Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2008

MAUGUIO *AS*

Dimanche 30 mars

 

ILS PETENT LE FEU CES CUILLE ! 

2d9b7d57abeba5b8e3677099fce911f3.jpg
Avec deux rayons de soleil de plus, c'est le genre de course qui aurait pu finir en apothéose. Hier,  à Mauguio, malgré le froid et la grisaille, les taureaux de Cuillé ont fait le show : plein de méchanceté, de punch, de hargne, ils ont rendu coup pour coup aux adversaires blancs (Allouani, Jourdan, R. Mondy, Sabatier, Villard, Clarion, T. Mondy, Mebarek, Ouffe, tourneurs : Beker, T. Garrido, Kerfouche, Mata, Zerti) desquels Allouani en meneur retrouvé et Sabatier ressortent. Les blancs ont beaucoup raseté, vite et parfois dans la précipitation mais en face il y avait du répondant. Le Carmen général en fin de course pour les taureaux et les hommes n’est pas usurpé.

S’il sort avec du pétard, manquant d’attraper Sabatier, Dédale fait le tri et ponctue sa course de grosses ripostes pas toujours où on l’attend. Méfi les tourneurs et les distraits ! Sur la fin, il se fait réticent et rentre ses ficelles. Un Carmen et retour.
Avant la sonnerie, Titouan joue des gros bras et tape les planches. Malgré ce, aux rubans, il se laisse prendre dans le tourbillon blanc. Aux ficelles, il se révèle dans un combat violent et conserve la deuxième au terme d’une haute lutte émaillée de coups aux barrières. Sept Carmen et retour.
Merlin, bien positionné, la joue plus classique mais il ne lâche rien jusqu’aux planches obligeant les hommes au sérieux. Quelques "scuds" après Allouani et Jourdan pour un redoutable cocardier qui rentre une ficelle. Trois  Carmen et retour.
Ruy Blas paradoxalement fait preuve d’un calme étonnant. Même si cul aux planches, il ne laisse rien sans réponse. En fait, il se réservait pour la fin où dans la bagarre pour ses ficelles, il fait feu de tous bois dans au moins huit coups de barrière. 14 minutes. Une dizaine de Carmen et retour.
Renoir vient en force, oblige souvent à rompre et en plus à la planche, il est toujours là. Il sait aussi se sortir de l’étreinte quand elle se fait trop étouffante. Enfermées et coups de barrière se succèdent dans un quart d’heure endiablé rythmé par la musique ainsi qu’à sa sortie, porteur d’une ficelle.
Du punch aussi pour le benjamin de la bande Guépard, 7 ans, même si les hommes lui laissent un peu plus de répit. Son truc à Guépard c’est la série où il se donne à fond se soulevant à l’arrivée. Pour lui aussi un concert de Carmen jusqu’à la 14e où Mebarek lève la seconde ficelle.
Martine ALIAGA 
Et pour saluer l'arrivée de Benjamin Alcon sur les midiblogs, vous pouvez visualiser les photos de la course sur http://benjibiou.midiblogs.com (cliquez dans les sites amis, à benjibiou)

 

24/03/2008

LUNEL *AS*

Lundi 24 mars : 2e journée du Trophée pescalune

 

ROYALE DE NICOLLIN :
DES COCARDIERS TROP BRAVES, TROP GENEREUX ! 

672fa546e0e81063efdb12f8cef13841.jpg

Insolent - Jourdan 

Le froid, la feria d'Arles, l'affiche du jour (sans vedette chez les noirs) ont peut-être dissuadé le public qui ne remplissait que la moitié de l'arène pescalune. En revanche en piste, c'est plein. Douze raseteurs (Allouani, Garcia, Jourdan, Outarka, Toureau, Villard, Matray, Gleize, Martinez, Oleskevich, Poujol, Bouchet) et cinq tourneurs (Mata, T. Dengerma, Abbal, T. Garrido, Tourki) se présentent au président Jacques Valentin.

Sans chef de file et sans difficulté majeure, les cocardiers de Nicollin n’ont eu que leur générosité à offrir. A Lunel, ça fait un peu juste même si Embrun et Insolent mettent du rythme dans leur réparties et Anténor un poil d’agressivité. Chez les blancs, ça joue tactique… surtout pour attaquer les ficelles. Les plus en vue : Jourdan qui lève à chaque taureau, Matray opportuniste souvent sans la manière, Poujol qui retrouve du tempo. Villard en retrait, Allouani temporise ; Martinez, Gleize, Outarka par moments.

Gaucelm.- Il reçoit avec calme les premiers assauts, sûr de son placement. Les hommes ne le forcent pas, Gaucelm expédie les affaires courantes et rentre ses ficelles en silence.
Jodias.- Trois raseteurs réclament la coupe cocarde, Jacques Valentin ne la donne à personne… Ça vous apprendra ! Sollicité, Jodias met du coeur dans les séries et peut sauter dans la foulée (sur Jourdan à la 5e). Matray en embuscade lève la 2e ficelle à la 12e minute. 2 Carmen et retour.
Embrun.- La générosité même. Du haut de ses huit ans, il répond à tout en rythme et conclut à plusieurs reprises (Allouani, Jourdan). Avec panache, il enfile les séries et conserve une ficelle. 6 Carmen et retour.
Très remuant, Insolent se fait raseter sur ses déplacements. Il se chauffe sous la pression jusqu’à se soulever deux fois après Jourdan puis à taper après Allouani et Villard. Il met toute son envie et sa bravoure dans le combat, mais il a du mal à sortir de l’emprise. Sur sa seconde ficelle qu’il rentre, les hommes lui laissent un peu plus de répit, du coup, plus rien. 4 Carmen et retour.
b9eae662b6cbd4064b486f442a481c38.jpg A 10 ans, Anténor (photo ci-contre avec Matray) en a vu d’autres. Il soutient le rythme sans refuser et sans baisser la garde, se permettant quelques conclusions sévères (Allouani, Matray, Poujol, Gleize). Matray lève la seconde ficelle sur la sonnerie. 5 Carmen et retour.
Aucune difficulté chez Barras, alors c’est la ruée. Une minute pour la cocarde et les glands. Aux ficelles, quand les rasets s’espacent, Barras met les gaz sur Jourdan et Matray, tape sur Garcia et Martinez. Poujol met un terme à sa prestation à la 12e minute.

Martine ALIAGA
Photos Christian ITIER 
baf7bef45c91dc6b7b0b2e3ff301cace.jpg
 

 Anténor - Gleize

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER *AS*

Dimanche 23 mars

 

ALLOUANI ET PESQUIE
VEDETTES DU TROPHEE GEORGES-MOURET

 

45c87512d1ad7e30edf14fa0d9f827c2.jpg

Les deux primés : Pesquié et Allouani

Par un temps glacial, dix raseteurs ont défilé à la capelado: Allouani, Jourdan, Sabatier, Gleize, perez, Matray, Marquier, poujol, Clarion, Martinez, plus cinq tourneurs Dunan, Dengerma, Mata, Abbal, Kerfouche. Si Pesquié (Saumade, 5e) remporte le prix, Vannier de Fabre-Mailhan (4e) et Jason de Saumade (3e)  ont été à la hauteur. Chez les blancs, Allouani est récompensé, bien secondé par Sabatier. Matray et Marquier ont aussi été performants.

REPORTAGE PHOTO DE CHRISTIAN ITIER
 

ece5d78c70a73764c43aa6eb7221fba5.jpg
 Jason (Saumade, 3e) a réalisé une course intelligente
 
6046f6af227c4bb296a3e7c3ad25cfb2.jpg
Vannier (Fabre-Mailhan, 4e)
combattant vaillant, ici avec Marquier 
 
dadd886d172ceb7f451ee28851dd2abf.jpg
Pesquié (Saumade, 5e) - Sabatier 
 
 
5dfc5d295196aa20c7f703c0dfdfb34f.jpg
Rostand (Blatière-Bessac, 6e)
sa fougue le conduit jusqu'à la blessure (13e minute).
 
************************* 

 

23/03/2008

BEAUCAIRE *AS*

Dimanche 23 mars : 1re journée du Muguet d'Or

 LES FLEURS DU MUGUET POUR YVAN
 
779c1be1155166b2192b185a3f8e9f99.jpg
 
Damien Martin-Cocher et Yvan
 
Première journée du Muguet d'Or beaucairois, fraîche en température, tiède en ambiance, donc peu propice à enflammer des gradins faiblement garnis. Les raseteurs au nombre de dix effectuent la capelado sous les ordres de Raymond Arnaud au micro. Villard se dépense sans compter pour faire plaisir au public, Auzolle, Ouffe, Martin-Cocher, Outarka ne sont pas à la traîne et Mascarin, Bouchet, Mebarek, Khaled suivent le rythme. Moutet se retire au second.  L'affiche - sept cocardiers - pour six manades ne réserve aucune surprise.
Cusco (Janin).- Premier, huit minutes agréables.
d01dc45eca46c9606707dae687ff3e7d.jpgRascaillon (J.-C. Blanc).- (Photo à gauche, avec Auzolle) Un quart d'heure décousu avec des passages au centre inintéressants et de bonnes répliques lorsqu'il tient le terrain des planches.
Arnaud (Nicollin).- Du bon avec des belles séries, du moins beau avec un placement peu orthodoxe (centre). Le tout pour 3 Carmen et une ficelle au toril.
181e863998232ef6945410ceafb61010.jpgApis (Le Brestalou).- (Photo à droite, avec Auzolle) Va apporter de la difficulté par sa vitesse et son placement rigoureux. Il manque donc de pression, mais attaqué il se livre jusqu'à subir dans quinze minutes cinq fois honorées.
Dantes (Lautier).- Un petit taureau qui préfère des pistes et des hommes plus à la portée de ses capacités.
f83195aa47e303e8f426d46726f24a7e.jpgYvan (Lou Pantaï).- (Photos à gauche sur Mebarek, à droite Villard se fait toucher) La satisfaction du jour. Ce petit gabarit a de la nitro dans le sang. Attentif à tout, vif à la réplique, il pousse au maximum ses réponses et donne bien des sueurs à Ouffe, Martin-Cocher, Auzolle, Khaled, Mebarek. 49d56e21cc80bfc46ba3252b2a177a1a.jpgVillard se plaît à lui donner le maximum de chance mais ce n'est pas sans danger (jambe bloquée contre la planche, pas de blessure). Un quart d'heure tout en rythme qui lui vaut de multiples Carmen, ses ficelles au toril.
Pluton (Nicollin, hors points).- Huit minutes, 3 Carmen pour sa bravoure.
Texte et photos Luc PERO
Classement Muguet d'Or : 1er Villard, 23 points ; 2e Auzolle, 21;  3e Mascarin, 8.
 

 

22/03/2008

VERGEZE : ROYALE DE BLATIERE-BESSAC

Samedi 22 mars

 

TIBERE, LANZA, ELZEAR

7ca9f92ba8689d3f7c67d8e88ad30433.jpg

Elzear - Cyril Garcia 

Sept Blatière, cela peut paraître indigeste à certains, pourtant la race a changé. Certes, ces cocardiers là ne se livrent pas sans sollicitation engagée mais sur l'ensemble de la course d'aujourd'hui, les blancs qui ont fait l'effort de rentrer dans leur terrain ont été le plus souvent honorés de ripostes, même si l'ensemble a manqué de percussion et d'émotion.  A l'appel du président de course Raymond Arnaud, devant une moitié d'arène, dix raseteurs (Garcia, Villard, Gleize, Perez, Guyon, Marquier, Moutet, Martin-Cocher, Martinez et Clarion) et cinq tourneurs (Lebrun,  T. Dengerma, Abbal, Dunan et T. Garrido) défilent à la capelado. Sur le nombre, les plus intéressants à suivre ont été C. Garcia, Marquier, Moutet, Guyon et par moments Martin-Cocher et Villard (à sa décharge, il a subi un gros tampon de Fonfon). La piste de belle taille de Vergèze que les taureaux ont occupée – à bon escient - dans toute sa dimension, leur a bénéficié pour se sortir de l'emprise des hommes.

La réserve est de mise avec Terruel qui choisit ses ripostes et au besoin ignore. Plus sollicité à la fin, il termine fort sur Guyon et Garcia (2 fois). 2 Carmen et retour. Fonfon rentre une ficelle (en silence)  au terme d'un quart d'heure où, raseté sur un bon rythme, ses réponses sont honnêtes mais il ne se chauffe pas vraiment. Dommage, c'est là où il est le meilleur. Hormis un coup de nerf sur Villard qu'il catapulte en contrepiste. Ivoire se donne, tout en mouvement, dans des séries volontaires. Une fois calé, ses conclusions sont plus incisives : Villard, Guyon,  Clarion se font serrer de près aux planches, plus une belle anticipation sur Martin-Cocher. Une ficelle au toril en musique (+ 2 Carmen pendant).

79096b74fcd1e75cadbed50a0036aba2.jpgAvec expérience, Tibère (photo à gauche avec Mathieu Marquier) met du rythme dans ses poursuites et prend du temps pour récupérer. Il oblige Villard à lâcher prise, surveille les départs, fait de la place dans son terrain et tient tête de cocardière manière. Ainsi il rentre ses ficelles en musique. Dans son premier temps de course, Lanza bourlingue et lâche les rasets en cours mais il peut aussi conclure fermement (Guyon, Villard, Garcia). Dans un 2e temps, moins itinérant, ce sont Garcia et Guyon qui écopent de ses plus belles actions aux barrières. L'unique ficelle restera en place. Carmen au retour (+ 6).
Le barricadier attendu, Kabyle n'a pas convaincu. Facile sur le raset, il faut vraiment "s'embroncher" devant lui pour qu'il vienne taper (Martinez, Carmen), mais aujourd'hui, c'est seulement sa grosse carrure qui impressionne, le reste…

Elzear (hors-points) a mis de l'animation. Un peu brouillon mais offensif et volontiers finisseur, il s'est fait un festival avec Garcia (3), Gleize, Martinez, Moutet. Sept fois le disque joue et il rentre une ficelle en musique.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

0cd1ff3f8d9448f25de54db74d3ef9b1.jpg

Lanza - Rémy Guyon 

 

******************************* 

17/03/2008

ARLES *AS*

Dimanche 16 mars 2008

 

ANDALOU ET MONTVERT
RECUEILLENT LES VOIX DU PUBLIC

80c20d0b721f99d6d162f5ea4c47c8a4.jpg
Andalou et Villard 
 
 
Sur les six candidats du concours arlésien, deux se partagent la totalité des suffrages exprimés à la sortie des arènes. ANDALOU est sans contestation élu le meilleur taureau de l’après-midi, juste devant l’intouchable MONTVERT qui une fois de plus ramène sa cocarde au toril.

Chez les hommes B.Villard est le vainqueur du groupe de quatorze (Auzolle, Martin-Cocher, Thierry, Bouchet, Matray, Marquier, Gleize, Mebarek, Moulin, Villard et les tourneurs Dunan, Duran, Fouque, T.Garrido ) qui effectuent la capelado sous les ordres de Claude Chevalier à la présidence.
GREGAOU de Fabre-Mailhan, exclusivement droitier, il se déplace bien ce qui lui permet de résister onze minutes récompensées à sa rentrée.
MOURIESEN de Chauvet, quelques coups aux planches pour ce gaucher dans huit minutes généreusement récompensées au retour.
ANDALOU de Espelly-Blanc débute par une belle et longue série, puis se cale et donne alors de la difficulté par des anticipations et des finitions contre les planches où la corne menace. Deux énormes enfermées sur Villard et ses ficelles au retour après avoir entendu six fois la musique.
8a3a6c12732bb4f98226c06f46c66dee.jpgMONTVERT du Brestalou, dés sa sortie se positionne à droite du toril et de là il va maitriser la situation pendant quinze minutes. Les hommes calculent, échafaudent des plans avec trois tourneurs pour le piéger mais rien n’y fait le taureau déjoue toutes les ruses. Seulement coupée sa cocarde rentre et plusieurs Carmen sont entendus.
SEVERO de Ribaud, après une entame plutôt timide, le bioù se chauffe et réalise treize minutes intéressantes. Villard lui sert deux ou trois caviars qui le font briller. Carmen.
RODIN des Baumelles, ce n’est pas un dernier, les hommes ne le forcent pas et il lui manque quelque peu de gnacque. Malgré ce il donne un quart d’heure agréable et rentre ses ficelle en musique déjà deux fois jouée

 

Texte et photos Luc PERO

 

 

b06672413aabf786a50b9c3c9ed73215.jpg

 Severo et Villard

0ab86324f95f38550604817b09532b11.jpg

 Auzolle - Rodin

********************************** 

 

 

 

 

16/03/2008

LUNEL : 1re journée du Pescalune *AS*

Dimanche 16 mars

MICHOU, FLAMENCO ET.. MATHIS

97464ce572c790e05e0eb5d155870b98.jpg

Mathis et Outarka 

La première journée du Pescalune a rempli les gradins des arènes San Juan. Et passé les deux premiers taureaux qui ont reçu plus de Carmen que cela le méritait, le public a eu de quoi se régaler. 
En piste aussi, c'était plein, 12 raseteurs, 5 tourneurs : à droite, Allouani, Moutet, Sabatier, Jourdan, Outarka, A. Perez, Lopez ; à gauche, Poujol, A. Benafitou, Ouffe, Martinez, accompagnés de Mata, Zerti, Kerfouche, T. Dengerma, Bensalah. Pour la première grosse course de la saison, les hommes ont raseté par à coups mais plutôt bien dans l'ensemble. Les plus en vue : Outarka et Allouani à droite ; Ouffe, Benafitou à gauche ; de bons passages pour Garcia, Moutet ; saluons le retour de Poujol et l'arrivée de Lopez à ce niveau.

Avec une bonne dose de stoïcisme, EROS de Saumade reçoit les assauts des douze blancs auxquels il se livre avec parcimonie, gardant une ficelle. En mouvement, FANAL de Cuillé se laisse manoeuvrer. Même s'ils se dresse après Allouani et Sabatier, ses 9 minutes trente manquent de conviction.

cb69d51bf148e83d74e4cb693ca87620.jpgb99436cf7f02408fd4e3cb6be04d4965.jpgAvec MICHOU des Baumelles, les affaires se corsent (à gauche avec A. Benafitou ; à droite avec H. Poujol que l'on retrouve avec plaisir). Cul aux planches sous la présidence ou au toril, dès ses tours de pistes d'amorce effectués, il balade les hommes et trie les ripostes, s'envoyant en force si l'homme l'intéresse de près. Garcia, Allouani, Ouffe écopent d'avertissements, Poujol s'octroie la 1re ficelle. Avec plus de pression, il n'en aurait été que meilleur, mais il reste une valeur sûre. 3 Carmen et retour.

a645e218101028a3012cdbcd68270533.jpgUn quart d'heure stressant ! Celui de FOREST de l'Argentière. Il rode, chasse, ne s'intéresse pas sinon pour sauter et ressauter cherchant l'individu en faute en piste et hors piste. Sur le raset pas de difficulté, c'est au saut que ce méchantasse fait planer la peur. Moutet en fait les frais (photo à droite) accroché par le T-shirt mais c'est Benafitou et Outarka qui lèvent. 1 gland au toril, 2 Carmen et retour.

4d0cd635d78a3a63ae6bf9a3ecc644fd.jpgAvec FLAMENCO du Joncas, la course prend du pétillant. Le petit taureau a du coeur pour se jeter aux planches - et elle sont très hautes pour ce petit gabarit - et répondre coup pour coup. C'est dans la bagarre qu'il s'exprime le plus et là, il n'a pas son compte car raseté par rafales. Malgré ce, 8 actions abouties - tapantes et percutantes - pour autant de Carmen jalonnent ses quatorze minutes.

6578072791e2563e9565eb8a450c83b0.jpg

Et pour finir en beauté, le Bioù d'O 2006 MATHIS de Lautier a pétaradé comme un méchant diable. Agressant les spectateurs des barrières, les tourneurs, coupant la priorité aux hommes même à Benafitou dont les grandes jambes ne suffiront pas pour aller à sa tête. Premier à lui toucher le frontal, Outarka à la 4e minute. Deuxième raset à la 6e de Poujol et Jourdan dans la reprise fait la cocarde. Vitesse sans précipitation, rien n'échappe à Mathis et à la planche c'est l'explosion. Allouani le défie de longs rasets, mais c'est Outarka qui fait monter l'émotion et qui prend les deux glands en récompense. Le quart d'heure passe en un éclair, Mathis rentre ses ficelles, bravo taureau ! 7 Carmen et retour.

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER 


19/10/2007

FINALE : LA COURSE

TROPHEE TAURIN MIDI LIBRE - LA PROVENCE
ARLES - DIMANCHE 14 OCTOBRE 2007 - FINALE DU TROPHEE DES AS 

CANDELO LE HEROS, MATHIS LE SPECTACLE

medium_CANDELO-auzo.jpg
CANDELO met Loïc Auzolle en périlleuse situation !

 

Entrée : plein. Présidence : Claude Chevalier. Organisation : SA Jalabert Frères.  Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Gleize, Jockin, Jourdan, Moutet, Sabatier, Villard. Gauchers : A. Benafitou, Khaled, Martin-Cocher, Mebarek, Ouffe. Tourneurs : à droite Fouque, Kherfouche, Mata ; à gauche Bensalah, Zerti.

L'intérêt principal étant la confrontation Auzolle - Allouani que séparaient seulement 11 points, une fois celle-ci réglée par les trois premiers taureaux, tous les raseteurs ont travaillé. Khaled se met en évidence avec Ouffe à gauche. A droite, Villard, Jourdan, Moutet et, bien sûr les deux premiers. Evidemment, en piste, les affinités ont fait jouer la tactique pour l'un ou pour l'autre, surtout en première partie. Allouani s'est trouvé assez seul mais la victoire de Loïc Auzolle est indiscutable. Pour autant, les débats sont restés corrects et si, en deuxième partie, les rasets se sont allongés, il faut bien dire que les cocardiers n'ont pas toujours eu les réponses espérées.

medium_CANDELO_8.2.jpgCANDELO (Guillierme).- Pas de round d'observation, côté blanc c'est feu de toutes parts. Le noir fonce dans le tas et frappe sur tout ce qui bouge. Dans le tourbillon, Khaled et Villard lèvent cocarde et glands au prix d'engagements insensés. Après 5 minutes de folie, le taureau temporise, sélectionne et se déplace intelligemment. Et ça repart jusqu'à la sonnerie finale. Auzolle plonge dans les cornes jusqu'à être dangereusement projeté, Mebarek frôle la correctionnelle. Déchaîné Candelo frappe, s'envoie, agresse, casse les planches et reste maître. Sur la sonnerie et une dernière agression, il passe en contre-piste, semant la panique. Le quart-d'heure d'un monstrueux combat duquel le cocardier sort en héros porteur de ses ficelles.
TOMMY (Saint-Antoine).-
Sa défense facemedium_TOMMY_8.5.jpg à l'adversité, c'est le déplacement. Plus offensif à gauche, il faut que les droitiers lui rentrent vraiment dedans. Là c'est Auzolle qui fait la différence, malgré les coups de revers du taureau, l'engagement du raseteur frôle l'inconscience et le public tremble pour lui. Placé, Tommy a beau se cabrer au contact, c'est Loïc qui, grâce à son acharnement,  lève ses deux ficelles. 9 minutes.
medium_SEVERO_8.2.jpgSEVERO (Ribaud).- Froidement, Sévero gère la situation et ne se laisse aborder que précautionneusement. Tout le monde a en tête les accidents suscités par ses finitions criminelles  aux planches. Les hommes calculent, Sévero les enferme chacun à leur tour. Allouani s'accroche et lui tire de superbes rasets, Gleize doit couper court, Martin-Cocher pareil. Auzolle a la main de fer et lève les deux ficelles. Fin du suspense. Bravo Severo pour ces 12 minutes intenses.

A la reprise, ANDALOU (Espelly-Blanc) fait une course en deux temps.medium_ANDALOU_8.2.jpg Les huit premières minutes sont cocardières. Placé, il sélectionne, se déplace et fuse à à l'occasion. Cité de prés par Allouani, il conclut. Zerti, distrait, se fait bousculer. Emotion ! Et puis, il commence à se garder... trop. Auzolle se permet de respirer un peu, Allouani essaie mais Tommy reste de marbre. Ainsi, il garde ses ficelles.
medium_CAMA_8.2.jpgLe Bioù d'Or 2007, ovationné, entre alors. CAMARINA de Chauvet ne réitérera pas ses précédentes finales. S'il a gagné en tenue de piste et si sa méchanceté est intacte, ses engagements sont moins rigoureux. Néanmoins pour ce grand barricadier, une grosse dizaine de coups aux planches après Auzolle, Allouani, Villard, Jourdan, Mebarek. De quoi honorer son titre bien mérité et un final à la hauteur avec les ficelles au toril. Tonnerre d'applaudissement, bien sûr.
RUY BLAS (Cuillé) n'est pas aussi pétaradant que medium_RUY_8.2.jpglors de ses prestations à Lunel ou Palavas. Des coups de barrière, certes, dont quelques-uns énormes, mais il manque de mordant et d'agressivité. Malgré les beaux cites de Benafitou, Allouani, Ouffe, Sabatier, il n'est pas au top. Et les ficelles si difficiles à aller chercher dans les cornes tirebouchonnées resteront en place.
medium_MATHIS_8.4.jpgPour MATHIS de Lautier aussi l'ovation est de mise. Et le taureau va accomplir un quart d'heure de haut niveau, bénéficiant de la volonté des raseteurs à satisfaire le public. Sa hargne le fait s'envoyer sur chaque homme et c'est du beau spectacle qui nous est offert. Villard, Auzolle, Allouani, Khaled sont bombardés à chaque passage. De quoi finir en beauté. Et une ficelle au toril pour le Bioù d'Or 2006. 

Si le prix de la journée n'a pas été attribué à Mathis, rendons grâce aux membres de la Commission du Trophée Taurin d'avoir privilégié le quart d'heure héroïque de Candelo. Cela n'enlève en rien à la prestation du taureau de Lautier et donne toute sa valeur au comportement cocardier du premier à rentrer en piste qui a su tenir tête à treize raseteurs physiquement  frais et très... très entreprenants.

medium_ACCO_6.jpgLoïc Auzolle fait un beau vainqueur, l'accolade finale entre le premier et le second a réchauffé les coeurs, Camarina voit sa carrière auréolée de deux Bioù d'Or, Mathis a tout l'avenir devant lui, Candelo a rehaussé l'honneur des premiers... le public était là...  Ce fut une belle finale !

Martine ALIAGA 
Photos Luc PERO

FINALE : LA JOURNEE, LE FOLKLORE...

L'ABRIVADO SUR LES LICES

medium_abriv_1.2.jpg
medium_abriv_2.3.jpg
medium_abriv_3.2.jpg
APERITIF PERNOD 51 POUR LES OFFICIELS
medium_apero.jpg
LA REINE D'ARLES OUVRE LA CAPELADO
medium_N.CHAIX.jpg
medium_REÏNO.jpg
LE GROUPE " LE CONDOR "
medium_EL_CONDOR.jpg
medium_EL_CONDOR_2.jpg
LA ROUSSATAÏO
medium_ARLESIENNes.jpg
medium_Jument-Poulain.jpg
medium_Jument-Poulain_2.jpg
medium_Arléchevinue.jpg
medium_Arlechevinue_2.jpg
medium_CavaleChaix.jpg
medium_CavChaix_1.jpg
LES PENAS DE ST ETIENNE DU GRES ET LA GARDOUNENQUE
medium_PENAS_2.jpg
medium_PENAS.jpg
DERNIERE MISE EN PLACE AVANT LE DEFILE DES RASETEURS
medium_DINDES.jpg
medium_DSC_9845.jpg
medium_DINDES_2.jpg
medium_DSC_9846.jpg
medium_midilibrelapro.jpg
medium_Capelado_2.2.jpg
LES DISCOURS ET LA RECEPTION DE CLÔTURE
medium_RECEP_1.jpg
medium_RECEP_2.jpg
medium_AP_3.jpg



 Photos Luc PERO


18/10/2007

FINALE : LA COURSE EN IMAGES

LE PRESIDENT DE COURSE : CLAUDE CHEVALIER
********************
medium_CHEVALIER.2.jpg
*****************
CANDELO de Guillerme
medium_can_1.jpg
medium_CAN_2.jpg
medium_CAN_3.jpg
medium_CAN_4.jpg
medium_CAN_5.jpg
medium_CAN_6.jpg
TOMMY de St Antoine
medium_TOMMY_3.jpg
medium_TOMMY_4.jpg
SEVERO de Ribaud
medium_SEVERO_1.4.jpg
medium_SEVERO_2.4.jpg
medium_SEVERO_3.3.jpg
medium_SEVERO_5.2.jpg
medium_SEVERO_6.jpg
ANDALOU de Espelly-Blanc 
medium_ANDA_1.jpg
medium_ANDA_2.jpg
medium_ANDA_3.jpg
medium_ANDA_4.jpg
 CAMARINA de Chauvet, BIOU D'OR 2007
medium_CAMA.2.jpg
medium_CAMA_1.3.jpg
medium_CAMA_2.3.jpg
medium_CAMA_3.3.jpg
medium_CAMA_4.jpg
medium_CAMA_5.jpg
RUY BLAS de Cuillé
medium_RUY.jpg
medium_RUY_1.2.jpg
medium_RUY_3.jpg
medium_RUY_4.jpg
medium_RUY_5.jpg
MATHIS de Lautier
medium_MAT_1.jpg
medium_MAT_2.jpg
medium_MAT_3.jpg
medium_MAT_4.jpg
medium_MAT_5.jpg
medium_MAT_7.jpg
********************
medium_DSC_9856_copie.jpg
Photos L.PERO


15/10/2007

FINALE : AMBIANCE

medium_CAPELADO.2.jpg

 LOIC AUZOLLE N'A PAS FAIT DURER LE SUSPENSE

Le peuple camarguais s’est déplacé en masse pour le dénouement du 56e Trophée Taurin Midi Libre - La Provence. Des gradins pleins jusqu’au faite pour assister au combat des intouchables titans Auzolle-Allouani. Le chevalier Loïc à la quête du Graal taurin détenu depuis sept ans par le roi Allouani à la recherche d’un huitième succès synonyme de record. Suspense, incertitude, tension, angoisse et apothéose garantis.
L’extraordinaire CANDELO a la tâche ingrate d’ouvrir la compétition.medium_CANDELO-auzo_1.2.jpg Dès la trompette, la tension est palpable, on s’agite, on glisse, l’émotion est stressante.  Harcelé, le cocardier effectue jusqu’à mi-course une dizaine de percussions, gère le terrain, fait voler Auzolle en contre piste, récupère, repart de plus belle avec encore une volée d’actions dont la dernière ou il brise les planches sur Auzolle et sème la panique en contre piste. Une rentrée mouvementée et le prix de la journée ô combien mérité. Un Guillerme héroïque qui avec deux prix en deux sorties (non des moindres) devrait faire réfléchir les organisateurs. TOMMY  (Saint-Antoine) passe en 8 minutes 30 et SEVERO de Ribaud (photo avec Allouani) est dangereuxmedium_SEVERO.3.jpg pendant 11 minutes 30 pleines de brio. Le chevalier Loïc déterminé comme pas deux met tellement d’engagement et de volonté dans la conquête de ce premier succès qu’à la pause (33 points d’écart)  la messe est dite. Allouani malheureux aux rubans montre quand même qu’il est un grand champion avec des rasets pleine piste.
Après la pause la tension est tombée et les taureaux semblent mous mais un autre chevalier se met au diapason. Benjamin Villard et ses rasets longs. ANDALOU (Espelly-Blanc) après un bon début se cale et laisse beaucoup filer mais crée l’émotion quand il rattrape et se couche sur Ludovic Zerti tout heureux de passer sous le marche pied. CAMARINA ovationné met du temps à rentrer à fond dans la partie mais son final est pétillant. RUY BLAS a un handicap visuel et percute par à-coups. Ovationné lui aussi, MATHIS rageur frappe après les raseteurs et les tourneurs et profite d’un travail plus conséquent pour finir en beauté.
L’accolade finale Auzolle-Allouani medium_SABAUZo.jpgsincère et fraternelle réjouit les dix mille afeciouna témoins de la passation de pouvoir. Un Loïc Auzolle aux anges qui peut laisser éclater sa joie et se jeter dans les bras de sa famille. Les supporters eux ne ménagent pas leur ovation pour les deux champions mais dieu que les sifflets sont désagréables quand un manadier ou un gardian reçoit un bouquet et plus encore quand il est mérité...

Eric AUPHAN 
Photos Luc PERO

FINALE : LES PRIX

medium_TITRE.3.jpg

LOÏC JUSQU'AU AU BOUT DE SES RÊVES
********************
***********
*****
**
*

medium_AUZO_1.jpg
************
medium_ALLOU_1.jpg
S.ALLOUANI aprés 7 victoires consécutives termine second
medium_ADIL.jpg
A.BENAFITOU, troisième ne prend pas conscience de ses moyens
medium_SABATIER_4.jpg
D.SABATIER, récompensé d'une belle quatrième place
medium_VICTOR_5.jpg
V.JOURDAN, cinquième pour sa première année aux As, bravo
medium_BENJI_6.jpg
B.VILLARD, sixième mais hélas longtemps écarté pour blessure
medium_ALEX_7.jpg
A.GLEIZE, septième aprés une saison physiquement perturbée
medium_KHALED_8.jpg
B.KHALED, huitième reçoit une juste reconnaissance
medium_SERME.jpg
En l'absence de M.Chauvet souffrante, c'est R.Serme qui reçoit
le
BIOU D'OR de CAMARINA
medium_HUBERT.jpg
H.Espelly est récompensé pour la prestation de CANDELO,
meilleur cocardier de la Finale


 Photos L.PERO

08/10/2007

LANSARGUES le 6-10 *Raseteurs*

FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS

ET DE TROIS POUR NICO,
LA CONSECRATION POUR
ROMAIN.

medium_ROMAIN-TOTO.jpg
ROMAIN de Mermoux sur N. NOGUERA
 Les coquettes arènes héraultaises ont fait le plein pour fêter le héros local, Nicolas NOGUERA. Le président de course autre local de l'étape invite les dix raseteurs à défiler au milieu des groupes folkloriques et gardians. N. Noguéra le triple vainqueur du trophée, A. Bonhomme le meilleur animateur de la journée, Deville, Roux, Savajano, Brohan, Mascarin, R.Mondy, Tortel, Ricci, qui seront rejoints par la suite des tourneurs, Rouveyrolles, Duran, Cuallado et Fernandez. Deux cocardiers ont survolés cette finale CHANEAC de Chaballier et bien sûr ROMAIN de Mermoux.
Texte et Photos L.PERO
medium_ELLIOT-Bon.jpg
ELIOT de Boch sur A.Bonhomme
medium_CHANEAC-Mondy.jpg
CHANEAC de Chaballier et R.Mondy
medium_CHANEAC-BO.jpg
CHANEAC et A.Bonhomme
medium_CHANEAC-Sava.jpg
CHANEAC et C.Savajano
medium_CHANEAC-Bonho.jpg
CHANEAC et A.Bonhomme
medium_VINCENT-Marcassin.jpg
VINCENT d'Aubanel et R.Mascarin
medium_FARU-Brohan.jpg
FARÚ de l'Aurore sur G.Brohan
medium_FARU-Deville.jpg
FARÚ et G.Deville
**********
LE BIOÚ DE LA JOURNÈE
medium_ROMAIB-Brohan.jpg
ROMAIN de Mermoux sur G. Brohan

 

24/09/2007

ST-REMY-DE-PROVENCE le 23 09 *AS*


LE BON COUP DE BAMBOU
DANS UNE COURSE ANIMEE

medium_Saint_Rémy_020.jpg
LEVENTI accroche Villard

medium_OLA.jpgLes arènes sont presque pleines pour ce 23e souvenir Pierre-Gon. La course va s’avérer animée. Une panne de micro sur la fin du quart d’heure de Bambou ne l’empêche pas de gagner le prix au terme d’une prestation magnifique de combativité. Un arrêt d’une trentaine de minutes avec la pena qui met l’ambiance et une ola qui se déclenche. On repart pourtant avec les mêmes problèmes. Puis Léventi sur une action surpuissante se blesse apparemment aux cervicales mais les nouvelles du toril seraient rassurantes. Une spectatrice fait une chute dans les escaliers suite à une crise d’épilepsie. Ouf, il y a des jours......

Sept raseteurs dont deux gauchers s’évertuent à donner le meilleur. Auzolle dans son duel à distance avec Allouani joue les points mais signe des rasets stylés. Villard (13 medium_Villa.jpgpts) est désigné logiquement meilleur animateur toujours impliqué dans la satisfaction du public. Martin Cocher est la locomotive gauche (9 pts). Avec Bambou il effectue un travail phénoménal tandis que A. Benafitou (3 pts) se réveille un peu tard avec Jason. Sabatier et Jourdan (5 pts chacun) sont en dessous de leur valeur mais pour le premier c’est un jour particulier. Gleize (2 pts) reprend seulement la compétition. Remise des prix en piste avec l’incontournable pena de Saint-Etienne-du-Grès et les Arlésiennes de Saint-Rémy-de-Provence.
CERES (Chapelle) est rapidement délesté de ses pompons (une minute) mais la mise en bouche est intéressante avec des actions percutantes sur Martin-Cocher et Villard. Centriste, Auzolle travaille pour le ramener vers les planches. Il est récompensé par l’obtention de la 1re ficelle dont les points sont doublés. Les trois dernières minutes les hommes le délaissent. Son comportement est particulier mais ce jour il semblait décidé. Un Carmen en piste.
MOUSQUETAIRE (Lautier) perd lui aussi rapidement ses rubans. Il répond bien des deux côtés et ne refuse aucune sollicitation dans sept minutes trente rythmées mais faciles pour les tenues blanches. 1 Carmen et rentrée.
Dix minutes de présence pour NENUPHAR (La Galère) mais elles sont saccadées Quelques terminaisons mais lui aussi prend le centre et sa prestation manque de tonus. 3 Carmen et retour.
BAMBOU (Chauvet) n’a jamais plié face aux hommes. Quelle prestation aujourd’hui. D’entrée il se colle aux planches et contrôle la situation. Il menace les premiers aventuriers des ses cornes effilées. Villard, Auzolle mais surtout Damien Martin-Cocher survolté avec le bioù qui a une préférence pour les gauchers sans rechigner à droite. Damien frôle l’accrochage bousculé aux planches mais lève la cocarde. Il remet le couvert à plusieurs reprises et subit un gros engagement tout comme Villard. Bambou accepte une série puis effectue encore un gros coup de barrière sur Auzolle avant que Villard ne lève la 1re ficelle sous l’ovation à la quatorzième. Du grand Bambou qui entend 11 Carmen et rentrée ovationné. Martin Cocher s’accapare la devise qu’il brandit comme un trophée avant de la remettre à René Serme.
LEVENTI (Plo) est décidé. Trop peut être car d’entrée il frappe après Villard. Il récidive et l’envoie valser en contre piste. Il cède ses pompons en deux minutes mais à la quatrième il cloue violemment les cornes dans les planches après Auzolle et s’écroule pour se relever difficilement les cervicales touchées. Consternation lorsqu’il réintègre le toril déambulant sous l’air de Carmen entendu une fois en piste.
Agressif aux bois dès le début, SOLEDAD (Janin) subit une attaque en règle car il ne pose pas de problèmes à la tête. Cinq minutes trente suffiront pour le renvoyer au toril mais elles sont intenses et agrémentées d’actions spectaculaires comme celle sur Jourdan qui allonge le raset. 5 Carmen bien mérités et rentrée.
Hors point on se dit que JASON (Saumade) va se promener. Erreur. Il est sollicité et frappe sur Sabatier. La vitesse n’est pas sa qualité principale. Dommage car au fil des minutes il s’approche de plus en plus des planches et saute même après Bénafitou. Onze minutes vaillantes. 2 Carmen et rentrée.

Texte et Photos Eric AUPHAN 
medium_Saint_Rémy_017.2.jpg
LEVENTI sur Auzolle
medium_Bambou.jpg
BAMBOU sur M.Cocher

PALALAVAS le 23-09 *AS*

TROPHEE ALBERT DUBOUT

ONE MAN SHOW SABRI ALLOUANI
******************

medium_allou_1.jpg
 
Sabri efficace, mais avec la manière. Sabri raséte, Sabri va à la tête, Sabri lève, Sabri totalise, mais que l'on sache les attributs ne sont pas tombés seuls dans son crochet ! Car si d'aucuns disent haut et fort que l"équipe présente a travaillé pour lui, il faut remettre les choses à leur place ! Son adversaire direct pratique la méthode, donc match nul et balle au centre.
Pour ce qui nous intéresse aujourd'hui c'est le Trophée A. Dubout 2007 dont voici le palmarès: S. Allouani le remporte et F.Jockin se classe second. MATHIS de Lautier remporte le prix du meilleur taureau de la saison et MICHOU des Baumelles celui de la Finale.
A la capelado, ils sont dix à défiler, Dumas, Jockin, Noguera, Daniel, C.Garrido, Ouffe, Oleskevich qui accompagnent Allouani le plus efficace du jour, C. Garcia élégant et travailleur, Matray bien esseulé venu jouer avec opportunité le trouble fête.
GRILLON de Lautier
, peu de volonté et coup de revers il ne fait pas un bon partenaire. 14 minutes.
BONHEUR de Cuillé, en trois rasets Allouani lui lève cocarde et glands. Aux ficelles il bénéficie des beaux cites de Garcia pour s'illustrer aux planches. 9 minutes et des Carmen.
VIDOURLEN de Mermoux, très bon cocardier qui aurait mérité un travail plus soutenu pour exprimer au mieux ses grandes qualités. Sur Ouffe qui le cite le mieux, les enfermées sont pures et limpides. Dangereux à la barrière il reçoit de nombreux Carmen dans 14 minutes.
MICHOU des Baumelles
, cul dans les planches il faut le consentir arrêté ! A ce jeu ils ne sont que deux à jouer vraiment, Allouani et Garcia. Sur un énorme engagement aux planches il touche de la corne Allouani loin dans le pourtour. Super cocardier, il enferme un gland au toril et entend deux fois la musique.
FAUCON de Nicollin
, bravas, il se donne sans vice et se montre parfois spectaculaire.
PLUTON de Nicollin
, énorme de vaillance et de bravoure, va se battre avec brio pendant 14 minutes intenses et de multiples fois récompensées.
CONDOR de Lautier
, très bien dans les enchainements, le petit Lautier a brillé dans les séries. Des Carmen et une ficelle au toril.
CAÏMAN de Margé, est à revoir en compétition pour les points car son potentiel n'est pas négligeable. Barricadier à fort tempérament il clôture idéalement ce concours.
Texte et Photos L.PERO
medium_VIDOURLEN.jpg
VIDOURLEN de Mermoux
medium_MICHOU.3.jpg
MICHOU des Baumelles
medium_PLUTON.jpg
PLUTON de Nicollin
medium_PLUTON_2.2.jpg
PLUTON sur Matray
medium_CAIMAN.jpg
CAÏMAN de Margé

18/09/2007

LE GRAU du ROI 16-09 * AS *

37e FINALE DU TROPHEE DE LA MER

SABRI ALLOUANI ET PESQUIE
SUR LE QUAI D'HONNEUR
**************

medium_ALLOU.jpg
S. ALLOUANI
Cette finale, pas si mauvaise que ça malgré tout, n'a pourtant jamais enflammé le public. Si feu il y a eu, c'est à l'entracte grâce aux penas "boostées" par Jacques Valentin le président de course qui pour l'occasion s'est transformé en " DJ ".  A propos de J. Valentin, il mérite une fois de plus des félicitations pour sa bonne maîtrise des débats lors des moments chauds de la course.medium_COUPET.jpg A la capelado sous le regard attentif de Grégory Coupet, gardien de but de l'équipe de France de football et de l'Olympique Lyonnais, dix raseteurs défilent au milieu des penas, gardians, Arlésiennes. Allouani le vainqueur, A.Benafitou son dauphin, Outarka et Villard sont les animateurs. Ouffe, Jockin, Matray, Jourdan, C.Garcia ont de bons passages, Mebarek est en retrait. Mais dans l'ensemble les tenues blanches ne méritent pas d'éloges tant leur travail fut brouillon, inconstant. Devant des gradins combles les cocardiers de cette finale n'ont pas totalement convaincu. Une première partie mi-figue avec SEVERO en cocardier intraitable, et une seconde partie mi-raisin où seul PESQUIE assure du bon spectacle.
HECTOR de Nicollin, sélectionne, joue de la corne tout en se donnant jusqu'à la neuvième minute. Puis il durcit le combat, mais perd sa seconde ficelle à la douzième minute. Trois Carmen
CHANEAC de Chaballier, quatre Carmen pour neuf minutes très plaisantes meublées par de belles anticipations.
SEVERO de Ribaud
, aux pompons le rythme et le taureau se livre bien dans de bons échanges. Assez rapidement on passe aux ficelles, et là il se montre plus cocardier et surtout plus dangereux. Une terrible enfermée sur Jourdan qu'il met en grand danger augmente sa domination. Outarka lui lève sa première ficelle chèrement primée, mais il rentre la seconde. Trois Carmen.
RUY BLAS de Cuillé, débute assez fort par plusieurs gros coups aux planches. Sur Villard le coup est très puissant et le taureau bascule en contre piste, retombant lourdement sur le dos. A partir de là il manque nettement de répondant et s'incline en neuf minutes. Des Carmen.
RODIN des Baumelles, quelques belles enfermées, mais rien de "terrible" dans sept minutes de présence. Carmen.
PESQUIÈ de Saumade
, c'est un pur barricadier et c'est comme tel qu'il faut le juger. Il ne faut pas chercher ses qualités ailleurs ! Alors il tape à maintes reprises, chauffe le public et rentre une ficelle après avoir écouté de nombreuses fois le disque.
TASSOU de Cuillé en supplément, encore jeune il a de grosses dispositions barricadières et sera revu avec attention. Des Carmen.
Texte et Photos L. PERO
medium_HECTOR.3.jpg
HECTOR
medium_CHANEAC.3.jpg
CHANEAC
medium_SEVERO_1.3.jpg
SEVERO
medium_SEVERO_2.3.jpg
SEVERO
medium_RUY_BLAS_1.jpg
RUY BLAS
medium_RUY_BLAS_2.jpg
RUY BLAS
medium_RUY_BLAS_3.jpg
RUY BLAS
medium_RODIN.2.jpg
RODIN
medium_PESQUIE.3.jpg
PESQUIE
medium_PES_1.3.jpg
PESQUIE
medium_PES_2.2.jpg
PESQUIE
medium_PES_3.2.jpg
PESQUIE
medium_PES_4.2.jpg
PESQUIE
medium_TASSOU_2.jpg
TASSOU
medium_TASSOU_1.jpg
TASSOU



13/09/2007

LE GRAU-DU-ROI le 13.09 *AS*

2e journée du Trophée de la Mer
STRESSANT MAIS... CAPTIVANT
medium_AZEALLOU2.jpg
AZERAC
Aujourd'hui, au Grau-du-Roi, le public ne s'est pas déplacé pour voir des cocardiers de renom mais pour suivre de près la lutte aux points Allouani-Auzolle. Une lutte pour la première place au Trophée des As, dans laquelle s'immiscie A. Benafitou qui était en tête du Trophée de la Mer. Villard, égal à lui-même, rasète, un point c'est tout. En plus de ces quatre hommes, Jockin, Sabatier, Jourdan, Matray, Outarka et Martin-Cocher. Deux seulement à gauche, un de plus aurait mieux équilibré les débats. Les tourneurs Kherfouche, Bensalah sont aux avants-postes de la bagarre pour leur raseteur, plus T. Garrido, Fouque, Dunan.
Le président de course Jacques Valentin a eu fort à faire pour arbitrer et trancher par moments tout en apaisant à d'autres. Intelligemment, il s'appuie sur ses juges de piste aux instants les plus litigieux. C'est bien !
En piste et dans les gradins, c'est chaud ! On peut comprendre les acteurs de la course qui, pris dans la lutte, ne se font pas de cadeaux - sans pour autant franchir la ligne rouge. Et le président est là pour faire respecter les règles. Mais dans les gradins, si on comprend que les supporters s'expriment... la violence des propos et l'intolérance ne devraient pas y avoir leur place. On peut préférer les uns sans dénigrer et insulter les autres. D'autant que la lutte tactique fait partie de la compétition. Le "fighting spirit" des Argentins en rugby et des Ecossais au foot a eu raison de notre si chère technique. A un moment, il faut combattre.
Les taureaux dans tout ça n'ont pas passé un bon après-midi, seuls Azérac (2e) et Flamenco (6e) tirent leur épingle du jeu.
Félibre
(Fabre-Mailhan), après une minute guerrière, choisit, devant la marée blanche, la technique de la tortue qui se cale et laisse passer. 1 "Carmen" pendant et retour en 6 minutes.
Azérac (Paulin-Niquet) : c'est la pagaille à son entrée en piste et Jourdan se couche sous les pattes. Azérac a du mal mais il s'en sort en ignorant la gauche, en se déplaçant et parfois en prenant le centre. Toutefois, provoqué, il va au bout de belle manière et se fait respecter en concluant en six reprises. Benji fait la 2e ficelle à 14'40. 6 Carmen et retour.
Revert (Les Baumelles) : promeneur, il s'évade volontiers et excepté une poursuite serrée sur Jourdan, se laisse plumer en 8'30.
Eros (Saumade) : pourquoi 4e ? En piste, la lutte est toujours aussi acharnée. Mais aux ficelles, personne ne veut attaquer. Eros prend le centre d'où il répond sporadiquement, notamment à Jourdan avec lequel il va au bout. Acquiert un méchant coup de revers sur la fin et rentre ses ficelles.
Fonfon
(Blatière-Bessac) : raseté dans un mouchoir de poche, puis le long du pourtour, il tape aux planches mais ça ne suffit pas pour calmer les hommes. Fonfon ne se rebelle pas, il succombe en dix minutes. 1 Carmen sur une série et au retour.
Flamenco (Le Joncas) : il a l'âme guerrière et le fait savoir en s'escampant aux planches. Il fait le tri dans la mêlée blanche et casse du bois. Huit belle actions dont quatre très appuyées pour 4 fois la musique ainsi qu'au retour à la 10e. 
Jodias (Nicollin) : hors points pour le Trophée Taurin, mais compte pour le Trophée de la Mer. Brave et volontaire sur le raset , il pousse quelques actions après Auzolle (Carmen), Villard, Matray mais en huit minutes son compte est réglé. La musique au retour.
A la comptée,  Allouani prend la tête du Trophée de la Mer (finale dimanche).
Martine ALIAGA 
medium_FELIBRE.jpg
FELIBRE

medium_AZEVILAR.jpg
AZERAC
medium_REVERT.jpg
REVERT

medium_EROS.4.jpg
EROS

medium_FONFON.2.jpg
FONFON

medium_FLAMENCO.jpg
FLAMENCO

medium_FLAMENCO_2.jpg
FLAMENCO

medium_JODIAS.3.jpg
JODIAS
Photos L. PERO

10/09/2007

LE GRAU DU ROI le 9-09 *AS*

Ière JOURNEE DE LA MER
**********
INTERESSANT ET PUIS LE DRAME...

medium_FOREST_3.jpg
Le dangereux FOREST de L'Argentière

Adil Benafitou avec 22 points prend provisoirement la tête du Trophée de la Mer. Il faut dire qu'après le retrait d'Oleskevich au premier taureau, il s'est retrouvé bien tranquille à gauche. A droite Allouani peu adroit totalise 15 pts, Matray opportuniste 12 pts, Outarka 12pts, Jourdan 9 pts et C. Garcia 2pts. Seul Jockin ne lève pas. Tous ces hommes ont travaillé sur un bon rythme, sauf sur SAURON dont l'encocardement est vivement contesté par les raseteurs. Nous rappelons à ces derniers qu'ils peuvent avec le délégué de la fédération vérifier avant la course les encocardements, ce qui éviterait au public d'être lésé.
PACAN de Lafon: Encore une excellente sortie. Volontaire, et toujours placé dans le terrain des planches, il ne rechigne pas devant la tâche et termine souvent ses poursuites en menaçant de la corne. Il rentre ses ficelles et reçoit cinq Carmen.
LANZA de Blatière-Bessac: C'est un grand promeneur, ce qui lui évite de se faire piéger. Puis s'échauffant, il va se livrer dans de belles enfermées qu'il parachève en se soulevant dangereusement à la barrière. Brillant il rentre à la quatorzième minute après avoir entendu sept Carmen.
SAURON de Fabre-Mailhan: C'est le type même du cocardier de race. Toujours bien positionné, aux aguets, il riposte aux attaques par de belles anticipations et vient conclure en tapant bas dans les planches. Délaissé aux ficelles, il rentre en musique déjà trois fois entendue.
FOREST de l'Argentière: Compliqué le taureau ! parfois vagabond et désintéressé il peut sur le cite suivant anticiper, se dédoubler, s'engager puissamment et criminellement à la planche ou sauter derrière l'homme. Il entend plusieurs fois la musique sur de bons passages. Et puis à la treizième minute sur un de ces déplacements anodins dont il est coutumier, il saute sur le tourneur Patrick Siméon et va le crocheter à l'intérieur du burladero dans lequel il se réfugiait. Victime d'un méchant coup de corne, la course est arrêtée. La blessure nécessitant un transport en hélicoptère, les arènes sont évacuées et la course ne reprendra qu'une heure plus tard.

Texte et Photos L. PERO

medium_PACAN.2.jpg
PACAN sur A.Benafitou
medium_LANZA_1.jpg
LANZA sur Matray
medium_LANZA_3.2.jpg
LANZA avec Jourdan
medium_SAURON_1.jpg
SAURON face à Allouani
medium_SAURON_2.2.jpg
SAURON sur Jourdan
medium_SAURON_3.jpg
SAURON tape derrière Jourdan
medium_FOREST_1.jpg
FOREST saute sur Allouani
medium_FOREST_2.jpg
FOREST envoie la corne sur Benafitou
**********************
L'ACCROCHAGE DE P. SIMEON
medium_ACCRO-Siméon.jpg
*********************


03/09/2007

MAUGUIO le 2-09 * As *

EXHIBITION TAURINE
**************

medium_PHIDIAS-M.co.jpg
PHIDIAS sur Martin-Cocher
Quel jugement doit-on porter sur ce simulacre course camarguaise ? Seulement six raseteurs à la capelado ( un de moins que le quota minimum fédéral ) à qui on oppose sept cocardiers, avec comme mission faire du spectacle ( les points des attributs levés n'étant pas comptabilisés )! Est-ce cela la véritable course Camarguaise ? Je ne le pense pas, et ce dimanche nous avons assisté à ce qui est fait en patinage artistique, pour clôturer les Championnats du Monde : une sorte de gala !
Alors dans ce contexte deux hommes peuvent sortir la tête haute de ce guêpier : Damien Martin-Cocher et Benjamin Villard qui ont mené avec beaucoup de professionnalisme et d'honnêteté les débats en ne ménageant pas leur peine devant les taureaux.
Les cocardiers devant une si faible opposition ( Auzolle, Jourdan, Outarka, Villard à droite et Martin-Cocher, Poujol à gauche ) fournissent des prestations de faible intérêt hormis PAZAC de Daumas et PHIDIAS de St Pierre. Pour les autres GREGAOU de F.Mailhan, LESTAT de Cuillé, VIRAT et BARRAS de Nicollin, OMEGA de Ricard, ce n'est pas cette sortie qui changera le cours de leur carrière.
Alors pour ceux qui préconisent ce style de courses, c'est bien ils ont eu leur journée, pour les autres " Vivement dimanche prochain ! ".
Texte et Photos L. PERO
medium_GREGAOU.jpg
GREGAOU
medium_LESTAT.2.jpg
LESTAT
medium_PAZAC.3.jpg
PAZAC
medium_VIRAT.2.jpg
VIRAT
medium_PHIDIAS.jpg
PHIDIAS

 

27/08/2007

ST-GENIES-DES-MOURGUES le 26.08 *AS*

LA FETE FINALE
SANS LE FEU D'ARTIFICE

medium_Soledad.jpg
SOLEDAD

Dans la chaleur tropicale de ce mois d'août, Saint-Geniès clôture sa fête votive. Bien avant l'heure, les aficionados partagent leur sueur en se "quichant" dans les gradins, la tribune d'honneur dégouline, Gérard Géhin n'a plus de voix, sonnez trompette.

Sept hommes et quatre tourneurs à la capelado : Jourdan, Allouani, Ouffe sont les plus en vue ; Jockin , C. Galibert, Outarka, C. Garrido complètent ; plus Zerti, Kherfouche, Siméon, Molins. Ambiance mitigée entre raseteurs qui pourtant se connaissent bien (?) Après une première partie peu enthousiasmante malgré un bon premier, la seconde est intéressante. Les blancs ont manqué d'envie de faire le spectacle et d'un noir un peu pétillant pour finir.

Ramuncho de Guillierme fait un bon premier. Placement, du punch à conclure et la réserve nécessaire à un premier. En plus, il baisse la tête au contact et envoie à la planche.

La course de Lou Vibre de Lafon est entachée d'un litige portant sur sa première ficelle qui complètement ouverte ne s'enlève pas malgré les passages répétés de tous les hommes. A la demande des raseteurs, le président le fait rentrer à la 14e minute. 

Bonheur de Cuillé se soulève après les hommes mais sans conviction à l'exception d'un gros coup sur Allouani. Onze minutes trente.

Soledad de Janin fournit dix minutes offensives. Des poursuites serrées après Ouffe, Allouani, Jourdan et des séries dynamiques. Agréable.

Gregau (Saumade) n'a pas été submergé. Dommage, car s'il débute tranquillement au fur et à mesure il s'affirme en s'envoyant fort sur les hommes, surveillant les départs et fermant la porte à l'occasion. Une ficelle au toril.

Si Sifflet (Blatière-Bessac) s'évade parfois, il faut dire que les hommes ne lui demandent pas grand chose. Pourtant, Jourdan s'attèle à la tache (coupe, deux glands, deux ficelles), s'ensuivent quelques arrivées puissantes ainsi que sur Outarka. 12 minutes.

Le Nicollin de service pour finir, Poète en l'occurrence, hors points,  n'a pas assez de panache pour enthousiasmer même si sa vaillance lui fait accomplir de belles séries avec quelques finitions.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

medium_Bonheur.jpg
BONHEUR
medium_Siffet.jpg
SIFFLET
medium_Ramuncho.jpg
RAMUNCHO