Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/05/2009

CHATEAURENARD : TROPHEE DES MARAICHERS *AS*

Dimanche 17 mai 2009

GLEIZE ET FOUR AUX COMMANDES...

1.jpg
MARTEGAU sur Bastien Four

 

2.jpgAlexandre et Bastien prennent la tête des Maraîchers avec respectivement 21 et 16 points devant des gradins remplis au tiers. Les Maraîchers démarrent plein gaz chez les tenues blanches et les taureaux subissent. A fond aux attributs, un petit répit et de nouveau à fond quand les ficelles sont ouvertes. Dans ces conditions, Jeannot ► tire son épingle, Fosséen calme les ardeurs, Campardin fait de la résistance, Fonfon joue son rôle et Martégaù est spectaculaire. Deux raseteurs s’illustrent. Gleize à la pointe du combat totalise et Four plein de classe en met plein la vue. Ils sont bien secondés par Auzolle avec parfois le duo Villard-Guyon tandis que Martinez privilégie l’esthétique. Poujol travaille par à-coups, Martin-Cocher reprend et Clarion, Khaled et Sabatier sont discrets. Ils sont accompagnés des tourneurs Dengerma, Dunan, Fouque, Kherfouche, Garrido.


FONFON (Blatière-Bessac) subit la tornade blanche aux attributs puis se défend bec et cornes aux ficelles avec un coup de tête et quelques accélérations (1 Carmen). Un premier qui tient le choc et rentre une ficelle en silence ? Que dire des pompons de CAMPARDIN (Blanc) levés en vingt six secondes ? Peut être un record mais le bioù rectifie immédiatement le tir aux ficelles avec un placement adéquat. De la vivacité et de la volonté jusqu’à rentrer un dernier bout de ficelle lui aussi en silence (?). 2 Carmen). Tous les attributs de FOSSEEN (Cavallini) sont pour Gleize mais aux ficelles la pression disparait et c’est dommage car le bioù répond présent avec de l’agressivité aux barrières comme après Martinez. Il est victime de l’inertie des raseteurs et les conserve. 2 Carmen plus retour.

C’est dans la bourre que JEANNOT (Grand Salan) donne le meilleur. En cocardier intelligent pour sa première de la saison il se place, sélectionne et se déplace à bon escient. Excellent, il conserve une ficelle. 5 Carmen et retour. Fantasque MARTEGAU (Chauvet) a du pétard mais loin des planches il est soumis au régime intensif. Il s’évertue à tout honorer avec en plus quelques actions fracassantes dont il a le secret. 7 Carmen dont retour porteur d’une ficelle. Mobile et vif, CONDOR (Lautier) prend une volée de rasets pendant 6 minutes intenses ponctuées de séries rythmées. 2 Carmen. CANBERRA (Saint-Pierre) offre cinq minutes et quelques coups de barrières prononcés mais les crocheteurs profitent de sa bravoure. 3 Carmen et rentrée.

Texte et Photos Eric AUPHAN

Trophée des As : Gleize, 21 points ; Four, 11 ; Auzolle, 8 ; Guyon, 7 ; Villard, 5 ; Poujol, 4 ; Martin-Cocher, 2 ; G. Martinez, 1.

Trophée des Maraîchers : Gleize, 21 ; Four, 16 ; Auzolle et Villard, 10 ; Guyon, 7 ; Poujol, 4, Martin-Cocher, 2, ; Martinez, 1.

 

3.jpg
FOSSEEN - Poujol

4.jpg
CANBERRA - Sabatier
5.jpg
MARTEGAU - Four

10/05/2009

PALAVAS-LES-FLOTS * AS *

Dimanche 10 mai 2009

COCARDIEREMENT VOTRES !
Photo de tête.jpg
Hier Sabri a tout donné... ici dans les cornes de VIDOURLEN

Entrée : plein. Organisateur : CT Fiesta y toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Gleize, Jourdan, Outarka, Sabatier. Gauchers : Clarion, Martinez, Mebarek, Oleskevich, Ouffe. Tourneurs : Benzegh, Beker, Dunan, Tourki, Zerti.

Sabri.jpgCette deuxième journée du Trophée Albert-Dubout a laissé toute la place aux purs cocardiers, Ruy Blas (4e), Rodin (5e) et Sparagus (7e),  Mathis (6e) se montrant irrégulier malgré de bons passages. Mais la course dans son ensemble a souffert du travail irrégulier des blancs qui ont laissé à Allouani toute la responsabilité des débats. Présidence à la hauteur pour des décisions et explications à bon escient.
Paludier (Margé).- Au début, prend tout sur ses déplacements avec quelques actions poussées. Plus stable, par la suite défend son unique ficelle neuf minutes. Deux Carmen.
Jodias (Nicollin).- Attaqué d’entrée, il répond avec du jus pour deux minutes les premiers attributs. D’un calme olympien, le long des planches, il s’investit dans des enchaînements ponctués sur Sabatier et Allouani. 12 minutes. 5 Carmen.
Vidourlen (Mermoux).- Décollé des planches, il favorise un maximum de mauvais rasets. Quand il se place, en revanche, ses poursuites sont dangereuses. Mais trop intermittent aujourd’hui, Vidourlen ne convainc pas même s’il défend - et rentre - son 2e gland avec un bon coup de revers. Carmen au retour.
Ruy Blas (Cuillé).- Placé, il attend les blancs de pied ferme pour une cocardière leçon. Attentif, il utilise tous les angles d’où, sans se gaspiller, il ferme la porte aux plus hardis. Outarka bousculé, Martinez, Oleskevich et Jourdan enfermés. Il termine en se dressant après Allouani, Sabatier, Jourdan rentrant un gland avec 9 Carmen.
Rodin (Les Baumelles).- La piste palavasienne convient à Rodin qui toujours placé à son avantage, ne se laisse pas duper. Ses superbes anticipations obligent Allouani à lâcher, Gleize à décrocher. Les blancs au ralenti, Allouani est obligé de prendre les choses en main, mais Rodin coupe magnifiquement sa longue invitation pour une chaude arrivée. Les ficelles au toril et 5  Carmen.
Mathis (Lautier).- Il surveille la piste et la contrepiste, et si au début, il prend les angles et ferme la porte aux hommes (7 minutes les glands), il pêche par moments par manque de rigueur même s’il termine par de gros coups sur Martinez, Ouffe, Clarion et Allouani. 4 Carmen.
Sparagus (Janin, hp).- A 6 ans, cul aux planches, prêt à foncer, il délimite son terrain. Quelques séries rondement menées, une enfermée sur Allouani (Carmen) mais pas assez sollicité pour s'exprimer. Rentre une ficelle en musique.

Martine ALIAGA

Trophée des As : Allouani, 16 points ; Gleize, 9 ; Sabatier, 5 ; Ouffe, 5 ; Outarka, 4 ;  Clarion, 4 ; Martinez, 2 ; Mebarek, 2 ; Jourdan, 1.
RB Outarka.jpg
Outarka à nouveau en difficulté avec un Cuillé ( RUY BLAS ).
***************
ROD 1.jpg
ROD 2.jpg
ROD 3.jpg
Sabri au four, au moulin et dans le charbon ! içi avec RODIN.
*****************
RB 1.jpg
RB 2.jpg
RB 3.jpg
RB 4.jpg
Le "Grand Frisson" avec RUY BLAS et Gaëtan Martinez.
Photos Luc PERO

09/05/2009

LE GRAU DU ROI - AS - 8 MAI

TERRUEL BON PREMIER
DRAGON BON BLATIERE

 

A2.jpg

Terruel - Bastien Four

Une bonne entrée quand J. Valentin président de course appelle les neuf raseteurs plus cinq tourneurs à participer à la capelado. Allouani omniprésent, Gleize entreprenant, Auzolle travailleur et les gauchers A. Benafitou et Four sont les plus en vue. Jourdan toujours en "colère", Noguéra, Mebarek, Fadli sont plus résérvés. Dans l'ensemble la course royale de Blatière-Bessac à quelque peu déçue.

TERRUEL, a fourni une course d'excellent premier. Agressif aux barrières quand il le voulait, il su faire courir les blancs pour ne jamais se laisser dominer. Coriace, parfois trés têtu mais toujours à l'affût de la moindre erreur son quart-d'heure trés méritoire valait bien les trois Carmen qu'il a entendu.
AARON, son coup de tête prononcé l'aide à conserver ses ficelles. Bof...
LANZA, coureur invétéré il est brave comme du bon pain, et se fait "bouffer"...
ROSTAND, peu combatif il lache souvent le raset et saute pour se réfugier en contre-piste.
SIFFLET, bien tendre devant l'adversité, il subit et reçoit un Carmen pour sa bonté.
A1.jpgDRAGON, un Blatière pur sang, méchant il démolit, il brise les planches mais s'intéresse aussi aux hommes et effectue quelques actions violentes en ripostes sur Allouani (photo ci-contre à gauche), Jourdan, Four, Auzolle, Mebarek, A. Benafitou. Musique
NEVERS, attendu comme le sauveur, le cocardier a servi une course remplie de vaillance et de bonne volonté. Cependant moins spectaculaire que pévu, il nous a paru surtout en manque de compétition ce qui explique sûrement son agressivité amoindrie. A revoir car les qualités sont là ! Musique.

On a remarqué et apprécié la magnifique présentation du bétail, c'est à souligner...

Texte et photos Luc PERO

 

A3.jpg
Nevers - Mebarek
▼Dragon - Gleize

A5.jpg

 

*************************************

 

04/05/2009

PALAVAS - 3 MAI - AS

FLAMBOYANTS LES " CUILLÉ "
RENOIR, TASSOU, TITOUAN METTENT LE FEU...

RENOIR.jpg
RENOIR a retrouvé son peps !

 

Entrée : 3/4 d’arène.
Organisateur : CT Fiesta y toros.
Présidence : J. Valentin.
Raseteurs droitiers : Allouani, Jockin, Jourdan, Outarka, Noguera.
Raseteurs gauchers : Martin-Cocher (sort à la pause), Martinez, Oleskevich, Ouffe.
Tourneurs : Beker, Benzegh, V. Dengerma, Tourki, Zerti.


Cette 1re journée du Trophée Albert-Dubout démarre on ne peut mieux avec une première partie solide, sérieuse mais aussi spectaculaire. La seconde partie s’avère brillante et "émotionnelle" à souhait. Les hommes sont tous à féliciter pour leur travail de grande qualité.
FANAL.- Un premier volontaire dans les échanges, efficace dans son placement et ses déplacements et bon finisseur. Intelligemment et brillamment, Fanal gère son quart d’heure avec des coups de boutoir sur Allouani (4), Noguera, Martinez, Jockin pour 6 Carmen.
MERLIN.- Pas de round d’observation, de suite dans le rythme, il défend ses pompons en s’aidant d’un gros coup de revers. Aux ficelles, calé contre les barrières, il délivre de superbes enfermées. Sérieux, il rentre ses ficelles après avoir écouté cinq fois le disque.
TITOUAN.- Toujours aussi fantasque, il aime la bagarre et le contact des planches et ne s’en prive pas. A ce rythme, il s’octroie des plages de répit mais repart toujours au combat avec la même agressivité. Sur la fin, moins sollicité mais plus réservé, il conserve ses ficelles. Ses multiples coups de boutoir dont une bascule après Allouani, lui valent six Carmen.
GUEPARD.- Il ne tient pas en place, mais bien cadré par les blancs, il se signale dans des poursuites dangereuses menées au bout. Difficile et compliqué aux ficelles, les hommes tergiversent et le biòu domine. 5 Carmen pour son côté spectaculaire.
RACANEL.- Abordable, les hommes ne le ménagent pas mais les taureaux répond présent dans des enchaînements et des conclusions brillantes. Dix minutes et cinq fois le disque.
TASSOU.- D’entrée c’est un coup de barrière sur Allouani puis c’est une envolée contre le burladero sur le même homme. Raseté avec prudence Allouani puis Jourdan l’emmènent dans de belles envolées. Encore et toujours Sabri le consent au mieux et le taureau brille dans quinze minutes six fois récompensées et une ficelle au toril.
RENOIR (hp).- La vedette de l’élevage semble avoir retrouvé ses moyens car d’entrée il s’envole derrière Martinez. Attentif à tout, le taureau répond coup pour coup et se soulève de multiples fois sur Jourdan, Jockin, Allouani, Martinez, pour un final tout feu tout flamme. Emotion lorsqu'il ramène Outarka en piste en le crochetant au saut de la barrière. La musique et l’ovation générale saluent son retour.

 


Trophée des As : Allouani, 14 points ; Ouffe, 11 ; Outarka, 6 ; Jourdan, 5 ; Martin-Cocher, 4 ; Martinez, 3.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 11 points ; Noguera, 3.

 

Texte et Photos Luc PERO

 

 

FANAL.jpg
FANAL
MERLIN.jpg
MERLIN
TITOUAN.jpg
TITOUAN
GUEPARD.jpg
GUEPARD
RACANEL.jpg
RACANEL
TASSOU.jpg
TASSOU
*************
RENOIR malmène L. Outarka
RENOIR 1.jpg
RENOIR 2.jpg
RENOIR 3.jpg

03/05/2009

GRAU DU ROI - AS - 1er MAI

 

JANEIRO, CAMAÏ, CATHARE...

wwwx.jpg
JANEIRO catapulte Poujol !
Emotions, sensations fortesdans certaines séquences, mais l'ensemble n'a pas toujours été à la hauteur des espérances. Au micro Michel Bourrier dit " Le Fri " a mené en expert les débats devant un bon trois-quart d'arène. En blanc, A. Benafitou, Auzolle, Villard, Poujol, Four sont les patrons. N. Benafitou essaie, Noguera, Miralles, Mebarek et A. Perez sont bien discret.
JAMES de Ricard n'en fait qu'à sa tête, à son rythme et rentre une ficelle.
VACCARES de Bon pase bravement en sept minutes.
CATHARE de Bon décidé, volontaire et brillant il défend avec maîtrise son unique ficelle qu'il rentre d'ailleurs au toril. Des finitions dangereuses cornes menaçantes et la musique joue à cinq reprises.
CHIVAS de Ricard, cinq minutes de présence...
OMEGA de Ricard saute seul à maintes reprises, court beaucoup en piste. Sur la fin il donne bonne série et saute dangereusement sur Villard. Musique.
CAMAÏ de Bon sort avec " la rougne " et débute par plusieurs coups de butoir, puis au cours d'une incursion en contre piste il se coinçe dans un burladero et fortement affaibli par plus de vingt minutes nécessaire à le débloquer il est directement enfermé dans le char amené pour la circonstance dans l'enceinte des arènes.
JANEIRO de Ricard si son placement n'est pas du meilleur qu'il soit (centre), les hommes craignent et pour cause ses formidables envolées. Four puis Poujol en sont témoins. Hadrien se fera carrément propulsé hors-piste par le cocardier. Seuls les hommes forts l'affronte et Villard s'inscrit au palmarés avec cocarde et glands dans son crochet. Musique plusieurs fois.
Texte et Photos Luc PERO
XXXXW.jpg
OMEGA sur Villard

02/05/2009

FONTVIEILLE : ROYALE DE RIBAUD

Vendredi 1er mai 2009

SEVERO CHEF DE FILE
D'UNE GENERATION PLEINE DE PROMESSES

Fontvieille 01 05 004.jpg

RIQUET.jpgUne bonne entrée pour le CT Fontvieillois. Sous la présidence de Philippe Bayle excellent défilent les droitiers Gleize, Marquier, Mascarin, Moutet, Moulin, Sabatier et les gauchers Khaled, Martin-Cocher, Martinez. Oleskevich. Ils sont aidés des tourneurs Dunan, Dengerma, Kherfouche, Max. Honorée à la capElado pour son cinquantenaire, la manade Ribaud respire car la Royale rajeunie a donné satisfaction avec Sévero, Riquet, Tamarin et Laurier. Chez les raseteurs le premier mai n’est pas chômé surtout pour Gleize à la pointe du combat et efficace tout comme Martin-Cocher. Moutet, Marquier, Sabatier et Martinez tirent leur épingle tandis que Mascarin est toujours aussi adroit pour exploser les ficelles.
L’expérimenté, SEVERO (10 Carmen et rentrée) tient son rang et ouvre la voie avec des fusées, des enfermées frémissantes (Mascarin arrive in-extrémis) et des coups de barrière qui lui permettent de conserver une ficelle. Costaud et sérieux le vétéran. RIQUET (4 Carmen et retour) est brillant et raccompagne tambour battant, les cornes pointées et sans refus. Un coup de barrière sur Martinez, un saut après Marquier et il garde ses ficelles de façon méritoire. Comme une sucrerie VIENNOIS (1 Carmen) s’offre avec bravoure des deux côtés. Les hommes en profitent pendant huit minutes même s’il tente une rébellion pour l’attribution de la seconde ficelle.
Vedette en devenir TAMARIN (8 Carmen dont retour) se place et se déplace intelligemment. Il trouve les angles, profile ses longues cornes à l’arrivée et dans la bourre aux ficelles effectue de puissantes actions dans douze minutes d’excellente facture. Treize minutes classiques pour JURASSIEN (4 Carmen et rentrée) peu ménagé mais vaillant sur les séries et les reprises. Combatif il sélectionne parfois mais se donne à fond aux ficelles. Volontaire, DANSEUR (Carmen au retour) a un sacré moral pour résister aux attaques ininterrompues pendant huit minutes. Il se chauffe mais Martin Cocher ouvre puis Mascarin explose la seconde ficelle. LAURIER est un véritable espoir (5 Carmen et retour) Dix minutes spectaculaires avec des coups de barrière prononcés parfois en bascule ou des sauts rageurs. Un jeune cocardier bien parti pour reprendre le flambeau de la manade du Mas Clavel.

Texte et Photos Eric AUPHAN

SEVERO - MASCARIN, CHAUD DEVANT...

1.jpg
2.jpg
3.jpg
4.jpg
5.jpg

 

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES

Vendredi 1er mai 2009

LE PRINTEMPS S'EVEILLE A SAINT-GENIES

 

A1.jpg

 

Enfin la douceur de l’air annonce les beaux jours ! L’ambiance aussi ! Ce 1er mai à Saint-Geniès, il flottait comme un parfum de fête locale : jovialité dans les gradins, estrambord à la présidence ; queue à la buvette… Le soleil tape fort au travers des platanes pas encore bien feuillus et dans les travettes les invités du Sud-Ouest, les Coursayres des Arrigans, les clubs taurins pescalunes... et Gérard (Gehin) au four et au moulin comme d’hab.

En piste, les habitués Allouani, Jockin, Jourdan, Outarka, Ouffe et Brohan, Ricci, Clarion, Santiago. Tourneurs : Beker, Benzegh, Zerti, Tourki. Et si sur certains taureaux on a frôlé l’embouteillage, les hommes de tête et de difficulté sont toujours les mêmes Allouani, Outarka, Jockin, par moments Ouffe. Dans ce petit plan, les taureaux se sont faits « remuer » et pour la plupart cela leur a servi (les quatre premiers), Fallone, lui, par son comportement en dent de scie, a parfois dominé et le jeune Chouan (6e) a manqué d’air.

A3BORGIA.jpgLe fantasque et gueulard Borgia (Cuillé) a assez de méchanceté pour recevoir l’assaut d’ouverture. Il mène de puissants enchaînements où il conclut rudement (photo sur Jockin), quand il en a marre, il saute. 14 bonnes minutes. 6 Carmen.
Franc, rapide, Insolent (Nicollin) alterne les déplacements, les ripostes sévères et quelques temps de récupération. Une fois en colère, bien positionné, il s’exprime sur de longues séries où il se bat comme un lion pour finir aux planches. Les ficelles rentrent au terme d’un bon quart d’heure. 7 Carmen.
Le long des planches, Gregau (Saumade) se fait surprendre aux premiers attributs. Mais les belles longueurs d’Allouani, Jockin, Ourarka lui permettent de briller notamment sur sa première ficelle qu’il défend neuf minutes. Une « Jockinade » et un dernier raset engagé d’Allouani clôturent ses presque 15 minutes.5 Carmen.

Sans trop de placement, Lou Sar (Guillierme) veut répondre à tout et à tous. Mais à trop le chauffer, il voit rouge et ses conclusions vont a mas comme après Jockin qui frôle l’accident, Outarka, Jourdan, Allouani. 11 minutes émotionnantes. 6 Carmen.
Le printemps monte à la tête de Fallone (Janin) qui se prend pour un ternen et saute. Après les premiers attributs levés dans le désordre, il trouve sa place d’où il sort comme une bombe (Jockin, Jourdan) et complique le jeu. Sabri le convoque en tête à tête, déclenchant des enchaînements. Mais l’ensemble blanc manque de construction, Fallone, dominateur, rentre une ficelle. 3 Carmen.
Chouan (Lafon) est encore trop tendre (6 ans) et n’a pas assez de discernement pour faire le tri du bon et du mauvais. Mais quand on lui laisse un peu d’espace, il montre beaucoup de qualités, du cœur et d’envie pour finir aux planches. Allouani, Ouffe pour 11 minutes et 5 Carmen.

Texte et photos
Martine ALIAGA

 

A2.jpg

Bon retour à la piste d'Outarka après sa blessure de début de saison.
Ici avec Gregau (Saumade, 3e)

20/04/2009

BEAUCAIRE 19-04 - 1re journée du MUGUET D'OR

ORAGES ! Ô RAGE...

YVAN.jpg
YVAN le Terrible...

Entrée : 3/4 d’arène.
Organisateur : Affaires taurines.
Présidence : R. Arnaud.
Raseteurs droitiers : Auzolle, Villard, Mascarin, Moutet, Marquier.
Gauchers : Khaled, Four, Martin-Cocher, G. Martinez.
Tourneurs : Fouque, Mata, T. Garrido, Lebrun, V. Dengema

...Ô désespoir pour les nombreux afeciouna venus assister au retour officiel de la marque à la grasilho. Mais Madame la Météo en a décidé autrement, et à la sortie du 6e taureau, stop ! Il faut dire aussi que tout avait bien commencé et le concours était on ne peut plus intéressant avec un Yvan impérial, Leventi excellent, Verdaou à la hauteur et Petit Lou très bon premier. Les raseteurs dans leur ensemble ont travaillé avec correction tout en donnant un rythme soutenu au débat.
Petit-Loup (Chaballier).- Voilà un excellent premier qui change opportunément de terrain tout en étant très assidu lors des échanges. A son aise, sur les longs cites des droitiers, il se signale dans de belles enfermées sur Villard, Marquier, Moutet. Onze minutes récompensées et fortement applaudies.
Corail (Paulin-Niquet).- Le grand banu, malgré ses bons déplacements et sa bonne volonté, ne peut effectuer plus de sept minutes. Agréable.
Leventi (Plo).- Avec vigueur il se livre dès les premiers cites en abandonnant rapidement ses rubans. Aux ficelles, une longue série fait retentir le disque. Puis, des belles enfermées sur Martinez, Villard, Moutet, Four, Martin-Cocher font à nouveau retentir le disque. Toujours dans le tempo, il n’a de cesse de répliquer en frappant bas au terme de ses actions. Treize minutes de bonne facture.
Yvan (Le Pantaï).- D’entrée "il met les hommes à l’heure" en les obligeant dès les premiers cites à rompre. Sérieux, avec de dangereuses anticipations, il n’est pas étouffé et se retrouve rapidement maître du jeu. Au fur et à mesure, ses réactions se font de plus en plus brillantes, et beaucoup plus dangereuses. Posant d’énormes problèmes, il réintègre facilement ses ficelles au toril après avoir écouté de nombreux Carmen.
Verdaou (Allard).- Après deux minutes de course, interruption à cause de la pluie. Il ressort quelques minutes plus tard, et s’impose par un bon placement et de belles finitions barricadières qui sont d’ailleurs récompensées de nombreuses fois. Il rentre ses ficelles après un quart d’heure sérieux.
Mirabeau (Saint-Pierre).- Il pénètre en piste mais rentre aussitôt, l’orage refaisant des siennes.


Trophée des As : Villard, 12 Points; Four, 10; Marquier, 7; Auzolle, 6 ; Mascarin, 6; Martin-Cocher, 5; Khaled, 2; G. Martinez, 2; Moutet, 1.

Texte et Photos Luc PERO

 

DSC02878.JPG
Danger sur Moutet avec PETIT LOU
DSC02880.JPG
CORAIL - Auzolle
DSC02888.JPG
LEVENTI - M. Cocher
LEVENTI.jpg
LEVENTI - Villard
LEVENTI 2.jpg
LEVENTI - Marquier
YVAN.jpg
YVAN du Pantaï
YVAN 1.jpg
YVAN - Martin-Cocher
YVAN 2.jpg
YVAN - Auzolle

DSC02902.jpg
VERDAOU - Mascarin

 

14/04/2009

LUNEL 2e JOURNÉE DU " PESCALUNE "

Trophée des As :  Lundi 13 Avril

PESQUIE 3.jpg
PESQUIE - Allouani

 

four.jpgEntrée : 3/4 d’arène.
Organisateur : Lunel Toros.
Président : Jacques Valentin.
Raseteurs droitiers : Allouani, Guyon, Jourdan, Garcia, Villard, A.Perez.
Gauchers : Four, A. Benafitou, Martin-Cocher, Poujol, Oleskevich, Ouffe.
Tourneurs : Benzegh, Bensalah, T. Dengerma, T. Garrido, Mata.


Pour cette deuxième journée du "Trophée Pescalune"

Badaïre de Nicollin, Pesquié de Saumade et Rodin des Baumelles ont offert les meilleurs séquences.  l’As des As, Sabri Allouani règne en patron, bien secondé par le jeune Bastien Four▲ qui confirme aujourd’hui sa talentueuse ascension.
Tommy (Saint-Antoine).- Beaucoup trop sélectif même si quelques jolies poursuites sont à mettre à son actif après Poujol, Benafitou, Allouani, Villard. 2 Carmen bien généreux dans 13 minutes.
Catalan (Saumade).- Néophyte à ce niveau, il tient largement son rang. Sérieux dans son comportement, avec peu d’erreur de placement, il défend ses ficelles en se faisant respecter. Moins incisif (mais peu forcé par les blancs en fin de course), il conserve ses deux derniers attributs.
Barras (Nicollin).- La bravoure de la race, plus quelques finitions sur Poujol, en particulier qui l’allonge au maximum. Four sur la sonnerie le déleste de sa seconde ficelle et trois fois la musique (+ retour).
Badaïre (Nicollin).- Dès les premiers cites, il se livre à fond en concluant parfois. Puis sur une belle attaque d’Allouani, il le poursuit au-delà des barrières. Une anticipation sur Villard et Four fait avec risque le "quite". Petit à petit, il prend l’ascendant sur les hommes et impose ses règles. Un autre saut sur Benafitou, une grosse série pour conclure et ses ficelles au toril. Des Carmen.
Rodin (Les Baumelles).- D’entrée c’est une belle poursuite sur Poujol. Puis, une enfermée émotionnante et dangereuse sur Villard. Aux ficelles, il oblige souvent à rompre et sur Villard c’est encore chaud. Mais pris au vire-vire, il cède rapidement une  ficelle, puis les nobles chevaliers ne le citent qu’arrêté et lui donne l’avantage dans de belles longueurs. Musique et une ficelle au retour.
Pesquié (Saumade).- Il a une fois de plus honoré son contrat et clôturé comme il est coutumier avec brio le concours. Tour à tour les hommes sont gratifiés d’actions spectaculaires. Raseté à son rythme et bien emmené, il brille, plusieurs fois aux barricades dont une sensationnelle action sur Allouani après un raset pleine longueur de piste. 15 minutes et des récompenses.

Texte et Photos Luc PERO


Trophée des As : Four, 15 points ; Allouani, 12 ; Martin-Cocher, 8 ; Villard, 7 ; Jourdan, A. Benafitou, 5 ; Poujol, 3 ; Oleskevich et Ouffe, 2.
TOMMY.jpg
TOMMY - Allouani
CATALAN.jpg
CATALAN - Villard
BARRAS.jpg
BARRAS - Poujol
BADAIRE 1.jpg
BADAIRE...
BADAIRE 2.jpg
... met Allouani en danger.
RODIN.jpg
Chaud pour Villard avec RODIN.
RODIN 2.jpg
RODIN - Poujol
PESQUIE 1.jpg
 PESQUIE - Allouani
PESQEEEUIE 3.jpg
PESQUIE - A. Benafitou

 

LUNEL 2e JOURNÉE DU " PESCALUNE "

Trophée des As :  Lundi 13 Avril

PESQUIE 3.jpg
PESQUIE - Allouani

 

four.jpgEntrée : 3/4 d’arène.
Organisateur : Lunel Toros.
Président : Jacques Valentin.
Raseteurs droitiers : Allouani, Guyon, Jourdan, Garcia, Villard, A.Perez.
Gauchers : Four, A. Benafitou, Martin-Cocher, Poujol, Oleskevich, Ouffe.
Tourneurs : Benzegh, Bensalah, T. Dengerma, T. Garrido, Mata.


Pour cette deuxième journée du "Trophée Pescalune"

Badaïre de Nicollin, Pesquié de Saumade et Rodin des Baumelles ont offert les meilleurs séquences.  l’As des As, Sabri Allouani règne en patron, bien secondé par le jeune Bastien Four▲ qui confirme aujourd’hui sa talentueuse ascension.
Tommy (Saint-Antoine).- Beaucoup trop sélectif même si quelques jolies poursuites sont à mettre à son actif après Poujol, Benafitou, Allouani, Villard. 2 Carmen bien généreux dans 13 minutes.
Catalan (Saumade).- Néophyte à ce niveau, il tient largement son rang. Sérieux dans son comportement, avec peu d’erreur de placement, il défend ses ficelles en se faisant respecter. Moins incisif (mais peu forcé par les blancs en fin de course), il conserve ses deux derniers attributs.
Barras (Nicollin).- La bravoure de la race, plus quelques finitions sur Poujol, en particulier qui l’allonge au maximum. Four sur la sonnerie le déleste de sa seconde ficelle et trois fois la musique (+ retour).
Badaïre (Nicollin).- Dès les premiers cites, il se livre à fond en concluant parfois. Puis sur une belle attaque d’Allouani, il le poursuit au-delà des barrières. Une anticipation sur Villard et Four fait avec risque le "quite". Petit à petit, il prend l’ascendant sur les hommes et impose ses règles. Un autre saut sur Benafitou, une grosse série pour conclure et ses ficelles au toril. Des Carmen.
Rodin (Les Baumelles).- D’entrée c’est une belle poursuite sur Poujol. Puis, une enfermée émotionnante et dangereuse sur Villard. Aux ficelles, il oblige souvent à rompre et sur Villard c’est encore chaud. Mais pris au vire-vire, il cède rapidement une  ficelle, puis les nobles chevaliers ne le citent qu’arrêté et lui donne l’avantage dans de belles longueurs. Musique et une ficelle au retour.
Pesquié (Saumade).- Il a une fois de plus honoré son contrat et clôturé comme il est coutumier avec brio le concours. Tour à tour les hommes sont gratifiés d’actions spectaculaires. Raseté à son rythme et bien emmené, il brille, plusieurs fois aux barricades dont une sensationnelle action sur Allouani après un raset pleine longueur de piste. 15 minutes et des récompenses.

Texte et Photos Luc PERO


Trophée des As : Four, 15 points ; Allouani, 12 ; Martin-Cocher, 8 ; Villard, 7 ; Jourdan, A. Benafitou, 5 ; Poujol, 3 ; Oleskevich et Ouffe, 2.
TOMMY.jpg
TOMMY - Allouani
CATALAN.jpg
CATALAN - Villard
BARRAS.jpg
BARRAS - Poujol
BADAIRE 1.jpg
BADAIRE...
BADAIRE 2.jpg
... met Allouani en danger.
RODIN.jpg
Chaud pour Villard avec RODIN.
RODIN 2.jpg
RODIN - Poujol
PESQUIE 1.jpg
 PESQUIE - Allouani
PESQEEEUIE 3.jpg
PESQUIE - A. Benafitou

 

13/04/2009

MOURIES

TROPHEE DES AS : Lundi 13 avril 2009

COYOTE SORT LES CROCS ! 

Mouries 074.jpg
COYOTE sur Martinez

 

Mouries 005.jpgBelle entrée pour le Club Taurin Mouriésen. Sous la présidence de Philippe Gibert défilent les droitiers Auzolle, Gleize, Marquier, Moutet, Rey, Sabatier et les gauchers N. Bénafitou, Clarion, G. Martinez, Mebarek aidés des tourneurs Dunan, Fouque, Kherfouche et Lebrun. Une minute de silence est observée à la mémoire des afecionas décédés durant l’intersaison et plus particulièrement pour l’épouse du raseteur Rodolphe Roux récemment victime d’un accident de la circulation.
Une ouverture de temporada marquée par les taureaux de la manade Caillan qui ont apporté de la fraîcheur avec un généreux Sabatoun et un Coyote parfait. En vieux routinier Mouriesen tire son épingle du jeu. Les autres plus tendres sont soumis à rude épreuve. Gaëtan Martinez est le seul à privilégier l’esthétique, Gleize et Rey sont efficaces, Clarion est travailleur et prend une autre dimension tandis qu’Auzolle moins en réussite.

Pour la manade Chauvet, MOURIESEN (1er) laisse passer l’orage aux attributs et sélectionne aux ficelles avec des coups d’éclats aux planches la plupart sur Martinez dont un ou Gaëtan rate le marche pied (ouf..). Il calme les ardeurs et conserve une ficelle en musique jouée 5 fois. Volontaire, ENZO (5e) se donne sans poser de difficulté pendant treize minutes trente éprouvantes même s’il enclenche une bonne série et percute Martinez dans un final ou il se retrouve encerclé par les blancs.
Fulconis.jpgPour la manade La Galère, GALERIEN (2e) subit la pression dès l’entame. Il s’évade seul ou après l’homme puis adopte un coup de revers prononcé qui lui permet de garder un gland et de desserrer l’étau. Carmen sur une grande action après Gleize. Mobile, MACAO (6e) engendre les mauvais rasets. Six minutes sans relâche aux attributs mais quand aux ficelles cela se calme un peu et qu’on le cite loyalement il va jusqu’à l’impact final mais que c’est dur (1 Carmen et rentrée).
Pour la manade Caillan les bioùs qui évoluaient l’an dernier à l’Avenir s’en sont remarquablement tirés. SABATOUN (3e) a un placement irrégulier au départ mais change parfaitement de terrain. Sa volonté de poursuivre l’homme aux planches (notamment les gauchers) est décuplée sur la fin dans 13 minutes très intéressantes. 8 Carmen et retour. Le bióu de l’Avenir COYOTE (4e) met les hommes aux abois et oblige à rompre. Quatre minutes pour le vrai premier raset. Vitesse, placement remarquable et maîtrise d’un combat d’où il sort grand vainqueur. Un gros coup de barrière en bascule après Martinez et il finit dominateur sans être inquiété aux ficelles. 1 Carmen et un autre au retour pour sa domination.

Texte et Photos Eric AUPHAN

Trophée des As : Gleize, 11 points ; Rey, 9 ; Auzolle, 8 ; Clarion, G. Martinez, Sabatier, 5 ; Marquier, Moutet, 4 ; N. Benafitou, Mebarek, 3.

 

Culbute.jpg
MOURIESEN - Martinez
Rey.jpg
SABATOUN - Rey
MACAO.jpg
MACAO - Marquier

06/04/2009

LUNEL 1ère JOURNÉE DU " PESCALUNE "

LES " BISCORNUS " FONT LA LOI

R B anticip.jpg
Pas facile aujourd'hui " RUY BLAS "

 On espérait RENOIR, GUEPARD pour les grands moments...Que nenni ! ce sont ceux dont on attendait rien de plus que leur respectable valeur, qui ont dominé de leurs étranges " embannages " la course Royale de la manade Cuillé. En effet les deux biscornus RUY BLAS dominateur, TITOUAN cabotin, coriace mais spectaculaire et sérieux qui ont déjoués tous les pronostics en fournissant les deux plus complètes prestations.
A la capelado, sous les ordres de Jacques Valentin la crème des As (à quelques exceptions prés)défile. Allouani, A.Benafitou, Villard, Moutet, Poujol se montrent les plus entreprenants et les plus éfficaces. Jourdan, Mirallés, Ouffe en dessous. Une belle satisfaction la bonne intégration et adaptation du jeune Bastien Four, qui a rasté avec audace mais avec intelligence aussi.
MERLIN a fait un premier valable, mais il devrait descendre dans l'ordre de course car il a peiné à ce poste si difficile. Des bonnes réparties et la musique plusieurs fois.
TITOUAN réalise une course trés solide. De la sélection lorsqu'il le fallait et des enfermées tonitruantes et méchamment conclues lorsque l'occasion se présentait. Des Carmen.
RUY BLAS en cocardier chevronné a conduit sa course sérieusement, spectaculairement par moment et seuls les hommes forts (Allouani, Benafitou) l'ont affronté avec loyauté et courage. Musique bien entendu.
GUEPARD défend sa 2ème ficelle dés la deuxième minute et la conserve jusqu'à la dixième. Peu convaincant et mal encocardé, on attend une revanche...
RACANEL surpris au départ, mais ensuite trés bien travaillé, il offre une partition de qualité avec des séries, des conclusions et une volonté recompensée par de nombreux Carmen.
RENOIR nous donne un petit aperçu de ses grandes qualités barricadières, mais son encocardement (lui aussi...) trés léger ne lui permet de faire qu'un petit passage en piste. Carmen.

Texte et Photos Luc PERO

TITOUAN-Four.jpg
TITOUAN - Four
TITOUAN- FOUR 2.jpg
TITOUAN - Four
GUEPARD-Benaf.jpg
RACANEL - A.Benafitou
RENOIR-Four.jpg
RENOIR - Four

 

03/11/2008

PESCALUNE 2008

DIMANCHE 2 NOVEMBRE
A LA SALLE "GEORGES BRASSENS"
Pescalune 2008.jpg
La photo de famille...

 La finale du Trophée Pescalune n'ayant pu se dérouler à cause des fortes pluies de ce week-end, les organisateurs ont préférés arrêter la compétition et faire ce Dimanche soir à la salle Georges Brassens la traditionnelle remise des prix. Avant le repas de clôture de la temporada, sur scène et dirigée par J. Valentin les récompenses ont été distribuées.

Valentin.jpgPALMARES FINAL DU PESCALUNE 2008

1er Victor JOURDAN 75 pts
2è Sabri ALLOUANI 65 pts
Raseteur Lunellois A.BENAFITOU

Meilleur cocardier de la saison RENOIR (Cuillé)

Coups de coeur à
Stéphanie MAZET du Velout Pescalune
Frédéric JOCKIN


Photos Luc PERO

Mazette.jpg
Stéphanie Mazet

24/10/2008

DES LAURÉATS POUR UN TROPHÉE

PAMARÉS FINAL DU TROPHÉE TAURIN 2008

***********

LES AS 2008.jpg
▲Pour les AS : Sabri ALLOUANI et CAMARINA de Chauvet
L'AVENIR 2008.jpg
▲Pour l'Avenir : Julien REY et COYOTE de Caillan
RASETEURS2 2008.jpg
▲Pour les Raseteurs : Frédéric FOCKIN et LEVENTI de Plo

Photos-montages Luc PERO

17/10/2008

TROPHEE DES AS (6)

LES MOMENTS CHAUDS ET SHOW DE L'APRÈS-MIDI
*************************

ANDALOU et A.Benafitou ▼
Benaf.jpg
CAMARINA et H.Poujol ▼
Poujol 1.jpg
Poujol 2.jpg
RODIN et S.Allouani ▼
ALLOURODIN.jpg

Photos Luc PERO

16/10/2008

TROPHEE DES AS (5)

Nîmes le 12 - 10 - 2008

 IMAGES DE LA COURSE
******************
***********
****
*

11111 copie.jpg
CANDELO de F.Guillierme ▼
CANDELO 1.jpg
CANDELO 2.jpg
CANDELO 3.jpg
CANDELO 4.jpg
VIDOURLEN de Mermoux ▼
VIDOU 1.jpg
VIDOU 2.jpg
VIDOU 3.jpg
VIDOU 5.jpg
ANDALOU de Blanc-Espelly ▼
ANDA 1.jpg
ANDA 2.jpg
ANDA 3.jpg
ANDA 5.jpg
ANDA 6.jpg
CAMARINA de Chauvet ▼
CAMA.jpg
CAMA 1.jpg
CAMA 2.jpg
CAMA 3.jpg
CAMA 4.jpg
YVAN du Pantaï ▼
YVAN 1.jpg
YVAN 2.jpg
YVAN 3.jpg
YVAN 4.jpg
YVAN 5.jpg
RODIN des Baumelles ▼
RODIN 1.jpg
RODIN 2.jpg
RODIN 4.jpg
RODIN 3.jpg
RENOIR de Cuillé ▼
RENOIR 1.jpg
RENOIR 2.jpg
RENOIR 3.jpg
RENOIR 5.jpg

Photos Eric AUPHAN et Luc PERO




TROPHEE DES AS (4)

 

ALLOUSTAR.jpg
ALLOUANI ROI0022.jpg

14/10/2008

FINALE DU TROPHEE DES AS (3)

Nîmes le 12 - 10

LA CAPELADO
***********
***********

A.jpg
B.jpg
C.jpg
D.jpg
E.jpg
F.jpg
G.jpg
H.jpg
R.jpg


J.jpg
REINE 1.jpg
K.jpg
L.jpg
Ma.jpg
Mb.jpg
N.jpg
PASEO.jpg
O.jpg
P.jpg
REINE 2.jpg
Q.jpg

 Photos Luc PERO

13/10/2008

FINALE DU TROPHEE DES AS (2)

 

 

Dimanche 12 octobre

 

CARMEN POUR UNE SPLENDIDE FINALE !

YVANTETE.jpg

 

3 1ER.jpgSi le week-end dernier (finale Avenir et Raseteurs) nous avait laissés un peu amers, les As ont mis un baume sur nos déceptions. Temps idéal, arène pleine, capelado poétiquement réussie, cocardiers enthousiasmants et raseteurs au comportement impeccable. Quand les blancs mouillent le maillot pour le public, alors que c'est beau la course camarguaise. Allouani peut savourer son 8e Trophée des As, c'est amplement mérité, Camarina entre dans la légende avec son 3e Bióu d'Or et la phrase de Maryse Chauvet "La Camargue c'est la Provence et aussi le Languedoc" devrait être gravée au fronton de toutes les arènes.

DEFIL.jpgSi Camarina et Allouani font les titres, il faut absolument citer TOUS les autres raseteurs - en premier lieu Poujol, Auzolle, Villard -  et TOUS les cocardiers qui ont contribué à cette réussite au sein d'une organisation sans faille. La finale du Trophée des As du Trophée Midi Libre – La Provence est bien la vitrine de la course camarguaise ! Entre 12 000 et 14 000 spectateurs le prouvent.

Quelques sifflets et quelques gestes déplacés ont tout de même entaché l'après-midi. Ils sont venus des gradins pour l'attribution d'une ficelle. A croire que quand tout va bien, certains cherchent à tout prix un grain de sable pour éructer, se défouler… violemment, grossièrement... Mauvaise foi quand tu les tiens ! C'est tellement facile noyé dans la foule.

 

LA COURSE

Allouani, Poujol, Auzolle, Villard sont à encenser, Jourdan, Ouffe, Marquier, A.Benafitou, Sabatier, Outarka, Moutet, Martin-Cocher et les tourneurs Benzegh, T. Garrido, Fouque, Zerti, T. Dengerma ont contribué avec plus ou moins de réussite mais ils n'ont jamais entravé le beau travail entrepris par les leaders. Certains ont payé de leur personne : Sabatier (pas remis d'une fracture à l'orteil quitte vite la piste), Benafitou (après s'être fait piétiner par Andalou, obligé de sortir), Outarka (victime d'une mauvaise chute en contre piste, sort au 5e), Poujol (malmené par Camarina) mais qui tient bon jusqu'à la fin…

CANDELO.jpgCANDELO (Guillierme, 1er).- Candelo, il lui faut du "charbon" pour se révéler. Eh oui, certains cocardiers recherchent le combat. En ce jour, malgré les cinq premières minutes guerrières, la bonne entente en piste ne le sert pas, alors il alterne les refus et les gros coup de tête. Rentre ses ficelles.

VIDUORLEN.jpgVIDOURLEN (Mermoux, 2e).- Mobile, attentif, il occupe tout l'espace. Sans refus, ses poursuites il les conclut dangereusement cabré la corne prête à frapper. Se ménage quelques respirations, pour terminer en fauchant le pied d'Allouani au ras des planches. Sérieux. Ficelles au toril. Pas de Carmen (?) au retour.

ANDALOU.jpgANDALOU (Espelly-Blanc, 3e).- Cocardièrement placé, il tient les blancs en respect. Fait le tri des rasets, ses enfermées brutales sont un régal. Allouani, Auzolle, Villard, Poujol, Ouffe, chacun à leur tour, se font sèchement éconduire. Les ficelles à la maison. Des Carmen pour son superbe quart-d'heure.

CAMARINA.jpgCAMARINA (Chauvet).- Un peu de flottement les premières minutes mais il surveille et tire sur tout ce qui bouge passant systématiquement la corne après ceux qui le défient. Petit à petit, monte en puissance, et les hommes, portés par le public, lui servent le meilleur. Poujol fait un festival et embarque Camarina à ses trousses jusqu'à se retrouver avec lui en contre piste dans une énorme envolée. Emotion… Des hématomes mais pas de coups de corne… Ouf ! Mais décidément Hadrien veut marquer cette finale, il repart à la conquête des ficelles de Camarina. Elles resteront inaccessibles ! Ovation et concert de Bizet.

YVAN.jpgPasser après le Bióu d'Or, tâche ô combien difficile, mais YVAN (Le Pantaï) a de la ressource. Démonstration : au début, par ses déplacements il permet quelques mauvais rasets. Mais avec une volonté terrible, Yvan se chauffe, monte en puissance, alors ses répliques sont de plus en plus serrées et ses enfermées magistrales. Moutet, Villard, Outarka (jusqu'à sa blessure) se font dangereusement raccompagner. Ficelles à la maison. Bravo taureau ! Le (l'un des) meilleur(s) du jour.

RODIN.jpgRODIN (Les Baumelles).- Sous la présidence, il livre de belles séries où il affirme sa puissance. Les hommes marquent un peu le pas, ils commencent à payer leur débauche d'énergie. Alors Allouani prend les choses en main, et sert au magnifique cocardier, un caviar d'anthologie. C'est magnifique et ça marque les esprits, le prix de la journée est à la clef. Treize belles minutes pour Rodin et bien sûr la musique.

RENOIR.jpgRENOIR (Cuillé).- Un peu amaigri, le bombardier de Générac attaque en se dressant de toutes ses forces après Auzolle, catapultant Poujol, Jourdan, Moutet… Il ne semble pas dans une forme exceptionnelle (plus dominateur et agressif au Grau-du-Roi), pourtant ses coups de barrière sont d'une puissance et d'une violence rares. Tellement engagés (sur Villard) qu'il va malheureusement se blesser et quitter la piste à la neuvième minute. Il n'a que 8 ans, espérons que cet exceptionnel  barricadier retrouvera vite tout son mordant.

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO

FINALE DU TROPHEE DES AS (1)

Dimanche 12 octobre 2008

DSC_4894.jpg a.jpg

 

LES REACTIONS APRÈS LA COURSE 
*******************

Allou.jpgSabri ALLOUANI (1er): «Remporter un huitième titre c’est important. Ce matin j’ai fait un article sur le journal dans lequel je dis que ce qui reste à la fin c’est les titres. Par contre les gens oublient vite. Je fais un raset à Rodin qui restera dans les annales et sur le raset suivant on siffle. Je n’ai rien contre Moutet qui est un gentil garçon mais s’il fait le même raset que je fais, je lui donne la ficelle. Ce qu’il faut retenir c’est mon 8e titre et je suis super content. On va savourer avant de penser à la saison prochaine».

Benji.jpgBenjamin VILLARD (2e): «La finale reflète l’ensemble de ma saison qui été satisfaisante. J’ai manqué de réussite mais j’ai essayé de m’appliquer et de faire plaisir. Il ne faut pas se contenter de faire des points. Je ne me considère pas comme un autre et j’essaye de faire le maximum en piste».

Auzolle.jpgLoïc AUZOLLE (3e): «On a vu une belle finale avec beaucoup d’émotion et des taureaux difficiles qui ont joué le jeu. On a vu un énorme Rodin, un taureau en devenir et un Camarina qui à 14 ans prouve qu’il est encore là. Je pense que c’était une belle après-midi».

Jourdan.jpgVictor JOURDAN (4e) : «J’ai surtout aimé la seconde partie avec Hadrien qui fait un grand quart d’heure avec Camarina et un accrochage qui se termine bien. Pour ma part je ne suis pas super content de ma finale mais sur la saison je suis satisfait même si le mois d’août a été difficile avec le contre coup de la cocarde d’or. Il me reste à bien terminer avec le Pescalune où je suis en tête».

Ouffe.jpgJulien OUFFE (5e) : «C’est l’aboutissement d’un rêve depuis que j’ai commencé de raseter. Cela fait plaisir de lever un bouquet même si j’ai un peu raté ma finale mais je suis très content d’y avoir participé».

Maryse.jpgMaryse CHAUVET (Manadière du Bióu d'Or Camarina): «Camarina n'a pas raté sa finale et je suis très touchée. J'espère qu'il réunit tous les afeciouna car on dit La Provence mais La Camargue c'est aussi le Languedoc. Aujourd'hui, il a déclenché beaucoup d'émotion avec un grand Hadrien Poujol que j'aime beaucoup».

Linsolas.jpgJoël LINSOLAS (Manadier du meilleur taureau de la finale, Rodin): «C’est une très belle récompense après le bioù de l’avenir. Le taureau confirme au fils des années et je croise les doigts pour que cela continue. Le taureau a été présent. C’est le cocardier de l’après-midi».

JC.Jourdan.jpgJean-Claude JOURDAN (Co-directeur du Trophée Taurin): «C’est une très bonne finale. Souvent le bioù d’or passe à travers ce qui n’a pas été le cas. Tout était joué pour les raseteurs et malgré ce ils ont fait preuve d’une belle combativité. La course a débuté calmement et au fil des taureaux la course a monté en pression pour un très grand spectacle qui a du régaler les quelques quatorze mille spectateurs».

Serme.jpgRené SERME (bayle manade CHAUVET): «Je suis évidemment très content de la prestation de Camarina Il a été très bien raseté et bien aidé par Hadrien Poujol qui lui a délivré de super rasets. La saison prochaine il fera une petite saison tranquille».

Plombat.jpgAlain PLOMBAT (Directeur Général Midi Libre): «C’est une très belle satisfaction d’abord parce que le bioù d’or a été à la hauteur de sa réputation. Quand il est rentré Camarina a tout éclaté et cela été le début d’un finale qui est montée en puissance pour un final superbe. Sabri Allouani mérite son 8ème titre avec un engagement physique exceptionnel. C’est 19/20 car il faut encore faire mieux mais ce sera l’année prochaine à Arles».

Jean-Michel MARCOUL (Rédacteur en chef des rédactions régionales La Provence): «Belle finale avec un beau champion Sabri Allouani qui remporte un 8ème titre. On fait du journalisme de proximité et on a le sentiment d’être proche des gens, du territoire et des entités. C’est une réussite du trophée entre La Provence et le Midi Libre qui ont les mêmes ambitions».

Valentin.jpgJacques VALENTIN (président de course): «On a vu par rapport à certaines années une grosse finale avec cinq taureaux extraordinaires. On a vu aussi un esprit en piste impeccable même s’il y a eu un petit litige de ficelle. Tout le monde a joué le jeu avec un super Hadrien Poujol à Camarina et deux rasets d’anthologie de Sabri Allouani à Rodin. Rien que cela vaut le prix d’entrée. A Palavas j’ai dit que j’étais écœuré mon cœur est redevenu camarguais à trois cent pour cent. La course camarguaise n’est pas morte. On est sur les bons rails».

Pierre COPPÉRÉ (PDG Pernod 51): «Une fois de plus Sabri a été époustouflant et Camarina très brillant mais j’ai eu très peur pour Hadrien Poujol quand il s’est fait bousculer derrière les barrières».

Propos recueillis par Eric AUPHAN

 

 Photos Eric AUPHAN et Luc PERO