Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/09/2007

ST-REMY-DE-PROVENCE le 23 09 *AS*


LE BON COUP DE BAMBOU
DANS UNE COURSE ANIMEE

medium_Saint_Rémy_020.jpg
LEVENTI accroche Villard

medium_OLA.jpgLes arènes sont presque pleines pour ce 23e souvenir Pierre-Gon. La course va s’avérer animée. Une panne de micro sur la fin du quart d’heure de Bambou ne l’empêche pas de gagner le prix au terme d’une prestation magnifique de combativité. Un arrêt d’une trentaine de minutes avec la pena qui met l’ambiance et une ola qui se déclenche. On repart pourtant avec les mêmes problèmes. Puis Léventi sur une action surpuissante se blesse apparemment aux cervicales mais les nouvelles du toril seraient rassurantes. Une spectatrice fait une chute dans les escaliers suite à une crise d’épilepsie. Ouf, il y a des jours......

Sept raseteurs dont deux gauchers s’évertuent à donner le meilleur. Auzolle dans son duel à distance avec Allouani joue les points mais signe des rasets stylés. Villard (13 medium_Villa.jpgpts) est désigné logiquement meilleur animateur toujours impliqué dans la satisfaction du public. Martin Cocher est la locomotive gauche (9 pts). Avec Bambou il effectue un travail phénoménal tandis que A. Benafitou (3 pts) se réveille un peu tard avec Jason. Sabatier et Jourdan (5 pts chacun) sont en dessous de leur valeur mais pour le premier c’est un jour particulier. Gleize (2 pts) reprend seulement la compétition. Remise des prix en piste avec l’incontournable pena de Saint-Etienne-du-Grès et les Arlésiennes de Saint-Rémy-de-Provence.
CERES (Chapelle) est rapidement délesté de ses pompons (une minute) mais la mise en bouche est intéressante avec des actions percutantes sur Martin-Cocher et Villard. Centriste, Auzolle travaille pour le ramener vers les planches. Il est récompensé par l’obtention de la 1re ficelle dont les points sont doublés. Les trois dernières minutes les hommes le délaissent. Son comportement est particulier mais ce jour il semblait décidé. Un Carmen en piste.
MOUSQUETAIRE (Lautier) perd lui aussi rapidement ses rubans. Il répond bien des deux côtés et ne refuse aucune sollicitation dans sept minutes trente rythmées mais faciles pour les tenues blanches. 1 Carmen et rentrée.
Dix minutes de présence pour NENUPHAR (La Galère) mais elles sont saccadées Quelques terminaisons mais lui aussi prend le centre et sa prestation manque de tonus. 3 Carmen et retour.
BAMBOU (Chauvet) n’a jamais plié face aux hommes. Quelle prestation aujourd’hui. D’entrée il se colle aux planches et contrôle la situation. Il menace les premiers aventuriers des ses cornes effilées. Villard, Auzolle mais surtout Damien Martin-Cocher survolté avec le bioù qui a une préférence pour les gauchers sans rechigner à droite. Damien frôle l’accrochage bousculé aux planches mais lève la cocarde. Il remet le couvert à plusieurs reprises et subit un gros engagement tout comme Villard. Bambou accepte une série puis effectue encore un gros coup de barrière sur Auzolle avant que Villard ne lève la 1re ficelle sous l’ovation à la quatorzième. Du grand Bambou qui entend 11 Carmen et rentrée ovationné. Martin Cocher s’accapare la devise qu’il brandit comme un trophée avant de la remettre à René Serme.
LEVENTI (Plo) est décidé. Trop peut être car d’entrée il frappe après Villard. Il récidive et l’envoie valser en contre piste. Il cède ses pompons en deux minutes mais à la quatrième il cloue violemment les cornes dans les planches après Auzolle et s’écroule pour se relever difficilement les cervicales touchées. Consternation lorsqu’il réintègre le toril déambulant sous l’air de Carmen entendu une fois en piste.
Agressif aux bois dès le début, SOLEDAD (Janin) subit une attaque en règle car il ne pose pas de problèmes à la tête. Cinq minutes trente suffiront pour le renvoyer au toril mais elles sont intenses et agrémentées d’actions spectaculaires comme celle sur Jourdan qui allonge le raset. 5 Carmen bien mérités et rentrée.
Hors point on se dit que JASON (Saumade) va se promener. Erreur. Il est sollicité et frappe sur Sabatier. La vitesse n’est pas sa qualité principale. Dommage car au fil des minutes il s’approche de plus en plus des planches et saute même après Bénafitou. Onze minutes vaillantes. 2 Carmen et rentrée.

Texte et Photos Eric AUPHAN 
medium_Saint_Rémy_017.2.jpg
LEVENTI sur Auzolle
medium_Bambou.jpg
BAMBOU sur M.Cocher

PALALAVAS le 23-09 *AS*

TROPHEE ALBERT DUBOUT

ONE MAN SHOW SABRI ALLOUANI
******************

medium_allou_1.jpg
 
Sabri efficace, mais avec la manière. Sabri raséte, Sabri va à la tête, Sabri lève, Sabri totalise, mais que l'on sache les attributs ne sont pas tombés seuls dans son crochet ! Car si d'aucuns disent haut et fort que l"équipe présente a travaillé pour lui, il faut remettre les choses à leur place ! Son adversaire direct pratique la méthode, donc match nul et balle au centre.
Pour ce qui nous intéresse aujourd'hui c'est le Trophée A. Dubout 2007 dont voici le palmarès: S. Allouani le remporte et F.Jockin se classe second. MATHIS de Lautier remporte le prix du meilleur taureau de la saison et MICHOU des Baumelles celui de la Finale.
A la capelado, ils sont dix à défiler, Dumas, Jockin, Noguera, Daniel, C.Garrido, Ouffe, Oleskevich qui accompagnent Allouani le plus efficace du jour, C. Garcia élégant et travailleur, Matray bien esseulé venu jouer avec opportunité le trouble fête.
GRILLON de Lautier
, peu de volonté et coup de revers il ne fait pas un bon partenaire. 14 minutes.
BONHEUR de Cuillé, en trois rasets Allouani lui lève cocarde et glands. Aux ficelles il bénéficie des beaux cites de Garcia pour s'illustrer aux planches. 9 minutes et des Carmen.
VIDOURLEN de Mermoux, très bon cocardier qui aurait mérité un travail plus soutenu pour exprimer au mieux ses grandes qualités. Sur Ouffe qui le cite le mieux, les enfermées sont pures et limpides. Dangereux à la barrière il reçoit de nombreux Carmen dans 14 minutes.
MICHOU des Baumelles
, cul dans les planches il faut le consentir arrêté ! A ce jeu ils ne sont que deux à jouer vraiment, Allouani et Garcia. Sur un énorme engagement aux planches il touche de la corne Allouani loin dans le pourtour. Super cocardier, il enferme un gland au toril et entend deux fois la musique.
FAUCON de Nicollin
, bravas, il se donne sans vice et se montre parfois spectaculaire.
PLUTON de Nicollin
, énorme de vaillance et de bravoure, va se battre avec brio pendant 14 minutes intenses et de multiples fois récompensées.
CONDOR de Lautier
, très bien dans les enchainements, le petit Lautier a brillé dans les séries. Des Carmen et une ficelle au toril.
CAÏMAN de Margé, est à revoir en compétition pour les points car son potentiel n'est pas négligeable. Barricadier à fort tempérament il clôture idéalement ce concours.
Texte et Photos L.PERO
medium_VIDOURLEN.jpg
VIDOURLEN de Mermoux
medium_MICHOU.3.jpg
MICHOU des Baumelles
medium_PLUTON.jpg
PLUTON de Nicollin
medium_PLUTON_2.2.jpg
PLUTON sur Matray
medium_CAIMAN.jpg
CAÏMAN de Margé

18/09/2007

LE GRAU du ROI 16-09 * AS *

37e FINALE DU TROPHEE DE LA MER

SABRI ALLOUANI ET PESQUIE
SUR LE QUAI D'HONNEUR
**************

medium_ALLOU.jpg
S. ALLOUANI
Cette finale, pas si mauvaise que ça malgré tout, n'a pourtant jamais enflammé le public. Si feu il y a eu, c'est à l'entracte grâce aux penas "boostées" par Jacques Valentin le président de course qui pour l'occasion s'est transformé en " DJ ".  A propos de J. Valentin, il mérite une fois de plus des félicitations pour sa bonne maîtrise des débats lors des moments chauds de la course.medium_COUPET.jpg A la capelado sous le regard attentif de Grégory Coupet, gardien de but de l'équipe de France de football et de l'Olympique Lyonnais, dix raseteurs défilent au milieu des penas, gardians, Arlésiennes. Allouani le vainqueur, A.Benafitou son dauphin, Outarka et Villard sont les animateurs. Ouffe, Jockin, Matray, Jourdan, C.Garcia ont de bons passages, Mebarek est en retrait. Mais dans l'ensemble les tenues blanches ne méritent pas d'éloges tant leur travail fut brouillon, inconstant. Devant des gradins combles les cocardiers de cette finale n'ont pas totalement convaincu. Une première partie mi-figue avec SEVERO en cocardier intraitable, et une seconde partie mi-raisin où seul PESQUIE assure du bon spectacle.
HECTOR de Nicollin, sélectionne, joue de la corne tout en se donnant jusqu'à la neuvième minute. Puis il durcit le combat, mais perd sa seconde ficelle à la douzième minute. Trois Carmen
CHANEAC de Chaballier, quatre Carmen pour neuf minutes très plaisantes meublées par de belles anticipations.
SEVERO de Ribaud
, aux pompons le rythme et le taureau se livre bien dans de bons échanges. Assez rapidement on passe aux ficelles, et là il se montre plus cocardier et surtout plus dangereux. Une terrible enfermée sur Jourdan qu'il met en grand danger augmente sa domination. Outarka lui lève sa première ficelle chèrement primée, mais il rentre la seconde. Trois Carmen.
RUY BLAS de Cuillé, débute assez fort par plusieurs gros coups aux planches. Sur Villard le coup est très puissant et le taureau bascule en contre piste, retombant lourdement sur le dos. A partir de là il manque nettement de répondant et s'incline en neuf minutes. Des Carmen.
RODIN des Baumelles, quelques belles enfermées, mais rien de "terrible" dans sept minutes de présence. Carmen.
PESQUIÈ de Saumade
, c'est un pur barricadier et c'est comme tel qu'il faut le juger. Il ne faut pas chercher ses qualités ailleurs ! Alors il tape à maintes reprises, chauffe le public et rentre une ficelle après avoir écouté de nombreuses fois le disque.
TASSOU de Cuillé en supplément, encore jeune il a de grosses dispositions barricadières et sera revu avec attention. Des Carmen.
Texte et Photos L. PERO
medium_HECTOR.3.jpg
HECTOR
medium_CHANEAC.3.jpg
CHANEAC
medium_SEVERO_1.3.jpg
SEVERO
medium_SEVERO_2.3.jpg
SEVERO
medium_RUY_BLAS_1.jpg
RUY BLAS
medium_RUY_BLAS_2.jpg
RUY BLAS
medium_RUY_BLAS_3.jpg
RUY BLAS
medium_RODIN.2.jpg
RODIN
medium_PESQUIE.3.jpg
PESQUIE
medium_PES_1.3.jpg
PESQUIE
medium_PES_2.2.jpg
PESQUIE
medium_PES_3.2.jpg
PESQUIE
medium_PES_4.2.jpg
PESQUIE
medium_TASSOU_2.jpg
TASSOU
medium_TASSOU_1.jpg
TASSOU



13/09/2007

LE GRAU-DU-ROI le 13.09 *AS*

2e journée du Trophée de la Mer
STRESSANT MAIS... CAPTIVANT
medium_AZEALLOU2.jpg
AZERAC
Aujourd'hui, au Grau-du-Roi, le public ne s'est pas déplacé pour voir des cocardiers de renom mais pour suivre de près la lutte aux points Allouani-Auzolle. Une lutte pour la première place au Trophée des As, dans laquelle s'immiscie A. Benafitou qui était en tête du Trophée de la Mer. Villard, égal à lui-même, rasète, un point c'est tout. En plus de ces quatre hommes, Jockin, Sabatier, Jourdan, Matray, Outarka et Martin-Cocher. Deux seulement à gauche, un de plus aurait mieux équilibré les débats. Les tourneurs Kherfouche, Bensalah sont aux avants-postes de la bagarre pour leur raseteur, plus T. Garrido, Fouque, Dunan.
Le président de course Jacques Valentin a eu fort à faire pour arbitrer et trancher par moments tout en apaisant à d'autres. Intelligemment, il s'appuie sur ses juges de piste aux instants les plus litigieux. C'est bien !
En piste et dans les gradins, c'est chaud ! On peut comprendre les acteurs de la course qui, pris dans la lutte, ne se font pas de cadeaux - sans pour autant franchir la ligne rouge. Et le président est là pour faire respecter les règles. Mais dans les gradins, si on comprend que les supporters s'expriment... la violence des propos et l'intolérance ne devraient pas y avoir leur place. On peut préférer les uns sans dénigrer et insulter les autres. D'autant que la lutte tactique fait partie de la compétition. Le "fighting spirit" des Argentins en rugby et des Ecossais au foot a eu raison de notre si chère technique. A un moment, il faut combattre.
Les taureaux dans tout ça n'ont pas passé un bon après-midi, seuls Azérac (2e) et Flamenco (6e) tirent leur épingle du jeu.
Félibre
(Fabre-Mailhan), après une minute guerrière, choisit, devant la marée blanche, la technique de la tortue qui se cale et laisse passer. 1 "Carmen" pendant et retour en 6 minutes.
Azérac (Paulin-Niquet) : c'est la pagaille à son entrée en piste et Jourdan se couche sous les pattes. Azérac a du mal mais il s'en sort en ignorant la gauche, en se déplaçant et parfois en prenant le centre. Toutefois, provoqué, il va au bout de belle manière et se fait respecter en concluant en six reprises. Benji fait la 2e ficelle à 14'40. 6 Carmen et retour.
Revert (Les Baumelles) : promeneur, il s'évade volontiers et excepté une poursuite serrée sur Jourdan, se laisse plumer en 8'30.
Eros (Saumade) : pourquoi 4e ? En piste, la lutte est toujours aussi acharnée. Mais aux ficelles, personne ne veut attaquer. Eros prend le centre d'où il répond sporadiquement, notamment à Jourdan avec lequel il va au bout. Acquiert un méchant coup de revers sur la fin et rentre ses ficelles.
Fonfon
(Blatière-Bessac) : raseté dans un mouchoir de poche, puis le long du pourtour, il tape aux planches mais ça ne suffit pas pour calmer les hommes. Fonfon ne se rebelle pas, il succombe en dix minutes. 1 Carmen sur une série et au retour.
Flamenco (Le Joncas) : il a l'âme guerrière et le fait savoir en s'escampant aux planches. Il fait le tri dans la mêlée blanche et casse du bois. Huit belle actions dont quatre très appuyées pour 4 fois la musique ainsi qu'au retour à la 10e. 
Jodias (Nicollin) : hors points pour le Trophée Taurin, mais compte pour le Trophée de la Mer. Brave et volontaire sur le raset , il pousse quelques actions après Auzolle (Carmen), Villard, Matray mais en huit minutes son compte est réglé. La musique au retour.
A la comptée,  Allouani prend la tête du Trophée de la Mer (finale dimanche).
Martine ALIAGA 
medium_FELIBRE.jpg
FELIBRE

medium_AZEVILAR.jpg
AZERAC
medium_REVERT.jpg
REVERT

medium_EROS.4.jpg
EROS

medium_FONFON.2.jpg
FONFON

medium_FLAMENCO.jpg
FLAMENCO

medium_FLAMENCO_2.jpg
FLAMENCO

medium_JODIAS.3.jpg
JODIAS
Photos L. PERO

10/09/2007

LE GRAU DU ROI le 9-09 *AS*

Ière JOURNEE DE LA MER
**********
INTERESSANT ET PUIS LE DRAME...

medium_FOREST_3.jpg
Le dangereux FOREST de L'Argentière

Adil Benafitou avec 22 points prend provisoirement la tête du Trophée de la Mer. Il faut dire qu'après le retrait d'Oleskevich au premier taureau, il s'est retrouvé bien tranquille à gauche. A droite Allouani peu adroit totalise 15 pts, Matray opportuniste 12 pts, Outarka 12pts, Jourdan 9 pts et C. Garcia 2pts. Seul Jockin ne lève pas. Tous ces hommes ont travaillé sur un bon rythme, sauf sur SAURON dont l'encocardement est vivement contesté par les raseteurs. Nous rappelons à ces derniers qu'ils peuvent avec le délégué de la fédération vérifier avant la course les encocardements, ce qui éviterait au public d'être lésé.
PACAN de Lafon: Encore une excellente sortie. Volontaire, et toujours placé dans le terrain des planches, il ne rechigne pas devant la tâche et termine souvent ses poursuites en menaçant de la corne. Il rentre ses ficelles et reçoit cinq Carmen.
LANZA de Blatière-Bessac: C'est un grand promeneur, ce qui lui évite de se faire piéger. Puis s'échauffant, il va se livrer dans de belles enfermées qu'il parachève en se soulevant dangereusement à la barrière. Brillant il rentre à la quatorzième minute après avoir entendu sept Carmen.
SAURON de Fabre-Mailhan: C'est le type même du cocardier de race. Toujours bien positionné, aux aguets, il riposte aux attaques par de belles anticipations et vient conclure en tapant bas dans les planches. Délaissé aux ficelles, il rentre en musique déjà trois fois entendue.
FOREST de l'Argentière: Compliqué le taureau ! parfois vagabond et désintéressé il peut sur le cite suivant anticiper, se dédoubler, s'engager puissamment et criminellement à la planche ou sauter derrière l'homme. Il entend plusieurs fois la musique sur de bons passages. Et puis à la treizième minute sur un de ces déplacements anodins dont il est coutumier, il saute sur le tourneur Patrick Siméon et va le crocheter à l'intérieur du burladero dans lequel il se réfugiait. Victime d'un méchant coup de corne, la course est arrêtée. La blessure nécessitant un transport en hélicoptère, les arènes sont évacuées et la course ne reprendra qu'une heure plus tard.

Texte et Photos L. PERO

medium_PACAN.2.jpg
PACAN sur A.Benafitou
medium_LANZA_1.jpg
LANZA sur Matray
medium_LANZA_3.2.jpg
LANZA avec Jourdan
medium_SAURON_1.jpg
SAURON face à Allouani
medium_SAURON_2.2.jpg
SAURON sur Jourdan
medium_SAURON_3.jpg
SAURON tape derrière Jourdan
medium_FOREST_1.jpg
FOREST saute sur Allouani
medium_FOREST_2.jpg
FOREST envoie la corne sur Benafitou
**********************
L'ACCROCHAGE DE P. SIMEON
medium_ACCRO-Siméon.jpg
*********************


03/09/2007

MAUGUIO le 2-09 * As *

EXHIBITION TAURINE
**************

medium_PHIDIAS-M.co.jpg
PHIDIAS sur Martin-Cocher
Quel jugement doit-on porter sur ce simulacre course camarguaise ? Seulement six raseteurs à la capelado ( un de moins que le quota minimum fédéral ) à qui on oppose sept cocardiers, avec comme mission faire du spectacle ( les points des attributs levés n'étant pas comptabilisés )! Est-ce cela la véritable course Camarguaise ? Je ne le pense pas, et ce dimanche nous avons assisté à ce qui est fait en patinage artistique, pour clôturer les Championnats du Monde : une sorte de gala !
Alors dans ce contexte deux hommes peuvent sortir la tête haute de ce guêpier : Damien Martin-Cocher et Benjamin Villard qui ont mené avec beaucoup de professionnalisme et d'honnêteté les débats en ne ménageant pas leur peine devant les taureaux.
Les cocardiers devant une si faible opposition ( Auzolle, Jourdan, Outarka, Villard à droite et Martin-Cocher, Poujol à gauche ) fournissent des prestations de faible intérêt hormis PAZAC de Daumas et PHIDIAS de St Pierre. Pour les autres GREGAOU de F.Mailhan, LESTAT de Cuillé, VIRAT et BARRAS de Nicollin, OMEGA de Ricard, ce n'est pas cette sortie qui changera le cours de leur carrière.
Alors pour ceux qui préconisent ce style de courses, c'est bien ils ont eu leur journée, pour les autres " Vivement dimanche prochain ! ".
Texte et Photos L. PERO
medium_GREGAOU.jpg
GREGAOU
medium_LESTAT.2.jpg
LESTAT
medium_PAZAC.3.jpg
PAZAC
medium_VIRAT.2.jpg
VIRAT
medium_PHIDIAS.jpg
PHIDIAS

 

27/08/2007

ST-GENIES-DES-MOURGUES le 26.08 *AS*

LA FETE FINALE
SANS LE FEU D'ARTIFICE

medium_Soledad.jpg
SOLEDAD

Dans la chaleur tropicale de ce mois d'août, Saint-Geniès clôture sa fête votive. Bien avant l'heure, les aficionados partagent leur sueur en se "quichant" dans les gradins, la tribune d'honneur dégouline, Gérard Géhin n'a plus de voix, sonnez trompette.

Sept hommes et quatre tourneurs à la capelado : Jourdan, Allouani, Ouffe sont les plus en vue ; Jockin , C. Galibert, Outarka, C. Garrido complètent ; plus Zerti, Kherfouche, Siméon, Molins. Ambiance mitigée entre raseteurs qui pourtant se connaissent bien (?) Après une première partie peu enthousiasmante malgré un bon premier, la seconde est intéressante. Les blancs ont manqué d'envie de faire le spectacle et d'un noir un peu pétillant pour finir.

Ramuncho de Guillierme fait un bon premier. Placement, du punch à conclure et la réserve nécessaire à un premier. En plus, il baisse la tête au contact et envoie à la planche.

La course de Lou Vibre de Lafon est entachée d'un litige portant sur sa première ficelle qui complètement ouverte ne s'enlève pas malgré les passages répétés de tous les hommes. A la demande des raseteurs, le président le fait rentrer à la 14e minute. 

Bonheur de Cuillé se soulève après les hommes mais sans conviction à l'exception d'un gros coup sur Allouani. Onze minutes trente.

Soledad de Janin fournit dix minutes offensives. Des poursuites serrées après Ouffe, Allouani, Jourdan et des séries dynamiques. Agréable.

Gregau (Saumade) n'a pas été submergé. Dommage, car s'il débute tranquillement au fur et à mesure il s'affirme en s'envoyant fort sur les hommes, surveillant les départs et fermant la porte à l'occasion. Une ficelle au toril.

Si Sifflet (Blatière-Bessac) s'évade parfois, il faut dire que les hommes ne lui demandent pas grand chose. Pourtant, Jourdan s'attèle à la tache (coupe, deux glands, deux ficelles), s'ensuivent quelques arrivées puissantes ainsi que sur Outarka. 12 minutes.

Le Nicollin de service pour finir, Poète en l'occurrence, hors points,  n'a pas assez de panache pour enthousiasmer même si sa vaillance lui fait accomplir de belles séries avec quelques finitions.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

medium_Bonheur.jpg
BONHEUR
medium_Siffet.jpg
SIFFLET
medium_Ramuncho.jpg
RAMUNCHO


 

25/08/2007

BEAUVOISIN le 25.08 *AS*

LE 9e TROPHEE ROGER PASCAL
A BARI KHALED
*******************

medium_T.Pascal.jpg

Cette course royale de la manade Nicollin a surtout valu par le duel psychologique et tactique que se sont livré les deux prétendants au titre suprême. Aujourd’hui S. Allouani a eu la main gagnante et par ailleurs s’est même imposé physiquement et moralement. L. Auzolle plus nerveux et moins serein que ces derniers temps a plié devant la maîtrise du leader.
Mais le vainqueur du jour, c’est Bari Khaled le meilleur des trois bons gauchers présents (Ouffe et Martin-Cocher). Toujours aussi besogneux le Saint Gillois au travail intense et correct n’a pas volé la récompense.
Les autres raseteurs Jourdan, Sabatier, ont bien oeuvrés, seul Bini est bien perdu à ce niveau et se retire à l’entracte.
AFOUGA, en une minute trente, perd ses pompoms et ne répond que par intermittence jusqu’à sa rentrée. Huit minutes trente.
GAUCELM fournit quelques bonnes répliques, puis aux ficelles l’attentisme des hommes lui permet de les conserver jusqu’à la treizième.
SIXTE, une minute trente et on passe aux ficelles. Réponds à une bonne série et Carmen. Puis les chefs de file se regardent, se surveillent, se testent et le temps passe. Deux coups de barrière sur Allouani, Jourdan pour la musique qui sera rejouée une fois sur un enchaînement. Rentre une ficelle avec les honneurs.
FAUCON répond mais subit, aussi saute deux fois pour récupérer. Un Carmen dans huit minutes.
ARNAUD se livre bien au début puis s’occupe trop souvent des spectateurs du pourtour. Il faudra la gnaque de Khaled et de Martin-Cocher pour le sortir de ses errements. Bien emmailloté au niveau de la base des cornes il peut conserver une ficelle. Des Carmen.
ANTENOR, bien dans la trempe de la "Marque", vaillant, il se met en valeur sur des gauche-droite bien menés, conclus au fil des barrières ou dans des arrivées museau au dessus. Onze minutes et des Carmen.
TIBERE, hors points, deux gros coups sur Sabatier, un sur Auzolle, un sur Ouffe il est raseté au compte gouttes et donne peut-être pas le maximum de ses capacités. 12 minutes.

 

Texte et photos Luc PERO

TIBERE un espoir pour la "Marque"

medium_Tibere_1.jpg
medium_Tibere_2.jpg
medium_Tibere_3.jpg

24/08/2007

St GENIES des MOURGUES le 23-08 *As*

ON A VU PIRE,
MAIS ON A VU MIEUX !
*************

medium_DSC_6934_copie.jpg
TERRUEL sur Auzolle.

A la capelado ils sont dix à défiler, Allouani, Auzolle, Jourdan, Ouffe, Outarka, Nabil Benafitou,Sabatier sont les plus travailleurs et Jockin, Mebarek, Galibert moins motivés. Le résultat aurait pu être positif à la fin, si les cocardiers présentés aujourd'hui avaient eu le niveau nécessaire pour pouvoir donner correctement le change. Il est beaucoup trop facile sur les gradins de critiquer les tenues blanches et les traiter de toutes sortes de noms,( parce qu'ils rasétent trop ! Parce qu'ils sont trop nombreux !), car il ne faut pas perdre de vue qu'une course classée au Trophée des AS est avant tout une compétition d'un certain niveau et donc le résultat du travail ou du spectacle ne dépend pas seulement du comportement des hommes mais il en va aussi de l'opposition qu'on leur présente. 

CUZCO de A et Y Janin, encore peu aguérri à ce genre de joutes, il fournit néanmoins huit agréables minutes. Trois Carmen.
THIBAUD de Nicollin, il est bien brave, mais beaucoup trop pour ce niveau. Un Carmen sur une belle série dans six petites minutes.
GANDIN de Lafon, il saute deux fois seul dans ses dix minutes de présence pour aller souffler. Car le reste du temps il ne laisse aucuns cites sans réponses pour de bons enchainements qui lui valent quatre fois les honneurs.
TERRUEL de Blatière-Bessac, dés les premières attaques il se jette aux planches sur Auzolle (2), Jockin (2) et Allouani. Puis c'est le couvre-feu jusqu"à sa rentrée porteur de sa seconde ficelle. Deux Carmen en début de course.
TATIUS de Saumade, bénéficie d'un travail "cousu main", ce qui lui permet de sillustrer dans de belles enfermées. Deux Carmen sur des actions.
LOU SAR de Guillerme, n'est pas avare de ripostes surtout que celles-çi sont distribuées à doses homéopathiques. Avec aussi un peu de brio aux barricades, il écoute trois fois la musique et rentre ses ficelles.

Texte et Photos L. PERO

medium_Gandin.jpg
GANDIN
medium_LOU_SAR.jpg
LOU SAR
medium_TERRUEL.jpg
TERRUEL

21/08/2007

LE CRÈS le 21-08 *As*

LE 35e TROPHEE DES GARRIGUES
POUR J. OUFFE ET PETIT LOU
MEILLEUR ANIMATEUR V. JOURDAN
******************

 medium_Julien.jpgmedium_Victor.jpg

 

 

 

 

 

Ce concours de manades qui avait réuni une belle assistance sur les gradins, n'a hélas pas tenu toutes ses promesses. En effet le travail réduit au service minimum des hommes, n'a pas permis aux cocardiers d'exprimer leur potentiel réel.
Ouffe, Jourdan, Allouani mènent la troupe, A.Benafitou, Jockin, Noguera ont de bons passages, Outarka les accompagnent. Malgré ce, PETIT LOU de Chaballier a pu démontrer une partie de son savoir, qu'il serait intéressant de voir dans un contexte de niveau supérieur. FAX de Mermoux, est coopératif pour les pompons (5 mn), mais beaucoup moins aux ficelles, les hommes étant moins joueurs. ACTEON du Brestalou, encore bien peu aguéri à ce niveau, il donne néanmoins une série et un coup de barrière sur Allouani pour deux Carmen en course. Onze minutes.
PETIT LOU de Chaballier, cocardier qui anticipe, termine ses poursuites en se dressant aux planches, il mériterait d'être vu dans un contexte de niveau supérieur. Rentre une ficelle et entend plusieurs Carmen.
MERLIN de Cuillé, n'est pas un adepte de la tendresse, difficile à la tête qu'il envoie au contact et rugueux dans sa tenue de piste, c'est un bon client qui paie cash mais n'a pas le travail voulu en retour. Des Carmen.
FARU de l'Aurore, il ne tient pas en place et pourtant se manifeste sur tous les cites. Aux ficelles il se cale et attend les attaques qui ne viennent pas gâchant ainsi sa fin de course. Rentre ses ficelles en musique alors que les hommes reçoivent les sifflets.
BOLERO de Margé,
il prend une volée blanche dés sa sortie, mais conserve son deuxième gland jusqu'à la septième minute. Boudé par les raseteurs prétextant le trop grand nombre de tours de ficelle, sa course se termine dans l'ennui. JOSEPH de Vellas, hors points pour dix minutes, une action sur Allouani.

Texte et Photos L. PERO

medium_Petit_lou.jpg
PETIT LOU de Chaballier meilleur taureau de la journèe.

20/08/2007

MAUGUIO le 19-08 *As*

S.ALLOUANI ET FALLONE
LE TROPHEE CLAUDE VERLAGUET
******************

medium_Verlaguet_1.jpg

 

Encore une fois, n'en déplaise aux critiqueurs chroniques qui nous "bassinent" avec leurs paraboles évangéliques: Y a plus peronnes sur les gradins, Y a plus de taureaux, Y a plus de raseteurs, etc..., les gradins étaient combles pour ce concours du Trophée C. Verlaguet. Encore une fois cette saison, le public a pu assister à une course d'un trés bon niveau grâce aux qualités des cocardiers et au bon travail des raseteurs. Sabri Allouani remporte haut la main la compétition du jour, mais tous les autres participants, Noguera, Ouffe, Mebarek, R.Mondy, Outarka ainsi que les quatre tourneurs Labrousse, Kerfouche, Fernandez et Zerti sont à féliciter. Si tous les cocardiers fournissent une bonne prestation, il fallait bien faire un choix pour décerner le prix de la journée. Deux taureaux étaient en balance et le jury opte pour FALLONE de A et Y Janin, comme il aurait pu le faire pour FLAMENCO du Joncas.

GAVROCHE du Languedoc est un bon premier, assez réservé par instants il sait se libérer pour des actions de bonne facture. Cinq Carmen pour douze minutes.
AZERAC de Paulin-Niquet, s'il n'est pas gaucher, à droite c'est tout bon dans de belles enfermées surtout aprés S.Allouani. Cinq Carmen et une ficelle au toril.
IVOIRE de Blatière-Bessac, de la bravoure et des poursuites terminées cornes menaçantes dans quinze minutes où la bourre lui a permi de briller et de se montrer barricadier. Rentre une ficelle et entend de nombreux Carmen.
YODA de Fabre-Mailhan, neuf minutes trente de vaillance et quatre Carmen pour les séries.
FALLONE de A et Y Janin, un jeune élément pétri de qualités qui va se livrer franchement pour les pompons, mais qui adopte une autre tactique pour les ficelles. Cocardièrement positionné il enferme séchement et se dédouble à l'arrivée aux barrières pour se soulever dangereusement. L'avenir est à lui car ses dispositions ont peut être encore une belle marge de progression. Douze ecxellentes minutes et le disque à plusieurs reprises.
FLAMENCO du Joncas, encore un élément de valeur. De suite dans le tempo il distribue des actions aux planches dont certaines trés vicieuses, en témoigne cette bascule sur Mebarek. Aux ficelles ça chauffe et le bioù continue à décocher des répliques conclues. Il ne perd sa seconde ficelle que dans les dernières secondes aprés avoir livré une belle bataille. Plusieurs fois la musique.
RABOLIOT du Brestalou, 7e, hors points, il faudra très vite le revoir dans un contexte plus propice. plus travaillé. Sur le dernier raset de sa course, il inflige une blessure à l'avant bras droit de S.Allouani. Des Carmen.

VIDOURLE

medium_GAVROCHE.jpg
GAVROCHE
medium_AZERAC.jpg
AZERAC
medium_IVOIRE.jpg
IVOIRE
medium_YODA.jpg
YODA
medium_FA_1.jpg
medium_FA_2.jpg
medium_FA_3.jpg
FALLONE
medium_FLA_1.jpg
medium_FLA_2.jpg
medium_FLA_3.jpg
FLAMENCO
medium_RABO.jpg
RABOLIOT
A la capelado la médaille de la ville de Mauguio est remise à Christophe JULIEN
pour sa fidélité aux arènes melgoriennes
medium_JULIEN.jpg
Photos L. PERO


17/08/2007

LANSARGUES le 17-08 *As*

ALLOUANI TOTALISE
POUR LES ADIEUX DE
SCAMANDRE
******************

medium_SCA.jpg
Ils étaient venus nombreux pour applaudir une dernière fois le Bioù de l'Avenir 1999 et Bioù d'Or 2003, SCAMANDRE de la manade Lansarguoise BOCH. A son entrée en piste, Jacques Valentin ému et fébrile devant son micro retrace la carrière prestigieuse du cocardier. Mais autour de cet évènement il y avait un concours de manades qui hélas ne restera pas gravé dans les mémoires. Les satisfactions viendront de CHANEAC pour les taureaux et de Sabri Allouani (32 points) pour les hommes. Toutefois Ouffe, Noguera, Jockin, Outarka, Mebarek et leurs tourneurs respectifs sont à féliciter pour leur travail correct.
CABRIAN de Saumade, quinze longues minutes avec une action dangereuse sur Outarka.
GREGAOU de Fabre-Mailhan, dans sa race on aime le travail, il n'en reçoit pas assez et va se distraire en contre piste. Le peu qui lui est demandé est covenablement assuré.
SIFFLEUR de Cavallini, rien ne semble émouvoir cette grande carcasse embanné taille XXL. Par moments il s'intéresse et vient conclure museau dans la contre-piste. Rentre une ficelle et quatre Carmen généreux en récompense.
SCAMANDRE de Boch, pour ses adieux son complice Sabri Allouani, et Julien Ouffe lui servent des caviars qui lui donnent l'occasion de quitter la piste avec fierté. Un Carmen d'honneur lui est attribué alors qu'une standing ovation le raccompagne au toril. Bonne retraite et bravo Taureau...
CHANEAC de Chaballier, un sacré tempérament, toujours aux aguets et attentif à la moindre faute il honore tous les cites en mettant les hommes en difficultés sur de belles anticipations. Son manque de placement est largement compensé par son sens aiguisé du combat. Il se dédouble dans les enchaînements et conserve une ficelle. Six fois la musique.
BORGIA de Cuillé, effectue une série récompensée dans quinze minutes passées le plus souvent dans le pourtour.
BARRAS de Nicollin, hors points pour dix minutes, fait preuve de bravoure...
VIDOURLE
medium_CHANEAC.2.jpg
CHANEAC le cocardier du jour.

Photos L. Pero

16/08/2007

LE GRAU DU ROI le 15-08 *As*

medium_TITRE.2.jpg

medium_wallpaper-feu-d-artifice_1_.jpgC'était le feu d'artifice avant l'heure en ce 15 aout aux arènes du Grau du Roi. Gradins archi combles, ambiance des grands jours, plateau cocardiers alléchant, raseteurs motivés pour satisfaire le public, tout était en place pour la fête. Ajoutons à cela Jacques Valentin, Président de course intraitable sur le peu de litiges à résoudre, et primant à la perfection pour faire monter la pression quand il le fallait. Sur MATHIS sentant venir le découragement des hommes devant les difficultés, il s'égosille, s'époumone à en perdre haleine et monte à coups de 50 euros, 100 euros la première ficelle. Celle-ci va dépasser les 1500 euros et partira dans l'escarcelle de Lhacène Outarka sous une ovation monumentale.

Si le concours dans son ensemble fut d'un très bon niveau, du côté des cocardiers deux taureaux ont réalisé des prestations de grande envergure. MATHIS et MICHOU se sont comportés en grands cocardiers, sérieux et spectaculaires.
Pour les hommes, à la capelado, ils sont huit à défiler et sont tous à féliciter pour leur participation, au niveau de leurs possibilités respectives. Allouani, Auzolle, Jourdan, Outarka, Sabatier, Ouffe, Mebarek, et Oleskevich sont rejoints ensuite par les tourneurs, Kerfouche, Fouque, Ménargues, Siméon, Zerti.

L'attraction de cette course à aussi été fournie par le loyal, correct duel que se sont livrés Sabri ALLOUANI et Loïc AUZOLLE. Les deux champions ont lutté avec fierté pour le plus grand bonheur du public. Leur allant a tiré la course vers le haut, permettant aux cocardiers de se mettre en valeur.

▼ CANESTEU de Fabre-Mailhan a réussi sa sortie en fournissant une bien belle course de premier comme on aime. Dur, mais pas trop, il sait se donner dans de bons enchainements, effectue quelques belles anticipations et prend quelques pauses pour mieux redémarrer. Rentre une ficelle et entend cinq fois les honneurs.

medium_CANESTEU.jpg
medium_CANESTEU_13X13.jpg
▼ EROS de Saumade, il sait enfermer, anticiper et même conclure mais il faut le chahuter pour qu'il consente à mettre ses aptitudes en pratique. Conserve ses ficelles. Deux Carmen en course, celui de rentrée contesté.
medium_EROS13X13.jpg
 ▼ MICHOU des Baumelles, comme à son habitude aprés avoir fait un tour de reconnaissance des lieux, il se place. Les hommes sont chauds et l'attaquent  sans préambule. MICHOU riposte avec bravoure mais laisse filer dans la bataille ses principaux attributs et sa première ficelle en moins de cinq minutes. Pour la deuxième changement de tactique du taureau, il se donne moins franchement et riposte avec la hargne qu'on lui connait. C'est le départ pour neuf minutes explosives, les coups de barrières brutaux sur Allouani, Auzolle, Outarka, Jourdan, Ouffe vont enflammer le public jusqu"à la treizième minute où il regagne le toril sous un tonnerre d'applaudissements, en musique qu'il avait déjà entendue de multiples fois.
medium_MICHOU13X13.jpg
medium_MICHOU_1.3.jpg
medium_MICHOU_3.jpg
medium_MICHOU_2.2.jpg
medium_MICHOU_4.jpg

VIRAT de Nicollin, sa Majesté se présente en piste avec toujours autant de prestance. Le double Bioù d'Or (2002-2004) est abordé avec tous les égards dûs à son rang. Ses réponses  et ses finitions sont toujours aussi saignantes mais son handicap visuel l'entraine trop souvent au centre pour ne pas être trop inquiété. De cette place, il faut tout de même aux raseteurs, appeler, partir de loin pour que Virat puisse capter les intentions. Sabri Allouani s'y applique pour de beaux mouvements. Le retour au toril, en musique entendue cinq fois en piste avec sa seconde ficelle est fortement applaudi.
medium_VIRAT13X13.jpg
medium_VIRAT13X13_2.jpg
medium_VIRAT13X13_3.jpg
medium_VIRAT_4.jpg
medium_VIRAT_5.jpg
KABYLE de Blatière-Bessac, la brute des Iscles n'a pas raté son passage. Certes il est souvent distrait par le pourtour et fantasque de comportement, mais il a le mérite de mettre de l'animation en démontant les planches des barrières (et au Grau ça plaît !). Cependant il sait défendre ses ficelles et se montrer fortement barricadier quand il le veut. Plusieurs gros tampons aux planches lui font écouter des Carmen non usurpés dans quinze minutes.
medium_KABYLE_1.2.jpg
medium_KABYLE_2.2.jpg
medium_KABYLE_4.3.jpg
medium_KABYLE_5.2.jpg

MATHIS de Lautier, il est chaud le Bioù d'Or 2006 et de suite le fait savoir à Kerfouche en se jetant sur lui à la barrière, cassant la planche et basculant dans la contre piste. Le ton est donné, les raseteurs prévenus. MATHIS n'est pas venu au Grau du Roi pour bronzer tranquillement au bord de l'eau. Dés les premiers cites il oblige souvent à rompre et force S. Allouani à traverser la piste pour éviter le pire sur l'anticipation. Cocardier complet de par son placement, ses trajectoires biaisantes, sa rapidité et ses terminaisons dangereusement spectaculaires, le bioù du Mas Reboul a frappé fort. Sa première ficelle fortement primée donne lieu à un final éblouissant. Les actions se succèdent,  Carmen ne s'arrête plus, les bravos crépitent, le public est debout, et l'ovation de rentrée phénoménale. Bravo Taureau...
medium_MATHIS.jpg
medium_MATHIS_1.jpg
medium_MATHIS_2.2.jpg
medium_MATHIS_3.2.jpg
medium_MATHIS_4.3.jpg
medium_MATHIS_5.2.jpg
medium_MATHIS_6.jpg
medium_MATHIS_7.jpg
medium_MATHIS_9.jpg
medium_MATHIS_8.2.jpg
JODIAS de Nicollin, hors points, il avait envie mais les hommes exténués beaucoup moins, toutefois il réalise deux belles actions aux planches, ainsi qu'une belle série. Rentre ses ficelles avec Carmen dèjà joué.
medium_JODIAS.JPG
Texte et Photos L. PERO


15/08/2007

MAUGUIO le 14-08 *As*

LE MANU & JOSE POUR SABRI ALLOUANI
PLUTON MEILLEUR TAUREAU
UN CARMEN POUR JACQUES VALENTIN
***************

medium_tete.jpg


Le palmarès final du Trophée Souvenir Manu et José récompense:

Sabri ALLOUANI au nombre de points, Nicolas NOGUERA pour un coup de coeur du Club Taurin organisateur Le Melgueil, et PLUTON de la manade Nicollin pour le meilleur taureau de la course.
Ils étaient huit à la capelado: Allouani, Sabatier, Outarka, Ouffe, Noguera, Jockin, Martin-Cocher et Moutet qui se retire avant la pause. Sabatier l'imitera au cinquième taureau. Le travail intense de la part de tous les hommes est fait dans une bonne entente. Aux points ils terminent dans un mouchoir de poche et Sabri Allouani ne l'emporte qu'avec un petit point d'avance. Côté cocardiers dans l'ordre de sortie, LESTAT de Cuillé pour neuf minutes spectaculaires. LOU VIBRE de Lafon moins coureur et plus cocardier que de coutume est à créditer d"un très bon quart d'heure. NEMO de F.Mailhan alterne le bon et les oublis. JUPITER de Boch ne vient pas trop à gauche et se réserve bien à droite. FOREST de L'Argentière, trois minutes avec un saut sur Outarka et réintègre le toril sur une blessure à l'oeil. Enfin PLUTON de Nicollin généreux à souhait, bénéficie d'un regain de forme des hommes boostés par un Président de course (Jacques Valentin) distribuant largement les primes et faisant monter la pression. Le bioù, les hommes, le public sous l'emprise de ce diable de Lansarguois se mettent à l'unisson pour un final chaud-show. 

VIDOURLE

medium_LESTAT.jpg
LESTAT
medium_LOU_VIBRE.jpg
LOU VIBRE
medium_FOREST.3.jpg
FOREST

*******************

PLUTON

medium_PLUTON_1.2.jpg
medium_PLUTON_2.jpg
medium_PLUTON_3.jpg
medium_PLUTON_4.jpg

 

Photos L. PERO


MAUGUIO le 12-08 *As*

CARTON PLEIN POUR LOÏC AUZOLLE
*****************

medium_TETE.jpg
OTHELLO de Blatière-Bessac
Gradins bien garnis et chaude ambiance  pour ce premier concours de manades de la fête de Mauguio. A la capelado ils sont sept à saluer le Président de course Laurent Hénin. Outarka, R. Mondy, A. Perez, Bonhomme, C. Chanat, Ouffe et le héros du jour Loïc AUZOLLE. A lui seul le Cailaren totalise 37 points, omniprésent du premier au septième taureau il surclasse ses adversaires blancs ou noirs. Techniquement et physiquement supérieur, son adresse pour lever les attributs a mis ses adversaires KO debout.
DONOVAN de Guillierme, vaillant mais seulement sept petites minutes. CHAMAREL de L'Aurore, a semblé émoussé et n'a pas eu la percussion qu'on lui connait. Deux Carmen. OTHELLO de Blatière-Bessac, sort avec du pétard et donne l'impression d'en vouloir. Hélas souvent distrait par la contre piste il ne donne qu'un aperçu de ses qualités de guerrier. A sa décharge il manque d'adversaires motivés, car seuls Auzolle et Ouffe le provoquent dans son terrain. Deux Carmen. DUC de Lautier, le papet de service en a encore sous le sabot et distribue des ripostes enchainées ainsi que des chaudes poursuites, notamment après Chanat deux fois. Garde une ficelle et reçoit de multiples Carmen. THENARDIER de Blatiére-Bessac, il va se donner avec franchise pendant neuf minutes en effectuant quelques poussées jusqu'aux planches. Deux Carmen. OLIPHANT de Lagarde, devant sa relative facilité tout le monde l'attaque, mais il fait preuve de bravoure et résiste treize minutes deux fois honorées. JOSEPH du Languedoc, hors points pour dix minutes rentre un gland en musique.
VIDOURLE
medium_THENARDIER.jpg
THENARDIER sur Auzolle
medium_OLIPHANT.jpg
OLIPHANT - L. Auzolle
medium_DUC.jpg
DUC - L. Auzolle
*****************
L'Acrobate Charles Chanat et DUC de Lautier
medium_DUC_1.jpg
medium_DUC_2.jpg

 

Photos L. PERO



06/08/2007

PEROLS le 5-08 *AS*

UN PETIT BRIN
DE FICELLE
 
medium_leventi_1.jpg
Puissant Leventi derrière Benafitou 
 
Tranquille première course pour la Ficelle d'Argent. Sept hommes en piste (Allouani, C. Garcia, Fougere,  Jockin à droite ; à gauche Nabil Benafitou et Deslys ; Benzegh, Bensalah et Cano tournent), quelques bons passages et des temps morts (2 ficelles levées). C'est le lot des courses du mois d'août. Allouani en meneur, le plus appliqué est C. Garcia ; les deux jeunes N. Benafitou et Fougère s'en sortent bien à ce niveau. Lanza (3e, Blatière-Bessac) et Leventi (5e, Plo) ont été les plus intéressants, Carmen au retour pour eux deux ainsi que pour Mistral (Languedoc, 7e). Présidence sans souci.
Cabrian (1er, Saumade), intermittent, il a, bien cité, quelques réactions violentes, une sur un superbe raset de N. Benafitou et une action conclue sur Garcia. Pas très chaud, Blaise,  le taù de Fabre-Mailhan (2e), mais pour lui les hommes se mettent à l'unisson pour lui tirer de belles finitions où il s'envoie aux planches. Lanza (Blatière-Bessac, 3e) est un promeneur dans son début de course mais il se chauffe et percute volontiers sur les droitiers, notamment C. Garcia qui exploite au mieux ses qualités. A gauche, N. Benafitou n'arrivera pas à le consentir. Lanza termine par une puissante action à la planche qu'il casse après Fougère.
Avec expérience (14 ans) et un beau reste de vitesse, Jonas de Lautier gère les débats. Craint pour sa rapidité d'intervention puis souvent réticent, il est délaissé. Leventi (5e, Plo), un gros gabarit volontaire en diable et franc comme l'or. Quelques chaudes anticipations et de beaux enchaînements où tous les hommes s'impliquent.  En revanche, Sylvio (6e, Siméon) n'a pas très envie. Malgré les bonnes premières minutes, il se perd en déplacements incessants qui ne facilitent pas les bons rasets. Allouani et Benafitou le citent de loin, mais ses engagements ne sont pas convainquants.
Reste le 7e, hors points, Mistral (du Languedoc). Dommage, car peu raseté, il a quand même affiché de sérieuses qualités. Hargneux, placé, et des envies d'en découdre jusqu'à la conclusion. Ce Mistral-là sera à revoir.
Martine ALIAGA 
Photos Christian ITIER 
medium_cabrian2.jpg
 Une des deux belles actions de Cabrian
 
medium_BLAISE1.jpg
 S'il n'a pas levé, Fougère a bien travaillé.
Blaise se soulève volontiers après lui.
 
medium_lanza_1.jpg
Lanza fait un bon troisième. Allouani prend la cocarde, un gland et coupe le frontal. 
 
medium_Mistral_1.jpg
Un taureau à revoir, c'est Mistral (7e hors points).
Deslys passait par là. 

04/08/2007

BAILLARGUES le 3.08 *AS*

MARCELLIN EN VOULAIT PLUS
FARU,  ATTENTION A LA PLANCHE

medium_FARU_DE_L_AURORE_003.JPG

Farù, ça pousse... et jusqu'au bout

Pour la grand course de la fête, Baillargues a mis les petits plats dans les grands. Toujours ce souci pour la municipalité et le club taurin Le Sanglier de présenter des spectacles soignés, propres, dans de coquettes arènes impeccables, fleuries, décorées. Dans cette course, agréable sans plus, Jourdan, Auzolle, Khaled mènent la danse ;  Valette, Noguera, Ouffe, Ricci apportent leur note ; tourneurs : Bensalah, T. Dengerma, Fernandez, Deker. Jourdan et Auzolle sont justement récompensés. Pour les taureaux : Farù prend le prix. Normal c'est le meilleur du jour. 

Tibère (Blatière-Bessac, 2e) ressort de la première partie en tant que combattant attentif et vaillant.  Ses cornes très refermées compliquent le jeu d'autant qu'il a un bon placement et s'envoie fort sur les cites. Perdigaù de Guillierme fait un premier acceptable et Bolero (Lafon, ,3e) sans difficulté majeure, se livre en 10 minutes.

Ca se complique avec Marcellin (Joncas, 4e). Le cocardier en veut et mène le combat à sa guise. Il tient les hommes en respect quitte à s'allonger et se démultiplier dans de longues séries. Rapide dans ses interventions, il peut se cabrer au contact et envoie la corne. Quelques chaudes enfermées et il se jette sur Khaled restant en bascule. A la 13e minute, Jourdan, son principal adversaire, lève la première ficelle sur une action très serrée et conclue. Dominateur, Marcellin rentre une ficelle et en garde sous la pédale.

Le second gros morceau, c'est Farù (L'Aurore, 5e). Le cocardier confirme sortie après sortie son potentiel. Même s'il flotte toujours en début de temps, il surveille tout et garde le contact avec l'homme jusqu'à la planche, cornes à l'affût. Danger, au saut, il est toujours là ! Il enchaîne deux, trois rasets et part se replacer. S'il s'engage plus fort à gauche, c'est Auzolle, à droite, qui s'investit le plus. Mais même lui ne pourra accéder aux ficelles. 

On attend les coups de barrière de Voltigeur (Vitou, 6e) pour vérifier si les fameuses "planches"en polyéthylène ne gênent pas les taureaux (c'est la conversation de la semaine : pour les uns ça ne change rien, pour les autres, les taureaux "sentent" la différence). Eh bien, la prestation du barricadier de Vitou va continuer d'alimenter le débat. Un seul gros coup de butoir sur Auzolle, un moyen sur Ouffe, quelques uns conclus en biais... Avec ça, faites-vous une opinion. Pour ma part, j'avoue mon indécision. Sinon, avec bonne volonté, Voltigeur honore des séries en 9 minutes trente. 

Le 7e et dernier, Jaurès passait un test. Il a 4 ans, des qualités mais un comportement inconstant qui laisse son manadier Vitou perplexe.

Martine ALIAGA 

Photos Christian ITIER 

 

 

medium_MARCELLIN_DU_JONCAS_003.JPG
Marcellin, au bout d'un quart d'heure, y'a en encore dans le moteur.

31/07/2007

BEAUCAIRE - Finale de la PALME D'OR - *AS*

LA PALME D'OR à Sabri ALLOUANI
****************

medium_pal_3bisgauche.jpgmedium_pal_3.2.jpg
medium_PALM_ALLOU_2.jpg
S. ALLOUANI contemple son bijou, sous les yeux
de sa Majesté N. CHAIX
.
medium_pal_3bisgauche.2.jpgmedium_pal_3.3.jpg

29/07/2007

LATTES le 28.07

A MINIMA
 

L'équipe de Philippe Paul du CT Lou Mejean Labomace s'est décarcassée pour faire cette course aux As suivie d'un festival d'abrivado et une bodega autour des arènes. Reste à espérer que la soirée a été bonne car pour la course, il n'y a rien eu à voir. Allouani, blessé, on pouvait penser que A. Benafitou en profiterait pour engranger... que nenni ! Les raseteurs (Benafitou, Noguera, Jockin, Outarka, Khaled, Sabatier, Ouffe, plus Benzegh, Zerti, Bensalah, Kerfouche) ont fait le minimum syndical... Rien à voir. Un Carmen aux spectateurs qui ont langui........ presque en silence. Il y eut Hibou (Lautier), Cérès (Chapelle), Capitan (Navarro), Rasclet (Richebois), Tobias (Lautier) et Kouffa (Plo). 

Martine ALIAGA 

28/07/2007

VENDARGUES le 27-07 *AS*

SEUL CHAMAREL
DIGNE D'INTERET

medium_CHAMAREL_L_AURORE_001.JPG
Nabil Benafitou déséquilibré à la planche par Chamarel,
se reçoit mal. Epaule endommagée. 

 

Course de semaine, lendemain de Palme d'Or, nombreux raseteurs blessés et cocardiers costauds, ceci explique cela. Au final, on n'a pas vu grand chose.

A la capelado : Sabatier, Auzolle,  Khaled, N. Benafitou (sort après le 1er), Jourdan, Ouffe, Valette. Tourneurs : Kerfouche, Bensalah, Zerti.

Seul Chamarel ressort de l'ensemble. Premier - on ne sait pas pourquoi ? D'autres auraient pu prendre largement cette place.  Le taureau de l'Aurore a livré une course pleine, de cocardier classique, volontaire, qui sait méchamment conclure et jouer de la corne au contact. Nabil Benafitou en fera les frais, touché à l'épaule au moment du saut. 6 "Carmen" en course. Ce sera le seul à bénéficier des honneurs - mérités - à sa sortie.

Gévaudan (Le Joncas, 2e) : il aurait fallu une grosse équipe de blancs pour résoudre l'équation. Chasseur, jamais placé,  il mène, du milieu, des expéditions punitives où sa vitesse complique le jeu. Seul Auzolle essaie. Jupiter (Boch, 3e), pas étouffé, mène sévèrement quelques actions mais le travail décousu ne le sert pas. Craint, Gaucelm (Nicollin, 4e) profitera par moment de l'entente des hommes qui déclenchent des séries. Mais, réticent à gauche et sauteur, le fantasque cocardier n'éveillera pas beaucoup l'intérêt. Le taù de Blatière-Bessac, Roméo (5e), au du mal à bouger sa grosse carcasse sinon pour foncer comme une brute aux planches. Quant au brave Grillon (Lapeyre, 6e), il se donne comme un bestiau dans de longues séries (2 "Carmen") en quatre petites minutes. Le taù de Cuillé, Viennois (7e, hp) aurait pu faire le spectacle. Plein de sang, il s'envoie largement au-dessus des planches et sait conclure. Mais c'est pas le jour.

Martine ALIAGA 

Photos Christian ITIER 

medium_CHAMAREL_L_AURORE_002.JPG

 Auzolle dans les cornes de Chamarel

 

medium_CHAMAREL_L_AURORE_003.JPG
Chamarel à la planche : danger !