Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/05/2007

VENDARGUES *AS* le 8 MAI

Ils auraient pu beaucoup mieux faire

medium_MARCELLIN_JOURDAN_001.JPG

 Marcellin - Jourdan

Course organisée par La Muleta. Raseteurs à droite : Auzolle, Jourdan, Matray, R. Mondy, Rey. A gauche : Santiago, Mebarek, Tortel. Tourneurs : Siméon, Mata, Lizon, Jorquera. Cocardiers  dans l'ordre de sortie : Dedale de Cuillé, Fonfon de Blatière-Bessac, Marcellin du Joncas, Blaise de Fabre-Mailhan, Méjanais de Ricard, Le Bombero de Saint-Pierre et Rognonais de Lagarde, hp.

Si certains taureaux avaient envie (Fonfon, Marcellin, Le Bombero), on ne peut pas en dire autant des blancs. Hormis Victor Jourdan, Julien Rey par moments, les autres n'ont pas mis beaucoup d'enthousiasme à raseter. Pourtant, aujourd'hui, sans "vedette", ils avaient toute la place pour montrer leur savoir-faire. Certains cocardiers ont été gâchés, saoulés de mauvais rasets et de multitudes de passage à blanc, sans compter les temps morts à chaque difficulté. Dommage, devant une arène bien garnie ! Malgré ce, Fonfon (Blatière-Bessac, 2e) livre un bon combat ; Marcellin (Joncas, 3e) étonne par sa vivacité, son oeil qui surveille tout. Placé dans l'ovale prés du petit portail, un peu décollé des planches, il garde son terrain, faisant un pas au départ du blanc lui fermant la porte. Malin le petit Joncas ! Qui se livre aussi furieusement dans des séries où on ne lui touche pas souvent la tête. Rentre ses ficelles. Le Bombero (Saint-Pierre, 6e) est un partenaire idéal. Brave, vaillant, il se donne jusqu'aux barrières où il peut conclure. Quant à Rognonais (Lagarde, 7e hp), son gabarit et sa méchanceté impressionnent. Alors, évidemment, à part Rey et Jourdan, on ne voit pas grand chose.  Dommage ! Dommage !

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER 

 
medium_ROGNONAIS_REY_001.JPG

Rognonais - Rey 

medium_LE_BOMBERO_JOURDAN_001.JPG

 Le Bombero - Jourdan

medium_FONFON_REY_001.JPG

 Fonfon - Rey

 

07/05/2007

PALAVAS LES FLOTS le 6-05 * AS *

A PALAVAS MATHIS DECHAINE LES FLOTS

medium_Mathis_1.jpg
MATHIS Bioù d'Or 2006 se la "péte" en Dieu de la Mer.
Si B.Villard et S.Allouani dirigent de mains de maîtres le vaisseau blanc, D.Sabatier et à un degré moindre J.Ouffe se comportent en valeureux marins. Le reste de l'équipage (Mebarek, Oleskevich, Matray, Jockin, Mascarin) a quant à lui péri noyé dans la tourmente.medium_Valentin.2.jpg Du haut de sa vigie, L'Amiral J.Valentin a su diriger avec l'enthousiasme qu'on lui connaît les manoeuvres les plus chaudes pour que le spectacle soit gagnant. Revenons au port pour analyser la belle et tumultueuse traversée de cet aprés-midi.
1/FIGARO de Margé n'est pas un premier mais s'est acquitté avec bravoure de cette tâche. Neuf minutes et deux Carmen. 2/SCAMANDRE de Boch, à quatorze ans, le coquin serait bien plus utile au poste de premier. Coriace il n'en est que plus dangereux et donne une réplique sérieuse pour quinze minutes trois fois honorées. 3/MICHOU Les Baumelles réussit huit bonnes minutes avec deux énormes actions sur Villard. Le reste de ses quinze minutes... . Rentre ses ficelles et trois Carmen. 4/JEANNOT du Grand Salan, effectue un quart d'heure bien compliqué. Zappant les tourneurs il est bien difficile de l'intéresser de bout en bout à la lutte. Pourtant lorsqu'il veut jouer, c'est convaincant et dangereux aux planches. Quinze minutes et trois Carmen. 6/GASTOUNET de Saint Pierre a complétement rempli son contrat en ne coupant pas l'euphorie qui s'était emparée des gradins avec son prédecesseur. Fantasque, barricadier puissant, semeur de panique en contre piste il a tout fait pour que le spectacle se termine sur une bonne note et c'est en cela qu'il mérite les honneurs du disque et du public. Mais aujourd'hui la " STAR " c'est MATHIS de Lautier, cinquième. Une tornade, un ouragan, une déferlante, un raz de marée, un tsunami s'est abattu sur Palavas, balayant tout sur son passage. Ses détracteurs en sont restés muets. Cocardier raçé, intelligent, spectaculaire, dangereux il n'autorise l'affrontement  qu'entre "GRANDS". Alors S. Allouani et B. Villard se permettent un mano à mano qui prend des allures de roulette russe. Sur le dernier coup de folie, Allouani frise la catastrophe en se jetant au sol devant le taureau qui l'avait rattrapé en pleine piste. Piétiné au passage il en ressort sévèrement contusionné. Faire le compte des enfermées, des anticipations, des coups de barrières serait une erreur, car le reflet exact de cette prestation c'est quinze minutes de danger, d'émotion, de tension, qui ont transporté le public, trascendés deux raseteurs et survitaminé un président de course.  Merci MATHIS pour ce moment magique, tu mérites amplement les Carmen (inombrables), les bravos et la reconnaissance du public debout à ton retour porteur de ta seconde ficelle. Merci aussi à ceux qui t'ont permis et aidé à triompher: S.Allouani, B.Villard et J.Valentin pour son show au micro.
MATHIS cet aprés-midi se l'est joué " NEPTUNE DIEU DES FLOTS ".
VIDOURLE
medium_FIGARO.2.jpg
FIGARO de Margé
medium_SCAMANDRE.2.jpg
SCAMANDRE de Boch
medium_MICHOU.2.jpg
MICHOU des Baumelles

medium_JEANNOT.2.jpg
JEANNOT du Grand Salan

medium_GASTOU_1.jpg
GASTOUNET de St Pierre

medium_GASTOU_2.jpg
GASTOUNET et panique à tribord

 
********************
MATHIS, LE PUBLIC, ALLOUANI, VILLARD
QUE DU BONHEUR !
medium_PUBLIC.jpg
medium_MATHIS_TETE.jpg
medium_Mathis_-Villa1.JPG
medium_MATHIS_2.jpg
medium_MATHIS_Vila2.jpg
medium_MATHIS_3.jpg
medium_MATHISBenji.jpg
medium_MATHIS_4.jpg
medium_MathisAllouCouch.jpg
medium_MATHIS-Allou_1.jpg
medium_PUBLIC_2.jpg

Photos Luc PERO

03/05/2007

ST GENIES DES MOURGUES *AS* LE 1er MAI

LES COCARDIERS ONT FAIT LE SPECTACLE
Peu de raseteurs ont tenu la distance
 
 
Devenue course unique aux As pour cause de pluie (les points ne comptant plus, ceci explique peut-être cela... mais alors où est le respect du public),  la course a pâti du manque de travail. Seuls trois hommes ont raseté jusqu'au bout : Victor Jourdan, Sidi Mebarek et Sabri Allouani (sort  après le 6e). 
REPORTAGE PHOTO
DE CHRISTIAN ITIER 
 
  medium_GAUCELM_001.JPG
Gaucelm (Nicollin) et ses terribles enfermées. 
medium_VOLTIGEUR_014.JPG
 Voltigeur auteur d'une très bonne course, ici sur Victor Jourdan
medium_VOLTIGEUR_006.JPG
 Agression de Voltigeur sur Allouani
 
 
medium_208_SAUMADE_003.JPG
 Peu raseté, le N.208 de Saumade a fait passer le frisson dans le public
medium_208_SAUMADE_006.JPG
 N.208 de Saumade : sauve qui peut dans les gradins
 

30/04/2007

PALAVAS-LES-FLOTS - AS - Le 29/04

ROYALE DE CUILLE

Histoire d'heure

medium_allouani1_001.JPG

La course n'a valu que pour sa seconde partie. Les trois premiers Argentin, Acacia et Fanal n'étant plus assez costaud pour mettre les hommes à l'heure, à ce niveau. En revanche, dès sa sortie en piste Lestat fait la différence et règle les montres. Du haut de ses treize ans, il commence par cadrer les tourneurs, ça calme les autres… restent les hommes forts : Benafitou, sans le style qu'on lui aime ; Sabatier et sa sincérité ; Mascarin à l'affût… et Allouani pour tout le reste. L'As des As met le turbo et laisse les miettes. La course a démarré.

Suit le jeune Titouan (8 ans). Bien dans la lignée de sa race, il agresse les tourneurs, étale sa méchanceté mais pas seulement… Une fois placé, c'est pas du gâteau. Mascarin, Ouffe, Allouani dans des actions serrées où Titouan met la corne quand ça vaut le coup. 14 minutes qui récompensent les nombreux spectateurs (3/4 d'arène).

Le clou de l'après-midi c'est Ruy Blas. Anticipateur, rapide, pas facile de mettre la main dans ses cornes bizarroïdes. Sabatier se fait piéger pleine piste, c'est chaud ! Ruy Blas s'envoie avec hargne sur quiconque le défie. Allouani fait le show, pleine piste… un ange passe les ailes pleines de "Carmen" et d'applaudissements. Benaf… itou pour son plus beau raset de l'après-midi. Sabri cite encore son noir partenaire, Ruy Blas s'escampe après lui sur le portail… qui s'entrouvre. Le public retient son souffle, les gardians derrière le fragile abri tiennent le coup, poussent, poussent… et referment. Ouf ! Ribera, sur la présidence, s'essuie le front. Sabri fait les deux ficelles en deux rasets. Le public est à fond, la musique aussi. Dommage on aurait aimé en voir plus que neuf minutes.

Reste Renoir (7 ans, hors points). Comme d'habitude, les hommes n'avancent plus, reste Sabri qui exploite les réelles qualités (placement, finitions) du plus jeune des Cuillé. 38 points pour le raseteur à la comptée, les montres sont à l'heure.

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER

 

Spécial dédicace : Jacques Valentin était privé de micro pour un petit ennui de santé, (on lui fait un petit coucou), son remplaçant Cyril Daniel s'en est très bien sorti et a bien géré la course, peut-être quelques Carmen de trop mais bon c'est juste pour chipoter.

EN PHOTOS : RUY BLAS ET LE COUP DU PORTAIL 

medium_RUY_BLAS_SABRI_005.JPG

 

medium_RUY_BLAS_SABRI_004.JPG
medium_RUY_BLAS_SABRI_001.JPG
 TITOUAN ET SABATIER
medium_TITOUAN_SABATIER_001.JPG
 

22/04/2007

LE GRAU-DU-ROI *AS* le 22 04 07

Couci-couça

medium_Lanza_-_benafitou_001.JPG

 Adil Benafitou et Lanza

Sont-ce les hommes qui n'ont pas trouvé la bonne méthode, le bon rythme, les bons gestes ? Sont-ce les taureaux qui ont manqué de jus, de détermination, de mordant ? Un peu de tout ça sans doute. Mais au final, cette course de la Royale de Blatière-Bessac n'a pas été d'un grand intérêt.

Si ce n'est Tibère qui a maîtrisé sa première place dans le style, "je fais ce que je veux, placements-déplacements, je maîtrise, et les conclusions quand ça m'intéresse !"

Othello fait un rapide passage où il fait admirer son coup de tête puis se fait blesser à l'oeil (5 minutes).

Lanza, très virulent, se défoule souvent sur planches, et même s'il lâche parfois le raset, termine sur trois gros coup où il casse les planches après Sabatier, Ouffe et deux belles longueurs avec Benafitou. Rentre ses ficelles.

J'ai bien aimé Teruel (4e) qui, même s'il s'est montré un peu mou, a donné de bonnes répliques à Allouani, coup de barrière sur Matray et Sabatier, un bel engagement sur Benafitou, met à la corne à Mebarek et Ouffe.

L'étalon Roméo ne s'intéresse pas à grand chose.

Il est vrai que les hommes ne font rien pour mettre en valeur Ivoire. Raseté dans tous les sens, il n'oppose que sa - parfois bonne - volonté. Quand ça ce calme, il peut afficher sa préférence pour les gauchers dans trois beaux engagements où il casse du bois (Benafitou, Mebarek).

Quant à Kabyle (7e) qui n'a plus rien à faire hors points, il termine, bien sûr, par quelques actions de grande envergure. Mais, malgré qu'il soit raseté - notamment par Ouffe - ça manque de piment.

Martine ALIAGA

Photos Christian ITIER 

 
medium_TIBERE_ALLOU_001.JPG
Tibère, bon premier, face à Allouani
 
medium_Terruel_-_Matray_001.JPG
 Terruel - Matray
medium_Sabatier_-_Kabyle_001.JPG
 Sabatier - Kabyle
medium_ouffe-KABYLE_001.JPG
Ouffe - Kabyle 

16/04/2007

PEROLS, le 15 avril, "AS"

Respect à ... VIRAT

medium_VIRAT_1.jpg

 

"Quand les taureaux se tiennent, les hommes aussi". Encore une fois, cette phrase-clef de la course camarguaise s'est avérée exacte. Dans la Royale de Nicollin, rasetée sans fioritures par les hommes en blanc, un seul a fait la différence: VIRAT. Le cocardier, qui a payé au fil du temps le prix fort avec de multiples blessures, est toujours le bioù fier et hargneux qui sait se faire respecter. On aime son sens du placement, ses méchants engagements après les hommes qu'il oblige à l'application. Allouani met un point d'honneur à rendre un travail propre, ses longs cites pleine piste sont un pur bonheur (cocarde et premier gland dans le crochet) et arrivées en fanfare aux planches. Sabatier, très travailleur, essaie... la réponse du double Bioù d'Or est cinglante. Mascarin se met en danger, Virat met la corne, dangereusement. Contre toute attente vu la difficulté, Mebarek s'investit à fond, les coups de barrière s'enchaînent et Sidi trouve la récompense en prenant le deuxième gland. Sur la trompette, Sabri cite le cocardier de loin et traverse la piste... juste pour la beauté du geste. C'est le seul moment de grâce de l'après-midi. Respect !

Martine ALIAGA

medium_Virat-allou_1.jpg
medium_MASCARIN.jpg
medium_MEBAREK_sidi.jpg
medium_ALLOU_bis.jpg

Photos Christian ITIER 

10/04/2007

BEAUCAIRE LE 8 AVRIL *AS*


UN MUGUET AUX SENTEURS PROMETTEUSES
medium_079.JPG
Lou Pounchu, le cocardier de l'après-midi 

Beaucaire au trois quarts plein, malgré la concurrence d'Arles et de sa feria, Morade peut être satisfait, le plateau proposé par la régie municipale a attiré le public. Restait à voir ce qu'allaient donner les jeunes recrues noires à ce niveau : Fonfon, Apis, Lou Pounchu, Yvan. Pari gagné, chacun dans son style s'est bien battu et a transmis l'émotion. Les hommes ont joué le jeu du début à la fin, avec courage malgré les blessures. Gleize combat, Poujol s'applique, Villard prend tous les risques, Auzolle s'accroche, Khaled toujours présent, Martin-Cocher courageux.

Felibre (Fabre-Mailhan, 1er) a bien reçu les premiers assauts, Raspail (Saint-Pierre, 3e) a fait une course vaillante de 13 bonnes minutes. Gastounet (Saint-Pierre, 6e) a fait ... du Gastounet. Des assauts aux planches mais six petites minutes c'est un peu court.

medium_030.JPGLa méchanceté de Fonfon (2e, Blatière-Bessac, photo à gauche) fait mouche. Villard explosé à la barrière, une pointe à la main de Gleize, Auzolle jambe coincée au saut. Même s'il se laisse parfois coincer devant le toril, Fonfon donne le change et avec un peu plus d'expérience, il faudra compter sur lui. 8 minutes.

D'entrée le superbe taureau du Brestalou, Apis (4e) fonce comme un bolide sur Miralles, l'attrape par la ceinture et le catapulte en contrepiste (photo ci-dessous).  Emotion ! Apis fonce sur tout ce qui bouge et découvre la grande piste. Sur les cites, il envoie toute sa puissance. Les anticipations sont superbes, une fois la tête passée, il passe au suivant et fait avorter nombre de rasets. Au passage, Poujol prend une pointe à l'avant-bras gauche. Au fil des minutes, Apis tricote de plus en plus des cornes, poser la main devient très très difficile. Une ficelle au toril.

 medium_045.JPG

Lou Pounchu (5e, Guillierme), le cocardier du jour. On le craint, son placement est rigoureux, ses engagements sévères. Du toril, il supervise les blancs et on a droit à une gamme de rasets de près (Poujol, Khaled, Auzolle). Superbe! La corne toujours dangereuse, Lou Pounchu se bat comme un beau diable dans la bagarre pour sa première ficelle qu'il rentrera. Bravo !

medium_072.2.JPG

 

medium_123.JPGSi Yvan sort 7e et hors points pour le Trophée Taurin, il rentre dans le classement pour le Muguet d'Or. On rend grâce à son manadier pour son bon encocardement et ses quinze minutes de présence pour le coup excellentes. Ne vous fiez pas à son physique un peu léger, le cocardier du Pantaï est un guerrier. Raseté dans l'esprit, Yvan anticipe, enferme et termine au fil des planches.  Un final à la hauteur de cette bonne après-midi où le Carmen général dédié aux hommes et aux taureaux n'est pas usurpé.

Martine ALIAGA 

Photos Christian ITIER 

medium_061.JPG

 Apis - Poujol

medium_053.JPG

Apis - Villard 

medium_072.3.JPG

 Lou Pounchu - Poujol

medium_073.JPG

Villard dans les cornes du Pounchu 

medium_113.JPG

 Yvan - Martin-Cocher

 

09/04/2007

LUNEL LE 9.04.07 *AS*

medium_IMAG0128_copie.jpg

Quatre cocardiers
pour quatre quarts d'heure de choix 

medium_MICHOU-Allou_copie.jpg
MICHOU sur S.Allouani, danger !
Les Pescalunes pouvaient sortir la tête haute du concours de manades.  Quatre cocardiers venaient de triompher dans leur piste fétiche, Lunel, "la sélective". Il est difficile d'y passer mais encore plus d'y réussir et d'obtenir les faveurs unanimes du public. Pourtant cet après-midi, ils sont quatre à pouvoir s'en glorifier. Quatre cocardiers différents dans leur approche du combat.

medium_Veneur_10x10.jpgVeneur (Brestalou) au poste de premier, s'est tout d'abord amusé à promener les hommes  puis il s'est calé aux bois et là... plus la même musique, plus de combattants, hormis Allouani, Villard, Auzolle. La sélection est faite et le taureau donne alors un récital d'anticipations et d'enfermées. Du bel ouvrage, costaud, bien mené et récompensé quatre fois.

Lebrau (Plo): la brute se fait piéger en début de quart d'heure puis se replaçant, il va medium_Lebraou_10x10.jpggérer la bataille. Pas moins d'une vingtaine de missiles seront décochés par le bioù et certains par rafales de trois ou quatre successivement. C'est l'explosion en piste, dans les gradins, et même pour le disque qui va jouer une dizaine de fois. Ses ficelles et l'ovation au retour. 

medium_Michou_10x10.jpgMichou (Les Baumelles) ne se présente plus. Il effectue un quart d'heure sérieux dans lequel les actions spectaculaires et dangereuses ont donné le grand frisson. Il accroche Allouani par le bas du pantalon, à la barrière, puis, sur un saut, Sabri frise l'accrochage. Ses ficelles au toril, des "Carmen" et des bravos.

Jeannot (Grand Salan), intelligent dans sa tactique de piste, multipliant les déplacements, medium_Jeannot_10x10.jpgne s'engageant à fond  que si cela en vaut la peine. Il va user les hommes. Combatif quand il le faut, il donne un échantillonnage de coups de butoir (pas gratuits) qui refroidit certains de ses adversaires à tel point qu'il manque quelque peu de travail. Ecoute 8 "Carmen" et enferme une ficelle.

Le petit plus de ce concours a été la présence dans les gradins de Patrick Castro, le grand As des années 70.

VIDOURLE 

************

EN IMAGES

 VENEUR

medium_VENEUR_1.jpg
medium_VENEUR_2.jpg
LEBRAOU
medium_PLO_1.jpg
medium_PLO_2.jpg
medium_PLO_3.jpg
medium_PLO_4.jpg
MICHOU
medium_MICHOU_1.jpg
medium_MICHOU_2.jpg
JEANNOT
medium_JO_4.jpg
medium_JO_1.jpg
medium_JO_2.jpg
medium_JO_3.jpg
Photos L. PERO

02/04/2007

ARLES 1-04-2007 *AS*

"MONTVERT", VENI, VIDI, VICI
B.Villard et D.Martin-Cocher deux blancs souverains

medium_Mon-matrai.jpg
Ouf! pour Matray devant MONVERT

Les courses annulées à cause de la pluie, n'ont pas trop profité aux organisateurs Arlésiens. Malgré ce les gradins étaient bien garnis quand les onze raseteurs effectuent (toujours en désordre...) la capelado. Si les deux hommes cités sont à louer pour leur mérite et leur travail, Matray, Gleize sont à citer aussi. Poujol, Khaled, Mebarek, Thierry, Miralles, Moulin et Mascarin ont eu leurs moments. Des noirs camarguais, ANDALOU (Blanc-Espelly) quatrième, est passé à côté du sujet. Deux Carmen, dont un généreux. CAMARINA (Chauvet) cinquième, a toujours du coeur, mais aujourd'hui le physique n'était pas là. Des Carmen. MALIN (Ribaud) à été un premier de choc, intelligent et cinq Carmen le récompensent. NENUPHAR (La Galère) deuxième, cinq Carmen pour une course faite de gros engagements, de séries, mais aussi de moments d'oublis. MATHIS (Lautier) sixième, a fait grandement honneur à sa devise, ainsi qu'à son titre. Avec Villard principalement, le Bioù d'Or 2006 s'est déchaîné dans de grands et puissants coups de barrières qui ont déclenché moultes fois le disque. Bien en pattes, agressif, volontaire, il est à créditer d'une bonne première sortie. MONTVERT (Brestalou) troisième. On le connaissait, les hommes aussi ! On le savait dominateur et dangereux, les hommes aussi ! Alors pour résumer sa course, presque une citation aurait suffit : il est venu, il a vu, il a vaincu ! Techniquement il est largement au dessus de ses adversaires surtout des droitiers, pour les gauchers il est légèrement plus abordable mais ce n'est pas du "prêt à consommer", car il faut savoir le préparer avec justesse avant de s'en accommoder avec parcimonie toutefois. A droite comme personne n'a faim, mis à part Matray, un peu Villard et Gleize, le régime est de rigueur. A gauche le nouveau promu aux As, Damien Martin-Cocher a lui les dents longues et de l'appétit, aussi il se délecte avec jubilation de la cocarde et du premier gland que Montvert lui offre, mais cela au prix d'efforts, de courage et de volonté. Aujourd'hui le cocardier du Brestalou a passé avec succés sa maîtrise de Taureau Supérieur, n'en déplaîse à ses détracteurs. Jamais pris en défaut, attentif à tous les départs, aux reprises, coupant monstrueusement le terrain à droite, protégeant ses attributs d'un coup de revers meurtrier des deux côtés, il est complet, surtout qu'à la barrière mieux vaut ne pas trainer. Au final il rentre son second gland sous la grande ovation aprés avoir entendu quatre fois les honneurs suprêmes.

VIDOURLE

medium_Malin-gleize.jpg
MALIN désarme Gleize
medium_Nenu-vil.jpg
Une des bonnes actions de NENUPHAR
medium_Vill-CAMARINA.jpg
Encore de l'envie pour CAMARINA
medium_Mathis-Mco.jpg
Martin-Cocher appliqué devant MATHIS
medium_Mathis-gleiz.jpg
Belle agression de MATHIS sur Gleize
medium_Mathis-_villa.jpg
MATHIS sur Villard
medium_Mon-vil_1.3.jpg
Danger pour Villard devant MONTVERT


Photos L.PERO





26/03/2007

MAUGUIO le 25-03-2007 *AS*

SABRI, BENJI
ET LES JEUNES PRINCES DE CUILLE

medium_allouruyblas.jpg


RUY BLAS un cocardier à suivre

Ce dimanche, la manade Cuillé sortait sa Royale rajeunie de plusieurs éléments. Coaching réussi car les quatre jeunots se sont comportés de fameuse façon. Chacun dans leur style, ils ont apporté du sérieux, du spectaculaire et une volonté farouche d'en découdre sans faire de concessions. CHIPPEUR qui ouvrait les débats a fourni une course sérieuse, dure, trop dure diront certains, mais un premier se doit d'être costaud. Pas ménagé il a su faire front. TITOUAN cinquième, a d'entrée apporté la note brutale, fantasque, qui plaît en cassant du bois sur des agressions envers les spectateurs du pourtour. Puis entrepris, il a su répliquer avec énergie dans de nombreuses et longues séries parfois conclues tête au dessus. Septième, en supplément RENOIR a montré que jeunesse pouvait rimer avec rigueur, méchanceté et volonté. Enfin RUY BLAS, sixième, a sorti le grand jeu. Dominateur, il n'a permis qu'à deux hommes de le défier (S. Allouani et B. Villard) ceci est un signe qui ne trompe que rarement ! Il explose douze fois aux barrières (sauts ou coups) aux trousses de ses deux partenaires du jour et pousse même plus loin aprés Villard qu'il ira coincer sous les gradins, à travers les travettes de contre-piste (voir photos). Emotion, contusions mais pas de cornada: Ouf ! C'est en grand seigneur que RUY BLAS regagne le toril avec ses glands et la grande ovation. Voilà pour les quatre nouveaux princes du Grand Badon, qui doivent partager leur victoire avec les deux grands As que sont Sabri ALLOUANI et Benjamin VILLARD.
                                                                                                                                                                                                    VIDOURLE
L'ACTION ET L'ACCROCHAGE DE B.VILLARD
medium_Benji_1.jpg
medium_Benji_2.jpg
medium_Benji_3.jpg
medium_Benji_4.jpg
                                                                                                                                                
                                                                                                                                                 Photos L.PERO

18/03/2007

VERGEZE le 18.03.2007

Benjamin VILLARD, UN HOMME DANS LA COURSE
medium_kabyle1.jpg
Ici avec KABYLE
                                                                                                                                                                                   
Ce dimanche les arènes de Vergèze inauguraient leurs nouvelles installations. En effet l'ancien toril plus aux normes en vigueur a été remplaçé par une structure trois étoiles, cocardiers et gardians en apprécieront la qualité. A cette occasion la Royale de l'élevage roi du village (Blatière) a été présentée au nombreux public qui garnissait les gradins. De cette course nous retiendrons les prestations de TIBERE, malgré la lourde charge qui lui était assignée il s'en est sorti avec métier, pugnacité et brio. LANZA, cinquième plus facile mais brillant. Enfin pour conclure KABYLE, barricadier à souhait donne une réplique qui ravit les fervents du genre.

Côté des tenues blanches, ils étaient huit à la capelado aidés par la suite de quatre tourneurs. Si A.Benafitou est le plus performant aux points, c'est B.Villard qui a été de loin le plus entreprenant. Dans son style particulier il va animer de bout en bout cette course. Toujours dans le tempo, c'est lui qui imprime le rythme et qui distille les meilleures attaques provoquant ainsi des arrivées spectaculaires. Loyal avec les cocardiers, il n'en délaisse aucun et prend plaisir à se mesurer à eux. Pourtant aujourd'hui ce n'était pas gagné d'avance pour lui, car sortant d'une intervention chirurgicale du poignet droit (scaphoïde) une inquiétude était légitime. Mais sa passion , son courage et sa tenacité ont fait la différence et grâce à Benjamin cette course a pu vivre quelques moments intenses comme on les espère souvent. 

VIDOURLE

medium_Tibere.jpg
là avec TIBERE
medium_fonfon.jpg
avec FONFON
medium_teruel.jpg
avec le coriace TERRUEL
medium_teruel2.jpg
encore TERRUEL
medium_othello.2.jpg
puis sur OTHELLO
medium_lanza.jpg
en danger face à LANZA
medium_kabyle.jpg
pour finir avec KABYLE
medium_kabyle2.jpg
et encore KABYLE
*****************
medium_Toril.jpg
Le nouveau Toril
                                                                                                                                             
                                                                                                                                                    Photos L.Pero