Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/06/2017

EXPO A EYGUIERES

Patrick Siméon expose

simeon1A.jpgDe raseteur à artiste, Patrick Siméon a pris le temps. Mais, aujourd'hui, il présente la première série de ses toiles sur la course camarguaise à la galerie Ateliers Agora à Eyguières. Intitulée "Des taureaux parmi les hommes", l'expo conjugue les talents de plusieurs peintres et sculpteurs Marc Bernard, Guy Liebeaux, Pages du Pilou, Laurence, Jacqueline Reynier, Georges Ruault, Sami, Patrice Sebben, Sou, Jean-Luc Savail, Patrick Siméon, Germaine Tarrou.

Quant à Patrick Siméon, la galerie Autrement Audrey à Nîmes expose ses oeuvres sur la tauromachie espagnole et l'artiste prépare plusieurs autres événements sur la course camarguaise avec, entre autres, des toiles géantes de 3 x 3 mètres. A suivre donc.

M. A.

Eyguières : expo jusqu'au 17 juin, 2 place Thiers. Entrée libre, ouvert du mardi au samedi 10h-12h et 15h-19h, renseignements : 04 90 57 81 46.

06/12/2016

EDITION

Mardi 6 décembre 2016

TINOU ET LE BLANQUET DE CAMARGUE

GAELHEMERY1.jpg"Certains soirs dans le delta du Rhône lorsque le Mistral souffle très fort, la légende  dit que l'on peut voir passer dans le ciel un cheval merveilleux. Que fait-il ? Où va t-il ?  Y a t-il quelque chose ou quelqu'un sur son dos ? Tinou, enfant de Camargue, passionné de pêche et de nature, le découvrira une une nuit. Et cela changera sa vie..."

Livre pour enfant
Texte Gaël Hemery
Illustration : Florence May
Format 19 x 16 cm
32 pages, 12 €
Edition Sansouire
tél. 04 66 84 76 63
www.editionsansouire.fr

24/11/2016

EDITION *A PARAÎTRE*

Vendredi 25 novembre 2016

La saga des Guillierme

Après la biographie de Fanfonne, Robert Faure, dépositaire du fonds photographique de Pravaile, propose une découverte de ses proches.

SAGA.jpgPeintre, photographe, écrivain, passionné de bouvine et du patrimoine régional, Robert Faure poursuit son œuvre en livrant, prochainement, son travail sur la famille Guillierme. Déjà auteur de “En Camargue avec Fanfonne Guillierme” et profondément attaché à la grande dame de Camargue qu’il a connue, le Pescalune de naissance, a hérité de tout le fonds photographique de Praviel, le mas emblématique de la famille, à Aimargues. « Mireille Seignobosc m’a transmis plus de 800 plaques de verre qui remontent jusqu’aux années 1880, j’y ai découvert la vie des Larnac, des Guillierme, leur parentèle, leurs amis... ».
Des documents inédits, un trésor qu’il a patiemment listé, ordonné en remontant les générations, et défini par thèmes. « J’y ai travaillé pendant environ 4 ans, pour un résultat très informatif, documentaire, balayant l’histoire de la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Au début du livre, ce sont des portraits, entre autres ceux des aînés Larnac (côté Alice, mère de Fanfonne) et Guillierme (côté Frédéric, le père), puis j’ai choisi des thèmes : la famille à Praviel, à Paris, les amis reçus, les vendanges... ».

Fanfonne sur Prince, Jeanne de Flandrézy sur Lapin--1910-(col. Palais du Roure).jpgLe foisonnement des liens et amitiés familiales avec des photographes, des écrivains, des poètes, des industriels, artistes et gens de grandes et diverses cultures, font se côtoyer sur les clichés Jeanne de Flandrézy, Bernard de Montaut Manse, Joseph d’Arbaud, Marguerite, Jean Hugo ou la famille Baroncelli dont la grande amie de Fanfonne, Nerte... ou encore le fiancé André Hecht et tant d’autres.

▲ Photo : Fanfonne et Jeanne de Flandrezy.

Bien sûr, des images de Camargue, de chevaux et taureaux mais pas que... « Il y a aussi des clichés sur la vie courante, les baptêmes, mariages, fêtes, dans le Midi, à Paris et ailleurs. J’ai également découvert une famille de photographes, dessinateurs, intellectuels... que j’ai réunis dans une postface ».
Au long des 272 pages, Robert Faure invite à un voyage à remonter le temps aux côtés de sa chère Fanfonne. Quelques mois à attendre et les lecteurs pourront eux aussi en suivre l’itinéraire.


MARTINE ALIAGA


Gallargues-le-Montueux (28, Grand-Rue) : le 10 décembre, 15 h-19 h, Salon du livre avec les auteurs Nathalie Dimeglio, Michel Falguières, Robert Faure, Alain Laborieux, Olivier Prince.

SOUSCRIPTION

L’éditeur Papillon Rouge propose une souscription avant publication de l’ouvrage de Robert Faure, à un prix préférentiel. 

Les personnes intéressées peuvent imprimer le bulletin (page facebook de Robert Faure) et l’envoyer à l’éditeur Papillon Rouge, 27 rue du Général-de-Gaulle, 34560 Villeveyrac ou se renseigner au tél. 04 67 78 81 68.
La saga des Guillierme, une famille célèbre en Camargue, format 21 x 30 CM, 400 photos, 272 pages, 25 €.

SAGA2.jpg

03/03/2016

SAINT-GENIES-DE-MALGOIRES

Les 26 - 27 et 28 février 2016

FESTIVAL DU FILM TAURIN ET CAMARGUAIS

Au bonheur des afeciouna

DSC_3848.JPG

L'affiche de la dernière Cocarde d'Or pour Youssef Zekraoui
aux côtés des organisateurs d'Arles (Gérald Rado, Luc Jalabert)
et le manadier Hubert Manaud

DSC_3704.JPGLa météo capricieuse est venue perturber les animations extérieures, malgré ce, cette 19e édition du Festival du film taurin et Camarguais fut couronnée d’un succès retentissant.

► Joël et Sylvie Linsolas invités à évoquer la belle histoire de Garlan

Le travail de Robert Féline, François De Luca et leur équipe a été encore une fois salué avec enthousiasme par le public. Ils ont su redonner avec mérite à ce petit village de la Gardonnenque ses lettres de noblesse dans la bouvine. De tout temps, les nobles Seigneurs cornus de Camargue furent accueillis dans les petites arènes qui autrefois bordaient l’Esquielle.
DSC_3813.JPG Jean-Pierre
et Florence Clauzel,
très ému
après le fim sur Greco

Dimanche, l’après-midi de clôture affichait salle comble pour la projection de “15 minutes de bonheur” dans laquelle Gréco de Saint-Antoine faisait monter une émotion palpable chez ses manadiers et les spectateurs. Le film “Orthèse” d’Henri Vigne récompensé par la première place de la compétition, laisse entrevoir un avenir prolongé aux barricadiers par la pose de protections aux membres antérieurs. Et enfin, “Duel sur le sable” film retraçant la Cocarde d’Or avec les talentueux Zekraoui et Cadenas, redonnait, comme pendant cette course extraordinaire, le frisson à toute l’assistance. “Fleur de Rocaille” de Fred Rippert se classe second, alors que “La passion l’emporte” de J.-P Hucheda s’offre la 3e place. Sans omettre tous les courts métrages présentés et pleins d’intérêt qui permettent à leurs réalisateurs de donner une âme à ce festival.

Confortée par ce nouveau succès, l’équipe annonce déjà une programmation extraordinaire pour fêter les 20 ans du Festival... en 2017.


ERIC MARC
PHOTOS E. M. ET C. I.

Les incontournables et indispensables

DSC_3683.JPG

DSC_3597.JPG

DSC_3672.JPG

DSC_3795.JPG

DSC_3853.JPG

DSC_3759.JPG

************************

24/11/2015

ARTISANAT

Les fers de Camargue

les fers de camargue,artisanat,bouvine,course camarguaiseIl transporte avec lui toutes ses créations. Il a du savoir faire et de l'imagination. Julien Ceaglio crée une multitude d'objets reprenant les thèmes chers aux afeciouna. Des lampes, bougeoirs, des dessous de plats, boucles de ceinture, dérouleur de papier ménager, porte-clefs... L'intérêt c'est qu'il peut les personnaliser aux marques des manades, à vos initiales... 

Vous pouvez le retrouver sur les marchés et foires de la région ou à son magasin à Plan d'Orgon (63, route de Saint-Rémy-de-Provence).
Tél. 06 17 80 01 50 - lesfersdecamargue@outlook.fr -

les fers de camargue,artisanat,bouvine,course camarguaise

03/02/2015

CASTRIES FILMS

Les 24 et 25 janvier 2015

Le 7e FESTIVAL
DES RENCONTRES DE CULTURES TAURINES

 castries,festival rencontres de cultures taurines,courses camarguaises

castries,festival rencontres de cultures taurines,courses camarguaisesMaintenant bien installé, rodé par 6 ans d'expérience, le festival de Castries a trouvé ses couleurs : rencontres entre afeciouna, amateurisme au bon sens du terme, ambiance familiale. Le rendez-vous de janvier est aujourd'hui incontournable, on y vient, après la coupure des fêtes, renouer avec les copains, se rappeler des bons moments de la saison passée, se régaler d'images et d'histoires d'antan, découvrir des moments de tauromachie qu'ils soient landais, espagnols ou camarguais. Tout ça sans chi-chi, sans discours grandiloquents, sans tralala ce qui n'empêche pas la démonstration de la passion taurine et de la "fe".

castries,festival rencontres de cultures taurines,courses camarguaisesLa mairie de Castries et son maire Gilbert Pastor (photo ci-contre), le CT le Trident, l'équipe d'Aqueduc Vidéo avec Jean Roumajon (photo ci-dessus) et tous ces amateurs qui envoient leurs films et photos-montage participent de la bonne marche de ce Festival, salué par une bonne fréquentation.

Cette année plus encore que les autres, la qualité des images est au rendez-vous, la technique augmente, mais il manque encore trop souvent de scénarios pour capter le public. Aussi les films racontant une vraie histoire ont séduit davantage le jury et les spectateurs, cela se retrouve dans le palmarès des compétitions (lire ci-dessous). Parmi les premiers, le diaporama sur les gitans ""Voyageurs, la foi, l'espérance", les film "Creido" et "Les couleurs de temps" de Bernard Porras sur la transmission de Georges Rouquette à son petit-fils Lucas. Emotion !
Hors compétition, quelques belles rencontres avec les films sur la manade Rebuffat, Hadrien Poujol, Jean Mansuy ou encore Manu Pero.

Et toujours les chansons de Bernard Porras et Régine Pascal.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

castries,festival rencontres de cultures taurines,courses camarguaises

▲ Le jury présidé par Philippe Brochier

 

Le palmarès


DIAPORAMAS


3° PRIX A MAITRE GARLAN DE SYLVIANE BOULET

2° PRIX A LA FETE DU COSTUME DE CHRISTIAN ITIER

1° PRIX A VOYAGEURS LA FOI L’ESPERANCE
DE M. FALGUIER ET CALLERIZA


FILMS CORRIDA

3° PRIX A LA GANADERIA CUILLE DE JACQUES LEMERRE

2° PRIX A JUAN BAUTISTA EN CORRIDA MEXICAINE
DE PIERRE ALASTRE


1° PRIX A IL S’APPELAIT CREÏDO DE MAURICE DAUSSANT

FILMS CAMARGUE

3° PRIX A LE CHEVAL DE CAMARGUE
DE ROGER PIERRE AUGUSTE


2° PRIX A PRINCE DE CAMARGUE
DE NICOLE ET GERARD OSTY


1° PRIX A COULEUR DU TEMPS
DE BERNARD PORRAS


COUP DE CŒUR

FILMS HORS CONCOURS
DU DIMANCHE APRES MIDI


 IMAGES DE CAMARGUE DE PIERRE AUBANEL (DIAPORAMA)

PRIX DU PUBLIC DU DIMANCHE MATIN

LA DESPEDIDA DE SARCELLE DE DIDIER LATORRE

**************

▼ Les primés avec les membres du jury, les Arlésiennes

castries,festival rencontres de cultures taurines,courses camarguaises

▼ Jean Roumajon interviewe Manu Pero

castries,festival rencontres de cultures taurines,courses camarguaises

▼ Michel Naval, membre du jury, et Nicolas Manchon du CT Le Trident

castries,festival rencontres de cultures taurines,courses camarguaises

▼ Hadrien Poujol questionné par Didier Laurent et Jean Roumajon

castries,festival rencontres de cultures taurines,courses camarguaises

*********************

 

01/02/2015

GRAVESON FILMS

LOU GRAVESOUNEN FAIT SON CINEMA

L'AMOUR EST TOUJOURS AU GRAND RADEAU

gravesonpapierpatric.jpg

Entre le grand frère de Saint-Geniès-de-Malgoirès, puis les Rencontres des cultures taurines de Castries, le festival de Graveson trouve une place de choix. En effet, à l'inverse de leurs homologues languedociens qui les étalent sur tout le week-end, le président Sébastien Archet et son staff du Gravesounen, ont ciblé sur la seule journée dominicale. Et ce, sans compétition. L’activité débute dès le matin, aux arènes, par le déjeuner suivi d'une course de taureaux emboulés avec les raseteurs (prévus pour la temporada 2015). Une édition  particulièrement ventée en ce 25 janvier, ce qui n'a pas refroidi pour autant la fe di biou des passionnés. Mais le violent mistral n'a pas affolé l'apéro et la choucroute pris à l'abri de la salle polyvalente, comme l'après midi la projection des films au Centre Culturel.

«Oui, on peut dire que nos traditions et notre culture taurine sont attaquées, menacées, mais comme  partout ailleurs tout est lié, avec les signatures de soutien pour Eyragues et son taureau à l'Eyraguaise, sachez qu'à Graveson on ne lâchera rien»,  dixit le maire Michel Pécout.  «Pour la 4e année on est là pour faire vivre les traditions et se retrouver entre gens de bouvino, histoire de passer un bon moment autour du biou qui nous unissent»,  commente le président Archet. Alors, pour les projections sur grand écran autant s'adresser au spécialiste taurin - du son et de l'image - en la personne de François de Luca, lequel avait concocté un menu pour tous les gouts et à la satisfaction générale. Une mise en bouche avec un poème de d'Arbaud (en diapo) intitulé Lou Pissou. Suivi de 100% chevaux Camargue, Abrivado, Bandido, Roussataîre, Gazo etc. Des images au plus près de l'action, grâce à une caméra embarquée à cheval. Sensation garantie. 

Un coup de projecteur sur Rodolphe Roux raseteur de coeur et homme sensible pour une sorte de “un jour un destin”. Emouvant tout simplement. Après l'entracte, clin d'oeil sur le film d'annonce consacré à Hubert Yonnet qui sera présenté au festival de Saint-Geniès-de-Malgoires (20, 21 et 22 février). Et le trou normand avec une rétro des années 1989-1990, sur la carreto ramado à Graveson où nombres de Gravesounens se sont reconnus. Belle surprise du réalisateur. Enfin, à la fois le moment fort, le plat de résistance et le dessert, avec le film sur la manade Raynaud. Un an de tournage, des images d'archives, des témoignages,  ce jusqu'au sacre de Ratis Biou d'Or 2013. La salle n'a pas perdu une seconde le fil de cette famille camarguaise. A la fin de cette projection une salve d'applaudissement a salué comme il se doit, le réalisateur ainsi que Marcel et Maguie Raynaud  racontant cette vie de labeur consacrée aux biòu mais où 60 ans après, l'amour et le bonheur sont toujours au Grand Radeau. 

Rendez-vous est pris pour la 5e édition 2016. 

PATRICK PONS

24/01/2015

FESTIVAL DE FILMS

Castries : Samedi 24 et dimanche 25 janvier 2015

FESTIVAL DE FILMS TAURINS

castries,festival de films taurins,courses camarguaisesLes vidéastes amateurs et pro, sous la houlette de Jean Roumajon, ont travaillé d’arrache-pied sur les films et diaporamas. Le CT Le Trident a peaufiné l’intendance jusque-là impeccable, avec l’aide de la municipalité. Tout est prêt pour ce 7e rendez-vous maintenant bien installé auprès des afeciouna, au foyer Hippolyte-Paulet.

Toutes les tauromachies y sont présentées. Au programme, entre autres, des portraits de Camarguais, Manu Pero, Julien Ouffe, Hadrien Poujol; des images de toros chez le majoral Patrick Alarcon ou avec le réjonéador Pablo Hermano de Mendoza; les Landais, bien sûr, avec la ganaderia du Maynus et d’autres, les traditions des gens de bouvine avec notamment le dernier pèlerinage à Lourdes... Et bien sûr les concours amateurs.

Alors dès cet après-midi, direction Castries pour une immersion dans les cultures taurines, l’ambiance y est bon enfant et l’entrée libre.

MARTINE ALIAGA

Bande annonce du Festival

http://www.youtube.com/watch?v=p3VkPxf2IL0

 

03/12/2014

LUNEL * GALA DE BERNARD PORRAS *

gala de bernard porras,lunel,courses camarguaisesDimanche 23 novembre 2014 - Salle Georges-Brassens

Pour Chloé au nom de tous les siens

La vie de Chloé s’est arrêté à l’automne, sur le sable d’une des entrées d’Aigues-Mortes. Cavalière émérite, c’est à cheval qu’elle a vécu ses derniers instants. La mort au bout de la passion. Un tragique accident qui a endeuillé sa famille et plus largement le monde de la bouvine.  Bernard Porras a rendu hommage dignement à Chloé et lui a dédié ce gala de culture taurine.  

gala de bernard porras,lunel,courses camarguaisesHistoires de transmission, moments de partage, souvenirs, fêtes, chants, folklore… une partition maintenant bien rodée aux couleurs de la Camargue et de ses us et coutumes qui a offert son lot d’images fortes et de belles idées.

Comme ce beau reportage sur la manade Rouquette où Georges, en osmose avec son petit-fils Lucas, transmet la mémoire de sa manade et ouvre les portes de l’avenir. Ou comme cette plongée au cœur de la saga de la manade Rebuffat ou encore la belle surprise du film sur la manade Martini.

gala de bernard porras,lunel,courses camarguaisesLunel et les taureaux au centre de la vie de Manu Pero, notre encyclopédie camarguaise vivante. La carrière du raseteur Frédéric Durand pour plonger dans l’arène. Beaucoup de rythme, de vie  et d’estrambord sur les vidéos « au cœur de l’action », les chansons de Sergio, Bernard et Régine, les danses du Velout Pescalune et les annonces des prochaines galas. Entre autres celui de janvier à Castries organisé par le club taurin Le Trident et Jean Roumajon ou, plus près, le spectacle proposée à Saint-Aunès pour le Téléthon.

gala de bernard porras,lunel,courses camarguaisesLa Camargue est bien vivante, elle bruisse de projets, ses acteurs locaux s’impliquent en nombre, les spectateurs sont au rendez-vous. Et dans l’hiver qui pointe son museau,  bien au chaud, les afeciouna vibrent toujours au rythme de leur passion. A tout ceux qui travaillent à montrer le beau spectacle des traditions et aux artistes qui savent nous émouvoir – en l’occurrence Bernard Porras et son équipe pour ce gala – les Camarguais peuvent dire un grand merci.

MARTINE ALIAGA

13/11/2014

FILM "CAMARGUE, LA POETIQUE DE L'ETANG"

Vendredi 14 novembre 2014

Les manadiers sont-ils aussi des poètes ?

camargue,la poétique de l'étang,dvd,documentaire sur la camargue,courses camarguaisesLa Camargue est poésie, elle est créatrice d’émotion. Son charme, sa beauté, ses bêtes, ses gens et ses mystères ont été chantés par les Félibre. Mais les manadiers sont-ils poètes ? C’est la question que s’est posée Jérémy Durand, au terme de ses études de cinéma, après avoir goûté à l’Occitan, à la « Bête du Vaccarès » et plus largement à l’œuvre de Joseph D’Arbaud et du Marquis de Baroncelli. « L’idée était de retrouver dans le quotidien des manades ce que j’avais vu dans la littérature ».

Alors le jeune homme qui a grandi entre Valence et Bagnols-sur-Cèze et passé quelques vacances en Camargue, s’immerge dans le milieu des éleveurs de taureaux de course camarguaise. Durant plus d’une année, il va suivre sans jamais intervenir quatre d’entre-eux dont il va filmer le travail et la relation avec leurs bêtes.

« Je me suis fondu dans le décor, en laissant la personnalité de chacun s’exprimer. Les interviews sont venues, par la suite, étayer leur ressenti». Le parti pris de couleurs atténuées renforce l’intimité des propos. Feu de cheminée, intérieurs calfeutrés, lueurs tamisées d’une écurie ou d’un toril… paysages noyés… Hormis la lumière crue des images de courses camarguaises – peu nombreuses. Comme les deux faces d’une même passion, l’une exposée, l’autre intérieure.

Et nos quatre manadiers - Frédéric Raynaud, Patrick Laurent, Claude Chaballier et Antoine Clauzel – de se livrer par petites touches.

L’osmose avec la nature, le devoir de mémoire et celui de la transmission, une identité à défendre, le privilège d’un métier dur mais passionnant et cet attachement viscéral et presque inexplicable au taureau et à la terre… Voilà la teneur du film. Etonnant, captivant, émouvant.

MARTINE ALIAGA

PRATIQUE

Côté technique

Le tournage : environ 14 mois. Une centaine d’heures d’images. « Je maîtrise la technique de par ma formation donc j’ai tourné seul et j’ai fait le montage, explique Jérémy Durand. Avec quelques amis pour le son, puis la finition, le mixage et l’étalonnage ont été réalisés par des profesionnels. La société Kanari Films l’a produit. J’ai commencé en mars 2011, le film est sorti en juillet 2014. Il a rencontré un bon accueil, nous faisons un deuxième tirage. Et Kanari Films m’a demandé de travailler sur un autre projet ».

Où trouver le DVD

“Camargue la poétique de l’étang”, documentaire de 65 minutes : renseignements sur www.701images.com. 

En vente dans la région : à Nîmes chez “Cultura” à Carré Sud. Arles “Harmonia Mundi” et “Boutique des passionnés”. Les Saintes-Maries-de-la-Mer chez Jacques Guillaume.