Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/11/2014

AETCC LR

Vendredi 14 novembre 2014  - Association des Eleveurs de taureaux de course camarguaise

Les fruits prometteurs des Jeunes pousses

 aetcc,jeunes pousses,courses camarguaises

 Au terme de la 3e édition du Trophée des Jeunes Pousses, l’AETCC LR ne peut que se féliciter de cette idée germée en 2011, semée en 2012 et dont les premiers fruits commencent à sortir après les moissons 2013 et 2014. Car l’intention de ce concours d’élevage d’évaluer des taureaux jeunes et une vache dans de bonnes conditions et de donner l’opportunité aux manades de l’AETCC de faire courir leurs cocardiers, fait ses preuves. Des exemples : la manade du Ternen, récompensée au terme de la 1re édition (2012), avec dans son lot de cocardiers, le N.950. Lequel passe par les Ligues en 2013, puis, baptisé Quintillien, court à l’Avenir depuis août 2014. Ou encore la manade des Termes, récompensée en 2013, dont son N.903, Docard court aujourd’hui à l’Avenir.

Aussi vendredi dernier, à la manade de l’Aurore où la famille Salmeron recevait, Gérard Batifort, Rogé Andréo et Magalie Renaud, les fondateurs, avaient le sourire en remettant les trophées 2014. Gérard Batifort rappelait quelques points fondamentaux à savoir la mise à disposition gracieuses des arènes par les municipalités ainsi que leur aide logistique. Il remerciait également les clubs taurins, les écoles de raseteurs, les sponsors, la presse écrite... Le président Andréo : listait les « points positifs, toutes les courses ont eu lieu, le bétail a été noté très consciencieusement et les meilleurs taureaux d’il y a trois ans font carrière aujourd’hui. Je rappelle que les bêtes (2 taureaux, 1 vache) doivent avoir 5 ans et non 6 ans ce qui a disqualifié deux manades cette saison ». Et le dirigeant d’affiner la compétition : « Pour que les taureaux soient jugés dans les mêmes conditions, en 2015, les sélections auront toutes lieu au Crès avec les écoles de raseteurs de l’Agglo de Montpellier, Vendargues et Baillargues où se dérouleront aussi les deux demi-finales. Les deux meilleurs allant au Crès en ouverture de la course des As de la fête ».

Restait à attribuer les trophées réalisés par Colette Espié, en présence des élus du Crès, de Vendargues et Baillargues, de la présidente de l’AETCC Françoise Peytavin, Lucien Pallix de la FFCC, des éducateurs et des élèves des écoles de raseteurs, de nombreux manadiers de l’AETCC... Le palmarès 2014 : 3es ex aequo, les manades Pagès et Grand Salan. 2es ex aequo, Caillan et L’Aurore. 1re, manade du Ternen. Meilleure vache N.009 de Sylvéréal.

Un dernier mot pour saluer le passage au Trophée de l’Avenir de Marvin Méric de l’école de raseteurs de Baillargues et de François Martin de celle de Vendargues et l’assistance de trinquer à l’édition 2015.

Texte et photos
MARTINE ALIAGA

 

14/11/2014

TROPHEE TAURIN MIDI LIBRE - LA PROVENCE 2015

 trophée taurin 2015,classement des cocardiers,courses camarguaises

Procédure pour classer les taureaux : pour préparer la prochaine saison de courses camarguaises dans le cadre du Trophée Taurin La Provence - Midi Libre, les membres de la commission vont classer les taureaux. 

Les manadiers sont donc invités à faire connaître, avant le 5 décembre, le nom des taureaux qui courront au Trophée des As et qu'ils souhaitent voir classer pour la saison prochaine.

Sur papier libre, indiquer nom et adresse de la manade, mentionner le nom de la personne à contacter si besoin d'informations complémentaires, avec un numéro de téléphone. Lister ensuite le ou les noms de taureaux à classer, mentionner le numéro de chaque taureau.

Si le taureau était classé la saison dernière, indiquer le nombre de sorties réalisées durant la saison ; si le taureau n'a jamais été classé, mentionner sommairement les raisons de la demande de classement.

Les fiches sont à renvoyer par courrier à La Provence, Trophée Taurin, 12 bd des Lices, 13200 Arles ou par mail, tropheetaurin@gmail.com

A ces mêmes adresses, postale et mail, peuvent être communiquées toute information ou toute demande en relation avec les courses camarguaises comptant pour le Trophée Taurin.

LA DIRECTION DU TROPHÉE TAURIN

 

13/11/2014

GRANDES ARENES

Vendredi 14 novembre 2014

BEAUCAIRE - SIMEON : C’est signé !

beaucairearènesPH CI.jpg

Aux arènes Paul-Laurent, le renouveau est attendu

La saison 2014 aux arènes Paul-Laurent ne restera pas dans les mémoires et le public l’a fait savoir en boudant son assiduité. Cela n’a pas échappé à la nouvelle municipalité. « Nous avons constaté que ça s’essoufflait un peu cette année, explique Julien Sanchez, maire, et nous avons voulu donner une dimension plus importante à ces arènes historiques pour la course camarguaise. Après avoir débattu avec Mireille Fougasse, adjointe en charge des affaires taurines, et Maurice Mouret, conseiller municipal, nous avons réuni les présidents des clubs taurins de Beaucaire à deux reprises, tout cela nous a menés à Daniel Siméon ». Trois noms avaient été évoqués au préalable, Gérald Rado, Joël Passemard et Daniel Siméon.

« Le choix s’est porté sur ce dernier, pour ses qualités de sérieux, de professionnalisme et son sens artistique. Il interviendra en tant que prestataire de service », ajoute l’édile. Nous restons en régie municipale, l’organisateur soumettra aux élus ses choix, taureaux et raseteurs, et s’en tiendra au budget imposé par la ville, le même que l’an dernier. Le contrat court pour un an ».

Après 27 ans de présence au Grau-du-Roi, Daniel Siméon voit donc s’ouvrir à lui l’un des fleurons de la course camarguaise et en mesure la difficulté : « Etre à la hauteur des arènes de Beaucaire c’est un vrai défi ! C’est un challenge difficile car c’est Beaucaire ! Ne serait-ce que par la piste compliquée pour les taureaux et franchement, en ce moment, nous n’avons pas beaucoup de “grands” taureaux... » Fort de ce qui a fait la réussite du Grau-du-Roi, l’organisateur va donc tabler sur « les nouveaux taureaux qui ont marché en 2014. C’est un pari qu’il faut expliquer au public, on va sortir des sentiers battus... Notamment pour les trois courses du Muguet d’Or, on partira à la découverte de nouveaux noms. Bien sûr, je mettrai le paquet sur la Palme d’Or sur trois journées, une Palme d’Argent relevée puis une course en septembre. Un an c’est court pour s’installer, il faut faire fort dès le début ! ».

La tête déjà plongée dans les prochaines affiches à monter, Daniel Siméon n’en oublie pas pour autant son équipe « Oui bien sûr “la dream team” du Grau va me suivre, je ne pourrais pas travailler sans eux » et la collaboration de Jacky Siméon, son frère, ancien raseteur : « Beaucaire n’est pas le Grau-du-Roi, instinctivement j’ai ressenti le besoin d’un ancrage plus historique, plus institutionnel... Il me faut aussi convaincre le public provençal... Jacky peut faire le lien. De toute façon, quoi que je fasse, je lui en parle et nous collaborons parfaitement... ». 

De cette collaboration naîtra la saison 2015 beaucairoise. Les afeciouna ont hâte de la découvrir... Ce sera fait fin février.

MARTINE ALIAGA

 

FILM "CAMARGUE, LA POETIQUE DE L'ETANG"

Vendredi 14 novembre 2014

Les manadiers sont-ils aussi des poètes ?

camargue,la poétique de l'étang,dvd,documentaire sur la camargue,courses camarguaisesLa Camargue est poésie, elle est créatrice d’émotion. Son charme, sa beauté, ses bêtes, ses gens et ses mystères ont été chantés par les Félibre. Mais les manadiers sont-ils poètes ? C’est la question que s’est posée Jérémy Durand, au terme de ses études de cinéma, après avoir goûté à l’Occitan, à la « Bête du Vaccarès » et plus largement à l’œuvre de Joseph D’Arbaud et du Marquis de Baroncelli. « L’idée était de retrouver dans le quotidien des manades ce que j’avais vu dans la littérature ».

Alors le jeune homme qui a grandi entre Valence et Bagnols-sur-Cèze et passé quelques vacances en Camargue, s’immerge dans le milieu des éleveurs de taureaux de course camarguaise. Durant plus d’une année, il va suivre sans jamais intervenir quatre d’entre-eux dont il va filmer le travail et la relation avec leurs bêtes.

« Je me suis fondu dans le décor, en laissant la personnalité de chacun s’exprimer. Les interviews sont venues, par la suite, étayer leur ressenti». Le parti pris de couleurs atténuées renforce l’intimité des propos. Feu de cheminée, intérieurs calfeutrés, lueurs tamisées d’une écurie ou d’un toril… paysages noyés… Hormis la lumière crue des images de courses camarguaises – peu nombreuses. Comme les deux faces d’une même passion, l’une exposée, l’autre intérieure.

Et nos quatre manadiers - Frédéric Raynaud, Patrick Laurent, Claude Chaballier et Antoine Clauzel – de se livrer par petites touches.

L’osmose avec la nature, le devoir de mémoire et celui de la transmission, une identité à défendre, le privilège d’un métier dur mais passionnant et cet attachement viscéral et presque inexplicable au taureau et à la terre… Voilà la teneur du film. Etonnant, captivant, émouvant.

MARTINE ALIAGA

PRATIQUE

Côté technique

Le tournage : environ 14 mois. Une centaine d’heures d’images. « Je maîtrise la technique de par ma formation donc j’ai tourné seul et j’ai fait le montage, explique Jérémy Durand. Avec quelques amis pour le son, puis la finition, le mixage et l’étalonnage ont été réalisés par des profesionnels. La société Kanari Films l’a produit. J’ai commencé en mars 2011, le film est sorti en juillet 2014. Il a rencontré un bon accueil, nous faisons un deuxième tirage. Et Kanari Films m’a demandé de travailler sur un autre projet ».

Où trouver le DVD

“Camargue la poétique de l’étang”, documentaire de 65 minutes : renseignements sur www.701images.com. 

En vente dans la région : à Nîmes chez “Cultura” à Carré Sud. Arles “Harmonia Mundi” et “Boutique des passionnés”. Les Saintes-Maries-de-la-Mer chez Jacques Guillaume.

 

10/11/2014

MARGUERITTES * JUBILE CHARLES CHANAT *

Samedi 8 novembre 2014

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

 Un jubilé à l'image d'une carrière

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesCharles à l’entrée des arènes accueillant les spectateurs, Charles à la capelado surveillant le protocole, à la présidence rajoutant des annonces sur la feuille de Christian Privat, en piste gérant les différentes équipes de crocheteurs et rasetant avec son jumeau Jean tous les cocardiers, Charles en contre-piste taillant la bavette avec les amis, Charles n’oubliant personne dans son discours, distribuant les bouquets de fleurs et remerciant tous ceux qui l’ont accompagné depuis ses premiers pas à la tête des taureaux, en 2000. Attentionné, généreux, spontané, pour son jubilé comme pour sa carrière, samedi à Marguerittes, le gaucher Charles Chanat a tout donné. Jusqu’à son dernier raset avec Fonfon où, quiché et manquant de jambes plus l’émotion, il chute lourdement en contre-piste. Sur le coup, son épaule se trouvait à nouveau déboîtée. Clin d’œil - certes douloureux - à une carrière où le raseteur ne s’est jamais économisé. Heureusement, le docteur Romieux de remettre le solide Charles et son épaule dans le droit chemin, et le jubilé de reprendre son cours. Car si les rasets étaient terminés, il n’en était rien de la fête.

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesRetour en piste pour la sortie de Mithra de la Vidourlenque (taureau, aujourd’hui à la retraite, qui avait gravement blessé le raseteur en 2008) s’adressant à Charles par l’entremise de Jérémy Serrano : « Tu étais à ma dernière course, je me devais d’être à la tienne, au nom de tous les taureaux que tu as fait briller... ». Et les cadeaux de se succéder tout comme les belles phrases. Jean Chanat : « Tu n’as jamais triché... ». Luc Jeanjean, tourneur : « En tauromachie espagnole, on dirait que tu es un “tremendiste”, kamikaze, fou fou. Je te disais “Calme Charles, calme...” et toi “Appelle le taureau, appelle... Je veux le prix du meilleur animateur” ». Claude Dumas, tourneur : « Tu as toujours respecté les autres, tu étais intrépide, gonflé, surmotivé... »

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesDes anecdotes de piste mais au-delà de vrais liens d’amitiés. Au milieu de tous les siens, Charles Chanat pouvait savourer. Le raseteur a beaucoup donné aux organisateurs, aux taureaux, aux spectateurs, mais l’homme a aussi reçu. Du respect et beaucoup d’affection.

 

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI - ERIC MARC

 

LES ACTEURS DE L'APRES-MIDI

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaisesLe CT La Bouvina de Marguerittes, les cavaliers de la manade Martini, le groupe La Souleïado de Marguerittes, les écoles de raseteurs de Bouillargues et Portiragnes, les amis Landais, Les présidents de course Christian Privat, Didier Gaillard et xxx, les raseteurs et tourneurs : Aubaterre, Jeanjean, Dumas, D. Martinez, Ménargues, J. Chanat, Bini, Oudjit, Bournel, Ouffe, Castel, Belgourari, Soler, Carrasco, Borego, etc. Un bon choix de taureaux, emboulés pour l’occasion, très participatifs, vaillants et super agréables : N.817 de Nicollin, 915 de Saint-Pierre, Braco de Martini, Manolo de La Galère, 1 jeune vache de la Vidourlenque rasetée par les “arpètes”, Letino de Fabre-Mailhan, Givalon de Cuillé, Que Navo du Grand Salan, Fonfon de la Vidourlenque, Mithra en présentation... Les clubs taurins Lou Bandot de Saint-Laurent, Lou Pougaou de Montfrin, l'Union taurine d'Aigues-Vives, le CT de Remoulins, Portiragnes, Bouillargues... et certainement quelques autres...

DES CLINS D'OEIL A...

Benjamin Bini avec Fonfon

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ Jérémy Serrano, "arpète" N.1

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ LES DERNIERS RASETS DE CHARLES

Avec Manolo de La Galère

marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

▼ Avec Fonfon de la Vidourlenque

 marguerittes,jubilé charles chanat,courses camarguaises

***************************

09/11/2014

PALUDS-DE-NOVES *FINALE LIGUES PACA*

 paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaises

Samedi 8 novembre 2014

LE N°8015 DE PLO , ROI  EN  PACA
 
Après Remoulins, c’était au tour des arènes de Paluds-de-Noves  de recevoir en ce samedi la finale  des courses de ligue PACA.  A l’heure de la capelado, en présence des Arlésiennes locales et voisines et de la pena Los Caballeros de Bellegarde, les 6 tenues blanches titulaires, leurs 2 remplaçants et les  2 tourneurs sont venus se présenter au public qui emplissait les gradins aux trois quarts.
Face au travail assidu de cette équipe motivée et appliquée, les taureaux ont eu fort à faire tenir leur temps de piste réglementaire. Malgré ce, l’ensemble fut très plaisant à suivre. Si le 8105 de la manade Plo s’octroie en toute logique le prix de la journée, les pensionnaires 893 de Lautier, 901 de Chauvet et 944 de Fournier ont marqué les esprits…
La course :
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaisesPHOTO Le Joncas avec Martin
Le premier à fouler la piste, sera le n°489 du Joncas, qui tout en vaillance se battra durant 6’30 en se signalant dans une série et une finition sur Martin.  Carmen joué 1 fois le raccompagne.
Classique, le n°958 de Gillet ne tiendra pas plus le coup.  Coupant légèrement le terrain, il passe la vitesse supérieure après la tête mais ne parvient pas à s’imposer. 3 Carmen récompensent son classicisme.
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaisesPHOTO Le Plo sur Bernard
Avec le 8015 de Plo, la course allait prendre une autre dimension. Rapide, anticipatif et surtout finisseur, chaque raset se transforme en une enfermée à couper le souffle notamment derrière Martin, Charrade, Bernard qui, en fin de course,  se feront brutalement raccompagner au-dessus des planches. Des Carmen qui résonnent  (5 fois) renouvelés à son retour au toril fortement applaudi. Juste avant la pause, le n°893 de Lautier allait clôturer agréablement la première partie.  Malgré ses sauts volontaires (5) c’est avec une certaine énergie qu’il a s’engager sur les sites pour raccompagner jusqu’à l’extrême limite ou il tape les planches avec le frontal. Rodriguez (2), Martin (2), Charrade ou encore Marignan en tireront le meilleur, le tout aux accents de Carmen (8 fois) retour inclus.
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaisesPHOTO
Le Chauvet après Marignan

Juste après la pause, le 901 de Chauvet est un sacré client. Sans parler de son placement, ses ripostes sont vives, appliquées et non sans danger. Méric, Marignan, Martin se feront serrer de près dans de longues ripostes. Sa franchise lui sera cependant fatale et les hommes le dépouilleront en moins de 8 minutes au terme desquelles il mettra quasiment le double pour réintégrer le toril avec le lasso.
S’il y avait eu un prix pour la beauté, sûr que le n°905 de Ricard aurait été sur le podium, mais…  il va répondre, sans forcer  la cadence en poussant de temps en temps quand la trajectoire sera droite.  5 sauts volontaires, 1 aux trousses de Charrade qui le privera de sa seconde ficelle à la 9e  avec 1 unique Carmen en piste. 
Avant dernier, le n° 944 de Fournier et Fils va débuter calmement en se contentant de répondre au ralenti. Mais dès la 6e minutes, ses réparties seront plus intentionnées.  Il va passer la vitesse supérieure pour enfermer ses partenaires (Martin, Bernard) et venir passer à plusieurs reprises la tête à l’arrivée. Carmen au retour pour la 6e fois.
paluds-de-noves,finale ligues,ffcc,courses camarguaises PHOTO La Galère et Méric
Pour conclure le n°916 de La Galère a tenu sa place. Son manque de placement va être compensé par sa vaillance. A droite, à gauche, il s’engage en poussant de temps à autre jusqu’aux planches où il peut de dresser timidement (Martin 3, Marignan 2, et Charrade) ou alors taper sans retenue (Marignan,  Martin). En récompense, il reçoit une multitude de Carmen (9) rejoué a sa rentrée….
Texte et photos
CYRIL DANIEL
 
Remise des Prix

Jean-Louis PLO reçoit des mains de Gérard Batifort, président de la FFCC le prix du Meilleur Taureau.
Chaque stagiaire (A. Charrade – V. Rodriguez – V Marignan – F Martin – M Meric – E Bernard – D Guerrero – N Carta), tourneur (F. Levy – G Sagnier) est honoré pour leur participation.
 
*************

06/11/2014

MARGUERITTES *JUBILE CHANAT*

Ce samedi 8 novembre 2014

Charles : "Ce qui m'a plu, c'est faire le spectacle"

charles chanat,jubile,marguerittes,courses camarguaises« C’est surtout pour dire merci à tous ceux qui m’ont soutenu…, insiste Charles Chanat. Moi, j’ai fait mon chemin. Je n’ai aucun regret. Mais je veux rassembler tous ceux qui m’ont supporté durant ma carrière… mon jumeau Jean et ma famille, mes amis, les clubs taurins qui m’ont fait confiance durant toutes ces années ». Il est comme ça Charles. A l’heure de poser définitivement le crochet, l’important pour lui c’est de faire plaisir aux autres. Et ils seront tous là, ce samedi, à Marguerittes pour faire la fête avec lui. Ceux de Bouillargues, où il a commencé, en 2002, ses potes de Ligues cuvée 2003, ceux de l’Avenir groupe qu’il intègre en 2004, à 17 ans, ceux du groupe 2 avec qui il a raseté jusqu’à sa dernière course en pointe. C’était à Aigues-Vives en septembre 2013 où son épaule l’a lâché (luxation).

CHARLESCHANAT1.jpgUn parcours tissé par des liens d’amitié indéfectibles en fil rouge d’une carrière dont le raseteur se souvient de chaque course, de chaque taureau. « Mon jubilé à Marguerittes ? Parce que c’est là où j’ai raseté la première fois à l’Avenir (NDLR : le 21 mars 2004), la complète de La Galère avec Nénuphar. Et puis c’est chez moi ». Et dès le départ, les chroniqueurs de noter ce gaucher volontaire et culotté qui fait briller les cocardiers. « En piste, avec les taureaux, j’étais content. J’avais envie de faire plaisir aux gens des gradins, aux manadiers… Envie qu’ils se régalent ». Les clubs taurins ne s’y trompent pas et Saint-Laurent-d’Aigouze, Montfrin, Aigues-Vives, Bellegarde et tant d’autres adoptent vite ce jeune plein de spontanéité, s’offrant aux taureaux et cherchant en retour l’attention voire l’affection des spectateurs. La Cigale d’Or en 2007, Le printemps des Royales en 2008, meilleur de la finale du Gland d’Or, la Clairette d’Or, meilleur raseteur de la saison pour l’Union des CT Paul-Ricard… sont ses Trophées de référence, parmi tant de récompenses de meilleur animateur. Comme à Béziers où distingué par l’UCT Biterrois, il se trouva aux côtés de Castella (le matador) pour recevoir son prix. « Un grand moment ! »
CHARLESCHANAT2.jpgCasse cou, spontané, sincère, les qualités d’un raseteur qui n’a pas ménagé son physique et privilégié les liens avec ses collègues de raset et les organisateurs. Comme avec le CT de Portiragnes qui lui permit de se refaire une santé, en 2006, après une blessure. « Notre amitié est partie de là, c’est un raseteur que j’estime beaucoup, exprime Gérard Massol, un petit gentil, plein de sympathie. Il est resté proche de l’école de raseteurs de Portiragnes et de Jean-Henri (Oudjit) ».

« J’ai toujours préféré l’ambiance des pistes moyennes ou petites, mais j’ai raseté tous les taureaux, tient à préciser Charles, j’ai pris beaucoup de coups mais un seul coup de corne, à Aigues-Vives, le 26 juin 2008 par Mithra de la Vidourlenque ». Le raseteur ne s’éternise pas sur cette grosse blessure. Il préfère évoquer des anecdotes qui l’ont marqué et qui résument un peu son état d’esprit : « C’était à Saint-Laurent, je m’échauffais dans la rue, puis je me suis retrouvé tout seul, les autres étaient déjà en piste. Quand je suis entré, les gens chantaient “Chanat! Chanat! Chanat!” J’étais intimidé mais tellement content… »

« Une autre fois, je rasetai avec Mathieu Schuller qui faisait briller… Moi, j’avais raseté tous les taureaux, ça m’a énervé. Alors quand Brechu, dernier de la course, est rentré, j’ai voulu ma part de bravo, je voulais que le public se souvienne de moi. J’ai fini sur la tête du taureau, ensemble aux planches. Moi c’est ça qui m’a toujours plu… Faire le spectacle ».

Alors quand en mars 2014, il a repris l’entraînement pour préparer son jubilé en cornes nues, et que l’épaule a à nouveau lâché, il a pris sa décision. En même temps, Charlène, sa compagne, lui avait offert le plus beau des cadeaux, Gabriel, aujourd’hui âgé de 8 mois. A 28 ans, il était temps d’arrêter. « Aujourd’hui, je suis membre du CT la Bouvina de Marguerittes, je reste au contact des taureaux en pays, dans les manades et aux courses aussi ».

Mais nul doute que samedi, Charles mettra tout son cœur dans cette après-midi spectacle entouré de tous ses amis. Et pour peu que le public scande son nom, les taureaux trouveront sur leur trajectoire, ce toujours jeune raseteur intrépide et tellement attachant. «Chanat! Chanat! Chanat!»

MARTINE ALIAGA
PORTRAIT DE CHARLES : LUDOVIC NIGUES
PHOTOS DE COURSE :  ARCHIVES MIDI LIBRE

*****************

PROGRAMME SAMEDI 8 NOVEMBRE
A MARGUERITTES

charles chanat,jubile,marguerittes,courses camarguaisesA partir de 14 h, 5€, course spectacle,
avec les cavaliers de la manade Martini, la Souleïado de Margarido, les taureaux emboulés de Cuillé, Fabre-Mailhan, Vidourlenque, Grand-Salan, Saint-Pierre, La Galère, Nicollin, Martini.

Animé par les amis-raseteurs  de Charles, les écoles de raseteurs de Bouillargues, Portiragnes, etc.
Apéritif après la course.
20 h, soirée salle La Friande à Marguerittes, 20€.
Réservations : tél. 06 18 59 46 68 - 06 68 26 25 40 - 06 16 79 52 12.

LES COURSES du 8 AU 11 NOVEMBRE

Ce week-end et le 11 novembre

Encore des cocardiers à voir

les courses du 8 au 11 novembre 2014,courses camarguaisesProfiter des dernières courses, c’est bien le credo de tous ces afeciouna qui se pressent aux arènes malgré le froid qui arrive, la nuit qui tombe vite et l’humidité installée. Après l’excellent week-end dernier où les spectateurs se sont rendus en nombre aux arènes, les clubs taurins comptent encore sur ces “mordus” qui jusqu’au bout accompagneront les derniers rasets.

Le Bajan de Marsillargues, lui, ne lésine pas sur la qualité. Autour de la forte identité de ses arènes, entre mairie, église, château et café, les bénévoles ont mis le paquet pour offrir une belle fin de saison. Les Bajanais misent sur la jeunesse, la fougue, le spectaculaire et le talent. Jugez-en : ce samedi, la complète de Nicollin - liant désormais les “rouge et vert” et les Saint-Gabriel - avec Sugar en chef de bande ; dimanche les Cuillé où, entre autres, Coquet se distingue aux côtés de Pharmacien et Notaire. Et, dimanche prochain, pour la clôture, un concours de deux manades Vinuesa et Occitane, avec plusieurs noms majuscules : Mesrine (accompagné de Greffier et Pavoun) côté Cailar ; Ajax et Petrus (plus Brando) côté Marsillarguois. De quoi se régaler d’autant que pour les raseter, il y a du beau monde : Auzolle, Clarion, Fougère, Katif, Martin, Rassir et quelques autres en alternance. 

les courses du 8 au 11 novembre 2014,courses camarguaisesLa fête de la Saint-Martin attire chaque année la grande foule dans les arènes haut perchées de Gallargues-le-Montueux où courses et Ligues vont se succéder jusqu’au 11 novembre, tout autant qu’abrivado et bandido. Le comité d’animation a prévu deux Ligues (samedi et lundi). Dimanche, concours de manades Rambier, Lou Pantaï, Lagarde et parmi les raseteurs Zekraoui et Cadenas. Mardi la traditionnelle complète de Guillierme pour bien terminer. 

A Vauvert, la commission des festivités de la ville dans les arènes Jean-Brunel, a prévu une Ligue, lundi. Mardi, un concours de manades dont Bayle de Vinuesa ressort en tête d’affiche. 

Aramon et son club taurin aramonais termine la saison mardi 11 novembre, sur un concours Guillierme, Didelot, Le Joncas. Quant à Saint-Rémy-de-Provence, c’est sur un anniversaire - celui des 60 ans de la manade Fabre-Mailhan - et la complète de cet élévage que le comité des fêtes bouclera sa temporada, ce mardi.

Finalement, si on rajoute, samedi, la finale des Ligues à Paluds-de-Noves, la journée Albert Chapelle à Mouriès, le jubilé de Charles Chanat à Marguerittes, il y a encore quelques beaux moments à partager entre gens de bouvine. Profitons-en !

 

MARTINE ALIAGA

LES COURSES

SAMEDI 8 NOVEMBRE

MARSILLARGUES : 14 h 30, 9 €, CT Lou Bajan, dél. Dumas. Chr. G. M.

Avenir HT. Complète de Nicollin : JUVENAL - VALENT - MOUSQUIOUN - SUGAR - TZIGANE - TENOR. Groupe 3. Raseteurs : Auzolle, Clarion, Fougère, Katif, Martin, Rassir, Sanchez.

DIMANCHE 9 NOVEMBRE

MARSILLARGUES : 14 h 30, 9 €, CT Lou Bajan, dél. Dumas. Chr. E. M.

Avenir HT. Complète de Cuillé : PHARMACIEN - VENTOUX - VISON - COQUET - BRAMASSET - NOTAIRE. Groupe 2. Raseteurs : Auzolle, Clarion, Fougère, Katif, Martin, Rassir.

GALLARGUES-LE-MONTUEUX : 14 h 45, gratuit, Comité d’animation, dél. Pradeilles. Chr. PANI

Avenir HT. Rambier : MARGASSE - PESCAÏRE - Lou Pantaï : PERNEN - MISTRAL - Lagarde : CUSCO - GEPETTO. Groupe 2. Raseteurs : Cadenas, Gougeon, Moine, Sanchez, Soler, Zekraoui.

MARDI 11 NOVEMBRE

VAUVERT : 14 h 30, 8,5 €, Commission des festivités, dél. Pradeilles. Chr. G. M.

Avenir HT. Cuillé : EPERVIER - Lagarde : PRESAGE - Félix : BALOUR - Les Baumelles : NOE - Vinuesa : BAYLE - Saint-Pierre : CALABRUN. Groupe 2. Raseteurs : Belgourari, Clarion, Fouad, Martin, Miralles, Oufdil.

ARAMON : 14 h 30, 8 €, CT Aramonais, dél. Gueiffier. Chr. REMY

Avenir HT. Guillerme : GRAVIHOUS - BESSOUN - BEU CAIRE - LIMBERT - Didelot : CASSIEU - LOU PAPE - Le Joncas : FORAIN. Groupe 2. Raseteurs: N. Benafitou, Gaillardet, Grammatico, Montesinos, Ricci.

GALLARGUES-LE-MONTUEUX : 14 h 45, gratuit, comité d’animation, dél. Eymonet. Chr. E. M.

Avenir HT. Complète de Guillierme : PENSE TE - MIASSET - CALINAIRE - PAVEU - SAINT-OMER - N.982. Groupe 3. Raseteurs : Gougeon, Moine, Sanchez, Soler.

SAINT-REMY-DE-PROVENCE : 14 h 30, 9 €, Comité des fêtes, dél. Di Cristofano. Chr. CHRISTOPHE.

Avenir HT. 60 ans de la manade Fabre-Mailhan : PISTOU - PURPAN - NECTAR - COHIBA - CIGALON - PISTACHIER. Groupe 3. Raseteurs : I. Benafitou, Cadenas, Martin Cocher, Ouffe, Pradier, Rassir, Sabatier, Zekraoui.

LIGUES

SAMEDI 8 NOVEMBRE

PALUDS-DE-NOVES : 14 h 30, 6 €, CT des Paluds, dél. Ayme. Finale des Ligues PACA. Manades La Galère, Ricard, Fournier, Lautier, Chauvet, Gillet, Plo, Le Joncas. Raseteurs : Bernard, Charrade, Marignan, F. Martin, Méric, Rodriguez. Remplaçants : Carta, Viscomi. Tourneurs : Levy, Sagnier.

GALLARGUES-LE-MONTUEUX : 14 h 30, gratuit, comité d’animation, dél. Aumède. Manades Saint-Pierre, Blatière-Bessac, Aubanel-Baroncelli. Raseteurs : Courgeon, Guerrero, Laurent, Machi, Romero, Viscomi. Tourneurs : Joseph, Lebrun.

LUNDI 10 NOVEMBRE

GALLARGUES-LE-MONTUEUX : 14 h 30, gratuit, dél. Mouillor. Manades Cuillé, Raynaud, La Galère. Raseteurs : Carta, Cougeon, Machi, Magnetto, Rodriguez, Viscomi. Tourneurs : Joseph, Sagnier.

VAUVERT : 14 h 30, 5 €, Service des festivités, dél. Malaval. Manades Blanc-Espelly, Layalle, Martini. Raseteurs : 1re équipe, Félix, Ameraoui, Abouelghazy, Bakloul, Brunel, J. Deslys, N. Favier, Mendez. 2e équipe, Ortega, Albouy, Abouelghazy, Santilli, Chahboune, Y. Martin, F. Lopez, Naïm. Tourneurs : Sagnier, Joseph.

****************

PALUDS-DE-NOVES : TAUREAUX EMBOULES 

Samedi 8 novembre, 10h30, gratuit. Taureaux emboulés de Fabre-Mailhan pour les  élèves Jaubert, Hurtado, Boulmaoui, Martin, Bressy, Mazzolini, Laurent. Tourenurs : Sabatier, Moine. Rendez-vous des élèves aux vestiaires à 9h45

**************************

 

02/11/2014

LUNEL *31e finale du Trophée Pescalune*

 Lunel,31e finale du Trophée Pescalune,courses camarguaises

Dimanche 2 novembre 2014

Sabri le roi, Ziko le petit prince

Lunel,31e finale du Trophée Pescalune,courses camarguaises

Les vainqueurs de la finale : Ziko Katif et Garlan des Baumelles

Entrée : plein. Organisateur : Lunel Toro. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Auzolle, Belgourari, Chekade, Katif. Gauchers : Aliaga, Martin, Favier. Tourneurs : Cuallado, Galibert, Abbal, Daniel, Garcia.

Lunel,31e finale du Trophée Pescalune,courses camarguaisesUn Trophée Pescalune de haute tenue : arènes pleines, belle avant course du Velout Pescalune pour ses 30 ans, du rythme, des actions, de l’émotion, et pas un seul temps mort. Au final, Lunel célèbre son roi Sabri Allouani, 6e Pescalune dans le crochet, et ovationne son petit prince Ziko Katif. Garlan boucle sa magnifique saison avec le prix mérité de meilleur cocardier, Ratis empoche celui de la saison pour sa course du 19 juillet. 

Lunel,31e finale du Trophée Pescalune,courses camarguaises► PHOTO : Marcia offensif après Auzolle
Marcia
(Fabre-Mailhan).- Une tempête blanche lui tombe dessus, il se rebelle avec force, se cabrant aux planches sous le déferlement. Offensif, son coup de revers dissuasif ne change pas la donne, les rasets pleuvent et il riposte méchamment. Baisse la tête, fatigué mais toujours rageur. Pour 11’30 d’une bagarre âpre, 8 Carmen et retour.

Baryton (Lautier).- Vite fait les rubans, Baryton se prête au jeu, avec volonté et grande vaillance, prolongeant avec les droitiers. Les hommes répètent leurs gammes, longues trajectoires, mains au frontal... 7 minutes agréables. 4 Carmen et retour.

Lunel,31e finale du Trophée Pescalune,courses camarguaises◄ Photo : Chekade serré de près par Mignon
Mignon
(Cuillé).- Plus que beau, il est Mignon ! Montre du pétard et choisit vite son poste. Les réponses sont serrées, les blancs bien rangés droite-gauche, chacun son tour. Les tourneurs trop près... Mignon change de place. Des poursuites chaudes aux trousses de Chekade, I. Benafitou, Allouani. Sérieux, attentif, 11’30 cocardières de qualité. 4 Carmen et retour.

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises► Photo : une belle enfermée de Garlan sur Jérôme Martin
Garlan
(Les Baumelles).- Cul dans les planches, “Venez me chercher” semble dire le Biòu d’Or. Anticipation sur Allouani pour 3 minutes les rubans. Aux ficelles, c’est pas la cohue mais la discipline. Katif gère la charge, Aliaga écarté, Allouani un peu court. Les plus belles trajectoires avec Martin, Favier, Katif, Allouani, Ilias Benafitou cambre les reins, Martin dans les cornes. Garlan ne se donne pas à tous seulement à ceux qui le méritent. La 2e ficelle rentre. Bien le taureau, bien les hommes ! 6 Carmen et retour.

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises◄ Photo : Sylverado menace Belgourari
Sylverado
(Saint-Gabriel).- Les premiers attributs volent vite sans éclat. Sylverado a du mal à trouver sa place, Katif le défie pleine piste, Belgourari dans le berceau des cornes. Mieux placé, il livre de belles séries où il pousse fort comme après Katif, Aliaga, Belgourari. Katif multiple les longueurs et Belgourari stoppe le chrono à 11’30. 6 Carmen et retour.

Scipion (Saumade).- Katif bronche et passe sous les pattes du taureau qui se laisse prendre au vire-vire. Mais aux ficelles, ses ripostes sont fougueuses et les séries endiablées. Quelques réactions intempestives, les séries se multiplient et Favier met un terme à la 11e. 4 Carmen et retour.

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises◄ Photo: un gros engagement de Ratis sur Jérémy Aliaga

Ratis (Raynaud).- D’entrée, il explose en rafales, puis soumis à un gros rythme, il baisse d’intensité. Aux ficelles avec un peu plus d’air, il tire son épingle du jeu, envoie bouler Allouani, presse Belgourari, et s’envoie après Katif, Belgourari, Favier. Il manque un peu de gnaque mais rentre sa ficelle. 6 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Photos CHRISTIAN ITIER
et MALI

Super Sabri qui empoche son 6e Trophée Pescalune

▼ Avec Marcia de Fabre-Mailhan

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

▼ Avec Mignon de Cuillé

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

▼ Avec Garlan des Baumelles

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

▼ Avec Sylverado de Saint-Gabriel

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

 ▼ Avec Ratis de Raynaudlunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

LES PRIX DU 31e TROPHEE PESCALUNE

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises

Meilleur raseteur : Sabri Allouani

suivi d'Amine Chekade et Loïc Auzolle.

Meilleur animateur de la finale : Ziko Katif

Meilleur cocardier de la saison : Ratis de Raynaud (course du 19 juillet)

Meilleur cocardier de la finale : Garlan des Baumelles

lunel,31e finale du trophée pescalune,courses camarguaises*******

Coup de coeur

remis
à la présidente
Roselyne Delon
pour le 30e anniversaire
du
Velout Pescalune 

 

*********

 

 

31/10/2014

MAUGUIO REND HOMMAGE A FREDERIC MISTRAL

Samedi 8 novembre 2014


100 ans d’héritage d’un bien immatériel


MISTRAL3.jpgNé à Maillane au Mas du Juge, le 8 septembre 1830, au foyer de François Mistral et de Marguerite-Adélaïde Poulinet, le jeune Frédéric après avoir fréquenté l’école communale de Maillane, le pensionnat de Saint-Michel de Frigolet et le collège Royal d’Avignon et obtenu son baccalauréat avec mention, poursuit ses études à la Faculté d’Aix en Provence d’où il sort à 21 ans licencié en droit. Il revient au mas paternel aider son père devenu aveugle.

Passionné par l’histoire de son pays il prend alors la résolution de "relever, de raviver en Provence le sentiment patriotique…. De rendre la vogue au provençal par le souffle et la flamme de la divine poésie".

C’est ainsi que le 21 mai 1854 au Château de Font-Ségugne à Châteauneuf-de-Gadagne, en compagnie de six poètes amis, Théodore Aubanel,  Jean Brunet, Paul Giera, Anselme Mathieu, Alphonse Tavan et Joseph Roumanille, il fonde le Félibrige. A 29 ans, il publie "Mireille" qu'il dédie à Lamartine. Ce poème est aujourd’hui traduit dans cinquantaine trois langues dont 1 en braille. Viennent ensuite : Calendal, Nerte, la Reine Jeanne, les Iscles d’or, le poème du Rhône, les Olivades … et l’énorme travail de sa vie, un dictionnaire : le Trésor du Félibrige où chaque mot est traduit dans les différentes graphies du pays d’Oc. Il est également l’instigateur du journal L’Aioli.
Le 14 octobre 1894, il participe avec Folco de Baroncelli à la grande manifestation à Nîmes, lors de la course dite de la contestation, suite à une circulaire du Ministre de l’Intérieur visant à interdire les courses de taureaux.

Avec l'aide du docteur Marignan de Marsillargues, il s'investit dans la création d'un  musée ethnographique, véritable arche de Noé de l'art de  vivre en provence "Le Museon arlaten", inauguré en 1899 lors du congrès de la Sainte Estelle.


Sensible à la gente féminine et voyant avec tristesse l'abandon des fichus et chapelles portés par les femmes de son pays au profit de la mode parisienne, il prend le défi de glorifier le costume traditionnel au travers de la jeunesse et crée le 17 mai 1903 en Arles la Fèsto Vierginenco, véritable succès.

En 1904, il reçoit le prix Nobel de Littérature conjointement avec José Echegaray et emploie la totalité des fonds reçus dans le Museon Arlaten réinstallé dans l'hôtel de Laval.

MISTRAL.jpgIl s’éteint à Maillane le mercredi 25 mars 1914. Marié à Marie-Louise Rivière et sans descendance, il lègue par testament ses biens à la commune de Maillane. Leur demeure, véritable temple du souvenir est  devenue le « Museon Frédéric Mistral » et la maison du « Lézard », la bibliothèque municipale.

Nous retiendrons de lui cette grandeur et cette fierté d'âme paysanne, l'amour inconditionnel qu'il voue à sa patrie, son génie et son rayonnement littéraire qui, bien au-delà de la capitale française, l'a fait connaître dans le monde entier.

Empreints de cette fierté, en dignes héritiers, notre devoir est de saluer dignement sa mémoire et de transmettre son oeuvre à travers les générations.

ANNE MARIE ERRUZ-THERON

MAUGUIO
PROGRAMME DE LA JOURNEE

DU SAMEDI 8 NOVEMBRE

11 h 30  : rassemblement des groupes et cavaliers sur la place de la Libération et hommage à Folco de Baroncelli

11 h 50  : défilé jusqu’aux arènes

12 h     : hommage et dévoilement de la plaque commémorative
place Frédéric Mistral (arènes)


12 h 30 : Vernissage de l’exposition
« Sur les pas de Frédéric Mistral »


    (Ouvert du 8 au 15 novembre, lundi au samedi 14h-16h30, mardi et jeudi : 10 h-12 h et 14 h-16 h 30)

15 h 15 : Animations folkloriques, place de la Libération

16 h : Spectacle gratuit
« Bèn lou bon-jour Moussu Mistral »
au Théâtre Bassaget.


   ********************************

28/10/2014

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER *LIGUE*

Mercredi 22 octobre 2014 - Finale des courses d'étalons Marcel-Mailhan

Le N.031 de Saint-Gabriel...
le plus tau !

L’ensemble a manqué de gnacque tant pour le bétail que pour les stagiaires raseteurs dans cette finale des courses de tau Marcel-Mailhan (Course de Ligue). Mais le but est atteint pour les organisateurs, à savoir le Parc Naturel régional de Camargue, adossé au Comité d’organisation des fêtes saintoises. A savoir passer en revue les élevages camarguais (48 pour cette année), promouvoir la Raço di biòu et en trouver l’écho favorable auprès du public. Banco ! La finale payante a fait le plein de spectateurs après six courses gratuites et non moins suivies. Au final, une belle journée festive avec les abrivado et bandido dans les rues des Saintes bien animées par les nombreux afeciouna.
A l’issue de la course, le “podium” colle à la réalité : le N.031 de la manade Saint-Gabriel (2e dans l’ordre de sortie) a fait impression par son physique avantageux, et son comportement fou fou à sa sortie, puis vaillant, puis concluant brillamment, souvent après Charrade.
Le N.023 du Levant (4e), se fait remarquer par ses accélérations et ses enchaînements pris avec beaucoup de cœur. Il obtient le 2e prix de la finale.
Le N.030 de Lautier (6e) s’octroie la 3e place par la vitesse qu’il met dans ses interventions. Et même s’il s’évade allégrement, les enchaînements l’intéressent où il appuie davantage sur les gauchers. 
Pour les autres biòu, leur statut d’étalon - et leur âge, 3 ou 4 ans) - leur procure un caractère fluctuant et certains très prometteurs à la première course, se sont avérés en dessous. Normal !
Le N.001 du Rhône (1er) n’a pas montré beaucoup de conviction. Le N.121 de l’Aurore est resté plan plan à la mesure des raseteurs. Le N.059 de Lagarde, bien positionné, ne laisse rien sans réponse au début, puis se disperse, prend quelques séries. Le N.114 de Saint-Antoine (7e) est vaillant quand les hommes y mettent du leur, puis s’éternise en contre-piste. Le N.134 de Blanc (8e) fort d’un physique avantageux, mais peu attaqué, n’a pas beaucoup d’occasions de monter son caractère. Il collabore pourtant mais en baclant la sortie du raset. 
Côté raseteurs, le trio Martin, Charrade, Robert fait le podium, l’ensemble a manqué toutefois de persuasion.
 
MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER
 
L’ensemble des prix seront remis lors d’une prochaine soirée, en novembre, au Relais culturel des Saintes-Maries-de-la-Mer
prix
 
*************
 
23e courses de tau Marcel-Mailhan
 
Les prix sur les 6 courses : le N.134 de la manade Blanc, meilleur des 3 ans ; le N.059 de la manade Lagarde, meilleur des 4 ans. Prix de la beauté : des 3 ans, le N.173 de Raynaud ; des 4 ans, le N.095 d’Agu. Raseteurs stagiaires FFCC : Vincent Marignan, Geoffrey Robert, Marvin Méric.
A la finale : 1er, le N.031 de la manade Saint-Gabriel ; 2e. N.023 du Levant ; 3e. N.030 de Lautier. Raseteurs : François Martin, Antoine Charrade, Geoffrey Robert.
La course : mercredi 22 octobre, entrée : le plein. Org. : PNRC et comité des fêtes saintoises. Président : Bruno Pascal. Raseteurs : Charrade, sort au 5e remplacé par Magnetto, Martin, Marignan, Méric, Bernard, Robert, Vacaresse, Rodriguez. Tourneurs : Sagnier, Arnel.
 
**********

26/10/2014

VENDARGUES *TROPHEE ROGER ITIER ET MAIN D'OR


vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

Le  carrousel camarguais de Renaud Vinuesa

Dimanche 26 octobre 2014

Banaru met les pendules à l’heure
Une belle après-midi conclue par un Marengo époustouflant

 vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

 Une des innombrables anticipations de Banaru sur Ziko Katif

Entrée : archi plein. Organisateur : CT La Muleta. Président : Marc Moucadel. Raseteurs droitiers : Allouani, I. Benafitou, Belgourari, Katif, Chekade. Gauchers : Aliaga, Martin, Rassir. Tourneurs : Jockin, Daniel, Ull, Abbal, Galibert

Attaquée par l’école de raseteurs vendarguoise, le carrousel camarguais de Renaud Vinuesa, avec les Arlésiennes et les gardians des manades Vellas et Combe Douce, l’après-midi s’est poursuivie intensément. Une bonne entente des hommes en piste avec quelques montées d’adrénalines néfastes sur certains taureaux pour un travail d’ensemble très soutenu profitant à d’autres cocardiers plus armés. Banaru fait une magistrale démonstration de ses qualités par ses anticipations dantesques qui mettent les blancs au garde-à-vous. Et le tout jeune Marengo, 5 ans, fait un final explosif.

Canio (Blatière-Bessac).- Il se cale au portail où il revient tout le temps et il faut de l’investissement pour faire ressortir son tempérament belliqueux. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour. Un premier... rustique.

Quassard (Plo).- Rode, chasse, baisse la tête au contact et ramène prestement les blancs aux barrières. Plus enclin sur les gauchers, s’économise par moments mais compense par plusieurs actions d’éclat. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaisesEnfermée sur Jérémy Aliaga
Banaru
(Le Rhône).- D’entrée, il fait parler son formidable sens de l’anticipation sur Martin. Les gradins en restent coi ! Le biòu surveille tout, se déplace intelligemment de la présidence au portail, sans se départir de son calme olympien. Les blancs ne baissent pas les bras mais réfléchissent avant de partir. Les actions avortées et les enfermées se multiplient faisant passer les frissons. Martin, Aliaga, Chekade, I. Benafitou, Katif, se voient tour à tour écartés ou menacés. La musique joue en boucle, et Banaru rentre sa 2e ficelle en patron, bouche fermée. Un régal de cocardier !

vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises► Photo sur I. Benafitou Bayle (Vinuesa).- Se fait surprendre par le rythme imposé par les hommes et laisse piéger sur ses déplacements. Raseté sans élégance ni égards aux rubans, et mieux placé aux ficelles, action chaude après I. Benafitou, serre Katif, s’engage jusqu’à basculer après Chekade. Rentre une ficelle en musique déjà entendue 6 fois.

vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaisesErasme (Cuillé).- Se livre sous les assauts plue ou moins réglos des blancs. Pris dans un vire vire infernal,il ne laisse pourtant pas passer la faute d’Ilias Benafitou qu’il rattrape et bouscule (◄ Photo). Le biou tire la langue mais se dresse après I. Benafitou. Aux ficelles, le rythme est plus conforme mais incessant, les actions s’enchaînent, Erasme pousse. Epuisé mais combatif jusqu’au bout il sauve une ficelle. 9 Carmen et retour. 

Indian (Laurent).- Il s’engouffre après les raseteurs et s’envoie aux planches (Allouani, Belgourari), droite-gauche enchaîne et frappe mais se blesse à la 7e et rentre une ficelle. 4 Carmen et retour.

 vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

Marengo sur Rassir

Marengo (Vellas).- Avec une agressivité rare, il multiplie les coups de barrière puissants et violents. Des coups en rafale, avec bascule et bris des planches. Les hommes lui en demandent beaucoup et il répond présent à chaque fois, bombardant à tout va. Pas que spectaculaire, le barricadier se place aussi et voit venir mais quelle énergie et quel feu d’artifice au final. 10 minutes explosives, rentre ses ficelles, un concerto de Carmen.

Marengo sur Katif

 vendargues,trophée roger-itier,main d'or,ziko katif,courses camarguaises

 Texte et photos
MARTINE ALIAGA

LES PRIX

Trophée Roger-Itier sur la saison, à Bayle de Vinuesa.

Révélation de l’année, Souvenir Eugène-Cammal, à Jazz d’Hervas.

Main d’Or à Ziko Katif.

Taureaux de la finale : Banaru du Rhône, meilleur cocardier ; Marengo de Vellas, meilleur barricadier.

24/10/2014

REMOULINS *FINALE LIGUES LR*

 remoulins,finale ligue lr,courses camarguaises

Samedi 18 octobre 2014

Les belles promesses de François Martin
et du N.808 du Pantaï

L’Union taurine remoulinoise arbore ses chemises bleues du plus bel effet et se démultiplie pour offrir une journée tip-top au nombreux public de cette finale des Ligues Languedoc Roussillon : cavaliers de la manade Martini, Arlésiennes et organisation sans faille. La grande famille fédérale réunie autour du président Gérard Batifort veille au bon fonctionnement institutionnel de l’ensemble. Des huit jeunes cocardiers, trois se font remarquer : le N.808 du Pantaï pour la prestation la plus aboutie, mais aussi le N.997 de Saumade et le 883 de Saint-Pierre. Côté stagiaires, se détache François Martin, avec facilité, Geoffrey Robert (avant sa blessure, 5e) et Antoine Charrade.

Le N.982 de Guillierme se met petit à petit au travail en passant le pitre en conclusion dans des séries bien menées. A mi-parcours, tire la langue, perd son placement et se défend sur un petit périmètre. Perd sa 1re ficelle sur la sonnerie.
Le N.804 de Martini se livre généreusement et franchement pour 5 minutes. 1 Carmen et retour.

remoulins,finale ligue lr,courses camarguaises

Photo avec François Martin - Le N.883 de Saint-Pierre se fait respecter en poussant fort dans le raset jusqu’au ras des planches. Déculotte Charrade qui s’en tire bien sur le coup. Positionné, s’engouffre à la poursuite des blancs et conserve sa 2e ficelle. Musique.
remoulins,finale ligue lr,courses camarguaisesLe N.808 du Pantaï ► photo sur Charrade trouve vite la bonne position, leste, sérieux, pointe après Charrade, bouscule Robert qui y laisse aussi son pantalon. Rigoureux dans ses ripostes, gagne du terrain  et, patron en piste, rentre son gland en musique déjà entendue. Excellent.

Le beau N.997 de Saumade enchaîne de bon cœur le long du pourtour. Petit à petit se chauffe et s’engage aux barrières pour 7’30 crescendo. 3 Carmen et retour.
Le N.927 de la Vidourlenque prend l’angle du toril, droite-gauche enchaîne pour des ripostes inégales. Il faut parfois le forcer et s’il tape droit puis presse après Charrade (Carmen), se soulève sur Marignan, l’impression sur 8’45 reste mitigée.
Vaillant jusqu’aux planches, le N.907 de Fabre-Mailhan supporte le rythme mais 4 minutes suffisent – certes agréables - plus une pour l’élastique. 3 Carmen et retour.
Armé de deux aiguilles le N.908 de Lagarde se montre agile et finisseur pour quelques coups mais ses sauts continuels ne le servent pas. Il finit épuisé.

A la remise des prix, Hubert Manaud (manade du Pantaï) reçoit le trophée pour son cocardier des mains de Dominique Perron, président de l'union des CT Paul-Ricard partenaire de la FFCC, et chaque stagiaire son diplôme.

MARTINE ALIAGA
Photos CHRISTIAN ITIER

remoulins,finale ligue lr,courses camarguaises

▲ Le Saumade aux trousses de Fabre

* Finale des Ligues PACA, le samedi 8 novembre aux Paluds-de-Noves

* Entrée : 3/4 d'arène. Org. Union taurine remoulinoise. Président de course : Didier Gaillard. Raseteurs : Charrade, Martin, Marignan, Méric, Robert, Guerrero. Robert se retire au 5e, Fabre le remplace. Tourneurs : Dunan, Curtil.

****************

LES STAGIAIRES
(confert le site fédéral ffcc.info)

Accédent au groupe 3, Espoirs - Trophée de l’Avenir : stagiaires de 2e année : Antoine Charrade, Stéphane Dunan,   Marvin Méric.  Stagiaires de 1re  année : Vincent Marignan, François Martin, Geoffrey Robert.
Sont reconduits pour une 2e année en ligue :  Enzo Bernard, Nicolas Carta, Bastien Courgeon, Anthony Fabre, David Guerrero, Sébastien Machi, Vivien Rodriguez, Tegy Romero, Vito Viscomi.
Cas particulier :  Le stagiaire Tom Vacaresse, en raison de sa blessure contractée lors de sa 1re année, est accepté à titre exceptionnel  en 3e année.
Ne sont pas reconduits et de ce fait ne sont plus maintenus en ligue :  stagiaire de 3e année, Habib Bouha. Stagiaires de 2e année : Nicolas Baptiste, Sofiane Ben Ammar, Mathieu Laurent, Jordan Magnetto, Corentin Martinez, Sébastien Ruiz. Stagiaires de 1re année : Yacine Fahim, Aurélien Paris, Gaël Vallée.

*************

23/10/2014

63e TROPHEE TAURIN *CLASSEMENT FINAL*

 

LOGOTT.jpg

2014 CLASSEMENT FINAL

Trophée des As - Groupe 1

1. ALLOUANI Sabri (D) 658,5

2. CHEKADE Amine (D) 580

3. AUZOLLE Loïc (D) 571,5

4. FOUR Bastien (G) 398

5. AYME Anthony (D) 345

6. BELGOURARI M. (D) 305,5

7. KATIF Zakaria (D) 303,5

8. FAVIER Maxime (G) 260

9. ERRIK Radouane (G) 243,5

10. BRUSCHET Romain (D) 198

11. ALIAGA Jérémy (G) 196

12. OUFFE Julien (G) 193,5

13. MARTIN Jérôme (G) 177

14. REY Julien (D) 154

15. BENAFITOU Ilias (D) 134

16. ALLAM Fayssal (G) 94

17. POUJOL Hadrien (G) 81

18. RASSIR Sofiane (G) 79

19. SANCHIS Boris (D) 52

20. FAURE Lucas (D) 43

21. OUTARKA Lahcène (D) 33

22. MASCARIN Romain (D) 15

23. VILLARD Benjamin (D) 4

Trophée des Raseteurs - Gr.2

1. GUYON Rémy (D) 424

2. MAUREL David (D) 369

3. CLARION Christophe (G) 338

4. JOURDAN Victor (D) 320

5. MARQUIER Mathieu (D) 300

6. FOUGERE Dimitri (D) 291

7. MARTIN-COCHER D. (G) 259

8. SABATIER David (D) 255

9. FERRIOL Joffrey (G) 242

10. RICCI Jean-Louis (G) 210

11. SANCHEZ Marc (G) 202

12. GRAMMATICO Fab. (D) 177

13. BENAFITOU Nabil (G) 173

14. GLEIZE Alexandre (D) 159

15. OUFDIL Icham (D) 139

16. VIC Jonathan (D) 138

17. GOUGEON Mickaël (G) 103

18. CARTALADE Kevin (G) 90

19. CHIG Mohamed (D) 88

20. MOINE David (D) 85

21. CANO Guillaume (D) 82

22. MARTINEZ Damien (D) 65

23. MIRALLES Cédric (D) 62

24. RUIZ Olivier (G) 60

25. OLESKEVICH Nicolas (G) 49

26. CAIZERGUES Kevin (D) 48

27. MONDY Thomas (G) 47

28. LAFARE Jérémy (G) 45

28. MOUTET Damien (D) 45

30. ALARCON Loïc (G) 43

31. VIOLET Nicolas (D) 41

32. MEBAREK Sidi (G) 36

33. BINI Benjamin (G) 34

33. BOURNEL Marc (D) 34

35. GUIN Romain (G) 29

36 DUMONT Thomas (D) 28

37. VALETTE Benjamin (D) 26

38. THIERRY Patrice (G) 20

39. CASTEL Cyril (D) 13

40. SANTELLI Mickaël (D) 10

41. PAPARONE Nicolas (D) 9

42. CHARNELET Mickaël (D) 8

43. PEREZ Guillaume (G) 6

44. SALINESI Sylvain (D) 5

45. MONDY Romain (D) 3

45. PEREZ Yannick (D) 3

45. SOLERA Raphaël (G) 3

Trophée de l’Avenir - Gr. 3

1. ZEKRAOUI Youssef (G) 851

2. BOUHARGANE J. (G) 783

3. ALIAOUI Farid (G) 524

4. GAILLARDET Joan (G) 504

5. PRADIER Yoan (D) 478

6. CADENAS Joachim (D) 445

7. OUDJIT Jean-Henri (D) 405

8. GAUTIER Anthony (D) 394

9. ZBIRI Smaïn (G) 347

10. SOLER Jérémy (D) 274

11. SABOT Benjamin (D) 257

12. IBARRA Rémy (D) 240

13. ROIG Thomas (D) 146

14. EL HAJJOUJI Fouad (G) 138

15. MARQUIS Rudy (G) 135

16. MONTESINOS G. (D) 126

17. COULOMB Florian (G) 87

18. BOYER Frédéric (G) 82

19. CIACCHINI Jérémy (D) 62

20. ORTIZ Rodrigue (D) 50

21. BENOIT Benjamin (D) 40

22. ANANE Medhi (G) 36

23. ZINI Walid (G) 16

24. MARQUIS Kevin (G) 10

21/10/2014

NIMES FINALE DU TROPHE DES AS

Dimanche 19 octobre 2014 - LA COURSE

Crescendo jusqu'aux feux d'artifice

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

Greco de Saint-Antoine et Sabri Allouani

De la première partie, je retiens Sugar (3e) pour sa prestation cocardière tenant tête haut les cornes à 12 raseteurs. En seconde, Garlan, certes un peu moins affûté mais peu sollicité aussi, se fait respecter, Ulmet attaque fort, se retient parfois, repart au combat puis se blesse, Greco signe le quart d’heure fort du jour, et Ratis, au moral retrouvé, conclut brillamment. Côté raseteurs : Allouani honore sa 10e étoile, Katif expose son talent, Ayme offensif, Auzolle leveur d’attribut en première partie, Four la qualité sans la quantité, Favier toujours au contact, Aliaga en fin de course, Martin pour quelques belles passes, Chekade, Belgourari, Errik, Ouffe en dessous.

Horacio (Cuillé).- Délimite sévèrement son terrain sur quelques mètres carrés dont il ne veut pas sortir. Les ficelles rentrent.

Escamillo (Raynaud).- En mouvement, les premiers attributs volent vite. Quand il se place, il pousse ses conclusions jusqu’à faire voler les planches. Mais neuf minutes suffisent. Moyen en ce jour. 1 Carmen et retour.

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaisesSugar (Saint-Gabriel).- Il tient la forme et conclut au fil des planches à chaque action. Gère son placement et ses déplacements, sait se sortir de l’emprise et balade les hommes du toril à la présidence. Attentif, ses poursuites sont torrides et ses enfermées et arrivées aux planches dangereuses comme après Belgourari, Katif, Favier, Ziko ou Martin.  Du cocardier haut de gamme. 8 Carmen et retour au terme de ses 13’15.

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaisesGarlan (Les Baumelles).- Applaudi à la lecture de son palmarès, il se met vite en place côté toril. Pour qui le premier raset ? Chekade attaque à 1’30, anticipation sur Favier… Pour 5 minutes les premiers attributs. On ne plonge pas par hasard entre les cornes du triple Biou d’Or et les hommes se rangent soigneusement le long des planches, droite et gauche, pas une tête ne dépasse, et chaque candidat choisi longuement sa trajectoire. Le public s’impatiente. Les primes montent. Katif, le plus entreprenant, mais aussi Martin, duo Ziko-Favier. Quelques anticipations et chaudes enfermées mais pas assez au sentiment des spectateurs qui manifestent… après les enchères (jusqu’à 2200€ )? Après les hommes ? En attendant, Garlan se fait, une fois de plus, respecter et rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaisesUlmet (Blanc).- Il attaque fort en se soulevant en rafale. Puis se place et se ménage un temps de récupération. Ça repart après Ayme, Auzolle. Entre retenue puis grosses actions aux planches (Allouani, Ouffe, Martin, Katif). Sur un gros coup de barrière après Katif, se blesse à la 11e et réintègre en musique, avec ses ficelles et 6 Carmen.

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaisesGreco (Saint-Antoine).- Premiers impacts violents sur Allouani puis Auzolle. Le cocardier a envie, cela se sent. Placé, froid, attentif, Greco s’engage haut et fort sur chaque action. Il envoie un boulet de canon sur Ayme qui se blesse en retombant. Continue sur sa lancée, en catapultant Allouani, Katif, ça c’est juste le temps des rubans. Aux ficelles, il redouble de méchanceté, par des coups puissants après Katif (4), Chekade (2), Belgourari (2), Auzolle, Allouani (2), les planches volent après Auzolle qui en reçoit une sur la tête… Près d’une vingtaine d’actions rythmées par la musique. Le public se lève. Greco rentre une ficelle en musique et sous l’ovation.

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaisesRatis (Raynaud).- Difficile de passer après Greco mais Ratis a de bons arguments. Un Ratis comme on l’aime, placé, explosif, belliqueux ! Un moral et un physique au top. Facétieux et joueur aussi. Même s’il se disperse un peu en démontant le pourtour, pas grave on l’apprécie aussi pour ça.  Surtout qu’il compense aux ficelles, par des coups de barrière puissants : Aliaga 3, Four, Martin 2, Belgourari 2, et Favier dont il coince méchamment le pied aux planches). Du très bon Ratis qui rentre ses ficelles. 7 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS ITIER - MALI

 

Trophée des As : Allouani, Ayme, 14 points ; Auzolle, 13 ; Four, 7 ; Katif, 6 ; Favier, Belgourari, 4 ; Aliaga, Martin, 2 ; Errik, Chekade, 1

▼ SUGAR DE SAINT-GABRIEL

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

▲ Mehdi Belgourari et Sabri  Allouani ▼
dangereusement enfermés par Sugar

 nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

▼ GARLAN DES BAUMELLES

avec Katif

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

▼ avec Favier

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

 ▼ ULMET DE BLANC

sur Allouaninimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

 ▼ Le festival d'actions de GRECO DE SAINT-ANTOINE

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

▼ RATIS DE RAYNAUD

La jambe de Maxime Favier coincée à la planche

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

nimes,finale du trophée des as,greco,ratis,sugar,allouani,courses camarguaises

***************

 

20/10/2014

NIMES FINALE DU TROPHEE DES AS

Dimanche 19 octobre 2014

Les signes qui ne trompent pas

NIMES ENFANTS.jpg

 

nimescapeladoPHMALI.jpgOn pourra toujours chercher - et trouver - la fausse note de cette journée de finale du Trophée des As, dimanche passé, à Nîmes. Mais le positif l’emporte, il y a des signes qui ne trompent pas. Cette après-midi dans les arènes est un succès et donne une superbe image des traditions et de la course camarguaise.

Les applaudissements chaleureux et spontanés venus des gradins au fur et à mesure du spectacle d’avant course témoignent de l’agrément du public. Comment ne pas acquiescer au ballet des élégantes et souriantes Arlésiennes dans leurs plus beaux costumes. Comment ne pas succomber devant ces ribambelles de Mireille ou la chorale des enfants apportant un grand vent de fraîcheur, des rires et de la légèreté. Se laissant porter par la musique, les spectateurs ont apprécié l’entrée de Mandy Graillon, Reine d’Arles portée en croupe par Raoul Mailhan ; la chorégraphie d’adorables poupées sur l’air de “Magali” ; la reprise équestre des gardians ; et les indispensables musiciens. Vraiment, sous la baguette de Patrice Blanc, la magie a opéré et embarqué le peuple de Camargue qui n’a pas manqué non plus la superbe remise des prix. Ce fut somptueux, élégant, coloré et poétique... reflétant parfaitement la vivacité de notre culture.

NIMESSABRIPHCI.jpgEt s’il fallait une autre preuve à cet engouement, elle serait à lire sur les visages des récipiendaires. Les larmes de Sabri Allouani, l’émotion de la famille Linsolas de la manade des Baumelles, la joie des Clauzel de la manade Saint-Antoine.

Vraiment, il y a des signes qui ne trompent pas.

 

MARTINE ALIAGA

PHOTOS CHRISTIAN ITIER ET MALI

Les acteurs du spectacle

 

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaisesL’annulation de la course de la finale le dimanche 12 octobre et le report à ce dimanche passé a conduit tous les acteurs à remettre l’ouvrage sur le métier. Tel le chorégraphe Patrice Blanc en charge du décorum de l’après-midi, obligé d’apporter quelques retouches au spectacle. Des répétitions supplémentaires demandant de la disponibilité et de la concentration à tous mais au final, un spectacle flamboyant, touchant le cœur de public. En forme de remerciements voilà les acteurs du spectacle d’avant course et de la remise des prix : Mandy Graillon, Reine d’Arles, portée en croupe par Raoul Mailhan, les demoiselles d’honneur, les danseurs de la Capouliero de Martigues, Les Enfants, les Arlésiennes et Messieurs des groupes de Tradition, Li Arlatenco de Mouriès, Li Cabidoulo du Cailar, le Ruban de Provence d’Avignon, Lou Velout Pescalune, l’Etoile de l’Avenir d’Arles, l’Escolo d’Argenço de Fourques, Les associations Nîmoises de Maintenance, le Temps du Costume de Nîmes, le Cordon Camarguais, les Farandoleurs Cheminots et Flour Inmourtalo, les cavaliers de l’association Voltéo Julien Perrin, les tambours de la Batterie Fanfare du Réveil Tarasconnais, de l’Harmonie Rognonaise et de Châteaurenard et les musiciens de la Gardounenque.

FAMILLE RAYNAUD : que du bonheur !

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

FLORILEGE DU SPECTACLE

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

 

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

 

finale du trophée des as,nimes,courses camarguaises

*****************

 

19/10/2014

NIMES FINALE DU TROPHEE DES AS

Dimanche 19 octobre 2014

Les saveurs du banquet final

 nimes,finale du trophée des as,greco de saint-antoine,sabri allouani,courses camarguaises

Greco de la manade Saint-Antoine sur Ziko Katif

nimes,finale du trophée des as,greco de saint-antoine,sabri allouani,courses camarguaisesSi Greco fait sauter les bouchons de champagne, Ratis est un pousse-café corsé et pétillant. Sugar se déguste en trou normand bienvenu en cours de repas et Garlan se pose en plat de résistance.

 Dans le banquet final où quelques plats intermédiaires ont semblé un peu fades, la mise en bouche est somptueuse dans des envolées colorées, dynamiques et lyriques.  

Côté convives, le report de date n’étant jamais un plus pour une course, l’affluence n’atteint pas des records mais se situe dans une bonne  moyenne. 

Des hommes en blanc, assidus parfois à l’excès, ou  sur la réserve et parfois trop, on retient assurément Katif. Jeune Ziko deviendra grand aux côtés du champion Sabri Allouani, efficace et brillant aux bons moments. Chacun des dix autres raseteurs apportant son concours plus ou moins efficacement,  opportunément ou brillamment. 

Au menu donc,  Horacio, un premier qui se cantonne à quelques mètres carrés, puis Escamillo très moyen. Mais Sugar, avec une stratégie à toute épreuve, balade les hommes, tient tête et fait passer les premiers frissons en frôlant les raseteurs de ses cornes dangereuses.

Applaudi à la lecture de son palmarès le triple Biòu d’Or Garlan n’est pas submergé de sollicitations. On ne plonge pas au hasard entre ses cornes. Les hommes préparent longuement chaque départ, Katif, Favier et Martin, étant les plus conquérants. Aussi, le public manifeste : après les montants des primes aux ficelles (2200€) ? Le comportement des hommes ? A sa suite, Ulmet, avec des actions tonitruantes et quelques périodes de retenue mais il se blesse et quitte la piste à la 11e. C’est après que tout s’enflamme. Par un quart d’heure de haute envergure, Greco affole les compteurs de ses violents coups aux planches. Froid, jamais le cocardier de Saint-Antoine ne se disperse. Placé, attentif, ce sont des skuds à répétition qui bombardent les hommes et emballent la musique. Excellent ! Et le public debout. Quant à Ratis, s’il met quelques minutes à entrer dans la danse, une fois chaud, c’est avec son tempérament belliqueux, frondeur et facétieux qu’il mène sa course.  Du très bon Ratis.

nimes,finale du trophée des as,greco de saint-antoine,sabri allouani,courses camarguaisesA l’heure des récompenses, la piste rehaussée de la beauté des Arlésiennes dont la Reine d’Arles Mandy Graillon et ses demoiselles d’honneur, des gardians, et d’une ribambelle d’enfants, les salves d’applaudissements descendent des gradins. Sabri Allouani savoure la victoire. Dix étoiles brodées sur son maillot mais les plus brillantes au fond de ses yeux. 

MARTINE ALIAGA

17/10/2014

ATTELAGES

Le Charroi des Olives est prêt pour sa 8 virée

B3NUIT.jpg

BRETOURG.jpgChaud ! Chaud ! Paradoxalement à la virée nocturne plutôt frisquette qu’elle prépare, l’équipe du Charroi des Olives prépare avec effervescence sa 8e épopée. Epopée ? Oui ! Prendre la route de nuit avec une dizaine d’attelages ne s’improvise pas. Et l’histoire du Charroi est maintenant riche de quelques départs manqués et autres – petites - gamelles dont les acteurs se rient aujourd’hui. Le déroulement du Charroi a fait ses preuves aussi, comme les autres années, le départ est fixé à 4h, le samedi 6 décembre,  à côté des arènes de Saint-Geniès-des-Mourgues, direction le Moulin de Villevieille, via Saint-Christol et sa halte historique, traversée de Boisseron, de Sommières par le pont romain. Livraison des olives. Déjeuner vers 8h à Sommières et retour à Saint-Geniès pour participer au Téléthon.

Pour que la magie opère, il faut se lever très tôt, se vêtir à l’ancienne, s’équiper contre le froid, ne pas craindre de marcher et surtout emporter sa bonne humeur et retrouver ses yeux d’enfants. Alors, au rythme des chevaux, les images et les sons d’une autre époque accompagnent la nuit. Une nuit hors du temps en hommage aux anciens oléiculteurs.

M.A

 

  

* Samedi 6 décembre, départ 4h de Saint-Geniès-des-Mourgues. Attelages et marcheurs. Déjeuner à Sommières, 17€, dont 2 € reversés au Téléthon, réservations 06 36 55 82 03. Navette gratuite pour les marcheurs pour le retour à Saint-Geniès *

11/10/2014

FINALE DU TROPHEE DES AS *LES COCARDIERS*

Pour la finale du Trophée des As le dimanche 19 octobre 2014 à Nîmes

D’Horacio à Ratis les 7 cocardiers de la finale
 
HORACIO (manade Cuillé).- N.443. 10 ans.
Sorties : 13/04 Lunel. 4/06 Nîmes. 19/07 Lunel. 15/08 et le 18/09 Le Grau-du-Roi.
Gardant sévèrement son terrain, Horacio est redouté pour ses anticipations et autres enfermées. Pierre Cuillé : « Cocardier sérieux, il fait une belle saison. Il sera premier à Nîmes, je considère que participer à une finale est un honneur et que l’ordre de la course n’a aucune importance ».
ESCAMILLO (Raynaud).- N.456. 10 ans.
Sorties : 13/04 Les Saintes. 4/06 Nîmes. 29/06 La Grande-Motte. 19/07 Lunel. 3/08 Pérols. 28/09 Saint-Geniès-des-Mourgues.
« Après avoir gagné la Marguerite d’Or, il y a quelques années, explique Frédéric Raynaud, il a eu un trou pendant un an et demi. Mais, depuis, il s’est totalement repris. Très méchant, il sait gérer ses courses. Après de grosses conclusions, il récupère, se déplace avant de repartir de plus belle. Excellent à Nîmes, le prix de la ville à La Grande Motte, bien mais un peu court à Lunel, très bon à Pérols et explosif à Saint-Geniès-des-Mourgues ».
SUGAR (Saint-Gabriel).- N.526, 9 ans.
Sorties : 27/04 Châteaurenard. 29/05 Alès. 17/07 Lunel. 10/08 Mauguio.
«Sugar fait une très belle saison, explique Luc Lopez, son bayle. S’il se laisse surprendre pour la cocarde et les glands, aux ficelles, il est craint par ses anticipations et ses conclusions les cornes en avant. Plus mûr cette année, il a été excellent à Alès, avec une domination totale».
finale du trophée des as,les cocardiers,courses camarguaisesGARLAN (Les Baumelles).- N.055, 14 ans.
9/05 Palavas. 29/05 Vauvert. 22/06 Le Grau. 27/07 Sommières. 15/08 Le Grau. 14/09 Châteaurenard.
Auréolé de son 3e Biòu d’Or, Garlan fait la saison la plus complète de sa carrière. « Il a fait du cent pour cent, dit Joël Linsolas. Une saison exceptionnelle par son comportement, sa tenue de piste, son sérieux, sa maîtrise. A 14 ans, les années ne lui pèsent pas. Nous sommes très fiers de lui". Sur 6 courses, Garlan rentre trois fois une ficelle, trois fois les deux, avec une régularité de métronome et une totale gestion de la piste. Un taureau qui se fait craindre et respecter.
ULMET (Blanc).- N.511, 9 ans.
27/04 Châteaurenard. 29/05 Vauvert. 22/06 Le Grau. 3/08 Sommières. 31/08 Fontvieille.
«15 jours après sa course de juin du Grau, explique Jean-Claude Blanc, une grosseur est apparue au poitrail due à une fracture aux basses côtes. Un morceau de cartilage qui se balade lui procure une grosse inflammation». Suivi par le vétérinaire (ponction et antibiotiques) qui a validé chacune de ses autres sorties, Ulmet a joué le grand jeu. «S’il court beaucoup en début de course, après, avec ses anticipations dangereuses et ses conclusions spectaculaires, il défend et garde ses ficelles qu’il a toujours rentrées. Il gagne le prix sur la saison au Grau-du-Roi et à Châteaurenard, le Crochet d’Argent à Fontvieille. Il a déjà un beau palmarès et à 9 ans, il reste prometteur. Après la finale, il sera opéré et pourra se reposer jusqu’à la saison prochaine».
GRECO (Saint-Antoine).- N.644, 8 ans. 8/05 Palavas. 13/07 Beaucaire. 15/08 Le Grau (blessure).
Florence Clauzel évoque sa saison: «Greco s’est blessé au Grau-du-Roi après un choc sur un poteau. Il a eu un traumatisme interne au poitrail et à l’épaule droite. L’hématome s’est résorbé mais l’ostéopathe a dû le manipuler. Après un grand repos, il pourra courir à la finale, si on avait le moindre doute il n’y serait pas allé. C’est un cocardier complet, avec un super placement, des anticipations et des actions d’envergure aux planches. Sa violence nous fait peur, on tremble à chaque fois. Notre vœu c’est qu’il dure aussi on essaie de gérer au mieux sa carrière».
RATIS (Raynaud).- N.560, 9 ans. 8/05 Palavas. 20/05 Vauvert. 22/06 Le Grau. 19/07 Lunel. 17/08 Les Saintes. 14/09 Châteaurenard.
Frédéric Raynaud analyse la saison du Biòu d’Or 2013: «Sa blessure à Palavas pour sa première sortie, lui a fait manquer le début de saison et il n’était toujours pas dans son assiette à Vauvert en mai. Mais il s’est requinqué et remporte le prix du Muscat à Lunel, les Impériaux aux Saintes (ex aequo avec Scipion) et fait une très belle finale des Maraîchers à Châto».
 

 

MARTINE ALIAGA

 

10/10/2014

FINALE DES AS REPORTEE

La finale du Trophée des As qui devait se dérouler à Nîmes, ce dimanche 12 octobre, est d'ores et déjà reportée au dimanche 19 octobre.

Suite à l'épisode majeur de pluies entraînant des risques d'inondation (orages en cours) de cet épisode méditerranéen qui devrait durer jusqu'à mardi.