Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/07/2018

ASSOCIATION CAMARINA

Vendredi 20 juillet 2018 - Communiqué de l'association Camarina

Le Trophée Camarina à Jean-Claude Blanc
pour son cocardier Ourasi

BEAUCAIREOURASI1PHMALI.jpgLa manade Jean-Claude Blanc remporte pour la 3e fois le Trophée Camarina avec son taureau Ourasi, (après Rascaillon en 2004, puis Ulmet en 2016), devant Trancardel de la manade Bon.

Ourasi, dominateur aux ficelles, doté d’un placement sans faille, très brillant à la planche, dangereux car anticipateur sur le raset, sa course aurait pu toucher les sommets si les hommes avaient su surmonter leurs craintes et leur attentisme. Le taureau en voulait et pouvait donner plus pour peu qu’on ait envie de le mettre « en colère ». Ourasi a rentré ses deux ficelles primées 900€ après une belle course (1re journée de la Palme d'Or du dimanche 15 juillet). Doté d’un patronyme pas ordinaire (Ourasi étant le nom d’un trotteur quatre fois vainqueur du Prix d’Amérique) nous aurons grand plaisir à le retrouver dans les prés du Mas de Paulon entre Arles et Salin de Giraud ou bien aux arènes beaucairoises.

Cette première journée de la Palme d’Or, organisée pour la première fois le matin à 11h pour cause de finale de Coupe du Monde de football, nous laisse un goût d’inachevé, et les hommes nous doivent une revanche dès dimanche prochain. Dommage également que Jupiter sorte à nouveau hors point et donc hors compétition comme beaucoup trop souvent dans sa carrière nous empêchant de le prendre en compte.

Le Prix Camarina 2018 sera remis à la famille Blanc le vendredi 16 novembre au Casino de Beaucaire au cours d’une soirée toujours riche en amitié et sentiment, qui réunit l’ensemble de la famille taurine.

BERNARD DUMARCHER
Président de l’Association taurine Camarina
Photo MALI

17.07.18 - AIMARGUES -- FINALE du TROPHEE H & P AUBANEL

Course du Lundi 16 Juillet 18 (Reportée du 15)

JIL (Lagarde) PAR DESSUS TOUT

Les prix pour BOUMIAN (Nicollin), R. FOUQUE et E ASSENAT

IMG_4632.JPG

Tout le monde ne travaille pas, tout le monde ne boude la Course Camarguaise come l’on peut l’entendre d’ici et là…. Prévue à 17h, une heure, les gradins enregistrent une grosse moitié pour finalement se remplir dans le dernier quart d’heure. Pourtant quand l’on dit « passé le jour, passé la fête » cette course venant en clôture de 10 jours de Fête Votive était reportée du dimanche après son annulation pour cause de Foot !!

Après une sérieuse première partie, Jil déploie tout son panache de qualités de cocardier en devenir et domine ce Trophée H et P Aubanel. Boumian (hp) termine bien pour les amateurs de sensations (et pour le jury) et reçoit le prix. Ouai, si on veut ? Chez les hommes, tous biens présents, Fouque et Assenat arrivent ex-aequo au vote du jury et se voient récompensés
IMG_4638- CAPULET (Félix) sur V FELIX.JPG
Capulet (Félix 140) : Bien placé, démarre sur de jolies longueurs agrémentées d'un coup de tête. Calme il gère sa course, serre Benhammou et Fouque (2). 13 minutes saluées par le disque entendu 3 fois.
Lou Gazier (St Pierre 917) : Se livre sans retenueIMG_4657 - LOU GAZIER anticipe BENHAMMOU.JPG. Il défend sa 2sde ficelle dès la 5ème. Ses charges derrière Benhammou (3), Fouque (2) et Félix sont musicales tout comme son retour au toril avec une ficelle.
IMG_4689 - CETTORI (A. Baroncelli) sur FOUQUE.JPG
Cettori (A. Baroncelli 013) : Petit tour de chauffe, se place et attend. Coupe le terrain et stoppe à la limite. Gére l'espace et s’impose sans forcer. Rentré une ficelle en musique jouée 3 fois.IMG_4720 - JIL (Lagarde) sur CLARION.JPG
Jil (Lagarde 151) : Il a du pétard. Saute 2 fois et puis, ça se corse. Ses répliques IMG_4729 - JIL (Lagarde) sur FOUQUE.JPGsont serrées et les arrivées menaçantes tant à gauche qu'à droite ou, quand la corne ne passe pas sur les planches, il tamponne (Fouque 2, Assenat 2, Benhammou, Clarion, Fouque) ou se projette (Fouque). Raseté sans relâche – auteur de séries -  il conserve ses ficelles. 6 Carmen plus retour.IMG_4743 - DRISCOL (Occitane) sur.JPG
Driscol (Occitane 133) : S'engage fort mais dévie se trajectoire dès le contact établi. 3 Carmen pour trois passages un peu plus soutenus et plus appliqués. 14 minutes honorées.
IMG_4768 - SCAMPI (Saumade) sur ASSENAT.JPG
Scampi (Saumade 136) : Distrait, il saute pour rien (8). Plus concentré, il peut raccompagner, mais pas toujours. Une timide série se fait en musique tout comme son retour ficelles en place. IMG_4793 - BOUMIAN (Nicollin) sur.JPG
Boumian (Nicollin IMG_4781 - BOUMIAN (Nicollin) sur ASSENAT.JPG102 Hp) : Très sérieux, collé aux planches qu’il ne quitte jamais,  s'engage à vive allure et s'envole à l'arrivée sur les 5 seuls rasets  (Assenat 2, Fouque 2 et Méric)  reçus pour autant de Carmen rejoué au retour, cocarde seulement coupée à 200€.

Entrée : Plein - Organisateur : Mairie
Présidence : À. Lager
Raseteurs Droitiers : R Fouque, V Félix, Y Benhammou -  Raseteurs Gauchers : M Meric , E Bernard, C Clarion, E Assenat  Tourneurs : T Tourreau, R Guyon, A Perez, J Daniel

Remise des Prix de la Fête 2018 :

IMG_4806.JPG

  • Meilleure Vache Cocardière: du Mardi Berretta – Manade Nicollin
  • Meilleur Raseteur course de la Vaches Cocardières : Marc Sanchez
  • Meilleur Lot de Taureaux Jeunes : N° 304, 362 et 382 – Manade Nicollin
  • Meilleur Taureaux Trophée H et P Aubanel : Boumian – Manade Nicollin
  • Meilleur Raseteurs Trophée H et P Aubanel : Emeric Assenat et Romain Fouque
  • Vainqueur Trophée Chloé Béchard du Concours d’Abrivado : Manade Rambier

A LANSARGUES *le 17 août *

Jeudi 19 juillet 2018

Lancement du
Trophée du Pays de l'Or

lansargues,pays de l'or,course camarguaise

Les élus de la Communauté d'agglomération
du Pays de l'Or,
les bénévoles
des clubs taurins, les élus de Lansargues

Huit communes, cinq arènes, un quinzaine de clubs taurins ou organisateurs, une douzaine de manades, quantité de raseteurs, de cavaliers... Un territoire béni pour la bouvine. Ce que l’Agglomération du Pays de l’Or a bien intégré dans son projet de territoire, volet «traditions». D’où la création du 1er Trophée du Pays de l’Or, amené à tourner au fil des ans dans les communes associées.

lansargues,pays de l'or,course camarguaiseRéunis sous les platanes des arènes de Lansargues, lieu de la 1re édition (17 août), autour de Stéphane Rossignol, président et de Michel Carlier, maire du village, les artisans de ce projet ont développé leurs arguments après la bienvenue de l'édile lansarguois : "Ici nous sommes attachés aux traditions, l'abrivado longue part du pays pour 6 km jusqu'au village. Malgré la pression des pouvoirs publics nous maintenons intégralement la fête. Les arènes ont été reconstruites en dur, et tous les platanes maintenus d'où l'ombre agréable".

Stéphane Rossignol : «Lansargues est un haut lieu de la course camarguaise, c’est pourquoi le 1er trophée aura lieu ici. Seront associés les élevages et les raseteurs du territoire. Nous avons la chance d'avoir des arènes dans presques toutes les communes, celle de La Grande-Motte ont fêté leurs 20 ans. Et nous octroyons une petite subvention à chacun des clubs taurins du territoire.  ».

Jean-Marc Soulas, président FFCC et parrain dudit trophée tenait à rappeler : « Nous ne devrons jamais oublier 2016 et l’implication des collectivités et des élus. Les traditions sont vecteur de développement économique, de commerce, d’agriculture... et d’éducation. Nous ouvrons en septembre, une première section course camarguaise au collège Ampère d’Arles, il devrait y en avoir une à Vauvert, et pourquoi pas dans l’Hérault... Il faut préparer les prochaines générations ».

lansargues,pays de l'or,course camarguaiseMichel Lazerges, élu à l’Agglo Pays de l’Or, commission tradition : « Cette course de l’Avenir sera offerte au public dans le cadre de la fête votive. Nous avons beaucoup de marais et une dizaine d'élevages à Lansargues, 400hectares gérés par le Pays de l'Or voués à l'élevage des taureaux. Nous esperons de nombreux spectateurs à cette course. Nous devons maintenir, développer, dynamiser nos traditions ».

A Nicolas Noguera, élu lansarguois, de présenter l’affiche : "7 des 12 manades du territoire ont été choisies pour cette course.  Milord de Janin, Kalum des Termes, Quintilien du Ternen, Maquisard de Paulin, Escapa de Lafon, Briscard de Rambier et Valjean de Michel. Raseteurs : Rassir, Ouffe, Castell, Jourdan, Méric, Faure plus le leader de l’Avenir Fouque".

Une journée de fête à Lansargues débute par le déjeuner au pré, puis l’abrivado longue, l’apéritif et la course... La tradition sera respectée le 17 août.


MARTINE ALIAGA
Texte et photos


Agglomération du Pays de l’Or : Candillargues, La Grande-Motte, Lansargues, Mauguio, Mudaison, Palavas, Saint-Aunès, Valergues.

18/07/2018

COCARDIER

19 juillet 2018 - Course du dimanche 15 juillet

Super Jupiter pour
ses adieux à Beaucaire

IMG_4440.JPG

Le N. 619 de la manade Laurent court sa dernière saison.

Si dimanche, la 1re journée de la Palme d’Or (en matinée), n’a pas emballé le public, la faute n’en revient pas aux cocardiers. Aucun n’a démérité, particulièrement en deuxième partie où Trancardel, Ourazi et Pourpier ont montré toutes leurs qualités.

Et si l’équipe blanche avait pu afficher un peu plus de présence et d’allegria, la fièvre aurait certainement enflammé les gradins. Mais... Cependant, puisant dans leurs dernières forces, les raseteurs restants - trois étaient sortis sur blessure musculaire - Zekraoui, Marignan, Dunan, Ciacchini et Charrade ont fait briller Jupiter sortant en septième et dernière position. Avec son tempérament bouillant et hautement spectaculaire, le barricadier de Laurent a multiplié les fracas aux planches avec un entrain toujours juvénile.

BEAUCAIREJUPITERMARIGNAN2PHMALI.jpgA 12 ans, le fils de Lion, porte-drapeau de la génération 2006 marquant la renaissance de la manade Laurent, s’est battu avec la hargne et la noblesse qui le caractérisent. Beau, vigoureux et joueur, Jupiter porte en lui tout le panache de la race des Marquises. Ses exploits en piste lors de ses grandes prestations seront longtemps commentés, tel lors de la 2e journée du Muguet d’Or 2016 où il avait traversé la piste au grand galop pour cibler le tourneur Benoît Joseph dans un énorme éclat.

Les afeciouna suivront de près ses dernières courses. Après Les Saintes en avril, Le Grau en juin, Beaucaire ce 15 juillet, la prochaine sera au Grau-du-Roi, le 15 août.

MARTINE ALIAGA
Texte et photos

 

BEAUCAIRE * le 15 juillet, 1re journée de la Palme d'Or*

Mercredi 18 juillet 2018

Joey Deslys à la capelado

joey deslys,course camarguaise

Dimanche 15 juillet, à la 1re journée de la Palme d’Or beaucairoise, Joey Deslys avait été invité à défiler à la capelado, tout comme la veille à Paluds-de-Noves. Moment d’émotion intense pour les spectateurs de voir le jeune raseteur en fauteuil mais, un peu rassérénés par le beau sourire affiché sur son visage. Rappelons qu’après avoir été propulsé contre le mur de la contre-piste par Farfadet de La Galère lors d’une course à Alleins, le samedi 9 juin, Joey Deslys a eu une fracture à une vertèbre et la moelle épinière écrasée. Depuis, il a été opéré et, aujourd’hui en convalescence, il continue à faire des progrès et à retrouver des sensations. Le travail sera long mais l’espoir est au bout, et le moral primordial. Joey n’en manque pas !

MARTINE ALIAGA

Texte et photo

 

16/07/2018

BEAUCAIRE *AS* 1re journée de la Palme d'Or

Lundi 16 juillet 2018 - Course du dimanche 15 juillet, 11h

Des cocardiers imposants !

Un manque de dépassement de soi côté raseteurs

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

Pour sa dernière course à Beaucaire
Jupiter s'est démultiplié

Si l’affiche était belle malgré le forfait de Cadenas blessé et si Zekraoui prend la tête de cette Palme d’Or, il aura manqué cette étincelle, cette folie qui transcende un homme, élève un raseteur qui se dépasse et prend la course à son compte, avec brio ! Surtout avec Ourazi, Pourpier et Jupiter (pour ses adieux à Beaucaire), qui manquent d’opposition mais leur grande forme leur permet tout de même une belle prestation !

Canio (N.519, Blatière-Bessac).- Canio doit faire le tri sur une longue série gauche droite, 2’ le temps des pompons. Zekraoui est son meilleur partenaire pour 7 minutes intenses et sans répit. 2 Carmen et retour.

Banaru (N.507, Le Rhône).- Lui reste une énigme et les blancs n’ont pas totale confiance. A la 3e, Zekraoui pose la main et à la 5e il lève la cocarde sur un raset engagé et brillant. Avec autant de classe, il s’offre le 2e gland à la 6e. Martin pour une longueur, Zekraoui suit derrière. Mais les ficelles au toril, 1 Carmen.

Marquis (N.882, Ricard).- Très vite, s’évade et passe les limites sans compter ! Saute après Martin et ne tient pas en place. Un marathonien qui n’en voit pas la fin, spectaculaire et inépuisable, S’envoie après Zekraoui, Bouhargane, Puis calme les sauts mais court et court jusqu’à garder ses ficelles à plus de 1000 € ! 1 Carmen et retour.

Trancardel (N.641, Bon).- Du lourd, du costaud et des cornes ! Pour de sacrées rencontres à l’arrivée parfois explosive comme sur Marignan. Puis s’envole après Zekraoui. A la 7e, Katif en allonge un ! Bouhargane donne le change avant que Charrade stoppe le chrono à la 14e. 4 Carmen et retour.

Ourazi (N.883, Blanc).- 1,3’ qu’il percute après Ciachini. Et s’il laisse vite filer ses attributs, il conserve haut les cornes ses ficelles. L’étau se relâche et avec trois raseteurs en moins, les cigales s’en donnent à cœur joie et les blancs hésitent. Ourazi est en forme. A la 7e, Dunan s’affiche, Charrade suit à la 10e, Marignan à la 12e et encore Dunan à la 14e, mais jamais le combat ne prendra. 6 Carmen et retour.

Pourpier (N.514, Saumade).- Très vite, conclut fort sur Ciachini, saute après Allam et les attributs résistent presque 7 minutes. Pourpier a du répondant et veut en découdre mais les jambes sont lourdes chez les blancs. Les primes s’envolent mais rien n’y fait ! 1 Carmen et retour.

Jupiter (Laurent, hp).- D’emblée saute et affiche sa volonté de combattre, Belles actions après Zekraoui puis Ciachini (2). Ouf, Jupiter ne fait pas semblant, il percute et s’envole après l’homme dans un bel engagement, Défend plus de 7 minutes ses attributs et s’il trouve Dunan le temps de deux envolées spectaculaires, il rentre ses ficelles en musique. 6 Carmen et retour.

CAMARON
Photo MARTINE ALIAGA

Course du dimanche 15 juillet. Entrée : 3/4 d’arène. Président : Joris Alvares. Organisateur : Régie Municipale. Faits marquants : Martin sort au 4e et Bouhargane et Katif au 5e. Raseteurs droitiers : Katif, Charrade, Ciachini, Marignan, Dunan, F.Martin. Gauchers : Zekraoui, Bouhargane, Naïm Allam. Tourneurs : Kerfouche, Fadli, Beaujard, Esteve, Lopez.

Trophée des As : Zekraoui, Charrade, 14 points ; Marignan, Ciacchini, 8 ; Allam, Naïm, 4 ; F. Martin, 3 ; Bouhargane, 2.

▼ L'action magnifique d'Ourazi de Blanc
auteur d'un très bon quart d'heure
sur Jérémy Ciacchini

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

▼ Pourpier dominateur

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

 

▼ Le festival de Jupiter
de la manade Laurent

beau, pétillant, joueur

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

beaucaire,palme d'or,course camarguaise

15/07/2018

LE GRAU-DU-ROI *AS*

Dimanche 15 juillet 2018 - Course du 14 juillet

Landié de Nicollin
le final enjoué

le grau-du-roi,landié,course camarguaise

Landié à l'attaque sur Allouani

Dans les arènes pavoisées bleu, blanc rouge, après La Marseillaise de la Gardounenque et le ballet des Arlésiennes du Velout pescalune, la course est dédiée à Arnaud Roucairol de la manade Rambier, décédé la nuit dernière, à 42 ans.
Chaleur torride ou veille de Palme d’Or, le rythme en piste est des plus tranquilles et décousus par moments et certains taureaux manquent de pétard. Les passages barricadiers de Colbert (2e), Saint-Eloi (3e) Testasse et surtout Landié ne suffiront pas à réveiller les gradins. Les hommes passent à côté d'une course qui aurait pu être pétillante et enthousiasmante.
Perroquet (Ricard).- Les hommes s’en méfient à juste titre tant il est prêt à sanctionner la moindre faute ou approximation. Placé, vient quand il veut, prend une ou deux séries, saute sans prévenir et souvent. Rentre ses ficelles intactes.
Colbert (Paulin).- Sous ses airs flegmatiques et promeneur, il a de la ressource. Au petit trot, il va sa vie les cinq premières minutes mais l’engagement sur Four est puissant (6e), tout comme après Marquis, Katif. 10 minutes crescendo. 3 Carmen et retour.
Saint-Eloi (La Galère).- Vite en place, il montre son caractère barricadier, casse les planches (Four, Zekraoui). A son habitude, il temporise mais repart vite à l’attaque et il y va de bon cœur (Zekraoui, Charrade), fracasse après Katif, Four. 13’30 la 1re ficelle, l’autre rentre. Une valeur sûre. 5 Carmen et retour.
Mesrine (Vinuesa).- Attaque par une série joliment conclue sur Allouani. Il faut qu’il se place pour donner le meilleur et, là, parfois, il se décale, se centre. Mais posté, il se livre bien, impact après Four. S’il manque un peu d’entrain après 8 mois de convalescence, la bonne nouvelle c’est qu’il n’a pas l’air de se plaindre de sa patte blessée. Rentre ses ficelles. 2 Carmen en course.
Artalet (Laurent).- Se laisse facilement prendre ses rubans mais fait parler la foudre après Four. Se déplace opportunément, malin, il ne se jette pas pour rien. Stoïque quand les hommes s’affolent. Sa tenue de piste est aléatoire mais ses engagements aux planches furieux (4 fois). Les 2 ficelles à Félix en 12’30. 3 Carmen et retour.
Testasse (Hervas).- Se promène pas mal mais se livre franchement sous les rasets plus ou moins académiques et conclut en force aux planches. Envoie du bois après Félix, brise après Four (2), Marquis (2), Ziko (3). Allouani pour les 2 ficelles. 9 minutes pétillantes. 7 Carmen et retour.
Landié (Nicollin, 10 minutes, hp).- Ses qualités offensives et sa méchanceté sont indéniables. Coup sur coup, en rafales, en biais, il cogne, traverse les planches, les brise, cherche les hommes haut au saut... Expressif pour de nombreux impacts, il livre un bon final. 7 Carmen et retour.
 
MARTINE ALIAGA
Photo CHRISTIAN ITIER

15.07.2018 - PEROLS - TROPHEE DE L'AVENIR

Course du 14 Juillet 18

VERSADOU, VALJEAN EN PORTES DRAPEAU

IMG_4364 - versdou - naim.JPG

Jour férié, mais pas pour tout le monde. Notamment pour les hommes, qui ont donné du rythme tout au long de l’après-midi, permettant ainsi à Versadou, Valjean de figurer en tête de cortège. Marengo quant à lui à bien conclut alors de Servan a été un premier honorable.

IMG_4307 - SERVAN - BOUHARGANE.JPGServan (Blanc 236) : Errant il répond plus ou moins puissamment. Secoué il enchaine, pousse après Bouhargane et se dresse après Naim et Aliaoui.4 Carmen dans 13 récompensées.IMG_4323 - VOLTAIRE - BOUHARGANE.JPG

Voltaire (Les Baumelles 005) : D'aspect froid il donne guère confiance et a du mal à rentrer dans la course. Quelques allonges bien accompagnées pour 2 fois le disque ainsi qu'au retour avec une ficelle.
IMG_4340 - VULCAIN - ALIAOUI.JPG
Vulcain (Allard 116) : Sans vice et volontaire il prend plaisir dans les séries. Tamponne derrière Aliaoui (2) et Auzolle dans 8 minutes honorées du disque entendu 5 fois
Versadou (Rousty 127) : Malgré deux petites fautesIMG_4402 - VERSADOU - NAIM.JPG de placements (d’où les hommes ne font rien pour l’en sortir en faisant la ronde autour), c'est contre les bois qu'il trouve refuge. Anticipateur, il démarre pleins gaz, accélère au contact du crochet et ne lâche pas prise jusqu'au bois. A l’aise dans les sérieux, il enchaîne et s’en dégage. Cède sa 2de ficelle sur la trompette au terme d’une très bonne course récompensée par la musique, jouée pour la 6ème fois.

IMG_4427 - VALJEAN.jpgValjean (Michel 078) : Placement, charge lourde et grosses percussions en conclusion (Auzolle 3, Bruschet, Bouhargane, Aliaoui et Auzolle avec saut lui font réaliser 12 minutes plaisantes récompensées par le disque entendu  5 fois.

Neptune (Rouquette 201) : Un raset d'école IMG_4441 - NEPTUNE - AUZOLLE.JPGdauzolle conclut part une belle envolée et une réaction apres Alioaoui laisse espérer sinon tout est prétexte pour sauter (22 fois).
IMG_4457 - MARENGO - BOUHARGANE.JPG
Marengo (Vellas) : Même s'il semble avoir moins de mordant sur les rasets, ses finitions derrière Bouhargane (6) Dunan (2) et Naïm (2) sont toujours autant puissantes.7 Carmen plus retour

IMG_4291.JPGEntrée : ¼ (début de course) puis 1/3 (fin de course) - Du fait de l'entrée gratuite, va-et-vient constant du public)
Organisateur : Mairie
Présidence : J. Alvarez
Raseteurs Droitiers : L.  Auzolle, S. Dunan, R. Bruschet  Raseteurs Gauchers : Y. Naïm, J. Bouhargane, F. Aliaoui
Tourneurs : T. Dumond, D. Dunan, C. Galibert, H. Kerfouche

Texte et Photos Cyril Daniel

 

12/07/2018

BEAUCAIRE

Les cocardiers de la Palme d'Or 2018

beaucairearènesPH CI.jpgDimanche 15 juillet 

10h30, spectacle d'ouverture

11h, 12€, 1re journée

1 CANIO Blatière-Bessac - 2 BANARU Rhône
 
3  MARQUIS  Ricard - 4 TRANCARDEL Bon
 
5 OURAZY   Blanc - 6  POURPIER – Saumade

7 JUPITER   Laurent

Dimanche 22 juillet

16h30, spectacle d'ouverture

17 h, 12€, 2e journée

1 MAQUISARD  Paulin - 2  AIOROS Baumelles - 3 ARGENTIN Gillet 
 
4 MIGNON  Cuillé - 5 SCIPION Saumade - 6 LEBRAU  Laurent

7 TIMOKO Lautier

Lundi 30 juillet

16h 30, spectacle d'ouverture

17h, 12€, Finale de la Palme d'Or

1 COUBERTIN Cuillé - 2 LAOS Cyr
 
3  CARUSO  Saumade - 4 ATTILA Lautier

5 OPTIMUS Les Baumelles - 6 CUPIDON Paulin

7   KOUROS  Fabre-Mailhan 

 

AIMARGUES *VACHES COCARDIERES*

Course du mardi 10 juillet 2018

Beretta, Héléna, Harmonie, Diva
les dominatrices !

aimargues,vaches cocardières,course camarguaiseLa course est de bonne tenue malgré le déséquilibre des raseteurs avec seulement 2 à droite et 5 à gauche. Chez les cocardières, Beretta, Héléna, Harmonie et Diva se sont imposées. Toutes les ficelles restent sur les cornes.

Carmen (Raynaud, N.807).- Brouillonne, elle ne tient pas en place. Visite la contre-piste, ne termine pas ses poursuites sauf 1 fois derrière Sanchez. 1 Carmen et rentrée.

Saintoise (Les Baumelles, N.130).- Puissante, elle se donne a fond. Utilise un petit coup de tête dissuasif, 1 jolie série récompensée de Carmen plus rentrée.

Beretta (Nicollin, N.150).- D'entrée, montre sa détermination avec 2 coups de barrière. Se place et attend. Ceux qui s'aventurent sont violemment enfermés. Cède la coupe de la cocarde à la 5e minute, levée à la 6e. Enorme tampon derrière Sanchez pour conclure avec 2 Carmen pendant plus rentrée applaudie.

Héléna (Blatière-Bessac, N.745).- Chasse les hommes en permanence. Ceux qui si frottent – Assenat (2), Gougeon (2), Clarion et Sanchez sont violemment enfermés avec de puissants coups de barrière. 6 Carmen pendant plus rentrée.

Harmonie (Les Baumelles, N.122).- Attentive aux provocations, bondit immédiatement. Bascule derrière Charnelet et se fait sans doute mal car elle baisse de rythme dans ses réponses. Se reprend et effectue un coup de barrière sur Assenat, bascule sur Charnelet pour conclure. 5 Carmen pendant plus rentrée.

Fiélouse ( Blatière-Bessac, N.954).- Passe trop de temps en contre-piste où elle s'évade 7 fois mais aussi derrière Charnelet, Assenat, Sanchez. Rentre 1 gland avec 4 Carmen.

Picarde (Raynaud, N.468).- Cette jeunette de 4 ans, un peu juste à ce niveau, montre ses qualités naissantes notamment dans 2 séries récompensées plus rentrée.

Diva (Nicollin, N.361).- Elle enclenche la surmultipliée dans ses réponses, saute derrière Assenat, se signale dans une série, s'envole littéralement au niveau des tubes sur Charnelet qui se fait malmener sans mal. 3 Carmen pour conclure. Sur le dernier, elle se blesse à une patte à la dernière minute. 5 Carmen en tout plus retour.

PANI

Course du mardi 10 juillet. Entrée: demi arène, Org: Comité des fêtes. Président: Jacques Servière. Raseteurs droitiers : Miralles, Charnelet. Gauchers : Assenat, Clarion, Alarcon, Gougeon, Sanchez. Tourneurs: Arnel, Joseph.

Trophée des Vaches cocardières : Sanchez, 12 ; Gougeon, 10 ; Miralles, 10 ; Assenat, 8 ; Clarion, 4 : Charnelet, 3 ; Alarcon, 2.

 

 

10/07/2018

REMOULINS - 2e Journée de la Cerise d'Or

Course du 8 juillet 2018

ANTONIO et URSIN , LA CERISE DANS LE PANIER

IMG_4067.JPG

S’il n’y a pas grand-chose à retenir de la première partie de cette 2ème journée de la Cerise d’Or, Antonio et Ursin ont dominé la seconde. Rien à redire chez les hommes dont certains ont mouillé le maillot. Fouque se montre en forme bien aidé par Bouhargane et ponctuellement par Garcia.

IMG_4082 - ROLLIER.JPGRollier (N.929, Caillan).- Un début brouillon avant de se caler et mener les hostilités. Sur quelques répliques va au bout (Fouque 3 - Laurier) avant durcir le jeu. Carmen au retour joué 4 fois, ficelles en place.IMG_4097 - MISTRAL.JPG
Mistral (N.128, Ricard).- 4'30 les rubans avec pas mal de saut (5). Aux ficelles c'est irrégulier. Un énervement déclenche le disque dans un ensemble brouillon. Conserve une ficelle.
IMG_4109 - BATACLAN.JPG
Bataclan (N.941, Occitane).- N'avait pas la tête à la scène mais en coulisse qu'il visitera 12 de fois. Entre temps il lâche avant de tamponner après Bouhargane (Carmen). Rentré une ficelle. IMG_4133 - ANTOINIO.JPG
Antonio (N.153, Guillierme).- Toujours dans les planches se livre avec intérêt et raccompagne jusqu'à la limite, pattes sur l’estribo, et corne menaçante. Tient pied dans la pression avant de s'en dégager. 12minutes intenses récompensées par le disque joué 8 fois.
IMG_4161 - ARLEQUIN.JPG
Arlequin (N.0148, F.Mailhan).- Bien calé, il coupe légèrement les trajectoires pour ne les lâcher qu'au ras des planches. Un passage au ralenti avant une fin de course plus soutenue. Garcia le prive de tous ses attributs a l'exception de la 2sde ficelle levée par Fouque sur la trompette .5 Carmen plus rentrée.IMG_4207 - URSIN.JPG
Ursin (N.105, Plo).- Volontaire, franc les pompons volent en1'30. Alors avec rapidité il s'engage dans des longueurs parfois serrées et concluent avec brio aux planches une dizaine de fois après Guerrero (2) Naim (3) Bouhargane, Fouque (3). 10 Carmen plus retour avec une ficelle.
IMG_4230 - MILO.JPG
Milo (N.073, Ternen, hp).- 15 minutes (?), des primes élevées (1ere ficelle a 200€), 7 puissantes finitions mourre en avant après Bouhargane, Fouque et Guerrero mais aussi des lacunes pour un final en dent de scie honoré du disque joué 5 fois pendant.

Entrée : ¾  - Organisateur : UT Remoulinoise -  Présidence : A. Paillet
Raseteurs Droitiers : R Fouque, F Garcia, P Laurier (sort au 5ème) Raseteurs Gauchers : F Naïm,  D Guerrero, Chahboune, J Bouhargane,  J Bakloul  -  Tourneurs : H Kerfouche, R Guyon,  O Ruiz

Texte et Photos Cyril Daniel

09/07/2018

AIMARGUES *AS*

Lundi 9 juillet 2018 - Course du dimanche 8 juillet

 

A Boer et Ciacchini le Léo-Dupont

aimargues,la ballestilla,boer,ciacchini,course camarguaise

Les 120 ans de La Ballestilla ont été fêté
dans la qualité, la bonne humeur

Ambiance joyeuse pour fêter les 120 ans de La Ballestilla - Trophée Léopold Dupont avec les Cabidoules du Cailar et La Malaïgue d’Or à la capelado, un lot de taureaux bien choisi où s’illustrent Boer (prix), Mousquioun et Hélias et des hommes dans un bon esprit. Sur sa lancée de la Cocarde d’Or, Jérémy Ciacchini, porté par son fan-club, totalise et soulève le bouquet, bonne reprise de Vincent Félix bien en vue avec Four et Zekraoui.

Boer (Occitane).- Offensif d’entrée sur Aliaga et Charrade pour 1’50 les rubans. A son rythme, à sa guise, il mène sa course avec autorité, expérience et de nombreuses percussions. Sans refus, livre 11 belles minutes laissant ses ficelles à Four. 6 Carmen et retour.

Caberne (Raynaud).- Il faut l’intéresser de près pour que son humeur belliqueuse ressorte. Serre Charrade, se soulève sur Félix, Four. Balade les hommes et ponctue sur les plus engagés (Zekraoui, Félix). Plus stable aux ficelles qu’il rentre, il durcit son jeu. 2 Carmen et retour.

Mousquioun (Nicollin).- Sur un faux départ, Charrade se fait surprendre et manque le recevoir sur lui. Le bel étalon trouve les bons postes, livre une belle série.Les hommes se méfient de ses réactions agressives et intempestives. Lui, change de terrain et impose ses envies pour 10 minutes les rubans. Les primes montent montent, il s’envoie sur Aliaga.Mais les hommes n’insistent pas et les ficelles rentrent. 2 Carmen et retour.

Vincent (Aubanel Baroncelli).- Se place opportunément et livre une partition classique avec de belles sorties (Zekraoui). Décalé, il se fait chiper ses rubans. Pousse la corne après Bruschet. De belles trajectoires avec Félix (3). Une longueur avec Ciacchini puis Félix, et Bruschet lève la 2e ficelle au bout du temps. 3 Carmen et retour.

aimargues,la ballestilla,boer,ciacchini,course camarguaiseAroujo
coince
la cheville
d'Aliaga

Aroujo (Guillierme).- 30 secondes et impact sur Charrade. Sans trop se placer, s’envoie aux barrières (Zekraoui). Les hommes ont un coup de mou qui dessert le taureau qui promène. Belle action aux trousses de Four, une série et coince la cheville d’Aliaga (obligé de sortir). Décoche en rafale sur Ciacchini, Four qui font l’effort et rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

aimargues,la ballestilla,boer,ciacchini,course camarguaiseHélias
aux trousses
de Vincent Félix

Hélias (Blatière-Bessac).- Remuant et querelleur, il frictionne les planches. Entrepris, il se livre rageusement et conclut méchamment. Les coups se multiplient (Bruschet, Ciacchini 4, Four, Félix). Hélias se bat et rentre une ficelle. Bien les hommes, bien le taureau ! 7 Carmen et retour.

Aptel (Cuillé, hp, 10 minutes).- Pas trop titillé, se dégourdit les pattes, s’évade mais repère Ciachini et lui fait traverser la piste dare dare. Quelques belles actions aux planches et rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
Photos LAURENT SONZOGNI et MALI

Course du dimanche 8 juillet. Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : CT La Ballestilla. Président : Thierry Cure. Raseteurs droitiers : Bruschet, Ciacchini,, Félix, Charrade. Gauchers : Aliaga (sort au 5e), Zekraoui (sort au 6e), Four, Alarcon. Tourneurs : Perez, Lopez, Beaujard, Khaled, Galibert.

Trophée des As : Ciacchini, 20 points ; Four, 14 ; Félix, 11 ; Bruschet, Charrade, 6 ; Aliaga, 3 ; Zekraoui, 2.

Trophée Honneur : Alarcon, 4.

Au fil du temps, les différents présidents du CT La Ballestilla : Robert Roux, Jean-Paul Dumas, Michel Puech, Jacques Servière, Régis Conesa, Frédéric Curtil

08/07/2018

FFCC *RENCONTRE AVEC LE PRESIDENT*

Dimanche 8 juillet 2018

Jean-Marc Soulas :
"Associer, fédérer, partager"

jean-marc soulas,course camarguaiseIl est arrivé à la tête de la Fédération le 16 mai, élu par le comité directeur après la démission d’Hadrien Poujol. Jean-Marc Soulas était alors trésorier adjoint, et déjà présent dans l’équipe qui depuis 2016 a œuvré pour sortir la FFCC de la situation catastrophique dans laquelle elle était. Après deux mois passés à renouer le dialogue entre les acteurs de la course camarguaise pour enfin, démarrer la compétition (le 3 juin), le président a tenu à faire le point, lister les objectifs et tracer quelques lignes pour le futur. Entouré de Francis Trinquier, trésorier adjoint, et ses deux vice-présidents Frédéric Niguet et Florent Lupi, c’est armé de pédagogie et de détermination que le président a lancé la conversation.
Tout d’abord, le besoin de marquer son appartenance car si Jean-Marc Soulas est depuis trois ans, dans le paysage fédéral, il est présent aux arènes depuis toujours, « avec mes parents qui me menaient aux courses à Lunel, aux Saintes, à Châteaurenard, etc. puis 25 ans à Nîmes où j’ai côtoyé Jean Lafont...». Son engagement à la fête de la Fédé : «Quand on a eu la confiance des élus, des collectivités locales en 2016, celles d’associations et même de privés, il faut l’honorer et s’engager. J’avais le devoir d’être là ».
Le président Soulas s’inscrit dans la continuité du projet « Poujol » : « Il est crédible et continuera : projet sportif avec le CTS Cyril Garcia, taureaux jeunes en promotion, plans citoyen, promotion de la course camarguaise vers les jeunes...» Côté actualité : « Je dois remercier tous les acteurs de la course camarguaise pour le démarrage de la compétition. Chacun d’entre eux est indispensable, chacun doit défendre sa corporation mais sans compromettre le projet global ». La création d’une commission permanente est annoncée qui « doit plancher durant 7 mois pour que le 31 décembre 2018, une solution pérenne soit trouvée au bénéfice de la course camarguaise et des afeciouna. Il faut se respecter, s’entendre pour dégager un consensus ».
Le président est aussi très attentif au projet économique : « Il ne faut pas confondre les subventions dédiées à financer des projets et les fonds propres. Pour l’instant, le fonctionnement est assuré mais il faut rechercher nos ressources propres pour une stabilité financière ». Autres volets majeurs : travail avec les écoles de raseteurs et perpétuer la formation des sportifs et cadres de demain tout en mettant en valeur du taureau : « Nous sommes une Fédération sportive, il faut donner les moyens aux sportifs, il ne faut plus opposer compétition et valorisation du taureau, nous sommes un sport traditionnel...». Concrètement un  grand pas a été fait avec l’Education nationale dans la reconnaissance des valeurs éducatives de la course camarguaise débouchant sur des classes aux horaires dédiés (dans plusieurs collèges)...
La route est cahotique et le travail de longue haleine mais pour l’instant, Jean-Marc Soulas a « hâte d’être en octobre aux finales de la compétition. J’espère qu’on va y arriver ce qui est sûr c’est qu’on va tout donner !»
MARTINE ALIAGA
PHOTOS ERIC MARC
 
EN BREF
jean-marc soulas,course camarguaiseFlorent Lupi, vice-président : « Il faut fédérer toutes les énergies et trouver l’équilibre entre le taureau et les raseteurs. Projet Unesco : approche globale comprenant les territoires, les acteurs de la culture, du patrimoine, le costume, la langue, les élevages de chevaux, taureaux, et la course camarguaise ».
Francis Trinquier, trésorier adjoint : « Il faut mettre la logistique en œuvre pour former et accompagner ; se développer économiquement...»
Frédéric Niguet, vice-président, suit (entre autres) la promotion de la course camarguaise côté Vaucluse et Avignon : « La passion nous mène et rien d’autre ; le magazine FFCC doit transmettre cette passion. Il faut de la confiance, l’envie de s’associer et partager ».

jean-marc soulas,course camarguaise

*********************

 

06/07/2018

AIMARGUES *AS*

Vendredi 6 juillet 2018 - Course du dimanche 8 juillet

Aimargues : les 120 ans de La Ballestilla

lansargues,aimargues,la ballestilla,course camarguaise"On est un petit club taurin, sourit Frédéric Curtil, président du vénérable club taurin La Ballestilla, alors on fait simple et dans ce que l’on sait faire le mieux c’est-à-dire les taureaux". Avec ses Ligues (7 et 15 juillet et 28 septembre), et les Nicollin complets en taureaux jeunes (29 septembre), La Ballestilla s’en tient à sa programmation habituelle. Mais pour fêter l’anniversaire de ce qui est l’un des trois ou quatre clubs taurins plus que centenaires de la zone bouvine, l’équipe de La Ballestilla a quand même haussé le ton. Ce dimanche 8 juillet, le Trophée Léopold-Dupont communément à l’Avenir, est programmé pour l’occasion au Trophée des As. 120 ans il faut marquer le coup ! Les manades auxquelles le CT fait fidèlement appel depuis toujours sont au rendez-vous : Raynaud avec Caberne, Guillierme avec Aroujo, Nicollin avec Mousquioun, Aubanel Baroncelli avec Vincent, Blatière avec Hélias, Cuillé avec Aptel et Occitane avec Boer.

Comme à Lansargues (lire ci-dessous), le problème c’est d’aligner les hommes qu’il faut. Chekade blessé, l’équipe sera composée de Vincent Félix, Jérémy Ciacchini (tout frais vainqueur de la Cocarde d'Or), Youssef Zekraoui, Jérémy Aliaga, Romain Bruschet et Bastien Four. Des valeureux qui, dans la bonne piste aimarguoise, devrait faire briller les cocardiers. En pleine fête votive, le public appréciera.

En ouverture et à la remise des prix, la peña La Gardounenque et le groupe Les Cabidoules du Cailar donneront le « la » des traditions. En clin d’œil aux anciens présidents « camarguais » de ce CT créé à l’origine pour la corrida mais qui, après un léger sommeil, a été repris par les bouvinaïres : Robert Roux, puis Jean-Paul Dumas, Michel Puech, Jacques Servière, Régis Conesa et aujourd’hui Frédéric Curtil.

MARTINE ALIAGA

 

03/07/2018

ARLES *86e Cocarde d'Or*

Course du lundi 2 juillet 2018

Une Cocarde d'Or comme on les aime
Jérémy Ciacchini
entre dans l'histoire

Encore une fois les émotions ont été fortes. Encore une fois les raseteurs impliqués ont donné jusqu’à la limite. C’était pas gagné, au vu de la morosité ambiante après un dimanche sans passion en piste, les rues d’Arles bien tranquilles en matinée...Et puis, petit à petit, les afeciouna ont pris le chemin des arènes. Pas un record d’entrée, certes mais un nombre conséquent de spectateurs.

La capelado charmait l’assemblée de ses belles images colorées avec les chevaux lourds pour un repiquage à l’ancienne, Renaud Vinuesa et les gardians, les juments et poulains, le ballet des Arlésiennes, gens en costume et une nourride de petits puis la Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur en selle...

Des moments paisibles et joyeux avant que la trompette libère une quarantaine d’hommes sous un cagnard de plomb. La nuée s’abattait alors sur Cortex des Baumelles, Marcia de Fabre-Mailhan et Vallespir de Blatière-Bessac dans un désordre attendu et total où, après quelques minutes de combat, les noirs jouant des cornes, tentaient plus ou moins de contenir les assaillants entre quelques embardées aux planches et beaucoup de hochements de tête. Entracte, Zekraoui, 8 ; Ciacchini, 4 ; Cadenas, 3. Chacun garde ses chances.

A la reprise, avec Muscadet, le duel Ciacchini, Zekraoui se précise mais Cadenas n’abdique pas. Liber de Saumade avec ses déplacements tire son épingle du jeu et les cadors s’exposent.

Monro de Bon sort avec du pétard et un arsenal de coups aux planches. Alors la folie s’empare des hommes, les trois (Ciacchini, Zekraoui, Cadenas) dans les cornes jouent leur va-tout, Zekraoui passe sous les pattes, les corps à cornes sont intenses. Ciachini fait les deux glands et s’impose d’un petit point devant Zekraoui.

Voilà Jérémy Ciacchini le vainqueur de la 86e Cocarde d’Or. La bataille a été rude et belle. Monro, lui, garde ses ficelles et sa combativité lui fait remporter le prix du meilleur taureau. C’est mérité !

La Cocarde d'Or 2018 a tenu ses promesses, Jérémy Ciacchini fait un beau vainqueur, ses adversaires ont été à la hauteur. Bravo !

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER (cet aprem)

Trophée des As : Ciacchini, 22,5 ; Zekraoui, 21 ; Cadenas, 10, 5 ; Auzolle, 6 ; Katif, Ouffe, Michelier, J. Martin, 3.

Trophée Honneur : Arlarcon, 6

Trophée de l’Avenir : F. Garcia, El Mahboub, 3

Cocarde d'Or : Jérémy Ciacchini, 13 points ; Youssef Zekraoui, 12 ; Joachim Cadenas, 7.

Meilleur Arlésien : Loïc Alarcon.
Meilleur cocardier (prix Charles Farine) : Monro de Bon
Meilleur animateur (prix Luc-Jalabert) : Jérôme Martin
Coup de coeur des arènes à l'ancien raseteur Roger Pascal.

Taureau par taureau

C’est le patrimoine local et la riziculture qui introduit cette 86e Cocarde d’Or avec une magnifique capelado. Les gardians s’articulent autour des très nombreuses arlésiennes, enfants et hommes présents qui, avec la pena, commencent à créer l’ambiance. La Reine d’Arles et ses Demoiselles d’Honneur apparaissent à cheval avant que 46 tenues blanches défilent bien décidées à faire leur place en ce jour particulier. Et la compétition fut, pour à la clé, un titre, une histoire. A la fin de la première partie, Jérémy Ciacchini s’est déjà fait remarqué en se détachant tout comme Youssef Zekraoui. Mais c’est la seconde partie qui va les départager à un seul point, tant ils se battent pour les attributs. A leurs côtés, Joachim Cadenas fait une entrée timide mais persiste. Jérôme Martin se démène, prend des risques, manque de chance mais soulève le prix du meilleur animateur. Les taureaux quand à eux ont tenu leur rôle et ont bien servi : Cortex fait face et encaisse sa place de premier, Marcias se défend très bien et Vallespir s’engage. Après l’entracte, Muscadet crée la pagaille, Liber se donne à cœur, Monro départage avec bravoure et ramène le prix au Mas de Peint tandis que Sauvage tient le large, en dernier peu secoué.

CORTEX (Les Baumelles).- Le top départ est donné et il ouvre la compétition armé de sa redoutable corne gauche. D’un coup de tête appuyé, se dégage comme il peut et garde son gland 9 minutes avant que le jeune Florentin Garcia ne s’en empare. Vient cogner le rouge des cornes et change déterminé de terrain avant qu’Ouffe ne se jette sous le marchepied. Epuisé, subit un peu sur la fin mais rentre fortement applaudi en musique, avec ses ficelles.

MARCIAS (Fabre-Mailhan).- Lui aussi ne lésine pas sur la violence du coup de tête. Combattant, donne la réponse et passe la tête sur Zekraoui, Auzolle et Cadenas. Change d’espace et conserve son gland jusqu’à la 6ème. Se sent plutôt bien devant le toril et y fait sa place aux ficelles tout en se permettant de belles poursuites. Mène une défense très honorable mais s’avère privé de Carmen, ce qui réveille la colère de l’amphithéâtre. En entend deux au fil de sa course d’où il préserve les ficelles.

VALLESPIR (Blatière-Bessac).- Il en veut le pensionnaire des Iscles et fait face à la tornade blanche avec caractère. S’exprime en finitions à plusieurs reprises, frappe sur Cadenas et Zekraoui qui va chercher son 2nd gland et sa 1ère ficelle. Les ardeurs se calment pour sa seconde, il la garde sur les cornes et réintègre le toril en musique déjà entendue 3 fois.

MUSCADET (Chauvet).- Une première frayeur pour Martin se poursuit avec Ciacchini qui reste au sol, sans mal. Se soulève après Zekraoui et entend le disque. Donne des à-coups de ses longues cornes mais, piégé au milieu, s’impose dangereux par ses fusées soudaines dans le tas, se dégageant de la pression. 1 Carmen, les ficelles au toril.

LIBER (Saumade).- Mobile, fait à sa manière et longe le tour de piste. Une fois posé, vient jusqu’au bout et se montre vaillant. Attentif, s’investit dans la guerre, part en vadrouille de l’autre côté et continue sans rien lâcher. Rentre l’ultime tour de sa seconde ficelle sous les applaudissements nourris du public. 2 Carmen et rentrée.

MONRO (Bon).- En force tranquille, promène faisant mine de sauter et sans se laisser bousculer. S’envoie dans les planches à deux fois avec Cadenas. Il est plongé dans le bain quand la bagarre Ciacchini/Zekraoui reprend et réveille la compétition, montrant une vaillance réfléchie et des actions aux bois. Zekraoui insiste et s’effondre, passant dessous. Sa 1ère ficelle atteint 3000€ mai il retourne au toril avec elle quand Ciacchini célèbre sa victoire. 8 Carmen et rentrée.

SAUVAGE (Lautier, hp).- Sans ex-æquo, les rasets sont plus fluides et Sauvage se révèle avec plus d’aisance. Offre des coups de barrière sur Miralles, Chig et Auzolle et demeure aux aguets. Les poursuites vives sont ponctuées sèchement aux planches. 3 Carmen et rentrée avec ses ficelles.

 

ANGELIQUE

Les réactions

 

Jérémy Ciacchini, vainqueur 86e Cocarde d'Or

"Cette 1ère victoire me fait vraiment plaisir. L'année dernière je finis 3ème avec une blessure à la cuisse. Aujourd'hui je me suis battu, je n'ai rien lâché jusqu'au dernier taureau. J'étais épuisé mais cette victoire fait vraiment plaisir. Youssef a bien raseté, il a été adroit, ça s'est joué à un point, ça s'est joué à rien jusqu'au dernier taureau. L'année dernière ça s'est joué à 2 points du premier. Cette année je n'ai rien lâché et je suis récompensé."

Youssef Zekraoui, 2e

"Une course vraiment bien. J'ai essayé de ne pas penser à mon coup de corne d'hier malgré les points. C'est plus mon pied gauche avec la rupture du tendon qui m'a fait souffrir vu que c'est mon pied d'appui. Je reprenais hier, physiquement c'est dur après un mois d'arrêt mais j'ai la rage, c'est ce qui me fait avancer."

Joachim  Cadenas, 3e

"Un grand manque de compétition, le temps de me réadapter aux taureaux et ça reviendra. C'était dur physiquement, je me suis fait mal à l'entorse et au tibia mais bon c'est le jeu et Jérémy mérite sa cocarde d'or. Elle a été plus qu'honorable pour lui."

 

Frédéric Bon, manadier pour Monro, prix du meilleur taureau

"Je suis content. La Cocarde d'Or fait partie des compétitions mythiques de la course camarguaise et encore plus pour un Arlésien comme moi. C'est une grande fierté comme pour le prix de la finale, de gagner dans ses arènes, dans sa ville. Une fierté pour moi, pour mon père qui est là-haut, pour les gens qui m'entourent et qui travaillent avec moi au quotidien. Je pense qu'on a vu une belle Cocarde d'Or avec une belle bagarre d'hommes comme on l'espère à chaque édition. La victoire de Jérémy est méritée. Quand on met un taureau ici, c'est un pari : ou ça marche ou ça marche pas, là en l'occurrence je pense que le taureau s'est bien débrouillé."

 

Medhi Ait Idir, bayle gardian manade Bon

"Ça représente une grande fierté pour la manade Jacques Bon et même si ce n'est pas moi qui l'ai fait naître, pour mon amour propre et celui de la manade, on est très content. Monro a tiré son épingle du jeu,ce n'était pas gagné d'avance car il était beaucoup effrayé en début de course. Il a fini par se caler et faire ce qu'il sait faire ; il a fait des enfermées, il est allé jusqu'au bout comme il a l'habitude de faire et a confirmé ses qualités."

 

Naïs Lesbros, 23e Reine d'Arles

"C'était une belle Cocarde d'Or avec une capelado magnifique et je tiens à remercier Céline et Jean-Luc pour leur investissement. Une course intense qui se joue au coude à coude jusqu'au dernier. Félicitations à Youssef qui s'est battu, à Joachim qui a bien travaillé malgré son retour de blessure, à Jérôme Martin pour le prix du meilleur animateur et bien sûr à Jérémy, pour lequel je suis très heureuse puisque c'est également un ami dans la vie mais mon devoir de réserve ne me permet pas de m'exprimer plus sur le sujet."

Propos recueillis
par STEPHANIE GAUD

 

02/07/2018

SAINT-GEORGES-D'ORQUES *AS*

saint-georges-d'orques,course camarguaise

Course du dimanche 1er juillet 2018 - Trophée 3M

Courageux Youssef !

saint-georges-d'orques,course camarguaise

Catigo - Youssef Zekraoui, ça passe ou ça casse

Superbe ambiance joyeuse et conviviale autour du CT Le Trident et belle capelado signée Patrice Blanc pour cette étape du Trophée 3M : cavaliers moyenâgeux, gardians, Arlésiennes et démonstrations de horse ball, une des spécialités saint-Georgiennes où les minis sur leurs poneys se sont taillé une belle ovation. Au final, un envol de pigeons clôture la remise des prix. En piste, par contre, c’est un peu morne plaine. Heureusement, deux valeureux gauchers : Youssef Zekraoui qui malgré une grosse « pointe » au fessier par Artemis (1er) tient toute la course bien secondé par Julien Ouffe. A droite, peu de raisons de s’enthousiasmer. Côté noirs, se distinguent : Catigo de Sylvéréal, cocardier et finisseur, corse les débats ; Tamarin de Plo, vaillant et montant en degré portant la corne en finition ; Quintilien barricadier. Mais le jury du 3M a préféré le côté finisseur de Quintilien du Ternen et le raseteur Ziko Katif.

Artémis (Les Baumelles).- 1re minute, il se jette après Zekraoui lui infligeant un coup de corne à la fesse. A la reprise (9 minutes d’arrêt), le raseteur reprend courageusement son poste. Artémis, lui, se place, chasse, prend au passage sans finir mais gare aux avant-bras et à ne pas traîner à la planche (Charrade, 2 fois en musique). Rentre ses ficelles.

Lazare (Cyr).- Bien calé à la présidence où il revient toujours, il campe sur sa position. Quelques passes lui sont arrachées pour 11’ les rubans.

Vallescure (Saint-Pierre).- Il a la bougeotte, s’envoie après Katif, saute après Allouani. Ne finit pas toujours ce qu’il entreprend, il faut le forcer, alors il se concentre pour 8’30 les pompons. Balade les hommes et rentre ses ficelles.

Catigo (Sylvéréal).- Trouve tout de suite les bons postes pour des poursuites très serrées. C’est pas l’embouteillage à sa tête. Zekraoui est le plus régulier pour cocarde et deux glands. Rapide sur ses interventions, les hommes, eux, tirent des plans. 12e, super cite de Zekraoui et superbe conclusion de Catigo. Les primes montent, montent mais les ficelles rentreront. 2 Carmen et retour.

▼ Catigo - Zekraoui

saint-georges-d'orques,course camarguaise

saint-georges-d'orques,course camarguaise

saint-georges-d'orques,course camarguaise

saint-georges-d'orques,course camarguaise

 

Tamarin (Plo).- Il lui arrive de s’évader mais il se livre franchement et avec cœur. Les hommes s’y mettent pour de bonnes séries. Il se chauffe et envoie une corne hargneuse en finition sur les plus engagés (Zekraoui, Ouffe, Katif). 1re ficelle ouverte c’est la première ruée de l’après-midi, pour un rude enchaînement. L’autre rentre. 3 Carmen et retour.

▼ Tamarin

saint-georges-d'orques,course camarguaise

saint-georges-d'orques,course camarguaise

Quintilien (Le Ternen).- Baroule beaucoup, au petit trot, mais reste disponible pour frapper aux planches (Katif, Zekraoui, Ciacchini). Plus stable en fin de temps, il livre une rafale de 3 coups de barrière superbes pour la 1re ficelle à Ciacchini (8e). L’autre à Zekraoui (13e). 5 Carmen et retour.

▼  Quintillien

saint-georges-d'orques,course camarguaise

saint-georges-d'orques,course camarguaise

Saint-Loup (Vellas, hp, 10 mn).- Des sauts aller-retour, des coups aux planches, il est brillant et concluant sur les quelques actions qui lui sont proposées. Des Carmen.

MARTINE ALIAGA

Texte et photos

▼ Capelado de Patrice Blanc

"Par Saint-Georges"

saint-georges-d'orques,course camarguaise

saint-georges-d'orques,course camarguaise

saint-georges-d'orques,course camarguaise

saint-georges-d'orques,course camarguaise

saint-georges-d'orques,course camarguaise

saint-georges-d'orques,course camarguaise

▼ Le final

saint-georges-d'orques,course camarguaise

 

saint-georges-d'orques,course camarguaise

 

saint-georges-d'orques,course camarguaise

Course du dimanche 1er juillet. Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : CT Le Trident. Président : Joris Alvarez. Raseteurs droitiers : Allouani, Ciacchini, Katif, Vic, Charrade, Chig. Gauchers : Ouffe, Zekraoui. Tourneurs : Roux, Beaujard, Lopez, Estève.

Trophée des As : Zekraoui, 17 points ; Katif, 13 ; Ouffe, 9 ; Ciacchini, 8 ; Allouani, 5. Trophée Honneur : Vic, 2.

01/07/2018

VILLENEUVE-LES-MAGUELONE *AVENIR*

Course du samedi 30 juin 2018

Briscard et Florentin Garcia
sous le soleil

villeneuve-les-maguelone,briscard,rambier,course camarguaise

Cocardier et finisseur Briscard
sur Y. Martin

 

Sous un soleil de plomb, hommes et cocardiers ont offert au public une excellente partition pour cette 3e journée du Trophée de la Vigne et des Etangs, Souvenir E.-Vallier et J.-Vidal. Briscard pour son côté cocardier et redoutable finisseur, associé à Florentin Garcia récoltent les faveurs du jury. Felibre partenaire au grand coeur séduit dans un autre registre. Bravo à tous les acteurs qui ont subi la chaleur et l'heure inhabituelle (11h).

Saladin (Saumade, N.517 ).- Il la joue au métier, promène les hommes, prend les rasets consentis en venant frapper aux bois. Se dresse sur Oudjit, se décale des planches et gère sa course. Les ficelles au toril. 1 Carmen.

Bossard (Les Baumelles, N.011).- En présence de ses parrains, les jumeaux vauverdois, il excelle dans les séries, en donnant de la corne pour les premiers attributs. Aux ficelles, se place, se montre intermittent dans ses réactions, le tout est agréable. Incisif sur les gauchers, Y. Martin dans les cornes. Finira avec conviction, cède l’ultime ficelle à la trompette. 7 Carmen plus retour.

Gaudi (Chaballier, N.144 ).- Brave pour cocarde et glands, se donne dans de longues séries aux ficelles. Avec un moral d’enfer, il fait front. Le soleil fait son œuvre, le travail diminue. Méric le fait briller. 2e ficelle levée en fin de course. 4 Carmen.

Nabucco (La Galère, N.050).- Droite, gauche, se donne volontiers dans les assauts. Son handicap visuel le rend attentif à tout. Décalé, il pose problème. De rageuses fusées sur Garcia, pas facile de trouver la bonne trajectoire. Les ficelles au toril. 2 Carmen

Felibre (Vitou, N.217).- Petit gabarit qui se tourne à merveille sur toutes les invites. Après Méric, Garcia, Allouani, c’est rapide jusqu'au ras des planches. Petite bombe, il enchaîne les séries avec volonté, et de belles anticipations. 11 bonnes minutes, 6 Carmen et retour.

Briscard (Rambier, N.152).- Grand bannu, il emboîte les attaques pour taper violemment, Martin, Vic, Oudjit. ça cogne avec le poitrail, promène les hommes, le travail diminue. Bien placé, il en impose. Avec de bons chagements de terrain, il finit en dominant. Rentre ses ficelles. 6 carmen plus retour.

Artaban (Cavallini, N.254, hp, 12 minutes). Rapide, leste dans les enchaînements, ses finitions sont finies ras des bois. Après Allouani, Oudjit, Garcia, les cornes vont contre les planches. Le travail diminue mais les belles séries sont menées avec conviction. A la 9e, se blesse à l'oeil aux barrières. Rentre ses ficelles. 5 Carmen. A revoir.

VENTADOUR
PHOTO C. ITIER

Course du samedi 30 juin. Entrée : 200 personnes. Org. : Section taurine. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Allouani, F. Garcia, Vic, Oudjit. Gauchers : Clarion, Y. Martin, Méric . Tourneurs : Arnel, Ull, Daniel, Ruiz.

Faits marquants : Ull, Clarion sortent sur ennui musculaire. Aliaga blessé la veille, est absent.

Trophée de l'Avenir : F. Garcia, 13 ; Méric, 6 ; Y. Martin, 4.

Trophée Honneur : Clarion, 13 ; Oudjit, 8 ; Vic, 5

LUNEL-VIEL *AS*

Course du vendredi 29 juin 2018 - Arènes rénovées

Agassin, Four
pour la 1re course

lunel-viel,agassin,course camarguaise

Grosse conclusion d'Agassin sur Katif

Ils ont les yeux qui pétillent les Lunel-Viellois des CT réunis devant leurs arènes complètement rénovées. Propres, fonctionnelles, aux normes, la nouvelle enceinte toujours ombragée, répond à tous leurs vœux. Pour cette première course, le seul bémol est la piste meuble et pleine de trous qui a gêné les raseteurs. Elle sera refaite cet hiver. Après l’ouverture avec peña, Arlésiennes de La Belle Mireille et gardians de la manade Chaballier, les débats pépères n’ont pas enflammé les gradins. Les hommes ont sûrement la tête à la Cocarde d’Or et l’état de la piste a fait le reste. Dommage car quelques taureaux auraient été bonifiés par plus de travail. Katif et Four sont les plus présents, le Saintois prend le prix avec Agassin des Baumelles qui se montre le plus réactif.
Petrus (Occitane, N.615).- Utilise tout l’espace, s’engage opportunément (Clarion, Four, 2 Carmen). Il met ses cornes en opposition pour retarder l’échéance pour le 2e gland à la 12e. Les ficelles restent.
Dexter (Rambier, N.992).- Trouve les bons placements et, bien cité, honore tout avec franchise. Jolies ripostes sur Ayme, Four, Aliaga et 3 conclusions sur Four. Plaisant, rentre 1 ficelle. 3 Carmen et retour.
Picpoul (Michel, N.919).- Vite en place, mène une grosse série finie hissé après Aliaga. Pas assez entrepris, pourtant quand on le défie, il sait conclure. Il faudra attendre la dernière minute pour un grand coup de barrière sur Four. Rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.
Queyras (Paulin, N.632).- Grand bannu qui chasse le long des planches. Puis se poste, gros tampon sur Four pour 7 minutes les rubans. De bons engagements (Ayme, Four) et un puissant coup après Aliaga où il lui coince la cheville (13e). Action sur Katif et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.
Agassin (Les Baumelles, N.706).- Bien cantonné au toril, peu s’aventurent à sa tête. Lui aussi manquera de travail, pourtant les actions qui lui sont servies finissent bien frappées et on aurait aimé en voir plus. 5 minutes pour les rubans. Coups aux planches sur Four (2), Katif (4), Marignan. 5 Carmen et retour avec une ficelle.
Coti Chiavari (Chaballier, N.904).- Bien campé sur ses bases, il attend longtemps. Le temps passe. Four prend les choses en main pour cocarde et glands, Coti Chiavari passe le mourre facilement à l’arrivée. Enferme Marignan après qui, il se jette aux planches. Four et Katif pour les meilleurs moments et les ficelles qui rentrent. 1 Carmen.
Jappeloup (La Galère, N.837, hp pour 10’).- Offensif dans ses attaques, coup de barrière avec bascule sur Clarion qui reste seul à gauche, Marignan et Katif pour les derniers essais. Rentre ses ficelles, 2 Carmen et retour.
 
MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER
 
Course du vendredi 29 juin. Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : CTPR réunis. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Ayme, Katif, Marignan. Gauchers : Aliaga (sort au 4e), Clarion, Four (sort au 6e). Tourneurs : Estève, Ull, Fouque, Moulin, Arnel.
Trophée des As : Four, 12 points ; Katif, 6 ; Ayme, 4,5 ; Marignan, 2 ; Aliaga, 1.

29/06/2018

AIGUES-VIVES *AS*

Vendredi 29 juin 2018 - Course du jeudi 28 juin

 
Camaï réussi ses adieux à Aigues-Vives

AIGUESVIVESCAMAIPHCI.jpg

Camaï - Bruschet : le bon duo

Le cocardier de La Vidourlenque honore encoer sa devise;
C'est sa dernière saison.

 
Dès son entrée en piste Jérémy Serrano fait l’historique de la brillante carrière du cocardier Camaï à l’occasion de ses adieux à la piste aigue-vivoise. De ses débuts en ligue en 2008, jusqu’à ce jour dans toutes les arènes de Provence et Languedoc. Le taureau reçoit l’ovation du public. De cette course, outre Brennus intouchable, Bimbe premier et Igor 3e, de par leur placement ont posé beaucoup de problèmes. Camaï et ses beaux restes débloque la course où Bechet se montre très coopératif, Esquiro qualitatif et Dardaillon concluant avec méchanceté. 
Les 8 plus 4 raseteurs, pas à la fête du tout avec qui vous savez, ont été plus entreprenants après l’’entracte. 
Bimbe (Cougourlier, N.664).- Avec une tenue de piste irréprochable après avoir reconnu la piste, il contrôle tout. Pas facile de lui toucher la tête. La musique récompense sur une série, il sélectionne de plus en plus et rentre se deux ficelles. 
Brennus (Occitane, N.944).- La difficulté majeure. Lui aussi de suite placé, on le regarde plus qu’on le rasète. Non attaqué, chasse les hommes. Reçoit le premier raset à sa tête de Katif à la 8e. Enfin une série de 4 rasets où il envoie sa corne menaçante sur Katif et Clarion. Rentre sa cocarde primée à 300€, 1 Carmen plus rentrée pour sa domination.
Igor (Nicollin, N.978).- Sur le premier raset, Bruschet évite la corne de justesse. Dans un petit périmètre se livre dans une jolie série. Défend ses attributs 4 minutes. En durcissant son placement dans le terrain des barrières, vient enfermer Charrade. Cède sa 1re ficelle à la 10e, enferme Katif et rentre sa 2e avec 3 Carmen  plus rentrée. 
Camaï (La Vidourlenque, N.304).- Du haut de ses 15 ans, dévoile encore ses réelles qualités de cocardier. Son placement le préserve et les attaques tardent à venir. Sur une jolie série, Naïm coupe la cocarde à la 3e minute. Sur la 2e, Jérôme Martin fait cocarde et premier gland à la 6e. Bruschet qui le sollicite le mieux, l’amène dans de longues et belles poursuites. Parvient à conserver ses ficelles. 4 Carmen et rentrée plus l’ovation. 
Bechet (Saumade, N.720).- Brave et disponible, les blancs s’en donnent à cœur joie. Sa bravoure lui est fatale,  il offre ses attributs et sa 1re ficelle en 4 minute. Pousse fort derrière Charrade, le malchanceux, pour 1 Carmen. C’est la bagarre pour la 2e ficelle qui part dans le crochet de Ouffe, à la 7e. Pourquoi pas Carmen ?
Esquiro (Saint-Pierre, N.917).- Très disponible lui aussi, se livre dans une longue série. Défend ses pompons 5 minutes. Aux ficelles, la pression retombée, il se place, enferme Fougère, les deux pattes sur l’estribo. Se signale mieux derrière les droitiers, encore Fougère, Katif, coup de barrière sur Charrade. Conserve ses ficelles. 4 Carmen et retour.
Dardaillon (Cuillé, N.008, hp pour 10 minutes).- Il démontre sa méchanceté qui l’emporte en contrepiste où il s’éternise. 2 coups de barrière sur Clarion et Ouffe pour conclure. 
 
PANI
Photo C. ITIER
 
Course du jeudi 28 juin. Entrée : 3/4 d’arène. Org. : comité d’animation. Président : Didier Gaillard. Raseteurs droitiers : Bruschet, Charrade, Fougère, Katif. Gauchers : Ouffe, J. Martin, Clarion, Naïm. Tourneurs : Estève, Benafitou, Arnel, Galibert.
Trophée des As : Ouffe, 6 points ; Katif, 5 ; J. Martin, 4 ; Naïm, 2,5 ; Bruschet, 1.

27/06/2018

COCARDIER

Mercredi 27 juin 2018

Camaï, un guerrier
qui n'a jamais failli

camaï,la vidourlenque,aigues-vives,course camarguaise

Lunel, Les Saintes-Maries, Châteaurenard, Le Grau-du-Roi, Saint-Gilles, et j’en passe...Le N.304 de la manade La Vidourlenque a été de tous les grands combats. A chaque fois, son placement, ses accélérations, ses anticipations et sa vaillance sans limite ont été salués. Camaï à la 3e place, 4e, voire 5e ou 6e, celui que Thierry Teyssier son pelot avait vite repéré en courses de protection, n’a jamais failli. « C’est un sacré combattant, explique le manadier, il ne lâche jamais, se bat jusqu’au bout du quart d’heure. Il a gagné maints trophées et dans de grandes compétitions, il a aussi reçu le titre de meilleur taureau de la finale des Raseteurs à Alès en 2016. J’aime les taureaux qui se battent. Et lui c’est un exemple, en plus de sa rapidité, il est la régularité même, il n’a jamais raté une course. »

Dimanche, Camaï courra donc à Aigues-Vives, piste qui l’a mis par le passé à l’affiche à l’Avenir, tout comme Remoulins ou Montfrin. Ce sera la dernière fois dans ce village. Puisque, après les courses de cette saison 2018 puis ses adieux en 2019, le cocardier envisagera une mise au vert définitive. A 15 ans, repos du guerrier ! « Oh oui, il est guerrier. Quand il rentre au toril, après sa course, il faut faire attention aux simbeù qu’il serait capable d’attaquer. En pays, il est brave et calme mais il se fait respecter des autres taureaux et s’il est agréable à manier, il faut surtout faire attention quand on l’encocarde... ».

Dimanche, Thierry et Isabé, sa fille - qui l’a baptisé Camaï - n’auront d’yeux que pour lui qui leur a donné tant de bonheur. Et quand il rentrera au toril, certainement bouche fermée comme la plupart du temps, c’est sous le sceau de la bravoure et du devoir accompli que les Teyssier ramèneront Camaï au bercail.

MARTINE ALIAGA
Texte et photo

Aigues-Vives, jeudi 28 juin, Trophée des As, 16 h 30, 10 €.

Cougourlier : BIMBE - Occitane : BRENNUS - Nicollin : IGOR - La Vidourlenque : CAMAï - Saumade : BECHET - Saint-Pierre : ESQUIROL - Cuillé : DARDAILLON (hp)

Raseteurs : Bruschet, Katif, F. Martin, Naïm, Robert, Ouffe, J. Martin (Aliaga et Marquis, blessés, ont été remplacés).

Rappel : aujourd’hui, Ligue, 17 h, 5 €. Vendredi, Ligue, 16 h 30, gratuit. Samedi, 16 h 30, gratuit, étalons neufs. Dimanche, 16 h 30, 9 €, finale du Sarment d’Or Avenir.