Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/06/2008

RETOUR SUR UNE COURSE PEU ORDINAIRE

DIMANCHE 15 JUIN AU GRAU DU ROI

AUX ETERNELS INSATISFAITS
*************

Une organisation "presque parfaite", une course "presque idéale", une présidence à la hauteur, des raseteurs et des tourneurs d'une correction exemplaire, des arènes pleines, décorées, une capelado originale, que manquait-il ? Ah si, le soleil... Alors au lieu de chercher ce qui éventuellement ne va pas, profitons au maximum de ces bons moments... plutôt que de bouder ce bonheur qui nous est offert !

AVANT LA COURSE

70affeefd13276c76094d31087cf90ed.jpg
74123f15fc336c9390dafc398af02d9f.jpg
3de0ad6c6e7a0e768598931af562c63e.jpg
286cb5c57df14e9150b808731f6619ee.jpg
d9bb1e761db8f8170827ae860fa93a40.jpg
bb7e7410d8fa6dd3f76b144896f1d171.jpg
bf8230bf7dd01761b0841fb0e321def2.jpg
1c0c33283977da59472998e8a07df311.jpg
8b36f95e5e7ed69436c1221d3b73f254.jpg
37f60409d842f0c5f1fcab48d3917b80.jpg
Les manadiers défilent pour la capelado
7224581381963d9910bba7bd75e59e22.jpg
be08706cb0514a9ae5893b8cbf041917.jpg
Les raseteurs avec "la taïole"
d489e1f285aed3a7a7883544b55709ec.jpg
*******************
LE CONCOURS DE MANADES
b98beeaea925a3108971757be996f010.jpg
Jacques Valentin et Régis Fesquet, la présidence
en habit traditionnel !
ae8f320402809030d20f59cd55a2ed79.jpg
93444421c4336edff643323849c874f2.jpg
Les devises en tissu provençal
a19c9f18d0f549c5ca4e94cc8e9d537f.jpg
Th. Garrido secoué en contre-piste par PETIT LOU
1857b55f343b178497b8f767fba525a2.jpg
PETIT LOU de Chaballier
6b08aa6baa6707c99f09a7b90cf4c41b.jpg
FARU de l'Aurore
2be80505086e25ab640e9d94220898dc.jpg
FOREST de l'Argentière
644cc89832b8f87541f50925555d25a5.jpg
RENOIR de Cuillé
aeabed894318f6927e59418706e42e02.jpg
RODIN des Baumelles
56a4194da202f62939817de29e546707.jpg
PRIMADIÉ de Siméon
a9cb2149ca6b9b5e0704355de1c68663.jpg

BEL CANTO de Blatière-Bessac
Texte et Photos Luc PERO
Voir compte rendu de la course dans la catégorie "Trophée des As"



15/06/2008

LE GRAU-DU-ROI

Dimanche 15 juin

RIEN A JETER !
Les taureaux et les hommes à la hauteur du decorum

8e56866b01e444d7888bc4498dd99f4c.jpg
RENOIR L'ARTISTE ...

 

6265196fabbddf461c131db4372384ba.jpgSuperbe ! Réjouissant ! Rien à jeter, rien à changer du début à la fin de ce souvenir Olivier-Arnaud.
- La décoration des arènes aux riches couleurs Camarguaises: tissus Souleiado, oriflammes de Catherine Reynaud;
- le public au rendez-vous malgré le temps maussade;
- l'animation d'avant course: cavaliers et cavalières de Renaud Vinuesa, groupe folkloriques, fifres et galoubet de Marguerittes, demoiselles d'honneur de la Reine d'Arles;
- une capelado innovante: raseteurs et tourneurs portant des taïoles en tissu provençal, manadiers en piste
- sept taureaux - porteurs de devises Souleidado -  aux qualités multiples, tous différents avec un casting performant où seuls Rodin 5e et Renoir 4e auraient pu interchanger leurs places, ce dernier réalisant une course "énormissime";
ed09607a2be70ba40ec0492f0c38c88d.jpg- dix raseteurs et cinq tourneurs (à droite Allouani, Villard, Matray, Toureau, Garcia; à gauche N. Benafitou, Clarion, Ouffe, Bouchet, Mebarek, tourneurs T. Garrido, Benzegh, Zerti, Becker, Duran) qui ont travaillé au mieux dans une entente constante; les plus en vue Allouani, Garcia, Matray, Villard, et à certains moments Bouchet, Ouffe, Clarion, Toureau.
Des couleurs à foison, de l'ambiance, de l'émotion, tout a contribué à réunir et à tenir en haleine aficionados et touristes. Bien sûr, on peut toujours chercher la petite bête mais de tels moments sont propices à laisser parler sa fe et à s'abandonner avec enthousiasme. Ne boudons pas notre plaisir !
Si le "Carmen" général attribué en fin de course est un acte quelquefois galvaudé, dimanche au Grau-du-Roi, Jacques Valentin, le bouillant président,  l'a utilisé à bon escient.
Quelques gouttes sont tombées à partir du 3e taureau, mais mis en bouche par les deux premiers, les spectateurs, regard tendu vers le ciel, ont prié (si, si)... pourvu que ça passe ! Requête entendue.

4f57e9b61461a41ac80dc8c85822f595.jpgPetit Lou (Chaballier).- Gère les hommes sans se laisser étouffer par de nombreux déplacements le long des planches. Saute par surprise sur T. Garrido en contrepiste (sans trop de mal). Incisif, il sélectionne les rasets avec un calme redoutable et conclut dangereusement à plusieurs reprises. 3 Carmen.

e532738369abef40af380d4308cde8a9.jpgIl court, il court Farù de l'Aurore. C'est sa nature! Mais quand il poursuit c'est toujours dangereux et ça finit souvent au ras des planches. Plus engagé sur les droitiers dont Matray, Villard, Garcia qui frisent la correctionnelle. Rentre ses ficelles. 6 Carmen.

f38e2a26e41b682eea4f42a0134f17e4.jpgForest de l'Argentière attend la faute d'un homme, d'un spectateur en contrepiste. Dès la trompette, il s'envoie sur T. Garrido, tape sur Allouani... A l'affût, méchant, il essaie même de "déquiller" les raseteurs pendus aux tubes. Ses défauts: pas de placement, pas envie d'être raseté. Mais du suspense. Un taureau à part...

8cf707d5a5ebf3427560be24c325feaa.jpgRenoir de Cuillé sort comme une bombe avec une rage terrible, rugissant comme un fauve... si bien qu'on se demande s'il n'est pas blessé... Mais non et c'est parti pour 13 minutes époustouflantes où les envolées succèdent aux coups de barrière et autres énormes agressions. Bouchet, Garcia, Villard, Ouffe, Clarion, Allouani, Matray, Toureau sont tous bousculés, blackboulés, propulsés... Tout ça plus un placement impeccable. Bien sûr un récital de Carmen. Enorme!

b6f47828a52448191aaed1cfc7c6cf1c.jpgSi l'expression "cul aux planches" nécessitait une image, ce serait la photo de Rodin des Baumelles. Un placement et des déplacements optimums, gérant l'espace au mieux, ses anticipations et poussées après l'homme sont de toute beauté et quand Sabri pose la main au frontal, un frisson d'aise parcourt le public. Même s'il n'aime pas les reprises, ni être trop "quiché" de près par les hommes, une belle course cocardière pour Rodin qui rentre ses ficelles. 3 Carmen.

9732615c92526a670ef64bd39df39871.jpgVirevoltant, pétillant, voici Primadié de Siméon. Malgré quelques sauts intempestifs, sa volonté et ses envolées aux planches font plaisir à voir. Il casse du bois, se dresse après les hommes haut vers les gradins, avec une grosse vitesse d'exécution. Un quart d'heure "Champagne" où la fatigue de part et d'autre se fait sentir - on le serait à moins, mais les ficelles à la maison. 9 Carmen.

c1d80cf76c34168caf656d1275e0b393.jpgPour bien terminer dans la foulée, le convalescent Bel Canto (Blatière-Bessac) offre un surplus réjouissant de huit minutes. Et presque autant d'actions aux barricades et de Carmen pour le bulldozer des Iscles qui "pique" le fessier de Garcia dans un "skud" explosif.

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO 

 

820b79078836881bc16d64c270c15da8.jpg
RENOIR STAR DU JOUR
***********
D'autres images de cette  formidable aprés-midi un peu plus haut dans le dérouleur, catégorie "Trophée des As".

09/06/2008

PEROLS 8-06 *AS*

VIDOURLEN DE MERMOUX DEVIENT UN "INCONTOURNABLE"
POUR COMPOSER UNE GRANDE AFFICHE

a274a61c9a3bf629cb9280df9d8bbb4e.jpg
VIDOURLEN, sur Gleize▼ou Poujol▲, s'affirme comme un des grands cocardier de la saison
5708a9440213d1af1c2aed5f673a74ba.jpgDevenue course unique aprés l'annulation de Vendargues (les points n'étant pas comptabilisés), on était inquiet sur la teneur des débats. Contre toute attente et il faut les féliciter, les hommes emmenés par un  Poujol dynamique, donnent le rythme nécessaire au concours. Gleize, Khaled, C.Garcia, Jourdan, Allouani emboitent le pas d'Hadrien, Benjamin Valette se hisse au niveau des grands (quand il veut...!).Mebarek et Toureau restent timides et A.Benafitou se retire au troisième. Les cinq tourneurs Abbal, Bensalah, T.Dengerma, Mata, Molins sont exempts de reproches. A la présidence, le duo J. Roumajon, B. Pascal assure avec sérénité.

ROUCASSIÉ de Nicollin passe en six minutes. Carmen. NEMO de Fabre-Mailhan se distingue dans la bourre mais ne résiste que huit minutes trente. Carmen. VIDOURLEN de Mermoux va garder son deuxième gland jusqu'à la septième minute en effectuant des enfermées dangereuses avec une corne toujours menaçante à l'arrivée aux planches. Volontaire dans le combat c'est tout de même lui qui impose les règles. Finisseur il sait aussi l'être mais ce n'est jamais sans danger et surtout pas gratuit. Aux ficelles, le combat est sévère mais le cocardier rentre ses deux attributs au toril. Des Carmen et des bravos bien mérités. ANDALOU d'Espelly-Blanc, bien compliqué, il prend querencia à droite du toril et n'accepte les attaques que de ce poste de garde. De là il va alterner les répliques tonitruantes qu'on lui connait, mais aussi des passages avec une certaine retenue dans ses engagements. c'est du solide et  des Carmen  lui sont octroyés. Rentre ses ficelles. FOURNELET de J.-C. Blanc, bien sûr il excelle sur les longs cites de Poujol et Khaled, mais sélectionne très durement lorsque les attaques viennent de la droite. Des Carmen et ses ficelles au toril. KABYLE de Blatière-Bessac, hormis trois actions aux barrières, rien d'important n'est à signaler. GASTOUNET de Saint-Pierre clôture avec le brio qui le caractérise pour le plaisir des amateurs du genre. Des Carmen.

Texte et Photos Luc PERO

5a307b90e704e26092ae2afd33b52b8d.jpg
GASTOUNET et Benjamin Valette pour le FUN !

LOÏC AUZOLLE ET THIBAUD DE NICOLLIN

LOÏC EN DIFFICULTÉ SAMEDI À BEAUCAIRE
LORS DE LA FINALE DU MUGUET D'OR.

1c12777d2b0eeeeb04df3c53a7a5022d.jpg
41f763defa822fea34dab905e2906b87.jpg
11adca90f4c52fe20df338306516da58.jpg
afcdabafdc7460e6cdd59234fee0dab9.jpg

 

Photos Luc PERO


08/06/2008

BEAUCAIRE : MUGUET D'OR *AS*

Samedi 7 juin

 

AUZOLLE ACQUIERT LE MUGUET AU MORAL
COYOTE DE CAILLAN : LA DECOUVERTE

410fbea7e9dda211b3d6a097289bc8fb.jpg

Course reportée = contexte particulier = course mollassonne. Explications.

11f90a5e65aeb2083c0c66978ae97bc5.jpgCette finale étant reportée du 25 mai à cause de la pluie – les points des raseteurs ne comptent pas pour le Trophée Taurin/As – seuls les deux premiers pour le Muguet d'Or à l'issue des trois premières courses (Auzolle-Villard séparés de 3 points) s'investissent vraiment dans la course. Résultat : à part Gleize et accessoirement Bouchet, les autres (Allouani, Ouffe, Beaujard, Poujol, Khaled) font juste ce qu'il faut pour honorer leur invitation. Les tourneurs (T. Dengerma, Mata, Duran, Fouque, T. Garrido) sont sages comme des images. Constat : les taureaux qui auraient eu besoin de plus d'investissement – Lanza, Lancier, Sauron – ont, eux aussi tourné au ralenti.

LES SATISFACTIONS
Le duel Auzolle – Villard tient en haleine les spectateurs et permet de cerner le caractère de ces deux raseteurs. Une fois de plus, Loïc fait preuve d'un esprit de compétition hors du commun. Pas très en jambe dès le début puis diminué après s'être fait bousculer par Thibaud (Nicollin, 1er), c'est un Auzolle grimaçant de douleur à chaque saut, mais s'arrachant pour lever chaque attribut qui, d'un tout petit point au dernier taureau, gagne à l'arraché, en n'ayant raseté que 4 cocardiers sur 7. Villard, fidèle à lui-même à savoir généreux, infatigable mais maladroit, n'a pas su faire la différence en rasetant les sept taureaux.

018d8f577f8d3c5a6cfdfb24294efb5f.jpgCOYOTE, 6 ans, est la découverte du jour. Tout nouveau à ce niveau, le taureau de Caillan, sorti en 5e position, formidablement armé,  a un comportement particulier. Après avoir longuement visité la piste, semblant ne pas trouver ses marques au début, au fil des minutes, il se place à droite de la présidence d'où il ferme systématiquement la porte de sortie aux raseteurs droitiers. Sa rapidité sur l'homme le fait craindre. Gleize essaie et se fait enfermer, Allouani embarquer. Les rasets sont rares, le public gronde. Il faudra attendre la 10e minute, pour qu'Allouani sorte un raset de grande classe et la 13e pour qu'il lui coupe la "chère" cocarde levée par Gleize. Une action de Ouffe, une petite série, et Bouchet lève un gland. Ce sera tout pour un quart d'heure de domination. 2 Carmen et retour.

0e578455acb00e1578d60398c3dd4534.jpgThibaud (Nicollin, 1er) : à part qu'Auzolle lui tombe devant, rien à signaler en 7 minutes. Lanza (Blatière-Bessac, 2e) a géré les rasets mollassons en restant sur sa réserve malgré quelques actions. Rentre une ficelle. Lancier (Lautier, 3e) : donne le change au début, petit à petit sélectionne puis refuse recevant à sa sortie un Carmen improbable. Les ficelles au toril. Sauron (Fabre-Mailhan, 4e) pas assez mis sous tension, s'en tient au minimum syndical même si on retrouve par moment ses qualités d'anticipation et un fort engagement dans le raset, 12 minutes. Poète (Navarro, 6e) termine mollement chaque action à la planche, il tient sept minutes. Loïc et Benji sont à égalité. Caïman (Margé, 7e), sans difficulté, se laisse raseter avec bonne volonté. Auzolle fait la coupe cocarde et un gland, Benji, la cocarde. Loïc est devant d'un point.

LE PALMARES DU 43e MUGUET D'OR – SOUVENIR FRANÇOIS CANTO

Raseteurs : 1. Loïc Auzolle, 63 points
2. Benjamin Villard, 62 points
  3. Fabien Bouchet, 30 points.

Cocardier : Yvan du Pantaï.
Martine ALIAGA
Photos : Luc PERO 

 

20/05/2008

NIMES *AS*

Dimanche 18 mai : 1re journée du Trophée Jean Lafont

 

UN BON MICHOU, UN REMARQUABLE LEVENTI, UN SUPERBE CAMARINA
ET ALLOUANI POUR EMBALLER LE TOUT

aad1da2abbe9fbdd9d8978c8d5f4f452.jpgSous les yeux de Jean Lafont, Nîmes retrouve un peu de son lustre passé pour la première journée du Trophée éponyme.
Après Hector (Nicollin, 1er), Phidias (Saint-Pierre, 2e) et Paludié (Margé, 3e), la deuxième partie monte crescendo avec Michou (Les Baumelles, 4e), Leventi (Plo, 5e) et Camarina (Chauvet, 6e) qui met les arènes debout. Sabri Allouani, organisateur et raseteur, a mené la course de bien belle manière formant avec Camarina un duo inhabituel et remarquable.

 REPORTAGE PHOTO DE CHRISTIAN ITIER

 

0e5d4c982e20f9a6b82e7d094f0d6fb5.jpg
Magnifique Camarina !  A 14 ans et pour sa première sortie
il fait un festival d'actions aux planches tout en gérant son placement et ses déplacements.
Du grand Camarina
Un duel Camarina - Allouani intense jusqu'à frôler l'accident  
e7dd70e94b7fa5e998d07080f0d6e93e.jpg
784735a12f9104eef2ac4c504edcd976.jpg
Leventi (Plo) : un taureau qui se révèle au plus haut niveau, ici avec Gaetan Martinez 
 
 
96907ed3319bdd6c2231e6adbd83c7c0.jpg
Michou - Ouffe
Michou - Clarion 
43face343ae1e06b845ed082e9510c66.jpg
 
******************************** 
 

13/05/2008

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER *AS*

Dimanche 11 mai : Souvenir Claude-Saumade

FLAMENCO RETROUVE LE PUNCH
MATRAY GARDE LE COURAGE…

fca4cee49a36d3e35f285862c0444c0f.jpg
Aslan de Lautier et M. Matray

Dans les arènes pleines aux trois-quarts, sous la présidence de Bruno Pascal, se présentent les raseteurs droitiers Gleize, Matray, Sabatier,  Villard; gauchers, Bouchet, Clarion, Khaled, Poujol et les tourneurs, Dunan, Duran, T.Dengerma, Garrido, Kherfouche.

1ae156bbe8c2bee9e784df6f10f54ded.jpgCe souvenir Claude-Saumade commence par une capelado agrémentée par le célèbre groupe folklorique Le Condor et les tambourinaïres de l’Etang de l’Or suivis de la peña Los Marineros d’ Aigues Mortes. Une belle entrée et une course en dents de scie. Des hauts et des bas mais surtout des tourneurs qui ne font rien pour détendre l’atmosphère. Chez les blancs le courageux Matray (ci-contre) est à l’origine des meilleures actions et remporte le prix. Après avoir été malmené sur une longueur de piste par Khéops, il continue la course avec panache. Villard la joue esthétique et pense surtout au public, Gleize la joue efficace, Poujol, Sabatier et Bouchet la jouent par à-coups et Khaled et Clarion la jouent discret. Chez les noirs, Flamenco retrouve son côté barricadier et remporte le prix du meilleur taureau. Ah si l’ambiance était bonne en piste… faudra t-il en venir à un seul tourneur de chaque côté ?....

72bbb637af526f3b959a58bb61b8c9a7.jpgSorti avec du pétard, LIEUTENANT (Lautier) doit s’incliner en cinq minutes mais d’excellente facture. Les hommes sont partis pied au plancher. 3 Carmen et rentrée.
Décollé des planches, MAZEL(Brestalou) n’est pas très convaincant. Il n’appuie pas souvent ses poursuites et avait peut-être un problème physique dans quinze minutes languissantes.
Concentré KHEOPS(Joncas) s’engage lui franchement et met de la volonté dans ses ripostes. Un coriace qui s’engage avec force et conviction pendant onze minutes. Un saut après Bouchet et l’enfermée du jour sur Matray longuement déséquilibré et obligé de coucher sous le taureau pour éviter l’accrochage juste avant que Benji n’ôte la seconde ficelle. 6 Carmen et retour.

a23363a710065862b68c2c887435111b.jpgSuperbe de prestance, APIS (Brestalou) n’est pas dans un grand jour Certes ses accélérations sont fulgurantes mais il est trop irrégulier pour convaincre. Il conserve une ficelle malgré les efforts de Villard.
Le vaillant, GREGAU (Saumade) s’offre généreusement pendant sept minutes ponctuées de trois actions après Matray qui prend les deux ficelles. 5 Carmen dont rentrée.
FLAMENCO (Joncas) fait de la reconnaissance aux attributs puis allume la machine à coups de barrière. Huit dont un fracassant et un avec saut après Matray dans dix minutes spectaculaires. 4 Carmen et retour.
ASLAN (Lautier, hors points) remplace Co-Blanco. C’est un cocardier pur et dur qui se place et contrôle du terrain des planches. Il pointe les cornes, enferme Bouchet, frappe sur Villard mais pas assez poussé dans ses retranchements. Il conserve une ficelle en musique jouée 4 fois.
Remise des prix en piste par le maire des Saintes, Roland Chassain et Magali Saumade. Magali qui reçoit pour la circonstance un bouquet bien symbolique…

Texte et photos Eric AUPHAN 

 

12/05/2008

LUNEL *AS*

Lundi 12 mai : 4e journée du Trophée Pescalune

BRAVO PESQUIE... ET MERCI ! 

91585513a1e87857a03ff73cda4ebf67.jpg
PESQUIÉ et Poujol pour le plaisir des beaux gestes

Une demi-arène seulement quand défilent à la capelado Allouani (sort au 2e), C. Garcia, Jourdan, Outarka Villard et A. Benafitou (sort au 4e), Clarion, Mebarek, Olkeskevich, Poujol plus cinq tourneurs Abbal, Benzegh, T.Dengerma, T.Garrido, Mata. Il a bien failli se noyer le "Pêcheur de lune" victime d’un naufrage collectif. Heureusement, Pesquié est arrivé en sauveur permettant ainsi au public de vibrer enfin. Car jusque-là ni les taureaux ni les hommes présents n’avaient su imprimer le rythme nécessaire à ce niveau. Même si Yvan et Mazarin ont tenté de collaborer avec assiduité.
Hadrien Poujol et Cyril Garcia pour les blancs sont les seuls à échapper à cette critique pour leur travail régulier et de bonne qualité.
Gévaudan (Languedoc).- Si rien ne le perturbe, il sait enclencher le turbo sur les attaques qu’il sent à sa mesure. De son placement central, il n’est pas trop dérangé et le public manifeste son mécontentement. C’est avec ses ficelles intactes qu’il regagne le toril.
Espeloufi (Fabre-Mailhan).- Il se défend avec les qualités de sa race, volonté et disponibilité quand les hommes veulent se donner la peine de le titiller. Une série honorée à la dernière minute et il perd sa première ficelle sur la sonnerie.
eb2d5d91f178fb7ff764577c02c19e93.jpg◄Yvan (Le Pantaï).- Dans la tourmente il laisse partir cocarde et glands assez rapidement. Aux ficelles, Villard, Poujol, Garcia, Benafitou lui font effectuer de belles enfermées sur des longs rasets, main sur le frontal. 5 Carmen pour 9 minutes de présence.
Mousquetaire (Lautier).- Sorti 1er au Grau-du-Roi, promu 4e aujourd’hui, pourquoi ? Quelques ripostes, mais rien pour enflammer les gradins. Rentre une ficelle.
Mazarin (Le Joncas).- Vif, disposé à en découdre, il répond coup pour coup le temps des rubans. Avec moins de rythme, il défend ses ficelles et les conserve jusqu’à la 13e minute. Deux fois les honneurs en course.
Pesquié (Saumade).- Avec lui, Poujol, Villard, Jourdan, Garcia, Clarion s’en donnent à cœur joie. Partenaire idéal pour le spectacle, il régale le public par ses nombreuses et puissantes actions aux barricades. Une quinzaine au total pour des Carmen et des bravos bien mérités. Rentre ses ficelles.

Texte et Photos Luc PERO

* La course de Fontvieille annulée à cause de la pluie, les points de cette course de Lunel ne comptent pas pour le Trophée des As.
* Classement du Trophée Pescalune après la 4e journée: 1.Sabri Allouani, 46 points; 2. Victor Jourdan, 40; 3. Lahcène Outarka, 33; 4. Adil Benafitou, 31; 5. Hadrien Poujol, 23.

LE FESTIVAL " PESQUIÉ "

ce4d02dec1b1961caa12e2549cf38291.jpg
107a90b23135f03f76a029b962b33451.jpg
3bfb2d85a98085e1a2e6661b3281b771.jpg
7c678184cb1020c790e29accf840ad75.jpg
334e4c5b278798218f786fff66330aab.jpg
79b39de99db5e366a009757aa3be7e0d.jpg
34125d27b8d4a781845ddda90b8a2141.jpg
eaf717898362bbf44c02c7f58c657771.jpg

*********************
L' ATTRACTION NON PRÉVUE A L' AFFICHE
MOUSQUETAIRE de Lautier ne voulant pas réintégrer le toril, on fit sortir le simbeu qui récalcitrant lui aussi, a été attendu au fer par le gardian de la manade. Des bravos au courageux et téméraire gardian et un Carmen d'honneur attribué par la Présidence.
6e85e874d51181ee53dd5c5b619826e1.jpg

LUNEL *AS*

Dimanche 11 mai

LA ROYALE DE CUILLE TIENT LA ROUTE
AVEC UN SUPERBE RENOIR

c6db12b8011416666f828c79a36787b0.jpg

Renoir - Allouani 

Une grosse demi-arène et les neuf raseteurs invités - seulement - à la capelado pour cette Royale de Cuillé. A droite, Allouani, Jourdan, Marquier, Outarka, Auzolle; à gauche A. Benafitou, Mebarek, Oleskevich, Ouffe ; seuls les tourneurs font le plein, ils sont cinq Zerti, Benzegh, Mata, Lebrun, Abbal. A. Benafitou attaque fort mais s'essoufle vite ; Allouani gère magistralement ; Auzolle entreprenant termine en boitant ; Marquier aux beaux rasets classiques reste trop en retrait ; Jourdan avec du coeur mais toujours brouillon ; Ouffe, Outarka par moments.

Les vétérans noirs Dédale et Fanal (13 ans chacun) assurent les deux premières places - ils en ont vu d'autres -  en alternant les déplacements et les moments de récupération, triant les raset, plus quelques violentes ripostes dont la race est friande. Merlin (3e), durant ses huit minutes, utilise toute la piste sans se laisser manoeuvrer. Un bon placement, un léger coup de revers à droite pour un bon classique.

2ec53cc539cca1f361c01e59a3762502.jpgRuy Blas (4e) connaît sa piste pescalune comme sa poche. Cul aux planches, calme et très cocardier, les hommes se méfient et ont du mal à trouver les attributs dans les cornes biscornues. Ses engagements surtout sur les droitiers sont énormes dont trois magistraux après Allouani jusqu'à basculer  et  trois pas piqués des vers sur Jourdan (◄ photo) et Auzolle. Les 2 tours de la 1re ficelle sont levés par Jourdan sur la sonnerie.

ddb06848c02959ea66eb12178a9e9abb.jpgLe quart d'heure du jour est à l'actif de Renoir (5e). A 8 ans, Renoir joue la gamme complète des qualités requises aux vedettes: occupation de la piste, gestion des déplacements, tri des rasets, conclusions agressives et coups de barrière canonniers. Un régal ! Au moins onze actions d'éclat auxquelles participent pratiquement tous les raseteurs (photo avec Auzolle), plus quelques belles longueurs et la 2e ficelle à Jourdan sur la trompette. 

Un peu vert et encore brouillon, Guépard n'est pas assailli et il se promène. Jourdan est presque seul à l'affronter, lui permettant d'afficher ses qualités de cocardier en devenir. Il garde sa 2e ficelle. 

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER 

3be2741a5ee6f03e3a9515ad8bee4e10.jpg

Renoir - Marquier 

Ruy Blas - A. Benafitou 

06daa1b81f2402d4864203e14288eacf.jpg

 **************************************************

 

09/05/2008

MOURIES 8-05 *AS*

VITE FAIT, BIEN FAIT... 

dcde3aee7ab6c5756b7ed3672f9bddcf.jpg
Difficile aprés-midi pour les Nicollin

.  

.  

Sur le même moule, les six taureaux de la royale Nicollin ont eu du mal à tenir la distance. Face à des hommes décidés et expéditifs (Auzolle, Matray, Marquier, Priaulet, Roux, Sabatier à droite et Clarion, Martin-Cocher, Oleskevich à gauche plus cinq tourneurs ) ils n’ont pu opposer que leur bravoure et leur vaillance. Matray et Auzolle sont les leaders, Marquier malheureux aux ficelles s’affirme, Bouchet et Sabatier insistent, Roux tire son épingle et Martin Cocher n’aime pas la bourre.c42a77d8917b0deb2d22706e22ee09c2.jpg A la Présidence P. Gibert ne commet aucune faute. Peut-être un record avec ◄ROUCASSIER qui malgré son coup de revers est délesté des rubans en vingt sept secondes. Volontaire il cède ses ficelles au terme de sept minutes ponctuées d’une action après Matray. Plus vif, THIBAUD ne résiste pourtant que deux secondes de plus aux pompons. Franc et sans vice, il pousse jusqu’au ras des planches dans huit minutes rythmées mais dieu que ça rasète. Un Carmen. Sur le même tempo (une minute dix aux rubans) les hommes tournoient autour de SIXTE  qui soulève les planches et passe souvent la tête au dessus des bois mais il n’a que sa vaillance à offrir à des hommes qui ne lui laissent aucun répit pendant onze minutes pleines de courage. Un Carmen et rentrée. Décidé, ARNAUD résiste mieux car il est capable d’appuyer ses poursuites mais il se laisse distraire par les tourneurs. Sur Matray ses actions sont percutantes et il donne le meilleur pendant la bourre aux ficelles qu’il concède à la douzième. Trois Carmen dont rentrée. caf7a45aa0fdb6092fc60f2adcc4ef35.jpgANTENOR se laisse raseter pendant cinq minutes certes volontaires et agrémentées de deux Carmen mais sans difficulté pour les hommes.  Sur orbite par les satellites blancs PLUTON se jette d’un raset à l’autre sans► retenue pour cinq minutes trente dignes d’un marathon. D’un moral à toute épreuve il réintègre le toril en musique entendu une fois. Un aficionado lance près de   moi : «J’espère qu’ils ont un abreuvoir dans le toril…»                                                                  

Texte et Photos Eric AUPHAN

VENDARGUES *AS*

Jeudi 8 mai

CILAOS : SEPT MINUTES DE MERITE
PAVOUN : LE DANGER
GALLICIANAIS :  TAU A GRANDE VITESSE

Arènes bien remplies pour ce concours vendarguois de La Muleta, visiblement beaucoup de supporters de Gallicianais ont fait le déplacement. 10 hommes et 5 tourneurs à la capelado : Garcia, Jourdan, Outarka, Villard, Artal, R. Mondy, T. Mondy, Ouffe, Poujol, Tortel plus Benzegh, Zerti, Abbal, T. Dengerma, T. Garrido. Ça rasète vite, en désordre, souvent à la faute, quelques bons moments de Poujol, Villard, Outarka. Ce sont les trois derniers taureaux qui créent l'intérêt même si Titouan (Cuillé, 2e) se fait respecter, Vannier (Mailhan, 3e) est bon partenaire. Chamarel (1er) malgré trois violentes conclusions ne tient que 7 minutes. Muguet (Boch, 4e) fait le cabour en contrepiste. 

Si Cialos (Lagarde, 5e) ne fait que sept minutes, ce sont des minutes de combat. D'entrée assailli, sans aucun égard des blancs, une fois placé il livre des séries musclées et de sévères conclusions.

59bb3c2f45ffd2f9561f7b199bc189f1.jpg◄ ▼ Pavoun (Saint-Pierre, 6e) crée la surprise. D'abord par une fulgurante envolée sur Thierry Garrido (tourneur) qu'il va cueillir en haut des tubes. A son retour en piste, le cercle est très... très élargi, les blancs se méfient. Poujol tente une traversée, il se fait emporter. Outarka prépare la reprise, change d'avis, bronche et tombe, mais Pavoun l'a vu et se jette sur le raseteur couché à terre. Après quelques longues secondes, Lahcène arrive à s'échapper. Ouf ! Décollé des planches, Pavoun fait la loi et rentre ses glands, sans un Carmen (?)

6341d80f5f35c84bf5974bd7cefedc7f.jpg

 

621a1712d24121e12ca4eeb236ad366b.jpgEt voilà le TGV du jour Gallicianais (Briaux, 7e hp). Beau comme une peinture, puissant, rapide, agressif. Le taù d'argent 2007 de Saint-Rémy met tout son poids et sa rage dans de puissantes séries et de fulgurants coups de barrière.
A 6 ans, dix minutes lui auraient suffi. Les cinq dernières sont plus difficiles. Malgré ce, un brillant quart d'heure émaillé de bombes contres les planches, d'applaudissements et de musique.

 

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER 

 

05/05/2008

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 4 mai, 2e journée du Trophée Albert-Dubout

 

LE SOLEIL, LE PUBLIC, DES TAUREAUX...
MAIS IL A MANQUE LE PETIT PLUS

 

aed7a4af3546362f7de0ba2ad5408ada.jpg
Il n'a manqué qu'un cheveu de panache, un doigt de folie, un zeste d'élégance pour que les arènes ne s'enflamment. Il n'a manqué que le petit plus qui fait d'une bonne course - et elle le fut avec quatre taureaux à voir -  un moment inoubliable, extraordinaire. Côté satisfaction, la fréquentation avec une arène pleine à 99% démontrant que les rendez-vous palavasiens sont maintenant bien installés. Avec une capelado soignée, défilent, sous la présidence de Jacques Valentin: Allouani, Jourdan, Outarka, Villard, Matray, Marquier, Clarion, Martin-cocher, Martinez, Ouffe ; tourneurs : Mata, Zerti, Beker, T. Garrido, Abbal.
Si, en première partie, Sauron, 3e, retient l’attention, la seconde est très dense avec Rodin très cocardier, Lebrau explosif, Mathis hargneux mais un peu en dessous. Il faut dire qu’on attend tellement de lui...
Villard fait de beaux gestes et une belle moisson, suivi d’Allouani, efficace. Matray, Ouffe, Marquier, Outarka par moments. Un seul rappel à la bienséance du président à Beker et Abbal a suffi pour que les débats se déroulent correctement.
Figaro (Margé).- Quand ça chauffe, il laisse passer. Malgré quelques belles longueurs de Villard et Marquier, ce sont neuf minutes sans difficulté.
Chanéac (Chaballier).- Toujours en mouvement, il ne trouve pas sa place. Une belle anticipation sur Marquier, quelques séries où il s’allonge plutôt sur les droitiers dans de bonnes répliques. 8 minutes.
5e96f93d3b445d4d5596dbea3ac93293.jpg
Sauron et ses anticipations 
Sauron (Fabre-Mailhan).- D’entrée ses vives réactions provoquent quelques frayeurs. Placement, anticipation, Sauron va au bout des actions. Plus sélectif sur sa 2e ficelle, il pousse fort dans ses ripostes notamment sur Outarka, Villard et Matray. Retour en musique avec une ficelle et 4 Carmen en course.
588bca4497f2c2e337ca55d0d016d1f1.jpg
Rodin et Villard , la palme de l'élégance
Rodin.- Il murit le cocardier des Baumelles ! Sa vitesse d’exécution fait toujours merveille, son placement impeccable. Il sort comme une bombe sur les cites et les plus téméraires - Villard et Ouffe - sont gratifiés d’anticipations et de poursuites puissantes. 12 minutes, 9 Carmen.
4562fd927e91b50f736750e9d948b107.jpg
Lebrau, le bulldozer en action 
Lebrau (Plo).- Certes, il est franc sur le raset, et laisse parfois passer mais quand il s’envoie aux planches, il est énorme. Treize coups de barrière, dont deux époustouflants (Ouffe, Clarion) plus un où il bascule après Martin-Cocher.... Et une ficelle au toril, avec onze Carmen pour le barricadier du jour.
c7b2ba233bf437f9165ec409cfb5b220.jpg
Mathis - Outarka : petits gabarits, grosses émotions 
Mathis (Lautier).- Etrangement calme à sa sortie mais il catapulte Outarka qui cherche son pied au saut. Avec un placement flottant et quelques rasets pas terminés, il exprime toutefois une belle rage dans des coups aux planches puissants : Villard (2), Allouani (2), Ouffe. Mais, Villard abrège en dix minutes en levant les deux ficelles. 5 Carmen.
464f5b637267ce1bd4bb8215eba8507d.jpg
Mathis - Villard : dans le feu de l'action 

Eva (Ricard, hp).- Une vache pour finir c’est une idée à la mode mais si elle n’est pas plus rasetée qu’un taureau... Alors... Pourtant, Eva a du placement et s’envoie en force comme un barricadier. Deux fois..
Martine ALIAGA

 

Photos Christian ITIER

02/05/2008

VAUVERT *AS*

Jeudi 1er mai

 

REPORTAGE PHOTOS DE CHRISTIAN ITIER 

 

4384b11d00db5538fb1ad77573fb570b.jpg

Grillon de Lautier (1er) - Benjamin Villard 

Rascaillon de Jean-Claude Blanc (2e) - Hadrien Poujol 

97b8e6ddae173e72c801ff9667ac3c49.jpg
5019bd47a78ee71e0ccfa614c7af66a4.jpg

Michou des Baumelles (3e) - Christophe Clarion 

Andalou de Blanc-Espelly (4e) - Loïc Auzolle 

82f49d1ff1bc1b3fcb580a70f205205a.jpg
5da2eed69a3120fe244126b989c65a16.jpg

▲ Jeannot du Grand Salan (5e) - Victor Jourdan 

Elzéar de Blatière-Bessac - Loïc Auzolle 

7c51654dcf1443d7d8d00a8bfda922ba.jpg

 

40961c1ffebfa75bbcf763813e04ce93.jpg
Elzéar de Blatière-Bessac - Cyril Garcia 
Camaï de Jacques Bon (7e hors points) - Victor Jourdan 
b3a333f65f1a3a34d3d9bb1a334d26a9.jpg
  ************************************

ALÈS - *AS*

Jeudi 1er Mai

JASON RÉCOMPENSÉ,
MAIS IVOIRE, FARU ET RAYNAUSIE APPRÉCIÉS.
*****************

224b0c328df1b003c33cf9306259642f.jpg
JASON brise et bascule derrière S.Allouani
Des gradins pleins pour ce concours de manades traditionnel de la Feria des "Mange-Tripes" d'Alès.
A l'appel de Jacques Valentin (trop souvent généreux avec les Carmen) neuf raseteurs et quatre tourneurs défilent entre la peña Ricard chère au pays. Le travail soutenu aux attributs s'estompent aux ficelles, personne ne s'attachant à les ouvrir. Dans ce contexte de travail irrégulier, Allouani récompensé du prix de la journée, Matray, A.Benafitou se montrent les plus entreprenants. Lopez, Jockin, Mebarek, Outrarka jusqu'à son retrait (3e) font avec leurs moyens.
GAUVIN des Baumelles fait un premier, trois Carmen bien généreux. IVOIRE de Blatière-Bessac, avec la hargne de sa race, réalise quinze minutes intenses et spectaculaires. Sauve une ficelle et entend plusieurs Carmen. FARU de l'Aurore, il gêne les hommes en parcourant la piste dans tous les sens mais en se donnant sur les cites intéressants. Aux ficelles, il se cale et l'affaire se corse ! Anticipateur et dangereux finisseur, il rentre sans forcer ses ficelles, mais avec plusieurs belles actions à son actif. Des Carmen.
RUBIS
du Pantai, rien de bien trascendant dans ses quinze minutes. Bien ficelé il est délaissé. Trois Carmen. JASON de Saumade, le fantasque a l'air de s'être assagi. Plus cocardier il s'impose mieux sans oublier son côté barricadier. Une grosse action sur Allouani qui évite de peu le coup de corne en contre piste donne le frisson au public. Ses ficelles au toril et de la musique. HIPPOCAMPE de Bon voit sa course écourtée pour une blessure au poitrail suite à un gros coup de barrière. RAYNAUSIE de Chaballier, la Cocardière 2003 clôture par un festival d'actions spectaculaires.
Texte et Photos Luc PERO
c6b5e0c98855d238b7ea15226f58397d.jpg
IVOIRE
9c8d8f61cd912a3c03de059191874f3c.jpg
FARU
26daa68e4ee750925a209a2417a8b068.jpg
JASON
edd406460f59c15d5be88787896be936.jpg
RAYNAUSIE

29/04/2008

ILS EN SORTENT VAINQUEURS...

Quelle belle revanche pour VIDOURLEN de Jean-marie Mermoux et pour PETIT LOU de Claude Chaballier, dépréciés pour arranger les intérêts des uns et des autres. Promus premier et second (alors que ce n'est pas du tout leurs places) du concours dimanche dernier, à Palavas-les-Flots, ce sont eux, en effectuant deux prestations très relevées qui sauvent l'après-midi, car le reste ne fût pas d'un niveau supérieur loin s'en faut. Avec eux, seul TASSOU hélas hors points, donc peu raseté, est exempt de critiques.

VIDOURLEN

1373a23cceea3bb298ef97cbc8892b81.jpg
6c50168ddc38e54f30a6ab9cb3574bea.jpg
PETIT LOU
5efc4e682225924d4139935655ba8151.jpg
3575c4d0db93f96054f0e52750b4507b.jpg
TASSOU
1ffac1feabb3a496920f056881004dd1.jpg
a2194973c1019d70697dbc5d35408289.jpg


Texte et Photos Luc PERO

28/04/2008

PALAVAS-LES-FLOTS *AS*

Dimanche 27 avril : 1re journée du Trophée Albert-Dubout

LE SERIEUX A VIDOURLEN ET PETIT LOU
LE SPECTACLE A MINIMA POUR TASSOU

4cbbc7afc383cbc3d15cc1ecb9cb3b74.jpg
PETIT LOU et Mickaël Matray

 

f81f9b3cfe9e0796450c97ac197ad219.jpgUne course de feria - et notamment à Palavas où la Feria de la Mer attire une majorité de spectateurs non initiés - ne fait pas nécessairement appel aux mêmes ressorts qu'une course suivie par les aficionados de la discipline.  De fait, le public préfère les taureaux gais aux cocardiers sérieux. Aussi, les deux meilleurs de la course, Vidourlen (1er) et Petit Lou (2e) n'ont sûrement pas été appréciés à leur juste valeur, alors que Tassou (7e hors points) qui aurait pu déclencher la liesse par ses frasques, sa méchanceté et ses qualités barricadières, n'a pas été assez sollicité durant ses dix minutes de présence, laissant une impression finale un peu d'inachevé. Ajoutons que Vidourlen, sorti en 1re position au grand dam de son manadier, remplaçait en fait la défection de Gévaudan (Rouquette), victime de la nouvelle règle fédérale imposant sept taureaux et non huit comme prévu par les organisateurs.

b71a95e14d4b749048f90789f264ca94.jpgAprès une belle capelado (La Gardounenque, Lis tambourinaïres de l'Estang de l'Or, le Velout pescalune, les cavaliers de Vitou), se présentaient en piste Allouani, Jockin, Marquier, Outarka, Jourdan, Gleize, Matray, Clarion, Martinez, Oleskevich, plus Mata, Lebrun, Beker, Duran, Benzegh, sous la présidence de Jacques Valentin.

ca39b62bf1eeebfec7877ba8a925cb36.jpgVidourlen (Mermoux).- Après deux premières minutes rudes où il fait face à une rafale de blanc par de bons déplacements et des poursuites dangereuses, Vidourlen gère au mieux cette première place qui n'est pas la sienne. Un bon coup de revers et un placement judicieux, plus une bonne dose d'agressivité lui permettent de rentrer une ficelle. 6 Carmen.

0a05f3e3130498e604e4a9faddf3f2d2.jpgPetit Lou (Chaballier).- Il n'aime pas se faire quicher et fonce dans le tas. Pas facile à manoeuvrer, il profite de la grandeur de la piste pour balader les hommes. Petit Lou fait le tri et s'il n'apprécie pas trop les reprises, il pousse dangereusement dans les rasets longs risquant à tous moments de s'envoyer derrière l'homme. 2 Carmen.

96597ade39977052c0dc67be13439a91.jpgFaucon (Nicollin). Toujours en mouvement, et quelques sauts intempestifs, c'est l'assaut. Les hommes se gênent, ça crée quelques tensions qui finalement servent ses 9 minutes de course. 

30bc0bb384f79bb385cd21386dd1fcf2.jpgVoltigeur (Vitou).- Très sollicité sur ses déplacements, on en arrive vite aux ficelles. Sans difficulté majeure, l'intensité du travail lui fait signer de beaux engagements aux planches. Les hommes se plaignent de l'encocardement et, finalement, dans le brouhaha et la trompette de rentrée du taureau, la 2e ficelle va à Jockin. 6 Carmen.

856d13b1173ba20165bb00dc2224ecbb.jpgCondor (Lautier).-  Un cocardier classique et franc qui donne dix minutes de générosité. Il endort la vigilance des hommes et Allouani se fait coincer au saut à la planche. Une grosse estifilade au tibia pour le raseteur qui doit sortir. 6 Carmen.

56c784d1d5ede7fefae3473327d6c6e4.jpgCaïman (Margé).- Agréable partenaire qui se soulève à la planche pour peu que le raseteur reste devant mais qui se laisse trop manoeuvrer et qui manque de conviction. 9 minutes. 4 Carmen.

0767785fb16078b111f44217efa077f0.jpgTassou (Cuillé, hors points, dix minutes).- Il est magnifique, méchant, plein de sang. Malheureusement, il n'y a pas beaucoup de clients pour solliciter son gros potentiel. Malgré ce, il fait le spectacle et sème l'affolement en contrepiste, le public est ravi. Bien sûr des Carmen.

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO 

16/04/2008

VENDARGUES *AS*

Dimanche 13 avril

 EQUILIBRE ENTRE SERIEUX ET SPECTACULAIRE

 

REPORTAGE PHOTOS DE CHRISTIAN ITIER
 

Le club taurin La Muleta a composé une course équilibrée côté taureaux entre classiques et spectaculaires qui a contenté le public remplissant l'arène aux trois-quarts. En revanche, côté raseteurs, la balance a plutôt penché à droite avec Matray, Villard, Outarka (les autres blancs Biscarrat, Garcia, Bouchet, Mebarek, Oleskevich, Tortel, Santiago, tourneurs : T. Garrido, Benzegh, Duran, Zerti). 

Dans l'ordre de sortie

1. AARON de Blatière-Bessac

aaad8923523ace4ecb2fa4b8a2c534f6.jpg

 2. PHIDIAS de Saint-Pierre

f1c89691fe911270bdd51e6c20148c29.jpg

 3. COUTARD de Fabre-Mailhan

61ce5953711468bfc9c0bde0109f6e34.jpg

 4. KHEOPS du Joncas

28a180d79a53feb03b8bdf17202e5686.jpg

 5. VINCENT d'Aubanel-Baroncelli

5646e8892deb837a03bbdad17930c04c.jpg

 6. CHIVAS de Ricard

34283b90ccbca275e09733864448fe57.jpg

 

48f2dd3f7482d3db9558d3eb7e679baf.jpg
*************************** 

15/04/2008

VAUVERT le 13-04 *As*

BIEN PALICHONS LES " ROUGE ET VERT "
************

57e09a87c1714f5498a03e4725aec0c0.jpg
EMBRUN seul à tenir tête aux As

 
Mais où est donc passée la légendaire noblesse des taureaux arborant la devise "Rouge et Verte" ? Que sont devfdeff8ba405eaf780be3d844c06d86c9.jpgenues les vertus de la "Marque", combativité exemplaire, bravoure digne des "Toros bravos"? Dans l'enceinte Vauverdoise seul EMBRUN a pu rentrer avec la fierté du devoir accompli. A un degré moindre BARRAS s'est quelquefois illustré, tout comme le jeune INSOLENT qui a bénéficié de son statut de "Hors Points".
Pourtant l'adversité n'était pas si exterminatrice que ça, comme le disaient certains spectateurs à la sortie des arènes. A la capelado sur l'invitation du Président de course Claude Chevalier, dix raseteurs et cinq tourneurs défilent. En course, les deux leaders Allouani et Auzolle font leur travail, Khaled, Poujol osent de beaux cites et Jourdan, Clarion, Lopez se distinguent dans de bons passages. Sept à raseter, il n'y avait pas de quoi crier à l'assassinat, car ces messieurs sont là pour raseter et pour lever des attributs ( c’est le principe de base et le but du jeu  pour eux) et  dans l’autre camp les noirs taureaux sauvages de Camargue doivent user de leurs atouts pour les faire échouer. Hélas devant la faiblesse des cocardiers présentés, le combat était inégal, mais pas déloyal. De là à dire que les taureaux étaient mauvais, c'est un pas que je ne ferai, trop respectueux et fier de nos cocardiers camarguais, mais avancer que la place de certains serait plus appropriée à un niveau inférieur je le franchis, et ce n’est pas leur faire injure.
Passons rapidement sur les trois premiers HECTOR, GAUCELM, MEDEE bien peu inspirés. Après la pause BARRAS redonne un peu de jovialité aux supporters en éffectuant onze minutes vaillantes et parfois pétillantes, mais que ce fut difficile pour lui. Cinq Carmen. JODIAS pénètre en piste avec du caractère. Brave et disponible il ne résiste que sept minutes trente quatre fois honorées. EMBRUN, malicieux il promène les hommes pour ne pas se laisser enfermer, mais ne rechigne pas pour contre-attaquer avec puissance ses assaillants. Rusé aussi dans sa défense il conserve son second gland jusqu’à la dixième minute. Aux ficelles le travail devenant moins pressant il se cale, domine avec aisance et enferme ses ficelles. Ses enchaînements souvent poussés au bout avec des terminaisons lui valent cinq Carmen bien mérités. Pour conclure INSOLENT, hors points, donne des répliques brillantes pour cinq Carmen et une ficelle au toril.
Texte et Photos Luc PERO

 

9cf40521f7f59d4a2863809368d15fec.jpg
f0407340bba95e89f3d6b2e6b606f976.jpg

38e613272198e68307207cc35f70b50d.jpg

07/04/2008

BEAUCAIRE *AS*

LE MUGUET REPREND DES CLOCHETTES
9cf620ebd33f916716db52ce2df63954.jpg
 Martegau et Auzolle

Entrée: Bonne ½. Organisateur: Affaires Taurines. Présidence: R Arnaud. Droitiers: Auzolle, Beaujard, Gleize, Moutet (sort au 1er), Outarka, Villard. Gauchers: Bouchet, Martin-Cocher, Khaled, Poujol. Tourneurs : Duran, Fouque, Garrido, Tourki.

Un temps plus clément et la seconde journée du muguet d’or reprend des couleurs. Bien sûr tout ne fut pas parfait mais il y eut de bons moments. Orus est un vrai premier, Lieutenant a la course de Mouriès dans les pattes mais finit mieux, Martégau a du punch aux planches, Azérac est sérieux, Vannier trop facile mais Gastounet offre le final adéquat. Chez les hommes c’est souvent l’attaque à outrance aux rubans, le stand-by aux ficelles et la bourre quand elles sont ouvertes mais cela dure depuis toujours. Auzolle efficace prend le pouvoir mais Villard auteurs de plus belles arabesques reste au contact. Gleize combattif est présent sur tous les taureaux. Les autres s’illustrent parfois mais par à-coups. En prélude l’école taurine de Beaucaire et trois jeunes cocardiers de la manade Paulin-Niquet nous a fait patienter de fort belle manière.

a26a97dad5a339b418b14e9f2cb89410.jpgMême si on n’attaque les ficelles qu’à la cinquième minute, ORUS du Grand Salan(Photo à gauche avec Khaled) réticent avec les droitiers se réserve pour les gauchers mais le tout manque de conviction au fil des minutes. Dans ces conditions il les conserve sans musique.
Volontaire et vaillant, LIEUTENANT (Lautier) subit un assaut en règle de la troupe blanche qui ne lui laisse aucun répit ni aux attributs, ni aux ficelles mais l’élastique lui permet de tenir douze minutes trente et d’offrir un final plus intéressant avec 3 Carmen plus retour.
Du pétard avec MARTEGAU (Chauvet) qui effectue un début tonitruant ponctuée d’actions percutantes dont une émotionnante sur un long raset de Villard. Une dizaine de grosses actions mais comme à son habitude des périodes de distraction (surtout après les tourneurs) qui ne l’empêchent pas de garder une ficelle intacte. 8 Carmen et rentrée. Pas mal non. 
Du potentiel chez AZERAC (Paulin-Niquet) un sérieux qui ne subit pas et sélectionne. Villard fait les plus beaux rasets mais la course prend du volume au final pour la première ficelle que s’adjuge Auzolle après qu’Outarka quiché ne fasse un vol plané en contre piste. Dernier raset de Benji main sur le frontal pour le fun. 5 Carmen et rentrée.
Très abordable, VANNIER (Fabre-Mailhan) se laisse raseter pendant cinq minutes trente. C’est plaisant mais c’est trop court.
0102329aeddd9fb0f25d9c82c9f69889.jpg En manque de repères, GASTOUNET (St Pierre) semble surpris puis enclenche la machine à coups de barrières. Son  placement est parfois défaillant mais dieu que ses actions aux planches sont puissantes. Une douzaine dont certaines fracassantes. 6 Carmen et retour pour un final très applaudi. Quatre points d’écart entre les deux premiers et une finale dont l’éclosion s’annonce indécise.

Eric AUPHAN

Photos Christian ITIER 

 

Classement Muguet d’or : Auzolle 35 points, Villard 31 points, Gleize 16 points, Outarka 8 points, Khaled et Martin-Cocher 6 points.

3ca83e4ed65f70565e413a34db21d899.jpg

 Gastounet en plein show

688fcfd028c35ce20de7f6d9dcf6807d.jpg

 Martin-Cocher appliqué entre les cornes de Martegau

********************** 

LE GRAU DU ROI 6-04 *AS*

SANS COMPLEXES LES LAUTIER !

d6240263cce7498218026fde54f1ce1f.jpg
CO-BLANCO clôture spectaculairement la course
Loyauté et courage ne sont pas des vains mots pour les cocardiers de Bernard et Janine Lautier. Ils le prouvent ce Dimanche en donnant une réplique valeureuse aux huit tenues blanches. Allouani, Matray, Sabatier, Jourdan, C.Garcia et Marquier pour les droitiers. Clarion assurant la quasi totalité de la course à gauche, A.Benafitou toujours en délicatesse avec une élongation faisant plusieurs fois des haltes à l'infirmerie avant de se retirer.
MOUSQUETAIRE, un moral de combattant qui lui permet d'encaisser les attaques et d'y répondre avec tonicité et vaillance. Il sauve une ficelle et entend une rafale de Carmen.
BRUN, avec moins de gaz que le précédent il coopère positivement en s'aidant d'un coup de revers pour défendre ses ficelles. Deux fois la musique.
LANCIER, cornes droites bien effilées, un tempérament de feu à droite (absent pour les gauchers), il impose du respect. Il utilise à bon escient les changements de terrain et promène les hommes pour ne pas se laisser enfermer. Avec cette tactique il protège ses pompons jusqu'à la neuvième minute. Les droitiers enchainent les attaques et le bioù distille tour à tour des belles enfermées que la Présidence récompensent d'un concert de Carmen.
VARENNE, huit minutes pas ennuyeuses, classiques mais trop largement récompensées.
VIDOCQ, ce petit modèle vas se battre jusqu' au bout pour ne rien lâcher. Certes il subit mais avec sa façon de baisser la tête il enferme une ficelle après avoir entendu cinq fois la musique.
MATHIS, dés sa sortie il se dresse dangereusement après Allouani, puis se cabrera plusieurs fois encore derrière Matray, Jourdan. el enferme durement Sabatier, mais sa fin de course manque de l'agressivité qui lui est habituelle. Toutefois avec une ficelle au toril et plusieurs fois les honneurs, il remplit son contrat.
CO-BLANCO, hors points, avec un tantinet de pression supplémentaire et c'était le final idéal. Malgré ce il oeuvre très barricadièrement, notamment avec C.Garcia qui lui donne un maximum de liberté d'expression. Des Carmen.
61f3786e017edeb7229c21120d729563.jpg
MOUSQUETAIRE
f260a95da5cf217fb59f9246b15374dc.jpg
BRUN
b7d062ceb33a673c3eb0d4a588c476a5.jpg
LANCIER
62becec1f0d2a3222113c43f8359d5a2.jpg
MATHIS
6372e07f9bb9ba10703d5e29145a7e0b.jpg
MATHIS
21ee4c89f1ba68b75ba6e50ecd467b7e.jpg
MATHIS
5fc3e4fd8ec9c79b629c6b2272e4afce.jpg
CO-BLANCO
9cdd8102bb0faeca758dbd0eaaddad90.jpg
CO-BLANCO
c719a1a34f3d58ea994868c94dd3d800.jpg
CO-BLANCO
Texte et Photos Luc PERO