Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/09/2016

PEROLS * Finale des Vaches Cocardières *

18/09/2016Trophée des Vaches Cocardières
Finale du Trophée Phiippe-Thiers

 Qui pour succéder à Valsière (Chaballier)
 et Thomas Dumont ?

pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaise

Après la Provence en 2015 (Saint-Martin-Crau), le Trophée Philippe-Thiers, Trophée des Vaches Cocardières sera de retour en Languedoc, à Pérols plus exactement, le dimanche 18 septembre  pour sa 36e Finale. Ce sera également l’occasion de renouer avec Daniel Siméon, qui avait ouvert, les années précédentes (2007, 2008, 2010, 2012,  2014), les arènes du Grau-du-Roi à cette finale qui organisée dans le cadre de le fête locale  s’attirait un record d’affluence.

Dernièrement donc, c’est à l’issue de la dernière course à Saint-Chaptes, et après les 14 courses inscrites au calendrier, que les membres du Trophée Philippe-Thiers se sont réunis afin d’établir l’affiche de cette finale qui d’ores et déjà, sur le papier, s’annonce pétillante, spectaculaire, fort captivante et créatrice d’émotions et sensations.

Il faut dire, qu’avec les vaches, la déception est rarement, voir quasiment jamais d’actualités.

Voici en quelques lignes les vaches retenues :

pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaiseHacienda (Cyr) : Déjà évoquée l’an dernier, Hacienda est une vache vaillante, qui baisse la tête sur les sollicitations dont les plus allongées peuvent se conclure aux planches – Elle a pu être vu en 2016 à Marsillargues.

Agée de 11 ans (n°563), cette finale devrait être sa dernière apparition en piste, son propriétaire souhaitant désormais la réserver pour la reproduction.

pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaise

Pandora (Les Baumelles) : D’un tempérament vif et sérieux, elle anticipe chaque départ et accélère sur ses trajectoires, empêchant ainsi les hommes à poser leur crochet sur son frontal. Ses réparties sont suivies et intentionnées. Remarquée les saisons précédentes, ses sorties 2016 ont été Cabannes (26/07) et Vauvert (16/08)

pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaise

 

Octopussy (Chapelle) : La Cocardière d’Argent 2015 est une classique très rapide et anticipatrice dans ses réactions, qu’elle termine au fil des barrières. Partenaire idéale et non sans danger, ses dégagements la rendent imprenable

A chacune de ses sorties, Vestric (20/05), Cabannes (27/07), Vauvert (16/08), Saint-Chaptes (20/08), elle a rentré la quasi-totalité de ses attributs.

Sarah (La Galère) : Appelée en remplacement de Comette (Raynaud) blessée pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaisedepuis a course de Vauvert, c’est une vache sûre qui sait être cocardière mais aussi spectaculaire ce qui lui a valu d’être élue Meilleure vaches de la finale au Grau du Roi en 2014.

Ses courses en 2016 : 28/03 Pelissanne, 20/05 Vestric et Candiac, 11/06 Codognan, 14/07 Générac

pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaiseBaïonnette (Pagès) : Lauréate des courses de sélection 2013 à l’âge de 5 ans (n°802, elle ne cesse de progresser d’une année sur l’autre. C’est une battante qui ne rend jamais les armes, qui s’échauffe au fil du temps pour conclure spectaculairement, ce qui lui valut le prix de Meilleure vaches de la  Finale 2015 à Saint-Martin de Crau.

Ses courses en 2015 : Gallargues Le Montueux (01/05), Vestric et Candiac (23/05), Codognan (11/06), Cabannes (26/07) et Vauvert (16/08)

Valsière (Chaballier) : Est-ce réellement nécessaire de présenter cette cocardière pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaisede la manade Chaballier, âgée de 10 ans (n°605) qui a déjà ramené à sa devise 3 titres de cocardières d’or (2012, 2014, 2015).  Cocardière certes, ses arrivées sont explosives aux planches où sa corne vient toujours menacer la tenue blanche. Trois sorties en 2016: Générac (14/07), Marsillargues (2/08) et Vauvert (16/08) où elle gagnera le Trophée de la Ville….

pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaiseThéresa (Blatière-Bessac) : Bien trempée dans le moule des Iscles, c’est une battante qui ne demande qu’à être bousculée pour se mettre à l’œuvre du haut de ses 12 ans (n°448).  Rapide, corne menaçante, ses engagements aux planches en font une cocardière redoutée et redoutable…  Qui n’a pas en mémoire cette course du 12/07 à Aimargues qui fut tout simplement explosive.

Ses sorties 2016 : Aimargues (12/07) Vauvert (16/08)

 

Palunenque (Nicollin) : La plus jeune de cette finale -7 ans (n°945), elle est la pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaiselauréate des courses de sélections 2016 et ne peut en conséquence concourir pour le titre suprême, ni pour le prix de la Finale. D’une stature imposante et rapide, ses réactions de terminent dans la majorité des cas par une envolée au-dessus des planches. Chacune de ses sorties 2016  (Aimargues, Marsillargues) s’est transformée par une prise d’air, ne recevant que quelques tentatives d’approche.

pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaiseAgathe (La Galère) : Rien de tel pour conclure une course. Les planches ne sont pas un obstacle pour elle, en venant s’y écraser sans retenue comme ce fut le cas en 2016 à Vestric-et-Candiac (01/06 et 15/06)  dans le cadre des sélections  à Cabannes (26/07), recevant le titre de Demoiselle de Provence et à Pérols (09/08).

 

Autant dire que les tenues blanches, au nombre de 12 pérols,vaches cocardières,finale,course camarguaiseaidées par 4 tourneurs ne passeront pas un après-midi de tout repos dans cette piste de Pérols. D’autant plus que les jeux semblent être faits.  En première place, nous retrouvons le triple vainqueur (2009 – 2010 et 2015), Thomas Dumont (171 pts), suivi par la tout jeune Tom Vacaresse (137 points) et le vétéran Jean-Louis Ricci (59 points). S’en suivent, Cédric Miralles (51 point),  Kevin Cartalade (38 points), Marc Sanchez (37 points), Jérémy Pinter (30 points), Christophe Clarion (28 points), Jeoffrey Ferriol (25 points), Sofiane Benammar (24 points), Mickael Gougeon (20 points) et Antoine Charrade (17 points).

 

La remise des prix, récompensant les 3 premiers raseteurs classés (à condition qu’ils soient présents à la finale sauf blessure) la Cocardière d’Or, la Cocardière d’Argent, la lauréate des courses de sélection et la Meilleure Vache de la finale clôturera cette 36ème Finale des Vaches Cocardières.

Programme de la journée :

10h00 – Election de la Cocardière d’Or 2016 dans les arènes

12h30 – Repas (sur réservations)

16h00 – XXXVIème Finale de la Cocardière d’Or

                                                 Texte et Photos Cyril Daniel

11/09/2016

LE GRAU-DU-ROI *TROPHEE DES AS*

Dimanche 11 septembre 2016


5, 4, 6, le tiercé gagnant
de cette 1re journée du Trophée de la Mer

SCIPIONALIAGAPH MALI.jpg

Une belle embardée de Scipion
aux trousses de Jérémy Aliaga


5e, c’est la place de Scipion, excellent, hier au Grau, anticipateur et concluant ; 4, pour Ulmet malgré son exclusivité pour les gauchers ; 6 pour Arlésien et ses finitions dans une très bonne 2e partie. Et un Vincent Marignan, qui avec aisance, se place en tête de la compétition. Voilà l’essentiel.
En détail, une première partie languissante, bétail décevant et peu dynamisé par les raseteurs. Dans l’ensemble, en blanc, Aliaga, Favier, Zekraoui (Bouhargane en phase de reprise après blessure) pour une gauche combattante ; Ilias Benafitou et Vincent Marignan à droite.
Poulidet (Cuillé).- Remplace Loubard blessé. Inconstant et randonneur, il choisit ses cibles sur lesquelles il fuse parfois dangereusement. Plus un coup de revers prononcé dans un long quart d’heure.
Cohiba (Fabre-Mailhan).- Classique, enchaîne, peut faire le pas au départ, disponible sous le travail bien réparti des hommes. Gauche-droite, un regain des blancs à l'assaut de la 1re ficelle démarmaillée, levée par Aliaga (13e) l’autre rentre. 5 Carmen et retour.
Serpatier (Espelly-Blanc).- Les premières minutes sont prometteuses mais il manque vite de conviction dans ses ripostes. Pourtant reste attentif, et s’engage à plusieurs reprises dans des séries intéressantes. Le travail des blancs manque de liant, lui reste un peu mollasson et semble ne pas trouver le bon placement. Rentre une ficelle. 1 Carmen et retour.
Ulmet (Blanc).- Placement, agressivité, et cette corne qui raccompagne méchamment jusqu’aux planches et même plus. Trois minutes trente pétillantes pour les rubans. Affiche une nette préférence pour les gauchers qui régalent. Favier, Aliaga, Zekraoui, Bouhargane multiplient les cites, Ulmet les actions chaudes et percutantes. En fin de temps, se réserve un peu plus et rentre une ficelle. Une multitude de Carmen et retour.
Scipion (Saumade) affiche vite sa forme et sa méchanceté. Se livre en rythme aux pompons. Aux ficelles, positionné, tient tout le monde à l’œil. Les anticipations sont superbes (I. Benafitou, 2 fois) et brillamment conclues. Après Aliaga, Zekraoui, Favier, les engagements sont puissants; Favier en danger pour une longueur ; des frappes (Marignan, Aliaga, Benafitou), des enfermées. Anticipe et menace Bouhargane tout du long, le rattrape et l’oblige à plonger en contre-piste. Accroche la jambe de Favier. Brillant, cocardier et finisseur, rentre une ficelle, la première étant levée par Marignan sur le gong. Une symphonie de Carmen.
Arlésien (Chauvet).- Lui aussi attaque tambour battant (1’40 les rubans). Puis enchaîne sur un bon tempo avec Aliaga, Marignan, tape sur Favier. Accélérations, conclusions, tout y est. Se décolle parfois, fait voler quelques planches mais reste performant. Se bat pour un tour de sa 1re ficelle, et dans la foulée laisse la 2e à Marignan. 11 minutes. 10 Carmen et retour.
Coti Chiavari (hp trophée mais compte pour “la Mer”).- Le premier face-à-face est long à se dessiner mais correctement cité, Coti Chiavari se met au diapason et s’engage aux planches. Les raseteurs ne se démènent pas pour le faire briller, lui répond présent mais le rythme est tombé. Un petit final mais tout de même une bonne ration de musique pour une ficelle qui rentre.


MARTINE ALIAGA


Trophée des As (coefficient 1,5) : Aliaga, 17 points ; I. Benafitou, 12 ; Ciacchini, 9 ; M. Favier, 9 ; Zekraoui, 7,5 ; Bouhargane, 6 ; Katif, 3.
A noter que Vincent Marignan (Trophée de l’Avenir) totalise 33 points.

**************

IMG_6735.JPGEn ouverture, Renaud Vinuesa et ses 5 cavaliers présentent un tri en piste. 6 superbes chevaux camargue, 12 taureaux et deux simbeu, chaque bête porteuse d'une devise d'un des cocardiers de la course (7) à rentrer au toril, dans l'ordre de sortie. Pas si évident avec un petit récalcitrant qui se joue des cavaliers et feinte à maintes reprises pour se cacher dans le troupeau. Au final, un ballet réglé au millimètre, une belle démonstration de patience et de maîtrise. "Carmen"

IMG_6745.JPG

*******************

LANSARGUES *AVENIR, 58e Finale du Trident d'Or*

Course du 11 septembre 2016

LA MANADE GILLET (203.5) DEVANCE
LA MANADE BLANC-ESPELLY (195)

POUR LA 58e FINALE DU TRIDENT D’OR

lansargues,finale trident d'or,course camarguaise

Petite édition que cette 58ème Finale du Trident d’Or. Pourtant le Club Taurin Frédéric Durand n’avait pas lésiné dans l’organisation avec Arlésiennes, Gardians, Pena et ce malgré une concurrence toute proche (Castries – Grau du Roi). Mais cela ne fait pas tout. En course camarguaise, il y a certes l’organisation, le public, des hommes en blanc et surtout des taureaux. Ce sont ces derniers aujourd’hui qui ont légèrement déçu…. Est-ce par le simple fait que lorsque l’on prononce le mot « Finale » on s’attend à quelque chose de plus  que dans une autre course normale ? Peut-être.

Quoiqu’il en soit, aujourd’hui les manades Gillet et Espelly-Blanc clôturaient, avec cette finale la compétition du Trident d’Or 2016. Sur cette course, s’il fallait retenir un taureau, ce serait Argentin de Gillet (qui d’ailleurs remporta le prix de meilleur élément de la journée). S’il fallait en retenir deux, on pourrait  ajouter Listoun de Blanc-Espelly. Pour le reste, le sentiment reste mitigé. L’avenir nous le dira.

Chez les hommes, L. Bressy  (avec 108 pts) conserve sa première place et reçoit le crochet d’or, J. Gaillardet (avec 94 pts) grimpe à la deuxième place (crochet d’argent), coiffant sur le poteau L. Matéo  (84 pts) écarté sur blessure. S. Dunan est déclaré Animateur du jour. Y. Pradier en 1ère partie et Johan Gaillardet d’un bout à l’autre a mouillé le maillot. L. Bressy s’est bien impliqué tandis que M Méric.,  G Montesinos et J Martin furent plus en retrait.

Côté présidence, pas de soucis majeurs, ça maîtrise sauf par moment avec le CD de Carmen qui déclenche prestement. Nous dirons que l’homme à le doigté facile mais bon, c’était jour de fête, il faisait beau, alors pourquoi pas ?

Pour la Manade Blanc-Espelly : En première position Escourial (n°902) très lansargues,finale trident d'or,course camarguaisemobile est rapidement délesté de ses principaux attributs (1’30) avant de s’échauffer, d’appuyer ses réponses derrière Bressy, Dunan (2), Montesinos avant de signer une belle enfermée en fin de quart d’heure sur Dunan. 6 Carmen plus rentrée. Florestang (n°913), troisième est un adversaire facile. 3 minutes et il ne lui reste qu’une ficelle à défendre qu’il laissera 4 minutes plus tard. 1 Carmen. lansargues,finale trident d'or,course camarguaiseEt pour finir ce trio de la devise Jaune, Rouge, Bleu, Listoun (n°925), cinquième est plein de bravoure. Légèrement anticipatif, il ne lâche pas prise, il accélère sur les trajectoires. Placé il s’engage bien, répond des deux côtés, mais au fil du temps, ce montre moins intensif. Est-ce par épuisement ou par un lâché d’armes ? 13 minutes  récompensées par le disque qui avait tourné 4 fois auparavant.

 

Pour la manade Gillet : lansargues,finale trident d'or,course camarguaiseSecond, Berlioz (n°949), après quelques tours de chauffe, va entreprendre les choses sérieuses. Il s’engage fort sur le raset, fait légèrement le pas et use d’un petit coup de tête. Régulier durant son temps de course il reçoit 3 Carmen renouvelé à son retour au toril. Quatrième, Argentin est loin de faire le lansargues,finale trident d'or,course camarguaisetango. En arrière il ne va pas. Surpris en début, il réalise vite qu’il n’est pas sur une piste de danse mais dans une piste d’arènes. Alors les choses sérieuses vont commencer. Ses engagements sur les rasets sont vifs et intentionnés (Pradier, Bressy, mais son point fort, demeure dans ses arrivées aux planches cornes menaçantes. Il ira même jusqu’à les taper derrière Gaillardet (2), Dunan. A la 7ème, dans une action d’envergure, il rejoint Gaillardet contre le mur d’enceinte. Encore vert tout de même, il s’incline peut avant la fin de son temps règlementaire. 9 Carmen plus retour fortement applaudi. En dernier, Lutin (n°958) a donné une impression lansargues,finale trident d'or,course camarguaised’inachevée. En début, le biou est présent, il termine par une corne menaçante au-dessus des planches, passe la tête. Puis progressivement l’activité blanche s’estompe, le taureau demande de plus en plus d’engagement et ses réactions sont moins incisives. 6 Carment tout de même rejoué à son retour avec sa seconde ficelle.

Lutin serre de prés L. Bressy

Texte et photos
CYRIL DANIEL

 

 

DISPARITION

Dimanche 11 septembre 2016

Virat s'est éteint


BLOGVIRAT1.jpg
Il s’est éteint dans son paradis sur terre, le Mas d’Anglas, choyé par ses gardians. Il repose désormais au pied de sa statue qui veille sur ses frères de manade et sur les prés du Cailar. A 21 ans, Virat a tiré sa révérence après huit années d’une douce retraite. Né en 1995 de la vache Vivo et de l’étalon Belori, sous l’ère Jean Lafont, le N.507 a grandi auprès de son nouveau propriétaire Louis Nicollin (1997) à qui il offrira le Biòu d’Or en 2002 puis en 2004. Et de multiples récompenses de 2001 à 2008, jusqu’à sa despedida en août 2009 aux arènes où il avait débuté, à Beauvoisin.

Entre-temps que de souvenirs, que d’images, que d’émotions... Un beau cocardier, fier dès son entrée en piste, généreux dans ses poursuites, noble dans le combat et finisseur avec panache... Un taureau courageux qui perd un œil en 2003 à la finale du Trophée des As, à Arles, et surmonte son handicap pour revenir plus fort et gagner le titre suprême au bout de cette magnifique saison 2004. Et des blessures à répétition qui perturbent sa carrière... Dont celle de la finale des As 2004 où victime de sa vaillance, il se fait un traumatisme cervical. Ah Virat ! Tu as marqué cette décennie-là, et la carrière de raseteurs comme Sabri Allouani, Benjamin Villard, Hadrien Poujol et bien d’autres.
Ah Virat ! Tu as rejoint au ciel le paradis des grands cocardiers où les Seigneurs de Camargue demeurent à jamais. Dans nos mémoires, gravés pour toujours, tes exploits sur le sable des pistes, ta devise rouge et verte, fièrement portée. Ah Virat, ta statue a désormais une âme puisque tu es enterré à ses côtés.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA

BLOGVIRATSTATUE.jpg

La statue a maintenant une âme,
celle de Virat enterré à ses côtés

*****************

10/09/2016

LA FETE DU GRAU DU ROI

Du 10 au 18 septembre

Le Grau rime avec taureaux

bloggdrPHMALI.jpgSeptembre, l'été en pente douce... Une pression touristique un peu moins forte et un “village” qui retrouve son rythme, ses habitudes et sa fête qui, depuis 1946, n’a pas changé sa date. Alors dès aujourd’hui, au rythme des bandas et peñas, Le Grau-du-Roi s’attaque à neuf jours de manifestations, de foire, de bals... avec pour ambition la bonne humeur et pour emblème le taureau. Ancré dans cette terre de Petite-Camargue, le biòu est de toutes les animations : lâcher de taureaux, toro-piscine, abrivado, bandido, encierro et courses camarguaises.
Vincent Ribera en charge de la programmation des arènes et Sabri Allouani, responsables des courses, ont concocté un programme sérieux, qualitatif et attrayant. « Ces arènes méritent des affiches à la hauteur de leur réputation. Le public nous est fidèle, on ne peut pas se manquer. Les trois courses, Trophée des As, du Trophée de la Mer respectent le niveau d’exigence de la piste, alliant les purs cocardiers et le panache des barricadiers. Côté raseteurs, les meilleurs bien sûr, comme il se doit au Grau ». L’effort de l’organisateur a aussi porté sur les courses comptant pour le Trophée de l’Avenir : « Quatre sont gratuites, et nous aurions pu nous contenter de taureaux de seconde catégorie. Pas du tout ! Là aussi la renommée des arènes et le respect du public nous obligent au meilleur, donc pratiquement tous les taureaux qui ont fait parler d’eux sont présents, tout comme les raseteurs ».
Et Sabri Allouani de conclure : « On veille aussi à l’équilibre taureaux-raseteurs pour que chaque partie puisse s’exprimer au mieux... »
Des portiers, aux guichetiers, areneros, sonorisateurs, président de course, etc. tout ce petit monde des arènes est fin prêt à accueillir le public pour des moments d’aficion partagés.


TEXTES ET PHOTOS
MARTINE ALIAGA


TOUTES LES COURSES

BLOGGRAUDUROI1_2.jpg


Avant le Revivre (24 et 25 septembre) et la finale du Trophée de l’Avenir (2 octobre), huit courses sont proposées.

Mardi 13 septembre
Trophée de l’Avenir. 16 h, gratuit.
Raynaud : COCOGNON, Les Baumelles : SOUVIGNARGUAIS, Blatière-Bessac : DINGO, Hervas : EPSILON, Rouquette : MELGUEIL, Paulin : ATTILA, Daumas : ARROGANT (hp).
Raseteurs : Zekraoui, Bernard, Méric,  Errik, Marignan, Oufdil, Soler, Vic.

Mercredi 14 septembre * ANNULE ORAGES *
Trophée de l’Avenir. 16 h, gratuit.
Briaux : QUISSACOIS, Chabalier : CHICOLO, Lafon : DARDAILLON, Bec : MISTRAL, Les Montilles : LEBRAU, Chapelle-Brugeas : ARLESIEN, Vellas : SULTAN (hp). Raseteurs : Ameraoui, Aroca, Ben Ammar, Chahboune, Félix, Martin, Naim, Méric.

Jeudi 15 septembre
Trophée des As. Trophée de la Mer (2e j.). 16 h, 11 €.
Laurent : LEBRAU, Cuillé : MUSTANG, Les Baumelles : SANTEN, La Vidourlenque : CAMAI, Blatière-Bessac : IVANHOE, Cavallini : CUPIDON, Chaballier : PAPALINO (hp).
Raseteurs : Aliaga, I. Benafitou, Bouhargane,

Cadenas, Ciacchini, M. Favier, Katif, Zekraoui.
Vendredi 16 septembre
Trophée de l’Avenir, 16 h, gratuit.
Chauvet : CENTURION, Occitane : PATOU, Vellas : SIROCCO, Le Ternen : MUIRON, Saint-Antoine : JANVIE, Blanc : SAINT-ELOI (hp).
Raseteurs : Vic, Marignan, Soler, Oufdil, Errik, Bernard, N. Benafitou, Deslys.

Samedi 17 septembre
Trophée de l’Avenir. 16 h, 9 €. Bon : PRIEUR, La Galère : LOU GUECHOU, Saint-Antoine : QUARANTE SOUS, Chauvet : CARAQUE, Michel : GIGOLO, Le Ternen : MILO, Blatière-Bessac : PIRATE (hp)
Raseteurs : Marignan, F. Martin, Ameraoui, Aroca, Chahboune, Ben Ammar, Naim, Méric.
Dimanche 18 septembre
Trophée des As, finale du Trophée de la Mer, 16h, 12€
Saumade : TRELUS, Nicollin : SUGAR, Lautier : CHICO, Raynaud : RATIS, Les Baumelles : OPTIMUS, Rambier : MARGASSE, Hervas : JAZZ hp).

Raseteurs : Cadenas, Katif, Soler, I. Benafitou, Aliaga, Zekraoui, Bouhargane, Four.

BLOGOGRAUDUROI2_2.jpg


PLACES
RÉSERVATIONS : tél. 04 66 51 12 12. Le jour de la course, guichets ouverts à partir de 9 h 30 non stop. Trophée des As, dimanche 11 et jeudi 15 septembre, générales 11 €, réservées 15 €. 18 septembre, finale, générales 12 €, réservées 17 €.
Avenir : le 17 septembre, 9 €.

PRATIQUE
AVANT-COURSES : 15 h 45, ce dimanche, c’est Renaud Vinuesa qui ouvrira la course ; dimanche 18 septembre, Patrice Blanc.
PARKING :  le parking face aux arènes est gratuit pendant toute la fête.
LE PONT TOURNANT sera piétonnier une bonne partie de la fête.


TROPHEE DE LA MER
LES PRIX DE LA FINALE
Le 18 septembre, seront décernés : le prix au meilleur taureau de la saison par l’Union des CT graulens.
Prix au meilleur taureau du Trophée de la Mer.
Prix aux meilleurs raseteurs (1er, 2e et 3e) et au meilleur animateur.

blogGDRCAPEL.jpg

**************

 

04/09/2016

SAINT LAURENT D'AIGOUZE - 21e FINALE DU PRINTEMPS DES ROYALES

Course du 4 septembre 2016 - Trophée de l'Avenir

A LA MANADE B. LAGARDE et V. FELIX
LE XXIe PRINTEMPS DES ROYALES

A BAYARD (Nicollin) et Z. ZEKRAOUI
LES PRIX DE LA FINALE

saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaise

saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaiseEntrée : 2/3

Organisateur : CTPR Lou Bandot

Présidence : Très attentive de Thierry Cure assisté de Alain Hugon et Arnaud Chabanon

Raseteurs droitiers : V. Félix, D. Fougère, G. Montesinos, R. Ibarra - Raseteurs gauchers : Y. Zekraoui, C. Clarion, R. Marquis

Tourneurs : P Rado, B. Joseph  

 

Tout en se montrant plaisante, la 21ème  Finale du Printemps des Royales, n’a pas réussi à faire oublier a lourdeur du temps et l’étouffante chaleur de ce dimanche estival…. Les bourgeons ont eu du mal à éclore, ou encore, la mayonnaise n’a pas réussi à monter, pour reprendre l’analyse du Président du club taurin Lou Bandot en fin de course. Une course tout de même loin d’être ennuyeuse, mais manquant du petit plus qui fait que... malgré les prestations de Tourtoulen et Bayard, l’implication de Y. Zekraoui, C. Clarion et par intermittence de V. Félix, K Marquis et G Montesinos.

Alors qu’en ouverture, l’Ecole de Rasteurs locale s’était mesurée à deux pensionnaires de la manade Fabre-Mailhan, une imposante remise des prix en présence des Cabidoules du Cailar, de la pena Mistral et des gardians de la manade Lescot  a clôturé  cette édition 2016 .

saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaiseVentoux (Cuillé – n°719) : Calme et idéalement positionné, il se prête au jeu avec une nette préférence pour les droitiers sans pour autant ignorer les gauchers. 4 minutes, le temps des principaux attributs. Aux ficelles ses allonges derrière R. Ibarra, Y. Zekraoui (2) et R. Marquis (Photo) vont déclencher le disque rejoué à sa rentrée porteur de sa 2e ficelle.

saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaiseHussard (Laurent – n°812) : Même s’il se dépense sans compter dans d’inlassables déplacements, il répond à tout et appuie de temps à autres ses répliques jusqu’aux planches où il peut poser la tête. Se posant davantage aux ficelles, la 1ère reste dans le crochet de Zekraoui à la 11ème minute, la seconde retourne au toril aux accents de Carmen qui résonne pour la 3ème fois.(Photo avec C. Clarion)

Coutard (Fabre-Mailhan – n°952) : Tel un métronome, il se jette dans les saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaiserasets sans restriction au point d’en perdre les principaux attributs en 1’20. Aux ficelles, après avoir cédé la première à Y. Zekraoui (7’), les rasets sont s’espacer, le biou va jouer d’un petit coup de revers à l’approche des crochets. Relativement franc tout de même, il va s’incliner à la 13ème minute. 2 Carmen plus rentrée. - (Photo avec V. Félix)

saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaiseTourtoulen (Saumade – n°9106) : Imperturbable et imposant les règle du jeu, notamment par un placement irréprochable et une occupation de l’espace appropriée, il s’engage sans rechigner  sur les sollicitations des hommes qui sont raccompagnés jusqu’aux planches, où il tape des cornes. A la dernière minute, alors qu’il accuse un peu le coup, il vient se dresser derrière V. Félix. Seconde ficelle intacte il regagne le toril avec un 3ème Carmen pour une course sérieuse. (Photo avec C. Clarion)

saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaiseBayard (Nicollin – n°973) : D’une extrême vaillance, alors que 45 secondes viennent de s’écouler il ne lui reste plus que ses ficelles à  défendre, et 4 minutes plus tard, la seconde. Derrière G. Montesinos (2), Y. Zekraoui (3)et R. Marquis (Photo) ses poursuites sont appuyées jusqu’au fil des barrières où il glisse à l’arrivée. Toujours sur le même il défend son ultime attribut jusqu’à la 13ème. 7 Carmen plus retour  récompensant sa belle vaillance.

saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaiseGabier (Lagarde – n°098) : 9 minutes 30 irrégulières ou il alterne le bon (des poursuites appliquées et conclues) et le moins bon (indifférences et manque d’engagement). Malgré ce, V. Félix, D. Fougère (Photo) et Y. Zekraoui seront raccompagnés au-dessus des planches. 2 Carmen plus retour.

Pour conclure, on attendait Napaca (Blatière-saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaiseBéssac – n°909) – hors points -  et nous sommes restés sur notre faim. 10 minutes caractérielles où il tape les planches sur les hommes en contre piste, ignore ou lâche le raset ou s’écrase comme une brute contre les planches en finition de courts rasets de Clarion (2), Y Zekraoui (Photos) , R. Marquis ou G. Montesinos. 3 Carmen plus retour, ficelles intactes après 10 minutes de course.

Les Récompenses :

saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaiseLa manade B. Lagarde reçoit le prix de Meilleure Royale 2016

Et Vincent Félix le prix du Meilleur Animateur

 

 

saint laurent d'aigouze, printemps des royales,course camarguaiseLa manade Nicollin, représentée  par Guillaume Granchit reçoit le prix de Meilleur Taureau de la finale pour Bayard alors que Youssef Zekraoui reçoit celui de meilleur animateur

 

Texte et Photos Cyril Daniel

SOMMIERES *AS*

Course du dimanche 4 septembre 2016

Mignon - Cupidon, mes deux amours !sommières,mignon,cupidon,course camarguaise

Une belle anticipation de Mignon sur Maxime Favier

Entrée : pratiquement plein. Organisateur : CT Lou Carmen. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Katif, Villard, Belgourari. Gauchers : Aliaga, Errik, Favier, Poujol, Allam. Tourneurs : Cuallado, Daniel, Bensalah, Labrousse, Galibert.

Jolie fin de saison pour le CT Lou Carmen. Les arènes sont pleines et le public prêt à s'enthousiasmer. Bon, il faudra attendre la deuxième partie pour que les clameurs s'élèvent, d'abord avec Mignon magistral, Montesquieu allant a mas puis un Cupidon faisant monter la température. Gaou mettant l'animation et décochant quelques envolées d'envergure. Maxime Favier tire la course avec Jérémy Aliaga pour une gauche bien présente, en face, Katif porte les traces de sa rencontre avec Pinot la veille à Villeneuve, mais puise dans ses réserves pour tenir son côté avec I. Benafitou, Belgourari par moments.

Baryton (Lautier).- Assailli, les pompons volent dans le désordre. Aux ficelles, avec un peu plus d'espace, il termine les poursuites au ras des planches. Bon partenaire qui subit l'abordage pour les derniers tours de sa 1re ficelle jusqu'à 9'45. Plus réservé ensuite face à des hommes attentistes, rentre la 2e. 2 Carmen et retour.

Mandarin (Cuillé).- Sans trop se fixer, accélère sur quelques actions. Prend le pas sur Aliaga. A mi-parcours, hausse le ton, les enchaînements basculent à son avantage pour de sérieuses finitions cornes engagées. Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

Baigneur (Ricard).- Des sauts multiples, seul, à blanc ou dans l'élan... Pas compliqué sur le raset, quelques embardées frappées (Katif, Belgourari), et la 1re ficelle à Favier (11'30). L'autre rentre.

Mignon (Cuillé).- Les applaudissements saluent son entrée en piste. Majestueux, fringant... Quelques tours de reconnaissance, se place, un raset, deux au plus et repart trouver le bon sitio. Et hop ! Deux sauts tout seul comme un ternen... Mais du mordant dans les ripostes (Aliaga, Belgourari, M. Favier), et de beaux démarrages mettant l'homme en difficulté (Favier, Villard, Belgourari). 11'30 les rubans. Les ripostes sont sèches, sérieuses, parfaitement gérées. Une démonstration. Un quart d'heure accompagné par la musique, et les ficelles qui rentre sous l'ovation. 

Montesquieu (Lautier).- Débute quelconque aux rubans, avec beaucoup de déplacements engendrant la pagaille. Mais une fois placé, sort prestement et raccompagne jusqu'au ras des planches. Donne du jeu, permet les allonges, et met la pression sur Favier, Belgourari. Raseté sur une bonne cadence, il tire sa course jusqu'à rentrer une ficelle. 6 Carmen et retour.

Cupidon (Paulin).- S'il se fait couillonner sans respect aux rubans, c'est qu'il se rend vulnérable sur ses déplacements. Mais, par la suite, même s'il baroule souvent et rasète les hommes, quand il se pose, ses démarrages en trombe et ses arrivées méchamment frappées font la différence. Pousse après I. Benafitou (3 fois), Aliaga (3 fois), se chauffe et conserve sa 2e ficelle au terme d'un bon quart d'heure. 6 Carmen et retour.

Et un dernier Ricard pour la route, ce sera Gaou (hp). Bien dans le style de la race, il fait le spectacle, casse les planches, saute, passe à travers. Ilias Benafitou, pratiquement seul, le prend en main pour des coups de barrière puissants dont un dernier énormissime. Les ficelles à la maison au terme de ses 10 minutes. Des Carmen. 

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

Trophée des As : M. Favier, 14 points ; Belgourari, 13 ; I. Benafitou, 9 ; Aliage, 8 ; Katif, 7 ; Poujol, 2.

Trophée des Raseteurs : Errik, 14.

Les prix de la saison : meilleur cocardier Mignon de Cuillé ; meilleur animateur Ilias Benafitou. Coup de coeur à Océane.

 

03/09/2016

VILLENEUVE-LES-MAGUELONE *AVENIR*

villeneuve-les-maguelone,finale du trophée de la vigne et des étangs,avenir,pinot des baumelles,course camarguaise

Course du samedi 3 septembre 2016

Pinot se déguste frappé

villeneuve-les-maguelone,finale du trophée de la vigne et des étangs,avenir,pinot des baumelles,course camarguaise

Pinot très agressif après Marignan,
sous les yeux de Joël Linsolas

Entrée : 2/3 d’arène. Organisateur : Section taurine. Président : Bruno Séguier. Raseteurs droitiers : Katif, Marignan, Soler, Vic. Gauchers : Aliaga, Clarion, Méric, Naim. Tourneurs : Grando, Dunan, Estève.


La Section a mis du cœur à proposer une belle capelado illustrant les métiers pratiqués au village, la pêche aux étangs, les vendanges, les joutes, illustrés par Li Recantoun de Villeneuve, les Cabidoules du Cailar et la peña. Récompensée par l’affluence sur les gradins, la Section l’a aussi été par la bonne tenue des cocardiers choisis et l’implication des raseteurs (mention à Clarion, Katif). Et un Pinot magistral de domination à qui Katif offre son corps. Remise des prix de gala pour un Carmen général mérité.
Calyptus (La Galère).- Le long des planches, place quelques accélérations. Au fil des minutes, avec un peu moins mordant et un bon coup de teston, place un bel engagement après Clarion, prend de vitesse Marignon. Les hommes grattent consciencieusement les ficelles, une pour Vic, l’autre à Katif avec une bascule en contre-piste. 11 mintes, 3 Carmen et retour.
Caliste (Michel) enchaîne plein pot, le temps que ses rubans volent. Aux ficelles, positionné, sa vitesse oblige quelques raseteurs à dévier. Son attention ne se relâche pas ni sa volonté dans les séries. Reste performant pour sauver sa 2e ficelle face à un Clarion déterminé. 3 Carmen et retour.
Llorca (Saumade).- Promène et peut taper droit en finition. Repousse fermement les assauts, assidus dans les poursuites. Ecartement fermement Vic, tape après Méric, longueur avec Aliage, Naim. La première ficelle tient jusqu’à la 12e mais les nombreux tours découragent les hommes qui laissent la 2e. 4 Carmen et retour.
Jourdan (Nicollin).- A grandes foulées, il se libère la piste, prestement rendu surtout sur les droitiers. Aux ficelles, met les gas après Katif, Vic, Clarion pase juste, Katif allonge. A la 10e minute, il boîte et droit réintégrer. 3 Carmen et retour.
Bliss (Ricard).- Agressif et sauteur, il s’attaque à tout le monde, le tourneur Estève saute en catastrophe et se blesse, Dunan se fait chahuter au burladero. Le placement n’est pas sa qualité première, en revanche, il multiplie les explosions aux barrières (Naim, Vic, Méric) et rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.
Pinot (Les Baumelles).- Altier, froid, il surveille tout, démarre au quart de tour et pilonne aux planches. Dès les premières tentatives, il met les hommes à l’heure, la piste lui appartient, il tient la troupe en respect. Katif le cite de loin, la riposte est fulgurante. Rattrapé et bousculé, le raseteur se jette sous l’estribo. Marignan tente, le coup de barrière est énorme, envoie la corne après Soler. La tour de contrôle laisse juste sa cocarde à Soler sur une reprise et le gland à 150 € rentre sous l’ovation.
Ursin (Plo, hp).- L’excitation retombe quand Ursin, lui aussi, vide la piste. Se jettant au départ de l’action et pouvant conclure, les blancs sont sur leurs gardes. Vic se fait toucher sur un grand coup aux planches, Méric en danger, Katif s’investit, Ursin rentre une ficelle au terme de ses 10 belles minutes.3 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER


Trophée de l’Avenir : Marignan, 9 points ; Naim, 5 ; Soler, 4.


Trophée de la Vigne et des Etangs : meilleur cocardier du Trophée 3 M (sur la finale), Pinot des Baumelles ; meilleur animateur de la finale, Katif.
Meilleur raseteur de la saison, Souvenir Gérard Bouisson, Jérémy Aliaga. Meilleur cocardier de la saison, Gigolo de Michel (course du 11 juin). Prix aux bayles et Coup de cœur à Sylvain Mestre, président de la section et son épouse Claude.

LES METIERS

LA PECHE DES ETANGS - LES VENDANGES
LES ATTELAGES   - LES JOUTEURS 

villeneuve-les-maguelone,finale du trophée de la vigne et des étangs,avenir,pinot des baumelles,course camarguaise

villeneuve-les-maguelone,finale du trophée de la vigne et des étangs,avenir,pinot des baumelles,course camarguaise

villeneuve-les-maguelone,finale du trophée de la vigne et des étangs,avenir,pinot des baumelles,course camarguaise

villeneuve-les-maguelone,finale du trophée de la vigne et des étangs,avenir,pinot des baumelles,course camarguaise

villeneuve-les-maguelone,finale du trophée de la vigne et des étangs,avenir,pinot des baumelles,course camarguaise

villeneuve-les-maguelone,finale du trophée de la vigne et des étangs,avenir,pinot des baumelles,course camarguaise

villeneuve-les-maguelone,finale du trophée de la vigne et des étangs,avenir,pinot des baumelles,course camarguaise

villeneuve-les-maguelone,finale du trophée de la vigne et des étangs,avenir,pinot des baumelles,course camarguaise

*************************

 

31/08/2016

MANDUEL *AVENIR*

Course du mardi 30 août 2016

Attila et Saint-Omer corsent les débats

manduel,course camarguaise

Saint-Omer et Joey Deslys

Entrée : 1/4 d’arène. Org. : CT Le Trident. Président : C. Privat. Raseteurs droitiers : Marquier, Sanchis, Maurel, Chig. Gauchers : Deslys, Ferriol, Zbiri. Tourneurs : Moulin, Sagnier, Cuallado, Dumas.


Cette dernière course du CT Le Trident se suit agréablement même si le rythme des hommes n’est pas constant. Mais quand les difficultés arrivent, on peut compter sur Marquier, Ferriol et le jeune J. Deslys. Attila et Saint-Omer apportent leur lot de difficulté, l’ensemble tient la route.
Apache (Raynaud).- Se jette rageusement à la poursuite des blancs et peut taper droit devant. Volontaire et bien en place, garde du punch jusqu’au terme de ses 10 minutes. 2 Carmen et retour.
Attila (Les Baumelles).- Il est sur l’œil, menace de ses cornes “bisques” et de par sa vitesse. Les expérimentés Marquier et Ferriol s’investissent aux ficelles, Attila pousse jusqu’au ras des planches ou oblige à dévier. Et quand il se place, c’est lui qui dicte sa loi. Rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.
Hermès (La Galère).- Souvent un peu décalé, il se livre franchement, offrant son frontal. Epouse le rythme des raseteurs dans des séries menées comme un métronome. 9 minutes agréables. 3 Carmen et retour.
Lansac (Fournier).- Beaucoup de fougue pour de longues et belles séries. S’investit dans chaque cite et ne dit jamais non. Multiplie les enchaînements, fait l’effort après Deslys défendant sa 1re ficelle jusqu’à la 11e. Retrouve du jus pour défendre la 2e, qu’il rentre avec mérite. 3 Carmen et retour.
Saint-Omer (Lautier).- A grandes foulées, il ramène les blancs aux barrières. Sans se poser, il tient pied à tout en se jetant au départ (encore plus à gauche) et en tenant la distance. Quand il se cale, c’est une autre histoire, les candidats ne se pressent pas. Marquier déclenche une grosse série où Saint-Omer mestrège pour 11 minutes les rubans. Tient les hommes en respect et rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.
Moustache (Guillierme).- Il a pris du physique, de la tenue de piste et du coffre depuis son baptême l’an dernier dans ces arènes. Dommage qu’il soit raseté par à-coups car, bien emmené, il va au bout (Chig, Ferriol, Deslys), passe la tête au-dessus ou envoie la corne (Maurel). Tient sa ficelle jusqu’à 13’30 et l’autre une minute plus tard. 6 Carmen et retour.


M. A.
PHOTO GEORGES MARTIN


Trophée de l’Avenir : Zbiri, 19 ; J. Deslys, 8.

28/08/2016

LATTES *AVENIR*

Course du dimanche 28 août 2016

Errik et Faro sur le podium

lattes,course camarguaise

Radouane Errik et lnsolent de Robert Michel

Entrée : 3/4 d’arène. Président : J. Valentin. Organisateur : mairie. Raseteurs droitiers : Miralles, Vic, Roig, D. Martinez. Gauchers : N. Benafitou, Errik. Tourneur : Lebrun.


Au terme des deux courses du Trophée Paul-Andrieu, Errik et Faro de Fabre-Mailhan (course du jeudi) montent sur le podium. Que cette finale a paru longue avec des raseteurs fatigués et un seul tourneur! Mais avec de la bonne volonté, les blancs arrivent quand même à valoriser les qualités d’Insolent et Petous.
Tobias (Saumade).- Quelques sauts d’ennuis mais reste attentif, le long des planches pour des ripostes serrées. Pousse dans les actions après Vic et Miralles et s’engage jusqu’à basculer après Vic. Les ficelles rentrent. 3 Carmen et retour.
Noirlac (Michel.- Il a du gaz en début de course et montre sa vaillance quand les hommes enchaînent. A mi-parcours, retient davantage ses charges. Les hommes grattent consciencieusement les ficelles dont une rentre. 4 Carmen et retour.
Fakir (Vellas).- Rigoureusement placé, son physique impressionne. Pourtant, il gère calmement les rasets avec une préférence pour les droitiers. Un saut-surprise. A mi-parcours, tire la langue, et se réserve pour rentrer ses ficelles.
Sueno (Vellas).- A 4 ans, il semble bien inexpérimenté même s’il montre quelques notions de placement. Par moments, distrait, puis pas très concerné pour 11 minutes.
Insolent (Michel).- En voilà un qui a envie. Il enchaîne prestement et en prendrait bien un peu plus. Il fait le pas sur les droitiers, ce qui lui donne de l’avance, et il reste concerné jusqu’aux planches. Séries bien menées et bien embarqué par Miralles, bascule après lui. La 1re ficelle part au terme du quart d’heure, l’autre rentre. 7 Carmen et retour.
Petous (Saumade).- Fringant il démarre au moindre mouvement. Un peu brouillon parfois face à des raseteurs désunis qui ne lui proposent rien de construit. Pourtant, ses poursuites sont fougueusement menées jusqu’aux planches où il peut sauter après. Rentre 1 gland. A revoir. 5 Carmen et retour.


Texte et photo
MARTINE ALIAGA


Trophée des Raseteurs : Vic, 17 points ; N. Benafitou, 11 ; Errik, 9 ; D. Martinez, 8 ; Miralles, 6.

27/08/2016

SAINT-GEORGES-D'ORQUES *AVENIR*

Course du samedi 27 août 2016

Tamarin sans forcer

saint-georges-d'orques,tamarin de plo,course camarguaise

Tamarin, dangereux aux planches, comme ici après Ameraoui

 

Entrée : 1/2 arène. Org. : CT Le Trident. Président : T. Tosas. Raseteurs droitiers : Ameraoui, Oufdil, Vic, C. Martinez. Gauchers : Aliaga, Benammar (sort à l’entracte), Ouffe. Tourneurs : Ull, Bensalah.


Dur dur pour les hommes en cette fin août. Du coup les taureaux gardent leurs attributs facilement. Enfin certains plus que d’autres. Notamment ce Tamarin de Plo qui, maître en piste, rentre ses glands et prend le prix des Commerçants et artisans. Chez les blancs, le jeune Ameraoui s’offre le Trophée du meilleur raseteur et un coup de cœur récompense le local Vic.
Et si la course n'est pas mirobolante, l'ambiance dans les gradins est festive toute acquise à la cause des taureaux.
Printanier (Ricard).- Saute et se déchaîne sur les planches qui volent haut. Autant dire que les hommes passent au large. Quand ils s’organisent, le Ricard se plie au jeu, conclut (Aliaga) ou saute encore. Rentre ses glands. 1 Carmen et retour.
Valois (Le Ternen).- Vite en place, rapide, il enchaîne de bon cœur, place quelques belles accélérations. Reste concentré pour tenir ses rubans jusqu’à la 11e. Garde le rythme pour les derniers tours de sa 1re ficelle qu’il lâche sur la sonnerie. A 6 ans, un quart-d’heure sérieux. 7 Carmen et retour.
Chicolo (Chaballier).- Choisit le devant du toril et attend longtemps. Sollicité, montre de la volonté, reste à le séduire. Bien cité, il fait la planche, accélère et frappe après Aliaga (3), serre Ameraoui. Rentre un gland. 6 Carmen et retour.
Tamarin (Plo).- Pas attaqué, il va au devant des hommes. Les rasets se font au compte-gouttes, le Plo domine sans forcer. Une bascule après Vic, une conclusion après Ouffe. Les minutes passent... Tamarin reste attentif. Frappe après Ameraoui (3 fois) et sur un dernier raset, Aliaga se fait méchamment bousculer à la planche. Rentre ses glands. 4 Carmen et retour.
Le Druide (Saint-Pierre).- Décalé, calme, il fait le job tranquillement. Une longueur avec Aliaga, un enchaînement (2 Carmen), les hommes s’y mettent et la 2e ficelle part à la 13e.
Valjean (Michel).- Cherche le combat, se fait les cornes sur quelques planches. Se place, se déplace... Attend... Entrepris, bascule après Vic, se livre pour 9 minutes les rubans. Il en veut, s’ennuie, fait sauter des mètres de barricades. Se jette après Ouffe, tape droit après Vic. Et rentre ses ficelles. Intéressant. 2 Carmen et retour.
L’Ascla (Guillierme, hp).- Joli bébé de 4 ans, rapide et fougueux qui se jette après les hommes et ne lâche qu’aux planches. Prend du “caquet” et les passes se font de plus en plus serrées. Pas un refus et les ficelles qui rentrent. 6 Carmen et retour.


Texte et photo
MARTINE ALIAGA


Trophée de l’Avenir: Ameraoui, 13; Benammar, 2.

26/08/2016

INFO - INFO - INFO

Vendredi 26 août - Jeudi 25 août, à Jonquières-Saint-Vincent, le 3e taureau de la course, Souchet de Ricard a attrapé et traîné une personne en contre-piste que nombre d'afeciouna connaissent bien. Aziz est le portier des arènes - entre autres - de Pérols, il était aussi au Grau-du-Roi dans la dream team de Daniel Siméon. 

Aux dernières nouvelles données par Daniel : "Aziz va au mieux étant donné les circonstances. Fracture tibia péroné et certainement par la suite, des greffes à envisager (os, peau)"

Nous lui souhaitons tous nos voeux de bonne convalescence

LATTES *AVENIR*

Course du jeudi 25 août 2016

Marignan score

lattes,avenir,marignan,course camarguaise

Le style, la facilité, crochet bien adroit...
Marignan à la tête de Faro de Fabre-Mailhan


Entrée : 1/2 arène. Organisateur : mairie. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Marignan, Moutet, Vacaresse. Gauchers : Errik, J. Martin, N. Benafitou. Tourneurs : Dunan, Ménargues.


Les jambes sont lourdes côté raseteurs mais Vincent Marignan est encore en forme et score (37 points), Vacaresse fait l’effort. Côté noir, un maximum de jeunes cocardiers (7 et 5 ans) et un, plus expérimenté Faro qui donne le plus de fil à retordre.
Roumanis (Michel).- Met son beau gabarit dans le raset et choisit l’angle du toril où il revient toujours. S’enfile quelques séries et place deux belles accélérations (Moutet, N. Benafitou. 14 minutes, 4 Carmen et retour.
Antifio (Fabre-Mailhan).- Vif, attentif et bien placé, il fait souvent le pas au départ. Participatif, il se livre dans de longs enchaînements pour 9 minutes agréables. 2 Carmen et retour.
Modigliani (Chaballier).- Tient un bon rythme sur les sollicitations des blancs et pousse jusqu’au ras des planches. Une bonne pointe de vitesse dans le raset, lui fait tenir ses rubans plus de 10 minutes. Sérieux dans son style classique, il rentre une ficelle. 2 Carmen et retour.
Faro (Fabre-Mailhan).- Il domine dans les séries et garde un bon rythme. Placé opportunément, il engage de belles accélérations (Marignan, Vacaresse) et pousse fort jusqu’à la limite. Prend le pas sur Marignan, surveille tout, et envoie une corne vengeresse après N. Benafitou. Cocardièrement au point, rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.
Darac (Michel).- Tout jeune, inexpérimenté, il met du cœur dans les poursuites même s’il part parfois à contre temps. Une série jusqu’au ras des planches, un suivi serré après Vacaresse. Anticipe Errik, pousse après Vacaresse, Marignan. Un peu en dents de scie à l’image du travail des hommes. Rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.
Picasso (Chaballier).- Placé, il attend froidement, et les hommes ne l’entreprennent pas. Lui, les balade, les rasète, gardant sa cocarde jusqu’à la 8e. Sollicité, il s’envoie après Benafitou, bascule, puis s’engage dans un dernier coup de barrière violent après Marignan. Le 2e gland sur la sonnerie. 2 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA


Trophée de l’Avenir : Marignan, 37 points ; Vacaresse, 13.

24/08/2016

LE CRES *AS*

Course du mardi 23 août 2016

Aliaga et Katif se partagent
le 44e Trophée de la Garrigue

Cadenas meilleur animateur, Burano meilleur cocardier

le crès,as,course camarguaise,aliaga,katif,burano de l'aurore

▲ Aliaga avec Burano

▼ Katif avec Vosgien

le crès,as,course camarguaise,aliaga,katif,burano de l'aurore

 

Entrée : 1/2 arène. Org. CT Joujou. Président : T. Tosas. Raseteurs droitiers : Belgourari, I. Benafitou, Cadenas, Katif, Auzolle. Gauchers : Aliaga, M. Favier, Ouffe, Zekraoui. Tourneurs : Khaled, Estève, Bensalah, Cuallado, Galibert.


Egalité parfaite aux points, au nombre de coupes ou de cocardes levées, Aliaga et Katif se partagent donc le 44e Trophée de la Garrigue ; meilleur animateur Cadenas. Presque tous les cadors sont en piste et même un peu fatigués du marathon aoûtien, ces neuf-là rasètent et lèvent, dans une bonne ambiance le plus souvent. L’opposition noire a été un peu mollassonne, Burano est le plus participatif et remporte le prix, Vosgien aurait mérité un peu plus de travail. 
Sobrero (Vellas).- Difficile à convaincre, les hommes lui arrachent quelques passes, quelques changements de trajectoires surprise. Raidissime, Katif lève la cocarde sur la trompette. Rentre ses ficelles.
Gajan (Thibaud).- Ne trouve pas sa place et répond mollement. Aux ficelles, même comportement, raccompagne quelquefois mais sans conviction. 8 minutes.
Vosgien (Aubanel-Baroncelli).- Lui met du mouvement et se cabre en finition (Cadenas). A vouloir tout prendre, il se disperse un peu mais s’engage de bon cœur. Saute par surprise et zèbre la fesse d’Aliaga. Bourlingue, lâche quelques trajectoires, surtout à gauche. Mieux placé par la suite, il semble prêt à en découdre mais là, les hommes lèvent le pied, Aliaga insiste mais Vosgien rentre ses ficelles. 2 Carmen et retour.
Vauban (Paulin).- Se déplace le long des planches, sans trop appuyer hormis cette belle poursuite sur Cadenas. Quelques actions (I. Benafitou, Cadenas, 2 Carmen) un gros coup sur Cadenas et en 2 minutes les ficelles s’envolent. 8 minutes.
Burano (L’Aurore).- Se livre avec du jus aux rubans. Tient le rythme dans les séries, Cadenas allonge, Burano aux trousses. Prend tous les cites et riposte franchement. Se fait remuer pour un dernier tour de la 1re ficelle et tient l’autre en cadence jusqu’à la 8e. Aliaga et Katif se partagent tous les attributs. 3 Carmen et retour.
Cerbère (Lautier).- Toujours en mouvement, les rubans volent rapidement. Passe le pitre après Katif. Entrepris, sans se fixer, il fait le job sans plus. Et Cadenas s’offre les deux ficelles. 5 minutes. 3 Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS GEORGES MARTIN


Trophée des As : Aliaga, 8 ; Katif, 8 ; M. Favier, 7 ; Cadenas, 5,5 ; Belgourari, I. Benafitou, Auzolle, 2 ; Ouffe, Zekraoui, 1.

21/08/2016

CASTRIES *AVENIR*

Course du dimanche 21 août 2016

Attila le barbare du Verlaguet

mauguio,trophée verlaguet,course camarguaise


Entrée : 3/4 d’arène. Président : B. Séguier. Organisateur : Service culture. Raseteurs droitiers : Félix, Oufdil, Moutet, Vic. Gauchers : Errik, T. Mondy, Naim. Tourneur : Solera.


Grosse ambiance en ce dernier jour de fête melgorienne avec un joli spectacle en entrée en matière et un Trophée Verlaguet intéressant de bout en bout. Sous l’œil averti de l’ancien raseteur des années 50, Jean Bassalobre (93 ans) dit le Poillo. Il n’a manqué qu’une paire d’hommes et un tourneur pour exploiter davantage les qualités d’un bétail bien choisi. Attila de Paulin recueille les suffrages du jury et du public aux côtés du raseteur Naim. L’équipe blanche solidaire a donné tout ce qu’elle avait.
Lucas (La Galère).- Rugueux et belliqueux, ses multiples finitions émaillent une prestation pas facile pour les hommes. Remuant mais toujours présent, il rentre une ficelle. 6 Carmen et retour.
Sirocco (Vellas).- Vif et vaillant, multiplient les enchaînements, l’œil à tous mouvements, droite-gauche avec autant d’envie. Rapide, oblige Moutet à rompre, se jette après Naim, frappe sur Errik. Rentre une ficelle. Beau combat. 4 Carmen et retour.
Insolent (Michel). - Sans un refus, il mène les séries à fond, frontal offert. Place quelques accélérations du plus bel effet et enchaîne longuement. 13’15 de qualité.4 Carmen et retour.
Mouiron (Le Ternen).- Placé, complique la donne par une gestion intelligente de l’espace. Froid, attentif, ballade les hommes. Rapide, peu accèdent à sa tête, d’autant que ses poursuites sont sévères et qu’il peut conclure (Vic, Moutet, Naim). Tient ses rubans 11 minutes. Ficelles inaccessibles. 6 Carmen et retour.
Galentoun (Lautier).- Leste, chaque cite est raccompagné poitrail passé. Enchaîne et frappe. Centré parfois, en laisse passer quelques-uns mais n’attend que le travail pour s’exprimer et là il en manque un peu. Une deux Félix - Naim et boum, aux planches. Ficelles au toril. 6 Carmen et retour.
Attila (Paulin).- Chaud bouillant, un gabarit de lutteur et un caractère violent. Il impressionne. Les hommes partent vaillamment à l’abordage, Attila envoie du bois, ça pète dans tous les sens. Une douzaine de coups de barrière et le dernier, énormissime, après Moutet. Brillant et excellent. Les ficelles rentrent. La musique presque en continu.
Melgueil (Rouquette, hp, 10 minutes).- Se place, se déplace, attend, les hommes exténués lui proposent quelques passes pour la coupe et la cocarde à Naim, mais le Rouquette ne pourra montrer ses qualités. Rentre ses glands. 1 Carmen et retour.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA


Trophée de l’Avenir : Félix, 10 ; Naim, 9.
Trophée des Raseteurs : Errik, 15 ; Moutet, 12 ; Vic, 5 ; T. Mondy, 2.

*************

OUVERTURE

Un jour de fête en Petite Camargue
expliquée à une pichoune
par son pépé et sa mémé

mauguio,trophée verlaguet,course camarguaise

mauguio,trophée verlaguet,course camarguaise

mauguio,trophée verlaguet,course camarguaise

mauguio,trophée verlaguet,course camarguaise

mauguio,trophée verlaguet,course camarguaise

mauguio,trophée verlaguet,course camarguaise

 

20/08/2016

LANSARGUES *AS*

Course du samedi 20 août 2016

"Deux rasets qui payent la course"

LANSARGUESLOUGUECHOUCADENASPHGM.jpg

Cadenas, en danger
sur les anticipations de Lou Guechou

Entrée : 3/4 d’arène. Org. : comité des fêtes. Président : P. Chabanon. Raseteurs droitiers : Cadenas, Faure, F. Martin, Katif. Gauchers : J. Martin, Ouffe, Sanchez, Zekraoui, Poujol. Tourneurs : Kerfouche, Khaled, Joseph, Jockin, Estève. Fait marquant : course reportée du mercredi 17 août à cause des orages et arrêtée au 5e taureau par la pluie.
Certes, il n’y a pas eu que cela ! Mais les deux rasets de Joachim Cadenas, embarqué par Lou Guechou, traversant la piste dans les cornes, bousculé aux planches la première fois puis repartant pour le même raset... Cela a enflammé le public et mon voisin d’exprimer : « deux rasets qui payent la course ! » Commencée sous le ciel gris et quelques gouttes, puis carrément la pluie au 5e taureau, ce concours de la fête a donné plusieurs bons moments, la deuxième moitié de temps de Muscadet, les accélérations de Pedro, les qualités de Lou Guechou et un début tonitruant de Beleu. Côté blanc, même en moyenne forme, Cadenas impressionne, Katif s’implique à droite, Ouffe, Poujol, les plus en vue à gauche.
Belajio (Saumade).- Souvent réticent, se défend d’un gros coup de revers (2 fois sur Cadenas). Un peu décalé, vient, ne vient pas... Appuie quelquefois pour un long quart d’heure. Les ficelles rentrent.
Muscadet (Chauvet).- En mouvement, s’allonge sur le raset et s’efforce de tout prendre. Se pose vers la 6e minute, pour des ripostes plus fermes. Arrêté, il met les gaz sur les rasets appropriés (Poujol, Ouffe, Cadenas). Monte en intensité, va au bout après Ouffe, passe le mourre (Cadenas, Katif)... A Poujol la 1re ficelle à 14’30. 3 Carmen et retour.
Pedro (Lautier).- Remuant lui aussi mais très participatif avec cette curieuse anticipation qui le fait souvent courir à côté des hommes. Rapide, traverse la piste aux trousses de Katif, prend le pas sur Faure, Cadenas. Multiplie les démarrages en trombe. Cadenas tempère la charge main au frontal, 1re ficelle dans le crochet. Et Pedro poursuit sur le même tempo, se jetant après J. Martin et plantant les cornes droit après Poujol, pour des échanges rythmés. La 2e ficelle part au terme d’un bon quart d’heure. 8 Carmen et retour.
Lou Guechou (La Galère).- Au grand galop, chasse, prend les rasets au passage. Aux ficelles, se poste, sort comme une fusée après Katif, ponctue sur Poujol. Attentif, rapide, ses départs en crabe impressionnent. Gère et ne se gaspille pas. Embarque Cadenas au départ de l’action, traverse la piste à ses trousses pour le rattraper et le malmener contre la planche. Joachim se relève, repart, et reste dans les cornes jusqu’au bout sous l’acclamation du public. Les ficelles rentrent. 6 Carmen et retour.
Beleu (Lou Pantaï).- Gauche-droite, les arrivées sont serrées, corne pointée (Ouffe) pour 2 minutes les rubans. Placé, toujours disponible, il a envie mais à la 4e minute, le nuage crève au-dessus des arènes... Terminé.


MARTINE ALIAGA

PHOTO GEORGES MARTIN


Trophée des As : Cadenas, 4 ; Katif, 4 ; J. Martin, 2 ; Poujol, 2 ; Zekraoui, 2 ; Faure, 1,5 ; Ouffe, 0,5.

19/08/2016

MAUGUIO *AS*

Course du jeudi 18 août

Zekraoui-Charron, au mérite

Le Trophée Louis-Rouquette a bénéficié
d'une bonne course très cocardière.

Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : CT Lou Biòu. Président : J. Roumajon. Raseteurs droitiers : Belgourari (sort au 3e), Katif, Oufdil, Soler. Gauchers : J. Martin, Ouffe, Poujol, Zekraoui. Tourneurs : Kerfouche, Joseph, Galibert, Estève.
 
mauguio,as,course camarguaiseUne gracieuse ouverture équestre avec Carla Pélissier et ses chevaux Cupidon, Téflon et Danseur puis une course très cocardière, bien travaillée par l’équipe blanche des As au sein de laquelle Jérémy Soler (Avenir) trouve toute sa place. A la remise des prix du Trophée Louis-Rouquette, avec les Arlésiennes et les gardians, ce sont Youssef Zekraoui, raseteur le plus méritant, et le jeune Charron de Rouquette qui remportent la mise.
Albator (Rousseau).- Raccompagne fermement des deux côtés, s’aidant parfois d’un coup de revers à gauche. Bien placé, régulier, les ripostes sont poussées et il défend sa première ficelle jusqu’à la 12e et rentre l’autre avec autorité. 4 Carmen et retour.
Marcias (Fabre-Mailhan).- Il gère en cocardier expérimenté, sans se gaspiller et affiche une forte présence quand il le faut. Quelques jolies anticipations, des accélérations jusqu’au ras des planches. Les ficelles rentrent, bien travaillées, bien défendues. 7 Carmen et retour.
Canio (Blatière-Bessac).- Remuant et brouillon, il s’intéresse plus ou moins jusqu’à ce que les hommes convoitent les ficelles bien grattées. Alors Canio s’emballe pour des engagements brutaux aux planches (Zekraoui, Ouffe, Poujol, Soler). 10 minutes quelconques mais les trois dernières de feu. 5 Carmen et retour.
Sparagus (Janin).- Placement, pointe de vitesse, se livre en rythme avec des accélérations bien placées pour 5 minutes les rubans. Beau trajet avec Zekraoui, Martin. Demande de l’investissement aux droitiers mais épouse la cause des gauchers qui s’engagent (notamment Zekraoui). 1re ficelle à Poujol, l’autre rentre. 4 Carmen et retour.
Castor (Saumade).- Toujours un peu décolé, dans les enchaînements, il met de la volonté et rajoute de la difficulté avec ses cornes bisques. Adopte les longs cites de Soler pour plusieurs actions jusqu’à la limite, belles enfermées au départ de Katif, Zekraoui. Petit à petit, collabore un peu moins, les ficelles rentrent. 5 Carmen et retour. 
Charron (Rouquette).- Tout jeune, tout vert, baroule, se laisse distraire. Mais bien capté, il fait parler sa vitesse et pousse jusqu’à se cabrer ou passer le mourre (Zekraoui, Ziko, Oufdil). Les hommes lèvent le pied, Zekraoui et Katif insistent pour des échanges vifs. Et le jeune Rouquette rentre une ficelle et remporte le prix du jour. 8 Carmen et retour.
 
MARTINE ALIAGA
PHOTO GEORGES MARTIN
 
Trophée des As : Katif, 9,5 ; Zekraoui, 7,5 ; Poujol, 5 ; J. Martin, 2,5 ; Ouffe, 2 ; Belgourari, 1.

 

17/08/2016

MAUGUIO *AS*

Course du mardi 16 août 2016

Katif, Soler, Marengo distingués
pour le Souvenir Manu et José

mauguio,course camarguaise

Deux des vainqueurs, Marengo de Vellas et Jérémy Soler

 
Entrée : 2/3 d’arène. Org. : CT Le Melgueil. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Bruschet, Katif, Soler. Gauchers : Aliaga, M. Favier, Four, Ouffe. Tourneurs : Estève, Fouque, Cuallado, F. Garrido, Bensalah.
 
Le public a passé un bon moment lors de ce 14e Souvenir Manu et José. Bétail bien choisi - tous les cocardiers montrent de belles dispositions - mentions à Aparicio le plus séduisant, Dardaillon et Attila, et conclusion spectaculaire avec Marengo. Si Katif mène les débats, chacun prend sa part de travail, et le jeune Soler ne laisse pas la sienne. Au final, Katif meilleur raseteur ; Marengo meilleur taureau ; prix d’encouragement ç Jérémy Soler.
Tastaïre (Caillan).- Ses banes impressionnantes et son caractère bien trempé rendent les approches compliquées. D’autant qu’il est difficile à convaincre ou alors fuse toutes cornes devant. La cocarde à Aliaga à la 13e. Rentre ses glands. 1 Carmen et retour.
Dardaillon (Lafon).- Il en veut et cherche le combat. Tient son placement et de là contrôle. Raccompagne à fond la caisse, la sortie sur Katif est fulgurante idem sur Soler. Fait le pas sur Favier pour 8 minutes les rubans. Attentif, il ferme souvent la sortie de secours, alors les blancs cogitent trop et les ficelles rentrent. 4 Carmen.
Aparicio (Rouquette).- Une partition toute cocardière. Placé, les ripostes poussées jusqu’aux planches (Katif, Bruschet, Soler), belles trajectoires, grosse envie de gagner. L’enfermée sur Aliaga est féroce (2 fois), pareil avec Katif. Aparicio tient sa ficelle 13 minutes et son dernier investissement sur Aliaga est aussi impliqué. 6 Carmen et retour.
Coquet (Cuillé).- Attaqué tambour battant, les pompons volent vite. Aux ficelles, plus stable, place de belles anticipations, se livre sur des longueurs en toute franchise (Bruschet, Aliaga, Benafitou, Katif). Mais le rythme lui est dur à tenir et avec la fatigue il réduit sa charge et garde une ficelle. 4 Carmen et retour.
Attila (Lautier).- Se poste fermement, ne laisse rien sa réponse, et accélère sur le raset. Repousse tous les assauts avec intensité jusqu’au ras des planches où il peut taper droit, pour des arrivées en fanfare. A la 13e, il a toujours du carburant et rentre ses ficelles. 10 Carmen et retour.
Ubaye (Paulin).- Il faut le capter sur son bon œil, alors il jette tout son beau gabarit dans la trajectoire et peut envoyer la corne en finition. Navigue beaucoup, mais répond présent. Un dernier tour de ficelle met le feu, il sera pour Bruschet à la trompette. 4 Carmen et retour.
Marengo (Vellas).- Une boule de nerf et de rage qui éclate les planches et se jette comme une furie après les hommes. Parfois, se place mais le moindre geste, déclenche sa fureur. Les hommes s’entendent pour les rubans, qui volent entre les impacts. Sort parfois des trajectoires mais quand il vient c’est un obus au cul des rasteurs. L’opéra tout entier lui est joué et le Carmen du retour (avec une ficelle) par le peña.
 
MARTINE ALIAGA
Photo LAURENT SONZOGNI
 
Trophée des As : Katif, 8 points ; Bruschet, 5 ; Aliaga et M. Favier, 3,5 ; I. Benafitou, 2 ; Ouffe, 0,5.

 

ROQUEMAURE *AVENIR*

Course du 15 août 2016

LOU CHANCHA ET POISON

roquemaure,lou chancha,poison,fougère,course camarguaise

roquemaure,lou chancha,poison,fougère,course camarguaise

L'envolée de Lou Chanchan après Dimitri Fougère

 
Entrée : 3/4 d’entrée. Org. : CT Roquemaure. Président : A. Paillet. Raseteurs droitiers : Fougère, Caizergues, Martinez, Y. Perez (sort au 1er). Gauchers : Oleskevich, Cartalade, Lopez. Tourneurs : Lieballe, Joseph.
 
Très bonne entrée pour ce concours de manade avec une grande révélation Lou Chancha de Labourayre, auteur d’une prestation prometteuse et une confirmation de Poison du Joncas, sérieux. Moka de La Galère à 13 ans montre de bons restes, les autres biòu passent bien, seule déception Borsalino du Joncas. Chez les hommes, un très bon Dimitri Fougere et Kévin Caizergues. Excellente présidence d’André Paillet. Meilleur taureau Lou Chancha ; 2e Poison. Raseteur : Fougère.
Traquet (Félix).- Brave, se livre des deux côtés avec de jolies poursuites en particulier sur Fougere. Saute seul en fin de course. 1 Carmen et retour.
Moka (La Galère).- En vieux routinier des pistes, il gère sa course à sa guise en signant d’innombrables actions. 6 Carmen et retour.
Borsalino (Le Joncas).- Le taureau ne rentre pas dans sa course et ne force à aucun moment. Rentre en silence.
Balourd (Félix).- Calme, il répond en finissant aux bois. Bien travaille par Fougère qui en tire le maximum. Et même s’il fait souvent voler les planches, il s’intéresse et mène bien sa course. Des Carmen.
Lou Chancha (Labourayre).- Il remplace Pharaon blessé et crée la surprise. Calme, il attend les rasets qui tardent à venir. Une série à la 3e, deux coups de barrière. Mais à la 5e minute, Fougère se lance sur un beau cite, l’arrivée est exceptionnelle avec une envolée d’un autre monde où le taureau coince le raseteur en haut des tubes. Bien sûr, après, il domine et rentre son 2e gland fortement primé. Ovation et musique.
Bayard (La Galère).- Un jeunot très méchant et très vaillant avec des coups aux planches parfois criminels. A revoir pour ses qualités. Une ficelle à l’étable avec la musique entendue déjà 4 fois.
Poison (Le Joncas).- Le tau confirme ses précédentes sorties. Il a un bon placement, il anticipe fort et finit fort aux bois. Fougère régale de rasets dont un - très rare - où il lèvera la cocarde et les deux glands d’un seul coup de crochet. Bravo Dimitri ! Poison continue pour de belles et brillantes finitions. Il rentre très applaudi avec le disque entendu maintes fois en piste.
 
Texte et photos
LAURENT
 
Trophée des Raseteurs : Fougère, 21 points ; Caizergues, 11 ; Martinez, 8 ; Cartalade, 2 ; Lopez, 2.

 

16/08/2016

LE GRAU DU ROI *AS*

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

Course du lundi 15 août 2016

Cadenas - Mignon, la magie d'un duo

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

Meilleur raseteur du 7e Grand Rendez-Vous, Joachim Cadenas
2e souvenir Etienne-Mourrut à Jupiter de Laurent

Entrée : grand plein. Organisateur : SAS Ribera. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Belgourari, Ilias Benafitou, Cadenas, Katif, Allam. Gauchers : Maxime Favier, Aliaga, Four, Zekraoui, Poujol. Tourneurs : Bensalah, Cuallado, Khaled, Estève, Fouque.


Les guichets des arènes sont fermés depuis longtemps pour une avant-course colorée et joyeuse, mêlant esprit camarguais et gitan dans une même poésie. La capelado accueille le gratin des raseteurs devant des gradins combles. Mignon étale sa science et rencontre à nouveau Cadenas pour des trajectoires rêvées. Boer ouvre les débats en excellent premier, Jupiter offre toute sa générosité et Landié fait un final pétaradant qui parachève le spectacle. L’ensemble des blancs s’est investi pour de très bons passages, en tête Cadenas bien sûr, et Belgourari, mais tous ont bien participé.
Boer (Occitane).- Dans la pagaille des premiers assauts, crochète Four par le maillot. Prend les rasets de passage, pointe dangereusement les cornes et s’engage pour des finitions frappées. Puis se poste, sollicité sans répit, se sort de l’emprise et oblige les blancs à s’investir. Accentue son coup de revers, se bat jusqu’à 14’30 avant de lâcher sa première ficelle. Rentre l’autre. 7 Carmen et retour.
Sylverado (Nicollin).- Toujours dans les planches, repousse les assauts assidûment et les trajectoires s’allongent avec Aliaga, Cadenas et Belgourari. Pointe après Ilias Benafitou. Dans son style classique, tient sa première ficelle 8 minutes. Les hommes s’emballent pour un dernier brin que Sylverado lâche à 10’40. 7 Carmen et retour.
Cruchot (La Galère).- Cueilli à froid, Cruchot a du mal à se débrider. Aux ficelles, se lâche pour anticiper Cadenas puis Katif. Joachim allonge et Cruchot l’accompagne, le public vibre. Le taureau en laisse passer quelques-uns. Puis à nouveau, prend de vitesse Cadenas pour un très long parcours fini en fanfare aux planches. 10 minutes d’à-coups. 4 Carmen et retour.
Mignon (Cuillé).- Gaillard comme un jeune bioù, stratège comme un vieux briscard, le Bioù d’Or 2015 affiche sa rigueur et sa vigilance. Cadenas le défie, l’embarque, le duo émerveille. Le raseteur démarmaille la ficelle, Mignon à ses trousses. Favier s’y met, Zekraoui aussi. Mignon balade les hommes. Une longueur avec Aliaga, gauche-droite en rythme et en beauté. Et Cadenas dans les cornes qui multiplie le ballet pour les 2 ficelles. 13 minutes. 6 Carmen et retour.
Biterrois (Rouquette).- Ne se fixe pas et cela lui est fatal. Toujours en mouvement, Biterrois s’offre sans s’économiser. Les hommes le font tourner en bourrique sous la réprobation du public. Retrouve son punch après Maxime Favier (Carmen) mais réduit trop sa charge et succombe à 10’30.
Jupiter (Laurent).- Franc comme l’or, Jupiter se livre et sa générosité est mise à l’épreuve. Sans s’arrêter un seul instant de courir, le vire-vire imposé lui est dur. Jusqu’à ce que les hommes se calment et bonifient ses superbes qualités de barricadier. Cadenas l’embarque pour des corps à cornes explosifs à l’arrivée, Jupiter se démultiplie pour une douzaine d’actions superbes jusqu’à épuisement. 15 minutes de pur courage. 11 Carmen et retour.
Landié (Nicollin).- Hors-points. Un jeune taureau surprise pour 10 minutes époustouflantes. Le grand banu agressif en diable, tire sur tout ce qui bouge. De grandes et méchantes embardées aux planches où Katif, Cadenas et Belgourari jouent à chat perché, haut sur les tubes. Un final en fanfare.


MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI ET HERVE BERNON

Trophée des As : Cadenas, 35,5 points (dont 4 points de bonification) ; Belgourari, 34,5 ; M. Favier, 12 ; Allam, 12 ; Katif, 11,5 (dont 1 point de bonif) ; Four, 10 (dont 1 pt de bonif) ; Aliaga, 10 (dont 1 p. de bonif) ; Zekraoui, 4 (dont 1 pt de bonif) ; Poujol, 3 ; I. Benafitou, 1,5.

************

▼ Jupiter à l'assaut...

sur Aliaga

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

▼ sur Cadenas

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

Boer crochète Bastien Four

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

La belle surprise de ce Landié de Nicollin
obligeant Cadenas à jouer à chat perché

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

▼ Les prix

le grau du roi,grand rendez-vous du trophée taurin,mignon,jupiter,cadenas,course camarguaise

La remise des récompenses en présence de Mandy Graillon
et de ses demoiselles d'honneur

******************************