Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/06/2014

LA GRANDE MOTTE *AS*

 la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaise

Dimanche 29 juin 2014

Des cocardiers pour tous les goûts
 
Le Trophée de la Ville à Auzolle et Escamillo
 
Entrée : 1/2 arène. Organisateur : CT Lou Gregau. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Ayme, Auzolle, Chekade, Gleize, Valette. Gauchers : Aliaga, A. Benafitou, Ouffe, Mebarek. Tourneurs : Garcia, Khaled, Sanchez, Bensalah, Kerfouche.
 
la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaiseDes costauds, des compliqués, des virevoltants et des plus statiques, bons partenaires ou plus retors, le CT Lou Gregau a fait dans la diversité pour monter son plateau qui au final fait une bonne course avec ses hauts et ses bas.
Les hommes ont été entreprenants la plupart du temps. Auzolle est distingué, avec Ayme, Chekade, Aliaga et Ouffe, il a fait le plus gros du travail. Il remporte le Trophée de la Ville avec Escamillo de Raynaud.
Photo Valette avec Marcel Lautier, président du CT Lou Gregau
Benjamin Valette, pour sa dernière année de raseteur et sa fidélité aux arènes Juan-Batista est honoré.
la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaisePhoto Fanfaroun avec Aliaga
Fanfaroun
(Rousseau).- Prend une rafale aux premiers attributs. Avec un peu plus d’espace aux ficelles, se montre plus ccopératif avec les gauchers mais c’est sur Auzolle qu’il s’envoie en musique. A force d’être gratté, il joue des cornes sur les droitiers. A son rythme, entre retenue et investissement, il rentre ses ficelles.
la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaisePhoto Renard et Chekade
Renard
(Brestalou).- Leste et vite retourné, il joue toutes actions franchement. Ça lui tombe dessus et, sans se poser, il offre toute sa bonne volonté. Quelques anticipations, de belles longueurs (Ayme, Chekade), il enchaîne et rien ne le rebute. Se place, grosse enfermée sur Chekade et séries. 8’30 de vaillance. 4 Carmen et retour.
Quassard (Plo).- Se déplace le long des planches, balade les hommes, n’accepte aucune reprise, baisse la tête au contact, enferme, anticipe parfois (Ayme, Chekade)... Bref, il complique le jeu. Les blancs tergiversent. Aliaga quiché, Chekade dans la longueur, Quassard aux fesses. Les raseteurs ne trouvent pas la clé et il rentre ses ficelles.
la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaisePhoto Escamillo sur Ayme
Escamillo
(Raynaud).- Une volée et quelques tampons aux pompons. Il montre vite son caractère violent. Sans se jeter pour rien, il s’engage dans de gros coups aux planches dont deux magistraux (Ayme, Aliaga). Dans un second temps, il se décale des bois et là se montre moins complice demandant plus d’investissement. Laisse sa 2e ficelle presque au terme. 6 Carmen et retour.
la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaisePhoto Balzac - Auzolle
Balzac
(Lautier).- Il mitraille en rafale, à chaque action, un tampon, jusqu’à la 8e minute. Après alterne, soit il reste sourd à la pression soit il s’envoie avec cette corne qui balaie dangereusement les mollets à la conclusion... Irrégulier, rentre une ficelle. 8 Carmen et retour.
Fétiche (Joncas).- Droite-gauche, sans interruption, les rubans volent en moins d’une minute. Aux ficelles, les blancs tergiversent lorgnant sur le nombre de tours. Finalement, ils s’y mettent. Jamais rassasié, Fétiche est au diapason pour de longues séries où il pousse fort. 12 minutes rythmées avec 2 Carmen.
Platon (Nicollin, hp).- Raccompagne avec toute sa bonne volonté dans de belles poursuites mais manque la note spectaculaire. Des Carmen.
 
Texte et photos
MARTINE ALIAGA
 
Trophée des As : Auzolle, 22 points ; Chekade, 13 ; Ayme, 8 ; Ouffe, Aliaga, 6.
Trophée des Raseteurs : Gleize, 20 points; Valette, Mebarek, 4.
 
▼ Quassard et Chekade

la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaise

Escamillo sur Aliaga

la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaise

▼ Fetiche sur Auzolle

la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaise

*********************

En ouverture de la course deux taureaux emboulés de la manade Chaballier font le spectacle, travaillés par les élèves de l'école de raseteurs de Baillargues. Du bon spectacle, des jeunes taureaux et raseteurs prometteurs

la grande-motte,as,auzolle,escamillo,course camarguaise

************************

 

13/10/2013

ARLES *FINALE DU TROPHEE DES AS*

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Dimanche 13 octobre 2013

Ratis et Icare emportent le public

Temps idéal, grosse entrée (plus de 9000 spectateurs), cette finale donne satisfaction. Autour du Biou d'Or Ratis et de la manade Raynaud, l'adhésion est totale et le cocardier reçoit une ovation dès son entrée en piste.

Icare, lui, dans un registre totalement barricadier, se déchaîne jusqu'à ses dernières forces et remporte le prix du meilleur cocardier de la finale.

Daudet affronte la tempête des premiers assauts mais garde bon cap et ses ficelles. Baroudeur joue d'une sévérité extrême peu servi par les hommes et notamment les gauchers étrangement absents. Sylvérado étale sa générosité et sa rigueur au ras des planches.

Garlan produit une course sérieuse et rigoureuse. Le Biou d'Or 2011 2012 ne se laisse mener qu'en tout début de course. Aux ficelles qu'il rentre, c'est une autre histoire. Horacio trouve son compère Bruschet, pour les plus belles trajectoires. Le cocardier a du moral et du peps et s'il s'octroie 2-3 minutes un peu raides c'est pour mieux terminer son quart d'heure en dominateur, avec Bruschet, naturellement.

Ratis affirme ses qualités cocardières. Le Biou d'Or, cul aux planches, ne livre pas ses attributs, il faut venir les chercher et le provoquer. Là Poujol lui offre ses plus beaux cites pour des finitions violentes, à droite Auzolle n'est pas en reste. Mais c'est Four qui s'offre l'embellie du jour avec la 1re ficelle à 2 400 €.

Quant à Icare, c'est un feu d'artifice qu'il offre, des coups en veux-tu en voilà avec méchanceté et force ; bascules en contre-piste ; fracas aux planches. Il ne s'arrête jamais pour un final à la hauteur.

MARTINE ALIAGA


Après la capélado composée de la Gardounenque, les Arlésiennes d'époque napoléonienne, les gardians accompagnés d'amazones, la reine d'Arles et ses demoiselles d'honneur ainsi que Napoléon III et l'impératrice Eugénie arrivés en calèche, la 62e finale s'avère un bon cru.
Une première partie honnête même si Baroudeur est raide. La seconde apporte l'émotion avec Ratis et surtout Icare explosif auteur d'un final endiablé. N'oublions pas Horacio craint et Garlan plus à l'aise aux ficelles. Chez les blancs, Auzolle est un leader charismatique qui prend ses responsabilités, Sanchis et Gros épatent par leur engagement. Poujol étale sa classe et Chekade est opportuniste. Les autres s'impliquent par moments à tour de rôle notamment Bruschet avec Horacio.

En vieux briscard DAUDET (Fabre-Mailhan) laisse passer l'orage, percute Chekade (3) et Gros (3). Dans la bourre, ses changements de terrain sont opportuns. Son coup de tête lui permet de conserver son second gland jusqu'à la neuvième avec un penchant pour les droitiers. Sur une dernière puissante action après Gros, il se blesse à la patte et conserve wses ficelles en musique jouée à 5 reprises.
Par son placement cul aux planches, BAROUDEUR (Martini) fait une sélection rigoureuse qui demande un engagement sans faille. Romain Bruschet et Gros s'y attellent. Aux ficelles, scotché aux bois on autorise les tourneurs dans le pourtour et Auzolle passe in-extremis. Borgne et peu  raseté à gauche sa course est très dure. 4 Carmen et retour contesté.
S'il perd ses rubans en trois minutes, SYLVERADO (Saint Gabriel) poursuit avec conviction cornes au ras des planches. Aux ficelles, raseté sur un rythme soutenu, il se livre avec beaucoup de volonté et quand l'occasion se présente il conclut tête baissée. Un vaillant qui rentre une ficelle. 6 Carmen et rentrée.

Immédiatement placé à son avantage, GARLAN (Les Baumelles) subit cinq minutes aux rubans. A 13 ans ses réactions sont moins tranchantes mais aux ficelles grâce aux rasets engagés des hommes, il se reprend et réalise les poursuites dangereuses qu'on lui connaît. Il termine dominateur. 7 Carmen et rentrée très applaudi porteur de ses ficelles.
Rapide, HORACIO (Cuillé) est décidé mais perd ses attributs en deux minutes trente. Bruschet en tire le meilleur avec des rasets limpides. Difficile à approcher, il se jette fort et déboule à fond jusqu'aux planches. Sa course est sérieuse et va crescendo terminée par une émotionnante enfermée après Bruschet. 6 Carmen et retour.
Ovationné à son entrée, RATIS (Raynaud) se place idéalement mais perd ses rubans en trois minutes trente. Aux ficelles, il enclenche la machine à coups de barrières sous l'impulsion de Poujol et les gauchers mais sur Auzolle l'impact aussi est très puissant. Ayme passe juste puis Poujol l'attire dans un grand raset. Il termine brillamment et peut prétendre à une place de quatrième. Il rentre une ficelle sous l'ovation du public debout. 9 Carmen et retour.
ICARE (Paulin) va t'il chercher une telle énergie. Dès l'entame il se cabre, se catapulte, tamponne aux trousses des blancs motivés. Ses actions (plus d'une vingtaine) sont d'une violence inouïe et malgré les coups il fait preuve d'une volonté incroyable. Sur Auzolle il brise les planches à trois reprises et bascule en contre piste deux fois après avoir tordu un pilier. Il termine épuisé mais conquiert le  jury. 9 Carmen et retour sous l'ovation et le prix de la finale.                                  

ERIC AUPHAN

(PHOTOS MALI, CHRISTIAN ITIER, ERIC AUPHAN à suivre)

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Daudet (Fabre-Mailhan) se dresse après Gros

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

 Bruschet démarre à la tête de Baroudeur (Martini).

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Sylverado (Saint Gabriel) avec Bastien Four.

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Poursuite de Garlan (Les Baumelles) sur Anthony Ayme

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Le Bioù d'Or Ratis (Raynaud) avec Hadrien Poujol

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

Icare (Paulin) brise la planche après Loïc Auzolle.

Entrée : un gros ¾ d’arène. Org. : SA Jalabert Frères. Présidence : Claude Chevalier. Raseteurs droitiers : Auzolle, Ayme, Bruschet, Chekade, Gros, Sanchis. Gauchers : Errik, Favier, Four, Lafare, Martin, Ouffe, Poujol. Tourneurs : Bensalah, Cuallado, Fouque, T. Garrido, Kerfouche, Sanchez.

Trophée des As : Auzolle (14) Four, Sanchis (9) Gros (6) Chekade, Lafare (5) Ayme, Bruschet (3) Érrik, Favier, Poujol (2)

Palmarès 62e Finale du Trophée Taurin

1er Auzolle, 532 points ; 2. Allouani, 508 ; 3. Chekade, 379 ; 4. Poujol, 308 ; 5. Errik, 282.

Bioù d'Or 2013 : Ratis, manade Raynaud

Meilleur taureau de la finale : Icare, manade Paulin

**********************************************

Le Show aux planches signé Icare meilleur taureau de la finale

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

 

 arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

arles,finale du trophée des as,ratis,auzolle,course camarguaise

17/10/2010

59e FINALE DU TROPHEE TAURIN - "MIDI LIBRE - LA PROVENCE"

Dimanche 17 Octobre 2010 - Finale du Trophée des As

 

SANS HOMMES, SANS LEADER
LA FINALE PERD DE SON ATTRAIT

*****************

GuepardAuzo.jpg
GUEPARD, AUZOLLE LE DUO GAGNANT POUR 2010

auzo10x10.jpgIls étaient dix plus cinq tourneurs, à défiler pour la capelado (somptueusement orchestrée par le maître d'oeuvre Patrice Blanc). Ils ne sont plus que neuf aprés la sortie de Four au troisième cocardier. Pour une finale l'effectif est bien maigre surtout dans le vaste plan nîmois. Il restait donc des places pour participer à cette fête... Ces messieurs les rasibles, si critiques lorsqu'ils ne peuvent pas rentrer en piste quand le quota est atteint n'ont pas daigné revêtir la tenue blanche ? Quoi qu'il en soit ce manque d'opposition général et l'absence d'un véritable patron de la piste a fortement nui au spectacle. Des bons moments on en eût grâce au travail irréprochable de Christophe Clarion l'homme du jour et aux rasets stylés d'Hadrien Poujol. Quand aux autres Auzolle, Outarka, Moutet, Gleize, Marquier, Ouffe, Adil Benafitou c'est avec prudence qu'ils ont géré et ménagé leurs efforts.
Dans ce contexte les taureaux ont pu facilement survoler les débats. RODIN s'octroie le prix du meilleur cocardier de la  finale, GERICAULT trés bon premier avait sa chance aussi. PASTEUR peu raseté donne l'impression de dominer et GUEPARD malgré une pression insuffisante fournit une course digne de son titre.

GERICAULT de Chauvet, un excellent premier qui se plaît quand la bataille fait rage. Il répond alors par de belles poursuites qu'il termine par de nombreux coups de barrières. Sachant intelligemment changer de poste de combat il ne se laisse pas berner et rentre ses ficelles aprés avoir ecouté six fois la musique.
EMBRUN de Nicollin, surtout gaucher il s'illustre sur les belles provocations de Clarion et Poujol. Il manque de pression et ne peut s'exprimer que dans les deux dernières minutes lorsqu'il défend avec véhémence sa première ficelle qu'il rentre au toril. Cinq Carmen.
PASTEUR de Fabre-Mailhan, entre sévère réserve et maîtrise cocardière mon coeur balance... Le fait est que, cul collé aux planches il inspire la crainte. Seuls les cites trés engagés sont honorés avec danger au bout (Four jambe coinçée  la planche). Un gland aux Bernacles, musique quatre fois et bronca pour les hommes.
rodinClarion.jpgGUEPARD de Cuillé, ce n'est pas parce qu'on est sacré Biou d'Or 2010 qu'il faut changer ses habitudes. Alors Guépard promène dans tout l'ovale nîmois, mais surveille tout ce qui se passe autour de lui. Les attaques avortent grâce à son oeil de Lynx (non de Guépard !) et les poursuites acceptées sont conclues de façon magistrale et criminelle trés haut sur les barrières. Les adversaires à sa mesure manquent et le cocardier peut rentrer fièrement sa seconde ficelle (2200 €). Musique et ovation au retour.
YVAN du Pantaï, l'ombre de lui même, pas d'anticipations fulgurantes, un minimum de réactions positives, c'est languissant. Un jour sans...
RODIN des Baumelles,► c'est une promenade de santé pour le biou des Saintes. Cocardièrement positionné il va attendre les sollicitations qui ne viendront qu'à la dernière minute pour défendre sa première ficelle que lui ravit A. Benafitou sous une virulente bronca. Le prix du jour pour son sérieux, des Carmen et des applaudisements nourris.
MATHIS de Lautier, le Biou d'Or 2006 à encore quelques beaux restes, il sait et peut se propulser très fort contre les planches. il offre quelques beaux engagements, mais aujourd'hui rien n'était
vraiment fait pour briller, alors le minimum c'était déjà pas si mal.

Texte et Photos Luc PERO

 

GeriPoujol.jpg
Deux satisfactions de la journée, GERICAULT et H. Poujol

 

23/08/2010

VAUVERT *AS*

Dimanche 23 Aout - Trophée Camargue Médical

AUZOLLE D'UN PETIT POINT

CLARION.jpg
Christophe CLARION auteur des plus beaux cites du jour
9X12.jpgUne petite demi-arène, peu d'ambiance, peu d'argent sur la tête des taureaux, travail au compte-gouttes, hier on était dans les "Minimas" à Vauvert. Le Trophée Camargue Médical revient donc à Auzolle qui devance d'un petit point Villard. Benjamin s'adjuge le prix du meilleur animateur. ATHOR► de Daumas reçoit le prix du meilleur cocardier sur l'ensemble de la compétition, pas sur sa prestation du jour. Michel Bourrier au micro invite Auzolle, Villard, Moutet, Jourdan, Clarion, Poujol, Cartalade, Khaled et leurs cinq tourneurs à prendre part à la Capelado.
SAMSON de Saumade, cinq minutes trente de présence et un Carmen inutile en course.
CAMPARDIN de Blanc, il répond avec bravoure dans des séries où il subit mais resiste douze minutes cinq fois honorées.
EMBRUN de Nicollin, bien "mollégas" le biou ! Puis aux ficelles il gagne en tonicité pour faire des frayeurs à Khaled qui rate le marche-pied, à Moutet imprudemment engagé. Belles actions sur Clarion et cinq Carmen dont deux bien généreux.
ANDALOU de Blanc-Espelly, calé devant le toril il est moins dominateur qu'à son habitude. Entre sérieux et grande réserve la différence est bien mince. La première ficelle (700 Euros) à Poujol sur la sonnerie. Trois Carmen.
ATHOR de Daumas, pas dans un grand jour non plus ! Il saute seul, manque de mordant mais n'a pas la pression qui lui convient. Rentre ses ficelles (800 Euros) et deux fois la musique.
CHOUAM de Blatière-Bessac, sauteur, fuyard, une embardée et deux coups de barrières ne justifient pas la musique une fois, en course.
Pour clôturer MADEMOISELLE, la Cocardière d'Argent de Blatière-Bessac faisait à 15 ans ses adieux à la piste qui l'a vu débuté. Ce n'était pas le jour, elle rentre sa cocarde faute de combattants. Musique.
Texte et Photos Luc PERO
KHALED.jpg
Aïe, aïe Khaled...
VILLARD.jpg
ANDALOU et Villard

21/08/2010

VAUVERT *AS*

Vendredi 20 Aout 2010

GALLICIANAIS UN POINT C'EST TOUT !

GALLI.jpg

Un quart d'arène à l'ombre bien sur ! Michel Bourrier au micro, Auzolle, Khaled, Villard, Poujol, Cartalade, Jourdan, Clarion, Moutet et cinq tourneurs en piste.

TOBIAS de Lautier, refuse beaucoup et rentre pour boiterie ? à la onzième minute.
COURLIS de Chauvet, sélectionne durement, puis sur une série perd ses attributs. Bien placé il pose des problèmes et enferme une ficelle. La musique au retour aurait pu jouer.
VACCARES de Bon, pour dix minutes sans aucun relief.
MOLLIERES de Cuillé, n'est pas dans une grande forme, mais quelques actions aux bois dont un saut sur Auzolle sauvent sa prestation. Trois Carmen en course. Rentre une ficelle.
GALLICIANAIS de Briaux, un départ en fanfare avec plusieurs coups de barrière, puis les hommes se calmant le biou domine pour la fin du parcours. Une ficelle au toril et des Carmen.
CANBERRA de St Pierre, huit minutes avec plusieurs actions aux planches. Musique.

Texte et Photos Luc PERO

13/08/2010

MAUGUIO *AS*

Jeudi 12 Aout 2010  -  Trophée de La Motte

SPARAGUS MET LES BLANCS AU GARDE A VOUS !

SPARAGUS.jpg
remiseAuzo.jpgSi ce concours ne restera pas dans les mémoires, il aura par les prestations de FONFON (15 ans) bien guilleret, en première partie, et par LANGUEDOCIEN superbe barricadier en fin de concours permis aux nombreux spectateurs de vibrer. Mais la grande satisfaction de la journée est venue de SPARAGUS (Photo du haut). Certes ce n'était ni une découverte, ni une surprise mais surtout une confirmation (s'il en était besoin !) que le cocardier d'A et Y Janin savait se défendre dans n'importe quelle piste et riposter avec véhémence devant tout types d'attaques. Un quart d'heure complet et le prix de la journée obtenu à l'unanimité du jury. Côté raseteurs c'est la lutte entre Auzolle et Villard, et si Loïc l'emporte aux points pour le Trophée de la Motte, Benjamin a pour sa part signé les plus beaux engagements du jour. Une mention au jeune Errik trés à l'aise. A et N Benafitou, Ouffe, Outarka, Gleize, R Mondy et Matray complétaient avec cinq tourneurs les présents.
GEVAUDAN de Rouquette, est loin d'avoir le mordant de la bête... 15 mn sans intérêts.
SUFFREN de Chapelle, a la même motivation que le précédent... 15 mn soporifiques.
FONFON de Blatière-Bessac, il se donne comme un ternen pour défendre ses pompons. Aux ficelles plus rugueux il est toujours dispo et entend les deux premiers Carmen de l'aprés-midi. Une ficelle au toril.
COYOTE de Caillan, la déception du jour aprés sa prestation Beaucairoise, on espérait mieux. Tanqué devant le toril il faut vraiment le charger (Villard s'y colle !) pour avoir une réponse convenable... 15 mn bien tristounettes.
remise.jpgSPARAGUS de A et Y Janin, sort à reculons du toril mais se met de suite en action en chassant hors de piste les blancs (surtout les tourneurs!) qui tentent de le distraire. Attaqué il oppose une farouche réplique et pourtant aucune délicatesse ne lui est proposée. Et puis après avoir calmé les véléités blanches, il se cale et attend que ces messieurs si pressés pour lui ravir ses pompons veuillent bien se mesurer plus loyalement avec lui. Mais là ce n'est plus les mêmes régles et c'est lui qui les fixe. " Si tu démarres, je te vois, j'anticipe vitesse Grand V ta trajectoire et tu ne me touches pas la tête ! ". Réduit à subir sa supériorité seuls Villard, Auzolle, Errik vont tenter quelques approches, mais par trop de danger les hommes abdiquent. Il rentre ses ficelles à 600€ en ayant entendu quatre fois les honneurs. En prime il reçoit l'ovation du public et le prix du jury.
LANGUEDOCIEN de Briaux, quel moral, quel tempérament pour ce jeune barricadier, qui va s'envoyer une bonne quinzaine de fois aux planches. Jamais sur le recul il termine ce concours de belle manière. Batailleur en diable il va défendre sa deuxième ficelle jusqu'à la 13e minute. Une ribambelle de Carmen bien mérités.
Texte et Photos Luc PERO
SPRAVILLARD 2.jpg
SPARAGUS ▲▼ et Villard.
SPRAVILLARD.jpg
*************
LANGUEGLEIZE.jpg
LANGUEDOCIEN ▲▼ des Frères Claude et Lucien Briaux.
LANGEVILLARD.jpg

06/08/2010

PEROLS *AS* (2)

Jeudi 5 Aout 2010

CHAUDES JOURNEES POUR LOÏC AUZOLLE...

Hier à Castries avec AIGLON de l'Occitane dans une énormissime action, aujourd'hui à Pérols avec DAUDET de Fabre-Mailhan qui le met en difficulté même en haut du portail, les aprés-midi sont chargées d'émotions pour Loïc...

1.jpg
2.jpg
3.jpg
4.jpg
Photos Luc PERO

05/08/2010

CASTRIES *AS*

Mercredi 4 Aout 2010

GRAND PRIX DE LA VILLE

AIGLON EPOUSTOUFLANT 
LOÏC AUZOLLE GAGNANT

AIGLON - Auzolle.jpg
AIGLON - Auzolle

C'est la grande course de la fête à Castries, la Gardounenque, les Arlésiennes, les gardians de la manade Du Levant ouvrent la capelado des raseteurs au sein de laquelle Sabri Allouani, invité d'honneur, est honoré pour sa fidélité à la piste castriote et les grands souvenirs qu'il y a laissé. Principalement ses trois rasets venus d'une autre planète prodigué au cocardier Figaret de la manade du Ternen. Poujol, Gleize, A et N Benafitou, Ouffe, Jourdan, Noguera et Auzolle saluaient à leur tour le président de course Jacques Valentin. Pour les cocardiers AIGLON de l'Occitane s'offre le prix de la ville sans discussion possible, ainsi que Loïc Auzolle largement vainqueur aux points pour les raseteurs.
PEDRO de Nicollin, grâce à un fort coup de tête doublé d'un coup de revers il sauve sa seconde ficelle.
CAPITAN de Blatière-Bessac, n'a rien refusé mais sans éclats particuliers sa prestation reste anodine.
VARADERO de Guillierme, une vaillance extrême, un saut dangereux sur Allouani et sans conçéder un pouce de terrain il enferme une ficelle. Six Carmen.
AIGLON de l'Occitane, dés son entrée en piste le biou domine la situation en faisant avorter bon nombre de départs. Auzolle coupe la cocarde à la sixième minute. Attaqué Aiglon riposte séchement et violemment aux barrières sur Auzolle 3, Ouffe 3, A Benafitou, Gleize. Le sommet de la course est la poursuite terrible sur Auzolle au terme de laquelle le taureau, emporté par sa méchanceté bascule en brisant une planche et inflige une correction à Loïc dans la contre-piste. Royal de supériorité il perd ses glands mais enferme sa cocarde sous l'ovation. Cinq fois les honneurs.
MILOU de Lagarde, répond et parfois passe la tête à l'arrivée dans quinze minutes.
TZIGANE de St Pierre, donne un aperçu de certaines qualités en sautant deux fois aprés Auzolle.
ARES de Lautier, Hors-points, comme d'habitude le taureau de trop dans une course. A revoir dans un autre contexte.
Texte et Photos Luc PERO
GLEIZE.jpg
PEDRO - Gleize
ADIL.jpg
VARADERO - A. Benafitou
AUZOVARADERO.jpg
VARADERO - Auzolle
AUZOAIGLON.jpg
AIGLON - Auzolle

29/07/2010

MARSILLARGUES *AS*

Jeudi 29 Juillet 2010

DUBONNET ET EVA DE RICARD
DANS UNE " COURSINETTE "

AUZO - DUBONNET.jpg
SALLOU.jpg 2.jpgGradins pleins pour ce concours de manades,dominé par les pensionnaires de Ricard. JAMES bon premier, DUBONNET spectaculaire à souhait et EVA maîtresse cocardière. Des hommes retenons les prestations de Auzolle qui totalise et de Four pour ses rasets qui ont amené les plus belles actions de l'aprés-midi. A la capelado, Allouani qui reçoit un souvenir des organisateurs est entouré de Auzolle, Jourdan, Gleize, Garcia, Fougère, Errik, N.Benafitou, Clarion et Four. Michel Bourrier officiait au micro.
JAMES de Ricard, trois gros coups de barrière sur Four, ses ficelles au toril et trois fois la musique.
PALUNIE de Nicollin, débute par une grosse anticipation sur Auzolle, mais finalement va se rendre au bout de 7mn30 avec trois Carmen entendus.
TZIGANE de St Gabriel, bien tendre à ce niveau, une série, musique pour 6mn.
FLAMANT de Nicollin, 10mn plaisantes avec des séries et quelques timides conclusions. Carmen deux fois.
GASTOUNET de Saint-Pierre, l'heure de la retraite bien méritée a sonné pour le puissant barricadier. Il a largement donné dans sa carrière pour demander le repos dans prés.
DUBONNET de Ricard, le fantasque biou de Méjanes a fait "péter" bon nombre d'actions qui le mènent au delà des barricades principalement sur Four. Ficelles au toril et des Carmen.
EVA de Ricard, en supplément pour dix minutes et hors-points. Intouchable, sauf pour Bastien Four qui s'acoquine fort bien avec la demoiselle pour des étreintes explosives au terme. Ses glands à la maison et les honneurs plusieurs fois.
Texte et Photos Luc PERO
SALLOU.jpg
Sabri Allouani que pour le geste...
FOUR - DUBONNET.jpg
Bastien Four avec DUBONNET▲ et JAMES▼
JAMES.jpg

18/07/2010

LUNEL *AS*

Samedi 17 juillet 2010 - Finale du Trophée du Muscat

SPARAGUS LE FRISSON DU MUSCAT

Sparagus 1.jpg
SPARAGUS et Four

 

Entrée : 1/3 d’arène. Organisateur : Lunel Toro. Président : J. Valentin. Raseteurs droitiers : Auzolle, Jockin, Jourdan. Gauchers : A. Benafitou (sort au 5e), N. Benafitou (entre au 3e), Clarion, Four, Ouffe. Tourneurs : Kerfouche, T. Dengerma, T. Garrido, Sanchez, Bensalah (exclu au 1er taureau).
Fait marquant : l’attribution du second gland levé mais non primé, lors d’une série pose encore problème.


Auzolle.jpgLa finale du Muscat est loin d’avoir rempli les gradins. Loïc Auzolle fait la course en tête et remporte justement le prix avec 47 points (2e Adil Benafitou, 35). Meilleur taureau des trois courses : Guépard de Cuillé.
Cet après-midi, trois taureaux ont corsé les débats, Périclès, Athor et surtout Sparagus. Impérial le jeunot des Janin... Ah cette enfermée sur le raset impeccable de Bastien Four ! Chez les blancs, Auzolle fait l’effort, A. Benafitou lâche le morceau trop tôt, Four régale.
Dilun (Fabre-Mailhan).- Généreux premier qui passe d’un raset à l’autre sans sourciller, quelques amorces d’anticipation et des séries, 10 minutes, 2 Carmen et retour.
Chouan (Lafon).- Attaqué plein piston, il se bat comme un beau diable dans des enchaînements soutenus. Les tourneurs le rendent chèvre, mais il gratifie Four (3), A. Benafitou de belles conclusions. 10 minutes. 2 Carmen et retour.
Périclès (Nicollin).- Volontiers chasseur, les hommes se méfient de ses grandes cornes et de ses longues enjambées. Placé, il "ferme la porte" et sort en force. Auzolle lève le 2nd gland à la 12e. Attentif, Périclès gère et ramène ses ficelles intactes en musique.
Athor (Daumas).- Cornes pointées, à grande vitesse, il se cabre sur Jourdan. Si la cocarde- et la coupe - se font sur ses déplacement, une fois arrêté ça se corse. Poinçonne les planches derrière Auzolle. Mais la polémique pour l’attribution du second gland levé pas primé casse sa course. A la reprise, Four, Auzolle sont aux manettes. Sur une série, met la corne et ne lâche rien. Encore trois actions et Athor rentre facilement ses ficelles. 2 Carmen et retour.
Igor (L’Argentière).- Prend les enchaînements de bon cœur et son comportement itinérant ne facilile pas les beaux gestes. Mieux placé, il livre quelques belles séries et garde sa 2e ficelle.
Sparagus (Janin).- 2 Carmen et retour. Sûr ce n’est pas un 6e mais quel cocardier ! Chaud bouillant dès sa sortie, il fait le ménage. Pas de tourneurs dans son périmètre. Les premiers essais avortent. Sparagus se place. Ça tarde ? Il repart et fait du large. Se replace. Four le cite à merveille, le taureau s’engouffre pour le frisson du Muscat. Anticipations et enfermées à couper le souffle sur Four et Auzolle obligés de rompre. Et son 2e gland à 300€ rentre au Grand Valat en musique.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO



Trophée des As : Auzolle, 6 points ; Four et Clarion, 4,5 ; A. Benafitou et Jourdan, 3,5 ; Ouffe, 2 ; N. Benafitou, 1,5.

 

Chouan.jpg
CHOUAN - Four

Auzolle.jpg 2.jpg
PERICLES - Auzolle

Pericles.jpg
PERICLES - Auzolle
Athor.jpg
ATHOR - Auzolle