Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/09/2016

PALAVAS-LES-FLOTS *ETALONS*

Course du samedi 24 septembre 2016

Huit étalons à la Feria d'automne

blogetalon.jpg

Le tout jeune étalon de Rouquette
dans l'action du jour après Icham Oufdil

Tout frétillants, tout naïfs et bruts de décoffrage, les huit jeunes étalons (entre 2 et 5 ans) ont montré leurs qualités naissantes pour la Feria d’automne. Les huit raseteurs jouent pianissimo dans cette grande piste mais l’ensemble se laisse regarder. Le Cavallini (7e) et Layalle (3e) allient esprit bagarreur et vaillance ; Le Levant (5e), le Lautier (1er) s’améliorent en s’intéressant au jeu ; le Fabre-Mailhan (2e) et le Saumade (6e) passent leur trop plein d’énergie en de multiples sauts ; le Nicollin (4e) reste inconstant tandis que le Rouquette (8e) gratifie Oufdil et les gradins de la plus belle action de l’après-midi. Le public moitié festejaïres moitié bouvinaïres a apprécié.

Difficile de juger des qualités futures de ces cocardiers tout jeunes et "entiers", au vu de la grandeur de l'ovale, et face à des raseteurs expérimentés. Alors juste quelques lignes sur chacun d'eux pour une vision d'ensemble de la teneur de la course.

Le N.065 de Lautier allie le placement et une belle vaillance, plus une finition corne pointée après Miralles. Une jolie série rythmée sur la fin.

Le N.333 de Fabre-Mailhan affiche des velléités d'évasion contante. Il se disperse et passe beaucoup de temps en contre-piste.

Le N.334 de Layalle surprend. Placé ou le long des planches, il se montre bagarreur et peut se dresser en finition. Ne refuse rien, enchaîne de bon coeur et se soulève. 9'30 de qualité.

Le N.326 de Nicollin sort, tout vibrant de rage. Quelques rasets et saute, se promène, se disperse, se cabre dans l'action; 1 finition avec bascule après Miralles, un peu plus de stabilité sur la fin mais reste trop inconstant.

Le N.129 du Levant se laisse facilement distraire et séduire par la contre-piste au début. Entrepris, se prête au jeu, se livre. Petit à petit, trouve du placement et s'intéresse. 

Le N.333 de Saumade, véloce et sauteur, les hommes se méfient. Pas attaqué, il multiplie les évasions. Sur le raset, il reste en dedans et ne se livre pas. 

Le N.340 de Cavallini, gros gabarit, attentif et fonceur, les blancs passent au large. Quatre rasets un peu secs mais l'étalon repart de plus belle, se place, et vient avec fougue sur chaque cite. De la tenue, des enchaînements avec conviction permettant de bons échanges. 9'30.

Le 411 de Rouquette, leste et vif, il saute allègrement d'autant qu'il n'est pas submergé de travail. Oufdil part à l'aventure, pleine piste, le jeune étalon le rattrape et s'envoie après. Dommage qu'il passe trop de temps dans le pourtour. Mais bon, c'est de son âge.

Texte et photo
MARTINE ALIAGA

26/09/2015

PALAVAS-LES-FLOTS *ETALONS*

Samedi 26 septembre 2015

Frustration !

Le public a exprimé sa frustration à l’issue de cette course d’étalons qui a sérieusement manqué de travail. 3 cocardes, 10 glands et 14 ficelles qui rentrent, ça fait beaucoup! Et malgré les efforts de Julien Ouffe le plus impliqué, la monotonie voire l’ennui ont envahi les gradins. Et pourtant, parmi les huit beaux spécimens, certains ont laissé deviner de réelles qualités.

Priam du Pantaï (6 ans) ouvre les débats montrant de bonnes dispositions dans sa gestion de la piste. Sollicité, il se jette dans le raset sans trop aller au bout. Et garde son 2e gland. Le magnifique Sobrero de Vellas (5 ans) est, lui aussi, vite en place. Il en impose. Mais qui pour le premier raset? Le fauve garde son terrain et se jette après l’homme. Ouffe, Sanchez sont prestement ramenés et l’explosion après Alarcon est grandiose. Tous les attributs au toril. Calme, le tout jeune Tatane de Lautier (5 ans) se montre bravet sur le raset, saute dans l’élan et perd beaucoup de temps en contre-piste. 1 jolie série. Ramène ses glands. C’est un bébé, Cardet ! Le Laurent a 3 ans, démarre sur tout ce qui bouge avec fougue. Montre sa vaillance sur une très longue série en musique. Puis se laisse raseter sans assurer la finition. Rentre une ficelle. 

Brut de décoffrage, Beluguet de Nicollin, toujours dans le terrain des planches, affiche de l’envie par quelques belles interventions frappantes après Ouffe. Mais ses nombreux sauts coupent sa prestation. En même temps, il n’a que 3 ans ! Rentre tous ses attributs. A grandes foulées, Madiba de Blatière-Bessac (4 ans) fait admirer son physique avantageux. Bien positionné, il attend longtemps. Entrepris, il se livre sincèrement dans de beaux enchaînements et rentre 1 ficelle. L’expérimenté Cupidon de Cavallini (8 ans) n’attend que les blancs pour étaler sa pointe de vitesse et sa violence en finition. Il faudra attendre la 7e minute, pour une invite de Ouffe méchamment conclue. Une action sur Caizergues et ce sera tout. Rentre sa cocarde, un gland et le reste. palavas,étalons,course camarguaiseCherchant le combat, Picasso de Chaballier (4 ans) “monte” sur les hommes. Se place, pour quelques passes de loin. Un vrai coup de barrière sur Ouffe où il bascule. Montre son agressivité et des qualités prometteuses. Seule sa cocarde lui est ravie.

MARTINE ALIAGA

Entrée: 500 à 600 personnes environ. Organisateur: CT Fiesta y Toro. Président: Jacques Valentin. Raseteurs droitiers: Aroca, Caizergues, Chig, Fougère. Gauchers: Aliaoui, Alarcon, Ouffe, Sanchez. Tourneurs: Arnel, Joseph.

14/07/2010

TAU A CAVAILLON

 

affiche 17 juillet copie.jpg

30/10/2009

FINALE DES TAU AUX SAINTES

Mercredi 28 octobre 2009 : finale des courses de tau Marcel-Mailhan


SUCCÈS MÉRITÉ

SAINTES.jpgArènes bondées, temps estival, mercredi dernier, la course finale des tau Marcel-Mailhan organisée par le Parc Naturel régional de Camargue s’est taillé un beau succès. Un succès populaire qui, au fil des années,  ne se dément pas pour une course qui n’a pas déçu. Les stagiaires FFCC (à droite Chekade, Gautier, Sanchez ; à gauche Martin, Favier, Rassir, Alarcon ; tourneurs Martinez, Fouque) ont raseté proprement avec envie et rigueur. Et si les récompenses finales sont décernées à Chekade (1er), Gautier (2) et Favier (3), les félicitations vont à l’ensemble.
Fantasques, agressifs,  volontiers fugueurs, parfois distrait, naïfs... Tous ces tau, entre 3 et 5 ans,  ont montré à des degrés divers ces traits de caractère. Les plus aptes à participer au jeu ont été distingués :  le Lautier, 1er ; 2e le Guillierme, 3e le Fabre-Mailhan ; le Lagarde aurait pu y prétendre.
Dans l'ordre de sortie, le très beau N.645 de Raynaud s’est montré fugueur et pas trop intéressé. Celui d’Aubanel-Baroncelli, N.5108, a mis du jus dans les poursuites notamment surles gauchers mais a volontiers campé en contrepiste.
Le N.563 de Guillierme, 3e, a paru le plus complet et le plus prometteur. Il montre du moral jusqu’au terme de ses 10 minutes, avec une bonne occupation de la piste. Dans les séries qu’il honore sérieusement, il ponctue de la corne. Tour à tour les stagiaires le cite proprement et le tau plonge avec envie dans des poursuites poussées.
Le N.431 de Lautier, 4e, surprend. Un petit gabarit vif qui anticipe et poursuit avec détermination. Les raseteurs lui servent de belles longueurs en musique. Trop en confiance, Favier se fait surprendre et renverser pleine piste (voir photos ci-dessous) Avec sang-froid, le raseteur se sauve des cornes. Mais la séquence a été émotionnante.

A la reprise, le L’Ilon N.657 a eu plus de cœur à s’échapper qu’à poursuivre  manquant de conviction. Le N.576 de Fabre-Mailhan est un bel exemplaire qui s’offre généreusement sur tous les cites. Des séries rythmées souvent conclues avec cœur où il laisse sa 2nd ficelle à la 7e minute. Le N.519 de Lagarde met toute sa puissance à couper le terrain de ses adversaires. Toujours bien placé, il est attentif et signe de beaux engagements. Quant au Martini, N.601 même s’il ne refuse rien quand il est bien pris par les blancs, ses désirs d’évasion l’ont empêché de se concentrer.

Martine ALIAGA
* Les vainqueurs de la finale ont été récompensés en fin de course mais la remise des prix décernés sur l'ensemble des courses se fera prochainement au Relais culturel des Saintes-Maries-de-la-Mer.

 

LE " TAU " DE LAUTIER VAINQUEUR
CORRIGE SERIEUSEMENT M. FAVIER

DSC09568.JPG
DSC09569.JPG
DSC09570.JPG
DSC09571.JPG
DSC09572.JPG
DSC09573.JPG
DSC09574.JPG
DSC09575.JPG
DSC09576.JPG
DSC09577.JPG
DSC09578.JPG
Photos Luc PERO

12/08/2009

LANSARGUES "ETALONS" 10-08

 

TAU.jpg
Le 620 de A et Y Janin.
Une bien belle entrée pour ce concours de tau, avec les manades Janin, Fabre-Mailhan, Pantaï, Les Termes. Hélas seulement quatre raseteurs qui ont fait au maximum de leurs possibilités. Malige à droite, Joseph, Fargier, L. Galibert à gauche. Deux tourneurs Patou et F. Garrido. Les huit étalons ont eu des comportements divers mais ne se sont jamais montrés ennuyeux. Pour la présentation les deux Janin et les deux Mailhan avaient fière allure.
Luc PERO

30/10/2008

LES SAINTES MARIES DE LA MER

Mercredi 29 octobre: finale des courses de tau Marcel-Mailhan

LE PUBLIC ET LE FROID


SAUMADE-Oufdil.jpg
Les vainqueurs, le n° 513 de Saumade et Hicham Oufdil

La plus grande réussite du Parc régional de Camargue est d'avoir fait de la finale des tau, le rendez-vous incontournable de l'arrière-saison. Mercredi, aux Saintes, les arènes sont pleines malgré le froid, malgré le peu d'intérêt des courses de sélection précédentes, malgré l'entrée payante (8 euros). Tant mieux ! Cela prouve que le plaisir de se rencontrer entre gens de bouvine prime parfois sur la qualité des taureaux présentés. On sait ce que l'on va voir aux Saintes... des tau aux comportements totalement imprévisible, des jeunes raseteurs au talent encore esquissés et surtout des acteurs de la course camarguaise (manadiers, raseteurs, organisateurs)... et des copains avec qui tchatcher. Tous les ingrédients étaient réunis pour cette finale et même si les taureaux ne "cassaient pas trois pattes à un canard" avec des tau très "sages",  le Parc pouvait être satisfait de l'après-midi.
Au final, on retient l'exemplaire de L'Occitane (3e) pour son physique et son comportement les plus adéquats aux critères demandés à un tau ; celui de La Salériène (5e) qui a apporté un peu de difficulté ; le Saumade (6e) agressif au début puis séries bien enchaînées ; le Raynaud (4e) très vif au départ et quelques actions où il met la corne ; La Galère (1er), brave et qui permet de beaux gestes ; L'Ilon (2e) un peu distrait mais quelques poursuites appuyées ; Richebois (7e), brave pour des séries et le Chauvet (8e) peu intéressant.
Les jeunes raseteurs (Oufdil, Sanchis, Imbert à droite,;Aliaga, Alarcon, Sanchez à gauche) se sont montrés appliqués. Oufdil ressort, une fois de plus de l'ensemble, par sa maîtrise, son calme, et l'attention qu'il porte à bien placer son crochet. Les autres, par moments, expriment de belles qualités.
Martine ALIAGA

Les prix de la finale
Meilleur tau : Saumade; 2. Occitane; 3. Raynaud.
Raseteurs : 1. Marc Sanchez; 2. Imbert; 3. Sanchis
(Oufdil, déjà récompensé du prix du meilleur raseteur
sur toutes les courses étant hors concours)

01/11/2007

LES STES-MARIES-DE-LA-MER : FINALE DES TAU MARCEL-MAILHAN

MERCREDI 31 OCTOBRE

e850f98346b890a25c83c1d1fb790d04.jpg

UN BOCH QUI AIME LA PRESSION

Entrée: Plein. Organisateur: Parc Naturel Régional de Camargue. Présidence: J. Valentin. Raseteurs droitiers en première partie: Ayme, Charnelet, Douville, Taulemesse. 2e partie: Chig, Gros, Jodar, Santelli. Raseteurs gauchers en première partie: Ghorzi, Sanchez. 2e partie: Gibelin, Sanchez. Tourneurs: Lebrun, Ranc.

Des arènes combles pour la 25e Finale des taù Marcel-Mailhan loin de soulever l’enthousiasme. Les taù sensés être bondissants et pleins de folie se sont révélés calmes et cocardiers. Le Boch remporte le premier prix avec sérieux, le Lautier est second (?) Le Gillet est un brillant troisième. Le Chapelle et l’Aubanel Baroncelli pouvaient intégrer ce trio. Pas de leader blanc mais Gros toujours à la pointe du combat est logiquement récompensé, Ayme (2nd) a de la technique, Sanchez (3e) est volontaire comme Charnelet.

Calme et vaillant, le JONCAS (1er, n° 355)  frappe sur Charnelet et Taulemesse mais ne se force pas sur toutes ses poursuites. Le seul à concéder tous ses attributs mais sur la sonnerie. 2 Carmen. Le GILLET (2e, n° 311) ne se laisse pas manœuvrer facilement. Son anticipation tête basse et cornes en avant crée la difficulté mais il sait aussi percuter fort après Charnelet. Un comportement de cocardier. 2 Carmen. Le CHAPELLE (3e, n° 329) est rapide et va jusqu’au ras des planches. Il manque de pression mais s’échauffe au fil des sollicitations. Il frappe après Charnelet, se fait respecter et conserve ses ficelles. 3 Carmen. Rapide, imposant et l’œil vif, le FABRE-MAILHAN (4e, n° 330) impressionne et fait avorter les tentatives jusqu’à la troisième minute. Il se blesse seul à la patte et réintègre le toril. Dommage. Sauteur,  le CUILLE (5e n° 349) fait preuve de bravoure mais plus les raseteurs insistent et plus la fatigue se fait sentir. Il est volontaire mais lourd et ses actions sont à retardement. 1 Carmen. Craint, le AUBANEL BARONCELLI (6e n° 398) chasse, se tourne vite et finit cornes aux planches. Classique, il se place, contrôle et ne refuse rien. Volontaire, il conclut chaque poursuite. 3 Carmen. D’un gros gabarit, le BOCH (7e n° 229) avec un an de plus n’est pas un tendre. Il se jette franchement sur le raset et finit fort à la sortie. Il excelle sur les séries, enferme Gros, offre un final intéressant et percute sur Santelli au plus fort de la pression. 8 Carmen. Vif, le LAUTIER (8e, n° 310) surveille et attend mais du centre. De cette position il enferme Gros à deux reprises et percute Santelli et Chig de façon positive. Sa position centriste s’avère négative mais s’il corrige ce défaut il sera à revoir. 3 Carmen.

Eric AUPHAN 

13/09/2007

LES SAINTES MARIE DE LA MER le 12-09 *Taù*

medium_DSC_7806_copie.jpg

 

Pour cette deuxième course de Taù, les arènes des Saintes étaient archi-combles. Le soleil brûlant les gradins qui n'ont eu guère l'occasion pourtant de s'enflammer. Une bien petite course ou seul l'étalon n° 468 de la manade JC. Blanc est à créditer d'une bonne course. A un degré moindre le n° 345 de Labourayre n'a pas mal fait. Pour le reste BOF !
Pour les jeunes raseteurs pas de surprises ce sont les mêmes que d'habitude qui animent ce concours: AYME, GROS, BRUSCHET.

Texte et Photos L.PERO

medium_TAU_1.jpg
Romain GROS ne ménage pas sa peine pour animer.
medium_TAU_2.jpg
Intéressant le Taù de Jean claude BLANC
***************
RITUELLE BANDIDO
medium_BA_1.jpg

medium_BA_1_5.jpg
medium_BA_2.jpg
medium_BA_3.jpg