Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/10/2016

NIMES *FINALE DU TROPHEE DES AS*

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

Course du dimanche 9 octobre 2016
 
La course camarguaise positive
 
Chaque finale est différente. De cette édition 2016, on retiendra les gradins bien garnis des arènes, une avant-course magnifique, gaie et enlevée, le sérieux des cocardiers et la tenue exemplaire des raseteurs. A peine, une ou deux remontrances de la présidence pour tenir la troupe dans le droit chemin. A la remise des prix, les sourires étaient de mise, ceux des acteurs récompensés bien sûr trouvant là les applaudissements mérités au terme de la saison. Mais aussi ceux des décideurs, collectivités territoriales, partenaires du Trophée Taurin et dirigeants de Midi Libre et de La Provence, alliés à la Fédération Française de la course camarguaise. Sans oublier les spectateurs, nombreux à rester pour entonner La Coupo Santo et saluer ses héros dans un dernier tour de piste.
La “patte” de Cadenas
Joachim Cadenas s’implique et à l’image de sa saison, impressionne. Des corps à corps à la limite avec Banaru, une pointe au bras de Scipion, une “vuelta de campana” lorsque déséquilibré à la planche, la corne de Pourpier tient le bas de son pantalon... Mais le guerrier repart chaque fois et offre de bien émotionnants duos. Maxime Favier, lui aussi, marque la finale de son style. Entreprenant au possible, façon cascadeur, ça passe ou ça casse. Et même quand les coups font mal (soulevé par Banaru, jeté hors du pourtour par Mignon), le cascadeur grimace mais reprend son poste. 
Satisfaction également dans la tenue de Mignon. Exemplaire ce Biòu d’Or 2016 ! Devant des hommes investis, le Cuillé par quelques anticipations bien placé et des trajectoires tenues jusqu’à l’extrême limite des planches étrenne sa 2e étoile avec maestria. Les cocardiers de Saumade, également, ont apporté leur méchanceté, leur fantaisie, leur panache. Scipion alternant vaillance et méchantes trajectoires conclues ; Pourpier pour plus d’impact aux planches et sa dangerosité constante. Cela a sûrement fait la pencher la balance de la commission du Trophée Taurin qui lui attribue le prix du meilleur cocardier de la finale. Mérité ! Avec un solide Boer, Banaru, et ses terribles enfermées, Sylvérado classique et sérieux, la première partie a tenu la route. Reste Jupiter qui, en dessous de son envergure barricadière habituelle, n’a pas enflammé le final. Et cela manque pour une impression d’ensemble plus enthousiasmante. Chaque finale est différente, nous qualifierons l’édition 2016 de positive.
 
MARTINE ALIAGA 
Photos MALI - Christian ITIER
 
POURPIER - CADENAS
L'action d'envergure

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

Photo ERIC MARC

SPECTACLE

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

Une avant-course en hymne à la terre de bouvine avec un carrousel de 24 cavaliers et cavalières de Traditions du Sud de Mélanie Bayle et les amazones de la Confrérie des gardians Saint-Georges. Duos équestres avec Julien Perrin et Manon Gallière, Julien Gonfond et Rose Bargantanet.
Groupes: la Capouliero de Martigues, Cabidoulo du Cailar, Le Ruban de Provence d’Avignon, Etoile de l’Avenir d’Arles, Velout Pescalune de Lunel, L’Escolo d’Argenço de Fourques, Pichoto Camarguo de Mauguio, Temps du Costume et Flour inmourtalo de Nîmes.
Avec la Reine d’Arles, ses demoiselles d’honneur et les musiciens de La Gardounenque.

****************

LA COURSE

Entrée: environ 10000 personnes. Organisateur : Simon Casas Production. Président : Joris Alvarez. Rasteurs droitiers : Cadenas, Katif, I. Benafitou, Auzolle, Ciacchini. Gauchers : Favier, Four, Poujol, Aliaga, Zekraoui, Allam, Ouffe. Tourneurs : Khaled, Beaujard, Bensalah (sort au 5e), Fouque, Cuallado.

Ressortent Mignon, Scipion, Pourpier. En blanc Cadenas, Favier, Benafitou, Aliaga davantage en première partie, Ciacchini plutôt en deuxième. Mais honnête travail d'ensemble.

Boer (Occitane).- Il sort motivé, les hommes aussi. Cadenas à l'attaque d'entrée, Favier pareil. Offensif le long des planches, Boer tape, se soulève. Mais à mi parcours, il commence à se centrer et termine réticent. Ficelles sur les cornes, 2 Carmen.

Banaru (Le Rhône).- Alterne les enfermées dangereuses (Favier, Cadenas, Benafitou) et les déplacements. Il ignore parfois, se garde un temps. Il semble froid mais tient les hommes à l'oeil, malmène Favier au terme d'une anticipation émotionnante, pousse après Zekraoui, Aliaga. Les ficelles montent montent, et il se les garde. 5 Carmen et retour.

Sylverado (Nicoçllin).- Chasse le long des planches et riposte sévèrement. Se place puis déplace les hommes, raccompagne cornes menaçantes. Avec Cadenas, il va au bout. Quiche Zekraoui, Aliaga. Classique et sérieux, garde ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Mignon (Cuillé).- Le Biou d'Or affiche sa prestance. Cadenas s'élance, le Cuillé démarre aussi sec, puis anticipe le départ d'I. Benafitou, Cadenas. Zekraoui s'y met. Vif, sérieux, Mignon use d'un placement exemplaire parfaitement géré. Les rasets sont honorés offensivement jusqu'à l'extrême limite des planches. Les hommes ne faiblissent pas et le rythme est fort. Pour une première ficelle à 11'30. Favier ambitieux, reste dans les cornes et se fait expulser dans le pourtour. Zekraoui, Cadenas allongent, Mignon est au diapason. Le tourneur Fouque se fait expulser pour un mauvais geste à l'encontre du taureau. Mignon rentre une ficelle sur l'air du cocardier plus 6 Carmen déjà entendus. Mission accomplie.

Scipion (Saumade).- Inflige une pointe à l'avant-bras de Cadenas. Brouillon au départ, il monte vite en température et s'envoie après I. Benafitou. Placement fluctuant mais grosse envie d'en découdre. Séries honorées avec vaillance, droite-gauche conclusion sur Cadenas. Maxime, entreprenant, fait frémir les gradins. La 1re ficelle à I. Benafitou. Scipion se bat et rentre une ficelle au terme d'un bon quart d'heure. 6 Carmen et retour.

Pourpier (Saumade).- Décidé et guerrier. Quant les hommes l'enroulent trop, il se rebiffe d'un coup de revers. Conclusion sur Cadenas. Se laisse piéger un temps sous la présidence mais se rebelle et se sort de l'emprise. Le duo avec Cadenas fonctionne, et les coups aux planches pleuvent (Cadenas, Ciacchini, Aliaga, Auzolle). Cadenas se fait surprendre à la planche, Pourpier le tient par le bas du pantalon. Moment d'effroi. Mais le raseteur repart de plus belle. Un beau combat pour des ficelles qui rentrent. 5 Carmen et retour. Et le prix du jour.

Jupiter de Laurent.- On l'attendait pour parachever cette belle après-midi. Mais le Laurent ne se tient pas et se laisse leurrer sur ses déplacements incessants. A toi, à moi, les raseteurs le délestent rapidement de ses attributs. Un peu de pagaille et Julien Ouffe se fait surprendre, se couche, le taureau lui passe dessus. Un beau coup où Jupiter brise les planches après I. Benafitou. Mais 8'30 suffisent.

**************

Les points de la course, Trophée des As : Cadenas, 19,5 points ; I. Benafitou, 15 ; Auzolle, 10,5 ; Aliaga, 9 ; Ouffe,  9 ; Allam, 6 ; Four, 6 ; Katif, 6 ; Ciacchini, 6 ; Zekraoui, 3 ; Favier, 3 ; Poujol, 3.

Les prix du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence : 1er Cadenas, 638,5 ; 2e Katif, 501 ; 3e Favier, 423,5 ; 4e Four, 400, 5 ; 5e Aliaga, 343.

Biou d'Or 2016 : Mignon de la manade Cuillé
Meilleur cocardier de la finale : Pourpier de la manade Saumade

Champion de France FFCC : Joachim Cadenas.

 

**************

 

 

 
 

 

30/09/2016

ALES *FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS*

* En raison des conditions météorologiques, la course est annulée pour aujourd'hui. Il est possible qu'elle soit reportée à une date ultérieure *

Samedi 1er octobre, à Alès, 15h

Une première Alésienne

alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaise

La belle feria du mois de mai sur les bords du Gardon, sa fréquentation exponentielle et le succès des deux courses camarguaises proposées par l’organisateur Pierre Cuillé au sein de Toro Alès Cévennes... Les nombreux afeciouna qui venant des villages du nord du Gard fréquentent régulièrement les arènes plus sudistes... Les multiples manades qui ont fait de cet arrière-pays, leurs terres d’hiver ou d’implantation... Et le fait que les pratiques camarguaises ont trouvé terre fertile dans tous ces villages gardois... Les Cévennes sont un autre pays de bouvine, alors Alès se devait de recevoir cette année, la finale du Trophée des Raseteurs. Une finale concoctée avec soin par les organisateurs, la commission du Trophée Taurin et les quotidiens Midi Libre et La Provence. Les manadiers et les 10 premiers raseteurs du classement du groupe 2 ont d’emblée dit oui à cette première en Cévennes gardoises. Alors, que la fête commence!


MARTINE ALIAGA
Photos Laurent Sonzogni
et Mali


LES RASETEURS
Ils se sont disputé la première place toute la saison et arrivent à la finale avec un seul point d’écart. Radouane Errik et Nabil Benafitou, tous deux gauchers, sont fin prêts pour le round final, ce samedi à Alès.

alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaise« On est copain, mais chacun défendra ses chances,
sourit Radouane Errik, 1er du classement. Les taureaux choisis sont de qualité, avec une première partie assez technique, et une fin de course plus brillante. J’espère qu’on va tous s’y mettre pour faire le spectacle. La piste d’Alès est grande mais agréable, il faudra quand même du courage devant les difficultés ». Le raseteur, aujourd’hui Melgorien, a débuté à l’école de Marsillargues sous l’égide de Cyril Garcia, après les Ligues, il intègre l’Avenir (meilleur classement en 2011, 3e) non sans avoir souffert de plusieurs blessures notamment aux ligaments croisés et ménisque. 2012, les As jusqu’à mi 2015 où il préfère rejoindre le groupe 2. 2016, reste une année de transition avec des changements dans sa vie privée (mariage et bientôt un bébé) qui l’obligent à «raseter plus sereinement». Mais cette première place à défendre à la finale « me motive. J’ai fait pas mal de courses aux As cette année et j’ai des envies de compétition. Alors peut-être l’an prochain, je repartirai aux As ».

alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaiseNabil Benafitou, lui, a géré cette saison avec l’expérience acquise en 5 années de piste à l’Avenir puis 3 aux As et sa 5e au groupe 2. Energique, régulier, il sait aussi montrer du caractère et - c’est sûr - il défendra ses chances de victoire jusqu’au bout. « Samedi, que le meilleur gagne, dans un bon esprit. Avec Radouane, on va se donner au maximum. La course est un peu compliquée et dans cette grande piste, ce ne sera pas facile mais on espère que ce sera plaisant pour les spectateurs. C’est une bonne saison pour moi, sans blessure et avec les encouragements de mon frère Adil et de mon neveu le Cannois. Les clubs taurins me font confiance et d’ailleurs je les en remercie ».


Vainqueur en 2013, second l’an passé, 3e en 2016, Mathieu Marquier trouve toujours une place aux avant-postes pour les phases finales. Le temps semble glisser sur ce talentueux droitier, élégant et efficace. Guillaume Cano réalise lui aussi cette année un bon parcours. Doté d’un physique athlétique, le Marsillarguois pointe à la 4e place. A David Maurel la 5e place : une année un peu en dent de scie pour ce vainqueur de l’Avenir en 2010, puis du Trophée des Raseteurs en 2015. Un garçon agréable et travailleur, une valeur sûre et fiable pour les organisateurs. 6e, l’homme aux multiples blessures, Damien Moutet. Ses rasets engagés lui coûtent cher. Plusieurs fois méchamment touché par la corne, il revient en piste et retrouve toujours la motivation. Chapeau ! Autre Marsillarguois, Dimitri Fougère se place 7e. C’est un gagneur, il a du tempérament, ce qui lui permet d’accrocher une place dans cette finale. Incontournable gaucher du circuit, Jeoffrey Ferriol (8e) est aussi un infatigable travailleur. Jamais aux abonnés absents, sa présence en piste est toujours synonyme de rythme. Quant à Christophe Clarion, l’âge lui donne une certaine sérénité. Il garde sa constance de toujours en piste, il a encore les jambes pour assurer, un moral au beau fixe, son expérience faisant le reste. Jonathan Vic ferme la liste avec sa 10e position dans ce groupe qui l’a accueilli en 2014 et dans lequel le Saint-Georgien semble s’épanouir.

* En cas de défection d’un des 10 premiers raseteurs, le suivant au classement pourra entrer en piste.

SEPT COCARDIERS DE VALEUR
Hier, les dix raseteurs qui seront présents à la finale d’Alès, ont été présentés. Aujourd’hui honneur aux sept cocardiers qui seront en piste, ce samedi, chacun pouvant prétendre au prix du meilleur taureau de la course.
Dans l’ordre de sortie : Mouret de la manade Fournier N.462. Un premier sérieux potentiellement spectaculaire. Expérimenté et offensif, il peut conclure corne pointée tel qu’il a pu le faire dans la piste de Saint-Andiol ou Saint-Martin-de-Crau.
Fétiche du Joncas, N.613. Bien dans le standard de cette race des garrigues gardoises. Volontaire, jamais rassasié de rasets, pouvant faire le pas au départ de l’action et passer le mourre à l’arrivée. Meilleur taureau de la Corne d’Or à Eyragues après avoir couru à Saint-Martin-de-Crau, Istres, Eyragues.
Castellas de Fabre-Mailhan, N.329. Lui aussi affiche les qualités de sa devise : vaillance, bravoure et potentielles finitions. Des enchaînements droite-gauche soutenus pimentés de frappes comme il l’a démontré à Fos ou Châteaurenard.
alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaiseSerpatier d’Espelly-Blanc, N.861. Ses qualités sont nombreuses et cette place de 4e lui va comme un gant. Il possède un registre complet (anticipation, vitesse, finition) qu’il déploie au sein de sept sorties dans lesquelles il excelle à Beaucaire en avril, Palavas en mai, Vendargues en juin, au Grau en juillet ou Castries en août. Parfois un ton au-dessous quand il ne trouve pas le bon emplacement mais la piste d’Alès devrait par son ovale, lui convenir à merveille.
Trancardel de Bon, N.641. Avec ses larges bannes, il a une allure reconnaissable entre mille. Plus cocardier que spectaculaire, il peut cependant créer la surprise par de grands engagements. C’est selon, comme à Beaucaire (2 sorties), Vendargues ou Sommières, pour ses sorties 2016.
Arlésien de Chauvet, N.613. Il a des qualités à revendre notamment une incommensurable vaillance. Motivé dans les poursuites, offensif aux planches, c’est avec brillance qu’il conclut. En attestent ses courses à Mouriès, Fourques, Tarascon, Sommières et Fontvieille .
Moka du Rousty, N.708. (remplace Absolut de Ricard, blessé).- Ardent barricadier qui ne refuse jamais rien, explosif en diable dans une débauche d’énergie idéale pour couronner une course.

Réservations : 06 18 48 60 48. Le guichet des arènes sera ouvert samedi matin à partir de 9h.

26/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS*

Dimanche 25 septembre 2016 - Finale du Trophée Albert-Dubout

La lutte pour la victoire
entre Katif et Benafitou
pimente le final

Les récompenses finales aux brillants
Cupidon de Paulin et Ajax d'Occitane

Si Cadenas avait été présent à la course (il était prévu mais actuellement blessé), si Favier avait participé à la course (blessé aussi), si Katif était en pleine possession de ses moyens (souffrant d'une ancien blessure)... ce concours de manades avec ces cocardiers-là et des raseteurs comme Ilias Benafitou, auteur d'une superbe fin de saison, aurait certainement atteint des sommets. Malgré ce, cette finale du Trophée Albert-Dubout laisse une bonne impression, les temps morts s'oublient avec des taureaux comme Cupidon et Ajax. Et la bagarre finale entre Katif et Benafitou rythmée par les coups aux planches d'Ajax se déguste avec délectation. A noter une saine compétition entre les deux protagonistes et une bonne ambiance en piste ce qui ne gâche rien au tableau.

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Une des actions d'envergure d'Ajax
aux trousses d'Ilias Benafitou


Le duel Katif - I. Benafitou pour le gain du Trophée Albert-Dubout enflamme, au final, la prestation guerrière d’Ajax. Ilias se fait coiffer sur le fil mais gagne le prix mérité de l’animateur. L’équipe des blancs en dessous lors des difficultés - notamment Laos - se rattrape avec panache pour de bons passages avec Canio, Pedro, Notaire, Cupidon et Ajax. Cupidon est récompensé de son excellente prestation par le prix du meilleur taureau des 2 courses et Ajax, par le prix du meilleur barricadier de la finale.
Regain (Les Baumelles).- En mouvement, ne laisse rien sans réponse et pousse jusqu’aux planches, avec un coup de revers sur les gauchers. Stable ou mobile, les hommes ne travaillent pas assez son unique ficelle qui rentre.
Canio (Blatière-Bessac) affiche une grosse envie de bagarre. Enchaîne, envoie les cornes et frappe en finition. Le Blatière a du punch et multiplie les rebellions, Chekade en fait les frais rattrapé aux planches. Une dizaine de grosses actions pour un quart d’heure très animé. 10 Carmen et au retour avec une ficelle.
Pedro (Lautier, remplace Desbana).- Il s’allonge dans le raset et se prête aux longs échanges, ne lâchant qu’au ras des planches. Les hommes tergiversent un temps. Entrepris, Pedro multiplient les anticipations, les enfermées, les arrivées serrées. I. Benafitou, rattrapé, bascule à la planche et doit passer à l’infirmerie. De belles longueurs avec Aliaga, Four et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.
Laos (Cyr).- Trouve les bons emplacements et attend que les hommes s’engagent. Surveille tout, autant dire qu’il n’est pas submergé. I. Benafitou lève le 1er gland à la 8e, la cocarde à la 10e. Les tentatives sont timides, Aliaga et Auzolle écartés, I. Benafitou le séduit pour quelques chaudes trajectoires. Maître de la piste, Laos rentre son 2e gland. 2 Carmen et retour.
Notaire (Cuillé).- Cocardièrement au point, il maîtrise tout (placement, anticipations, ripostes sèches jusqu’au ras des planches, enfermées) et domine les dix premières minutes. Les actions sont belles sur Katif, Poujol, Four, Aliaga, Benafitou. Il se durcit après, reste sur ses positions et rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.
Cupidon (Paulin).- Remuant au début, affinant son placement par la suite, il affiche vite ses qualités de finisseur pour 5’30 les rubans. Benafitou qui sent la victoire possible multiplie les beaux rasets où Cupidon s’engouffre et conclut. Le taureau monte en puissance, et pilonne les planches une dizaine de fois (Aliaga, Four, Benafitou). Un superbe quart d’heure crescendo. 10 Carmen et retour.

▼ Cupidon et Ziko

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Biterrois (Rouquette, hp).- Se livre avec générosité et montre du mordant aux barricades. Mais le rythme des hommes est trop lent et Biterrois reste sur son envie d’en découdre. Rentre ses ficelles.
Ajax (Occitane, hp).- Katif et Benafitou ex aequo, jouent la première place. A l’invite des deux, Ajax affiche sa brutalité dans les actions d’envergure. Poujol s’en mêle, Four, Auzolle aussi, Carmen s’emballe, et Ajax cogne, bascule, explose les planches. Ilias insiste, Ziko puise dans ses réserves, et la 1re ficelle dans son crochet lui donne la victoire. Mais quelle course d’Ajax !


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER
et MALI


Trophée des As : I. Benafitou, 18 ; Poujol, 12 ; Auzolle, 9 ; Aliaga, 7,5 ; Four, 7,5 ; Chekade, 3 ; Katif, 1,5.
Trophée des Raseteurs : Errik, 4 points.
palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaiseTrophée Albert-Dubout : 1er, Katif, 33,5 points ; 2e, I. Benafitou, 26. Meilleur animateur : I. Benafitou. Meilleur taureau des 2 courses : Cupidon de Paulin. Meilleur barricadier de la finale : Ajax d’Occitane.

Entrée : une petite demi-arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, I. Benafitou, Chekade (sort au 2e), Katif. Gauchers : Aliaga, Errik, Four, Poujol, Mebarek. Tourneurs : Labrousse, Daniel, Ull, Fouque.

 ******************

▼ Canio déséquilibre Chekade
qui devra abandonner la course

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Anticipation de Pedro sur Ilias Benafitou

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Cupidon se soulève après Four

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

*******************

 

 

 

19/09/2016

LE GRAU-DU-ROI *TROPHEE DES AS*

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

Course du dimanche 18 septembre 2016

Marignan et Scipion prennent la Mer

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

Un des multiples coups aux planches de Margasse,
ici sur Vincent Marignan

Entrée : archi-plein. Organisateur : SAS Ribera. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Chekade, Katif, Marignan, Soler. Gauchers : Aliaga, Bouhargane, Four, Poujol. Tourneurs : Labrousse, Fouque, Dunan, Ull, Daniel.


En ce jour de finale du Trophée de la Mer, l’avant-course est pétillante affichant devant des gradins conquis, l’enthousiasme d’une chevauchée camarguaise et le charme d’une ribambelle d’Arlésiennes et d’enfants. La remise des prix est grandiose, récompensant Vincent Marignan (1er), Chekade (2e) et Aliaga (3e), I. Benafitou, meilleur animateur. Scipion de Saumade se taille la part du lion cumulant le Trophée de la Mer (course du 11 septembre) et le prix des CT graulens sur la saison. Robert Crauste, maire, offre la médaille de la ville à Sabri Allouani pour l’ensemble de sa carrière et le bouquet à Denis Labrousse, tourneur, pour sa dernière année de piste. La course en elle-même manque d’un raseteur meneur et du coup, le liant fait défaut malgré - et c’est à souligner - l’envie évidente de bien faire. Côté taureaux, Chico se démarque en 1re partie, et les barricadiers Optimus et Margasse y vont d’une grosse ration d’embardées aux planches. Ratis reste, en ce jour, bien difficile à séduire.
Trélus (Saumade).- Sans se départir de son calme, il montre du caractère, le long des planches, pour des ripostes poussées. Aux ficelles, se cabre après Marignan, I. Benafitou, Aliaga. 8’40 de bon ton. 3 Carmen et retour.
Sugar (Nicollin).- Attaqué bon train, baroule d’un raset à l’autre menaçant de ses cornes pointées. Plus stable aux ficelles, disponible droite-gauche, les actions sont plus affirmées et il conclut droit devant. 13’30 classiques et agréables. 4 Carmen et retour.

Chico (Lautier).- Bien posté et gérant ses déplacements, il règle la course à sa mesure. Des séries prestement enchaînées, finitions au ras des planches, quelques moments de calme et repart au charbon. Il se bat intelligemment et énergiquement et rentre ses ficelles. 9 Carmen et retour.
Ratis (Raynaud).- Tamponne après Aliaga, I. Benafitou et repousse les hommes pour 4’30 les rubans. Aux ficelles, ce n’est pas la cohue, son placement est irréprochable et il n’accepte pas les tourneurs trop près. En revanche, les droitiers doivent vraiment le rentrer pour qu’il s’engage et les gauchers ne lui mettent pas assez la pression. Deux-trois gros coups après Aliaga, Poujol, mais trop de retenue. Malgré les primes qui s’envolent, les ficelles rentrent. 7 Carmen et retour.
Optimus (Les Baumelles).- Il a des fourmis dans les pattes et les raseteurs ne lui offrent qu’un travail décousu. La première offensive est pour I. Benafitou. Puis les actions s’enchaînent tonitruantes et frappantes. Une bonne dizaine pour autant de Carmen. Une ficelle rentre avec les honneurs.
Margasse (Rambier).- Lui affectionne les droitiers. L’étalon au puissant caractère affiche son calme entre deux déchaînements aux planches. Au moins seize violents impacts et Poujol qui lui extirpe une action à gauche. Carmen en boucle et au final avec ses ficelles.
Jazz (Hervas, hp).- Il n’est pas dans un bon jour, et signifie vite qu’il n’a pas grande envie. Quelques séries mollassonnes et trois coups aux planches (3 Carmen). Il est temps de passer à la remise des prix.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA


POINTS - PRIX
Trophée des As : Chekade, Four, 19, 5 ; I. Benafitou, 12 ; Katif, Aliaga, 7,5 ; Poujol, 6 ; Bouhargane, 1,5.


Trophée de la Mer
1. Vincent Marignan, 60 points ; 2. Chekade, 30,5 ; 3. Aliaga, 28,5. Meilleur animateur : I. Benafitou. Meilleur cocardier, Scipion de Saumade.

Prix des clubs taurins graulens (Union taurine, Dur, Lou Seden, l'Aficion)
Meilleur cocardier de la saison, Scipion de Saumade

AVANT-COURSE

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

La Camargue recèle tous les talents. Mis en scène par Patrice Blanc, le mouvement et les couleurs emplissent la piste en des tableaux chatoyants et rythmés. La beauté des chevaux, la rigueur de l'ensemble, l'enthousiasme au service de la technique des cavaliers et cavalières impeccables dans leurs tenues assorties, conquièrent les spectateurs. Musique entraînante pour carrousel pétillant, et un grand coup de frais sur les traditions.

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

Arlésiennes en ribambelles, gracieuses et souriantes, des enfants à qui transmettre, en un clin d'oeil aux soixante-dix ans de la fête du Grau-du-Roi. La capelado peut commencer sur un "Raseteur" chanté par le ténor sur l'air du toréador.

Les groupes participants : Les Groupes de Tradition, Lou Rian de Prouvènço d'Avignon, Lou velout Pescalune de Lunel, Pichoto Camarguo de Mauguio, Li Cabidoulo du Cailar, Le Temps du costume de Nîmes, les cavalières et cavaliers de l'Association Traditions du Sud. Et Patrice Blanc.

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

 

16/09/2016

LE GRAU-DU-ROI *Trophée des As*

Course du jeudi 15 septembre - 2e journée du Trophée de la Mer
 
Lebrau et Mustang tiennent tête
 
Grosse équipe de raseteurs pour cette 2e journée du Trophée de la Mer et un rythme trépidant imposé aux taureaux. Les plus compliqués ou costauds ont tenu, Ivanhoé, Lebrau et Mustang, les autres sont passés très vite, parfois sans démériter, mais face à plus fort qu’eux.
Cadenas bien sûr impressionne par son implication qu’il paye cash quand Lebrau le rattrape, le déséquilibre et le malmène à la planche, l’obligeant à quitter la piste (contusions).
Au terme de l’après-midi, Marignan est toujours en tête du Trophée de la Mer avec 42 points et il viendra défendre ses chances lors de la finale, dimanche (2e Favier,  27 ; 3e Aliaga 21).
Ivanhoé (Blatière-Bessac).- Se rebelle à chaque action qu’il veut bien prendre, en passant le pitre ou ses cornes “bisques”. Promène les hommes, à son rythme. Quelques chaudes actions (Chekade, Cadenas, Benafitou). Sans presque jamais se poser, il lâche sa 2e ficelle à Cadenas ; 14 minutes. 5 Carmen et retour.
Santen (Les Baumelles).- Une rafale et les pompons volent. Se poste, reste volontaire, Cadenas subjugue par ses rasets “templés”, régulant la charge du taureau et prenant le temps de poser son crochet. Les ficelles s’effilochent, sans répit les hommes travaillent. Santen pousse jusqu’aux planches mais face à ces crocheteurs avisés, 8’30 suffisent. 3 Carmen et retour. Au fait, les deux ficelles à Joachim.
Camaï (Vidourlenque).- Il est fougueux et se livre sincèrement, une série et les rubans volent. Placé, garde du jus, s’applique, et s’engouffre sur chaque cite. Les hommes s’enhardissent, c'est la pagaille, le jeux devient dangereux, le président de course sort le tourneur Joseph pour ce taureau. Camaï ne démérite pas mais la pression est intense et 6 minutes sonnent le gong.
Lebrau (Laurent).- Leste, versatile, les blancs partent à l’abordage. Cadenas s’engage dans les cornes, Lebrau le déséquilibre, le malmène à la planche (1'30). A la reprise de la course, Joachim sorti, les hommes reprennent le rythme. Lebrau riposte, enchaîne, et peut conclure haut et fort et basculer après (Zekraoui, Aliaga). Un ou deux sauts, montre sa méchanceté et son esprit combatif. 11’30 émotionnantes. 3 Carmen et retour.
Mustang (Cuillé).- Constamment en déplacement, ses débuts sont décousus pourtant il s’implique dans les échanges pour pousser jusqu’au ras des planches. S’assagit et se prête aux longueurs (Aliaga, Favier, Marignan, Chekade) et met les gaz après I. Benafitou, Favier. Garde une ficelle. Multiples Carmen.
Cupidon (Cavallini).- Fougueux, brutal et puissant, il aligne deux coups aux planches mais malheureusement se blesse. 4 minutes, retour en musique.
Papalino (Chaballier, 10 minutes, hp).- Vif et remuant, les hommes mettent un moment à l’aborder. Lui, exprime sa méchanceté sur tout ce qui bouge. Entrepris, sa fougue se libère dans de grands éclats aux planches où il laisse beaucoup d’influx. La dernière minute, il a moins de mordant mais tape encore après Ciacchini. Des Carmen.
 
MARTINE ALIAGA
 
Trophée des As : Cadenas, 18 points ; M. Favier, 18 ; Chekade, 11; Zekraoui, 6 ; Aliaga, 4 ; Benafitou, 4 ; Four, 3 ; Ciachhini, 2.

 

* Finale du Trophée de la Mer, dimanche 18 octobre, 15h45 avant course signée Patrice Blanc, 16h, 12€, finale. Réservations : 04 66 51 12 12 *

11/09/2016

LE GRAU-DU-ROI *TROPHEE DES AS*

Dimanche 11 septembre 2016


5, 4, 6, le tiercé gagnant
de cette 1re journée du Trophée de la Mer

SCIPIONALIAGAPH MALI.jpg

Une belle embardée de Scipion
aux trousses de Jérémy Aliaga


5e, c’est la place de Scipion, excellent, hier au Grau, anticipateur et concluant ; 4, pour Ulmet malgré son exclusivité pour les gauchers ; 6 pour Arlésien et ses finitions dans une très bonne 2e partie. Et un Vincent Marignan, qui avec aisance, se place en tête de la compétition. Voilà l’essentiel.
En détail, une première partie languissante, bétail décevant et peu dynamisé par les raseteurs. Dans l’ensemble, en blanc, Aliaga, Favier, Zekraoui (Bouhargane en phase de reprise après blessure) pour une gauche combattante ; Ilias Benafitou et Vincent Marignan à droite.
Poulidet (Cuillé).- Remplace Loubard blessé. Inconstant et randonneur, il choisit ses cibles sur lesquelles il fuse parfois dangereusement. Plus un coup de revers prononcé dans un long quart d’heure.
Cohiba (Fabre-Mailhan).- Classique, enchaîne, peut faire le pas au départ, disponible sous le travail bien réparti des hommes. Gauche-droite, un regain des blancs à l'assaut de la 1re ficelle démarmaillée, levée par Aliaga (13e) l’autre rentre. 5 Carmen et retour.
Serpatier (Espelly-Blanc).- Les premières minutes sont prometteuses mais il manque vite de conviction dans ses ripostes. Pourtant reste attentif, et s’engage à plusieurs reprises dans des séries intéressantes. Le travail des blancs manque de liant, lui reste un peu mollasson et semble ne pas trouver le bon placement. Rentre une ficelle. 1 Carmen et retour.
Ulmet (Blanc).- Placement, agressivité, et cette corne qui raccompagne méchamment jusqu’aux planches et même plus. Trois minutes trente pétillantes pour les rubans. Affiche une nette préférence pour les gauchers qui régalent. Favier, Aliaga, Zekraoui, Bouhargane multiplient les cites, Ulmet les actions chaudes et percutantes. En fin de temps, se réserve un peu plus et rentre une ficelle. Une multitude de Carmen et retour.
Scipion (Saumade) affiche vite sa forme et sa méchanceté. Se livre en rythme aux pompons. Aux ficelles, positionné, tient tout le monde à l’œil. Les anticipations sont superbes (I. Benafitou, 2 fois) et brillamment conclues. Après Aliaga, Zekraoui, Favier, les engagements sont puissants; Favier en danger pour une longueur ; des frappes (Marignan, Aliaga, Benafitou), des enfermées. Anticipe et menace Bouhargane tout du long, le rattrape et l’oblige à plonger en contre-piste. Accroche la jambe de Favier. Brillant, cocardier et finisseur, rentre une ficelle, la première étant levée par Marignan sur le gong. Une symphonie de Carmen.
Arlésien (Chauvet).- Lui aussi attaque tambour battant (1’40 les rubans). Puis enchaîne sur un bon tempo avec Aliaga, Marignan, tape sur Favier. Accélérations, conclusions, tout y est. Se décolle parfois, fait voler quelques planches mais reste performant. Se bat pour un tour de sa 1re ficelle, et dans la foulée laisse la 2e à Marignan. 11 minutes. 10 Carmen et retour.
Coti Chiavari (hp trophée mais compte pour “la Mer”).- Le premier face-à-face est long à se dessiner mais correctement cité, Coti Chiavari se met au diapason et s’engage aux planches. Les raseteurs ne se démènent pas pour le faire briller, lui répond présent mais le rythme est tombé. Un petit final mais tout de même une bonne ration de musique pour une ficelle qui rentre.


MARTINE ALIAGA


Trophée des As (coefficient 1,5) : Aliaga, 17 points ; I. Benafitou, 12 ; Ciacchini, 9 ; M. Favier, 9 ; Zekraoui, 7,5 ; Bouhargane, 6 ; Katif, 3.
A noter que Vincent Marignan (Trophée de l’Avenir) totalise 33 points.

**************

IMG_6735.JPGEn ouverture, Renaud Vinuesa et ses 5 cavaliers présentent un tri en piste. 6 superbes chevaux camargue, 12 taureaux et deux simbeu, chaque bête porteuse d'une devise d'un des cocardiers de la course (7) à rentrer au toril, dans l'ordre de sortie. Pas si évident avec un petit récalcitrant qui se joue des cavaliers et feinte à maintes reprises pour se cacher dans le troupeau. Au final, un ballet réglé au millimètre, une belle démonstration de patience et de maîtrise. "Carmen"

IMG_6745.JPG

*******************

04/09/2016

SOMMIERES *AS*

Course du dimanche 4 septembre 2016

Mignon - Cupidon, mes deux amours !sommières,mignon,cupidon,course camarguaise

Une belle anticipation de Mignon sur Maxime Favier

Entrée : pratiquement plein. Organisateur : CT Lou Carmen. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Katif, Villard, Belgourari. Gauchers : Aliaga, Errik, Favier, Poujol, Allam. Tourneurs : Cuallado, Daniel, Bensalah, Labrousse, Galibert.

Jolie fin de saison pour le CT Lou Carmen. Les arènes sont pleines et le public prêt à s'enthousiasmer. Bon, il faudra attendre la deuxième partie pour que les clameurs s'élèvent, d'abord avec Mignon magistral, Montesquieu allant a mas puis un Cupidon faisant monter la température. Gaou mettant l'animation et décochant quelques envolées d'envergure. Maxime Favier tire la course avec Jérémy Aliaga pour une gauche bien présente, en face, Katif porte les traces de sa rencontre avec Pinot la veille à Villeneuve, mais puise dans ses réserves pour tenir son côté avec I. Benafitou, Belgourari par moments.

Baryton (Lautier).- Assailli, les pompons volent dans le désordre. Aux ficelles, avec un peu plus d'espace, il termine les poursuites au ras des planches. Bon partenaire qui subit l'abordage pour les derniers tours de sa 1re ficelle jusqu'à 9'45. Plus réservé ensuite face à des hommes attentistes, rentre la 2e. 2 Carmen et retour.

Mandarin (Cuillé).- Sans trop se fixer, accélère sur quelques actions. Prend le pas sur Aliaga. A mi-parcours, hausse le ton, les enchaînements basculent à son avantage pour de sérieuses finitions cornes engagées. Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

Baigneur (Ricard).- Des sauts multiples, seul, à blanc ou dans l'élan... Pas compliqué sur le raset, quelques embardées frappées (Katif, Belgourari), et la 1re ficelle à Favier (11'30). L'autre rentre.

Mignon (Cuillé).- Les applaudissements saluent son entrée en piste. Majestueux, fringant... Quelques tours de reconnaissance, se place, un raset, deux au plus et repart trouver le bon sitio. Et hop ! Deux sauts tout seul comme un ternen... Mais du mordant dans les ripostes (Aliaga, Belgourari, M. Favier), et de beaux démarrages mettant l'homme en difficulté (Favier, Villard, Belgourari). 11'30 les rubans. Les ripostes sont sèches, sérieuses, parfaitement gérées. Une démonstration. Un quart d'heure accompagné par la musique, et les ficelles qui rentre sous l'ovation. 

Montesquieu (Lautier).- Débute quelconque aux rubans, avec beaucoup de déplacements engendrant la pagaille. Mais une fois placé, sort prestement et raccompagne jusqu'au ras des planches. Donne du jeu, permet les allonges, et met la pression sur Favier, Belgourari. Raseté sur une bonne cadence, il tire sa course jusqu'à rentrer une ficelle. 6 Carmen et retour.

Cupidon (Paulin).- S'il se fait couillonner sans respect aux rubans, c'est qu'il se rend vulnérable sur ses déplacements. Mais, par la suite, même s'il baroule souvent et rasète les hommes, quand il se pose, ses démarrages en trombe et ses arrivées méchamment frappées font la différence. Pousse après I. Benafitou (3 fois), Aliaga (3 fois), se chauffe et conserve sa 2e ficelle au terme d'un bon quart d'heure. 6 Carmen et retour.

Et un dernier Ricard pour la route, ce sera Gaou (hp). Bien dans le style de la race, il fait le spectacle, casse les planches, saute, passe à travers. Ilias Benafitou, pratiquement seul, le prend en main pour des coups de barrière puissants dont un dernier énormissime. Les ficelles à la maison au terme de ses 10 minutes. Des Carmen. 

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

Trophée des As : M. Favier, 14 points ; Belgourari, 13 ; I. Benafitou, 9 ; Aliage, 8 ; Katif, 7 ; Poujol, 2.

Trophée des Raseteurs : Errik, 14.

Les prix de la saison : meilleur cocardier Mignon de Cuillé ; meilleur animateur Ilias Benafitou. Coup de coeur à Océane.

 

24/08/2016

LE CRES *AS*

Course du mardi 23 août 2016

Aliaga et Katif se partagent
le 44e Trophée de la Garrigue

Cadenas meilleur animateur, Burano meilleur cocardier

le crès,as,course camarguaise,aliaga,katif,burano de l'aurore

▲ Aliaga avec Burano

▼ Katif avec Vosgien

le crès,as,course camarguaise,aliaga,katif,burano de l'aurore

 

Entrée : 1/2 arène. Org. CT Joujou. Président : T. Tosas. Raseteurs droitiers : Belgourari, I. Benafitou, Cadenas, Katif, Auzolle. Gauchers : Aliaga, M. Favier, Ouffe, Zekraoui. Tourneurs : Khaled, Estève, Bensalah, Cuallado, Galibert.


Egalité parfaite aux points, au nombre de coupes ou de cocardes levées, Aliaga et Katif se partagent donc le 44e Trophée de la Garrigue ; meilleur animateur Cadenas. Presque tous les cadors sont en piste et même un peu fatigués du marathon aoûtien, ces neuf-là rasètent et lèvent, dans une bonne ambiance le plus souvent. L’opposition noire a été un peu mollassonne, Burano est le plus participatif et remporte le prix, Vosgien aurait mérité un peu plus de travail. 
Sobrero (Vellas).- Difficile à convaincre, les hommes lui arrachent quelques passes, quelques changements de trajectoires surprise. Raidissime, Katif lève la cocarde sur la trompette. Rentre ses ficelles.
Gajan (Thibaud).- Ne trouve pas sa place et répond mollement. Aux ficelles, même comportement, raccompagne quelquefois mais sans conviction. 8 minutes.
Vosgien (Aubanel-Baroncelli).- Lui met du mouvement et se cabre en finition (Cadenas). A vouloir tout prendre, il se disperse un peu mais s’engage de bon cœur. Saute par surprise et zèbre la fesse d’Aliaga. Bourlingue, lâche quelques trajectoires, surtout à gauche. Mieux placé par la suite, il semble prêt à en découdre mais là, les hommes lèvent le pied, Aliaga insiste mais Vosgien rentre ses ficelles. 2 Carmen et retour.
Vauban (Paulin).- Se déplace le long des planches, sans trop appuyer hormis cette belle poursuite sur Cadenas. Quelques actions (I. Benafitou, Cadenas, 2 Carmen) un gros coup sur Cadenas et en 2 minutes les ficelles s’envolent. 8 minutes.
Burano (L’Aurore).- Se livre avec du jus aux rubans. Tient le rythme dans les séries, Cadenas allonge, Burano aux trousses. Prend tous les cites et riposte franchement. Se fait remuer pour un dernier tour de la 1re ficelle et tient l’autre en cadence jusqu’à la 8e. Aliaga et Katif se partagent tous les attributs. 3 Carmen et retour.
Cerbère (Lautier).- Toujours en mouvement, les rubans volent rapidement. Passe le pitre après Katif. Entrepris, sans se fixer, il fait le job sans plus. Et Cadenas s’offre les deux ficelles. 5 minutes. 3 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS GEORGES MARTIN


Trophée des As : Aliaga, 8 ; Katif, 8 ; M. Favier, 7 ; Cadenas, 5,5 ; Belgourari, I. Benafitou, Auzolle, 2 ; Ouffe, Zekraoui, 1.

20/08/2016

LANSARGUES *AS*

Course du samedi 20 août 2016

"Deux rasets qui payent la course"

LANSARGUESLOUGUECHOUCADENASPHGM.jpg

Cadenas, en danger
sur les anticipations de Lou Guechou

Entrée : 3/4 d’arène. Org. : comité des fêtes. Président : P. Chabanon. Raseteurs droitiers : Cadenas, Faure, F. Martin, Katif. Gauchers : J. Martin, Ouffe, Sanchez, Zekraoui, Poujol. Tourneurs : Kerfouche, Khaled, Joseph, Jockin, Estève. Fait marquant : course reportée du mercredi 17 août à cause des orages et arrêtée au 5e taureau par la pluie.
Certes, il n’y a pas eu que cela ! Mais les deux rasets de Joachim Cadenas, embarqué par Lou Guechou, traversant la piste dans les cornes, bousculé aux planches la première fois puis repartant pour le même raset... Cela a enflammé le public et mon voisin d’exprimer : « deux rasets qui payent la course ! » Commencée sous le ciel gris et quelques gouttes, puis carrément la pluie au 5e taureau, ce concours de la fête a donné plusieurs bons moments, la deuxième moitié de temps de Muscadet, les accélérations de Pedro, les qualités de Lou Guechou et un début tonitruant de Beleu. Côté blanc, même en moyenne forme, Cadenas impressionne, Katif s’implique à droite, Ouffe, Poujol, les plus en vue à gauche.
Belajio (Saumade).- Souvent réticent, se défend d’un gros coup de revers (2 fois sur Cadenas). Un peu décalé, vient, ne vient pas... Appuie quelquefois pour un long quart d’heure. Les ficelles rentrent.
Muscadet (Chauvet).- En mouvement, s’allonge sur le raset et s’efforce de tout prendre. Se pose vers la 6e minute, pour des ripostes plus fermes. Arrêté, il met les gaz sur les rasets appropriés (Poujol, Ouffe, Cadenas). Monte en intensité, va au bout après Ouffe, passe le mourre (Cadenas, Katif)... A Poujol la 1re ficelle à 14’30. 3 Carmen et retour.
Pedro (Lautier).- Remuant lui aussi mais très participatif avec cette curieuse anticipation qui le fait souvent courir à côté des hommes. Rapide, traverse la piste aux trousses de Katif, prend le pas sur Faure, Cadenas. Multiplie les démarrages en trombe. Cadenas tempère la charge main au frontal, 1re ficelle dans le crochet. Et Pedro poursuit sur le même tempo, se jetant après J. Martin et plantant les cornes droit après Poujol, pour des échanges rythmés. La 2e ficelle part au terme d’un bon quart d’heure. 8 Carmen et retour.
Lou Guechou (La Galère).- Au grand galop, chasse, prend les rasets au passage. Aux ficelles, se poste, sort comme une fusée après Katif, ponctue sur Poujol. Attentif, rapide, ses départs en crabe impressionnent. Gère et ne se gaspille pas. Embarque Cadenas au départ de l’action, traverse la piste à ses trousses pour le rattraper et le malmener contre la planche. Joachim se relève, repart, et reste dans les cornes jusqu’au bout sous l’acclamation du public. Les ficelles rentrent. 6 Carmen et retour.
Beleu (Lou Pantaï).- Gauche-droite, les arrivées sont serrées, corne pointée (Ouffe) pour 2 minutes les rubans. Placé, toujours disponible, il a envie mais à la 4e minute, le nuage crève au-dessus des arènes... Terminé.


MARTINE ALIAGA

PHOTO GEORGES MARTIN


Trophée des As : Cadenas, 4 ; Katif, 4 ; J. Martin, 2 ; Poujol, 2 ; Zekraoui, 2 ; Faure, 1,5 ; Ouffe, 0,5.

19/08/2016

MAUGUIO *AS*

Course du jeudi 18 août

Zekraoui-Charron, au mérite

Le Trophée Louis-Rouquette a bénéficié
d'une bonne course très cocardière.

Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : CT Lou Biòu. Président : J. Roumajon. Raseteurs droitiers : Belgourari (sort au 3e), Katif, Oufdil, Soler. Gauchers : J. Martin, Ouffe, Poujol, Zekraoui. Tourneurs : Kerfouche, Joseph, Galibert, Estève.
 
mauguio,as,course camarguaiseUne gracieuse ouverture équestre avec Carla Pélissier et ses chevaux Cupidon, Téflon et Danseur puis une course très cocardière, bien travaillée par l’équipe blanche des As au sein de laquelle Jérémy Soler (Avenir) trouve toute sa place. A la remise des prix du Trophée Louis-Rouquette, avec les Arlésiennes et les gardians, ce sont Youssef Zekraoui, raseteur le plus méritant, et le jeune Charron de Rouquette qui remportent la mise.
Albator (Rousseau).- Raccompagne fermement des deux côtés, s’aidant parfois d’un coup de revers à gauche. Bien placé, régulier, les ripostes sont poussées et il défend sa première ficelle jusqu’à la 12e et rentre l’autre avec autorité. 4 Carmen et retour.
Marcias (Fabre-Mailhan).- Il gère en cocardier expérimenté, sans se gaspiller et affiche une forte présence quand il le faut. Quelques jolies anticipations, des accélérations jusqu’au ras des planches. Les ficelles rentrent, bien travaillées, bien défendues. 7 Carmen et retour.
Canio (Blatière-Bessac).- Remuant et brouillon, il s’intéresse plus ou moins jusqu’à ce que les hommes convoitent les ficelles bien grattées. Alors Canio s’emballe pour des engagements brutaux aux planches (Zekraoui, Ouffe, Poujol, Soler). 10 minutes quelconques mais les trois dernières de feu. 5 Carmen et retour.
Sparagus (Janin).- Placement, pointe de vitesse, se livre en rythme avec des accélérations bien placées pour 5 minutes les rubans. Beau trajet avec Zekraoui, Martin. Demande de l’investissement aux droitiers mais épouse la cause des gauchers qui s’engagent (notamment Zekraoui). 1re ficelle à Poujol, l’autre rentre. 4 Carmen et retour.
Castor (Saumade).- Toujours un peu décolé, dans les enchaînements, il met de la volonté et rajoute de la difficulté avec ses cornes bisques. Adopte les longs cites de Soler pour plusieurs actions jusqu’à la limite, belles enfermées au départ de Katif, Zekraoui. Petit à petit, collabore un peu moins, les ficelles rentrent. 5 Carmen et retour. 
Charron (Rouquette).- Tout jeune, tout vert, baroule, se laisse distraire. Mais bien capté, il fait parler sa vitesse et pousse jusqu’à se cabrer ou passer le mourre (Zekraoui, Ziko, Oufdil). Les hommes lèvent le pied, Zekraoui et Katif insistent pour des échanges vifs. Et le jeune Rouquette rentre une ficelle et remporte le prix du jour. 8 Carmen et retour.
 
MARTINE ALIAGA
PHOTO GEORGES MARTIN
 
Trophée des As : Katif, 9,5 ; Zekraoui, 7,5 ; Poujol, 5 ; J. Martin, 2,5 ; Ouffe, 2 ; Belgourari, 1.

 

17/08/2016

MAUGUIO *AS*

Course du mardi 16 août 2016

Katif, Soler, Marengo distingués
pour le Souvenir Manu et José

mauguio,course camarguaise

Deux des vainqueurs, Marengo de Vellas et Jérémy Soler

 
Entrée : 2/3 d’arène. Org. : CT Le Melgueil. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Bruschet, Katif, Soler. Gauchers : Aliaga, M. Favier, Four, Ouffe. Tourneurs : Estève, Fouque, Cuallado, F. Garrido, Bensalah.
 
Le public a passé un bon moment lors de ce 14e Souvenir Manu et José. Bétail bien choisi - tous les cocardiers montrent de belles dispositions - mentions à Aparicio le plus séduisant, Dardaillon et Attila, et conclusion spectaculaire avec Marengo. Si Katif mène les débats, chacun prend sa part de travail, et le jeune Soler ne laisse pas la sienne. Au final, Katif meilleur raseteur ; Marengo meilleur taureau ; prix d’encouragement ç Jérémy Soler.
Tastaïre (Caillan).- Ses banes impressionnantes et son caractère bien trempé rendent les approches compliquées. D’autant qu’il est difficile à convaincre ou alors fuse toutes cornes devant. La cocarde à Aliaga à la 13e. Rentre ses glands. 1 Carmen et retour.
Dardaillon (Lafon).- Il en veut et cherche le combat. Tient son placement et de là contrôle. Raccompagne à fond la caisse, la sortie sur Katif est fulgurante idem sur Soler. Fait le pas sur Favier pour 8 minutes les rubans. Attentif, il ferme souvent la sortie de secours, alors les blancs cogitent trop et les ficelles rentrent. 4 Carmen.
Aparicio (Rouquette).- Une partition toute cocardière. Placé, les ripostes poussées jusqu’aux planches (Katif, Bruschet, Soler), belles trajectoires, grosse envie de gagner. L’enfermée sur Aliaga est féroce (2 fois), pareil avec Katif. Aparicio tient sa ficelle 13 minutes et son dernier investissement sur Aliaga est aussi impliqué. 6 Carmen et retour.
Coquet (Cuillé).- Attaqué tambour battant, les pompons volent vite. Aux ficelles, plus stable, place de belles anticipations, se livre sur des longueurs en toute franchise (Bruschet, Aliaga, Benafitou, Katif). Mais le rythme lui est dur à tenir et avec la fatigue il réduit sa charge et garde une ficelle. 4 Carmen et retour.
Attila (Lautier).- Se poste fermement, ne laisse rien sa réponse, et accélère sur le raset. Repousse tous les assauts avec intensité jusqu’au ras des planches où il peut taper droit, pour des arrivées en fanfare. A la 13e, il a toujours du carburant et rentre ses ficelles. 10 Carmen et retour.
Ubaye (Paulin).- Il faut le capter sur son bon œil, alors il jette tout son beau gabarit dans la trajectoire et peut envoyer la corne en finition. Navigue beaucoup, mais répond présent. Un dernier tour de ficelle met le feu, il sera pour Bruschet à la trompette. 4 Carmen et retour.
Marengo (Vellas).- Une boule de nerf et de rage qui éclate les planches et se jette comme une furie après les hommes. Parfois, se place mais le moindre geste, déclenche sa fureur. Les hommes s’entendent pour les rubans, qui volent entre les impacts. Sort parfois des trajectoires mais quand il vient c’est un obus au cul des rasteurs. L’opéra tout entier lui est joué et le Carmen du retour (avec une ficelle) par le peña.
 
MARTINE ALIAGA
Photo LAURENT SONZOGNI
 
Trophée des As : Katif, 8 points ; Bruschet, 5 ; Aliaga et M. Favier, 3,5 ; I. Benafitou, 2 ; Ouffe, 0,5.

 

16/08/2016

LE GRAU DU ROI *AS*

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

Course du lundi 15 août 2016

Cadenas - Mignon, la magie d'un duo

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

Meilleur raseteur du 7e Grand Rendez-Vous, Joachim Cadenas
2e souvenir Etienne-Mourrut à Jupiter de Laurent

Entrée : grand plein. Organisateur : SAS Ribera. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Belgourari, Ilias Benafitou, Cadenas, Katif, Allam. Gauchers : Maxime Favier, Aliaga, Four, Zekraoui, Poujol. Tourneurs : Bensalah, Cuallado, Khaled, Estève, Fouque.


Les guichets des arènes sont fermés depuis longtemps pour une avant-course colorée et joyeuse, mêlant esprit camarguais et gitan dans une même poésie. La capelado accueille le gratin des raseteurs devant des gradins combles. Mignon étale sa science et rencontre à nouveau Cadenas pour des trajectoires rêvées. Boer ouvre les débats en excellent premier, Jupiter offre toute sa générosité et Landié fait un final pétaradant qui parachève le spectacle. L’ensemble des blancs s’est investi pour de très bons passages, en tête Cadenas bien sûr, et Belgourari, mais tous ont bien participé.
Boer (Occitane).- Dans la pagaille des premiers assauts, crochète Four par le maillot. Prend les rasets de passage, pointe dangereusement les cornes et s’engage pour des finitions frappées. Puis se poste, sollicité sans répit, se sort de l’emprise et oblige les blancs à s’investir. Accentue son coup de revers, se bat jusqu’à 14’30 avant de lâcher sa première ficelle. Rentre l’autre. 7 Carmen et retour.
Sylverado (Nicollin).- Toujours dans les planches, repousse les assauts assidûment et les trajectoires s’allongent avec Aliaga, Cadenas et Belgourari. Pointe après Ilias Benafitou. Dans son style classique, tient sa première ficelle 8 minutes. Les hommes s’emballent pour un dernier brin que Sylverado lâche à 10’40. 7 Carmen et retour.
Cruchot (La Galère).- Cueilli à froid, Cruchot a du mal à se débrider. Aux ficelles, se lâche pour anticiper Cadenas puis Katif. Joachim allonge et Cruchot l’accompagne, le public vibre. Le taureau en laisse passer quelques-uns. Puis à nouveau, prend de vitesse Cadenas pour un très long parcours fini en fanfare aux planches. 10 minutes d’à-coups. 4 Carmen et retour.
Mignon (Cuillé).- Gaillard comme un jeune bioù, stratège comme un vieux briscard, le Bioù d’Or 2015 affiche sa rigueur et sa vigilance. Cadenas le défie, l’embarque, le duo émerveille. Le raseteur démarmaille la ficelle, Mignon à ses trousses. Favier s’y met, Zekraoui aussi. Mignon balade les hommes. Une longueur avec Aliaga, gauche-droite en rythme et en beauté. Et Cadenas dans les cornes qui multiplie le ballet pour les 2 ficelles. 13 minutes. 6 Carmen et retour.
Biterrois (Rouquette).- Ne se fixe pas et cela lui est fatal. Toujours en mouvement, Biterrois s’offre sans s’économiser. Les hommes le font tourner en bourrique sous la réprobation du public. Retrouve son punch après Maxime Favier (Carmen) mais réduit trop sa charge et succombe à 10’30.
Jupiter (Laurent).- Franc comme l’or, Jupiter se livre et sa générosité est mise à l’épreuve. Sans s’arrêter un seul instant de courir, le vire-vire imposé lui est dur. Jusqu’à ce que les hommes se calment et bonifient ses superbes qualités de barricadier. Cadenas l’embarque pour des corps à cornes explosifs à l’arrivée, Jupiter se démultiplie pour une douzaine d’actions superbes jusqu’à épuisement. 15 minutes de pur courage. 11 Carmen et retour.
Landié (Nicollin).- Hors-points. Un jeune taureau surprise pour 10 minutes époustouflantes. Le grand banu agressif en diable, tire sur tout ce qui bouge. De grandes et méchantes embardées aux planches où Katif, Cadenas et Belgourari jouent à chat perché, haut sur les tubes. Un final en fanfare.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI ET HERVE BERNON

Trophée des As : Cadenas, 35,5 points (dont 4 points de bonification) ; Belgourari, 34,5 ; M. Favier, 12 ; Allam, 12 ; Katif, 11,5 (dont 1 point de bonif) ; Four, 10 (dont 1 pt de bonif) ; Aliaga, 10 (dont 1 p. de bonif) ; Zekraoui, 4 (dont 1 pt de bonif) ; Poujol, 3 ; I. Benafitou, 1,5.

************

▼ Jupiter à l'assaut...

sur Aliaga

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

▼ sur Cadenas

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

Boer crochète Bastien Four

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

La belle surprise de ce Landié de Nicollin
obligeant Cadenas à jouer à chat perché

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

▼ Les prix

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

La remise des récompenses en présence de Mandy Graillon
et de ses demoiselles d'honneur

******************************

 

 

 

 

15/08/2016

14.08.16 - PEROLS - Finale de la Ficelle d'Agent - As

UNE FINALE SIMPLEMENT ARGENTEE

A Marquis (Ricard) et Stéphane Dunan la Ficelle d’Argent

IMG_9052 - CHICO (Lautier) sur FAVIER.JPG

⇑ Chico (Lautier) et Maxime Favier, en duo ⇑

Entrée : 2/3 - Organisateurs : Commission des Festivités - Présidence : Joris Alvares

Raseteurs : Droitiers : S Dunan, L Faure, R Ibarra, Z Katif - Gauchers : J. Ouffe, M Favier, N Benafitou, N Oleskevitch

Tourneurs : JL Ull, L Esteve, H. Kerfouche

C’est sans grands moments, mais avec quelques coups d’éclats que s’est déroulée cette finale de la ficelle d’argent. Laos la science par sa gestion en première partie et Ajax la brute après la pause ressortent d’un ensemble au comportement irrégulier qui avait bien débuté  par Monro.

Chez les hommes, l’implication de Favier est remarquable et est à l’origine des moments percutants de l’après-midi. Ouffe pas en reste, Katif, Dunan efficaces rejoint par N. Benafitou (2sd)  avec 13 points et R Ibarra ont donné du rythme. Faure arrive à la 3 eme place avec 9 points.

Monro (Bon) : Après un début désordonné avec 8 sauts pour rien, il assume parfaitement son rôle avec de IMG_8999 - MONRO (Bon) sur KATIF.JPGsèches réponses conclues par un engagement aux planches (Ibarra, Favier, Faure) ou un saut (Katif, Ibarra 2). Ficelles intactes il reçoit son 3 eme Carmen à sa rentrée.

       Monro se soulève derrière Katif Zakaria

Laos (Cyr) : Une gestion de la piste et de l’espace sans faille en font un sérieux client surtout sur les droitiers, où son anticipation est fulgurante et ses arrivées IMG_9029 - LAOS (Cyr) sur OUFFE.JPGlimites.  A gauche plus réticent, ceux qui rentreront dans son terrain trouveront réponse. Les autres  …….. Retourne avec ses ficelles doublées et le disque joué une fois pendant.

⇑   Laos coupe la route à Julien Ouffe

Chico (Lautier) : Brouillon, les pompons partent en moins d’une minute. Plus gaucher que droitier, Favier le sortira de son placement aléatoire pour l’embarquer dans de belles enfermées serrées. 14’avec le Carmen final qui avait résonné 6 fois.

IMG_9096 - ULMET (Blanc) sur OUFFE.JPGUlmet (Blanc) : Décollé des planches et dans de brèves ripostes, cocarde et glands partent en 2’. Aux ficelles, essentiellement gaucher, ses réponses sont conclues quasiment chaque fois. Favier (7), Bénafitou (2) et Ouffe (3) le feront dresser sur les bois. A noter une enfermée frissonnante sur Ouffe à mi-course. Ficelles autour des cornes et un 7 eme Carmen le raccompagne.

⇑ Ulmet dans une de ses arrivées. Ici sur Julien Ouffe

Bizet (Laurent) : Abordé sans retenue,  1 minute et place aux ficelles dont la 1ère IMG_9112 - BIZET (Laurent) sur IBARRA.JPGpartira 3 minutes plus tard. Se signale derrière Ibarra, Favier avant de laisser la seconde à Katif. 9’40 pour 2 Carmen.

   Trajectoire collée-serrée avec Rémy Ibarra   ⇒

IMG_9128 AJAX sur KATIF.jpgAjax (Occitane) : Dans la pagaille et pas ménagé, cède ses principaux attributs en moins de 3 minutes et se valorise dans de brutales arrivées derrière Favier (5), Ouffe (2) et Katif (⇐ Photo). Aux ficelles, bien que prenant goût à faire voler les planches,  les tampons sont autant brutaux derrière Favier, Katif… Fort éprouvé, la brutalité laisse place à la vulnérabilité  et les hommes le privent du reste de ses attributs. 14 minutes éprouvantes, des Carmen et des bravos.

IMG_9155.JPGAbsolu (Ricard) Hors Point : Absolument impossible de le tenir en piste.

Des sauts, des sauts, encore des sauts (11) au point d’en dégonder les portes de la contrepiste. Cède uniquement ses glands. 1 Carmen touristique.

Trophée des As :   M Favier 17, Z Katif, 17, J Ouffe 4, L Faure 2

Trophée des Raseteurs :  N Benafitou 12, R Ibarra 4

                                                               Texte et Photos Cyril DANIEL

Lire la suite

14/08/2016

MAUGUIO *AS*

Course du dimanche 14 août 2016

Ouranos et Jacob les plus dynamiques

mauguio,course camarguaise

Un beau mouvement de Jacob avec Jérôme Martin.

Entrée : 1/3 d’arène. Org. : CTPR Le Trident. Président : D. Gaillard. Raseteurs droitiers : Auzolle, Bruschet, Oudjit, Oufdil. Gauchers : Allam, J. Martin, T. Mondy, A. Benafitou (sort à l’entracte). Tourneurs : C. Garcia, F. Garrido, Lebrun.


Les bandes de jeunes colorent les gradins au 2e jour de fête melgorienne. Pour cette première des trois courses aux As, on retiendra les qualités des cocardiers de la deuxième partie pas assez mises en valeur par l’équipe blanche. Ouranos et Jacob se montrent les plus “joueurs”. 13 ficelles sur 14 réintègrent.
Bendor (Ricard).- Bien positionné, raccompagne offensivement cornes pointées jusqu’aux planches, ceux qui le défient dans son terrain. Demande de l’investissement mais s’engage après Allam, J. Martin, Auzolle. Rentre quelques tours de sa 1re ficelle. 2 Carmen et retour.
Major (Nicollin).- Ne s’intéresse aucunement sur les invites des hommes. Retient sa charge ou regarde passer sans broncher. 11’30 pour la cocarde et 14 pour un gland. Le reste rentre.
Lazare (Cyr).- Attentif à tout, bien calé, il se jette pour une série rythmée. Tient les blancs en respect et il faut le séduire, ce que fait Bruschet récompensé de ripostes volontaires. Mais se fait de plus en plus réticent et peu coopératif, rentre ses glands.
Aïoros (Les Baumelles).- Il prend vite le dessus, par quelques attaques fermement menées. Du coup, les hommes temporisent. Puis s’entendent pour enchaîner, alors Aïoros raccompagne avec fougue. Jérôme Martin pour trois belles actions. Auzolle pour le 2e gland presque au terme. Sans forcer, Aïoros rentre ses ficelles. 2 Carmen et retour.
Ouranos (Lagarde).- Attaque par 2 enchaînements rythmés où il se jette avec entrain pour 1’30 les rubans. Ouranos se livre avec envie, exprime toute sa vaillance pour peu qu’on le sollicite. Ne dit jamais non et pousse jusqu’aux bois après Auzolle pour le gain de la 1re ficelle. L’autre rentre. 7 Carmen et retour.
Jacob (Saumade).- Raccompagne avec conviction et tape droit en finition. La cadence n’est pas assez régulière et Jacob promène en attendant. Mais reste disponible. S’engage après Allam, Bruschet, Oufdil, pousse et envoie la corne après Bruschet. Les primes montent, le public participe, les hommes s’y mettent et Jacob bascule après Auzolle. Mais la 1re ficelle reste en place primée à 400 €. 7 Carmen et retour.
Gaou (Ricard, hp).- Quillé au centre, il attend longtemps jusqu’à cet essai de Bruschet raccompagné haut et fort. A blanc, s’envoie après Auzolle, bascule après Bruschet, brise les planches et rentre tous ses attributs. Carmen.


Texte et photo
MARTINE ALIAGA


Trophée des As : Auzolle 12 ; Allam, 10 ; Bruschet, 9 ; J. Martin, 4.
Trophée des Raseteurs : Oufdil, 8 points.

11/08/2016

CASTRIES *TROPHEE DES AS*

Course du mercredi 10 août 2016

Belgourari, Zekraoui, Serpatier
pour le 20e Trophée de la Ville


Entrée : plein. Organisateur : Cercle taurin Le Trident. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Belgourari, I. Benafitou, Cadenas, F. Martin, Katif, Allam. Gauchers : Aliaga (sort au 5e), Ouffe, Zekraoui. Tourneurs : Khaled, Joseph, Galibert, Bensalah, Kerfouche.


L’affiche de ce 20e Trophée de la Ville a tenu toutes ses promesses, avec un joli décorum d’avant course et remise des prix. Une après-midi dense, où chaque cocardier joue une partition originale - mention à Serpatier - face aux pointures des As qui se jaugent et se défient. Belgourari habile, Cadenas incroyable d’audace, Zekraoui valeureux dans un ensemble entreprenant font monter la température et passer beaucoup d’émotions.
Vallespir (Blatière-Bessac).- Affiche sa brutalité et sur les premières minutes distribue les uppercuts. Puis, bien calé demande de l’engagement, bouscule Zekraoui (1er passage à l’infirmerie). Les hommes réfléchissent avant de le défier. Les gauchers ont sa préférence et Aliaga, Ouffe, Zekraoui (revenu en piste), se font pilonner (2 Carmen). Mais dur, dur de le convaincre sur la fin. Garde ses ficelles.
Estepous (Guillierme). - Toujours en mouvement, sa vitesse répond à la précipitation des blancs. Quelques sauts- surprise, une longueur avec Cadenas, tape en force après I. Benafitou, F. Martin et se défend d’un coup de revers. Maintient le rythme et se tenant davantage, garde sa 2e ficelle. 3 Carmen et retour.
Platon (Nicollin) affiche une volonté sans faille. Les hommes s’enhardissent. Cadenas lui donne de la vigueur par deux cites pleine piste. La pression monte, Platon se bat dans la pagaille jusqu’à coincer Zekraoui contre la planche (retour à l’infirmerie). Tient sa 2e ficelle presque jusqu’au terme. 4 Carmen et retour.
Serpatier (Blanc-Espelly).- Mouvement, vitesse d’exécution et ce raset engagé de Cadenas fermement raccompagné. Les hommes s’éparpillent, il passe d’un raset à l’autre pour 3 minutes les pompons. Aux ficelles, ses anticipations (Cadenas, Belgourari) font mouche et l’étau se desserre. Il surveille tous les départs, accélère sur les longueurs, jusqu’à basculer après Cadenas et I. Benafitou. Termine dangereux et dominateur avec une ficelle. 7 Carmen et retour.
Rouffian (Lagarde).- S’engage bravement à chaque raset, tamponne après Benafitou, Belgourari. Aux ficelles, colérique et indiscipliné, s’enrage après Cadenas et Allam. Le rythme tombe un peu, Rouffian se pose et oblige à plus de rigueur. Se hisse haut après Zekraoui en danger, idem après Katif. Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.
Colbert (Paulin).- Cueillette rapide des premiers attributs sur ses déplacements. Ne reste pas longtemps en place, peut se décaler mais s’emporte violemment sur le “caviar” servi par Zekraoui qui repart pour une autre explosion. Et I. Benafitou stoppe le chrono à 10’30. 2 Carmen et retour.
Papalino (Chaballier, hp).- Rageur, il s’escampe sur tout ce qui bouge, cherche la castagne, et, s’il lâche la sortie du raset, quand l’homme garde le cap, ses coups aux planches sont redoutables. Comme ces deux dernières minutes de folie où les coups pleuvent. Le dernier baroud d’honneur de Cadenas, après la trompette, Papalino au tampon, ravit les spectateurs. 4 Carmen et retour.

 

MARTINE ALIAGA


Trophée des As : Belgourari, 10 ; Cadenas, 6 ; Allam, I. Benafitou, 3 ; Katif, 2,5 ; Zekraoui, 2 ; Ouffe et Aliaga, 1.
Les prix du 20e Trophée de la Ville de Castries : meilleur raseteur, Belgourari ; meilleur animateur méritant, Zekraoui ; meilleur cocardier, Serpatier de Blanc-Espelly.

07/08/2016

PEROLS *AS*

Dimanche 7 août 2016 - 1re journée de la Ficelle d'Argent

Pirate à l'abordage !

perols,ficelle d'argent,course camarguaise

Pirate fracasse les planches à la poursuite de Nabil Benafitou

Entrée : 1/2 arène. Organisateur : comité des fêtes. Président : J. Alvarez. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Dunan, Faure, Aroca (sort au 1er), Ibarra. Gauchers ; N. Benafitou, Ricci. Tourneurs : Ull, F. Lopez.


La présidence réclame l’indulgence des spectateurs en ce jour de multiples courses dont 4 aux As, et de période propice aux blessures des raseteurs. Et de fait, sept blancs et deux tourneurs se présentent à la capelado en cette première journée de la Ficelle d’Argent. Il manque du monde. Les présents ont fait ce qu’ils ont pu, Ilias Benafitou en tête, mais le temps s’est étiré longuement durant les quarts d’heure. Marquis (6e) réveille les gradins, quant à Pirate, (7e hp), il saborde les planches avec rage et part à l’abordage des raseteurs haut et fort. Finalement, les spectateurs s’en contenteront et puis c’est à la fête à Pérols.
Ulysse (Rouquette).- Impressionnant de froideur quand, placé, il jauge les hommes ; impressionnant de puissance et de méchanceté quand il sort de sa querencia, la corne pointée jusqu’au ras des planches ou plus. I. Benafitou le défie courageusement pour des conclusions frappées (3 Carmen). Mais les glands resteront sur les cornes. Quel rude premier.
Mandarin (Cuillé).- Trouve les bonnes positions et met du cœur à tout honorer. Se livre bien, fait le pas au départ pour une cocarde à 300 € qui nargue les hommes et qui rentre. 5 Carmen et retour.
Rameau (Lautier).- Difficile à convaincre mais I. Benafitou l’embarque et Rameau met les gaz. Une série bien menée, puis un saut impromptu qui surprend un spectateur en contre-piste. Course arrêtée 4 minutes. Au retour, quelques enchaînements puis se fait réticent et rentre 1 gland.
Orion (Saint-Antoine).- Donne du jeu en toute franchise, en poussant ce qu’il faut. Bien positionné, garde 4 minutes ses rubans, s’engage dans des enchaînements pour 12 minutes agréables. 4 Carmen et retour.
Cigalon (Fabre-Mailhan) se livre plein pot, les hommes ont vite fait la cueillette. Droite-gauche, tout en vaillance sans hésiter avec parfois un petit pas d’anticipation. Il en prendrait même un peu plus. Défend sa 1re ficelle avec conviction et rentre la 2e. 3 Carmen et retour.
Marquis (Ricard).- De multiples sauts, quelques timides rasets et soudain (10e), un gros coup après Dunan. Le public est réveillé. Les primes sur la cocarde montent, les hommes tentent, Marquis s’engage avec fracas : 2 énormes coups de barrière sur Dunan, deux sur I. Benafitou. Et le chiffon rouge à 500€ qui réintègre. 4 Carmen et retour.
Pirate (Blatière-Bessac, hp).- Démolisseur dans l’âme, agressif en finition, une vraie bête de scène. A chaque bonne occasion, il s’escampe, bascule, fracasse... Faure, I. et N. Benafitou, Ibarra sont gratifiés d’énormes coups de semonce. Une planche vole au 2e rang des gradins. Aziz, le menuisier, est à l’œuvre, sous la menace de Pirate qui réjouit le public. Rentre un gland. 6 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA
PHOTO CHRISTIAN ITIER


Trophée des As : I. Benafitou, 19 points.
Trophée des Raseteurs : N. Benafitou, 14 ; Ibarra, 8 ; Ricci, 4.

02/08/2016

BEAUCAIRE *TROPHEE DES AS*

Course du lundi 1er août 2016 - Finale de la Palme d'Or

Le public ovationne Cadenas

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Départ fulgurant de Laos sur l'invitation rapprochée de Joachim Cadenas

Laos de Cyr fin stratège s’impose
devant des gradins pleins à craquer.

beaucaire,palme d'or,course camarguaiseEntrée : archi-plein. Président : Joris Alvarez. Organisateur : Service des affaires taurines.
Raseteurs droitiers : Auzolle, Cadenas, Chekade (sort au 3e), Faure, Katif, Sanchis, Ciacchini, Gros (rentre au 4e). Gauchers : Allam, Maxime Favier, Ouffe, Zekraoui (sort au 3e), Aliaga, Poujol, Zbiri (rentre au 4e).
Tourneurs : Kerfouche, Estève, Khaled, Joseph, Cuallado.


Joachim Cadenas, largement en tête en début de cette finale de la Palme d’Or et la sortie de Zekraoui (au 3e taureau), 2e ex-aequo avec Maxime Favier, la bataille des hommes n’a pas eu lieu. Mais avec 13 raseteurs à la capelado, la course a gardé de l’intensité. Et puis, des arènes pleines (plus de billet à la vente dès 16 h), cela galvanise une ambiance déjà bien engagée par une capelado originale et bien menée. Cadenas bien sûr, focalise l’attention et les bravos, mais M. Favier joue le jeu jusqu’au bout. Au final, le public se lève pour ovationner Cadenas. Côté taureaux, Aparicio se défend, Laos s’impose, Chico affiche sa vaillance et Absolut finit bien. Une belle remise des prix et tous de repartir avec le sourire, la fête a été belle et le roi fait l’unanimité !
Loubard (Cuillé).- Assailli par les hommes, il se défend en jouant des cornes et en changeant de terrain. Se donne de l’air en utilisant toute la piste et en repoussant méchamment les assauts. Mais se blesse et réintègre à la 7e.
Aparicio (Rouquette).- Choisit de suite sa place dont il sait sortir à bon escient. Sélectionne ses adversaires et utilise intelligemment tout l’espace. Droite-gauche, il impose des ripostes sèches aux trousses des hommes. Défend sa première ficelle jusqu’à la 14e minute, rentre l’autre. 2 Carmen et retour.
Laos (Cyr).- Placement optimum, sorties fulgurantes, les hommes sont avertis. Sourd aux mauvaises intentions, ses plus belles actions s’emballent sur les invitations rentre-dedans de Cadenas et Favier. Chaud après Ciacchini à plusieurs reprises. Un, deux rasets, repart se placer et au besoin envoie la corne en finition (Favier), le stratège se fait respecter et rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.
Bayle (Vinuesa).- Il n’est pas dans un très grand jour. Cul aux planches, il faut le rentrer pour qu’il déclenche. Cadenas, Favier, Poujol, s’y collent pour quelques éclats. Mais Bayle manque de conviction. Rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.
Chico (Lautier).- Attaque à fond et participe de bon cœur. Main au frontal, les hommes allongent, Chico fait le job consciencieusement. Le taureau sait se ménager pour repartir dispos au combat. Il multiplie les poursuites serrées et fait l’effort jusqu’aux planches. Un métronome ! Une ficelle rentre. 6 Carmen et retour.
Perroquet (Ricard).- S’approprie toute la piste et les premiers attributs volent sur ses déplacements. Attend les hommes qui ne se pressent pas, craignant ses réactions intempestives. Mais aujourd’hui Perroquet n’a pas envie de jouer, lâche les rasets et promène. Il se cabre après Cadenas et ce sera tout. 7’30”.
Absolut (Ricard).- Hors-points. Une machine à coups de barrière alliée à un bon positionnement. Le festival peut commencer. Cadenas assure le spectacle. Favier, Aliaga enchaînent, pour des envolées superbes qui concluent avec la manière cette belle Palme d’Or. Les ficelles à la maison dans un concerto de Carmen.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Pour clôturer la Palme, le spectacle absolu avec le barricadier de Ricard et M. Favier


POINTS - PRIX
TROPHÉE DES AS (coef 1,5) :
M. Favier, 22,5 pts ; Cadenas, 18 ; Aliaga, 12 ; Katif, 11 ; Poujol, 9 ; Allam, 6 ; Ciacchini, 6 ; Zekraoui, 3 ; Auzolle, 3.
PALME D’OR 2016 :
1. Cadenas, 86 pts ; 2. Favier, 52 ; 3. Zekraoui, 34 pts.
Meilleur taureau des trois courses : Mignon de Cuillé.
Meilleur taureau du Club taurin beaucairois : Absolut de Ricard (prix remis en novembre au Chalet).
Médaille de la Ville remise à Daniel Siméon.

25/07/2016

BEAUCAIRE *TROPHEE DES AS*

Course du dimanche 24 juillet 2016 - 2e journée de la Palme d'Or

La fièvre emporte la Palme

beaucaire,palme d'or,2e journée,mignon,ratis,cupidon,cadenas,course camarguaise

Mignon anticipe magistralement sur Cadenas

Les places de parking seront chères pour la finale (lundi 1er août). Le frémissement ressenti dimanche dernier au terme d’une course très disputée, s’est transformé en une fièvre qui a gagné les gradins. Remontés comme des coucous, les hommes se sont jetés dans la bagarre de cette 2e journée de la Palme pour une première partie âpre et sans concession avec Norpol et Crespeu, plus fade avec Lebrau. Mais déjà Joachim Cadenas est de toutes les batailles, Zekraoui et Favier montrent du répondant, la température monte. Mignon siffle la fin de la récréation. En patron ! Le Biòu d’Or 2015 livre un quart d’heure magistral. L’anticipation sur Cadenas coupe le souffle, la longueur avec Zekraoui, divine. Le public se lève à son retour. Une fois titillé, Cupidon se livre dans un déchaînement de rasets et d’actions explosives. Les spectateurs exultent. Le retour de Ratis (après blessure) est salué comme il se doit. Avant la trompette, le Raynaud fracasse les planches. Agressif et brutal, le Biòu d’Or 2013 n’a rien perdu de sa force de frappe. Il rajoute du placement et le choix de ses adversaires. Cadenas trébuche au ras de ses cornes, se rattrape, Ratis est sur lui. L’arène hurle. Mais le droitier repart au combat, et sous les acclamations lève la 2e ficelle. L’ovation pour Ratis. Après toutes ces émotions, Moka aurait pu finir dans l’anonymat. Mais Cadenas en a décidé autrement. Et jusqu’à la dernière seconde, Joachim assure le spectacle. Époustouflant !


MARTINE ALIAGA
photos GEORGES MARTIN et MALI


Points
Trophée des As : Cadenas, 17 points ; Zekraoui, 12 ; Favier, 12 ; Katif, 9 ; Auzolle, 4 ; Chekade, 4 ; Ciacchini, 4 ; Allam, 3 ; Ouffe, 3; Faure, 2.
Palme d’Or : après cette 2e journée, Cadenas, 63 points ; Zekraoui et Favier, 32 ; Katif, 21 ; Allam, 13

************

▼ Ratis aux trousses de Favier

beaucaire,palme d'or,2e journée,mignon,ratis,cupidon,cadenas,course camarguaise

▼ Cupidon et encore Favier

beaucaire,palme d'or,2e journée,mignon,ratis,cupidon,cadenas,course camarguaise

****************

23/07/2016

VENDARGUES *TROPHEE DES AS*

Course du vendredi 22 juillet 2016

A Pagagaï et Lou Guechou
la partie la plus cocardière

vendargues,as,papagai,lou guechou,course camarguaise

Lou Guechou et Jérémy Aliaga

 


Hier. Entrée : 3/4 d’arène. Org.: CT La Muleta. Président : M. Moucadel. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Bruschet, Katif, Chekade. Gauchers : Aliaga, J. Martin, Méric, Zekraoui. Tourneurs : Grando, Estève, Joseph.


Pour la course aux As de la fête, la 7e journée de la Main d’Or joue une partition cocardière avec Papagai, Lou Guechou et peut-être Galant s’il avait été plus raseté. Chacun des blancs joue son rôle sur un rythme tranquille.
Papagaï (Lagarde) chasse et raccompagne cornes pointées, gare aux avant-bras. Avec de beaux engagements (7) aux planches et des ripostes sérieuses, il prend le dessus et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.
Leste, Dalloz de Cuillé court partout et saute allégrement les barrières. Vagabonde, prend les rasets de passage, suit J. Martin qui ne s’accroche pas et qu’il piétine en contre-piste (sans plus de mal, ouf !). Brouillon et dissipé, quelques actions conclues (3 Carmen). Rentre ses ficelles.
Laurier (Richebois) attaque sur un fort tempo finitions à l’appui. Puis, cul encastré dans la planche, il faut aller le chercher. Alors, il s’engage davantage sur les gauchers après qui il peut basculer. Se durcit en cours de route et se retient pour les dernières minutes. Rentre ses ficelles.

vendargues,as,papagai,lou guechou,course camarguaise

Lou Guechou et Jérôme Martin

Lou Guechou (La Galère) se fait chiper ses rubans sur ses premiers déplacements. Mais une fois concentré, ses démarrages obligent souvent les hommes à virer de bord. Difficile à tenir par les tourneurs, il anticipe et sort en force. Les actions serrées s’enchaînent et Lou Guechou rentre une ficelle au terme d’un quart d’heure très cocardier. 7 Carmen et retour.
Vauban (Paulin) se fait naïvement prendre ses premiers attributs. Il manque de concentration et de détermination mais se livre volontiers sur les droitiers après qui il conclut. Bruschet trouve le biais pour l’intéresser. La pression augmentant pour les derniers tours de ficelle, il pâtit. 14 minutes inégales. 6 Carmen et retour.
Galant (Saint-Germain).- A grande foulées, il occupe l’espace et frappe après Méric. Katif le prend à sa main pour les premiers attributs. Aux ficelles, il attend le combat, un peu décalé, mais toujours attentif. Pète les planches après Méric, s’engage sur les sollicitations, dommage que les hommes ne lui en demandent pas plus. Rentre une ficelle sans la musique (?)
Rostand (Nicollin, hp) tape en rafale avant la trompette. Brave et volontaire sur le raset, il exprime sa méchanceté en se battant avec les planches. Une jolie anticipation, une belle série, deux gros coups de barrière pour 11 minutes de bon aloi. 3 Carmen et retour.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA


Trophée des As : Chekade, 6,5 ; Katif, 6 ; Zekraoui, 5 ; I. Benafitou, 4,6; Bruschet, 4 ; J. Martin, 2 ; Aliaga, 1

▼ Action de Galant sur Marvin Méric

vendargues,as,papagai,lou guechou,course camarguaise

18/07/2016

BEAUCAIRE *PALME D'OR, 1re journée* AS

Course du dimanche 17 juillet 2016

Première ébouriffante pour La Palme

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Duo Jupiter - Cadenas

Il n'y a pas de souci à se faire, la Palme est convoitée. Si Joachim Cadenas s'empare de la première place en faisant monter la température sur les gradins, Youssef Zekraoui et Maxime Favier n'ont pas dit leur dernier mot. Mais le chouchou du public a pris une belle longueur d'avance.

Spécial dédicace à Youssef Zekraoui qui, dans l'affolement général de la compétition, est le seul à garder la tête froide et respecter les cocardiers. La course aux attributs ne justifie pas le massacre d'un taureau. L'honneur d'un raseteur tient aussi à son comportement en piste.  Et il n'y a aucun règlement à invoquer pour cela, chacun est maître de ses gestes.

Les trois premiers taureaux ont tenu la dragée haute dans une lutte de haute volée. Boer (Occitane), excellent 1er, offensif, utilise toute la piste, multiplie les actions, longues séries et conclusions violentes. Rentre une ficelle.
Cohiba (Fabre-Mailhan) arrive à s'imposer dans le combat qu'il attaque en mouvement pour affiner son placement. La bataille fait rage aux pompons. Mais aux ficelles, placé, il fait le pas au départ et enclenche le turbo. Quand les hommes s'affolent, lui, fait du large. Rentre ses ficelles.

Trancardel (Bon) gère au mieux. Alterne les bons postes et les déplacements pour des actions poussées au ras des bois. 11'30 de bonne facture. 

L'agressivité d'Ulmet (Blanc) lui fait tenir 14 minutes trépidantes. Le taureau est revenu, après blessure, à son meilleur niveau. Décidé, bien positionné, il s'investit par des engagements poussés notamment sur les gauchers mais Cadenas le force à droite. Les offensives se multiplient pour des arrivées en fanfare.

Ca se gâte pour Biterrois (Rouquette) qui, n'arrivant pas à se placer, subit la foudre sans aucun égard. Dévarié par les assauts désordonnés - du grand n'importe quoi - il n'a que sa générosité à offrir.

Quant à Jupiter (Laurent), il tamponne un bon nombre de fois pour 8'30 flamboyantes. Des explosions énormes après Cadenas, Zekroui, Favier où il bascule à deux reprises.

Margasse (Rambier, hp) met du temps à se chauffer mais une fois à point, il enchaîne les actions jusqu'à exploser les planches. L'étalon a du placement et ne se livre pas pour rien. Son agressivité est dosée mais quand il vient, c'est une bombe jusqu'à traverser les planches après Faure et coincer la jambe de Cadenas, espérons-le sans mal pour le raseteur. Rentre ses ficelles.

MARTINE ALIAGA

La Marseillaise ouvre solennellement la Palme d'Or en mémoire des victimes de l'attentat de Nice, reprise par les spectateurs, le moment est fort.

En avant course, Renaud Vinuesa et son équipe donne un aperçu du spectacle "Crin Blanc" pour de jolis tableaux camarguais. Toujours aussi réussi !

Entrée : 3/4 d'arène. Organisateur : Affaires taurines. Président : Aurélien Laget. Raseteurs droitiers : Cadenas, Chekade, Faure, Katif, Sanchis, Mascarin. Gauchers : Allam, Ouffe, Zekraoui, M. Favier. Tourneurs: Joseph, Kerfouche, Cuallado, Estève, Khaled.

Trophée des As : Cadenas, 19 points ; Zekraoui, 14 ; Katif, 12 ; Favier, 9 ; Allam, 6 ; Chekade, 6 ; Mascarin, 2 ; Faure, 1

Trophée des Raseteurs : Sanchis, 16.

Classement de la Palme d'Or  (les sept taureaux comptent) : Cadenas, 37 (dont 7 points de bonification accordés par le jury de la Palme) ; 2. Zekraoui 19 (5 bonif) ; 3. Favier, 14 (5 bonif) ; 4. Katif, 12 ; 5. Sanchis, 8.