNOT POUJOL.JPG
▲ Jeannot, cocardier rigoureux signe de belles actions.
Ici avec Hadrien Poujol qui, hier encore, a déroulé de superbes trajectoires
GARLAN VILLARD.JPG
▲ Benjamin Villard, toujours aussi travailleur, ici avec Garlan
************************

27/07/2009

BEAUCAIRE : FINALE DE LA PALME D'OR

Lundi 27 juillet 2009

ALLOUANI AU BOUT DU  SUSPENSE
1.jpg
Sabri Allouani avec LEVENTI de Plo
Entrée : le plein. Organisateur : Affaires taurines.  Présidence : Raymond Arnaud. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Gleize, Moutet, Villard. Raseteurs gauchers : Four, Khaled, Martin-Cocher, Martinez (sort au 5e), Poujol. Tourneurs : Benzegh, V. Dengerma, Fouque, T. Garrido, Mata.
5.jpgEx-aequo jusqu’aux ficelles du dernier taureau le suspense est allé jusqu’au bout. Finalement c’est au bénéfice des cocardes levées que Sabri Allouani s’offre sa 4e officielle Palme d’Or. Benjamin Villard second avec lui aussi 53 points mérite les félicitations pour avoir été l’égal du vainqueur dans une finale d’un bon cru. 3e. Auzolle, 17 points. Géricault (Chauvet) est proclamé meilleur taureau de la Palme d’Or.
Lou Pounchu (Guillierme).- Il pleut du blanc sur lui, mais il fait face avec du brio dans les séries le temps de céder cocarde et glands. Puis il se positionne devant le toril et défend sévèrement ses ficelles. Il en conserve une. 1 Carmen en course.
Géricault (Chauvet).- D’un comportement fantasque, il n’en est pas moins concentré et vient plusieurs fois conclure brillamment sur Poujol (2 fois), Gleize, Martinez, Khaled. Cocardier au placement sûr, il se défend avec beaucoup de métier et offre une course sérieuse et spectaculaire. A la 13e minute il crochète Khaled au saut de barrières puis coince les pieds de Four et d’Allouani dans un final houleux où de nombreux Carmen résonnent.
Romain (Mermoux).- Un méchant coup de revers contrarie les hommes, ainsi il conserve ses pompons jusqu’à la 4ème minute. Puis il se cale devant le toril et coince... en jouant toujours de la tête. Ses ficelles au toril.
2.jpgYvan (Lou Pantaï).- Il ne paraît pas au top de sa forme, pourtant lorsqu’on le chahute il vient plusieurs fois serrer les hommes à l’arrivée. Hadrien Poujol lui tire de belles longueurs. Allouani, Gleize, Moutet, Four, Villard l’invitent dans des grandes séries pour une très bonne fin de course. Sa brillance lui permet d’écouter de nombreuses fois la musique dans quinze minutes.
Carlos (Lautier).- Perdu à sa sortie, il vient ensuite se soulever sur Allouani et traverse les planches sur Villard qui s’en tire sans mal. Une autre énorme action sur Villard après lequel il bascule encore. Un autre coup de barrières sur Moutet. Moins en verve en fin de parcours il réintègre le toril avec Carmen déjà entendu.
Leventi (Plo).- Sitôt sorti, sitôt dépourvu de ses pompons. Ensuite il bénéficie d’un excellent travail des hommes qu’il embarque dans de belles arabesques. Le bioù se donne alors avec générosité et frappe les bois à son arrivée. Des Carmen le récompensent pour douze minutes pleines.
Péricles (Nicollin, hors point).- Les deux prétendants à la victoire finale se retrouvant ex-aequo avant d’attaquer les ficelles et c’est le black-out, personne ne voulant les ouvrir ! Quelques gros coups aux planches dont un qui lui fait mal et ses ficelles rentrent au toril avec des Carmen.

Texte et Photos Luc PERO
3.jpg
Valeureux second Benjamin Villard
4.jpg
La joie d'un grand guerrier qui accroche sa 4ème Palme officielle...

Trophée des As : Poujol, 6,5 points ; Allouani, 6 ; Villard, 6 ; Four, 5 ; Auzolle, 4,5 ; Khaled, 2,5 ; Gleize, 2,5 ; Martin-Cocher, 1.

20/07/2009

VENDARGUES *AS*

Dimanche 19 juillet

GIKAL ET ORGANDI A RETENIR

Vendargues.jpg

Vendargues débute sa fête votive et le CT La Muleta remplit les gradins avec un plateau  intéressant. Marc Moucadel aux manettes salue à la capelado les droitiers, Gleize, Guyon, Outarka, Marquier ; les gauchers A. Benafitou (sort au 5e), N. Benafitou, Ouffe et les tourneurs Dunan, Bensalah, Zerti, Max.
Tous les hommes travaillent, les tourneurs un peu trop par moments. Gikal 1er et Organdi 4e retiennent l’attention.
Gikal (Bon).- Ce beau gabarit aux banes impressionnantes tient les hommes à distance. Sans refus, il raccompagne avec virulence la corne à l’affût. Des enfermées et des sauts après l’homme dans une très bonne course où il garde ses ficelles. 7 Carmen.
Jodias (Nicollin) attaque avec panache et  rapidité, se soulevant aux planches où il coince Outarka obligé de passer à l’infirmerie. Sans trop de placement mais avec de l’envie, il tient dix minutes agréables. 1 Carmen et retour.
Pavoun (Saint-Pierre) n’est pas dans un grand jour. Il a du mal à trouver une place et passe d’un homme à l’autre, peu aidé par les tourneurs. Ceci expliquant cela ou est-ce l’inverse. A la 11e, A. Benafitou le capte et Pavoun tape de belle manière. Finit au centre avec un gland. Un jour sans.
Avec un placement rigoureux  Organdi (Plo) remet de l’ordre en piste. Attentif, il met du punch dans ses poursuites et oblige les bons gestes. Les gauchers sont gratifiés de gros engagements : anticipe Nabil, fait lâcher Adil, enferme Ouffe... les séries s’additionnent, les Carmen aussi (6). 11 minutes "champagne" et un gros Carmen au retour.
Flamenco (Joncas), vaillant et promeneur, les pompons volent sur ses déplacements. Aux ficelles, volontaire et toujours prêt pour les reprises, il n’a pas sa ration pour se chauffer. Peut-être que sa blessure à la patte à Châteaurenard lui a laissé un mauvais souvenir car il est moins explosif qu’à l’habitude, un gros coup sur Guyon tout de même. Presque 14 minutes et musique au retour plus une fois pendant.
Avec du caractère, Trélus (Nicollin) met la corne en conclusion. Bien positionné, anticipe dangereusement Ouffe, saute après Gleize, prend des séries et s’envoie fort. Très ficelé, les hommes le délaissent et ça le dessert. Dommage. Carmen au retour.
Le jeune Novis de Lagarde (7e hors points) goûte au haut niveau et montrent des qualités de placement, de vaillance jusqu’à taper aux planches après Guyon. Musique.

Martine ALIAGA

BEAUCAIRE PALME D'OR (2) *AS*

Dimanche 19 juillet

BENJAMIN – SABRI UN SUSPENSE HALETANT…

Beaucaire_19_07_134.jpg
GUEPARD - Villard

Beaucaire_19_07_156.jpgUn bon trois quarts d’arène encourageant pour les Affaires Taurines de Beaucaire à l’occasion de la seconde journée de la Palme d’Or. A la capelado les droitiers Allouani, Auzolle, Moutet, Sabatier, Villard et les gauchers Clarion, Four, Martin-Cocher, Khaled, Poujol accompagnés des tourneurs Benzegh, Dengerma, Fouque, Garrido et Mata.
La course s’avère très plaisante et le duo Allouani-Villard a décidé de faire durer le suspense chacun prenant à son tour la main au fil des taureaux. Au final, un seul petit point d’écart qui met du piment à la compétition et promet une finale passionnante. Allouani en grand champion met une pression énorme sur la course et sur les épaules de Benji, le seul à pouvoir l’accrocher. Villard avec beaucoup de cœur relève le défi et revient dans le coup au courage. Un raseteur ovationné par le public à qui il le rend bien. Pour le reste Auzolle s’accroche au podium et Khaled semble retrouver ses jambes de vingt ans. Les autres sont parfois beaucoup trop timorés. Les taureaux tirent leur épingle du jeu mêlant difficulté, bravoure et vaillance.

Le duel Allouani Villard débute avec LANCIER (Lautier) qui sonne parfois la charge héroïque sur de sévères enfermées mais il garde souvent le terrain devant le toril. Son coup de revers est redoutable et il conserve ses ficelles. Volontaire, FANAL (Cuillé) se frotte d’entrée aux planches sur Villard et Allouani mais c’est ce dernier qui prend tous les attributs. Agréable dans les séries, il agrémente ses onze minutes de superbes actions avec un final plein de bravoure. 5 Carmen et retour. Délesté rapidement des ses pompons, ENZO (Chauvet) répond présent Beaucaire_19_07_148.jpgaux ficelles. Attentif, il surveille et honore tous les cites avec vigueur. Un partenaire intéressant qui conserve une ficelle en musique jouée à trois reprises. Allouani compte sept points d’avance.
Cocardier complet, ANDALOU (Blanc-Espelly) assume la place de vedette. Ses actions sont virulentes cornes aux planches. Ses anticipations sont aussi redoutables. Même si son placement est un peu moins rigoureux il s’impose et conserve une ficelle alors que Villard prend la première et revient à quatre points. 4 Carmen dont rentrée. MATUTE (Saint-Antoine) est capable de belles poursuites et n’a pas démérité mais aujourd’hui il est trop irrégulier. Il conserve une ficelle sans avoir eu le même rendement qu’à Châteaurenard. 2 Carmen et retour alors qu’Allouani reprend ses distances avec sept points d’écart. Coureur, GUEPARD (Cuillé) véloce se cabre deux fois sur Allouani. Sur Villard l’action et puissante comme sur Auzolle. Benji coupe, cocarde et glands revient à égalité. Agile il se tourne comme un félin et enferme plusieurs fois Villard survolté. Encore des actions percutantes mais les ficelles (très chargées) réintègrent le toril. 5 Carmen et rentrée. Quelle débauche d’énergie ce LOU VERRI (St Pierre, hors points Trophée Taurin, compte pour la Palme). Huit minutes et des coups de barrière à la pelle accompagnés de Carmen qui honorent son cœur tellement vaillant. Alain Alteyrac son bayle bondit en piste comme pour freiner l’ardeur des blancs. Sur Moutet l’action est fabuleuse et sur les autres elles s’enchainent avec violence. Un final hautement spectaculaire avec Benji qui reprend la main d’un petit point. Le suspense est haletant.

Texte et Photos Eric AUPHAN

 

Beaucaire_19_07_075.jpg
ANDALOU - Allouani
Beaucaire_19_07_130.jpg
GUEPARD - Villard
Beaucaire_19_07_118.jpg
GUEPARD - Allouani

Classement Palme d’or  : Villard 40 points, Allouani 39, Auzolle 17, Four 10, Khaled 8, Martin Cocher et Moutet 7, Poujol 2.

18/07/2009

LUNEL - FINALE DU MUSCAT *AS*

Samedi 18 juillet 2009

A. BENAFITOU ET PASTEUR DE FABRE-MAILHAN
LAUREATS D'UN MUSCAT PEU FRUITE

 PASTEUR.jpg
PASTEUR - Allouani

ADIL.jpgUn trois-quart des gradins garnis pour cette Finale. Jacques Valentin un peu trop généreux avec les honneurs préside et invite les hommes à défiler au milieu des Arlésiennes et gardians. Allouani, Villard, Gleize, Outarka et Marquier pour les droitiers. Pour les gauchers A. Benafitou, Ouffe, Four et cinq tourneurs.

Cette Finale qui ne restera pas une référence en la matière a permis tout de même à PASTEUR, MARCELIN de se mettre en évidence et à PESQUIE de faire encore apprécier ses talents de barricadier.

BENVENGU de Nicollin, six minutes trente de présence pour un premier c'est trop insuffisant.
CHANEAC de Chaballier, sans placement il effectue une course sans grand relief, si ce n'est quelques belles poursuites sur Marquier, Four. Un carmen en course.
MARCELIN de Rouquette, sans trop quitter le terrain des planches il n'a de cesse de répondre en concluant parfois avec brio sur Four, Allouani, Gleize, Ouffe dans dix trés bonnes minutes cinq fois honorées.
ARLESIE.jpgPASTEUR de F.Mailhan, ne garde pas trés longtemps ses pompons mais aux ficelles c'est plus retors... plaçé, peu travaillé, il fait souvent avorté mais donne aussi des réponse de qualité en anticipant. Pour son sérieux plusieurs fois les honneurs.
PESQUIE de Saumade, à treize ans il gère en vieux briscard. Pas un grand tonus mais tout de même des gros coups aux barricades qui lui valent le disque à de multiples reprises.
TASSOU de Cuillé, il est craint... pourtant jamais bien plaçé il se défend par son côté fantasque. Saute seul trop souvent. Carmen en course et à la rentrée ?
BELORI de Nicollin, hors points, des Carmen pour des séries...

Texte et Photos Luc PERO

MARCELIN.jpg
MARCELIN - Allouani
PESQUIE.jpg

17/07/2009

LUNEL - 2e JOURNEE DU MUSCAT *AS*

Jeudi 16 juillet 2009

FALLONE DU CHAMPAGNE
DANS LE MUSCAT

FALLONE 1.jpg
FALLONE se jette derrière B.Villard
FOUR.jpgDeuxième journèe du Muscat sans saveur, seul FALLONE (A et Y Janin) a su "champaniser" ce concours. Devant du bétail loin d'être au niveau des arènes lunelloises, les hommes (10+5) n'ont guère fait d'efforts pour améliorer l'ordinaire. Bastien FOUR enléve le Souvenir Roger Damour mis en jeu. Allouani, Ouffe, Martin-Cocher, A.Benafitou, Sabatier, Marquier, Outarka, Gleize, Sabatier et Villard défilaient aussi à la capelado.
FOREST de L'Argentière est raseté aux pompons mais délaissé aux ficelles jugées trop importantes. Ceci dit son ardeur n'est guère belliqueuse aujourd'hui.
TERRUEL de Blatière-Bessac, un gros coup sur Villard, deux bonnes séries, le tout entrecoupé de sérieux oublis. Deux Carmen en course et une ficelle au toril.
MICHOU des Baumelles, pour sa dernière apparition en terre pescalune, il a une fois de plus fait admirer son placement. Si les conclusions sont moins percutantes que par le passé, on lui pardonne... Musique avec une ficelle au retour.
Anne JANIN.jpgGREGAOU de Saumade, n'est pas un quatrième, on arrive d'ailleurs trés rapidement aux ficelles qu'il défend dans quelques enchainements. Rentre dépoullé avec trois généreux Carmen.
FALLONE de A et Y Janin, pour sa première en grande piste c'est onze minutes cinq fois honorées pour de la hargne dans les séries et de l'agressivité aux barrières dans de puissants coups de butoirs. Contrat rempli et le prix de la journée en récompense.
JOLI-COEUR de Fabre-Mailhan, nous avait habitué à plus de combativité. Par moment un regain de motivation le pousse dans des belles poursuites mais aujourd'hui Joli n'avait pas le coeur... Musique.


Texte et Photos Luc PERO

 

FALLONE 3.jpg
FALLONE - Julien Ouffe

15/07/2009

FOS-SUR-MER *AS*

Mardi 14 juillet 2009

CHEVALERESQUES MOUTET ET BAYARD…

Fos_sur_Mer_14_07_071.jpg
Les chevaliers BAYARD et MOUTET

 

Entrée: ½ arène. Organisateur: CT Le Galejon. Présidence: P Gibert. Raseteurs droitiers: Marquier, Moutet, Villard, Sabatier. Gauchers: Fadli, Ferriol, Khaled, Martin-Cocher, Oleskevich. Tourneurs : Babacène, Dengerma, Kherfouche, Mata, Max.

Moutet.jpgL’équipe de raseteurs est motivée alors difficile pour les taureaux de tenir la distance. Serait-ce la brise marine qui donne des ailes aux blancs ? Le local Moutet se taille la part du lion. Omniprésent, il rafle les trophées Gustave-Berthet aux points et à l’animation. Marquier, Ferriol et Fadli aussi à domicile s’activent par moments mais Sabatier et Martin-Cocher sur la brèche toute la course sont récompensés. La réussite fuit Villard pourtant volontaire.
Tous pour un avec MOUSQUETAIRE (Lautier) pendant douze minutes difficiles à gérer pour le bioù qui finit par faire du surplace. 1 Carmen. Plein de bonne volonté,  PAVIAS (Blanc) pourtant décidé finit lui aussi par subir même s’il réussi quelques belles poursuites pendant 14 minutes cinq fois honorées dont retour. Vif et agressif aux planches, SUFFREN (Chapelle) gère mieux la pression mais lui aussi s’incline avant le terme non sans avoir démérité. 2 Carmen et rentrée.
Décidé, VERDAOU (Allard) saute violemment après Sabatier mais peine à garder le rythme. En bon cocardier il gère son placement mais n’a pas son tonus habituel même s’il conserve une ficelle. 3 Carmen dont retour. CIGALIE (Fabre-Mailhan) vole d’un raset à l’autre sans terminer ses poursuites ce qui donne du tonus aux fourmis blanches. Les séries s’enchainent mais son coup de revers lui permet de conserver une ficelle. 4 Carmen et rentrée. Percutant, le petit CORAIL (Gillet) fait la barrière mais aux ficelles (chargées) la pression retombe. Sa course se fait par à-coups. Il conserve une ficelle en musique jouée 2 fois. Même s’il a parfois des absences, BAYARD (Ribaud, hp) effectue le final qu’il fallait avec des actions spectaculaires dont une où il brise les planches après Moutet, une où il bascule après Martin Cocher dans un corps à corps intense et d’autres abouties qui lui valent le prix de la journée. 

Texte et Photos Eric AUPHAN

Trophée des As : Moutet, 7 ; Sabatier, 6 ; Martin-Cocher, Marquier, 5,5 ;  Khaled, Villard, 2 ; Oleskevich, 1.
Trophée des Raseteurs : Fadli, 10.

Fos_sur_Mer_14_07_086.jpg
BAYARD et D. Martin-Cocher

11:07 Publié dans TROPHEE DES AS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fos, as

13/07/2009

LUNEL : 1re JOURNEE DU MUSCAT *AS*

Dimanche 12 juillet 2009

SPARAGUS PREND UNE OPTION SUR LE MUSCAT

 

SPARAGUS copie.jpg

Personne n'aurait parié 1 euro avant cette première tournée du Muscat.

Pas de grosse vedette à l'affiche pourtant le public qui occupait le tiers d'arène est sorti satisfait. C'est un jeune taureau qui les a bluffés. Du haut de ses six ans, Sparagus (photo L.Pero çi-dessus) de la manade d'Yves et Anne Janin a emballé la fin de l'après-midi par son envie, sa vista, sa maîtrise de la piste et sa vitesse d'exécution. L'ensemble est resté intéressant avec Angelo (Rouquette) qui fait une bonne entame, Merlot (Cuillé) un classique puissant et Sifflet quand il s'est mis en colère. Adil Benafitou, Gleize et Jockin ont mené les débats, Marquier par moments, Ouffe, blessé, fait tout ce qu'il peut. On aurait apprécié un peu plus d'initiatives dans les difficultés et pour ouvrir les ficelles, les temps morts ont été peu appréciés du public qui l'a fait savoir.

Angelo (Rouquette).- Avec son placement décollé des planches, il ne refuse rien et se livre dans des séries dont la dernière sur un rythme endiablé pour l'obtention de sa 2e ficelle. 10 minutes plaisantes. 3 Carmen et retour. Ribeiro (L'Argentière).- Une moitié de temps où il se montre brouillon sans jamais se poser. Ensuite, mieux placé, il fait valoir ses qualités sur des enchaînements. 10 minutes, 1 Carmen et retour. Merlot (Cuillé).- Avec coeur, il lance son beau gabarit après les hommes. Toujours dans les planches, il se livre puissamment dans de superbes séries. Et ne lâche sa deuxième ficelle qu'à la 15e minute. 5 Carmen et retour.
Jason (Saumade).- Il n'a pas une grosse envie et les hommes ne lui proposent rien pour le motiver. Trois rasets enchaînés, une belle longueur, mais ça manque de rythme de part et d'autre. Une ficelle au toril. En musique (?) Sifflet (Blatière-Bessac).- Il en veut et d'entrée passe la tête et les cornes après Marquier, Gleize. Les blancs tergiversent aux ficelles, et Marquier fait l'attaque d'une série conclue aux planches, puis Sifflet se cabre après Ouffe... Il se chauffe et ça lui va bien. Jusqu'à la 12e minute où, Jockin, adroit, lève la 2e ficelle. 3 Carmen. Sparagus (Janin).- Sans quitter le terrain des planches, il part au-devant du combat. Plein de jus, attentif, les hommes craignent sa rapidité. Aussi, ils le regardent de loin jusqu'à ce que Gleize coupe la cocarde. Après seulement deux rasets en 7 minutes. Difficile de toucher la tête de cette petite bombe et de garder des jambes pour se mettre à l'abri car Sparagus ne lâche rien jusqu'au bout. Marquier enfermé, Gleize obligé de faire demi-tour, Ouffe anticipé, Benafitou "quiché" fait le 2e gland à la 14e. Les ficelles restent, bien sûr, inaccessibles. 5 Carmen et retour.

Martine ALIAGA
Photo Luc PERO

Présidence : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Gleize, Jockin, Marquier, Outarka, Sabatier. Gauchers : A. Benafitou, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Kerfouche, Bensalah, Zerti, Dunan, Max.

Trophée des As : A. Benafitou, 24 points ; Gleize, 15 ; Ouffe, 5 ; Marquier, 4 ; Oleskevich, 3.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 34 points.

10/07/2009

78e COCARDE D'OR

Lundi 6 juillet 2009

SABRI ALLOUANI DANS LA LEGENDE ARLESIENNE

Les Vainqueurs.jpg
MARTEGAU meilleur cocardier du jour
ALLOU.jpgEt de cinq pour Sabri ALLOUANI, l'As des As de la dernière décennie a une fois de plus terrassé ses adversaires. En tête dés le premier cocardier, il ne sera jamais rattrapé, augmentant petit à petit son avance pour terminer avec 14 pts, reléguant son courageux dauphin Bastien FOUR à six longueurs (8 pts). Benjamin VILLARD accroche avec 7 pts la troisième place. Alexandre GLEIZE avec 5pts se voit attribué le prix des Arlésiens. A la remise des récompenses la famille Ribaud est honorée pour ses nombreuses et glorieuses participations à la compétition. Enfin le coup de coeur de la commission taurine municipale a été décerné au peintre Jean Marignan (Un tableau peint par son fils et son petit-fils).
Pour les cocardiers, le choix du jury fut d'une grande facilité: un seul taureau pouvait prétendre au prix ! MARTEGAU de Chauvet.


CERES de Chapelle, sur des fusées et uniquement cela il effectue de gros coups meurtriers aux barrières. Le reste ne l'intéresse guère. Rentre une ficelle.
EROS de Saumade, souvent au centre, il sort pour donner quelques répliques mais refuse beaucoup pour pouvoir enfermer une ficelle.
QUIHOUS de Guillierme, d'entrée il explose aux planches sur Allouani pensant peut-être faire impression. Mais les hommes aujourd'hui n'en n'ont que faire et la pression lui fait gagner le refuge du centre d'où il ne sortira que pour rejoindre le toril avec ses ficelles.
TOMMY de St Antoine, il va rapidement se faire piéger devant l'arastre. Alors il subit et se défend avec un coup de revers dans dix minutes.
MARTEGAU de Chauvet, s'est bien défendu avec des actions brillantes, fantasques, des bons changements de terrain. Il rentre une ficelle, entend plusieurs Carmen et remporte le prix de la journée.
CRIQUET de Lautier, n'a pas compris ce qu'il faisait dans cette grande piste avec tant de tenues blanches autour de lui.
SEVERO de Ribaud, était-ce bien necessaire de lui faire ce cadeau empoisonné ? Allouani, Auzolle, Marquier tentent de le mettre en valeur...

Texte et Photos Luc PERO

CERES.jpg
CERES - Oleskevich
EROS.jpg
EROS de Saumade
QUIHOUS.jpg
QUIHOUS - Allouani
TOMMY.jpg
TOMMY - Allouani
TOMMY 2.jpg
TOMMY - Villard
FOUR.jpg
TOMMY - Four
MARTEGAU-Marq 1.jpg
MARTEGAU - Marquier
MARTEGAU-Auzo.jpg
MARTEGAU - Auzolle
MARTEGAU-Marquier.jpg
MARTEGAU - Marquier
CRIQUET.jpg
CRIQUET - Gleize
SEVERO.jpg
SEVERO - Allouani


08/07/2009

LUNEL-VIEL *As*

Mardi 7 juillet 2009

ALESIEN CLOTURE MAGISTRALEMENT

Alésien Villard.JPG
Alésien de la manade Briaux et Benjamin Villard

Petit à petit, cette course de lendemain de Cocarde d'Or prend du galon et instaure un rendez-vous plein d'intérêt suivi par une bonne cuvée de spectateurs. Il est vrai que le CT Lou Raset Escouleto Saint-Vincent s'implique beaucoup pour proposer des taureaux de qualité, des raseteurs à la hauteur, le tout servi dans la tradition avec groupe folklorique et Attelages de Lunel. Au final, la course tient ses promesses même si par moments les hommes sont à la peine et du coup ne mettent pas des gants. Les prix récompensent les plus assidus : 1. Villard, 2. A. Benafitou, et le cocardier Alésien de Briaux.
A la capelado, Jacques Valentin, président, salue les droitiers Allouani, Jockin, Villard ; les gauchers A. Benafitou, Ouffe, Mebarek, Sabde et les tourneurs Benzegh, V. Dengerma, Mata, Zerti. 

Courbet de Chaballier gère son placement et fait le tri mais ne refuse aucun raset engagé qu'il raccompagne férocement jusqu'au bout avec un léger coup de revers à gauche. Rentre ses glands. 3 Carmen. C'est toujours le même problème avec Faru de l'Aurore. Il court partout, se disperse, se gâche. Quand enfin il s'arrête, il ne trouve plus d'adversaire car là il faut calculer pour le passer. Seul Benafitou trouve le bon rythme et du coup cueille cocarde et glands. On en restera là. Mais pas facile ce biou ! Le jeune Fanfan de Caillan (7 ans)  ne se laisse pas aisément plumer. Il chasse, sort fort et va au bout. Surveille tout et ne lâche rien jusqu'aux planches plus quelques belles finitions (Allouani, Villard). 4 Carmen et les ficelles à la maison.
D'entrée Ruy Blas (Cuillé) annonce le degré de sa forme en ramenant fermement les audacieux,  plus un foudroyant coup de barrière sur Allouani,  ça calme ! Le rythme s'en ressent, Benafitou, Villard, Sabde essaient encore mais Ruy Blas domine totalement. Rentre ses ficelles, 3 Carmen. Du placement, de bonnes charges, un peu de déchet pour Samson (Saumade) mais du caractère à se chauffer au fil des minutes. Villard lui sert un caviar, Samson s'envoie sur Ouffe, Benafitou, Sabde. Intéressant. La cerise sur le gâteau, c'est Alésien de Briaux. Il annonce la couleur en tapant les planches. Et trouve vite les angles, pas bête la bête ! Avec ça attentif, franc, explosif. Il se cabre après Sabde, s'escampe sur Ouffe, s'explose après Benafitou et bombarde Villard. Le top pour finir. Garde un gland, ramène le prix à ses propriétaires et entend 7 Carmen. C'est pas beau ça !

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER

Ruy Blas Allou.JPG
▲Enorme action de Ruy Blas sur Sabri Allouani
▼ Alésien sur A. Benafitou
Alésien Benafitou.JPG

07/07/2009

COCARDE D'OR

Lundi 6 juillet 2009

ALLOUANI UN MEC QUI EN A...

869201619.jpg

1.jpgDu courage, du moral, de la rage, du physique encore... à bientôt 31 ans, Sabri Allouani, lundi à Arles, a remporté sa 5e Cocarde d'Or. Saura-t-on jamais ce qui fait courir Sabri... Il a tout gagné, il domine la course camarguaise depuis 10 ans. On le sent parfois diminué physiquement, on le croit finissant. On pense que cette année il ne vise  que la 9e victoire au Trophée des As. Dimanche, à Châteaurenard, il laisse filer les points... Et lundi, tel le Phénix renaissant de ses cendres, d'entrée il part à l'assaut de la Cocarde, comme à ses plus beaux jours. Visage fermé, concentré, il part aux bons moments, il lève quand il faut, asphyxiant ses adversaires, le corps dans les cornes, le cerveau rivé sur un seul objectif... gagner. Incrédule le public, surpris les 25 autres blancs "et merde, il est encore là"... Mais tous ceux qui aiment cet hargneux combattant, tous ceux qu'il a fait vibrer, exultent... le grand les a une fois de plus scotchés. Et tous - supporters ou pas -  de s'incliner : respect !
A tous ceux qui veulent la place, qui visent la succession, et qui ont le talent pour le faire,  je dis : "Les champions ont des qualités mais pour être l'As des As, il faut vouloir se faire mal et ça c'est pas donné à tout le monde".
Les larmes de Sabri, une fois les points faits, prouvent la charge émotionnelle et la tension accumulée pour une fois de plus accéder à l'Olympe. L'histoire retient Chomel 8 victoires, Volle 7, Allouani 5. C'est écrit...

Martine ALIAGA

06/07/2009

CHATEAURENARD *AS*

Dimanche 5 juillet 2009

YVAN SERIEUX PRETENDANT, AGASSOUN TERRIFIANT…

Un petit trois quarts d’arène pour le TAC quand Philippe Gibert annonce la capelado effectuée par Allouani, Auzolle, Gleize, Moutet, Rey, Villard à droite et Clarion, Four, Khaled, Martin-Cocher, Thierry à gauche accompagnés des tourneurs Benzegh, Dengerma, Dunan, Garrido, Matta. Après une première partie décevante, Yvan réveille les gradins et Agassoun termine en semant la terreur. Léventi pris dans la tourmente s’en tire honorablement et Romain après une super entame baisse de régime. Chez les blancs Gleize et Four sont omniprésents tandis que Villard, Clarion et Auzolle méritent la citation. Martin-Cocher par moments manque de régularité. Moutet, Rey et Khaled sont très effacés mais Thierry sort de sa botte quelques jolis rasets pour ce niveau. Allouani sort à la fin du 6e taureau sans explication ? Quelques Carmen de plus à Yvan n’auraient pas été usurpés.
Ça décoiffe pour ESPELOUFI (Fabre-Mailhan) qui subit une attaque en règle mais gère avec intelligence la pression qui s’estompe aux ficelles. Rentre en silence. Mobile et centriste, HUGO (Joncas) est raseté à l’emporte pièce. Son coup de revers est dissuasif mais il enferme Villard pour le premier Carmen de la course. Même s’il frappe sur Auzolle à la fin et conserve ses ficelles l’ensemble est monotone. 2 Carmen et retour. ROMAIN (Mermoux) calme tout le monde. Placé, la pagaille n’est pas de mise et ses cornes pointées vers l’avant sont un danger. Dommage sur la fin il s’éteint. 1 Carmen en piste.
Avec placement, vitesse et anticipation, YVAN (Lou Pantaï) élargit le cercle. Son sens du combat est inouï. Four Gleize et Clarion nous régalent. Sur Allouani la poursuite interminable se termine en catastrophe. Gleize passe juste mais retente avec la première ficelle dans le crochet. Superbe prestation d’un sérieux prétendant. 3 Carmen (sans compter ceux oubliés) et rentrée. Quarante cinq secondes et on attaque les ficelles de LEVENTI (Plo) qui sans démériter offre six minutes trente pétillantes avec des séries sous la présidence et les cornes souvent présentes à l’arrivée. 6 Carmen dont retour. De la vaillance et trop de générosité pour VALMONT (Lautier) dont les hommes profitent en cinq minutes. Une grosse action sur Villard pour un Carmen et rentrée. AGASSOUN (Blanc, hors points) joue les terreurs. On le sent motivé, méchant, agressif. Il dicte sa loi et le peu de rasets entrevus dévoile un potentiel spectaculaire. Auzolle et Villard sont percutés violemment (2), Clarion est poursuivi au-delà des planches. Il cherche les spectateurs sur le mur et conserve ses ficelles. A revoir absolument (peut-être dans les points ?).

Eric AUPHAN


 
Trophée des As : Gleize (17) Four (13) Auzolle (7) Villard (6) Martin-Cocher (4) Allouani, Clarion (2) Khaled, Moutet (1).
Trophée des Raseteurs : Thierry (4).

05/07/2009

SAINT-MATHIEU-DE-TREVIERS *AS*

Samedi 4 juillet 2009

SYMPA LA FETE
AUTOUR DU PIC

La fête à la camarguaise, dans les zones excentrées, tient par le dévouement de ces clubs taurins qui se coupent en quatre pour faire connaître la course à la cocarde. Pas évident ! Mais en ce samedi, les gradins se sont garnis peu à peu pour finalement remplir agréablement l'agora tréviésois et créer l'ambiance. Au début, on cherche l'ombre, à la fin on court aux abris, l'orage éclate. Mais la bonne humeur persiste, après la pluie, la fête continuera.
Le concours Nicollin - Cuillé n'a pas atteint les sommets (du Pic) mais a donné quelques passages intéressants. Sous la présidence de Michel Bourrier et de son assesseur préféré Jacques Valentin, huit raseteurs défilent. A droite : Allouani, Jockin, Gleize, Sabatier ; à gauche A. Benafitou, Sabde, Martin-Cocher ; tourneurs : Mata, V. Dengerma, Kerfouche, F. Garrido, Benzegh. Gleize tire toute la course, Sabatier, Villard, Allouani par moments. Pour le bétail, avantage aux Cuillé (Merlin, Racanel) et Anténor (Nicollin) par moments ; Jodias (Nicollin, 6e) débute bien (4 minutes) mais rentre sous l'orage.
Merlin (Cuillé) défend son terrain en bon cocardier et impose une rude sélection. Rentre une ficelle en musique. Arnaud (Nicollin), distrait, se contente du minimum dont un fulgurant sursaut sur Allouani (Carmen). Garde une ficelle. Franklin (Cuillé) met tout son poids dans ses poursuites, cul aux planches, il faut aller le chercher ce que font au mieux Gleize et Allouani. Il défend sa première ficelle comme un beau diable, dans la pagaille elle ne sera pas attribuée. Rentre la seconde en musique.
Anténor (Nicollin).- Le long des planches, il se livre de belle manière. Allouani le "temple" et Anténor se cabre. Des séries et une ficelle au toril sans forcer. 3 Carmen. Racanel (Cuillé) se laisse enfermer dans les angles par des hussards blancs sans élégance. Aux ficelles, il se reprend sur les longs cites de Benafitou et Gleize et se révolte plusieurs fois après Gleize pour un combat plus loyal où il sauve une ficelle. 7 Carmen. Jodias (Nicollin) attaque fort mais le public n'entend plus que le tonnerre qui gronde. Sus aux abris !

Martine ALIAGA

29/06/2009

WEEK-END A LA GRANDE-MOTTE

A beau plateau, belle affluence. Le CT Lou Gregau peut être satisfait de son week-end autour des arènes façon bodega, expo et  marché ainsi que sur le sable où l'ensemble des taureaux proposés sur les deux jours est satisfaisant et les équipes de raseteurs parmi les meilleures du moment. Si samedi l'ambiance est à retenir, dimanche les gradins presque pleins sont une belle récompense.

Dimanche 28 juin 2009 : Trophée de la ville - Trophée des As

FUSAIN RÉCOMPENSÉ :
UN PREMIER DE CHOIX

Sous la présidence de Jacques Valentin, se présentent en piste, raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Jockin, Gleize ; gauchers : Four, Ouffe, Clarion, A. Benafitou. Tourneurs : Dunan, V. Dengerma, T. Garrido, Benzegh, Zerti.
Avec ces raseteurs-là, on savait que ça allait raseter et on n'a pas été déçu même si les tourneurs se sont faits trop voir - et surtout entendre. Four mène la gauche et se fait remarquer ; Ouffe entreprenant ; Allouani et Auzolle en demi-teinte ; Gleize à l'abordage ; Benafitou discret ; Clarion se taille un joli succés avec le public ; l'appétit vient à mangeant à Jockin qui totalise.
Fusain (Cavallini) fait un excellent premier qui monte en puissance et en méchanceté au fil des minutes. Maître escrimeur qui excelle quand il est obligé de se battre. Les ficelles rentrent aux Saintes.
Petras (L'Ilon).- Toute la fougue et parfois la naïveté d'un tau. Mais au départ de l'action une vitesse d'action vertigineuse qui donne de superbes anticipations. 12 minutes.
Apis (Le Brestalou).- Toujours décollé des planches et souvent en mouvement, il surprend Ouffe obligé de passer sous l'estribo. La difficulté c'est sa vitesse et quand il fait la tour de contrôle au milieu, la tâche se fait ardue. Rentre une ficelle.
Vaillant dans la tourmente, Chanéac (Chaballier) se fait surprendre par l'ardeur des blancs qui ne mettent pas la manière. 9 minutes.
Khéops (Le Joncas).- A fond pour les  premiers attributs, Khéops fait face droite-gauche. Mine de rien, par ses vives poursuites abouties jusqu'aux planches, il tient tout le monde à distance. Placé, Khéops surveille et fait sa sélection. La bourre sur sa première ficelle ouverte le chauffe et il se bat comme un diable, Four à la lève sur la sonnerie. Compliqué !
Condor (Lautier).- Franc, placé, il pousse sur les rasets mais ce n'est pas un 6e. Clarion, inlassablement, le cite et les séries se dessinent pour 8'30.
Chouan (Lafon, hors points).- Brave, il trouve Clarion pour briller et Jockin pour s'envoyer aux planches. Encore vert pour ce niveau.
Dommage, la course aurait mérité, après les difficultés, un final un peu plus brillant. Ce sera pour l'année prochaine. Promis

Samedi 27 juin  2009 : Trophée de l'Avenir

ACTE I REUSSI EN ATTENDANT LES AS

Fougere Typhon Le Brestalou.JPG
Dimitri Fougère et Typhon du Brestalou

Entrée: 1/3 d’arène. Organisateur: CT Lou Gregau. Président: J. Valentin. Raseteurs droitiers: Gros, Fougère, R. Mondy, Valette, Dumont. Gauchers: Four, Clarion, N. Benafitou. Tourneurs: T. Garrido, Bensalah, Curtil.

Le patient travail du CT Lou Gregau paye et permet de réunir une bonne équipe de raseteurs avec un plateau intéressant de cocardiers. Le premier acte est réussi, espérons-en autant pour le second, aux As (aujourd’hui). Le Trophée Michel-Séverac récompense Brutus (7e Lautier) et Fougère dans un ensemble de qualité. Eole, Typhon et Brutus donnent envie de les revoir tandis que les blancs dans une parfaite entente font plaisir.
Eole (Rousseau). – Ce n’est certes pas un premier mais quelle belle prestation pour débuter. Quinze minutes de vaillance, pas un refus, des séries, quelques belles enfermées (Gros, Four) et accélérations (Four, R. Mondy), une ficelle à la maison, plus 7 Carmen. Qui dit mieux…
Marcamau (Raynaud).- De la bonne volonté dans des enchaînements rythmés. 7 minutes agréables. 3 Carmen.
Homère (Le Ternen).- Pas de temps morts dans des séries enchaînées de bon cœur et un bel engagement sur Gros dans 9 minutes plaisantes. 3 Carmen.
Tristou (Lopez).- Un peu décollé des planches, avec une légère anticipation au départ, pour peu qu’on lui reste dans les cornes, il s’engage aux planches (Gros, Benafitou). 10 minutes, 3 Carmen.
Belzébuth (Vitou).- Il lui faut de la pression pour donner le meilleur, et là il en manque. Alors, il saute, vadrouille. En revanche, bien cité par Gros (Carmen) puis par R. Mondy, les répliques sont à la hauteur. Rentre une ficelle.
Typhon (Brestalou).- Il court, il court dans sa première moitié de course mais il garde tout le monde à l’œil, piste ou contre-piste et oblige Fougère à se coucher. Un méchant chasseur qui excelle dans les enchaînements qu’il peut conclure d’une manière cinglante aux planches (Gros, Four). 15 minutes pas faciles pour les blancs. 3 Carmen.
Brutus (Lautier, hp).- Placement, vitesse d’exécution, toujours présent jusqu’aux planches où il tape (coups de barrières sur Gros, Clarion) en menaçant de la corne. Four frôle l’accident à la planche. Ouf… trompette. Et la musique pour un bon final à la hauteur de la course.

Martine ALIAGA

Trophée de l’Avenir: Gros, 21 points ; Fougère, 18 ; Dumont, 5.

21/06/2009

LE WEEK-END MOURIESEN

Dimanche 21 juin 2009 : Trophée des As

 

 

DES LAUTIER ROYAUX

 

Mouries 21 06 125.jpg
CO-BLANCO sur Damien Moutet

 

Mouries 21 06 135.jpg

Demi-entrée pour le club taurin Mouriésen quand Philippe Gibert salue à la capelado les raseteurs droitiers Marquier, Moutet, Rey, Sabatier et les gauchers Clarion, Khaled, Mébarek, Ouffe accompagnés des cinq tourneurs Dunan, Kherfouche, Max, Rado et Zerti.
Première apparition de la Royale de la devise noire, rouge et jaune en Provence et premier test réussi. Les cocardiers du Mas Reboul ne sont pas des tendres (une seule ficelle levée) et tous entendent Carmen au retour. Une première partie technique et difficile suivie d’une seconde plus abordable avec un spectaculaire Co Blanco . Dans ce contexte, les hommes ne sont pas à la fête. Sabatier et Ouffe sont les leaders bien secondés par Moutet, Marquier et Clarion tandis que Mebarek se retrouve après la pause. Présidence généreuse et rigoureuse de Philippe Gibert.

Les accélérations de BRUN (2 Carmen) sont fulgurantes. Coriace escrimeur, il fait souvent passer le frisson. Rugueux, il conserve son second gland onze minutes et tient les hommes en respect. Pas de charge héroïque contre LANCIER (4 Carmen). Placé et attentif, il fait calculer longuement. Ses aiguilles sont dissuasives et seul Ouffe touche le graal avec  coupe cocarde et un gland. La cocarde au toril fortement primée. Plus abordable, LIEUTENANT (6 Carmen)  met du cœur à l’ouvrage. Sans rechigner il honore tout jusqu’à pointer les cornes à l’arrivée. Sabatier s’offre la première ficelle à la dernière minute d’une course fort bien remplie.
A la place vedette, CARLOS (3 Carmen) effectue une entame brouillonne mais saute après Moutet ce qui refroidit les hommes. Pas dans un grand jour, il parvient à conserver son second gland jusqu’à la dernière minute et malgré les efforts de Moutet et Ouffe il est pour Marquier. Calme sur le sable, CO BLANCO (8 Carmen) est survolté aux planches avec les gauchers. Des envolées, des coups de barrière sur Mébarek, Clarion et les plus prononcées sur Ouffe mais un saut aussi après Moutet dans une noria de Carmen. Placé, ANGELUS (4 Carmen) met les hommes à l’heure. Trois actions sur Marquier, Sabatier et Mébarek mais la pression est insuffisante pour que sonne le glas. Il perd cocarde et glands dans les deux dernières minutes en ayant été coopératif. Disposé aux attributs VALMONT (2 Carmen) enchaîne deux séries et un coup de barrière après Sabatier mais aux ficelles la pression est quasi nulle et le bioù les conserve en musique.

 

Mouries 21 06 155.jpg
VALMONT - Sabatier
Mouries 21 06 063.jpg
Un gland ! mais danger pour Ouffe
Mouries 21 06 165.jpg

 

Trophée des As : Sabatier (10), Mébarek (9), Marquier (8), Moutet (6), Ouffe (5), Khaled (2).

Palmarès 25e Souvenir André-Blanc  : meilleur raseteur aux points : David Sabatier ; meilleur animateur : Julien Ouffe.

 

Samedi 20 juin : école taurine


L'ECLOSION DES GRAINES DE BOUVINE...

Mouries 20 06 172.jpg

 

 Mouries 20 06 115.jpgLancée par la communauté des communes de la Vallée des Baux cette deuxième saison de Graines de Bouvine est l’occasion de découvrir gratuitement l’éclosion de nouveaux talents aussi bien du côté des taureaux que de celui des apprentis raseteurs.
Samedi à Mouriès, l’école taurine d’Arles de Gérald Rado et Laurent Geslin a permis d’entrevoir des promesses. Se sont succédé par équipes les droitiers Babacène, Boudiaf, Denat, Dijaux, Rado, Rastelo et les gauchers Brun, Gaillardet, Galéra, Gauthier, Quang et Martin. Ils sont assistés des tourneurs Gaillardet (père) et Rado (oncle). Une histoire famille en somme. Joan Gaillardet à gauche après une entame mouvementée et Florian Rado à droite sont les locomotives et assurent le plus gros du travail avec une belle réussite pour Joan auteurs des actions les plus spectaculaires. Gauthier et Martin participent aussi activement et entraînent les autres.
Mouries 20 06 137.jpgPour les pensionnaires de la manade Chapelle : le 405 (1er) malmène Gaillardet mais irrégulier il faut le bousculer. Le 510 (3e) est intéressant et fait preuve de vaillance. Le petit 503 (5e) court beaucoup. Volontaire, il se donne dans les séries en musique. Le taù 603 (7ème) impressionne mais entrepris s’il se donne sur le raset il ne termine que rarement. Pour les pensionnaires de la manade Ribaud : le 562 (2nd) sérieux se prête bien au jeu. Le 555 (4e) est percutant, vif et méchant. Il rentre tout ses attributs. Le 503 (6e) se jette fort dans le raset mais ne finit pas toujours. Gaillardet en tire le meilleur et s’offre presque la totalité des attributs. Le 541 (8e) est complet. Placement, vaillance et finitions barricadières. En supplément, le 550 (9e) finit par quelques envolées et termine sur une bonne note cette première course. Prochain rendez-vous le vendredi 3 juillet à 21 h 30 à Saint-Etienne-du-Grès avec les manades Caillan et Plo…

 Textes et Photos Eric AUPHAN

 

Mouries 20 06 062.jpg
Mouries 20 06 063.jpg
Gauthier en difficulté devant le 503 de Chapelle

 

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 21 juin 2009

GALLICIANAIS ET SPARAGUS : DEUX STYLES
DSC05175.jpg b.jpg
Grosse action de SPARAGUS sur Allouani.
 
Entrée : plein. Organisateur : Régie municipale. Présidence : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Gleize, Gros, Schuller, Violet. Gauchers : A. Benafitou, Martin-Cocher, Oleskevich. Tourneurs : Benzegh, V. Dengerma, Fouque, Ranc, Sanchez.

Le 16e Souvenir Olivier-Arnaud récompense Schuller, Gros, Violet les trois jeunes pousses qui ont bien raseté au milieu des grands d’où une fois de plus Allouani ressort. Le prix du meilleur taureau est attribué à Gallicianais mais Sparagus très cocardier malgré ses 6 ans, est aussi à mettre en exergue sur ce concours.
Petit Lou (Chaballier).- Sur une première série, il perd ses pompons. Calme, positionné, il distribue quand on va le chercher des poursuites de qualité qu’il conclut cornes menaçantes. Il garde avec maîtrise sa seconde ficelle et entend trois Carmen.
Forest (L’Argentière).- Sans trop de jus, il répond à tout et cède très vite ses principaux attributs. Puis il faut attendre qu’une ficelle soit "démarmaillée" pour que le rythme s’intensifie et le biòu de réaliser plusieurs coups. 10 minutes et 1 Carmen en course.
Eros (Ricard).- Ce grand gabarit court beaucoup et se fait facilement piéger. Puis plus incisif il se donne avec cœur dans de bons enchaînements. Schuller, Violet le citent à son avantage et le font briller. Il reçoit 7 Carmen en 12 minutes de vaillance.
Gavot (Lou Pantaï).- Dès sa sortie, calé aux barrières, c’est lui qui dicte les règles : « Je vous attends, j’anticipe et je finis avec mes grandes cornes aux planches ». A ce jeu, Allouani se positionne en "boss" devant un biòu malgré tout assez irrégulier aujourd’hui. 4 Carmen et une ficelle au toril.
Gallicianais (Briaux).- Sur l’attaque, il coince les jambes d’Allouani, mais il est vite dépassé par la pression. Le passage aux ficelles lui permet de se reprendre et d’étaler ses énormes qualités barricadières. Tour à tour et plusieurs fois, Violet, Schuller, Auzolle, Gros, Allouani sont gratifiés de grandes actions. Il enferme sa seconde ficelle avec 8 Carmen en récompense.
Sparagus (Janin).- De suite dans le coup, il fait le ménage et n’autorise aucune attaque. Le premier raset à la tête (touchée) n’arrive qu’à la sixième minute. Maître absolu des lieux il surveille et contrôle tout de son idéal positionnement. Entrepris sans finesse, les poursuites dangereuses se succèdent dans quinze minutes quatre fois honorées.
Clodomir (Bon, hp).- Fantasque barricadier qui régale le public de beaux et puissants engagements. Musique.

texte et Photos Luc PERO
DSC05160.jpg a.jpg
GALLICIANAIS, brise les planches dérrière Violet.

Trophée des As : Allouani, 17 points ; Gleize, 9 ; A. Benafitou, 8 ; Auzolle, Martin-Cocher, 7 ; Oleskevich, 3.

14/06/2009

LANSARGUES *AS*

Dimanche 14 juin 2009

 

PASTEUR LA RAGE DE VAINCRE

JOLI-COEUR.jpg
JOLI-COEUR le barricadier de la royale sur Jourdan.

Entrée: plein. Organisateur: comité des fêtes. Président: Thierry Cure. Raseteurs droitiers: Allouani, Jourdan, Marquier, Moutet, Noguera. Raseteurs gauchers: A. Benafitou, Four, Ouffe. Tourneurs: Benzegh, Beker, T. Garrido, Kerfouche, Zerti.

La Royale de la manade Fabre-Mailhan
est à créditer aujourd’hui d’une excellente sortie. Pasteur en est l’élément majeur mais tous les autres pensionnaires des Bernacles ont contribué au succès. Mais les prestations du premier Espeloufi et du métronome Sauron (4e) sont aussi à retenir.
Côté raseteurs, l’ensemble a fourni par moment le travail adéquat à chaque cocardier, même si on est forcé de constater que pour l’attaque des taureaux compliqués, il faut que ce soit toujours et encore Sabri Allouani qui s’y colle.
Espeloufi.- Ça part à cent à l’heure, le biòu coopère et profite ainsi des erreurs humaines pour se mettre en valeur. Une grosse poursuite sur Adil Benafitou qui rate le marchepied, des enchaînements superbement réalisés et une belle maîtrise cocardière pour défendre sa seconde ficelle qu’il rentre. 3 Carmen.
Cigalié.- Débute fort avec une longue série. Toujours disponible pour entrer dans la bagarre quand les hommes le provoquent, il réalise de nombreuses belles poursuites et enferme une ficelle en musique déjà trois fois jouée.
Daudet.-Il n’a pas la carrure des précédents et de ce fait subit plus que prévu. Aux ficelles, mieux conditionné, il présente alors une autre facette de son caractère, cocardier dans le placement, finisseur (saut) dans l’aboutissement des actions. Plusieurs fois les honneurs et ses ficelles au toril.
Sauron.- Avec lui, pas de précipitation, le biòu sélectionne et agit à sa guise. Sérieux cocardier, il se place idéalement et distribue de belles poursuites tout en gardant la direction des débats. Une ficelle au toril et 3 Carmen amplement mérités.
Pasteur.- Dès sa sortie, en trois rasets, il perd ses principaux attributs ! Bon, maintenant il faut attaquer les ficelles et là l’affaire devient plus ardue. Calé dans les planches, il domine outrageusement. Un formidable et exceptionnel raset de Sabri Allouani (longueur de piste) se termine par un monumental coup de barrière. Pasteur fait rompre à plusieurs reprises et peut enfermer ses chères ficelles avec l’ovation et les honneurs maintes fois entendus.
Joli-Coeur.- S’il n’a pas le peps habituel cela ne l’empêche pas de se monter barricadier en de multiples occasions. Il a des qualités et rentre ses ficelles et des Carmen résonnent.

Texte et Photos Luc PERO

Trophée des As: Four, 11 points; Allouani, 9; Ouffe, 8; Jourdan, 7; Marquier, 6; A. Benafitou, 6; Moutet, 2.

DSC04757.jpg
Marquier doit rompre devant PASTEUR
DSC04720.JPG
ESPELOUFI - Four
DSC04748.jpg
SAURON - Allouani

11/06/2009

SAINT MATHIEU DE TREVIERS - AS

Samedi 6 juin 2009

LE 5e TROPHÉE LA VILLE
POUR JULIEN OUFFE ET
BENVENGU DE NICOLLIN

1.jpg
Les vainqueurs du jour.
Triste aprés-midi au pied du Pic Saint-Loup, six raseteurs ( Allouani, Auzolle, Adil Benafitou, Ouffe, Sabatier, Villard ) et cinq tourneurs qui vont essayer dans quelques rares moments de sérieux d'animer ce concours Nicollin - Saumade d'un bien petit niveau. La centaine de spectateurs éparpillés sur les gradins-escaliers de cette vaste piste n'ont guère eu l'occasion de se manifester si ce n'est que pour courir chercher parapluies, impers et autres attributs pour se protéger du ciel qui lui aussi faisait grise mine... Au micro Michel Bourrier assisté de son frère Bruno a bien tenté de faire le maximum, mais quand rien ne va... Donc des hommes peu motivés, des taureaux peu à leur avantage, des marche-pieds pourris qui cèdent et font courir des risques aux tenues blanches et cette piste aux dimensions extravagantes ont plongé dans l'ennui le plus profond les plus coriaces afeciouna ! Et dire qu'il est question de faire une finale de course de ligue dans ce lieu... Mettre en piste huit jeunes stagiaires en situation permanente de danger est-ce bien raisonnable ?
Pour Nicollin, BENVENGU bon premier reçoit des Carmen et le prix du jour. FIER et BARRAS ont gambadé à leur guise.
Pour Saumade, JASON dernier (pourquoi ?) s'est imposé sans trop de difficultés. SAMSON et GREGAOU ont parfois participé.
Texte et Photos Luc PERO
2.jpg
D. Sabatier bien maladroit...

08/06/2009

VENDARGUES * AS*

VEN1.jpgDimanche 7 juin 2009

BAPTEME DES ARENES : UN BEL HOMMAGE A ROGER ITIER
Se réunir, oublier les conflits, les antagonismes, les litiges, les frictions... par moments on peut en rêver. A Vendargues, ce week-end, ils l'ont fait ! Familles, club taurin, municipalité, associations... tous ensemble pour se rappeler de Roger Itier, homme de taureaux, de chevaux et de tradition et perpétuer son souvenir en baptisant les arènes de son nom. Et si la course n'a pas vraiment atteint des sommets, qu'importe... l'essentiel étant dans la mobilisation de tout un village.

VEN4.jpg

 

 

LA COURSE

 

VEND5.jpg

Une capelado soignée avec la roussataïo et le tri de Renaud Vinuesa
les Arlésiennes de Vendargues, la Nacioun gardiano,
les cavaliers de l'AVEEC, La Gardounenque ▼

 

VENDCAPEL.jpg

 

Entrée : plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Noguera, Gleize, Marquier, Rey.
Gauchers : N. Benafitou, Poujol, Sabde. Tourneurs : G. Rado, T. Dengerma, F.Garrido, Dunan.

Les arènes de Vendargues portent maintenant le nom de Roger Itier et c’est un bel hommage qui lui a été rendu hier, toute la journée. Notamment lors d’une superbe entrée en matière à la course : roussataïo, tri en piste, école taurine, défilé des gardians de l’AVEEC, de la Nacioun Gardiano, Arlésiennes, cavaliers de Vinuesa et La Gardounenque. La course en elle-même n’a jamais atteint des sommets avec des cocardiers rugueux parfois très sélectifs hormis le quart d’heure très plaisant de Cathare et malgré le bon travail de Gleize et Poujol.
VENDPOUJ.jpgGregau (Fabre-Mailhan).- Pas très coopératif à gauche, il pousse un peu plus à droite mais en sélectionnant au maximum plus un bon coup de tête au contact en un presque quart d’heure.
Azérac (Paulin-Niquet).- 5 Carmen. S’il laisse parfois passer c’est pour mieux enfermer la cible suivante (Rey, Marquier, Sabde). Il impose la réflexion car il faut le citer au plus près pour qu’il déclenche mais aussi se lever vite de devant. Rentre une ficelle.
Cathare (Bon).- 6 Carmen. Se livre vaillamment raccompagnant au ras des planches jusqu’à se soulever (Poujol 3 fois photo, Benafitou). Partenaire idéal à gauche sur les belles longueurs de Poujol, il calme les droitiers en envoyant au contact. Termine par un coup de barrière monumental sur Hadrien Poujol. Les ficelles au toril.
Romain (Mermoux).- 1 Carmen. Handicapé par un œil droit abîmé (espigau), il n’a pas son rendement habituel. Malgré tout, attentif, il défend son terrain par quelques enfermées magistrales notamment sur Benafitou. Rentre un gland.
VENDGLEIZE.jpgGitan (Mermoux).- Il va vite ! Calme, il surveille tous les départs et gare à ne pas se manquer aux planches. Se fait réticent par moment sauf sur les rasets très engagés de Gleize (► photo) ou les longueurs proposées par Poujol. Rentre ses ficelles.
Lebrau (Plo).- 4 Carmen. C’est une énigme. Avec son caractéristique hochement de tête, on le sait capable d’engagements terribles. Et parfois, il rappelle le barricadier qu’il fut. Mais aussi parfois des refus, parfois du déchet dans son placement… Malgré ce, il termine puissamment sur Sabde et ramène une ficelle.
Clovis (Margé, hp). Si on lui donne l’occasion, il produit de beaux engagements comme sur Gleize à plusieurs reprises. Termine en musique, avec une ficelle.

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER


Le matin, la famille et les amis se sont recueillis sur la tombe de Roger Itier

VEN1CIME.JPG

 

VEND2.jpg

◄ Défilé,
roussataïo
et abrivado
dans les rues
de VendarguesVEN3.jpg

► Au moment des discours

 

 

 

 

 

 

***********************************************