Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/07/2015

AMBIANCE *SOMMIERES*

Sommières en fête jusqu’au 2 août

Chaud chaud le public !

 sommières,ambiance,course camarguaise

Le Vidourle en contrebas promène une escadrille de canards ; sur l’esplanade, la file s’étire devant les guichets du CT Lou Carmen. Il est 15h les premiers spectateurs piaffent à l’entrée des arènes. 16h, les gradins sont pleins, le président de course envoie : « Serrez-vous un peu que tout le monde puisse s’asseoir », et lance la capelado des élèves raseteurs sommiérois, scandée par un public déjà réceptif. Deux jeunes cocardiers coopératifs et volontaires, pour des jeunes qui, sous les encouragements, tiennent à raseter au mieux. L’ambiance est là.

sommières,ambiance,course camarguaise16h30, jambes pendantes pour mieux ressentir les frissons quand les cocardiers basculent en contre-piste, c’est la cohue sur les premiers rangs. Au sortir des escaliers, entre deux platanes, les derniers arrivés s’organisent.

Les deux premiers taureaux ne transmettent pas beaucoup d’émotion, le travail des raseteurs est brouillon, les gradins réagissent et roumèguent…

Le suivant, lui, capte d’entrée l’intérêt. Agressif, il pète les planches, s’envoie sur les hommes, bouscule un raseteur au saut. Les spectateurs tremblent, crient… Les touristes sont ébahis. Le biou en attrape un par la basket, les clameurs s’intensifient… Le raseteur revient en piste, c’est l’ovation.

sommières,ambiance,course camarguaiseUn cocardiers réticent déclenche les huées des uns, les autres s’indignent « On ne siffle pas un taureau… ». Le manadier manifeste sa réprobation, et tout s’enflamme… Pas trop longtemps.

Voilà le suivant qui sort et généreusement participe, les bravos à nouveau résonnent. Le taureau d’après se joue des barrières, saute à tout va. Les "jambes pendantes" sont aux premières loges. Certains rient jaune, la plupart sont ravis. Ils sont venus pour ça. Quant au dernier biou, porteur d’une devise aux couleurs chères aux Sommiérois,  pétillant et joueur, il fait l’unanimité et a droit à une réjouissante ovation… « C’est bien passé, finalement… », exprime un connaisseur qui, bien sûr, sera à nouveau là demain.

Voilà à Sommières, c’est comme ça ! Le public y est chaud bouillant, la course camarguaise bien vivante… Profitez-en tous les jours jusqu’à dimanche.

Texte et  photos
MARTINE ALIAGA

30/05/2014

MAGAZINE "VIVRE EN CAMARGUE"

MAGBLOG.jpgCamargue entre les bras du Rhône, Petite Camargue, Provence, Languedoc... Ici la culture est riche, colorée, bien vivante. "Vivre en Camargue" propose une ballade non exhaustive à la rencontre de l'histoire, des hommes et des bêtes, des manifestations qui illustrent ce patrimoine à nul autre pareil. Portraits de gens de talent, défenseurs de la fe, cette foi dans les traditions qui rassemble dans les rues Arlésiennes et gardians, qui porte les afeciouna vers les arènes, foi qui se propage pour rassembler les générations.

52 pages pour vivre l'amour des taureaux au coeur des manades, la passion du costume et des associations de tradition, le dévouement des bénévoles, l'intensité des duels dans les arènes, le talent des artistes qui transcendent le passé et illustrent le présent... Et tous ceux qui passent le relais aux plus jeunes. En couverture du magazine, Antonin, 7e génération de la manade Raynaud, en symbole de la transmission.

* 2,90€, demandez-le dans tous les magasins presse de la région Languedoc.

17/07/2013

LA COURSE CAMARGUAISE EXPLIQUEE

Communiqué

L'Aficion commente

association l'aficion,la course camarguaise expliquée,courses camarguaisesL’Aficion, association de défense des tauromachies, lance pour l’été  "la course de taureaux expliquée".

Cette initiation est gratuite. Elle est destinée aux néophytes et aux curieux le 23 juillet à Saint-Christol dans les arènes, le  29 et 31 juillet  dans les arènes de Sommières pour des courses de Ligue et enfin à Saint-Genies-des-Mourgues pendant la fête locale en août.

Des spécialistes de l’Aficion commenteront la course et donneront aux participants les clés qui leur feront apprécier et comprendre  les courses de Ligue. Ces courses camarguaises sont organisées à Sommières par le club taurin Paul-Ricard Lou Carmen sous l’égide de la Fédération française de la Course Camarguaise  

La course camarguaise semble un spectacle facile à comprendre qui attire les spectateurs par son dynamisme. Comme tous les sports elle obéit à des règles qui sont en général méconnues des spectateurs non initiés.

Les spectateurs, inscrits  lors de l’achat de leur billet pourront accéder à la tribune au dessus de l’entrée où un membre de l’Aficion les accueillera un quart d’ heure avant la course et leur commentera et expliquera ensuite les événements qui se passent en piste. Un document leur sera remis rappelant les grands principes de la course.

L’Aficion met en vente à l’Office de tourisme de Sommières l’affiche à tirage limité de Claude Vialat réalisée pour la tienta du 31 juillet.  Une série de prestige est numérotée et signée par l’artiste.     

25/04/2008

AVISE, LE BIOU !

A SE PROCURER ABSOLUMENT

 D'ABESTI.... à TANQUÉ :
PETIT VOCABULAIRE ILLUSTRÉ DE LA COURSE CAMARGUAISE

72e2fbbc16546f7a9438e8c6eec12434.jpgVous êtes afeciouna, il vous faut "Avise, le biou !" parce que vous vous retrouvez direct aux arènes, vous entendez vos propres paroles, celles de vos voisins, vous "sentez le taureau"... Vous êtes néophyte, il vous faut "Avise, le biou !" Tout va se décoder à vos oreilles de touristes, enfin vous comprendrez tout. Pour approcher le monde de la bouvine, il vous est  indispensable.

Il nous avait déjà conquis avec Des platanes on les entendait cascailler, chronique imagée de la vie d'un village languedocien, René Domergue récidive aujourd'hui avec un petit bijou de vérité et de bonne humeur autour du taureau camarguais. Quelle bonne idée !

René Domergue a passé quatre années à relever le vocabulaire entendu en fréquentant régulièrement les arènes. "Il va au taureau" et ça se reflète dans les explications qu'il donne à chaque mot relevé. Entre 0ccitan et ses variantes provençales et languedociennes, une nouvelle langue est répertoriée ici, le francitan.
7128c36365eca3a1551def30e626f631.jpg Sans se prendre la tête, et pour rester dans le registre léger et festif - "Il fallait que l'ouvrage soit facile à lire, plaisant et si possible frais comme l'ombre des platanes les jours de grand soleil", annonce-t-il - René Domergue a associé à l'ouvrage le dessinateur Patrick Ouradou dit Péo. Et il s'en donne à coeur joie Péo, dans ses arènes à la Dubout (Albert, le Palavasien) où les références locales se nichent jusque dans les moindres détails (publicités,  photographes taurins, journaux locaux, boissons anisées, etc.) Et si Lise Gros fait partie de l'aventure pour la relecture, ce n'est pas étonnant, on connaît son amour des courses et son humour qui se retrouvent dans son dernier ouvrages Galéjades camarguaises.
Pour être complet sur le sujet, il faut souligner, qu'au-delà de la vision rigolote, l'ouvrage propose une réflexion sur la course camarguaise et un témoignage  sur l'héritage et l'évolution des langues méridionales.

Martine ALIAGA

 

 

* Du même auteur, René Domergue, professeur et sociologue : Des platanes, on les entendait cascailler, La parole de l'estranger, L'intégration des Pieds-Noirs dans les villages du midi. Site : www.renedomergue.com 

* On peut trouver Avise, le biou ! dans les papeteries et librairies de la zone taurine. 15€

08/03/2007

Les mots pour comprendre

Réservé aux novices. Pour entrer en bouvine, voici quelques mots-clefs pour survivre dans une arène ou se fondre dans une conversation d'afeciouna pendant une vote. Il ne s'agit pas d'un dictionnaire, mais d'une liste de mots d'usage expliqués d'une manière simple.

medium_AIMARGUES_Aurochs_006.JPG

 

PREAMBULE: les courses camarguaises opposent dans les arènes, les raseteurs (hommes en blanc) et les cocardiers (taureaux). C'est un art, une tradition, un sport. Les meilleurs taureaux font de véritables carrières (jusqu'à une dizaine d'années), ce sont eux les vraies vedettes. Ils sont l'objet d'un véritable culte et sont parfois statufiés. Ne surtout pas confondre la course camarguaise avec la corrida, le taureau-piscine ou la course landaise. Chacune de ses disciplines a son bétail adéquat et ses qualités propres. Le taureau camarguais n'a rien à voir avec le toro de combat espagnol, ni sa morphologie ni son caractère, ni sa finalité. Pour les taureaux-piscines, les bêtes utilisées sont des vaches emboulées. En course landaise, le bétail est issu de croisement.

ABRIVADO: action d’amener les taureaux des prés aux arènes encadrés par les gardians. Aujourd’hui, le plus souvent, l’abrivado se passe de char à char, néanmoins dans certains villages, l’abrivado "longue" se pratique toujours. Ce sont les plus belles. Le soir, pour le retour des bêtes au pré, c’est la bandido.

AFECIOUN: attachement, ferveur. L’afeciouna aime les traditions, les taureaux. Il a la fé di bioù, l’amour, la foi pour les taureaux.

AMAILLER: ramener une bête avec les autres, les grouper.

ANOUBLE: veau d’un an.

ARRIBER: aller nourir les bêtes.
ATTRIBUTS: en course camarguaise, le taureau qui entre en piste est encocardé. Il porte une cocarde (petit bout de chiffon rouge) entre les cornes, un gland (blanc) à chaque corne, un frontal (ficelle passant derrière les cornes), une ficelle enroulée à la base de chaque corne. Les raseteurs gagnent des points et de l’argent en levant ces attributs.

BAILE, BAILE-GARDIAN: celui qui s’occupe des bêtes.

medium_AIMARGUES_LOU_SAR_004.2.JPGBARRICADIER: taureau qui, pendant la course, termine le plus souvent ses actions en tapant les barrières ou en se soulevant à la poursuite du raseteur (photo Luc PERO).
BIOU: mot générique pour tous les taureaux de Camargue. Désigne aussi le taureau castré. A l’inverse du taù qui est l’étalon.
BISTOURNAGE: castrage des taureaux.
BOUVINE: la bouvine englobe tout qui touche aux taureaux Camargue. C’est l’équivalent du "mundillo"  en tauromachie espagnole.

CAPELADO: défilé des raseteurs en début de course. Equivaut au paséo en corrida (Photo ci-dessous).medium_CAPELADO.JPG

CHAR: le camion aménagé pour transporter taureaux ou chevaux.
COCARDIER: taureau de course camarguaise en général, et plus particulièrement taureau qui défend ses attributs avec domination et bravoure.
CROCHET: instrument dont se servent les raseteurs pour lever les attributs.
DESPEDIDA: mot espagnol. La despedida d’un taureau ou d’un raseteur…, la dernière fois qu’il se montrera en piste.
DOUBLEN: bête de deux ans ; ternen: trois ans ; quatren: quatre ans.
EMBOULAGE: boules de métal mises sur les cornes des taureaux ou des vaches pour éviter les accidents. Par exemple, les élèves des écoles taurines rasétent des taureaux emboulés. Pendant l’abrivado, les taureaux portent des gaines de cuir.
ENCIERRO: mot espagnol. Les taureaux sont lâchés dans un endroit clos, le plus souvent la place d’un village pendant la fête pour faire amuser les afeciouna.

ESTRAMBORD: joie, liesse des fêtes camarguaises.
ESTRIBO: en piste, petit marchepied au bas des barrières où prennent appui les raseteurs pour sauter ou les taureaux pour se dresser.
LAUPIO: abri, auvent devant les mas.
PELOT: manadier, propriétaire de l’élevage.
medium_Raset_Marquier.JPGRASETEUR: habillé de blanc, crochet en main, ces jeunes hommes se mesurent aux taureaux dans les arènes.
SIMBEU: taureau dressé pour aider les gardians à manœuvrer les bêtes.
TRIER: en pays, à la manade, séparer les bêtes choisies du reste du troupeau.

VOTE : fête votive.