Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/08/2010

MAUGUIO *AS*

Dimanche 15 août 2010

LE VERLAGUET DU COEUR A FIGARET

FIGARET.jpg

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : mairie. Président : Laurent Hénin. Raseteurs droitiers : Gleize, R. Mondy, Outarka, Rey, Villard, Marquier. Gauchers : Clarion, Four, T. Mondy. Tourneurs : Benzegh, Garrido, Zerti, Dunan, Mata.

Ex aequo avec Marcellin, c’est finalement Figaret (Photo) qui est choisi pour honorer son extraordinaire quart d’heure cocardier, le jour de sa despedida. Pour lui, le Verlaguet du cœur. A Bastien Four, le prix du meilleur raseteur ;  à Yves Janin celui du meilleur cocardier de la saison melgorienne, Sparagus. C’est mérité ! Honneur, enfin,  au Melgorien Léon Auduy dans un final à la hauteur où la jeunesse est associée sur l’air de La Melgorienne. Le Verlaguet 2010 est une bonne cuvée dont la seconde partie plus travaillée a réjoui les spectateurs.
Guadalix (Janin).- Des ripostes choisies et sévères (Carmen) sous la pression des blancs qui ne lui laissent pas le temps de se poser. Aux ficelles, il "envoie" quelquefois et sélectionne assez pour rentrer la seconde en musique.
Figaret (Le Ternen).- Pour se dernière, l’aîné de l’élevage s’est surpassé. A 14 ans, il a fait la pige aux As. Autoritaire, intelligemment positionné, vif, ses fusées destabilisent les blancs. Villard, Rey sont éconduits, les tourneurs écartés. D’un pas, il ferme la porte. Rey insiste pour les plus belles enfermées. C’est en patron que Figaret quitte la piste avec ses ficelles et les honneurs trois fois entendus.
Faru (L’Aurore).- Au début, en vadrouille, il se laisse leurrer. Mais quand il se place, les anticipations sont belles et les arrivées serrées (2 Carmen). Les blancs calent. Seul Rey essaie encore. Mais Faru rentre sa 2e ficelle en musique.
Marcellin (Rouquette).- Placement bien géré, aucun refus, de l’agressivité, Marcellin mène cocardièrement sa course avec des conclusions bien senties. Les séries s’enchaînent, il y met tout son cœur et se dresse aux planches. Rentre une ficelle chèrement défendue. 8 Carmen et retour.
Angélus (Lautier).- Maître de son espace, il faut vraiment y rentrer pour qu’il déclenche. Alors là il exprime violemment son humeur dans les enchaînements et aux planches. De gros engagements sur Four, Outarka, Rey, Villard, mais aussi des temps de repli. 6 Carmen et retour avec une ficelle à 700 €.
Césarion (Blatière-Bessac).- Bourlingue dans tous les sens mais se soulève à l’arrivée. Il prend tout et se jette après Marquier, Four, Rey. Secoué sur sa 2e ficelle, il livre un agréable combat de 12’30 avec 6 Carmen et retour.
Pour terminer, un p’tit jeune du Joncas, Bismarck (hp) vif et pétillant qui ne rechigne à rien et passe le mourre dès que possible. Les ficelles rentrent en musique.

Martine ALIAGA


Trophée des As : Four, 18 points ; Villard, 14 ; Outarka, 11 ; Gleize, 5 ; Rey, 5 ; Marquier, 1.
Trophée des Raseteurs : R. Mondy, 6 points ; T. Mondy, 4.

14/08/2010

MAUGUIO *AVENIR*

Samedi 14 août 2010

UNE COURSINETTE SYMPATHIQUE

Entrée : 1/5e d’arène. Organisateur: CT Le Trident. Président: Laurent Hénin. Raseteurs droitiers: Fougère, Garcia, R. Mondy.
Gauchers: Aliaga, T. Mondy. Tourneurs: Grando, Curtil.
Fougere.jpgCinq hommes à la capelado, on s’attendait à pleurer la misère mais, finalement, dans cette ambiance festive détendue, la course est bien passée. Pas de difficulté côté bétail, et deux hommes qui tirent la course, Dimitri Fougère qui cartonne sa feuille de points et Jérémy Aliaga. Bien sûr, les cocardiers n’ont pas croulé sous les sollicitations mais l’ensemble des blancs a travaillé à tous les taureaux.
Pascal (Félix).- Sans forcer signe quelques beaux engagements (T. Mondy, Garcia) pour 8 minutes les pompons. Reste un peu en dedans malgré les sollicitations. Rentre une ficelle.
Angelo (Rouquette).- Du centre, il lance quelques ripostes bien vives. Plus près des planches, se livre mieux pour deux arrivées bien senties après Aliaga, Fougère, une série. Rentre une ficelle avec 2 Carmen en course.
Frelon (Blatière-Bessac).- Obsédé par les planches, il fait du petit bois mais affiche une bonne volonté sur les cites et se livre avec franchise. Se soulève quand il est bien emmené sur Aliaga (2), et suit T. Mondy dans l’élan.  Une ficelle à la maison avec 2 Carmen et retour.
Batelier (Ribaud).- Offensif et avec un bon placement, il honore au petit trot les invites. Mais pas plus. Aliaga dans les cornes pour une série conclue et Garcia met un terme à la 14e. Carmen au retour.
Médard (Lagarde).- L’unicorniste sort avec envie. Les blancs reculent. Sérieux dans les séries, il supporterait plus de rythme. Bien embarqué par Fougère, Aliaga, il se livre et garde ses ficelles en musique. Un Carmen pendant.
Ménélas (Le Ternen).- Un peu "lourdaud", il ne refuse pourtant rien. Avec une bonne occupation de la piste, un long raset de Fougère trouve une conclusion "pétante", qu’il récidive sur Aliaga. Traverse les planches après Dimitri, Tape sur Garcia et enchaîne. Tire un peu la langue à la 11e, Fougère persiste et engrange ses 37 points, avec la 2e ficelle, à la 12e. 3 Carmen et retour.

Martine ALIAGA
Photo Luc PERO


Trophée de l’Avenir : Fougère, 37 points ; Aliaga, 13.

MAUGUIO - VACHES COCARDIERES

Vendredi 13 Aout 2010 - Trophée du Melgueil

CARIOCA POUR LES DEMOISELLES
CLARION POUR LES MESSIEURS

CLARION.jpg
Le Trophée de La Motte revient à CARIOCA ▲ de Raynaud, pour les vaches en concours. Choix judicieux mais difficile car OPALE, 9x12.jpgCOQUILLETTE, LATTOISE et VALSIERE ont fourni des prestations relevées aussi. Pour les raseteurs, " fair-play " Clarion aux points devance Paparone mais partage son prix avec lui, la deuxiéme ficelle de la neuvième vache faisant la différence. Hommage à la capelado est rendu à Julien Malige qui troque en fin de saison sa tenue blanche pour celle de gardian à plein temps. Jacques Roumajon au micro, Dumont, Clarion, Paparone, Deslys, R. Mondy, Gougeon, Segurel, Malige, JF. Moulin et deux tourneurs en piste.
BRISEÏS du Ternen, un peu légère pour cette place, elle se donne vaillamment pour trois Carmen.
LATTOISE de Rouquette, pétillante dans de multiples séries et spectaculaire parfois elle entend huit fois les honneurs.
MADONA de Mogador, deux Carmen pour dix minutes "bravasses".
COQUILLETTE de Lafon, débute fort avec des séries spectaculairement conclues. Ne se laisse pas enfermer. Bien placée elle oblige à la réflexion et enferme ses ficelles. Cinq Carmen.
GAZETTE de Chapelle, de retour de blessure, elle rentre un gland aprés avoir beaucoup subi. Elle fait front avec coeur et entend cinq Carmen.
Malige.jpgOPALE du Brestalou, pose des problèmes par sa façon de combattre et ses anticipations. Sérieuse elle ramène un gland au toril. Cinq Carmen.
THERESA de Blatière-Bessac, garde un gland par manque de travail. Crainte par ses sauts elle écoute quatre fois la musique.
CARIOCA de Raynaud, rapide, vigilante elle tape fort aux bas des planches mais se soulève aussi. Elle domine aisément ses adversaires par de grosses enfermées et rentre un gland. Huit Carmen.
VALSIERE de Chaballier, une belle et bonne barricadière qui clôture avec un grand brio cette course. Six fois les honneurs lui sont rendus.
Texte et Photos Luc PERO
LATTOISE.jpg
LATTOISE
PAPARONE.jpg
CARIOCA
COQUILLETTE.jpg
COQUILLETTE
******************************

13/08/2010

MAUGUIO *AS*

Jeudi 12 Aout 2010  -  Trophée de La Motte

SPARAGUS MET LES BLANCS AU GARDE A VOUS !

SPARAGUS.jpg
remiseAuzo.jpgSi ce concours ne restera pas dans les mémoires, il aura par les prestations de FONFON (15 ans) bien guilleret, en première partie, et par LANGUEDOCIEN superbe barricadier en fin de concours permis aux nombreux spectateurs de vibrer. Mais la grande satisfaction de la journée est venue de SPARAGUS (Photo du haut). Certes ce n'était ni une découverte, ni une surprise mais surtout une confirmation (s'il en était besoin !) que le cocardier d'A et Y Janin savait se défendre dans n'importe quelle piste et riposter avec véhémence devant tout types d'attaques. Un quart d'heure complet et le prix de la journée obtenu à l'unanimité du jury. Côté raseteurs c'est la lutte entre Auzolle et Villard, et si Loïc l'emporte aux points pour le Trophée de la Motte, Benjamin a pour sa part signé les plus beaux engagements du jour. Une mention au jeune Errik trés à l'aise. A et N Benafitou, Ouffe, Outarka, Gleize, R Mondy et Matray complétaient avec cinq tourneurs les présents.
GEVAUDAN de Rouquette, est loin d'avoir le mordant de la bête... 15 mn sans intérêts.
SUFFREN de Chapelle, a la même motivation que le précédent... 15 mn soporifiques.
FONFON de Blatière-Bessac, il se donne comme un ternen pour défendre ses pompons. Aux ficelles plus rugueux il est toujours dispo et entend les deux premiers Carmen de l'aprés-midi. Une ficelle au toril.
COYOTE de Caillan, la déception du jour aprés sa prestation Beaucairoise, on espérait mieux. Tanqué devant le toril il faut vraiment le charger (Villard s'y colle !) pour avoir une réponse convenable... 15 mn bien tristounettes.
remise.jpgSPARAGUS de A et Y Janin, sort à reculons du toril mais se met de suite en action en chassant hors de piste les blancs (surtout les tourneurs!) qui tentent de le distraire. Attaqué il oppose une farouche réplique et pourtant aucune délicatesse ne lui est proposée. Et puis après avoir calmé les véléités blanches, il se cale et attend que ces messieurs si pressés pour lui ravir ses pompons veuillent bien se mesurer plus loyalement avec lui. Mais là ce n'est plus les mêmes régles et c'est lui qui les fixe. " Si tu démarres, je te vois, j'anticipe vitesse Grand V ta trajectoire et tu ne me touches pas la tête ! ". Réduit à subir sa supériorité seuls Villard, Auzolle, Errik vont tenter quelques approches, mais par trop de danger les hommes abdiquent. Il rentre ses ficelles à 600€ en ayant entendu quatre fois les honneurs. En prime il reçoit l'ovation du public et le prix du jury.
LANGUEDOCIEN de Briaux, quel moral, quel tempérament pour ce jeune barricadier, qui va s'envoyer une bonne quinzaine de fois aux planches. Jamais sur le recul il termine ce concours de belle manière. Batailleur en diable il va défendre sa deuxième ficelle jusqu'à la 13e minute. Une ribambelle de Carmen bien mérités.
Texte et Photos Luc PERO
SPRAVILLARD 2.jpg
SPARAGUS ▲▼ et Villard.
SPRAVILLARD.jpg
*************
LANGUEGLEIZE.jpg
LANGUEDOCIEN ▲▼ des Frères Claude et Lucien Briaux.
LANGEVILLARD.jpg

12/08/2010

MAUGUIO *AVENIR*

Mercredi 11 août : Trophée Alain et Pascal Salmeron

LES PRIX A ROMAIN GUIN ET COLOMBO DE LAFON

FERRIOL.jpg

 

Entrée : 3/4 d’arène. Organisateur : mairie. Président : Laurent Hénin. Raseteurs droitiers : Caizergues, Fougère, Moine, R. Mondy. Gauchers : Clarion, Ferriol, Guin, T. Mondy. Tourneurs :  Curtil, Duran, Martinez, Zerti.


Belle entrée pour ce Souvenir Pascal et Alain Salmeron offert par la mairie et qui permet aux manades des bords de l’Etang de l’Or de présenter leurs jeunes (pourla plupart d'entre-eux) éléments. Ces bestiau peu expérimenté donc naïfs ont peiné par trop bonne volonté face à une équipe de raseteurs souvent brouillonne. Si le cocardier de Lafon, Colombo (5 ans sorti en 2e position) a été justement récompensé par le prix, le jeune Icare de Paulin (7e hors points) a montré une impétuosité et un esprit bagarreur de bonne augure. Romain Guin prend le prix du meilleur raseteur Guin aux points. Capelado et  remise des prix mises en valeur par la peña Patch and Co, La Pichoto Camargo et les gardians de L’Aurore.
Baladin (Rouquette).- En mouvement,  Baladin fait son apprentissage, fuse et passe le mourre parfois. Tient mieux son placement sur la 2e ficelle qu’il cède à la 10e au terme d’une série (Carmen).
Colombo (Lafon).- Avec un bon positionnement, il met de l’envie dans ses réponses et ne lâche rien jusqu’aux planches dans les séries. Un long enchaînement lui fait monter la moutarde au nez et il brille par ses conclusions. Plus réservé sur sa 2e ficelle, il la garde en musique déja entendue 5 fois.
Brigand (Le Soleil).- Chasse et prend les rasets de passage mais quitte souvent le raset. Plus intéressé sur sa 2e ficelle, livre une jolie série. 6’30.
Elliot (Les Termes).- Affiche sa méchanceté mais perd ses pompons en 2<TH>minutes. Surveille tout, se place et collabore bravement. Livre un enchaînement conclut après Caizergues  mais lâche sa 2e ficelle à la 7e. Carmen au retour plus une fois entendue.
Colombus (L’Aurore).- Jamais rassassié et toujours en mouvement, il enfile les séries (Carmen) vitesse grand V en serrant quelquefois en finition. Il continue à fond jusqu’à la 7e. Et rentre en musique.

Angélus (Le Ternen).- Vaillant lui aussi, il est attaqué tambour battant. Montre des qualités de placement et de collaboration honnête avec quelques approches vindicatives aux planches. Deux belles longueurs avec Caizergues pour une arrivé émotionnante, la corne à l’affût. 14’30. 2 Carmen et retour.
Icare (Paulin, hp).- Méchant, saute seul mais s’envoie aussi violemment après les hommes (Caizergues, Ferriol, Clarion). A la dernière minute, surprend Caizergues et lui inflige un coup de corne (apparemment pas trop grave).


Martine ALIAGA


Trophée de l’Avenir : Guin, 8 points ; Ferriol, 7 ; Fougère, 4,5 ; Caizergues, 2.

 

10/08/2010

MAUGUIO *AS*

Mardi 10 aout 2010 - Souvenir Manu et José - Royale de Cuillé

ASSEZ BIEN... AURAIENT PU MIEUX FAIRE

AUZO.jpg


Entrée : 3/4. Organisateur : CT Le Melgueil. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Auzolle, Gleize, Jockin, Jourdan, Outarka. Gauchers : A. Benafitou, Four, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Benzegh, Dunan, Kerfouche, T. Garrido, C. Galibert.

Des taureaux un peu fla mais capables de se  chauffer quand la pression monte ; des raseteurs qui travaillent par à coups et qui se lâchent - un peu -  pour faire briller Tassou et Renoir... C’est avec l’impression de trop par moments et pas assez à d’autres  que s’est joué le Trophée Manu et José. Malgré des arènes bien garnies, un décorum soigné et une remise des prix qui n’a pas oublié Sabri Allouani, ovationné ; le vainqueur du jour Loïc Auzolle et les remerciements à la manade Cuillé.
Merlin
a trop grand cœur. Sans répit, il aligne les poursuites jusqu’à se faire asphyxier. Quelques poussées sur Auzolle (Carmen), Gleize. 10’30 récompensées.
Malgré un très bon placement, Merlot est un peu plus brouillon. Aux ficelles, il "envoie" de temps en temps, du coup les blancs lui laissent de l’air. Deux belles longueurs avec Sabri puis il emporte Adil Benafitou dans une traversée de piste. Rentre une ficelle en musique déjà entendue 2 fois.
Colvert
sort avec envie et le fait savoir en se jetant violemment aux planches. Il fait du large et tape pour peu qu’on lui laisse du champ. Mais les blancs ne lui servent que des massages de rein. Méchant, il se venge par des agressions aux barrières. Mais petit à petit, il gagne du terrain et se rend maître de l’ovale. Pour finir s’envoie avec rage sur Poujol, Auzolle. Certainement le meilleur du jour gâché par les blancs. Une ficelle rentre. 3  Carmen et retour.
Ruy Blas
n’est pas dans un grand jour. Mais on ne lui fait pas le coup du vire-vire. Seuls les rasets engagés l’intéressent. Alors là il se soulève après Outarka, Auzolle, Four... A son rythme, sans se décarcasser, il repousse les rasets distillés un par un... Dans les gradins on s’ennuie. Rentre aisément sa 2e ficelle en silence.
Avec abnégation, Racanel prend tout, le bon et le mauvais. Avec un peu plus d’espace, il s’engage dans de multiples séries où il passe la corne aux planches. Se chauffe sur la 2e ficelle qu’il perd à l’ultime seconde  en concluant  fermement sur Four. 7 Carmen.
Tassou
est un bagarreur et affiche d’entrée ses convictions, planches cassées après Dunan. Même moins percutant que d’ordinaire, Tassou tamponne après qui le provoque et les actions aux planches se succèdent (Auzolle, Benafitou, Four, Outarka, Allouani). Adil Benafitou se dit - peut-être - qu’il faudrait un peu récompenser le public et lui sert des caviars où Tassou se projette aux planches. Une série pour finir et la 2e ficelle pour Jourdan à la limite du temps. Des Carmen...
Pour finir, Renoir (hp) qui s’est physiquement requinqué. De longues minutes sans rasets et puis ça démarre, Allouani montre l’exemple et Renoir s’explose comme aux meilleurs jours, Four suit, Jourdan se fait enfermer (2) pour un final un peu enlevé en musique. Renoir, lui, rentre une ficelle. Carmen.


Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

Trophée des As : Auzolle 8,5 points ; A. Benafitou, 5,5 ; Four, 4,5 ; Jourdan, 4 ; Ouffe et Outarka, 3,5 ; Poujol, 2,5 ; Gleize,1

ALLOU ANI.jpg
TASSOU.jpg
TASSOU - A. Benafitou
RENOIR.jpg
RENOIR - Allouani


.

13/05/2010

MAUGUIO *AVENIR*

Jeudi 13 mai 2010 : Trident d'Or 1res séries, Le Brestalou, 177 points - Gillet, 176

QUATRE TAUREAUX ET DEMI

Entrée : une centaine de spectateurs. Organisateur : CT Le Trident. Président : Laurent Hénin. Raseteurs droitiers : Caizergues, Charnelet, G. Cano, R. Mondy, Pinot. Gauchers : Ferriol, T. Mondy, M. Sanchez. Tourneurs : Cano, Benzegh, Euzéby, Duran.

Dictons de Melgoriennes inspirées par les gros nuages menaçants autour des arènes : côté gauche "Lunel ne mouille pas Mauguio"... mais côté droit,  le "trou de Madame est bouché"... alors... tout est possible. Finalement entre deux rayons de soleil et trois nuages noirs, ce sont les quelques gouttes de pluie  qui l’emportent et la course est arrêtée à mi temps du 5e alors qu’une éclaircie se dessinait... Malgré tout, les points du Trident d’Or sont comptabilisés.... sur les moyennes. Effectivement les deux cocardiers et demi du Brestalou (177 points) ont montré un peu plus de qualités que les deux de Gillet (176). Alors...
Pour la manade Gillet : Escoulan (2e) se montre distrait par moments et trouve M. Sanchez pour le citer pleine piste à trois belles occasions. S’il ne se fixe pas au début,  il s’inscruste par la suite et reste difficile à déclencher. Rentre ses ficelles avec 2 Carmen en course.
Auriou (4e) ne présente pas de difficulté majeure. Brave partenaire qui  se chauffe bien sur sa 1re ficelle pour de belles séries avec deux  grosses poursuites sur T. Mondy et Pinot (3  Carmen en course). Rentre une ficelle.
Manade du Brestalou : Jaffar (1er) baroule beaucoup et s’envoie fort sur les reprises. Il raccompagne vivement T. Mondy, Cano, Caizergues, Charnelet et Pinot se fait des frayeurs dans les cornes (Carmen). 11 minutes
Diamant (3e) a du jus et honore tous les cites même s’il est parfois brouillon. Un bon passage sur la 2e ficelle où il fait front avec vaillance et déclenche le disque. 8 minutes.
Avec son étoile blanche au frontal et ses cornes bien plantées,  Zeus (5e), fait belle figure. Rapide et sans se poser, il fait face à toutes les sollicitations à fond. On perçoit des qualités mais il n’a pas le temps de faire parler la foudre, les dieux de l’Olympe en ont décidé autrement... il pleut.

Martine ALIAGA


Trophée de l’Avenir : Caizergues, 12 points ; Ferriol, 9; Charnelet, 7; M. Sanchez, 4; G. Cano, 3; Pinot, 1.

17/03/2010

LA SAISON MELGORIENNE

MAUGUIO LA TAURINE
AFFICHE SES COULEURS CAMARGUAISES

MAUGCP.JPG

Présentation de la saison en présence de Henri Itier
Yvon Bourrel, maire, et les élus dont Alain Foucaran

Si Mauguio l’Espagnole se distingue lors de la Romeria où le 6e club taurin de la ville "Toros y toreros" s’implique, la Camargue y pousse pleinement sa corne avec les courses et les festivitées organisées par les CT Lou Gardianou, Lou Revivre, Lou Trident, Le Melgueil, Lou Biòu, la mairie, plus l’école taurine animée par Stéphane Iochum. Et une jolie saison s’est dessinée lors de la présentation des dates 2010 en mairie. Point  commun de chaque intervenant, la transmission de la passion taurine et le soutien aux éleveurs.
Honneur au plus ancien,  le CT Lou Biòu - 100 ans en 2011 -  qui programme  une course de taureaux jeunes le 22 mai, Trophée des As le 12 août et des vaches cocardières le 13 août.
Le Melgueil lui propose une Ligue le 3 avril, une course à l’Avenir le 4 avril, Ligue le 10 juillet, Le Souvenir Manu et José le 10 août, Ligue le 11 septembre.
Pour Le Trident, ce sera une course au Trident d’Or/Avenir  le 13 mai, Trophée des As le 8 août, Avenir le 14 août, Ligues les 4 et 25 septembre.
Le Gardianou s’en tient à une course d’étalons le 9<TH>août et une course à l’Avenir le 12 septembre.
La mairie, quant à elle, conserve ses dates traditionnelles comme l’ouverture de la saison qui a eu lieu le 14 mars. Le 1er mai, la complète de la manade Rouquette  et celle de Blatière-Bessac, le 14 juillet, les manades locales en concours  (Avenir) le 11 août et le Trophée Verlaguet le 15 août pendant la fête locale.
Ajoutez à cela les courses de l’école de raseteurs les 7, 12, 14, 21, 28 mai, 18, 25, 13 juillet, 6 août, plus le bolsin du 12 juin et la corrida du 13 juin, et vous avez une vision panoramique de Mauguio la taurine.

Martine ALIAGA

14/03/2010

MAUGUIO

Dimanche 14 mars 2010

VOTEZ COYOTE !

COYOTE.jpg
COYOTE (Caillan) s'impose dés le premier tour... de la saison !

Entrée : 1/4 d’arène.
Organisateur : mairie.
Présidence : Cyril Daniel.
Raseteurs droitiers : Jockin, Outarka, Rey, Sabatier.
Raseteurs gauchers : Clarion, Four, Ouffe, T. Mondy.
Tourneurs : Benzegh, Dunan, Labrousse, Kerfouche, T. Garrido.
A la capelado, une minute de silence est observée à la mémoire du manadier Jacques Bon, décédé cette nuit.


Les suffrages exprimés de la course vont à Coyote devant  Canberra et Inca.
Fier (Nicollin).- 9 minutes 30, 3 Carmen en course pour quelques jolies actions aux bois. Musique au retour… Superflue.
Typhon (Brestalou).- C’est dans le désordre (le taureau s’y prêtant) que le bioù est abordé et raseté pour les pompons. Aux ficelles, plus discipliné, il répond aux séries sans s’avérer facile. 4 Carmen et une ficelle au retour.
CANBERRA.jpgInca (Paulin-Niquet).- Bien dans son terrain près des planches, il garde son monde à distance et donne à bon escient des répliques de qualité. Quelques conclusions. Une ficelle au toril et plusieurs fois la musique.
Coyote (Caillan).- Tenue de piste irréprochable, il est le maître incontesté de l’espace. Les sifflets du public ne motivent pas plus les hommes qui calent devant la difficulté. Peu friand des rasets à blanc ou coquins, il domine outrageusement et rentre en musique sa cocarde. Les blancs, quant à eux, sont copieusement conspués.
Co Blanco (Lautier).- Un bon début à la fois sérieux et brillant pour le bioù de Raphèle. La fin est plus laborieuse, mais il rentre une ficelle et entend 3 fois la musique.
Canberra▲ (Saint-Pierre).- Volontaire à souhait, le barricadier réchauffe et régale le public par de multiples actions aux barricades qui lui valent de nombreuses fois les honneurs. Un festival pour 13 minutes de présence.
Sueno  (Rouquette).- Jeune, rapide, il n’est pratiquement pas raseté. Seul Clarion lui donne sa chance pour deux envolées. Musique. A revoir mieux sollicité.

Texte et Photos Luc PERO

INCA.jpg
INCA (Paulin-Niquet) sur C. Clarion

13/09/2009

MAUGUIO : 29e FINALE DU TROPHEE PHILIPPE-THIERS

Samedi 12 septembre 2009

LE PALMARES

VACHES RINGUETTE.jpg
LES RASETEURS

BENJI VC dumont vainqueur.JPG1. Thomas Dumont
256 points (◄ photo)

2. Jean-Louis Ricci
239 points
3.Jean-François Moulin
166 points
blessé ne participe pas à la course
4. Christophe Clarion
78 points
5. Fabrice Segurel
67 points

VACHES

 

BENJI VC GAZETTE SEGUREL.JPG

Cocardière d'Or :
GAZETTE de la manade Chapelle ▲
photo avec Segurel


Cocardière d'Argent et meilleure vache de la course de la finale :
EVA de la manade Ricard ▼
photo avec Sabde

BENJI VC SABDE EVA RICARD.JPG


Honneur à LA RAYNAUSIE, vache de la manade Chaballier
Cocardière d'Or 2003, 2008
barricadière hors normes, qui, blessée, est mise à la retraite.

 

Coups de coeur
- A la capelado, Jean et Momon Ribauden piste (une pensée pour Georges souffrant) reçoivent des mains de Patrick Garcia, président des Vaches cocardières, un trophée honorant les 17 participations de la manade aux finales du Trophée Philippe-thiers, les Cocardières d'Or (Trimarde 1988, Flora 1994, royale complète 1991) et les 50 ans de la marque.
- Aux deux raseteurs les plus méritants de la course de la finale : Christophe Clarion et Fabrice Segurel
- A Julien Malige qui mettra fin à sa carrière en 2010.

Prix aux bayles des différentes manades récompensées.

**********************************

LA COURSE

Le CT Lou Biou et le staffdes vaches cocardières ont mis les petits plats dans les grands pour présenter cette 29e finale du Trophée Philippe-Thiers. Mais l'ensemble a souffert de la comparaison avec la superbe édition 2008. Pourtant, malgré une entrée décevante (environ 500 personnes), la course a été intéressante de bout en bout. Jacques Roumajon à la présidence a accueilli les huit raseteurs (Dumont, Malige, Paparone, Salinesi à droite ; Clarion, Sabde, Ricci, Segurel à gauche et les 4 tourneurs, Labrousse, Kerfouche, Ménargues et P. Rado). Des blancs qui ont bien travaillé, un plus à Clarion, Segurel, Ricci, Sabde jusqu'au tampon d'Eva, Malige.
Des vaches, je retiens une Eva (Ricard, 4e) bombardière dominatrice ; Coquilllette (Lafon, 3e) vive et vaillante ; Marico (Les Baumelles, 5e) intraitable cocardière ; Fedora (Chaballier, 9e) qui, à 6 ans se montre une agréable tamponneuse. Les autres n'ont pas démérité montrant un coeur énorme et répondant sans sourciller à des rasets parfois tranchants comme des lames. Gazette (La Galère, 6 ans, 6e) a semblé bien petitoune, malgré son peps et des qualités certaines.
Saladelle(Ribaud).- Cul aux planches, des enfermées et des séries cocardières. 9 minutes. 3 Carmen et retour.
Tosca(Félix).- Répond à tout mais peine sous les nombreuses sollicitations désordonnées. 6 minutes.
Coquillette(Lafon).- Ce n'est pas une nouille loin de là. Elle part au combat, tête haute, vite retournée et enfile des séries qu'elle conclut parfois en se dressant. Rentre ses ficelles sans mollir. 4 Carmen et retour.
Eva(Ricard).- C'est LA cocardière rêvée. Un gros gabarit qui tape fort et met les blancs au garde-à-vous. Placement, agressions, enfermées, domination totale... tout y est ! Des Carmen en pagaille pour Eva qui rentre tous ses attributs dont une cocarde seulement coupée fortement primée (Ouf pour Guilhem le président du CT Lou Biou).
Marico(Les Baumelles).- Intraitable de par son placement, ses poursuites ponctuées de coups aux planches. Clarion à l'attaque, Malige renvoie, Ricci, Sabde... Marico brille au rythme de la musique. Les ficelles aux Saintes avec 3 Carmen et retour.
Gazette(Chapelle).- Vive, toujours prête, petite mais gaillarde, parfois du déchet dans les finitions et des envies d'évasion, mais de bons passages et un tampon sur Ségurel qui doit passer à l'infirmerie. Rentre ses ficelles, 4 Carmen et retour.
Galante(Ribaud).- La gagnante des courses de sélection réplique dans de longues séries avec bravoure. Mais les hommes marquent le pas, c'est un peu longuet. Les ficelles rentrent avec 3 Carmen et retour.
Christine(La Galère).- Des enchaînements de bon coeur et quelques ponctuations pétantes. 4 Carmen pour huit minutes.
Fedora(Chaballier).- Agressive  et brillante. Les hommes s'engagent - Segurel trouve un second souffle et Clarion n'a pas de rate - pour un final à la hauteur, Fedora dans le tempo s'éclate aux planches et Carmen pour couronner le tout. Une ficelle au toril.

Martine ALIAGA
D'autres photos sur
http://benjibiou.midiblogs.com

 

17/08/2009

MAUGUIO *AVENIR*

Dimanche 15 août 2009

CARTALADE, FOUGERE
ET KAKI DE FELIX

MAUGUIO.jpg

Entrée : 1 /5e d’arène. Organisateur : CT Le Trident. Président : Laurent Hénin. Raseteurs droitiers :  G. Cano, Fougère, Paparone. Gauchers : Cartalade, T. Mondy. Tourneurs : Cano, Abbal, Curtil.

Les jambes des blancs sont lourdes et les taureaux n’y trouvent pas leur compte. Ça manque de rythme et certains cocardiers, notamment Kaki, méritaient plus d’investissement à leur envie et à leurs qualités. Malgré ce, deux hommes vont au bout de leur fatigue - Kevin Cartalade et Dimitri Fougère – ils mènent la course de bout en bout.
Steph (Rouquette).- Au petit trot, le long des planches, il participe sans finir, s’engageant plus sur les droitiers. Cartalade va le chercher pour la 1re ficelle et trois belles réactions suivent dont une joliment conclue sur Fougère. 13 minutes.
Mintau (Blatière-Bessac).- Placé et volontiers réactif, il pousse jusqu’aux planches. Il s’ennuie et tamponne les bois en attendant. Une belle conclusion sur Fougère et un gros coup sur Cartalade (Carmen), il rentre une ficelle.
BIOU.jpgKaki (Félix).- Trouve vite le bon positionnement et se livre pour les pompons. Aux ficelles, Cartalade s’engage avec technique sur des cites arrêtés et Fougère (Carmen) lui sert de longues courbes. Kaki, super attentif, renvoie coup pour coup. Il défend superbement son terrain et rentre une ficelle en musique.
Angelo (Rouquette).- Un meilleur placement aux ficelles lui permet de bonnes répliques quelquefois la corne pointée. Cartalade l’emporte avec lui jusqu’aux planches (Carmen). Mais il manque de pression et rentre ses ficelles.
Mouscaillon (Lagarde).- Encore naïf le biòu ! Il ne trouve pas sa place. Fougère dans les cornes le tire jusqu’aux bois (Carmen). Brave dans la série qui s’engage (Carmen) mais, un dernier bout de la 2e ficelle le fait pâtir même s’il percute sur Canales (Carmen). 12 minutes.
Izac (Les Termes).- Vif dans les échanges, il vient franchement.  Le temps passe avec quelques invites parsemées et Izac lorgne vers la contre-piste. Cartalade le capte jusqu’au bout, plus une action conclue sur Fougère, Izac termine avec les deux acteurs de la course et ramène une ficelle en musique deux fois entendue.

Martine ALIAGA
Photos archives Luc PERO


Trophée de l’Avenir : Cartalade, 26 ; Fougère, 20 ; G. Cano, 4 ; Canales et Paparone, 3. Trophée des Raseteurs : T. Mondy, 6.

14/08/2009

MAUGUIO *AS* 13-08

TROPHEE DE LA MOTTE 2009

SABRI CARTONNE - IVOIRE TAMPONNE

MAUGUIO.jpg bis.jpg
Sabri ALLOUANI, IVOIRE DE Blatière-Bessac deux battants pou une victoire
 
Toutes les places à l'ombre étaient occupées pour cette chaude journée et c'est donc devant une demi-entrée que le président Jacques Valentin salue à la capelado les raseteurs droitiers Allouani, Jockin, Garcia, Sabatier, Schuller, Villard, gauchers A. Benafitou, N. Benafitou, Ouffe, Mebarek et les tourneurs Bensalah, Benzegh, Mata, Sanchez, Zerti.
Le Trophée de la Motte 2009, organisé par le CT Lou Biou, est remporté par Sabri Allouani avec 32 points au compteur laissant tous ses adversaires du jour dans les starting-blocks. Le travail d’ensemble a été soutenu ne permettant qu’à Ivoire de tenir la distance tout en fournissant un quart d’heure complet, sérieux et spectaculaire. Cela lui permet de recevoir le prix de la journée.
Gévaudan (Rouquette).- Il est coriace le bougre ! Mais parfois il se déride et vient dangereusement percuter aux planches Allouani et Villard. Un gland au toril.
Borgia (Cuillé).- Méchantas, sauteur, il donne quelques bonnes répliques qu’il conclut avec le museau ou en sautant derrière. Quinze minutes décousues trois fois récompensées en course. Le Carmen n’était pas nécessaire à sa rentrée avec une ficelle.
Ivoire (Blatière-Bessac).- Chaude la première minute où les pompons ne résistent pas. De la bourre, mais les finitions sont présentes. Puis aux ficelles, les séries aux terminaisons cornes pointées se succèdent sur un rythme soutenu. Carmen résonne plusieurs fois dans quinze minutes et il rentre fortement applaudi avec ses ficelles.
Forest (L’Argentière).- Quelques rasets, deux coups de barrière et on attaque les ficelles. Avec calme, mais détermination, lorsque c’est nécessaire, il se livre et conclut. 12<TH>minutes et Carmen.
Fallone (Janin).- Il a du mal à rentrer dans la course et se perd dans des déplacements profitables aux hommes. Six minutes, 1 Carmen sur un bel engagement.
Flamenco (Le Joncas).- Un monument de bravoure qui explose aux barrières sur Allouani, deux fois, Villard et se livre dans d’interminables enchaînements. Huit minutes très intenses de nombreuses fois honorées.
Languedocien (Briaux, hors points pour 10 minutes).- Un cœur énorme pour ce barricadier confronté pour la première fois au grand niveau. Une quinzaine d’actions et des Carmen en rafale. Examen réussi pour le jeunot.
Texte et photos Luc PERO

Trophée des As : Allouani, 32 points ; A. Benafitou, 10 ; Villard, 4 ; Ouffe, 3 ; N. Benafitou, 2.

12/08/2009

MAUGUIO *AS* 11-08

Mardi 11 août 2009


LE " MANU et JOSE " POUR ALLOUANI
MEILLEUR COCARDIER TASSOU DE CUILLE

DSC07123.JPG

Du monde, du folklore à l'heure où Jacques Valentin appelle les raseteurs pour effectuer la capelado. Allouani, Villard, Gleize, Outarka, Schuller, Ouffe, Four, Oleskevich, Khaled et quatre tourneurs y prennent part. Allouani avec 20 points devance Villard 16 points et s'adjuge le 7e Souvenir "Manu et José". TASSOU spectaculaire, RUY BLAS cocardier et BOLERO brillant ont été les bioù majeurs de ce concours.

SEVERO de Ribaud l'heure de la retraite n'est pas loin, le guerrier qu'il a été... a besoin de repos...
GENEROUS de Nicollin répond avec générosité, mais baisse la tête au contact pour conserver ses ficelles.
BOLERO de Lafon pour lui bravoure, disponibilité sont ses qualités premières. Anticipateur surtout à gauche avec Ouffe, Four, Oleskevich il fait parler la poudre. Cocardier, il ne se laisse pas submerger et rentre une ficelle. De nombreux Carmen en récompense.
RUY BLAS de Cuillé le sérieux avant tout, il faut de plus être technique pour lui ravir ses pompons. Villard se montre le plus efficace et le déleste de sa cocarde, d'un gland et d'une ficelle tout en lui proposant le meilleur partenariat. Une ficelle au toril et des Carmen.
JOLI-COEUR de Fabre-Mailhan il y a des jours avec et des jours sans... aujourd'hui n'était pas le bon jour.
TASSOU de Cuillé un bombardier sort du toril et se jette sur tout ce qui bouge. Les attaques arrivent et sur Allouani il explose en brisant du bois, puis saute sur le même assaillant avant de retaper violemment. Le festival est ouvert et la musique joue sur les coups aprés Villard, Allouani, Ouffe, Four, Schuller, Outarka. Ficelles intactes il réintègre le toril.
SUENO de Rouquette (Hp) a des dispositions, mais il est encore bien jeune. Musique.

Luc PERO

15/07/2009

MAUGUIO *Avenir*

Mauguio 14 juillet 2009

 NIZAM POUR LE FEU D'ARTIFICE

NIZAM.jpg
Entrée : 1/4 d’arène. Présidence : Laurent Hénin. Organisateur : mairie. Raseteurs droitiers : Gros, Jockin, R. Mondy. Gauchers : T. Mondy, Ricci. Tourneurs : Cuallado, Lizon, P. Rado.

Il a fallu attendre les dernières minutes du dernier taureau pour que le feu d’artifice tiré par Nizam illumine les gradins melgoriens. Jusque-là malgré la "très" bonne volonté des hommes présents (5) le public était sur sa faim même si les cocardiers de cette complète de Blatière-Bessac ne déméritent pas.
Othello.- Frappe sur Ricci, Jockin et répond aux sollicitations dans un comportement de premier. Rentre ses ficelles.
Diego.- Souvent distrait, intéressé par les planches et l’intérieur du pourtour, sa course est décousue. Quelques sporadiques réactions et un gland au toril.
Baccarat.- Un chevronné qu’il faut aller chercher dans son terrain et les répliques sont alors de qualité. Aux ficelles, le travail et la pression lui faisant défaut, il les rentre.
Panturle.- Dès sa sortie, il se soulève après Jockin (3 fois), Gros et utilise intelligemment la totalité de la piste. Le manque de travail suivi ne l’avantage guère, c’est dommage car les qualités sont présentes. Rentre ses ficelles et entend 2 Carmen en course, pas à la rentrée ?
Quasimodo.- Sur la première attaque, saute sur Gros. Il frappe sur Jockin et semble avoir un potentiel intéressant. Mais les occasions de l’étaler sont beaucoup trop rares. Peu ficelé, il cède sa seconde ficelle, à la 13e. 2 Carmen.
Césarion.- Porteur de la devise, il fait de suite honneur à ses couleurs en se soulevant au contact des bois au terme de bons enchaînements. Toujours prêt à donner la réplique, il excelle quand on le charbonne. 14 minutes et 6 fois le disque.
Nizam (hp pour dix minutes).- L’espoir barricadier des Iscles débute en frappant sur Jockin (3 fois), R. Mondy (2), Gros. Mais par la suite, l’opposition n’est suffisante. Finalement, c’est sur les dernières minutes effectuées tambour battant avec plusieurs gros coups de barrière que le biòu se hisse à son niveau. Des Carmen et sa cocarde au toril.
Texte et Photos Luc PERO

Trophée de l’Avenir : Gros, 9 points.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 17 points ; T. Mondy, 11 ; R. Mondy, 8 ; Ricci, 5.
NIZAM 2.jpg
NIZAM toujours avec Frédéric Jockin

29/03/2009

MAUGUIO - ROYALE DE FABRE-MAILHAN

Dimanche 29 Mars

SAURON ET PASTEUR MAITRISENT... L'ART COCARDIER

DSC02186 a.jpg
PASTEUR et Villard un beau duel

Une petite entrée à l’heure de la capelado. A l’appel de Jacques Valentin, président de course, dix raseteurs et cinq tourneurs défilent. L’’ensemble a fourni un travail en dent de scie selon l’opposition. Espeloufi a tenu son poste avec des déplacements opportuns et des belles allonges sur Martinez, Jourdan, Villard. Rentre une ficelle. Brouillon, Coutard,  malmené et perdu aux pompons, se reprend aux ficelles. Il oblige alors plusieurs fois à rompre et donne de belles ripostes. Deux coups de barrière sur Jockin et ses ficelles au toril. Le chef de file des Bernacles, Sauron élève le niveau des débats. Son placement et ses enfermées conclues au fil des barrières font la différence. Villard s’implique et s’applique pour le faire briller. Martin-Cocher est obligé de rompre et Sauron maîtrise sa fin de course rentrant ses ficelles. Sur l’attaque, Pasteur se soulève dangereusement sur Allouani. Le ton est donné. Calé aux barrières, il impose le respect en raccompagnant avec vigueur ses adversaires. Sur Villard, quatre fois, les terminaisons sont dangereuses et spectaculaires. Son quart d’heure cocardier est honoré à de multiples reprises. Ses ficelles au toril. Plus léger que les précédents, Banaru fait front avec vaillance pendant six minutes. Quelques actions aux bois et la musique. Il perd assez vite ses rubans Joli Cœur mais se montre très brillant en finition.Mebarek, quatre fois, Villard, Martin-Cocher, Jockin le mettent en valeur pour quinze minutes. Plusieurs fois les honneurs.

Texte et Photos Luc PERO

 

SAURON.jpg

15/03/2009

MAUGUIO : OUVERTURE DE LA TEMPORADA

Dimanche 15 mars 2009

RIGUEUR ET DIFFICULTES
AU MENU

L’ouverture de la saison melgorienne s’est faite dans la rigueur et les difficultés, on ne va pas s’en plaindre. Devant une bonne demi-arène, les raseteurs, sous la présidence de Cyril Daniel, ont été confrontés d’entrée à des costauds qui ont chèrement vendu leurs attributs. Pas facile pour un début même si Allouani est déjà aux avant-postes, les Guyon, Outarka, Valette, Jourdan, Sabatier, Ouffe, T. Mondy, Clarion et Martin-Cocher ont eu parfois du mal.
COYO.jpgLa cerise sur le gâteau est le quart d’heure ◄de Coyote (4e, photo) de Caillan. Le Bioù de l’Avenir 2008 gère son placement et ses déplacements, attentif, il tient les hommes à distance et reste maître de la piste après quelques fulgurantes enfermées sur Allouani, Jourdan, Clarion. Bien sûr il rentre ses ficelles en musique. Un sacré client! Les hommes avaient déjà bien mouillé le maillot aux trois premiers qui ont rentré leurs ficelles en musique. Jugez-en: Gévaudan (Rouquette, 1er), volontaire mais pas facile à gérer par son placement décollé et ses réactions intempestives. D’ailleurs il rentrera ses ficelles. Puis Figaret (Le Ternen, 2e) qui après s’être montré brouillon, fait une deuxième moitié de temps remarquable. Cité à merveille par Allouani (3 fois), puis Jourdan, Ouffe et Ourtarka, ses anticipations et enfermées déclenchent le disque cinq fois. Et un gland au toril. Avec Farù (L’Aurore, 3e), c’est le danger à chaque poursuite. Toujours en mouvement, Farù est aux aguets, leste et rapide, gare à celui qui mollit à la planche. N’est-ce pas Jourdan et Outarka? Les ficelles au toril.
FLAM.jpgLa note barricadière mais non moins dangereuse est venue de Flamenco (5e) du Joncas►. Treize minutes de séries alternées de puissants coups de barrière où le taureau se livre sans se donner. Plus un méchant coup de revers sur les avant-bras des droitiers. C’est chaud pour Outarka et surtout pour Jourdan qui se fait méchamment malmener à la planche. Evidemment des Carmen. La pression retombe pour Valmont (Lautier, 6e) qui en pâtit un peu. Lui, si vif dans les séries, attend un peu le travail. Mais Allouani prend les choses en main et l’embarque plusieurs fois aux planches ainsi que Guyon et Martin-Cocher. Musique. Restait Pluton (Nicollin, 7e) qui après s’être fait mollement plumer, réagit pour terminer par de beaux engagements notamment sur Sabatier.


Martine ALIAGA

10/12/2008

MAUGUIO : SOIREE SABRI

Vendredi 5 décembre


CINQUANTE ET UN AMIS POUR SABRI

DSC_5250.jpg a.jpg

 


DSC_5268.jpg a.jpgC’est un agréable rendez-vous initié l’an dernier par la société Pernod 51 et son directeur commercial Yves Agostini, pour fêter le vainqueur du Trophée Taurin Midi Libre - La Provence. Ainsi, carte blanche était donnée à Sabri Allouani qui, pour partager la joie de son 8e Trophée des As, a invité au Café du Midi à Mauguio « ceux qui sont là tous les dimanches, les amis... » à passer un moment convivial. Des cadeaux, des échanges avec les supporters, les groupies, le champion s’est prêté de bonne grâce aux photos et autres discussions. Sympa!

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO

DSC_5254.JPG
DSC_5257.jpg a.jpg
DSC_5259.JPG
DSC_5270.JPG

 

18/11/2008

EXPOSITION

MAUGUIO S'ADONNE AUX TAUREAUX

ARTISTES.jpg

MUSCADET.jpgARLESIENNES.jpg"Une terre, des hommes, une passion", cela va comme un gant au territoire melgorien, ses pâturages et zones humides, ses gardians et manades, ses fêtes et courses camarguaises. C’est sur ce thème que l’Espace Morastel a ouvert ses vastes et lumineux salons aux artistes.
Du pain béni pour l’adjointe déléguée aux affaires culturelles de la mairie, connue pour son attachement à sa ville bien sûr mais aussi à la course camarguaise et aux traditions. Et Rose-Marie Vidal de rendre un vibrant hommage aux artistes et aux gens de bouvine. Avec une pensée émue pour Muscadet, le taureau de la manade Rouquette, cher au cœur des Melgoriens, dont la statue domine le rond-point au cœur de la cité de l’Etang de l’Or.
PERO.jpgLe public est venu en nombre se tremper dans l’ambiance camarguaise illustrée par la musique des Hautbois de la bouvine. Les Arlésiennes de la Pichoto Camargo dont les costumes, bijoux et rubans décorent les vitrines, donnent la couleur traditionnelle. Et l’on peut apprécier les cadrages particuliers du photographe Samuel Bardeur, les réalisations des artistes de l'association BióuZarts et la vision très personnelle de la course camarguaise du peintre Claude Viallat qui décline à l'envi les gestes du raseteur et la trajectoire du taureau.
LAMPE.jpgL'association BióuZarts affirme ses couleurs - la culture du taureau - et son credo, rapprocher les artistes et le public. La fréquence de ses expositions (Vergèze, Baillargues, Villeneuve-lès-Maguelone, Aigues-Vives, etc.) témoigne du bon accueil qu'elle reçoit, de la qualité et de la diversité qu'elle propose.
 VIALLAT.jpgLes tableaux colorés de Nabli donnent à voir des scènes de vie traditionnelle, les cocardiers de la série "Seigneurs de Camargue" ou encore une nouvelle approche néo-réaliste à découvrir.  Jean-François Galéa, sculpteur, céramiste, expose des bronzes exceptionnels, des lampes aux couleurs et motifs très travaillés. Chez les photographes,  les styles sont divers. La course camarguaise est livrée en direct avec les prises de vue de Benjamin et Christian Alcon. L'oeil  de la contre-piste c’est Rudy Valantin, avec des angles que le spectateurs des gradins ne peut avoir. Luc Pero, outre sa sélection de rasets, propose de tomber sous le charme des Arlésiennes.


Martine ALIAGA
Photos MALI et PERO


Exposition ouverte tous les jours de 15h à 18h, sauf le dimanche jusqu’au 5 décembre. Entrée libre.

FOULE.jpg

 

14/09/2008

MAUGUIO *AVENIR*

Dimanche 14 septembre : 50e finale du Trident d'Or

"LA GAMBARDELLA" A LOULOU

6939422a00efe2faf488b0e6b6ea9178.jpgLe CT Le Trident et le Comité du Trident d’Or ont mis le paquet pour fêter ce 50e anniversaire de la compétition. Capelado (duo de Séverine et Quentin, Arlésiennes, gardians de l’Aurore, peña Lou Pati) et remise des prix soignées. Entre les deux, la course ne restera pas dans les annales même si les Nicollin sont supérieurs avec Trélus, le plus complet. Louis Nicollin le tient son Trident d'Or... sa "Coupe Gambardella" (Ndlr: ancienne Coupe de France des juniors en football)  que les "rouge et vert" avaient déjà gagné en 70 et 87. 
Devant une demi-arène, à la capelado défilent Rey, Fougère, Guyon, Noguera, R. Mondy, Maurel, à droite ; Sabde, O. Ruiz, à gauche et les tourneurs Baccou, Fernandez, Curtil, Lizon. Freddy Sabde fait plaisir avec la manière, Rey et Guyon mènent la course, ce dernier se montrant infatigable.
Les trois Guillierme ont eu du mal à trouver leur place dans la piste melgorienne,  notamment Parpaioun (4e).
Tourtoulen (1er).- Sans se fixer prend les rasets à la traverse, se désintéresse parfois mais peut aussi se montrer dangereux à la planche, surtout à gauche (Sabde, deux fois). Sur la 2e ficelle, il se laisse encercler par les blancs et s’échappe en contrepiste. 8 minutes, 2 Carmen pendant.
Parpaioun.- Il court, il court, et saute seul ou dans la foulée, et papillonne d’un homme à l’autre. Les ficelles au toril.
Jol (6e).- Brouillon, il peut sauter après l’homme et s’il vient bien dans le raset, il lâche souvent en cours de route. 7 minutes. 1 Carmen en cours.
657da36c3c792dc5fd959028e8b94b96.jpgLe trio de Nicollin avec un bon placement et de l’envie participe avec rythme, notamment Trelus qui apporte un peu de difficulté.
Emir (2e).- Volontaire, il se livre le long des planches, un peu dépassé quand ça va trop vite. Quand on lui laisse le temps, les ripostes sont poussées (Sabde, Rey). Cité arrêté, Sabde se voit gratifié d’une superbe conclusion. 8 minutes, 4 Carmen plus retour.
Palunié (3e).- Se livre pour une minute les rubans. Placé, franc comme l’or, il ne refuse rien. Sabde l’emporte avec lui pour de beaux mouvements. Sur la 2e ficelle, ouverte, il se révolte et se fait plus guerrier. Mais Rey abrège à la 13e. 2 Carmen plus retour.
Trélus (5e).- De l’envie, du placement et de la vivacité dans les poursuites. Enferme Noguera, tape après Maurel, enferme Fougère à plusieurs reprises et met la corne après Guyon. Il permet les beaux gestes (Sabde), plus quelques arrivées serrées après Rey ou Mondy. Assurément le meilleur du jour. 5 Carmen et retour avec ses ficelles.


Texte et photos Martine ALIAGA


LES PRIX
Trident d’Or : manade Nicollin
(représentée par Jeoffrey Barbeyrac), 200 points
Trident d’Argent : Guillierme, 166 points.
Meilleur taureau de la finale : Trelus de Nicollin.
Meilleur taureau de la course des Révélations : Gastaboï de Guillierme.
Des prix aux bayles des deux manades.
 Meilleur raseteurs : T. Dumont.
Meilleur animateur de la finale : Sabde.
Médaille de la ville de Mauguio à Bernard Jimenez, président du Trident d’Or.

19/08/2008

MAUGUIO *AS*

Dimanche 17 août

LE PUBLIC EST RESTÉ SUR SA FAIM

c970d6c20402140a2502b6d537068ca0.jpg

de3ee1b921a11506edf21b5d396b4f61.jpgLe Trophée Verlaguet clôture la fête de Mauguio sans tambour ni trompette. Les hommes ont raseté en vrac ce qui n'a pas servi les taureaux notamment ceux de la deuxième partie qui auraient pu enflammer les gradins. A la capelado avec la Pichoto Camargo, défilent Allouani, Garcia, Marquier, Matray, R. Mondy et Outarka pour les droitiers ; T. Mondy, Ouffe à gauche plus les tourneurs Lebrun, Zerti, Benzegh, Tourki sous la présidence de Jacques Roumajon. En ouverture, l'école taurine de Mauguio, bien conseillée par un président de course pédagogue, rasète au mieux le bétail de la manade Paulin-Niquet. Au final, Mathieu Marquier remporte le Trophée Verlaguet avec 2 points d'avance sur Allouani; meilleur taureau sans conteste, Inca de Paulin-Niquet.

Trop inexpérimenté pour ce niveau, Angelo de Rouquette ne fait pas un pli en six minutes, avec deux belles ripostes sur Outarka. Raboliot, plus sélectif, attentif et vite rendu sur l'homme, pâtit de la tactique des blancs. Qui pour ouvrir les ficelles ? Matray ? Allouani ? Marquier ? En piste, on se mesure du regard... et on attend. Pourtant Raboliot est disponible pour les séries même s'il se perd dans ses déplacements. 13 minutes. Pour Lanza (Blatière-Bessac) c'est l'inverse. Soumis à un rythme élevé, il se livre sans refus et dès que les hommes lui laissent un peu de place, il conclut. S'il se bat volontairement sur sa 1re ficelle, il renonce à la 2e. 13 minutes récompensées.

509cffd73dcec1b7406907f313b61331.jpgMazarin (Le Joncas) sort avec du jus et chasse, se dressant à l'occasion. Agressif, il surveille tout, toujours prêt pour des enchaînements sur lesquels il se tourne avec la souplesse et la rapidité d'un félin. Inlassablement il fait face avec un placement flottant pour 12 minutes de qualité.
Inca (Paulin-Niquet) d'entrée s'envoie fort dans ses ripostes abouties. Bien positionné, il offre de belles conclusions surtout sur Ouffe. Provoqué en tête à tête (Marquier, Allouani), il réagit sévèrement. Il termine ses 12 minutes dans un tourbillon blanc mais pour le prix de sa 2e ficelle, Marquier est gratifié d'un coup de canon.  Des Carmen. Le public, lui, manifeste sa réprobation, il aurait aimé plus de panache des blancs.
Fallone (Janin) se déplace beaucoup aux pompons et saute après Matray dans l'élan. Quand il veut bien s'arrêter, il oblige à la réflexion car là il percute comme sur Ouffe à trois reprises. Termine ses 9 minutes par une belle série. Musique.
Satix (Margé, hors points pour le Trophée) arbitre le duo Allouani, Marquier (deux points d'écart)  mais le résultat semble leur convenir puisque c'est Ouffe qui fera le plus gros du travail. Satix, un peu distrait, s'évade de temps en temps tout seul et malgré les efforts de Julien, ses 13 minutes manqueront d'entrain.

Martine ALIAGA