Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/08/2012

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

Jeudi 23 août 2012

Gau Galin le joli final

Entrée : plein. Organisateur : CT Le Trident. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani (sort au 3e), Jockin, Oudjit, Schuller. Gauchers : Ouffe, Errik. Tourneurs : Euzéby, Kerfouche, Bensalah, F. Garrido
Rapidement à cinq, les raseteurs ont quand même assuré et tiré profit des qualités des taureaux notamment Racanel, Périclès, Fernando et Gau Galin pour un final en fanfare.
Ouffe tire la charrette bien suivi par le reste de la petite troupe.
Arrogant (Saumade).- Si au début, ses réponses sont intermittentes, en tête à tête, il pousse jusqu’aux planches et accompagne parfois de la corne. Rentre une ficelle.
Napoléon (Blatière-Bessac).- Un taureau qui pose problème par sa position centriste et ses brusques changements d’humeur d’autant que “chargé”, il peut se montrer dangereux. Rentre ses ficelles.
Racanel (Cuillé).- Il collabore franchement et bien emmené peut passer le “pitre” et parfois plus à l’arrivée (Schuller). Avec expérience, il gère les enchaînements, belles enfermées (Oudjit, Errik), conclusions sur Ouffe, (3 fois). Rentre ses ficelles après une belle course cocardière. 6 Carmen et retour.
Périclès (Nicollin).- Campé sur sa position, il honore les rasets suffisamment engagés. Bien servi par le rythme de sénateurs des blancs, il gère la situation au mieux de ses intérêts, attentif à tous les départs. Oudjit s’applique, Schuller allonge, ficelles à la maison. 2 Carmen et retour.
Fernando (Janin).- Avec cœur, le jeunot veut tenir pied partout. Mais il comprend vite que la meilleure position, c’est le long des planches d’où il peut faire valoir sa vitesse d’exécution. Du coup, il se livre vaillamment dans de multiples séries. Oudjit est récompensé de son travail par la 2e ficelle. 12 minutes de bonne facture, 2 Carmen et retour.
Gau Galin (Guillierme) a tous les atouts pour assurer le final. Sans être un violent, son placement, sa rapidité, sa vaillance et ses arrivées aux planches, donnent du relief à son quart d’heure. Les raseteurs, tour à tour, partent à l’assaut de ses longues cornes et offrent aux spectateurs de belles séquences. Ouffe dans le berceau des banes, Oudjit bien quiché, accélérations sur Errik, corne passée sur Jockin, Schuller vertement raccompagné. La musique rythme les débats de ce joli final pour une ficelle rentrée.


MARTINE ALIAGA


Trophée des As : Ouffe, 8 points ; Schuller, 6,5 ; Errik, 6.

20/08/2012

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AVENIR*

Dimanche 19 août 2012 - Complète de Raynaud

saint-geniès-des-mourgues,complète de raynaud,ratis,course camarguaise

 Ratis et le petit plan chavire..

Entrée : plein. Org.: CT Le Trident. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Cano, Oudjit, Granier. Gauchers : Rassir, Servière, Orange. Tourneurs : Cano, Lopez, P. Rado, Euzeby. Fait marquant : le raseteur Orange lève sur un seul coup de crochet la cocarde, les 2 glands et la 1re ficelle.
Course dédiée à la mémoire de Patrick Ricard, pdg de la Sté Pernod récemment disparu.

Les manadiers Raynaud ont tenu leur promesse menant leur Royale et leur vedette à Saint-Geniès, comblant le CT Le Trident, le maire, les Saint-Geniérois et les afeciouna venus en nombre. Histoire de fidélité, d’amitié. Les Raynaud mènent à Saint-Geniès depuis 1930. Ratis est venu, a tout vu et a vaincu. Public debout ovationnant l’élu rentrant sa cocarde. Au final, une journée réussie dont tout le monde repart conquis. Les raseteurs apportent leur pierre, Rassir en tête qui reçoit le Trophée des jeunes.
Mouisset.- Il coopère à son rythme, calme voire placide. Les hommes grattent les ficelles sans le sortir de son calme. 13 minutes et une de plus pour l’élastique.
Marco Mau.- Participatif, enchaîne sur un bon tempo dans un registre classique. Bonne position d’où il honore les belles trajectoires proposées. Une enfermée sur Oudjit. 14 minutes 30, 6 Carmen et retour.
Le jeune Criquet se montre vif et énergique. Une fois placé, les blancs s’en méfient, Criquet prend de l’assurance et appuie ses poursuites jusqu’à sauter après Rassir et taper sur Cano. Rentre son unique ficelle. 2 Carmen et retour.
Quand Escamillo vient, il ne fait pas le déplacement pour rien, Granier,  Oudjit, Rassir sont violemment raccompagnés au-dessus des planches. Décollé, il faut le défier. Orange adroit lève la 1re ficelle au prix d’un “soleil” en contre-piste. Rugueux et pas facile, rentre une ficelle. 7 Carmen et retour.
Agressif, Rabino se livre de tout son poids pour 9 minutes les pompons. Il bombarde méchamment aux bois, en bascule après Oudjit,  tape sur Cano, Rassir plusieurs fois. Démonte quelques planches, et rentre ses ficelles. 4 Carmen et retour.
saint-geniès-des-mourgues,complète de raynaud,ratis,course camarguaise

Attendu comme le messie, ▲ Ratis porte la devise de la marque. Le Biòu de l’Avenir trouve vite sa position et ne supporte rien dans son entourage. Il fait le vide et agresse méchamment. Ses engagements violents sont accompagnés par les oh et ah du public et la musique en boucle. A l’affût, Ratis s’emporte, Ratis passe à travers, Ratis fracasse et frappe, frappe... Des coups comme s’il en pleuvait. Cocardier et maître de la piste, il laisse juste un gland en pourboire, et rentre sa cocarde à 400€. Le public exulte, l’ovation est formidable. Merci les Raynaud !

 


MARTINE ALIAGA
PHOTO MALI

 
Trophée de l’Avenir : Rassir, 17 points ; Orange, 14 ; Cano, 9 ; Servière, Granier, 4 ; Oudjit, 3.

**********

▼ Roger Pascal, Roger César et Jean Cabanis, anciens raseteurs à avoir raseté la grande Royale de Raynaud honorés à la capelado

 

saint-geniès-des-mourgues,complète de raynaud,ratis,course camarguaise

*******************

* Voir d'autres photos sur le blog de benjibiou

http://benjibiou.midiblogs.com

*******************

 

 

04/12/2011

5e CHARROI DES OLIVES

Samedi 3 décembre 2011

Coup de jeune sur le Charroi des Olives

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

Michel a mené son breton Raymond a bon port. Photo Rémi Dumas

15 ans, chapeau noir, costume sobre et carrure de rubyman, Michel a embarqué ses amis sur sa voiture en bois et dirige Raymond son solide breton avec la dextérité d’un vieux charretier : « J’ai l’habitude, je mène souvent à la manade et le Charroi je le fais depuis le début ». Le fils de Nicolas Vitou, manadier, oléiculteur et instigateur du Charroi des Olives, connaît l’aventure de cette équipée particulière depuis qu’il a 9 ans. Cavalier, atteleur, le jeune garçon a pris cette année la responsabilité d’un équipage. Avec sérieux, beaucoup de fraîcheur et d’enthousiasme, les jeunes ont trouvé tout naturellement leur voie dans les pas des anciens. Tout comme Lionel, le Boisseronnais, qui a pris le relève dans l’oliveraie de son grand-père. Et emmené une quinzaine de ses amis d’études de Toulouse pour cette virée nocturne. Le plus souvent à pied, à côté des chevaux, les marcheurs ont mesuré un peu de la pénibilité du travail et adhéré à l’ambiance, la halte à Saint-Christol à l’invitation des amis du Téléthon, le passage du pont romain et du marché de Sommières, la livraison au Moulin de Villevieille suivie d’un solide déjeuner. Et bien sûr, le retour à vitesse soutenue, les chevaux allégés du poids des olives ont bouclé le circuit en deux heures.  A chaud, lors de la dégustation de vin à la cave de Saint-Geniès, Nicolas Vitou dresse un premier bilan du 5e Charroi : « Une température très douce après les -5° de l’an dernier. Des charrettes bien menées, il n’y a eu aucun problème et les participants ont fait un effort vestimentaire avec des costumes de travail anciens. Le convoi est resté au pas à l’aller, bien groupé, piétons et atteleurs dans le même esprit. Cette nuit sous les étoiles est vraiment magique ».

 D’ailleurs, l’équipe du Charroi pense déjà à l’année prochaine : « Nous avons dû refuser une quarantaine de personnes par manque d’attelages (une dizaine) et une nouvelle tendance se dessine. Nombre de gens veulent marcher de nuit à côté des chevaux. Alors peut-être penser à un retour motorisé pour eux et laisser la rentrée sur Saint-Geniès-des-Mourgues, à l’atmosphère totalement différente plus dans le style randonnée, au plaisir des convoyeurs avant de tous se retrouver au banquet ? ». Les idées ne manquent pas et dans l’euphorie d’une arrivée galopante et ébouriffante dans les derniers kilomètres, certains et certaines ont déjà topé pour le 6e Charroi des Olives.

 

Texte et photo
MARTINE ALIAGA
Voir aussi les photos de REMI DUMAS
sur charroidesolives.blogs.midilibre.com
Pour voir toute l'histoire du Charroi
cliquez à gauche de l'écran catégorie "Charroi des Olives"

▼ Douce nuit

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Halte à Saint-Christol à l'invitation des amis du Téléthon

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Passage au pont romain de Sommières

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼Traversée du marché

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Livraison au Moulin de Villevieille

 

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Départ de Sommières

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Un à un les équipages passent le pont
et prennent la route du retour

 charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▲ Bernard avec Lanick, un Breton de 800 kg

 

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▲ Le célèbre Quignon et son équipage vendarguois

▼ Bousca et Raymond en double-meneurs de Tabac le Comtois

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Christian et Aramis le Camargue, 18 ans, bon pied bon oeil

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Saxo le comtois mené par Bernard accompagné de Gégé

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Michel et Nicolas Vitou avec Raymond, le Breton

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Un Mulassier de 3 ans, Verdaou, mené par Jérôme

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Une équipe lunelloise

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Pierre Dudieuzere, so british, mène Thun le Frison

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Seneck le Comtois ferme la marche dirigé par Jean-Louis et Josy

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼ Le convoi s'étire bucoliquement

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions 




 


 

 


 









▼ Saint-Geniès en vue, l'allure s'accélère

 

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

▼Arrivée

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions

charroi des olives,saint-geniès-des-mourgues,saint-christol,boisseron,sommières,villevieille,traditions


21/11/2011

5e CHARROI DES OLIVES

PRETS AU DEPART

 saint-geniès-des-mourgues,5e charroi des olives,traditions,courses camarguaises


saint-geniès-des-mourgues,5e charroi des olives,traditions,courses camarguaisesLes réunions s’enchaînent. La logistique se met en place. Les équipes - chevaux, meneurs, grooms, passagers - se forment. Quelques mises au points sur des râtés et des approximations de la précédente équipée. Une adhésion sans faille aux valeurs de la Charte: respect des animaux, authenticité, convivialité, entraide et sécurité... Une fidélité aux chevaux lourds et attelages anciens de travail.  Cette année, retour aux lieux de prédilection, départ près des arènes de Saint-Geniès et banquet du retour sur place. Voilà... Plus que quelques détails à peaufiner et tout sera prêt pour leur plus belle nuit de l’année...
saint-geniès-des-mourgues,5e charroi des olives,traditions,courses camarguaises«Il faut être un peu givré...»,
rigole Nicolas l’instigateur du Charroi. «Parfois, dans le noir et le froid, on se demande ce qu’on fout là...», plaisantent Bousca et Raymond en binôme depuis la création.  Tous sont d’accord : pour assurer le Charroi, il faut une  dose de courage (si, si !), de la maîtrise, de la simplicité et une bonne bande d’amis. Avec tout ça hue Coco! Samedi 3 décembre, ils seront tous là prêts à démarrer pile à 4h du matin (impérativement !), olives chargées dans les charrettes.

Le trajet ne change pas : première halte vers 5h, à Saint-Christol à l’invitation des amis de l’équipe du Téléthon, puis direction Villevieille via Boisseron, Sommières et la traversée du marché. Vers 7h30-8h, livraison des olives au moulin oléicole ; déjeuner à la cave coopérative. Retour sur Saint-Geniès-des-Mourgues, en fin de matinée dégustaton à la cave viticole et banquet du Charroi.


MARTINE ALIAGA

Photos MALI - Affiche REMI DUMAS



* Pour voir les précédentes éditions cliquez dans catégorie "Charroi des Olives" à gauche de l'écran.

Renseignements : repas, tél 06 25 50 82 20 et attelages, tél. 06 36 55 82 03

28/08/2011

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

Dimanche 28 août 2011

ALLOUANI EN DEMONSTRATION
POUR UN BON FINAL DE LA FETE

saint-geniès-des-mourgues,as,allouani,courses camarguaises

Marcellin fait un bon premier. Ici une magistrale enfermée sur Sabri Allouani.

Entrée : plein. Organisateur : CT Le Trident. Président : Jacques Valentin. Raseteurs drotiers : Allouani, Jockin, Jourdan, Schuller. Gauchers : N. Benafitou, Sabde, Ouffe, Oleskevich, Clarion. Tourneurs : Ull, Kerfouche, Sanchez, Beker.

Qui pleure jeudi, dimanche rira. Ce final de la fête saint-geniéroise a été un bon cru. Pas de taureau super vedette mais de bons cocardiers aux tempéraments divers avec Marcellin pour une belle ouverture et une deuxième partie très agréable où Ruy Blas s’impose.
Les blancs qui se“ bouffaient le nez“ jeudi, affichent aujourd’hui  une belle sérénité avec Maître Sabri à la baguette. Avec lui, Schuller, Ouffe, N. Benafitou sont au diapason, les autres complètent bien. A noter le score éloquent du Vendarguois, 27 points, qui réendosse son rôle de meneur pour le plus grand plaisir du public.
Marcellin (Rouquette) a de la bouteille et ne se laisse pas manœuvrer.  Ce qu’il faut de retenue, de la vigilance, et quelques pas pour fermer la porte. aux blancs. Mais aussi de l’envie et des finitions (Sabri, Jockin, 2 Carmen) et une anticipation de toute beauté sur Allouani. Dominaeur, rentre ses ficelles. Méritait amplement les honneurs à son retour.
Roquetier (Guillierme).- Fantasque et sauteur, il perd beaucoup d’énergie dans ses évasions. Aux ficelles, un peu plus stable (fatigué ?), reste disponible. Un peu brouillon mais capable de se jeter après l’homme. 13 minutes. Rentre en musique.
Palunié (Nicollin).- D’entrée prend une rafale pour les pompons. Brave partenaire, qui passe d’un raset à l’autre, cinq minutes suffisent à le déshabiller. Allouani fait les deux ficelles dont la 1re pleine.
saint-geniès-des-mourgues,as,allouani,courses camarguaises◄ Ruy Blas (Cuillé).- Placement rigoureux, les blancs gambergent. Et puis ces cornes biscornues où mettre la main égale danger. D’autant que Ruy Blas suit jusqu’aux planches où il peut se dresser (Allouani, 2, N. Benafitou, Allouani).  Rentre une ficelle, 4 Carmen et retour.
Rex (Janin). - A 5 ans, il offre huit minutes trente de fraîcheur, d’envie et de vivacité. Vaillant, il voudrait tout prendre et se fait plumer les pompons. Mais déjà aux ficelles, il a compris, se place, et vient à grande vitesse flirter avec les planches (Schuller, 2 fois). Des qualités. 2 Carmen et retour.
Césarion (Blatière-Bessac). - Gros gabarit un peu lourd mais avec une grosse vaillance qui vient taper de multiples fois aux planches et qui sait aussi sortir de l’emprise des blancs. Des séries et 5 gros coups. 6 Carmen et retour.
Espadon (Saumade, hp).- Brave, les hommes le rasètent au mieux “Pour bien finir“ dit Sabri. Des conclusions bien frappées dont une où Espadon bascule après N. Benafitou. 3 Carmen et retour avec une ficelle.

MARTINE ALIAGA
Photos Julien DUMEIGE

Trophée des As : Allouani, 27points ; Ouffe, 12 ; Oleskevich, 5 : Clarion, 2 ; N. Benafitou, 2.

Trophée des Raseteurs : Jockin, 14 ; Jourdan, 14.

 

25/08/2011

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

Jeudi 25 août 2011

CHOUAN SURVITAMINÉ

Entrée : 4/5e d’arène. Organisateur : CT Le Trident. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Schuller, Allouani, Jockin, Marquier, Jourdan. Gauchers : Sabde, N. Benafitou, Clarion, Ouffe. Tourneurs : Kerfouche, Beker, Molins, Sanchez, Bruno (sort au 1er).
On le connaissait vaillant, hier, Chouan a été brillant. Sorti cinquième le cocardier de Lafon a réveillé le public qui jusque là n’avait eu de raison de s’enthousiasmer ni pour des cocardiers peu attractifs ni pour des hommes brouillons. Trop de tours de ficelles pour certains, peu de travail pour les autres, le public s’ennuie. Et puis Chouan a relevé le défi, les raseteurs s’y sont mis, les spectateurs ont apprécié. Et Gau Galin termine bien.
Fonfon (Blatière-Bessac).- Elève appliqué, “tranquilou”, il exécute convenablement ce qu’on lui demande. Rentre ses grosses ficelles.
Générous (Nicollin).- Prend tout sur un bon rythme et sait se dégager. Jourdan dans les cornes jusqu’aux planches (deux fois, Carmen). Mais les blancs se plaignent de nombreux tours de ficelle et il ne reçoit pas le travail nécessaire. Du coup, on reste sur quelques échanges mollassons.
Saphir (Saumade).- En mouvement, il tient pied à tout avec un peu de déchet. Il peut lâcher en cours ou conclure droit devant (Jockin). Sollicité, il vient davantage et tape aux planches (Sabde 2 fois, Allouani 2, Jourdan). Une ficelle rentre. 5 Carmen.
Baltic (Janin).- Il demande des rasets engagés et là conclut sèchement. Vient par à coups (Marquin, Jockin, Schuller) ou laisse passer. Tape après N. Benafitou et défend son pré carré sur quelques mètres. Deux réactions violentes (Allouani, Benafitou). Rentre une ficelle. Compliqué ce jeune biòu.
Chouan (Lafon).- Du jus, de l’envie, en beuglant sa rage, il riposte méchamment. Se soulève sur Ouffe, tape sur Clarion, Sabde, Jourdan et enfile des séries d’enfer. Sabri plonge sur les cornes et Chouan explose aux planches. Superbe ! Rentre ses ficelles. 8 Carmen.
Gau Galain (Guillierme).- Ce drôle d’animal aux cornes fines en guidon de Harley se livre comme un beau diable dans de longs enchaînements. Placé, attentif, enferme N. Benafitou, conclut sur Allouani, Jourdan. Saoûlé de rasets, il termine ses 12 minutes éprouvé mais a assez de punch pour taper après Marquier. 5 Carmen.

 


MARTINE ALIAGA


Trophée des As : Marquier, 15 points ; Allouani, 10 ; Clarion, 6 ; Ouffe, 3 ; Sabde, 2.

29/04/2011

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES : ANNIVERSAIRE

LE TRIDENT SEXAGENAIRE HYPERACTIF

« trident.jpgDes taureaux à Saint-Geniès des Mourgues, il y en a au moins depuis 1885 et on a même retrouvé une lettre du Marquis de Baroncelli qui réclamait les sous à la mairie d’un “bœuf” à la corde pour fêter un 14 juillet...», raconte Gérard Gehin, président du CT Le Trident depuis 1986. Taureaux dans les rues, sur les places... les plans de charrette ont bourlingué dans le village: plan de Rul, aire de Rouquairol jusqu’à se stabiliser en arènes, vers 1930, sur la promenade puis définitivement s’implanter en 1979 en contre bas du village avec une jolie piste ronde entourée de platanes.
Dignes successeurs des présidents Clément Gibert (fondateur du Trident), Félix Janin, Yves Janin, Fernand Fournier ou Léon Sérane, sans omettre André Rouquairol (membre, vice-président), le responsable actuel et les membres - liés par une solide amitié - se dévouent sans compter pour que vivent les traditions autour et dans les arènes. Avec quelques bonnes recettes. D’abord déléguer: aujourd’hui les jeunes Rémi Dumas et Mathieu Bousquet, ont en charge les courses de taureaux espoirs «pour les mettre dans le bain». Ensuite miser sur la fidélité. A Saint-Geniès, si tu es apprécié, tu es adopté. Depuis une éternité c’est Jeannot Lafon qui mène les abrivado et bandido. «Il a pris logiquement la suite de Michel Zuccarelli. Sans pression, en confiance et il a les cavaliers pour. Ici, un seul passage, c’est la tradition», explique Gérard Gehin qui peut compter aussi sur un soutien sans faille de la mairie.
Pour Yvon Pellet, premier magistrat «Gérard c’est le maire des arènes. Nous entretenons une amitié profonde et je suis membre du club taurin depuis toujours". Optimiste mais pragmatique tel qu’il se définit, Yvon Pellet accorde toute son aide aux us et coutumes de ce terroir mais ne peut s’empêcher de s’inquiéter: «Je me fais du souci par rapport à l’évolution de la course camarguaise. Les petits villages se battent sans gros moyens et la concurrence fait rage. Exemple, dimanche, on se retrouve face à la Royale de Cuillé à Palavas... Et puis, il y a bien trop de courses...».
Mais le premier citoyen de Saint-Geniès est aussi le premier supporter de son village, de son club taurin et de cette ambiance bon enfant, chaleureuse et amicale qui entoure les manifestations. Alors, malgré son emploi du temps chargé, nul doute qu’il suivra de près le programme festif qu’a concocté la bande à Gégé pour aujourd’hui et demain. De quoi marquer dignement les 60 ans du Trident et bien augurer le futur.

Martine ALIAGA

 

Samedi 30 avril : 12h, abrivado; 16h, 5€, Ligue, Janin, Lafon, Rouquette; bandido; 19h, soirée bodega au Café de France.
Dimanche 1er mai: 9h, déjeuner au pré manade Vitou; 10h30, ferrade; 11h45, abrivado départ des prés; 16h30, 10€, concours de manades, Trophée des As.

05/12/2010

4e CHARROI DES OLIVES

Samedi 4 décembre 2010

COMPLETEMENT GIVRÉS

▲ Feuilletez l'album ci-dessus...
ou en haut de l'écran à droite

4h du mat, -4 degrés en ce 4 décembre pour le départ du 4e charroi. 13 attelages d'irréductibles mainteneurs complètement givrés au propre et au figuré, ont tenu la route, Saint-Geniès-des-Mourgues - Villevieille, au pas de leurs courageux chevaux.


IMGP2693.JPGNUIT NOIRE AU DEPART

Comtois, Camargue, mulassiers... Ni le froid, ni l'obscurité, ni les lourdes charrettes chargées des olives et des participants... rien n'a rebuté "les tracteurs", il est vrai parfaitement entraînés et choyés par leurs meneurs (harnachements au top, couvertures dès l'arrêt...). Les chevaux parfaitement aux ordres sont les premiers héros du 4e Charroi des Olives. Pas un attelage n'a essuyé de problème avec son animal ni d'ennui technique. L'expérience commence à payer et ceux qui risquent l'aventure de la nuit mettent tous les atouts de leur côté.

▼ Malgré le froid, ça rigole sous les couvertures

1NUIT.jpg
▼ 5h30, HALTE A SAINT-CHRISTOL
Les amis de la pétanque christolaise ont courageusement ouvert leur local
et ont offert café, gâteaux et remontant.
Avec l'apport des paniers des "convoyeurs", un feu pour revigorer le corps
et quelque "antigel" planqué dans les charrettes
pour se chauffer le coeur
Tout d'un coup la température est montée dans le Charroi
6HALTE.jpg
2HALTE.jpg
3HALTE.jpgIMGP2702.JPG

 

 

 

 

 

▲ A la mode du Charroi, couvre-chefs, capes, longs manteaux et verres à la main... obligatoires !

**********************

AU PETIT JOUR, LE FROID REDOUBLE
SOMMIERES N'EST PAS LOIN

 

1CONTEJOUR.jpg
2CONTREJOUR.jpg
1PETIT MATIN.jpg
*************************
ARRIVEE A SOMMIERES A 8H
TRAVERSEE DU MARCHÉ
LIVRAISON DES OLIVES AU MOULIN DE VILLEVIEILLE
DEJEUNER A LA CAVE VITICOLE
(dans l'album photos en haut à droite de l'écran)

***********************
HALTE AU TELETHON DE BOISSERON
1CLO.jpg


▲Trois mulassiers poitevins attelés en flèche par Jean Clopes ouvraient le charroi. Un magnifique équipage doté d'un harnachement ancien admirable.
**************************
▼ RETOUR
Sous le soleil, le "Gégé" aux commandes
2RETOUR.jpg
4RETOUR.jpg
▼ Saint-Geniès en vue
1STGENIES ENVUE.jpg
**************
1BANQUET.jpgAprès la dégustation au caveau de Saint-Geniès et une fois tous les chevaux soignés le banquet a réuni tous les participants à Vendargues accueillis par le maire, Pierre Dudieuzère dont c'était la première participation au Charroi avec son frison.
Rémi Dumas a présenté les photos de la matinée et Bernard Porras projetée le film du  Charroi 2009. Nicolas Vitou, initiateur de l'épopée du Charroi pouvait clôturer la 4e édition. A l'an que ven !

Martine ALIAGA
Photos Rémi Dumas et Martine Aliaga
*********************************
1RETOUR.jpg

5HALTE.jpg


 

 

 

 

 

*************************************

03/12/2010

4e CHARROI DES OLIVES

Samedi 4 décembre 2010, 4h du matin

DE SAINT-GENIES-DES-MOURGUES A VILLEVIEILLE
DES ATTELAGES POUR CONVOYER LES OLIVES

 

olive3.jpg

 

OLIVESC.jpgDe Lunel, Vauvert, Saint-Georges-d’Orques, Castries, Pérols, Vendargues et alentours, ils convergeront à la nuit noire vers Saint-Geniès-des-Mourgues pour préparer les chevaux et charger leur précieuse cargaison. A 4h du matin, hue ! Les 14 attelages du Charroi des Olives s’élanceront vers le moulin de Villevieille. Au menu, traversées de Saint-Christol (vers 5h), Boisseron (6h), Sommières (environ à 7h), Villevieille et retour.
Pour la 4e édition de ce périple pas comme les autres, le convoi prend de l’ampleur, les maîtres mots de convivialité, solidarité, authenticité ont fait mouche. L’idée du manadier oléiculteur Nicolas Vitou de retracer cette virée que réalisaient nos anciens, fait son chemin et la bande des "charroyeurs" de la première heure des émules. Quelques recrues de choix intègrent l’équipe: entre autres Pierre Dudieuzère, maire de Vendargues, Yvon Pellet, maire de Saint-Geniès-des-Mourgues.
Mais le Charroi ne cède pas à la facilité. Supporter le froid, accepter l’horaire et atteler de nuit, là résident les difficultés. La Charte  adoptée par chaque équipage met l’accent sur les tenues anciennes, chevaux lourds, charrettes d’époque, peu ou pas de lumière artificielle pour coller au plus près au ressenti des anciens. En récompense, l’émotion d’une nuit sous les étoiles au pas des chevaux et l’échange entre joyeux drilles au mental et au gosier d’acier. Car, le Charroi c’est aussi un déjeuner matinal à la cave de Villevieille, au retour une dégustation de vins de Saint-Geniès et un banquet à la hauteur de l’événement.
Le Charroi c’est sérieux mais festif aussi!

Martine ALIAGA
Photos Rémi DUMAS

* Le banquet du Charroi se déroule à Vendargues, il sera agrémenté d'une expo photos et d'un diaporama de Rémi Dumas. Bernard Porras projettera le film "Le charroi des olives" et chantera "l'hymne du Charroi" qu'il a créés.

16/10/2010

SAINT-GENIES : FINALE DE LIGUE LANGUEDOC-ROUSSILLON

Samedi 17 octobre 2010

LE SAUMADE DOMINE BRILLAMMENT

DSC06985.JPG
Le 602 du Brestalou

La peña Mithra de Lunel, les Arlésiennes de Saint-Geniès et du Velout pescalune, les gardians de la manade Lafon ont ouvert la finale de Ligue Languedoc-Roussillon, devant des gradins presque pleins. Place aux raseteurs stagiaires et aux taureaux de 5 ans.
Sous la présidence de Jacques Valentin défilent les droitiers Granier, Bousanquet, I. Benafitou (remplacé par Benoit au 6e), les gauchers Coulomb (remplacé par L. Garcia au 2e), Gaillardet, Anane et les tourneurs Fernandez et Cano. La course a vraiment démarré après l’entracte pour finir avec panache sur le taureau du Grand Salan et celui de Saumade qui a remporté les suffrages du jury. C’est justifié. Les blancs n’ont pas transmis beaucoup d’enthousiasme malgré de bons passages.
Placé, le N.564 de Guillierme a attaqué avec bonne volonté et quelquefois un tricotage des cornes qui déjoue les crochets. Quelques actions surtout à gauche et une enfermée sur Coulomb. Les ficelles rentrent.
Puissant dans ses départs, le N.556 de Raynaud est un brave cocardier, franc comme l’or pour huit minutes volontaires. 1 Carmen et retour.
Vif et attentif, le N.526 de Nicollin chasse et pousse fort. Craint quand il se cabre en finition mais baisse de régime à mi parcours malgré de brillantes séries. 1 ficelle rentre. 4 Carmen et retour.
Fier, le 501 de Saint-Pierre joue la surprise en sautant subrepticement. Entrepris, il se jette au départ et ne finit pas toujours. Mais avec un blanc dans le collimateur, la conclusion est fracassante (Gaillardet et Anane). 1 Carmen et retour avec son gland.
Bien dans le style de cet élevage, le N.602 du Brestalou ne lâche pas un pouce aux raseteurs. Pas de refus, des arrivées aux bois de plus en plus serrées (Granier, Garcia) et des séries rythmées. 7 Carmen et retour avec une ficelle.
Irrégulier, le N.588 d’Aubanel Baroncelli alterne les attaques rageusement conclues (Gaillardet, Bousanquet) et les moments brouillons. Rentre ses ficelles en musique (plus 1 Carmen pendant).
S’il pêche par son placement, le N.501 du Grand Salan compense par ses virulentes poursuites et ses conclusions. Dix minutes qui vont a mas jusqu’à de violents coups de barrière. 6 Carmen et au retour avec une ficelle.
Roulant des mécaniques, le N.514 de Saumade, fait le vide prêt pour le combat. Cinq rasets pour 5 puissantes enfermées avec arrivées fracassantes. Un dominateur dans toute sa splendeur. Un gland rentre. 4 Carmen et retour.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

DSC06976.JPG
Le 501 de Saint-Pierre

30/08/2010

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

Dimanche 29 août 2010

ON EST BIEN A SAINT-GENIES

 

2.jpg

 

3.jpgC'est une ambiance. Lieu de convivialité, de rencontres, de conversations, de rigolades... Sans se prendre la tête mais avec empathie. Déjà à la capelado, les remerciements à Sabri Allouani pour sa fidélité au village et les amitiés qu'il y a créées. Gérard Gehin et Yvan Pellet, le maire, au micro, la voix vibrante, les mots justes, sincères. Puis c'est la cheville ouvrière des fêtes taurines qui a droit à sa citation, Gérard Gehin, Michèle son épouse n'est pas oubliée... là c'est Jacques Valentin dont la voix se voile d'émotion et le maire qui lui décerne le titre de "maire des arènes"...  Quelques larmettes...

Les gradins sont bien garnis, la piste aussi : Allouani, Schuller, Jourdan, Outarka à droite ; Sabde, N. Benafitou, Ouffe, Clarion, à gauche ; Zerti, Beker, Benzegh, Bensalah, Kerfouche pour tourner. Pas de grande vedette noire annoncée mais rasetés sur un bon rythme, les cocardiers ont brillé. Mention à Marcamau de Raynaud (3e) et Varadero de Guillierme (5e) mais Insolent (Nicollin, 1er), Catalan (Saumade, 2e) sont bien passés. Titouan (Cuillé, 4e) en revanche a déçu. Nevers (Blatière-Bessac, 6e) a fait un court séjour en piste - 5 minutes - après avoir pulvérisé la porte du toril, il a semblé plus sage de le rentrer. Et le jeune Nicolas (Janin, 7e hp) a fait montre de volonté, de vitesse et de vigilance. Les blancs ont tous travaillé,  confondant parfois vitesse et précipitation mais Allouani a encore régalé et levé, Clarion fait plaisir, Jourdan lève, Outarka avec deux pointes aux avants-bras assure chez lui, Ouffe par moments, Schuller s'essaie aux As.

4.jpgInsolent (Nicollin).- Bien placé, il vient gaillardement sur les premiers échanges, Outarka, Jourdan et Allouani repoussés avec force. Plus dur par la suite, il faut le rentrer ce que font Jourdan, Ouffe, Allouani. Dix minutes, 1 Carmen et retour.
Catalan
(Saumade).- Un gros gabarit qui plonge comme un train sur les blancs. Clarion, entreprenant, lui sert de longues trajectoires et Catalan s'engage, davantage sur les gauchers. Mais Jourdan l'emporte aussi. Clarion encore quiché et Catalan rentre ses ficelles avec 1 Carmen et retour.
Marcamau
(Raynaud).- Classique, généreux, il pousse fort dans els rasets. Aux rasets, avec un placement rigoureux, il donne des poursuites autoritaires. De belles longueurs avec Outarka, Schuller, Clarion pour des séries au ras des planches et Carmen en continu. Quelques temps de récupération mais quel coeur dans les enchaînements et assez de réserve pour rentrer ses ficelles en musique.

Titouan (Cuillé).- Il attaque comme un Cuillé, à fond et s'encastre dans les gradins. Mais c'est de courte durée. Réservée, cul au toril, sélectif et imprévisible, il se garde surtout à droite. Ouffe est son meilleur partenaire pour des conclusions en force. Mais il termine en hochant la tête même sur les gauchers. La déception du jour. Les ficelles rentrent en silence.
6.jpg▲ Varadero
(Guillierme).- Des séries à fond sur lesquelles il se chauffe jusqu'aux planches. Pas un refus, il se livre jusqu'à épuisement mais ne renonce jamais. Avec Clarion, ce sont de longues traversées empreintes d'émotion. Varadero se cale un peu sur la 2e ficelle mais termine en fanfare, les derniers brins restants dans le crochet de Clarion à la limite du temps. 7 Carmen et retour.
Nevers
(Blatière-Bessac).- Le lourdaud se donne avec envie les deux premières minutes, aux pompons. Puis ça se gâte, il saute seul lestement. Puis la colère le gagne et il se défoule sur la porte qui donne au du toril. Elle ne lui résiste pas. Gonds dessoudés, pour plus de sécurité le fou furieux est rentré à la 5e minute.
Restait le jeune Nicolas (Janin, hp) mais dans les têtes la course est finie. Pourtant Nicolas a le temps d'étaler ses qualités, sa volonté et sa vitesse. Le Janin chasse, se retourne comme un chat et poursuit les blancs à fond le temps de la cocarde et d'un gland levés par Outarka. Rideau en musique.

En guise de conclusion, Jacques Valentin fait résonner un Carmen général englobant toutes les courses de la vote et la fête dans son ensemble qui s'est déroulée sans incident. L'esprit de Saint-Geniès.

Texte et photos
Martine ALIAGA

1.jpg
La manade Nicollin remerciée
pour la qualité du bétail des courses de Ligue


IMGP2555.JPG

▲ Sabri, la cool attitude à Saint-Geniès

5.jpg
Outarka, chez lui, a assuré le spectacle. Il paie de sa personne
avec deux pointes aux avants-bras.
▼ Nevers (Blatière-Bessac) a tout cassé.
Les "ingénieurs es planches" se grattent la tête.
7.jpg
*********************************

 


26/08/2010

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

Jeudi 26 août 2010

RABINA BRILLE A LA GRAND'COURSE

2.jpg
Jourdan entre les cornes de RABINA

Entrée : 4/5e d’arène. Organisateur : CT Le Trident. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Jourdan, Outarka.
Gauchers : Ouffe, Clarion, Sabde, A.et N. Benafitou. Tourneurs : Beker, Benzegh, Zerti, Bensalah, Kerfouche.

9x12.jpgDe la grand’course de la fête saint-geniéroise, nous retiendrons l’excellente prestation de Rabina de Guillierme (sorti 3e), un généreux cocardier qui se livre tout en se faisant respecter ; le plaisir de profiter encore des rasets d’Allouani et le travail d’Outarka et A. Benafitou dans un ensemble souvent brouillon.
Angelo (Rouquette).- Un placement aléatoire qui ne l’empêche pas de pousser jusqu’aux planches sur certains rasets (Outarka, Carmen). Sélectionne ses adversaires avec une préférence pour Allouani (grosse conclusion en musique) et Outarka. Se perd un peu sous la pression mais ne lâche sa seconde ficelle que sur la sonnerie.
Capitan (Blatière-Bessac).- 10 sur 10 pour le placement et la volonté. Aucun refus. Et des enchaînements à son rythme dont un "longuissime" sur sa 1re ficelle. Délaissé (?), rentre la seconde.
Rabina (Guillierme).- A fond, il se livre sans temps morts. Les blancs sont brouillons, qu’importe… Rabina se chauffe et serre de plus en plus ses finitions. Les séries se font infernales pour un bout de ficelle, Rabina prend une sacrée rafale dont il sort gueule fermée, s’il vous plaît. Moins de pression sur la seconde ficelle qu’il ne lâche qu’à la 14e. Intense ! 6 Carmen et retour.
Fallone (Janin).- Remuant, il attaque au petit trot le long des planches en raccompagnant sèchement les blancs. Il ne bénéficie pas d’un travail assez régulier pour se chauffer, malgré un cabrage après Allouani, une enfermée sur Clarion et quelques séries où il se fait respecter (1 Carmen). 10 minutes.
Aladin (Nicollin)▲- Il prend tous les rasets, les bons et les mauvais avec une vaillance à toute épreuve. Et cette cocarde qui résiste jusqu’à la 12e, lui vaut une débauche d’énergie qu’il tempère d’un coup de revers offensif. Il sauvera ainsi son unique ficelle avec 3 Carmen et retour.
Levant (Saumade).- Ne fait l’effort que sur des rasets très – mais alors très – engagés. Sinon, promène, ignore ou lâche en cours de route. Ses plus belles finitions sont pour Allouani (3), Outarka, Clarion, Ouffe. Quelques beaux éclairs mais trop de déchet. 4 Carmen en course, retour en silence avec ses ficelles.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO


Trophée des As : A. Benafitou, 15 points ; Outarka, 13 ; Jourdan, 12 ; Ouffe, 8 ; N. Benafitou, 7 ; Clarion, 3.

1.jpg
Allouani au travail sur les ficelles de FALLONE
DSC_9979.JPG
RABINA et A. Benafitou

 

26/11/2009

3e CHARROI DES OLIVES

De Saint-Geniès-des-Mourgues à Villevieille

LES OLIVES AU TROT ET AU MOULIN

charroi.JPGGens de taureaux, gens de chevaux, gens de tradition... De leur amitié est né le Charroi des Olives. Ainsi  pour la 3e année consécutive le périple est reconduit avec toujours le souci de préserver la convivialité et l’authenticité selon la Charte édictée en 2008.  Les charrettes anciennes et chevaux lourds démarreront de Saint-Geniès des Mourgues, le samedi 5 décembre, à 4 h du matin pour, après avoir traversé Saint-Christol, Boisseron et Sommières, rallier Villevieille et son moulin où les olives seront déchargées vers 7 h. Puis petit-déjeuner des charretiers à la cave viticole de Villevieille et retour à Saint-Geniès et son caveau.  A 13 h, le banquet du Charroi est ouvert à tous après réservations, 06 36 55 82 03

M. A.

31/08/2009

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES

Dimanche 30 août 2009 
BOLERO, FALLONE, ÇA SWINGUE !
DSC07960 copie.jpg
BOLERO de Iris Lafon
 
Entrée : le plein. Organisateur : CT Le Trident.  Présidence : J. Valentin.  Raseteurs droitiers : Allouani, Jockin, Jourdan, Outarka, C. Galibert.
Gauchers : N. Benafitou, Clarion, Mebarek, Oleskevich.  Tourneurs : Benzegh, Beker, Bensalah. Fait marquant : exclusion pour un taureau du tourneur Bensalah.

C’est la clôture de la fête votive et les adieux de Christophe Galibert aux arènes de Saint-Geniès. Le concours n’a pas toujours captivé les présents mais Bolero et Fallone ont su mettre du rythme et se faire apprécier. Les hommes sont parfois studieux, parfois désordonnés.
Préférido (Vitou).- Nous avait habitués à plus de mordant dans la gestion du combat. Certes quelques poursuites mais rien de bien saillant dans quinze minutes.
Fier (Nicollin).- Se laisse ravir ses principaux attributs sans réaction spéciale. Aux ficelles, il subit et réagit sporadiquement avec quelques timides finitions. Puis la pression se relâche et il enferme sa seconde ficelle. Une fois la musique.
Boléro (Lafon).- Si pour les pompons il est quelque peu étouffé, aux ficelles les rasets coulés main sur le frontal de Clarion, Benafitou lui permettent de briller sur de belles longueurs. Il assure aussi de bons enchaînements et anticipe plusieurs actions pour quinze minutes sept fois honorées. Son duel avec Clarion est énorme de même que l’envolée qu’il effectue sur Allouani. Ses ficelles au toril et l’ovation.
Fallone (Janin).- Il sort avec la pêche et dans la foulée saute seul. Revenu en piste, il se donne bien volontiers et met du brio dans des finitions sur Allouani, Jourdan. Il retape encore plusieurs fois et saute sur Allouani dans neuf minutes quatre fois récompensées.
Ven Larg (Guillierme).- Il résiste bien aux attributs et donne une réplique ponctuée de quelques finitions. Petit à petit, il durcit sa garde et enferme ainsi ses ficelles.
Samson (Saumade).- Un tourneur étant exclu cela nuit peut-être au rendement du cocardier. Quoi qu’il en soit, c’est sans artifice, si ce n’est quelques poursuites timidement conclues que le biòu offre dans ses quinze minutes de présence. 2 Carmen.
Sifflet (Blatière-Bessac, hp).- Sur la première attaque, il saute sur Jockin, puis il brise les planches sur Clarion, tape sur Jourdan. Des Carmen et le dernier raset de Christophe Galibert.

VIDOURLE
DSC07966 copie.jpg
FALLONE de A et Y Janin
 
Trophée des As : Allouani, 17 points ; Jourdan, 10 ; Outarka, 9 ; Oleskevich, 8 ; Clarion, 4.
Trophée des Raseteurs : Jockin, 18 points.

27/08/2009

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *AS*

Jeudi 27 août 2009
 
DU BON BOULOT
LANZA.jpg
LANZA - Outarka
 
Entrée : le plein. Organisateur : CT Le Trident. Présidence : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Allouani, Jockin, Jourdan, Outarka. Gauchers : N. Benafitou, Clarion, Ouffe, Mebarek. Tourneurs : Benzegh, Beker, Bensalah, Kerfouche, Zerti.

GUILLIERME.jpgAprès l’hommage rendu à la manade Fanfonne Guillierme pour ses 70 ans de participation et d’amitié avec Saint-Geniès, huit hommes plus cinq tourneurs défilent. Leur travail correct mais d’une intensité suffisante est à souligner. Chacun dans ce contexte a fait apprécier ses aptitudes respectives. Il en est de même pour les cocardiers qui, dans l’ensemble, n’ont pas failli à la tâche.
Gévaudan (Rouquette).- Fait ce qu’il veut quand il veut, mais quand il veut c’est dangereux ! Le biòu exploite la moindre faute et sa cocarde seulement coupée retourne au toril. Applaudissements.
Guadalix (Janin).- Très mobile au début mais toujours disponible. Aux ficelles, les rasets s’allongent alors il distribue quelques poursuites et passe le museau à l’arrivée. Deux belles séries très bien menées avec une fin de course plus compliquée mais 3 Carmen le récompensent. Retour avec ses ficelles.
Tarnagas (Guillierme).- Avec bravoure, il se livre sur tous les cites et vient même se soulever au terme (Allouani, 2 fois ; Jockin, 2). Une interminable série déclenche les honneurs renouvelés quatre fois sur d’autres enchaînements. Il subit mais ne cèdera sa 2e ficelle qu’à la 12e minute.
Lanza (Blatière-Bessac).- Très véloce mais pas avare de ripostes, il donne du rythme à sa prestation et la pimente de puissants coups de barrière (Jourdan 3 fois, Outarka, Allouani). Brillantes, ses quinze minutes sont plusieurs fois honorées. Une ficelle au retour.
Darius (Saumade).- Rapidement dépourvu de ses attributs principaux, ce jeune biòu se défend avec ses atouts sans aucun refus. Onze minutes vaillantes.
Jodias (Nicollin).- Calme mais coquin car il peut s’envoyer au-delà des planches (Outarka). Il mène à son train et à son humeur les débats. Il se soulève sur Jourdan (3 fois), Allouani (2) dans onze minutes brillantes plusieurs fois honorées.

Texte et Photos Luc PERO
JODIAS.jpg
JODIAS - Jourdan

Trophée des As : Allouani, 10,5 points ; Mebarek, 7,5 ; N. Benafitou, 3 ; Clarion, 1,5 ; Ouffe, 1 ; Outarka, 1 ; Jourdan, 1,5.

02/05/2009

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES

Vendredi 1er mai 2009

LE PRINTEMPS S'EVEILLE A SAINT-GENIES

 

A1.jpg

 

Enfin la douceur de l’air annonce les beaux jours ! L’ambiance aussi ! Ce 1er mai à Saint-Geniès, il flottait comme un parfum de fête locale : jovialité dans les gradins, estrambord à la présidence ; queue à la buvette… Le soleil tape fort au travers des platanes pas encore bien feuillus et dans les travettes les invités du Sud-Ouest, les Coursayres des Arrigans, les clubs taurins pescalunes... et Gérard (Gehin) au four et au moulin comme d’hab.

En piste, les habitués Allouani, Jockin, Jourdan, Outarka, Ouffe et Brohan, Ricci, Clarion, Santiago. Tourneurs : Beker, Benzegh, Zerti, Tourki. Et si sur certains taureaux on a frôlé l’embouteillage, les hommes de tête et de difficulté sont toujours les mêmes Allouani, Outarka, Jockin, par moments Ouffe. Dans ce petit plan, les taureaux se sont faits « remuer » et pour la plupart cela leur a servi (les quatre premiers), Fallone, lui, par son comportement en dent de scie, a parfois dominé et le jeune Chouan (6e) a manqué d’air.

A3BORGIA.jpgLe fantasque et gueulard Borgia (Cuillé) a assez de méchanceté pour recevoir l’assaut d’ouverture. Il mène de puissants enchaînements où il conclut rudement (photo sur Jockin), quand il en a marre, il saute. 14 bonnes minutes. 6 Carmen.
Franc, rapide, Insolent (Nicollin) alterne les déplacements, les ripostes sévères et quelques temps de récupération. Une fois en colère, bien positionné, il s’exprime sur de longues séries où il se bat comme un lion pour finir aux planches. Les ficelles rentrent au terme d’un bon quart d’heure. 7 Carmen.
Le long des planches, Gregau (Saumade) se fait surprendre aux premiers attributs. Mais les belles longueurs d’Allouani, Jockin, Ourarka lui permettent de briller notamment sur sa première ficelle qu’il défend neuf minutes. Une « Jockinade » et un dernier raset engagé d’Allouani clôturent ses presque 15 minutes.5 Carmen.

Sans trop de placement, Lou Sar (Guillierme) veut répondre à tout et à tous. Mais à trop le chauffer, il voit rouge et ses conclusions vont a mas comme après Jockin qui frôle l’accident, Outarka, Jourdan, Allouani. 11 minutes émotionnantes. 6 Carmen.
Le printemps monte à la tête de Fallone (Janin) qui se prend pour un ternen et saute. Après les premiers attributs levés dans le désordre, il trouve sa place d’où il sort comme une bombe (Jockin, Jourdan) et complique le jeu. Sabri le convoque en tête à tête, déclenchant des enchaînements. Mais l’ensemble blanc manque de construction, Fallone, dominateur, rentre une ficelle. 3 Carmen.
Chouan (Lafon) est encore trop tendre (6 ans) et n’a pas assez de discernement pour faire le tri du bon et du mauvais. Mais quand on lui laisse un peu d’espace, il montre beaucoup de qualités, du cœur et d’envie pour finir aux planches. Allouani, Ouffe pour 11 minutes et 5 Carmen.

Texte et photos
Martine ALIAGA

 

A2.jpg

Bon retour à la piste d'Outarka après sa blessure de début de saison.
Ici avec Gregau (Saumade, 3e)

30/11/2008

CHARROI DES OLIVES : DEPART IMMINENT

A 4 H DU MATIN, DIMANCHE 7 DECEMBRE

POUR CETTE DEUXIEME EDITION
LES CONVOYEURS CULTIVENT L'AUTHENTIQUE

Olives.jpg

 

 

OLIA.jpg"L'authentique" n'est pas une plante qui pousse dans les livres, comme pensait l'Ugolin de Marcel Pagnol dans Jean de Florette. Le Charroi des olives compte bien la cultiver… en vrai. Pour sa 2e édition, le convoi qui partira de la manade Vitou à Castries dans la nuit du 6 au 7 décembre, se veut le plus proche possible de l'époque ancienne (début du XXe siècle) quand les anciens transportaient en charrettes leur récolte d'olives cueillies aux alentours de Saint-Geniès-des-Mourgues jusqu'au moulin de Villevieille.

La bande d'amis amoureux des chevaux de trait et d'attelages anciens veut absolument retrouver l'ambiance de ces temps-là. Non, le Charroi des olives n'est pas un carnaval, il se veut authentique… une charte l'atteste !

Forts de l'expérience de l'année dernière - inoubliable pour les participants – les charretiers ont édicté quelques règles fondamentales (respect des animaux ; utilisation de véhicules tractés dans le style de l'époque ; port de vêtements de travail anciens). Les maîtres mots de cette équipée particulière sont convivialité, solidarité et entraide. Comme les aînés qui partaient de nuit pour arriver les premiers au moulin et en convoi pour surmonter les difficultés (animaux lourdement chargés, routes gelées, froid),  la bonne douzaine d'attelages  prendra la route à 4 heures du matin. Et si la sécurité impose que le convoi soit signalé, les deux véhicules équipés de gyrophares, à l'avant et à l'arrière, seront assez éloignés pour ne pas rompre le charme.

stgenies.JPGAlors pas de douillets cabriolets ou confortables calèches, uniquement des chars à banc, jardinières, tombereaux. Pas de redingotes ou dentelles ouvragées, mais de traditionnels et anciens vêtements chauds. Pas de phares ou piles électriques, seulement des lampes à pétrole et lanternes à bougies… C'est spartiate, certes, mais pas de peine, pas de plaisir. La récompense : l'excitation de l'aventure, le silence alentour seulement scandé du pas des chevaux, l'obscurité apaisante de la nuit… étoilée (enfin si possible), le bonheur des haltes autour d'un breuvage revigorant, la chaleur des échanges et la soupe à l'arrivée…  Un périple simple et rustique mais exigeant des hommes et des bêtes gros moral et bon courage.  Mais de l'avoir vécu l'an passé, les charretiers des olives gardent encore des pétillements au fond des yeux.

LE PARCOURS

Départ 4 h du matin le 7 décembre de la manade Vitou. Itinéraire : Saint-Christol, Boisseron, Sommières, Villevieille. 7 h, dépôt des olives au moulin de Villevieille et déjeuner à la cave viticole ; retour à Saint-Geniès-des-Mourgues pour déguster les vins du caveau ; 13 h, repas convivial à la manade Vitou.
Inscriptions pour le repas de midi, 23 euros à l'ordre du traiteur L'Aubaisienne, tél. 04 67 86 55 17 (heures des repas).

 

Martine ALIAGA

BEN-HUR.jpg

Photos Luc PERO

* Voir dans les ARCHIVES (tout en bas colonne de droite) tag : Charroi des Olives  (date du 3.12.2007), le compte-rendu et les photos de la première édition.

LA CHARTE 2008

« CHARROI DES OLIVES »

de Saint Genies des Mourgues à Sommières

 

 

Historique :

A l’époque, les anciens avaient pour habitude au mois de décembre de transporter la récolte d’olives au moulin de Sommières. Pour ce faire un seul moyen de transport bien sur, les chevaux et leurs attelages.

Afin d’arriver les premiers au moulin et pour ne pas perdre une précieuse journée de travail, ils partaient au beau milieu de la nuit.

Tous les oléiculteurs autour de Castries petits ou grands s’organisaient de manière à faire le trajet ensemble, en convoi, c’était « le charroi des olives ».

L’intérêt principal de ce convoi était l’entraide et la solidarité. En effet, on nous a rapporté qu’à cause de la fatigue des animaux lourdement chargés, ou encore parfois à cause des routes gelées, pour franchir une côte il n’était pas rare de dételer afin d’atteler plusieurs chevaux en ligne. On faisait ainsi plusieurs voyages.

 

La journée du « charroi des olives :

A l’initiative d’une bande d’amis, amoureux de chevaux lourds et d’attelages anciens, l’idée de faire revivre le passé a germé. Mais attention ! Il n’est pas question de créer une nouvelle « journée à l’ancienne ». Ici, on veut surtout recréer une ambiance, un état d’esprit, même si les conditions sont parfois difficiles. Il est important de se retrouver emmitoufler dans le froid, de voir la fumée monter des chevaux en sueur et d’entendre leurs pas dans le silence de la nuit, orchestré par quelques grelots de cuivre. On tient à voir le jour pointer sur Sommières, on veut de l’authentique.

Pour reproduire le plus fidèlement possible cette petite page d’histoire, les participants au charroi ont défini ensemble quelques règles. Une charte en quelque sorte.

 

La charte du charroi des olives :

  • Le respect des animaux est un des critères les plus importants. On se rend compte en effet, que les passagers des charrettes, de leur propre initiative, descendent et marchent à coté du cheval, afin de ne pas le fatiguer surtout dans une côte.

Le parcours est assez long. 15km allé + 15 km retour. C’est pour cela que des haltes sont prévues afin de laisser reposer les bêtes. C’est aussi l’occasion pour les atteleurs et leurs amis de prendre un petit remontant solide et liquide (chaud le liquide ! ou fort…). Tout cela bien sur dans la bonne humeur.

 

  • Les véhicules tractés eux aussi se doivent d’être dans le style de l’époque. A savoir que presque tout est possible. A l’époque, tous les moyens étaient bons pour transporter ces fameuses olives : de la charrette classique, en passant par la jardinière, la pastière, le tombereau, ou encore un char à banc peuvent faire l’affaire. Le plus important est que le véhicule soit conforme à l’état d’esprit du groupe.

 

  • Les tenues vestimentaires. Il ne s’agit pas ici de se déguiser, mais bien de s’équiper comme devaient le faire les gens de l’époque. Le plus souvent se sont des habits de travail de tous les jours, donc pas trop clinquants. Par exemple, une personne en redingote serait tout à fait déplacée dans le charroi! (en plus elle aurait froid…). Par contre, étant donné la saison, les vêtements seront nécessairement chauds. Dans tous les cas, ils doivent être en rapport avec l’attelage sur lequel ils se trouvent.

 

  • La convivialité est aussi un des éléments majeurs de cette matinée. A l’aube, après avoir déchargé les fruits, que les experts du moulin vont transformer en un merveilleux nectar, c’est l’heure du réconfort. Un extraordinaire petit déjeuner attend tous les participants avec en priorité une soupe de légumes bien chaude, ceux qui y ont déjà participé y tiennent absolument, vue la température on les comprend aisément !

 

  • la sécurité, Dernier point important.

Dans la nuit noire, même si à ces heures indues, le parcours emprunté est assez peu fréquenté, il est important d’être signalé. A l’avant et à l’arrière du convoi, des véhicules équipés en conséquences (gyrophares) ouvrent et ferment la route, mais assez éloigné du convoi, afin de ne pas rompre le charme. De plus, chaque équipage possède ses propres feux, mais là on respecte la tradition: lampes à pétrole et lanternes à bougies seules sont admises.

 

 

Tout nouvel équipage désirant participer au «  charroi des olives » se doit de respecter ces quelques règles. Il doit aussi être présent aux quelques réunions et surtout à la soirée d’essai en condition réelle (de nuit), qui permet de constater si les animaux et le matériel ont un bon comportent.

Les organisateurs du charroi se gardent le droit d’accepter ou de refuser un équipage qui ne correspondrait pas à l’état d’esprit du « charroi des olives ».

26/04/2008

SAINT-GENIES-DES-MOURGUES *Avenir*

Samedi 26 avril

ÇA FLEURE BON LE RENOUVEAU

e16da69f8b64a755cd02bf800106c886.jpg
FALLONE LE PRINTEMPS DES " JANIN "

Hormis le retard de l’ambulance, tout y était pour cette course anniversaire. La capelado avec peña, remise de cadeaux, bouquets pour les manadiers Yves, Josy et Anne, avait donné le ton. Les huit raseteurs (Ayme, Castel, Jourdan, Schuller, N. Benafitou, Ferriol, C.Garrido et Oleskevich) et 4 tourneurs (Abbal, Artal, V. Dengerma, Ménargues), sous la haute bienveillance du président Jacques Valentin se mettent au diapason et ainsi les cocardiers de cette Royale du Mas du Grand-Vallat ont pu donner toute la mesure de leurs possibilités.

Guadalix.-Si le placement n’est pas son point fort, tout comme les attaques droitières, à gauche, il est intéressant et s’illustre dans de belles poursuites. Des conclusions et des finitions dont un saut après N.Benafitou lui valent 5 Carmen dans 13 minutes.
Cardinal.- Un tonique qui se bat avec la vaillance dans des droite-gauche jusqu’à la 8e minute. Puis visiblement émoussé, il appuie beaucoup moins ses réponses et durcit la lutte. Rentre une ficelle en musique déjà 3 fois entendue.
Rescator.- Paraît bien compliqué au début. Craint de par son armure dissuasive et ses sauts, il n’est pas étouffé. Encore jeune, il lui faut apprendre à gérer son énergie mais néanmoins, il rentre une ficelle et écoute 2 Carmen.
Soledad.- Il a un sacré pétard le doyen de la course. Toujours disponible il se jette à fond sur tous les cites et conclut spectaculairement à plusieurs reprises notamment après Benafitou, Jourdan et Schuller. Certes, il ne tient pas la distance mais entend cinq Carmen.
Fallone.- Abordé avec prudence, il élargit le cercle. Bien sollicité aux ficelles, il multiplie les enchaînements et répond au coup par coup. Avec brio aux barricades, il sauve une ficelle et écoute plusieurs fois la musique.
Vauban.- D’entrée, se cale aux barrières et attend les bons cites. Lorsqu’ils viennent, il anticipe et passe méchamment la corne à l’arrivée. Ayme en prend la mesure et lui ravit ses principaux attributs. Aurait mérité une place plus en avant dans la course, mais demande à être revu. 2 Carmen.
Sparagus (hp).- Magnifique de présentation, il va être intouchable et d’ailleurs intouché. Deux rasets, deux grosses enfermées et des Carmen pour un réel espoir.

VIDOURLE

ANNIVERSAIRE DE LA MANADE JANIN

Samedi 26 avril : à Saint-Geniès-des-Mourgues

CARMEN GENERAL A LA FIESTA DES 40 ANS 

a32b7b189d602a1b2d10121d6e01712f.jpg

cf3e4494a8972290ad53f46d9f653d7b.jpgLanguedoc, Provence et Andalousie mêlés pour une journée de fiesta comme on l’aime chez les Janin Anne, Josy, Yves et comme on la fait à Saint-Geniès des-et Yves a rassemblé, hier dans le village vigneron, les proches, sous le signe de la fidélité, de la simplicité, de la jeunesse: les maires de Saint-Geniès, Yvon Pellet, et de Saint-Hilaire, Marie-Claude Caizergues; Henri Itier, président de la FFCC; Guy Chaptal, capitaine de la Nacioun Gardiano et bien sûr les manadiers (Lafon, Vitou, Rouquette, Blatière et...) les gardians, les amis.
e755a3aef2f7aebeb514cc68f0374bb4.jpgYves Janin a insisté «sur l’authenticité, la simplicité de la vie d’éleveur, sur son image de paysan qui n’abandonne jamais en faisant son métier le mieux possible. Bien sûr, ses pensées émues sont allées – en voyant Magali (Saumade) et sa fille Anne côte à côte – à son ami d’enfance Claude Saumade ainsi qu’à Gérard Rouquairol, tous deux disparus». Mais c’est surtout l’avenir qui intéresse Yves Janin: «Il faut être optimiste, la bouvine s’en sortira, la jeunesse prendra le flambeau». Les photos, trophées, affiches et têtes naturalisées des cocardiers Saint-Geniès, Saint-Hilaire, Sangar ont rappelé les exploits de la devise argent, bleu, blanc, tandis que l’après-midi, la bonne tenue de la course augurait d’un avenir prometteur. Cela valait bien un Carmen général!

Martine ALIAGA

Photos Luc PERO

Chevilles ouvrières 

LE CHEF D'ORCHESTRE : GERARD GEHIN 

a932cc2d5bb24cd9406d91c666e43b6a.jpgUne fête réussie, c'est du travail. Ce sont souvent les bénévoles qui s'y collent. A Saint-Geniès-des-Mourgues, outre le soutien inconditionnel de son maire Yvon Pellet, le club taurin Le Trident peut compter sur l'omniprésence de Gérard Gehin. Affable, attentif, prévenant, discret, Gérard est sur tout les fronts. Il manque des places à table, Gérard replace intelligemment les convives; l'ambulance est en retard, Gérard téléphone; la capelado est en place, Gérard distribue les rôles, les bouquets, les trophées; gentiment il a un mot pour chacun et pense à tout, c'est l'homme de toutes les situations. Son amour pour son village, pour les traditions, pour la fête et son total dévouement méritait bien un coup de chapeau.

MAISTRE ES ABRIVADO : JEANNOT LAFON 

d8778c2dd9b9ead026ca0ca9bda3be7b.jpgFête à Saint-Geniès égale abrivado égale Jeannot Lafon. Son nom est imprimé dans le goudron des rues du village. Et, samedi, il ne pouvait être absent de l'anniversaire de la manade Janin.  Avec maîtrise et toujours un peu d'estrambord, le manadier saint-justois a mené l'abrivado à l'ancienne du matin ainsi que la bandido après la course. Dans son sillage, Iris sa fille s'impose tranquillement par son charme et la qualité de son travail.

 

 

03/12/2007

1er CHARROI DES OLIVES

18d2a009d378fa4943a445e3c593eead.jpgDes taureaux aux chevaux il n'y a qu'un sabot : savoir d'où l'on vient et transmettre les traditions pour profiter du présent et équilibrer l'avenir, le choix d'une vie préservée que de joyeux mainteneurs et acharnés jouisseurs s'affairent à faire partager.

DE SAINT-GENIES-DES-MOURGUES A VILLEVIEILLE :
HUE CHEVAL !

10058ec766bc999a4c823b280666e8d5.jpg
Traversée de Sommières par le pont romain
Dimanche 2 décembre, Saint-Geniès-des-Mourgues, 4 heures du matin. Dans la lueur des phares montent quelques jurons… de charretiers couverts par les hennissements des chevaux qui s’impatientent. C’est le premier Charroi des olives qui prend le départ.
CARNET DE ROUTE
4 h 30. "Hue Petous! Avant Lancelot...Va Quignon va !..." Le convoi des dix attelages chargé d’olives prend la route vers Villevieille, pour, selon la coutume des anciens, être dans les premiers à décharger au moulin. Tout en prévoyant du temps pour – au cas où – s’entraider en chemin. Les loupiotes et lanternes donnent une lumière chiche, les naseaux fument, le froid est vif mais supportable… C'est un peu la chevauchée fantastique durant les premiers kilomètres, le temps pour les chevaux débordant d'énergie et peu habitués à la nuit noire de se caler et pour les meneurs de maîtriser leur anxiété et retrouver des gestes sûrs. Malgré un équipage qui "taoule" au premier virage (sans mal, heureusement), cahin, caha chacun trouve sa place, l'aventure commence.

5 h 30. Saint-Christol se devine sous le ciel étoilé. Dans les chars à bancs,cc870dd87f5558efef22f98f0846c753.jpg emmitouflés sous les houppelandes, vestes, pantalons de velours et autres capuchons ou bérets, chacun savoure le calme de la nuit. Seul le tintement des grelots et les fers des chevaux sur la route troublent l’obscurité. Rien ne bouge dans les mas jalonnant le chemin… Magique !

6 h 30 à l’horloge de la mairie de Boisseron. Devant, Perle et Lanik, attelées en flèche, mènent toujours bon train, leur conducteur debout se découpe tel un diable dans la vapeur qui monte des robes fumantes. Voilà déjà le pont sur le Vidourle.

7 h 20 annonce la porte de Sommières. Quelques lève-tôt intéressés par l’affaire cherchent sous les couvre-chefs des convoyeurs à l’ancienne les visages connus.

7 h 30. Le Moulin de Villevieille ouvre ses portes et les olives sont déchargées des carrioles. Les chevaux sont dételés, les participants sont reçus par le maire de Sommières Guy Marotte, le gérant du Moulin oléicole et celui de la cave coopérative vinicole de Villevieille. Déjeuner reconstituant: soupes, charcutailles, vins… de quoi affronter le retour d’un bon pied et sans ruer dans les brancards.

4a5511fb2461eca3d4c6ab9be0d4f2ce.jpg9 h. Un soleil généreux ouvre la route du retour. Soulagés du poids des olives, les chevaux filent d’un bon trot et les conversations haussent le ton. D’un attelage à l’autre, on discute, on plaisante, on descend pour soulager les chevaux, les enfants courent autour…

10 h. Les rues de Boisseron s’animent au passage du convoi, puis les villas, pinèdes et vignes défilent à bonne allure. Mais la matinée avançant, les chevaux vapeurs jusque-là discrets, reprennent de la vigueur et sur les petites routes de villages, la cohabitation avec les hippomobiles commence à être plus difficile. Il est temps de rentrer.

3b03938585769c25a94d9ac1a50da007.jpg11 h 30. Arrivée à bon port devant la cave coopérative de Saint-Geniès-des-Mourgues où Yvon Pellet, maire, invite la troupe à une dégustation de vin bienvenue.
Malgré le manque de sommeil, les visages sont barrés d’un sourire jusqu’aux oreilles: "On l’a fait!". Et une fois les chevaux récompensés et pansés, le banquet se devait d’être à la hauteur de cette bande d’irréductibles rêveurs et mainteneurs de traditions… Il le fut. Merci le traiteur L'Aubaisienne ! Un ban spécial pour ceux, au four et au moulin mais surtout à pied, descendant et remontant le long du convoi qui ont géré la circulation aux points difficiles et anticipé quelques embardées malencontreuses de nos complices équins. Enthousiasmés par cette première expérience mais conscients des difficultés, les participants envisagent déjà l’édition 2008.
Pour l'instant, pour tous ces doux rêveurs et Rabelaisiens couillus de l'épopée des olives, il est l'heure de savourer le périple.  "On y était, c'était... inoubliable! Merci!"

Martine ALIAGA

 

QUELQUES EQUIPAGES

Perle et Lanik menées par Franck et Bernard, Petous par Guy Chaptal, Lancelot par Henri,  Quignon par René Jaume, Grisou par Nicolas Vitou et aussi Muguette, Marengo, etc. et les meneurs Roumègue, Marcel Besson...

*************************

7db58791d27141cb29d74c7900057870.jpg
986900407cda89dfef58a3b1d79f1744.jpg
0ed17d40288a5d351f85dc838104dfea.jpg
adf3d40d97f030363aabdcaea5588275.jpg
3679cfcbdc53a4fa90a8e47db92dd4ef.jpg
1c9998e967cd09c406dc3855f8d82b6e.jpg
1579d0d59bff82eb3f1eab5286ef1c4e.jpg
a1aed94b81baed7bad9a90a12bf87dba.jpg
e4a039159e5d3dc3f63203caf521e5ce.jpg
67e5222f26303678f992b61067d1f03e.jpg

aa76470880e9692f8c63b7bc43a8a0b5.jpg
83849030abf567b9fed48704faea3ad4.jpg

28852c8548d9f4f96cd843a1b1f048dd.jpg
d4f87cc413e1dc639d2763c7193b1437.jpg
d2bc3fdbbb96a8265d665ffb878ee040.jpg
87fecc6c12a064d5a397d202de672c9d.jpg
c42670b19380a82bdc8d7269ad287e01.jpg
715db085e255016d33ed233f2a545c02.jpg
8faa1c8825443045e08b2f91a28b9aae.jpg
abb3134b051a086e3494ca8b2f71e981.jpg
ffa83a5d727db4d27d763bca1c1dfbd9.jpg
e17db7b7f2a2db959f37c983e58e1de9.jpg
32ce89fec08713d4967a5d5d4e338967.jpg
a67826d235188c8b7e2eaf160f21b125.jpg
e7ad8eea17c2ffb57ce1c54e7b5878e6.jpg
6fc84a7f94212c5772e6e5a5752d0437.jpg




Photos Luc PERO