Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/11/2007

CHARROI DES OLIVES

Dimanche 2 décembre

ac2d263369da605be2fcc243b0f7d8cd.jpg

DE SAINT-GENIES DES MOURGUES A VILLEVIEILLE
AU PAS DES CHEVAUX

 

5ae3bd407e34ecbda7bc17045f9aa29a.jpgSi au petit matin du 2 décembre, vous percevez bien au chaud sous votre couette, des hennissements, des "clop clop", des hue! et des roulements d'un autre temps, non vous ne serez pas en train de rêver, il y aura bien des chevaux et des charrettes sous vos fenêtres.

Née d'une poignée de fervents amoureux d'attelages, d'histoires anciennes et producteurs d'olives, l'idée est devenue réalité. A 4 heures du matin, ce jour-là, une douzaine d'attelages retraceront l'itinéraire des olives récoltées à Saint-Geniès-des Mourgues et menées en attelages jusqu'à la Coopérative oléicole de Villevieille. Ce ne sera pas une promenade pour nostalgiques ou autres passéistes, mais plutôt un hommage rendu aux aïeux. Vivre ne serait-ce qu'une journée, au pas des chevaux ; ressentir la pénibilité de cette époque pas si lointaine, sans voiture, sans chauffage, sans lumière ; éprouver les sensations, les bruits, le vécu de ce temps-là. En ce début décembre qui s'annonce glacé, un beau morceau de bravoure pour les participants. Pas de confortable cabriolet, calèche, landau mais des charrettes de travail ou des chars à banc au confort spartiate. Les meneurs comptent sur leurs partenaires à quatre pattes pour assurer : Quignon, Perle, Lanik, Pompon, Grisou ou Tabac, habitués des journées à l'ancienne et autres périples, se sont entraînés et en mémoire de leurs prédécesseurs voués au transport de raisins, fourrage, bois, ils mèneront bon train. La récompense sera au bout du chemin. Le convoi partira donc le dimanche 2 décembre, à 4 h du matin, de la cave de Saint-Geniès-des-Mourgues, chargé des olives à remettre au Moulin de Villevieille. Là, vers 7 h du matin, un petit-déjeuner les accueillera. Puis retour à Saint-Geniès où un repas préparé par le Traiteur de L'Aubaisienne accompagné des vins de la cave coopérative de Saint-Geniès, est ouvert à tous ceux qui voudront participer à la fête.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

Inscriptions auprès du Traiteur de l'Aubaisienne : 06 09 22 84 89 – 04 66 80 24 85.

VENDREDI 16 NOVEMBRE, 19 H: LES ESSAIS POUR LES ATTELAGESa69a0069668f7ed0fa31c388510d0441.jpg

516202945af1fb1d29ea75ce214c31e7.jpg
430afa5d13d6386dcf28dc0ff691b9fa.jpg
4f61afae536bfaad3f8c1423ff0f5a97.jpg
0064db60e11f064e56e71ca61077dd5d.jpg
ef2de856eb95f2b7987973e0f1889885.jpg
f2375b08a2f9abbcc7849fa21a9539c2.jpg
aaeba35e108c3a340b36aa62b7382af8.jpg
3b759021d0f7fda5ef76ccc54174e0fb.jpg
6ebdc611ced37cf844d2f2d9fa3f77bb.jpg
c316c79e4f200494f7005d74cf26e1bd.jpg
2050f4f017ca52fc8bcf942780ee3b0b.jpg

27/08/2007

ST-GENIES-DES-MOURGUES le 26.08 *AS*

LA FETE FINALE
SANS LE FEU D'ARTIFICE

medium_Soledad.jpg
SOLEDAD

Dans la chaleur tropicale de ce mois d'août, Saint-Geniès clôture sa fête votive. Bien avant l'heure, les aficionados partagent leur sueur en se "quichant" dans les gradins, la tribune d'honneur dégouline, Gérard Géhin n'a plus de voix, sonnez trompette.

Sept hommes et quatre tourneurs à la capelado : Jourdan, Allouani, Ouffe sont les plus en vue ; Jockin , C. Galibert, Outarka, C. Garrido complètent ; plus Zerti, Kherfouche, Siméon, Molins. Ambiance mitigée entre raseteurs qui pourtant se connaissent bien (?) Après une première partie peu enthousiasmante malgré un bon premier, la seconde est intéressante. Les blancs ont manqué d'envie de faire le spectacle et d'un noir un peu pétillant pour finir.

Ramuncho de Guillierme fait un bon premier. Placement, du punch à conclure et la réserve nécessaire à un premier. En plus, il baisse la tête au contact et envoie à la planche.

La course de Lou Vibre de Lafon est entachée d'un litige portant sur sa première ficelle qui complètement ouverte ne s'enlève pas malgré les passages répétés de tous les hommes. A la demande des raseteurs, le président le fait rentrer à la 14e minute. 

Bonheur de Cuillé se soulève après les hommes mais sans conviction à l'exception d'un gros coup sur Allouani. Onze minutes trente.

Soledad de Janin fournit dix minutes offensives. Des poursuites serrées après Ouffe, Allouani, Jourdan et des séries dynamiques. Agréable.

Gregau (Saumade) n'a pas été submergé. Dommage, car s'il débute tranquillement au fur et à mesure il s'affirme en s'envoyant fort sur les hommes, surveillant les départs et fermant la porte à l'occasion. Une ficelle au toril.

Si Sifflet (Blatière-Bessac) s'évade parfois, il faut dire que les hommes ne lui demandent pas grand chose. Pourtant, Jourdan s'attèle à la tache (coupe, deux glands, deux ficelles), s'ensuivent quelques arrivées puissantes ainsi que sur Outarka. 12 minutes.

Le Nicollin de service pour finir, Poète en l'occurrence, hors points,  n'a pas assez de panache pour enthousiasmer même si sa vaillance lui fait accomplir de belles séries avec quelques finitions.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

medium_Bonheur.jpg
BONHEUR
medium_Siffet.jpg
SIFFLET
medium_Ramuncho.jpg
RAMUNCHO