Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/07/2007

MAUGUIO le 14-07 *AVENIR*

 Des Blatière aux qualités certaines
mais pas assez "asticotés"

medium_BEL_CANTO.jpg
BEL-CANTO 
Pas de course au Trophée des As, ce samedi 14 juillet mais huit courses au Trophée de l'Avenir. Souvent ces après-midi offertes par les municipalités n'ont rassemblé que le public local sauf à Vallabrègues où les arènes baptisées du nom de Louis Lacroix ont fait le plein. A Mauguio, où sortait la traditionnelle complète de Blatière-Bessac devant les inconditionnels de la marque, on remarquait aussi pas mal de "touristes" venus prendre un bol de tradition avant le feu d'artifice.
Dénominateur commun des noirs : jeunes, beaux, costauds, violents et "Carmen" pour tous.
Les blancs : quatre droitiers (Artal, Romain Mondy, David Maurel, Castel) et quatre gauchers (Ricci, Ouffe, Joseph, Estève) plus deux tourneurs pour les affronter. Les plus travailleurs : Ouffe, Romain Mondy, Maurel, Ricci.
Le plus complet, Aaron (1er) : occupe toute la piste, utilise les angles et réplique jusqu'à conclure. Rentre ses ficelles.
Le plus vert, Pantin (2e) : avec des réactions vives et des séries rythmées, il tient huit minutes agréables. Un bémol, il prend tout et ne sait pas se sortir de l'emprise des blancs.
Le plus testard, Baccarat (3e) : son envie visible d'en découdre, le fait craindre. D'ailleurs au premier raset, il se cabre sur Castel et s'envoie férocement sur Ouffe, Estève, Mondy. Il se garde opportunément et rentre ses ficelles.
Le plus dominateur, Cachottier (4e) : un peu décollé des planches, il contrôle toute la piste et sort avec force sur l'homme. Enferme Castel, Mondy, anticipe sur Maurel. Quand c'est loin, il laisse passer. Rentre ses ficelles, sans avoir à sortir le grand jeu.
Le plus intermittent, Sifflet (5e) : peu servi par un travail qui baisse totalement d'intensité, Sifflet se promène, saute, attend. Ouffe prend les choses en main, Sifflet répond violemment, enchaîne deux trois rasets et lâche. Par contre il finit super bien après des hommes qui se réveillent. Plus charbonné, il se révèle finisseur ponctuant à la planche d'un magistral coup de tête. Rentre une ficelle.
Le malchanceux, Nevers (6e) : trapu, macho, un caractère ombrageux. Il saute et percute les planches jusqu'à s'amaluguer sur un pilier. Retour au toril à la 4e. Dommage car il en a sous la pédale. A revoir.
Le trop chouchouté, Bel Canto : hors points, dix minutes. Sorti en 7e position, donc pas assez sollicité, on perçoit son bon potentiel mais on reste sur la faim. Toutefois quand il est raseté, ses réponses sont violentes jusqu'à se soulever aux planches. Ricci mais surtout Ouffe lui offrent les derniers "Carmen". 
Martine ALIAGA 
medium_NEVERS.jpg
NEVERS percute violemment le pilier...
Photos L.PERO