Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/07/2008

LUNEL 17-07 *As*

2e journée du Trophée du Muscat

RODIN POUR L'EMOTION
SPARAGUS POUR LA TENSION
**************

f37e08599017402920f9fadab1ba8ad4.jpg
RODIN catapulte C. Garcia
Une demi arène assiste à la capelado de neuf raseteurs et cinq tourneurs, Villard, Ouffe, Bouchet, Garcia, Jourdan, Clarion, Outarka, Jockin, Miralles et Tourki, T. Garrido, Zerti, Duran, Abbal. A la présidence Jacques Valentin et Régis Fesquet.
b66d7a8d0b1afe83d2033f1c10b03687.jpg
EROS de Saumade, un premier sans plus.
66bec4ad27c84245cd99dad7163cd375.jpg
RABOLIOT du Brestalou s'acquitte fort bien de sa tâche.
6354b01822324dc135bd0f510c937bd5.jpg
CATHARE de Bon, vaillant et brillant, une bonne sortie.
ddd06827c3fe91388076059ffd319646.jpg
BARRAS de Nicollin, brave comme du bon pain, huit minutes.
00cc6b1d1d95e7d29bfbd612c1a70aa3.jpg
RODIN des Baumelles, avec lui l'émotion est au rendez-vous.
Il "bombarde" Garcia à la barrière et "rouste" Villard en piste.
f4b04415820abb92cb97626e85a3d404.jpg
SPARAGUS de A et Y Janin, la tension est palpable, le jeune taureau
est rapide, sauteur, il ne sera pratiquement pas raseté. A suivre.
Texte et Photos Luc PERO

15/07/2008

LUNEL *AS*

Lundi 14 juillet

ÇA A MANQUÉ DE PÉTARD...

01ad7990ffca1423effe825a11e1df61.jpg

Yvan et Ouffe, les deux à retenir pour la première journée du Muscat 

36a0f3f872ded367370a91cb669e2950.jpgLa Pescalune bat son plein et l'affluence est au rendez-vous (photo du tri des cent taureaux) mais la première des trois journées du Trophée du Muscat manque sérieusement de panache et d'entrain. Allouani, Poujol, Matray, Benafitou blessés et le reste des troupes manque de fraîcheur.
98179bd10c5a402099a19f85f57aed67.jpgQuand la locomotive Allouani est en panne (et dans les gradins, photo), les wagons sont à la peine. Il n'y a pas de meneur, et pourtant quand le chat n'est pas là, les souris devraient danser... Yvan du Pantaï (3e) confirme ses bonnes dispositions en dominant largement et Pesquié (Saumade, 6e) fait sa course sans forcer.
Défilent à la capelado, à droite Villard, Auzolle, Outarka, Jourdan; à gauche bouchet, Ouffe, Oleskevich; tourneurs T. Garrido, Zerti, Abbal, Duran, Fouque sous la présidence de Jacques Valentin.
Après un Bolero (Lafon, 1er) très volontaire et mobile (ce n'est pas un premier), Angelot (Rouquette, 2e) pose problème. Le taureau ne semble pas intéressé avec un placement flottant mais à l'affût de la moindre faute, il poursuit dangereusement jusqu'aux planches. Ruy Blas (Cuillé, 4e) ne veut plus taper. Placé, calme, peu sollicité... Le public manifeste. Villard, Ouffe, Jourdan se font sèchement poursuivre. Un peu d'animation pour sa première ficelle ouverte et levée par Auzolle (réclamée par Jourdan).  Dantès (remplace Co Blanco, 5e) passe en huit minutes.
64963a70497c8656245abf941a0ef731.jpgYvan (3e, Le Pantaï) marque l'après-midi par son envie d'en découdre, sa rapidité d'intervention, ses anticipations (photo sur Villard). Ouffe, Jourdan, Villard, Auzolle ont chaud aux fesses. Mais c'est Ouffe, très entreprenant, qui lève cocarde et glands. Les ficelles bien sûr rentreront avec 8 Carmen ainsi qu'au retour.
00532c2887a9ed884c033872cad3e2b1.jpgPesquié (Saumade, 6e) a le temps de promener entre deux actions. Ça rasète peu et mal. Pourtant le barricadier s'envoie chaque fois qu'on le sollicite (8 jolis coups aux barrières dont celui en photo sur Jourdan). Rien à lui reprocher.

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER 

fd3c65394ecfe8055c4ad331ede9e092.jpg
▲ Pugnace et véloce, Yvan est aussi dangereux à la planche. 
Ouffe, décidément très entreprenant
s'est aussi engagé avec Pesquié, bon partenaire
14340b0aa467f97c982d511eef906eda.jpg
 ***************************************************

 

 

14/07/2008

BEAUCAIRE : PALME D'OR 1re journée

Dimanche 13 juillet

 

BENJAMIN LE SAUVEUR
37665e906495f24fc7a50802ec7ee834.jpg
Aspiré par les "caviars" de Benji, Mathis offensif 
La première journée de La Palme d'Or a enregistré une belle entrée (trois quarts d'arène) pour accueillir à la capelado, sous la présidence de Raymond Arnaud, les droitiers Auzolle, Gleize (sort au 2nd), Jourdan, Moutet, Villard; les gauchers Martin-Cocher, Martinez, Khaled, Poujol et les tourneurs Abbal, Dengerma, Dunan, Fouque, Garrido.

Une arène copieusement garnie et des aficionados (malgré l’absence du leader du trophée des As) en attente d’une compétition ouverte. L’affiche tient la route mais l’absence de Montvert peut paraître préjudiciable. Toutefois Fanal ouvre les débats agréablement, Tibère se réserve trop, Tommy est sérieux, Andalou joue dans la cour des grands et ne déçoit pas, Pazac passe son examen avec mention très bien alors que Mathis n’est pas dans son assiette mais coopère avec Benji qui met tout son cœur pour le faire briller. Chez les hommes Villard s’installe en tête et rasète avant tout pour le public. Moutet est sur la lancée de la Cocarde d’Or avec une belle réussite. Poujol démarre sur les chapeaux de roues jusqu’à la pause puis semble accuser un problème physique. Jourdan s’investit plus après la pause. Gleize après un bon départ doit sortir au second sur claquage. Martin-Cocher assure sa part de spectacle tout comme Martinez très esthétique. Auzolle a du mal à rentrer dans la course et Khaled n’a plus ses jambes de vingt ans mais il a l’expérience.
Premier volontaire, FANAL (Cuillé) ne rechigne pas pendant sept minutes trente agrémentées d’actions sur Poujol, Gleize, Jourdan, Moutet et une surpuissante après Martin Cocher. L’élastique lui permet de tenir un demi-quart d’heure. 3 Carmen et rentrée.
Avec ses cornes refermées difficile d’accéder aux attributs de TIBERE (Blatière) qui défend ses ficelles au bout de cinq minutes. Positionné près des planches il faut vraiment le rentrer pour subir un assaut. Il se durcit un peu trop sur la fin et le Carmen de retour est contesté.
07543d1a0fc2efc68a6d743f3aff1f1e.jpg Calé au toril, TOMMY (St-Antoine) fait calculer. Avec lui la sortie du raset n’est pas trop difficile mais aller à la tête et poser le crochet c’est autre chose. Martin Cocher et Villard doivent rompre. Aux ficelles, il manque de pression pour s’exprimer vraiment et les conserve.
(Photo: la cocarde de Tommy dans le crochet de Damien Moutet).
2f8fc2a6d527211b5e1cae3609dd1666.jpg Maître ANDALOU (Blanc-Espelly) est un cocardier sérieux qui connaît les règles du combat. Il conserve d’ailleurs son second gland jusqu’à la septième. Il surveille, se jette dès le départ du raseteur (Photo sur Martinez) et frappe quand l’opportunité lui est donnée. Il domine aux ficelles et réussit à les conserver avec beaucoup de maîtrise. 4 Carmen dont  retour.
814457849a247e207f3b7f94ac934427.jpg Les hommes se jettent sur les attributs de PAZAC (Daumas) et après une grosse série, le bioù desserre positivement l’étreinte jusqu’à se faire respecter de fort belle manière. Il enferme Martin-Cocher (Photo) puis Martinez et s’avère très vif sur les reprises. De plus il se défend cul aux planches ce qui lui permet de conserver lui aussi ses ficelles avec les honneurs joués trois fois.
Le Bioù d’Or 2006 MATHIS (Lautier) manque de jus, semble surpris et en manque de repères puis le petit lutin blanc Benjamin l’emmène à plusieurs reprises aux planches dans des rasets d’une loyauté sans faille. Son placement au centre est parfois défaillant et en quelque sorte l’artiste lui sauve un peu sa course. Khaled, Moutet et Martinez lui font accomplir une action aux bois mais le taureau est loin de convaincre même s’il conserve une ficelle. 4 Carmen et retour.

Eric AUPHAN
Photos Christian ITIER

Classement Palme d’or : Villard 10 points, Moutet 8 points, Jourdan et Poujol 7 points,  Gleize 5, Auzolle et Martin-Cocher 4 points, Martinez 3 points, Khaled 2 points.

 UN OEIL SUR LA PISTE...
01306b3fc7ba285902f57a24dbe2911a.jpgAllouani, absent ; Gleize mal remis d'une ancienne blessure accentuée par le coup de barrière de Tabarly à la Cocarde d'Or et qui sort après le premier ; Poujol tire la jambe ; Auzolle en méforme surtout en première partie ; Villard qui n'a pas la main jusqu'au quatrième taureau - peut-être se réservait-il pour Mathis ; cela permet à Moutet, Martinez et Martin-Cocher de se faire - bien - voir notamment sur les trois premiers. Les trois blancs multiplient les passages dans des rasets engagés et font passer le frisson. A signaler, un rythme soutenu et un travail "propre" de la part des hommes
Les taureaux choisis par le Service des affaires taurines de Beaucaire ont tenu la dragée haute par leurs qualités cocardières et leurs difficultés. Peut-être un retour aux fondamentaux de la course camarguaise avec plus de rigueur et moins de spectacle, plus de vérité en piste et moins d'esbrouffe. Le public a l'air de suivre au vu des applaudissements qui ont salué les prestations de Tommy, Andalou et Pazac.
Passons sur Fanal (1er) et Tibère (2e),  Tommy, avec un placement impeccable, fait le tri des rasets sans se laisser leurrer, surveillant les départs de très près, anticipant sur les trajectoires aidé d'un revers d'escrimeur, ses ficelles resteront sur ses cornes. Andalou est le roi du tri sélectif, l'oeil à tout. Il prend un raset ou deux et se replace, finisseur à l'occasion, rentre ses ficelles. La bonne surprise c'est Pazac. Une générosité à toute épreuve qui pourrait le perdre. Mais non ! Il tient le coup dans des séries poussées sans se laisser "bouffer". Un combat jusqu'au bout de son quart d'heure qu'il termine avec ses ficelles, s'il vous plaît !
La déception c'est Mathis ! Heureusement, Benjamin Villard lui sert des caviars qui le font briller. Mais manquant de placement, de rigueur et de volonté, le taureau de Lautier n'a pas convaincu. La prochaine fois sans doute...
Martine ALIAGA 

...UN OEIL DANS LES GRADINS

71712625bc91d23da4316c8c05880a3d.jpgDifficile d’oublier le grand et longiligne gaucher rouquin qui a animé nos courses taurines des années 1980. C’est avec un grand plaisir que nous avons observé Jean-Marc Tognetti sur les gradins des arènes beaucairoises où il fut si longtemps le fer de lance de l’équipe de raseteurs de l’époque. Il faut dire que le matin une exhibition avec démonstration de monte western avait lieu tout près des arènes. Passionné depuis de nombreuses années il n’en fallait pas plus pour qu’il se retrouve sur les gradins des arènes qui ont souvent vibré au son de ses exploits…..  Une autre figure de la course camarguaise avait un œil sur la course il s’agit de Jacky Siméon mais lui se trouvait sous les gradins…. Jean Castanéda ami de Bourmel Morade et ancien gardien de but de Saint Etienne et l’OM se trouvait également dans les gradins. Quand la course camarguaise intéresse les sportifs de haut niveau ce ne peut être que positif pour notre culture…

Texte et Photos Eric AUPHAN 
c44269b5f60bc874c4019fe761e824f7.jpg
MATHIS - Villard
b80761a6ef05c37629466f1af52ffa5d.jpg
PAZAC - Martinez
c0c55495c0e8cd0f40b9a36d26f513d0.jpg
ANDALOU - Moutet
3af91953e3965619fc4bf407f7b98f92.jpg
FANAL - Jourdan
c1c70448bd6107d2b516542903ec727a.jpg
A l'entracte : Floklore Polonais ...

 

10/07/2008

LUNEL-VIEL 08-07 * AS *

LES PRIX A CHAMAREL DE L'AURORE,
B. VILLARD ET J. OUFFE.
*************

e970b7ab6aaf6004d72eed93a29f9711.jpg
CHAMAREL - Ouffe
2c6e42c3a2aea84584f94ea83b760eee.jpg
CHAMAREL - Villard
b2a90cf7cc810ad3fb731eff1a482c72.jpg
Sylvain Batifort le bayle de l'Aurore
1c98c96a1211c09a9e2c09277f666dff.jpg
Benjamin Villard
6870403731c17fe2daa0a5b0c258e4e5.jpg
Julien Ouffe
Photos Luc PERO

02/07/2008

MAUGUIO *AS*

Dimanche 29 Juin

SAURON, JEANNOT, YVAN
LE TRIO DE L'APRES-MIDI

 REPORTAGE PHOTO DE CHRISTIAN ITIER

c482e9bbab83ac9a17db1ef1b4a267d1.jpg

 ▲ Sauron (Fabre-Mailhan, 4e) et Outarka

Jeannot (Grand Salan, 5e) et Jourdan 

9073244a043c6827ec8732275f181389.jpg
0e4ef552e62748a8f3eaa50904257d0e.jpg

▲ Jeannot (du Grand Salan, 5e) et Villard

Yvan (du Pantaï, 6e) et Poujol 

06c8b3e748fedc23ee67100dff634691.jpg
8a0f60017f7b0bcb04e4a0c1028b62c5.jpg

Yvan (du Pantaï, 6e) et Allouani

Guépard (Cuillé, 7e hors points) et Outarka 

218854816c560bebd2c5b3e9f62ed8ab.jpg

********************************** 

29/06/2008

TARASCON *AS*

Samedi 28 juin

LA TARASQUE TIENT LA ROUTE 

Entrée: ½. Organisateur: Régie Municipale. Présidence: G Garcin. Raseteurs droitiers: Auzolle, Marquier, Moutet, Villard, Violet, Sabatier. Gauchers: Bouchet, Martin-Cocher. Tourneurs: Dengerma, Duran, Fouque, Garrido, Lebrun.

Une course sérieuse composée de cocardiers qui ne s’en laissent pas compteraf3a6284d7d960a5dbcf3d7de56e47ee.jpg et des hommes qui jouent le jeu certes avec des degrés ou des périodes d’implication différentes mais le tout ne manque pas de liant. Villard, Marquier et Sabatier en première partie et Auzolle, Moutet et es gauchers en seconde. Le petit Nicolas Violet (à domicile) deviendra grand car il fait une belle entrée à ce niveau.

Toujours dans les angles ou près des planches, CANESTEU (Fabre-Mailhan) offre une grosse résistance aux attributs mais aux ficelles il faut le surprendre et même le forcer. Sur la fin ses refus découragent les hommes.
f80d5f8628b3ea2d6a23fc73c8dacf6f.jpgPlus coopératif, CABRIAN (Saumade) saute après Sabatier puis le percute fort lorsqu’il reste accroché dans l’élastique du gland. Il récidive après Marquier puis devient plus abordable aux ficelles mais en conserve une avec brio (4 Carmen et rentrée).
Vaillant au possible, HECTOR (Nicollin) envoie sa corne la plus effilée à l’arrivée, et s’aide d’un coup de revers. Il effectue une série d’actions sur Martin-Cocher, Sabatier et Moutet dans douze minutes très généreuses (2 Carmen dont retour).
194dc884f8c43a74ae8377950a5f2a94.jpgTrois minutes pour les pompons de RIQUET (Ribaud) qui s’échauffe aux ficelles et fournit dix minutes plaisantes avec des arrivés tête au dessus des planches et 4 actions sur Violet (2), Moutet et Auzolle son meilleur adversaire qui reprend la main avec la cocarde, un gland et deux ficelles.  3 Carmen et retour.
Surpris aux attributs, LOU SAR (Guillerme) se reprend très vite aux ficelles. Il chasse, poursuit rapidement les cornes pointées en avant. Il adopte une défense de fer qui lui permet en cocardier de conserver ses ficelles en dominateur.
POETE (Navarro) subit l’assaut des hommes. Il semble manquer de nerf mais les deux gauchers le font briller dans des actions percutantes qu’à droite il ne conclut pas. C’est pourtant Moutet qui lève les ficelles au terme de douze minutes pleines de panache malgré un coup de crochet au dessus de l’oeil.

Texte et Photos Eric AUPHAN                                              

 

3a053199a136c09a3f9d7983894ca5de.jpg

23/06/2008

LA GRANDE-MOTTE *AS*

Dimanche 22 juin

LE CT LE GREGAU REUSSIT SES ANNIVERSAIRES 

c0ac985d6388408e8843f296af185a48.jpgEnfin le soleil ! Et un week-end complet ! La Grande-Motte capite une météo enfin de saison pour trois jours de fête où les inaugurations et autre baptême se succèdent à tour de bras : les arènes portent maintenant le nom de Juan Bautista ; leur  fronton est désormais identifiable entre mille avec un taureau en fer à cheval don de l'artiste Giovanni Ingrato ; la présidence s'orne d'une plaque honorifique pour le président Lucien Puech... les dix ans du club et des arènes resteront un des grands moments de la fe grand-mottoise. Les festivals d'abrivado et de bandido ont créé une belle animation complémentaire.

La course a été à la hauteur et le public a répondu présent en remplissant  les gradins aux deux-tiers:  pas de grande vedette côté noir mais Hugo, Voltigeur, Chanéac et Angelus sont sérieux et Priam est la découverte du jour. Les blancs avec trois droitiers (Allouani, Auzolle, Jockin) et quatre gauchers (N. Benafitou, Bouchet, Clarion, Ouffe) plus cinq tourneurs (Duran, Benzegh, Beker, Zerti, Fouque) jouent le jeu menés par un président Jacques  Valentin à la hauteur. Les prix du jour vont à Angelus et à Allouani.

Si le volontaire Gandin (Lafon, 1er) passe en cinq minutes et Méjanais (Ricard, 5e), le bluffeur, en sept, le reste est costaud, assez pour contenir l'appétit des hommes, grand malgré une température élevée.

Hugo (Le Joncas, 2e) : comme tous les Joncas, au début passe d'un raset à l'autre, on le dirait presque facile. Attention, il donne quelques avertissements et coups de tête dissuasif. Aux ficelles, décollé des planches, il oblige les hommes aux longs rasets, alors l'arrivée aux planches est toujours dangereuse, exemple Allouani, deux fois, Auzolle ou Bouchet sont serrés de près. Dominateur, il rentre une ficelle avec 4 Carmen.

Voltigeur (Vitou) fait un bon troisième. Au début, les hommes profitent de sa franchise mais Voltigeur donne le coup de rein dans les poursuites et finit régulièrement aux planches. Deux gros coups sur Auzolle et Allouani pour 11 minutes de belle facture (7 Carmen).

Chanéac (Chaballier, 4e) apporte de la complication. Il semble vulnérable, manquant de finition, sans trop se fixer. Mais il pousse fort dans le raset et se fait respecter par quelques chaudes enfermées. Allouani (2 fois), Bouchet (3 fois) se retrouvent quichés par le cocardier qui reçoit 5 Carmen en presque quinze minutes.

Angelus (Lautier, 6e) est le plus complet du concours. D'entrée, il montre un placement impeccable, et s'envoie fort sur le premier raset d'Allouani. Attentif, toujours prêt à riposter, sa vitesse oblige les hommes à l'application. Des séries fermement conclues aux planches et 6 Carmen l'accompagnent pour un bon quart d'heure au terme duquel il rentre une ficelle.

Pour finir, Le Ternen a amené une petite bombe. Il s'appelle Priam, il a 6 ans. Petit taureau, méchant comme la gale, qui sort avec une rage terrible. Priam s'envoie à fond dans les séries, généreux, certes un peu brouillon mais avec quelques courses de plus, il pourrait être le taureau qu'attend la manade candillarguoise. Cité par Bouchet, il s'escampe haut vers les gradins et essaie de déquiller le raseteur droit sur ses pattes arrière. Il s'acharne sur les planches et reste dangereux à chaque raset. A revoir.

Texte et photos Martine ALIAGA

LES ARENES A LULU
DIGNEMENT FÊTÉES

fb4f06c12abe9149d05123bda70bbf66.jpgDepuis 10 ans et même plus, Lucien Puech, président du CT Lou Gregau travaille inlassablement avec toute son équipe à faire connaître les traditions camarguaises dans cette cité balnéaire de La Grande-Motte. C'était pas gagné d'avance. Mais, le passionné Lucien sait faire partager sa fe et trouver les mots qui galvanisent les troupes et ouvrent les portes des aides, notamment celles des différentes municipalité de la ville.
Ainsi, les arènes font désormais partie du paysage et des animations  de la station. Et la plaque à son nom fixée à l'entrée de la présidence est un juste hommage rendu à ce mainteneur des traditions qui oeuvre autant pour la course camarguaise que pour sa ville.

2d9c36002b412fd60180a072587f7a3d.jpgGiovanni Ingrato (à gauche sur la photo, à droite Stéphane Rossignol, maire) est un autodidacte qui a déjà exposé ses oeuvres à La Grande-Motte. Peintre, scultpeur... artiste, sa représentation de l'esprit taurin s'est concrétisée dans cet aurochs fait de fers de chevaux qui domine désormais l'entrée des arènes. Après un cheval dans les mêmes matériaux qui a investi le rond-point à l'entrée de Grabels, Giovanni Ingrato a fait don de son oeuvre à la ville où il va prochainement s'installer. Le taureau de fer a trouvé une place idéale perché au fronton des arènes, flirtant avec les frondaisons des platanes, il donne un cachet particulier à la plazza grand-mottoise.

Les festivals d'abrivado et bandido des manades Lafon, Chaballier, Vitou, Michel et Rambier ont animé la grande allée proche des arènes. Sous les pins, les gardians ont rivalisé dans des passages superbement présentés et les jeunes attrapaïres s'en sont donné à coeur joie.

01eb535d4e00f986b774cedb696e2cb8.jpg
4e57637e4a7951ecfad0ea2717151fa9.jpg

****************************** 

18/06/2008

RETOUR SUR UNE COURSE PEU ORDINAIRE

DIMANCHE 15 JUIN AU GRAU DU ROI

AUX ETERNELS INSATISFAITS
*************

Une organisation "presque parfaite", une course "presque idéale", une présidence à la hauteur, des raseteurs et des tourneurs d'une correction exemplaire, des arènes pleines, décorées, une capelado originale, que manquait-il ? Ah si, le soleil... Alors au lieu de chercher ce qui éventuellement ne va pas, profitons au maximum de ces bons moments... plutôt que de bouder ce bonheur qui nous est offert !

AVANT LA COURSE

70affeefd13276c76094d31087cf90ed.jpg
74123f15fc336c9390dafc398af02d9f.jpg
3de0ad6c6e7a0e768598931af562c63e.jpg
286cb5c57df14e9150b808731f6619ee.jpg
d9bb1e761db8f8170827ae860fa93a40.jpg
bb7e7410d8fa6dd3f76b144896f1d171.jpg
bf8230bf7dd01761b0841fb0e321def2.jpg
1c0c33283977da59472998e8a07df311.jpg
8b36f95e5e7ed69436c1221d3b73f254.jpg
37f60409d842f0c5f1fcab48d3917b80.jpg
Les manadiers défilent pour la capelado
7224581381963d9910bba7bd75e59e22.jpg
be08706cb0514a9ae5893b8cbf041917.jpg
Les raseteurs avec "la taïole"
d489e1f285aed3a7a7883544b55709ec.jpg
*******************
LE CONCOURS DE MANADES
b98beeaea925a3108971757be996f010.jpg
Jacques Valentin et Régis Fesquet, la présidence
en habit traditionnel !
ae8f320402809030d20f59cd55a2ed79.jpg
93444421c4336edff643323849c874f2.jpg
Les devises en tissu provençal
a19c9f18d0f549c5ca4e94cc8e9d537f.jpg
Th. Garrido secoué en contre-piste par PETIT LOU
1857b55f343b178497b8f767fba525a2.jpg
PETIT LOU de Chaballier
6b08aa6baa6707c99f09a7b90cf4c41b.jpg
FARU de l'Aurore
2be80505086e25ab640e9d94220898dc.jpg
FOREST de l'Argentière
644cc89832b8f87541f50925555d25a5.jpg
RENOIR de Cuillé
aeabed894318f6927e59418706e42e02.jpg
RODIN des Baumelles
56a4194da202f62939817de29e546707.jpg
PRIMADIÉ de Siméon
a9cb2149ca6b9b5e0704355de1c68663.jpg

BEL CANTO de Blatière-Bessac
Texte et Photos Luc PERO
Voir compte rendu de la course dans la catégorie "Trophée des As"



15/06/2008

LE GRAU-DU-ROI

Dimanche 15 juin

RIEN A JETER !
Les taureaux et les hommes à la hauteur du decorum

8e56866b01e444d7888bc4498dd99f4c.jpg
RENOIR L'ARTISTE ...

 

6265196fabbddf461c131db4372384ba.jpgSuperbe ! Réjouissant ! Rien à jeter, rien à changer du début à la fin de ce souvenir Olivier-Arnaud.
- La décoration des arènes aux riches couleurs Camarguaises: tissus Souleiado, oriflammes de Catherine Reynaud;
- le public au rendez-vous malgré le temps maussade;
- l'animation d'avant course: cavaliers et cavalières de Renaud Vinuesa, groupe folkloriques, fifres et galoubet de Marguerittes, demoiselles d'honneur de la Reine d'Arles;
- une capelado innovante: raseteurs et tourneurs portant des taïoles en tissu provençal, manadiers en piste
- sept taureaux - porteurs de devises Souleidado -  aux qualités multiples, tous différents avec un casting performant où seuls Rodin 5e et Renoir 4e auraient pu interchanger leurs places, ce dernier réalisant une course "énormissime";
ed09607a2be70ba40ec0492f0c38c88d.jpg- dix raseteurs et cinq tourneurs (à droite Allouani, Villard, Matray, Toureau, Garcia; à gauche N. Benafitou, Clarion, Ouffe, Bouchet, Mebarek, tourneurs T. Garrido, Benzegh, Zerti, Becker, Duran) qui ont travaillé au mieux dans une entente constante; les plus en vue Allouani, Garcia, Matray, Villard, et à certains moments Bouchet, Ouffe, Clarion, Toureau.
Des couleurs à foison, de l'ambiance, de l'émotion, tout a contribué à réunir et à tenir en haleine aficionados et touristes. Bien sûr, on peut toujours chercher la petite bête mais de tels moments sont propices à laisser parler sa fe et à s'abandonner avec enthousiasme. Ne boudons pas notre plaisir !
Si le "Carmen" général attribué en fin de course est un acte quelquefois galvaudé, dimanche au Grau-du-Roi, Jacques Valentin, le bouillant président,  l'a utilisé à bon escient.
Quelques gouttes sont tombées à partir du 3e taureau, mais mis en bouche par les deux premiers, les spectateurs, regard tendu vers le ciel, ont prié (si, si)... pourvu que ça passe ! Requête entendue.

4f57e9b61461a41ac80dc8c85822f595.jpgPetit Lou (Chaballier).- Gère les hommes sans se laisser étouffer par de nombreux déplacements le long des planches. Saute par surprise sur T. Garrido en contrepiste (sans trop de mal). Incisif, il sélectionne les rasets avec un calme redoutable et conclut dangereusement à plusieurs reprises. 3 Carmen.

e532738369abef40af380d4308cde8a9.jpgIl court, il court Farù de l'Aurore. C'est sa nature! Mais quand il poursuit c'est toujours dangereux et ça finit souvent au ras des planches. Plus engagé sur les droitiers dont Matray, Villard, Garcia qui frisent la correctionnelle. Rentre ses ficelles. 6 Carmen.

f38e2a26e41b682eea4f42a0134f17e4.jpgForest de l'Argentière attend la faute d'un homme, d'un spectateur en contrepiste. Dès la trompette, il s'envoie sur T. Garrido, tape sur Allouani... A l'affût, méchant, il essaie même de "déquiller" les raseteurs pendus aux tubes. Ses défauts: pas de placement, pas envie d'être raseté. Mais du suspense. Un taureau à part...

8cf707d5a5ebf3427560be24c325feaa.jpgRenoir de Cuillé sort comme une bombe avec une rage terrible, rugissant comme un fauve... si bien qu'on se demande s'il n'est pas blessé... Mais non et c'est parti pour 13 minutes époustouflantes où les envolées succèdent aux coups de barrière et autres énormes agressions. Bouchet, Garcia, Villard, Ouffe, Clarion, Allouani, Matray, Toureau sont tous bousculés, blackboulés, propulsés... Tout ça plus un placement impeccable. Bien sûr un récital de Carmen. Enorme!

b6f47828a52448191aaed1cfc7c6cf1c.jpgSi l'expression "cul aux planches" nécessitait une image, ce serait la photo de Rodin des Baumelles. Un placement et des déplacements optimums, gérant l'espace au mieux, ses anticipations et poussées après l'homme sont de toute beauté et quand Sabri pose la main au frontal, un frisson d'aise parcourt le public. Même s'il n'aime pas les reprises, ni être trop "quiché" de près par les hommes, une belle course cocardière pour Rodin qui rentre ses ficelles. 3 Carmen.

9732615c92526a670ef64bd39df39871.jpgVirevoltant, pétillant, voici Primadié de Siméon. Malgré quelques sauts intempestifs, sa volonté et ses envolées aux planches font plaisir à voir. Il casse du bois, se dresse après les hommes haut vers les gradins, avec une grosse vitesse d'exécution. Un quart d'heure "Champagne" où la fatigue de part et d'autre se fait sentir - on le serait à moins, mais les ficelles à la maison. 9 Carmen.

c1d80cf76c34168caf656d1275e0b393.jpgPour bien terminer dans la foulée, le convalescent Bel Canto (Blatière-Bessac) offre un surplus réjouissant de huit minutes. Et presque autant d'actions aux barricades et de Carmen pour le bulldozer des Iscles qui "pique" le fessier de Garcia dans un "skud" explosif.

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO 

 

820b79078836881bc16d64c270c15da8.jpg
RENOIR STAR DU JOUR
***********
D'autres images de cette  formidable aprés-midi un peu plus haut dans le dérouleur, catégorie "Trophée des As".

09/06/2008

PEROLS 8-06 *AS*

VIDOURLEN DE MERMOUX DEVIENT UN "INCONTOURNABLE"
POUR COMPOSER UNE GRANDE AFFICHE

a274a61c9a3bf629cb9280df9d8bbb4e.jpg
VIDOURLEN, sur Gleize▼ou Poujol▲, s'affirme comme un des grands cocardier de la saison
5708a9440213d1af1c2aed5f673a74ba.jpgDevenue course unique aprés l'annulation de Vendargues (les points n'étant pas comptabilisés), on était inquiet sur la teneur des débats. Contre toute attente et il faut les féliciter, les hommes emmenés par un  Poujol dynamique, donnent le rythme nécessaire au concours. Gleize, Khaled, C.Garcia, Jourdan, Allouani emboitent le pas d'Hadrien, Benjamin Valette se hisse au niveau des grands (quand il veut...!).Mebarek et Toureau restent timides et A.Benafitou se retire au troisième. Les cinq tourneurs Abbal, Bensalah, T.Dengerma, Mata, Molins sont exempts de reproches. A la présidence, le duo J. Roumajon, B. Pascal assure avec sérénité.

ROUCASSIÉ de Nicollin passe en six minutes. Carmen. NEMO de Fabre-Mailhan se distingue dans la bourre mais ne résiste que huit minutes trente. Carmen. VIDOURLEN de Mermoux va garder son deuxième gland jusqu'à la septième minute en effectuant des enfermées dangereuses avec une corne toujours menaçante à l'arrivée aux planches. Volontaire dans le combat c'est tout de même lui qui impose les règles. Finisseur il sait aussi l'être mais ce n'est jamais sans danger et surtout pas gratuit. Aux ficelles, le combat est sévère mais le cocardier rentre ses deux attributs au toril. Des Carmen et des bravos bien mérités. ANDALOU d'Espelly-Blanc, bien compliqué, il prend querencia à droite du toril et n'accepte les attaques que de ce poste de garde. De là il va alterner les répliques tonitruantes qu'on lui connait, mais aussi des passages avec une certaine retenue dans ses engagements. c'est du solide et  des Carmen  lui sont octroyés. Rentre ses ficelles. FOURNELET de J.-C. Blanc, bien sûr il excelle sur les longs cites de Poujol et Khaled, mais sélectionne très durement lorsque les attaques viennent de la droite. Des Carmen et ses ficelles au toril. KABYLE de Blatière-Bessac, hormis trois actions aux barrières, rien d'important n'est à signaler. GASTOUNET de Saint-Pierre clôture avec le brio qui le caractérise pour le plaisir des amateurs du genre. Des Carmen.

Texte et Photos Luc PERO

5a307b90e704e26092ae2afd33b52b8d.jpg
GASTOUNET et Benjamin Valette pour le FUN !

LOÏC AUZOLLE ET THIBAUD DE NICOLLIN

LOÏC EN DIFFICULTÉ SAMEDI À BEAUCAIRE
LORS DE LA FINALE DU MUGUET D'OR.

1c12777d2b0eeeeb04df3c53a7a5022d.jpg
41f763defa822fea34dab905e2906b87.jpg
11adca90f4c52fe20df338306516da58.jpg
afcdabafdc7460e6cdd59234fee0dab9.jpg

 

Photos Luc PERO


08/06/2008

BEAUCAIRE : MUGUET D'OR *AS*

Samedi 7 juin

 

AUZOLLE ACQUIERT LE MUGUET AU MORAL
COYOTE DE CAILLAN : LA DECOUVERTE

410fbea7e9dda211b3d6a097289bc8fb.jpg

Course reportée = contexte particulier = course mollassonne. Explications.

11f90a5e65aeb2083c0c66978ae97bc5.jpgCette finale étant reportée du 25 mai à cause de la pluie – les points des raseteurs ne comptent pas pour le Trophée Taurin/As – seuls les deux premiers pour le Muguet d'Or à l'issue des trois premières courses (Auzolle-Villard séparés de 3 points) s'investissent vraiment dans la course. Résultat : à part Gleize et accessoirement Bouchet, les autres (Allouani, Ouffe, Beaujard, Poujol, Khaled) font juste ce qu'il faut pour honorer leur invitation. Les tourneurs (T. Dengerma, Mata, Duran, Fouque, T. Garrido) sont sages comme des images. Constat : les taureaux qui auraient eu besoin de plus d'investissement – Lanza, Lancier, Sauron – ont, eux aussi tourné au ralenti.

LES SATISFACTIONS
Le duel Auzolle – Villard tient en haleine les spectateurs et permet de cerner le caractère de ces deux raseteurs. Une fois de plus, Loïc fait preuve d'un esprit de compétition hors du commun. Pas très en jambe dès le début puis diminué après s'être fait bousculer par Thibaud (Nicollin, 1er), c'est un Auzolle grimaçant de douleur à chaque saut, mais s'arrachant pour lever chaque attribut qui, d'un tout petit point au dernier taureau, gagne à l'arraché, en n'ayant raseté que 4 cocardiers sur 7. Villard, fidèle à lui-même à savoir généreux, infatigable mais maladroit, n'a pas su faire la différence en rasetant les sept taureaux.

018d8f577f8d3c5a6cfdfb24294efb5f.jpgCOYOTE, 6 ans, est la découverte du jour. Tout nouveau à ce niveau, le taureau de Caillan, sorti en 5e position, formidablement armé,  a un comportement particulier. Après avoir longuement visité la piste, semblant ne pas trouver ses marques au début, au fil des minutes, il se place à droite de la présidence d'où il ferme systématiquement la porte de sortie aux raseteurs droitiers. Sa rapidité sur l'homme le fait craindre. Gleize essaie et se fait enfermer, Allouani embarquer. Les rasets sont rares, le public gronde. Il faudra attendre la 10e minute, pour qu'Allouani sorte un raset de grande classe et la 13e pour qu'il lui coupe la "chère" cocarde levée par Gleize. Une action de Ouffe, une petite série, et Bouchet lève un gland. Ce sera tout pour un quart d'heure de domination. 2 Carmen et retour.

0e578455acb00e1578d60398c3dd4534.jpgThibaud (Nicollin, 1er) : à part qu'Auzolle lui tombe devant, rien à signaler en 7 minutes. Lanza (Blatière-Bessac, 2e) a géré les rasets mollassons en restant sur sa réserve malgré quelques actions. Rentre une ficelle. Lancier (Lautier, 3e) : donne le change au début, petit à petit sélectionne puis refuse recevant à sa sortie un Carmen improbable. Les ficelles au toril. Sauron (Fabre-Mailhan, 4e) pas assez mis sous tension, s'en tient au minimum syndical même si on retrouve par moment ses qualités d'anticipation et un fort engagement dans le raset, 12 minutes. Poète (Navarro, 6e) termine mollement chaque action à la planche, il tient sept minutes. Loïc et Benji sont à égalité. Caïman (Margé, 7e), sans difficulté, se laisse raseter avec bonne volonté. Auzolle fait la coupe cocarde et un gland, Benji, la cocarde. Loïc est devant d'un point.

LE PALMARES DU 43e MUGUET D'OR – SOUVENIR FRANÇOIS CANTO

Raseteurs : 1. Loïc Auzolle, 63 points
2. Benjamin Villard, 62 points
  3. Fabien Bouchet, 30 points.

Cocardier : Yvan du Pantaï.
Martine ALIAGA
Photos : Luc PERO 

 

20/05/2008

NIMES *AS*

Dimanche 18 mai : 1re journée du Trophée Jean Lafont

 

UN BON MICHOU, UN REMARQUABLE LEVENTI, UN SUPERBE CAMARINA
ET ALLOUANI POUR EMBALLER LE TOUT

aad1da2abbe9fbdd9d8978c8d5f4f452.jpgSous les yeux de Jean Lafont, Nîmes retrouve un peu de son lustre passé pour la première journée du Trophée éponyme.
Après Hector (Nicollin, 1er), Phidias (Saint-Pierre, 2e) et Paludié (Margé, 3e), la deuxième partie monte crescendo avec Michou (Les Baumelles, 4e), Leventi (Plo, 5e) et Camarina (Chauvet, 6e) qui met les arènes debout. Sabri Allouani, organisateur et raseteur, a mené la course de bien belle manière formant avec Camarina un duo inhabituel et remarquable.

 REPORTAGE PHOTO DE CHRISTIAN ITIER

 

0e5d4c982e20f9a6b82e7d094f0d6fb5.jpg
Magnifique Camarina !  A 14 ans et pour sa première sortie
il fait un festival d'actions aux planches tout en gérant son placement et ses déplacements.
Du grand Camarina
Un duel Camarina - Allouani intense jusqu'à frôler l'accident  
e7dd70e94b7fa5e998d07080f0d6e93e.jpg
784735a12f9104eef2ac4c504edcd976.jpg
Leventi (Plo) : un taureau qui se révèle au plus haut niveau, ici avec Gaetan Martinez 
 
 
96907ed3319bdd6c2231e6adbd83c7c0.jpg
Michou - Ouffe
Michou - Clarion 
43face343ae1e06b845ed082e9510c66.jpg
 
******************************** 
 

13/05/2008

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER *AS*

Dimanche 11 mai : Souvenir Claude-Saumade

FLAMENCO RETROUVE LE PUNCH
MATRAY GARDE LE COURAGE…

fca4cee49a36d3e35f285862c0444c0f.jpg
Aslan de Lautier et M. Matray

Dans les arènes pleines aux trois-quarts, sous la présidence de Bruno Pascal, se présentent les raseteurs droitiers Gleize, Matray, Sabatier,  Villard; gauchers, Bouchet, Clarion, Khaled, Poujol et les tourneurs, Dunan, Duran, T.Dengerma, Garrido, Kherfouche.

1ae156bbe8c2bee9e784df6f10f54ded.jpgCe souvenir Claude-Saumade commence par une capelado agrémentée par le célèbre groupe folklorique Le Condor et les tambourinaïres de l’Etang de l’Or suivis de la peña Los Marineros d’ Aigues Mortes. Une belle entrée et une course en dents de scie. Des hauts et des bas mais surtout des tourneurs qui ne font rien pour détendre l’atmosphère. Chez les blancs le courageux Matray (ci-contre) est à l’origine des meilleures actions et remporte le prix. Après avoir été malmené sur une longueur de piste par Khéops, il continue la course avec panache. Villard la joue esthétique et pense surtout au public, Gleize la joue efficace, Poujol, Sabatier et Bouchet la jouent par à-coups et Khaled et Clarion la jouent discret. Chez les noirs, Flamenco retrouve son côté barricadier et remporte le prix du meilleur taureau. Ah si l’ambiance était bonne en piste… faudra t-il en venir à un seul tourneur de chaque côté ?....

72bbb637af526f3b959a58bb61b8c9a7.jpgSorti avec du pétard, LIEUTENANT (Lautier) doit s’incliner en cinq minutes mais d’excellente facture. Les hommes sont partis pied au plancher. 3 Carmen et rentrée.
Décollé des planches, MAZEL(Brestalou) n’est pas très convaincant. Il n’appuie pas souvent ses poursuites et avait peut-être un problème physique dans quinze minutes languissantes.
Concentré KHEOPS(Joncas) s’engage lui franchement et met de la volonté dans ses ripostes. Un coriace qui s’engage avec force et conviction pendant onze minutes. Un saut après Bouchet et l’enfermée du jour sur Matray longuement déséquilibré et obligé de coucher sous le taureau pour éviter l’accrochage juste avant que Benji n’ôte la seconde ficelle. 6 Carmen et retour.

a23363a710065862b68c2c887435111b.jpgSuperbe de prestance, APIS (Brestalou) n’est pas dans un grand jour Certes ses accélérations sont fulgurantes mais il est trop irrégulier pour convaincre. Il conserve une ficelle malgré les efforts de Villard.
Le vaillant, GREGAU (Saumade) s’offre généreusement pendant sept minutes ponctuées de trois actions après Matray qui prend les deux ficelles. 5 Carmen dont rentrée.
FLAMENCO (Joncas) fait de la reconnaissance aux attributs puis allume la machine à coups de barrière. Huit dont un fracassant et un avec saut après Matray dans dix minutes spectaculaires. 4 Carmen et retour.
ASLAN (Lautier, hors points) remplace Co-Blanco. C’est un cocardier pur et dur qui se place et contrôle du terrain des planches. Il pointe les cornes, enferme Bouchet, frappe sur Villard mais pas assez poussé dans ses retranchements. Il conserve une ficelle en musique jouée 4 fois.
Remise des prix en piste par le maire des Saintes, Roland Chassain et Magali Saumade. Magali qui reçoit pour la circonstance un bouquet bien symbolique…

Texte et photos Eric AUPHAN 

 

12/05/2008

LUNEL *AS*

Lundi 12 mai : 4e journée du Trophée Pescalune

BRAVO PESQUIE... ET MERCI ! 

91585513a1e87857a03ff73cda4ebf67.jpg
PESQUIÉ et Poujol pour le plaisir des beaux gestes

Une demi-arène seulement quand défilent à la capelado Allouani (sort au 2e), C. Garcia, Jourdan, Outarka Villard et A. Benafitou (sort au 4e), Clarion, Mebarek, Olkeskevich, Poujol plus cinq tourneurs Abbal, Benzegh, T.Dengerma, T.Garrido, Mata. Il a bien failli se noyer le "Pêcheur de lune" victime d’un naufrage collectif. Heureusement, Pesquié est arrivé en sauveur permettant ainsi au public de vibrer enfin. Car jusque-là ni les taureaux ni les hommes présents n’avaient su imprimer le rythme nécessaire à ce niveau. Même si Yvan et Mazarin ont tenté de collaborer avec assiduité.
Hadrien Poujol et Cyril Garcia pour les blancs sont les seuls à échapper à cette critique pour leur travail régulier et de bonne qualité.
Gévaudan (Languedoc).- Si rien ne le perturbe, il sait enclencher le turbo sur les attaques qu’il sent à sa mesure. De son placement central, il n’est pas trop dérangé et le public manifeste son mécontentement. C’est avec ses ficelles intactes qu’il regagne le toril.
Espeloufi (Fabre-Mailhan).- Il se défend avec les qualités de sa race, volonté et disponibilité quand les hommes veulent se donner la peine de le titiller. Une série honorée à la dernière minute et il perd sa première ficelle sur la sonnerie.
eb2d5d91f178fb7ff764577c02c19e93.jpg◄Yvan (Le Pantaï).- Dans la tourmente il laisse partir cocarde et glands assez rapidement. Aux ficelles, Villard, Poujol, Garcia, Benafitou lui font effectuer de belles enfermées sur des longs rasets, main sur le frontal. 5 Carmen pour 9 minutes de présence.
Mousquetaire (Lautier).- Sorti 1er au Grau-du-Roi, promu 4e aujourd’hui, pourquoi ? Quelques ripostes, mais rien pour enflammer les gradins. Rentre une ficelle.
Mazarin (Le Joncas).- Vif, disposé à en découdre, il répond coup pour coup le temps des rubans. Avec moins de rythme, il défend ses ficelles et les conserve jusqu’à la 13e minute. Deux fois les honneurs en course.
Pesquié (Saumade).- Avec lui, Poujol, Villard, Jourdan, Garcia, Clarion s’en donnent à cœur joie. Partenaire idéal pour le spectacle, il régale le public par ses nombreuses et puissantes actions aux barricades. Une quinzaine au total pour des Carmen et des bravos bien mérités. Rentre ses ficelles.

Texte et Photos Luc PERO

* La course de Fontvieille annulée à cause de la pluie, les points de cette course de Lunel ne comptent pas pour le Trophée des As.
* Classement du Trophée Pescalune après la 4e journée: 1.Sabri Allouani, 46 points; 2. Victor Jourdan, 40; 3. Lahcène Outarka, 33; 4. Adil Benafitou, 31; 5. Hadrien Poujol, 23.

LE FESTIVAL " PESQUIÉ "

ce4d02dec1b1961caa12e2549cf38291.jpg
107a90b23135f03f76a029b962b33451.jpg
3bfb2d85a98085e1a2e6661b3281b771.jpg
7c678184cb1020c790e29accf840ad75.jpg
334e4c5b278798218f786fff66330aab.jpg
79b39de99db5e366a009757aa3be7e0d.jpg
34125d27b8d4a781845ddda90b8a2141.jpg
eaf717898362bbf44c02c7f58c657771.jpg

*********************
L' ATTRACTION NON PRÉVUE A L' AFFICHE
MOUSQUETAIRE de Lautier ne voulant pas réintégrer le toril, on fit sortir le simbeu qui récalcitrant lui aussi, a été attendu au fer par le gardian de la manade. Des bravos au courageux et téméraire gardian et un Carmen d'honneur attribué par la Présidence.
6e85e874d51181ee53dd5c5b619826e1.jpg

LUNEL *AS*

Dimanche 11 mai

LA ROYALE DE CUILLE TIENT LA ROUTE
AVEC UN SUPERBE RENOIR

c6db12b8011416666f828c79a36787b0.jpg

Renoir - Allouani 

Une grosse demi-arène et les neuf raseteurs invités - seulement - à la capelado pour cette Royale de Cuillé. A droite, Allouani, Jourdan, Marquier, Outarka, Auzolle; à gauche A. Benafitou, Mebarek, Oleskevich, Ouffe ; seuls les tourneurs font le plein, ils sont cinq Zerti, Benzegh, Mata, Lebrun, Abbal. A. Benafitou attaque fort mais s'essoufle vite ; Allouani gère magistralement ; Auzolle entreprenant termine en boitant ; Marquier aux beaux rasets classiques reste trop en retrait ; Jourdan avec du coeur mais toujours brouillon ; Ouffe, Outarka par moments.

Les vétérans noirs Dédale et Fanal (13 ans chacun) assurent les deux premières places - ils en ont vu d'autres -  en alternant les déplacements et les moments de récupération, triant les raset, plus quelques violentes ripostes dont la race est friande. Merlin (3e), durant ses huit minutes, utilise toute la piste sans se laisser manoeuvrer. Un bon placement, un léger coup de revers à droite pour un bon classique.

2ec53cc539cca1f361c01e59a3762502.jpgRuy Blas (4e) connaît sa piste pescalune comme sa poche. Cul aux planches, calme et très cocardier, les hommes se méfient et ont du mal à trouver les attributs dans les cornes biscornues. Ses engagements surtout sur les droitiers sont énormes dont trois magistraux après Allouani jusqu'à basculer  et  trois pas piqués des vers sur Jourdan (◄ photo) et Auzolle. Les 2 tours de la 1re ficelle sont levés par Jourdan sur la sonnerie.

ddb06848c02959ea66eb12178a9e9abb.jpgLe quart d'heure du jour est à l'actif de Renoir (5e). A 8 ans, Renoir joue la gamme complète des qualités requises aux vedettes: occupation de la piste, gestion des déplacements, tri des rasets, conclusions agressives et coups de barrière canonniers. Un régal ! Au moins onze actions d'éclat auxquelles participent pratiquement tous les raseteurs (photo avec Auzolle), plus quelques belles longueurs et la 2e ficelle à Jourdan sur la trompette. 

Un peu vert et encore brouillon, Guépard n'est pas assailli et il se promène. Jourdan est presque seul à l'affronter, lui permettant d'afficher ses qualités de cocardier en devenir. Il garde sa 2e ficelle. 

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER 

3be2741a5ee6f03e3a9515ad8bee4e10.jpg

Renoir - Marquier 

Ruy Blas - A. Benafitou 

06daa1b81f2402d4864203e14288eacf.jpg

 **************************************************

 

09/05/2008

MOURIES 8-05 *AS*

VITE FAIT, BIEN FAIT... 

dcde3aee7ab6c5756b7ed3672f9bddcf.jpg
Difficile aprés-midi pour les Nicollin

.  

.  

Sur le même moule, les six taureaux de la royale Nicollin ont eu du mal à tenir la distance. Face à des hommes décidés et expéditifs (Auzolle, Matray, Marquier, Priaulet, Roux, Sabatier à droite et Clarion, Martin-Cocher, Oleskevich à gauche plus cinq tourneurs ) ils n’ont pu opposer que leur bravoure et leur vaillance. Matray et Auzolle sont les leaders, Marquier malheureux aux ficelles s’affirme, Bouchet et Sabatier insistent, Roux tire son épingle et Martin Cocher n’aime pas la bourre.c42a77d8917b0deb2d22706e22ee09c2.jpg A la Présidence P. Gibert ne commet aucune faute. Peut-être un record avec ◄ROUCASSIER qui malgré son coup de revers est délesté des rubans en vingt sept secondes. Volontaire il cède ses ficelles au terme de sept minutes ponctuées d’une action après Matray. Plus vif, THIBAUD ne résiste pourtant que deux secondes de plus aux pompons. Franc et sans vice, il pousse jusqu’au ras des planches dans huit minutes rythmées mais dieu que ça rasète. Un Carmen. Sur le même tempo (une minute dix aux rubans) les hommes tournoient autour de SIXTE  qui soulève les planches et passe souvent la tête au dessus des bois mais il n’a que sa vaillance à offrir à des hommes qui ne lui laissent aucun répit pendant onze minutes pleines de courage. Un Carmen et rentrée. Décidé, ARNAUD résiste mieux car il est capable d’appuyer ses poursuites mais il se laisse distraire par les tourneurs. Sur Matray ses actions sont percutantes et il donne le meilleur pendant la bourre aux ficelles qu’il concède à la douzième. Trois Carmen dont rentrée. caf7a45aa0fdb6092fc60f2adcc4ef35.jpgANTENOR se laisse raseter pendant cinq minutes certes volontaires et agrémentées de deux Carmen mais sans difficulté pour les hommes.  Sur orbite par les satellites blancs PLUTON se jette d’un raset à l’autre sans► retenue pour cinq minutes trente dignes d’un marathon. D’un moral à toute épreuve il réintègre le toril en musique entendu une fois. Un aficionado lance près de   moi : «J’espère qu’ils ont un abreuvoir dans le toril…»                                                                  

Texte et Photos Eric AUPHAN

VENDARGUES *AS*

Jeudi 8 mai

CILAOS : SEPT MINUTES DE MERITE
PAVOUN : LE DANGER
GALLICIANAIS :  TAU A GRANDE VITESSE

Arènes bien remplies pour ce concours vendarguois de La Muleta, visiblement beaucoup de supporters de Gallicianais ont fait le déplacement. 10 hommes et 5 tourneurs à la capelado : Garcia, Jourdan, Outarka, Villard, Artal, R. Mondy, T. Mondy, Ouffe, Poujol, Tortel plus Benzegh, Zerti, Abbal, T. Dengerma, T. Garrido. Ça rasète vite, en désordre, souvent à la faute, quelques bons moments de Poujol, Villard, Outarka. Ce sont les trois derniers taureaux qui créent l'intérêt même si Titouan (Cuillé, 2e) se fait respecter, Vannier (Mailhan, 3e) est bon partenaire. Chamarel (1er) malgré trois violentes conclusions ne tient que 7 minutes. Muguet (Boch, 4e) fait le cabour en contrepiste. 

Si Cialos (Lagarde, 5e) ne fait que sept minutes, ce sont des minutes de combat. D'entrée assailli, sans aucun égard des blancs, une fois placé il livre des séries musclées et de sévères conclusions.

59bb3c2f45ffd2f9561f7b199bc189f1.jpg◄ ▼ Pavoun (Saint-Pierre, 6e) crée la surprise. D'abord par une fulgurante envolée sur Thierry Garrido (tourneur) qu'il va cueillir en haut des tubes. A son retour en piste, le cercle est très... très élargi, les blancs se méfient. Poujol tente une traversée, il se fait emporter. Outarka prépare la reprise, change d'avis, bronche et tombe, mais Pavoun l'a vu et se jette sur le raseteur couché à terre. Après quelques longues secondes, Lahcène arrive à s'échapper. Ouf ! Décollé des planches, Pavoun fait la loi et rentre ses glands, sans un Carmen (?)

6341d80f5f35c84bf5974bd7cefedc7f.jpg

 

621a1712d24121e12ca4eeb236ad366b.jpgEt voilà le TGV du jour Gallicianais (Briaux, 7e hp). Beau comme une peinture, puissant, rapide, agressif. Le taù d'argent 2007 de Saint-Rémy met tout son poids et sa rage dans de puissantes séries et de fulgurants coups de barrière.
A 6 ans, dix minutes lui auraient suffi. Les cinq dernières sont plus difficiles. Malgré ce, un brillant quart d'heure émaillé de bombes contres les planches, d'applaudissements et de musique.

 

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER 

 

05/05/2008

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 4 mai, 2e journée du Trophée Albert-Dubout

 

LE SOLEIL, LE PUBLIC, DES TAUREAUX...
MAIS IL A MANQUE LE PETIT PLUS

 

aed7a4af3546362f7de0ba2ad5408ada.jpg
Il n'a manqué qu'un cheveu de panache, un doigt de folie, un zeste d'élégance pour que les arènes ne s'enflamment. Il n'a manqué que le petit plus qui fait d'une bonne course - et elle le fut avec quatre taureaux à voir -  un moment inoubliable, extraordinaire. Côté satisfaction, la fréquentation avec une arène pleine à 99% démontrant que les rendez-vous palavasiens sont maintenant bien installés. Avec une capelado soignée, défilent, sous la présidence de Jacques Valentin: Allouani, Jourdan, Outarka, Villard, Matray, Marquier, Clarion, Martin-cocher, Martinez, Ouffe ; tourneurs : Mata, Zerti, Beker, T. Garrido, Abbal.
Si, en première partie, Sauron, 3e, retient l’attention, la seconde est très dense avec Rodin très cocardier, Lebrau explosif, Mathis hargneux mais un peu en dessous. Il faut dire qu’on attend tellement de lui...
Villard fait de beaux gestes et une belle moisson, suivi d’Allouani, efficace. Matray, Ouffe, Marquier, Outarka par moments. Un seul rappel à la bienséance du président à Beker et Abbal a suffi pour que les débats se déroulent correctement.
Figaro (Margé).- Quand ça chauffe, il laisse passer. Malgré quelques belles longueurs de Villard et Marquier, ce sont neuf minutes sans difficulté.
Chanéac (Chaballier).- Toujours en mouvement, il ne trouve pas sa place. Une belle anticipation sur Marquier, quelques séries où il s’allonge plutôt sur les droitiers dans de bonnes répliques. 8 minutes.
5e96f93d3b445d4d5596dbea3ac93293.jpg
Sauron et ses anticipations 
Sauron (Fabre-Mailhan).- D’entrée ses vives réactions provoquent quelques frayeurs. Placement, anticipation, Sauron va au bout des actions. Plus sélectif sur sa 2e ficelle, il pousse fort dans ses ripostes notamment sur Outarka, Villard et Matray. Retour en musique avec une ficelle et 4 Carmen en course.
588bca4497f2c2e337ca55d0d016d1f1.jpg
Rodin et Villard , la palme de l'élégance
Rodin.- Il murit le cocardier des Baumelles ! Sa vitesse d’exécution fait toujours merveille, son placement impeccable. Il sort comme une bombe sur les cites et les plus téméraires - Villard et Ouffe - sont gratifiés d’anticipations et de poursuites puissantes. 12 minutes, 9 Carmen.
4562fd927e91b50f736750e9d948b107.jpg
Lebrau, le bulldozer en action 
Lebrau (Plo).- Certes, il est franc sur le raset, et laisse parfois passer mais quand il s’envoie aux planches, il est énorme. Treize coups de barrière, dont deux époustouflants (Ouffe, Clarion) plus un où il bascule après Martin-Cocher.... Et une ficelle au toril, avec onze Carmen pour le barricadier du jour.
c7b2ba233bf437f9165ec409cfb5b220.jpg
Mathis - Outarka : petits gabarits, grosses émotions 
Mathis (Lautier).- Etrangement calme à sa sortie mais il catapulte Outarka qui cherche son pied au saut. Avec un placement flottant et quelques rasets pas terminés, il exprime toutefois une belle rage dans des coups aux planches puissants : Villard (2), Allouani (2), Ouffe. Mais, Villard abrège en dix minutes en levant les deux ficelles. 5 Carmen.
464f5b637267ce1bd4bb8215eba8507d.jpg
Mathis - Villard : dans le feu de l'action 

Eva (Ricard, hp).- Une vache pour finir c’est une idée à la mode mais si elle n’est pas plus rasetée qu’un taureau... Alors... Pourtant, Eva a du placement et s’envoie en force comme un barricadier. Deux fois..
Martine ALIAGA

 

Photos Christian ITIER

02/05/2008

VAUVERT *AS*

Jeudi 1er mai

 

REPORTAGE PHOTOS DE CHRISTIAN ITIER 

 

4384b11d00db5538fb1ad77573fb570b.jpg

Grillon de Lautier (1er) - Benjamin Villard 

Rascaillon de Jean-Claude Blanc (2e) - Hadrien Poujol 

97b8e6ddae173e72c801ff9667ac3c49.jpg
5019bd47a78ee71e0ccfa614c7af66a4.jpg

Michou des Baumelles (3e) - Christophe Clarion 

Andalou de Blanc-Espelly (4e) - Loïc Auzolle 

82f49d1ff1bc1b3fcb580a70f205205a.jpg
5da2eed69a3120fe244126b989c65a16.jpg

▲ Jeannot du Grand Salan (5e) - Victor Jourdan 

Elzéar de Blatière-Bessac - Loïc Auzolle 

7c51654dcf1443d7d8d00a8bfda922ba.jpg

 

40961c1ffebfa75bbcf763813e04ce93.jpg
Elzéar de Blatière-Bessac - Cyril Garcia 
Camaï de Jacques Bon (7e hors points) - Victor Jourdan 
b3a333f65f1a3a34d3d9bb1a334d26a9.jpg
  ************************************