Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/04/2009

MOURIES

TROPHEE DES AS : Lundi 13 avril 2009

COYOTE SORT LES CROCS ! 

Mouries 074.jpg
COYOTE sur Martinez

 

Mouries 005.jpgBelle entrée pour le Club Taurin Mouriésen. Sous la présidence de Philippe Gibert défilent les droitiers Auzolle, Gleize, Marquier, Moutet, Rey, Sabatier et les gauchers N. Bénafitou, Clarion, G. Martinez, Mebarek aidés des tourneurs Dunan, Fouque, Kherfouche et Lebrun. Une minute de silence est observée à la mémoire des afecionas décédés durant l’intersaison et plus particulièrement pour l’épouse du raseteur Rodolphe Roux récemment victime d’un accident de la circulation.
Une ouverture de temporada marquée par les taureaux de la manade Caillan qui ont apporté de la fraîcheur avec un généreux Sabatoun et un Coyote parfait. En vieux routinier Mouriesen tire son épingle du jeu. Les autres plus tendres sont soumis à rude épreuve. Gaëtan Martinez est le seul à privilégier l’esthétique, Gleize et Rey sont efficaces, Clarion est travailleur et prend une autre dimension tandis qu’Auzolle moins en réussite.

Pour la manade Chauvet, MOURIESEN (1er) laisse passer l’orage aux attributs et sélectionne aux ficelles avec des coups d’éclats aux planches la plupart sur Martinez dont un ou Gaëtan rate le marche pied (ouf..). Il calme les ardeurs et conserve une ficelle en musique jouée 5 fois. Volontaire, ENZO (5e) se donne sans poser de difficulté pendant treize minutes trente éprouvantes même s’il enclenche une bonne série et percute Martinez dans un final ou il se retrouve encerclé par les blancs.
Fulconis.jpgPour la manade La Galère, GALERIEN (2e) subit la pression dès l’entame. Il s’évade seul ou après l’homme puis adopte un coup de revers prononcé qui lui permet de garder un gland et de desserrer l’étau. Carmen sur une grande action après Gleize. Mobile, MACAO (6e) engendre les mauvais rasets. Six minutes sans relâche aux attributs mais quand aux ficelles cela se calme un peu et qu’on le cite loyalement il va jusqu’à l’impact final mais que c’est dur (1 Carmen et rentrée).
Pour la manade Caillan les bioùs qui évoluaient l’an dernier à l’Avenir s’en sont remarquablement tirés. SABATOUN (3e) a un placement irrégulier au départ mais change parfaitement de terrain. Sa volonté de poursuivre l’homme aux planches (notamment les gauchers) est décuplée sur la fin dans 13 minutes très intéressantes. 8 Carmen et retour. Le bióu de l’Avenir COYOTE (4e) met les hommes aux abois et oblige à rompre. Quatre minutes pour le vrai premier raset. Vitesse, placement remarquable et maîtrise d’un combat d’où il sort grand vainqueur. Un gros coup de barrière en bascule après Martinez et il finit dominateur sans être inquiété aux ficelles. 1 Carmen et un autre au retour pour sa domination.

Texte et Photos Eric AUPHAN

Trophée des As : Gleize, 11 points ; Rey, 9 ; Auzolle, 8 ; Clarion, G. Martinez, Sabatier, 5 ; Marquier, Moutet, 4 ; N. Benafitou, Mebarek, 3.

 

Culbute.jpg
MOURIESEN - Martinez
Rey.jpg
SABATOUN - Rey
MACAO.jpg
MACAO - Marquier

06/04/2009

LUNEL 1ère JOURNÉE DU " PESCALUNE "

LES " BISCORNUS " FONT LA LOI

R B anticip.jpg
Pas facile aujourd'hui " RUY BLAS "

 On espérait RENOIR, GUEPARD pour les grands moments...Que nenni ! ce sont ceux dont on attendait rien de plus que leur respectable valeur, qui ont dominé de leurs étranges " embannages " la course Royale de la manade Cuillé. En effet les deux biscornus RUY BLAS dominateur, TITOUAN cabotin, coriace mais spectaculaire et sérieux qui ont déjoués tous les pronostics en fournissant les deux plus complètes prestations.
A la capelado, sous les ordres de Jacques Valentin la crème des As (à quelques exceptions prés)défile. Allouani, A.Benafitou, Villard, Moutet, Poujol se montrent les plus entreprenants et les plus éfficaces. Jourdan, Mirallés, Ouffe en dessous. Une belle satisfaction la bonne intégration et adaptation du jeune Bastien Four, qui a rasté avec audace mais avec intelligence aussi.
MERLIN a fait un premier valable, mais il devrait descendre dans l'ordre de course car il a peiné à ce poste si difficile. Des bonnes réparties et la musique plusieurs fois.
TITOUAN réalise une course trés solide. De la sélection lorsqu'il le fallait et des enfermées tonitruantes et méchamment conclues lorsque l'occasion se présentait. Des Carmen.
RUY BLAS en cocardier chevronné a conduit sa course sérieusement, spectaculairement par moment et seuls les hommes forts (Allouani, Benafitou) l'ont affronté avec loyauté et courage. Musique bien entendu.
GUEPARD défend sa 2ème ficelle dés la deuxième minute et la conserve jusqu'à la dixième. Peu convaincant et mal encocardé, on attend une revanche...
RACANEL surpris au départ, mais ensuite trés bien travaillé, il offre une partition de qualité avec des séries, des conclusions et une volonté recompensée par de nombreux Carmen.
RENOIR nous donne un petit aperçu de ses grandes qualités barricadières, mais son encocardement (lui aussi...) trés léger ne lui permet de faire qu'un petit passage en piste. Carmen.

Texte et Photos Luc PERO

TITOUAN-Four.jpg
TITOUAN - Four
TITOUAN- FOUR 2.jpg
TITOUAN - Four
GUEPARD-Benaf.jpg
RACANEL - A.Benafitou
RENOIR-Four.jpg
RENOIR - Four

 

03/11/2008

PESCALUNE 2008

DIMANCHE 2 NOVEMBRE
A LA SALLE "GEORGES BRASSENS"
Pescalune 2008.jpg
La photo de famille...

 La finale du Trophée Pescalune n'ayant pu se dérouler à cause des fortes pluies de ce week-end, les organisateurs ont préférés arrêter la compétition et faire ce Dimanche soir à la salle Georges Brassens la traditionnelle remise des prix. Avant le repas de clôture de la temporada, sur scène et dirigée par J. Valentin les récompenses ont été distribuées.

Valentin.jpgPALMARES FINAL DU PESCALUNE 2008

1er Victor JOURDAN 75 pts
2è Sabri ALLOUANI 65 pts
Raseteur Lunellois A.BENAFITOU

Meilleur cocardier de la saison RENOIR (Cuillé)

Coups de coeur à
Stéphanie MAZET du Velout Pescalune
Frédéric JOCKIN


Photos Luc PERO

Mazette.jpg
Stéphanie Mazet

24/10/2008

DES LAURÉATS POUR UN TROPHÉE

PAMARÉS FINAL DU TROPHÉE TAURIN 2008

***********

LES AS 2008.jpg
▲Pour les AS : Sabri ALLOUANI et CAMARINA de Chauvet
L'AVENIR 2008.jpg
▲Pour l'Avenir : Julien REY et COYOTE de Caillan
RASETEURS2 2008.jpg
▲Pour les Raseteurs : Frédéric FOCKIN et LEVENTI de Plo

Photos-montages Luc PERO

17/10/2008

TROPHEE DES AS (6)

LES MOMENTS CHAUDS ET SHOW DE L'APRÈS-MIDI
*************************

ANDALOU et A.Benafitou ▼
Benaf.jpg
CAMARINA et H.Poujol ▼
Poujol 1.jpg
Poujol 2.jpg
RODIN et S.Allouani ▼
ALLOURODIN.jpg

Photos Luc PERO

16/10/2008

TROPHEE DES AS (5)

Nîmes le 12 - 10 - 2008

 IMAGES DE LA COURSE
******************
***********
****
*

11111 copie.jpg
CANDELO de F.Guillierme ▼
CANDELO 1.jpg
CANDELO 2.jpg
CANDELO 3.jpg
CANDELO 4.jpg
VIDOURLEN de Mermoux ▼
VIDOU 1.jpg
VIDOU 2.jpg
VIDOU 3.jpg
VIDOU 5.jpg
ANDALOU de Blanc-Espelly ▼
ANDA 1.jpg
ANDA 2.jpg
ANDA 3.jpg
ANDA 5.jpg
ANDA 6.jpg
CAMARINA de Chauvet ▼
CAMA.jpg
CAMA 1.jpg
CAMA 2.jpg
CAMA 3.jpg
CAMA 4.jpg
YVAN du Pantaï ▼
YVAN 1.jpg
YVAN 2.jpg
YVAN 3.jpg
YVAN 4.jpg
YVAN 5.jpg
RODIN des Baumelles ▼
RODIN 1.jpg
RODIN 2.jpg
RODIN 4.jpg
RODIN 3.jpg
RENOIR de Cuillé ▼
RENOIR 1.jpg
RENOIR 2.jpg
RENOIR 3.jpg
RENOIR 5.jpg

Photos Eric AUPHAN et Luc PERO




TROPHEE DES AS (4)

 

ALLOUSTAR.jpg
ALLOUANI ROI0022.jpg

14/10/2008

FINALE DU TROPHEE DES AS (3)

Nîmes le 12 - 10

LA CAPELADO
***********
***********

A.jpg
B.jpg
C.jpg
D.jpg
E.jpg
F.jpg
G.jpg
H.jpg
R.jpg


J.jpg
REINE 1.jpg
K.jpg
L.jpg
Ma.jpg
Mb.jpg
N.jpg
PASEO.jpg
O.jpg
P.jpg
REINE 2.jpg
Q.jpg

 Photos Luc PERO

13/10/2008

FINALE DU TROPHEE DES AS (2)

 

 

Dimanche 12 octobre

 

CARMEN POUR UNE SPLENDIDE FINALE !

YVANTETE.jpg

 

3 1ER.jpgSi le week-end dernier (finale Avenir et Raseteurs) nous avait laissés un peu amers, les As ont mis un baume sur nos déceptions. Temps idéal, arène pleine, capelado poétiquement réussie, cocardiers enthousiasmants et raseteurs au comportement impeccable. Quand les blancs mouillent le maillot pour le public, alors que c'est beau la course camarguaise. Allouani peut savourer son 8e Trophée des As, c'est amplement mérité, Camarina entre dans la légende avec son 3e Bióu d'Or et la phrase de Maryse Chauvet "La Camargue c'est la Provence et aussi le Languedoc" devrait être gravée au fronton de toutes les arènes.

DEFIL.jpgSi Camarina et Allouani font les titres, il faut absolument citer TOUS les autres raseteurs - en premier lieu Poujol, Auzolle, Villard -  et TOUS les cocardiers qui ont contribué à cette réussite au sein d'une organisation sans faille. La finale du Trophée des As du Trophée Midi Libre – La Provence est bien la vitrine de la course camarguaise ! Entre 12 000 et 14 000 spectateurs le prouvent.

Quelques sifflets et quelques gestes déplacés ont tout de même entaché l'après-midi. Ils sont venus des gradins pour l'attribution d'une ficelle. A croire que quand tout va bien, certains cherchent à tout prix un grain de sable pour éructer, se défouler… violemment, grossièrement... Mauvaise foi quand tu les tiens ! C'est tellement facile noyé dans la foule.

 

LA COURSE

Allouani, Poujol, Auzolle, Villard sont à encenser, Jourdan, Ouffe, Marquier, A.Benafitou, Sabatier, Outarka, Moutet, Martin-Cocher et les tourneurs Benzegh, T. Garrido, Fouque, Zerti, T. Dengerma ont contribué avec plus ou moins de réussite mais ils n'ont jamais entravé le beau travail entrepris par les leaders. Certains ont payé de leur personne : Sabatier (pas remis d'une fracture à l'orteil quitte vite la piste), Benafitou (après s'être fait piétiner par Andalou, obligé de sortir), Outarka (victime d'une mauvaise chute en contre piste, sort au 5e), Poujol (malmené par Camarina) mais qui tient bon jusqu'à la fin…

CANDELO.jpgCANDELO (Guillierme, 1er).- Candelo, il lui faut du "charbon" pour se révéler. Eh oui, certains cocardiers recherchent le combat. En ce jour, malgré les cinq premières minutes guerrières, la bonne entente en piste ne le sert pas, alors il alterne les refus et les gros coup de tête. Rentre ses ficelles.

VIDUORLEN.jpgVIDOURLEN (Mermoux, 2e).- Mobile, attentif, il occupe tout l'espace. Sans refus, ses poursuites il les conclut dangereusement cabré la corne prête à frapper. Se ménage quelques respirations, pour terminer en fauchant le pied d'Allouani au ras des planches. Sérieux. Ficelles au toril. Pas de Carmen (?) au retour.

ANDALOU.jpgANDALOU (Espelly-Blanc, 3e).- Cocardièrement placé, il tient les blancs en respect. Fait le tri des rasets, ses enfermées brutales sont un régal. Allouani, Auzolle, Villard, Poujol, Ouffe, chacun à leur tour, se font sèchement éconduire. Les ficelles à la maison. Des Carmen pour son superbe quart-d'heure.

CAMARINA.jpgCAMARINA (Chauvet).- Un peu de flottement les premières minutes mais il surveille et tire sur tout ce qui bouge passant systématiquement la corne après ceux qui le défient. Petit à petit, monte en puissance, et les hommes, portés par le public, lui servent le meilleur. Poujol fait un festival et embarque Camarina à ses trousses jusqu'à se retrouver avec lui en contre piste dans une énorme envolée. Emotion… Des hématomes mais pas de coups de corne… Ouf ! Mais décidément Hadrien veut marquer cette finale, il repart à la conquête des ficelles de Camarina. Elles resteront inaccessibles ! Ovation et concert de Bizet.

YVAN.jpgPasser après le Bióu d'Or, tâche ô combien difficile, mais YVAN (Le Pantaï) a de la ressource. Démonstration : au début, par ses déplacements il permet quelques mauvais rasets. Mais avec une volonté terrible, Yvan se chauffe, monte en puissance, alors ses répliques sont de plus en plus serrées et ses enfermées magistrales. Moutet, Villard, Outarka (jusqu'à sa blessure) se font dangereusement raccompagner. Ficelles à la maison. Bravo taureau ! Le (l'un des) meilleur(s) du jour.

RODIN.jpgRODIN (Les Baumelles).- Sous la présidence, il livre de belles séries où il affirme sa puissance. Les hommes marquent un peu le pas, ils commencent à payer leur débauche d'énergie. Alors Allouani prend les choses en main, et sert au magnifique cocardier, un caviar d'anthologie. C'est magnifique et ça marque les esprits, le prix de la journée est à la clef. Treize belles minutes pour Rodin et bien sûr la musique.

RENOIR.jpgRENOIR (Cuillé).- Un peu amaigri, le bombardier de Générac attaque en se dressant de toutes ses forces après Auzolle, catapultant Poujol, Jourdan, Moutet… Il ne semble pas dans une forme exceptionnelle (plus dominateur et agressif au Grau-du-Roi), pourtant ses coups de barrière sont d'une puissance et d'une violence rares. Tellement engagés (sur Villard) qu'il va malheureusement se blesser et quitter la piste à la neuvième minute. Il n'a que 8 ans, espérons que cet exceptionnel  barricadier retrouvera vite tout son mordant.

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO

FINALE DU TROPHEE DES AS (1)

Dimanche 12 octobre 2008

DSC_4894.jpg a.jpg

 

LES REACTIONS APRÈS LA COURSE 
*******************

Allou.jpgSabri ALLOUANI (1er): «Remporter un huitième titre c’est important. Ce matin j’ai fait un article sur le journal dans lequel je dis que ce qui reste à la fin c’est les titres. Par contre les gens oublient vite. Je fais un raset à Rodin qui restera dans les annales et sur le raset suivant on siffle. Je n’ai rien contre Moutet qui est un gentil garçon mais s’il fait le même raset que je fais, je lui donne la ficelle. Ce qu’il faut retenir c’est mon 8e titre et je suis super content. On va savourer avant de penser à la saison prochaine».

Benji.jpgBenjamin VILLARD (2e): «La finale reflète l’ensemble de ma saison qui été satisfaisante. J’ai manqué de réussite mais j’ai essayé de m’appliquer et de faire plaisir. Il ne faut pas se contenter de faire des points. Je ne me considère pas comme un autre et j’essaye de faire le maximum en piste».

Auzolle.jpgLoïc AUZOLLE (3e): «On a vu une belle finale avec beaucoup d’émotion et des taureaux difficiles qui ont joué le jeu. On a vu un énorme Rodin, un taureau en devenir et un Camarina qui à 14 ans prouve qu’il est encore là. Je pense que c’était une belle après-midi».

Jourdan.jpgVictor JOURDAN (4e) : «J’ai surtout aimé la seconde partie avec Hadrien qui fait un grand quart d’heure avec Camarina et un accrochage qui se termine bien. Pour ma part je ne suis pas super content de ma finale mais sur la saison je suis satisfait même si le mois d’août a été difficile avec le contre coup de la cocarde d’or. Il me reste à bien terminer avec le Pescalune où je suis en tête».

Ouffe.jpgJulien OUFFE (5e) : «C’est l’aboutissement d’un rêve depuis que j’ai commencé de raseter. Cela fait plaisir de lever un bouquet même si j’ai un peu raté ma finale mais je suis très content d’y avoir participé».

Maryse.jpgMaryse CHAUVET (Manadière du Bióu d'Or Camarina): «Camarina n'a pas raté sa finale et je suis très touchée. J'espère qu'il réunit tous les afeciouna car on dit La Provence mais La Camargue c'est aussi le Languedoc. Aujourd'hui, il a déclenché beaucoup d'émotion avec un grand Hadrien Poujol que j'aime beaucoup».

Linsolas.jpgJoël LINSOLAS (Manadier du meilleur taureau de la finale, Rodin): «C’est une très belle récompense après le bioù de l’avenir. Le taureau confirme au fils des années et je croise les doigts pour que cela continue. Le taureau a été présent. C’est le cocardier de l’après-midi».

JC.Jourdan.jpgJean-Claude JOURDAN (Co-directeur du Trophée Taurin): «C’est une très bonne finale. Souvent le bioù d’or passe à travers ce qui n’a pas été le cas. Tout était joué pour les raseteurs et malgré ce ils ont fait preuve d’une belle combativité. La course a débuté calmement et au fil des taureaux la course a monté en pression pour un très grand spectacle qui a du régaler les quelques quatorze mille spectateurs».

Serme.jpgRené SERME (bayle manade CHAUVET): «Je suis évidemment très content de la prestation de Camarina Il a été très bien raseté et bien aidé par Hadrien Poujol qui lui a délivré de super rasets. La saison prochaine il fera une petite saison tranquille».

Plombat.jpgAlain PLOMBAT (Directeur Général Midi Libre): «C’est une très belle satisfaction d’abord parce que le bioù d’or a été à la hauteur de sa réputation. Quand il est rentré Camarina a tout éclaté et cela été le début d’un finale qui est montée en puissance pour un final superbe. Sabri Allouani mérite son 8ème titre avec un engagement physique exceptionnel. C’est 19/20 car il faut encore faire mieux mais ce sera l’année prochaine à Arles».

Jean-Michel MARCOUL (Rédacteur en chef des rédactions régionales La Provence): «Belle finale avec un beau champion Sabri Allouani qui remporte un 8ème titre. On fait du journalisme de proximité et on a le sentiment d’être proche des gens, du territoire et des entités. C’est une réussite du trophée entre La Provence et le Midi Libre qui ont les mêmes ambitions».

Valentin.jpgJacques VALENTIN (président de course): «On a vu par rapport à certaines années une grosse finale avec cinq taureaux extraordinaires. On a vu aussi un esprit en piste impeccable même s’il y a eu un petit litige de ficelle. Tout le monde a joué le jeu avec un super Hadrien Poujol à Camarina et deux rasets d’anthologie de Sabri Allouani à Rodin. Rien que cela vaut le prix d’entrée. A Palavas j’ai dit que j’étais écœuré mon cœur est redevenu camarguais à trois cent pour cent. La course camarguaise n’est pas morte. On est sur les bons rails».

Pierre COPPÉRÉ (PDG Pernod 51): «Une fois de plus Sabri a été époustouflant et Camarina très brillant mais j’ai eu très peur pour Hadrien Poujol quand il s’est fait bousculer derrière les barrières».

Propos recueillis par Eric AUPHAN

 

 Photos Eric AUPHAN et Luc PERO

 

12/10/2008

APOTHEOSE NIMOISE POUR LE TROPHEE DES AS

 

AVEC HUIT TROPHEE DES AS POUR ALLOUANI,
TROIS BIOU D'OR POUR CAMARINA,
LA LEGENDE CAMARGUAISE S'ENRICHIT.

619790659[1].jpg

CAMARI.jpg

07/10/2008

LE GRAU-DU-ROI *AS*

SAMEDI 4 OCTOBRE : FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS

UNE ALLEGORIE COLOREE ET EMOUVANTE

Cape 1.jpg

 

arenes.jpgOn ne peut plus parler de "capelado", c'est trop court. Allégorie semble approprié. Daniel Siméon et Patrice Blanc ont laissé parler leur cœur et leur (grand) talent pour transmettre leur amour de la course camarguaise et du florilège des traditions. D'entrée, ils embarquent les spectateurs pour un voyage de rêve où pas un des acteurs n'est oublié. Un soleil (une rose des vents ?) marque le milieu de la piste d'où rayonnent les noms des cocardiers et des raseteurs inscrits sur le sable, ponctués d'Arlésiennes au firmament de leur magnifique maintien. Dans le doux soleil automnal, et un Mistral un peu calmé pour l'occasion, les oriflammes claquent, les couleurs chantent, la musique transcende. Chaque tenue blanche rejoint alors sa branche, chaque manadier le nom de son cocardier. C'est beau ! Etudié sans être rigide, solennel sans être kitch. Le public est comme… enchanté.
SANCHEZ.jpgAlors dans ce cercle magique, Stéphane Sanchez est appelé. Le discret Stéphane, après maints ennuis musculaire et l'âge aidant, met un terme à sa carrière. Il n'a pas été oublié. Pour lui, les aficionados se lèvent et des pointes de chaque rayon, une Arlésienne monte le rejoindre au point culminant du soleil pour lui offrir le plus émouvant des hommages. Et comme dans un délicat ballet, le raseteur se voit couvert de roses. Un rêve éveillé, une émotion inoubliable. Superbe !


Martine ALIAGA


LES REACTIONS APRES LA FINALE


Jok 4x9.jpgFrédéric Jockin, 1er : «Je suis super content. Après une descente des As et une saison dernière difficile;j’ai vraiment pris du plaisir et retrouvé de bonnes sensations. J’avais treize points d’avance et j’ai géré mais il a fallu quand même s’accrocher. Finir premier, c’est une énorme satisfaction ».

Jean Louis RICCI (3e) : «C’est pour moi une belle saison, sans blessures surtout après mes déboires de la saison passée. J’aurais peut être pu disputer la victoire finale mais avec mes ennuis musculaires, je me prépare doucement en début de saison pour pouvoir contenter tous les organisateurs qui comptent sur moi en juillet-Août. Ce qui compte c’est d’avoir été régulier».

Cédric MIRALLES (4e): «Je reviens de blessures et je ne savais pas trop ce que la saison allait donner avec mon genou. Il y a du plaisir à raseter dans ce groupe mais la compétition des As manque un peu. Je suis satisfait et j’espère que cela va continuer».

Rodolphe ROUX (5e) : «Je suis assez fier de ma 5e place car depuis le 13 juillet, je cours avec une fracture du péroné en serrant les dents même si depuis une quinzaine cela va mieux. La course était bien montée avec des taureaux cocardiers en première partie et des taureaux plaisants et barricadiers en seconde».

PLO.jpgJean Louis PLO (Manadier Vainqueur) : «Leventi a fait une très bonne course. Il confirme sa très bonne saison ce qui fait plaisir. La course a été bonne dans l’ensemble ce qui est une réussite pour ce trophée. Léventi a mis un peu plus de difficulté que certains autres taureaux mais c’est le jeu de la course. Je considère donc que cela c’est très bien passé pour lui et pour nous».

Stéphane SANCHEZ (Coup de cœur): «Cela m’a fait plaisir qu’on pense à moi surtout au Grau du Roi où j’ai réalisé presque toute ma carrière. Cela m’a rappelé des bons et des mauvais souvenirs mais je garde surtout les bons. Ce n’est pas facile d’aller chercher un prix quand tu rasète plus. Cela fait chaud au cœur et c’est pour cette raison que j’étais ému».

SANCHO 1.jpg


Eric AUPHAN

 

06/10/2008

FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS

LE GRAU DU ROI : samedi 4 octobre 2008

 

Jockin.jpg
Frédéric JOCKIN, un vainqueur heureux !

Ambiance.jpgUn décorum imaginé par Daniel Siméon, mis en place par Patrice Blanc, la capélado a été majestueuse, un beau cadeau pour ces raseteurs du Groupe 2 souvent chahutés... ! L'affiche côté cocardiers était prometteuse et si tout fut loin d'être parfait l'ensemble ne fut pas ennuyeux. LEVENTI de Plo remporte sans surprise le prix de la journèe, mais tous les autres cocardiers ont eu des séquences méritoires a proposer.
Au micro J. Valentin assure comme les quatre tourneurs nommément désignés: Bouchité, Fernandez, Grando, P.Rado.
Défilent devant un trés nombreux public: Bonhomme, Grammatico, Jockin, Mirallés, Moine, Noguera, Rici, Roux, Ruiz, Savajano, P.Thierry.

PETIT LOU de Chaballier, nous a paru moins incisif qu'à son habitude. Néanmoins quelques belles enfermées lui valent deux Carmen.
LOU.jpgSAURON de Fabre-Mailhan, lui aussi manque de mordant, mais sur Moine et Noguera en particulier, il donne de trés bonnes répliques. Puis ça s'anime aux ficelles et les séries se succèdent pour quatre Carmen.
PAZAC de Daumas, vite épouillé de ses pompons, il défend âprement ses ficelles dans les enchaînements en s'aidant d'un mauvais coup de revers. Sérieux et bien positionné il en rentre une et entend cinq fois les honneurs.
RUY BLAS de Cuillé, à son rythme il éffectue un quart d'heure brillant. A son actif plusieurs beaux coups de butoir pour cinq Carmen.
LEVENTI de Plo, de suite dans le feu de l'action il se donne à fond sur tous les cites et vient conclure cornes dans les planches. Beaucoup plus dominateur aux ficelles qu'il rentrent, il réalise encore quelques belles allonges au cours de non moins belles séries. Sept fois les honneurs et le prix de la journèe.
FLAMENCO du Joncas, n'est pas dans un grand jour ! toutefois le rythme beaucoup trop lent imposé par les hommes ne l'avantage pas. Résultat quelques timides embardées pour trois Carmen.
PRIMADIE de Siméon, du sang à revendre pour ce biou qui aurait mérité une oppostion plus conséquente. Il clôture avec le brio qu'on lui connaît cette finale en écoutant plusieurs fois la musique.

Texte et Photos Luc PERO

LEVENTI jo 2.jpg

Les deux Lauréats F. JOCKIN et LEVENTI de Plo
******************
******************
LA COURSE EN IMAGES
PETIT LOU de Ckaballier
PETIT LOU.jpg
SAURON de Fabre-Mailhan
SAURON.jpg
PAZAC de Daumas
PAZAC 1.jpg
PAZAC 2.jpg
RUY BLAS de Cuillé
RB1.jpg
RB2.jpg
RB3.jpg

LEVENTI de Plo
LEVENTI 1.jpg
LEVENTI 2.jpg
LEVENTI 3.jpg
FLAMENCO du Joncas
FLAMENCO.jpg

PRIMADIE de Siméon
PRIMAD.jpg
PRIMADIER 2.jpg


29/09/2008

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 28 septembre

UN SEDUISANT SPARAGUS

f698a37b21243a9eb67a8a3de6a562f0.jpg
SPARAGUS de Anne et Yves Janin
La feria de Palavas est maintenant bien installée, il faut dire que les organisateurs (CT Fiesta y toro), Vincent Ribeira, la municipalité) mettent le paquet et sont plein de ressources. En dé but de semaine, de la course prévue, il a fallu passer en quelques heures à une course 100% héraultaise (langue bleue oblige) et il faut reconnaître que le concours a tenu la route même s'il a manqué d'intensité. La bonne surprise est venue du dernier, le jeune Sparagus d'Anne et Yves Janin qui remplaçait au pied levé Voltigeur de Vitou, blessé le matin même.
Et c'est devant une bonne demi-arène que la capelado se déroulait avec la pena La Gardounenque pour faire monter l'ambiance, les toujours superbes Arlésiennes du Velout pescalune, les tambourinaïres de l'Estang de l'Or, les gardians de la manade Vitou. A l'appel du président Jacques Valentin se présentaient Allouani, Jockin, Noguera, Outarka, Schuller, Gros, Brohan (sort au 2e) à droite ; Martin-Cocher, Oleskevich, Ouffe à gauche ; tourneurs Benzegh, Zerti, Tourki, Mata, Fernandez.

De ce concours de manades ressortent le sérieux Azérac (Paulin-Niquet) et le jeune Sparagus. A 5 ans, le cocardier des Janin a séduit par son envie d’en découdre. Si Allouani mène les débats, Jockin et Noguera se mesurent toujours pour la 1re place du Trophée des Raseteurs, Ouffe fait plaisir, Schuller et Oleskevich par moments, Outarka sur la fin.
Le Trophée Albert-Dubout remis avec un beau décorum va à Allouani (48 points, sur les deux courses); meilleur taureau de la saison, Rodin des Baumelles (course du 4 mai). Meilleur de la finale: Sparagus de la manade Anne et Yves Janin. Et le président de course de terminer par les remerciements d'usage avec une dédicace particulière aux manadiers Janin et au public, ce qui fut très apprécié.
Gévaudan (Rouquette).- Il slalome entre les hommes et se fait raseter à la traverse livrant une bonne série. Puis, du centre, il contrôle et attend le raset engagé pour débouler. Ouffe, Allouani, Oleskevich le défient pour des poursuites serrées mais le quart d’heure est longuet.
Chanéac (Chaballier).- Mobile, il ne refuse rien et se livre dans de belles séries. Gros s’aventure et est obligé de se coucher. Chanéac change de terrain opportunément et défend sa 2e ficelle bravement pour 8 minutes agréables. 3 Carmen et retour.
Bolero (Lafon).- Très sollicité, il met tout son cœur à répondre. Les jeunes (Gros, Schuller, Oleskevich) s’enhardissent pour quelques poursuites serrées, Ouffe lui offre de belles longueurs et s’octroie ses deux ficelles. 11 minutes, 2 Carmen et retour.
Azérac (Paulin-Niquet).- Placé, il s’envoie fort et oblige Allouani à lâcher la trajectoire. Fait le tri des cites et enferme sévèrement (Schuller, Noguera). Présent jusqu’aux planches, il se cabre après Gros et se montre dangereux sur Outarka, Oleskevich. Sérieux, il rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Fallone (Janin).- Toujours le long des planches, c’est un bon partenaire, même si à 7 ans, il est parfois naïf. Sans refus, il se montre dangereux en finition comme après Schuller où il passe la corne. 8 minutes, 1 Carmen ainsi qu’au retour.
Caïman (Margé).- Il ne se fixe jamais et son quart d’heure reste brouillon malgré quelques belles conclusions sur Allouani (2), Outarka (3). Les ficelles rentrent en musique.
Sparagus (Janin, hp).- Remplace Voltigeur de Vitou, blessé. Il a fière allure du haut de ses 5 ans, du sang, de la vitesse et du placement. Les blancs ne se bousculent pas. Allouani se lance, il est obligé de rompre, Outarka traverse la piste plein pot, Ouffe et encore Outarka sont anticipés. Sparagus rentre un gland et ses ficelles, porteur de grands espoirs pour sa devise. Des Carmen.
Martine ALIAGA
7c04dbd15f6f4c29fb1da5fe80553180.jpg
SPARAGUS un sacré espoir...
Photos (Archives) Luc PERO


27/09/2008

MOURIES *AS*

Dimanche 21 septembre: finale du Trophée des Olives Vertes

 

 UNE 36e FINALE BIEN HUILEE
00b2cd488b0bfd70aa37ef2c8c3faae4.jpg

Marquier et Co Blanco s’imposent dans une finale homogène rehaussée par un estrambord et un folklore pétillants.

adfaf0025d1c0b2aaa883c57bd10dc60.jpgLe CT mouriésen fait le plein pour ce trophée réputé. A la capelado, défilent sous la présidence de Philippe Gibert : à droite, Auzolle, Marquier, Moutet, Sabatier; à gauche A Bénafitou, Martin Cocher, Ouffe, Poujol (tourneurs: T Dengerma, Fouque, Kherfouche, Lebrun, Zerti).

Un folklore extraordinaire, rythmé et enjoué sous le crépitement nourri des applaudissements et une ambiance garantie avec La Gardounenque avant de déguster cette 36e finale des Olives Vertes d’un bon millésime qui récolte d’ailleurs un Carmen général.
fe500cb7d73fad9ae70c259ff90a8c3f.jpgChez les hommes les gauchers Poujol, Ouffe et Martin Cocher tirent la course. A droite, Auzolle est efficace, Moutet (très appliqué) et Marquier (travailleur) sont peu en réussite. Sabatier diminué physiquement et Benafitou sont effacés.
Côté cocardiers, Espéloufi est un super premier, Marcellin est généreux, Co Blanco sérieux et dangereux, Picasso volontaire et Raïmana fougueux.
Il fallait s’y attendre, il pleut des rasets sur ESPELOUFI (Fabre-Mailhan) qui honore tout et donne le change de fort belle manière aux ficelles quand les hommes posent la main. Un combat monumental quelque peu terni par les tourneurs. Il gagne le cœur du public et garde ses ficelles. 5 Carmen et rentrée.
Pas toujours bien placé, le véloce APIS (Brestalou) déboule à grande vitesse, se jette bien mais au fil des minutes a du mal à terminer ses poursuites. Il brille grâce à Moutet mais c’est Auzolle qui lève les ficelles une minute avant le terme. 4 Carmen et retour.
Nonchalant ou souvent à la recherche de la faute, SEVERO (Ribaud) porte le poids des ans qui influe sur son moral. La bagarre et la générosité de la présidence aux ficelles lui redonne du tonus surtout quand on le force comme Moutet à plusieurs reprises. 4 Carmen et rentrée avec une ficelle.
Le coup de revers de MARCELLIN (Joncas) crée la difficulté. Généreux dans l’effort, il pousse de plus en plus ses poursuites mais manque un poil de finition. Il conserve une ficelle en musique jouée 4 fois.
Spectaculaire, CO BLANCO (Lautier) crée le danger sur les gauchers avec des actions criminelles aux planches et deux envolées sur Poujol et Ouffe. Un coriace qui sait jouer des cornes et si à droite il est plus abordable il s’avère le plus sérieux. 8 Carmen dont rentrée.
Rapide, PICASSO (Chauvet) donne sa tête facilement mais ne néglige pas les arrivées aux planches. Il manque de pression aux ficelles et les conservera. Son final est plein de brio car il termine par deux actions d’affilé sur Ouffe et Moutet avec des applaudissements nourris. 7 Carmen et retour.
Brute épaisse et démolisseur de planches, RAIMANA (Lagarde) offre sa tête sur les rasets mais finit de façon spectaculaire quand on le laisse se lancer tel un bulldozer. Un cogneur un peu lourdaud mais tellement généreux dans l’effort qu’il garde une ficelle. 2 Carmen et rentrée.

Texte et Photos Eric AUPHAN

fb562609934f3fb21ad24918cb73d177.jpg
CO-BLANCO
0a2a192af8da791a6d26ea3e456cfda0.jpg
CO-BLANCO de Lautier
91c894b730d5e811ca40306235f819da.jpg 
MARCELIN du Joncas
LE PALMARES
*********

1er Marquier 82 pts, 2.Sabatier 63 pts, 3. Auzolle 55 pts. 4. Martin-Cocher, 39 pts.
Meilleur taureau : Co Blanco manade Lautier.

16/09/2008

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 14 septembre - Finale du Trophée de la Mer

MO-NU-MEN-TAL RENOIR!

0f456317b7e5d5f7154d3f81079f06e5.jpg
RENOIR de Cuillé pour un quart d'heure d'exception !!!

a232b4da6e7c485d720b3c194d9ecd49.jpgOn ne pouvait rêver  mieux pour cette finale du Trophée de la Mer. Cocardiers, raseteurs peu nombreux mais motivés, public réceptif et un président de course Jacques Valentin qui, avec ferveur et maestria, dirige les débats.
Sabri Allouani gagne le trophée avec seulement deux courses, sur les trois de la compétition. Suivent Outarka et Jourdan. Mais le grand vainqueur de la journée est Damien Moutet, récompensé d’une formidable ovation à la réception du prix de l’animateur du jour. Pour les cocardiers, Renoir impressionnant barricadier s’octroie le prix mais tous les autres taureaux ont donné entière satisfaction dans différent comportement.
Petit-Lou (Chaballier).- Cocardier sérieux et solide. C’est aux ficelles que le travail devient intéressant car le biòu n’est pas toujours facile à manœuvrer. Les rasets se font alors plus techniques et le taureau donne le meilleur sur plusieurs actions. 14 minutes, 3 Carmen.
Sauron (Fabre-Mailhan).- Une grande enfermée sur Allouani déclenche le disque. Il réitère sur Moutet, Jourdan. Encore quelques beaux mouvements et il réintègre avec les honneurs à la 13e minute.
Pazac (Daumas).- Il va défendre ses ficelles avec ses moyens, un bon placement, une légère anticipation et un petit coup de revers. Quelques séries bien rythmées pour 12 minutes, 2 Carmen.
Yvan  (Le Pantai).- D’entrée, il anticipe, rattrape Moutet et l’aide à sauter la barrière (pantalon déchiré). Toujours dans le tempo, il se donne avec vivacité dans de multiples enchaînements avec anticipations et certaines poursuites sont conclues contre les barrières. Ses ficelles au toril, 8 Carmen.
Mathis (Lautier).- Il se jette brutalement sur les barrières et se soulève sur Moutet et Allouani, après qui il bascule brisant une planche. Puis sur une grosse action derrière Moutet, il se blesse et réintègre le toril (9e). Musique.
Renoir  (Cuillé).- Ce barricadier au comportement très cocardier ne se laisse pas bluffer et fait la sélection dans les cites. Aux barrières, c’est une véritable tornade et il réalise un festival avec pas moins d’une vingtaine d’actions aux planches. Huit d’entre elles "énormissimes" avec bascules ou planches brisées. Ovation du public debout et des Carmen.
Gallicianais (Briaux, hp, 10 minutes).- D’entrée, il tape sur Moutet, Jourdan et traverse littéralement les barrières sur Moutet. Bien dans les séries, il clôture son temps par une énorme action sur Jourdan le blessant. Des Carmen.

0b2497207ce5b21851bd43d4f9b5ee50.jpgA la capelado ils sont onze à défiler (7+4) avec un faste particulier. Les raseteurs pénétrant en piste au sein du folklore de circonstance, l'un aprés l'autre dans l'ordre du classement avant de débuter cette Finale du Trophée de la Mer. Allouani qui se retire sur blessure à la cheville au cinquième, A. Benafitou qui dés le second taureau n'est plus dans la compétition et fait des aller-retour entre l'infirmerie et la piste, Outarka excellent de bout en bout, Ouffe toujours aux avant-postes, Moutet le grand héros de la journée réalise une performance gigantesque ! A l'origine des actions les plus chaudes et les plus spectaculaires de la course, le public lui réserve à la rentrée de RENOIR une standing ovation et scande son nom longuement. Jourdan téméraire et Oleskevich accrocheur complète cette equipe qui s'est vidée les tripes pour assurer un spectacle de très grande qualité. Messieurs, merci et "Respect" !

cf79610561df56e8f477ba7aa36afb9a.jpgLes deux derniers éléments qui ont contribués à ce triomphe sont, le public nombreux et réactif et le Président de course Jacques Valentin qui a réalisé un véritable "One Man Show" et cela en restant sérieux et concentré sur les débats. Il a su chauffer le public, motiver les hommes et transmettre toute l'intensité du spectacle. Aussi nous l'associerons au Carmen général qu'il a fait jouer en fin de course en l'honneur de tous les participants.

Texte et Photos Luc PERO 

 LA COURSE EN IMAGES

▼ PETIT LOU de Chaballier
0aba875244d4950cb419fd093f2ae742.jpg

▼ SAURON de Fabre-Mailhan
3869d317ac72336f68f684a978073933.jpg
1a5105f9149f91a14aa24073fd196daf.jpg

▼ PAZAC de Daumas
dec5773fa0ad207f48a2a64f5629805c.jpg
▼ YVAN du Pantaï
da8d0bcf26388ebfc811e3e382317fa1.jpg
c3b739fe180e02a440e8d769bf6d1074.jpg
c351b6eface73951a19a16712efbdabc.jpg
c7368b1d066e44b1038eabc29dfa7264.jpg
7c39f50ef4283fe7a91a3aa5dd1c88e4.jpg
▼ MATHIS de Lautier
4444ad8dae71c2c0020afd71b431772d.jpg
2a5fee8e603140c6e3c2fdef57e2fd15.jpg
▼ RENOIR de Cuillé
7fe88c80340e4bf0a865da40dd550b41.jpg
b03459a2acae9f2d3ab246d1a95175fa.jpg
c58cadcc0d28143bcccabe52c4940da9.jpg
1aeba689ea055b935c135a43ebd34e2a.jpg
bad966c71bf275e7c39b52ddea2b0b8d.jpg
0c564515d4055fb9900c40670d7217f7.jpg
▼ GALLICIANAIS de Briaux
fd0767731003f604bc13773a7164ee1d.jpg
09ac53c73a9e05f12a1ab6381cf0382b.jpg
f97cf8f696a73d5437d17ab38912f6a4.jpg
▼ DEBOUT LE PUBLIC SCANDE " MOUTET, MOUTET... "
5f18ca27b9177e44a778cc8fbb357906.jpg

 

09/09/2008

NIMES *AS*

Dimanche 7 septembre : 1er Trophée Jean Lafont

TASSOU - ALLOUANI
DEUX RASETS DE REVE

 

b87aebcebaa6725692e478aad9e58fb8.jpg
 
 

Au micro Ph. Gibert invite les acteurs de ce concours à prendre part à la capelado. Allouani, Marquier, Ouffe   se retrouvent au final pour recevoir les récompenses de ce 1er Trophée Jean Lafont. Clarion, Jourdan, Martin-Cocher, Khaled, Brohan et Oleskevich encore à l’origine de belles actions ont tous contribués au spectacle. Cinq tourneurs officiaient. les meilleurs travailleurs en qualité et en quantité

Pour Cuillé, FANAL, premier mobile mais bien présent sur les attaques. Il effectue un bon quart d’heure, c72fbb7335684e81f7080d5f0485d5e9.jpgsauvant une ficelle et entendant trois fois Carmen. RUY BLAS, troisième avec moins de mordant qu’à son habitude il donne quinze minutes agréables agrémentées de coups de barrières. Une ficelle au toril et quatre Carmen. TASSOU sixième, va effectuer le quart d’heure du jour et ce grâce à son principal adversaire Sabri Allouani. Dés son entrée en piste il annonce la couleur en se propulsant méchamment et violemment aux barrières sur Jourdan. Et puis peu sollicité il saute seul souvent, mais Allouani le remet dans le droit chemin en lui proposant deux fabuleuses rencontres. Deux rasets « longueur de piste » avec la rencontre et main sur la tête plein « centre piste », ensuite longue poursuite et action aux planches ! Du grand Art, des Carmen et l’Ovation au retour.

Pour Nicollin, JODIAS, deuxième brillant et disponible qui va tenir sa place douze minutes grâce à un encocardement « maison ». Quatre Carmen. EMBRUN quatrième, réintègre le toril à la douzième minute pour une blessure à l’œil. Sa course a surtout valu par ses réparties sur les gauchers presque essentiellement. Six Carmen dont deux bien généreux. BADAIRE cinquième, un peu surpris au début, il va rectifier le tir pour finir bien mieux. Il anticipe sur les droitiers et manque de travail soutenu. Des Carmen. BELORI septième, hors-points le jeune élèment a fait preuve de beaucoup de bravoure et a mis du brio dans certaines finitions. Musique.

En présentation pour ses adieux à la piste Nimoise où il a tant de fois triomphé,

VIRAT  le double Biou d’Or a encore reçu une formidable ovation.
56279a705ab30e578fb7d2f537bdbf1b.jpg
 

Texte et Photos  Luc PERO

28/08/2008

FINALE DE LA CORNE D'OR 25-08 *AS*

EYRAGUES 25-08

J. OUFFE REMPORTE LA CORNE D'OR
MARCELLIN DU JONCAS MEILLEUR TAUREAU

2bc443a042a2a763963ef6fa5496c345.jpg
Julien Ouffe et son tourneur Ludovic Zerti

21eda52d90de2bb467a6f05534f445e0.jpgAu terme d'une finale âprement disputée, J. Ouffe gagne la 31e Corne d'Or, devant L. Auzolle. Pour la troisième place, c'est le "jeune" R. Mascarin qui s'en empare. B. Villard pas classé effectue comme à son habitude du bon travail, de même que G. Martinez. Matray, Auzolle, Lafare et Martin-Cocher et les tourneurs T. Dengerma, T. Garrido, Fouque, Patou, Zerti n'ont pas fait de la figuration. Côté cocardiers: MARCELLIN du Joncas par son tempérament brillant s'adjuge le prix, mais GITAN de Mermoux trés cocardier ne l'aurait pas volé.

PROTIS de Navarro, bien trop brave pour soutenir la comparaison à ce poste. Trois Carmen.

55383369f18a960370ff861454303806.jpg

ACACIA de Cuillé, les ans commencent à peser (14), la retraite n'est pas trés loin.

530dafcad1ac4b101cae924e5a4b95f2.jpg
GITAN de Mermoux, cocardier du bout des sabots à la pointe de ses cornes, il va se faire respecter et fournir une course trés sérieuse. Avec une dizaine de grosses enfermées, il écoute sept fois les honneurs.
01875b667c8b531ae0ecebfe02045dd5.jpg
7ff41faba8d552667bad0ada690364be.jpg
LANCIER de Lautier, ne vient que d'un côté, use d'un mauvais coup de revers et garde ainsi ses ficelles.
0e5ee77d175997bbb8285e0c5a58dba3.jpg
453383fb81cd9f6c0666916c05ac339c.jpg
MARCELLIN du Joncas, de la générosité pour de nombreuses séries vivement effectuées. Des conclusions au fil des barrières et parfois même le coup aux planches. Des Carmen et le prix du jour.
ba8c50a4b732e57a76aab58d09a9baf4.jpg
06237ada447da9a882bb98623b5d254d.jpg
447a57eaa05448bb2d270102fd5a38e3.jpg

BASTIDON de Lagarde, bien calé dans les planches il est d'une rigueur extrême. Rentre ses ficelles grâce à un sacré coup de tête.

82bcc0c4d39f5a0524a4c796e5448504.jpg

PAVOUN de St Pierre, hors points pour un taureau qui apporte le danger par un comportement irrégulier et fantasque, ce n'est peut-être pas une solution idéale. Une formidable envolée sur Ouffe, mais sera trop peu travaillé.

cc0fe297e9662fe4967fa9dd61d1a3e9.jpg
ad5a6af6d59e55037f0faec0d5faa69f.jpg
Texte et Photos Luc PERO

 




 


25/08/2008

EYRAGUES *AS*

Dimanche 24 août - 1re journée de la Corne d'Or

MATUTE LA FORME OLYMPIQUE

cfd67259a22e96922ebccdb67936f2b7.jpg

19eb47ab1dfaf4eb237add2a0f51f681.jpgGradins archicombles pour la première journée de la Corne d’Or organisée par le club taurin La Bourgine du sympathique président Pierre Pancin. A la capelado les huit invités Auzolle, Mascarin, Matray, Villard, Lafare, Martin-Cocher, Martinez, Ouffe aidés des tourneurs Fouque, Garrido, Patou, Zerti.
La course n’aura prévalu que par la belle prestation de Matute dans une forme vraiment olympique. Les autres trop tendres ou peu décidés déçoivent. Dans cette compétition avec un bonus aux ficelles (4 points au lieu de 3) Auzolle (20) et Ouffe (18) sont au coude à coude suivis de près par Mascarin (15) et Matray (13) puis Martin Cocher (9) et Villard (5). La finale (cet après-midi) s’annonce indécise pourvu que les biou s’en donnent la peine.
f36d2cc4a2161a41b93f4ff41b56e7cc.jpgQuelques actions d’éclat sur Auzolle (3), Villard et Matray mais trop de réserve aux ficelles pour un TABARLY (Bon) en manque de concentration et de conviction. Il les conserve sans convaincre. Deux Carmen.
Volontaire, RUBIS (Lou Pantaï) paye sur l’ongle tous les rasets venant de la droite. Toujours prêt à la riposte, il offre une combativité intéressante mais rarement à gauche et garde une ficelle.
Même s’il enferme fort à droite, MATUTE (St Antoine) lâche rapidement ses attributs mais aux ficelles il devient un combattant redouté. Villard pose la main à plusieurs reprises pour les plus belles émotions de l’après-midi notamment lorsqu’il se fait sévèrement bousculer à l’arrivée. Un final très tonique et vigoureux avec six Carmen dont rentrée.
Sans difficulté, VANNIER (Fabre-Mailhan) se donne avec vaillance des deux côtés pendant sept minutes d’une grande disponibilité. 3 Carmen et rentrée.
Rapide et agressif aux planches parfois sur les tourneurs, QUIHOUS (Guillerme) fait impression sauf à Ouffe qui prend coupe, cocarde et glands. De puissantes poussées aux bois sur Martinez (2), Villard, Auzolle et Ouffe mais trop d’absences qui gâchent sa première course à ce niveau. 2 Carmen.
SAINT GILLOIS (Les Baumelles) et ses longues cornes honore tout. En bon cocardier il se place intelligemment. Jamais à la faute, dommage qu’il ne force pas son talent à la sortie du raset. Onze minutes et un Carmen.
Avec le brave CHAMBORD (Ribaud, hp) c’est la vie de château pour les hommes qui profitent de sa générosité en huit minutes sans répit. 2 Carmen généreux...

Texte et Photos Eric AUPHAN

MATUTE A LA POURSUITE DE B. VILLARD

d2cb004f9fc709298ff2078c4c9d97e8.jpg
058eca3739e0e4ed613eae2aaee6055e.jpg
a54d76c736de25b741858cdca17f628c.jpg

21/08/2008

LE CRÈS 19-08 *AS*

ROMAIN DE MERMOUX
BENJAMIN VILLARD
LES ELUS DU 36e TROPHÉE DES GARRIGUES
******************

84eea06fb5450c0e0186839e68ee303b.jpg
e510907b9b267f4709399ea4d682c98b.jpg
b7909b83b56adba2d41bbdd043f341ab.jpgLe vainqueur du 36e Trophée des Garrigues est Sabri Allouani (aux points), le raseteur ne venant par chercher son prix, celui n'est donc pas attribué. Benjamin Villard est récompensé en tant que meilleur animateur, alors que pour les cocardiers c'est ROMAIN de Mermoux qui l'emporte juste devant TITOUAN de Cuillé et GAMBAY de Margé. Un prix d'honneur est attribué à Christian Garrido pour l'ensemble de sa carrière. A la capelado ils sont quinze (10+5) à défiler. Allouani pas invité, met un point d'honneur à bien raseter et fait le maximum pour remporter le Trophée qu'il refusera. Villard égal à lui même s'est dépensé pour le plaisir du public. Oleskevich trés à l'aise en ce moment, Poujol et Marquier stylistes sont applaudis. Outarka par séquences, Mebarek, Jourdan, Jockin et C. Garrido l'invité d'honneur complètent l'équipe.

 

LA COURSE

FIGARET du Ternen, bien embêtant pour les hommes, soit il court, mais sans perdre une occasion de mettre le danger sur des fusées, soit il se cale et là... pas grand monde pour le défier arrêté. Alors il rentre ses ficelles et un petit Carmen à son retour n'aurait pas été superflu.       

5a593e71a18a25b9d5c09117b4a80877.jpg

MAZEL du Brestalou, probablement souffrant, sa course n'est pas à retenir.

51084d577bad8972a48886fd6eb7972b.jpg

CHANEAC de Chaballier, toujours dans le tempo, il réalise une course trés complète, sérieuse, vaillante et agrémentée de belles enfermées notamment sur Oleskevich.

b4ecd34be28c1b61c3a7105536b93ad4.jpg
0b6e1743650aa78dc677582030b6e5b3.jpg
52484abf1b93783f614d6556e02701c0.jpg

ROMAIN de Mermoux s'impose à nouveau comme un maître cocardier. Placement strict, ripostes dangereuses par les anticipations et les finitions. Taureau complet, il rentre ses ficelles et entend plusieurs fois les honneurs.
f559d763f6af4c445c5ba3121920c350.jpg
8fa6bb34ec3647d329e82545d97993de.jpg
8dc151eff68fc8717ee28cbb3fabf062.jpg
TITOUAN de Cuillé, fantasque à sa sortie il va ensuite se discipliner pour adopter un comportement plus sérieux. Toutefois il fait preuve de son tempérament barricadier et se propulse plusieurs fois aux bois juqu'à briser les planches derrière Allouani et Poujol. Des Carmen.
53efb7565a6a77b4e2aff5865be17685.jpg
9d594253c30a802967ec5fd02bdea3ef.jpg
GAMBAY de Margé, un spectaculaire qui régale le public par de belles arrivées contre les planches. Musique dans douze minutes de prestation.
1fcb9a9abda382be12d5d3432384d43d.jpg
cf8f26538c0c8e46323c593f22550a5d.jpg
RAYNAUSIE de Chaballier, la vache cocardière en supplément pour une fin " spectacle ".

7ec245073a621109cf43ceda6aa73725.jpg



Texte et Photos Luc PERO