Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/08/2009

BAILLARGUES * AVENIR *

Vendredi 31 août : finale du Trophée J.-F. Brouillet

CAMPESTRE - PRIAM
SCHULLER - ALIAGA

PRIAM-Schuller.jpg
Deux vainqueurs Schuller sur l' ensemble de la compétition
et PRIAM pour la Finale

2 Mathieu.jpgSeulement cinq blancs pour raseter cette finale montée avec de sévères cocardiers, dur, dur ! Et pourtant, malgré une première partie "raidasse" et des taureaux peu enjoués, les hommes se sont sortis des difficiles Inca (4e) et Campbell (6e) pour s'éclater avec le canonnier du Ternen, Priam ! Une grosse demi-entrée assiste à la course où le CT Le Sanglier a sorti le décorum des grands jours. André Turquay au micro salue à la capelado les droitiers Guyon, Schuller, Valette et les gauchers Martin-Cocher et Aliaga, tourneurs Causse, Kerfouche, Molins, Sanchez. Les cinq ont mouillé le maillot, mention à Schuller, bravo aux quatre autres.

Le vieux briscard Floridor (Occitane) connaît la musique. A son rythme, un gros coup de revers sur les gauchers, quelques poussées sur Schuller, Guyon Valette (2 Carmen) et un coup de frein pour rentrer ses ficelles. Placement flottant au début pour Bastidon (Cavallini) dont les premiers attributs partent en 2 minutes. Tricotant des cornes, il enferme et conclut Aliaga (3 fois), 3 Carmen. Raide et intermittent, un dernier tour de la première ficelle tient jusqu'à la 13e. L'autre rentre en musique. Lou Sar (Guillierme) baroule et se disperse. Petit à petit, plus attentif et plus concluant, le long des planches, il enchaîne quelques séries conclues (Aliaga, Schuller, 2 Carmen) puis dans l'angle, se retient. Rentre une ficelle en musique.

Il trouve vite ses marques Inca (Paulin-Niquet). Attentif, très cocardier, il déjoue les plans des  blancs. Schuller le rentre pour de chaudes arrivées (2), enferme Valette, tape aux planches après Martin-Cocher, Valette, Guyon. Superbe les rasets en longueur de Schuller, Valette, met la corne sur Aliaga. Les ficelles rentrent 6 Carmen et retour. Vaillant Flamant (Nicollin) qui met du coeur à l'ouvrage sans difficulté majeure. Dix minutes  pour son unique ficelle avec quelques cabrages au planches (Schuller, Guyon). 3 Carmen et retour.
L'oeil aux aguets, rapide, Campbell (Ricard) s'engage fort sur les longues trajectoires proposées par Schuller et peut conclure. Cela lui suffit  pour s'imposer sans forcer. Les blancs tirent la langue. Guyon se fait catapulter, Aliaga propulser, Campbell termine par une rafale sur Schuller, Martin-Cocher, Aliaga. Le 2e gland part à la dernière minute dans le crochet de Schuller. 5 Carmen plus retour. Avant la trompette, Priam du Ternen (hors points pour douze minutes) bombarde déjà les planches. Agressif le biou ! Cul aux planches il attend les blancs de pied ferme. Abordé avec circonspection, il chasse et promène les hommes de placement en placement. Et quand les blancs l'attaquent, le feu d'artifice démarre : tape sur Guyon, bombarde Schuller, explose Guyon, se bat avec planches, mitraille Aliaga... Des coups violents et à répétition, des séries conclues... La musique en continu pour un final en beauté.

Martine ALIAGA
Photos Luc PERO

Ali.jpg
L'autre lauréat Jérémy Aiaga avec BASTIDON
1 Prix.jpg
Le final

 

 

03/08/2008

BAILLARGUES *AS*

Vendredi 1er août

 

GUYON et SABDE AUX AS, UNE BOUFFEE DE FRAICHEUR 

dac9423bab941b1bc0e0ca97bc017a6f.jpg
LOU SAR sur Villard

 

fd74d320e43b9ecaedcb0eb12c66cb4d.jpgTradititionnellement, le vendredi de la fête de Baillargues, c'est la grand course. Les As en piste, un decorum soigné, une brochette de personnalités dans les tribunes, du monde sur les gradins. L'ambiance à la baillarguoise, quoi... propre et bien fait.

En fait d'ambiance, en piste c'est moyen... Les As (Poujol, Villard, Auzolle, Clarin, Jourdan, Ouffe) rasètent, dans l'ensemble, pour eux, ça manque de plaisir... Quelques Avenir sont venus compléter l'équipe (Sabde, Valette, Guyon). Plus quatre tourneurs Beker, T. Dengerma, Abbal, T. Garrido. Si Poujol, Villard, Ouffe jouent les locomotives, la fraîcheur apportée par Sabde et Guyon fait du bien. Deux jeunes qui rasètent, observent, essaie de trouver leur place... et lève les attributs avec le sourire, jusqu'au dernier taureau.

f6b9f738d1365d65104e6090241891b2.jpgLes taureaux justement : des styles différents d'où Bouchard ressort en première partie, Ivoire, Lou Sar et Rognonais, intéressants.
L'expérience et l'âge de Malin (Ribaud, 1er) - placement, tri sélectif au ficelles qu'il défend sur 3 mètres carrés - lui permettent d'en rentrer une ; si Raboliot (le Brestalou, 2e) se laisse bananer sur ses déplacements pour les pompons, il n'est pas si conciliant que ça de par sa vitesse, même s'il termine très réservé jusqu'à rentrer une ficelle. A son rythme, Bouchard (Daumas, 3e) pousse les actions quand les rasets sont bien engagés. Il mène son temps a mas, sérieux, les cornes bien présentes à l'arrivée. Rentre ses deux ficelles.
Ivoire (Blatière-Bessac) fait un quatrième solide et respecté. Offensif au début, il se dresse et tape aux planches. Dans l'angle, à partir de la 9e minute, il faut aller le chercher. Ramène une ficelle. Pas ménagé par les hommes, Lou Sar (5e, Guillierme) se livre jusquà conclure. Volontaire jusqu'à l'épuisement, ses treize minutes sont un modèle de vaillance, d'ailleurs le prix de la journée lui revient qu'il aurait pu partager avec le suivant. Rognonais (Lagarde, 6e) sort avec du jus et malgré quelques rasets coupe-rein, a de la ressource pour s'escamper aux planches. Méchant, il sait également se dégager pour finir sur une belle série conclue (sans Carmen ?). 9 minutes. Pour terminer, hors points, c'est le Sandy show. Le tau du Joncas est très inexpérimenté, mais sa vivacité et sa puissance lui font agréablement finir la course.

Martine ALIAGA 

d0c78afca2cb804d45e0e4127160f81a.jpg
LOU SAR et Rémi Guyon
6c2bb065a085638f980788eedec064fe.jpg
ROGNONAIS et Freddy Sabde
Photos luc Pero