Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/11/2016

SAINT LAURENT D'AIGOUZE - * Ligue, Course de Presélection*

Course du 12 novembre 2016

L’AVENIR, VU DES GRADINS

IMG_5594 - n°151 (Lagarde) s'engage derrière Lucas DANNA.JPG

n°151 (Lagarde) s'engage derrière Lucas DANNA

Course de présélection pour les stagiaires 2017, organisée par le Club Taurin Paul Ricard Lou Bandot en clôture de sa saison.

IMG_5578 - n°122 (Nicollin) sur Belkacem BENHAMMOU.JPGIssus tout droit des écoles de raseteurs, ce sont 7 jeunes qui se sont présentés à Thierry Cure au moment de la capelado. Didier Dunan et Tommy Tourreau officiant comme tourneurs.

⇐  n°122 (Nicollin) sur Belkacem BENHAMMOU

Certains de ces jeunes ont laissé entrevoir un petit quelque chose dans leur comportement, leurs réflexes et surtout leur adaptation aux attitudes des taureaux. Mais dans l’ensemble, qu’ils se nomment Emeric Assenat, Tom Charrade, Corentin Barbier, Lucas Danna, Robin Ménargues, Dorian Mangion remplacé après la pause par Michelier ou  Belkacem Benhammou, aucun ne parvient à se démarquer. IMG_5559 - n°159 (Nicollin) sur Emeric ASSENAT.JPG

D’ailleurs, sur les gradins, biens garnis, les plus pessimistes se posaient des questions, les optimistes languissaient déjà les ligues de l’an prochain alors que les réalistes disaient que l’hiver allé porter conseil et que peut-être...

                                            n°159 (Nicollin) sur Emeric ASSENAT

IMG_5611 - Envole du n°117 (Lagarde) derrière Lucas DANNA.JPGQuoiqu’il en soit, avec un style qui leur appartient (prise de taureaux arrêtés, prise de taureaux en déplacement, prise de taureaux sur les reprises, rasets longs, rasets courts, rasets coquins, et oui déjà) chacun a su s’attirer les regards surtout en seconde partie. La première étant plus irrégulière et moins rythmée, le temps que tout le monde prenne ses marques et repères.

Envol du n°117 (Lagarde) derrière Lucas DANNA

Côté bétail, ce ne fut pas mal non plus. Alors que la manade Nicollin avait joué sur unIMG_5670 - n°120 (Lagarde) s'engage derrière Belkacem BENHAMMOU.JPG lot d’une noblesse sans reproche (n°159**, n°122*, n°354, n°323***) avec un petit plus pour le 1er et le dernier) la manade Bernard Lagarde a quant à elle  fournie 4 taureaux (n°112, n°151**, n°117**, n°210***), hormis le 1er, atomiques dans leurs arrivées aux planches et pleins de vaillance.

Envol du n°117 (Lagarde) derrière Lucas DANNA  ⇒

 

⇓ Yannick MICHELIER à la tête du n°354 (Nicollin)

IMG_5644- Yannick MICHELIER  à la tête du n°354 (Nicollin).JPG

  IMG_5571 - n°112 (Lagarde) sur Corentin BARBIE.JPG

n°112 (Lagarde) sur Corentin BARBIE

IMG_5698 - Arrivée serrée du n°323 (Nicollin) et Corentin BARBIE.JPG

▲ Arrivée serrée du n°323 (Nicollin)
et Corentin BARBIE

 Texte et Photos
CYRIL DANIEL

MANIFESTATION

11 novembre aux Saintes-Maries-de-la-Mer

Après la commémoration
rencontre autour d’une journée bien animée

les saintes-maries-de-la-mer,abrivado,11 novembre,course camarguaise

Ils sont là, taureaux, chevaux et gardians de Provence et du Languedoc, venus battre la poussière de l’ultime grand rendez-vous de la saison, devenu au fil du temps un rituel incontournable du milieu camarguais. Les spectateurs aussi sont présents et fort nombreux, on retrouve parmi eux une majorité de férus d’abrivado, tandis que d’autres plus ou moins touristes, ont fait le déplacement en curieux pour découvrir cet évènement qui retentit au plus profond des départements.

La jeunesse et les fameux attrapaïres chargés de courage sont prêts à se mesurer avec fougue à la déferlante des manades qui bientôt vont défendre avec fierté les couleurs de leur devise et ce dans une lutte à la régulière mais éprouvante pour chacun, mais ô combien enivrante et euphorique.
Rapidement les rues semblent devenir plus étroites, chacun veut voir la bête et l’approcher au plus près en fonction de sa témérité, ça se bouscule, soudain un cri, « avise ! as escapa ! ». Et là, dans le martèlement des sabots, surgit une ombre noire dont beaucoup se flatteront d’avoir frôlé les cornes dans les narrations à l’heure de communier autour d’un apéritif, alors que depuis le matin les ruelles sont encensées de rouille, paëlla, gardianne et sons gypsi.

Le soir arrive déjà, et rapidement le rideau retombe sur la temporada dans l’attente d’’un nouveau printemps sur une autre plage voisine.

Texte et photos
ERIC MARC

les saintes-maries-de-la-mer,abrivado,11 novembre,course camarguaise

*************************

 

 

GALLARGUES-LE-MONTUEUX *FETE DE LA SAINT-MARTIN*

Course du 11 novembre 2016

A, A, A, Ah la belle nourride !

gallargues,guillierme,course camarguaise

L'action du  jour, Amistadou aux trousses de Clarion.

Araire, Arquet, Amourié, Ameloun, Amistadou, Abelu... Tous Guillierme, tous nés en 2011. Tous soigneusement et originalement baptisés. Un belle attention d'un manadier à ses cocardiers. La cerise des Espelly sur le gâteau de Guillierme. Et quelle belle nourride en ce 11 novembre de Saint-Martin à Gallargues-le-Montueux où le public se presse dans une ambiance bon enfant. La Gardounenque ouvre le bal, la cartagène de la famille Granier chauffe l'entracte et la bandido clôture dans les rues noires de monde. Entretemps, les raseteurs font de leur mieux, les qualités des jeunes cocardiers font naître de réels espoirs, le public est content... Une bonne après-midi de bouvine.

Araire.- Petit à petit se prête au jeu après avoir baroulé. Mais une fois en place, se livre avec fougue, trouve les angles, pousse après Vacaresse, Sanchez. Montre du caractère et de la maturité pour ses 5 ans et rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

Arquet.- Plus brouillon, il veut tout prendre mais avec un bel entrain se cabre après Sanchez (2 fois), brise les planches. Gagne en férocité pour frapper après Vacaresse. 10 minutes, inégales. 3  Carmen et retour.

Amourié.- Ne suit pas obligatoirement mais peut se jeter en finition. Alterne les ripostes puissantes et un peu de déchet. Laisse sa 2e ficelle au terme. 2 Carmen et retour.

Ameloun.- Un trait de rapidité, un trait de retenue, un trait de vigilance. Un cocktail de complexité qui tient les hommes en respect. Des enfermées (Montesinos), quelques anticipations, des enchaînements bien corsés et une cocarde qui monte à 200€ et qu'il se garde. 4 Carmen et retour.

Amistadou.- Se prête au jeu avec vaillance et se cabre au final envoyant une méchante corne en finition (Sanchez). Laisse un peu passer pour se reprendre et terminer son 1/4 d'heure a mas. Des actions aux planches dont ce terrible engagement après Clarion qui frise l'accrochage. Le gaucher mettra un point d'honneur à retenter sa chance pour de spectaculaires finitions. 5 Carmen et retour avec un gland.

Abelu.- Le grand banu se disperse, les hommes relâchent un peu le travail. Quelques échanges plus ou moins poussés (Clarion, Montesinos, Vacaresse). ça manque un peu d'intensité (Abelu garde ses ficelles avec 2 Carmen et retour) mais, peu importe, sur l'ensemble de la course, chacun - en blanc ou en noir - a fait le boulot. Carmen !

MARTINE ALIAGA
Photo LAURENT SONZOGNI

Vendredi 11 novembre. Entrée : plein. Organisateur : comité des fêtes. Président : Thierry Tosas. Raseteurs droitiers : Montesinos, Ameraoui, Vacaresse, Ibarra. Gauchers : Sanchez, Clarion, Gougeon. Tourneurs : Joseph, Ménargues, Fargier.

11/11/2016

SAINT-REMY-DE-PROVENCE *30 ANS AETCC*

Aujourd'hui

Plateau "Royal" pour l'anniversaire

Trois décennies pour s'implanter, faire ses preuves et devenir incontournable par son sérieux et son professionnalisme.

BLOGAETCC.jpg

Une partie des manadiers AETCC
près de leur présidente Françoise Peytavin (à gauche)

Ils étaient les “petits” manadiers en ce jour fondateur de novembre 1986 au bar de l’Oasis à Carnon. Aujourd’hui, ils sont labellisés manadiers AETCC aux côtés des deux autres entités de la profession. L’Association des éleveurs de taureaux de course camarguaise a pris toute sa place: «Cela n’a pas été un chemin tranquille, se souvient Françoise Peytavin, présidente depuis 1992, à la suite de Georges Navarro, il a fallu faire ses preuves. L’association est aujourd’hui bien installée, nos manadiers ont la réputation d’être sérieux et professionnels. Les résultats sont là et la belle aventure continue... ».
De la naissance à la reconnaissance, il y a eu bien des étapes à franchir. Francis Caillan, vice-président, en fait le tour : « D’abord être reconnus par la FFCC et le Parc régional de Camargue. Puis entrer au comité directeur de la FFCC, participer aux courses de tau du Parc. Parallèlement nous avons créé des antennes (Gard-Hérault et Bouches-du-Rhône), pour être actifs auprès des différents GDS (autorités sanitaires) et des collectivités territoriales (accès aux subventions)... ».
« Notre taureau de bataille, sourit le manadier, porte toujours sur le côté sanitaire du cheptel et la fonction d’éleveur-naisseur. Nous avons été précurseurs en la matière ».
« Aujourd’hui, notre association compte 31 manades, soit environ 1/3 des élevages, résume la présidente, et nous entretenons toujours notre spécificité. A savoir que tout le monde a droit à la parole, il n’y a pas d’ego surdimensionné... Nous accompagnons les plus jeunes dans un vrai esprit de solidarité et d’entraide ». Après 24 ans de présidence, Françoise Peytavin souhaiterait prendre du recul mais pas facile de succéder à l’active manadière. « Françoise, c’est la force tranquille, tout doucement elle a fait grandir l’AETCC, sans faire de bruit, gentiment elle a imposé les volontés de l’association..., exprime Francis Caillan, nous mettons, petit à petit le pied à l’étrier d’adhérents plus jeunes qui prendront la suite ».
En attendant, l’AETCC recueille les fruits de son sérieux, des trophées dans toutes les compétitions : entre autres, les Biòu de l’Avenir, Jeannot du Grand Salan (2005), Coyote de Caillan (2008), les Cocardières d’Or Raynausie et Valsière de Chaballier, les meilleurs cocardiers du Trophée des Raseteurs dont Chamarel de L’Aurore (2002), Romain de Mermoux (2007) ou Camaï de La Vidourlenque (2016)... le vainqueur de la finale des tau aux Saintes, manade des Termes (2016), etc. et maintes participations aux différents trophées.
Avant de souffler les 30 bougies, les vœux de la présidente pour l’avenir : « Garder notre sérieux et nos valeurs d’amitié et d’entraide ».


Texte et photo
MARTINE ALIAGA


CE 11 NOVEMBRE
Journée anniversaire
organisée par le comité des fêtes en partenariat avec le CT des Alpilles.
10 h 30, gratuit, quatre taureaux espoirs d’Agu et Mogador, emboulés pour l’école taurine.
12 h, apéritif de remerciements aux aficionados offert par le comité des fêtes.
12 h 30, restauration disponible sur place.
A partir de 14 h, course “Royal du Trentenaire” : Le Brestalou : RAMIER - Le Ternen : QUINTILIEN - Caillan : CHICHARITO - La Vidourlenque : APOLLON - Pagès : CAMPEON - GROS - Gros : GALOUBET - Cyr : MISTIGRI.
Raseteurs : F. Martin, Deslys, Dunan, Robert, Zekroui, Faure, Ouffe.

06/11/2016

EQUITATION DE TRAVAIL

Championnat de France 2016

Cyril Lopez et Triton de Saint-Gabriel
en bleu, blanc, rouge

equitation de travail,cyril lopez,champion de france,triton de saint-gabriel,course camarguaise

equitation de travail,cyril lopez,champion de france,triton de saint-gabriel,course camarguaiseMas Saint-Gabriel, 10 h, doux soleil automnal, pépiement des oiseaux... Havre de paix. Aux écuries, les Camargue, curieux comme pas deux, passent la tête à la fenêtre de leur box, oreilles pointées. Cyril Lopez est au travail. Dix chevaux à la monte, dix juments poulinières à surveiller, 6 ou 7 poulains par an à gérer... Le jeune cavalier de 25 ans vit sa passion au quotidien : « J’ai commencé dans les taureaux puis j’ai pu m’occuper des chevaux à temps complet. Je préfère ! Salarié du Mas Saint-Gabriel, je ne monte que des chevaux de M. Nicollin ».
Côté compétition, professionnel depuis 2010, Cyril s’entraîne avec Hervé Maurel (vice-champion d’Europe d’équitation de travail et champion de France 2016 Amateur Elite), enchaîne les concours et entame une belle collection de trophées.

equitation de travail,cyril lopez,champion de france,triton de saint-gabriel,course camarguaiseLes 11 et 12 septembre derniers, au Championnat de France d’équitation de travail, au domaine de la Fleurière à Montarnaud, il a trusté les prix dans sa catégorie Amateur 1 : « Premier en dressage, maniabilité, tri de bétail, technique chronométrée, explique le nouveau champion de France. Avec Triton de Saint-Gabriel, 8 ans, qui possède toutes les qualités des “Nicollin”. Tempérament calme, froid, avec du biais dans les bêtes, équilibré, bien dans sa tête et particulièrement performant dans les taureaux ».

Et le gardian ne compte pas s’arrêter là. L’an prochain, il passe en amateur Elite, le palier haut de la discipline. Brevet professionnel JEPS en poche, il pourra enseigner l’équitation de travail. Voire élargir l’horizon camarguais aux grandes plaines de l’Ouest américain en visant l’entraînement des chevaux américains pour de plus vastes possibilités professionnelles. « Je monte déjà un Camargue en reining et je m’entraîne avec David Roux (une référence en élevage et équitation de travail western, NDLR). Alors pourquoi pas ? »
Mais pour aujourd’hui, Cyril Lopez savoure son titre de Champion de France sur la terre marsillarguoise. Il poursuit sa quête de trophées au sein de nombreux concours d’équitation de travail : « Cela me permet de me mesurer à d’autres cavaliers, de me faire connaître dans le milieu de l’équitation et de faire apprécier les qualités des chevaux auprès d’acheteurs potentiels ».
Bien dans ses bottes et dans sa selle, le cavalier savoure aussi son bonheur de travailler tous les jours dans le cadre idéal du Mas Saint-Gabriel et n’oublie pas d’en remercier « Ma famille qui m’a toujours soutenu et Monsieur Nicollin ». 
 
MARTINE ALIAGA
Photos C. L.
 
PODIUMS
Championnat de France d’Equitation de travail
Amateur 2 prépa : Lucie Boudes et Baikal des Sagnes. Amateur 2 : Jean Baptiste Fleischmann et Ufanous des Nadels. Amateur 1 : Cyril Lopez et Triton de Saint-Gabriel. Amateur Elite : Hervé Maurel et Utah de Touradon.
Championnat de France d’équitation Camargue
Club Elite : Rudy Faïssat et Vorien de Saint-Gabriel. Amateur Elite : Jessica Vitou avec Avise de la Cure. 

Cyril L

05/11/2016

SAINT REMY DE PROVENCE

  **** SAINT REMY DE PROVENCE**** 

ADIEUX d'ESTRELLOUN

                                  COURSE ANNULEE CAUSE INTEMPÉRIES

14900578_1229382297081917_4527464160313396210_n.jpg

Etat de la piste ce matin - Photo Club Taurin Des Alpilles

 

04/11/2016

BEAUCAIRE

Trophée Marius-Gardiol, dimanche 6 novembre 2016

Parachever une brillante saison

beaucaire,trophée marius-gardiol,course camarguaiseL’automne installé et la fin de saison arrivant ne font pas oublier le pétillant du Muguet d’Or printanier ni la fièvre de la Palme estivale.
Daniel Siméon à la tête de la Régie municipale organisatrice ne s’en cache pas : « C’est un bonheur que d’être là ! Je suis épaté du résultat des courses, de l’ambiance, de l’enthousiasme du public ». Et l’heureux organisateur de lister les motifs du succès: « Finalement cette piste à la réputation difficile pour les taureaux s’est révélée brillante grâce au talent des raseteurs. En premier Cadenas, bien sûr, qui, là plus qu’ailleurs peut-être, a aidé les taureaux mais il ne faut pas oublier Zekraoui, Favier... ou Rassir en début de saison. Ils ont offert du grand spectacle ».

beaucaire,trophée marius-gardiol,course camarguaiseSpectacle avec des barricadiers qui, aux trousses d’hommes entreprenants, ont exprimé toute leur fougue. Spectacle aussi, différent certes mais ô combien exigeant, avec des cocardiers qui, face à des raseteurs guerriers, ont gagné de haute lutte, le respect... A la clé, le public profite de toute la gamme de l’art taurin et des émotions qu’il procure.

« Une saison positive, reprend l’organisateur, qui a enregistré plus de
3000 spectateurs les deux dimanches de la Palme et “joué à guichets fermés” à la finale du lundi ».
Pour clôturer ce bel épisode 2016, le Trophée Marius-Gardiol se tourne vers « l’horizon 2017, avec quelques-uns des cocardiers qui pourraient prendre les premières places demain dans leurs élevages respectifs ». Soit dans l’ordre de sortie : Miro de Blanc-Espelly, Guichou de Navarro, Léo de Raynaud, Mustang de Cuillé, Artalet de Laurent, Marquis de Ricard et Courejau de Blatière-Bessac.

En blanc, bien sûr Joachim Cadenas « qui fait un bien fou aux taureaux, au public, à la course camarguaise en général et qui motive ses compagnons de piste ». A ses côtés, Zekraoui, M. Favier, Bouhargane, F. Martin, Allam et Dunan.
Rendez-vous ce dimanche, aux arènes Paul-Laurent, pour, avec ces hommes et ces taureaux-là, clôturer la saison sur de belles images.


MARTINE ALIAGA


Dimanche 6 novembre, 15 h, 11€

02/11/2016

FOURQUES *JUBILE DE SYLVAIN SALINIESI

Samedi 29 octobre 2016

A comme amitié, A comme adieux

fourques,sylvain salinesi,course camarguaise

Anciens raseteurs, raseteurs d’un jour pour l’occasion, ou raseteurs confirmés voire chevronnés, ils s’étaient réunis autour de leur ami arlésien, Sylvain Salinesi pour ses derniers rasets en ce samedi dans les arènes de Fourques.
Tous rassemblés sous les mêmes dénominateurs communs: amitié, sincérité et simplicité - autant de qualités que l’on peut attribuer à Sylvain tout au long de ses 17 ans de carrière dont les 2/3 passés au Trophée des Raseteurs.
Chez les anciens, même si pour certains, les formes corporelles longilignes font partie du passé, les trajectoires élancées des rasets face à Daladel (Lou Pantaï) et Velone (La Vidourlenque) nous remémorent de bons souvenirs. Puis petit moment de relâche, de fous rires avec les novices du raset (amis, amateurs, famille) face à une “bestiolette” de la manade du Pantaï. Elle avait tout compris du pourquoi elle était venue, embarquant fort ses partenaires mais stoppant avant son terme les départs hasardeux des amateurs dont certains eurent énormément de mal à franchir la barrière. Ils ont voulu le faire, ils en ont eu le courage, chapeau !
Après les rafraîchissements, la piste allait être allouée aux raseteurs actuels pour se frotter aux pétillants Fonfon (La Vidourlenque), Mistral (Lou Pantaï), un taureau jeune (Zuniga) et un étalon de Raynaud.
Quant à ses derniers rasets, Sylvain avait souhaité les effectuer avec le retraité (depuis juin) Languedocien de Briaux. Et là, l’un avec des yeux larmoyants, et l’autre en guise de remerciements pour les moments de complicités antérieurs, ils se sont élancés, dans de belles trajectoires terminées par des engagements au-dessus des planches, sous l’air de Bizet et sous les applaudissements…
La remise de souvenirs, en présence du groupe de tradition l’Escolo di Tradicioun de Beucaire a clôturé cette fort belle après-midi avant que Sylvain ne prenne le micro pour ces quelques mots: «Avec mes moyens, pendant 17 ans, j’en ai profité et je ne regrette rien. Merci à vous tous, spectateurs, manadiers, raseteurs et clubs taurins de votre présence»
Ce fut simple, ce fut sympathique, ce fut émouvant, ce fut prenant, à l’image de celui qui vient de clore un chapitre de sa vie en blanc.
Merci Sylvain ! Merci l’ami!

Texte et photos
CYRIL DANIEL

Les participants : anciens raseteurs, Noguera, Malige, Fargier, G. Rado, Dumas, Arnel, Estevan, T. Sanchez. Raseteurs confirmés: Poujol, El Mahoub, Ameraoui, Villard, Mascarin, Zelphaty, Gougeon, Pinter, Ricci, Boudouin, Douville, M. Lopez, Moine, Cadenas.
Présidents de courses : S. Archet de Graveson, N. Nesty de Fourques et C. Daniel de Codognan

SAINT-GILLES *NIVEAU AS* GLAND D'OR - TROPHEE SANTEN

Course du mardi 1er novembre 2016

Optimus, Four, Zekraoui
aux premières places

blogoptimusphmali.jpg

Dominateur au possible,
Optimus fait la planche après Bastien Four (photo Mali)

Optimus éclipse éclipse largement ses compagnons de toril; Four, adroit, prend la tête au finish (au nombre de cocardes levées) devant Zekraoui, omniprésent, et Cadenas pour pimenter les débats, voilà résumée cette dernière course réussie des arènes saint-gilloises. 

La première partie peine un peu à enflammer des gradins très bien garnis, mais le rythme s’intensifie petit à petit, le suspense pour la victoire entretenant la flamme. Et quelle course d’un Optimus alliant placement, méchanceté, coups aux planches pour imposer sa loi.
Bimbe (Cougourlier).- Attaqué bon train, se déplace le long du pourtour et pousse quelquefois. Ensuite, il affirme son placement et conclut à plusieurs reprises (Cadenas, Zekraoui, Favier). Mais les nombreux tours de ficelles n’incitent pas les hommes à l’assiduité. 3 Carmen et retour.
Desbana (Lautier).- Alterne les moments statiques et quelques méchantes ripostes pour 8 minutes les rubans (2 Carmen. Aux ficelles, les hommes butent sur son inconstance et, sur la fin, sur sa non coopération.
Serpatier (Blanc-Espelly).- Se fait rapidement chiper ses rubans sur ses déplacements. Trottine, se décale, rode, mais surveille les départs qu’il déjoue à plusieurs reprises (Cadenas, 2 fois, Zekraoui). Les deux hommes sont les plus réguliers à sa tête et Serpatier intercale les ripostes sérieuses quand il se place, ou les poursuites serrées quand il se centre. Et même s’il n’appuie pas en finition, ses 11 minutes restent intéressantes. 5 Carmen et retour.
Galopin (Blanc).- Il se livre bravement sur un rythme soutenu pour 2 minutes les rubans. Aux ficelles, il ne passe pas la vitesse supérieure, se laissant raseter, offrant de belles séries et se rebellant parfois en lançant la corne. Mais il subit le tempo trépidant et sans concession même s’il garde une ficelle. 6 Carmen et retour.
Optimus (Les Baumelles).- Sa méchanceté et son envie de combattre sont visibles d’entrée où il bacèle à tout va. L’enfermée et la finition sur Zekraoui annoncent la suite. Placement, vigueur, domination... pour une dizaine d’impacts d’envergure aux planches, et quelques chaudes anticipations. Le taureau ne se jette pas pour rien et même si la 2e ficelle fortement primée attise les convoitises, il y met de l’ordre et ne la laisse à Cadenas que sur la trompette. 12 Carmen et retour.
Cueilli à froid, Lebrau (Laurent) voit ses rubans s’envoler. Méchant et fantasque, il saute seul ou après l’homme souvent par surprise comme sur Khaled qu’il malmène en contre-piste (3e minute). Trois raseteurs sont à égalité, Four, Cadenas, Zekraoui et la bagarre fait rage. Four lève la 1re ficelle dans la pagaille (10e), Lebrau reste inconstant mais toujours dangereux et Zekraoui lève la 2e à 14’30.
Moka (le Rousty).- Four et Zekraoui, à égalité, vont se démener. Moka met du mordant dans ses poursuites pour quelques coups aux planches. Cadenas se mêle au jeu. Moka abdique en 6 minutes. 4]Carmen et retour.


MARTINE ALIAGA

Bimbe appuie sa finition sur Maxime Favier (photo Michel Naval)

ST  GILLES  le 1  11  2016  Cland  D OR   (11).jpg

ST  GILLES  le 1  11  2016  Cland  D OR   (31).jpg

▲ Optimus rattrape Zekraoui (photo Michel Naval)

Remise des prix

ST  GILLES  le 1  11  2016  Cland  D OR   (50).jpg

Compétiteurs pendant la course, réunis à la remise des prix.
Image sympathique de Michel Naval


Gland d’Or à Bastien Four qui partagera le trophée avec Youssef Zekraoui, après avoir fini à égalité aux points mais départagés par les cocardes levées.
Prix François-Fabre à Optimus des Baumelles.

Mardi 1er novembre. Entrée : presque plein. Organisateur : Ass. des festivités. Président : D. Gaillard. Raseteurs droitiers : F. Martin, Cadenas, Belgourari, Auzolle, Moine. Gauchers : Zekraoui, M. Favier, Four, Poujol. Tourneurs : Jockin, Lopez, Khaled, Cuallado, Fouque.

***********

Frayeur avec Lebrau
sautant en contre-piste sur Khaled.
Plus de peur que de mal, heureusement.

blogLEBRAUKHALEDPHMALI.jpg

Photo Mali

*****************

31/10/2016

VAUVERT *33e FINALE DU TROPHEE PESCALUNE*

vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise

A la capeladon, Velout Pescalune, Pantaï de Camargue,
pena Mithra et les cavaliers de Jeannot et Iris Lafon
chez qui la valeur n'attend pas le nombre des années.

Course du dimanche 31 octobre 2016

Le Pescalune brille en terre gardoise

Scipion et Pourpier trustent les prix. Le podium des raseteurs : 1er Zekraoui, 2e Aliaga, 3e I. Benafitou. Cadenas meilleur animateur. 

 vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise

L'action du jour Pourpier catapulte
Ilias Benafitou haut vers les gradins

Aliaga, I. Benafitou, Zekraoui qui jouent le podium, Cadenas qui force l’émotion du public, des cocardiers qui livrent une partition d’envergure dans une 2e partie de très haut niveau... Le public s’est enthousiasmé pour cette belle finale du 33e Trophée Pescalune délocalisée à Vauvert pour cause de réfection des arènes lunelloises. Et si Pourpier confirme sa dangerosité par une action époustouflante après I. Benafitou et Mignon sa maîtrise malgré le rythme imposé, Scipion tient en respect l’équipe blanche affichant son caractère, sa méchanceté et sa grande vaillance.
Papagaï (Lagarde).- Les cornes menacent jusqu’au ras des planches à chaque raset, Cadenas déjà fait frémir le public. Sans vraiment se poser, Papagaï multiplie les actions chaudes, honore tous les cites et zèbre l’espace à la rencontre des crochets. Deux coupures de micro hachent les dernières minutes de sa course qui fut volontaire et brillante. Une ficelle rentre. 5 Carmen et retour.
Vincent (Aubanel-Baroncelli).- Tient cocardièrement ses positions, riposte avec conviction et demande de l’investissement. Cadenas avec ses rasets engagés, Zekraoui conquérant, mettent la pression. En fin de temps, il durcit son jeu, mais les hommes se déchaînent pour un dernier tour de ficelle que s’offre Zekraoui à la 14e. 6 Carmen et retour.
Bigarrat (Fabre-Mailhan).- Attaqué plein pot, il veut tout prendre. Brave, il permet toutes les audaces. Aux ficelles, avec un peu plus d’espace, il peut aller au bout de ses trajectoires. Le rythme des rasets baisse mais Cadenas et Zekraoui le motivent pour la 1re ficelle à Zekroui à la 14e.

 

vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaiseMignon (Cuillé).- Cul aux planches, il s’approprie la piste tout entière et attaque par une magistrale anticipation sur Aliaga. Duo de classe avec Cadenas, Zekraoui au plus près des cornes pour 5 minutes les rubans. Aux ficelles, les ripostes restent vives, et les trajectoires haletantes (Zekraoui, I. Benafitou, Cadenas, Aliaga). Le Biòu d’Or 2016 tient le rythme et rentre une ficelle. 7 Carmen et retour.
Scipion (Saumade).- 1’15 brouillon des deux parties aux rubans. Aux ficelles, Scipion hausse le ton, écarte Martin, Aliaga (3 fois), Allam serré de près. Pique une colère et s’en prend aux planches. Puis se cale et affiche son caractère dans de grosses enfermées (Aliaga), des ripostes poussées (Poujol), ou des coups aux planches (Aliaga, Zekraoui). Volontaire et agressif, rentre ses ficelles. 6 Carmen et retour.
Pourpier (Saumade).- Il attaque avec rythme et montre sa fougue, I. Benafitou rentre les reins, les coups pleuvent après Cadenas (2), Dunan, Martin. Aux ficelles, I. Benafitou serré de près jusqu’aux planches, se voit prendre le pied au saut et valdingue jusqu’au premier étage des gradins dans une attaque dantesque du taureau, planches explosées. Ça calme les hommes un moment. Bien placé, Pourpier attend la suite, elle sera d’envergure après Cadenas, I. Benafitou, Zekraoui. Puissant et déterminé, Pourpier rentre une ficelle. 9 Carmen et retour.


Texte et photos
MARTINE ALIAGA

vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise

▲ Excellente course de Youssef Zekraoui
qui remporte le Pescalune (Photo Norbert Raynaud)


Le 33e Trophée Pescalune

vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise

Le podium des raseteurs : 1er, Zekraoui, 47 points ; 2. Aliaga, 43 ; 3. I. Benafitou, 39,5.
Meilleur animateur : Cadenas.
Meilleur taureau de la saison lunelloise : Pourpier de Saumade. Meilleur taureau de la finale : Scipion de Saumade.
Prix aux bayles.
vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise▲ Photo - Coup de cœur au président de course Jacques Valentin (à droite sur la photo), 17 ans de fidélité aux arènes lunelloises.

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : F. Martin, Cadenas, I. Benafitou, Dunan. Gauchers : Zekraoui, Allam, Aliaga, Poujol, R. Marquis. Tourneurs : Bensalah, Jockin, Khaled, Lopez.

▼ Scipion - Jérémy Aliaga

vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise

▼ Les vainqueurs de la finale
Scipion et Youssef Zekraoui

vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise

▼ L'action de Pourpier sur Ilias Benafitou

vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise

vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise

vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise

vauvert,trophée pescalune,scipion,pourpier,cadenas,zekraoui,aliaga,course camarguaise

28/10/2016

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Course du mercredi 26 octobre 2016

Les lauriers pour la manade des Termes

les saintes-maries-de-la-mer,tau,manade les termes,course camarguaise

Le 213 des Termes et le jeune raseteur Youssef El Mahboub

Sous quelques gouttes de pluie, les Saintes-Maries-de-la-Mer se remplissent peu à peu,  en ce mercredi, d'une foule d'afeciouna qui finalement, à l'heure de la capelado, empliront les arènes à ras bord. Beau succès d'affluence pour le Parc naturel de Camargue qui, après six courses gratuites bondées, affiche, en ce jour payant,  la même adhésion du public aux courses d'étalons Marcel-Mailhan, 34e édition.

Au final, les tau ont affiché les qualités et les défauts des étalons. Quelques-uns n'ont pas réitéré leur précédente prestation, ou bien sont souvent sortis du toril plein de jus mais se sont vite calmés. Normal pour ces jeunes mâles de 3 et 4 ans. La course a tout de même été agréable à suivre, il y a eu du jeu avec tous les tauraux, puis un lot d'émotions (blessure d'un spectateur en contre-piste, puis du raseteur Miralles victime de sa bonne volonté) et un bon final relevé par le panache du Lagarde. 

les saintes-maries-de-la-mer,tau,manade les termes,course camarguaiseEt si le N.213 des Termes (Photo Michel Naval) récompensé du 1er prix sur la finale ainsi que le 3e prix au N.303 de Lagarde, sont bien mérités, le public n'a pas compris le 2e prix donné au N.261 de Raynaud, laissant éclater sa colère envers le jury mais infligeant au manadier un passage en piste sous la bronca. Pas cool !

Parmi les 14 raseteurs se relayant en piste, Youssef El Mahboub se fait remarquer tout comme Laurier et Laurent, les autres étant un peu plus intermittents.

Le Didelot au physique avantageux ouvre la course mais manque vite de jus et se désintéresse à la sortie du raset.

N.211 de Saint-Antoine, lui aussi à la belle plastique, attaque plein gaz, avec du placement et de l'investissement jusqu'aux planches. Quelques moments de retenue. Classique et pas désagréable. Rentre 1 ficelle.  1 Carmen et retour.

les saintes-maries-de-la-mer,tau,manade les termes,course camarguaise◄ N.220 de Vitou Frères. Petit gabarit bien fait avec ses petites cornes refermées, mais éclatant de vaillance. De belles enfermées et de longs enchaînements pour les ficelles qui rentrent. 4 Carmen et retour.

Le N.3169 de Nicollin. Premier raset, il s'envoie et cueille un spectateur au ras du burladero. La blessure nécessite l'évacuation et la course s'arrête un bon quart d'heure. A la reprise, le Nicollin conclut méchamment plusieurs fois, les hommes le craignent. Puis peu à peu perd de sa fougue. Carmen au retour avec ses ficelles.

N.213 des Termes. Belle pointe de vitesse au départ de l'action, tient pied dans les enchaînements et ne lâche pas jusqu'au ras des planches. A tout vouloir prendre, il se laisse parfois distraire mais affiche une réelle volonté et du sérieux. 7 Carmen et retour avec 1 ficelle.

N.261 de Raynaud. Suit avec plus ou moins de conviction, offre son frontal, saute... Une belle trajectoire avec El Mahboub... Il tire la langue et laisse ses ficelles à 9'25. 2 Carmen et retour. Il n'est pas dans un bon jour et ne réitère pas sa course précédente qui lui vaut le prix du meilleur tau de 4 ans.

N.313 de Ribaud. Bien fait mais pas trop attaqué, se laisse parfois distraire puis se désintéresse. Une paire d'action cornes pointées (2 Carmen) mais c'est un peu juste. 

N.307 de Fabre-Mailhan poursuit fougueusement et frise les planches. Montre beaucoup de vivacité au départ de l'action, s'envoie sur Castel, se place, saute à plusieurs reprises... et perd beaucoup de temps dans la contre-piste d'où il bouscule Miralles.

les saintes-maries-de-la-mer,tau,manade les termes,course camarguaiseN.303 de Lagarde. Sort motivé et serre El Mahboub pleine piste, s'envoie après le même. Des sauts, des séries où il perd un peu de nerf mais en garde assez pour s'envoyer plusieurs fois dans les dernières secondes dont ce gros coup après Bakloul. Bravet et finisseur, il rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MICHEL NAVAL

Les prix

les saintes-maries-de-la-mer,tau,manade les termes,course camarguaise

Les prix aux étalons de la finale : 1er Les Termes ; 2. Raynaud ; 3. Lagarde.

Sur l'ensemble des courses : meilleur 3 ans, le 307 de Fabre-Mailhan ; meilleur 4 ans, le 261 de Raynaud. Plus beau 3 ans, le 3169 de Nicollin ; plus beau 4 ans, le 228 de Blanc.

Raseteurs : à la finale, 1er El Mahboub ; 2e Laurier ; 3e Laurent. Sur l'ensemble des courses : 1er El Mahboub ; 2e Laurent ; 3e Michelier.

25/10/2016

CHRONIQUEURS ET PHOTOGRAPHES DE COURSE CAMARGUAISE

amicale,manade martini,course camarguaise

Vendredi 21octobre 2016

L'Amicale en safari chez Martini

amicale,manade martini,course camarguaise

Thomas et ses complices chevaux

amicale,manade martini,course camarguaisePas besoin d'aller chercher bien loin. Entre Franquevaux et Gallician, à quelques encablures de la trépidante civilisation, des hommes et des femmes se sont aménagé un petit coin de paradis où chevaux et taureaux profitent dans le calme des prairies et des zones humides. C'est la manade Martini. L’Amicale y a débarqué en ce vendredi placé sous le signe d’un soleil resplendissant, accueillie par le manadier Bernard Fougerolles, Nicole et Gérard Osty, les gardiens du temple, et les cavaliers. La pluie des jours passés a largement arrosé les pâturages mais charrette, camion et 4x4 sont partis à l’abordage dans une joyeuse et cahotante cohue. Au loin, les taureaux avertis par le remue-ménage se mettaient déjà en mouvement. Le spectacle pouvait commencer.

Les gardians ne ménageaient pas leur peine pour trier en plein pays les biòu sélectionnés pour passer sous le feu des photographes. Cavaliers et taureaux à plein galop soulevant des gerbes d’eau arrivant droit vers les spectateurs pour passer comme à la parade devant des Amicaliers aussi esbaudis que des enfants à leur premier Noël.
Puis le troupeau, canalisé par les gardians, se met doucement en marche pour traverser le plan d’eau, les joncs et les enganes. Les bêtes prennent le galop, les éclaboussures s’irisent dans la lumière, la nature donne son meilleur. Beauté à l’état pur, images inoubliables. Des clics et des clacs à n’en plus finir, chacun fait le plein de sa carte mémoire. Applaudissements nourris pour les gardians.
Retour au camp, la troupe est tout sourire. Le soleil reste propice. Tout autant que les tables généreusement garnies d’une brasucade 3 étoiles.

amicale,manade martini,course camarguaiseSous la loupio, les 73 participants s’installent, l’ambiance chaleureuse n’attend plus que Régine Pascal, ses chansons et son goût du partage, pour se débrider. Thomas crée la surprise en faisant entrer en scène, ses chevaux, poulains et même un chevreau pour des tableaux tout en douceur et en complicité. L’assemblée est définitivement conquise. La journée réussie.

Grand merci à la manade Martini.

 

MARTINE ALIAGA

Les courageux se sont hâtés
de se cacher dans les enganes
pour être au coeur de l'action

amicale,manade martini,course camarguaise

LES PHOTOS DE MICHEL NAVAL

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

**************

Le reportage d'Yves Bustin

L’Amicale des Chroniqueurs
en vadrouille à Franquevaux

C’est à la manade Martini que la présidente Martine Aliaga et son staff avait convié ses ouailles pour la sortie d’automne, et ce pour la 2e fois en 2 ans! Il faut dire que chez Martini,  c’est On The Rocks et que tout se consomme sans modération, avec un tiers d'amitié, un tiers de passion, un bon tiers de rigolade et un zeste de liberté. Ce sont donc plus de 70 personnes qui se sont retrouvées, avec un évident plaisir, dans ce lieu sauvage et authentique,  accueillis par le grand sourire de Nicole et Gérard Osty, le pelot, Bernard Fougairolles et ses gardians étaient allés dans le Gers, ambassadeurs de nos traditions.
Autour d’onze heures, ce sont deux charrettes pleines qui sont allées vers les prés  (trempés) pour une démonstration de tri dans l’eau, où les crépitements des multiples photographes ont accompagné hommes et bétail. La ballade des gens heureux ou il est où le bonheur... Loin du bruit, loin des soucis, tous ont apprécié à sa juste valeur, ce moment unique.
Puis ce fut le retour au mas, pour une dégustation de moules en brasucade, où tout le monde a raseté et sans tourneurs, des bestioles inoffensives mais succulentes, sans oublier la désormais incontournable tapenade de Christian  (le compagnon de Martine...). Une photo du groupe par les nombreux mitrailleurs et hop à table.
Un succulent repas préparé par le chef de l’Abbaye de Franquevaux, avec des intermèdes musicaux de l’ambassadrice de la Camargue, Régine Pascal et sa voix d’or. Mais aussi des apparitions équines très appréciées, les sabots sur le comptoir du bar...ou allongés, Regine sur le dos! Si bien que personne  n’a vu le temps passer et que ce fut avec émotion que le retour dans les foyers était obligatoire...
Ainsi va la vie de l’Amicale, une alerte cinquantenaire, avec un prochain rendez-vous, en janvier 2017, pour l'assemblée générale. On aura l’occasion d’en reparler.
 
YVES BUSTIN

amicale,manade martini,course camarguaise

▼ Le reportage Photos Norbert Raynaud

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

amicale,manade martini,course camarguaise

************************

▼ La vidéo de Janine Haro

https://youtu.be/4-JU3G6XuKQ

 

*****************

 

23/10/2016

ALES *FINALE DU TROPHE DES RASETEURS*

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

Samedi 22 octobre 2016

Mission accomplie

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

Cette finale, ils la voulaient pour, une fois dans la saison, avoir leur course à eux, être sous les projecteurs et recevoir les récompenses en piste. Les raseteurs se sont pris au jeu et ont assuré le rendez-vous. Oui bien sûr, il y a eu des coups de mou mais l’impression d’ensemble reste sympathique. Chacun a raseté avec ses qualités et ses limites, certes, mais avec sincérité et sans tricher dans cette grande piste pas facile. Et ils en ont payé le prix avec les blessures de Moutet et de Moulin. Radouane Errik et Nabil Benafitou, à un point d’écart à l’entame, ont livré un bon duel. Nabil plus incisif en première partie puis gêné par la fatigue et des crampes, ne capitule qu’au dernier cocardier ; Radouane, peinant au début, sans trouver ses marques, puis faisant l’effort dès la reprise avec Camaï puis Trancardel et le premier gland de Milhaudois (7e), l’emporte de quatre petits points. Mention à Damien Moutet qui, à son habitude, est de toutes les attaques et que Castellas (3e) prive du final en le rattrapant à la planche lui infligeant une blessure entre-jambes. La course pâtira de sa sortie. Double mention à Jonathan Vic qui a tenu un bon rythme tout du long, remontant de la 10e à la 8e place, avec la manière. Notons de beaux éclairs de Mathieu Marquier ou par moments l’implication de Dimitri Fougère et le bon comportement général sous l’œil vigilant du président Joris Alvarez.
Côté cocardiers, le choix de la commission du Trophée Taurin, malgré les changements de dernière minute, s’est révélé adéquat et convaincant. D’un Mouret offensif en début de temps et rigoureux, à Milhaudois intempestif et finisseur via un Fétiche volontaire, un dangereux Castellas, puis le sans-faute de Camaï, la difficulté amenée par Triton, la maîtrise de Trancardel... L’ensemble a tenu la route.
Alès la Cévenole et Toro Alès Cévennes ont reçu les afeciouna avec savoir-faire dans ces arènes à l’architecture particulière. Ici l’aficion se vit entre traditions espagnoles et camarguaises. Et s’il est difficile d’attirer autant de monde aux arènes que pour les corridas et courses de la célèbre feria de l’Ascension, en ce samedi, il y a eu une belle animation autour et dans les arènes.
Chacun a tenu son rôle, mission accomplie !


MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaisePOINTS - PRIX
POINTS DE LA COURSE :
Marquier, 24 points ; Vic, 19,5 ; Errik, 16,5; N. Benafitou, 13,5; Fougère, 9; Moutet, 7,5; Ferriol, 3.

TROPHEE DES RASETEURS: 1er Errik, 296,5 points ; 2e Nabil Benafitou, 292,5 ; 3e Mathieu Marquier, 254 ; 4e Guillaume Cano, 199 ; 5e David Maurel (malade, absent), 184; 6e Damien Moutet, 166,5; 7e Fougère, 146 ; 8e Jonathan Vic, 145,5.
Prix FFCC au meilleur raseteur : Radouane Errik.
Prix du meilleur cocardier : Camaï de la manade La Vidourlenque.

*********

Premier avertissement de Castellas à Damien Moutet

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

▼ Course et saison réussies pour Jonathan Vic
 ici avec Fétiche du Joncas

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

▼ Nabil Benafitou et Mouret de Fournier

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

▼ La roussataïo de Renaud Vinuesa

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

▼ Les élégantes et indispensables Arlésiennes

alès,finale du trophée des raseteurs,errik,camai de la vidourlenque,course camarguaise

******************************

20/10/2016

ALES *FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS*

Ce samedi 22 octobre 2016

Le Trophée joue les prolongations

BLOGALESPHLS.jpgAprès la finale de l’Avenir au Grau-du-Roi et celle des As à Nîmes, le Trophée des Raseteurs trouvera son aboutissement ce samedi à Alès (report du 1er octobre pour cause de pluie). L’équipe de raseteurs, les dix mieux classés du groupe 2, ne change pas (lire ci-dessous), et les deux premiers Radouane Errik et Nabil Benafitou se tiennent à un point d’écart. Voilà pour pimenter les débats. En revanche, la liste des cocardiers a subi quelques modifications dans sa deuxième partie, certains déjà loués ne pouvant participer. D’autres taureaux ont donc intégré l’affiche. On ne parle pas ici de "remplaçants - ou alors de luxe - mais d’une sélection de la commission du Trophée Taurin dans un large panel de cocardiers qui ont assuré une saison brillante.
Les trois premiers choisis - Mouret de la manade Fournier N.462, Fétiche du Joncas (N.613), Castellas de Fabre-Mailhan (N.329) - restent à l’affiche. Une entame solide aux qualités cocardières et potentiellement concluantes.
Camaï de la Vidourlenque (N.304) défendra sa 4e position avec la volonté qui marque toutes ses sorties. Un taureau jamais rassasié, jamais battu, qui combat avec bravoure. Triton, lui, s'impose avec caractère et répartie. Dans le grand vivier de la manade Plo, le 718 est un sacré numéro. Placement, enfermées, vigilance et conclusions font partie de sa panoplie. Trancardel de Bon (N.641) allie les réparties cocardières sérieuses et parfois le panache qui le pousse à s’engager aux planches. Milhaudois (N.817), lui, a un moral de combattant spectaculaire. Les envolées du Lagarde sont réputées, ajoutées à sa vaillance, voilà qui devrait enchanter le final.
Des cocardiers de qualité, donc, pour des raseteurs expérimentés qui apportent toute la saison leur savoir-faire et leur passion de raseter. Dans cette grande piste alésienne, il leur faudra du courage et du physique pour faire face aux difficultés et animer la course. Faisons-leur confiance et encourageons-les ! Capelado à 14 h 30.


MARTINE ALIAGA


SAVOIR
Points : les points des sept cocardiers seront comptabilisés en coefficient 1,5.
Réservations : samedi, la billetterie sera ouverte aux arènes à partir de 9h. Réservations : tél. 06 18 48 60 48.
Les précédents vainqueurs du Trophée des Raseteurs : 2015, finale annulée par la pluie à Saint-Rémy-de-Provence, David Maurel. 2014, à La Grande-Motte, Rémi Guyon, meilleur cocardier Aparicio de Rouquette. 2013, à Mouriès, Mathieu Marquier et Estepous de Guillierme. 2012 à Pérols, Rémi Guyon et Sugar de Saint-Gabriel. 2011 à Saint-Martin-de-Crau, Jérémy Lafare et Prince de Chapelle. 2010, à Vendargues, Rémi Guyon et Aiglon d’Occitane. 2009, à Barbentane, Frédéric Jockin et Alésien de Briaux.

CLASSEMENT DES DIX RASETEURS PARTICIPANT

1. ERRIK Radouane (G) 280 points
2. BENAFITOU Nabil (G) 279
3. MARQUIER Mathieu (D) 230
4. CANO Guillaume (D) 199
5. MAUREL David (D) 184
6. MOUTET Damien (D) 159
7. FOUGERE Dimitri (D) 137
8. FERRIOL Jeoffrey (G) 134
9. CLARION Christophe (G) 128
10. VIC Jonathan (D) 126

 

16/10/2016

VENDARGUES *Révélations 2016*

Course du dimanche 16 octobre 2016


Andreloun, l’os du jour

vendargues,révélations,course camarguaise

Andreloun avec Jérémy Aliaga


Ambiance sympathique sous des cieux couleur automne et une humidité tenace malgré le soleil de la veille. La piste est encore par endroit gorgée d’eau bien que la Muleta a travaillé d’arrache-pied et, en première partie, taureaux et raseteurs ont du mal à trouver leurs appuis. A l’entracte, à nouveau damé, le sable tient davantage et chacun retrouve ses facultés.
Les trois premiers malgré leurs qualités pâtissent de la piste glissante mais Vagari se fait respecter, Fougueux tient pied de belle manière, Vieto passe bien. Andreloun, 4e, donne du fil à retordre et garde ses glands. Arlésien abordable, Testasse surprend par ses coups droit dans les planches, et Hélias envoie quelques boulets bien sentis. Aliaga et Katif mènent la course, I. Benafitou plus inégal et les jeunes complètent sur un rythme allégé de fin de saison.
Vagari (Lagarde).- 6 ans. La piste dangereusement glissante rend les hommes prudents. Du coup Vagari domine sans forcer et malgré quelques dérapages, rentre tranquillement ses ficelles en bon premier. Fougueux (Les Termes).- 9 ans. Le long du pourtour, pousse fort après l’homme jusqu’au ras des planches. Tient pied partout, écarte Montesinos, I. Benafitou. Par des enfermées de belle facture, il prend le dessus pour plus de 8 minutes les rubans. Aux ficelles qu’il rentre, bien campé, garde son peps et se cabre après I. Benafitou. 1 Carmen et retour.
Vieto (Bon, remplace Dubaï boiteux).- 6 ans. Physiquement balèze, il se montre abordable dans le raset et plus fantasque aux planches. Remuant et sauteur, il garde sa cocarde jusqu’à 6’50. S’envoie après Errik, tape après Katif. Il enchaîne de bon cœur et conclut après Benafitou, après quelques sauts et des séries. Sauve 1 gland. 5 Carmen plus retour.

vendargues,révélations,course camarguaise
Photo
Aurélie Raynaud
aux prises avec
un Andreloun sauteur

Andreloun
(Raynaud).- 7 ans. Prend possession de la piste en roumégant méchamment. Plein de fougue, il pousse jusqu’aux planches où il peut basculer seul ou après l’homme. Des anticipations (Aliaga), des conclusions (I. Benafitou). Cul aux planches, il durcit son jeu, saute par surprise. Méchant au possible, il donne du fil à retordre et garde ses glands. Un peu trop de sauts encore mais un bel espoir. 6 Carmen et retour.

Arlésien (Chapelle-Brugeas).- 7 ans. Plus abordable, il cavale dans toute la piste prenant tout ce qu’on lui propose. S’enfile de multiples séries, se soulève après I. Beanfitou (2). Rentre une ficelle. 5 Carmen et retour.

vendargues,révélations,course camarguaise

Testasse vaillant et finisseur
avec Ziko Katif


Testasse d’Hervas.- 6 ans. Un biais tout particulier pour ce jeune élément qui tape en biais ou droit devant en oubliant de lever la tête. Remuant, à son rythme, il conclut à de multiples reprises, vaillant et entêté. 11’50, 10 Carmen et retour.
Hélias (Blatière-Bessac).- 6 ans. En mouvement et avec des manières brutales, il se montre aussi disponible pour enchaîner. Ilias Benafitou se charge de faire briller cet homonyme qui conclut après lui cinq reprises. 10 minutes un peu brouillonnes, 5 Carmen et retour.

vendargues,révélations,course camarguaise

Les deux -presque- homonymes en pleine action

 

Texte et photos
MARTINE ALIAGA


Entrée : 3/4 d’arène. Org. La Muleta. Président : Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Katif, Montesinos. Gauchers : Aliaga, Errik, Méric, Y. Martin. Tourneurs : Grando, Daniel.

BELLEGARDE

Course du samedi 15 octobre 2016

A F. MARTIN et RUSCASSIER LE PRIX DE LA VILLE

DANS UNE TRES BONNE COURSE

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaise

Entrée : 2/3 - Organisateurs : Commission des Festivités

Présidence : Bruno Pascal

Raseteurs Droitiers : V Marignan (sort au 5), S Dunan, J Soler, F Martin

Raseteurs Gauchers : N Benafitou, H Poujol, F Allam, Y Zekraoui, M Sanchez

Tourneurs : B Joseph, F Jockin, D Dunan, B Khaked

La piste des arènes bâchée avant les intempéries de l’avant-veille et de la veille, de la graisse de coude pour les bénévoles le matin pour les dernières retouches et c’est parti pour le Trophée de la Ville.  

Plus d’enjeux chez les hommes si ce n’est pour le prix du jour, et pourtant ça rasète sous l’emprise de  F Martin, Y Zekraoui, S Dunan, V Marignan Soler et N Benafitou par passages. Des taureaux qui ont du répondant et qui donnent de bonnes répliques  avec un petit plus pour Ruscassier et malgré la course faussée de Valat et la prestation d’Agassin qui nous a laissé sur notre faim.

Il n’en fallait pas plus pour passer un bon après-midi au pied de la Madone qui surplombe le village. Merci aux membres de la commission des festivités qui ont permis aux aficionas de passer l’après-midi sur les gradins sous un soleil radieux et pour leur plus grand plaisir : Celui de voir courir des biou.

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseNoirlac (Michel) : Surpris aux pompons il se reprend aux ficelles. Ses réponses sont régulières, les plus étirées jusqu’aux planches où il se dresse. Acquérant un coup de tête, il rentre en musique, jouée 3 fois sa 2de ficelle. Il fallait un premier, il fut avec aisance.

  ⇑ Photo : Départ sur V. Marignan

Folco (Bon) : Malgré sa grosse carcasse, ilbellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaise répond à chaque site  et pousse jusqu’à la limite où il s’écrase contre les planches (Soler 3, N Benafitou, Zekraoui 2, Dunan, Allam) ou les franchit (Zekraoui et Dunan. Ficelles autour des cornes joue le Carmen final qui avait retenti 7 fois.

Photo : Engagement tout en puissance sur S Dunan

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseRuscassier (Caillan) : Vif, dès le 2d raset, coince Marignan aux planches. Puis cocardièrement parlant, il est au top. Consenti dans de bonnes conditions, ses réparties se concluent par des cornes menaçantes qui frôlent les planches ou il peut se lever (N Benafitou, Dunan, Zekraoui). 13’30 de qualités allouées par les honneurs à 5 reprises.

bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseMetis (Daumas) : Placé d’entrée, il répond promptement  en baissant la tête. 4 minutes pour cocarde et glands puis, les hommes hésitant ont moins d’activité. Il prend un raset, change de terrain et se replace. Tape derrière N Benafitou, Marignan et menace Zekraoui (Photo)  A 350 euros, il reste maître de sa 1 ere  ficelle. 7 Carmen plus rentrée.

Valat (Blanc) : Volontaire, il sort de son positionnement aux planches pour s’élancer dans une réplique qui peut être franche ou élancée (Soler, Dunan, Zekraoui, Martin). Les rasets s’intensifiant, il enchaîne mais hélas, l’humidité de la piste nuira à sa fin de course. Retour en musique qui avait résonné 5 fois.

Agassin (Les Baumelles) : Caractériel, il peut ignorer comme s’engager fortbellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaise et conclure aux bois (Dunan, Martin 3, Allam et N Benafitou 2). Il sait le faire, il l’a prouvé, mais l’irrégularité a primé. 5 carmen plus rentrée ficelles intactes.

Photo : Puissant engagement derrière S Dunan ⇒

Persée (Lagarde) : Dès la sonnerie, sur un départ hésitant scotche Zekraoui contre les tubes. Vulnérable sur les rasets authentiques, il est plus bellegarde,Trophée de la Ville, course camarguaiseincisif sur ceux dont l’homme à sa portée. Tamponne Allam, s’envole derrière F. Martin, Dunan, Soler 2. Epuisé, il ne rend pas les armes et sauve ses ficelles au retenti du disque qui avait tourné 5 fois.

Action derrière J. Soler

 

                                 Texte et Photos Cyril Daniel

 

11/10/2016

ALES *FINALE DU TROPHEE DES RASETEURS*

logo TT2.jpg

ALES
Finale du Trophée des Raseteurs
 
Annulée pour cause de mauvais temps
le 1er octobre, la finale du
Trophée des Raseteurs se déroulera à
Alès, samedi 22 octobre
14h30, 11€
L’affiche des cocardiers a été modifiée
Mouret de Fournier
Fétiche du Joncas
Castellas de Fabre-Mailhan
Camaï de La Vidourlenque
Triton de Plo
Trancardel de Bon
Milhaudois de Lagarde
 
Et les dix premiers raseteurs du groupe 2. 
Réservations : 06 18 48 60 48.

 

10/10/2016

NIMES *FINALE DU TROPHEE DES AS*

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

Course du dimanche 9 octobre 2016
 
La course camarguaise positive
 
Chaque finale est différente. De cette édition 2016, on retiendra les gradins bien garnis des arènes, une avant-course magnifique, gaie et enlevée, le sérieux des cocardiers et la tenue exemplaire des raseteurs. A peine, une ou deux remontrances de la présidence pour tenir la troupe dans le droit chemin. A la remise des prix, les sourires étaient de mise, ceux des acteurs récompensés bien sûr trouvant là les applaudissements mérités au terme de la saison. Mais aussi ceux des décideurs, collectivités territoriales, partenaires du Trophée Taurin et dirigeants de Midi Libre et de La Provence, alliés à la Fédération Française de la course camarguaise. Sans oublier les spectateurs, nombreux à rester pour entonner La Coupo Santo et saluer ses héros dans un dernier tour de piste.
La “patte” de Cadenas
Joachim Cadenas s’implique et à l’image de sa saison, impressionne. Des corps à corps à la limite avec Banaru, une pointe au bras de Scipion, une “vuelta de campana” lorsque déséquilibré à la planche, la corne de Pourpier tient le bas de son pantalon... Mais le guerrier repart chaque fois et offre de bien émotionnants duos. Maxime Favier, lui aussi, marque la finale de son style. Entreprenant au possible, façon cascadeur, ça passe ou ça casse. Et même quand les coups font mal (soulevé par Banaru, jeté hors du pourtour par Mignon), le cascadeur grimace mais reprend son poste. 
Satisfaction également dans la tenue de Mignon. Exemplaire ce Biòu d’Or 2016 ! Devant des hommes investis, le Cuillé par quelques anticipations bien placé et des trajectoires tenues jusqu’à l’extrême limite des planches étrenne sa 2e étoile avec maestria. Les cocardiers de Saumade, également, ont apporté leur méchanceté, leur fantaisie, leur panache. Scipion alternant vaillance et méchantes trajectoires conclues ; Pourpier pour plus d’impact aux planches et sa dangerosité constante. Cela a sûrement fait la pencher la balance de la commission du Trophée Taurin qui lui attribue le prix du meilleur cocardier de la finale. Mérité ! Avec un solide Boer, Banaru, et ses terribles enfermées, Sylvérado classique et sérieux, la première partie a tenu la route. Reste Jupiter qui, en dessous de son envergure barricadière habituelle, n’a pas enflammé le final. Et cela manque pour une impression d’ensemble plus enthousiasmante. Chaque finale est différente, nous qualifierons l’édition 2016 de positive.
 
MARTINE ALIAGA 
Photos MALI - Christian ITIER
 
POURPIER - CADENAS
L'action d'envergure

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

Photo ERIC MARC

SPECTACLE

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

nimes,finale trophée des as,cadenas,pourpier,mignon,course camarguaise

Une avant-course en hymne à la terre de bouvine avec un carrousel de 24 cavaliers et cavalières de Traditions du Sud de Mélanie Bayle et les amazones de la Confrérie des gardians Saint-Georges. Duos équestres avec Julien Perrin et Manon Gallière, Julien Gonfond et Rose Bargantanet.
Groupes: la Capouliero de Martigues, Cabidoulo du Cailar, Le Ruban de Provence d’Avignon, Etoile de l’Avenir d’Arles, Velout Pescalune de Lunel, L’Escolo d’Argenço de Fourques, Pichoto Camarguo de Mauguio, Temps du Costume et Flour inmourtalo de Nîmes.
Avec la Reine d’Arles, ses demoiselles d’honneur et les musiciens de La Gardounenque.

****************

LA COURSE

Entrée: environ 10000 personnes. Organisateur : Simon Casas Production. Président : Joris Alvarez. Rasteurs droitiers : Cadenas, Katif, I. Benafitou, Auzolle, Ciacchini. Gauchers : Favier, Four, Poujol, Aliaga, Zekraoui, Allam, Ouffe. Tourneurs : Khaled, Beaujard, Bensalah (sort au 5e), Fouque, Cuallado.

Ressortent Mignon, Scipion, Pourpier. En blanc Cadenas, Favier, Benafitou, Aliaga davantage en première partie, Ciacchini plutôt en deuxième. Mais honnête travail d'ensemble.

Boer (Occitane).- Il sort motivé, les hommes aussi. Cadenas à l'attaque d'entrée, Favier pareil. Offensif le long des planches, Boer tape, se soulève. Mais à mi parcours, il commence à se centrer et termine réticent. Ficelles sur les cornes, 2 Carmen.

Banaru (Le Rhône).- Alterne les enfermées dangereuses (Favier, Cadenas, Benafitou) et les déplacements. Il ignore parfois, se garde un temps. Il semble froid mais tient les hommes à l'oeil, malmène Favier au terme d'une anticipation émotionnante, pousse après Zekraoui, Aliaga. Les ficelles montent montent, et il se les garde. 5 Carmen et retour.

Sylverado (Nicoçllin).- Chasse le long des planches et riposte sévèrement. Se place puis déplace les hommes, raccompagne cornes menaçantes. Avec Cadenas, il va au bout. Quiche Zekraoui, Aliaga. Classique et sérieux, garde ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Mignon (Cuillé).- Le Biou d'Or affiche sa prestance. Cadenas s'élance, le Cuillé démarre aussi sec, puis anticipe le départ d'I. Benafitou, Cadenas. Zekraoui s'y met. Vif, sérieux, Mignon use d'un placement exemplaire parfaitement géré. Les rasets sont honorés offensivement jusqu'à l'extrême limite des planches. Les hommes ne faiblissent pas et le rythme est fort. Pour une première ficelle à 11'30. Favier ambitieux, reste dans les cornes et se fait expulser dans le pourtour. Zekraoui, Cadenas allongent, Mignon est au diapason. Le tourneur Fouque se fait expulser pour un mauvais geste à l'encontre du taureau. Mignon rentre une ficelle sur l'air du cocardier plus 6 Carmen déjà entendus. Mission accomplie.

Scipion (Saumade).- Inflige une pointe à l'avant-bras de Cadenas. Brouillon au départ, il monte vite en température et s'envoie après I. Benafitou. Placement fluctuant mais grosse envie d'en découdre. Séries honorées avec vaillance, droite-gauche conclusion sur Cadenas. Maxime, entreprenant, fait frémir les gradins. La 1re ficelle à I. Benafitou. Scipion se bat et rentre une ficelle au terme d'un bon quart d'heure. 6 Carmen et retour.

Pourpier (Saumade).- Décidé et guerrier. Quant les hommes l'enroulent trop, il se rebiffe d'un coup de revers. Conclusion sur Cadenas. Se laisse piéger un temps sous la présidence mais se rebelle et se sort de l'emprise. Le duo avec Cadenas fonctionne, et les coups aux planches pleuvent (Cadenas, Ciacchini, Aliaga, Auzolle). Cadenas se fait surprendre à la planche, Pourpier le tient par le bas du pantalon. Moment d'effroi. Mais le raseteur repart de plus belle. Un beau combat pour des ficelles qui rentrent. 5 Carmen et retour. Et le prix du jour.

Jupiter de Laurent.- On l'attendait pour parachever cette belle après-midi. Mais le Laurent ne se tient pas et se laisse leurrer sur ses déplacements incessants. A toi, à moi, les raseteurs le délestent rapidement de ses attributs. Un peu de pagaille et Julien Ouffe se fait surprendre, se couche, le taureau lui passe dessus. Un beau coup où Jupiter brise les planches après I. Benafitou. Mais 8'30 suffisent.

**************

Les points de la course, Trophée des As : Cadenas, 19,5 points ; I. Benafitou, 15 ; Auzolle, 10,5 ; Aliaga, 9 ; Ouffe,  9 ; Allam, 6 ; Four, 6 ; Katif, 6 ; Ciacchini, 6 ; Zekraoui, 3 ; Favier, 3 ; Poujol, 3.

Les prix du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence : 1er Cadenas, 638,5 ; 2e Katif, 501 ; 3e Favier, 423,5 ; 4e Four, 400, 5 ; 5e Aliaga, 343.

Biou d'Or 2016 : Mignon de la manade Cuillé
Meilleur cocardier de la finale : Pourpier de la manade Saumade

Champion de France FFCC : Joachim Cadenas.

 

**************

 

 

 
 

 

07/10/2016

NIMES : LES RASETEURS DE LA FINALE DES AS

Course du dimanche 9 octobre 2016

La grande fête camarguaise

nimes4PHMALI.jpg

La vitalité d'une tradition se mesure à sa capacité à se transmettre, à se régénérer, à impacter un terroir et à mobiliser les foules. En cela les Camarguais ont de beaux jours devant eux. Et ce ne sont pas les heures difficiles passées ou à venir qui viendront à bout de cette passion commune inspirée par les taureaux, et qui s’articule autour de la course camarguaise jusqu’à devenir moteur d’un art de vivre.

Dimanche, à Nîmes, ce sont tous les intervenants de la bouvine qui seront célébrés et toutes les volontés qui se sont unies pour passer le cap difficile de l’hiver dernier. Une prise de conscience des premiers acteurs concernés (raseteurs et manadiers) mais aussi des organisateurs, collectivités territoriales, partenaires, afeciouna, etc. autour d’une Fédération française qui avait un cap difficile à franchir. Oh bien sûr, il reste du travail et des objectifs à pérenniser, ainsi que nombre d’indécis ou de réfractaires à convaincre, mais l’élan des premiers mois 2016 a ouvert des dialogues et occasionné des rencontres jusque-là improbables.
 
Restons sur cette dynamique et cueillons tous ensemble, dimanche, les fruits de la saison. Soit la finale du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence et le sacre du vainqueur du Trophée des As qui recevra aussi le titre de Champion de France par la Fédération française de la course camarguaise. Soit le terme d’une compétition entre de performants raseteurs dont un hors normes - Joachim Cadenas - semant l’émotion à chacune de ses rencontres avec les taureaux. Soit un ensemble de cocardiers valeureux dont Mignon de la manade Cuillé sacré Biòu d’Or 2016.
Avant le duel central de la piste, en introduction, Patrice Blanc orchestrera le ballet des Arlésiennes, cavaliers et groupes de tradition. Des créations toujours attendues tandis que La Gardounenque sera chargée de porter l’estrambord.
La course finale - brillante sur le papier glacé de l’affiche créée par le peintre Claude Viallat - rendra en piste tout le bien qu’elle promet... ou pas. C’est l’incertitude de tout spectacle vivant, mêlant hommes et bêtes.
Mais quoi qu’il en soit, la remise des prix réunira en piste avec le faste indispensable, tous les intervenants pour célébrer et remercier les acteurs d’une saison qui a réservé à ses adeptes de bien belles pépites.
 
MARTINE ALIAGA
 
Le Grand Chelem de Joachim Cadenas
 
CADENAS2015PHCI.jpgRarement autant de talents auront été réunis à une finale. Du 1er au 12e raseteur (14e en fait puisque deux blessés), chacun de ces garçons-là a, cette saison, pris sa part de travail et participé au spectacle. Irrégulièrement certes mais qualitativement le plus souvent.
Rarement pourtant un d’entre eux aura autant brillé. Les afeciouna ont fondu devant Joachim Cadenas, son courage, son sang-froid, son talent et toute l’émotion qu’il suscite. S’il n’aime pas les feux des projecteurs, le raseteur s’exprime face aux cocardiers. Un dialogue qu’il joue en tête en tête, les yeux dans les yeux. Rien ne compte plus quand le grand brun décide de lever l’attribut. Décidé, offensif, il rentre dans le terrain de la bête, la force s’il le faut, l’embarque avec lui, et lui offre une sortie allongée, corps dans les cornes jusqu’à la salvatrice planche. Si le cocardier est plus remuant, il court avec lui, l’emmène, pose le crochet jusqu’à lever le ruban ou le bout de ficelle. Si le noir a des capacités barricadières, alors les poursuites sont à couper le souffle jusqu’à l’explosion finale. Bien sûr tant de caractère, tant d’implication, tant de volonté, se payent souvent cash face à des adversaires aussi teigneux, imprévisibles, ou tellement titillés qu’ils voient rouge. Et quelques images incroyables de la saison de défiler : avec Jivago à la Cocarde d’Or, Ratis ou Mignon à la Palme, Pourpier, Banaru, Jupiter à Châto, Lebrau au Grau, Jupiter à Nîmes...
Auréolé d’un Grand Chelem pour ses débuts aux As, encensé à juste titre par toute l’aficion, l’Arlésien, c’est sûr, est un raseteur au style unique et a soif de victoires. Ce garçon-là va jouer un grand rôle dans la course camarguaise.
 
M. A.
 
Douze crocheteurs talentueux à la capelado
 
Cette année, la répartition des hommes est un peu inhabituelle avec cinq droitiers pour sept gauchers.
Commençons tout d’abord par la droite avec le leader (619 points) du Trophée, qui caracole en tête depuis le début de la saison. C’est le chouchou, l’idole du public : Joachim Cadenas. Le raseteur embarque avec lui ses supporters dans des émotions, des sensations, tant sa prise de risque est constante. Juste derrière lui, avec 495 points, le vainqueur 2015, Zakaria Katif a géré sa saison plus ou moins régulièrement mais a tenu le cap, au point de s’octroyer la seconde place. Vu sa finale 2015, inutile de dire qu’il sera attendu ce dimanche. Ilias Benafitou, auteur d’une bien belle fin de saison, Medhi Belgourari, Loïc Auzolle viendront apporter leur savoir-faire pour compléter cette équipe.
A gauche, le battant et entreprenant, Maxime Favier avec 429.5 points se classe 3e. Les téméraires Bastien Four (394.5 points), et Jérémy Aliaga (334 points) qui se classent respectivement 4e et 5e après une saison régulière. Ils sauront tenir le rythme pour donner les répliques. Youssef Zekraoui, pourtant pas épargné par les blessures, se classe 8e avec 242,5 points, Fayssal Allam, 11e (164,5). Julien Ouffe, 13e, (143 pts) et Hadrien Poujol, 14e (133,5) prendront part à la fête, Chekade et Allouani étant blessés.
 
CYRIL DANIEL

 

NIMES : LES COCARDIERS DE LA FINALE DES AS

Course du dimanche 9 octobre 2016 à Nîmes


Place aux Seigneurs de Camargue

mignonPHCD.jpg


Mignon de Cuillé est un emblématique
représentant de la race. Ph Cyril Daniel


Ils sont la fierté de leurs éleveurs et la gloire de la course camarguaise. Emblème du peuple de bouvine, les cocardiers focalisent l’attention des spectateurs. Tous noirs certes pour les néophytes mais tellement différents au physique, au mental et au comportement en piste ou en manade pour les habitués.
Le Biòu d’Or 2016 pourrait à lui seul symboliser la race entière des biòu camarguais en plus de l’élevage de la famille Cuillé, tant ses qualités sont avantageuses.
Mignon cumule la beauté de ses formes et la rigueur dans le combat. Port altier qu’il soit au pré ou dès sa sortie du toril, cornes parfaites, œil vif. Dominateur dans le duel avec les raseteurs, intelligent dans son placement, il oblige ses adversaires à la réflexion. Cocardier dans l’âme, il force le respect.
A Nîmes, ce dimanche, il honorera sa deuxième couronne consécutive de Biòu d’Or. Il sortira en 4e position, après l’entracte... A tout seigneur, tout honneur.


MARTINE ALIAGA


LES SEPT COCARDIERS
BOER2015PHMALI.jpgBOER (Occitane, N. 422)
Ce sera le premier à affronter l’équipe blanche. Et à cette place, il sait faire. Après avoir mal débuté la saison avec courses à Palavas (8/05) et Vendargues (22/05) annulées à cause du mauvais temps, ses sorties 2016 à Beaucaire (17/7) et au Grau-du-Roi (15/8) ont été d’un très bon niveau avec en plus de la vaillance, des finitions aux planches. Un excellent number one si ce n’est le meilleur.
BANARU (Le Rhône, N. 507)
BANARUPHCI.jpgLe Biòu de l’Avenir 2013 a gravi les échelons sans difficulté en adaptant son comportement aux situations et aux pistes. Son bon sens de l’anticipation, ses accélérations fulgurantes obligent souvent les tenues blanches à réfléchir avant de se hasarder. D’Arles à Fontvieille en passant par Montfrin, Beaucaire, Lunel, Châteaurenard, il a été au cœur des discussions.

ULMET (Blanc, N.511)
Comme client, c’est un client. Côté placement, pas grand reproche à faire. Souvent menaçant sur le raset avec cornes pointées, il devient une réelle menace dans ses arrivées au-dessus des bois notamment derrière les gauchers où elles demeurent plus prononcées. Le Grau (1/05, 11/09), Châto (12/06), Beaucaire (17/07) où il remporte le Prix Camarina, et Pérols (14/08) ont fait son calendrier 2016.
MIGNON (Cuillé, N. 349)
Le Biòu d’Or en titre a fait un sans-faute cette saison que ce soit dans les pistes moyennes (Lansargues 12/06, Mauguio 10/4, Sommières 4/09) ou les grandes (Arles 25/03, Beaucaire 24/04 et 24/07, Nîmes 12/05, Châteaurenard 3/07 ou le Grau 15/08). Imposant de par son placement, il n’en demeure pas moins incisif par ses anticipations assorties d’une menace permanente. Cocardier connu et reconnu, c’est avec un large suffrage d’avance sur ses concurrents qu’il a été élu Biòu d’Or 2016.
SCIPIONPHCD.jpgSCIPION (Saumade, N. 525)
C’est la bravoure à l’état pur. Il enchaîne les rasets sans retenue et au moment où personne ne s’y attend, il devient menaçant à l’arrivée par un engagement, cornes pointées. Il a prouvé à Châto (17/0, 3/7), Lunel (16/05) le Grau (11/à6 et 11/à9) et Vauvert (21/à8) qu’il avait sa place pour les grands rendez-vous. Pour preuve ce double trophée de fin de saison au Grau-du-Roi en remportant le prix du meilleur taureau du Trophée de la Mer et meilleur taureau de la saison en suite du Souvenir Olivier-Arnaud et le Trophée Camargue Médical à Vauvert.
POURPIER (Saumade, N. 514)
Présent dans les grands rendez-vous, il a su honorer sa devise à chacune de ses sorties (Châteaurenard 17/04 et 11/09, Lunel 16/5, Grau 12/06, Saintes-Maries de la Mer 14/08) en se montrant à la fois cocardier par son placement et ses vives réactions et spectaculaire dangereux par ses arrivées très engagées aux planches. Le Trophée des Impériaux aux Saintes-Maries et le prix de la saison à Châteaurenard, Le Trophée Pescalune et le Souvenir Patrick-Castro sont venus confirmer son parcours sa faille entrevu lors de la finale de la course des ligues en 2010.

JUPITER (Laurent, N. 619)

JUPITERLAURENTPHCI.jpgIl marque le grand retour de l’élevage des Marquises au haut niveau de la compétition. Généreux, barricadier, moral d’acier, il se livre sans retenue sans s’avouer vaincu, même dans les moments les plus compliqués.
Hors points à Beaucaire (24/04, prix du Muguet d’Or), Nîmes (12/5, Prix de la Ville de Nîmes), et Châto (11/9, meilleur de la Finale des Maraîchers) et avant dernier à Beaucaire (17/07), au Grau-du-Roi (15/08, Trophée Etienne-Mourrut). Voilà le final assuré pour bien conclure l’après-midi.

 


Texte CYRIL DANIEL
Photos CD, CI et MALI

POURPIER DE SAUMADE

POURPIERPHCD.jpg

ULMETBLANCPHCI.jpg

▲ Ulmet de Blanc

 *******