Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/09/2015

LE GRAU-DU-ROI *TROPHEE DES AS*

Dimanche 20 septembre 2015 - Finale du Trophée de la Mer

Four et Jupiter prennent la Mer

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaise

Temps splendide, arènes pleines, capelado colorée et rythmée, course sérieuse... c’est une belle après-midi qui a clôturé cette troisième journée finale du Trophée de la Mer.

Bastien Four s’offre le Trophée, c’est mérité tant sa première course, jeudi, a été conquérante, et cette finale bien disputée. Sabri Allouani est deuxième aux points et gagne également le prix du meilleur animateur. C’est aussi mérité tant le raseteur, par sa présence, sa vista, sa main toujours sûre pour démarmailler les ficelles et sa prise de risque, a marqué les trois courses. L'ensemble des hommes a bien travaillé, Cadenas et Katif, un peu en dessous, I. Benafitou et Aliaga pas assez réguliers.

Le prix à Jupiter de Laurent, meilleur taureau des trois rendez-vous, me semble un peu rapide comme décision même s’il a emballé les gradins et très bien terminé le spectacle. Le jury aurait pu regarder un peu plus dans les cocardiers des trois courses (Aïoros, Chico, Mignon ou Cruchot). Mais bon, c’était la fête...

Une fête entamée de belle manière sous la baguette de Maître Patrice Blanc qui a lancé chevaux et gardians, Arlésiennes à la saladelle et Messieurs en habits pour mettre à l’honneur la tradition de la capelado. Du rythme, des couleurs, de la poésie avec une adorable marionnette... Bref, les raseteurs ont fait une entrée remarquée, appelés chacun par son nom.

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaisePhoto:
Loubard - Ziko Katif

Loubard (Cuillé) aime la bagarre. Toujours à l’affût le long des planches, en plus il tricote des cornes. Mais les blancs ne le lâchent pas. Lui se jette dans tous les rasets pour 7’30 les rubans. Moins remuant et mieux positionné pour son unique ficelle, il accélère après Chekade ou Aliaga. Et finalement, remet de l’ordre en piste et rentre son unique ficelle. 4 Carmen et retour.

Castor (Saumade).- Attaqué dans le désordre, la présidence rappelle les tourneurs à l’ordre. Castor fait front, prend même le pas sur Allouani. Bien placé, il raccompagne à vive allure jusqu’au ras des planches. Les tourneurs se le disputent jusqu’à ce que Khaled prenne pour tous les autres et reste sur la touche. Ça calme les esprits. Les séries reprennent, Castor réduit un peu sa charge mais, dans son style classique, il sauve une ficelle. 3 Carmen et retour.

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaisePhoto:
Cruchot - Aliaga

Cruchot (La Galère).- Vite fait les rubans et là c’est une autre histoire qui commence. Cruchot impose son style et sa loi: pas trop près les tourneurs et je vais au bout avec qui m’aime. Katif, Chekade, Cadenas... Droite-gauche, le taureau ne lâche rien, passe le mourre après Errik. Bastien Four ouvre la ficelle et c’est la ruée, Cruchot tient pied partout et renvoie Aliaga, Errik, Allouani, Chekade... Cadenas dans les cornes. Sous les assauts pour sa 2e ficelle, Cruchot choisit ses partenaires et se la garde. 10 Carmen et retour.

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaisePhoto:
Sylverado
- Ilias Benafitou

Sylverado (Nicollin).- Rigoureusement placé, ses longues cornes menaçant souvent les hommes. Il s’engouffre à la poursuite des blancs, trajectoires nettes mais manque un peu de détermination. Pousse encore après Aliaga, I. Benafitou et succombe sur la trompette. 4 Carmen et retour.

Ulmet (Blanc).- Attaqué plein pot, il se soulève à chaque fois, zébrant l’espace de ses cornes (Allouani 2, Cadenas, Four) pour 2’50 les rubans. Attentif, bien dans le rythme, il enchaîne les actions en rafale. Les hommes relâchent la pression et Ulmet récupère, puis se refroidit et se montre moins coopératif mais termine quand même par un gros coup sur Allouani. 7 Carmen et retour.

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaisePhoto:
Ratis - Aliaga

Ratis (Raynaud).- De suite posté pour quelques interventions autoritaires. Passe à travers les planches après Ilias Benafitou pour 5’50 les glands. Les blancs manquent de liant et se précipitent, Ratis ne saute aucune invite mais se lasse et s’en prend aux planches. Bien cité pousse après Aliaga, I. Benafitou. Se gaspille avec son jeu favori, le fracassage de planches, estribo comprise... Il fait le show, le public participe mais son jeu s’en ressent. Epuisé, il brille encore après Aliaga, puis reprend sa distraction favorite. C’est dommage pour sa course, mais moi, son côté facétieux et joueur me fait rire.. et puis il est beau. Garde ses ficelles. 5 Carmen et retour.

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaisePhoto:
Jupiter
Allouani

Jupiter (Laurent, hp).- Pas de round d’observation, il court, il court, se livre à fond et tamponne à tout va. Passe à travers, bascule, frappe, s’envoie... Plein de fougue et de violence, il attend les duels ou les provoque. Long raset de Sabri pour une magistrale envolée. Il peine dans les enchaînements mais se rattrape aux planches après Cadenas, Katif, Allouani, Errik. Plein de Carmen.

MARTINE ALIAGA

PHOTOS MALI

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaise

▲ Castor - Cadenas

▼ Ratis, démolisseur...

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaise

Ratis offensif après Four

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaise

▼ Jupiter- Cadenas

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaise

▼ Festival des penas et bandas à l'entracte

le grau-du-roi,trophée de la mer,four,jupiter,allouani,greco,course camarguaise

Trophée des As: Four, 14; Chekade, 13; Katif, 12; Allouani, 8; Aliaga, 2.

Trophée de la Mer: 1er Bastien Four; 2. Sabri Allouani. Meilleur animateur: Sabri Allouani. Meilleur taureau du Trophée de la Mer, Jupiter de Laurent. Meilleur taureau de la saison: Greco de Saint-Antoine.

18/09/2015

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Jeudi 17 septembre 2015 - 1re journée du Trophée de la Mer

Bastien Four fait la course en tête

le grau-du-roi,1re journée du trophée de la mer,bastien four,course camarguaise

La 2e ficelle de Sugar dans le crochet de Bastien Four

 

Elégant, efficace, Bastien Four met son empreinte sur la 1re journée de la Mer. Avec Jérémy Aliaga, peu payé de son travail, et Sabri Allouani, toujours là et bien là, le Saintois mène la course de la plus belle des manières. Une belle équipe de raseteurs où Cadenas et Katif sont un peu en dessous des attentes.

Côté cocardiers, Agassoun de Blanc est un premier qui ne se laisse pas manoeuvrer et, par deux poursuites serrées (Cadenas, Allouani), montre son caractère intempestif (11 minutes). Canio de Blatière-Bessac, attaqué tambour battant, réagit avec volonté et reste à l'affut de la moindre faute, comme cette dangereuse finition après Four. 6 minutes. Aïoros des Baumelles affiche sa difficulté. Tricote des cornes face à une équipe de crocheteurs motivés, et riposte cornes pointées. Guerrier bien affûté, il s'engouffre dans des séries soutenues. Allouani, par deux rasets bien "templés" fait soupirer d'aise les connaisseurs. Zekraoui chahuté dans le berceau des cornes. Les hommes ne le lâchent pas, lui fait le tri pour un très bon quart d'heure où il rentre ses ficelles.

Frédéric Bon reçoit un bouquet des mains de Vincent Ribera et du maire Gérard Crauste pour marquer la despedida de Clodomir. Le cocardier finissant sa carrière sur un très bon cite de Sabri honoré d'un non moins beau coup de barrière. Carmen !

A son habitude, Sugar de Nicollin raccompagne de ses longues cornes toutes les invites. Aliaga et I. Benafitou passent juste. Sugar répond consciencieusement et accélère, change de terrain. Anticipations sur Aliaga, Allouani, Four pour 13'30 agréables.

Bayle de Vinuesa sélectionne, répond cabré à quelques actions (I. Benafitou, Katif) et garde ses glands 10 minutes. Se retient parfois mais livre un beau combat sur la fin avec des finitions appuyées (Allounai, Cadenas, Katif) et garde ses ficelles.

Volontaire et vaillant, Chico de Lautier pousse les hommes à la confiance, il se livre sincèrement et sur un fort tempo. Mais gare, il voit tout et peut accélérer dangereusement. Ziko démarre à l'aventure, Chico lui fait traverser toute la piste plein gaz. Intelligemment, le cocardier se ménage quelques instants de récupération puis relance les duels pour lâcher sa 2e ficelle à 14'20. Bon taureau.

Dommage que les blancs laissent tomber Trancardel de Bon (hp). Pas assez incité, le taureau s'en tient à une prestation cocardière et finit ses actions au ras des planches. Un saut par surprise où un spectateur manquant de réaction, frôle la catastrophe et termine ses 12 minutes avec ses ficelles.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

06/09/2015

SOMMIERES *AS*

Dimanche 6 septembre 2015

Santen, Perroquet, Icare, Indian

 IMG_4235.JPG

▲ Le final pétillant avec Indian ici sur Joachim Cadenas

Selon qu’on voit le verre à moitié plein ou à moitié vide... Cette clôture du CT Lou Carmen a enregistré une superbe entrée et quatre cocardiers (cités en titre) ont fonctionné ainsi que l’ensemble des blancs, plus le plaisir de voir raseter ensemble Cadenas, Katif, Allouani, Aliaga, Ayme. Mais trois taureaux ont vraiment déçu s’attirant les quolibets du public et malgré le niveau de qualité du travail des hommes, la mayonnaise n’a pas complètement pris... 

Cyrano (Laurent).- Remuant les toutes premières minutes, ou arrêté, il ne coopère pas vraiment, hormis quelques fusées dangereuses (Cadenas, 7e) et se défend d’un mauvais coup de revers. Stoïque, puis statique, les minutes sont longues à passer.

Bendor (Ricard).- Direct en place, il réagit sur les rasets très engagés et envoie la corne en finition (Allouani, Ayme, Aliaga) pour 6 minutes les rubans avec 2 Carmen. Puis s’éteint, et malgré cette brochette d’excellents raseteurs qui tentent de près, sans tourneur, tête à la planche... peine perdu.

sommières,as,cadenas,aliaga,katif,allouani,course camarguaiseSanten (Les Baumelles) fonce dans le tas et surprend Cadenas qu’il zèbre à la fesse. Dangereux jusqu’aux planches, il chasse, et une fois placé, pousse dans le raset (Sabri, 2 fois) pour 3 minutes les pompons. Bien positionné, il sort en puissance sur Katif, Cadenas pour des longueurs qui charment enfin le public. Au fil des minutes, s’approprie l’espace et décide du lieu des débats. Les blancs ne désarment pas, Cadenas dans les cornes jusqu’au bout, fusée après Poujol. Secoué pour la 2e ficelle ouverte qu’il va garder, il se soulève après Cadenas. 7 Carmen et retour.


sommières,as,cadenas,aliaga,katif,allouani,course camarguaise
Photo: une des rares actions de Troubadour avec Aliaga.

Troubadour (Laurent).- Alterne le bon et le mauvais pour 6 minutes les rubans. Le public roumègue devant sa mauvaise volonté. Anticipe pourtant Cadenas parti à l’aventure... le “quite” pour Poujol. Puis élit domicile au toril, où il se contente de hocher la tête. Les raseteurs lui passent au ras des moustache sans déclencher la moindre réaction. Le public fulmine. Le président de course sonne le gong.

sommières,as,cadenas,aliaga,katif,allouani,course camarguaise▲ Une grosse enfermée de Perroquet sur Cadenas

Perroquet (Ricard).- Les blancs s’en méfient à juste raison. Et effectivement, il saute après l'homme et - manquant tout de même d'un peu de pétard - après Cadenas. Placé, froid, s’envoie après Allouani. 4 minutes les premiers attributs. Cadenas se fait embarquer. Perroquet surveille tout, piste et contre-piste. Il gère au mieux l’espace et ne se livre pas facilement. 1re ficelle à Cadenas à la 12e, l’autre rentre. 3 Carmen et retour.

 sommières,as,cadenas,aliaga,katif,allouani,course camarguaise

▲ Action d'Icare sur Ziko Katif

Icare (Paulin).- Il a retrouvé sa “grinta” et se gère mieux, sans s’envoyer pour rien. Balade les blancs, promène, mais ne rate pas le premier tampon après Katif. Des actions pétantes après Poujol, avec bascule et bris des planches après Aliaga, Katif. Placé, il se ménage un temps de récupération et repart au combat avec de grosses interventions (Aliaga 3 fois, Poujol  1). Le 2e gland à Allouani sur la sonnerie. 8 Carmen et retour.

 sommières,as,cadenas,aliaga,katif,allouani,course camarguaise

▲ Icare sur Aliaga

 sommières,as,cadenas,aliaga,katif,allouani,course camarguaise

▲ Indian se déploie après Sabri

Indian (Laurent, hp).- Ses cornes en guidon de Harley et sa bonne volonté inclinent les hommes à le faire briller. Indian y va  de bon cœur, Allouani, Katif, allongent, il est au rendez-vous. Des salves sur Aliaga, Poujol, Katif... pour un final pétillant avec plein de Carmen. Merci les blancs. 

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Entrée : plein. Organisateur : CT Lou Carmen. Président : M. Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, Ayme, Cadenas, Katif . Gauchers : Aliaga, Poujol, Ricci. Tourneurs : Daniel, Estève, Baccou, Khaled, Ull.

Trophée des As : Katif, 12 points ; Allouani, 9 ; Aliaga, 9 ; Ayme, 4 ; Poujol, 4.

La queue devant les arènes pour prendre les billets

IMG_4051.JPG

IMG_4052.JPG

********************

31/08/2015

SAINT-GILLES *AS*

Dimanche 30 août 2015

Four et Camaï séduisent la Biche

 saint-gilles,as,four,camai de la vidourlenque,course camarguaise

 ▲ Les lauréats en action

Hier. Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : Association des festivités. Président : Didier Gaillard. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, I. Benafitou, Bruschet, Moine. Gauchers : Aliaga, Four, J. Martin, Mebarek.Tourneurs : Khaled, C. Garcia, Fouque, F. Garrido, Daniel.
 
Il a la forme, le raset élégant et la main ferme, le Saintois ! Bastien Four revient sur le devant de la scène et, avec le volontaire Camaï de la Vidourlenque, séduit le jury de la Biche d’Or. C’est amplement mérité au vu d’une course intéressante où Roussillon (3e) impose sa difficulté et Moka (7e) fait un final en feu d’artifice. L’équipe blanche imprime un gros rythme mais flanche après Camaï et laisse le final à Bastien Four et Ilias Benafitou qui rivalisent pour faire briller Moka.
Germinal (Lautier).- Ne refuse rien quand les blancs enchaînent sur un gros rythme et avec ces crocheteurs confirmés ça va vite. Bruschet s’impose pour les deux ficelles.
Escamillo (Raynaud).- Tous ces blancs qui s’agitent ça l’énerve, il fonce dans le tas, et balance quelques planches au passage. Exerce une stricte sélection mais se gaspille encore avec les barrières. Se soulève après Allouani, force après J. Martin, gros engagement en musique sur Four (12e). Difficile à capter, garde ses ficelles.
Roussillon (Plo).- Aussi brouillon que les blancs aux rubans, il reste remuant mais riposte de bon cœur. De grosses enfermées sur Aliaga, Allouani. Repousse les tourneurs et se crée un large espace. Cité de loin, il prend le pas sur l’homme. Complique le jeu et use les blancs. Aliaga dans le berceau des cornes (2 fois) pour la 1re ficelle levée à la 13e, l’autre rentre. 3 Carmen et retour.

 

Camaï (La Vidourlenque).- Pas de round d’observation, il est de suite à température. Rigoureusement placé, sa vitesse fait mouche sur deux grosses enfermées (I. Benafitou, Bruschet). Vigilant au moindre départ, raccompagne fermement ses deux principaux adversaires Bruschet et Benafitou. Dans la grosse bourre pour sa 1re ficelle, il fait feu pour 2 minutes brûlantes. Et malgré ce, reste attentif et dispo pour quicher une fois de plus I. Benafitou et Aliaga. Rentre sa 2e ficelle de haute lutte. 6 Carmen et retour.
Serpatier (Espelly-Blanc).- Grosse fatigue ou crainte... les blancs restent en rade. Serpatier, lui, s’évade, cherche le combat. S’envoie méchamment sur Four, corne prête à frapper. Quelques sauts intempestifs dont un où il se blesse et doit réintégrer (12e).
Lucas (Cougourlier).- Se livre sincèrement et bacèle régulièrement. Gentiment au début, puis en rafale quand le rythme augmente. 7 minutes bien frappées. 5 Carmen et retour.
Moka (Le Rousty, hp).- Barricadier pétillant et fougueux, sans négliger le placement, il vient très fort aux planches. Four et Benafitou s’y mettent pour un gros final où les coups pleuvent (une bonne dizaine) accompagnés par la musique.
 

 

Texte et photo
MARTINE ALIAGA
 
Trophée des As : Four, 21 points ; Bruschet, 16 ; J. Martin, 10 ; Auzolle, 8;  Allouani, 2; I. Benafitou, 2 ; Aliaga, 2.
 
Trophée des Raseteurs : Moine, 8 points.

 

 

 

28/08/2015

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

 saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaise

Jeudi 27 août 2015

Léo emballe les arènes pleines

saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaise

L'action du jour : Léo sur Youssef Zekraoui 

"Heureusement que j'ai les fesses musclées", rigole Youssef Zekraoui en regardant Frédéric Raynaud en haut du toril. En effet, le raseteur vient d'essuyer un fulgurant emportement de Léo, la corne entre les fesses, et un catapultage dans le public. Le spectaculaire cocardier des Raynaud a enchanté les arènes archi-pleines par un final en fanfare. Et heureusement que le CT Le Trident l'avait récupéré de la course annulée du dimanche, car, avant lui, les occasions de s'enflammer n'avaient pas été très nombreuses. Malgré les arènes archi-pleines, l'implication totale des membres du CT, et l'affiche somme toute prometteuse. Mais, pour la plupart les cocardiers aujourd'hui avaient la poudre d'escampette dans la tête amenant un travail brouillon de la part des raseteurs. Ressortent tout de même, le premier Belagio de Saumade sérieux et solide, Juvénal de Nicollin (3e) auteur d'un bon quart d'heure, quelques bons passages de Bayle de Vinuesa (4e) et de Dalloz de Cuillé (5e). Mais tout ça a manqué de liant.

saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaisePhoto:
la détermination
de Sabri
avec Belajio
Belajio (Saumade).- Avec son beau gabarit, il roule les mécaniques, se montre agressif et rigoureusement placé. Ignore parfois les importuns mais fuse corne pointée sur le raset engagé de Zekraoui. Lequel insiste et, par quatre fois, des corps à corps serrés. Entre retenue et méchantes offensives, un bon premier. Rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.

Jivago (Blatière-Bessac).- Il court, il court, chasse, ignore ou lâche le raset. Mais envoie un pétard-surprise à Zekraoui. Des sauts intempestifs, des trajectoires aléatoires. Bref...

saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaisePhoto:
Ziko et Juvénal

Juvénal (Nicollin).- Se livre bien aux rubans, se place aux ficelles et Katif l'embarque, Allouani l'enroule, il s'envoie et bascule. Des frappes lourdes (Aliaga, Allouani), se soulève (Outarka, Zekraoui), des actions abouties (Allouani, Zekraoui). Dans ses cornes cannelées, les ficelles s'inscrustent, les hommes insistent, et Juvénal en garde une. Bon quart d'heure. 6 Carmen et retour.

saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaisePhoto:
Bayle cornes pointées sur Victor Jourdan
Bayle
(Vinuesa).- Le plus souvent le long des planches, il faut l'intéresser, alors il vient fort comme ce coup de barrière sur Katif. Mais les hommes manquent de liant et lui un peu de tonus. De belles actions pourtant comme lorsqu'il se cabre après Katif (2), Jourdan (2), Aliaga. Un goût d'inachevé pourtant. Les ficelles rentrent 5 Carmen et retour.

saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaise► Photo:
Aliaga
à la tête de Postier

Postier (Janin).- A grandes enjambées, il visite toute la piste, enchaîne à bonne allure sans jamais se poser. Brouillon il est, brouillons les hommes sont ! Parfois, il s'arrête, alors il fait parler sa vitesse d'exécution. Katif allonge, beau raset, belle réplique. Mais il reprend son marathon, et même s'il adhère à tous les rasets, il bâcle un peu le travail. 2 Carmen et retour avec une ficelle.

 

saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaise

▲  Dalloz s'envoie sur Victor Jourdan

Dalloz (Cuillé).- Lui aussi a la bougeotte mais quand il prend Jourdan dans le collimateur, c'est action frappée. Energique, un peu fou fou, il s'évade de bon coeur. Décidément avec Jourdan, c'est l'osmose pour encore 2 gros coups de barrière, et un pour Ouffe. Après il saute dans l'élan après Aliaga, Katif. Un dernier gros et vrai tampon sur Katif et rentre une ficelle. 3 Carmen et retour. 

Léo (Raynaud, hp).- Remuant, violent, il se livre et s'envoie méchamment après Zekraoui à qui il manque trouer les fesses et qui se retrouve dans les gradins. Une bonne dizaine de beaux et forts engagements parfois en rafale (Zekraoui, Katif, Outarka). Il tire la lanque, tempère un peu, mais repart au combat, la fleur au fusil, comme un boulet de canon. Et la dernière salve et pour Lahcène Outarka. Plein de Carmen !

Texte et photo

MARTINE ALIAGA

▼ LEO de Raynaud
à l'attaque sur Lahcène Outarka

saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaise

Jérémy Aliaga et Dalloz de Cuillé

saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaise

Ziko Katif et Bayle de Vinuesa

saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaise

Youssef Zekraoui et Belajio de Saumade

saint-geniès-des-mourgues,léo de raynaud,course camarguaise

 

Entrée : plein. Org. CT Le Trident. Président : Claude Chevallier. Raseteurs droitiers : Allouani, Katif, Outarka, Jourdan. Gauchers : Aliaga, Zekraoui, Ouffe, Mebarek. Tourneurs : Jockin, Tourki, Khaled, Estève, Daniel.

Trophée des As : Katif, 15 points ; Allouani,  14 ; Outarka, 6 ; Aliaga, 6 ; Zekraoui, 2 ; Ouffe, 2.

19/08/2015

LE CRES *AS*

 le crès,ziko katif,queyras de paulin,course camarguaise

Mardi 18 août 2015

Ziko et Queyras à l'unanimité

le crès,ziko katif,queyras de paulin,course camarguaise

Entrée: presque plein. Organisateur: CT Joujou. Président: Thierry Tosas. Raseteurs droitiers: Auzolle, Dumont, Katif, Marquier, Vic. Gauchers: Favier, Ouffe, Boyer. Tourneurs: Estève, Garcia, Tourki, Moulin, Cuallado.

 
le crès,ziko katif,queyras de paulin,course camarguaiseAprès une excellente entrée en matière avec trois emboulés (d’Agu, Saliérène et Thibaud  ► Photo: emboulé Saliérène) issus du Trophée des Jeunes Pousses pour l’école de raseteurs de Vendargues, La Gardounenque, les Arlésiennes et cavaliers de Vellas et L’Aurore accueillent les raseteurs. Quelques têtes inhabituelles aux As, mais chacun a joué son rôle, en ces temps de pénurie. D’entrée les arènes pleines chavirent pour Ziko Katif devant l’assiduité du raseteur sur tous les taureaux. Avec lui, Queyras de Paulin remporte le 43e Trophée de la Garrigue et le Trophée 3 M. Il n’y a pas eu photo.
Maï (Les Baumelles).- Fait un premier rugueux à souhait qui ne fait que ce qu’il décide. Promène, se place ou se centre, entrepris par Katif, il passe le pitre aux planches et s’engage sur Auzolle (2 Carmen). Rentre 1 ficelle.
Phoebus (Lautier).- Même si d’entrée il pointe après Favier et Katif, il affiche rapidement une retenue excessive. Il fait sa tête de mule. Aujourd’hui, c’est non! Rentre un gland.
le crès,ziko katif,queyras de paulin,course camarguaisePhoto:
Burano et Katif
Burano (L’Aurore).- Brouillon au début, il n’en est pas moins aux aguets et met Garcia en danger. Aux ficelles, plus stable, il appuie ses finitions (Favier, 3 fois), passe la corne après Auzolle et frappe méchamment sur Katif (3 fois). Sans se gaspiller, il reste disponible et intéressant pour 10 minutes. 6 Carmen et retour.
Queyras (Paulin).- Remuant, il faut le forcer au début. Mais petit à petit, il se chauffe et Favier, dans les cornes, fait passer le premier frisson. Katif pour tous les rubans. Difficile à tenir, il balade les blancs, mais quand Ziko l’embarque, Queyras s’explose lui coinçant le pied. Pareil sur Vic. Puissant et de fort caractère, rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Ménélas (Le Ternen).- Vite fait les pompons sur un Ménélas en petite forme. Il lui faut un coup de bourre à la 1re ficelle pour qu’il se révolte sur Auzolle. Les hommes travaillent la deuxième, Ménélas au minimum syndical. Se rebelle après Ziko mais n’a pas sa brillance habituelle. 13’30. 2 Carmen et retour.
Armaguedon (Saliérène).- De bonne volonté, toujours le long des planches, il prend une multitude de rasets avec vaillance sans passer la vitesse supérieure hormis une corne vengeresse après Katif. Huit minutes, retour en musique.
Cupidon (Lautier, hp).- Joli minois et de bonne composition, Cupidon se donne franchement et avec du moral pour une série et deux arrivées aux planches (3 Carmen). Mais ça manque de pétard pour cette dernière place.
 
Texte et photos
MARTINE ALIAGA

le crès,ziko katif,queyras de paulin,course camarguaise

▲ Infatigable Ziko !

 
Trophée des As : Katif, 24 points ; Auzolle, 17 ; Favier, 9 ; Ouffe, 6.

15/08/2015

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Samedi 15 août 2015

Mon podium : Katif, Four, Greco

BlogGRAUGRECO_2.jpg

Les vainqueurs du 1er Souvenir Etienne-Mourrut,
Ziko Katif et Greco de Saint-Antoine

La fête attendue du 15 août a bien eu lieu. Arènes très bien garnies (mais pas archi pleines), superbe capelado très appréciée avec la Reine d'Arles, un premier taureau de combat, de vérité, Boer de l’Occitane, un bon Optimus des Baumelles, pétaradant, dont trois minutes de feu extraordinaires, et un Greco, froid et guerrier, qui tient les hommes en respect, qui tape méchamment après les droitiers et avec qui Katif forme un duo dangereusement explosif.

Avec Ziko, Four fait un retour en forme de toute beauté, Allouani fait les rasets qu’il faut quand il faut, le reste des blancs travaillant à divers degrés mais toujours dans une entente cordiale. 

Au final, une bonne impression pour ce 1er Souvenir Etienne-Mourrut, remporté par Katif et Greco

MARTINE ALIAGA

PHOTOS LAURENT SONZOGNI ET MALI

 

bloggrauOPTIMUSPHLS.jpg

▲ Optimus des Baumelles et Bastien Four

▼ Allouani et Boer d'Occitane

BLOGGRAUBOERALLOUPHMALI.jpg

**********************

Hommage aux femmes de Camargue

avec Mandy Graillon

 

bloggraucapelado_2.jpg

 

********************

13/08/2015

LANSARGUES *TROPHEE DES AS*

Mercredi 12 août 2015
 
1,  2, 3 … ACTION !
JUSQU’AU CARMEN GENERAL EN GENERIQUE DE FIN

lansargues,as,course camarguaise

▲ Cruchot aux trousses d'Amine Chekade

 
Il fallait avoir du moral pour sortir en 1re partie de ce concours de manades comptant pour le Trophée des As de la fête locale. Et du moral, Castor et Beleù en ont eu, se défendant comme de vrais diables, chacun dans son registre.. Même si les hommes ont dû être remis à l’ordre une fois seulement par un président de course autoritaire et ô combien compétent, menant sa course avec fermeté et dynamisme. Bravo Monsieur, un bel exemple ! Quant à ceux de la 2e partie, plus réfléchis, ils ont remis de l’ordre dans les rangs et ont demandé de l’investissement appliqué chez les blancs.
S. Allouani, B. Four, J. Ouffe et surtout Z. Katif et A. Chekade, entraînant le reste de la troupe dans leur élan ont animé à merveille avec respect l’après-midi. Comme quoi !
 
Ventareu (Guillierme – n°575) : Sans paniquer et volontaire, il se défend avec un léger coup de revers en poussant ses réactions épisodiquement jusqu’au fil des barrières où il peut passer la corne (Four – Katif). Manquant parfois de retenue, il s’incline à la 10e minute avec les honneurs joués 2 fois en course.
lansargues,as,course camarguaisePhoto:
Castor et Chekade
Castor (Saumade – n° 701) :
Surpris, il cède cocarde et glands en moins d’1 minute. Mais aux ficelles, il se place et zieute  partout. Dès qu’il voit l’homme s’élancer, il fait le pas pour prendre de l’avance et venir menacer de sa corne tombante tout fessier traînant. Ainsi, R. Bruschet, A. Chekade, S. Allouani, B Four ne pourront pas toujours atteindre la tête du biou qui passera sur les planches en conclusion. Cédant sa 1ère ficelle à A Chekade à la 8’, la seconde retourne au toril avec le disque pour la 6ème fois. 
lansargues,as,course camarguaisePhoto:
Beleu et Four
Avant les rafraîchissements Beleù (Lou Pantaï – n°307)  allait fournir une course d’une extrême volonté. Les principaux attributs partant en moins d’1 minute, c’est donc aux ficelles que le biou va se révéler et se mettre en valeur, surtout lorsque celles-ci seront démarmaillées et la pression montant. Du terrain des planches, qu’il ne quitte guère, ne serait-ce que pour se dégager, il enchaîne les rasets et percute à l’arrivée derrière Allouani (4 dont 2 avec saut), Chekade (2), Four (2) ou encore Bruschet et Katif, ce dernier le délestant de sa 2nde ficelle à la 14e minute. Les applaudissements et un 8e Carmen le raccompagne au toril.
 
A la place de quatrième, Cruchot (La Galère – n°522) allait calmer les esprits et mettre les troupes au garde à vous, ne serait-ce  par son positionnement aux planches et sa manière de réagir, pas toujours régulière. Quand il vient, ce n’est pas avec la flemme. Ses répliques sont serrées (Katif – Ouffe – Chekade) et conclues (Four – Katif – Allouani). Les enchères montent, la 1ère ficelle est à 380€, l’enfermée sur Chekade collé-serré est à couper le souffle. Elle sera pour Four une minute plus tard. La 2nde, tout autant primée, rentrera là encore avec le disque joué  plusieurs fois en piste et fortement applaudi.
lansargues,as,course camarguaisePhoto:
Desbana - J. Martin
Après cette pointure, l’on aurait pu craindre le pire pour Desbana (Lautier – n°616) surtout que d’entrée, à la vision des tenues blanches il va trouver refuge dans le couloir à 3 reprises. Une fois en piste, il va se battre jusqu’à en perdre le souffle, rendant ces 5 dernières minutes très difficiles. Malgré tout, pas moins d’une douzaine de finitions aux planches (Four 6 – Katif 3 – Chekade – Ouffe – Martin) et un saut derrière Allouani pour un ¼ d’heure où il a conservé son 2e gland près de 13 minutes. Des Carmen pendant, un Carmen final  et les ficelles à la maison.
Avec Saint-Eloi (La Galère- n° 654), c’est un peu comme avec Cruchot. Il ne vient pas toujours. Mais, quand un crochet lui gratte le frontal, la réplique et surtout la finition vaut  son pesant d’or. Dès le 1er raset, il s’envoie en contre piste derrière Katif  avant de récidiver derrière Allouani et Outarka. La montée fulgurante des primes encourageant les hommes, ces derniers, ne vont guère lui laisser de répit et c’est ainsi que les coups aux planches vont raisonner sous les platanes lansarguois une dizaine de fois (Katif – Allouani 4 – Outarka 2 – Four 2) avant que Katif ne le prive de la 1re ficelle (à 13’20) richement primée (590 €). Pour lui aussi, des Carmen en piste, joué par la pena à son retour au toril.
Pour conclure, on attendait Chambao (Bon – n°456). S’il a perdu son côté fantasque (du moins aujourd’hui) il n’en demeure pas moins spectaculaire. Sans difficulté majeure sur le raset, il s’avère imprévisible en bout de course ou il peut taper dans les planches (Allouani 3 – Katif 2 – Martin) ou les enjamber (Allouani 2). 10 minutes fort agréables car en supplément et hors point et le Carmen final pour la 6e fois.
 
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
▼ Chambao de Bon sur Allouani

lansargues,as,course camarguaise

▼ Saint-Eloi - Katif

 lansargues,as,course camarguaise

 
Entrée : Le plein. Organisateur : Cté des Fêtes. Présidence : Philip CHABANON. Raseteurs : S. Allouani – R. Bruschet – B. Four – Z. Katif – J. Martin – L. Outarka – J. Ouffe – M. Sanchez – A. Chekade
Tourneurs : F. Garrido – J. Daniel – L. Esteve – R. Tourki – JL. Fouque

LE GRAU DU ROI *GRAND RENDEZ-VOUS - AS*

 le grau-du-roi,15 aout,course camarguaise

AU GRAU UN 15 AOUT AU TOP !

3e Grand Rendez-Vous L’affiche de ce samedi 15 août aux arènes du Grau-du-Roi, est somptueuse. Le top des top des raseteurs et des taureaux... Une avant-course soignée signée Patrice Blanc... Un spectacle recommandé par le Trophée Taurin Midi Libre - La Provence. 

Alors il y a qui au Grau, le 15 ?. Comprendre quels raseteurs et quels taureaux le 15 août, aux arènes. Des mois à l’avance, les amateurs de course camarguaise se posent la question, tant cette date est porteuse d’espoirs. Pour son premier “15 août” à la tête des arènes du Grau-du-Roi, Vincent Ribera, en charge de la programmation, a voulu le meilleur... Les meilleurs. 

Annoncée en début de saison, l’affiche a fait tilt chez les afeciouna. Elle n’a été remaniée qu’à la marge et du coup a été labellisée en Grand Rendez-Vous (le 3e après Nîmes et Palavas-les-Flots) par la direction et de la commission du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence, pour son sérieux et sa qualité. Tout comme le lendemain d’ailleurs, Les Saintes-Maries-de-la-Mer pour un Trophée des Impériaux qui se présente sous les meilleurs auspices. 

Au Grau-du-Roi, entre un spectacle et un toro-piscine, les organisateurs peaufinent les derniers détails pour que cette journée reste dans les mémoires. 

Il y aura du beau monde, le gratin des acteurs de la course camarguaise, du spectacle et des émotions - on l’espère du fond du cœur. En tous cas, les ingrédients sont là, l’investissement de tous est incontestable, l’affiche magnifique... Alors !

TEXTES MARTINE ALIAGA

PHOTOS  C. ITIER ET MALI

LE PLATEAU TAUREAUX - RASETEURS

le grau-du-roi,15 aout,course camarguaiseOn peut faire confiance au conseiller technique de l’organisation Ribera pour que le plateau taureaux/raseteurs soit équilibré. Sabri Allouani a fait ses preuves à Palavas-les-Flots où sa connaissance du bétail et des hommes, a produit des moments d’excellence tauromachique. Pour ce 15 août, revue des effectifs.

Boer de la manade Occitane. Solide cocardier capable d’emportement quand il voit rouge ce que son caractère bien trempé lui dicte souvent. La vaillance de Chico n’est plus à démontrer. Régulier, attentif, le Lautier ne rate jamais sa course, c’est une valeur sûre. Sugar de Nicollin impose un tri sélectif aux hommes obligés de réfléchir. Armé de cornes “a recibir”, il ne relâche jamais son attention. Capable d’éclats aux planches, Scipion de Saumade n’en dédaigne pas pour autant les sévères enfermées. Sa dernière course au Grau-du-Roi le 14 juin en témoigne où brillant et dangereux il a rentré ses ficelles. Au rayon des taureaux spectaculaires, Optimus des Baumelles est une évidence. Et si les raseteurs osent la connivence, avec lui les éclats sont assurés. Dans le même registre, Greco de Saint-Antoine affectionne les engagements explosifs. Gare à ne pas traîner aux planches. Bizet de Laurent, lui, monte en température au rythme du travail proposé. Il frappe fort, il se jette haut, de quoi rassasier le public. 

A l’organisation ou en piste, Sabri Allouani sait toujours motiver les troupes. Avec lui, le public apprécie les infatigables Katif, Aliaga, la classe de Four et le cœur à l’ouvrage que mettront, n’en doutons pas, I. Benafitou, Bouhargane, Chekade, Favier ou J. Martin.

ENTRETIEN

Vincent Ribera, directeur des arènes du Grau-du-Roi

« Ce sera le 1er Souvenir Etienne-Mourrut »

le grau-du-roi,15 aout,course camarguaiseUn toro-piscine, au Grau-du-Roi, un autre au Cap d’Agde, les arènes de Palavas à préparer pour un spectacle, un humoriste ici, un chanteur là... des affiches à livrer, des rendez-vous avec la sécurité, avec les médias... des fleurs à commander... des vachettes à réserver auprès d’un manadier... Vincent Ribera se démultiplie sans se départir d’un grand calme même quand son téléphone trépigne toutes les trente secondes. 

Vous arrivez à tenir pied partout ?

C’est comme ça depuis début juillet, en tout il y a à peu près 170 spectacles en deux mois, mais ça va je gère... Je suis organisé, je sais ce que j’ai à faire... 

Et au Grau-du-Roi-même, l’organisation Ribera prend-elle racine ? 

Les arènes ouvrent presque tous les soirs soit avec des toro-piscine, toro-mousse, des rodéos camarguais ou américains, des soirées humour ou concert... ça ne s’arrête jamais. Les toro-piscine marchent très bien avec de belles entrées et de l’ambiance. Et pour les courses camarguaises, on est globalement au-dessus des objectifs prévus. Le 1er mai et Pentecôte derniers notamment. 

Alors ce 15 août ?

Le 15 août, c’est le gros morceau de la saison. On ne veut pas se manquer, c’est très important, c’est la course-phare, alors nous nous sommes beaucoup investis. Ce n’est même pas une question de budget - les arènes archi-pleines équilibreraient à peine - c’est une question de prestige... 

Au niveau organisation, cela doit demander une logistique importante ?

Oui, les équipes sont maintenant rodées et bien en place, les réservations marchent bien. Sabri Allouani s’occupe des taureaux et des raseteurs. Je crois que nous avons ce qu’il y a de mieux. Et le label Grand Rendez-Vous du Trophée Taurin le prouve. Patrice Blanc va nous concocter un spectacle avant course dont il a le secret, il y aura la peña La Gardounenque pour l’ambiance....

Avez-vous apporté votre touche personnelle à ce rendez-vous ?

Il était dommage que cette belle course n’ait pas de nom ni de prix. Aussi à la demande de certains Graulens, et en bonne entente avec la municipalité, nous avons décidé de créer le 1er Souvenir Etienne-Mourrut, du nom de l’ancien maire. C’est Robert Crauste, maire du Grau, qui remettra le prix au meilleur taureau de l’après-midi, aux côtés de Mandy Graillon, Reine d’Arles. Un raseteur aussi recevra un trophée, celui du meilleur animateur décerné par la direction des arènes.

Le prochain challenge ?

On met les dernières finitions à la fête votive avec les courses du Trophée de la Mer (As, 13, 17 et 20 septembre) et aux courses de l’Avenir puis il y aura le Revivre (26-27 septembre), cela au Grau-du- Roi et bien sûr la feria d’automne de Palavas...

Et puis il y a l’école de raseteurs à mettre en place. Sabri a passé son diplôme d’éducateur sportif fédéral, les inscriptions devraient débuter fin de l’année, pour des entraînements début 2016. 

CAPELADO

Patrice Blanc : «Un hymne à la féminité»

le grau-du-roi,15 aout,course camarguaiseResponsable et initiateur des belles capelades à thème, notamment à Beaucaire jusqu’à l’an dernier, Patrice Blanc n’a pas son pareil pour chorégraphier de poétiques tableaux vantant les personnalités, les us et coutumes provençaux. Pour samedi, le Mouriésen a concocté un hymne aux femmes, à la féminité. Quelle meilleure ambassadrice que Mandy Graillon, cette Reine d’Arles, belle, élégante et enjouée, pouvait illustrer cet hommage. Une jeune fille passionnée par sa terre, son histoire et son avenir, qui a emporté depuis son élection, le cœur des Provençaux aussi bien que celui des Languedociens, par ses discours brillants et engagés. Mandy sera donc le bijou de cette capelado, entourée de... Mais chut, il faut que cela reste une surprise pour les spectateurs. Rendez-vous donc à partir de 16 h 30.

PRATIQUE

Le 15 août : course à 17 €, 12 €. Guichets ouverts à 10 h, non stop. Arènes ouvertes au public à 15 h. 16 h 30, entrée en piste de La Gardounenque, suivie du spectacle d’avant course (lire ci-contre). 

Réservations : tous les jours 10 h-13 h et 16 h - 19 h. Tél. 04 66 51 12 12.

Site des arènes : www.arenesdugrauduroi.com

 le grau-du-roi,15 aout,course camarguaise

 

09/08/2015

PEROLS *TROPHEE DES AS*

Dimanche 9 août 2015

Sans envie, sans éclat... sans rien

BLOGPEROLSPERROQUETPHMALi.jpg

Une des rares possibilités de s'envoler pour Perroquet.
Sur Ilias Benafitou
Entrée : 2/3 d’arène. Org. : Service des festivités. Président : Joris Alvarez. Raseteurs droitiers : Ayme, I. Benafitou, Bruschet, Chekade. Gauchers : Bouhargane (sort au 6e), N. Benafitou, Allam.
Tourneurs : Abbal, F. Garrido, Baccou, P. Rado.
 
Une affiche a priori sympathique pour cette finale de la Ficelle d’Argent qui clôturait la fête votive et au final une morne après-midi. Les raseteurs ne se sont pas impliqués. Sans locomotive, sans envie, ils ont égrené les taureaux se contentant du strict minium.
Bouhargane gagne la Ficelle d’Argent, 2e I. Benafitou, 3e Bruschet. Meilleur taureau : Offley de Ricard (course du 2 août).
Pirate (Lou Pantaï).- Il fait savoir d’entrée qu’il va falloir s’impliquer. Souvent stoïque, il faut vraiment le rentrer alors il peut fuser dangereusement (Bouhargane) ou enfermer (I. Benafitou, 2 fois). Pas assez pressé, il rentre ses ficelles.
3 Carmen et retour.
Elegant (Lautier).- Le long de planches, droite-gauche, il se livre sans forcer. Les rasets s’ajoutent aux rasets sur un petit tempo. Chekade de près, une série où Elégant pousse après N. Benafitou (Carmen) et les ficelles rentrent sans enthousiasme.
Sobrero (Vellas).- Magnifique étalon, il impressionne par sa stature. Il prend position d’entrée... pas un blanc à l’horizon. Alors, il fonce dans le tas. Chekade tente, Sobrero enclenche à toute vitesse. Tactique, prend un raset ou plutôt une tentative de raset, puis repart se placer. Il ne se laisse pas séduire facilement surtout à gauche. Ayme et Chekade essaient sur la fin, mais Sobrero garde ses glands en musique.
Ivanhoé (Blatière-Bessac).- Balade les blancs au petit trot et manque nettement de travail. D'un coup s’emporte sur I. Benafitou, mais raseté au compte-gouttes, malgré les primes qui montent, il lui en faudrait plus pour qu’il s’exprime. Quelques séries sur la fin, mais ça reste poussif. Rentre ses ficelles à 600€.
Perroquet (Ricard).- Se place de suite... rien ne se passe, alors il saute d’ennui ou dans l’élan après quelques essais d’Ilias Benafitou. A la 14e, Ilias le cite dans les règles et Perroquet s’emporte (deux fois, 2 Carmen). Le 2e gland à Chekade à la limite du temps. Bronca pour les hommes.
Quarante Sous (Saint-Antoine).- Lui se livre, sans retenue avec franchise et cœur. Sans se poser, il s’offre et parfois conclut. Pas un refus, il enchaîne, tape sur Bouhargane qui se fait mal en retombant. 1 beau coup sur Chekade, une série et rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.
Lebrau (Laurent, hp).- Baroule, saute dans l’élan, se place, les blancs tirent des plans et laissent filer le temps. Un tampon sur N. Benafitou pour 7’30 les rubans. Rentre ses ficelles.
 
Texte et Photo
MARTINE ALIAGA
 
Trophée des As : Bouhargane et Chekade, 11 points ; Ayme, 5 ; I. Benafitou et Allam, 4 ; Bruschet, 3.

 

Trophée des Raseteurs : N. Benafitou, 4.

06/08/2015

CASTRIES *TROPHEE DES AS*

Mercredi 5 août 2015

 Le podium : Katif, Chekade, Serpatier

BLOGCASTRIESPRIX.jpg

Arènes pleines

pour l’excellente après-midi du Grand Prix de la ville.

Entrée : plein.  Org. : Cercle taurin Le Trident. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Chekade, Katif, Oufdil. Gauchers : Aliaga, Ouffe, Poujol, Rassir, Allam. Tourneurs : P. Rado, Khaled, Tourki, Daniel, Estève.

L’équipe blanche travaille tous les taureaux dont Papagaï, Serpatier et Coti Chavari donnent le meilleur. Les gradins sont pleins, la course apporte son lot d’émotions, de duels, d’éclats... Un bon Grand-Prix de la ville qui récompense Katif, Chekade et Serpatier d’Espelly-Blanc avec un Carmen général.

Lou Cran (Guillierme).- Se défend à grands coups de revers, en mouvement aux premiers attributs, puis aux ficelles oblige les hommes à un peu plus de sérieux. 10’30.

 BLOGCASTRIESPAPAGA.jpg

 ▲ Excellent Papagaï, ici avec Ziko Katif

Papagaï (Lagarde).- Attentif, cornes pointées pour des réponses frappées et toujours dangereuses. Bien présent dans les séries qu’il termine cabré ou fortement engagé. Aliaga, Rassir, Chekade ont droit à des répliques fulgurantes, banne à l’affût. Rentre une ficelle au terme d’un très bon quart d’heure. 6 Carmen et retour.

Frelon (Blatière-Bessac).- Un peu lourd à la manœuvre, il se livre et passe le poitrail. Quand il trouve l’angle du toril où, pas bête, il revient souvent, il oblige les hommes à de beaux rasets courts de Chekade, Katif, Aliaga après qui, il se soulève, frappe lourde sur Ouffe et finit bien sur Chekade. 3 Carmen et retour.

Topaze (Nicollin).- Un superbe physique qui a du mal à trouver sa place face à un travail désordonné. A Katif le 1er gland avec trois coups de crochet dans le même raset. Aux ficelles, Ziko allonge, le public soupire d’aise, et Topaze brise les planches après lui, décolle sur Aliaga. Manque un peu de pétard sur la fin mais bascule après Aliaga, tamponne sur Rassir. Et rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.

 CASTRIESSERPATIERSABRIPHCI.jpg

▲ Compliqué et leste, Serpatier se soulève après Allouani


Serpatier
(Blanc-Espelly).- Leste et mobile, il essaie de tenir pied partout. C’est un peu la pagaille mais il va vite mettre de l’ordre. Enferme méchamment Allam, oblige Ouffe à se coucher et s’escampe après Chekade. Serpatier rode, chasse, surveille tout et ne rate aucune faute. Puis, il prend position et tient les blancs en respect. Superbe action sur Katif sur lequel il se dédouble et saute après. Rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.

Camerone (Paulin).- Il honore pratiquement tous les cites et pousse fort. Navigue un peu, les hommes lui donnent du champ alors Camerone passe le poitrail. Un peu “diesel”, il se laisse prendre au jeu des tourneurs. Une fois calé, il brille après Rassir, Allouani, Chekade. Et rentre une ficelle. 8 Carmen et retour.

Coti Chavari (Chaballier, hp).- A six ans, il en a encore sous la pédale. Se jette au départ du raset et se propulse méchamment après les hommes. Rapide dans les séries, la corne toujours dangereuse et vite retourné dans les enchaînements. Et de gros engagements aux planches (une dizaine) pour le final qu’il fallait à cette jolie course. Plein de Carmen.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Trophée des As : Katif, 19 points ; Chekade, 14 ; Allouani, 9 ; Allam, 4 ; Ouffe, 4 ; Poujol, 3 ; Rassir, 2.

02/08/2015

CHATEAURENARD *AS*

Dimanche 02 Août 2015

LA BELLE FOURNÉE DE BASTIEN FOUR…

trophée des maraîchers

 Bastien Four très actif à la tête
de l'excellent cocardier Bayle
(Manade Vinuesa)

Entrée: ¼ Organisateur: TAC Présidence: P Gibert Droitiers: Auzolle, Chekade. Gauchers: Clarion, Four, Ibanez, Martin, Zbiri. Tourneurs: Fouque, C Garcia, Labrousse, Lieballe, Rado.

Bastien prend les commandes du Trophée des Maraîchers avec 34 points devant Auzolle (26) et Chekade (24). Le Saintois au four et au moulin permet de se retirer sur une note moins pessimiste secondé par Auzolle et Clarion. Chekade est en dessous. La première partie malgré un bon Athos fut assez monotone. La seconde va crescendo et amène son lot d'émotions cocardières (Bayle) et barricadières (Médoc et Éos). Présidence généreuse.

Face à des mousquetaires blancs décidés, ATHOS (Les Baumelles) défend méchamment ses rubans cinq minutes. Aux ficelles (qu'il garde), le rythme baisse mais le bioù ne fléchit pas jusqu'à sauter après Clarion et frapper derrière Four en bon premier. 3 Carmen et rentrée.

C'est un bon PRINCE (Chauvet) qui se livre avec vaillance et cède ses pompons en deux minutes trente. Avec noblesse il enchaine quelques séries mais au fil des minutes il perd son placement et les hommes leur envie. 2 Carmen et retour avec ses ficelles.

Le calife noir SULTAN (Nicollin) perd ses rubans d'un seul maître coup de crochet de Bastien (Carmen). Abordable aux ficelles, il en cède une sans subir. Il rentre la seconde en musique jouée 3 fois après une course vaillante sans plus.

Placé, BAYLE (Vinuesa) ne se laisse pas manœuvrer et tient les blancs à distance. Première série à la 5ème et cocarde pour l'inusable Four. Cul aux planches, il défend avec autorité son périmètre et change intelligemment de terrain. Il ne perd son premier gland qu'à une minute trente du terme. Un excellent cocardier qui ramène un gland à son pélot. Un Carmen et retour.

Sur la première vrai attaque, MARI-PEÙ (Gillet) frappe après Four. Sur un faux rythme, il se livre et quand l'attaque est sincère le final est explosif. Malheureusement il n'aura pas le travail suffisant pour se mettre de mauvais poil gardant trop le centre sur la fin. Ficelles au toril. 2 Carmen et retour.

Les hommes prennent du moral avec MÉDOC (Saumade) qui semble manquer de reins mais méfi sur Four l'envolée jusqu'au burladéro du toril donne le frisson. Par la suite il fait monter les degrés et se bonifie. Il percute sur Zbiri, brise les planches derrière Four et s'envole à l'ultime minute jusqu'au mur après Clarion pour un final spectaculaire et dominateur. 4 Carmen et retour.

Puissant, ÉOS (Saumade) fracasse d'entrée les planches. Rapide, il saute après Zbiri sur un raset de loin et c'est encore Four qui s'y colle pour trois actions surpuissantes avec bris de planches ou saut. Il perfore un panneau complet et termine par un coup de barrière sur Chekade pour enfin de l'animation. De la violence à l'état avec 6 Carmen et rentrée.

 trophée des maraîchers

Loic Auzolle à la tête de Athos (Manade Les Baumelles) 

trophée des maraîchers

Jérôme Martin avec Prince (Manade Chauvet)

trophée des maraîchers

Arrivée percutante de Bayle (Manade Vinuesa) 

trophée des maraîchers

Grosse arrivée de Mari-Peù (Manade Gillet) sur Four.

trophée des maraîchers

Envolée de Médoc (Manade Saumade) sur Four ci-dessus et Clarion ci-dessous

trophée des maraîchers

trophée des maraîchers

Toute la puissance d'Eos (Manade Saumade)
explosif derrière Bastien Four.

 Texte et photos Éric AUPHAN

Trophée des As: Four (27) Auzolle (15) Chekade (6) Martin (3).

Trophée des Raseteurs: Clarion (10)

SOMMIERES *AS*

Dimanche 2 août 2015 - 26e Trophée Emile-Bros

LE FESTIVAL DE JAZZ

 sommières,as,jazz d'hervas,course camarguaise

Jazz aux trousses
de son meilleur partenaire, Sabri Allouani

 Hier. Entrée : archi-plein. Organisateur : CT Lou Carmen. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, Katif, Oudjit, Outarka. Gauchers : Errik, Poujol, Ricci, Aliaga (rentre au 3e). Tourneurs: Estève, Khaled, Lebrun, Daniel.

sommières,as,jazz d'hervas,course camarguaiseLa fréquentation des arènes ne faiblit pas et c’est un grand plein qui encourage l’école de raseteurs face aux emboulés de Lautier, qui applaudit à la capelado, peña, Velout Pescalune et qui ovationne Lahcène Outarka mis à l’honneur par le CT Lou Carmen. Le 26e Trophée Emile-Bros, en présence de son créateur, récompense Ziko Katif, Sabri Allouani et le barricadier de Hervas, Jazz, auteur d’un véritable festival. Et même si la course a un peu ronronné, la fête sommiéroise termine sur une bonne note.

Photo : Emile Bros (à gauche) aux côtés de Guy Marotte, maire de Sommières.

Pélican (Nicollin).- Toujours au petit trot, prend les rasets de passage, force en quelques occasions pour une ficelle qui rentre. 3 Carmen et retour.

Rabina (Guillierme).- Un premier temps où il navigue beaucoup et prend tout. Un second où il se place pour des ripostes plus abouties. Affiche sa volonté dans de longues séries, affirme sa présence et finalement sauve une ficelle. 2 Carmen et retour.

Mollières (Cuillé).- Brouillon aux pompons où il se soulève quand même deux fois après Allouani, aux ficelles, bien cités, il peut s’emporter aux planches ou raccompagner vigoureusement. Vif, il ne se laisse pas manœuvrer, ignore souvent les reprises, choisit ses partenaires et balade les blancs. Katif ouvre et lève la 1re ficelle et Poujol s’octroie la seconde à la sonnerie. 4 Carmen et retour.

Trancardel (Bon).- Un saut pour mesurer les planches, les hommes se tiennent au large mais essaient de le piéger sur ses déplacements. Arrêté, il se livre dans des séries pour 7’30 les rubans. Le travail des blancs manque de liant sur ce cocardier qui gère au mieux son placement et ses déplacements. Enfin Trancardel et les raseteurs trouvent l’harmonie pour de longs enchaînements. Rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

Ben Hur (Lautier).- Vif, pointe la corne en finition. Virevolte d’un raset à l’autre, ne rechigne à rien et avale de longues séries sans rien lâcher jusqu’au fil des planches. A mi-parcours, laisse davantage venir mais pointe encore après Allouani, Katif. Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

Quo Vadis (Laurent).- Met de l’animation en sautant et chahutant les “jambes pendantes”. Un coup bien frappé après Allouani, bascule après Poujol, prend les séries un peu à contre cœur ne se livrant que s’il sent qu’il peut gagner pour 13’40. 3 Carmen et retour.

sommières,as,jazz d'hervas,course camarguaisePhoto:
Jazz et Katif
Jazz
(Hervas, hp).- Sous la présidence, roule les mécaniques mais ne se jette pas pour rien, il faut le laisser monter en température. Allouani prend les commandes et Jazz décolle ; Katif se présente et un scud pour lui. Enorme, il brise les planches ou passe à travers pour plus de dix actions d’envergure. Contrat rempli, le public est content ! 12 Carmen et retour avec ses ficelles.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Katif, 26 points ; Allouani, 17 ; Poujol, 14 ; Aliaga, 6 ; Outarka, 2.

Trophée des Raseteurs : Errik, 4 ; Oudjit, 4 ; Ricci, 4.

 

27/07/2015

BEAUCAIRE *TROPHEE DES AS*

Lundi 27 juillet 2014 - Finale de la Palme d'Or

Avec Cadenas et Chekade jusqu'au bout du suspense

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Un duel palpitant entre Cadenas et Chekade

souvent à la limite de l'accrochage

C'est Sauvage de Lautier (7e taureau hors points Trophée) qui a départagé les deux raseteurs à égalité parfaite après Biterrois. La bataille a fait rage, Cadenas, rasetant malgré une entorse, a essayé jusqu'aux bout de ses forces, jusqu'à la limite de son grand courage, tentant des rasets impossibles dont une longueur à faire frémir, dans les cornes tout le long, mettant les arènes debout. Chekade, lui aussi, sentant la victoire possible a multiplié les passages, toujours plus près, toujours plus limite... Et la première ficelle de Sauvage pour lui... dans la confusion totale. Litige, énervement, le public au paroxysme... Les hommes repartent au front pour la 2e ficelle, mais làs ! Blessé à l'oeil, le manadier rentre le taureau, à la 13e... on ne saura jamais si Cadenas aurait pu lever cette dernière ficelle... Chekade s'est battu, Chekade a gagné. 

Jusqu'à ce que la compétition entre les deux raseteurs monte en puissance et anime enfin les débats, ce ne fut pas le jour des taureaux. Aucun ne s'est vraiment distingué, pas de Carmen au retour au toril sauf Sauvage. Il est vrai que c'était la journée des hommes et que les cocardiers ont souvent dû faire face à des attaques pas vraiment en règle.

On retiendra quand même les arènes pleines ; l'original spectacle d'avant course, innovant et guilleret ; un vibrant hommage à Garlan présenté en piste (non encocardé, non raseté) et l'engouement du public, parfois réactif à l'excès, mais complètement concerné. 

LES PRIX

 beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Palme d'Or à Chekade, 39 points ; Cadenas, 36 ; Allam, 25. Meilleur taureau des trois courses : Greco de Saint-Antoine.

Trophée des As : Auzolle, 19 points ; Allam, 16 ; Chekade, 16 ; Ayme, 6 ; Ouffe, 5 ; Rassir, 4 ; Katif, 4.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

25/07/2015

VENDARGUES *TROPHEE DES AS*

Vendredi 24 juillet 2015

Une 2e Main d'Or pour Katif

vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaise

▲ Margasse le valeureux
s'offre le prix du meilleur taureau de la finale

Hier. Entrée : 3/4 d’arène. Org. CT La Muleta. Président : Marc Moucadel.
Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Bruschet, Katif, Chekade.
Gauchers : Aliaga, J. Martin, Méric, Rassir. Tourneurs : Khaled, Daniel, Grando, Estève, F. Garrido.

S’économiser ? Ziko Katif ne connaît pas ce mot. Largement en tête avant cette finale de la Main d’Or, le raseteur a, à son habitude, travaillé avec panache tous les taureaux du premier au dernier. Avec lui, l’équipe blanche ne ménage pas sa peine pour une course trépidante jusqu’au 6e où la pression retombe d’un coup. Mais l’essentiel était fait. Le jeune Margasse de Rambier signe un combat de qualité face à ces As jamais rassasiés, où avec bravoure, il sauve une ficelle. Et le prix de la finale bien mérité !

Juvénal (Nicollin).- Le rush d’attaque surprend ce beau spécimen qui se révolte corne pointée. Dans la tourmente, il en laisse parfois passer, mais quand il s’engage, il y a toujours danger. Bien calé, il frappe violemment, la corne cherchant l’homme, cinq ou six fois. 9’30 intéressantes. 6 Carmen.

Ulysse (Rouquette).- Choisit son “sitio” à droite de la présidence où il revient toujours. Pas la peine d’essayer de le tromper, il exerce une stricte sélection. Les cites courts de Ziko et Benafitou et plus longs des gauchers Aliaga et Rassir provoquent sa charge et il peut se soulever à l’arrivée. Compliqué et sévère, il garde une ficelle. 2 Carmen.

vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaisePhoto
Queyras et Ilias Benafitou
Queyras
(Paulin).- Affiche une belle pointe de vitesse face à des blancs brouillons. Aux ficelles, les passes s’allongent et Queyras, volontaire, répond toujours présent, tape droit ou peut basculer. Rentre une ficelle. 7 Carmen.

Notaire (Cuillé).- Dans le désordre, il a du mal à choisir son camp mais, aux ficelles, il s’engage, brille et même bascule après. Il anticipe, pousse ou conclut... A l’impatience des hommes il oppose sa force tranquille. Rentre ses ficelles. 9 Carmen.

vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaisePhoto
Margasse et Ziko
Margasse
(Rambier).- Rapide, il va au bout et frappe droit. Le rythme imposé le surprend mais il se met au diapason avec des conclusions poussées. Anticipation, enfermée, placement, coup de barrière, il joue la gamme du cocardier finisseur. Le combat est rude mais il se défend avec bravoure. Et rentre sa 2e ficelle. 11 Carmen.

Vigneron (Lagarde).- Les hommes semblent enfin lever le pied. Ziko continue presque seul jusqu’à la 12e où tous s’y mettent pour des séries soutenues où il bascule après Rassir. Rentre ses ficelles. 2 Carmen.

Roméo (Laurent, hp).- Remuant, sauteur, pas vraiment attaqué... Rassir, Ziko et Méric se le partagent pour quelques échanges en musique. 10 minutes.

MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER
et MARTINE ALIAGA

PRIX - POINTS 

vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaiseA la capelado, les raseteurs ont droit à une présentation personnalisée, accompagnés de la peña et des Arlésiennes qui reviendront en piste pour la remise des prix.
Photo Sabri Allouani.

Au terme de la fête vendarguoise, trophées et récompenses ont été distribués.

Le Souvenir Hubert Armingué est décerné au tau neuf N.256 de la manade Ricard.

Meilleur raseteur espoir de la fête : Marvin Méric dont c’était, hier, la première course au Trophée des As.

Main d’Or : 1er, Ziko Katif ; 2e, Sofiane Rassir. Meilleur taureau : Margasse de Rambier.

Points Trophée des As : Katif, 20 points ; I. Benafitou, 16 ; Rassir, 10 ; Chekade, 8 ; Allouani, 4 ; J. Martin, 2 ; Aliaga, 2.

******

DEUX MAGNIFIQUES SPECIMEN DE RACE CAMARGUE

▼ Juvénal de Nicollin

 vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaise

▼ Ulysse de Rouquette

vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaise

************

▼ Premières sensations aux As
pour le jeune Marvin Méric
Ici avec Vigneron de Lagarde

vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaise

*****************

▼ Jérémy Aliaga, au plus près des cornes
avec Ulysse

vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaise

vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaise

********************

Notaire de Cuillé avec Ziko

 vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaise

avec Sabri ▼

 vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaise

************

Sofiane Rassir surpris
par l'anticipation de Margasse de Rambier

vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaise

************************

Excellente ambiance en piste

vendargues,2e main d'or,margasse,ziko katif,course camarguaise

****************

19/07/2015

BEAUCAIRE *TROPHEE DES AS*

Dimanche 19 juillet 2015

Mignon - Cadenas, un duo de classe

Beaucaire,Palme d'Or 2e journée,Cadenas,Mignon,course camarguaise

 La 2e journée de la Palme d'Or finit en queue de poisson :
Bizet et Jupiter de Laurent, pas assez ficelés,
tiennent respectivement 4'40 et 5'30...

Petit résumé

beaucaire,palme d'or 2e journée,cadenas,mignon,course camarguaisePhoto :
Boer sur Chekade
La course commence correctement avec un Boer (Occitane) agressif, remuant et violent finisseur. Enchaîne les conclusions, s'aide parfois d'un coup de tête. Subit une rafale sur sa 1re ficelle ouverte. Un taureau de caractère, rentre une ficelle.

Baroudeur de Martini, lui, annonce les difficultés. Très bon placement et déplacements. Des anticipations haletantes sur Cadenas, notamment, et Chekade. Mais difficile à capter, compliqué et réservé sur la fin, rentre une ficelle.

beaucaire,palme d'or 2e journée,cadenas,mignon,course camarguaisePhoto : Cardinal
sur Rassir
Cardinal
de Lautier montre de la volonté mais irrégulier alterne les actions engagées et les moments de retenue. Cadenas est de tous les rasets. On ne voit que lui au milieu des As. Gros tampon sur Allam et un dernier pour Cadenas. Ficelles au toril.

A l'entracte, avant la finale de la Palme (lundi prochain),  Joaquim Cadenas est à trois points de Mehdi Belgourari, blessé, rappelons-le.  

beaucaire,palme d'or 2e journée,cadenas,mignon,course camarguaiseMignon de Cuillé a du jus et du pétard à revendre. De suite en place, Ouffe se fait écarter vivement. Cadenas entre en jeu pour trois merveilles de rasets : direct dans la tête, gestion de l'anticipation de Mignon, et, dans les cornes, jusqu'aux planches. Mignon brille, concentré, superbe ! Garde ses ficelles.

Ulmet (Blanc), beaucoup de vivacité et des cabrages à la poursuite des hommes. Balade les blancs. Gros engagements sur les gauchers mais déclenche aussi avec Chekade. Série, mais le rythme retombe. Finalement il prend le dessus et rentre ses ficelles.

Le public attend les Laurent pour un final enlevé. Las ! Bizet, brave comme tout et franc comme l'or, offre ses attributs et ses quelques tours de ficelles en un rien de temps.

On espère Jupiter qui d'entrée tamponne après Chekade, Errik en rafales. Droite-gauche, il prend tout, bascule après Chekade, Allam. 2 rasets de plus et Gleize finit de le déshabiller. 5'30.

Le public gronde et s'en repart dégouté.

Joaquim Cadenas est en tête de la Palme d'Or avec 28 points ; Belgourari, 20 ; Chekade, 17.

TEXTE ET PHOTOS
MARTINE ALIAGA

MIGNON - CADENAS

beaucaire,palme d'or 2e journée,cadenas,mignon,course camarguaise

beaucaire,palme d'or 2e journée,cadenas,mignon,course camarguaise

beaucaire,palme d'or 2e journée,cadenas,mignon,course camarguaise

beaucaire,palme d'or 2e journée,cadenas,mignon,course camarguaise

******************************

 

 

LUNEL *TROPHEE DES AS*

Samedi 18 juillet 2015

AYME ET SYLVERADO S’OFFRENT LE MUSCAT

Garlan, toujours stratège, pour sa dernière course lunelloise.

Hier. Entrée : 3/5e d’arène. Organisateur : Lunel Toro.  Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Ayme,
I. Benafitou, Chekade, Katif. 
Gauchers : Aliaga, Four, J. Martin. Tourneurs: Garcia, Estève, Khaled, Fouque, P. Rado.

La finale du Muscat manque de pétillant malgré de bons passages. Si Maître Garlan, pour sa dernière course, donne encore une leçon de maîtrise, Sylverado (5e) remporte les suffrages avec la prestation la plus complète de l’après-midi. Ayme totalise et soulève la coupe du Muscat mais Katif, Aliaga et Allouani, invité de dernière heure, tiennent le tempo du début à la fin.

Papagaï (Lagarde).- Bien allongé, il se livre et peut se soulever en finition. Pas toujours placé, mais toujours présent, prend une rafale sur la 1re ficelle ouverte, livre une dernière étincelle après Chekade et rentre la 2e. 2 Carmen et retour.

Aramis (Saint-Antoine).- Il va vite sans trop de suite dans les actions. Puis se place et ne supporte pas les présences trop intrusives, change de poste ou monte sur les tourneurs. Obligés de le citer de loin ou de le raseter en déplacement, les hommes ne sont pas à la fête, d’autant qu’il se garde de plus en plus. 1 ficelle rentre.

Castor (Saumade).- Séries, poursuites serrées, placement, vite retourné, il joue toute la gamme du cocardier. Les blancs le sollicitent par rafales où il tient pied pointant ses cornes inégales qui menacent les avant-bras. S’il perd un peu en intensité sur la fin, il livre 14 bonnes minutes. 3 Carmen et retour.

bloglunelgarlanphCI.jpg

▲Un des trois rasets de classe d'Ayme à Garlan


Garlan (Les Baumelles).- A 15 ans, il pète la santé et reconnaît longuement la piste pendant la lecture de son long palmarès. Bien sûr, il faut s’engager pour mériter sa charge, ce que font Chekade et Allouani sur les premiers cites. Puis c’est Katif qui s’illustre, Ayme pour trois actions de classe, Aliaga, Four, les rasets sont calculés. On ne passe toujours pas facilement le triple Biòu d’Or. Stratège jusqu’au bout des cornes, il rentre ses ficelles à 1 000 €. 5 Carmen et retour.

BLOGSYLVERADOPHCI.jpg

▲ Cocarde, 1 gland et 1 ficelle levés
par Sabri Allouani à Sylverado

Sylverado (Nicollin).- Raccompagne fermement cornes pointées et enchaîne de bon cœur. I. Benafitou, Allouani, Aliaga allongent les trajectoires et Sylverado brille, accroche le tibia d’Allouani qui revient en piste motivé pour la 1re ficelle. Jusqu’au bout avec Aliaga. Prend la bourre sur sa 2e ficelle mais la rentre après une prestation aboutie. 6 Carmen et retour.

Ratis (Raynaud).- Lui aussi a droit à la lecture de son beau palmarès. Bien calé, il attaque avec entrain, enchaîne à belle allure et frappe droit devant. Les primes montent enfin, Ratis affirme sa présence, il en veut et s’engage fermement après Allouani. Belles actions avec Four, Aliaga, I. Benafitou. Et s’il termine un peu réservé, il rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

Scipion (Saumade).- Hors point Trophée, compte pour le Muscat. Pas attaqué avec régularité c’est son côté fantasque qui prend le dessus. Place de jolies anticipations et poursuites serrées après Katif, Aliaga, I. Benafitou, Katif. Et d’un coup se balance après I. Benafitou pour le seul coup de barrière de l’après-midi. Rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Trophée des As : Ayme, 21 points ; Allouani, 18 ; Katif, 16,5 ; Chekade, 13,5 ; Aliaga, 9 ; I. Benafitou, 6 ; Four, 6 ; Auzolle, 4,5

 

16/07/2015

LUNEL *TROPHEE DES AS*

Jeudi 16 juillet 2015

Duo gagnant : Katif - Aliaga

lunel,muscat,ziko katif et jérémy aliaga,course camarguaie

Rudy de la Galère, meilleur taureau de ce 38e Trophée Roger-Damour

lunel,muscat,ziko katif et jérémy aliaga,course camarguaiePhoto Rudy et Ziko
Droite - gauche, gauche - droite, les deux compères Ziko Katif et Jérémy Aliaga se sont renvoyés les cocardiers tout l'après-midi de cette 1re journée du Trophée du Muscat (Trophée Roger-Damour) qui n'a décollé qu'à très peu de moments. Les cocardiers - hormis Rudy et Sugar - n'ont pas montré beaucoup d'enthousiame, et le reste de la troupe blanche, à part les deux titrés, n'a pas brillé non plus. Ayme en première partie, Illias Benafitou, en deuxième partie, Four pour quelques belles passes... 

Sisley (Blatière-Bessac).- Des déplacements incessants pour un long quart d'heure.

Mandarin (Cuillé).- Lui, prend tout et s'engage dans des séries rythmées, pousse après Aliaga (2), Ziko. Petit à petit, ses ripostes prennent un peu plus d'ampleur et dans la bourre des ficelles, il tient le rythme. Ayme cueille les deux ficelles. 6 Carmen et retour pour 12 minutes.

lunel,muscat,ziko katif et jérémy aliaga,course camarguaieSugar (Nicollin).- Attaqué tambour battant, il réplique fermement cornes pointées pour deux minutes les rubans. Balade longuement  les hommes sans être attaqué. Puis une belle longueur de Katif où il conclut cabré lance les débats, dans la foulée grosse enfermée sur Aliaga, prend le pas sur I. Benafitou. De là, s'engage dans des séries qu'il termine menaçant les hommes de ces longues banes. Sa stratégie des déplacements est au point et il rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

lunel,muscat,ziko katif et jérémy aliaga,course camarguaieAïoros (Les Baumelles).- Promène sans se placer vraiment, ou alors très décollé, prend les rasets de passage avec une belle anticipation sur I. Benafitou. Baisse la tête et tricote des cornes pour presque 8 minutes les pompons. Aux ficelles, se desintéresse à la sortie du raset. Heureusement Aliaga et Katif travaillent, I. Benafitou les rejoint, mais les ficelles rentrent. 

 

lunel,muscat,ziko katif et jérémy aliaga,course camarguaie

▲Rudy (La Galère).- Sort plein d'entrain et donne son coeur, les rubans volent rapidement. Toujours près des barrières, attentif, il raccompagne avec vivacité et passe le mourre (Katif, 2, I. Benafitou). Il avale une série de feu où il se chauffe et se cabre, coince le pied de Ayme. Plus enclin au fil des minutes à s'engager sur les gauchers, Martin lui sert un caviar et Rudy s'emporte, belle longueur avec Aliaga pour une arrivée bien conclue... Rentre une ficelle sur le quart d'heure le plus rythmé de l'après-midi. 7 Carmen et retour.

Ubaye (Paulin).- Parcourt longuement la piste et se fait chiper ses pompons au passage. Ne veut rien voir des invites des blancs, donne des séries mollassonnes (Carmen), et d'un coup envoie un violent coup de semonce après Four. Ce sera tout. Une ficelle rentre et Carmen au retour (?)

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Ayme, 21 points ; Four, 19,5 ; Katif, 16,5 ; Chekade, 10,5 ; Aliaga, 10,5 ; I. Benafitou, 7,5 ; Auzolle, 3 ; Martin, 3

 

 

 

14/07/2015

PEROLS *TROPHEE DES AS*

 pérols,marengo,sofiane rassir,course camarguaise

Mardi 14 juillet 2015

Merci Marengo, merci Rassir !

 pérols,marengo,sofiane rassir,course camarguaise

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : Service des festivités. Président : Joris Alvarez. Raseteurs droitiers : Auzolle, I. Benafitou, Gleize, Cano. Gauchers: N. Benafitou, Oleskevich, Ouffe, Rassir. Tourneurs : Abbal, Garcia,  Tourki.

Si le bouquet final a bien été tiré par Marengo et Rassir, le feu d’artifice espéré vu l’affiche n’a pas eu lieu. Les hommes n’ont pas mis de rythme et ne se sont pas investis malgré les primes conséquentes aux attributs et les points de bonification. Dommage car, après une capelado innovante avec des créatures géantes entre ange et démon, les reprises équestres des cavalières de Renaud Vinuesa et les groupes folkloriques, les cocardiers sortaient avec fière allure, leur cocarde bleu blanc rouge sur le dos et avaient des qualités à exprimer. Pas assez travaillés, ils rentrent 12 ficelles sur 14. La 5e étape du Trophée 3M ne pouvait donc récompenser que Sofiane Rassir et Marengo de Vellas.

Fandango (Blanc).- Un rapide éclair le temps des pompons où il se livre. Une paire d’accélérations mais dès la 6e minute, il se renferme. Un bon passage où il se soulève après Rassir et I. Benafitou (3 Carmen). Les blancs sont déjà au ralenti, les ficelles rentrent.

Lebrau (Cyr).- Chasse prestement les blancs et sa rapidité fait la différence, malgré son placement parfois aléatoire. Incisif au départ du raset, anticipe Rassir par deux fois. Un bon échange sur la fin mais les hommes calent sur la difficulté. Sans pression, il domine sans avoir besoin de sortir le turbo. Les ficelles rentrent sans la musique...

 pérols,marengo,sofiane rassir,course camarguaise

 ▲ Une superbe anticipation de Lebrau sur Rassir

Aparicio (Rouquette).- Stratégiquement au point, il prend deux, trois rasets et part se replacer. 7 minutes les premiers attributs. Forme un duo brillant avec Rassir pour de belles trajectoires. Mais trop peu sollicité rentre se ficelles. 4 Carmen et retour.

Bayle (Vinuesa).- En place, il attend longtemps le premier raset. Quand ça s’anime enfin, au milieu d’un tas de mauvais cites et d’appels illicites des tourneurs, Rassir se fait vivement accompagner jusqu’aux planches. 8 minutes les pompons. Aux ficelles, il ne se donne pas pour rien, il faut le mériter, se soulève après I. Benafitou, Auzolle, Rassir. Rentre ses ficelles à 600 € avec la musique entendue 5 fois.

Gasto Boï (Guillierme).- Sans élégance des blancs au moins vis-à-vis de sa bravoure, les rubans volent vite fait mal fait. Il a du cœur, se livre dans le désordre mais ne rate pas Rassir parti à l’aventure pour un grand envol. 6’30 et I. Benafitou met un terme sans la forme. 3 Carmen et retour.

Icare (Paulin).- Pur barricadier, chaque occasion lui est bonne mais à son rythme. Des coups puissants aux planches, des bascules notamment après Ouffe et Rassir. Gleize fait le 2e gland sur la sonnerie. 6 Carmen et retour.

pérols,marengo,sofiane rassir,course camarguaiseMarengo (Vellas, hp).- A 6 ans, et avec une bonne occupation de la piste, Marengo exprime son caractère bagarreur et explosif. Il raccompagne méchamment, bascule et explose les barrières pour des envolées d’envergure. Ouffe, et surtout Rassir mettent un point d’honneur à bien terminer, Marengo est au diapason. Garde ses ficelles. Des Carmen.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

Trophée des As : Auzolle, 17 ; Ouffe, 10 ; Rassir, 7 ; Gleize, 7 ; I. Benafitou, 6.

Trophée des Raseteurs : Cano, 4. 

07/07/2015

ARLES *TROPHEE DES AS* COCARDE D'OR 2015

 arles,83e cocarde d'or,youssef zekraoui,daudet de fabre-mailhan,course camarguaise

Lundi 6 juillet 2015

Une Cocarde d'Or torride

Youssef Zekraoui rentre dans l'histoire

Au soir de ce lundi, dans les arènes chauffées à blanc, Youssef Zekraoui levait les bras au ciel, il  venait de remporter la 83e Cocarde d'Or. On le connaissant gentil et déterminé, le public a découvert un guerrier.

Le suspense a tenu jusqu'au 6e cocardier. Si Youssef Zekraoui avait d'entrée affiché ses intentions et marqué de précieux premiers points, Joachim Cadenas imposait une forte présence et se posait aussi en sérieux prétendant. Le gaucher Youssef pour sa première saison aux As. Le droitier Joachim dans le tiercé de tête du Trophée de l'Avenir. Deux styles, deux personnalités se sont confontées dans la fournaise de cet après-midi arlésien où les vagues blanches ont déferlé sur les cocardiers qui ont fait plus que de la résistance. Opposés à une cinquantaine de tenues blanches (40 raseteurs et 10 tourneurs), les noirs qu'on avait un peu gaussé au vu de l'affiche, ont plongé dans la bagarre et fait du large et des dégâts. Ils ont rendu coup pour coup, et dans la pagaille des assauts, ils ont pour la plupart tiré leur épingle du jeu de haute lutte. Faisant planer le danger face à la horde déchaînée. Maï, le stratège, baroule Alarcon et malmène longuement Khaled. Gavot, l'escrimeur, envoie valdinguer Gros, touche Cadenas et oblige Belgourari à passer sous l'estribo. Daudet, dans un combat titanesque pointe après Moutet et attrape Aliaga. Jivago s'emballe et passe en contre-piste semant une belle panique. Et Brutus arbitre avec vigueur jusqu'à la victoire de Zekraoui. Restait Oscar pour départager les Arlésiens. Pétillant et généreux, le taureau de La Galère permet à Gleize de faire partie de la remise des prix.

Le public étouffé par la chaleur, galvanisé par la lutte pour la victoire, électrisé par la tension de la piste, s'est déchaîné voire défoulé... mais n'a pas lâché un instant le fil de la course. Ce fut éprouvant, stressant, parfois émouvant et toujours intense. Une vraie Cocarde d'Or !

Bravo Youssef, bravo Joachim et bravo à l'incroyable Daudet, meilleur taureau de la course.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI ET CHRISTIAN ITIER

CAPELADO

 arles,83e cocarde d'or,youssef zekraoui,daudet de fabre-mailhan,course camarguaise

 arles,83e cocarde d'or,youssef zekraoui,daudet de fabre-mailhan,course camarguaise

Le groupe Etoile d'Avenir d'Arles s'est excellemment investi pour une belle capelado soignée et délicieuse. Pleine de jeunesse et axée sur la transmission, une bouffée d'air frais dans la chaleur incandescente de ce premier lundi de juillet.

LA COURSE

 

arles,83e cocarde d'or,youssef zekraoui,daudet de fabre-mailhan,course camarguaise

 

▲ Photo. Maï des Baumelles : à la trompette, un essaim de blancs fond sur lui. Lui attaque. Et Alarcon se fait barouler. Bien sûr il ne sait plus où donner de la tête. Mais, le stratège a une tactique. Il fonce dans le tas. Les blancs déchaînés lui sautent dessus et ce n'est pas qu'une image. Zekraoui et Cadenas déjà affichent leurs prétentions. Maï se démultiplient et repère Khaled qu'il malmène longuement. La 1re ficelle est attaquée à la 8'40. Le taureau arrive à se sortir de l'emprise, harcelé, il se statufie, puis fonce et se soulève aux planches. Rentre une ficelle en musique au terme d'un combat guerrier.

Gavot du Pantaï.- Il joue des cornes et la gauche est un danger permanent. Cadenas et Gros se font toucher. Gavot se cale puis dans la pagaille oblige Belgourari à passer sous l'estribo, quiche Gleize. Froid, change de terrain. Bien sûr, il hôche la tête souvent mais se sert parfaitement de ses talents d'escrimeur. Cadenas lui tire une belle longueur le long des planches, un exploit dans ce désordre. Zekraoui cumule les points. Soulé, Gavot finit statique et rentre une ficelle. 2 Carmen en course.

Angelo (Raynaud).- Lui, la Cocarde d'Or, il s'en fout et dédaigne cette armée de raseteurs qui le harcèle. Stoïque, il laisse passer. Cadenas l'intéresse quand même pour une paire de passes. Mais les minutes passent et le beau Angelo dédaigneux, rentre ses ficelles.

Daudet de Fabre-Mailhan.- Littéralement assailli, il fait ce qu'il peut, fuse et raccompagne méchamment. Desserre l'étau en prenant le large et pointe après Moutet, ponctue sur Cadenas parti à l'attaque avec détermination (frontal et 1re ficelle). 7 minutes les premiers attributs. Se rebelle et se bat avec vigueur prenant des dizaines de rasets mais trouve la ressource de faire la planche après Belgourari, Cadenas. Sans répit, il riposte, jusqu'à soulever Aliaga. Un combat titanesque dont il sort avec une ficelle. 6 Carmen et retour.

Jivago (Blatière-Bessac).- Lance sa prestation par une offensive dans la contre-piste bondée. Panique à bord. Cadenas, lui, est de toutes les interventions (coupe, cocarde, 1er gland), jusqu'à prendre carrément le taureau par la corne, pleine piste, et le coucher.... Jivago arpente la piste, et frappe aux planches (Zekraoui, Cadenas, Chekade). Les blancs ne lui font pas de cadeau et il rend coup pour coup. Choppe  Zekraoui sur une fusée aux barrières, se soulève après Miralles. Robert lève le gland de derrière la barrière... "ça ne compte pas", annonce le président Claude Chevalier, imperturbable sous les harangues plus ou moins civiles des raseteurs remontés comme des coucous. Pour Jivago, les dernières minutes sont difficiles éreintés par les assauts toujours répétés. Mais il rentre son unique ficelle avec 5 Carmen et retour. Cadenas a refait son retard sur Zekraoui, les deux hommes sont à 1 point d'écart.

Brutus (Lautier).- La bagarre est à son paroxysme, Brutus tient pied, change de terrain, et essaie de répondre à tout. Il arbitre le duel droite-gauche, Cadenas-Zekraoui, avec une paire de conclusions dangereuses. Cadenas fait le forcing avec de superbes rasets, dans les cornes. La ficelle est à 1700€. Youssef avec sang froid a fait la coupe et le frontal. Avec deux points d'avance, il peut lever les bras au ciel, la 83e Cocarde d'Or est à lui. Brutus, lui, épuisé, rentre ses ficelles en musique (+ 2 Carmen pendant).

Oscar (La Galère).- Il lui reste à départager les Arlésiens Gleize et Mebarek. Brillant et généreux avec des actions spectaculaires, il permet à Gleize de faire partie de la remise des prix. 6 Carmen et retour.

LES HOMMES

Outre Zekraoui et Cadenas, Aliaga fait partie des combattants les plus en vue. Par moments Belgourari, Ouffe, Gleize sont sortis du paquet où le cascadeur Alarcon se fait encore remarquer. Heureusement, il y avait une bonne étoile sur les raseteurs de cette Cocarde où malgré de sévères corrections, aucun blessé grave n'a été à déplorer. Youssef a parfaitement géré son temps, marquant sur les premier et deuxième cocardiers des points essentiels. Avec sang froid et détermination, il a géré sachant attendre et lever les attributs au bon moment sur les bons conseils de son tourneur Frédéric Jockin. Une belle équipe récompensée. Cadenas, avec moins de stratégie, s'est battu comme un lion. Audacieux, doué et téméraire, le jeune Joachim laisse espérer aux aficionados de futures joutes enthousiasmantes.

****************