Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/10/2016

VENDARGUES *Révélations 2016*

Course du dimanche 16 octobre 2016


Andreloun, l’os du jour

vendargues,révélations,course camarguaise

Andreloun avec Jérémy Aliaga


Ambiance sympathique sous des cieux couleur automne et une humidité tenace malgré le soleil de la veille. La piste est encore par endroit gorgée d’eau bien que la Muleta a travaillé d’arrache-pied et, en première partie, taureaux et raseteurs ont du mal à trouver leurs appuis. A l’entracte, à nouveau damé, le sable tient davantage et chacun retrouve ses facultés.
Les trois premiers malgré leurs qualités pâtissent de la piste glissante mais Vagari se fait respecter, Fougueux tient pied de belle manière, Vieto passe bien. Andreloun, 4e, donne du fil à retordre et garde ses glands. Arlésien abordable, Testasse surprend par ses coups droit dans les planches, et Hélias envoie quelques boulets bien sentis. Aliaga et Katif mènent la course, I. Benafitou plus inégal et les jeunes complètent sur un rythme allégé de fin de saison.
Vagari (Lagarde).- 6 ans. La piste dangereusement glissante rend les hommes prudents. Du coup Vagari domine sans forcer et malgré quelques dérapages, rentre tranquillement ses ficelles en bon premier. Fougueux (Les Termes).- 9 ans. Le long du pourtour, pousse fort après l’homme jusqu’au ras des planches. Tient pied partout, écarte Montesinos, I. Benafitou. Par des enfermées de belle facture, il prend le dessus pour plus de 8 minutes les rubans. Aux ficelles qu’il rentre, bien campé, garde son peps et se cabre après I. Benafitou. 1 Carmen et retour.
Vieto (Bon, remplace Dubaï boiteux).- 6 ans. Physiquement balèze, il se montre abordable dans le raset et plus fantasque aux planches. Remuant et sauteur, il garde sa cocarde jusqu’à 6’50. S’envoie après Errik, tape après Katif. Il enchaîne de bon cœur et conclut après Benafitou, après quelques sauts et des séries. Sauve 1 gland. 5 Carmen plus retour.

vendargues,révélations,course camarguaise
Photo
Aurélie Raynaud
aux prises avec
un Andreloun sauteur

Andreloun
(Raynaud).- 7 ans. Prend possession de la piste en roumégant méchamment. Plein de fougue, il pousse jusqu’aux planches où il peut basculer seul ou après l’homme. Des anticipations (Aliaga), des conclusions (I. Benafitou). Cul aux planches, il durcit son jeu, saute par surprise. Méchant au possible, il donne du fil à retordre et garde ses glands. Un peu trop de sauts encore mais un bel espoir. 6 Carmen et retour.

Arlésien (Chapelle-Brugeas).- 7 ans. Plus abordable, il cavale dans toute la piste prenant tout ce qu’on lui propose. S’enfile de multiples séries, se soulève après I. Beanfitou (2). Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

vendargues,révélations,course camarguaise

Testasse vaillant et finisseur
avec Ziko Katif


Testasse d’Hervas.- 6 ans. Un biais tout particulier pour ce jeune élément qui tape en biais ou droit devant en oubliant de lever la tête. Remuant, à son rythme, il conclut à de multiples reprises, vaillant et entêté. 11’50, 10 Carmen et retour.
Hélias (Blatière-Bessac).- 6 ans. En mouvement et avec des manières brutales, il se montre aussi disponible pour enchaîner. Ilias Benafitou se charge de faire briller cet homonyme qui conclut après lui cinq reprises. 10 minutes un peu brouillonnes, 5 Carmen et retour.

vendargues,révélations,course camarguaise

Les deux -presque- homonymes en pleine action

 

Texte et photos
MARTINE ALIAGA


Entrée : 3/4 d’arène. Org. La Muleta. Président : Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Katif, Montesinos. Gauchers : Aliaga, Errik, Méric, Y. Martin. Tourneurs : Grando, Daniel.

BELLEGARDE

Course du samedi 15 octobre 2016

A F. MARTIN et RUSCASSIER LE PRIX DE LA VILLE

DANS UNE TRES BONNE COURSE

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaise

Entrée : 2/3 - Organisateurs : Commission des Festivités

Présidence : Bruno Pascal

Raseteurs Droitiers : V Marignan (sort au 5), S Dunan, J Soler, F Martin

Raseteurs Gauchers : N Benafitou, H Poujol, F Allam, Y Zekraoui, M Sanchez

Tourneurs : B Joseph, F Jockin, D Dunan, B Khaked

La piste des arènes bâchée avant les intempéries de l’avant-veille et de la veille, de la graisse de coude pour les bénévoles le matin pour les dernières retouches et c’est parti pour le Trophée de la Ville.  

Plus d’enjeux chez les hommes si ce n’est pour le prix du jour, et pourtant ça rasète sous l’emprise de  F Martin, Y Zekraoui, S Dunan, V Marignan Soler et N Benafitou par passages. Des taureaux qui ont du répondant et qui donnent de bonnes répliques  avec un petit plus pour Ruscassier et malgré la course faussée de Valat et la prestation d’Agassin qui nous a laissé sur notre faim.

Il n’en fallait pas plus pour passer un bon après-midi au pied de la Madone qui surplombe le village. Merci aux membres de la commission des festivités qui ont permis aux aficionas de passer l’après-midi sur les gradins sous un soleil radieux et pour leur plus grand plaisir : Celui de voir courir des biou.

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseNoirlac (Michel) : Surpris aux pompons il se reprend aux ficelles. Ses réponses sont régulières, les plus étirées jusqu’aux planches où il se dresse. Acquérant un coup de tête, il rentre en musique, jouée 3 fois sa 2de ficelle. Il fallait un premier, il fut avec aisance.

  ⇑ Photo : Départ sur V. Marignan

Folco (Bon) : Malgré sa grosse carcasse, ilbellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaise répond à chaque site  et pousse jusqu’à la limite où il s’écrase contre les planches (Soler 3, N Benafitou, Zekraoui 2, Dunan, Allam) ou les franchit (Zekraoui et Dunan. Ficelles autour des cornes joue le Carmen final qui avait retenti 7 fois.

Photo : Engagement tout en puissance sur S Dunan

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseRuscassier (Caillan) : Vif, dès le 2d raset, coince Marignan aux planches. Puis cocardièrement parlant, il est au top. Consenti dans de bonnes conditions, ses réparties se concluent par des cornes menaçantes qui frôlent les planches ou il peut se lever (N Benafitou, Dunan, Zekraoui). 13’30 de qualités allouées par les honneurs à 5 reprises.

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseMetis (Daumas) : Placé d’entrée, il répond promptement  en baissant la tête. 4 minutes pour cocarde et glands puis, les hommes hésitant ont moins d’activité. Il prend un raset, change de terrain et se replace. Tape derrière N Benafitou, Marignan et menace Zekraoui (Photo)  A 350 euros, il reste maître de sa 1 ere  ficelle. 7 Carmen plus rentrée.

Valat (Blanc) : Volontaire, il sort de son positionnement aux planches pour s’élancer dans une réplique qui peut être franche ou élancée (Soler, Dunan, Zekraoui, Martin). Les rasets s’intensifiant, il enchaîne mais hélas, l’humidité de la piste nuira à sa fin de course. Retour en musique qui avait résonné 5 fois.

Agassin (Les Baumelles) : Caractériel, il peut ignorer comme s’engager fortbellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaise et conclure aux bois (Dunan, Martin 3, Allam et N Benafitou 2). Il sait le faire, il l’a prouvé, mais l’irrégularité a primé. 5 carmen plus rentrée ficelles intactes.

Photo : Puissant engagement derrière S Dunan ⇒

Persée (Lagarde) : Dès la sonnerie, sur un départ hésitant scotche Zekraoui contre les tubes. Vulnérable sur les rasets authentiques, il est plus bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseincisif sur ceux dont l’homme à sa portée. Tamponne Allam, s’envole derrière F. Martin, Dunan, Soler 2. Epuisé, il ne rend pas les armes et sauve ses ficelles au retenti du disque qui avait tourné 5 fois.

Action derrière J. Soler

 

                                 Texte et Photos Cyril Daniel

 

11/10/2016

ALES *FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS*

logo TT2.jpg

ALES
Finale du Trophée des Raseteurs
 
Annulée pour cause de mauvais temps
le 1er octobre, la finale du
Trophée des Raseteurs se déroulera à
Alès, samedi 22 octobre
14h30, 11€
L’affiche des cocardiers a été modifiée
Mouret de Fournier
Fétiche du Joncas
Castellas de Fabre-Mailhan
Camaï de La Vidourlenque
Triton de Plo
Trancardel de Bon
Milhaudois de Lagarde
 
Et les dix premiers raseteurs du groupe 2. 
Réservations : 06 18 48 60 48.

 

10/10/2016

NIMES *FINALE DU TROPHEE DES AS*

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

Course du dimanche 9 octobre 2016
 
La course camarguaise positive
 
Chaque finale est différente. De cette édition 2016, on retiendra les gradins bien garnis des arènes, une avant-course magnifique, gaie et enlevée, le sérieux des cocardiers et la tenue exemplaire des raseteurs. A peine, une ou deux remontrances de la présidence pour tenir la troupe dans le droit chemin. A la remise des prix, les sourires étaient de mise, ceux des acteurs récompensés bien sûr trouvant là les applaudissements mérités au terme de la saison. Mais aussi ceux des décideurs, collectivités territoriales, partenaires du Trophée Taurin et dirigeants de Midi Libre et de La Provence, alliés à la Fédération Française de la course camarguaise. Sans oublier les spectateurs, nombreux à rester pour entonner La Coupo Santo et saluer ses héros dans un dernier tour de piste.
La “patte” de Cadenas
Joachim Cadenas s’implique et à l’image de sa saison, impressionne. Des corps à corps à la limite avec Banaru, une pointe au bras de Scipion, une “vuelta de campana” lorsque déséquilibré à la planche, la corne de Pourpier tient le bas de son pantalon... Mais le guerrier repart chaque fois et offre de bien émotionnants duos. Maxime Favier, lui aussi, marque la finale de son style. Entreprenant au possible, façon cascadeur, ça passe ou ça casse. Et même quand les coups font mal (soulevé par Banaru, jeté hors du pourtour par Mignon), le cascadeur grimace mais reprend son poste. 
Satisfaction également dans la tenue de Mignon. Exemplaire ce Biòu d’Or 2016 ! Devant des hommes investis, le Cuillé par quelques anticipations bien placé et des trajectoires tenues jusqu’à l’extrême limite des planches étrenne sa 2e étoile avec maestria. Les cocardiers de Saumade, également, ont apporté leur méchanceté, leur fantaisie, leur panache. Scipion alternant vaillance et méchantes trajectoires conclues ; Pourpier pour plus d’impact aux planches et sa dangerosité constante. Cela a sûrement fait la pencher la balance de la commission du Trophée Taurin qui lui attribue le prix du meilleur cocardier de la finale. Mérité ! Avec un solide Boer, Banaru, et ses terribles enfermées, Sylvérado classique et sérieux, la première partie a tenu la route. Reste Jupiter qui, en dessous de son envergure barricadière habituelle, n’a pas enflammé le final. Et cela manque pour une impression d’ensemble plus enthousiasmante. Chaque finale est différente, nous qualifierons l’édition 2016 de positive.
 
MARTINE ALIAGA 
Photos MALI - Christian ITIER
 
POURPIER - CADENAS
L'action d'envergure

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

Photo ERIC MARC

SPECTACLE

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

Une avant-course en hymne à la terre de bouvine avec un carrousel de 24 cavaliers et cavalières de Traditions du Sud de Mélanie Bayle et les amazones de la Confrérie des gardians Saint-Georges. Duos équestres avec Julien Perrin et Manon Gallière, Julien Gonfond et Rose Bargantanet.
Groupes: la Capouliero de Martigues, Cabidoulo du Cailar, Le Ruban de Provence d’Avignon, Etoile de l’Avenir d’Arles, Velout Pescalune de Lunel, L’Escolo d’Argenço de Fourques, Pichoto Camarguo de Mauguio, Temps du Costume et Flour inmourtalo de Nîmes.
Avec la Reine d’Arles, ses demoiselles d’honneur et les musiciens de La Gardounenque.

****************

LA COURSE

Entrée: environ 10000 personnes. Organisateur : Simon Casas Production. Président : Joris Alvarez. Rasteurs droitiers : Cadenas, Katif, I. Benafitou, Auzolle, Ciacchini. Gauchers : Favier, Four, Poujol, Aliaga, Zekraoui, Allam, Ouffe. Tourneurs : Khaled, Beaujard, Bensalah (sort au 5e), Fouque, Cuallado.

Ressortent Mignon, Scipion, Pourpier. En blanc Cadenas, Favier, Benafitou, Aliaga davantage en première partie, Ciacchini plutôt en deuxième. Mais honnête travail d'ensemble.

Boer (Occitane).- Il sort motivé, les hommes aussi. Cadenas à l'attaque d'entrée, Favier pareil. Offensif le long des planches, Boer tape, se soulève. Mais à mi parcours, il commence à se centrer et termine réticent. Ficelles sur les cornes, 2 Carmen.

Banaru (Le Rhône).- Alterne les enfermées dangereuses (Favier, Cadenas, Benafitou) et les déplacements. Il ignore parfois, se garde un temps. Il semble froid mais tient les hommes à l'oeil, malmène Favier au terme d'une anticipation émotionnante, pousse après Zekraoui, Aliaga. Les ficelles montent montent, et il se les garde. 5 Carmen et retour.

Sylverado (Nicoçllin).- Chasse le long des planches et riposte sévèrement. Se place puis déplace les hommes, raccompagne cornes menaçantes. Avec Cadenas, il va au bout. Quiche Zekraoui, Aliaga. Classique et sérieux, garde ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Mignon (Cuillé).- Le Biou d'Or affiche sa prestance. Cadenas s'élance, le Cuillé démarre aussi sec, puis anticipe le départ d'I. Benafitou, Cadenas. Zekraoui s'y met. Vif, sérieux, Mignon use d'un placement exemplaire parfaitement géré. Les rasets sont honorés offensivement jusqu'à l'extrême limite des planches. Les hommes ne faiblissent pas et le rythme est fort. Pour une première ficelle à 11'30. Favier ambitieux, reste dans les cornes et se fait expulser dans le pourtour. Zekraoui, Cadenas allongent, Mignon est au diapason. Le tourneur Fouque se fait expulser pour un mauvais geste à l'encontre du taureau. Mignon rentre une ficelle sur l'air du cocardier plus 6 Carmen déjà entendus. Mission accomplie.

Scipion (Saumade).- Inflige une pointe à l'avant-bras de Cadenas. Brouillon au départ, il monte vite en température et s'envoie après I. Benafitou. Placement fluctuant mais grosse envie d'en découdre. Séries honorées avec vaillance, droite-gauche conclusion sur Cadenas. Maxime, entreprenant, fait frémir les gradins. La 1re ficelle à I. Benafitou. Scipion se bat et rentre une ficelle au terme d'un bon quart d'heure. 6 Carmen et retour.

Pourpier (Saumade).- Décidé et guerrier. Quant les hommes l'enroulent trop, il se rebiffe d'un coup de revers. Conclusion sur Cadenas. Se laisse piéger un temps sous la présidence mais se rebelle et se sort de l'emprise. Le duo avec Cadenas fonctionne, et les coups aux planches pleuvent (Cadenas, Ciacchini, Aliaga, Auzolle). Cadenas se fait surprendre à la planche, Pourpier le tient par le bas du pantalon. Moment d'effroi. Mais le raseteur repart de plus belle. Un beau combat pour des ficelles qui rentrent. 5 Carmen et retour. Et le prix du jour.

Jupiter de Laurent.- On l'attendait pour parachever cette belle après-midi. Mais le Laurent ne se tient pas et se laisse leurrer sur ses déplacements incessants. A toi, à moi, les raseteurs le délestent rapidement de ses attributs. Un peu de pagaille et Julien Ouffe se fait surprendre, se couche, le taureau lui passe dessus. Un beau coup où Jupiter brise les planches après I. Benafitou. Mais 8'30 suffisent.

**************

Les points de la course, Trophée des As : Cadenas, 19,5 points ; I. Benafitou, 15 ; Auzolle, 10,5 ; Aliaga, 9 ; Ouffe,  9 ; Allam, 6 ; Four, 6 ; Katif, 6 ; Ciacchini, 6 ; Zekraoui, 3 ; Favier, 3 ; Poujol, 3.

Les prix du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence : 1er Cadenas, 638,5 ; 2e Katif, 501 ; 3e Favier, 423,5 ; 4e Four, 400, 5 ; 5e Aliaga, 343.

Biou d'Or 2016 : Mignon de la manade Cuillé
Meilleur cocardier de la finale : Pourpier de la manade Saumade

Champion de France FFCC : Joachim Cadenas.

 

**************

 

 

 
 

 

07/10/2016

NIMES : LES RASETEURS DE LA FINALE DES AS

Course du dimanche 9 octobre 2016

La grande fête camarguaise

nimes4PHMALI.jpg

La vitalité d'une tradition se mesure à sa capacité à se transmettre, à se régénérer, à impacter un terroir et à mobiliser les foules. En cela les Camarguais ont de beaux jours devant eux. Et ce ne sont pas les heures difficiles passées ou à venir qui viendront à bout de cette passion commune inspirée par les taureaux, et qui s’articule autour de la course camarguaise jusqu’à devenir moteur d’un art de vivre.

Dimanche, à Nîmes, ce sont tous les intervenants de la bouvine qui seront célébrés et toutes les volontés qui se sont unies pour passer le cap difficile de l’hiver dernier. Une prise de conscience des premiers acteurs concernés (raseteurs et manadiers) mais aussi des organisateurs, collectivités territoriales, partenaires, afeciouna, etc. autour d’une Fédération française qui avait un cap difficile à franchir. Oh bien sûr, il reste du travail et des objectifs à pérenniser, ainsi que nombre d’indécis ou de réfractaires à convaincre, mais l’élan des premiers mois 2016 a ouvert des dialogues et occasionné des rencontres jusque-là improbables.
 
Restons sur cette dynamique et cueillons tous ensemble, dimanche, les fruits de la saison. Soit la finale du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence et le sacre du vainqueur du Trophée des As qui recevra aussi le titre de Champion de France par la Fédération française de la course camarguaise. Soit le terme d’une compétition entre de performants raseteurs dont un hors normes - Joachim Cadenas - semant l’émotion à chacune de ses rencontres avec les taureaux. Soit un ensemble de cocardiers valeureux dont Mignon de la manade Cuillé sacré Biòu d’Or 2016.
Avant le duel central de la piste, en introduction, Patrice Blanc orchestrera le ballet des Arlésiennes, cavaliers et groupes de tradition. Des créations toujours attendues tandis que La Gardounenque sera chargée de porter l’estrambord.
La course finale - brillante sur le papier glacé de l’affiche créée par le peintre Claude Viallat - rendra en piste tout le bien qu’elle promet... ou pas. C’est l’incertitude de tout spectacle vivant, mêlant hommes et bêtes.
Mais quoi qu’il en soit, la remise des prix réunira en piste avec le faste indispensable, tous les intervenants pour célébrer et remercier les acteurs d’une saison qui a réservé à ses adeptes de bien belles pépites.
 
MARTINE ALIAGA
 
Le Grand Chelem de Joachim Cadenas
 
CADENAS2015PHCI.jpgRarement autant de talents auront été réunis à une finale. Du 1er au 12e raseteur (14e en fait puisque deux blessés), chacun de ces garçons-là a, cette saison, pris sa part de travail et participé au spectacle. Irrégulièrement certes mais qualitativement le plus souvent.
Rarement pourtant un d’entre eux aura autant brillé. Les afeciouna ont fondu devant Joachim Cadenas, son courage, son sang-froid, son talent et toute l’émotion qu’il suscite. S’il n’aime pas les feux des projecteurs, le raseteur s’exprime face aux cocardiers. Un dialogue qu’il joue en tête en tête, les yeux dans les yeux. Rien ne compte plus quand le grand brun décide de lever l’attribut. Décidé, offensif, il rentre dans le terrain de la bête, la force s’il le faut, l’embarque avec lui, et lui offre une sortie allongée, corps dans les cornes jusqu’à la salvatrice planche. Si le cocardier est plus remuant, il court avec lui, l’emmène, pose le crochet jusqu’à lever le ruban ou le bout de ficelle. Si le noir a des capacités barricadières, alors les poursuites sont à couper le souffle jusqu’à l’explosion finale. Bien sûr tant de caractère, tant d’implication, tant de volonté, se payent souvent cash face à des adversaires aussi teigneux, imprévisibles, ou tellement titillés qu’ils voient rouge. Et quelques images incroyables de la saison de défiler : avec Jivago à la Cocarde d’Or, Ratis ou Mignon à la Palme, Pourpier, Banaru, Jupiter à Châto, Lebrau au Grau, Jupiter à Nîmes...
Auréolé d’un Grand Chelem pour ses débuts aux As, encensé à juste titre par toute l’aficion, l’Arlésien, c’est sûr, est un raseteur au style unique et a soif de victoires. Ce garçon-là va jouer un grand rôle dans la course camarguaise.
 
M. A.
 
Douze crocheteurs talentueux à la capelado
 
Cette année, la répartition des hommes est un peu inhabituelle avec cinq droitiers pour sept gauchers.
Commençons tout d’abord par la droite avec le leader (619 points) du Trophée, qui caracole en tête depuis le début de la saison. C’est le chouchou, l’idole du public : Joachim Cadenas. Le raseteur embarque avec lui ses supporters dans des émotions, des sensations, tant sa prise de risque est constante. Juste derrière lui, avec 495 points, le vainqueur 2015, Zakaria Katif a géré sa saison plus ou moins régulièrement mais a tenu le cap, au point de s’octroyer la seconde place. Vu sa finale 2015, inutile de dire qu’il sera attendu ce dimanche. Ilias Benafitou, auteur d’une bien belle fin de saison, Medhi Belgourari, Loïc Auzolle viendront apporter leur savoir-faire pour compléter cette équipe.
A gauche, le battant et entreprenant, Maxime Favier avec 429.5 points se classe 3e. Les téméraires Bastien Four (394.5 points), et Jérémy Aliaga (334 points) qui se classent respectivement 4e et 5e après une saison régulière. Ils sauront tenir le rythme pour donner les répliques. Youssef Zekraoui, pourtant pas épargné par les blessures, se classe 8e avec 242,5 points, Fayssal Allam, 11e (164,5). Julien Ouffe, 13e, (143 pts) et Hadrien Poujol, 14e (133,5) prendront part à la fête, Chekade et Allouani étant blessés.
 
CYRIL DANIEL

 

NIMES : LES COCARDIERS DE LA FINALE DES AS

Course du dimanche 9 octobre 2016 à Nîmes


Place aux Seigneurs de Camargue

mignonPHCD.jpg


Mignon de Cuillé est un emblématique
représentant de la race. Ph Cyril Daniel


Ils sont la fierté de leurs éleveurs et la gloire de la course camarguaise. Emblème du peuple de bouvine, les cocardiers focalisent l’attention des spectateurs. Tous noirs certes pour les néophytes mais tellement différents au physique, au mental et au comportement en piste ou en manade pour les habitués.
Le Biòu d’Or 2016 pourrait à lui seul symboliser la race entière des biòu camarguais en plus de l’élevage de la famille Cuillé, tant ses qualités sont avantageuses.
Mignon cumule la beauté de ses formes et la rigueur dans le combat. Port altier qu’il soit au pré ou dès sa sortie du toril, cornes parfaites, œil vif. Dominateur dans le duel avec les raseteurs, intelligent dans son placement, il oblige ses adversaires à la réflexion. Cocardier dans l’âme, il force le respect.
A Nîmes, ce dimanche, il honorera sa deuxième couronne consécutive de Biòu d’Or. Il sortira en 4e position, après l’entracte... A tout seigneur, tout honneur.


MARTINE ALIAGA


LES SEPT COCARDIERS
BOER2015PHMALI.jpgBOER (Occitane, N. 422)
Ce sera le premier à affronter l’équipe blanche. Et à cette place, il sait faire. Après avoir mal débuté la saison avec courses à Palavas (8/05) et Vendargues (22/05) annulées à cause du mauvais temps, ses sorties 2016 à Beaucaire (17/7) et au Grau-du-Roi (15/8) ont été d’un très bon niveau avec en plus de la vaillance, des finitions aux planches. Un excellent number one si ce n’est le meilleur.
BANARU (Le Rhône, N. 507)
BANARUPHCI.jpgLe Biòu de l’Avenir 2013 a gravi les échelons sans difficulté en adaptant son comportement aux situations et aux pistes. Son bon sens de l’anticipation, ses accélérations fulgurantes obligent souvent les tenues blanches à réfléchir avant de se hasarder. D’Arles à Fontvieille en passant par Montfrin, Beaucaire, Lunel, Châteaurenard, il a été au cœur des discussions.

ULMET (Blanc, N.511)
Comme client, c’est un client. Côté placement, pas grand reproche à faire. Souvent menaçant sur le raset avec cornes pointées, il devient une réelle menace dans ses arrivées au-dessus des bois notamment derrière les gauchers où elles demeurent plus prononcées. Le Grau (1/05, 11/09), Châto (12/06), Beaucaire (17/07) où il remporte le Prix Camarina, et Pérols (14/08) ont fait son calendrier 2016.
MIGNON (Cuillé, N. 349)
Le Biòu d’Or en titre a fait un sans-faute cette saison que ce soit dans les pistes moyennes (Lansargues 12/06, Mauguio 10/4, Sommières 4/09) ou les grandes (Arles 25/03, Beaucaire 24/04 et 24/07, Nîmes 12/05, Châteaurenard 3/07 ou le Grau 15/08). Imposant de par son placement, il n’en demeure pas moins incisif par ses anticipations assorties d’une menace permanente. Cocardier connu et reconnu, c’est avec un large suffrage d’avance sur ses concurrents qu’il a été élu Biòu d’Or 2016.
SCIPIONPHCD.jpgSCIPION (Saumade, N. 525)
C’est la bravoure à l’état pur. Il enchaîne les rasets sans retenue et au moment où personne ne s’y attend, il devient menaçant à l’arrivée par un engagement, cornes pointées. Il a prouvé à Châto (17/0, 3/7), Lunel (16/05) le Grau (11/à6 et 11/à9) et Vauvert (21/à8) qu’il avait sa place pour les grands rendez-vous. Pour preuve ce double trophée de fin de saison au Grau-du-Roi en remportant le prix du meilleur taureau du Trophée de la Mer et meilleur taureau de la saison en suite du Souvenir Olivier-Arnaud et le Trophée Camargue Médical à Vauvert.
POURPIER (Saumade, N. 514)
Présent dans les grands rendez-vous, il a su honorer sa devise à chacune de ses sorties (Châteaurenard 17/04 et 11/09, Lunel 16/5, Grau 12/06, Saintes-Maries de la Mer 14/08) en se montrant à la fois cocardier par son placement et ses vives réactions et spectaculaire dangereux par ses arrivées très engagées aux planches. Le Trophée des Impériaux aux Saintes-Maries et le prix de la saison à Châteaurenard, Le Trophée Pescalune et le Souvenir Patrick-Castro sont venus confirmer son parcours sa faille entrevu lors de la finale de la course des ligues en 2010.

JUPITER (Laurent, N. 619)

JUPITERLAURENTPHCI.jpgIl marque le grand retour de l’élevage des Marquises au haut niveau de la compétition. Généreux, barricadier, moral d’acier, il se livre sans retenue sans s’avouer vaincu, même dans les moments les plus compliqués.
Hors points à Beaucaire (24/04, prix du Muguet d’Or), Nîmes (12/5, Prix de la Ville de Nîmes), et Châto (11/9, meilleur de la Finale des Maraîchers) et avant dernier à Beaucaire (17/07), au Grau-du-Roi (15/08, Trophée Etienne-Mourrut). Voilà le final assuré pour bien conclure l’après-midi.

 


Texte CYRIL DANIEL
Photos CD, CI et MALI

POURPIER DE SAUMADE

POURPIERPHCD.jpg

ULMETBLANCPHCI.jpg

▲ Ulmet de Blanc

 *******

02/10/2016

LE GRAU-DU-ROI *TROPHEE DE L'AVENIR*

Dimanche 2 octobre 2016

Le Biou d'Or de l'excellence à Mignon

Le Grau-du-Roi,Marengo de Vellas,course camarguaise

Grand beau temps sur le Grau-du-Roi, la foule occupe les rues dès le matin et le Palais des Sports se remplit pour suivre en direct l’élection du Biòu d’Or 2016. L’accueil de Robert Crauste, maire de la ville, est chaleureux tandis que Jean-Pierre Gugliermotte, directeur marketing événementiel à Midi Libre, rappelait l’implication des quotidiens Midi Libre et La Provence qui « valorisent la tradition et la course camarguaise avec le Trophée Taurin et le Biòu d’Or». Remerciant la commission au nom des présidents des deux quotidiens.
Mignon, Biòu de l’Avenir 2010
également sacré au Grau-du-Roi
Avec ce qu’il faut de solennité, de sérénité et une dose de bonne humeur, les votants (1) déposaient les bulletins dans l’urne. Julie Zaoui, présidente du Trophée Taurin, énonçait alors les noms des cocardiers au fil du dépouillement. Avec 15 voix, Mignon recevait le titre de Biòu d’Or 2016, dans cette ville qui l’avait déjà sacré Biòu de l’Avenir en 2010. Jupiter de Laurent obtient 4 voix, Scipion et Pourpier de Saumade, 1 voix chacun. Un deuxième titre consécutif donc, pour le beau cocardier Mignon, maître dans l’art de combattre, intelligent et imposant le respect à ses adversaires.
A la manade Cuillé, la fratrie et les parents ont sabré le champagne. «Nous sommes naturellement très heureux de ce nouveau titre. Il consacre une saison dense de Mignon qui a toujours été présent dans les moments où il fallait l’être. Sa saison 2017 est pratiquement bouclée. Mais auparavant, nous espérons qu’il fasse une bonne course à la finale des As à Nîmes où il a couru cinq fois et n’a jamais déçu». Un Mignon dominateur à son habitude - n’en doutons pas - ce serait la cerise sur le gâteau d’une saison exemplaire, riche de 9 sorties. Un Biòu d’Or accueilli par les applaudissements du public du Palais des Sports, recueillant ainsi l’approbation du peuple de bouvine.
L’après-midi aux arènes, ce fut - on ne va pas se mentir - moins festif. Passé un spectacle avant-course enthousiasmant, cocardiers et raseteurs ont peiné pour trouver du rythme. Heureusement, Marengo, lui, avait du peps à revendre et le barricadier offrait enfin au public l’émotion tant attendue et à la manade Vellas, le premier grand titre de sa jeune histoire.


MARTINE ALIAGA


(1) Les votants pour le Biòu d’Or : les 19 membres de la Commission du Trophée Taurin, le président de l’association des raseteurs Icham Fadli, le vainqueur du Trophée des As 2015, Ziko Katif.

***********

L'après-midi, la course finale du Trophée de l'Avenir n'a vraiment pris d'ampleur qu'avec la prestation du barricadier de la manade Vellas, Marengo qui s'octroie le Biou de l'Avenir 2016. A déplorer les blessures de Pino des Baumelles et Muscadet de Chauvet.

le grau-du-roi,marengo de vellas,course camarguaise

Les vainqueurs Vincent Marignan et Marengo Vellas

**************

Les points de la course
Trophée de l’Avenir : Gaillardet, 16 points ; Marignan, 9 ; Deslys, 7 ; Félix, 6 ; Bressy, 5 ; Dunan, 4 ; Y. Martin, 4 ; Bernard, 3.
LES PRIX DU TROPHEE TAURIN 2016 - AVENIR
Vainqueur du Trophée de l’Avenir : 1er Vincent Marignan, 1055,5 points.
2. François Martin, 807 ; 3. Vincent Félix, 740 ; 4. Charrade, 627 ; 5. Enzo Bernard, 611 ; 6. Joan Gaillardet, 545 ; 7. Ludovic Bressy, 414 ; 8. Stéphane Dunan, 410.
Biòu de l’Avenir : Marengo de la manade Vellas. Et prix au bayle.
Champion de France Espoirs de la FFCC : Vincent Marignan.

BIOU D'OR

Lundi 3 octobre 2016

Tristesse : Camarina s'est éteint

Alors que dimanche 2 octobre (article ci-dessous), on se réjouissait dans ces pages de la belle retraite des anciens Biou d'Or, l'un d'eux avaient décidé de tirer sa révérence. En effet, lundi, la manade Chauvet annonçait avec tristesse,  la mort de Camarina. La vie terrestre de l'immense barricadier Biou d'Or 2005, 2007, 2008 s'est donc arrêtée mais son nom restera à jamais dans le coeur des afeciouna et dans l'histoire de la course camarguaise. 

*************

Dimanche 2 octobre 2016Biòu d’Or : en attendant l’élu 2016, des nouvelles des anciens


Camarina : “Ça va bien, merci !”

camarina2016PHLS.jpg

Sur ses terres de la manade Chauvet,
Camarina coule des jours paisibles


Ah si nos Biòu d’Or pouvaient parler, que ne raconteraient-ils pas ! Les jours glorieux, les combats de l’arène, les blessures parfois, la vie au pré et le si invisible et précieux lien tissé au fil des jours avec leur manadier et bayle. Une vie simple et tranquille qui perdure bien après les flonflons des fêtes.
Avant de connaître le nom du Biòu d’Or 2016 qui sera élu aujourd’hui au Grau-du-Roi, les anciens, par la voix de leurs propriétaires, ont donné de leurs - bonnes - nouvelles.
En commençant par Camarina de la manade Chauvet (couronné en 2005, 2007 et 2008) qui, du haut de ses 22 ans, savoure une belle et longue retraite. « Il est en compagnie d’un simbeu et quelques vaches, raconte Olivier Serme, il va bien et vieillit doucement. Bien sûr, on le surveille de près et on le bichonne tant qu’on peut ».
Mathis de Lautier, sacré en 2006, « est en pleine forme. A 18 ans, il n’a aucun problème, il est toujours avec les cocardiers - comme Valmont et Co Blanco (17 ans chacun) d’ailleurs - et sait se faire respecter des jeunes. S’il pouvait leur expliquer comment on devient Biòu d’Or... plaisante Frédéric Lautier. Mais quand il donnera des signes de faiblesse, on lui fera un clos à part avec des vaches pour qu’il finisse tranquille ».
Sur les terres de la manade Fabre-Mailhan, Pasteur poursuit la vie paisible des cocardiers de Camargue. A 15 ans, le Biòu d’Or 2009 « vit avec quelques congénères dans un clos au calme, explique Claire Mailhan. Bien sûr, on veille sur lui et on le soigne, il va très bien » Et Jacques Mailhan de sourire : « Dernièrement nous sommes allés le voir avec Joachim Cadenas... Il voulait le trier pour le raseter ! » .
Quant au tout jeune retraité Garlan des Baumelles (Biòu d’Or 2014, 2012, 2011), «Il rajeunirait presque, se réjouit Joël Linsolas. Le jour de l’inauguration de sa statue aux Saintes-Maries (en juillet 2016), il est entré en piste comme une cocotte-minute, prêt à exploser, en attendant le combat. A la manade, il est avec son clan de taureaux qui ont un peu d’âge, Rodin, Maï... Ils sont tranquilles, il ne faut pas trop changer leurs habitudes pour qu’ils aillent bien ».
Quatre retraités et deux en exercice (Ratis de Raynaud élu en 2013, et Mignon de Cuillé, en 2015), nos Biòu d’Or, soignés, encensés et chéris, coulent de beaux jours au sein des élevages. Leurs histoires entretiennent la flamme de la passion autour de la course camarguaise.
A midi, aujourd’hui, une nouvelle ligne s’écrira sur la liste des Seigneurs de Camargue.


MARTINE ALIAGA


Virat de la manade Nicollin sacré en 2002 et 2004 s’est éteint de vieillesse à 21 ans, début septembre 2016.
Guépard de Cuillé (Biòu d’Or 2010) est parti en guerrier, en 2014, après s’être battu à mort avec un congénère.

01/10/2016

LE GRAU-DU-ROI *FINALE DU TROPHEE DE L'AVENIR*

Dimanche 2 octobre 2016 

Au rendez-vous de l'Avenir

le grau-du-roi,finale du trophée de l'avenir,biou d'or,course camarguaise

Telle celle de la finale du Trophée de la Mer,
l'avant-course aussi est prometteuse


Destination festive et taurine, Le Grau-du-Roi est tout indiqué pour passer ce dimanche 2 octobre. D’autant qu’en ce jour de finale du Trophée de l’Avenir (15 h) où la course camarguaise fête ses espoirs de la piste, le Biòu d’Or de la saison sera aussi proclamé (12 h, au Palais des Sports) après le dépouillement des votes des membres de la commission du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence.
Jour de gloire, jour de célébration où vont se retrouver en piste les meilleurs acteurs du circuit des espoirs (lire ci-dessous) pour ce qu’on l’on espère l’expression la plus noble de l’art tauromachique et le partage d’une passion commune avec les spectateurs. L’avant-course permettra de se mettre en condition, d’abord avec l’incontournable peña La Gardounenque, puis par des tableaux concoctés par Patrice Blanc mettant en valeur les us et coutumes graulens et camarguais. Ensuite place à la capelado. Ça promet !


M. A.


Côté toril : rétrospective avec bayles et manadiers
Toronto (la Galère, sortira 3e). Présenté avec Micka di Lecce : un cocardier bien trempé qui anticipe aussi bien à gauche qu’à droite avec de fortes accélérations une fois passée la tête. Il a sillonné cette année les plans de Redessan, Noves, Sommières, Remoulins et Montfrin.

Muscadet (Chauvet, 2e). Présenté avec René Serme : un taureau qui a de la tenue, il se cale à la planche et finit plutôt bien. Il foule le sable à Noves, Sommières, Lansargues et Châteaurenard.

Juvénal (Nicollin, 1er). Présenté avec Guillaume Granchi : effectue quelques sorties à l’Avenir dans les pistes d’Aigues-Vives, Sommières, Les Paluds et à Beauvoisin où il se frotte au As. C’est un premier assez dur qui aime la bagarre et qui dans l’action peut pousser aux barrières.

Pino (Baumelles, 6e). Présenté avec Joël Linsolas : il est d’un tempérament posé, réfléchi et sans doute intelligent. Il rafle le Trophée Titi-Boncœur à Port Saint-Louis, sort à Saint-Martin, Vallabrègues pour la finale du Cambi et à Villeneuve où il récolte également le prix et au passage bouscule Katif. Il a du placement, de l’anticipation... Et des finitions qui parfois peuvent être périlleuses pour ses adversaires comme à Vallabrègues où il faillit passer au delà du mur. La finale va être pour lui un passage test, dans une piste qui n’avantage pas les taureaux jeunes.

Brennus (Occitane, 4e). Présenté avec Etienne Villliet : un cocardier dans l’offensive avec de la tenue et qui conclut des actions dangereuses, surtout à gauche, loin dans les tubes, en mettant la corne. Il débute sa saison par une blessure au Grau-du-Roi en avril après un saut énorme près du toril. Il revient en course à Vauvert à deux reprises, malgré deux courses perdues en mai et juin, il termine sa saison en août à Saint-Geniès-des-Mourgues.

le grau-du-roi,finale du trophée de l'avenir,biou d'or,course camarguaise► Coti Chiavari
Né d’une excellente vache qui fut Cocardière d’Or, Coti-Chiavari (Chaballier, 5e). Présenté avec Claude Chaballier : il exprime des qualités issues de cet héritage avec des compétences assez spectaculaire en poussant puissamment aux bois. Il mène son cycle à Châteaurenard, au Grau-du-Roi, Pérols et aux Saintes-Maries où on lui attribue le Trophée Claude-Saumade.

Marengo (Vellas, 7e). Présenté avec D. Vellas : un peu fantasque sur les hommes, capable de faire de gros coups de barrière. Il peut à tout moments en surprendre plus d’un. Il est sorti à Palavas, Le Grau du Roi, Vendargues où il obtient le Prix pour le 95e anniversaire des arènes ainsi qu’à Mauguio où il empoche le 14e Souvenir Manu et José.

le grau-du-roi,finale du trophée de l'avenir,biou d'or,course camarguaise

Marengo de Vellas, ses protections aux pattes
et son unique corne.


Côté vestiaires : chacun affiche ses ambitions
Voici les 10 premiers du classement du groupe 3 pour cette saison 2016 du Trophée de l’Avenir.

le grau-du-roi,finale du trophée de l'avenir,biou d'or,course camarguaise

▲ Vincent Marignan


1er, Vincent Marignan, un Moulèsien de 21 ans pleinement satisfait de sa saison où il lève bon nombre d’attributs. Il souhaite comme tous bien finir l’année en allant tâter le terrain des As et tenter pourquoi pas, en fonction du rythme imposé, d’y évoluer plus profondément. 2e, l’Arlésien de 21 ans, François Martin, accomplit un cycle remarquable en dépit de quelques blessures qui mettront à mal ses projets de victoire finale. Après quelques essais concluants dans la catégorie reine, la période à venir sera une nouvelle aventure avec de nouveaux défis à relever. 3e, le jeune Gallicianais de 21 ans, Vincent Félix, fait une bonne première saison dans le groupe 3. Heureux de finir dans les prix, il honorera ses contrats jusqu’à la fin de l’année avant de prendre quelques repos et d’effectuer une grosse préparation physique en vue de faire aussi bien sinon mieux pour la temporada à venir. 4e, le Calmettois Antoine Charrade, 21 ans, sera absent de l’ultime rendez-vous, pour blessure. Opéré des ligaments du genou, il tient un moral de battant, ravi de sa saison . Il espère revenir à son meilleur niveau et ce dès la saison prochaine, nous lui souhaitons un prompt rétablissement. Enzo Bernard : ce jeune Avignonais de 21 ans est enchanté de sa saison. Son objectif était de finir 5e, c’est chose faite. L’année prochaine, il continuera son évolution à l’Avenir en faisant quelques courses aux As afin de se mettre un peu dans le bain et de prendre la température.
Suivent dans l’ordre du classrment, Joan Gaillardet, Ludovic Bressy, Stéphane Dunan, Geoffrey Robert, Yoan Pradier, Marvin Méric.


ERIC MARC


En fonction des absents et des blessés, les raseteurs pourront accéder à la piste suivant l’ordre du classement paru hier.

************

ELECTION DU BIOU D'OR

Ce dimanche, à partir de 11h30, au Palais des sports (à côté des arènes).

***********

Réservations : 04 66 51 12 12

******************

30/09/2016

ALES *FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS*

* En raison des conditions météorologiques, la course est annulée pour aujourd'hui. Il est possible qu'elle soit reportée à une date ultérieure *

Samedi 1er octobre, à Alès, 15h

Une première Alésienne

alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaise

La belle feria du mois de mai sur les bords du Gardon, sa fréquentation exponentielle et le succès des deux courses camarguaises proposées par l’organisateur Pierre Cuillé au sein de Toro Alès Cévennes... Les nombreux afeciouna qui venant des villages du nord du Gard fréquentent régulièrement les arènes plus sudistes... Les multiples manades qui ont fait de cet arrière-pays, leurs terres d’hiver ou d’implantation... Et le fait que les pratiques camarguaises ont trouvé terre fertile dans tous ces villages gardois... Les Cévennes sont un autre pays de bouvine, alors Alès se devait de recevoir cette année, la finale du Trophée des Raseteurs. Une finale concoctée avec soin par les organisateurs, la commission du Trophée Taurin et les quotidiens Midi Libre et La Provence. Les manadiers et les 10 premiers raseteurs du classement du groupe 2 ont d’emblée dit oui à cette première en Cévennes gardoises. Alors, que la fête commence!


MARTINE ALIAGA
Photos Laurent Sonzogni
et Mali


LES RASETEURS
Ils se sont disputé la première place toute la saison et arrivent à la finale avec un seul point d’écart. Radouane Errik et Nabil Benafitou, tous deux gauchers, sont fin prêts pour le round final, ce samedi à Alès.

alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaise« On est copain, mais chacun défendra ses chances,
sourit Radouane Errik, 1er du classement. Les taureaux choisis sont de qualité, avec une première partie assez technique, et une fin de course plus brillante. J’espère qu’on va tous s’y mettre pour faire le spectacle. La piste d’Alès est grande mais agréable, il faudra quand même du courage devant les difficultés ». Le raseteur, aujourd’hui Melgorien, a débuté à l’école de Marsillargues sous l’égide de Cyril Garcia, après les Ligues, il intègre l’Avenir (meilleur classement en 2011, 3e) non sans avoir souffert de plusieurs blessures notamment aux ligaments croisés et ménisque. 2012, les As jusqu’à mi 2015 où il préfère rejoindre le groupe 2. 2016, reste une année de transition avec des changements dans sa vie privée (mariage et bientôt un bébé) qui l’obligent à «raseter plus sereinement». Mais cette première place à défendre à la finale « me motive. J’ai fait pas mal de courses aux As cette année et j’ai des envies de compétition. Alors peut-être l’an prochain, je repartirai aux As ».

alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaiseNabil Benafitou, lui, a géré cette saison avec l’expérience acquise en 5 années de piste à l’Avenir puis 3 aux As et sa 5e au groupe 2. Energique, régulier, il sait aussi montrer du caractère et - c’est sûr - il défendra ses chances de victoire jusqu’au bout. « Samedi, que le meilleur gagne, dans un bon esprit. Avec Radouane, on va se donner au maximum. La course est un peu compliquée et dans cette grande piste, ce ne sera pas facile mais on espère que ce sera plaisant pour les spectateurs. C’est une bonne saison pour moi, sans blessure et avec les encouragements de mon frère Adil et de mon neveu le Cannois. Les clubs taurins me font confiance et d’ailleurs je les en remercie ».


Vainqueur en 2013, second l’an passé, 3e en 2016, Mathieu Marquier trouve toujours une place aux avant-postes pour les phases finales. Le temps semble glisser sur ce talentueux droitier, élégant et efficace. Guillaume Cano réalise lui aussi cette année un bon parcours. Doté d’un physique athlétique, le Marsillarguois pointe à la 4e place. A David Maurel la 5e place : une année un peu en dent de scie pour ce vainqueur de l’Avenir en 2010, puis du Trophée des Raseteurs en 2015. Un garçon agréable et travailleur, une valeur sûre et fiable pour les organisateurs. 6e, l’homme aux multiples blessures, Damien Moutet. Ses rasets engagés lui coûtent cher. Plusieurs fois méchamment touché par la corne, il revient en piste et retrouve toujours la motivation. Chapeau ! Autre Marsillarguois, Dimitri Fougère se place 7e. C’est un gagneur, il a du tempérament, ce qui lui permet d’accrocher une place dans cette finale. Incontournable gaucher du circuit, Jeoffrey Ferriol (8e) est aussi un infatigable travailleur. Jamais aux abonnés absents, sa présence en piste est toujours synonyme de rythme. Quant à Christophe Clarion, l’âge lui donne une certaine sérénité. Il garde sa constance de toujours en piste, il a encore les jambes pour assurer, un moral au beau fixe, son expérience faisant le reste. Jonathan Vic ferme la liste avec sa 10e position dans ce groupe qui l’a accueilli en 2014 et dans lequel le Saint-Georgien semble s’épanouir.

* En cas de défection d’un des 10 premiers raseteurs, le suivant au classement pourra entrer en piste.

SEPT COCARDIERS DE VALEUR
Hier, les dix raseteurs qui seront présents à la finale d’Alès, ont été présentés. Aujourd’hui honneur aux sept cocardiers qui seront en piste, ce samedi, chacun pouvant prétendre au prix du meilleur taureau de la course.
Dans l’ordre de sortie : Mouret de la manade Fournier N.462. Un premier sérieux potentiellement spectaculaire. Expérimenté et offensif, il peut conclure corne pointée tel qu’il a pu le faire dans la piste de Saint-Andiol ou Saint-Martin-de-Crau.
Fétiche du Joncas, N.613. Bien dans le standard de cette race des garrigues gardoises. Volontaire, jamais rassasié de rasets, pouvant faire le pas au départ de l’action et passer le mourre à l’arrivée. Meilleur taureau de la Corne d’Or à Eyragues après avoir couru à Saint-Martin-de-Crau, Istres, Eyragues.
Castellas de Fabre-Mailhan, N.329. Lui aussi affiche les qualités de sa devise : vaillance, bravoure et potentielles finitions. Des enchaînements droite-gauche soutenus pimentés de frappes comme il l’a démontré à Fos ou Châteaurenard.
alès,finale du trophée des raseteurs,course camarguaiseSerpatier d’Espelly-Blanc, N.861. Ses qualités sont nombreuses et cette place de 4e lui va comme un gant. Il possède un registre complet (anticipation, vitesse, finition) qu’il déploie au sein de sept sorties dans lesquelles il excelle à Beaucaire en avril, Palavas en mai, Vendargues en juin, au Grau en juillet ou Castries en août. Parfois un ton au-dessous quand il ne trouve pas le bon emplacement mais la piste d’Alès devrait par son ovale, lui convenir à merveille.
Trancardel de Bon, N.641. Avec ses larges bannes, il a une allure reconnaissable entre mille. Plus cocardier que spectaculaire, il peut cependant créer la surprise par de grands engagements. C’est selon, comme à Beaucaire (2 sorties), Vendargues ou Sommières, pour ses sorties 2016.
Arlésien de Chauvet, N.613. Il a des qualités à revendre notamment une incommensurable vaillance. Motivé dans les poursuites, offensif aux planches, c’est avec brillance qu’il conclut. En attestent ses courses à Mouriès, Fourques, Tarascon, Sommières et Fontvieille .
Moka du Rousty, N.708. (remplace Absolut de Ricard, blessé).- Ardent barricadier qui ne refuse jamais rien, explosif en diable dans une débauche d’énergie idéale pour couronner une course.

Réservations : 06 18 48 60 48. Le guichet des arènes sera ouvert samedi matin à partir de 9h.

26/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *TROPHEE DES AS*

Dimanche 25 septembre 2016 - Finale du Trophée Albert-Dubout

La lutte pour la victoire
entre Katif et Benafitou
pimente le final

Les récompenses finales aux brillants
Cupidon de Paulin et Ajax d'Occitane

Si Cadenas avait été présent à la course (il était prévu mais actuellement blessé), si Favier avait participé à la course (blessé aussi), si Katif était en pleine possession de ses moyens (souffrant d'une ancien blessure)... ce concours de manades avec ces cocardiers-là et des raseteurs comme Ilias Benafitou, auteur d'une superbe fin de saison, aurait certainement atteint des sommets. Malgré ce, cette finale du Trophée Albert-Dubout laisse une bonne impression, les temps morts s'oublient avec des taureaux comme Cupidon et Ajax. Et la bagarre finale entre Katif et Benafitou rythmée par les coups aux planches d'Ajax se déguste avec délectation. A noter une saine compétition entre les deux protagonistes et une bonne ambiance en piste ce qui ne gâche rien au tableau.

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Une des actions d'envergure d'Ajax
aux trousses d'Ilias Benafitou


Le duel Katif - I. Benafitou pour le gain du Trophée Albert-Dubout enflamme, au final, la prestation guerrière d’Ajax. Ilias se fait coiffer sur le fil mais gagne le prix mérité de l’animateur. L’équipe des blancs en dessous lors des difficultés - notamment Laos - se rattrape avec panache pour de bons passages avec Canio, Pedro, Notaire, Cupidon et Ajax. Cupidon est récompensé de son excellente prestation par le prix du meilleur taureau des 2 courses et Ajax, par le prix du meilleur barricadier de la finale.
Regain (Les Baumelles).- En mouvement, ne laisse rien sans réponse et pousse jusqu’aux planches, avec un coup de revers sur les gauchers. Stable ou mobile, les hommes ne travaillent pas assez son unique ficelle qui rentre.
Canio (Blatière-Bessac) affiche une grosse envie de bagarre. Enchaîne, envoie les cornes et frappe en finition. Le Blatière a du punch et multiplie les rebellions, Chekade en fait les frais rattrapé aux planches. Une dizaine de grosses actions pour un quart d’heure très animé. 10 Carmen et au retour avec une ficelle.
Pedro (Lautier, remplace Desbana).- Il s’allonge dans le raset et se prête aux longs échanges, ne lâchant qu’au ras des planches. Les hommes tergiversent un temps. Entrepris, Pedro multiplient les anticipations, les enfermées, les arrivées serrées. I. Benafitou, rattrapé, bascule à la planche et doit passer à l’infirmerie. De belles longueurs avec Aliaga, Four et rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.
Laos (Cyr).- Trouve les bons emplacements et attend que les hommes s’engagent. Surveille tout, autant dire qu’il n’est pas submergé. I. Benafitou lève le 1er gland à la 8e, la cocarde à la 10e. Les tentatives sont timides, Aliaga et Auzolle écartés, I. Benafitou le séduit pour quelques chaudes trajectoires. Maître de la piste, Laos rentre son 2e gland. 2 Carmen et retour.
Notaire (Cuillé).- Cocardièrement au point, il maîtrise tout (placement, anticipations, ripostes sèches jusqu’au ras des planches, enfermées) et domine les dix premières minutes. Les actions sont belles sur Katif, Poujol, Four, Aliaga, Benafitou. Il se durcit après, reste sur ses positions et rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.
Cupidon (Paulin).- Remuant au début, affinant son placement par la suite, il affiche vite ses qualités de finisseur pour 5’30 les rubans. Benafitou qui sent la victoire possible multiplie les beaux rasets où Cupidon s’engouffre et conclut. Le taureau monte en puissance, et pilonne les planches une dizaine de fois (Aliaga, Four, Benafitou). Un superbe quart d’heure crescendo. 10 Carmen et retour.

▼ Cupidon et Ziko

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Biterrois (Rouquette, hp).- Se livre avec générosité et montre du mordant aux barricades. Mais le rythme des hommes est trop lent et Biterrois reste sur son envie d’en découdre. Rentre ses ficelles.
Ajax (Occitane, hp).- Katif et Benafitou ex aequo, jouent la première place. A l’invite des deux, Ajax affiche sa brutalité dans les actions d’envergure. Poujol s’en mêle, Four, Auzolle aussi, Carmen s’emballe, et Ajax cogne, bascule, explose les planches. Ilias insiste, Ziko puise dans ses réserves, et la 1re ficelle dans son crochet lui donne la victoire. Mais quelle course d’Ajax !


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER
et MALI


Trophée des As : I. Benafitou, 18 ; Poujol, 12 ; Auzolle, 9 ; Aliaga, 7,5 ; Four, 7,5 ; Chekade, 3 ; Katif, 1,5.
Trophée des Raseteurs : Errik, 4 points.
palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaiseTrophée Albert-Dubout : 1er, Katif, 33,5 points ; 2e, I. Benafitou, 26. Meilleur animateur : I. Benafitou. Meilleur taureau des 2 courses : Cupidon de Paulin. Meilleur barricadier de la finale : Ajax d’Occitane.

Entrée : une petite demi-arène. Organisateur : CT Fiesta y Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, I. Benafitou, Chekade (sort au 2e), Katif. Gauchers : Aliaga, Errik, Four, Poujol, Mebarek. Tourneurs : Labrousse, Daniel, Ull, Fouque.

 ******************

▼ Canio déséquilibre Chekade
qui devra abandonner la course

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Anticipation de Pedro sur Ilias Benafitou

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

Cupidon se soulève après Four

palavas,trophée albert-dubout,katif,i. benafitou,ajax,cupidon,course camarguaise

*******************

 

 

 

25/09/2016

VAUVERT *AVENIR* 15E TROPHEE DES VIGNERONS - Course de Saumade

Course du 25 septembre 2016

LES SAUMADE REGALENT !vauvert, trophée des vignerons,avenir,course de saumade,course camarguaise

Carmen Général pour les noirs et les blancs

vauvert, trophée des vignerons,avenir,course de saumade,course camarguaise

 

 

 

 

 

 

 

Entrée : 1/5e d'arène. Présidence : Claude Chevalier. Organisateur : mairie. Raseteurs droitiers :  V Félix, V Marignan, T Dumont, M Marquier. Raseteurs gauchers : S Zbiri, N Benafitou, J Martin. Tourneurs : B Joseph, D Dunan, E Lieballe, JF Moulin                       

En ce dimanche de revivre, la Municipalité de Vauvert présentait pour la vauvert, trophée des vignerons,avenir,course de saumade,course camarguaise15e Finale du Trophées des Vignerons, la course complète de la manade Saumade qui a donné entière satisfaction. En effet, du premier au sixième, les pensionnaires de la Grande Abbaye et de la Villa Marcelle ont démontré leurs valeur face à une équipe entreprenante, même si entachée par moment par un peu de pagaille chez les tourneurs. Si Caruso remporte les suffrages, d’Arbaud en ouverture, Tobias, Tourtoulen et Eos semblent connaître les rouages de la piste, Hélios et Rigau en prennent le chemin

Marignan aux points et Félix au mérite se retrouvent sur le podium. Mais dans l’ensemble tous, à deux exceptions près ont contribué à la réussite de la course…

Des taureaux qui se font respecter et transmettent quelque chose, des hommes qui leur servent tout pour qu’ils s’expriment et bien comme il faut. Que demander de plus ?  C’est ça les vraies valeurs de la Course Camarguaise.

vauvert, trophée des vignerons,avenir,course de saumade,course camarguaiseD’Arbaud : La panoplie du parfait premier. Placement, sélection, changements de terrain et petit coup de tête. Sans quitter le terrain des planches, il s’engage promptement. Quand il est bousculé,  il redouble d’activité et se dresse derrière N. Benafitou. 4 Carmen dans 12 minutes de course récompensées.

⇐ D'Arbaud s’engouffre dans le raset de J. Martin

Hélios : C’est la pagaille le temps des principaux attributs. Ca appelle vauvert, trophée des vignerons,avenir,course de saumade,course camarguaisede tous côtés, ça passe n’importe comment. Mais c’est bref (1’30). Aux ficelles, trouvant refuge contre les planches, c’est dans le classicisme qu’il œuvre en faisant légèrement le pas, en ne partant que sur les vrais rasets et allant jusqu’à la limite. Si la 1ère part à la 8ème (Zbiri) il maîtrise les débats pour le lâcher la seconde qu’à la 15ème. 2 Carmen plus rentrée.

                          V. Félix à la tête d'Hélios ⇒

vauvert, trophée des vignerons,avenir,course de saumade,course camarguaiseTobias : Plus remuant que les deux précédents, il se montre présent sur tout au prix de la condition physique qu’il ira récupérer dans le couloir (3 fois). En piste, il s’engage en faisant légèrement le pas, en accélérant sur les longueurs. Sans rendre les armes, il se bat sans relâche avant de taper derrière  J Martin et  N. Benafitou (2).
4 Carmen plus rentrée.

 ⇑ Tobias et V. Marignan

Caruso : Relativement vulnérable aux principaux attributs, il se vauvert, trophée des vignerons,avenir,course de saumade,course camarguaisepositionne contre les planches, l’œil vif, il surveille et devance toute tentative.  De son placement irréprochable, il anticipe V. Marignan, V. Félix, N. Benafitou et J Martin qui ne peuvent pas toujours toucher la tête. Laisse la 1ère ficelle à 350 € à J. Martin. 8 Carmen plus rentrée.

             Caruso s'engage derrière V. Marignan ⇒

vauvert, trophée des vignerons,avenir,course de saumade,course camarguaiseTourtoulen : Vaillamment,  il laisse cocarde et glands en 1’30. Ses échanges sont  de plus en plus serrés et la corne vient menacer les mollets lors du saut. Assaillit pour une ficelle démarmaillée, il booste son énergie et répond au coup par coup avant de mettre en danger N. Benafitou. 8 Carmen plus rentrée.

 ⇐ Tourtoulen anticipe J .Martin

Eos : Relativement franc sur le raser, il n’en demeure pas moins unevauvert, trophée des vignerons,avenir,course de saumade,course camarguaise brute épaisse dans ses arrivées ou les cornes émoussés par les coups, tapent ou sa plantent dans les planches. Sur les interventions les rapides, il se lève derrière Félix (3), J Martin, N Benafitou et V Marignan (3) dont une ou il ira même se retrouver en contrepiste. 11 Carmen plus rentrée, dépouillé avant son terme.

vauvert, trophée des vignerons,avenir,course de saumade,course camarguaiseEos dans une puissante action derrière J. Martin ⇒

⇐ Rigau tamponne V. Marignan

Pour conclure, Rigau a paru dissiper. Difficile pour lui de conduire son imposant train arrière dans les rasets courbés, il se met en valeur ses finitions sur les rasets rectilignes allant même jusqu’à sauter derrière ou même tout seul. 3 Carmen plus rentrée.

 

Texte et hotos
Cyril DANIEL

LE GRAU DU ROI - COMPLETE DE NICOLLIN - AVENIR

Course du samedi 24 septembre 2016

BAYARD, EN FER DE LANCE CHEZ LES ROUGE ET VERT

Grau-du-Roi,complète de nicollin, avenir,course camarguaise

 L'application de V. Marignan sur Camarié

Entrée : 1/3

Organisateurs : SAS VINCENT RIBERA

Présidence : Marc Moucadel

Raseteurs : Droitiers : D Fougere, V Marignan, J Soler, J Vic

Gauchers : M Meric, N Benafitou, J Bouhargane, J Deslys, R Errik, Y Martin

Tourneurs : F Lopez, JR Grando, D Dunan, B Joseph

Dans cette complète de la devise Rouge et Verte, chacun dans leur style, les taureaux donnent du jeu face à une équipe, à la base déséquilibrée dans laquelle V Marignan totalise, J Soler régale par la pureté de ses raset et J Deslys rejoint par J Bouhargane s’investissent sans compter.

Grau-du-Roi,complète de nicollin, avenir,course camarguaiseMajor : Sans se surpasser, il gère son temps, l’espace…. Ses répliques peuvent être classiques comme plus présentes et intentionnées comme derrière Fougere, Deslys (2), Benafitou, Soler, Errik, Marignan et Bouhargane (Photo) où la menace à la planche surgit. Retour en musique, joué 5 fois avec une ficelle.

Camarie : Instable le temps des pompons, il se cale et se prête agréablement au jeu à droite comme à gauche en ne lâchant prise qu’à l’approche des bois. Seconde ficelle sur la tête son retour se fait dans l’indifférence ? ……

Grau-du-Roi,complète de nicollin, avenir,course camarguaiseMousquioum : Dès l’attaque, se place cul aux planches d’où il sort bien pour enchaîner  les rasets. La corne passe plusieurs fois sur les planches en conclusion avant une levée derrière N. Benafitou. Défend sérieusement sa sde ficelle avant de la laisser dans le crochet de Marignan à la 13 eme. 4 Carmen plus rentrée.

Jourdan : Brouillon et surpris en début, il Grau-du-Roi,complète de nicollin, avenir,course camarguaiseapporte plus d’application par la suite en appuyant ses poursuites sur les rasets allongés. Un peu plus récalcitrant en fin de course et usant d’un coup de tête, il conserve ses ficelles. 4 Carmen plus rentrée.

        Le regard de J Soler posé sur son crochet

 

Grau-du-Roi,complète de nicollin, avenir,course camarguaiseBayard : Une série en 30 secondes et place aux ficelles. Il répond au coup par coup, avec envie et bravoure, sans se laisser piéger dans les enchainements qu’il ne prend pas systématiquement. Sur les rasets arrêtés et étirés – Deslys, Soler, Marignan, Belgourari et Y Martin – les allonges sont limpides et sérieusement raccompagnées.  Rentre sa 2 sde ficelle démarmaillée à la 14 eme minute avec les honneurs joués 11 fois pendant.

Rostang : Décollé des planches, il répond mais termine  que rarement ce qu’ilGrau-du-Roi,complète de nicollin, avenir,course camarguaise entreprend. La 1 ere ficelle part à 1/3 du temps, la seconde à la 12 eme. 1 Carmen.

Rostang coupe la trajectoire de J Soler ⇒

Emir (Hors Points) : Sans vice, il donne sa tête pour 6 minutes 30. ⇓ Arrivée sur N Benafitou

Grau-du-Roi,complète de nicollin, avenir,course camarguaise

 

 

 

Trophée de l’Avenir : V Marignan 18, J Deslys 9, M Meric 3, J Soler 3, Y Martin 3

 Texte de Photos
Cyril Daniel

24/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *ETALONS*

Course du samedi 24 septembre 2016

Huit étalons à la Feria d'automne

blogetalon.jpg

Le tout jeune étalon de Rouquette
dans l'action du jour après Icham Oufdil

Tout frétillants, tout naïfs et bruts de décoffrage, les huit jeunes étalons (entre 2 et 5 ans) ont montré leurs qualités naissantes pour la Feria d’automne. Les huit raseteurs jouent pianissimo dans cette grande piste mais l’ensemble se laisse regarder. Le Cavallini (7e) et Layalle (3e) allient esprit bagarreur et vaillance ; Le Levant (5e), le Lautier (1er) s’améliorent en s’intéressant au jeu ; le Fabre-Mailhan (2e) et le Saumade (6e) passent leur trop plein d’énergie en de multiples sauts ; le Nicollin (4e) reste inconstant tandis que le Rouquette (8e) gratifie Oufdil et les gradins de la plus belle action de l’après-midi. Le public moitié festejaïres moitié bouvinaïres a apprécié.

Difficile de juger des qualités futures de ces cocardiers tout jeunes et "entiers", au vu de la grandeur de l'ovale, et face à des raseteurs expérimentés. Alors juste quelques lignes sur chacun d'eux pour une vision d'ensemble de la teneur de la course.

Le N.065 de Lautier allie le placement et une belle vaillance, plus une finition corne pointée après Miralles. Une jolie série rythmée sur la fin.

Le N.333 de Fabre-Mailhan affiche des velléités d'évasion contante. Il se disperse et passe beaucoup de temps en contre-piste.

Le N.334 de Layalle surprend. Placé ou le long des planches, il se montre bagarreur et peut se dresser en finition. Ne refuse rien, enchaîne de bon coeur et se soulève. 9'30 de qualité.

Le N.326 de Nicollin sort, tout vibrant de rage. Quelques rasets et saute, se promène, se disperse, se cabre dans l'action; 1 finition avec bascule après Miralles, un peu plus de stabilité sur la fin mais reste trop inconstant.

Le N.129 du Levant se laisse facilement distraire et séduire par la contre-piste au début. Entrepris, se prête au jeu, se livre. Petit à petit, trouve du placement et s'intéresse. 

Le N.333 de Saumade, véloce et sauteur, les hommes se méfient. Pas attaqué, il multiplie les évasions. Sur le raset, il reste en dedans et ne se livre pas. 

Le N.340 de Cavallini, gros gabarit, attentif et fonceur, les blancs passent au large. Quatre rasets un peu secs mais l'étalon repart de plus belle, se place, et vient avec fougue sur chaque cite. De la tenue, des enchaînements avec conviction permettant de bons échanges. 9'30.

Le 411 de Rouquette, leste et vif, il saute allègrement d'autant qu'il n'est pas submergé de travail. Oufdil part à l'aventure, pleine piste, le jeune étalon le rattrape et s'envoie après. Dommage qu'il passe trop de temps dans le pourtour. Mais bon, c'est de son âge.

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

FINALES DU TROPHEE TAURIN MIDI LIBRE - LA PROVENCE

les finales 2016,course camarguaise

NIMES
Finale du Trophée des As

les finales 2016,course camarguaiseDimanche 9 octobre 2016, 15h

Occitane : BOER
Le Rhône : BANARU
Blanc : ULMET
Cuillé : MIGNON
Saumade : SCIPION - POURPIER
Laurent : JUPITER

Réservations : 08 91 70 14 01

Amphithéâtre, 10 € ; autres places de 22€ à 37 €. 

*************

LE GRAU-DU-ROI
Finale du Trophée de l'Avenir

Dimanche 2 octobre 2016, 15h

les finales 2016,course camarguaiseNicollin : JUVENAL
Chauvet : MUSCADET
La Galère : TORONTO
Occitane : BRENNUS
Chaballier : COTI CHIAVARI
Les Baumelles : PINOT
Vellas : MARENGO

Réservations : 04 66 51 12 12

Générales, 11 € ; réservées, 15 €

************

ALES
Finale du Trophée des Raseteurs

Samedi 1er octobre 2016, 15h

les finales 2016,course camarguaiseFournier : MOURET
Le Joncas : FETICHE
Fabre-Mailhan : CASTELLAS
Espelly-Blanc : SERPATIER
Bon : TRANCARDEL
Chauvet : ARLESIEN
Le Rousty : MOKA
(remplace Absolut de Ricard, blessé)

Réservations : 06 18 48 60 48

Générales 11 €, réservées 15 €. Tél. 06 18 48 60 48. 
Vente des places aux arènes, lundi 26, mercredi 28,
vendredi 30 septembre, 10 h-12 h, 14 h-16 h.
Sam. 1er octobre dès 9 h.

 

20/09/2016

SOMMIERES ECOLE DE RASETEURS

SOMMIERESECOLE.jpg

Ce samedi 24 septembre
16h30, 5€
FINALE DE L'ÉCOLE DE RASETEURS DE SOMMIERES
concours de 6 manades

FRELON de THIBAUD - RESCAPA de LANGLADE
 MILAN de BRESTALOU - MIRILLON de SYLVEREAL
 ISARD de MERMOUX - CENTURION du PANTAI
Remise des prix en piste

19/09/2016

PEROLS **Finale des Vaches Cocardières **

Dimanche 18 septembre  2016

VOILA C’EST FINI ! LE RIDEAU EST TOMBE SUR LA

36e ANNEE DU TROPHEE DES VACHES COCARDIERES

IMG_2097.JPG

Entrée : ½ - Organisateur : Cté des Fêtes - Présidence : Joris Alvarez

Raseteurs droitiers : T Dumont – T Vacaresse (sort à la 4) – C Miralles – D Maurel - Raseteurs gauchers : JL Ricci – M Gougeon (sort à la 7) – C Clarion – N Benafitou – K Cartalade - Tourneurs : S Fargier – O Ménargues – J Dumas

Fait Marquant : L’intégralité de la recette de la course est reversée à Aziz, portier grièvement blessé dernièrement

Voilà la 36e saison du Trophée des  Vaches Cocardières s’est clôturée par une Finale qui sans atteindre les sommets de l’au-delà a été intéressante et relevée par les prestations d’Octopussy, Thérésa, Sarah et Pandora. Côtés blanc, l’on a pu ressentir tout au long de l’après-midi une ambiance bizarre en piste.  C. Clarion, N. Benafitou et C. Miralles vont de l’avant et les anciens (T. Dumont, JL Ricci) sont là pour le compliqué.

IMG_2120 - HACIENDA (Cyr) sur T VACARESSE.JPGHacienda (Cyr) : Pour sa dernière apparition en piste,  sans refus mais avec de promptes réponses en baissant la tête elle gère son temps. Saute et bouscule un spectateur en contre piste et se dresse derrière Clarion. Le Carmen final honore sa carrière.

IMG_2130 - PANDORA (Les Baumelles) sur T VACARESSE.JPG

Pandora (Les Baumelles) ⇒ : Pas facile à manœuvrer du fait de sa mobilité, elle n’en demeure pas moins compliquée quand elle s’arrête. Les hommes essaient de la prendre par défaut, elle remet de l’ordre soit par un départ anticipé soit par un tampon aux planches (N. Bénafitou). Rentre ses ficelles avec les honneurs entendus 2 fois.

IMG_2173 - OCTOPUSSY (Chapelle) sur N BENAFITOU.JPGOctopussy (Chapelle) : 3 minutes pour voir le IMG_2166 - OCTOPUSSY (Chapelle) sur T DUMONT.JPGpremier raset et ça démarre de là. Rapide comme l’éclair et vite retournée, elle prend les séries et s’en dégage quand bon lui semble. Malgré ses passages à la faute les hommes ne lui montent pas par-dessus. Quelques approches des bois d’une corne menaçante, une action derrière Ricci; N Benafitou et Cartalade et la cocarde au toril à 250 €. 3 Carmen plus rentrée.

IMG_2216 - THERESA (Blatière-Béssac) sur M GOUGEON.JPG

Thérésa (Blatière-Béssac) : Vaillante, elle se chauffe progressivement pour intentionnées ses répliques, sèches et agressives. Positionnée dans le terrain des planches elle pousse sur les longueurs pour se lever à l’arrivée derrière Clarion (3), N. Benafitou, Gougeon, et Maurel au terme d’une poursuite effrénée. 5 Carmen plus retour fortement applaudie.

IMG_2235 - VALSIERE (Chaballier) sur D MAUREL.JPGValsière (Chaballier) : La triple cocardière d’or nous avait habitué à mieux. Aux planches, elle est la même, seule la puissance est moindre. Une demi-douzaine quand même derrière Cartalade, Clarion (2), Miralles, Maurel et Dumont. Entre temps, tantôt décollée des planches, tantôt au milieu, elle se reprend….. 2 Carmen plus retour.

Sarah (La Galère) : Battante, elle s’engage en IMG_2250 - SARAH (La Galère) sur C MIRALLES.JPGtournant la tête à l’approche du crochet et accélère sur les longueurs pour se propulser sur les planches. Bascule derrière N. Benafitou, rebondie derrière Clarion, Miralles (2) avant de se propulser aux trousses de Maurel. Rentre en musique  (jouée 2 fois) sa 1 ere ficelle à 300€.

IMG_2275 - BAIONNETTE (Pagès) sur C CLARION.JPG⇐ Baïonnette (Pages) : Vaillante elle baisse la tête en s’engageant sur le raset. N. Benafitou, Dumont,  se feront raccompagnés au-dessus des bois. Rentre son 1 er gland avec les honneurs entendus 2 fois.

Palunenque (Nicollin) : IMG_2302 - PALUNENQUE (Nicollin) sur D MAUREL.JPGCrainte, les hommes tardent. Rasetée, elle s’engage sans poser de difficulté, pas plus sur le raset qu’à son arrivée où elle glisse le long des planches hormis derrière Maurel ou elle tape avant d’enjamber…… 1 Carmen plus retour.

IMG_2308 - AGATHE (La Galère) sur C MIRALLES.JPG⇐ Agathe (La Galère) : La barricadière de service, malgré quelques retenues à l’approche des planches nous a gratifié de jolis engagements sur Clarion (2), N. Benafitou et Ricci… Des Carmen, 4, rentrée incluse.

*******************

 Palmarès :

Cocardière d’Or avec 8 voix : Octopussy (Chapelle)

Cocardière d’Argent avec 7 voix : Valsière (Chaballier)

Meilleure Vache de la Finale : Thérésa (Blatière-Béssac)

Raseteurs : T. Dumont  174 pts – T. Vacaresse  142 pts – JL Ricci 69 pts

 

********************

 

 TROPHEE DES VACHES COCARDIERES
ELECTION DE LA COCARDIERE D'OR 2016

 IMG_2087.JPG

Dimanche en fin de matinée, devant une cinquantaine de personnes et en présence Monsieur Jean-Pierre Rico, Maire de la commune qui d’ailleurs rappela l’attachement de sa ville au maintien des traditions, le bureau du Trophée Philippe Thiers a procédé au dépouillement du vote de la 36ème Cocardière d’Or.

Sur 26 enveloppes envoyées (membres du bureau + organisateurs), 21 ont été réceptionné…

Au coude à coude tout au long de l’ouverture des enveloppes, Octopussy (Chapelle) a été élue avec 8 voix Cocardière d’Or 2016, Valsière (Chaballier) Cocardière d’Argent avec 7 voix, alors que Theresa (Blatière-Béssac) arrivait 3eme avec 6 voix.

                                     Texte et Photos
CYRIL DANIEL

      

LE GRAU-DU-ROI *TROPHEE DES AS*

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

Course du dimanche 18 septembre 2016

Marignan et Scipion prennent la Mer

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

Un des multiples coups aux planches de Margasse,
ici sur Vincent Marignan

Entrée : archi-plein. Organisateur : SAS Ribera. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Chekade, Katif, Marignan, Soler. Gauchers : Aliaga, Bouhargane, Four, Poujol. Tourneurs : Labrousse, Fouque, Dunan, Ull, Daniel.


En ce jour de finale du Trophée de la Mer, l’avant-course est pétillante affichant devant des gradins conquis, l’enthousiasme d’une chevauchée camarguaise et le charme d’une ribambelle d’Arlésiennes et d’enfants. La remise des prix est grandiose, récompensant Vincent Marignan (1er), Chekade (2e) et Aliaga (3e), I. Benafitou, meilleur animateur. Scipion de Saumade se taille la part du lion cumulant le Trophée de la Mer (course du 11 septembre) et le prix des CT graulens sur la saison. Robert Crauste, maire, offre la médaille de la ville à Sabri Allouani pour l’ensemble de sa carrière et le bouquet à Denis Labrousse, tourneur, pour sa dernière année de piste. La course en elle-même manque d’un raseteur meneur et du coup, le liant fait défaut malgré - et c’est à souligner - l’envie évidente de bien faire. Côté taureaux, Chico se démarque en 1re partie, et les barricadiers Optimus et Margasse y vont d’une grosse ration d’embardées aux planches. Ratis reste, en ce jour, bien difficile à séduire.
Trélus (Saumade).- Sans se départir de son calme, il montre du caractère, le long des planches, pour des ripostes poussées. Aux ficelles, se cabre après Marignan, I. Benafitou, Aliaga. 8’40 de bon ton. 3 Carmen et retour.
Sugar (Nicollin).- Attaqué bon train, baroule d’un raset à l’autre menaçant de ses cornes pointées. Plus stable aux ficelles, disponible droite-gauche, les actions sont plus affirmées et il conclut droit devant. 13’30 classiques et agréables. 4 Carmen et retour.

Chico (Lautier).- Bien posté et gérant ses déplacements, il règle la course à sa mesure. Des séries prestement enchaînées, finitions au ras des planches, quelques moments de calme et repart au charbon. Il se bat intelligemment et énergiquement et rentre ses ficelles. 9 Carmen et retour.
Ratis (Raynaud).- Tamponne après Aliaga, I. Benafitou et repousse les hommes pour 4’30 les rubans. Aux ficelles, ce n’est pas la cohue, son placement est irréprochable et il n’accepte pas les tourneurs trop près. En revanche, les droitiers doivent vraiment le rentrer pour qu’il s’engage et les gauchers ne lui mettent pas assez la pression. Deux-trois gros coups après Aliaga, Poujol, mais trop de retenue. Malgré les primes qui s’envolent, les ficelles rentrent. 7 Carmen et retour.
Optimus (Les Baumelles).- Il a des fourmis dans les pattes et les raseteurs ne lui offrent qu’un travail décousu. La première offensive est pour I. Benafitou. Puis les actions s’enchaînent tonitruantes et frappantes. Une bonne dizaine pour autant de Carmen. Une ficelle rentre avec les honneurs.
Margasse (Rambier).- Lui affectionne les droitiers. L’étalon au puissant caractère affiche son calme entre deux déchaînements aux planches. Au moins seize violents impacts et Poujol qui lui extirpe une action à gauche. Carmen en boucle et au final avec ses ficelles.
Jazz (Hervas, hp).- Il n’est pas dans un bon jour, et signifie vite qu’il n’a pas grande envie. Quelques séries mollassonnes et trois coups aux planches (3 Carmen). Il est temps de passer à la remise des prix.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA


POINTS - PRIX
Trophée des As : Chekade, Four, 19, 5 ; I. Benafitou, 12 ; Katif, Aliaga, 7,5 ; Poujol, 6 ; Bouhargane, 1,5.


Trophée de la Mer
1. Vincent Marignan, 60 points ; 2. Chekade, 30,5 ; 3. Aliaga, 28,5. Meilleur animateur : I. Benafitou. Meilleur cocardier, Scipion de Saumade.

Prix des clubs taurins graulens (Union taurine, Dur, Lou Seden, l'Aficion)
Meilleur cocardier de la saison, Scipion de Saumade

AVANT-COURSE

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

La Camargue recèle tous les talents. Mis en scène par Patrice Blanc, le mouvement et les couleurs emplissent la piste en des tableaux chatoyants et rythmés. La beauté des chevaux, la rigueur de l'ensemble, l'enthousiasme au service de la technique des cavaliers et cavalières impeccables dans leurs tenues assorties, conquièrent les spectateurs. Musique entraînante pour carrousel pétillant, et un grand coup de frais sur les traditions.

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

Arlésiennes en ribambelles, gracieuses et souriantes, des enfants à qui transmettre, en un clin d'oeil aux soixante-dix ans de la fête du Grau-du-Roi. La capelado peut commencer sur un "Raseteur" chanté par le ténor sur l'air du toréador.

Les groupes participants : Les Groupes de Tradition, Lou Rian de Prouvènço d'Avignon, Lou velout Pescalune de Lunel, Pichoto Camarguo de Mauguio, Li Cabidoulo du Cailar, Le Temps du costume de Nîmes, les cavalières et cavaliers de l'Association Traditions du Sud. Et Patrice Blanc.

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

le grau-du-roi,trophée de la mer,marignan,scipion,course camarguaise

 

18/09/2016

LE GRAU-DU-ROI *AVENIR*

Samedi 17 septembre
 
Des qualités à chaque place

GDRLOUGUECHOUPHLSB.jpg

Lou Guechou supérieur grâce à ses anticipations,
ici sur Marignan

 
Une après-midi satisfaisante qui termine avec un Pirate pétaradant après la bonne entame de Prieur, le plaisant et régulier Caraque, les anticipations de Lou Guechou, un Quarante Sous un peu trop baladeur mais qui réplique avec conviction, Gigolo qui n’en rate pas une pour s’illustrer aux planches, Milo et sa vitesse d’exécution. Chacun entend les honneurs au retour.
L’équipe des blancs fait le job avec de jolis moments malgré quelques passages de mauvaise pression sur les taureaux, jeunes notamment.
Prieur (Bon).- Des enchaînements, des coups de barrières, quelques sauts pour un premier qui, une fois placé, appuie ses finitions. 11 minutes.
Caraque (Chauvet).- Cornes pointées, ce joli cocardier se livre avec envie jusqu’aux planches. Bien positionné, à l’affût, il pousse fort après les hommes. Classique, régulier et travailleur, il fournit 10’30 de qualité. 
Lou Guechou (La galère). - Les rubans volent vite mais aux ficelles, une fois placé, les hommes s’en méfient. Marignan, Zekraoui pour les plus assidus. Attentif, Lou Guechou anticipe le départ des rasets et sa vitesse fait merveille jsuqu’aux planches. Les enfermées se succèdent, ça passe juste et Errik lève la 2e ficelle sur le gong.
Quarante Sous (Saint-Antoine).- Vif, rapide, il ne trouve pas sa place et se déplace sans arrêt, cela nuit à sa prestation, dommage car quand il vient, c’est toujours avec conviction et les cornes dangereusement pointées. Sur une action, il se coince la patte arrière entre le marchepied et la planche, et doit réintégrer le toril (11e)
Gigolo (Michel, 6 ans). - Dès la trompette, il est dans le rythme, poursuit Dunan qu’il placarde sur les tubes. Placide d’allure et classique dans les rasets, il ne rate pas une occasion de s’illustrer aux planches. Surveille tout, enchaîne et frappe en rafale (dont un énorme sur Zekraoui). Pas trop de placement mais un cœur énorme et beaucoup d’investissement en conclusion. 13 minutes.
Gigolo sur Marignan

GDRGIGOLOPHMALI.jpg

 
Milo (Le Ternen, 6 ans).- Léger et vif, il va vite et se propulse le pitre aux planches. Souple des pattes arrière, il se retourne comme un chat. les hommes le délaissent ou un temps. Puis ça repart, il collabore consciencieusement et peut s’engager haut et fort. Rentre une ficelle.
Pirate (Blatière-Bessac, 7 ans).- Une force de la nature, brut et querelleur. Pas de blanc à l’horizon, il part à l’abordage des planches. Se gaspille un peu mais quand on lui propose un duo, il se jette méchamment. Ça pète de partout et une belle rafale de quatre impacts d’affilée. Puissant et finisseur rentre une ficelle au terme de ses 10 minutes. 
MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI - LAURENT SONZOGNI
 
Trophée de l'Avenir : Dunan, 12 points ; Marignan, 9 ; Zbiri, 3.
Entrée : 2/3 d'arène. Org. SAS Ribera. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Chekade, Dunan, Marignan, Vic. Gauchers : Errik, J. Martin, Zekraoui, Zbiri. Tourneurs : Lieballe, Dunan, Ull, Joseph.

 

16/09/2016

LE GRAU-DU-ROI *Trophée des As*

Course du jeudi 15 septembre - 2e journée du Trophée de la Mer
 
Lebrau et Mustang tiennent tête
 
Grosse équipe de raseteurs pour cette 2e journée du Trophée de la Mer et un rythme trépidant imposé aux taureaux. Les plus compliqués ou costauds ont tenu, Ivanhoé, Lebrau et Mustang, les autres sont passés très vite, parfois sans démériter, mais face à plus fort qu’eux.
Cadenas bien sûr impressionne par son implication qu’il paye cash quand Lebrau le rattrape, le déséquilibre et le malmène à la planche, l’obligeant à quitter la piste (contusions).
Au terme de l’après-midi, Marignan est toujours en tête du Trophée de la Mer avec 42 points et il viendra défendre ses chances lors de la finale, dimanche (2e Favier,  27 ; 3e Aliaga 21).
Ivanhoé (Blatière-Bessac).- Se rebelle à chaque action qu’il veut bien prendre, en passant le pitre ou ses cornes “bisques”. Promène les hommes, à son rythme. Quelques chaudes actions (Chekade, Cadenas, Benafitou). Sans presque jamais se poser, il lâche sa 2e ficelle à Cadenas ; 14 minutes. 5 Carmen et retour.
Santen (Les Baumelles).- Une rafale et les pompons volent. Se poste, reste volontaire, Cadenas subjugue par ses rasets “templés”, régulant la charge du taureau et prenant le temps de poser son crochet. Les ficelles s’effilochent, sans répit les hommes travaillent. Santen pousse jusqu’aux planches mais face à ces crocheteurs avisés, 8’30 suffisent. 3 Carmen et retour. Au fait, les deux ficelles à Joachim.
Camaï (Vidourlenque).- Il est fougueux et se livre sincèrement, une série et les rubans volent. Placé, garde du jus, s’applique, et s’engouffre sur chaque cite. Les hommes s’enhardissent, c'est la pagaille, le jeux devient dangereux, le président de course sort le tourneur Joseph pour ce taureau. Camaï ne démérite pas mais la pression est intense et 6 minutes sonnent le gong.
Lebrau (Laurent).- Leste, versatile, les blancs partent à l’abordage. Cadenas s’engage dans les cornes, Lebrau le déséquilibre, le malmène à la planche (1'30). A la reprise de la course, Joachim sorti, les hommes reprennent le rythme. Lebrau riposte, enchaîne, et peut conclure haut et fort et basculer après (Zekraoui, Aliaga). Un ou deux sauts, montre sa méchanceté et son esprit combatif. 11’30 émotionnantes. 3 Carmen et retour.
Mustang (Cuillé).- Constamment en déplacement, ses débuts sont décousus pourtant il s’implique dans les échanges pour pousser jusqu’au ras des planches. S’assagit et se prête aux longueurs (Aliaga, Favier, Marignan, Chekade) et met les gaz après I. Benafitou, Favier. Garde une ficelle. Multiples Carmen.
Cupidon (Cavallini).- Fougueux, brutal et puissant, il aligne deux coups aux planches mais malheureusement se blesse. 4 minutes, retour en musique.
Papalino (Chaballier, 10 minutes, hp).- Vif et remuant, les hommes mettent un moment à l’aborder. Lui, exprime sa méchanceté sur tout ce qui bouge. Entrepris, sa fougue se libère dans de grands éclats aux planches où il laisse beaucoup d’influx. La dernière minute, il a moins de mordant mais tape encore après Ciacchini. Des Carmen.
 
MARTINE ALIAGA
 
Trophée des As : Cadenas, 18 points ; M. Favier, 18 ; Chekade, 11; Zekraoui, 6 ; Aliaga, 4 ; Benafitou, 4 ; Four, 3 ; Ciachhini, 2.

 

* Finale du Trophée de la Mer, dimanche 18 octobre, 15h45 avant course signée Patrice Blanc, 16h, 12€, finale. Réservations : 04 66 51 12 12 *